Les Crises Les Crises
30.octobre.201430.10.2014 // Les Crises

[Socialisme 2.0] 2014, Valls enterre le socialisme : “Il faut en finir avec la gauche passéiste”

Merci 3
J'envoie

Fa-bu-leu-se interview de Manuel Valls parue dans le Nouvel Obs du 23 octobre 2014.

Belle leçon de libéralisme (en jaune)… Je ne commente pas (trop) à ce stade, pour ne pas sombrer dans une inévitable vulgarité.

Condoléances aux cocus cependant.

La crise s’éternise, le pouvoir sombre dans l’impopularité, la majorité se divise, et Martine Aubry le somme de changer de cap. Le Premier ministre riposte et lance un défi à la gauche : “se réinventer ou mourir”

Les Français ont le sentiment que tous les sacrifices auxquels ils ont consenti depuis deux ans et demi n’ont servi à rien. Les déficits sont toujours aussi inquiétants, le chômage toujours aussi haut et la croissance toujours aussi nulle. Comment l’expliquez-vous ?

– Je ne partage pas un constat aussi sévère, mais il est vrai qu’il y a un grand désarroi, de l’inquiétude pour l’avenir, de la colère aussi. On l’a bien vu aux dernières élections municipales et européennes. Nous aurions dû faire dès 2012 un constat plus clair sur la situation de la France, sur sa triple crise : crise de croissance, crise de la dette et des déficits, crise de confiance. Tout part de là. Si nous étions partis de l’analyse très lucide de la Cour des Comptes de juillet 2012, le sens des réformes et le cap du quinquennat auraient été davantage affirmés. Ils l’ont été progressivement par la suite avec les conclusions du rapport Gallois en novembre 2012 qui a mis l’accent de manière implacable sur le décrochage de compétitivité de notre économie et de nos entreprises depuis dix ans.

Vous ne l’aviez pas mesuré avant?

L’enjeu de la production avait été un des thèmes forts de la campagne de François Hollande, mais nous avons sans doute sous-estimé l’ampleur de la crise de compétitivité et de la crise de confiance. Cela nous a empêchés – c’est une responsabilité collective – d’aller plus vite, dès le début.

Vous avez pris du retard ou vous avez fait des mauvais choix à l’époque ?

– Nous avons sans doute pris du retard et il y a eu des mauvais choix.

Lesquels ?

– La hausse de la fiscalité a frappé durement nos concitoyens, notamment les couches populaires et les classes moyennes. Nous avons privilégié l’impôt par rapport à la diminution de la dépense publique. Or ces décisions sont venues s’ajouter à celles effectuées à la fin du précédent quinquennat. 30 milliards de hausse de la fiscalité avec la droite, 30 milliards avec la gauche. C’est ce qui a provoqué un véritable ras-le-bol fiscal. Pendant sa campagne, François Hollande avait été extrêmement raisonnable quant aux promesses, il était lui-même très lucide sur la situation. La victoire de 2012 a créé dans le pays une espérance, une urgence. Et comme les résultats tardent à venir, il y a de la déception.

Cette espérance s’incarnait dans le slogan de campagne : “Le changement, c’est maintenant”. Aujourd’hui, le changement c’est quoi ?

Le changement, depuis le début, c’est redresser la France.

Ça, c’est le discours, mais en quoi cela change-t-il la vie des Français?

Il faut du temps. Certains nous disent : « Faites d’abord des réformes, la croissance viendra après. » C’est illusoire. D’autres nous disent : « Tant que la croissance ne sera pas là, il faut différer les réformes. » C’est dangereux. Il faut, en même temps, réformer la France et l’Europe. Il faut surtout expliquer la cohérence de ce mouvement de réformes sans précédent. Il a trois finalités. La première, c’est libérer la création d’emplois par tous les moyens. La seconde, et c’est sans doute là où il a manqué des explications, c’est la lutte contre les inégalités. Cela passe d’abord par la refondation de l’Ecole. Avec 1 milliard d’euros supplémentaires en 2015, l’Education redevient le premier budget de la nation. Cela a-t-il été entendu? Pas assez. La troisième finalité, c’est la préparation de l’avenir, avec nos grandes réformes de structures. Au fond ce que nous recherchons, c’est ce que nous avons perdu : la confiance. Si les efforts que nous demandons sont expliqués et compris, la cohérence du quinquennat de François Hollande apparaîtra plus évidente.

Et les résultats, c’est pour quand ? Il reste six mois, avez-vous dit…

– Je n’ai jamais dit ça !

NdR : « Si d’ici trois à six mois, la situation ne s’est pas inversée, ce sera foutu » – Source AFP, 15/09/2014

Je sais bien que nous vivons sous la dictature de l’immédiat, mais il faut assumer devant les Français que réformer un pays qui a perdu sa compétitivité prendra dix ans. Je comprends leur impatience, mais il faut du temps pour que la France rattrape pleinement son retard. L’étude de l’OCDE publiée récemment est encourageante. Elle juge que les réformes que nous menons auront un impact significatif sur la croissance.

Pas de lendemain qui chantent d’ici à la fin du quinquennat, alors ?

Evitons le simplisme. Nous agissons aussi à court terme. La baisse des impôts, intervenue à l’automne sera amplifiée en 2015, pour 6 millions de ménages supplémentaires, la baisse du coût du travail et de la fiscalité pour les entreprises, la grande réforme des allocations familiales, tout cela, c’est du concret pour les Français.

Vous avez fait “cadeau” aux entreprises de 41 milliards pour qu’elles reconstituent leurs marges et recommencent à embaucher. Jouent-elles le jeu aujourd’hui ?

Voilà un beau cliché ! Les 41 milliards, c’est pour la France, pour rendre notre économie, nos entreprises plus compétitives, pour que nous ne décrochions pas du reste de l’Europe et du monde. Sans compétitivité, il n’y a pas de création de richesses, et sans création de richesses, il n’y a pas d’emplois. Moi, je ne confonds pas les entreprises avec leurs seuls dirigeants ou leurs seuls actionnaires. Les entreprises, ce sont aussi des salariés, des ouvriers, des techniciens, des cadres. Nous devons bâtir des compromis sociaux qui permettent de protéger les salariés sans nuire à la compétitivité des entreprises. La clé, c’est la qualité des rapports sociaux et c’est la marque de ce quinquennat Je réunirai le 4 novembre prochain l’ensemble des partenaires sociaux pour faire le point sur les aides aux entreprises. Quand la nation tout entière consent un effort aussi important, il faut que les entreprises assument leurs responsabilités.

Réformer, c’est aussi affronter les corporatismes. Or sur Air France, l’écotaxe, ou encore la suppression des conseils généraux, vous avez reculé

Réformer, c’est difficile, il y a toujours des résistances – car beaucoup de Français, dans le privé comme dans le public, ont peur d’être déclassés, de perdre leur situation. Mais il faut savoir les surmonter. La réforme ferroviaire adonné lieu à une grève particulièrement longue au mois de juin. Pourtant, je n’ai pas cédé. Pour Air France, l’essentiel de la réforme concernait le développement de la compagnie low cost Transavia France, pas Transavia Europe. J’ai soutenu personnellement la direction. La grève a été longue mais, pour la première fois, ce ne sont pas les pilotes qui ont eu raison ! Le gouvernement a tenu bon.

Sur l’écotaxe, n y a eu un recul.

Ça ne sert à rien de s’entêter! Le projet d’écotaxe voté par l’Assemblée à la quasi-unanimité, en 2011, s’est révélé il y a un an impossible à mettre en oeuvre pour des raisons techniques et politiques. Ce qui a été inventé en juin dernier ne fonctionnait pas non plus. Nous aurions dû y renoncer plus tôt. Gouverner, ce n’est pas s’entêter, c’est être pragmatique, c’est reconnaître aussi quand des erreurs ont été commises.

Et c’est pour ne pas vous entêter que vous avez cédé aux demandes du PRG sur les conseils généraux ?

Vous voudriez m’enfermer dans un débat que je connais par coeur… Soit on réforme et on est une brute, on passe sur tous les corps intermédiaires : partis, syndicats, élus … Soit on les écoute, et alors c’est le recul ! La réforme la plus importante, c’est celle des régions. Parce qu’elle va changer profondément la réalité du pays avec 12 régions plus fortes, à taille européenne, ayant désormais toutes les compétences sur le volet économique. Cette réforme jugée « impossible » sera votée avant la fin de l’année. Nous avons créé les grandes métropoles, réformé les intercommunalités pour leur donner davantage de moyens d’action. Mais il y a aussi dans certains territoires ruraux, périurbains, un sentiment profond d’abandon, un grand besoin de proximité. Il n’est donc pas absurde que, dans les départements ruraux, on conserve les conseils départementaux. Le pragmatisme n’est en rien contradictoire avec la réforme.

Sur les professions réglementées, la réforme Macron semble moins ambitieuse que oelle de son prédécesseur.

Au contraire ! Mais je refuse qu’on jette à la vindicte des professions qui comptent pour notre pays : notaires, professions de droit, pharmaciens… Grâce au dialogue, nous bâtissons une loi qui libère les énergies dans ces secteurs. La loi croissance et activité ouvrira aussi avec les contreparties prévues dans le rapport Bailly, davantage de possibilités de travailler le dimanche pour favoriser notamment l’attractivité des zones touristiques. Nous y intégrerons enfin le fruit du dialogue social sur la représentativité et le lissage des seuils sociaux.

Plus de liberté pour les autocars et les professions réglementées, ça ne suffira pas pour ramener la croissance, mais ça suffira peut-être pour donner des gages à Bruxelles ?

Nous faisons cette réforme d’abord pour nous-mêmes!

Comment expliquez-vous que ces réformes ne suffisent pas à convaincre Angela Merkel ?

Qu’en savez-vous? La chancelière elle-même a déclaré que notre programme de réformes était impressionnant par son ampleur et par sa diversité.

Vous aurez donc son soutien sur la question des déficits que la France réduit moins vite que prévu ?

C’est un autre sujet. Ramener nos déficits à 3% dès l’an prochain est impossible. Baisser de 30 milliards supplémentaires la dépense par rapport aux 21 milliards déjà engagés nous plongerait dans l’austérité et bloquerait le pays. Aujourd’hui, l’Europe sous-estime la gravité de sa situation. Certains voyaient, il y a six mois, la croissance revenir doucement. Ce que je vois se profiler, si nous ne faisons rien, c’est un risque de déflation et de récession. Les politiques d’ajustement non coordonnées ont-elles fini par tuer la croissance? Je le crains. Mais il y a deux avancées dont on ne parle pas assez : la baisse de l’euro, que j’avais moi-même réclamée, et l’annonce du plan Juncker de 300 milliards d’euros d’investissements. Cela veut dire que nous pouvons changer la politique budgétaire et monétaire de l’Union européenne. C’est ce que ne cesse de dire François Hollande depuis deux ans et demi.

Réduire les dépenses de 50 milliards, ce n’est pas l’austérité ?

Absolument pas. Mais je suis conscient que pour ceux qui connaissent la crise depuis des années, qui sont au chômage ou dans la précarité, la question peut se poser. Pourtant c’est la réalité ! Quand nous créons 60 000 postes d’enseignants pour lutter contre l’échec scolaire, et aussi des postes de policiers, de magistrats, quand nous augmentons les bourses pour les étudiants, quand nous augmentons les rémunérations des catégories B et C de la fonction publique, nous ne faisons pas de l’austérité ! Nous avons à faire des choix. La dépense publique dans notre pays représente 57 % de la richesse. Réduire ce montant n’est en rien une politique dictée par Bruxelles. Nous le faisons pour nous, pour préparer l’avenir, pour que la dette ne pèse pas davantage sur nos enfants, pour ne pas perdre notre souveraineté.

NdR : vous notez la malhonnêteté visant à rapprocher le niveau des “dépenses publiques” de la dette, alors que rien n’interdit de voter un budget équilibré – mais cela a des conséquences. Les États-Unis ont une dette supérieure à la nôtre, avec des “dépenses publiques” parmi les plus faibles.

Le prix Nobel d’économie Jean Tirole juge le marché du travail en France « assez catastrophique », c’est aussi votre avis ?

ll faut d’abord se féliciter de ce prix Nobel ! Le marché du travail ne fonctionne pas bien, c’est un fait. Et le niveau du chômage est aussi une résultante de ce dysfonctionnement. Se poser la question de l’efficacité et de l’équité des règles est donc légitime. Elle se pose d’ailleurs tous les deux ans à l’occasion de la renégociation de la convention d’assurance-chômage entre partenaires sociaux. Ils le feront au plus tard en 2016. Cela ne doit pas nous empêcher d’ici là d’en parler! D’autant plus que le régime est aujourd’hui en déficit de près de 4 milliards d’euros.

Y a-t-il des abus? Ce régime est-il à vos yeux trop généreux ?

Il faut éviter les caricatures : le haut niveau du chômage ne résulte pas d’un refus des chômeurs de travailler. Il y a toujours des abus, mais personne n’est au chômage par plaisir. Et, vous le savez, seulement la moitié des demandeurs d’emploi sont indemnisés. Mais se poser la question des devoirs des chômeurs, de leur formation, d’un meilleur accompagnement par Pôle emploi, des bonnes incitations pour retrouver un travail, ce n’est pas une régression sociale. Le fonctionnement du marché du travail n’est pas satisfaisant car il ne crée pas assez d’emplois, il génère des inégalités importantes entre, d’une part, des salariés très protégés en CDI et, d’autre part, des salariés très précaires en CDD et en intérim. C’est là-dessus qu’il faut agir.

NdR : traduction : ami lecteur en CDI, tu es un peu un salaud quand même, tu devrais avoir honte et partager ta sécurité…

Vous dessinez le contrat unique?

Les partenaires sociaux n’ont pas souhaité s’engager sur le contrat unique. Ce qui ne veut pas dire que ce n’est pas intéressant. Mais il faut être pragmatique. Certains économistes comme Jean Tirole en sont venus à proposer cette idée parce qu’ils font le constat qu’aujourd’hui un certain nombre d’entreprises ne veulent pas embaucher en raison du coût trop élevé du licenciement, notamment parce que l’incertitude juridique est trop forte. Je partage ce constat. La loi de sécurisation de l’emploi votée l’an dernier encourage fortement la recherche d’un accord entre partenaires sociaux. Et déjà le nombre de recours juridiques suite à des plans sociaux a chuté. Pour ce qui est des conflits individuels, une concertation s’engage. Elle devra permettre de rendre la justice prud’homale plus rapide et plus efficace.

La gauche au pouvoir a toujours mené des réformes emblématiques : les lois Auroux, la cinquième semaine de congés payés, les 35 heures, la CMU… On cherche en vain la grande réforme sociale du quinquennat Hollande ?

– Il ne faut pas s’enfermer dans l’idée de la réforme emblématique, même si nous avons déjà fait beaucoup de choses. Le mariage pour tous, c’est une grande avancée pour l’égalité des droits. Personne ne reviendra dessus. Je suis certain qu’on retiendra de ce quinquennat la refondation de l’École et cette réforme historique qui vient d’être votée : la transition énergétique. C’est une grande loi de gauche ! Mais méfions-nous des symboles pour les symboles…

L’histoire de la gauche est jalonnée de symboles…

Il faut en finir avec la gauche passéiste, celle qui s’attache à un passé révolu et nostalgique, hantée par le surmoi marxiste et par le souvenir des Trente Glorieuses. La seule question qui vaille, c’est comment orienter la modernité pour accélérer l’émancipation des individus.

Cette gauche est pragmatique plus qu’idéologique ?

Oui parce que l’idéologie a conduit à des désastres mais la gauche que je porte garde un idéal : l’émancipation de chacun. Elle est pragmatique, réformiste et républicaine.

Pas socialiste ?

– Je le répète : pragmatique, réformiste et républicaine.

Vous avez dit que la gauche pouvait mourir ?

Oui. Si la gauche est menacée, c’est parce qu’elle n’a pas réussi à articuler des réponses fortes sur des questions essentielles : comment faire face à la globalisation qui crée des gagnants et des perdants ? Comment réformer l’Etat-providence ? Quelles réponses apporter en termes de citoyenneté, de laïcité, d’égalité femme-homme, notamment avec la construction d’un islam de France compatible avec nos valeurs ? Comment encore répondre à l’individualisme, qui épanouit et fragilise en même temps ? Le temps des solutions globales, identiques pour tous, est révolu. Il faut rechercher l’universalité des principes tout en tenant compte de l’hétérogénéité des situations.

C’est ce que nous faisons en réformant les allocations familiailes. C’est pourquoi j’assume totalement cette réforme. Un autre enjeu fondamental, c’est la question de l’identité. La gauche l’a négligée car elle pensait que seule comptait l’identité sociale. D’où votre question : « Quelle est la grande réforme sociale emblématique de ce quinquennat ? » Cette négligence nous revient aujourd’hui conune un boomerang parce que la nation n’est pas soluble dans le social. On peut mener les politiques le plus sophistiquées sur le plan technique, si nos concitoyens n’ont pas le sentiment d’appartenir à quelque chose de plus grand, ils retombent dans la défiance.

Si la gauche croit encore au progrès, la France, elle , n’y croit plus. Le pays sombre dans le déclinisme

– Face au repli que propose l’extrême droite – on sort de l’euro, on ferme les frontières, on accable les immigrés et les musulmans de tous les maux –, face à une droite elle aussi aspirée par le déclinisme, il est essentiel que la gauche se réarme intellectuellement. faut aussi qu’elle redonne de la fierté aux Français. La France est un grand pays, la cinquième puissance économique mondiale, la deuxième en Europe, sa parole compte et elle contribue pleinement à la stabilité du monde. La gauche est forte quand elle s’adresse à tous. Le projet de cette gauche moderne, c’est de combattre tout ce qui aliène et enferme l’individu. Sa valeur cardinale, c’est l’émancipation. Son combat, c’est la République. Mais, si la gauche ne se réinvente pas, oui, elle peut mourir…

NdR : vous noterez le bug due à la contradiction absolue entre la vision proclamée du discours “notre projet est de combattre tout ce qui aliène”, et le fond du discours qui est une soumission totale aux diktats du néolibéralisme – qui aliènent pas mal, si, si…

Beaucoup pensent que c’est vous l’assassin…

– Quand la gauche se recroqueville sur le passé, sur les totems, elle cesse d’être fidèle à l’idéal du progrès, et donc à elle-même.

[NdR. Pensée pour Orwell et Jean-Claude Michéa – mais nous en parlerons bientôt…]

Ceux qui vous accusent de trahir sont des représentants de la gauche du passé ?

– Moi, j’évite l’insulte, la caricature, mais je pense, oui, qu’ils sont dépassés. La gauche qui renonce à réformer, qui choisit de défendre les solutions d’hier plutôt que de résoudre les problèmes d’aujourd’hui, cette gauche-là se trompe de combat. Ce que je reproche à la démarche de Jean-Luc Mélenchon, c’est son manque d’imagination. Aux autres, je demande si laisser filer les déficits et augmenter les impôts, c’est une nouveauté ? Non. C’est ce qui a été fait systématiquement depuis quarante ans et cela n’a pas marché !

[NdR. Comme le néolibéralisme, en fait ?]

Si un assouplissement de notre marché du travail, une intervention repensée de l’État ou la remise en cause de telle ou telle rente de situation contribuent à lutter contre les inégalités et à faire progresser l’intérêt général, il est de mon devoir d’envisager ces solutions. 57% de dépenses publiques, est-ce que l’on considère que c’est efficace ? Non. Face à ce modèle inefficace qui redistribue aveuglément sans tenir compte des besoins de chacun, et revient a posteriori sur les inégalités pour les corriger, nous devons proposer un modèle que j’appelle la prédistribution pour prévenir les inégalités. D’où la nécessité d’investir massivement dans l’éducation, la recherche, la formation et la culture.

Cette gauche, au fond, elle est sociale-libérale ?

J’écarte les mots piégeux qui visent à enfermer. Et j’invite toutes les forces progressistes à envisager leur propre dépassement. On ne milite plus au XXIe siècle comme au XIXe siècle.

Le PS doit-il changer de nom ?

Pourquoi pas ? Mais ce changement ne peut être que l’aboutissement d’un processus. Depuis la refondation du PS au congrès d’Epinay de 1971, la gauche réinvente le monde dans l’opposition, puis elle gouverne de façon pragmatique, mais comme elle ne l’assume pas, elle perd les élections. Ce cycle d’Epinay est terminé. Moi, je suis d’une gauche qui marche et qui assume les responsabilités. A l’heure des réseaux sociaux, le verticalisme des partis ne fonctionne plus. Ils doivent changer. J’invite donc à un nouveau compromis entre toutes les forces progressistes du pays.

Sous quelle forme ?

L’idée pourrait être de bâtir une maison commune dans laquelle chacun se retrouve.

Mais les écologistes ont quitté le gouvernement, le PRG a menacé de le faire, et le fossé entre les formations de gauche n’a jamais paru aussi profond.

Si nous restons tous dans nos chapelles et nos boutiques à défendre nos prés carrés, nous ne nous en sortirons pas. Nous devons créer demain une maison commune, une fédération ou une seule formation, tout est ouvert, mais, en tout cas, c’est le chemin à suivre. Le paradoxe, c’est que les différences aujourd’hui entre les partis de gauche sont beaucoup moins importantes qu’elles ne l’étaient hier.

Parce qu’il n’y a plus d’idéologie ?

Oui, et parce que les modèles ont failli. L’histoire est passée par là. C’est pourquoi nous devons nous réinventer, mais en acceptant de gouverner. Un autre impératif nous y contraint, c’est la menace d’une droite dure et d’une extrême droite qui progresse…

Si vous échouez, après vous, c’est le FN ? Vous avez dit que l’extrême droite était aux portes du pouvoir…

Quand je regarde les résultats des élections et les sondages, c’est une réalité. La progression du FN s’appuie sur un courant décliniste, anti-européen, celui d’une France rétrécie qui propose comme solution la régression, ça s’appelle la réaction. Le camp progressiste, lui, est divisé, morcelé, sur la défensive…

La gauche est-elle minoritaire en France?

En ce moment, électoralement sans doute, au vu des millions d’abstentionnistes, comme on l’a constaté aux municipales. Mais il y a une bataille d’idées à mener. Soyons gramsciens : il nous faut reconquérir l’hégémonie culturelle. Sur beaucoup de sujets, le mariage pour tous, la priorité à l’école, la réforme des allocations familiales, la nécessité de l’ordre républicain, le soutien aux entreprises, sommes-nous minoritaires dans l’opinion ?

[NdR. Fantastique, le type au pouvoir qui donne des leçons d e Démocratie à la terre entière explique tranquillement qu’il est “minoritaire électoralement”, mais bon, c’est sans importance. RIP de Gaulle…]

L’aide aux entreprises, ce n’est pas vraiment un canon de la gauche…

Il y a les canons de la gauche et il y a les thèmes que nous avons conquis : la sécurité, l’aide aux entreprises, la réduction de la dépense publique, ce sont des idées que nous portons désormais.

À gauche, Martine Aubry vous somme de changer de cap.

– Martine Aubry a assumé les responsabilités du pouvoir. Aujourd’hui, elle participe au débat d’idées. Je ne partage pas sa proposition consistant à revenir en arrière et donc à perdre tous les fruits de nos efforts, et ce alors même que les choix que nous avons faits viennent de se mettre en place. Le débat, c’est utile, mais il y a aussi la responsabilité, l’unité et le devoir de cohésion. J’y suis attaché. Je suis adhérent du PS depuis l’âge de 18 ans. Mes inspirations sont multiples : Clemenceau, Mendès, forcément Jaurès et Blum, mais aussi Felipe González, Olof Palme, Willy Brandt. Et j’ai eu la chance de travailler avec Rocard et Jospin. Cette filiation, c’est aussi celle de Martine Aubry. Mais ma gauche à moi se nourrit de ce passé, sans s’y enfermer. Elle est pragmatique.

Cette gauche pragmatique, c’est aussi le visage d’Emmanuel Macron, très critiqué par une bonne partie de la gauche ?

– C’est une nouvelle génération qui assume ses responsabilités. Le plus grand danger qui guette la gauche, c’est le sectarisme. Parce qu’il a été banquier, Emmanuel Macron ne pourrait pas être de gauche ? Notre impératif, c’est le rassemblement. François Mitterrand, en 1981, a su s’entourer de gens qui venaient d’horizons très divers. En 2012, nous avons commis l’erreur de ne pas tendre la main à François Bayrou. Peut-être l’aurait-il refusée, mais nous aurions dû le faire, alors qu’il avait appelé à voter pour François Hollande. Il n’y a rien de pire que le sectarisme au nom d’une prétendue pureté.

C’est une question qui ne se pose qu’à gauche ?

C’est vrai! Peut-être parce qu’on demande beaucoup plus à la gauche. On est plus exigeant Oui être de gauche, c’est plus difficile, mais c’est passionnant. Alors, vive la gauche !

Propos recueillis par Matthieu Croissandeau, Renaud Dély et Sophie Fay pour le Nouvel Obs.

P.S. Lire aussi pour mémoire ce fabuleux billet : “Je me bats depuis longtemps pour une vision libérale de l’économie” de François Rebsamen

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

73 réactions et commentaires

  • jp // 30.10.2014 à 03h55

    je ne lis pas tout, ça me rend malade !
    ça fait 40 ans que j’entends les mots : crise rigueur austérité reforme effort etc. de la part des politicards, depuis Raymond Barre sacré “meilleur économiste de France” vers la fin des années 1970

    et le résultat de ces réformes “courageuses” est :

    http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2014/10/29/20002-20141029ARTFIG00013-la-crise-a-fait-basculer-440000-enfants-dans-la-pauvrete-en-france.php

    A quand des émeutes de la faim en France ?

      +0

    Alerter
    • Zzef // 30.10.2014 à 06h12

      Moi jeune trentenaire, je n’ai entendu que ça toute ma vie !
      Ça doit être un moyen de nous culpabiliser pour pouvoir mieux nous tondre en faisant jouer notre corde de la sensibilité voir solidarité … Il ne fait plus bon faire partie de la classe moyenne dans ce pays.

        +0

      Alerter
      • boduos // 30.10.2014 à 12h58

        Olivier l’a déjà expliqué en long et en large :le carcan de l’euro nous isole dans une règle mortifère pour notre économie et pour les 6 premiers fondateurs du traité de Rome.
        Merkel elle même ne tardera pas à tirer la langue lorsque ses clients européens et désormais russes vont lui faire défaut ,son suivisme avec l’Amérique pourrait aussi lui nuire coté Chine qui se sent cernée crescendo(Hong Kong..)
        Nos dirigeants piégés par leurs obstinations mondialistes et sans courage politique (pour sortir de l’euro et reformer le traité de l’union) gouvernent à la godille,soignent les investisseurs pour éviter hémorragie,donnent des gages au patronat en rognant les lois sociales ,font des loi sociétales pour essayer de fixer un électorat qui se barre ou qui s’abstient,tord le bras aux syndicats …..(épisode CGT) donc pédalent dans la choucroute.
        Un gâchis dont se délectent opportunément l’Allemagne et les fonds de pensions vautours anglo saxons et américains ; après Alstom,bientôt Sanofi ….et pendant ce temps on claque le budget des armées à réparer en façade les dégâts de nos aides a Al nostra en Syrie et de notre destruction de la Libye.
        Juste un mot sur la déconstruction de notre pacte social :le contrat unique CDD parce qu’il il s’agira bien d’un CDD sans date de fin de contrat comme lorsqu’il s’agissait d’un remplacement pour maladie..
        -1)quid des anciens contrats en vigueur ?
        -2)quid pour la fonction publique et les régimes spéciaux ?
        -3)quid si, après rupture d’un contrat sans faute opposable ,une nouvelle embauche est effectuée soit sous un CDD nouvelle formule soit par un intérim ?
        Oui il existe un problème sur le contrat de travail conclu entre employeur et salarié.
        Il faut garder à l’esprit qu’un employeur agit au nom d’une société dont la responsabilité(financière,morale,pénale) est limitée face à un salarié qui donne sa vie,sa sueur,ses belles années d’une maniéré illimitée ,sans possibilité de retour ni de “reset”
        C’est une des raisons pour lesquelles les protections du salarié doivent être inscrites dans le marbre contre les excès de l’arbitraire et parfois contre la bêtise (souvent préjudiciable à l’entreprise elle même …)
        Par ailleurs ,dans l’esprit de la République Française ,il ne faut jamais perdre de vue que l’autorisation d’exercer dans l’espace publique doit être garanti par des règles intangibles en conformité avec notre déclaration des droits de l’Homme et du Citoyen .
        C’est au travers de ces repères fondamentaux qu’il faut recadrer nos dirigeants politiques tant la tentation de la dispersion va être forte .Ces néo libéraux à la mode Vals utiliseront toutes les méthodes pour nous distraire de l’essentiel.

          +0

        Alerter
    • Subotai // 30.10.2014 à 07h51

      Mois aussi! Je n’ai pas pu tout lire.
      Mon écran a failli valser. 🙁

        +0

      Alerter
    • pierre9459 // 30.10.2014 à 09h24

      Idem, j’ai commencé à avoir la nausée au bout de 30 secondes de lecture.
      Mais il n’y aura pas d’émeutes de la faim en France pour la bonne raison qu’il n’y aura pas vraiment de…faim (au sens strict) dans notre Pays.
      Et puis hélas, il y a autre chose de plus lamentable, c’est cette quasi totale immersion des gens dans l’individualisme, la cupidité, mais surtout (et c’est de loin le plus grave), la grande fainéantise intellectuelle, laquelle fainéantise conduit fatalement à laisser les médias vous imposer VOTRE propre pensée.
      C’est ainsi que la majorité du peuple de veaux va vous seriner depuis des décennies avec ce que lui dit de seriner …ses maitres par médias interposés . Pêle-mêle …

      – Faut retrouver la croissance (ils ne savent même pas ce que c’est)
      – Les réformes sont indispensables (demandez-leur en quoi consiste une réforme)
      – On vit plus vieux donc normal de partir plus tard en retraite.
      – Y’a trop de charges pour les patrons (cocasse de défendre celui qui t’exploite)
      – Les fonctionnaires on devrait tous les virer (démerde toi ensuite pour ta santé et le reste)
      – Les syndicats (surtout un) sont tous pourris et devraient être interdits, ils cassent l’emploi …bla…bla…bla… (pratique en ce moment les aventures du sieur Le paon non? C’est arrivé pile poil ….un hasard vous croyez?)
      – L’europe, c’est la paix, la croissance etc etc…..Ils ne connaissent rien de cette Europe, ne savent même pas ses origines.

      Aller…on pourrait en faire des tonnes, mais juste une petite fournée plus…politique…pêle-mêle également.

      – Miterrand était socialiste…loooooool
      – Hollande est socialiste et son gouvernement aussi …relol …..
      – Je vote Hollande parce que je ne veux plus de la droite au pouvoir (tordant)
      – Le FN est un parti comme les autres
      – L’Amérique est le plus grand pays démocratique du monde 🙂
      – Poutine c’est Hitler, il a annexé la Crimée …
      – Chavez était un dictateur

      Etc…etc…etc ….
      Je crois que je pourrais en mettre des pages entières tant la profondeur de la connerie humaine est insondable. Et encore, je ne dis rien sur les sujets qui fâchent ….justement parce que ça fache 🙂
      Alors, s’il y a une révolution en France, j’y apporterais mon soutient mais surement pas à coup de slogans ou en brandissant des pancartes car ça, c’est la mode d’emploi préconisé par CEUX QUI NOUS FONT SI MAL !!!!
      Eux sont d’une violence extraordinaire partout dans le monde ! Rendons leur coups pour coups !!!

        +0

      Alerter
      • Wilmotte Karim // 30.10.2014 à 19h39

        “Mais il n’y aura pas d’émeutes de la faim en France pour la bonne raison qu’il n’y aura pas vraiment de…faim (au sens strict) ”

        On prend les paris?

        En Grèce par exemple…

          +0

        Alerter
        • Van // 30.10.2014 à 23h52

          les émeutes et les révoltes ne viennent pas forcement de gens qui auront fain mais de gens incorruptible déterminé qui refuse que les français et la France sombre dans la soumission , l’histoire nous la prouver maintes fois toucher a la dignité d’un peuple fière suffi a éveiller sa résistance .

            +1

          Alerter
      • jp // 30.10.2014 à 21h16

        s’il n’y a pas encore les émeutes, la faim est déjà là depuis environ 30 ans. Le succès grandissant des restos du coeur le démontre.
        wikipedia :
        “Les personnes accueillies bénéficiant de ces aides sont des personnes dans la précarité, et malheureusement tous les profils sont représentées, qu’il s’agisse de personnes seules ou de familles monoparentales, des chômeurs en fin de droit (la moitié des personnes accueillies sont au chômage, déclarait Olivier Berthe en novembre 201313), de retraités disposant du seul « minimum vieillesse » ou encore de jeunes de moins de 25 ans ne disposant pas du RSA.
        Les Restos du cœur parlent d’une pauvreté prenant un autre visage, avec la venue des travailleurs pauvres”
        Il y a aussi ADT quart monde, secours pop et catho, etc. qui en parlent. Même l’Unicef parle de la France au sujet des enfants de plus en plus nombreux a vivre dans la pauvreté dans les pays riches.
        Donc comme on veut ne plus indemniser ces “faignants” de chômeurs, la faim va continuer de croitre jusqu’à ?

        Faim + société d’individualistes = vol + ?

          +0

        Alerter
  • JaySWD // 30.10.2014 à 04h02

    En anglais,on dit:”Tony Blair”.
    En français,faut dire comment? “Tony Blaireau”??

      +0

    Alerter
  • vérité2014 // 30.10.2014 à 04h16

    Il touche aussi 20 euros chaque fois qui prononce le mot ‘magique’:réforme.
    Et à mon avis 50 euros pour le mot déficit.

    Par contre il perd 100 euros s’il utilise par mégarde le mot socialisme.

      +0

    Alerter
    • rototo // 30.10.2014 à 10h32

      c’est le scrabble 2.0, reforme compte triple, et tous les mots de gauche sont des grots mots qu’il est interdit d’employer

        +0

      Alerter
  • casper // 30.10.2014 à 04h45

    Voir un premier ministre reprendre a son compte la vieille antienne des 56% de dépense publique, qui amalgame le budget de l’etat, la Secu, les retraites, et laisse croire qu’il s’agit de 56% de pure ponction sur la production nationale (la police, les hopitaux, les ecoles etc ne produisent aucune valeur, c’est “bien connu”…), ou que cet argent n’est jamais redistribué, c’est quand même terrifiant de nullité, ou de duplicité.

    Je penche pour la duplicité.

      +0

    Alerter
    • gil // 30.10.2014 à 06h43

      La narration des nouvelles idées de la gauche par Valls…

      Quelques phrases de Valls :

      “Soit on réforme et on est une brute, on passe sur tous les corps intermédiaires : partis, syndicats, élus … Soit on les écoute, et alors c’est le recul !”. Ben tiens, soit on s’explique ce qui engage compromis, concession, c’est trop brutal, soit je te fous un poing dans la gueule, c’est plus doux, méthode masculine dite de la “rends moi la femelle ou t’as la massue dit l’hirsute !”, économie de la reconnaissance

      “Quand nous créons 60 000 postes d’enseignants pour lutter contre l’échec scolaire, et aussi des postes de policiers, de magistrats, quand nous augmentons les bourses pour les étudiants, quand nous augmentons les rémunérations des catégories B et C de la fonction publique, nous ne faisons pas de l’austérité !…/…La dépense publique dans notre pays représente 57 % de la richesse.” Je comprends pas trop là si on peut m’expliquer ???

      Ouf, un peu plus tard “57% de dépenses publiques, est-ce que l’on considère que c’est efficace ? Non. Face à ce modèle inefficace qui redistribue aveuglément sans tenir compte des besoins de chacun, et revient a posteriori sur les inégalités pour les corriger, nous devons proposer un modèle que j’appelle la prédistribution pour prévenir les inégalités.” Finalement toujours rien compris , Valls réinvente l’économie par la prédistribution… je vais augmenter mes tarifs, c’est la prédistribution, ma banquière va être contente Storytelling économique quand tu nous tiens !

      Idéologie socialiste ? “Oui, et parce que les modèles ont failli. L’histoire est passée par là. C’est pourquoi nous devons nous réinventer, mais en acceptant de gouverner. Un autre impératif nous y contraint, c’est la menace d’une droite dure et d’une extrême droite qui progresse…” Donc, un message de droite sociale, pour contrer l’extrême droite, genre démocrate quoi à la Obama , ben fallait le dire, j’ai compris. Mais et l’extrême gauche, plus de mur ?

      Mitterand 1973 “La démarche du Parti Socialiste doit être comprise comme révolutionnaire dans la mesure où le Parti Socialiste entend casser les structures du grand capitalisme.” La définition a bien changé.

      “Mais il y a une bataille d’idées à mener. Soyons gramsciens : il nous faut reconquérir l’hégémonie culturelle. Sur beaucoup de sujets, le mariage pour tous, la priorité à l’école, la réforme des allocations familiales, la nécessité de l’ordre républicain, le soutien aux entreprises, sommes-nous minoritaires dans l’opinion ?” Dans les urnes oui, si vous connaissez un peu la démocratie, normalement elle représente l’opinion…

      Gramsciens, tiens référence au Marxisme, ou tout le monde naît intellectuelle et se doit d’être éduquer pour partager les passions des masses de travailleurs. J’ai enfin compris l’investissement dans la fonction publique c’est pour partager les passions des masses de travailleurs. La gauche nous réinvente Marx ! Merci Valls, il fallut de peu en imparfait du subjonctif que je vous crusse de droite. En plus que parfait que je vous fusse cru de gauche.

      “parce qu’on demande beaucoup plus à la gauche. On est plus exigeant Oui être de gauche, c’est plus difficile, mais c’est passionnant. Alors, vive la gauche !”

        +1

      Alerter
  • Archanonyme // 30.10.2014 à 04h49

    Il y a une chose que me vient à l’esprit. Le socialisme n’est pas que la propriété de la gauche (à l’image d’un socialisme de …
    vous connaissez la suite …
    la question, n’auraient-ils pas simplement retourner leur veste pour créer un socialisme du centre

      +0

    Alerter
    • Norbert // 30.10.2014 à 08h14

      À la question :
      “La gauche au pouvoir a toujours mené des réformes emblématiques : les lois Auroux, la cinquième semaine de congés payés, les 35 heures, la CMU… On cherche en vain la grande réforme sociale du quinquennat Hollande ?”

      Il répond 5 questions plus tard, ce qui met en évidence ses aptitudes à la rhétorique, mais aussi la capacité de réfléchir tout en parlant. C’est un coriace…

      Reponse :

      “C’est pourquoi j’assume totalement cette réforme. Un autre enjeu fondamental, c’est la question de l’identité. La gauche l’a négligée car elle pensait que seule comptait l’identité sociale. D’où votre question: « Quelle est la grande réforme sociale emblématique de ce quinquennat ? » Cette négligence nous revient aujourd’hui conune un boomerang parce que la nation n’est pas soluble dans le social. On peut mener les politiques le plus sophistiquées sur le plan technique, si nos concitoyens n’ont pas le sentiment d’appartenir à quelque chose de plus grand, ils retombent dans la défiance.”

      1) La gauche pensait que seule comptait l’identité “sociale”.
      2) La nation n’est pas soluble dans le social.
      3) Nos concitoyens n’ont pas le sentiment d’appartenir à quelque chose de plus grand.
      4) Ils (re)tombent dans la défiance*

      ainsi, 1+2+3+4+* (où * est la variable de correction de la négligence dont il cause) nous pouvons déduire que :

      “Pour ne pas voir nos concitoyens retomber dans la défiance, il faut leur redonner le sentiment d’appartenir à quelque chose de plus grand, d’identitaire, et ne pas refaire l’erreur de croire que la nation est soluble dans le socialisme, parce c’est l’inverse quils veulent.”

      National socialisme que cette nouvelle grande maison commune ? En même temps, vue ceux qui sont soutenus en Ukraine, la logique, non, le pragmatisme est appliqué.

      Depuis qu’ils aident le fn à faire leur lit, ces “socialistes” doivent rêver debout d’enfin s’y coucher.

        +0

      Alerter
  • ·٭·щargueri†e·٭· // 30.10.2014 à 05h21

    “Nous devons créer demain une maison commune, une fédération ou une seule formation”

    glups !

    ça sent le parti unique ? non ?
    il se voit déjà en dictateur ?
    la grande cause sacrée de l’option europe – atlantisme – neo libéralisme – otan guerrier ?
    bizarre…

      +0

    Alerter
    • Wilmotte Karim // 30.10.2014 à 19h42

      Non, c’est le Front Populaire.
      Mais il n’en sera pas.

        +0

      Alerter
  • ioniosis // 30.10.2014 à 06h02

    c’est le discours de ceux qui n’ont qu’un seul but ,et qu’ils n’osent l’avouer devant le pays,

    le sauvetage de l’euro et de l’UE , “à tout prix” , où quelque soit le prix , pour le pays .

    qu’importe nos intérêts économiques , les chômeurs, la misère sociale qui s’étend , si leur
    construction europénne est sauvée .
    comment peut-on encore prendre au sérieux de tels individus ?

      +0

    Alerter
  • Fabrice // 30.10.2014 à 06h32

    ce qui m’a toujours impressionné et révolté c’est l’usage du terme réforme pour faire passer toutes les aberrations, régressions possible et cela sans honte aucune.

      +0

    Alerter
  • dupontg // 30.10.2014 à 06h36

    maintenant qu’ils ont reussi à infiltrer leur “young leader” de la FAF comme commissaire euro,
    il n’y a plus grand chose qui empechera le controle de l’EU …

      +0

    Alerter
  • Joanna // 30.10.2014 à 06h49

    Etrange cette photo, visiblement “posée” et étudiée.

    Je sens qu’il se voit déjà en président de la République.
    Ne manquent que des livres derrière,
    mais peut-être qu’il ne lit pas …
    comme fleur pellerin …

      +0

    Alerter
  • toutouadi // 30.10.2014 à 06h57
    • K // 30.10.2014 à 13h41

      Faire une saga documentaire sur le capitalisme était une excellente idée de la part d’Arte mais je trouve le résultat un peu décevant.

      Ces films abordent le capitalisme par les aspects de redistributions, d’inégalités. Ils mettent en scène les combats idéologiques du genre Marx/Smith ou Hayek/Keynes mais il fait aussi l’impasse sur des questions fondamentales pour le capitalisme : ses origines, le rôle de l’Histoire, de la politique, de l’anthropologie, les analyses ne sont pas fouillées et on reste un peu dans le superficiel, la question monétaire n’est même pas abordée !

      Et sans les 6 épisodes, on tombe vite dans le slogan qui fait plus réagir que réfléchir du genre :
      – Les inégalités sociales sont le moteur du capitalisme.
      – On nationalise la dette privée.
      – Les pauvres ont en partie choisi leur sort.
      – Les biens sont mieux employés quand ils sont dans la main du privé
      etc

      Le réalisateur a choisit de faire un épisode par économiste et un économiste par épisode. A mon sens, il aurait mieux fait de faire un plan ‘une notion par épisode’, ça aurait donné un film assez scolaire, certes, mais au moins, ça aurait été plus claire.

      Ceci dit, je ne vais pas accabler Arte, bravo à cette chaîne. Les autres canaux en sont loin.

        +0

      Alerter
      • Tatare // 31.10.2014 à 19h10

        Il a quand même été question dans cette série de la naissance du capitalisme, qui se confond avec la création des grandes plantations de canne à sucre aux Antilles, et de l’esclavage qui va avec.

        D’ailleurs en sommes-nous vraiment éloignés, maintenant qu’un ouvrier gagne tout juste de quoi se loger et se nourrir ?

          +0

        Alerter
  • Patrick Luder // 30.10.2014 à 07h21

    Il n’y a aucune réforme, seulement une course en avant, toujours à repousser les vrais réformes pour plus tard.

    Pour redonner de la compétitivité au commerce mondial, il faut d’abord s’attaquer aux inégalités des taux de change. Quand à l’économie locale, elle ne peut-être que malmenée avec autant de concurrence déloyale.

    Avec de tels politiciens à la barre, il faut d’urgence organiser des élections par tirage au sort, cette pléthore de politiciens élitistes doit cesser, c’est un scandale !!!

      +0

    Alerter
  • Cédric // 30.10.2014 à 07h23

    je commençais à me sentir seul : entendre salaud de fonctionnaires, nantis que vous êtes avec vos salaires énormes (je touche 1655 prime comprise en cat B échelon 6, sûr largement au-dessus du salaire médian à 1610€ en 2010
    http://bfmbusiness.bfmtv.com/emploi/1-610-euros-mois-revenu-median-francais-2010-332722.html
    , la grande majorité des fonctionnaires gagne beaucoup moins Catégorie C) et surtout notre protection éternelle. Enfin, les CDI deviennent des salauds, je me disais aussi :), profiteur qu’ils sont. Les socialistes n’ont que le nom, Jaurès est bien loin. Ce parti est une imposture, des sociaux-traitres.

      +0

    Alerter
  • question // 30.10.2014 à 07h34

    Caudillo ?

      +0

    Alerter
    • Files WalQer // 30.10.2014 à 14h59

      @question “Caudillo ?”

      Cela me rappelle un commentaire lu dans un “journal” en ligne alors que Valls venait d’être nommé:

      “Avec Valls, Hollande y va franco”

        +0

      Alerter
  • Surya // 30.10.2014 à 07h34

    Quand je vois un type parler sans discontinuer de “réformes” et de “croissance” ça me fait toujours penser à Michéa :

    “Il est clair que le Dogon du Mali aura toujours plus de chance de comprendre le berger mongol qu’un cadre du FMI dont le seul horizon culturel est la croissance illimitée dans un monde sans frontières. […] C’est un mode de vie hors sol dans un monde sans frontières à la croissance illimitée que la gauche valorise comme le sommet de l’esprit tolérant et ouvert, alors qu’il est simplement la façon typique de la classe dominante d’être coupé du peuple.”

      +1

    Alerter
    • Norbert // 30.10.2014 à 09h30

      Si seulement nous pouvions nous satisfaire de l’idée qu’ils sont juste coupé du peuple…

      Nous sommes en présence d’un éggrégore dont on peut, cest même indispensable, trouver quelques réflexions par là ==> http://fr.m.wikipedia.org/wiki/%C3%89gr%C3%A9gore

      Dans son discours de Valadai, Poutine se demande “Pourquoi ils agissent comme ça ?” Sans y répondre lui même 😉 et lorsqu’il affirme avoir posé la question aux intéressés, certainement Merkel, ils répondent :”ben, on c’est pas, parce que c’est comme çà, pi cétou, pi tetropcomplikevlad, on fait pi voila.”

      Par ailleur, Medvedev, pourtant de droite et pro atlantiste, en réaction à la déclaration surréaliste de Obamaniaque à l’ONU, ou ce dernier liste la Russie en seconde position, entre ébola et daesh, les menaces majeures que rencontre l’humanité, Medvedev s’interoge sur la santé mentale du président US, là encore sans développer.

      Il faut, à mon sens, bien voir là une piste, bien que déroutante, qui nous est proposé par l’intelligentsia Russe. Et il est temps de se dérouter pour trouver une autre voie que se délire ésotérique dans lequel se retrouve piégé, et nos dirigeants, et nos oligarques, dont Poutine tente d’en reveiller quelques uns : ces nouveaux riches qui on fait des erreurs d’appréciation. Toujours dans son discours de Valadai.

      Je vois dans le comming-out de Gorbachev cette prise de conscience qu’il s’est laissé embarquer, consentant, acteur majeur, entreprenant, dans l’entreprise de pillage et d’humiliation de la russie. C’est en ce sens que hier, sur votre article le concernant, avec son interview, je relève le fait, pas anodin du tout, qu’il botte en touche lorsque on lui demande si l’Otan à trahi tandis qu’il soutenait la démarche.

      Comment ce pauvre homme pourrait il reconnaître explicitement la trahison, ce qui en ferait au mieux un complice, au pire un traitre ?

      D’ailleurs, en Russie s’élèvent des voix pour demander son jugement en temps que tel. J’ai entendu, ou lu, qu’un procès en son encontre allant dans ce sens était en préparation.

      Je vous invite donc, amis lecteurs, à aller vous pencher sur l’idée “éggrégorienne” (néologisme personnel :-)) pour vous rendre compte par vous même du surréalisme de la situation qui peut même expliquer ce délire d’aller planter des sapins plug anal en plein centre ville d’une capitale disjoncté de la réalité terrestre.

      Si poutine s’échine à tendre la main, y compris aux US, c’est parce qu’il est lucide, ne confond pas un peuple et les allumés qui dirigent dans un délire emotionnel pathologique. Il espère, j’en suis convaincu, que peuvent émerger des élites, des lidears dont la santé mentale n’est pas contaminé par ce virus supra spirituelle, ésotérique et ravageur.

      Cela nous appartient. Poutine ne peut faire plus que d’avoir, d’une part montré la voix, donné une piste, et d’autre part prevenu pour ce qui est de la force brute, ben cest lui qui la plus grande, la p, us grosse et qu’il est inutile qu’il la pose sur la table pour qu’on la mesure.

      Sous l’éclairage éggrégorique (j’adore tripoter ce nouveau mot :-)) l’on peu mieux cerner l’attitude des médias, dont on peu dire certes, qu’elle est constituée d’une prestitute, de journalopes, mais aussi et surtout, d’une flopée de journaleux éggrégoriens, dont l’instinct grégaire, corporatiste, initial est un terreau fertile pour y voir s’instiller l’éggrégore groupusculaire qui tend à rendre la “victime”, dans un soucis d’excellence, autonome et entreprenant pour mettre en avant son exceptionnalité supérieure d’éveilleur de consciences.

      Pour conclure avec une image, c’est un éggrégore qui préside la minute de la haine, de Orwel, ou chacun cède à cette esprit mystique dans une communion quasiment orgasmique.

        +0

      Alerter
  • persanfoi // 30.10.2014 à 07h38

    Bonjour,
    J’ai tout lu!
    Il faut lui reconnaitre d’avoir compris les problèmes. Un peu tard, selon ses dires, hypocrites: personne ne peut être aveugle et sourd à ce point. Malheureusement, ses idées ne marchent/marcheront pas. Sinon, Sarkozy les auraient mis en place bien avant lui.

    Mais, il attend une conjoncture globale plus favorable pour tirer les indicateurs nationaux vers le “+”. Imaginons, par exemple que 50% des chinois commencent à consommer comme des américains moyens. Ajoutons les indiens, les argentins, les brésiliens, les les les… Elle est là, la reprise, elle est là, la richesse de l’économie. Les spéculateurs ne se trompent pas: on est assis sur la reprise mondiale. Je pense que c’est ce qu’il pense…

      +0

    Alerter
  • FL // 30.10.2014 à 09h04

    Ce commentaire n’a apparemment rien à voir.

    Rémi Fraisse vingt et un ans, a été tué par une grenade offensive et non pas une grenade assourdissante, ce que n’avait pas démenti un haut responsable de la gendarmerie hier matin sur France Inter.
    La différence est importante car l’une est létale (la grenade offensive est faite pour tuer, elle est constituée par du TNT) l’autre est non létale (en principe la grenade assourdissante est faite, uniquement pour “étourdir” et neutraliser un court instant elle ne contient pas de TNT).

    Par conséquent il est évident que les forces de l’ordre avaient reçu l’autorisation d’utiliser des grenades offensives, (ces dernières ne peuvent normalement être utilisées qu’en cas de légitime défense).
    Rémi Freisse entre autre, représentait-il une menace vitale pour les forces de l’ordre?
    Les forces de l’ordre avaient-elles reçu l’ordre de mener une répression très dur afin de dissuader les manifestants de poursuivre leur action?
    Les plus hauts responsables de l’état étaient-ils ignorant des conditions de maintient de l’ordre et donc de répression?
    Le premier ministre n’a-t-il pas été ministre de l’intérieur?
    Le premier ministre ne se réfère-t-il pas fréquemment à G. Clemenceau qui réprima très durement les manifestations de 1908?

    A propos de G. Clemenceau

    (copier collé de) http://fr.wikipedia.org/wiki/Georges_Clemenceau#.C2.AB_Clemenceau.2C_briseur_de_gr.C3.A8ves_.C2.BB
    “L’année suivante, il est confronté à la grève de Draveil-Villeneuve-Saint-Georges : deux grévistes tués le 28 mai 1908. Le socialiste Édouard Vaillant accuse la « politique du gouvernement » d’être « responsable du meurtre ». Clemenceau rétorque : « la Chambre […] dira si elle veut faire avec nous l’ordre légal pour les réformes contre la révolution». Hormis les socialistes, la majorité le soutient. Le conflit redémarre le 2 juin 1908 à Vigneux, où deux grévistes sont tués et plusieurs blessés : il s’agit de la violence policière la plus grave depuis le début de la IIIe République, dans la mesure où les gendarmes ont tiré à bout portant dans une salle, sur des ouvriers désarmés et accompagnés de femmes et d’enfants. Le 30 juillet, toujours à Vigneux, quatre grévistes sont tués et il y a plusieurs blessés du côté des forces de l’ordre.”
    Et toujours à propos de Clemenceau (que l’on peut apprécier par ailleurs), une belle réponse de J. Jaurès
    http://lewebpedagogique.com/sesterm/2010/10/20/greves-et-repression-en-1906/

    TECHNIQUE: Grenades à surpression = grenade offensive (voir texte)
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Grenade_%C3%A0_main#Grenade_.C3.A0_surpression*

    Ce commentaire à peut être quelques choses à voir…

      +0

    Alerter
  • Gribouille // 30.10.2014 à 09h39

    C’est toujours la même rhétorique neo-conservatrice à la base qui s’est disséminée dans tous les courants politiques sous couvert de “modernisme”. Nous avons maintenant trente années de recul. Et je crois que les gens sont de plus en plus vaccinés contre ces discours qui font indéfiniment appel à l’effort ou au sacrifice sans jamais produire de résultats.
    La pierre angulaire est que la création de richesses doit précéder sa redistribution. En réalité il faut souligner deux choses.
    En premier, la redistribution des richesses est devenue un objectif secondaire, conditionné à une hypothétique croissance qui ne vient jamais, ou qui est loin d’atteindre les chiffres promis pour justifier un effort de redistribution.
    En second, les réformes qui sont censées stimuler cette richesse tendent à rendre les bases fiscales des pays considérés de plus en plus mobiles, et donc impossibles à taxer dans une éventuelle perspective de redistribution.
    Dani Rodrik dans “Globalization paradoxe” faisait remarquer que si les mesures de libéralisation n’ont eu aucun impact sur la croissance et la création de richesses (Au passage, la France continue toujours de perdre 0.5 pt de croissance annuelle par décennie malgré les réformes d’ouverture au commerce international et de libéralisation depuis les années 80 (le trend n’a pas été rompu), elles ont eu des conséquences significatives dans la redistribution des richesses au sein des pays développés avec la remontée des inégalités.
    Quand un pays fait une croissance de 1% par an, et que les 10% de la population s’octroie 100% du surplus. Vous avez 90% de la population qui voit son niveau de vie stagner et 10% de la population qui vit dans un “pays fictif” avec une croissance implicite de 10% par an.
    Vous avez d’un coté une majorité de la population qui participe à cette création de richesses sans voir leurs efforts se traduire par une part absolue du gâteau grandir dans leur assiette. Et de l’autre une minorité qui a le sentiment unanime que ces politiques de libéralisation fonctionnent alors que c’est une pure illusion statistique.
    Si on y ajoute un aveuglement de la classe politique à l’image d’Emmanuel Valls, engoncée dans ses certitudes. C’est un cocktail explosif qui va mal finir.

      +1

    Alerter
  • Arnould // 30.10.2014 à 09h50

    Ctrl+F “social”: Valls utilise l’adjectif “social” plusieurs fois, mais jamais les mots “socialiste” ou “socialisme”.
    Un portrait de Clémenceau est accroché dans son bureau (le grand responsable de la 2ème guerre mondiale, à mon avis, mais c’est un autre sujet). Je n’ai pas envie d’aller voir sur wikipedia. Qui peut dire si Clémenceau était “socialiste”?

      +1

    Alerter
  • Macarel // 30.10.2014 à 10h08

    Pour revenir aux fondamentaux de l’idéal socialiste, cette enregistrement de Henri Guillemin.
    Retraçant la vie de Jean Jaurès.

    http://www.youtube.com/watch?v=D6l3Ulu2SSg

    Après l’avoir écouté, vous verrez qu’il y a aussi loin des idées de Jean Jaurès, à “celles de Valls, Hollande, et consort”, que d’ici aux confins de l’Univers visible.

    Ces gens là sont des usurpateurs, renégats, carriéristes, vendus aux puissances de l’argent.

    Jaurès c’était tout le contraire. Le socialisme est une idée neuve, ce sont eux qui sont les dinosaures du Jurassic Park capitaliste.

      +0

    Alerter
  • Lage // 30.10.2014 à 10h31

    Le plus extraordinaire n’est peut-être pas ce qui est dans le discours, mais ce qui n’y est pas.

    Réforme du système bancaire : pas un mot.
    Réforme des marchés financiers : pas un mot.
    Réforme de la taxation des revenus du capital : pas un mot.

    Pourtant, il aime tant le mot “réforme”.

      +0

    Alerter
    • Casquette // 30.10.2014 à 11h10

      Bien vu !Mais vous savez pourquoi ?On réforme les institutions publiques , pas les privés !La réforme est reservée à l’administration , pour les multinationales on “libère leurs énergies”.

        +0

      Alerter
  • Casquette // 30.10.2014 à 10h49

    Au moins l’objectif est clair ; se débarasser des vieux boulets “marxistes” (mot fourre-tout) dans le but de refonder une gauche moderne , apte à embrasser les idéaux “réformistes et pragmatiques” piochés dans le programme néoliberal comme :
    -l’acception sans condition d’une économie de marché mondialisée (“régions à taille européenne” , métropolisation)
    -la célèbration de la competitivité en terme vitaliste (libération des energies et tout le bazar …je conteste pas que la compétition soit par moment créatrice mais chez Valls il est question d’une compétitivité coût avec des pays discount !)
    -la suppression de tous les organes régulateurs ou redistributeurs qui entravent soit disant cette libération des énergies (du CDI aux Conseils Generaux)…
    Le tout fourni dans un vocabulaire d’architecte pédant typique de la pensée de Sciencepo : fin de la verticalité ,basculement dans une société horizontale grâce à internet…Ben oui , parce qu’au cas ou vous ne l’auriez pas remarqué les classes sociales ont disparu grâce à la 3G et aux forfaits haut-débit !

    Valls et ses camarades post-socialistes de Terra Nova et afiliés (ah Virginie Martin…j’ai pensé à elle en lisant le blabla sur l’horizontalité) font une grossière erreur d’appréciation : l’opposition d’une partie de la gauche (mais pas seulement) à entrer dans leur modernité à eux , qui ne se partage pas contrairement à la précédente , n’est pas dû à une nostalgie d’une époque révolue , mais par un refus d’y replonger !
    Cette opposition refuse que la richesse soit captée par une caste et que cette caste fasse sécession dans de nouveaux cité-états nommés “métropoles” (à quand une dénonciation de ce repli sur soi ?) , elle refuse également que l’individu ,le citoyen ou le salarié soit soumi aux injonctions d’une économie mondialisée , foncièrement asymétrique , au nom de la compétitivité aussi “moderne” soit-elle.
    Une dernière chose sur l’émancipation , dans le républicanisme français cette émancipation n’a pas pour vocation à laisser l’individu seul et libre face à lui même.Sa vocation est de lui permettre l’accès à un groupe plus élargi que celui dont il est issu (passage de la tribu à la la communauté nationale) , c’est à ce moment que l’individu devient théoriquement un citoyen….Communauté nationale qui lui offira en retour protection (de la SECU à la police) et progression sociale (par l’éducation) …”mais ça c’était avant” !
    Puisque toutes les instututions qui garantissaient cette protection et cette ascension sociale ont été démontées par Valls et ses prédécesseurs ,au motif qu’elles étaient justement “révolues et dépassées”….dans un monde post-moderne “progrès” et réformes sont devenus antinomiques Mr Valls !

      +0

    Alerter
    • lon // 30.10.2014 à 19h56

      Si je comprends bien , le néo-libéralisme veut émanciper l’individu des vieilles fadaises collectives et en faire l’entrepreneur de sa propre vie en compétition avec ses semblables, et la gauche môderne veut en faire un compétiteur instruit et heu-reux ..

        +1

      Alerter
  • Léa // 30.10.2014 à 10h58

    Le pire de tous, était tellement effacé et personne ne s’en méfiait avec son CAP d’ajusteur, n’est pas là ! C’est Beregovoy qui a déclaré “la Bourse sera le moteur de notre économie”. Personne ne doutait qu’il était socialiste.

    Depuis les boites rémunèrent des actionnaires toujours plus gourmands, et cet argent ne va pas aux salariés ce qui réduit leur pouvoir d’achat donc la consommation et la production chutent, et ne contribue pas non plus à la protection sociale, tout en augmentant le nombre de chômeurs. Ce système s’autodétruit.

      +0

    Alerter
  • Fabruce // 30.10.2014 à 11h11

    Une chose qui m’a toujours amusé c’est que ce passerait-il, si du jour au lendemain les gens cessaient toute réaction avec les décisions de la classe dirigeante ?

    Bref créait une société parallèle hors des limites de l’actuelle pour résumer “cause toujours” avec comme optique le “common decency” développé par Orwell qui développait cette hypothèse comme réponse aux dictatures (bon Olivier est plus expert que moi sur le sujet).

      +1

    Alerter
  • Bruno // 30.10.2014 à 11h24

    Je suis un cocu Olivier… et cela fait 35 ans que cela dure !

    Je suis né en 1969, et durant toute mon adolescence, sous Mitterrand & Co, j’ai entendu exactement les mêmes choses : l’emploi à vie c’est terminé, faudra vous battre, on ne vous doit rien, faudra vous vendre (comme des putes en fait)… et pendant ce temps-là, 1 million de chômeurs, puis 2, puis trois. Et pendant ce temps-là, aussi, déjà, le FN a 5, puis 10-12%, puis 18% et enfin 25%.

    Pendant tout ce temps, la gauche au pouvoir n’a fait que suivre tranquillement sa dérive libérale, puis très libérale, puis plus libérale que la droite et enfin plus libérale que le MEDEF, un gros pot de vaseline dans la main, renonçant méticuleusement, point par point, a tout ce qui pouvait encore la différencier de la droite.

    Ce sont les mêmes depuis 35 ans. Rien de nouveau sous le soleil. Enfin si tout de même, c’était la dernière fois, en 2012, que je votais pour eux. Il m’aura fallu 35 ans pour en arriver là, totalement dénué de toute illusion.

      +0

    Alerter
  • Louve Bleue // 30.10.2014 à 11h28

    Ils succombent tous à cette religion du néolibéralisme. Excellent documentaire sur arte… Une religion évoluant sans dire son vrai nom et imposée sans aucune démocratie puisque lorsque nous votons contre, les élus deviennent des traîtres ou alors le pays est bombardé. La scientologie à côté c’est du pipi de chat !

      +0

    Alerter
  • bizmarco // 30.10.2014 à 11h45
  • olivier69 // 30.10.2014 à 11h54

    Bonjour,
    Menteur : le premier budget de la France, c’est le service de la dette. On croirait un robot qui parle (récurrence). Pourquoi faire simple lorsque l’on peut faire compliqué. Le contenant sans contenu !
    Il aurait tellement à dire, je ne perdrai pas de temps à commenter pour éviter la dictature de l’immédiat. Le ver est dans le fruit….
    A vendre ! Solde,…
    Cdlt

      +0

    Alerter
    • olivier69 // 30.10.2014 à 14h41

      J’ajouterai qu’il n’y a pas plus “racistes” que ces gens là ! Ils compartimentent notre société et jouent avec les valeurs morales. Ils sont communautaristes, sectaires,….. Ils aiment stigmatiser pour manipuler. Pour ceux qui ne seraient pas encore convaincus :
      https://www.youtube.com/watch?v=q60DECOt4rI
      La sélection naturelle n’est qu’un paravent ! Fonctionnaires, levez-vous (et n’oubliez pas le champ des sirènes) contre cette abomination élitiste qui ne défend pas l’universalité par la singularité. Ils vous réduisent politiquement, intellectuellement, humainement à une régression normative. Où voyez-vous le progrès ?
      Il n’y a pas d’évolution au sens scientifique mais des « adaptations convergentes ». Il n’y a donc pas de sélection naturelle mais une universalité. Ils feront passés le principe d’adaptation en l’enrobant, c’est un piège pour légitimer leur idéologie. Ils ne veulent pas la biodiversité puisqu’ils sont incapables de créer quoique ce soit à partir de rien. Ils procèdent soit par destruction, soit par mutation.
      Le temps n’est pas de l’argent mais de « la vie ». Aujourd’hui, même les paléontologues savent qu’il n’y a pas d’évolution mais régression des espèces. L’arbre de Darwin est inversé. Nos enfants sont en danger. Cautionné, c’est accepté….
      La convergence signifie qu’il y a une définition (un principe fondateur, une information). Et regardez la définition de l’alchimie (ses origines). Ils sont les adeptes de la transmutation matérielle sans limites (la planète souffre, à cause de pratiques scientifiques excessivement matérialistes sans débat philosophique) et aujourd’hui, humaine ! Ils vous diront que la philosophie est une guerre….
      Comment ne pas faire le lien entre une idéologie qui idolâtre le “tout commerce” et une autre qui impose “l’argent roi” comme une récompense divine. C’est une alliance de déraison de deux conceptions culturelles (ils provoquent les guerres et ensuite, arrivent en sauveur par la double casquette). Nous avons besoin d’un vrai débat philosophique pour préparer notre avenir face aux nouvelles technologies. L’empirisme est nécessaire car l’expérimentation ne peut pas prendre ce type de risques (le chemin). Le mot « élu » (religieux, politique, …), comme un droit divin est exploité afin de reconduire une condition économique et sociale.
      La France qui avait peur que le ciel lui tombe sur la tête, a son mot à dire par son peuple. La culture de notre pays doit reprendre le combat de l’égalité des droits et de l’égalité des chances qui sont universelles comme le langage d’un dessein intelligent. Refusons une mondialisation qui n’en est pas une en reprenant le chemin de notre histoire (commune). Ne pas confondre le fond et la forme. La conscience éveille….L’esprit critique est un don ! C’est un choix par le jugement….
      Cdlt
      Signé un vrai libéral.

        +1

      Alerter
  • Alae // 30.10.2014 à 12h00

    Je copie-colle les seules interventions justes et intéressantes, tout le reste (sauf les notes d’OB) me faisant l’effet d’un émétique.
    Je n’ai même pas réussi à aller jusqu’au bout.

    “NdR : vous noterez le bug due à la contradiction absolue entre la vision proclamée du discours “notre projet est de combattre tout ce qui aliène”, et le fond du discours qui est une soumission totale aux diktats du néolibéralisme – qui aliènent pas mal, si, si…”
    “NdR. Pensée pour Orwell et Jean-Claude Michéa – mais nous en parlerons bientôt…”

    Toutes les deux sont d’OB.

    Sinon, dans la catégorie plus nul, tu meurs, on a “Le pragmatisme n’est en rien contradictoire avec la réforme”, un magnifique exemple de divorce orwellien entre un discours et la réalité. Si on a bien compris, pour lui, une réforme, c’est du rêve, de l’utopie, du changement fondé sur rien, juste l’envie de changer pour le plaisir de changer, une espèce d’élan exalté auquel il faudrait ajouter une petite dose de réalisme “non-contradictoire” ?
    On croit rêver…

    En fait, le pragmatisme doit être à la base même des réformes. Il n’a rien à voir avec une soumission quelconque au néolibéralisme, bien au contraire : le pragmatisme voudrait que, quand un système ne marche pas, on reprenne tout, à zéro s’il le faut, et qu’on trouve une autre voie.

      +0

    Alerter
  • Micmac // 30.10.2014 à 12h05

    Un discours qui fleure bon les années 80, que j’appelle les années “questannanahafoutre” (référence aux guignols de cette époque, j’étais jeune en ce temps là).

    Une “modernité” complètement décalée!.. et en corolaire, une politique qui a échoué partout où elle a été appliquée.

    Remarque très pertinente au-dessus : ces politiques n’ont pas échouées pour tout le monde, et beaucoup de nos “élites” vivent dans un pays virtuel qui auraient bénéficié de ces réformes, puisque qu’elles n’ont profité qu’à 10% de la population (et encore, peut-être moins) qui s’est considérablement enrichie. 10% qui font parti des gens que certains cadres du PS fréquentent beaucoup plus que les croquants ordinaires…

    Que beaucoup de cadres du PS, de la tendance au pouvoir, continuent à avoir ouvertement Tony Blair comme modèle en dit long sur leur rapport à la “modernité”, et à la réalité.

    Rappelons que lors des primaires, Vals et sa tendance sont arrivés bons derniers. Non content de conchier le peuple en ne respectant ni l’esprit, ni la lettre de sa campagnes électorale, Hollande conchie les électeurs de gauche. En passant, je n’ai pas participé à ces primaires. Je considère que c’est une mascarade ridicule pour essayer de ressembler aux States, et que ça n’a rien à faire chez nous. Mais elles ont eu lieu, et le score de Vals, et le fait qu’il a été choisi comme premier ministre, est une illustration terrible de la façon dont les gens au pouvoir considèrent la légitimité populaire.

    Je ne suis pas d’accord avec certains commentateurs précédants qui affirment que les gens s’en foutent… Je pense que tout ça va très mal finir… Les barils de poudre sont empilés dans la cale et les gamins jouent autour avec des allumettes.

      +0

    Alerter
  • social21eme // 30.10.2014 à 12h08

    en somme, il annonce pour ceux qui voteraient pour lui …
    si vous etes pauvres vous aurez a subir 10 ans de glissement vers un ultra liberalisme forcé!
    si vous etes riches vous benefécirez d’un accroisement de liberté economique durant une période de 10 ans.

      +0

    Alerter
  • Patrick-Louis Vincent // 30.10.2014 à 14h47

    Ainsi Valls ne serait plus socialiste ? Mais peut-être est-il communiste ; voir ci-dessous la folie taxatrice du gouvernement qui va faire fuir tous les actionnaires.

    http://leblogalupus.com/2014/10/30/nicolas-doze-sur-bfm-le-theoreme-de-la-connerie-le-ps-taxe-les-dividendes-a-60/

      +0

    Alerter
  • Joanna // 30.10.2014 à 15h11

    Il a “causé dans le poste” ce matin en réponse à des zauditeurs …
    Avec notamment un lapsus “il faut lutter contre l’emploi” anecdotique, mais pas que …

    https://fr.news.yahoo.com/videos-manuel-valls-faut-lutter-contre-l-emploi-121312264.html

      +0

    Alerter
  • Koui // 30.10.2014 à 16h01

    Valls me semble hanté par le “surmoi marxiste”, sinon, il n’en parlerai même pas. Je ne le crois pas “décompléxé” comme son idole DSK. Son besoin de tuer le pére Marx pour s’affirmer est tout de même fatiguant. Sale gosse.

      +0

    Alerter
    • Micmac // 30.10.2014 à 23h31

      Pour ça, il faudrait qu’il ait été marxiste à un moment dans ça vie, ce dont je doute…

      Non, simplement, je pense que Vals, et ceux qui lui ressemblent, trouvent tout simplement “ringard” d’être de gauche. Ça ne se fait pas chez les gens qu’il fréquente.

        +0

      Alerter
  • Andrea // 30.10.2014 à 16h43

    Tout cela est stupide, vain, hypocrite. (Valls.)

    Le but est clair et simple: déréguler, pour le dire de façon minimaliste. Apart cela, rien à voir avec la gestion d’un pays.

    Le chiffre de 57% est sans sens. Ce qui compte dans ces affaires, c’est comment l’argent récolté est dépensé et comment et pourquoi (valeur, idéologie, pragmatisme, investissements, autre) l’argent est re-distribué (aide sociale, alloc familiales, etc.) C’est tout.

    Prener l’exemple de la santé. L’Angleterre à un service de santé national (NHS, payé par le contribuable), il est plus restrictif dans sa définition que la Secu, qui englobe un tas the trucs. Les deux pays connaissent également un circuit à coté, privé (assurances, cliniques privées, etc.) En Suisse, le système est supposément privé (quoique les couts en dehors des remboursement des assurances privées sont payées par les cantons, p. ex. l’infrastructure hospitaliaire..)

    Quel sont les couts et la performance de ses sytèmes? Grosso modo, équivalents (tout coute plus cher en Suisse.) Tous ces trois pays de l’OECD ont un bilan des services de santé similaires et considérés comme excellents, bons ou adéquats.

    Bien sur il y a des différences, p. ex. la France est connue pour son traitement de pointe des cancers, mais la psychiatrie n’est pas géniale. Le NHS est aimé des Anglais, et garanti une espèce d’égalité, un traitement rapide en cas de pépins graves. Il est aussi très ouvert à des changements (thérapies, nouvelles méthodes, etc.) En France la Secu …bon à vous de voir. Bien sur des centaines de critiques peuvent être addressées à tous, et il est urgent de toujours mieux faire, revoir, etc.

    Tous les pays de l’OECD sont ‘socialistes’, mais ils le sont de différentes facons. Au fait, la re-distribution est probablement la plus forte aux USA, mais à des taux de ‘survivance.’ (Pas dans le domaine de la santé, qui est complètement vicié et géré d’une facon ad hoc entre le public et le privé, dans un chaos indéscriptible de fraudes etc. ou des margoulins deviennent millionaires en 6 mois…)

    Sarkozy, Hollande, ici Valls font tout pour empecher un débat de fond. Voir les mots stabilo soulignés en jaune. Pourtant, la France à une administration, des analyses, des bilans, extrèmenent bien faits par des pros.

      +0

    Alerter
  • tchoo // 30.10.2014 à 18h29

    Tout comme les entreprises n’embauche pas parce qu’il est difficile de licencier: ça fait maintenant 40ans que l’on entends cela, depuis les lois du travail ont été libéralisées, l’autorisation administrative de licenciement supprimé et malgré tout le chomage augmente
    Et il n’a toujours pas compris pourquoi
    Rien que le fait que ce type se dise de gauche me fait vomir
    En minorité dans son parti, il mène notre pays dans un gouffre, et les socialos sont infoutus de l’éjecter, ils n’ont que des larmes de crocodiles pour se plaindre.

      +0

    Alerter
  • zapping // 30.10.2014 à 21h30

    Pauvre Manuel, il a déclaré sa flamme au patron des patrons qui l’a éconduit, il a tenté de séduire ses homologues anglais et allemand sans plus de succès. Par dépit, il tend la main à un petit caporal centriste qui le snobe et le méprise. Enfin, une fronde récurrente au sein de son propre parti met en doute sa ligne libérale. N’y aura-t-il aucune bonne âme pour cajoler ce pauvre narcisse en quête d’amour?

      +0

    Alerter
  • RGT // 30.10.2014 à 21h58

    “Il faut en finir avec la gauche passéiste”…

    En attendant, ces “chers élus” se sont bien vendus sous ce label… Et ont été élus pour ça.

    Nous pourrions porter plainte auprès de la brigade de répression des fraudes pour “publicité mensongère” ou “non-respect des clauses d’un contrat”.

    Comme ils votent les lois qui les concernent, je peux vous garantir qu’ils feront passer en douce et en urgence une nouvelle loi qui empêchera de porter plainte pour “escroquerie politique”…

    Comme disait Mitterrand : “Les promesses électorales n’engagent que ceux qui les croient”.

      +0

    Alerter
  • Negrello // 30.10.2014 à 22h02

    Qui va leur faire entendre raison à cette bande de fous furieux qui nous mène droit dans le mur?
    Et je reste poli.

    Non seulement ils sont incompétents mais en plus ils se vautrent dedans, ils s’en gargarisent comme l’autre de fou de Maccarthy avec son Ketchup sur sa table.

    On est en pleine débauche, tromperie, aveuglement, luxure, schizophrénie, injure du peuple et on doit gober cela. Et ils sont censés nous représenter. En rien, il ne me représente.

    J’ai voulu commencer pas reprendre les 60 mots les plus utilisés, un peu à la F Lepage et j’ai vite arrêté par écœurement..
    Il n’a à la bouche que croissance réforme, dette, déficits, cap décrochage de compétitivité re crise de compétitivité, re réforme, re croissance …………………………..

    Stop on arrête, combien de temps allons- nous supporter cela ?

      +0

    Alerter
  • bourdeaux // 30.10.2014 à 22h13

    Suite à cet itw de Valls, Cambadélis avait déclaré :” je suis pour le dialogue avec F BAYROU, mais je ne lui donne pas l’onction socialiste”. En réponse, Bayrou a fait un mot meurtrier mais bien senti :” Mr Cambadélis se fait de douces illusions en pensant que l’onction socialiste fasse aujourd’hui envie à qui que ce soit, (…) ce qui est adapté aujourd’hui au PS, ce n’est pas l’onction, c’est l’extrême-onction”.

      +0

    Alerter
  • Gérard Lepage // 30.10.2014 à 23h19

    Petit refrain pour Manu :
    Il est trop tard.
    Pendant que je dormais, pendant que je rêvais…
    Les aiguilles ont tournées, il est trop tard…
    Passe, passe le temps. Il n’y en plus pour très longtemps…
    (Moustaki)

      +0

    Alerter
  • nebul_eu // 31.10.2014 à 09h57

    …. est susceptible de modifier le présent Contrat à tout moment et vous notifiera le cas échéant…

    n’oubliez pas que le mandat confié à nos élus , est a peu près aussi clair que votre contrat de licence d’utilisation d’un logiciel.
    Et on vous avais prévenu qu’il y aurait des réformes
    ah ah ah

    bon week end , profitez il fait beau, et ils n’y sont pour rien.

      +0

    Alerter
  • nebul_eu // 31.10.2014 à 10h05

    Le medef devient souverainiste ,
    “Tant qu’on aura cette contrainte supranationale,”

    c’est pour supprimer la justification des licenciements prévue par la convention 158
    de l’organisation internationale du travail

    http://lexpansion.lexpress.fr/actualite-economique/le-patron-du-medef-veut-que-les-patrons-licencient-sans-se-justifier_1617353.html

    Si on ne peut même plus se fier à la mondialisation…. et virer à la française

      +0

    Alerter
  • remi // 31.10.2014 à 12h51

    Le plan de Valls :
    1) Exclure les derniers socialistes du PS
    2) Débaptiser le PS
    3) Démissionner Hollande et nommer Sarkozy à la place

    (Pourvu qu’une élection ne vienne pas tout foutre en l’air)

      +0

    Alerter
  • Olivier M // 31.10.2014 à 19h33

    Beaucoup de mots pour ne rien dire…

    Continuez à déclarer et payer vos impôts, ils le méritent!

      +0

    Alerter
  • pucciarelli // 01.11.2014 à 08h12

    Bonjour. Il suffit de lire le dernier ouvrage de Laurent Mauduit, “A tous ceux qui ne se résignent pas à la débâcle qui vient” pour prendre l’exacte mesure de ce que sont ces “socialistes” en peau de lapin. Mais cette lecture est déconseillée aux âmes sensibles, tant est cruelle cette sinistre relation d’une trahison fomentée avec préméditation par nos réformistes ultra libéraux depuis des décennies. Toujours en revenir à cette formule “la trahison des clercs” pour savoir que la forfaiture de tant de dirigeants politiques n’est pas une nouveauté dans notre histoire. Se battre donc, sans illusion, pour au moins montrer que nous ne sommes pas dupes.

      +0

    Alerter
  • Jourdon // 09.11.2014 à 12h00

    Je trouve ce texte très équilibré et raisonnable.
    Il manifeste une fois de plus une des qualités généralement reconnues à l’homme politique Manuel VALLS: l’autorité.
    Je dirai que ce qui me fait énoncer ce commentaire est d’abord et avant tout l’accent placé sur l’exigence de compétitivité.

    Néanmoins, je dirais aussi que ce texte aurait du s’imposer dans le débat public il y a dix ans déjà.
    Mais politiquement parlant il ne faut pas désespérer, car il faut pour qu’un discours politique cadre avec l’état de l’opinion – ici les arguments ne sont pas “subliminaux” mais bien concrets; on est au niveau du “potentiel” qui est un mot clef en macro économie – que ladite opinion soit “mûre”, prête à le recevoir (le discours…].

    Le Pouvoir est aujourd’hui bien armé avec deux “fers au feu”:
    – François HOLLANDE le social-démocrate:
    Président de la République…
    – Manuel VALLS le social-libéral:
    Premier Ministre…
    … n’est-ce pas de nature à donner une capacité de rebond au débat donc aux réformes, grâce à une vraie pratique pragmatique???

    Au niveau stylistique je dirais seulement:
    si par exemple on m’avait demandé por un hazard del destino de conseiller sur ce texte: j’aurais préféré le mot “liberté” au mot “confiance”: ceci bien sûr afin de préserver mon espace de liberté… en somme on doit aussi faire les choses pour soi!

    Aides-toi, la France t’aidera!?.

      +0

    Alerter
    • olivier69 // 10.11.2014 à 15h33

      Mr Jourdon,
      « que ladite opinion soit “mûre”, prête à le recevoir (le discours…]. », votre conception de la liberté ? Bientôt vous allez nous faire croire que la notion de « démocrate » s’oppose à celle de « libérale » par le spectre de la dialectique en oubliant les fondements et les significations de ces deux concepts. Par un jeu de rhétorique (signifiant, signifié) et de récurrence, vous êtes un digne représentant du matérialisme par la dialectique. Vous ne seriez pas un peu marxiste dans le fond ?
      Le pragmatisme ? Branche et/ou racine du langage….
      Pour la confiance ? Et bien, elle se gagne. Mais la liberté, elle, semble se perdre avec un manque de culture sémantique.
      Cdlt
      ps : Aide la France, elle te le rendra !

        +0

      Alerter
      • Jourdon // 10.11.2014 à 16h37

        @olivier69
        Je ne comprends pas où vous voulez en venir.
        Je n’oppose pas liberté et confiance.
        Pour moi la liberté est une valeur humaine fondamentale: elle est donc au dessus de la politique elle-même ( eh oui pour moi il y a des choses qui sont au-dessus de la politique ses débats et conflits ). Donc je ne crois pas que vous puissiez m’enfermez dans votre dialectique telle que vous la présentez.

        Revenant maintenant sur mon premier commentaire lui-même – on n’est jamais aussi bien servi que par soi-même –
        j’hésitais entre écrire
        “… n’est-ce pas de nature à donner une capacité de rebond au débat donc aux réformes, grâce à une vraie pratique pragmatique???”
        et
        “je suivrai donc la situation avec un très grand intérêt”

        maintenant concernant Manuel VALLS (puisque l’article lui est consacré…]
        dans l’article certains arguments sont inspirés de Dominique STRAUSS-KAHN
        d’autres de Lionel JOSPIN (l’idée de la “maison commune” de la gauche)
        et on voit aussi des thèmes propres à Manuel VALLS,
        c’est pourquoi:
        “je suivrai donc la situation avec un très grand intérêt”

        en conclusion:
        “aide la France, elle te le rendra!”
        (N’est-ce pas ce que je disais EN-SOMME ; avec mon style…]
        Cordialement,
        PhJd;
        PS.
        Ah oui encore une idée importante.
        Dans n’importe quel pays on parle normalement, on ne se demande pas d’abord si ce qu’on veut dire est “politiquement correct” (sans pour autant non plus monter aux extrêmes, ou invoquer la révolution, ou encore s’enferrer dans des débats grammaticaux ou pour reprendre votre bon mot: “sémantiques”)
        et cela se ressent sur la vie politique: si le débat était aussi comme décrit plus haut, en France, on aurait fait ces réformes il y a dix ans, et le discours du Premier Ministre aurait eu lieu il y a dix ans
        mais c’est vrai chaque pays a son histoire, sa culture, sa sociologie; je ne jetterais donc pas ici la pierre aux politiques…
        néanmoins dans mon domaine la science, je peux vous dire: il y a des données que l’on peut désormais obtenir gratuitement sur internet sur les sites des grands organismes publics internationaux; grâce à ces données on peut déjà numériser une grande partie des politiques qui s’imposent et qui sont les mêmes en Australie, en Nouvelle Zélande, en Allemagne ou en France: et comme on n’en parle jamais… je garde ma liberté de parole!

          +0

        Alerter
        • olivier69 // 10.11.2014 à 18h59

          Bonsoir mr Jourdon,
          “des politiques qui s’imposent” ? Oui, nous avons bien remarqué à la précision de la dette et à la répartition des richesses…..
          Cdlt
          ps : qui sont les promoteurs de la pensée unique ? La liberté de parole dans un bocal….

            +0

          Alerter
  • Jourdon // 10.11.2014 à 20h26

    @olivier69
    Merci pour cette fois la concision de votre interpellation:
    “Bonsoir mr Jourdon,
    “des politiques qui s’imposent” ? Oui, nous avons bien remarqué à la précision de la dette et à la répartition des richesses…..
    Cdlt
    ps : qui sont les promoteurs de la pensée unique ? La liberté de parole dans un bocal….”
    En ce qui concerne “les politiques qui s’imposent” je pensais plutôt en général des politiques dictées par le bon sens afin d’aider tout-un-chacun à mieux fonctionner au quotidien compte-tenu des révolutions technologiques en cours, de l’évolution des mœurs et encore d’autres thèmes très importants pour le XXI S (exigence de penser développement durable; globalisation…]
    et je ne pensais pas a priori à des questions liées à l’argent – c’est vous qui faites le choix d’orienter la discussion en ce sens avec vos mots “répartition des richesses” ou “dette”
    cependant vos termes invitent immédiatement à une réaction de nature “sémantique”
    “richesse” est en science économique peut-être le concept le plus philosophique qui soit; on convient souvent de l’appeler techniquement “actualisation des flux de revenus espérés” mais même cette expression désespérément abstraite relève à l’évidence de la Philosophie à bien des égards …
    “dette” pourrait il est vrai relever quasiment de la méta-physique
    néanmoins, il faut l’admettre, si des reconnaissances de dette parfois même de dette souveraine – ou tout signe de dette sur un papier – sont prises en charge par les marchés financiers en particulier, pour y être notamment traités et / ou échangés: au moins il faut partir de là pour penser une grande partie de l’économie
    ceci est une direction de réponse générale à des questions souvent posées ici ou là: la science économique travaillerait “en labo” avec des hypothèses “abstraites”: en fait hormis quelques concepts effectivement abstraits avec lesquels elle doit composer: son travail est tout-à-fait concret, si les agents qui échangent ces titres achètent ainsi des titres n’ayant même qu’une valeur essentiellement juridique, ces échanges ou même simulacres d’échange afin de tester la réaction de la partie adverse nous en disent énormément sur la vie sociale, la vie économique, et conditionnent le cadre dans lequel l’économie peut se déployer et fonctionner plus ou moins normalement…
    je vous remercie de m’avoir “tendu la perche” avec votre question finale sur “la pensée unique”
    personnellement, à chaque fois que j’en parle, j’en fais référence pour la période 1990-2005 où on nous dit que à cause de l’Europe et pour créer l’euro droite et gauche devaient penser de la même façon
    cela révèle sur le “halo” autour de ces questions
    j’ignore qui en étaient les promoteurs
    mais cela semble indiquer qu’on est passé par une phase où les stratégies prédominaient sur les politiques:
    notamment à cause du retard de la politique industrielle européenne, des stratégies se mirent en place par secteur d’activité au niveau mondial, c’étaient des questions stratégiques
    entre politique et stratégies vous pouvez mesurer l’incertitude et l’épaisseur des questions juridiques
    je doute que ma réponse vous satisfasse; mais je n’en n’ai pas d’autre à ce jour, surtout si je dois m’exprimer aussi brièvement…
    je vous souhaite un bon armistice et vous dis peut-être à partir du 12
    cela me fait penser que je vous prépare une réponse à votre message sur l’article concernant le Président MITTERRAND, mais je ne posterai ma réponse que lorsque que cet article sera sorti du “cadre” de présentation (les 3 premières pages du blog) car votre question tant sur la forme que sur le fond me paraît “hors cadre”…

      +1

    Alerter
    • olivier69 // 10.11.2014 à 23h58

      Et le + 1, il ne serait pas non plus apparu avant même le message ? Vous avez donc un admirateur, soyez conquis. Mais, vous avez bien compris que je me moque de mon égo (il a une autre source de motivation bien plus forte, derrière) ! Sachez au cas où, qu’il n’est pas important de constater des anomalies. Donc l’étrangeté du phénomène ne me prouvera rien sauf à motiver mon esprit d’analyses des circonstances et des spécificités (la liberté, c’est le pouvoir que l’on a sur soi). 🙂
      Cdlt

        +1

      Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications