Rebondissant sur l’article de Frédéric Lordon, j’en profite pour vous présenter des graphiques sur la faible utilité de la Bourse.

On nous serine en effet sur l’aspect “indispensable” de la Bourse pour que les entreprises puissent se financer – ce qu’elles ne font que lors de l’émission d’actions nouvelles. Et à ces émissions, il convient de soustraire les rachats de leurs propres actions par les entreprises, pour aboutir aux émissions nettes.

émissions actions cotées bourse

émissions actions cotées bourse

On observe ainsi que sur les 200 milliards d’investissements réalisés par nos entreprises, seuls 10 à 40 viennent de la Bourse. Le reste provient essentiellement de prêts bancaires et d’autofinancement. Le pourcentage de financement boursier est même de moins de 20 %.

Si on exclut le secteur financier, on arrive à diviser par deux la fourchette :

émissions actions cotées bourse

En effet, les banques ont eu tendance à aller se renforcer leurs fonds propres sur les marchés boursiers :

émissions actions cotées bourse

Enfin, on peut rapprocher ces 10 à 40 Md€ des montants échangés sur la Bourse :

émissions actions cotées bourse

Ainsi, il s’échange en moyenne 60 fois plus d’actions sur les marchés que ce qui s’émet d’actions nouvelles.

Alors : Bourse ou Casino ?

50 réponses à 0358 La faible utilité de la Bourse

  1. Incognitototo Le 29 juillet 2013 à 05h06
    Afficher/Masquer

    Excellent article ! Ça relativise bien les problèmes…

    J’ai toujours eu toutes les peines du monde à convaincre certains patrons de PME – qui en plus n’avaient pas besoin d’apports en fonds propres – que la bourse était le dernier endroit où il fallait aller… sauf si on est pressé et qu’on veut à l’introduction réaliser les plus-values capitalisées…

    Parce qu’il y a plein d’autres façons de se financer, qui respectent l’affectio societatis, je n’ai jamais très bien compris l’intérêt d’une introduction en bourse… qui modifie en plus, du tout au tout, les cultures d’entreprises…


    • yvan Le 29 juillet 2013 à 17h56
      Afficher/Masquer

      Sauf que les PME ont actuellement des prêts à 10,52%, ce qui les étouffent. Et ça ne va pas aller en s’améliorant car les banques doivent prêter moins pour diminuer leurs bilans.
      Donc, les plus grosses vont devoir :
      1) soit remplacer les banques,
      2) soit acheter (ré-intégrer) ce qui est sous-traité voire fabriqué ailleurs.

      Si les Chinois suppriment les impôts aux plus petites PME, c’est que ça sent déjà le roussi.


  2. caroline porteu Le 29 juillet 2013 à 08h41
    Afficher/Masquer

    @Lol Olivier …
    Si cela t’intéresse , je peux même t’envoyer des graphiques assez exceptionnels qui démontrent le niveau de manipulation actuel par les petits robots . Manipulations d’autant plus faciles à réaliser pendant les périodes estivales qu’il faut en fait très très peu de volumes pour faire monter les cours.

    Le seul problème qu’ils ont est que cette “cavalerie financière” légalisée sous le terme “trading pour compte propre” est difficile lorsqu’il faut laisser les consolidations se faire .

    En attendant , nous risquons d’avoir un gros gros problème très rapidement …
    Les retraites américaines des villes en faillite sont sous haute tension , et cela risque bien de contaminer l’Union Européenne par voie de conséquence .

    Retraites US : scénario d’une catastrophe annoncée
    link to bit.ly

    J’attire en particulier l’attention sur cette remarquable analyse de Alexandre Aïvazov sur l’évolution du dollar et des marchés financiers , analyse qu’il me parait urgent de lire et qui conforte ce que dit Sapir sur la zone euro .


    • fc Le 31 juillet 2013 à 07h25
      Afficher/Masquer

      Merci caroline porteu,

      “Ce n’est pas un hasard si Ben Bernanke quitte son poste en janvier 2014, alors qu’il pourrait rester pour un nouveau mandat. Il ne veut pas être le bouc émissaire de la politique qu’il a menée, il veut sauter d’un train qui roule vers l’abîme, il comprend les conséquences de sa politique.”

      Alexandre Aïvazov


  3. Vincent Le 29 juillet 2013 à 09h22
    Afficher/Masquer

    Olivier,
    tu peux ajouter aussi l’apport négatif net de la Bourse si tu déduis le montant des dividendes à celui des émissions.


