19
Fév
2013

Après avoir analysé le prix des matières premières alimentaires dans ce billet, nous allons analyser aujourd’hui la situation de la sous-alimentation sur la planète.

faim dans le monde famine sous-alimentation nutrition insécurité alimentaire

On observe l’effet de la hausse des prix alimentaires en 2006/2008 : plus d’un milliard d’affamés sur la planète…

“À cette époque, les petits pays dépendants des importations, notamment en Afrique, ont été frappés de plein fouet par les crises alimentaire et économique. Quelques grands pays sont parvenus à se mettre à l’abri des crises grâce à des politiques restreignant la liberté du commerce et à des mécanismes de protection sociale performants, mais le protectionnisme commercial a favorisé l’augmentation des prix et de la volatilité sur les marchés internationaux.

En 2010, le nombre et la proportion de personnes sous-alimentées dans le monde sont en baisse, grâce à la reprise de l’économie mondiale et au tassement des prix des produits alimentaires, mais la faim a gagné du terrain depuis la flambée des prix des aliments et la crise économique, ce qui rend plus difficile la réalisation des objectifs de réduction de la faim convenus sur le plan international.

Selon les dernières données disponibles, le nombre total de personnes sous-alimentées, qui aurait atteint 1 023 millions en 2009, devrait tomber à 925 millions en 2010, soit une baisse de 9,6 pour cent. Les  pays en développement représentent 98 pour cent des personnes sous-alimentées dans le monde, et le taux de prévalence de la sous-alimentation y est de 16 pour cent (figure 2) – contre 18 pour cent en 2009 – mais ce niveau est nettement supérieur à celui fixé dans l’Objectif 1 du Millénaire pour le développement (OMD 1 = réduire de moitié le nombre d’affamés entre 2000 et 2015…).” [FAO, 2010]

Si nous zoomons par zone :

faim dans le monde famine sous-alimentation nutrition insécurité alimentaire

faim dans le monde famine sous-alimentation nutrition insécurité alimentaire

La baisse des affamés en Chine a été spectaculaire dans les années 1970 et 1980, mais ce bon chiffre a malheureusement été compensé par une forte croissance en Afrique, en Inde et dans le reste de l’Asie.

Cela donnait ceci sur une carte pour le pic de 2009 :

faim dans le monde famine sous-alimentation nutrition insécurité alimentaire

Voici le triste palmarès des 20 pays comptant le plus d’affamés :

faim dans le monde famine sous-alimentation nutrition insécurité alimentaire

On peut dès lors, afin de tenir compte de la forte augmentation de la population mondiale, observer la prévalence globale de la famine par régions mondiales :
faim dans le monde famine sous-alimentation nutrition insécurité alimentaire

On note une évolution positive, mais en ralentissement marqué depuis 2000 – avec un sursaut causé par la Crise.

faim dans le monde famine sous-alimentation nutrition insécurité alimentaire

On note bien que c’est la situation de l’Afrique et de l’Inde qui a eu tendance à ralentir la baisse de l’indice depuis 2000.

Enfin, voici le palmarès des 20 pays où la proportion de la population affamée est la plus grande :

faim dans le monde famine sous-alimentation nutrition insécurité alimentaire

En conclusion, le plus dramatique :

faim dans le monde famine sous-alimentation nutrition insécurité alimentaire

Plus de 9 millions d’humains meurent de faim chaque année, soit 25 000 par jour ou un toutes les 3 secondes…

Je n’aime pas les raccourcis trop faciles ou populistes, mais quand même, comment ne pas se dire que si les pauvres étaient des banques, ils auraient probablement été sauvés depuis longtemps…


humour dessin cartoon faim dans le monde famine sous-alimentation nutrition insécurité alimentaire

© Mix & Remix

humour dessin cartoon faim dans le monde famine sous-alimentation nutrition insécurité alimentaire

© Nicolas Vadot

humour dessin cartoon faim dans le monde famine sous-alimentation nutrition insécurité alimentaire

© Rhodo

humour dessin cartoon faim dans le monde famine sous-alimentation nutrition insécurité alimentaire

humour dessin cartoon faim dans le monde famine sous-alimentation nutrition insécurité alimentaire

© Na!

humour dessin cartoon faim dans le monde famine sous-alimentation nutrition insécurité alimentaire

© Mikaïa

humour dessin cartoon faim dans le monde famine sous-alimentation nutrition insécurité alimentaire

© Lasserpe

humour dessin cartoon faim dans le monde famine sous-alimentation nutrition insécurité alimentaire

© Rhodo

humour dessin cartoon faim dans le monde famine sous-alimentation nutrition insécurité alimentaire

humour dessin cartoon faim dans le monde famine sous-alimentation nutrition insécurité alimentaire

humour dessin cartoon faim dans le monde famine sous-alimentation nutrition insécurité alimentaire

humour dessin cartoon faim dans le monde famine sous-alimentation nutrition insécurité alimentaire

humour dessin cartoon faim dans le monde famine sous-alimentation nutrition insécurité alimentaire

humour dessin cartoon faim dans le monde famine sous-alimentation nutrition insécurité alimentaire

humour dessin cartoon faim dans le monde famine sous-alimentation nutrition insécurité alimentaire

humour dessin cartoon faim dans le monde famine sous-alimentation nutrition insécurité alimentaire

humour dessin cartoon faim dans le monde famine sous-alimentation nutrition insécurité alimentaire

humour dessin cartoon faim dans le monde famine sous-alimentation nutrition insécurité alimentaire

humour dessin cartoon faim dans le monde famine sous-alimentation nutrition insécurité alimentaire

76 réponses à 2505 La faim dans le monde

  1. Fabrice Le 19 février 2013 à 06h54
    Afficher/Masquer

    Et le pire c’est qu’à mon avis sans me pencher sur le sujet, la crise à dû voir les budgets d’aide alimentaire et de développement des pays occidentaux qui se plaindront après d’avoir de l’immigration… O_o


  2. JPS1827 Le 19 février 2013 à 08h03
    Afficher/Masquer

    Merci pour ces données.


  3. Patrick-Louis Vincent Le 19 février 2013 à 08h17
    Afficher/Masquer

    Il serait intéressant de comparer ces chiffres avec le taux de croissance démographique pour chacun des pays. Je ne serais pas étonné si l’on constatait que les pays les plus atteints par la faim sont ceux qui font le plus d’enfants. La Chine, pays où les famines étaient récurrentes dans les années 50, a su apporter une solution au problème démographique, l’Inde n’a pas su le faire, malgré quelques essais. L’Afrique ne fait rien du tout pour controler le nombre de naissances.


    • Téji Le 19 février 2013 à 09h07
      Afficher/Masquer

      Il semble que le cas de la Chine soit à regarder de plus près. Si la réduction des naissances est un fait dans les villes (comme autre part, d’ailleurs), hier après-midi dans ma voiture, sur France Inter (la tête au carré ?) un intervenant expliquait qu’une partie de la population de la Chine ‘manquait’ : dans les campagnes, la natalité est de plusieurs enfants par couple (4, 5), tous sous le même prénom, que les parents déclarent à coup de pot-de-vin aux autorités locales… Et ça ne joue pas, semble-t-il, avec quelques cas !

      Je serais preneur d’un ordre de grandeur du budget nécessaire à l’éradication de la faim, si une telle étude existe (X Mds€/an sur Y années).
      Voire d’un comparatif avec les budgets mis en oeuvre pour les banques, l’armement, etc…
      Par exemple, 1€ x 25.000 décès/j = 25k€/j # 10M€/an
      à comparer à un Rafale : 100M€


      • sgmsg Le 19 février 2013 à 14h55
        Afficher/Masquer

        Si des chinois donnent des pots-de vin pour faire des enfants non-enregistrés, bien ils sont vraiment dans la merde. Si il y a pénurie de nourriture, ils seront emprisonnés, exécutés pour avoir surpeuplé, non seulement les parents mais aussi leurs enfants risquent leur vie. Bref des humains, toujours aussi visionnaires, qui surpeuplent jusqu’à la mort.


    • Lolo Le 01 novembre 2013 à 10h16
      Afficher/Masquer

      La faim n’a pas de lien avec le nombre d’enfant monsieur que les africain ne contrôle pas, c’est FAUX. Il faut arrêter les guerres dans le monde et toutes les conneries qui détruisent la terre. On devrait penser à produire et à garder la terre saine. L’environnement ne supporte plus les produits toxiques qui empêchent le développement dans le secteur alimentaire (l’agriculture, l’élevage, la psiculture sont menacés, traumatisés par les pratiques de l’homme).
      L’Afrique doit changer la politique de développement au lieu de se mettre tout le temps en guerre, et réclamer ensuite la faim, c’est l’un des continents très riches sur le plan naturel. En Europe il y a des couples qui n’ont pas d’enfant et qui sont quand même affamé aussi comme dans d’autres pays, en sommes, ce n’est pas le nombre d’enfant qui est responsable de la faim dans le monde.


  4. OR Le 19 février 2013 à 09h14
    Afficher/Masquer

    le nombre de personnes souffrantes de la faim est nettement biaisé à la baisse. Si l’on compare la distribution des revenus, au niveau mondial, avec la hausse du budget alimentation de 2007-2008, à savoir 80 %, hausse, comme toujours, mal amortie à la baisse par la suite (on a constaté, depuis qu’on dispose de statistiques, c’est à dire depuis le XVI° siècle, que le retour ne se fait JAMAIS au prix antérieur), que l’impact de la malnutrition, atteindra plutôt 3 à 4 milliards de personnes.
    Un budget “équilibré”, avec 2 ou 3 dollars ou euros par jour, ne peut absolument pas supporter une telle hausse.
    Or, la pauvreté et la faim sont estimés à seulement 1 usd par jour…


  5. caroline Porteu Le 19 février 2013 à 09h22
    Afficher/Masquer

    Bonjour Olivier
    Dans mon dernier billet , je parle de la destruction programmée du système éducatif Européen …

    link to fipcarolinep.xooit.fr

    Patrick Louis Vincent vient de faire remarquer à juste titre que la faim était souvent corrélée à la démographie . Je dirais qu’elle est corrélée au niveau d’instruction des femmes , comme la mortalité infantile d’ailleurs . Plus les femmes ont de droits , plus elles sont instruites , moins elles font d’enfants et plus le pays est riche. Et ceci est d’autant plus important qu’elles sont le premier vecteur de transmission du niveau d’éducation . Contrairement à une idée reçue , le développement des droits féminins et leur accès aux emplois est lui-même source de production de richesses et non pas d’augmentation du chômage comme certains le prétendent.

    C’est la raison pour laquelle l’IDH (indice de développement humain ) qui commence à être utilisé en lieu et place du PIB , intègre ce niveau d’instruction dans son évaluation des niveaux de développement économiques . Et c’est à partir de cet indice que le PNUD établit ses rapports et ses préconisations pour le développement des pays .


    • Patrick-Louis Vincent Le 19 février 2013 à 10h10
      Afficher/Masquer

      Oui, je partage ce point de vue. Voici un tableau des 20 premiers pays au classement IDH ou ISDH (corrigé des inégalités) et des 20 derniers.

      Sans surprise, ils sont tous africains. Ce sont dans ces pays-là que la malnutrition est la plus importante.

      Notons que la France, est au 14ème rang du classement ISDH, entre le Dannemark et le RU. Cela montre que nous n’avons pas à nous plaindre, et qu’il y fait bon vivre. Nous faisons mieux que l’Allemagne (20ème).


    • JPS1827 Le 19 février 2013 à 19h56
      Afficher/Masquer

      @caroline Porteu : merci d’avoir rappelé ces vérités


  6. toutouadi Le 19 février 2013 à 09h42
    Afficher/Masquer

    Bravo Olivier


  7. Bernard Henry Botul Le 19 février 2013 à 10h07
    Afficher/Masquer

    Au lieu de pleurer des larmes de crocodile , ce a quoi moi je ne m ‘abaisse pas , controlons mondialement les naissances !
    La faim n ‘est que le résultat de l ‘irresponsabilité humaine ET PARENTALE !!
    Pondons , pondons , croissons , croissons….1,5 millards a ma naissance , prés de 7 maintenant .
    La faim est donc parfaitement normale , c ‘est le contraire qui ne le serait pas !


    • bizbee Le 19 février 2013 à 10h31
      Afficher/Masquer

      très très simpliste…

      link to econ.umn.edu

      link to yale-university.org

      qq infos pêle-mêle;
      – en chine bientôt 1 actif pour 1 non-actif à cause de la politique de l’enfant unique… un crash démographique à venir, -30% selon certaines prévisions; alors gérable?
      – en ce moment mm le taux de natalité est “naturellement” en baisse pratiquement partout (et pas forcément uniquement due à l’éducation des femmes…)
      – alors, un contrôle mondial de la natalité? Bienvenue dans le meilleur des mondes…


      • sgmsg Le 19 février 2013 à 15h00
        Afficher/Masquer

        1 – Ce n’est pas simpliste: tout les exterminations massives de “homosapiens” sont corrélées avec sa croissance démographique.

        2 – Le meilleurs des monde c’est maintenant: fliqué sur internet, fliqué sur les mobile, fliqué avec les cartes de crédits et débits. Tout ça est possible grâce à l’informatique et à l’effondrement du bloc soviétique.


        • bizbee Le 19 février 2013 à 17h55
          Afficher/Masquer

          1- source fiables svp ?

          2- N’importe quoi…relisez ce bouquin… vivre en occident aujourd’hui donne plus de possibilités (=libertés) qu’à n’importe quelle époque… un contre-exemple svp…


          • sgmsg Le 19 février 2013 à 20h15
            Afficher/Masquer

            1 :
            Comme ça de mémoire :
            – Les extinctions [du tatou géant] en Amérique avec l’arrivée des asiatiques par le détroit de Béring.
            – La surpopulation de l’île de pâques avec la désertification qui s’ensuivit.

            Avec des sources trouvées en 2 secondes 1/4 :
            link to fr.wikipedia.org

            2
            – Le droit d’Obama d’exécuter quiconque en dedans et en dehors des États-Unis y compris les citoyens américains [http://msnbcmedia.msn.com/i/msnbc/sections/news/020413_DOJ_White_Paper.pdf]
            – La limitation de retrait d’argent comptant des banques et des guichets automatiques
            – Les impôts et taxes plus élevés que jamais et ce pour renflouer des riches (les banques)
            – L’écart croissant entre les riches et les pauvres.
            – L’inflation qui est caché par les autorités gouvernementales afin de réduire les déduction et les ajustement au coût réelle de la vie.
            – Les policier qui ne sont plus là pour nous protéger mais pour assurer le maintien de la paix, on peut penser à Chris Donner.


    • josephine Le 19 février 2013 à 11h03
      Afficher/Masquer

      Vi vi, rien à voir avec les inégalités, l’accaparement, la spéculation, l’exploitation des richesses de ces pays par des entreprises étrangères avec l’aide des oligarchies locales, les guerres…


      • african Le 05 janvier 2014 à 17h54
        Afficher/Masquer

        non mais serieux…s’ils arretaient de faire des enfants ils n’en deviendraient pas plus riche CAR ON LEUR A RIEN LAISSE pour s’enrichir a la base…ils seraient au meme niveau …ehh attendez..en fait ce sont les multinationales et les autres gros porcs qui y perdraient en main d’oeuvre pas chere..


    • sgmsg Le 19 février 2013 à 14h56
      Afficher/Masquer

      Bravo, tout est dit.


  8. Patrick-Louis Vincent Le 19 février 2013 à 10h28
    Afficher/Masquer

    Ci-joint un petit tableau comparatif entre IDH et ISDH par pays

    link to hdr.undp.org

    Exemple. Deux pays au niveau IDH élevé, la Belgique et la Corée du Sud, l’avantage est nettement à la Belgique quand l’on tient compte des inégalités hommes/femmes.

    Autre exemple : Montenegro et Mexico, de même indice IDH. En tenant compte des inégalités hommes/femmes, l’indice du Méxique s’écroule complètement. Ce qui en dit long sur la condition des femmes au Mexique.


  9. stephp Le 19 février 2013 à 11h19
    Afficher/Masquer

    Quand mettrons-nous fin à cette activité criminelle qui consiste à spéculer sur les prix des denrées alimentaires de base ?


    • chris06 Le 19 février 2013 à 13h00
      Afficher/Masquer

      ce ne sont pas les spéculateurs qui sont la cause de la faim dans le monde mais les dirigeants corrompus jusqu’à l’os qui sévissent dans ces pays. Bien entendu, pour nos politiciens à nous qui soutiennent tous ces régimes sanguinaires et les grands médias à leur solde, il est bien plus facile de rejeter la faute sur les méchants spéculateurs (et vous noterez au passage, ne rien faire contre) que de reconnaître leur complaisance et leur part de responsabilité.


      • stephp Le 19 février 2013 à 14h03
        Afficher/Masquer

        Mais l’un n’empêche pas l’autre !
        La spéculation ET les dirigeants corrompus (par les nôtres) sont en grande partie responsable de cet état de fait.


        • step Le 19 février 2013 à 18h14
          Afficher/Masquer

          je dirais même plus : la corruption des dirigeants est facilitée par la spéculation et l’opacité financière.


      • Casquette Le 19 février 2013 à 19h09
        Afficher/Masquer

        @Chris06
        Je pense pas que les dirigeants corrompus font la démarche auprès des multinationales ou des chefs d’Etat pour les inviter à les acheter…
        C’est Areva qui a besoin d’uranium pour ses centrales nucléaires pas le Niger.


        • step Le 19 février 2013 à 23h41
          Afficher/Masquer

          tu les sous estimes. beaucoup se considèrent eux même comme des VRP


    • sgmsg Le 19 février 2013 à 15h06
      Afficher/Masquer

      Surpeupler n’est pas une activité criminelle? Pourtant elle le devrait. Pourquoi faire des enfants si on ne peut pas ou on ne veut pas leur garantir soi-même de la nourriture, une éducation, un toit, la paix jusqu’à leur mort. Les milliardaires le font et ils le restent, les pauvres ne le font pas et ils le restent.


      • bizbee Le 19 février 2013 à 17h57
        Afficher/Masquer

        donc en fait les coupables sur de toute cette merde ca sont les pauvres qui se reproduisent alors qu’ils sont pauvres?


        • step Le 19 février 2013 à 18h20
          Afficher/Masquer

          il y a la même affirmation dans germinal ou la femme du bourgeois propriétaire de la mine regardant avec tout la compatissance paternaliste possible la maheude et lui signalant que sa pauvreté était liée à son trop grand nombre d’enfants. J’ai bien peur pour elle que sa pauvreté ait commencé un peu avant ses maternités. Enfin visiblement les raisonnements sociaux du début du XX eme tissent encore la société française. Comme quoi il n’y a pas que l’économie qui a du chemin à faire !


          • sgmsg Le 19 février 2013 à 20h22
            Afficher/Masquer

            Que le bourgeois soit paternaliste importe peu. Sa pauvreté à commencer effectivement avant ses maternités… peut-être avec les maternités de sa mère? Puis de sa mère avant elle?

            [De mémoire, l’ONU avait demander aux responsables des pays de limiter la population et la réponse fût, on ne veut pas aller devant la population avec de telles politiques. Parce que les pauvres, ils savent qu’ils font des enfants dans l’espoir de s’enrichir même si ça marche pratiquement jamais.]

            C’est le propre de l’humain, il est dans la merde alors il se justifie d’en mettre un autre dans la merde parce que quelqu’un l’a mis lui aussi. Ce qui donne ultimement des guerres à répétitions, puisque c’est jamais de sa responsabilité.


          • step Le 19 février 2013 à 23h43
            Afficher/Masquer

            a un détail près : pour la maheude, un enfant c’était une paire de bras donc la possiblité d’un peu moins mal vivre, pas le contraire.


  10. Titi91 Le 19 février 2013 à 11h20
    Afficher/Masquer

    Bonjour, comme d’autres, pas de larmes de crocodile sur les chiffres. J’enrage quand mes enfants ne mangent pas le repas préparé car, même en essayant de le resservir le soir, la moitié finit à la poubelle. C’est toujours la moitié, peut importé la portion. Alors que d’autres meurent de faim…
    Mais croire que x milliards de dollars vont résoudre la faim, je ne souscris pas du tout. J’ai récemment parcouru le rapport Meadows, et il n’y a pas de solution. Point.
    M’enfin,
    Donnons les x milliards ( empruntons les plutôt ) et ayons bonne conscience.


  11. Helios Le 19 février 2013 à 11h21
    Afficher/Masquer

    Je pense qu’il y a des situations très différentes et qu’on ne peut pas tout mélanger.
    Les cas de l’Afrique et de l’Inde par exemple : dans le cas de l’Inde il me semble qu’il s’agit essentiellement d’un problème de répartition des richesses à l’intérieur de ce pays, puisqu’il a connu un très fort développement (je suis allé récemment à Bangalore et c’est impressionnant), qui n’a apparemment profité qu’à une fraction de la population. Alors qu’en Afrique il s’agit plutot d’un manque global de ressources (même si là aussi il y a aussi un problème de répartition).


    • chris06 Le 19 février 2013 à 12h25
      Afficher/Masquer

      Il me semble qu’en Afrique tout particulièrement, le problème principal n’est pas un manque de ressources mais la corruption endémique à tous les niveaux de l’Etat.

      Ma soeur a travaillé comme médecin sans frontières dans divers pays africains pendant près de quinze ans et elle a fini par abandonner tellement la corruption qui y régnait la rendait malade!

      C’est pour cela que je dis toujours que la faim dans le monde ne se résoudra pas avec plus de ressources, plus d’argent, un contrôle de la démographie ou une meilleure répartition des richesses car c’est avant tout un problème politique. Comment ces pays pourront ils se débarrasser de tous ces dirigeants corrompus jusqu’à l’os, c’est vraiment la question la plus importante!


      • caroline Porteu Le 19 février 2013 à 13h46
        Afficher/Masquer

        Bonjour Chris

        Encore une fois : problème d’éducation et de niveau . Les dictatures sont par définition corrompues puisqu’il n’y a pas de séparation des pouvoirs ni d’indépendance de la justice .
        Et la séparation des pouvoirs est l’un des fondements de la démocratie, notion qui est loin de s’arrêter au vote …

        Donc lorque nous voyons la justice abdiquer en Europe , à la fois vis à vis des fraudes ou de la spéculation financière , nous avons de gros soucis à nous faire.

        Le système judiciaire américain lui même incite à la fraude et à la récidive , puisque son système d’amendes transactionnelles, toujours inférieures aux profits retirés de la fraude elle même , entraine par définition la récidive toujours plus ample .

        Lisez le bouquin de Jean François Gayraud sur le sujet : La crise est une Fraude Criminelle .. Il est lumineux … Jean François Gayraud est docteur en droit, commissaire divisionnaire, représente la France au sein de l’UE dans les combats contre la criminalité financière et je peux vous dire qu’il n’est pas optimiste .

        L’Union transtlantique veut nous imposer ce système judiciaire dément qui exempte les coupables de sanctions et les exonère de toute réparations des préjudices .. Regardez ce qui s’est passé pour le trucage des comptes grecs , pour le Libor scandale , pour les prêts toxiques .

        Nous dépenserions la moitié de l’énergie que nous consacrons en ce moment aux scandales alimentaires que l’Europe irait beaucoup mieux et que la spéculation effrénée sur les matières premières dénoncée par Olivier et certains intervenants , se verrait nettement limitée .


      • sgmsg Le 19 février 2013 à 15h09
        Afficher/Masquer

        La corruption endémique n’est possible que grâce à la surpopulation. En surpopulation, il y a trop d’individu et les meneurs naturels débordés ne peuvent s’assurer de l’intégrité de la horde.


        • bizbee Le 19 février 2013 à 17h59
          Afficher/Masquer

          heureusement, depuis des siècles, la sélection naturelle élimine les humains pas assez humains… car ils déstabilisent le collectif…


          • sgmsg Le 19 février 2013 à 20h26
            Afficher/Masquer

            Euh non c’est le contraire.

            Robert D. Hare a d’ailleurs remarqué qu’il avait de plus en plus de psychopathe en nature.


          • step Le 19 février 2013 à 23h44
            Afficher/Masquer

            la psychopathie est un facilitateur de réussite économique dans la société actuelle oui, j’ai lu aussi cette étude.


      • step Le 19 février 2013 à 18h28
        Afficher/Masquer

        quand on a faim on vote pour celui qui promet de la nourriture chris. Le problème politique a une racine économique même si cela ne te plait pas. Si c’était un simple problème politique, il serait déjà réglé. Mais ne t’inquietes pas ce genre de régime va s’étendre bientôt en europe, et tu comprendras peut être. Il n’y a pas de fatalité africaine à la corruption. Ce n’est ni dans leur gènes ni dans leur histoire mais bien dans la conjoncture qu’ils subissent depuis 40 ans. Si je devais ranconner mes “usagers” pour survivre, je le ferai, par simple desir animal de me prolonger, comme je pense 90% de la population. Toute probité a un prix et quand le ventre à faim le prix est faible.


  12. Mario55 Le 19 février 2013 à 12h34
    Afficher/Masquer

    “Je n’aime pas les raccourcis trop faciles ou populistes, mais quand même, comment ne pas se dire que si les pauvres étaient des banques, ils auraient probablement été sauvés depuis longtemps…”

    Et pourtant M. Berruyer c’est bel bien un vrai raccourci facile, surtout quand il est implicitement dit que cette pauvreté est due à la spéculation!

    La cause de la pauvreté n’est pas la spéculation et l’éradication de la pauvreté ne réside pas dans la disparition des marchés. À ce sujet, un livre récent et primé qui présente le sujet bien mieux que je ne le ferais: “Repenser la pauvreté” de Abhijit V. Banerjee, Esther Duflo et Julie Maistre.

    Par ailleurs il est remarquable de constater qu’en France bien souvent ceux qui s’émeuvent de la faim dans certains pays, sont ceux-là même qui seraient prêts à dresser des barrières douanières pour en empêcher les mêmes pays de nous vendre leurs TV, leurs cocottes SEB ou produits plus sophistiqués maintenant.

    En somme, d’accord pour aider les populations pauvres par les habituelles subventions à la Bono, à voir lorsque ces populations s’imposent en partenaires ou concurrents menaçants…

    Sur le même sujet, et dans la même veine, il est interessant de relever la récente décision de M. Bonnafé, DG de BNPParibas: il vient de décider la suspension des souscriptions à deux de ses fonds qui avaient pour thème l’agriculture de peur d’être accusé du pire des crimes, celui de spéculateur.
    Aucune opération, rien de particulier n’est reproché à ces fonds, mais cela ne fait rien M. Bonnafé s’est auto-censuré (force de l’idéologie ambiente), il a craint, a-t-il dit le risque de réputation!
    Alors que tels fonds ont parfaitement leur place dans une allocation d’actifs pour une gestion bien construite.


  13. launay Le 19 février 2013 à 12h52
    Afficher/Masquer

    je suis de retour d ethiopie il y a pas que du desert loin de la,et connais pas mal l afrique(senegal,tunisie egypte,gabon cote d ivoir)et oui effectivement les richesses sont toujours et encore reverses au meme personnes.pas de changement de se cote.comme dans le monde d ailleur.les riches font du fric sur la pauvrete.partout.les chinois trouve que leur main d oeuvre est trop cher ils investissent en afrique,mais ils sont malin ils ouvrent des ecoles,ouvre de plus grand port,font en sortent que la population soit plus ouverte en vers eux,je pense que tout les pays qui vont dans un pays dit de pauvrete je dit bien dit car les richesses elles sont bien la,doivent faire l effort de participer au devellopement et donc repartir les sommes donnees bien sur au grippe sous,et au developpement durable.l afrique na pas besoin de pitiee elle a besion de reconnaissance,elle est peut etre pauvre,mais ils ont la richesse des sourires.une chose que me fait plus que mal STOP AU TRAFFIC D ENFANT.battons nous pour l ecole pour tous,ouvrons des ecoles,universitee, il n y a que comme ca que les choses peuvent evoluees.


  14. fabien775 Le 19 février 2013 à 13h27
    Afficher/Masquer

    @chris06
    Un des mécanismes les plus meurtriers à dénoncer, c’est la spéculation actuelle sur les aliments de base, le maïs, le riz et le blé, qui couvrent 75 % de la consommation mondiale. En 2007-2008, les grands spéculateurs ont perdu 85 000 milliards de dollars de valeur patrimoniale dans les bourses financières. Ils ont, du coup, migré vers les bourses de matières premières, notamment agricoles. Ils ont ainsi réalisé des profits astronomiques. Et ce, de manière tout à fait légale. De ce fait, les prix du marché mondial flambent. Tout le monde est d’accord pour dire que la spéculation boursière sur les aliments de base est l’une des raisons principales du massacre collectif. Le prix du maïs a augmenté de 93 % en dix-huit mois ; la tonne de blé meunière a doublé (271 €) en un an ; la tonne de blé philippin a augmenté de 113 %. L’impact dans les bidonvilles du monde est énorme. À Lima, le riz s’achète dans des gobelets maintenant. Et dans la soupe du soir, ce sont quelques grains seulement qui flottent… Les spéculateurs devraient être traduits devant un tribunal, c’est un crime contre l’humanité ! Jean Ziegler.
    Renseigne-toi avant de dire n’importe quoi de manière péremptoire, même si la corruption joue un rôle important.


    • chris06 Le 19 février 2013 à 13h53
      Afficher/Masquer

      @fabien775,

      “Tout le monde est d’accord pour dire que la spéculation boursière sur les aliments de base est l’une des raisons principales du massacre collectif.”

      si “tout le monde” est d’accord pourquoi personne ne fait rien contre? Vous pensez bien que c’est incohérent, n’est ce pas? Si “tout le monde” est d’accord, pourquoi à chaque fois que le sujet est mis sur le tapis au G20, ils bottent en touche?

      D’autre part, comme je l’ai dit sur un billet précédent, le problème n’est pas la spéculation en soi, mais la spéculation excessive, même la FAO le reconnait :

      “Qu’il soit bien clair que nous ne parlons pas de spéculation liée à la détermination des prix et au fonctionnement normal des marchés à terme. Nous parlons d’une spéculation excessive sur les marchés des produits dérivés, susceptible d’intensifier les fluctuations de prix et leur rapidité”
      link to fao.org

      La question maintenant, c’est quelle est la cause de cette spéculation excessive à laquelle on assiste depuis quelques années?

      Et là, je dis que la cause principale, ce sont les tombereaux de liquidités déversés sur les marchés par la FED et les autres banques centrales. Ce n’est certainement pas avec cela qu’on va réduire la spéculation!

      Tous les libéraux classiques avaient prévenu que faire tourner la planche à billets d’une manière aussi excessive causerait une inflation maléfique et maintenant qu’on l’a qui nos politiciens sont ils si rapidement prêts à montrer du doigt? Les méchants spéculateurs.


      • step Le 19 février 2013 à 18h41
        Afficher/Masquer

        si “tout le monde” est d’accord pourquoi personne ne fait rien contre: car l’interet de “tout le monde” n’intéresse personne.


      • step Le 19 février 2013 à 23h48
        Afficher/Masquer

        une réponse de fond autre que mon trait de cynisme précédent. Tu distribue des armes à la population, certains tue des gens avec, qui est responsable ?


    • sgmsg Le 19 février 2013 à 15h12
      Afficher/Masquer

      Si il n’y avait pas de surpopulation, il ne pourrait pas avoir de spéculation sur la nourriture puisqu’il n’aurait pas de flux tendu entre production et consommation.


  15. Marcus Le 19 février 2013 à 13h37
    Afficher/Masquer

    S’il n’y avait pas les nombreuses organisations caritatives, en France aussi on mourrait de faim.

    Bon après-midi.


  16. SPQR Le 19 février 2013 à 15h54
    Afficher/Masquer

    La surpopulation est “relative” puisqu’elle est le rapport entre une population donné et la capacité de la planète à pourvoir aux besoins vitaux de celle-ci. La variable d’ajustement n’est donc pas nécessairement, comme certains l’affirment ici, l’humain (en général, le pauvre…) mais peut être, au hasard, le niveau de vie d’une certaine fraction de la dite population…

    Je suis décroissante, comme beaucoup des commentateurs de ce blog, mais j’ai beaucoup de mal à entendre parler de flicage autour de la procréation et de malthusianisme trash. Eduquer les femmes (et les hommes, qui ont leur part de responsabilité à assumer dans la conception et l’éducation de leur progéniture ce me semble…), oui, renoncer à certaines politiques natalistes, pourquoi pas ?

    Mais il me semble impensable de prétendre sauver l’humanité en renonçant… à notre humanité précisément… Commençons par nous demander pourquoi, alors que nous sommes actuellement en mesure de nourrir 12 milliards de personnes (et que les projections démographiques actuelles tablent sur une stabilisation à 10 milliards d’ici 2050, eu égard aux transitions démographiques qui finiront par s’achever), un tiers de l’humanité crève encore de faim à “seulement” 7 milliards d’effectifs tandis qu’un autres tiers roule à l’éthanol et mange de la bidoche chaque jour…

    Bref, pour moi, il s’agit surtout d’un problème de répartition des richesses et de non soutenabilité de notre mode de vie actuel…


    • bizbee Le 19 février 2013 à 17h52
      Afficher/Masquer

      “prétendre sauver l’humanité en renonçant… à notre humanité précisément…”
      merci… tellement de bon sens


    • Hijak Le 19 février 2013 à 23h55
      Afficher/Masquer

      La surpopulation n’est pas du tout relative. Elle est réel puisque d’une période d’abondance énergétique et de matières premières, nous arrivons maintenant dans une période de décroissance/stabilisation de l’offre énergétique et des différentes matières premières et une augmentation continue de la demande.

      Il y a surpopulation, c’est mathématique et si nous retournions à la bougie et au bois, ce serais bien pire qu’actuellement.

      Différente option s’offre à nous, soit nous diminuons la population ou en appauvrissons une partie (tout en la contrôlant violemment). Soit nous contrôlons la fusion nucléaire (découverte d’une énergie illimité sans production de Co²) ou alors nous détruisons la planète avec charbon,gaz,bitume restant

      Il n’y a pas d’autre alternative crédible


  17. roussies Le 19 février 2013 à 17h28
    Afficher/Masquer

    Merci Olivier, ces graphiques sont parfaits pour ma classe de cm2.
    bravo pour tout ce que tu fais


    • Marcus Le 19 février 2013 à 19h39
      Afficher/Masquer

      roussies, j’en conclus que nous sommes tous du niveau de CM2 ! LOL, je plaisante !


      • step Le 19 février 2013 à 23h49
        Afficher/Masquer

        CM2 c’est déjà bien quand on voit le niveau moyen.


  18. step Le 19 février 2013 à 19h02
    Afficher/Masquer

    une info hors sujet… mais si c’est confirmé, j’adore…

    link to courrierinternational.com


  19. fabien775 Le 19 février 2013 à 19h29
    Afficher/Masquer

    @SPQR
    Il me semble absurde de penser que l’on pourrait nourrir 12 milliards d’ êtres humains. Déjà nourrir la population actuelle avec comme standard les USA ou l’Europe est impossible, pas assez de terres disponibles sans parler de l’élevage des bovins pour la consommation de la viande. Il faudrait trouver d’autres formes d’alimentations et de cultures, ne serait-ce que pour pouvoir alimenter la population actuelle.


    • SPQR Le 19 février 2013 à 19h46
      Afficher/Masquer

      @ Fabien

      Vous ne m’avez pas lue, manifestement. Le sens de mon propos était précisément de poser la nécessité d’autres modes de vie/alimentation pour permettre à chacun de vivre dignement sur terre. Remplaçons la production massive de viande par celle de légumineuses/céréales et nous avons déjà une sacrée marge, pour commencer. Etc…


  20. Vénus-Etoile du Berger Le 19 février 2013 à 19h42
    Afficher/Masquer

    encore beaucoup d’idées reçues sur l’Afrique.
    Des commentaires me donnent la nausée de Sartre.

    Pauvre France…on se crève à éduquer dans ce pays pour qu’on nous ponde des aberrations de drôles de facultés intellectuelles


    • Vénus-Etoile du Berger Le 19 février 2013 à 19h57
      Afficher/Masquer

      d’ailleurs en parlant de l’éducation, voici un sujet tabou l’illettrisme des cadres
      DU FAIT DE LEUR STATUT SOCIAL, ILS SONT DIFFICILES À DÉPISTER

      Comme 2,5 millions de Français, des cadres sont en situation d’illettrisme dans l’entreprise. Le phénomène, impossible à quantifier, échappe à tous les dispositifs prévus en matière de lutte et de détection. Les responsabilités qu’ils occupent en font des illettrés à la marge de la marge.

      Selon une enquête de l’Insee, publiée en décembre 2012, 7 % de la population active ne maîtrise pas suffisamment l’écriture et la lecture pour se faire comprendre ou pour assimiler un texte, malgré une scolarisation en France pendant au moins cinq ans. Près de sept illettrés sur dix travaillent.

      link to lemonde.fr


  21. fabien775 Le 19 février 2013 à 21h30
    Afficher/Masquer

    @SPQR
    Nous sommes donc en accord.


  22. Marcus Le 19 février 2013 à 22h32
    Afficher/Masquer

    Document passionnant : les variétés anciennes de blé ;

    link to dailymotion.com

    Bon visionnage !


  23. Bouddha vert Le 19 février 2013 à 22h40
    Afficher/Masquer

    Bonsoir,

    En 2013, la faim dans le monde est un fait politique puisque techniquement rien n’empêcherait de nourrir correctement toute l’humanité.
    Les subventions agricoles des pays riches massacrant les marchés des cultures vivrières au détriment d’une agriculture de devise (arachide, cacao, café …) valident l’intention de maintenir ce status quo.

    La quantité d’enfant par famille est quant à elle culturelle mais essentiellement énergétique:
    Dans un pays traditionnel (Afrique subsaharienne) la quantité d’énergie disponible par habitant est ridicule et pour l’essentiel du bois de chauffe pour l’alimentation, aussi faut il passer 10 à 50 fois plus de temps dans les champs pour se nourrir que si l’on est équipé de quelques appareils facilitant l’arrosage, le transport et la distribution des récoltes, d’où l’importance des enfants qui règlent une énorme partie des tâches quotidiennes à effectuer lorsque les machines ne sont pas là pour le faire.

    Ces sociétés non consommatrices d’énergie fonctionnent en tirant partie de toutes les ressources des âges de la vie immédiatement présente, en flux tendu, même situation en 1800 dans nos campagnes.

    Aussi si nous faisons taire les intérêts que nous avons de piller une Afrique riche d’immenses ressources, alors ses populations comme partout trouverons de quoi se nourrir.
    Qu’on se le dise.


  24. Mister_Coffy Le 19 février 2013 à 22h56
    Afficher/Masquer

    Bonsoir à tous, j’ai peu de temps pour participer à ce blog, ce qui m’attriste beaucoup.

    Ayant un peu travailler pour la fac sur la relation Faim dans le monde agrocarburants, je pense pouvoir apporter deux trois chiffres:
    – il n’existe pas de prix alimentaires capables d’éradiquer la faim dans le monde. Si les prix sont trop bas, des centaines de millions de petits agriculteurs ne peuvent en vendant leur productions se nourrir suffisamment. À l’inverse, des centaines de millions de consommateurs pauvres (dont des agriculteurs) connaissent la faim si les prix sont trop élevés. Cela peut paraitre paradoxal, mais dans les régions les plus pauvres, les stocks sont très bas et peuvent être épuisés avant la récolte suivante. Dès lors, si les prix remontent très fortement, les producteurs pauvres, devenus acheteurs nets de nourriture, n’ont plus accès à une quantité de denrées suffisantes. Je trouve que ce cas est intéressant pour montrer l’inadéquation offre-demande dans un domaine à mon sens fondamental. Le commerce international ne représente que 10% de la production mondiale (SOS-Faim, 2008). Or, le prix est mondialisé.

    -Selon Goldman Sachs, la demande d’aliments en vue de produire des agrocarburants représentaient 12,3% de la demande mondiale, la demande en direction de l’élevage près de 50%, en 2011. Certes, ça revient littéralement à additionner des pommes et poires, mais bon, ce chiffre montre la part colossale de l’élevage. L’évolution est par contre inquiétante. Doublement de la production entre 2006-2011, heureusement que le holà a été mis a temps. Je ne suis pas un aficionados des agro-carburants, bien je ne pense pas qu’ils soient les principaux responsable de la faim dans le monde. D’un point de vue écologique, supprimer les agro-carburants, et passer à une agriculture plus responsable (agro-écologie ou bio bien sûr) serait plus logique, mais bon… En plus, les agrocarburants ne doivent pas être produit dans des pays comme l’Ethiopie ou même l’Inde, car leur production concurrence directement la demande locale.

    -De plus, le gaspillage alimentaire est aussi très élevé.1/3 de la production selon la FAO, chiffre 2011. En France, 750 000 tonnes jetées par an par la seule grande distribution (les banques alimentaires: 100 000 tonnes de repas). L’Offre n’est pas égale à la Demande. Selon Tristram Stuart, la nourriture disponible par an par habitant oscille entre 150% et 200% des besoins caloriques dans les pays développé. Réduire d’un tiers en moyenne cette quantité permettrait de nourrir 3 milliards d’individu (il dit d’ailleurs que le gaspillage aux Etats-Unis, c’est de quoi nourrir un milliard de personnes). Après, en ce qui concerne ces deux derniers chiffres, j’attends la traduction de son livre pour savoir comment il les avance.

    Le problème de la faim dans le monde est très complexe. Le réduire à un chiffre qu’il faudrait sortir pour éradiquer celle-ci me parait impossible. Il faut jouer sur les différents levier que l’on possède: diminuer les agrocarburants, le gaspillage, et la surconsommation de bouffe (de viande principalement).


  25. Ermisse Le 19 février 2013 à 23h09
    Afficher/Masquer

    La planisphère de la malnutrition confirme la “malédiction tropicale” dont Francis Hallé a fait un excellent livre, que je recommande. Regardez bien : le seul moyen d’y échapper est d’avoir du pétrole (et encore … seulement dans les déserts).


  26. yoananda Le 20 février 2013 à 09h19
    Afficher/Masquer

    Le raccourci facile ce n’est pas de dire qu’une personne meurt toutes les 3 secondes, c’est de comparer avec le sauvetage des banques.

    D’abord :
    1/ ce n’est pas les banques qu’on sauve mais : l’épargne, les retraites par capitalisation, les assurances vies, les dividendes ! c’est “légèrement” différent !
    2/ sauver une banque ça rapporte, quoi qu’on en dise. Sauver un pauvre ça ne rapporte rien, ou des ennuis.
    3/ on a un pic pétrolier et un réchauffement climatique sur le dos, donc, qu’on sauve les banques ou non, dans les décennies à venir, il y aura des centaines de millions de morts
    4/ l’Afrique a tout pour se sauver elle même, pourquoi ce serait a nous de le faire ? c’est limite du racisme de considérer qu’ils n’en sont pas capable

    Tout ces gens qui meurent c’est un drame. D’autant plus qu’ici on gaspille (je crois 1/3 de la bouffe est jetée aux USA et 1/4 ici). Mais l’Afrique est le continent le plus riche de ressources du monde. On n’est pas responsable de son état, et qu’on me sorte pas le couplet colonialiste “on pille l’Afrique”.


    • Sgmsg Le 20 février 2013 à 13h16
      Afficher/Masquer

      Une chance que l’on jette la nourriture, car il nous font bouffer du cheval à notre insu. Si on ne la jetait pas, on mangerait bien du “pink slime”


      • joyce Le 09 octobre 2013 à 11h29
        Afficher/Masquer

        Une mère se prosternerait bien devant toi pour sauver la vie de son enfant en lui donnant cette même viande de cheval. C’est une chance pour TOI que l’on jette la nourriture.


    • joyce Le 09 octobre 2013 à 11h23
      Afficher/Masquer

      @Yoananda,

      je trouve votre façon de penser très simpliste: l’Afrique a des ressources et peut se sauver elle même si elle le veut. De qui parlez vous exactement en disant “l’Afrique”? Les populations pauvres ou les dirigeants (= les présidents et leurs ministres)? En gros en attendant que ses dirigeants décident de tout mettre en œuvre pour sauver leur propre population qui meure, nous nous devrions croiser les bras et regarder car nous sommes “non-coupable”? Quelles solutions proposez-vous exactement? Ou vous n’en proposez pas du tout? J’ai l’impression que votre connaissance du problème très complexe et multifactoriel qu’est la faim dans le monde (en Afrique) est limitée ou axée sur un nombre restreint d’éléments. On ne demande pas de sauver l’Afrique, mais de trouver des solutions pour éradiquer la faim dans le monde. Si je me trompe je m’excuse d’avance.


  27. Adrien Le 20 février 2013 à 16h59
    Afficher/Masquer

    “Sauver un pauvre ça ne rapporte rien, ou bien des ennuis”.

    Merci Yoanandé d’avoir énoncé aussi clairement (et crument) la cause majeure de la faim dans le monde : la logique marchande qui sous-tend l’organisation des rapports capitalistes de production et des échanges. S’il était rentable de “sauver les pauvres”, alors nous serions dans une société d’abondance. Mais naturellement, une telle possibilité est exclue par définition (le pauvre ne pouvant être source de profits). Telle est l’implacable logique du capitalisme.

    Évidemment, il est bien plus facile et dans l’air du temps de blâmer la spéculation financière ou l’organisation du système bancaire que de pointer le corollaire humainement intolérable de la propriété privée des moyens de production : l’organisation de cette dernière en vue , non de satisfaire les besoins, mais d’accumuler les profits. Ou comment confondre l’effet avec sa cause…


    • yoananda Le 21 février 2013 à 13h47
      Afficher/Masquer

      La question est pourquoi le pauvre a besoin qu’on le “sauve” ? et qu’on le sauve de quoi a la base ?

      Je veux dire, la pauvreté, c’est notre condition naturelle, mourir de faim, c’est ce qu’on a fait pendant des siècles, c’est juste la nature.
      Le capitalisme n’est pas responsable de ça. Le capitalisme est responsable que certaines parties du monde se sont hissées au dessus de cette condition dans laquelle d’autres sont restées.

      Qu’on le déplore, soit, je peux comprendre. Mais de la a inverse la cause et les effets …


    • yoananda Le 21 février 2013 à 14h40
      Afficher/Masquer

      J’ajoute, tu prends 2 zones très pauvre, mais riche de ressources. La Chine et l’Afrique.
      La Chine détruite par les guerres de l’opium qui est en train de prendre le lead dans des tonnes de domaine : link to auxinfosdunain.blogspot.fr
      L’Afrique de son coté, continent le plus riche en ressources, mais le plus pauvre.

      Je crois qu’on ne peut pas totalement se considérer nous même les maitres du monde en toute chose et laisser une part de responsabilités aux peuples eux même. Non ?

      Pour le faire en clair, si l’Afrique est pauvre, c’est parce qu’elle le veut bien. Le contre exemple de la Chine montre que des pauvres peuvent très bien nous dépasser s’ils le décident.


      • caroline Porteu Le 21 février 2013 à 17h19
        Afficher/Masquer

        @yoananda
        Oui , et c’est une question d’éducation et de niveau d’instruction ..
        Et c’est sans doute la raison pour laquelle les Chinois ont compris comment s’en sortir ..

        Education gratuite et publique pour tous : hommes et femmes …


  28. Winslow Leach Le 20 février 2013 à 20h04
    Afficher/Masquer

    Je sais pas moi le respect de la vie mais c’est un argument de pauvre évidement.


  29. Benoit Le 21 février 2013 à 16h59
    Afficher/Masquer

    Mr Berruyer, je regrette d’avoir trop peu le temps de participer à votre blog.

    Comme beaucoup de personnes mal informées, vous liez les prix élevés des matières premières agricole avec la faim dans le monde: c’est une grossière erreur !

    La ‘faim dans le monde’ est un probléme multi factoriel qui ne se résoud pas simplement en décrétant que le prix des sacs de riz qui arrivent au Burkina Faso est trop élevé !
    Je pense bien connaitre le cas du nord de la Cote d’Ivoire car j’y ai fait des séjours réguliers depuis plus de 15 ans dans le cadre d’un projet de développement.
    Dans ce projet, nous incitons les paysans à développer leurs cultures vivrieres en lieu et place de la culture ‘d ‘état’ qu’est le coton.
    Pour ce faire, nous avons mis en place des coopératives qui fournissent les intrants (semences de maïs principalement, les engrais étant ‘détournés’ de la culture du coton) et qui ensuite se chargent de commercialiser l’exces de production.
    Le role des semences est primordial aussi nous avons développé une petite structure de multiplication de semences, au nez et à la barbe des semenciers mondiaux…

    Tout cela n’a pu se faire que grace à des cours mondiaux élevés qui ont réorienté la demande vers une production locale et ‘fixé’ une partie de la population qui autrement aurait migré vers les ports.


  30. Benoit Le 13 mars 2013 à 16h58
    Afficher/Masquer

    Juste quelques petites infos essentielles:

    En février 2013, le gouvernement Indien détient 27.1 Millions de Tonnes de blé en stock, contre un objectif de 8.2 MT.
    Le 7 mars, l’Inde a autorisé l’export par des négociants privés de 5 MT de blé meunier.
    Ces derniers ont déclarés le 12/3 ne pas être interessé car le prix minimum d’export (320 $) est jugé trop élevé.
    Le pays compte vendre 900 KT de blé meunier en mars 2013, mais le gouvernement a rejeté tous les appels d’offres lancé pour cause de prix trop faible (301.1 $T)

    La source est Reuters.

    Si vous ne le saviez pas, l’Inde est l’un des 5 principaux pays producteur de blé et exporte depuis 5 ans entre 5 et 9 MT.

    Voyez vous, le manque de production (ou des prix élevés, ça revient au même) n’est pas responsable de la sous alimentation, puisqu’une production abondante ne parvient pas à limiter la malnutrition.

    Le raccourci ‘prix élevé = faim dans le monde’ est complétement faux, tout comme la fabrication par les médias des ‘émeutes de la faim’ dont la cause est plutôt à rechercher du coté de la gabegie des gouvernements qui préferent importer (et prélever leur dime) plutôt que de développer leur agriculture qui ne risque pas des les enrichir, eux et leurs grandes familles.


Charte de modérations des commentaires