Source : Venezuela infos, Thierry Deronne, 02-08-2017

File d’électeurs populaires pour la Constituante, le 30 juillet, au Venezuela. Les huit millions d’électeurs (soit une participation de 41,5%) dépassent les 37,5% du précédent référendum constitutionnel, organisé en 1998 dans un contexte pacifique, sans menaces, attentats ni barrages routiers de la droite. Une partie du chavisme critique qui s’était abstenu aux législatives de 2015, favorisant une large victoire de la droite à l’Assemblée Nationale, s’est cette fois mobilisé. (NDLR)

(NDLR: ) Exemple typique de manipulation. Cette ITW d’une avocate d’une ONG de l’opposition et « en exil » est une opinion mille fois exprimée par la droite et ses médias (majoritaires, d’ailleurs) sur place au Venezuela. En réalité, les policiers qui ont désobéi et fait usage excessif de la force ont rapidement été arrêtés et jugés, fait plutôt rare dans le monde: https://venezuelainfos.wordpress.com/2017/07/17/droits-de-lhomme-au-venezuela-deux-poids-deux-mesures/. Libération continue à victimiser les « manifestants pacifiques » pour mieux occulter que la majorité des morts sont causées par leur violence raciste. Ce média passe sous silence la barbarie commise par ces « combattants de la liberté » – des fanatiques d’extrême droite – contre des militants sociaux, des chavistes de base, des paysans en lutte pour la terre, des citoyens de peau noire, etc… Voir https://venezuelainfos.wordpress.com/2017/07/27/sous-les-tropiques-les-apprentis-de-letat-islamique/ et https://venezuelainfos.wordpress.com/2017/07/24/le-venezuela-est-attaque-parce-que-pour-lui-aussi-la-vie-des-noirs-compte-truth-out/ .

La journaliste de Telesur Monica Vistali dénonce un autre exemple de désinformation. Pendant que « Libé » rediffuse l’opinion qu’une des nombreuses ONGs de « droits de l’homme » de l’opposition répand depuis des années sur « la torture au Venezuela » comme s’il s’agissait d’une information ou d’un élément nouveau, une autre « organisation de vénézuéliens à l’extérieur » propose une variante croustillante : Evo Morales a envoyé au Venezuela des « violeurs » et des « tortureurs » pour « augmenter la répression du régime » de Nicolas Maduro. « Plus c’est gros plus ça passe » disait Goebbels.

par José FORT *

Un peu plus de 8 millions de Vénézuéliens ont voté dimanche en faveur d’une Assemblée constituante malgré la violence déclenchée par une opposition puissante disposant de moyens considérables financiers et médiatiques soutenue par le gouvernement des Etats-Unis et la CIA. Un succès pour le mouvement populaire et progressiste vénézuélien.

En France et plus généralement en Europe, la tendance médiatique est à l’acharnement contre le pouvoir en place à Caracas en procédant à une manipulation de l’information. Les images des manifestations de la dite « opposition » qui se traduisent généralement par des scènes de guerre sont largement diffusées alors que les rassemblements chavistes sont passés sous silence. On évoque plus de cent morts depuis le début des affrontements en oubliant de préciser que des candidats à la constituante et des militants chavistes ont été assassinés tandis que les forces de l’ordre ont enregistré nombre de morts et de blessés. Les médias des Bolloré, Drahi, Lagardère et ceux du « service public » ont choisi leur camp : celui de l’extrême droite vénézuélienne.

Ils rejoignent ainsi les pires forces réactionnaires du continent latino américain dans des pays qui osent remettre en cause le verdict des urnes vénézuéliennes alors que ces mêmes pays se distinguent par la corruption, le népotisme et les atteintes aux droits de l’homme. Je veux parler du Mexique, du Pérou, de Panama, de l’Argentine et de la Colombie.

Ce n’est pas au Venezuela que 45 étudiants ont été assassinés sans aucune suite judiciaire, que les fosses communes débordent d’hommes et de femmes martyrisés, que la misère et l’analphabétisme sévit dans tout le pays, mais au Mexique.

Ce n’est pas au Venezuela que le rapport 2017 d’Amnesty relève la multiplication de violences contre les femmes et les populations indigènes, que l’armée et la police s’illustrent par des opérations répressives dans le villages éloignés de la capitale, mais au Pérou.

Ce n’est pas au Venezuela que la finance internationale camoufle ses méfaits, mais au Panama.

Ce n’est pas au Venezuela que le pouvoir s’attaque aux grands mères des disparus durant la dictature, que la répression s’abat sur le mouvement ouvrier mais en Argentine.

Ce n’est pas au Venezuela que des centaines d’opposants politique restent toujours emprisonnés malgré des « accords de paix », que des militants de gauche sont assassinés mais en Colombie.

Le Venezuela n’a pas de leçon à recevoir de ces régimes corrompus et fascisants. Son peuple doit dans la paix enfin retrouvée surmonter lui et lui seul l’épreuve en cours.

Militants de base avec leur député à la Constituante, engagés notamment dans la lutte pour l’écosocialisme et pour le renforcement de l’État communal (État de Lara).

* Journaliste, ancien chef du service Monde de l’Humanité.

Source : Venezuela infos, Thierry Deronne, 02-08-2017

 

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

22 réponses à Venezuela : La grande manip, par José Fort

Commentaires recommandés

Dva Le 04 août 2017 à 06h28

suite …” L’assemblée aura pour mission de modifier des textes de la constitution qui rendront définitivement impossible la réalisation d’un tel projet de libre-échange. En limitant les parts des compagnies étrangères et leurs investissements dans les entreprises publiques, en favorisant l’industrie nationale, la nouvelle constitution met définitivement fin au méga projet de libre échange des Etats-Unis. Or, dominer le marché latino-américain dans sa totalité est une question cruciale pour le géant étasunien face une Chine économiquement toujours plus puissante. On comprend mieux la position interventionniste des Etats-Unis. A cela s’ajoute une donnée plus subjective, le Venezuela a représenté une alternative au modèle néo-libéral pour l’ensemble des peuples. Il est donc primordial d’achever publiquement cette expérience…”

  1. Eugene Le 04 août 2017 à 06h15
    Afficher/Masquer

    Le Venezuela est un pays que les banquiers détestent ..
    C’est un pays qu il ne faut pas mettre en lumière car pouvant donner de très mauvaises idées aux populations Occidentales.
    Imaginez un pays hors du système capitaliste qui réussi … le tout en appliquant une politique sociale… .. On dit a nos moutons que nous sommes en crises alors qu eux ils augmentent leur salaire minimum chaque année + couverture médicale a moindre frais … L Horreur …
    Le tout en plein milieu du “jardin” Américain.. Bref c’est une véritable injure au capitalisme..

    Malheureusement Maduro a fait des erreurs..
    Ne pas diversifier l’économie de son pays risque de lui être fatal.
    Son pays étant affaibli, les puissances occidentales en profitent pour créer le chaos.

    Pauvre pays.


    • KATHERINE MAHEO Le 04 août 2017 à 11h43
      Afficher/Masquer

      c’est au Vénézuéla qu’aucune diversification de l’économie n’a été faite c’est dans ce pays que Chavez a mis ses copains à la tête de PDVA incompétents majeurs qui ont fait en sorte que la production s’est écroulée sans parler des cours
      c’est dans ce pays que la fille de feu Chavez est devenue la plus riche du pays
      Qui est responsable des pénuries l’opposition? les USA,?
      à force de nier des évidences
      Ou bien les responsables de ce pays depuis l’éléction de Chavez qui n’ont rien fait lorsque les caisses étaient pleines contrairement aux pays du golf qui ont devellopé le tourisme, entre autre et attiré les investisseurs de tous poils la faute à l’opposition? trop simpliste
      caracas est la ville la plus dangereuse au monde encore la faute de l’opposition?
      des centaines de milliers s’expatrient la faute aux autres Encore et encore
      condamné ce gouvernement pour les manquements gravissimes des droits de l’homme et les 113 morts bidon tout çà? par ses voisins de l’Amèrique du sud
      Arretez de voir la main du grand satan américain partout !!
      lles US sont auto-suffisant en gaz et n’ont plus besoin de oil du Vénez


      • geedorah Le 04 août 2017 à 12h46
        Afficher/Masquer

        ses copains à la tête de PDVA incompétents majeurs qui ont fait en sorte que la production s’est écroulée sans parler des cours

        ah bon , c’est marrant parce que moi j’ai lu que la production agricole au venezuela avait augmentée, qu’ils étaient maintenant (merci chavez) autosuffisant sur biens des cultures,

        https://fr.wikipedia.org/wiki/Agriculture_au_Venezuela

        pour les 113 morts, renseignez vous un peu, il y a eu enquêtes et le résultat est édifiant… une vingtaine de morts dues aux forces de l’ordre, le reste c’est les manifestants qui sont responsables…

        “arretez de voir la main du grand satan américain partout !!”
        dsl, j’avais pas fait attention, c’est surement vladimir poutine le responsable non ? c’est lui qui balance des roubles à gogo pour financer l’opposition

        “lles US sont auto-suffisant en gaz et n’ont plus besoin de oil du Vénez”
        raisonnement sans faille….
        entendu parlé de la théorie des dominos ?, connaissez vous le terme impérialisme? parce que selon moi, c’est d’actualité dans ce pays …


      • Krystyna Hawrot Le 04 août 2017 à 16h09
        Afficher/Masquer

        Je suis un peu dubitative sur les pays du Golf comme modèle de développement et de démocratie! D’une part, c’est plus facile de redistribuer l’argent du pétrole quand vous n’avez qu’une toute petite population, et qui plus est exploite le travail de millions de travailleurs immigrés esclaves! Le tourisme made in Dubai ou Doha je suis dubitative aussi – c’est nous qui payons pour l’empreinte écologique de ces phantaisies ostentatoires! De même les investissements des pétrodollars dans nos palaces et nos clubs de foot en Europe, c’est pas vraiment des projets de développement durables comme l’agriculture!


      • JMD Le 04 août 2017 à 18h57
        Afficher/Masquer

        « les US sont auto-suffisant en gaz et n’ont plus besoin de oil du Vénez » ?
        la réalité de l’indépendance énergétique américaine (révolution du pétrole de schiste) en 2 images par Nicolas Meilhan :
        http://leseconoclastes.fr/2016/05/la-fameuse-independance-energetique-americaine/
        Où l’on voit que le Venezuela est un des pays exportateurs vers les USA


      • Guillaume Le 05 août 2017 à 01h19
        Afficher/Masquer

        Encore une….victime de la propagande (ou du moins je veux le croire). Il y en aura d’autres, alors restez calmes, lisez la suite. Et n’oubliez pas de reflechir!


  2. Dva Le 04 août 2017 à 06h27
    Afficher/Masquer

    J’aime bien cet article aussi pour le passage ”Dans une déclaration officielle, Trumps donne le ton : « Les États-Unis ne resteront pas inactifs pendant que le Venezuela s’effondre. Si le régime de Maduro impose son assemblée constituante le 30 juillet, les États-Unis prendront des mesures économiques fortes et rapides. »

    Trump n’agit pas sur un coup de tête, il ne s’agit pas là d’un de ses innombrables tweets qui embarassent son gouvernement. La déclaration officielle du président de Etats-Unis est très réfléchie et rationnelle. Depuis 2003, le projet d’un vaste traité de libre-échange, l’ALCA, qui engloberait l’ensemble des pays du continent américain (d’Alaska aux Etats-Unis jusqu’à la Terre de Feu au Chili) a été mis au frigo depuis le rejet catégorique du Venezuela…https://www.legrandsoir.info/la-paix-au-venezuela-est-une-question-de-paix-mondiale.html


  3. Dva Le 04 août 2017 à 06h28
    Afficher/Masquer

    suite …” L’assemblée aura pour mission de modifier des textes de la constitution qui rendront définitivement impossible la réalisation d’un tel projet de libre-échange. En limitant les parts des compagnies étrangères et leurs investissements dans les entreprises publiques, en favorisant l’industrie nationale, la nouvelle constitution met définitivement fin au méga projet de libre échange des Etats-Unis. Or, dominer le marché latino-américain dans sa totalité est une question cruciale pour le géant étasunien face une Chine économiquement toujours plus puissante. On comprend mieux la position interventionniste des Etats-Unis. A cela s’ajoute une donnée plus subjective, le Venezuela a représenté une alternative au modèle néo-libéral pour l’ensemble des peuples. Il est donc primordial d’achever publiquement cette expérience…”


  4. Catalina Le 04 août 2017 à 07h11
    Afficher/Masquer

    https://gaideclin.blogspot.fr/2017/08/ukraine-2014-venezuela-2017-le-jeu-des.html

    Ukraine 2014 – Venezuela 2017 : LE JEU DES 7 ERREURS DE LA CIA


    • Fritz Le 04 août 2017 à 08h33
      Afficher/Masquer

      Excellent.


  5. Grrr Le 04 août 2017 à 07h18
    Afficher/Masquer

    Preuve, une de plus, de la vassalité des médias à une idéologie mortifère, celle de l’exceptionnalisme américain au service d’une oligarchie financière sans scrupule. Après les fake-news sur la Syrie, l’Ukraine (…) – ou en parallèle car ce n’est pas fini – les fake-news sur le Venezuela.

    Heureusement il y a le décodex du Monde qui va remettre les pendules à l’heure et Mc Jupiter, foudroyer les injustices.

    Grrr.


  6. Fritz Le 04 août 2017 à 08h10
    Afficher/Masquer

    “la répression du régime” (la represión del regimen) : c’est curieux, mais cet élément de langage a été utilisé pour d’autres pays fort éloignés du Venezuela, en particulier pour la Syrie.

    Serait-il possible que nos médias interprètent une même partition ? Oh le vilain soupçon…


  7. DUGUESCLIN Le 04 août 2017 à 13h41
    Afficher/Masquer

    Tant qu’un pays dont le peuple revendique le droit d’avoir le contrôle de son économie et de sa politique, on leur fait la guerre directe ou indirecte avec toute la panoplie des accusations habituelles: dictature, fascisme, torture, droit de l’homme et patati et patata, selon la même ritournelle partout où une nation se veut souveraine.
    Les internationalistes de la finance aussitôt passent à l’action, avec la complicité de toutes les sortes d’internationalistes ou de nationalismes rebelles dont ils assurent le financement.
    Il faut dire que les nations sont gênantes quand elles défendent les intérêts de leurs peuples. Donc, pas de nations pas de peuples, seulement le libre échange. C’est la soumission à la finance apatride et mondialiste qui les exploite et les transforme en “veaux”.. Il suffit à cette gouvernance de la finance, pour être soutenue, de quelques privilégiés, qui se croient arrivés, grâce à un salaire au-dessus des autres, qui, bêtement, deviennent kapos du système se croyant une classe supérieure.


  8. milonguita Le 04 août 2017 à 18h26
    Afficher/Masquer

    Avant Chavez le Venezuela était le paradis sur terre! je suis toujours surprise de voir que lorsque en Latino-Amérique les peuples sont opprimés par des gouvernements corrompus, personne ne trouve rien à dire, mais lorsque des gouvernements améliorent la vie de gens un tant soit peu, alors tout le monde critique, qu’il n’y a pas de liberté de ceci ou de cela, mais avant quand le peuple mourait de faim, que les enfants étaient prostitués, drogués, et j’en passe, personne ne disait rien.


    • Chris Le 13 août 2017 à 15h05
      Afficher/Masquer

      J’ai connu le Vénézuéla avant Chavez (1973-1975): c’était le paradis pour les 1/10’000.
      Les autres ? Du pur servage.


  9. RGT Le 04 août 2017 à 18h46
    Afficher/Masquer

    Encore un cas d’ingérence dans les affaires d’un pays qui ne souhaite plus se soumettre et DONNER toutes ses ressources au “Saint Empire Démocratique”.
    Si nos dirigeants (pas nous, nous n’avons aucune influence) pouvaient simplement foutre la paix à ces peuples une bonne fois pour toutes.

    J’ai aussi une idée concernant les causes profondes de cet acharnement :

    Comme le “terrorisme islamique” commence à être en perte de vitesse en occident, avec les connexions évidentes entre les “Grands Monarques Bienveillants” et les “rebelles modérés” il est nécessaire de trouver un nouvel ennemi sur lequel rejeter la responsabilité d’actes terroristes qui justifient de nouvelles mesures liberticides.

    Il suffit de foutre le bordel en Amérique du Sud, de mettre en place des “gouvernements démocratiques” à la Pinochet, de laisser infuser la misère et la colère suite aux actions “bienveillantes” des “forces de l’ordre” pour que ça commence à péter.

    Double jackpot : On récupère les richesses naturelles et on a un nouvel ennemi.

    Elle n’est pas belle la vie ?


  10. stephp Le 04 août 2017 à 23h33
    Afficher/Masquer

    “Les médias des Bolloré, Drahi, Lagardère et ceux du « service public » ont choisi leur camp : celui de l’extrême droite vénézuélienne”

    De cela il me semble découler qu’ils sont l’extrême droite, la vraie, au pouvoir à travers les hommes de paille qu’ils viennent chez nous d’installer à la tête de l’état. Le FN, ce serait plutôt une sorte d’extrême droite de carnaval, un épouvantail pour faire illusion et masquer la réalité.


  11. Bob Denar Le 05 août 2017 à 10h54
    Afficher/Masquer

    Venezuela 1ere réserve de pétrole mondiale à la porte des USA et pied de nez aux néocons
    Comment voulez vous que la pays puisse vivre calmement à coté du plus gros consommateur de pétrole du monde ?
    Depuis Chavez le pays et en top priorité “pour y installer la démocratie” ( comprendre coloniser le pays). On imagine le travail incroyable que le pouvoir à réussi pour résister pendant 20 ans aux pires stratégies US.

    Classement réserves conventionnelles uniquement 2014[modifier | modifier le code]
    Pays Réserves en barils
    1 Venezuela 299 953 000 000
    2 Arabie saoudite 266 578 000 000
    3 Iran 157 530 000 000
    4 Irak 143 059 000 000
    5 Koweït 101 500 000 000
    6 Émirats arabes unis 97 800 000 000
    7 Russie 80 000 000 000
    8 Libye 48 363 000 000


    • Boris N Le 07 août 2017 à 00h45
      Afficher/Masquer

      Très intéressantes informations.
      Comment expliquez-vous alors le niveau de pauvreté et d’insécurité dans ce pays?

      Objectivement, pas par les actions de la CIA, mais pas l’incurie et la corruption du pouvoir chaviste!


  12. Decebal Le 05 août 2017 à 16h45
    Afficher/Masquer

    Un article de propagande comuniste comme je n’en avais pas lu depuis longtemps.
    Grotesque et insuportable à la fois pour toutes celles et ceux qui ont vu de très près le communisme et ses crimes.

    Il y a un espace entre la vassalité aux USA et ce régime de “révolution bolivarienne” qui serait risible s’il n’avait pas plongé le pays dans une crise profonde.

    Les faits, rien que les faits, car les faits dont têtus.


  13. Croce Le 06 août 2017 à 12h03
    Afficher/Masquer

    Les vénézuéliens ont voté démocratiquement pour la nouvelle Constituante proposée par le gouvernement de Nicolas Maduro, mais les opposants ont refusé de participer à cette ” mascarade “, alors qu’ils étaient largement majoritaires, selon eux.
    Et maintenant ils contestent le résultat en parlant de fraude massive !
    Si vous étiez si sûrs de gagner, pourquoi n’avez-vous pas participé à ce vote ?
    Vous auriez fait tomber ” le dictateur ” !
    Je vais vous dire pourquoi vous avez refusé de voter : c’est que vous étiez sûrs de perdre, et que vous avez préféré suivre les conseils d’Enrique Capriles, à savoir organiser la famine en mettant le feu aux dépôts alimentaires, et en bloquant les livraisons de denrées de première nécessité, que le gouvernement n’aurait eu aucun mal à payer !
    Et tout ça sur ordre de qui, d’après vous ?
    Toujours des mêmes fouteurs de merde : les Etats-Unis, qui lorgnent depuis des lustres sur les énormes réserves de pétrole et de gaz du Venezuela !
    Pour moi, ceux qui refusent de participer à une élection organisée de manière démocratique, pour ensuite en contester le résultat, n’ont qu’un seul droit .
    Celui de fermer leurs gueules !


  14. Cédric Le 08 août 2017 à 10h47
    Afficher/Masquer

    tout le monde sait que tout le continent américain c’est chasse gardée des USA, à part encore quelques crétins ici ou là … c’est pas non plus comme s’ils s’en cachaient…


Charte de modérations des commentaires