Les Crises Les Crises
23.décembre.201823.12.2018 // Les Crises

Futur de l’ordre mondial : la menace russe ? Par Thinkerview

Merci 72
J'envoie

Source : Thinkerview, Youtube, 18-12-2018

Interview de Alekseï Pouchkov en direct à 15h, le 18/12/2018.

Source : Thinkerview, Youtube, 18-12-2018

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Karal // 23.12.2018 à 11h03

Merci d’avoir réveillé notre douleur, car ce document met des mots sur notre mal Français.
Sur le sol même de notre pays :
Ou sont les “représentants” de cette trempe?
Ou sont les hommes qui manient notre langue aussi élégamment?
Ou sont les énarques capables de cette analyse?
Ou sont les élites à même d’éveiller notre conscience ?
Ou sont les hommes et les femmes qui s’expriment avec cette dignité ?

Je comprends mieux la fièreté d’une population qui comprend de telles personnes

Oh je ne suis pas dupe, ce monsieur défend un modèle discutable, mais justement, son attitude respectueuse engage naturellement à la réflexion, au dialogue,à la confrontation.

A contrario notre France est entrainée vers un désastre par des larbins sans tête.

Cette rencontre aura permis au moins une chose : passer une couche de révélateur supplémentaire sur l’image jaunissante d’une France en décomposition.

10 réactions et commentaires

  • Karal // 23.12.2018 à 11h03

    Merci d’avoir réveillé notre douleur, car ce document met des mots sur notre mal Français.
    Sur le sol même de notre pays :
    Ou sont les “représentants” de cette trempe?
    Ou sont les hommes qui manient notre langue aussi élégamment?
    Ou sont les énarques capables de cette analyse?
    Ou sont les élites à même d’éveiller notre conscience ?
    Ou sont les hommes et les femmes qui s’expriment avec cette dignité ?

    Je comprends mieux la fièreté d’une population qui comprend de telles personnes

    Oh je ne suis pas dupe, ce monsieur défend un modèle discutable, mais justement, son attitude respectueuse engage naturellement à la réflexion, au dialogue,à la confrontation.

    A contrario notre France est entrainée vers un désastre par des larbins sans tête.

    Cette rencontre aura permis au moins une chose : passer une couche de révélateur supplémentaire sur l’image jaunissante d’une France en décomposition.

      +63

    Alerter
  • Fritz // 23.12.2018 à 12h10

    A la question de l’interviouveur sur « la nouvelle menace russe » (voyez la mimique désabusée de M. Pouchkov, à 2’16) : « Pourquoi on parle de cette menace russe surtout en Occident ? », sa réponse rétablit la perspective :
    « Je pense que l’Occident est en crise de nerfs… Et cette crise de nerfs est produite par le changement des rapports de force à l’échelle internationale » (à 2’22).

    Ça tombe bien : ce blog est consacré aux crises, et la russophobie actuelle en fait partie.

      +19

    Alerter
  • Fritz // 23.12.2018 à 12h44

    « Avec ces 0,0004 % » (du volume de Facebook), « on peut influencer une élection américaine ? »
    (mise au point d’Alekseï Pouchkov, sur les “usines à troll” russes ; à partir de 9’22)

    Il faut prendre le temps de tout écouter, par exemple sur le néolibéralisme mué en religion mariée au politiquement correct, etc. Cette vidéo confirme les remarques d’Emmanuel Todd sur la différence de niveau entre les élites russes et occidentales.

      +32

    Alerter
  • Vadim de Chevreuse // 23.12.2018 à 13h15

    Ecouté dans l’intégralité. Excellent. Merci pour ce cadeau.

      +17

    Alerter
  • Owen // 23.12.2018 à 13h48

    Il s’exprime comme s’exprimaient les Français dans les années 1960, et comme les diplomates qui honoraient les pays où ils vivaient. Et, on pense ce qu’on veut de Bachar El Assad, mais il sait utiliser le même français et après une entrevue on retient clairement ce qu’il a dit.

    Sky, lui, parle comme on parle en 2018…

      +23

    Alerter
    • Un_passant // 23.12.2018 à 18h05

      Effectivement, les personnes qui apprennent le français dans un pays étranger sont surprenantes quant à la qualité de leur expression. Même dans un MMO japonais, on peut être étonné par le vocabulaire (on pourrait même parler d’érudition). C’est incomparable au “français de tous les jours” qui semble ne cesser de s’appauvrir. A pardon, il s’enrichit de l’argot, du langage SMS et du j’ecri kom sa ce prononse…

        +18

      Alerter
  • Ando // 23.12.2018 à 15h40

    Cette forme d’intégrité qui veut que l’on s’autorise à ne pas avoir d’avis parce que l’on n’en n’a pas, ou parce que l’on n’a pas d’informations, est agréable pour l’oreille d’un Français habitué à écouter des gens qui quelles que soient les circonstances ont toujours un avis à faire connaître même si dans le fond ils n’en n’ont pas. Sinon, Alexei Pouchkov aurait du savoir que la Russie a fait état il y a quelques semaines de ses statistiques carcérales: il n’y a jamais eu aussi peu de détenus dans les prisons russes depuis la chute de l’Union soviétique. Ce qui n’empêchera nullement les commentateurs professionnels de parler de la Russie de 2018 comme si c’était celle de 1995.

      +23

    Alerter
  • Un_passant // 23.12.2018 à 17h57

    Il ne faut pas désespérer des français, si Atlantico (certes, c’est une site que l’on peut considérer comme de droite, à faible audience et presque réac- donc à suivre, c’est un peu notre Sputnik maison :p -) publie une analyse qui critique les présidents américains Clinton, Bush Jr et Obama, c’est qu’il en reste encore quelques-uns avec une pensée iconoclaste voire politiquement incorrecte et qu’ils ne sont pas tous bâillonnés.
    Quant à la “crise de nerf” de l’Occident, il a probablement raison, il suffit de voir l’hystérie de tous les “plaintifs” (au sens que donne Raphaël Enthoven). On est passé de la critique à une logique de revanche quand il ne s’agit pas de vengeance, voire de violence gratuite sous le prétexte que “la cause(/JE) le vaut bien”.
    Il y a d’ailleurs un très gros problème à ouvrir la boîte de Pandore des revendications des minorités, car où se trouve le curseur? La minorité d’une minorité peut se considérer comme ostracisée par la majorité de sa minorité. Ces minorités oublient que la dictature de la majorité n’a pas vocation à les empêcher d’être mais simplement sécuriser le plus petit dénominateur commun du plus grand nombre. La Démocratie et la République n’ont pas vocation à distinguer chacun en fonction de différences mais rassembler autour de ce que les gens ont de commun. On assiste à une inversion de logique qui porte un potentiel destructeur significatif (violences + revendications sécessionnistes, c’est quoi sinon les bases fondamentales des guerres civiles?).
    Le GEAB ne s’y trompe pas même s’il n’arrive à se défaire de son optimisme et de son biais europhile (il faudrait qu’ils se risquent plus à proposer deux scénario, un optimiste et un pessimiste; ils s’y essayent cela dit, ce que je vois comme un progrès).

      +9

    Alerter
  • réseau // 25.12.2018 à 22h49

    M. Pouchkov fait preuve d’une belle assurance sans arrogance aucune. Un exemple à suivre pour notre diplomatie occidentale

      +3

    Alerter
  • Louis Robert // 28.12.2018 à 16h50

    Écouter cet homme (rappelant du reste son respect envers Charles de Gaulle, premier et ultime résistant de la France en notre temps…), c’est voir naître à l’esprit l’essaim de qualificatifs peu flatteurs qui caractérisent, de toute évidence, ceux qui s’estiment nos « dirigeants »… « élus » par à peine 18% des électeurs inscrits, non moins boudés, rejetés, à raison, par l’unique majorité des abstentionnistes…

    On comprend mieux, dès lors, la russophobie dominante, ce besoin irrésistible de sanctionner la Russie et son peuple. Envie qui blesse tant oblige.

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications