Les Crises Les Crises
10.mars.201810.3.2018 // Les Crises

Utilisation par les États-Unis d’uranium appauvri en Syrie, par Samuel Oakford

Merci 0
J'envoie

Source : Samuel Oakford, 14-02-2018

Les frappes aériennes réalisées sur des camions-citernes dans les zones contrôlées par l’État Islamique comprenaient le composé toxique, qui est un agent présumé de cancers et d’anomalies congénitales.

Des représentants de l’administration militaire des USA ont confirmé, malgré leur promesse initiale de ne pas utiliser d’armes à l’uranium appauvri en Irak ni en Syrie, avoir tiré des milliers de munitions comprenant ce composé toxique, au cours de deux raids de grande envergure sur des camions-citernes, fin 2015, dans des zones syriennes contrôlées par l’État islamique. Ces frappes aériennes constituent le première occurrence d’usage de ces armes depuis l’invasion de l’Irak en 2003, où des centaines de milliers d’entre elles avaient été utilisées, suscitant l’indignation des communautés locales, alléguant que l’usage de ces armes avait causé des cancers et des malformations congénitales.

Le Major Josh Jacques, porte-parole du Centcom (U.S Central Command), a déclaré à Airwars et à Foreign Policy [NdT : des organisations répertoriant le nombre de civils touchés par des frappes] que 5 265 munitions anti-blindage d’un calibre de 30 millimètres, contenant de l’uranium appauvri, avaient été tirées d’aéronefs à voilure fixe A-10 le 16 novembre et le 22 novembre 2015, provoquant la destruction de quelques 350 véhicules* dans le désert à l’est du pays.

Auparavant, lors de la même campagne, des représentants de la coalition et des USA avaient déclaré que ce type de munitions n’avaient été et ne seraient utilisés dans aucune opération anti-État islamique. En mars 2015, John Moore, porte-parole de la coalition, avait déclaré « Ni les avions des USA; ni ceux de la coalition n’ont tiré ni ne tireront d’armes à uranium appauvri en Irak ou en Syrie dans le cadre de l’opération Inherent Resolve » [NdT : il s’agit du nom de l’opération militaire américaine menée dans le cadre de la coalition arabo-occidentale en Irak et en Syrie]. Plus tard, au cours du même mois de mars, un représentant du Pentagone avait déclaré à War is Boring que les avions A-10 déployés dans la région ne seraient pas approvisionnés en balles anti-blindage à uranium appauvri, pour la raison que l’État islamique ne disposait pas de blindés, contre lesquels ces munitions sont conçues.

Que les frappes de novembre 2015 aient eu lieu auprès de zones habitées ou non n’est pas établi. En 2003, au cours de l’invasion américaine de l’Irak, des centaines de milliers de munitions avaient été tirées dans des zones très peuplées, provoquant un vif ressentiment et des craintes parmi les civils du pays, ainsi que la colère des plus hautes autorités du gouvernement à Bagdad. En 2014, dans le cadre d’un rapport de l’ONU sur l’uranium appauvri, le gouvernement irakien avait exprimé ses « profondes préoccupations quant aux effets nuisibles » du matériau. Les armes à uranium appauvri, lit-on dans le rapport, « constituent un danger pour les être humains ainsi que l’environnement ». Le même rapport poursuit : « [Les armes à uranium appauvri] constituent un danger pour les êtres humains ainsi que pour l’environnement » et exhortait l’Organisation des Nations unies à mener des études en profondeur sur leurs effets. Ces études de l’uranium appauvri ne sont pas encore terminées, les scientifiques et les médecins précisent disposer de « preuves épidémiologiques directes » crédibles encore très limitées, reliant l’uranium appauvri à des effets néfastes sur la santé.

Pour autant, l’effet de souffle dans l’opinion publique de l’utilisation de ces armes est très avéré. Alors que les États-Unis insistent avoir le droit d’utiliser cette arme, les experts qualifient la décision d’utiliser ces armes contre des objectifs non blindés d’au mieux singulière.

Les attaques des USA s’inscrivaient dans « Tidal Wave II » – une opération visant à paralyser les infrastructures d’appui via lesquelles l’État islamique vendait du pétrole en échange de millions de dollars. Le Pentagone avait déclaré que les attaques du 16 novembre avaient eu lieu au petit matin aux abords d’Al-Bukamal, une ville du gouvernorat de Deir Ezzor, proche de la frontière avec l’Irak, et que ces attaques avaient détruit 116 camions-citernes. Quoique la coalition ait déclaré n’avoir frappé que le côté syrien de la frontière, les deux zones frontalières étaient à l’époque entièrement sous contrôle du groupe militant. Toute utilisation d’armes à uranium appauvri en territoire irakien aurait des bien plus grandes répercussions politiques, au vu de la colère suscitée par ses utilisations passées. La vidéo du 16 novembre, ci-dessous, montre les citernes d’abord frappées par des obus plus lourds, suivis d’autres pulvérisés en poussière et débris par le feu de canons de 30 millimètres.

Vidéo montrant le second assaut du 22 novembre, qui a détruit ce qui est décrit comme 283 « camions de pétrole de Daesh » dans le désert entre Al-Hasakeh et Deir Ezzor – capitales respectives des gouvernorats portant le même nom.

C’est l’auteur du présent article qui avait signalé en premier l’utilisation d’armes à l’uranium appauvri en Syrie, dans IRIN News, en octobre dernier [NdT : octobre 2016]. Le Centcom et l’armée de l’air des USA ont commencé par le nier, puis ont apporté des explications différentes des événements, parmi lesquelles la reconnaissance en octobre qu’usage avait été fait d’armes à uranium appauvri. Pour autant, les dates que le Centcom avait alors confirmées étaient décalées de plusieurs jours. Il est clairement établi à ce jour que ces munitions ont bien été employées lors des attaques Tidal Wave II, très médiatisées.

L’uranium appauvri est un résidu des processus d’enrichissement d’uranium 235. Ce matériau présente une dureté exceptionnelle, si bien qu’il a été utilisé par les militaires aussi bien pour percer des blindages que pour renforcer des blindages face au feu ennemi. Bien qu’il soit moins radioactif que l’uranium original, l’uranium appauvri reste toxique et est considéré par l’agence de protection de l’environnement des USA comme un « risque par radiation pour la santé si présent à l’intérieur du corps ».

Le moyen le plus probable d’absorber ce matériau est par l’inhalation de particules fines à proximité d’une zone où une arme est utilisée. Mais les médecins s’accordent avec les activistes anti-nucléaires pour dire que les recherches existantes sont insuffisantes pour établir les effets sur la santé et les seuils d’expositions pour l’être humain. Plus important, le manque de recherches approfondies sur les maladies et troubles de santé dans les zones précédemment touchées par des conflits où l’uranium appauvri a été utilisé a amené à de nombreuses suppositions et théories sur les effets potentiels de ces armes en termes d’anomalies congénitales et de cancer. Faire usage de ces armes à proximité de zones peuplées par des civils a donc un impact psychologique important, générant détresse et angoisses majeures, comme l’a noté l’Agence Internationale à l’Énergie Atomique en 2014.

Le statut légal international de l’uranium appauvri est une zone grise.

Le statut légal international de l’uranium appauvri est une zone grise. Le matériau n’est pas interdit par les conventions de l’ONU, comme celle qui bannissent les mines terrestres ou les armes chimiques. Et quoique les États-Unis restreignent toute manipulation de l’arme sur leur sol, ils n’appliquent pas la même prudence à son utilisation à l’étranger, y compris dans des zones civiles.

« Mon opinion est que c’est une partie des lois humanitaires internationales qui devrait faire l’objet de beaucoup plus d’attention », déclare Cymie Payne, un juriste et professeur d’écologie à l’université Rutgers, après avoir mené des recherches sur l’uranium appauvri. « Après quelques années où nous avons porté notre attention sur les périodes suivant les conflits et mené des réflexions sur comment rétablir la paix… l’environnement doit être laissé sain pour que les gens puissent y vivre. »

Jacques, le porte-parole du Centcom, dit que ces munitions ont été choisies en novembre parce qu’elles présentaient « une meilleure probabilité de destruction des cibles ». Peu après l’attaque, la coalition emmenée par les États-Unis a publié les vidéos montrant de nombreux véhicules touchés par des bombes, des missiles et des tirs soutenus de canons 30mm d’avions A-10 de l’armée américaine – mais n’avait alors pas précisé que ces tirs étaient approvisionnés de munitions à l’uranium appauvri. Ces vidéos – ainsi que des dizaines d’autres enregistrements de frappes – ont été effacées des chaînes officielles de la coalition ces derniers mois.

Quand on charge des munitions à l’uranium appauvri dans des avions A-10, on les combine avec des munitions explosives incendiaires sans uranium appauvri, composant ainsi une « combinaison de combat ». En novembre 2015, c’est un nombre total de 6 320 cartouches de ce combo qui ont été tirées en Syrie : d’après Centcom, 1 790 balles de 30 millimètres – parmi lesquelles 1 490 à l’uranium appauvri – ont été tirées le 16 novembre ; et le 22 novembre on a dénombré 4 530 balles dont 3 775 balles anti-blindage à l’uranium appauvri. Même si des munitions à l’uranium appauvri ont été tirées sur d’autres théâtres de conflits – comme les Balkans – l’attention générale sur le sujet reste centrée sur l’Irak, où l’on estime qu’un million de munitions furent tirées lors de la première guerre du Golfe et de l’invasion de 2003.

Une analyse récente des données de tir remontant à l’invasion de 2003 par les USA de l’Irak montre que la plupart des armes à l’uranium appauvri tirées lors de ce conflit l’ont été vers des cibles considérées comme vulnérables, comme par exemple des véhicules ou des positions occupées par des soldats, au lieu de cibler tanks et véhicules blindés, comme le préconisent les lignes directrices du Pentagone, qui remontent jusqu’à 1975 ou même plus tôt. Le manuel de guerre du Pentagone en vigueur dit « l’uranium appauvri est intégré à certaines munitions, parce que sa densité et ses propriétés physiques constituent un mélange particulièrement performant pour percer les véhicules armés ennemis, dont les tanks. »

Les camions-citerne frappés en nombre 2015 n’étaient pas non plus blindés et pourraient être considérés comme cibles vulnérables.

Les camions-citernes frappés en nombre 2015 n’étaient pas non plus blindés et pourraient être considérés comme cibles vulnérables, estiment les chercheurs qui ont réalisé les analyses sur les données d’utilisation des armes en 2003. De fait, les camions étaient très probablement conduits par des civils, et non par des membres de l’État islamique, selon les sources officielles américaines. Un représentant du Pentagone a déclaré que les États-Unis avaient largué des tracts, prévenant de l’imminence d’une attaque avant la frappe du 16 novembre, dans le but de minimiser les pertes.

« La décision d’utiliser des munitions à uranium appauvri apparaît comme difficilement justifiable, sur la base des arguments employés par les USA pour justifier leur usage – c’est à dire pour détruire des cibles blindées », déclare Doug Weir, directeur de la Coalition Internationale pour l’interdiction des armes nucléaires [NdT : International Coalition to Ban Uranium Weapons]. « Il est plus que notoire que les camions-citernes ne sont pas des véhicules blindés, et le choix de munitions incendiaires explosives sans uranium appauvri aurait probablement suffi à les détruire ».

Il est quasiment certain que l’autorité occupante – c’est à dire, l’État islamique – n’a pas respecté les règles de l’art quant à la mise au rebut des munitions usagées et la gestion des débris des camions. Même à supposer que les civils au volant des camions n’ont pas été exposés au départ aux résidus toxiques d’uranium appauvri, les pilleurs et les habitants de la zone sont probablement à considérer comme à risque pour les années à venir.

« Que vont devenir les véhicules détruits ? En général, on les retrouve à la ferraille, où on leur retire toutes les pièces d’une quelconque valeur, et ils finissent abandonnés ». déclare Wim Zwijnenburg, chercheur principal à l’ONG hollandaise Pax. « Ce qui fait courir un risque aux ferrailleurs, qui sont très probablement des civils. »

Des idées circulent sur le type de gouvernance qui prendra le relais en Syrie de l’est après l’État islamique, mais personne n’a aucune idée quant à garantir une gestion sûre de l’uranium appauvri que la coalition menée par les USA a mis dans l’environnement.

*Correction : Cette phrase disait au départ que les États Unis avaient détruit environ 250 véhicules lors de deux attaques en novembre 2015. Elle a été mise à jour par la suite, passant le chiffre à 350.

Samuel Oakford est journaliste d’investigation pour Airwars.

Source : Samuel Oakford, 14-02-2018

Traduit par les lecteurs du site www.les-crises.fr.

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Léon Meynet // 10.03.2018 à 08h12

C’est absolument monstrueux, ceux-là même qui incriminent les pays pour usage d’armes ou possession d’armes chimiques s’en donnent à cœur joie en tout impunité. Il est temps que l’Amérique rende des comptes pour tous ses crimes de guerre et ses crimes contre l’humanité au Vietnam et au Japon. Ces doubles discours pour imposer leur puissance et réglementer le monde sont devenus intolérables. Honte à eux et à leur gouvernement.

35 réactions et commentaires

  • Léon Meynet // 10.03.2018 à 08h12

    C’est absolument monstrueux, ceux-là même qui incriminent les pays pour usage d’armes ou possession d’armes chimiques s’en donnent à cœur joie en tout impunité. Il est temps que l’Amérique rende des comptes pour tous ses crimes de guerre et ses crimes contre l’humanité au Vietnam et au Japon. Ces doubles discours pour imposer leur puissance et réglementer le monde sont devenus intolérables. Honte à eux et à leur gouvernement.

     102

    Alerter
    • Limonade // 10.03.2018 à 09h08

      Certes, mais il est trop facile de pointer du doigt.
      Il y a une très belle citation de N. Chomsky sur le bandeau droit de ce site : ‘j’ai une part de responsabilité dans ce que fait mon pays’.
      Qu’en est-il du rôle de la France dans cette guerre depuis 7 ans?
      Qu’en est-il de l’article 35 de notre constitution qui dit : ‘Lorsque la durée de l’intervention excède quatre mois, le Gouvernement soumet sa prolongation à l’autorisation du Parlement.’ ?

       44

      Alerter
      • Dominique // 10.03.2018 à 13h03

        « Qu’en est-il du rôle de la France dans cette guerre depuis 7 ans? »
        On peut se poser ce type de question pour de nombreux pays, mais ce n’est pas le sujet. À moins que la France ait également utilisé ce genre de munitions. Rien de tel n’a jamais été rapporté, il me semble.

         2

        Alerter
        • Limonade // 10.03.2018 à 15h04

          Ce n’est bien évidemment pas ce que je dis.
          En revanche la France participe t-elle au soutien de l’engagement de ce type d’arme?
          Engage-t-elle encore des forces alors que daesh est semble-t-il vaincu?
          Qu’elle est le rôle de la France dans ce conflit qui n’est pas soumis au vote tel que l’article 35 de notre constitution l’exige?
          A mon sens, ces questions sont tout à fait en liaison avec cet article.

           18

          Alerter
    • Pierre Bacara // 10.03.2018 à 15h41

      URANIUM APPAUVRI, ARTILLERIE ANTICHAR ET PATHOLOGIES

      “C’est absolument monstrueux […] armes ou possession d’armes chimiques […]”

      Les obus à uranium appauvri ne sont PAS des armes chimiques. Leur finalité n’est pas de répandre dans l’atmosphère des produits incapacitants ou létaux (ex. : obus au gaz moutarde utilisés entre autres prendant la Première Guerre mondiale). La finalité de la présence de l’uranium appauvri dans un obus est de le DURCIR (on utilise aussi le tungstène). Ce durcissement, par définition, destine l’obus à la fonction ANTICHAR (blindage).

      Par conséquent, l’utilité des obus à uranium appauvri pour détruire des camions-citernes est nulle ; cela revient à utiliser une perceuse pour casser des coquilles d’oeuf pour préparer des oeufs au plat.

      Par ailleurs, l’utilisation d’obus antichar à uranium appauvri est relativement ancienne et, me semble-t-il tout au moins, assez généralisée, y compris dans l’armée française (à confirmer mais j’en suis quasi-certain).

      Enfin, j’ai eu un échange en 1995 avec un artilleur antichar états-unien vétéran de la Guerre du Golfe (1991) qui confirmait des pathologies sévères (douleurs chroniques aux membres) dues à l’utilisation d’obus à uranium appauvri en Irak.

       15

      Alerter
      • Le Rouméliote // 12.03.2018 à 17h54

        Les obus à uranium appauvri ont été utilisés en 1999 contre l’armée serbe au Kosovo.

         0

        Alerter
  • Mitch // 10.03.2018 à 08h24

    Il faut bien liquider les stocks. Et puis c’est de l’uranium “appauvri”, c’est pas comme si c’etait des déchets.

     13

    Alerter
    • Chris // 10.03.2018 à 13h37

      L’uranium appauvri est un RESIDU des processus d’enrichissement d’uranium 235.
      Donc, du recyclage de déchets nucléaires !

       9

      Alerter
  • obermeyer // 10.03.2018 à 08h38

    c’est franchement dégueulasse . pas étonnant de la part de dirigeants qui sont sûrement les plus nuisibles sur cette planète , quelque soit le gouvernement en place depuis qu’ils sont un état constitué.
    la lecture du bouquin d’Howard Zinn ( une histoire populaire des USA ) est parfaitement édifiante quant à la nature de ces gouvernenements .

     24

    Alerter
  • Lysbeth Levy // 10.03.2018 à 08h56

    Encore un des nombreux crimes des américains qui ne leur sera jamais comptabilisé, l’uranium appauvri ne l’est pas tant que ça selon des spécialistes, la preuve, il continue à tuer, et hypothèque l’avenir des habitants pendant des milliers d’années. L’Irak en porte les traces, ainsi que les pays de l’ex-Yougoslavie ou le taux de cancer montent dangereusement. Un document sur l’utilisation de plusieurs pays dont la France :http://blog.sdn38.info/public/Atelier19_09_2014UAmilitaire.pdf Le mélange explosif d’uranium appauvri, phosphore et autres produits chimiques ne font qu’aggraver la situation générant toutes sortes de malformations. Selon Christine Abdelkrim Delanne qui avait enquêté dès la fin de la guerre en Irak les soldats ayant participé à l’opération ont servi de “cobayes” n’étant pas protégés. l’association AVIGOLFE a été crée en vue de reconnaitre le “syndrôme du Golf “..Les effets délétères pendant une longue période est un crime contre l’humanité : http://www.les7duquebec.com/non-classe/luranium-appauvri-arme-de-destruction-massive/ Là une ligne rouge devrait être crée car cela impacte durablement les populations civiles pendant de longues périodes dites “géologiques” .Et c’est d’autant plus graves que les pays ciblés n’ont pas les moyens de soutenir les frais de soins médicaux ni traitement de longue durée. Dans les coulisses des docteurs se battent pour faire reconnaitre ce crime, mais le dossier a été bloqué pour les victimes irakiennes.

     30

    Alerter
  • Fritz // 10.03.2018 à 08h56

    Qui punira l’Amérique pour toutes les lignes rouges qu’elle a transgressées ?

     36

    Alerter
  • Theoltd // 10.03.2018 à 09h21

    Ca me parait une fake news, faisant intervenir du Story telling de manière a laisser croire que les US se sont réellement battus contre l’Etat islamique.
    Pourquoi tirer sur des camions citernes qu’ils ont eux meme fournis? Pour du pétrole qu’ils achètent directement? dans des installations dont ils ont rapidement pris le contrôle sans combattre?
    De plu on sait très bien que les tirs sur des camions citernes ont été entrepris par la Russie, des le debut de son intervention. Jusque la, on ignorait meme leur existence et personne ne savait qu’il existait un traffic de pétrole qui alimentait les caisses de Daesh. ce récit donc appartient a la reconstruction de l’histoire, une fois que la défaite est avérée. Les US se barraient tellement contre Daesh, qu’ils ont meme utilise des munitions a l’Uranium.

     9

    Alerter
    • Shaolin // 10.03.2018 à 09h41

      Bonjour, si je me souviens bien, il a fallu attendre l’intervention russe de 2015, et leur dénonciation de ce trafic de pétrole (avec la Turquie je crois bien, et même un peu avec la Syrie; oui je sais), pour que les américains se “rendent compte” du phénomène et commencent à bombarder des convois…
      j’imagine que leurs satellites d’observation de la zone ne sont pas si performants… non c’est pas ça??

       17

      Alerter
      • Theoltd // 10.03.2018 à 09h55

        Je ne crois pas que le américains aient jamais bombarde les convois de camions citernes.
        Ce n’était pas leur interet puisqu’ils sont importateurs de pétrole.
        C’est par contre l’intérêt des Russes de bombarder les camions citerne puisqu’ils sont exportateurs de pétrole.
        En conclusion, cette histoire me parait être du story telling. Les pays n’agissant que dans leurs intérêts.

         5

        Alerter
        • Shaolin // 10.03.2018 à 10h21

          Je t’assure qu’ils ont bombardé les convois, faudrait retrouver les sources et honnêtement j’ai pas le temps là.
          Je m’en souviens bien car j’avais trouvé ça “amusant” de voir que l’arrivée des russes poussait les americains à être plus “combatifs” par rapport à daesh.
          Jusque là, la stratégie était de contenir Daesh sur un territoire limité, ce qui n’empêchait pas daesh de s’étendre!
          Les États Unis m’ont toujours semblé ambiguës avec daesh, les combattant et s’en servant aussi pour d’autres buts (faire tomber assad), mais l’arrivée des russes les à exposés mediatiquement; c’est alors seulement qu’ils ont passé la deuxieme; certains diront la première même…

           12

          Alerter
          • Theoltd // 10.03.2018 à 12h35

            Cette affaire me parait bidon pour plusieurs raisons.

            1/ Quand les Russes sont intervenus, on a aussitôt vu des images de colonnes entières de camions citernes détruits.

            2/ Il est évident qu’avec leurs moyens satellites les occidentaux savaient qu’un traffic de pétrole avait lieu. Pourtant, avant l’arrivée des Russes, les soldats de l’EI se pavanaient dans des Toyota neuves et les camions traversaient tranquillement le desert.

            3/ En clair, les Russes avec leurs 25 sukhois anciens, avaient cause plus de dommages a Daesh en 3 semaines, qu’une coalition occidentale de 70 pays en 2 ans de bombardements.

            4/ Il apparait donc que l’occident n’avait aucun intérêt a mettre fin a ce trafic de pétrole.

            5/ Que des images de camions citernes détruits par les USA soient apparues n’est sans doute pas discutable. mais c’est de la mise en scene, rien de plus.

            6/ Pour finir on n’a pas besoin d’Uranium appauvri pour détruire un camion citerne. L’Uranium est utilise comme minutions pour sa densité qui est presque deux fois supérieure a celle du plomb et pour percer des blindages particulièrement épais. Alors qu’on peut percer une citerne avec une 22 long rifle, il n’y a aucun intérêt a utiliser de l’uranium dans ce cas précis.

            En gros cet article nous dit:
            a/ les US se battent bien contre Daesh, puisqu’il ont utilisé de l’uranium appauvri.
            b/ Les US ne sont pas intéressés par le pétrole.

            Ce qui contredit les faits et les analyses par ailleurs souvent presentees sur ce blog.

             13

            Alerter
            • Shaolin // 10.03.2018 à 13h05

              Je sais que sur ce site les americains sont vus comme le le diable absolu. Tous les articles vont dans ce sens… et il y a un sale fond de vérité la dedans…
              la guerre de Syrie est éminemment complexe entre tous ces groupes/armées/nations/coalitions qui y participent.
              La stratégie russe est claire, et les moyens mis dans l’affaire aussi, car plus simple à réaliser: maintenir l’état syrien coûte que coûte.
              Les buts occidentaux (sans préjuger de la pertinence): dégager assad et évaporer daesh. En termes stratégiques ca devient déjà beaucoup plus coton! Et ça part dans donc dans tous les sens, d’alliance, contre alliance, trahisons et j’en passe…
              Que les USA aient arrangés daesh ou autres barbus modérément modérés (ou pas), n’a rien de surprenant dans un tel contexte… que les USA aient systématiquement aidés, couverts, faciliter daesh, je ne suis plus…
              apres clairement, c’est crime de guerre et je dirai crime contre l’humanité (retombées écologiques) pour l’utilisation d’uranium appauvri…

               3

              Alerter
            • Moussars // 13.03.2018 à 10h07

              Ne pas oublier le napalm et les bombes incendiaires dans le nord de la Corée qui ont tué 20% des civils !
              Sources américaines (militaires en majorité) et internationales (précurseurs des ONG)…

               0

              Alerter
          • Gerard du Biolo // 13.03.2018 à 00h36

            Les Etats-Unis n’avaient pas bombardé les camions d’essence, mais juste fait semblant. Ou l’avaient fait à dose homéopatique, juste pour se donner un alibi et crédibiliser leur lutte contre Daesh.
            Allant jusqu’à utiliser les images des bombardements russes pour illustrer ceux qu’ils prétendaient avoir faits eux-mêmes.

            Et c’est sur ce dernier point qu’ils avaient été l’objet de quolibets venus du monde entier (sauf des pays “occidentaux” évidemment …).

            C’est à la même époque à peu près aussi qu’ils déploraient avec force larmes de crocodile que certains accidents ou erreurs de parachutage avaient fait arriver certains de leurs colis d’armes chez les “rebelles” … Caramba, encore rrrraaté !…

             0

            Alerter
  • relc // 10.03.2018 à 09h30

    « Les armes à uranium appauvri, lit-on dans le rapport, …
    … Le même rapport poursuit … »

    La traduction, défectueuse, laisse croire que c’est un rapport de l’ONU qui affirme que les armes à uranium appauvri « constituent un danger pour les être humains etc » et « et exhort[e] l’Organisation des Nations unies à mener des études en profondeur sur leurs effets », alors qu’en fait c’est seulement le gouvernement irakien qui parle.

    Je pourrais expliquer en quoi un certain “it” renvoie à l’ “Iraqi government”, et pas à un “U.N. report”, mais il suffit de consulter au rapport en question.

    On y apprend dans son introduction que “l’Assemblée Générale a invité les Etats membres […] à communiquer au Secrétaire Général leurs vues sur les effets de l’utilisation des munitions à uranim appauvri […]”.

    Le Secrétaire Général a reçu les réponses de douze pays, dont celle de l’Irak, plus les réponses d’autres organismes comme l’Agence internationale de l’énergie atomique, et le rapport consistent en la publication de ces réponses, sans prendre aucun parti.

    = http://undocs.org/A/69/151 = (document word)

     4

    Alerter
    • Catalina // 10.03.2018 à 19h56

      Shaolin

      “maintenir l’état syrien coûte que coûte.
      Ben nan, anéantir Daesh et monstres associés, coûte que coûte !

       0

      Alerter
      • Shaolin // 11.03.2018 à 04h16

        C’est dans le coûte que coûte qu’est compris l’anéantissement de daesh et monstres associés… ainsi que tout groupe se battant contre assad pour une Syrie plus démocratique vous avez oublié… coûte que coûte quoi!
        Et vous connaissant soutien inconditionnel de la Russie, jusqu’à l’extase (l’orgasme?), si, de tels groupes ont existé… et non, je ne regarde pas BFM… j’anticipe…

         0

        Alerter
    • Séraphim // 11.03.2018 à 11h31

      En effet, une belle perversion par amalgame de citations!
      L’uranium appauvri fait peur à cause de “uranium”. C’est ridicule, il est moins radioactif que le granit breton. Partant, toutes les micropoussières ingérées sont nocives pour la santé, voire cancérigènes, même le charbon (qui contient souvent de l’arsenic) l’amiante ou le béton pulvérisé. Attribuer à une tête de munition inférieure à 5kg les dégâts secondaires issus de la destruction d’un bâtiment entier, avec ses poudres, sa chimie etc.. c’est faire une assimilation bien orientée.
      L’uranium appauvri n’est pas un déchêt, il est précieux et relativement coûteux, et n’est donc utilisé que pour sa fonction de perçage de blindages épais. il n’y a aucune raison d’aller le gâcher dans des circonstances où un explosif simple fait l’affaire (camion citerne etc..). Une belle propagande, sans doute à double visée, montée sur ignorance et sensation

       2

      Alerter
      • Theoltd // 11.03.2018 à 13h36

        Ca me fait penser a un fait divers recent: Un certain NL accusé du meurtre d’une petite fille, prétendait s’etre livre a un traffic de drogue pendant la soiree, qui expliquait ses allers et retours.
        Il était clair dans son cas, que trafiquant était moins grave que tueur. Puisqu’il était effectivement trafiquant a ses heures.
        ici on est dans le meme cas de maquillage de crime: Nous ne sommes pas des soutiens de l’EI, puisque des informations ont fuite, qui disent que nous avons meme utilisé des munitions a l’Uranium appauvri. (ce qui est sans doute commun par ailleurs, mais dans d’autres circonstances) Mais qui est quand meme moins grave que d’avoir cree Daesh dans le but de s’emparer de la Syrie.
        Comme les anti américains primaires vont s’emparer de cette information, (car tout est bon) cela va les mettre face a leurs contradictions.Comment peut on a la fois créer Daesh, et les bombarder a l’uranium appauvri. Bref, la presse alternative est aussi un receptacle a propagande, comme vous l’avez bien dit. Il faut prendre toute information avec logique et recul.

         1

        Alerter
      • Gerard du Biolo // 13.03.2018 à 00h52

        Pour ce qui est de l’uranium appauvri et de son innocuité proche de celle de la poudre de Perlinpinpin, et pour ce qui est du côté économe en moyens de l’armée américaine, belle imagination, félicitations.

        A noter cependant que les Etats-Unis aiment bien tester leurs armes sur de véritables théâtres d’opération, c’est leur côté méticuleux …, et ceci même dans des endroits où celles qu’ils emploient ne sont pas particulièrement nécessaires.

        Cela ajouté au fait que leur industrie d’armement a besoin de faire tourner les stocks les plus coûteux le plus souvent possible …

         0

        Alerter
  • Bourget // 10.03.2018 à 10h03

    Et au Kosovo nous pataugions dans l uranium appauvri balancé par les mémes…

     11

    Alerter
  • Arcousan09 // 10.03.2018 à 10h37

    Des armes dites “propres”, “civilisatrices”, “démocratisantes”
    Quelle joie d’être tué pour la “bonne cause”

    Au passage “ON” nous bassine avec l’utilisation hypothétique de chlore par un “sauvage” dénommé El Assad donc des armes sales ….
    MAIS
    Les “civilisés” utilisent des armes “propres” et “intelligentes” pour des frappes ciblées quand elles ne sont pas “chirurgicales” …. accessoirement ces fameuses armes contiennent des produits radio actifs, de l’uranium dit appauvri …. et chacun sait que la radioactivité c’est excellent pour la santé surtout celle des enfants et des femmes enceintes ….
    L’accès au monde dit “libre” et “civilisé” est à ce prix

    Qui est le plus dégueulasse des deux Bachar ou Obama/Trump ???????????

     18

    Alerter
  • Alex // 10.03.2018 à 10h55

    Il n’y a pas longtemps Micron à brandi la menace d’une attaque de la Syrie par la France si l’utilisation de chlore par l’armée syrienne était avérer dans la Ghoutta.
    Mais si les US utilisent des munitions à l’uranium appauvrit à proximité de zone civile pour détruire des camions sans blindages, il ne voit rien à redire.

    Je me questionne sur la pertinence du point de vue US de mettre à disposition de ses armées ce genre de munitions dans le cadre de la guerre en Syrie.
    daesh possède très peu de tank et engin blindé et il y a d’autres type de munitions qui peuvent détruire des engins blindés sans pour autant pollué l’environnement comme l’uranium appauvrit.

     11

    Alerter
  • luci2 // 10.03.2018 à 21h30

    L’Espèce , la Nôtre , est en voie d’anéantissement pour cause d’effondrement
    –des Défenses…immunitaires
    –des atonies de spermatozoïdes fatigués, usés ( “O.G.M. isés ” ?)
    –De Neurones obsolètes et analphabètes (mesuré aux QI allant vers l’imbécillité ?)
    –La Micronésie serait-elle une issue de survie possible ?

    Sinon ,c’est l’Humanité appauvrie qui périt.

     4

    Alerter
    • jp // 11.03.2018 à 01h19

      non pour la Mélanésie, il y a déjà au moins 8 iles qui ont disparu à cause de la montée des eaux provoquée par le changement climatique en cours.

       3

      Alerter
  • amer // 10.03.2018 à 23h20

    Vu l’état de la ville de Raqqa en ruine, complètement detruite après les bombardements de la coalition américaine avec sa force de frappe on ne peut douter du type d’armement utilisé.
    Un témoignage poignant dans cette vidéo montre l’ampleur des dégâts humains et matériels subit par la population de cette ville martyre. C’est tout à l’honneur de France 24 de diffuser un tel document pendant que le reste des médias crie avec la meute contre la Syrie et son allié russe.

    https://www.youtube.com/watch?feature=youtu.be&v=e2UkMfomZng

     4

    Alerter
  • Bouddha Vert // 11.03.2018 à 01h47

    Une guerre est toujours sale, les raisons, les moyens d’arriver à la faire, de la gagner…
    La dissuasion nucléaire, une tentative de se protéger d’elle… avec des déchets
    Il y a les blindages, et les projectiles pour les traverser
    Il y a les blessures, la mort, les viols…
    L’aviation a trouvé, sans aller au corps à corps, le moyen de laisser son empreinte sur place, sans ADN, juste un petit crépitement inaudible dans la poussière, tapi, une terre maudite…
    L’esprit d’Excalibur s’est perdu dans les nimbes.

     0

    Alerter
    • Bouddha Vert // 11.03.2018 à 01h49

      Correction:
      Rempaler “nimbes” par “jeux vidéos”.

       0

      Alerter
  • Nanker // 11.03.2018 à 10h44

    “les avions A-10 déployés dans la région ne seraient pas approvisionnés en balles anti-blindage à uranium appauvri, pour la raison que l’État islamique ne disposait pas de blindés, contre lesquels ces munitions sont conçues”

    Effectivement c’est parfaitement inutile : pour détruire un convoi de camions remplis d’essence n’importe quel armement suffit puisque ces véhicules sont de véritables ambulantes. Alors pourquoi employer des munitions à l’uranium appauvri? Celles-ci n’ont qu’une utilité : traverser d’épais blindages, de chars ou de bunkers…

    Alors incompétence des galonnés US? Volonté de “vider les stocks” (ces trucs à l’uranium se périment-ils?) ou coup de pied de l’âne à Bachar? Genre “tu vas gagner cette guerre mais on va pourrir ta terre pour les 100 ans à venir…”.

    Il faut voir comment les Vietnamiens luttent encore contre les conséquences de l’usage de l’Agent Orange sur leur sol? Ces munitions à l’uranium appauvri entraînent les mêmes effets : pollution des sols, effets tératogènes sur les populations…

     3

    Alerter
    • vert-de-taire // 13.03.2018 à 17h40

      Je crois que l’uranium a un grand interet dans ce cas (incendie) dans la mesure où il s’enflamme facilement.

      Wikipedia nous dit:
      “En raison de son affinité pour l’oxygène, l’uranium s’enflamme spontanément dans l’air à température élevée, voire à température ambiante lorsqu’il se trouve sous forme de microparticules. Il est pyrophorique.”

      donc dans un projectile c’est pratique pour incendier.

      De plus l’uranium 238 celui qui est très abondant (dans les minerais) et peu radioactif on ne sait plus qu’en faire !
      l’U238 sert dans les réacteurs pour faire du Pu239, lequel peut servir après purification, au MOX ou aux bombes.
      Mais la plupart de l’U238, donc l’appauvri, ne sert à rien dans les chaines industrielles actuelles.

       0

      Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications