Les Crises Les Crises
26.décembre.201826.12.2018 // Les Crises

Interdit d’Interdire – Comment en finir avec la guerre au Yémen ?

Merci 15
J'envoie

Source : Interdit d’Interdire , Russia Today France, 14-11-2018

Frédéric Taddeï reçoit Juan Branco, avocat, docteur en droit et journaliste, Clarence Rodriguez, journaliste indépendante, Renaud Girard, journaliste et spécialiste des relations internationales, Frédéric Encel, géopolitologue et maître de conférence à Sciences Po Paris.

 

Source : Interdit d’Interdire , Russia Today France, 14-11-2018

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

RGT // 26.12.2018 à 11h31

Pour que le conflit au Yémen cesse il faudrait en premier lieu faire cesser la corruption dans “nos” grandes “démocraties”.

Comme disait Napoléon “La main qui reçoit est toujours en dessous de celle qui donne”.

Si encore cette politique du chéquier pouvait entraîner une redistribution des sommes versées à la population des “grandes nations humanitaires” nous pourrions éventuellement trouver une excuse à nos chers dirigeants, mais ce n’est pas du tout le cas.

En retour, nous n’avons que quelques attentats commis par les “enfants” de cette idéologie intégriste morbide diffusée sans restriction sur la planète entière auprès des populations musulmanes par les “barbouzes” de ce régime ignoble.

Si déjà la les pays occidentaux pouvaient s’en prendre aux formateurs des ‘fichés S” les problèmes ne se poseraient pas.
Comme ils ne le font pas, ça risque de continuer jusqu’à la fin des temps, ou du moins jusqu’à la fin de l’ère du pétrodollar.

6 réactions et commentaires

  • RGT // 26.12.2018 à 11h31

    Pour que le conflit au Yémen cesse il faudrait en premier lieu faire cesser la corruption dans “nos” grandes “démocraties”.

    Comme disait Napoléon “La main qui reçoit est toujours en dessous de celle qui donne”.

    Si encore cette politique du chéquier pouvait entraîner une redistribution des sommes versées à la population des “grandes nations humanitaires” nous pourrions éventuellement trouver une excuse à nos chers dirigeants, mais ce n’est pas du tout le cas.

    En retour, nous n’avons que quelques attentats commis par les “enfants” de cette idéologie intégriste morbide diffusée sans restriction sur la planète entière auprès des populations musulmanes par les “barbouzes” de ce régime ignoble.

    Si déjà la les pays occidentaux pouvaient s’en prendre aux formateurs des ‘fichés S” les problèmes ne se poseraient pas.
    Comme ils ne le font pas, ça risque de continuer jusqu’à la fin des temps, ou du moins jusqu’à la fin de l’ère du pétrodollar.

      +9

    Alerter
    • Serguei // 26.12.2018 à 20h13

      — Comme disait Napoléon “La main qui reçoit est toujours en dessous de celle qui donne”. —–
      1. Ce n’est pas Napoléon qui l’a dit…
      2. C’est faux … La main qui reçoit n’est pas joujours en dessous de celle qui donne… )))
      Bien à vous,

        +1

      Alerter
  • Chris // 26.12.2018 à 12h50

    “jusqu’à la fin de l’ère du pétrodollar”
    oh, je suis sûre qu’ils trouveront un autre jeu pour tenter de dominer.

      +1

    Alerter
  • Catalina // 26.12.2018 à 13h59

    BLABLABLABLA :
    “Dans le même temps, l’axe russo-saoudien a pris la forme d’un forum institutionnel dénommé OPEP+, qui devrait disposer prochainement d’un secrétariat complet, à côté du secrétariat de l’OPEP à Vienne, présidé par la Russie. Les deux pays ont commencé par définir, provisoirement, le niveau de production des pays producteurs de pétrole à un intervalle de six mois, mais l’axe russo-saoudien a déjà acquis une telle emprise qu’ils envisagent un accord à long terme et illimité pour un ajustement continu, et permanent, de l’offre et de la demande de pétrole afin de maintenir les prix stables et de soutenir la croissance de l’économie mondiale.”
    Voilà pourquoi l’Arabie saoudite (barbare) déplaît à la CI !!
    Suite en français sur un site censuré par les Crises qui commence par “s”
    Dans le besoin, l’Arabie saoudite se trouve un ami : la Russie
    ou en angliche ici : https://russia-insider.com/en/saudi-arabia-gets-friend-need-russia/ri25147

      +1

    Alerter
  • Christian Gedeon // 26.12.2018 à 23h15

    A part Encel qui sait à peu près de quoi il parle,la méconnaissance de l’affaire yéménite est hallucinante. La guerre DES yéménites n’est pas près de se terminer.

      +0

    Alerter
  • Benoît Muracciole // 27.12.2018 à 13h10

    Vente d’armes de la France aux pays de la coalition (dont l’Arabie Saoudite, l’Egypte et les Emirats Arabes Unis) qui sont engagés dans la guerre au Yémen; Action Sécurité Ethique Républicaines a saisie le tribunal administratif demandant au gouvernement de stopper ces ventes d’armes :
    https://aser-asso.org/2018/12/04/ventes-darmes-de-la-france-aux-pays-impliques-dans-la-guerre-au-yemen-le-gouvernement-repond-au-juge-circulez-il-ny-a-rien-a-voir/

      +1

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications