Je le reposte, terminant la série dans les prochains jours…

Après ce long détour outre-Atlantique, nous conclurons cette analyse des inégalités par la France, en reprenant la même trame d’analyse que pour les États-Unis, afin de faciliter les comparaisons. Il convient également de souligner la pauvreté des informations fournies par l’administration fiscale et l’INSEE sur les hauts revenus (et les revenus en général), et a contrario la richesse du travail mené par Thomas Piketty et Camille Landais dans l’analyse des inégalités.

Analysons aujourd’hui l’indice de Gini, qui est un excellent indicateur des inégalités de revenus, et qui a été présenté dans ce billet :

Coefficient de Gini France

Les informations sur l’indice de Gini en France sont lapidaires. Des bribes disponibles, nous avons estimé son évolution sur le graphique précédent. La conclusion est relativement simple : l’indice a fortement baissé entre 1970 et 2000 pour se stabiliser à un niveau relativement bas. Il subit depuis 2007 une tendance à la hausse, suivant ainsi le mouvement mondial.

Ceci s’observe sur les graphes suivants présentant les niveaux de vie. Rappelons que le niveau de vie est égal au revenu disponible (revenu net après impôts et prestations sociales) du ménage divisé par le nombre d’unités de consommation (uc). Les unités de consommation sont généralement calculées selon l’échelle d’équivalence qui attribue 1 uc au premier adulte du ménage, 0,5 uc aux autres personnes de 14 ans ou plus et 0,3 uc aux enfants de moins de 14 ans.

Niveaux de vie France

Lecture : 10 % des français ont un niveau de vie de moins de 10 012 € par an, avec une moyenne de 7 698 €. Ils représentent 4 % du total des niveaux de vie


Niveaux de vie France

Lecture : le premier décile gagne 4 % du total des revenus, soit 640 € par mois


Le graphique suivant représente la distribution par décile des niveaux de vie 2007 par individu en France.

Niveaux de vie France

Lecture : 8,2 % des individus disposent d’un niveau de vie compris entre 1100 € et 1200 € par mois


On note de façon frappante que les niveaux de vie sont répartis de façon bien moins inégalitaire qu’aux États-Unis – ce qui confirme bien l’écart des indices de Gini.

Les quatre graphiques suivants montrent, à la même échelle, l’évolution de la part de chaque décile de niveau de vie, entre 1996 et 2002 puis entre 2002 et 2007 ; le graphique supérieur est exprimé en pourcentage d’évolution de la part, l’inférieur est en valeur absolue (en pourcentage du total de la masse des patrimoines).

Niveaux de vie France

Niveaux de vie France

Lecture : le décile gagnant le moins a vu sa part dans la masse totale des niveaux de vie passer de 3,25 % à 3,60 %. Elle a donc connu une évolution de 10,8 %, en étant augmentée de 0,35 % du total. Les sommes du graphique inférieur sont évidemment nulles et montrent la redistribution réelle intervenue entre les déciles.

 

Niveaux de vie France

Niveaux de vie France

On observe ainsi clairement que 1996-2002 a correspondu à une période de grande progression de la part des revenus des plus pauvres et des plus riches, au détriment des classes moyennes et aisées.

La période 2002-2007 n’a pas connu cette amélioration pour les plus pauvres, mais l’enrichissement des plus hauts-revenus s’est poursuivi, au détriment principal des classes aisées.

A suivre…

59 réponses à 0250 Les inégalités de revenus en France (1/5)

  1. jacqueline Le 09 septembre 2013 à 11h45
    Afficher/Masquer

    Bonjour Olivier.

    Il me semble que le seuil de 4 500 € du dernier décile est beaucoup trop bas, avec des écarts entre déciles de 200 €.

    C ‘est l’échelle des salaires en fonction de la qualification dans une usine, sans les cadres sup, ni le PDG, avec un rapport de 5 fois le SMIG, qui ne semble pas scandaleux..

    Rien que chez Renault on doit être à 20 fois le SMIG.

    Exemple de salaires en fonction de la classification : link to service-artisan-morbihan.com

    200 € entre deux déciles c’est la différence entre un ouvrier exécutant et un ouvrier qualifié, et ainsi de suite.

    Puis à 2480 € on serait aisés ????


    • AJV Le 09 septembre 2013 à 17h17
      Afficher/Masquer

      bonjour,

      bien prendre en compte ceci:

      “Rappelons que le niveau de vie est égal au revenu disponible (revenu net après impôts et prestations sociales) du ménage divisé par le nombre d’unités de consommation (uc). Les unités de consommation sont généralement calculées selon l’échelle d’équivalence qui attribue 1 uc au premier adulte du ménage, 0,5 uc aux autres personnes de 14 ans ou plus et 0,3 uc aux enfants de moins de 14 ans.”


    • Christophe Vieren Le 09 septembre 2013 à 17h34
      Afficher/Masquer

      @Jacqueline : je crains que vous n’ayez pas compris la signification de la division de la population en décile. Au risque de vous froisser je me permets de vous la rappeler : comme illustré par les barres vertes, on divise la population en 10 déciles égaux en nombre de personnes en prenant pour critère leurs revenus disponibles (cf. rq de AJV). Autrement dit à la louche, les 10 millions (=10% de la population française) les plus pauvres disposent d’un revenu disponible MOYEN de 640 €, les 10 millions les plus riches, d’un revenu disponible MOYEN de 4230 €. La base de ce dernier décile doit être aux alentour de 3.000 €, et le top aux alentours de 540 millions d’Euros (Bettencourt) si je me souviens bien. D’où une moyenne plus proche de la base que tu top car des Bettencourt il n’y en à qu’une (c’est déjà beaucoup trop).

      Sinon, je ne comprends pas votre interrogation.


  2. Lutfalla Le 09 septembre 2013 à 12h19
    Afficher/Masquer

    Bonjour

    Nous sommes tous le pauvre d’un autre.

    [Modéré]

    Toujours surprenant au regard de nos envies et nos frustrations quotidiennes de reconnaître que nos foyers avec 5.000 € mensuels ou plus sont classés dans les “riches”. C’est pourquoi je pense qu’Olivier va explorer les 1% les plus riches dans sa prochaine contribution, ainsi que notre participation aux services collectifs financés par nos impôts.


    • Fabrice Le 09 septembre 2013 à 13h29
      Afficher/Masquer

      Ah non ! je crois que vous vous faites des idées sur le niveau des lecteur du blog, vous pouvez compter la moitié pour votre serviteur.

      J’ai toujours prôné que la fin des études n’étaient pas la fin de l’apprentissage. Olivier a fait un site formidablement pédagogique et qui est consulté par un nombre de personnes au moins équivalente au mien et le site n’a pas heureusement de limite minimum (si ce n’est une connexion internet) seul la volonté de comprendre importe et c’est ça qui fait l’intérêt de son site.

      tient ça me fait penser à une émission que j’ai arrêté hier ou des retraités touchant 7 à 8000 euros étaient partis au Portugal pour pas payer d’impôts mais voulant bien par contre toucher une retraite que nous n’aurons sûrement jamais (désolé pour la pub au début) :

      link to videos.tf1.fr


      • artiste Le 09 septembre 2013 à 17h20
        Afficher/Masquer

        Combien de fonctionnaires partent en retraite dans les DOM TOM pour doubler leurs retraites au soleil ? Aujourd’hui chercher à éviter l’impôt confiscatoire devient de la légitime défense .
        Seul le temps libre n’est pas taxé .Comme travailler plus coûte à ce jour plus d’impôts de toute sorte seul travailler moins pour ceux qui le peuvent permet d’y échapper mais je ne suis pas sur que cela soit économiquement efficace pour le pays


        • Christophe Vieren Le 09 septembre 2013 à 17h57
          Afficher/Masquer

          Eh l’artiste, merci de vérifier un minimum les faits énoncés.
          En 2 s vous seriez tombé sur cette page qui indique que “l’ITR [pour les fonctionnaire affectés dans les DOM-TOM] va de 35 à 75 % du montant de la pension”, que “pour les retraités après le 1er janvier 2009 : l’ITR est maintenue (également « à vie »), mais à la condition de justifier de quinze années de services effectuées dans une collectivité concerné” et qu’en outre “l’ITR est dégressivement plafonnée à 17.000 euros en 2009… à 0 euro en 2028.”

          Enfin, les DOM TOM reste la France et que par conséquent la consommation reste “française”.


          • bloghaus Le 02 février 2014 à 15h24
            Afficher/Masquer

            2 autres points à rajouter pour @artiste ou d’autres…
            1) Je pense que les pensions des fonctionnaires ont quelques chances de se trouver dans le premier quantile de la réparation des revenus !
            2) que le coût de la vie dans les DomTom est bien plus élevé qu’en métropole…
            Ceci pour recadrer les fâcheuses idées tordues reçues par les temps qui courent…
            Cordialement.


      • Woiry Le 11 septembre 2013 à 00h17
        Afficher/Masquer

        Le portugale fait partie de l’union européenne et dans l’espace schengen et rentre dans le cadre de la libre circulation des bien et des personnes


    • Christophe Vieren Le 09 septembre 2013 à 14h36
      Afficher/Masquer

      Et encore, il faut considérer les “riches” . . . français. Avec 3.000 € vous êtes dans les très riches . . . mondiaux. probablement le top 1% ! Avec le Smic on doit être dans le top 10 mondial

      C’est pourquoi, notre richesse n’est pas généralisable et qu’il faut envisager autre chose avant qu’il ne soit trop tard.


      • yoananda Le 09 septembre 2013 à 23h52
        Afficher/Masquer

        Smic = TOP 5% des revenus pour être précis. Je l’avais calculé sur mon blog en l’occurrence.


    • Armand Le 09 septembre 2013 à 17h06
      Afficher/Masquer

      @Lutfalla : je consulte et lis attentivement ce blog tous les jours, et je suis au RSA, avec très peu de perspective d’en sortir, vu mon âge et mon métier. Et je suis certain qu’il y en a beaucoup d’autres parmi les lecteurs du blog d’Olivier, et des chômeurs, et des intellos précaires, et des employés et évidemment des ouvriers. Pensez-vous que cette population ne sait pas lire, ou qu’elle ne veut pas s’informer ni réfléchir sur l’état de notre monde, dont elle est la première à souffrir ?

      Vous voilà « classé dans les riches » : ça semble vous laisser pantois. Pour mémoire, le salaire médian est aux alentours de 1 450 euros par mois, le calcul est fait sur les salaires à plein temps (donc n’intégrant pas les salaires à temps partiel ni les salaires des précaires), ce qui implique que le salaire médian *réel* est nettement en dessous. Et bien sûr il ne s’agit là que du salaire, pas du revenu médian. Alors oui, quand on gagne 5 000 euros par mois, on est plus que riche même si on n’est pas très riche. À vrai dire, quand on gagne 1 500 euros par mois on est plus riche que la moitié de la population !

      Ne l’oubliez jamais quand vous pensez à votre situation sociale.


  3. Marcus Le 09 septembre 2013 à 14h25
    Afficher/Masquer

    Bonjour tout le monde !

    Il y a une inégalité qui me sort par les trous de nez ce sont les salaires (ou revenus) de quelques footballeurs. Je sais bien que ce sont des gamins et qu’ils ne se rendent pas compte de tout cet argent.
    Et ils en parlent aux infos sans que ça ne scandalise plus que ça … mais quelle honte !!!

    Qu’ils aillent se faire foot !

    Voilà, c’est tout.

    Bon après-midi.
    Marc


    • dadone Le 09 septembre 2013 à 14h44
      Afficher/Masquer

      Pour qu’elles raisons il y aurait des rémunérations justifiées et d’ autres qui ne le serait pas ?
      Ou aucune n’est justifiée ou toutes sont justifiées car c’est le système qui les justifie.
      Étant entendu que si aucune n’est justifiée alors c’est bien le système qu’il convient de modifier et pas seulement un cas particulier aussi singulier soit-il….


  4. Vivanco Le 09 septembre 2013 à 14h31
    Afficher/Masquer

    On peut avoir fait des études, pour ma part universitaires en langues, dominer plusieurs langues d’ailleurs, avoir vécu longtemps à l’étranger, et être autodidacte dans beaucoup de domaines (esprit curieux) et lire le blog d’Olivier, de Paul Jorion, et même d’articles économiques en anglais et autre sans aucun problème de compréhension et pourtant être plutôt “pauvres”, accepter un travail à temps partiel très peu rémunéré. Comme quoi…


    • Patrick-Louis Vincent Le 09 septembre 2013 à 16h56
      Afficher/Masquer

      Exactement. Pourquoi devrait-il y avoir un rapport entre le niveau d’études intellectuelles et le niveau de revenus ? Je ne vois pas. Pourquoi un intello devrait gagner plus qu’un manuel ? Heureusement, cela ne marche pas comme ça.

      Marcus est offusqué par les salaires indécents des footballeurs. Je le comprends parce que les revenus des sportifs professionnels atteignent des sommets délirants. Mais ils ne volent pas cet argent. Qu’est-ce qui fait leurs revenus ? Les sponsors, la pub, la dette des clubs, les télévisions privées, les supporters, l’espoir d’un retour sur investissements, …bref, tout un système. Je n’en veux pas à ces footballeurs, ou autres coureurs automobiles ou golfeurs. Ils ont du talent et profitent du système. Souvent les footballeurs viennent de milieux très défavorisés. S’ils ne sont pas trop cons, ils assurent leurs vieux jours qui commencent à 30 ans. Tant mieux pour eux. Cela s’arrêtera lorsque le système fera faillite, quand les clubs ne pourront plus payer. Ce qui arrivera, tôt ou tard.


      • Christophe Vieren Le 09 septembre 2013 à 17h11
        Afficher/Masquer

        Pareil que PLV pour une fois ;-)
        Tedy Riner à B. Montel lui rappelant que la tranche à 75% ne s’appliquait qu’au delà du millionième Euros : “1 million d’€ c’est bien mais la vie est chère … comment un jeune pourra t il faire fortune avec une taxe à 75% ?” (sic). J’ai pas retrouvé la vidéo mais tout le monde à dû le voir au zapping.


      • Vivanco Le 09 septembre 2013 à 17h41
        Afficher/Masquer

        Si le système reposait sur la coopération et non sur la compétition, on pourrait se partager les ressources de façon à ce que tous aient une vie décente avec des besoins de base assurés. Ce qui ne sera jamais le cas, certains estimant qu’ils ont droit à 10 maisons, 4 yachts, 50 voitures, 300 paires de chaussures, un collier de diamant pour leur chien etc etc…


        • Patrick-Louis Vincent Le 09 septembre 2013 à 18h26
          Afficher/Masquer

          c’est quoi le partage des ressources, la coopération ? La fiscalité et les prélèvements obligatoires (47% en France) c’est déjà du partage de ressources. L’on prend aux uns pour donner aux autres, surtout à l’état gaspilleur. Mais ce système consiste à alimenter un puits sans fonds puisque l’état est toujours en déficit public et que la dette continue d’augmenter. Cherchez l’erreur !

          D’autre part, quand un riche dépense 4 yachts, 50 voitures et 300 paires de chaussures, il a fait tourné l’économie. Car, ces yachts, ces voitures, ces chaussures, ont bien été fabriqués par des ouvriers qui ont été payés pour ça. Et, en plus, l’état, par la TVA, a piqué 20% au passage. Tant que le riche consomme, tout va bien. C’est quand il ne consomme plus que cela ne va plus.


          • Marcus Le 09 septembre 2013 à 18h51
            Afficher/Masquer

            Patrick-Louis Vincent,

            J’ai mis ce sujet sur le foot qui ne me passionne pas plus que ça tu l’auras compris.

            Mais il y a plus d’un an je discutais avec Roque (Yannick Colleu pour ceux qui le connaissent) sur internet lui disant qu’il y avait des patrons qui touchaient des sommes astronomiques. Et au bout de la brève discussion dont je ne me souviens pas vraiment, par contre je me souviens exactement de la fin de la discussion.
            Il m’a fait cette réflexion : “on parle toujours des patrons qui touchent des sommes astronomiques mais on pourrait parler aussi de certains footballeurs qui touchent des sommes aussi énormes pour taper dans un ballon et ça n’offusque personne !”
            Et je dois dire qu’il avait raison !

            C’est tout.

            Amicalement.
            Marc


          • Patrick-Louis Vincent Le 09 septembre 2013 à 19h10
            Afficher/Masquer

            Oui Marcus, mais je vois deux grandes différences entre les footballeurs professionnels et les grands patrons des multinationales
            1 – pour les footeux, ça s’arrête à 33 ans, pour les grands patrons cela peut aller jusqu’à 80 berges.
            2 – les footeux viennent tous de milieux populaires (je n’en connais aucun qui soit fils d’énarque). C’est donc une belle ascension sociale, et je comprends qu’ils en soient fiers.


            • Christophe Vieren Le 09 septembre 2013 à 20h28
              Afficher/Masquer

              Et à 33 ans, le footballeur il pourrait pas se servir d’un salaire décent pour reprendre les études ou simplement pour aller bosser comme les quelques millions de ses concitoyens (qui ont probablement participé à sa richesse via les subventions aux équipements sportifs, aux école de foot, ….) ? La pénibilité de leur métier est si terrible que cela ?


          • Christophe Vieren Le 09 septembre 2013 à 20h45
            Afficher/Masquer

            Et quelques “pauvres” qui, avec l’argent du riche, achètent des pommes de terre, de l’électricité, du chauffage, outre que cela procure du bonheur évident à ces personnes, cela ne fait pas tourner autant l’économie ? Les riches n’achèteraient que français ? Oui je sais, Arnault ce sont les produits de luxe français mais les pommes de terre aussi sont françaises.


          • Frédéric Terrien Le 14 septembre 2013 à 05h45
            Afficher/Masquer

            Patrick-Louis Vincent,

            Vous pointez là une croyance tenace : les bénéficiaires de hauts revenus font tourner la machine économique plus que ne le font les pauvres.

            Ceci est faux, car ce n’est pas la somme dépensée individuelle qui compte, mais l’ensemble des dépenses d’une nation.

            Imaginons un revenu de 10.000 d’euros par mois. Le bénéficiaire en placera un tiers, et consommera 7.000 euros. Passons sur la problématique des placements avec son cortège de spéculation (excès de liquidité), passons aussi sur le fait que ce sont les bénéficiaires de hauts revenus qui font monter le prix de l’immobilier, etc.
            Maintenant, imaginons que ce bénéficiaire partage ce revenu avec lui-même et 9 personnes sans revenu.
            Vous pouvez être sûr que ces 10 là dépenseront la totalité de leur revenu de 1000 euros et qu’ils feront plus tourner l’économie.

            Et si ceux-là avaient un revenu initial de 500 € et vivent en couple (soit 3000 €), c’est au restaurant, chez le coiffeur, au cinéma et en loisirs qu’ils dépenseraient l’excès de leurs revenus. Bref, ils feraient vivre les services, bien plus que notre riche à 10.000 € mensuels (car celui-ci ne pourrait aller au restaurant que 30 fois pas mois au maximum quand les 10 pourraient y aller plus de 3 fois par mois).

            C’est donc la masse ceux qui dépensent l’immense totalité de leurs revenus qui font tourner l’économie et non pas l’inverse, à savoir la minorité qui place son argent.

            Pour aller plus loin, si tous les français étaient smicards, l’économie marcherait à fond, notamment les services, même si ce n’est pourtant pas souhaitable car l’épargne a ses avantages.


            • bert Le 06 avril 2014 à 18h40
              Afficher/Masquer

              Une personne avec 120 000eur de revenu par an paye 52 000eur d’impot sur le revenu… Sans compter les charges salariales et patronales collectées par les organismes sociaux. Vous voulez juste tuer les poules aux oeufs d’or. Le problème ce n’est pas les riches mais de créer des emplois !


          • Lili Le 19 septembre 2013 à 10h11
            Afficher/Masquer

            47? Pas plus?
            Ceci dit, si les gens à la base avaient un revenu qui permette de vivre décemment sans avoir à quémander à l’état des aides de toutes sortes, il y aurait moins besoin de redistribution.

            Quant à “l’état gaspilleur”, il est vrai que je me suis souvent demandé comment, avec tout ce qu’il perçoit, la dette pouvait être aussi grosse.

            Vivanco n’a pas tort. Il est question de mesure aussi. La question n’est pas de mettre tout le monde au même niveau mais bien qu’il y a de la démesure. Comment peut-on dire qu’un système est juste et fonctionne bien quand des gens qui travaillent dans des conditions abominables et avec des horaires sans fin sont payés avec des cacahuètes alors que d’autres qui sont bien mieux lotis gagnent des millions et des millions?


            • Christophe Vieren Le 19 septembre 2013 à 12h34
              Afficher/Masquer

              La dette peut être “aussi grosse” peut-être parce que les taux d’intérêts sont (trop) élevés et que tant que l’on ne rembourse pas le capital, ce qui est le cas depuis 34 ans, les intérêts cumulés grossissent.

              Comparaison au fil des ans (1979-2009) avec et sans intérêts : ICI.

              Avec un taux zéro, donc sans intérêts, la dette en 2009 aurait été de 9% du PIB au lieu de 78 %.
              Je ne sais si cela changerait grand chose, mais il faudrait vérifier si c’est taux zéro hors inflation ou inflation comprise. L’auteur est Holbecq qu’il faudrait interroger.


  5. dany Le 09 septembre 2013 à 15h07
    Afficher/Masquer

    Pour ceux qui veulent comparer…

    LES HAUTS REVENUS EN FRANCE AU XX e SIÈCLE
    Inégalités et redistributions, 1901-1998
    link to piketty.pse.ens.fr


  6. obermeyer Le 09 septembre 2013 à 15h25
    Afficher/Masquer

    A 50 ans passés mes plus gros salaires ont toujours été inférieurs au salaire médians de 1600 euros, donc le plus souvent classé dans les premiers déciles. J’ai quitté l’école à 16 ans, et suis totalement autodidacte. Pourtant, fort loin des 5000 euros dont parle Lutfalla je suis quand même apte à comprendre tout ce qui s’écrit sur ce blog. Comme quoi il n’y a pas que les gens aisés qui savent faire travailler leurs neurones ! Je suis toujours surpris de constater l’étonnement des cadres quand ils s’aperçoivent que ceux d’en bas peuvent encore leur en remontrer…


    • Christophe Vieren Le 09 septembre 2013 à 18h27
      Afficher/Masquer

      Proposition de rectificatif pour Obermeyer: ” …..l’étonnement de CERTAINS (ou NOMBRE) de cadres quand ils s’aperçoivent que ceux d’en bas peuvent encore leur en remontrer”


    • LIBERTITUDE Le 09 septembre 2013 à 19h23
      Afficher/Masquer

      Bonjour
      Je suis riche non pas d ‘argent, ce n’est pas le principal, mais d’idées, de poésie, de fêtes, de beauté,…
      La richesse n’est pas que monétaire .
      Comme quoi nous sommes , moi le premier, engoncé dans nos petites certitudes malsaines et médiocres.
      A l’extrême, n’ oublions pas que les chiffres, les nombres , les mathématiques sont totalitaires. C’est la négation, la suppression de la qualité , de la poésie, au sens de création.


  7. ril Le 09 septembre 2013 à 17h01
    Afficher/Masquer

    Elles semblent loin, les Trente Glorieuses…

    Elles sont finies depuis trente ans, il faudrait commencer à s’y habituer ! C’est sûr, quand votre salaire croît de 5 % par an, vous vous moquez de l’héritage de vos grands-parents, car sa valeur sera faible par rapport à ce que vous pouvez accumuler en travaillant. La croissance contient donc en elle-même un mécanisme égalisateur. Malheureusement, il n’existe aucun exemple, dans l’histoire, d’une croissance économique à 5 % pendant une très longue période. Les Trente Glorieuses furent une exception ; la normalité, c’est 1 % de croissance !

    link to telerama.fr


    • Christophe Vieren Le 09 septembre 2013 à 18h29
      Afficher/Masquer

      Et encore cette normalité de 1% ne prend pas en compte la finitude du monde et de ses ressources, désormais atteinte par une Humanité de 7 milliards d’individus qui veulent tous leur voiture (= symbole de la richesse) !


    • dadone Le 09 septembre 2013 à 19h34
      Afficher/Masquer

      Dans le lien il est dit que 10% des français reçoivent au moins 1 million d”euros sous forme d’héritage.
      D’où vient ce chiffre ?
      Je n’y crois pas une seconde…

      Le patrimoine moyen transmis est de 99 700 euros et en moyenne, les héritiers touchant un patrimoine équivalent à 34 000 euros.

      Alors pour arriver à un millions d’euro pour 10% de la population…

      Sinon 1% de croissance c’est encore de l’exponentiel et cela ne tient pas la route…
      Décroissance et/ou stabilisation de la croissance sont les seules voies possibles..


  8. Patrick-Louis Vincent Le 09 septembre 2013 à 17h07
    Afficher/Masquer

    “Les unités de consommation sont généralement calculées selon l’échelle d’équivalence qui attribue 1 uc au premier adulte du ménage, 0,5 uc aux autres personnes de 14 ans ou plus et 0,3 uc aux enfants de moins de 14 ans.”

    Tout cela m’apparaît bien arbitraire. Prenons un couple sans enfant. Donc l’épouse (ma moitié, disait-on autrefois) dépense deux fois moins que l’époux. Ceux qui ont pondu ces statistiques doivent être des célibataires. Certes, le logement coûte moins cher à deux. Mais pas la nourriture, ni les vacances, ni la santé, ni la CSG. Et je ne vous parle pas des fringues et de la cosmétique. Ou là là ! le budget explose.


    • Christophe Vieren Le 09 septembre 2013 à 17h48
      Afficher/Masquer

      @PLV qui écrit “Et je ne vous parle pas des fringues et de la cosmétique”
      Un conseil : change de femme (ou d’homme).

      Plus sérieusement, je crois qu’on ne compte pas la CSG dans la consommation, pas plus que les taxes et impôts. Ils sont pris en compte (en négatif) dans les revenus disponibles. Preque tout coûte moins cher à deux, y compris l’alimentation (4 yaourts sont moins chers unitairement que 2). Ce n’est certes pas toujours divisé par deux (sinon la 2e personne du ménage compterait pour 0 uc). Une moyenne de 0,5 en plus pour le 2e adulte semble donc raisonnable, sachant que cela dépend bien sûr des parts relatives du poste logement (y compris chauffage, équipement, assurance, entretien), plus important pour les bas revenus.
      N’oublions pas non plus que par le biais du quotient familial, il y a déjà un rabais sur l’IRPP pour les couples.


    • youpi Le 09 septembre 2013 à 17h48
      Afficher/Masquer

      Entierement d’accord avec PLV.
      Malheureusement, le PArti Socialiste considère aujourd’hui comme favorisés les familles avec enfants et supprime donc petit à petit le quotient familial.
      Je viens d’inscrire mes deux enfants a des activités (danse, poney, musique,…). Facture pour l’année : 1500€.
      Un couple sans enfants avec les m^mes revenus que moi n’a pas ces dépenses (sans compter celles liées à la rentrée des classes). Il n’a pas besoin des m² des chamblres de mes deux enfants.
      Il n’a pas besoin de réserver deux chambres ou une chambre pour 4 quand il part en vacances. Il ne réserve que 2 places d’avion ou de TGV pour voyager.
      Dois je faire vivre mes enfants dans une cage avec juste ce qu’il faut de nourriture pour qu’ils ne meurent pas ?
      La suppression du quotient familial est une mesure inégalitaire. La redistribution entre les revenus de niveaux différents doit se faire uniquement par le taux d’imposition, pas le quotient familial.
      Mais il est evidement plus facile de supprimer le quotient familial auquel la majorité de Français ne comprennent rien ou ne sont pas concerés que s’attaquer à une revalorisation du bareme qui elle, serait plus égalitaire (mais immediatement visible et comprehensible)
      Le gouvernement actuel procède actuellement a un nivellement par le bas de notre société. La partie encore active de la société étant lourdement taxée pour faire vivre l’autre moitiée de la société, toujours plus grande et pauvre. Tout cela a grand renfort de déficit commercial avec les émergents. La réalité est que ces impôts passentà travaers les classes les plus pauvres et viennent alimenter les caisses des BRICS.
      Jusqu’où pensez vous que nous pourrons continuer ce transfert d’argent des classes moyennes/aisées vers les BRICS (ou autres pays émergents y compris européens) sans protectionnisme.
      Une fois que le QF aura disparu, que les alloc familailes auront disparus pour ces classes. Que fera t’on ?
      Je vais vous le dire :
      - on fera payer un loyer aux propriétaires de résidence principale. En complément de la taxe fonciere
      - on fera payer l’école aux classes moyennes/aisées
      - on ne remboursera plus les frais médicaux aux classes moyennes/aisées
      - on supprimera la retraite des classes moyennes/aisée qui aurait des revenus annexes immobiliers par exemple (peu importe qu’ils aient cotisé toute leurvie, ce sont des riches)
      -…
      Toute autre idée est bienvenue.
      Mais cela ne suffira pas, car nous avons une dette qui ne peut s’éteindre que par le défaut ou la spoliation.


      • Patrick-Louis Vincent Le 09 septembre 2013 à 18h18
        Afficher/Masquer

        “Une fois que le QF aura disparu, que les alloc familailes auront disparus pour ces classes. Que fera t’on ?”

        L’on arrêtera peut-être de faire des gosses et l’immigration baissera !!!


      • Christophe Vieren Le 09 septembre 2013 à 18h23
        Afficher/Masquer

        Il me semble bien plus sain de supprimer le QF et d’augmenter les alloc familiales, dés le premier enfant et indépendamment des revenus. De préférence sous la forme de chèque ou ticket ciblé pour être sûr que cela sert bien aux enfants. Le but de la politique familiale est 1) d’inciter à avoir des enfants (et à ce niveau là je ne suis pas sûr que le QF incite les riches à en avoir plus) ; 2) A rendre moins inégaux les enfants face à la famille dans laquelle ils naissent
        Un enfant de riche ne saurait être plus subventionné qu’un enfant de pauvre. Or le QF revient à “subventionner” un enfant de pauvre à raison de 6 € par jour et de riche à 13 € par jour, relativement à des pauvre/riche sans enfants.
        Et c’est sans compter sur le coût de l’enseignement supérieur qui profite peu aux enfants de “pauvres” !
        Source : Préjugés sur les prestations familiales et À ces parents qui estiment payer trop d’impôts


        • Patrick-Louis Vincent Le 09 septembre 2013 à 18h37
          Afficher/Masquer

          Et pourquoi pas une allocation unique universelle pour chacun, hommes, femmes, enfants. Cela allègerait considérablement le système. Plus besoin d’une armée de fonctionnaires pour envoyer les allocations de ceci ou de cela (suppression des allocations logement, des allocations familiales, des primes de Noël, des primes de rentrée des classes, des allocations pour handicap…) Y en a qui vont faire la gueule à la CAF. Plus d’allocations chômage non plus ; ca va dégraisser pas mal à Pôle Emploi.

          Moi, je suis partisan. Cela va dans le sens d’une simplification, d’un allègement des coûts, donc d’une réduction des dépenses publiques, et d’une sécurité pour tous.


          • dadone Le 09 septembre 2013 à 19h19
            Afficher/Masquer

            Et pourquoi pas une allocation unique universelle [...]

            C’est la solution la plus sensée.
            Plus aucune autre aide quel quelle soit…


          • Christophe Vieren Le 09 septembre 2013 à 20h24
            Afficher/Masquer

            Oui en effet pourquoi pas une alloc universelle. Mais je ne vois pas en quoi cela va en réduire les frais de transfert.


          • dadone Le 09 septembre 2013 à 20h41
            Afficher/Masquer

            Mais je ne vois pas en quoi cela va en réduire les frais de transfert.

            Par la suppression de cohorte de fonctionnaires qui n’auront plus aucune utilité et ils sont nombreux…
            D’ailleurs dans le même état d’esprit il faut instaurer la gratuité dans les transports en commun des agglomérations et cela implique la suppression de tout le système de tarification et de tout les contrôleurs, cela en fait du monde…


            • Christophe Vieren Le 09 septembre 2013 à 20h50
              Afficher/Masquer

              Je ne suis pas sûr que cela supprimera tant de fonctionnaires que cela car il faudra toujours contrôler les recettes (CSG, impôts, …..) et les dépenses (à moins que l’alloc soit la même quelle que soit les âges). Combien de “fonctionnaires” à la CAF ?
              En outre si le logement, l’éducation, pourquoi pas le transports… peuvent être des droits, l’alloc universelle des parents peut-elle être utilisé “n’importe comment” pour leurs enfants ? Autrement dit en caricaturant selon cette bonne vieille légende urbaine : doit-on financer l’achat d’écran plat avec l’alloc universelle des enfants;


          • dadone Le 09 septembre 2013 à 21h32
            Afficher/Masquer

            La simplification administrative doit concerner également les rentrées fiscales qui doivent être simplifiées au maximum. Exit donc CSG, RDS et autres âneries ….
            Tout ce qui est impôts directement lié au travail doit être supprimé, le travail ne doit pas être taxé d’aucune sorte voir il doit être subventionné pour les bas salaires (suppression du travail au noir et l’immigration devient par conséquent très difficile puisque le travail au noir est plus chère que le travail légal..)
            Il faut basculer la fiscalité sur la consommation et uniquement sur la consommation.

            l’alloc universelle des parents peut-elle être utilisé “n’importe comment” pour leurs enfants ?

            1. l’allocation universelle ne concerne pas les enfants.
            2. Comme tout bascule sur la consommation l’écran plat risque d’être très chère…


      • pyrrhogaster Le 10 septembre 2013 à 19h31
        Afficher/Masquer

        Je ne pense pas qu’on fasse jamais payer un loyer aux propriétaires occupant leur logement. Mais je m’interroge depuis longtemps ur l’injustice qu’il y a à imposer autant 2 citoyens qui ont les même revenus alors que l’un des 2, propriétaire, n’a pas de loyer à payer (mais une taxe foncière ce qui est beaucoup moins) alors que l’autre, locataire voit son pouvoir d’achat amputer chaque mois de quelques centaines d’euros (son loyer). Selon la formule des économistes, le “service rendu à soi-même” en se logeant n’est pas considéré comme un revenu.

        L’absurdité du système apparait mieux encore quand le propriétaire, muté, loue son bien encaisse donc un revenu supplémentaire; en même temps il dépense autant pour se loger près de son nouveau travail. Pour le fisc il est plus riche (le loyer perçu s’ajoute à son salaire) et donc plus imposé.Pourtant il a exactement autant chaque mois à dépenser !


        • dadone Le 10 septembre 2013 à 20h45
          Afficher/Masquer

          Mais je m’interroge depuis longtemps ur l’injustice qu’il y a à imposer autant 2 citoyens qui ont les même revenus alors que l’un des 2, propriétaire, n’a pas de loyer à payer

          N’importe quoi, être propriétaire est un choix personnel que chacun doit assumer ce n’est pas le problème de l’administration.
          En revanche percevoir un loyer devrait être purement et simplement interdit car c’est une rente de situation.


        • jacqueline Le 10 septembre 2013 à 20h56
          Afficher/Masquer

          @ pyrrhogaster

          Sauf que l’un aura une maison à la sortie de son prêt, plus des plus values ( s’il la revend ) et l’autre ( locataire ) n’aura rien.

          Pour le premier il s’agit d’un investissement immobilier, payé par un autre ( son locataire ) susceptible de lui faire gagner de l’argent sans rien faire, sinon de prendre les risques de le louer.


        • bert Le 06 avril 2014 à 18h48
          Afficher/Masquer

          Si l’on taxe le propriétaire occupant parce qu’il économise un loyer alors il faut aussi taxer celui qui n’a pas de voiture car il économise ou le non fumeur car il ne paye pas les taxes sur le tabac….


  9. yoananda Le 09 septembre 2013 à 23h57
    Afficher/Masquer

    On est très loin d’être victime du machiavélique darwinisme libéral en France … et pourtant on ne cesse d’avoir des gauchistes hurler aux inégalités insupportables, et qu’il faut absolument redistribuer les richesses gagnées par les entrepreneurs qui prennent des risques pour faire tourner la boutique !!!
    ha mais non, c’est vrai j’oubliais, en France, toute personne riche est forcément un tricheur, donc il faut lui revoler ce qu’il a accumulé légalement …

    comme quoi …

    la crise, qui touche en premier les moins bien informés économiquement parlant (les pauvres) a un impact somme toute très limité et peut-être même temporaire (il est trop tôt pour dire si c’est une nouvelle tendances aux inégalités).


    • dadone Le 10 septembre 2013 à 08h08
      Afficher/Masquer

      Et oui j’aquiéce toute personne riche est un voleur, exactement comme auparavant un seigneur du moyen âge l’ était. Seule les moyens pour y parvenir sont différents mais tous était dans la légalité de leur temps…


      • youpi Le 10 septembre 2013 à 09h08
        Afficher/Masquer

        oui, tout comme le pauvre est un idiot et un dilétante.
        C’est bien connu !


        • dadone Le 10 septembre 2013 à 09h41
          Afficher/Masquer

          Autres temps autres moeurs.
          Soit vous considérez comme non fondé la révolution française qui a spolié le clergé et une parti de la noblesse et dans ce cas vous considérez que tout bien acquis dans la légitimité est non contestable, soit vous ne pouvez pas rejeter d’un revers de main, de considérer comme non fondé l’appropriation des biens actuel par une partie de la population.
          Ce qui était non fondé avant 1789, le serait de nos jours ?


    • Christophe Vieren Le 10 septembre 2013 à 10h06
      Afficher/Masquer

      @Yoananda : La courbe GINI qui remonte depuis 2002 (cf. supra) ce n’est que passager et du à la crise de 2008. Me voila rassuré.
      Au fait en 2002, qui est arrivé aux manettes ?


      • yoananda Le 11 septembre 2013 à 11h44
        Afficher/Masquer

        sauf que ca baisse en 2005, ca ne veut rien dire, c’est du “bruit”… on ne peut pas faire une tendance d’une bosse.


  10. Michel Martin Le 10 septembre 2013 à 13h11
    Afficher/Masquer

    Merci pour ce travail d’objectivation des inégalités en France, introuvable ailleurs.
    Bon, après cette série, j’attends les données sur l’empreinte écologique :-) , comme ça on pourra pondérer le PIB avec un indice écologique et un indice d’équité sociale!


  11. Christophe Vieren Le 14 septembre 2013 à 11h15
    Afficher/Masquer

    Avec 40.000 $ de PIB/habitant répartis uniformément (attention je ne dis pas que c’est souhaitable), il est tout à fait possible que l’épargne soit alors suffisante pour satisfaire l’investissement nécessaire au développement (plutôt que d’être investi dans des opérations immobilières, résidences secondaires, prêts pourris, spéculation sur les matières premières, …).

    Pour avoir une réponse, il faudrait regarder quel est le taux moyen d’épargne des foyers recevant l’équivalent de ces 40.000 $ de PIB/habitant, c’est à dire en tenant compte des P.O..


  12. hubert Le 16 novembre 2013 à 17h06
    Afficher/Masquer

    (6e tentative)
    Non, AJV (9.9,17:17), pas général, le mode de calcul INSEE des U.C. (+ 0,5 par adulte supplé-mentaire + 0,3 par enfant). Encyclopaedia universalis préconisait (en 1980) respectivement 0,7 et 0,5. Ce dernier “poids” dévaluerait moins les (plus nombreux) enfants pauvres (de non-technocrates). Selon moi, une épouse ne “pèse” pas qu’un demi mari. Pour les enfants, je pourrais donc transiger à 4 % de l’âge. Qu’en pensent nos réconfortants Piketty et Berruyer ? Leur avis est très important.


  13. dadone Le 09 septembre 2013 à 21h52
    Afficher/Masquer

    Olivier,

    Le patrimoine de 1,2 millions n’implique pas un héritage de 1 million d’euros….héritiers multiples + taxation sur l’héritage, à l”arrivée on doit être loin de ce chiffre…qu’il serait néanmoins intéressant de connaître.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>