Source : L’Arène Nue, Coralie Delaume, 07-03-2017

Quelle mouche a piqué France3 ?
Tant d’honnêteté – qui suppose aussi une évidente lucidité – est troublante tant on n’a pas l’habitude.
Le 2 mars, la chaîne a en effet de diffusé ce reportage d’une cinquantaine de minutes sur le référendum de 2005 qui s’intitule : “2005 : quand les Français ont dit non à l’Europe”.
Dès le début, on est bluffé par le ton. “Il y a douze ans, le 29 mai 2005, les Français ont dit non au traité de Constitution européenne. Non à l’Europe de l’austérité et du libéralisme“. Ah bon ? C’est pas la “France moisie” alors, qui a voté “non” ? C’est juste la France anti-austéritaire ? On croit rêver.
Un peu plus loin, on hallucine : “nous allons voir comment Nicolas Sarkozy devenu président de la République va contourner le vote souverain des Français” Aïe, ça pique !
Surtout lorsque ceci suit : “cette fracture démocratique fait aujourd’hui le lit du Front national”?
Naaaaan, sans rire ! C’est la confiscation démocratique qui fait le “jeu-de” ?
Ce ne sont plus le “nationalisme”, “l’europhobie”, la préférence pour le “repli sur soi” et la xénophobie galopante ?
C’est la première fois, en ce qui me concerne, que je vois le sujet traité ainsi à la télévision. J’aurais signé chaque mot prononcé par la voix off. C’est la première fois également que j’entends ainsi faire le lien entre l’Europe et la loi El Khomri.
Puis vraiment, tout le monde en prend pour son grade : le Parti socialiste, l’UMP, les éditorialistes, Sarkozy (oh la vache, Sarkozy), Hollande (oh la vache, Hollande). Et ça n’est pas volé.
Une mention spéciale pour deux hommes politiques qui, si différents soient-ils, ont la particularité d’avoir tous deux compris la dimension dramatique, irrémédiable et porteuse d’une grande violence potentielle qu’a constitué la séquence : non / invalidation du non.
Ainsi, François Bayrou à 32’44 : “Pour moi, c’était attentatoire au contrat civique. Imaginez que dans quelques mois, après le référendum sur le Brexit, ce soit la chambre des Communes qui disent que le référendum n’a plus aucune valeur. Vous auriez un climat… c’est le mot révolutionnaire qui me vient (…) ce serait un peuple qui se met en absolue rupture avec son pouvoir.”
Et Jean-Luc Mélenchon, à 34’15 : “on peut se croire malin quand on monte des coups comme ça. Mais les blessures qui sont infligées à la conscience collective, les affects qui sont bousculés par ce type de méthodes laissent des traces indélébiles. Et le sentiment de dégoût qui va finir par être de la haine contre toute la superstructure politique a son terreau initial dans ces jours-là“.
Ça, c’est dit.
Le replay ne sera bientôt plus disponible. Alors, sous vos yeux ébahis et pour le bien de vos oreilles avides de s’entendre dire autre chose que “vous n’êtes tous que des fachos” ou “c’est la faute du populisme”….
Le voici :

Source : L’Arène Nue, Coralie Delaume, 07-03-2017

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici, ; nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

59 réponses à Un documentaire honnête sur le référendum de 2005 sur France3, par Coralie Delaume

Commentaires recommandés

DUGUESCLIN Le 11 mars 2017 à 05h25

Les euro-mondialistes trouvent toujours le moyen de dénicher des opportunistes arrivistes caméléons qui bernent le peuple. Sarkozy en était, suivi de Hollande, le prochain désigné est Macron.
On tourne en rond.
Les deux fronts (de gauche et national) servent d’épouvantail et nous sommes dans le non choix, celui des présidents par défaut qui servent d’administrateurs. Alors que l’urgence est la souveraineté. Après on aura le temps de débattre entre des idées dites de droites ou des idées dites de gauche, mais sans cette souveraineté retrouvée il n’y a aucun débat d’idées possible, c’est le règne des financiers mondialistes et des banksters qui ont déjà choisi le prochain président par défaut.
Mais… un sursaut populaire est dans l’air ….. se fera-t-il?
Et si un front de souverainistes se formait pour s’opposer à un pseudo front républicain juste le temps qu’il faut pour sortir du piège?

  1. Chris Le 11 mars 2017 à 04h05
    Afficher/Masquer

    A se demander si ce n’est pas une technique de déminage, une tentative pour désamorcer la colère populaire qui va s’exprimer tout bientôt dans les urnes.


    • francois Marquet Le 11 mars 2017 à 08h21
      Afficher/Masquer

      Il me semble que vous avez raison, faute avouée étant à demi pardonnée il fallait faire cette critique politico-médiatique pour pouvoir demander désormais un vote “raisonnable” “utile” etc soit Mister M (Macron pas Mélenchon!)
      Une belle tentative de déminage.


      • Dominique Le 11 mars 2017 à 09h42
        Afficher/Masquer

        Bonjour. Il ne viendrait à l’idée de personne que des journalistes puisse être honnêtes ? Pourquoi faire appel tout de suite à une théorie du complot (sur un site ou parler du 11/9 est interdit) ?
        Journaliste malhonnête est aussi réducteur que commerçant voleur, fonctionnaire fainéant ou flic pourri.


        • bluetonga Le 11 mars 2017 à 11h48
          Afficher/Masquer

          “Bonjour. Il ne viendrait à l’idée de personne que des journalistes puisse être honnêtes ?”

          Mon sentiment est que la plupart des lecteurs et commentateurs du site ne soutiennent pas nécessairement l’idée que les journalistes sont viscéralement malhonnêtes, mais plutôt celle qu’ils sont les employés d’instances privées ou publiques qui ont un agenda, et que leur liberté de ton et d’expression est bridée de facto par leurs employeurs (pas besoin de mémos et d’instruction détaillées, un rédacteur en chef obligeant suffit pour ça).

          Notre scepticisme ne découle pas d’un conspirationnisme maladif, voire pathologique, mais de l’habitude de discerner dans les patterns des stratégies d’un pouvoir obligé de réfléchir pour se maintenir. Fillon et Le Pen harcelés par la presse et la justice au moment opportun et Macron traversant les balles sans égratignures, “hacking russe” des deux côtés de l’Atlantique, ça peut être le fruit du hasard – ou pas. Nous explorons la seconde hypothèse.

          Une manière de vérifier l’hypothèse, c’est de suivre le devenir du réalisateur de l’émission.


        • RGT Le 11 mars 2017 à 13h05
          Afficher/Masquer

          A l’époque soviétique de la toute puissance de la Pravda le phénomène de la “théorie du complot” n’avait pas été évoqué pour expliquer la défiance des habitants vis à vis des canaux de diffusion de l’information officielle.

          Aujourd’hui les français disent tous “C’est vrai car c’est écrit dans Le Monde, Libération, L’Obs, le Figaro, le Poitou Libéré, etc… (rayer la mention inutile).


        • Christian gedeon Le 12 mars 2017 à 08h22
          Afficher/Masquer

          Avouez quand même que c est une “honnêteté” à retardement,non? Mieux vaut tard que jamais cependant….


          • Narm Le 12 mars 2017 à 20h32
            Afficher/Masquer

            peut être se sentent-ils tout simplement un peu plus libre aujourd’hui ?

            aujourd’hui, où tous les français quels qu’ils soient ont maintenant la certitude de s’être fait escroquer par nos “politiques”


  2. koikoi_koi Le 11 mars 2017 à 04h55
    Afficher/Masquer

    Effectivement le ton est surréaliste comparé à la soupe quotidienne servie par les médias dominants à longueur de temps… Je constate néanmoins l’absence du “révolutionnaire” (ni de droite ni de gauche) dans ce reportage… Étrange que personne n’ai pensé à lui demander son avis sur la question…
    Pour le titre, j’aurais plutôt vu quelque chose comme:
    “Le DERNIER référendum”


  3. Prae Le 11 mars 2017 à 05h09
    Afficher/Masquer

    Tous les politiques qui sont réellement républicain et qui ont le minimum vital de culture savent vers ou on se dirige. Les types, parfois franc-macons, parfois gaullistes, qui ont compris le Contrat Social de Rousseau peuvent voir arriver la catastrophe ou nous conduisent les elites, tranquillement.

    L’alignement a l’OTAN, la montée des tensions avec la Russie, l’illégitimité de toutes les structures du pouvoir, la montée de la puissance Chinoise, Saoudienne et Quatari, la haine contre l’Occident en péninsule arabique, la haine contre l’Autre des américains déclinants, le dogme de toute part, dans l’Euro, l’Islamisme. La dessus on attend le choc démographique et écologique en Afrique qui va probablement etre le déclencheur si l’ordre actuel tenait jusque la.

    Dans la derniere de Thinkerview, NDA résume assez bien : tous les élements de la tragédie sont en place, et maintenant c’est mécaniquement que les évenements vont se dérouler.

    Malheureusement, la 4eme Guerre se fera avec des cailoux.


  4. DUGUESCLIN Le 11 mars 2017 à 05h25
    Afficher/Masquer

    Les euro-mondialistes trouvent toujours le moyen de dénicher des opportunistes arrivistes caméléons qui bernent le peuple. Sarkozy en était, suivi de Hollande, le prochain désigné est Macron.
    On tourne en rond.
    Les deux fronts (de gauche et national) servent d’épouvantail et nous sommes dans le non choix, celui des présidents par défaut qui servent d’administrateurs. Alors que l’urgence est la souveraineté. Après on aura le temps de débattre entre des idées dites de droites ou des idées dites de gauche, mais sans cette souveraineté retrouvée il n’y a aucun débat d’idées possible, c’est le règne des financiers mondialistes et des banksters qui ont déjà choisi le prochain président par défaut.
    Mais… un sursaut populaire est dans l’air ….. se fera-t-il?
    Et si un front de souverainistes se formait pour s’opposer à un pseudo front républicain juste le temps qu’il faut pour sortir du piège?


    • koikoi_koi Le 11 mars 2017 à 05h43
      Afficher/Masquer

      un front de souverainistes passerait obligatoirement par une alliance avec Voldemort… Pardon, Marine Lepen… C’est juste impensable pour les autres souverainistes qui se verraient automatiquement disqualifiés par les médias. La machine est bien huilée, malheur à celui qui se risquerait à mettre un doigt dans l’engrenage…


      • Fritz Le 11 mars 2017 à 11h08
        Afficher/Masquer

        Jacques Sapir a mis le doigt dans cet engrenage et il est toujours bien vivant.
        Il a le cuir solide, Jacques…


      • Gwingwenn Le 12 mars 2017 à 19h08
        Afficher/Masquer

        C’est bien le problème.
        On peut dire qu’aucun des politiques actuels ni des prétendants “n’en a” vraiment.
        Aucun réel leader, aucun Agamemnon, que des carriéristes qui vont à la soupe (les affaires des assistants parlementaires en sont quand même la démonstration, tellement elles sont généralisées à tout le spectre politique).
        Dés lors pourquoi s’étonner de ce qu’il se passe.
        Il est réellement vital de limiter les mandats, dans le temps, dans le niveau de rémunération, dans les avantages acquis pour supprimer le carriérisme. Il n’y aura plus de candidat diront certains, et alors ? Il ne parait pas certain qu’on fasse mieux à 500 qu’à 100; je suis même persuadé qu’en vertu de la loi des rendements décroissants le travail serait mieux fait.


    • jeff5670 Le 11 mars 2017 à 10h58
      Afficher/Masquer

      Mélanchon est tellement terrorisé à l’idée d’être traité de rouge-brun qu’il n’ose aller au bout de son analyse concernant l’euro et l’UE, alors que jacques Généreux , l’économiste qui lui est proche est favorable à une sortie de l’euro.Du coup Mélanchon en reste à des propositions de révisions des traités, négocier avec l’allemagne,etc.etc.etc. (propositions qui n’aboutiront jamais sur rien).
      Sapir s’est fait incendier l’an passé quand il a proposé une alliance des souverainistes avec le FN pour sortir de l’euro.


      • Prae Le 12 mars 2017 à 03h42
        Afficher/Masquer

        Mélenchon a longtemps tourné autour du pot, mais maintenant, enfin, on arrive a lui arracher de la bouche la possibilité d’une sortie de l’Euro et de l’UE. L’exemple Siryza n’aura pas été inutile. Mais la c’est presque les analyses de Zemmour que je peux invoquer, sans en partager la vision idéologique : il dit que la France se droitise, mais il me semble surtout qu’elle se cherche a nouveau une substance apres l’atomisation provoquée ces dernieres décénnies. C’est la la vraie lutte entre MLP et JLM, qui chacun de son cote essaye de tirer ce mouvement vers ses propres valeurs. C’est pour ca que le front des Republicains des deux bords n’a pas de sens, il y a la dedans deux visions de la Republique totalement opposées.


    • Nasir Le 11 mars 2017 à 12h16
      Afficher/Masquer

      Il me semble que Jacques Sapir avait appelé à la constitution d’un tel front, mais le simple fait de reconnaître dans un média un quelconque accord sur le fond avec le FN tient lieu de brevet d’excommunication médiatique. Pourtant certains parviennent à assumer cette proximité idéologique sans en être éclaboussé, comme F. Ruffin, en établissant clairement et simplement la ligne de fracture sur la xénophobie..


    • Pagliarini Le 11 mars 2017 à 20h56
      Afficher/Masquer

      Commentaire obsolète : il n’y a plus de Front de Gauche, mais le mouvement de la France Insoumise !

      Et si le débat d’idées n’est pas possible, c’est à cause des médias, pas de la souveraineté.
      Quant à imaginer la FI s’allier au FN, c’est juste du délire total.
      Enfin, Mélenchon, “servir d’épouvantail” ? Mais, fichtre, suis-je le seul mec sérieux à commenter sur cette page ? (En général, le commentaire le plus apprécié ne raconte pas autant n’importe quoi !)

      Pour résumer, Mélenchon est le seul qui fait véritablement peur au “système”. C’est pour cela qu’il est autant diabolisé et si peu présent dans les médias.

      De toute façon, tout le monde sait que l’UE est à l’agonie. Du coup, ça arrangerait beaucoup de monde de voir Lepen porter le coup de grâce afin d’en porter la responsabilité.


      • patatufle09 Le 12 mars 2017 à 05h57
        Afficher/Masquer

        Ne te fâches point; il est légitime de se questionner sur cette alliance impossible. Bien évidemment qu’aucun accord n’est envisageable, mais il faut concevoir l’élection présidentielle à deux tours comme un référendum pour ou contre une mondialisation décomplexée et l’austérité imposée par Bruxelles. Le système démocratique tronqué avec un vote blanc inutile ou celui plus abouti d’une abstention réfléchie qui pourrait finir par retourner aux urnes pour se débarrasser des tenants de ce système, peut importe les clivages traditionnels. Je réitère cette similitude des programmes de deux extrêmes (à l’exception de la préférence nationale). Tenant compte de l’urgence, le vote d’un candidat souverainiste me paraît indispensable, et j’utiliserai mon bulletin comme une arme dépassionnée et pragmatique, c’est le message subliminal que Mélanchon et Lepen utilisent en se gargarisant du discours de rassemblement indifférencié d’un peuple patriote et insoumis. Autrement dit, toi seul a le pouvoir de la force.


      • Goldoni Le 13 mars 2017 à 08h03
        Afficher/Masquer

        Le Front de gauche pour beaucoup n’est pas obsolète. La France Soumise à Mélenchon est pathétique… Et embourbée dans son populisme qui en fera la meilleure passerelle vers le FN. Au secours cette gauche est folle!


  5. Georgina Le 11 mars 2017 à 05h37
    Afficher/Masquer

    Edifiant documentaire…
    N’y a-t’il pas moyen de le capturer afin qu’il soit visible sur internet par tout le monde le temps nécessaire, c’est à dire, au moins jusqu’aux élections législatives ?


    • Suzy R. Le 11 mars 2017 à 08h48
      Afficher/Masquer

      Bonjour Georgina, l’idéal est de transmettre le lien ci-dessus qui permettra aux autres de lire l’excellent article d’Olivier Berruyer.
      Sinon, voici la vidéo sur youtube : https://www.youtube.com/watch?v=_UBMIh8mvws&feature=player_embedded


    • Michel Ickx Le 11 mars 2017 à 08h54
      Afficher/Masquer

      @Georgina,
      On peut l’enregistrer au moyen de “Video download helper” installé sur Firefox


    • delalunahijo Le 11 mars 2017 à 18h50
      Afficher/Masquer

      @Georgina

      => Oui il peut être récupéré, légalement, comme fichier video reutilisable ad vitam eternam par :

      http://captvty.fr/

      en prenant la version autoextratible par ex sur le bureau, vous aurez un dossier video où toutes les émissions que vous souhaitez récupérer (avant 8 j après leur diffusion) seront stockées et visionnables à votre guise ;+)

      C’est très utile et intéressant


    • Cédric Le 12 mars 2017 à 03h25
      Afficher/Masquer

      Bonjour, vous pouvez télécharger la vidéo avec ce site …. moi c’est fait et n’hésiterai pas à la partager de nouveau 😉
      https://telecharger-videos-youtube.com/


  6. Ankou Le 11 mars 2017 à 06h36
    Afficher/Masquer

    N’y trouvez-vous pas une référence, une prémonition dans la première page de Paris Match, assemblant sur une seule image, MM Sarkozy, Hollande et ………. Trump?

    C’était pourtant il y a 12 ans!


  7. Fabrice Le 11 mars 2017 à 07h05
    Afficher/Masquer

    Personnellement cet acte de trahison à mis un terme à mon engagement proeuropéen.

    J’avais voté oui mais avec réticence lorsque Sarkozy a convoqué le parlement pour passer outre le non qui avait triomphé, toutes mes illusion se sont effondrées, en tant que démocrates convaincu je pensais que seul un vote des citoyens pouvait annuler ce référendum.

    Depuis mes yeux se sont ouvert sur le reste et c’est une profonde blessure personnelle, le mythe que j’avais espéré sur une Europe des citoyens n’existait plus et était à jamais bafouée pour fait place à une Europe dévoyée. ??


    • Didier Le 11 mars 2017 à 23h50
      Afficher/Masquer

      Pas mieux.

      Mais il a également mis fin à mon désir de m’informer par les canaux habituels (hors TV, que je n’ai jamais eue). Je me souviens encore de l’engueulade au vitriol servie par July dans Libé: les électeurs étaient tous des cons.

      Très bien. Adieu Libé.


  8. Dizalch Le 11 mars 2017 à 08h09
    Afficher/Masquer

    Fantastique documentaire, quelle bouffée d’oxygène que ce regard “neuf” (ironie inside), enfin un regard qui met en perspective ce qu’un grand nombre (en fait la majorité…) a voté en 2005… il était temps…


  9. yack2 Le 11 mars 2017 à 08h34
    Afficher/Masquer

    Documentaire salutaire?????…..En faisant un micro-trottoir de politiques?…..Vous rentrez dans un bistrot et vous avez la même chose!
    Il faut vraiment être loin des réalités pour le découvrir en 2017


    • patatufle09 Le 11 mars 2017 à 08h57
      Afficher/Masquer

      Il s’agit de vouloir le diffuser en pleine campagne électorale. Bien plus que d’un micro-trottoir politique: il apparaît comme le testament des illusions pour ceux qui pensaient que l’union européenne allaient nous sortir de la panade. Ne sous-estimez ni leur intelligence (bon à part peut être celle de Serge July.) ni les chemins qu’ils ont pris à l’issue de cette trahison. Dupont aignant et Mélanchon créent leur propre parti et toutes les contraintes marginales qu’elles comportent. Philippot quitte Chevènement pour Lepen. Les conséquences sont lourdes et ne peuvent s’élever qu’à une simple discussion de piliers de bar.


  10. Macarel Le 11 mars 2017 à 08h39
    Afficher/Masquer

    Reportage honnête, en effet, qui montre la responsabilité écrasante du P”S” dans l’ascension électorale ininterrompue (depuis le tournant de la rigueur de 1984), du FN, et dans sa marche vers le pouvoir. Car si l’opération Macron réussit encore cette fois à éviter l’accès au pouvoir de MLP, ce ne sera que partie remise pour 2022.
    Le P”S” a depuis le tournant de la rigueur de 1984, et encore plus depuis le référendum de 2005, fait des choix qui ont jeté les ouvriers et employés (y compris aujourd’hui des employés du public), dans les bras d’un FN qui se fait défenseur de la veuve et de l’orphelin.
    L’échec quasi-certain, maintenant de la gauche au soir du 23 avril 2017, sera sans ambiguïté à mettre au passif d’un P”S”, qui depuis des décennies va de reniements, en trahisons envers les électeurs qui avaient mis leur confiance en lui. Le “peuple de gauche” n’aura que ses yeux pour pleurer au soir du 23 avril 2017, dans un “remake” encore plus cuisant que le 21 avril 2002.


  11. Macarel Le 11 mars 2017 à 08h58
    Afficher/Masquer

    Un “petit” texte que j’avais écrit après le 11/9/2001 et le 21/09/2001 AZF à Toulouse, qu’est-ce qui a vraiment changé depuis ???

    “Le vrai processus long qui est à l’oeuvre depuis des années et qui explique nos malheurs actuels est celui du triomphe d’un capitalisme prédateur, qui relègue les valeurs “travail et conscience professionnelle” au second plan, et qui donne le vrai pouvoir à des actionnaires sans visage avides de profits.
    Des médias qui donnent comme exemple à nos enfants des jeux divers et variés où l’on fait miroiter des gains “faciles” en millions.
    Des politiques qui essayent de sauver leur image coûte que coûte pour être réélus, des fonctionnaires démoralisés par le matraquage incessant dont ils sont l’objet.
    Une perte de confiance d’un nombre croissant de citoyens vis à vis des divers organes de pouvoir et de décision, en particulier après des affaires comme le sang contaminé et Tchernobyl, voire la vache folle. Des élections où l’abstention est de plus en plus grande.
    Et tout ça sous l’impulsion du grand frère Américain, et de commissaires Européens non élus par les peuples de l’Union.”

    Suite texte : commentaire suivant…


  12. Macarel Le 11 mars 2017 à 08h59
    Afficher/Masquer

    Suite texte…

    “Ce long processus a ébranlé les fondations de nos sociétés, et on a l’impression d’une accélération car l’édifice est aujourd’hui dans un état de grande fragilité.
    Bref une dissolution du contrat social, une perte du sens de l’intérêt public.
    Je crois que la Démocratie est le moins mauvais des systèmes, mais la Démocratie est fragile si la confiance entre le peuple et ses élites s’effiloche, si le peuple n’adhère pas à la finalité du système.
    Oui nos Démocraties sont malades, et si l’on veut les guérir, il faut d’abord reconnaître ce fait, pour permettre un sursaut salvateur de tous les citoyens de bonne volonté, quelque soit leur niveau et leur fonction dans la société ; dans les circonstances difficiles que nous traversons nous avons besoin d’avoir à notre tête autre chose que les pitoyables nains politiques qui apparaissent dans les tubes cathodiques et qui essayent avant tout de se défausser dès qu’il y a un coup dur.”

    Est-ce à désespérer que rien ne puisse changer, dans un sens plus humain et plus respectueux de notre environnement ??? Nous sommes en 2017…


    • Maurice Le 11 mars 2017 à 09h44
      Afficher/Masquer

      Les nains politiques qui apparaissaient sur les tubes cathodiques vont bientôt disparaître aussi vite que les étoiles filantes, balayés par le progrès technique et le vent de l’histoire qui fait que la jeunesse ne regarde plus la télé mais des ordinateurs à écran plat, en surfant sur le net à la recherche de véritables informations très faciles à récolter et à vérifier par croisement “planétaire”

      OUI, la propagande incessante des merdias en tous genres sera de moins en moins efficace et c’est tant mieux car les gens en ont marre d’être pris pour des imbéciles
      depuis trop longtemps!


  13. Patrique Le 11 mars 2017 à 09h00
    Afficher/Masquer

    Contrairement à ce qui est dit la majorité des nonistes étaient sur une ligne de défense de la démocratie (comme pour le Brexit) et seule une petite minorité, dont Mélenchon) était pour Europe fédérale. Une autre partie étant pour une “Europe sociale”.


    • Subotai Le 12 mars 2017 à 04h01
      Afficher/Masquer

      Jusqu’à 2005 j’étais plutôt partisan d’une Europe fédérale.
      J’ai voté “Non” au traité.
      La sortie de l’Euro, de l’Europe est une affaire dangereuse. Il y a énormément de pbm technique à gérer, rien que pour la réaliser, même à la sauvage.
      Je ne parle pas d’économie avec un grand E et tout le tralala des discours économiques et financiers. Je parle du pratico-pratique de l’interpénétration des systèmes informatiques, juridiques, économiques, administratifs, politiques, etc… dont nous ne voyons pas la structure mais qui nous permettent de vivre dans un monde qui au moins fonctionne.

      Aussi je comprend la stratégie Mélenchon qui consiste à dire:
      A – voici nos conditions (drastiques) pour que nous continuons à fonctionner ensemble.
      B – puisque vous refusez, on se coupe tout et on se casse. Et on casse tout au passage.
      La seule inconnue questionable est la volonté de forcer à la réalisation des conditions de A.
      Mais, en 2012 à Marseille j’avais entendu Méluche bruler ses vaisseaux (ref Cortez) mais à l’époque ce n’était que sa parole et un Front de Gauche un peu branlant.
      Aujourd’hui, avec la France Insoumise, j’ai dans l’idée que l’insoumission se manifesterait sauvagement si les engagements A-B étaient trahis.
      Bref je n’ai pas l’impression que c’est du factice.
      Après?
      Ben si ça rate il y a toujours des piques disponibles aux grilles des édifices publics.


  14. Alfred Le 11 mars 2017 à 09h07
    Afficher/Masquer

    C’est bien ce que j’ai prévu de faire…. Mais j’avoue cette fois être terrorisé à l’idée de ne pas voir représenté au second tour le vote souverainiste (tout est possible). Du coup quel embarras.Imaginez Fillon-Macron. pff.


  15. Moon Le 11 mars 2017 à 09h09
    Afficher/Masquer

    Documentaire excellent ! A partager d’urgence avec un maximum de personnes. Je regrette juste qu’il ne fasse pas référence au rôle qu’a tenu Etienne Chouard en 2005 dans l’explication de texte du traité constitutionnel qui permi à beaucoup de personnes de se faire une idée réelle et voter non.


  16. Macarel Le 11 mars 2017 à 09h35
    Afficher/Masquer

    Sur le site des économistes atterrés, à propos du programme de Macron :

    “C’est un programme néo-libéral, « progressiste » uniquement pour ceux qui pensent que le progrès consiste à imposer à la France d’aller vers le modèle libéral.

    Ce n’est donc pas non plus un programme de rupture, puisqu’il s’inscrit dans la continuité de la politique menée par François Hollande et Manuel Valls, des 40 milliards de réduction d’impôts sans contrepartie pour les entreprises à la loi Travail. Ce programme nous propose d’accepter les demandes du grand patronat, en espérant que celui-ci daigne investir et embaucher en France.”

    http://www.atterres.org/article/emmanuel-macron-l%E2%80%99%C3%A9conomie-en-marche-arri%C3%A8re

    Si cela pouvait contribuer à ouvrir les yeux des crédules et des naïfs victimes de la macron-mania, et de la pub médiatique délirante sur le bonhomme !


  17. Silk Le 11 mars 2017 à 11h04
    Afficher/Masquer

    Excellent, merci.
    Après certains s’étonnent de la montée du FN. Par ailleurs je signale une très bonne émission d’arrêt sur images sur l’abstention :
    http://www.arretsurimages.net/emissions/2017-03-10/S-abstenir-Aujourd-hui-on-nous-oblige-a-sauver-la-Republique-id9640


  18. Hellebora Le 11 mars 2017 à 11h51
    Afficher/Masquer

    Simple suggestion : l’équipe des Crises ne pourrait-elle pas contacter Elizabeth Drévillon, auteur de ce documentaire, histoire de poursuivre et d’échanger sur le comportement des médias et de revisiter ce qui s’est passé en 2005-2008 dans le contexte actuel de la campagne présidentielle ?
    Bio succincte de la réalisatrice : http://www.babelio.com/auteur/Elizabeth-Drevillon/93461


  19. Fritz Le 11 mars 2017 à 12h14
    Afficher/Masquer

    “Aucune assemblée ne peut déléguer un pouvoir qu’elle n’exerce qu’au nom du peuple”
    (Philippe Séguin, à la tribune de l’Assemblée nationale, 5 mai 1992)

    “La souveraineté nationale appartient au peuple qui l’exerce par ses représentants et par la voie du référendum” (Constitution de la Ve République, article 3)

    “Le Président de la République […] est le garant de l’indépendance nationale”
    (Ibidem, article 5)

    En signant et ratifiant le Traité de Lisbonne, nos soi-disant représentants ont commis une forfaiture.
    Dans le cas du président Sarkozy, c’est une double forfaiture puisqu’il a signé un traité qui porte atteinte à l’indépendance nationale.

    Et quand je vois Fillon sourire au moment où la forfaiture du Congrès est actée (à 33’45), je n’ai plus envie de le défendre, mais alors plus du tout.


  20. some Le 11 mars 2017 à 12h22
    Afficher/Masquer

    mmmhhhhhhh-ué le sérail qui déblatère sur le sérail.
    J’ai le sentiment de re voir hollande qui fait campagne pour le oui,
    puis qui fait croire au contraire pour se faire élire.

    Le but de ce docu n’est il pas de flinguer une partie de ce sérail
    à la préférence d’un autre sérail.
    Qui me semble tout aussi bancale,
    il n’y a qu’à voir mme lebranchu ministre de hollande
    qui intervient à charge sur son ancien patron…

    Ce n’est certainement pas le genre de comportement
    que je souhaite voir se généraliser dans la fonction
    publique de mon pays.

    Alors en bref, ce docu flingue les sarkosyste, les hollandiste,
    puis donne des rôles de bon joueurs à quelques personnalités
    bien choisies tels que mélenchono, dupont aignan, philippot, nielman…

    Concernant le documentaire lui même, je m’amuse tout de même de
    cette belle pirouette qui consiste à dénoncer le sérail qui dénia la démocratie
    du peuple, mais qui n’interroge pas un seul citoyen français non politicien
    pour donner la belle part à cette classe politique qui, en général, les trahit.
    Au vu de la mobilisation des citoyens français lors de cet évènement,
    je trouve étonnant qu’il n’ai pu trouver un ou deux intervenants non politicien
    capable d’exprimer la voie du peuple.

    bref, mmmmmmmmmm-ué.


  21. yann 35 Le 11 mars 2017 à 17h33
    Afficher/Masquer

    merci pour cette vidéo. 2005 m’a ouvert les yeux. Je trouve cependant dommage que Mélenchon persiste dans sa vision (que je qualifie d’utopiste) d’une UE autre que celle qui nous a valu cette forfaiture. Le proverbe dit que le poisson pourrit toujours par la tête, le peuple le sait, les faits l’ont confirmé, et il sait que le prochain scrutin est la dernière solution pacifique pour sortir de cette dictature … espérons qu’elle ne soit pas ratée !


  22. Fritz Le 11 mars 2017 à 19h04
    Afficher/Masquer

    J’ai relevé un commentaire assez contestable d’Elizabeth Drévillon (à 19’40 du documentaire) :
    « Si dans ce non, une minorité d’extrême droite rejette l’idée même de l’Europe, le non de gauche majoritaire exprime quant à lui un simple rejet de la Constitution ».

    Je ne pense pas qu’on puisse diviser en petits bouts le NON du 29 mai 2005. De gauche, de droite et d’ailleurs, ceux qui ont voté non se sont opposés à un texte : le TCE (Traité constitutionnel européen) comme à une direction : l’UE (Union européenne), abusivement appelée “Europe”.

    Non, c’est non. Il n’y a pas à distinguer entre un non “social” et un non “national”, un non “généreux” et un non “frileux”, etc. Le peuple français a dit non, un point c’est tout.


    • BEOTIEN Le 11 mars 2017 à 21h12
      Afficher/Masquer

      “Non c’est non”. Certes. Mais “Oui” après “Non”, c’est… “Oui” (cf mon post suivant le vôtre).


  23. Pagliarini Le 11 mars 2017 à 20h42
    Afficher/Masquer

    Mélenchon et Lepen “s’appuient sur des programmes socio-économiques quasi identiques.”
    Bah oui, on les a bien vu tous les deux, à la mort de thatcher, faire l’apologie de son programme économique. Restons sérieux…
    Le reste… Déjà, essayez d’écrire “Mélenchon” correctement, et peut-être que je vous lirais jusqu’au bout…


  24. BEOTIEN Le 11 mars 2017 à 21h09
    Afficher/Masquer

    “Quelle mouche a piqué France3 ?
    Tant d’honnêteté – qui suppose aussi une évidente lucidité – est troublante tant on n’a pas l’habitude.”

    C’est très exagéré. Les bonnes émissions existent aussi sur les chaînes publiques. Sur ce sujet peut être est-ce nouveau sur la 3. Mais sur feu la regrettée “Ce soir où jamais chacun était libre de s’exprimer. Et c’est peu dire que les avis des participants faisaient rarement consensus.

    Et puis, si exaspéré que je sois par le non respect du “non” (pour l’irréparable rupture de confiance éprouvée) il faut se souvenir qu’au plan de la légalité le processus est inattaquable. Car pendant sa campagne Sarkozy a clairement annoncé la couleur. En l’élisant c’est donc le peuple français qui a fait le choix de lui donner le pouvoir de cette décision. Décision qui plus est de s’en remettre au parlement… élu par ce même peuple.

    Bref… une connerie, mais à tort largement partagé.

    Et puis, soit dit en passant, ce n’est en rien la cause du désamour des Français pour l’Europe. C’est juste la cerise au cianure sur le gâteau à l’arsenic représentés par le déficit démocratique de l’UE et, SURTOUT, l’irresponsabilité des politiques qui ont collé sur le dos de l’Europe tous les problèmes qu’ils se dispensaient de traiter. Et encore, des effets pervers de l’euro. Dont il est intéressant de noter qu’un tout récent sondage donne encore plus de 60 % de Français pour refuser d’en sortir. Et oui, la tâche des politiques n’est pas aisée. Et les peuples prompts à leur repprocher tout et son contraire.


    • PierreH Le 11 mars 2017 à 22h50
      Afficher/Masquer

      J’ai toujours trouvé ça faible cet argument du “il a annoncé la couleur”… Si vous êtes plutôt tendance à droite (mais pas FN), vous votiez quoi du coup à la présidentielle de 2007 ? A gauche parce que Sarkozy a annoncé la couleur là-dessus ? Ca me semble un bon gros piège en fait.
      Le programme d’un candidat est fait de beaucoup de points, prétendre que la majorité des français était derrière Sarkozy sur le traité de Lisbonne c’est franchement discutable, surtout que la majorité du personnel politique était à fond pour la Constitution Européenne, on voit comment les citoyens ont voté.


    • step Le 16 mars 2017 à 18h11
      Afficher/Masquer

      alors j’annonce !
      1- retraite à 70 ans (pour les autres)
      2- On double tous les salaires (surtout le mien)
      3- On fiche dehors tous ces (forcément feignants) de fonctionnaires
      4- On allège tous les impôts.
      5- On redresse la France enfin les comptes des sociétés françaises.
      6- On lutte pour le chômage (avec efficacité!).

      99- On fait passer un machin incompréhensible pour pas laisser l’Europe en rade.

      199- On améliore la compétitivité et la croissance (des investissements quataris).

      Aahh non mon bon monsieur, on a pas le droit de rayer une ligne. C’est tout ou rien. Franchement, dire que comme le point 99 était dans le programme en 199 points du candidat on a le droit de contredire à une réponse précise du peuple sur ce même point 99, c’est mépriser les gens.

      Une règle générale ne peut pas contredire une règle plus précise dans le contenu et dans sa sphère d’impact. En informatique, contrevenir à ce principe s’appelle “forcer l’application en cassant l’héritage”. C’est moche et même là, c’est déconseillé vu les risques d’effets secondaires.


  25. Krystyna Hawrot Le 11 mars 2017 à 21h54
    Afficher/Masquer

    Il manque d’évocation de la campagne citoyen du Non. Rappelons nous que plus de 1000 comités locaux du Non ont mené la campagne en France – ces comités comprenaient notamment l’association ATTAC forte à l’époque de 20 000 membres (qui la première a édité deux petits livres analyses critiques du TCE), le PCF (c’est le hors série de l’Huma avec le texte complet du TCE qui a servi de base à la campagne, le traité n’a été publié en entier par le gouvernement que fin avril 2005!), la LCR, les syndicats CGT et Sud, les associations de femmes, la Confédération Paysanne…). Des dizaines de milliers de citoyens ont organisés des milliers de débats publics dans tout le pays et diffusé les analyses par internet – ce fut d’ailleurs la toute première campagne politique utilisant internet en France! Les gens étaient encouragés à lire le texte du traité, à l’annoter et donner leur avis. Ce fut donc très riche et très dense, sur les 300 pages du traité, chaque citoyen avait quelque chose à dire par rapport à son expérience professionnelle, sociale et citoyenne. Moi même j’ai fait des dizaines de débats dans les villes et villages de France et j’avoue, ce fut un des plus beau moment de ma vie.


    • Goldoni Le 13 mars 2017 à 08h07
      Afficher/Masquer

      Heureusement qu’il reste des personnes avec cette mémoire que les journalistes y compris dans ce documentaire évacuent allègrement.


  26. Lithan Le 11 mars 2017 à 22h38
    Afficher/Masquer

    La une du Paris Match avec Sarkozy et Hollande a ceci d’ironique qu’elle parle aussi de… Donald Trump ! Alors que le président Américain s’est prononcé pour le Brexit, les 2 tenants de l’Europe du Oui ont été éjectés du pouvoir après seulement 1 quinquennat. Vu aujourd’hui, cette une est vraiment jouissive !


  27. Crapaud Rouge Le 13 mars 2017 à 11h46
    Afficher/Masquer

    Avant même d’écouter, je ne peux me retenir de poster à propos de : “(…) deux hommes politiques qui, si différents soient-ils, ont la particularité d’avoir tous deux compris la dimension dramatique, irrémédiable et porteuse d’une grande violence potentielle qu’a constitué la séquence : non / invalidation du non.” : ils ont fait leur coup en croyant qu’il resterait sans conséquence à long terme, et donc qu’il serait “tout bénef” pour eux. En apparence c’était un coup de maître, en réalité c’était une voie d’eau sous la ligne de flottaison. Maintenant l’UE prend du gîte.


  28. Crapaud Rouge Le 13 mars 2017 à 12h42
    Afficher/Masquer

    Je suis avare de compliments et de remerciements, mais là, je dois dire un immense merci à Olivier pour nous avoir fait connaître ce documentaire gé-nial !


  29. Patrice Le 13 mars 2017 à 22h10
    Afficher/Masquer

    Euh… A 21’10, on parle d'”autisme politique”… attention il va falloir s’excuser pour l’expression 🙂


  30. step Le 14 mars 2017 à 15h13
    Afficher/Masquer

    J’ai eu la berlue pendant une petite heure. Une larme (de rage) a brièvement coulée sur ma joue… et bizarrement, ce reportage m’a fait du bien. Le silence jusqu’à la mort qui nous était assigné a été brisé, au moins une fois. Pour l’honneur.

    Seul regret, son aspect tardif, il aura fallu attendre la fin de règne du deuxième des architectes de la forfaiture pour faire passer ce message. Maintenant pousser l’avantage, nos adversaires suent de plus en plus dans le carcan de leurs certitudes.


  31. nissan75 Le 19 mars 2017 à 08h35
    Afficher/Masquer

    Légère digression: sur la photo du numéro de Paris Match que vous avez postée on voit un article sur..Donald Trump!


Charte de modérations des commentaires