    • MadMax Le 29 juillet 2013 à 13h12
      Afficher/Masquer

      Ah oui ! Alors la, je serai vraiment preneur de cette information !

      Sinon, vous parlez de quel article de Lordon quand vous dites “Rebondissant sur l’article de Frédéric Lordon” ?


    • Fabrice Le 29 juillet 2013 à 13h21
      Afficher/Masquer

      Certaines entreprises empruntant même pour pouvoir payer des dividendes supérieurs à ce que permet les resultats nets, alors qu’il faudrait investir pour l’avenir ou voir même rembourser d’anciennes dettes…


  4. Patrick Luder Le 29 juillet 2013 à 09h45
    Afficher/Masquer

    bourse = pur casino
    que ce soit pour les entreprises
    et les petits ou grands boursicoteurs …

    A casino => règle de casino !


  5. raloul Le 29 juillet 2013 à 11h29
    Afficher/Masquer

    Bonjour!

    A quand un politique lucide qui aurait dans son programme l’objectif de fermer la Bourse (ou, à défaut, de réglementer sérieusement le boulet, par exemple une cotation par jour, pas de dividende pour moins d’une année de détention d’une action, etc…).? Il n’y en a pas? Pour qui voter, alors, qui peut agir, et comment? A moins que l’on souhaite maintenir à tout prix ce fardeau financier pour la collectivité, inutile et symbolique d’une déchéance morale de notre civilisation de surcroît…
    Occupy wall street, qu’ils disaient, mais ensuite, une fois que la répression armée – pardon, policière – a éloigné les impertinents qui osent ce genre d’action, que reste-t-il? Les yeux pour pleurer? Et combien de temps ça peut durer, cette stupidité, sans guerre civile?

    P.s. d’avance: ce n’est pas être communiste ou je ne sais quoi, que de vouloir fermer un “machin” dont l’inutilité et la nocivité pour la vie quotidienne de la population est avéré. Il y a plein de formes de capitalisme “simple” qui marchent très bien, sans avoir besoin de HFT, produits dérivés et autres trucs complètement aberrants, tellement cons qu’on en reste coi et fasciné par le degré d’aveuglement dont font preuve les accros au système (ceux qui ont peur qu’on ne puisse changer cela sans provoquer l’Armageddon, entre autres; alors qu’il ne s’agit que de faire le tri entre ce qui est utile ou nuisible en matière de bonne marche d’entreprises). Oui oui il y a plein de choses qui ont été rendues dépendantes de la Bourse, mais tout est réversible, changeable, etc… Aucune peur à avoir, juste la lucidité d’avoir les institutions crédibles et utiles à un fonctionnement correct de l’économie réelle. L’utopie, c’est de croire qu’on peut continuer comme ça sans changer et que tout va bien aller sans soucis….
    C’est pour ça que je trouve préférable une attitude volontariste et des changements maîtrisés et faits dans le calme, plutôt que la tension extrême du système jusqu’à son crash. Mais j’ai déjà remarqué que la logique pan-apocalyptique est en vogue et imprègne l’inconscient collectif, au détriment d’un traitement rationnel des problèmes…


    • Surya Le 29 juillet 2013 à 12h10
      Afficher/Masquer

      le capitalisme fonctionner sans produits dérivés ça va être compliqué 😉

      sinon pour le hft j’approuve; faire des arbitrages à la micro seconde je cherche encore l’intérêt; les défenseurs du HFT viendront vous dire néanmoins que ça assure la liquidité du marché 😉


      • caroline porteu Le 29 juillet 2013 à 13h46
        Afficher/Masquer

        @Surya
        Aujourd’hui les évolutions indicielles se font grâce à un soutien totalement artificiel des marchés , il n’y a quasiment plus d’investisseurs privés présents . Tout ceci bien sûr grâce aux injections massives de liquidités US (QE) ..

        C’est encore plus vrai aux USA qu’en Europe , car la mentalité américaine est plus dépendante de l’état de la bourse en termes de consommation et il y a une vraie corrélation entre la croissance des PIB et celle du marché boursier .

        Donc , quelque part , les indices sont “condamnés à monter” .. et Wall Street vient encore une fois de battre de nouveaux records . Cela leur permet également de combler la baisse des portefeuilles obligataires vu la récente remontée des taux américains ..

        C’est la première raison .

        La seconde raison vient du fait que désormais , les variations indicielles se font en fonction du nombre de dérivés sur le marché , ce qui explique depuis quelques années ce sentiment de décorrélation totale avec l’économie .
        Si il y a beaucoup d’options à la baisse en circulation , les banques émettrices de dérivés gagneront beaucoup d’argent en faisant monter l’indice grâce aux désactivations de ces dérivés ou aux stops qui vont sauter
        .. Si à l’inverse , le sentiment est haussier , il risque d’y avoir une consolidation .

        Tout ceci est devenu parfaitement visible sur les graphiques , spécialement les graphiques en unités de temps courtes ( 5 mn , 15 Mn , 30 mn ) ..

        Un peu comme un croupier qui lancerait sa bille en sachant exactement ou la faire tomber en fonction des mises sur le tapis ..

        Les HFT servent aussi à çà !!!

        Pour ceux que cela intéresse , j’essaierais de faire un article avec des copies d’écran graphiques , pour montrer justement ces mèches de désactivation qui sont quasiment quotidiennes aujourd’hui et qui se font beaucoup plus facilement grâce aux HFT


        • Ankou78 Le 29 juillet 2013 à 15h45
          Afficher/Masquer

          Excellent résumé.

          Pas grand chose d’autre à dire ! 🙂


          • caroline porteu Le 29 juillet 2013 à 16h09
            Afficher/Masquer

            Merci Ankou78

            Le problème étant qu’ils ont besoin de conserver une apparente cohérence ou une apparence cohérente pour faire croire que “les marchés” sont encore le résultat de l’offre et la demande , ce qui n’est bien évidemment absolument plus le cas dans le contexte actuel car ils n’existent tout simplement plus du tout .

            D’ailleurs , les enquêtes en cours de la CFTC portent également sur les manipulations de cours , de taux , des Matières premières .

            Ils vont sûrement trouver un ou deux traders à envoyer devant la justice pour surtout ne pas toucher au système lui même .. et ainsi conserver ce pouvoir de manipulation . Mais c’est bien le système lui même qui est corrompu jusqu’à la moelle .


          • Erwan Le 29 juillet 2013 à 16h18
            Afficher/Masquer

            “Ils vont sûrement trouver un ou deux traders à envoyer devant la justice pour surtout ne pas toucher au système lui même”

            Exemple : link to lemonde.fr


          • caroline porteu Le 29 juillet 2013 à 16h32
            Afficher/Masquer

            @Erwan
            Oui l’absence totale de sanctions , d’enquêtes décrédibilise totalement le marché .. alors que tout cela est totalement du ressort de la justice pénale et que les lois existent .

            Donc ils veulent montrer qu’ils font quand même quelque chose , mais je ne pense pas que cela trompe grand monde ..


    • niethil Le 29 juillet 2013 à 13h07
      Afficher/Masquer

      Fermer la bourse c’est pas franchement intelligent. Quand même c’est pratique pour échanger les titres : il y a des bonnes raisons pour que les actions changent de propriétaire de temps en temps. Je préfère que ça se fasse de manière organisée et surtout là où on peut voir ce qui se passe plutôt que sous la table.


      • raloul Le 29 juillet 2013 à 14h32
        Afficher/Masquer

        Bonjour!

        Bien sûr, c’est un argument recevable. Mais ceci ne doit pas servir de prétexte pour continuer le business as usual, et finir de dériver jusqu’au crash…

        Voici un petit article de Lordon sur le sujet; on ne peut pas dire que l’idée de fermer la bourse ne mérite AUCUNE réflexion:
        link to monde-diplomatique.fr

        Peut-être qu’il faut fermer la bourse sous sa forme actuelle et la remplacer par un système et une institution qui permet ce que vous évoquez: des changements de propriétaires d’actions de temps en temps, de façon organisée, transparente et pratique, quelque chose d’un tant soit peu utile à la collectivité, et qui permette l’investissement dans le long terme, concrètement.


      • Crapaud Rouge Le 29 juillet 2013 à 22h59
        Afficher/Masquer

        Quand même c’est pratique pour échanger les titres” : encore heureux, puisqu’on l’a inventée pour ça ! Mais inventée quelques siècles avant Internet… Aujourd’hui, on pourrait imaginer d’autres solutions pour “échanger des titres”.


    • Erwan Le 29 juillet 2013 à 14h36
      Afficher/Masquer

      Est-ce qu’une simple taxe sur la vente d’un titre quel qu’il soit ne suffirait pas à assainir nettement le marché boursier ? Minime ou inexistante si le titre est revendu longtemps après son achat, et progressivement plus élevée s’il est revendu très rapidement. ça marche aussi avec un taux fixe, mais pourquoi ne pas en profiter pour récompenser plus fortement l’investissement à long terme.

      Il y a peut-être (sans doute) des éléments qui m’échappent, mais il me semble que cela règlerait un grand nombre de problèmes : le HFT y perdrait quasiment tout intérêt puisqu’il est basé justement sur le très court terme, ainsi que la spéculation à court terme plus généralement.

      Enfin bon, apparemment on n’en prend pas le chemin, notre gouvernement “de gauche” trouve déjà que le projet de taxe européenne va trop loin (ils n’ont vraiment honte de rien…)


      • caroline porteu Le 29 juillet 2013 à 16h28
        Afficher/Masquer

        @Non Erwan
        En fait une taxe ne servirait pas à grand chose car bon nombre de transactions se font désormais sur ce que l’on appelle les plates formes non régulées , ou encore marchés OTC (marchés de gré à gré) et échappent ainsi à tout contrôle .
        Ce sont d’ailleurs ces mêmes flux qu’on appelle la finance de l’ombre ou shadow banking

        Seules les chambres de compensation qui sont des entités totalement privées et encore plus opaques (Clearstream en étant un parfait exemple) connaissent la réalité de ces flux .. à un tel point que voici ce que déclarait Otto Nageli il y a quelques mois : «La place des bourses est remise en cause» Le rôle de la chambre de compensation importe davantage que celui des marchés officiels.

        Otto Nägeli est président de la Swiss Futures and Options Association (SFOA)


        • Erwan Le 29 juillet 2013 à 17h04
          Afficher/Masquer

          Merci pour la réponse.

          Serait-il absurde de comparer ces transactions non régulées à du travail au noir au niveau du capital ? Dans cette hypothèse est-ce qu’une législation adéquate (je rêve tout haut, je sais) ne permettrait pas d’en limiter l’ampleur de façon similaire ? Dans le cas du travail au noir, le fisc peut contrôler la source d’une richesse inexpliquée, c’est-à-dire qu’il ne peut empêcher la pratique elle-même mais empêche, ou au moins rend compliquée, la possibilité que son produit refasse surface dans l’économie officielle.


          • caroline porteu Le 29 juillet 2013 à 18h21
            Afficher/Masquer

            @Erwan
            La comparaison est tout sauf absurde .. et elle l’est d’autant moins que de ce fait les vrais chiffres comptables des banques peuvent tout à fait être remis en question .

            Mais tout ceci se passe au niveau Européen .. Et quelque part , c’est bien l’Europe qui bloque toute véritable régulation , régulation qui aurait un autre avantage : bloquer les transferts de capitaux et les évasions déstabilisatrices, qu’elles soient fiscales ou autres .

            C’est grâce à cette opacité que peuvent se faire les transferts dans des paradis fiscaux .

            Le chiffre officiel de 2011 est monstrueux puisqu’il donne 67 000 Milliards de shadow banking .
            link to financialstabilityboard.org

            En Novembre 2012 , à la parution de ce chiffre , le Conseil de Stabilité financière avait poussé des cris d’orfraie , qui n’ont bien évidemment été suivis d’aucune action ..


    • Bill Le 29 juillet 2013 à 14h46
      Afficher/Masquer

      raloul
      J’aime bien votre commentaire c’est dans l’ensemble la façon que nous devrions agir dans le contexte actuel.
      ”Aucune peur à avoir, juste la lucidité d’avoir les institutions crédibles et utiles à un fonctionnement correct de l’économie réelle.”
      Le point principal, ici, est de définir justement ce qu’est ou serait l’économie réelle en n’oubliant surtout pas d’inclure en toute priorité l’analyse de la capacité du premier et seul de fournisseur de cette économie c.à.d. l’environnement et ses ressources, question ici tout simplement d’avoir un réel bilan, complet, qui tient compte de tout les aspects ce qu’est l’entreprise humaine sur terre.
      Et c’est ici, suite à ce bilan, qu’avec ” une attitude volontariste et des changements maîtrisés et faits dans le calme” que nous pourrions agir.


  6. logique Le 29 juillet 2013 à 12h06
    Afficher/Masquer

    Il faut aussi prendre en compte le nombres d’actions détenu par ces entreprises ainsi que le nombres d’actions vendu aux particuliers et donné aux employers. L’objectif du marché et de vendre cher aux particuliers, ont connait la suite ….

    Il faut aussi prendre en compte le nombres d’entreprise qui sont coté en bourse, leur nombvres a considérablement augmenté.


  7. niethil Le 29 juillet 2013 à 13h02
    Afficher/Masquer

    Dommage que l’on n’ai pas la distribution des émissions nettes en fonction de la taille des entreprises. Intuitivement on aurait tendance à penser que les grandes entreprises ont plus tendance à racheter leurs actions que les petites, vu que leur capacités d’autofinancement doivent être plus grandes et la pratique de la ‘shareholder value’ plus répandue.
    J’aurais bien aimé qu’on puisse vérifier.


  8. Hajik Le 29 juillet 2013 à 13h06
    Afficher/Masquer

    Alors finalement, il faut dire :

    “L’économie va mal ! Regardez la bourse monte !”

    Le plus savoureux pour ce faire une opinion sur la bonne santé de l’économie française ça reste donc quand même le point bourse du JT de TF1 :-))


  9. ThomBilabong Le 29 juillet 2013 à 13h12
    Afficher/Masquer

    De l’intérêt des mises en perspective… Bravo !

    J’aurais tenté une approche complémentaire : quelle part de la folie financière actuelle la Bourse a-t-elle ? En clair, est-ce que la Bourse joue un effet de levier pour d’autres activités délirantes de la finance ?

    Dit autrement : est-ce que la Bourse présente un intérêt certain pour les financiers au point que ces derniers se battront à mort pour éviter sa disparition ou du moins leur éviction (fixing une fois par jour, par exemple) ? On voit que 50% des émissions d’actions en bourse proviennent des sociétés financières elles-mêmes mais est-ce que ce chiffre n’est pas que la partie visible de l’iceberg ?


  10. JB Boisseau Le 29 juillet 2013 à 13h28
    Afficher/Masquer

    Les chiffres sont intéressants, mais les conclusions pourraient être différentes :
    – la bourse, ce n’est pas que les actions, il y a tout un tas d’autres instruments dont certains sont utiles (obligations, futures sur les matières premières ou le cours des monnaies)
    – les taux trouvés ne sont pas ridicules si on prend en compte que ce mode d’investissement n’est accessible qu’à une partie des entreprises.

    J’en déduis personnellement que la bourse a une utilité loin d’être négligeable, mais qu’autour de ce noyau utile se greffent de nombreuses activités parasites : en témoignent les dérivés inutiles et les volumes d’échanges disproportionnés par rapport aux émissions.


    • ThomBilabong Le 29 juillet 2013 à 15h58
      Afficher/Masquer

      @ JB Boisseau : Quelle est l’utilité d’une activité régie par des robots entre 60 et 90% selon le produit ? Utile aux opérateurs et aux spéculateurs mais certainement pas au commun des mortels. Dans ce cas, interdisons purement et simplement la bourse aux particuliers pour éviter qu’ils soient tondus. Ou alors retournons au fixing journalier. Bref, éliminons les activités parasites comme vous dites.


      • Erwan Le 29 juillet 2013 à 17h13
        Afficher/Masquer

        Juste un petit détail : je ne pense pas que ce soit une question de robots/humains, c’est plutôt que les algos de HFT sont entièrement conçus pour faire de la spéculation à très court terme, ce dont les humains ne sont pas capables. En d’autres termes ils ne sont que le prolongement naturel (enfin artificiel !) de la course à la spéculation.

        À la limite s’il existait au contraire des modèles algorithmiques permettant de trouver les investissement les plus rentables à long terme (science fiction), ces robots ne seraient sans doute pas un problème.


        • caroline porteu Le 29 juillet 2013 à 19h16
          Afficher/Masquer

          @Erwan
          on pourrait très bien imaginer une stratégie d’investissement long terme à partir des robots . Ce n’est à mon avis pas de la science fiction .

          Mais ce ne sont pas les robots en eux mêmes qui posent problèmes .. Ce sont ceux qui les manipulent .
          Déjà , la vision des carnets d’ordre qu’ils ont , leur rapidité , s’apparente à du délit d’initié , puisque cette information n’est pas accessible à tous .

          Et surtout , ce que vous appelez de la spéculation n’est plus aujourd’hui que de la manipulation , c’est à dire de l’escroquerie pure et simple si l’on reprend les définitions de la langue française. Et le vrai problème se trouve là … dans l’escroquerie qui fait qu’aujourd’hui des banques américaines sont capables de déclarer 100% de trades gagnants dans leurs activités .. Pour une raison très simple , ce sont elles qui organisent les variations, ou les manipulations de taux . C’est effectivement beaucoup plus simple de gagner dans ces conditions là .

          Voyez l’enquête actuelle de la CFTC qui ne débouchera sur rien comme d’habitude puisque ce sont ces mêmes banquiers qui détiennent les rênes du pouvoir .


      • jb boisseau Le 30 juillet 2013 à 16h51
        Afficher/Masquer

        l’utilité de financement donnée par olivier tout simplement. et je suis d’accord pour dire qu’avec un fixing par jour, ça marcherait tout aussi bien et éviterait bien des dérives.


    • samuel Le 29 juillet 2013 à 20h43
      Afficher/Masquer

      Pour les futures et le cour des monnaies, le meilleur moyen de limiter le “besoin” de dérivés c’est de limiter les cotations dans le temps (avec une cotation par trimestre, cela limiterai fortement son intérêt spéculatif et on étudierai plutôt la pertinence des données, que le besoin idiot d’avoir des trucs qui bougent) et bien évidement de le limiter aux seuls acteurs physiques.
      Accessoirement l’Europe intervenait beaucoup pendant des années sur le marché agricole, cela n’a pas gêner grand monde et on ce moquai de ce nouveau besoin de dérivés.
      Pour les obligations, l’état peut très bien faire un emprunt national.


      • jb boisseau Le 30 juillet 2013 à 17h02
        Afficher/Masquer

        pourquoi vouloir remplacer ces éléments ? les futures ( sur les monnaies et le physique) et les obligations jouent leur rôle de fin ancement, non ?
        on peut là aussi les limiter à un fixing par jour pour diminuer les échanges inutiles.


  11. Lisztfr Le 29 juillet 2013 à 17h09
    Afficher/Masquer

    “Die leichte Taube, indem sie im freien Fluge die Luft teilt, deren Widerstand sie fühlt, könnte die Vorstellung fassen, dass es ihr im luftleeren Raum noch viel besser gelingen werde.”

    Immanuel Kant – Kritik der reinen Vernunft [1787]

    La colombe légère, partageant l’air au cours de son vol libre, ressentant sa résistance, pourrait avoir la représentation que dans l’espace vide cela réussirait encore mieux.

    Ou :

    La colombe pourrait croire qu’elle volerait encore mieux dans le vide


    • Crapaud Rouge Le 29 juillet 2013 à 23h03
      Afficher/Masquer

      Très joli, surtout quand on sait que le capitalisme progresse en éliminant les résistances, en faisant le vide de tous rapports non marchants.


  12. bertrand Le 29 juillet 2013 à 18h35
    Afficher/Masquer

    link to boursorama.com

    Tiens donc restructuration mondiale le 31/8/2013??????????…………..gaffe à vos assvie.
    Déjà qu’ils piquent 47% des dépôts à Chypre……tiens je t’en Chypre un peu………..allez laisse toi faire………..toute manière t’as pas le choix …..c’est moi le chef.


    • caroline porteu Le 29 juillet 2013 à 19h25
      Afficher/Masquer

      @bertrand :
      ECB plans to release Emergency Liquidity Assistance (ELA) rules, says German newspaper FAZ.

      Et les problèmes de liquidités sont réels :
      La Générale vend son département de Gestion de Fortunes
      JP Morgan vient d’annoncer la vente de son département de trading sur MP (à mon avis ils vont avoir du mal à trouver des acheteurs)
      Et dans un de ses derniers twitt , Max Keiser attirait l’attention sur l’état dramatique de la Deutsche Bank
      La Barclays doit se recapitaliser d’urgence ..

      Ca fait beaucoup de signaux plus qu’inquiétants


    • caroline porteu Le 29 juillet 2013 à 19h55
      Afficher/Masquer

      Un signal de plus qui est tout sauf neutre .
      Il semble qu’il y ait un gros trou dans les réserves d’or de la BOE

      On ‘Keiser Report,’ GoldMoney’s Macleod reveals sharp fall in BofE’s gold inventory
      Submitted by cpowell on Sun, 2013-07-28 14:59. Section: Daily Dispatches
      11:06a ET Sunday, July 28, 2013

      Dear Friend of GATA and Gold:

      Interviewed this week on Max Keiser’s “Keiser Report” program on the Russia Today network, GoldMoney research director Alasdair Macleod discloses that the Bank of England’s reported gold inventory fell by 1,300 tonnes between February and June. Macleod speculates that this gold was used to smash the market in April to get the price back under central bank control. The program is posted at YouTube. Macleod’s segment begins at 13 minutes and the decline in the Bank of England’s reported gold inventory begins to be discussed at the 18:40 mark:

      link to youtube.com

      CHRIS POWELL, Secretary/Treasurer
      Gold Anti-Trust Action Committee Inc.
      link to gata.org


      • Patrick Luder Le 29 juillet 2013 à 22h11
        Afficher/Masquer

        Est-ce le moment ou l’or physique va se détacher de l’or-papier? Je ne pensais pas que cela arriverait si vite, il y a encore trop d’affaires à faire …


  13. Marcus Le 29 juillet 2013 à 22h32
    Afficher/Masquer

    Fermeture de la bourse je suis POUR !

    De toute façon la société capitaliste dans laquelle nous vivons est vouée à mourir de sa belle mort !

    L’essentiel est de s’y préparer, de ne pas trop vouloir s’acharner sur le malade ET d’être patient !!!

    Si on a de l’HUMILITE, de la PATIENCE avec un minimum d’intelligence et de chance aussi … qui vivra verra mais devrait aborder cette nouvelle période avec les qualités requises.

    Bonnes vacances pour ceux qui partent et reposez-vous pour ceux qui ne partent pas !
    Marc


    • Marcus Le 29 juillet 2013 à 22h48
      Afficher/Masquer

      Et puis ne restez pas seul , quoi qu’il arrive !

      La solitude en temps normal c’est déjà la mort, mais en temps troublés +++ c’est la mort +++

      Je suis un connaisseur ………


  14. Crapaud Rouge Le 29 juillet 2013 à 23h13
    Afficher/Masquer

    Mais la Bourse, ce n’est pas seulement un truc “pratique pour échanger les titres“, c’est d’abord le lieu où se constitue leur “valeur”. Vous avez un nouveau type de thermomètre pour remplacer le bon vieux modèle à mercure ?


  15. Marc Le 29 juillet 2013 à 23h22
    Afficher/Masquer

    Articlé biaisé puisqu’il ne prend en compte que la France qui est très frileuse des IPO…
    Facile de faire ça sur le pays qui l’utilise le moins et en tirer des conclusions.
    La même étude sur les US et UK svp !
    PS: dès lors il ne faut pas s’étonner d’avoir des banques 2B2F non plus


  16. Patrick Luder Le 29 juillet 2013 à 23h33
    Afficher/Masquer

    La logique de profit des banques «détruit l’économie réelle»

    Le fonctionnement actuel de la finance mondiale est contraire à l’esprit du libéralisme et détruit l’économie réelle, dénonce Marc Chesney, professeur en finance à l’Université de Zurich.

    L’introduction d’une taxe sur les transactions financières pourrait y remédier, selon lui.

    Et il revient à la Suisse, en particulier, de montrer l’exemple en prenant les devants, souligne le chercheur dans un entretien publié dans la NZZ am Sonntag.

    Un prélèvement de 0,1% sur chaque transaction suffirait d’après lui à éliminer le trading à haute fréquence. Ce procédé permettant via des programmes informatiques algorithmiques l’exécution à grande vitesse d’opérations boursières est jugé problématique par Marc Chesney, car il présente d’importants risques pour la stabilité du système financier international.

    Il est impossible qu’en une fraction de seconde des données fondamentales à propos d’une entreprise ne soient communiquées. Les investisseurs utilisent justement cette avance pour générer rapidement des gains.

    Spéculation sur les faillites proscrite

    Par ailleurs, une banque ne devrait pas pouvoir spéculer sur la faillite d’une entreprise ou mettre en circulation des instruments financiers opaques, tels les produits structurés. Ces dispositifs complexes ne profitent pas à l’économie réelle et ne bénéficient d’ailleurs souvent qu’aux banques.

    «La complexité est un facteur de profit et de pouvoir», indique Marc Chesney. La valeur nominale totale du marché des produits dérivés représente ainsi près d’un dixième de l’activité économique mondiale.

    Selon une statistique établie par le Fonds monétaire international (FMI), le volume total des dérivés échangés s’élève à 640 milliards de dollars (594 milliards de francs), alors que toutes les économies nationales du monde réunies ne génèrent chaque année «que» 72 milliards de dollars.

    Assumer les conséquences

    Les grandes banques et les courtiers en bourse sont si puissants qu’ils ont le pouvoir de dicter leur politique financière aux gouvernements et à la société, et ce depuis des années. Par ailleurs, le fait que les Etats soient venus au secours de grandes banques au bord de la faillite est contraire à la logique libérale, qui voudrait que celui qui prend des risques en assume les conséquences.


    • Zaharia Le 01 août 2013 à 12h24
      Afficher/Masquer

      je me demande si, dans le post de P. Luder, lorsqu’il est question de stats du FMI, il ne faudrait pas lire plutôt:
      “Selon une statistique établie par le Fonds monétaire international (FMI), le volume total des dérivés échangés s’élève à 640 *MILLE* milliards de dollars (594 *MILLE* milliards de francs), alors que toutes les économies nationales du monde réunies ne génèrent chaque année «que» 72 *MILLE* milliards de dollars.” ?!


  17. jacqueline Le 30 juillet 2013 à 16h33
    Afficher/Masquer

    ” Investir – Le Journal des Finances passe en revue l’actionnariat du Cac 40, des petits porteurs aux fonds souverains, en fonction des origines géographiques et du métier de chaque investisseur.
    Qui sont les principaux actionnaires du Cac 40? Qui sont les principaux actionnaires du Cac 40?

    Trois fois plus que le budget annuel de l’Etat français : 975,75, soit presque 1.000 milliards d’euros. C’est ce que pèse la capitalisation totale de l’ensemble des sociétés de l’indice phare parisien. Autant dire que les besoins en capitaux des ­grandes entreprises du Cac 40 sont colossaux, tant pour ­poursuivre leur développement dans les pays émergents à forte croissance que pour faire face aux pénuries de liquidités résultant des ­crises financières. ”

    link to bourse.lesechos.fr


  18. titus Garfield Le 03 août 2013 à 16h12
    Afficher/Masquer

    pas d’accord avec le billet d’olivier…..ce n’est pas parce que tres peu de sociétés françaises se financent en bourse que la bourse est inutile…..au contraire! la bourse devrait etre le meilleur moyen pour nombre d’entreprises de se financer en fonds propres et ce à moindre cout…seulement les diriigeants de nombre de pme restent frileux ,ou bêtement asservis à leur banquier maison qui est tout sauf philantrope…..la culture boursière (et financière en general…)est désespérément faible en France……


  19. cdg Le 20 septembre 2013 à 14h02
    Afficher/Masquer

    C est un peu court comme raisonnement. C est un peu comme si on disait que le marche auto d occasion est inutile car Renault n y fait que 10 % de ses ventes.
    Si vous investissez dans une societe cote en bourse, vous etes sur de pouvoir vendre vos actions facilement quand vous voulez. donc vous etes plus susceptible de le faire que si vous savez qu il vous faudra des mois pour le faire et que si vous avez besoin d argent a ce moment ca sera tant pis pour vous (comme par ex si vous voulez vendre une maison)

    L autre point important c est l avenir d une societe. a partir d une certaine taille, si les proprietaires de la societe ne veulent plus s en occuper (par ex retraite ou simplement recuperer leur mises + benef dans le cas de capital risque), ils ont le choix entre la vendre ou l introduire en bourse. Si vous supprimez la bourse il reste plus que la vente. autrement dit, le marche va entre encore plus consentre entre de grosses societes (qui sont les seules a pouvoir acheter)


  20. zackman Le 26 décembre 2013 à 06h58
    Afficher/Masquer

    Des commentaires pertinents mais dites vous bien que si la bourse existe c’est qu’elle est le fruit d’une longue histoire capitaliste. Souvenons-nous que la “fabrique ” des produits dérivés date de la guerre de sécession aux USA (alimentation des chevaux) . Tout est artificiel et ça ne peut que s’accentuer avec l’arrivée des algorythmes et robots. La bourse ne sert que ses propres intêrets !!!
    C’est un univers de spéculation, c’est tout. Enlever les produits dérivés, la vente à découvert et vous verrez les marchés financiers tels qu’ils sont. Tant que l’europe n’est pas finie et que beaucoup de pays frappent à la porte, tout ira bien. Quelques secousses n’y changeront rien. Les banques et assurances sont les maîtres du monde et croyez moi, ils ont de beaux jours devant eux! Au plaisir de vous lire. Je ne suis pas expert, juste un “veilleur attentif”. J’ai tellement perdu en bourse que j’en suis arrivé à me dire que mon courtier jouait contre moi surtout quand je tradais sur les callet put. J’ai arrêté et depuis mes petits fonds sont sur du placement “sur” (PEL CEL ASURANCE VIE)


Charte de modérations des commentaires