Les Crises Les Crises
15.novembre.201515.11.2015 // Les Crises

25/09/2015 Le juge Marc Trévidic : “Les jours les plus sombres sont devant nous.”

Merci 67
J'envoie

Source : Paris Match, le 25 septembre 2015.

"On manque d'hommes pour neutraliser les terroristes"

Vendredi 25 septembre, le juge Trévidic est à Paris pour évoquer ses dossiers avec ses successeurs.© Noël Quidu

Pendant dix ans, il a animé le Pôle judiciaire antiterroriste. Forcé de quitter ses fonctions en pleine tempête pour devenir vice-Président du tribunal de grande instance de Lille, Marc Trévidic nous avait longuement parlé, en septembre dernier. Son cri d’alarme a malheureusement trouvé un écho vendredi soir avec une série d’attentats sans précédent à Paris. Voici la version intégrale de cet entretien terriblement prémonitoire.

Paris Match. Pouvez-vous estimer aujourd’hui le niveau de risque que courent les Français ?
Marc Trévidic. La menace est à un niveau maximal, jamais atteint jusqu’alors. D’abord, nous sommes devenus pour l’Etat islamique [EI] l’ennemi numéro un. La France est la cible principale d’une armée de terroristes aux moyens illimités. Ensuite, il est clair que nous sommes particulièrement vulnérables du fait de notre position géographique, de la facilité d’entrer sur notre territoire pour tous les djihadistes d’origine européenne, ­Français ou non, et du fait de la volonté clairement et sans cesse exprimée par les hommes de l’EI de nous frapper. Et puis, il faut le dire : devant l’ampleur de la menace et la diversité des formes qu’elle peut prendre, notre dispositif de lutte antiterroriste est devenu perméable, faillible, et n’a plus l’efficacité qu’il avait auparavant. Enfin, j’ai acquis la conviction que les hommes de Daech [acronyme de l’Etat islamique] ont l’ambition et les moyens de nous atteindre beaucoup plus durement en organisant des actions d’ampleur, incomparables à celles menées jusqu’ici. Je le dis en tant que technicien : les jours les plus sombres sont devant nous. La vraie guerre que l’EI entend porter sur notre sol n’a pas encore commencé.

Pourquoi un constat si alarmant ?
Nous avons en face de nous un groupe ­terroriste plus puissant que jamais. Bien plus puissant qu’Al-Qaïda à sa grande époque. L’EI, fort d’environ 30 000 «soldats» sur le terrain, a recruté plus de membres que l’organisation fondée par Ben Laden en quinze ans ! Et ce n’est pas fini. La France est, de fait, confrontée à une double menace. Celle du déferlement de ce que j’appelle les «scuds» humains du djihad individuel, ces hommes qui passent à l’action sans grande formation ni préparation, agissant seuls, avec plus ou moins de réussite, comme on a pu le voir ces derniers temps. Et celle, sans commune mesure, que je redoute : des actions d’envergure que prépare sans aucun doute l’EI, comme celles menées par Al-Qaïda, qui se sont soldées parfois par des carnages effroyables.

Disposez-vous d’éléments indiquant qu’on se dirige vers ce type d’actions d’envergure ?
Ceux que l’on arrête et qui acceptent de parler nous disent que l’EI a l’intention de nous frapper systématiquement et durement. Comprenez-moi bien, il ressort de nos enquêtes que nous sommes indubitablement l’ennemi absolu. Les hommes de Daech ont les moyens, l’argent et la faculté d’acquérir facilement autant d’armes qu’ils veulent et d’organiser des attaques de masse. Le terrorisme est une surenchère ; il faut toujours aller plus loin, frapper plus fort. Et puis, il reste «le prix ­Goncourt du terrorisme» à atteindre, et je fais là référence aux attentats du 11 septembre 2001 contre les tours du World Trade Center. Je n’imagine pas un instant qu’un homme tel qu’Abou Bakr ­al-Baghdadi et son armée vont se satisfaire longtemps d’opérations extérieures de peu d’envergure. Ils sont en train de penser à quelque chose de bien plus large, visant en tout premier lieu l’Hexagone.

“L’EI A RECRUTÉ PLUS DE MEMBRES QU’AL QAÏDA EN QUINZE ANS”

Comment en est-on arrivé là ? Pourquoi la France ?
Parce qu’on revient à cette idée qu’on est la cible idéale ! Traditionnellement, l’adversaire numéro un du terrorisme djihadiste a longtemps été les Etats-Unis, mais les paramètres ont changé. Les Américains sont plus difficiles à atteindre. La France, elle, est facile à toucher. Il y a la proximité géographique, il y a des relais partout en Europe, il y a la facilité opérationnelle de renvoyer de Syrie en France des volontaires aguerris, des Européens, membres de ­l’organisation, qui peuvent revenir légalement dans l’espace Schengen­ et s’y fondre avant de passer à l’action.

Il y a aussi des raisons politiques, idéologiques ?
Evidemment ! La France est devenue l’allié numéro un des Etats-Unis dans la guerre contre Daech et les filières djihadistes. Nous combattons par les armes aux côtés des Etats-Unis. Nous avons mené des raids aériens contre l’EI en Irak. Maintenant, nous intervenons en Syrie. De plus, la France a un lourd «passif» aux yeux des islamistes. Pour eux, c’est toujours une nation coloniale, revendiquant parfois ses racines chrétiennes, soutenant ouvertement Israël, vendant des armes aux pays dits «mécréants et corrompus» du Golfe ou du Moyen-Orient.

OB : Sérieusement, on se demande où ils vont chercher tout ça…

Et une nation qui opprimerait délibérément son importante communauté musulmane. Ce dernier argument est un axe de propagande essentiel pour l’EI. Nos forces armées sont aussi intervenues au Mali pour arrêter les islamistes, même si ce ne sont pas les mêmes réseaux. Ajoutons enfin que, en France, nous sommes depuis des années en première ligne pour combattre le “djihad global”. Longtemps notre dispositif antiterroriste nous a permis de porter des coups sévères aux terroristes et aux ­djihadistes de toute obédience.

Ce n’est plus le cas aujourd’hui ?
Non, la donne a changé. L’évidence est là : nous ne sommes plus en mesure de prévenir les attentats comme par le passé. On ne peut plus les empêcher. Il y a là quelque chose d’inéluctable. Bien sûr, on arrête des gens, on démantèle des cellules, on a de la chance aussi, comme on a pu le voir avec certaines affaires récentes, mais la chance ou le fait que les terroristes se plantent dans leur mode opérationnel, ou encore que des citoyens fassent preuve de grande bravoure, ça ne peut pas durer éternellement. Quant aux moyens affectés à la lutte antiterroriste, ils sont clairement devenus très insuffisants, et je pèse mes mots. On frise l’indigence à l’heure où la menace n’a jamais été aussi forte. Ces deux dernières années, j’ai constaté par moi-même qu’il n’y avait parfois plus d’enquêteurs pour mener les investigations dont nous avions besoin ! On fait donc le strict minimum, sans pouvoir pousser les enquêtes, sans «SAV», au risque de passer à côté de graves menaces. Les politiques prennent des postures martiales, mais ils n’ont pas de vision à long terme. Nous, les juges, les policiers de la DGSI, les hommes de terrain, nous sommes complètement débordés. Nous risquons d’«aller dans le mur».

Marc Trévidic répond aux questions de Frédéric Helbert

“LES KOUACHI N’ÉTAIENT PAS PARTIS POUR UNE OPÉRATION SUICIDE !”

Et le dispositif Sentinelle, qui mobilise des milliers d’hommes pour protéger des lieux symboliques, des sites sensibles, il n’est pas efficace ?
Ce dispositif protège certains endroits, rassure la population. Mais, en fait, il déplace la menace. Cela n’évitera jamais que des hommes déterminés passent à l’action ici ou ailleurs. Si cela leur paraît trop compliqué de s’en prendre à un objectif sous surveillance, ils en trouveront un autre. Un cinéma, un centre commercial, un rassemblement populaire… Sentinelle, Vigipirate, on ne peut pas se permettre de s’en priver, la population ne le comprendrait pas, mais fondamentalement cela ne résout rien. Cela ne freinera pas les hommes de l’EI le jour où ils décideront de passer à la vitesse supérieure et de commettre des attentats d’ampleur. D’autant que nous sommes incapables d’enrayer leur montée en puissance constante. Nul doute que le groupe soit actuellement en train de bâtir les structures, les réseaux, de former les hommes pour concevoir des plans d’attentats de masse. Ils préparent le terrain pour pouvoir frapper fort.

Que penser, alors, de la nouvelle stratégie française ? Des ­premières frappes aériennes ont visé Daech sur le sol syrien. La France invoque un «droit de légitime défense» et dit vouloir cibler les terroristes à la base…
Procéder à des frappes «extra-judiciaires» revient à se calquer sur le modèle américain. Cela fait des années que les Etats-Unis éliminent des chefs, des stratèges, des recruteurs au Yémen, en Afghanistan, en Somalie, mais sans affaiblir les groupes visés. Cela n’a jamais marché ! Je ne crois pas au bien-fondé de la stratégie française. Peut-on penser déstabiliser Daech et nuire à ses objectifs en éliminant des leaders, des «opérationnels» qui auraient été repérés ? Y a-t-il des chefs d’une telle importance qu’ils ne puissent être remplacés dans l’heure par d’autres hommes ? Rien n’est moins sûr. De toute façon, ils nous ont «dans le collimateur» et, de ce point de vue-là, ça ne changera rien ! Cela peut même avoir l’effet inverse que celui recherché en créant des «vocations». Si, d’aventure, il y avait quelques ciblages réellement pointus, le bras de la justice n’étant pas très long, j’aurais tendance à me dire qu’une petite roquette fera l’affaire ; mais, clairement, il n’est rien dans cette stratégie qui permette de renverser le cours d’une guerre contre une armée de terroristes et de la gagner.

Marc Trévidic répond aux questions de Frédéric Helbert

La France a-t-elle la capacité d’affronter Daech?
Les moyens dont disposent les juges en charge de l’anti-terrorisme sont aujourd’hui insuffisants. On pourrait presque dire indigents. Le nombre d’enquêteurs notamment est tout à fait insuffisant pour faire face aux menaces. Les experts judiciaires de la DGSI sont débordés. Nous n’avons pas les moyens humains pour recueillir des preuves, neutraliser des terroristes. Ici en France, un Etat de droit, on ne va pas se mettre à lâcher des drones pour éliminer de simples suspects. La force du système français a reposé pendant 30 ans sur la prééminence des juges, et leur capacité à établir des stratégies, à anticiper pour frapper en amont au meilleur moment, en synergie avec les services de renseignement. A la faveur des évènements du 7 janvier dernier, les tueries de «Charlie Hebdo» et de la supérette casher, le pouvoir a décidé d’une loi donnant tout pouvoir au renseignement hors contrôle judiciaire. Il oublie une chose élémentaire : En France, ce sont les juges qui décident où non d’arrêter les gens, de les mettre en garde à vue, de les placer en détention. Tout ce qui se décide sur la base de renseignements purs, hors contrôle d’un juge, n’a aucune valeur légale. Et le danger lorsque le renseignement tourne en roue libre, c’est qu’on intervienne trop tardivement… Notre système a été très efficace pendant des années parce qu’on intervenait très en amont, et en parfaite adéquation avec les agents de la DST. On récoltait des preuves et dès que quelqu’un menaçait de passer à l’action, le lendemain à 6 heures du matin, on lui tombait dessus. Jamais, jamais une personne surveillée judiciairement n’a pu passer à l’action, jamais ! On ne peut pas en dire autant de ces djihadistes affiliés à EI dont on s’aperçoit que tous ou presque ont fait l’objet d’une surveillance, donc d’une fiche «S», ce qui ne les a pas empêchés d’agir.

Pourquoi alors avoir fait cette loi?
Le pouvoir exécutif veut avoir des services de renseignements tous puissants sur lesquels il a la main. Les juges spécialisés et leur liberté d’agir ont été écartés. C’est confortable pour un gouvernement, dangereux pour la société. Je crains que l’on en arrive de plus en plus à des méthodes extra-judiciaires, administratives, sans recours, arbitraires. Comme l’ont fait les Américains à Guantanamo. Ce chemin ferait selon moi le jeu de ceux que nous combattons en nourrissant les sentiments anti-occidentaux et anti-français.

Malgré la barbarie affichée, l’E.I continue à recruter, notamment Europe, comment l’expliquez-vous?
Plusieurs facteurs sont à l’origine de ce que j’appelle la «démocratisation du djihad». Dans une situation de crise économique et morale, leur maîtrise d’internet qui ne date pas de hier leur a permis de répandre leur idéologie sans que personne ne songe jamais à l’entraver au nom de la liberté. Ils touchent des proies faciles : ces gens qui n’ont plus de perspectives, de rêves, de caps, que la société de consommation a laissé en marge. Passer à l’acte ensuite n’est pas compliqué. Un billet d’avion à 200 euros pour la Turquie, et c’est fait ! Ceux qui partent croient laisser derrière eux leurs «emmerdements», s’imaginent qu’ils vont trouver une vie «exaltante».

On voit aussi de plus en plus de Français convertis verser dans l’Islamisme radical…
C’est ce que j’appelle l’effet de mode. Ce n’est absolument pas rationnel. Le Jihad est devenu «branché». C’est fou à dire mais c’est vrai. Une gamine se met en scène sur Facebook avec une fausse kalach, ses copines suivent… C’est totalement déconnecté d’une quelconque réalité religieuse, mais une fois que ce pas est franchi, on rentre dans un processus de fascination, sans recul, on se prend au jeu, et surgit alors le risque de basculement. Tous ne partent pas pour les mêmes raisons, certains reviennent dégoutés, certains combattent, d’autres pas, certains se muent, formés par étapes, en terroristes potentiels. La faille essentielle de notre société c’est qu’elle offre un terrain favorable à une idéologie pouvant fabriquer des tueurs sans limites.

Sur quoi se fonde cette idéologie?
Les djihadistes se présentent comme les seuls vrais défenseurs d’un Islam opprimé par l’Occident. C’est ce que j’entendais sans arrêt lors des auditions. Ils évoquent les guerres d’Irak, le conflit israélo-palestinien, sélectionnent les arguments pour légitimer leur action.

OB : Donc on voit qu’on en sort en leur montrant qu’on n’opprime pas l’Islam à l’international. Résolvons déjà le conflit en Palestine on sera tranquilles pour 10 ou 20 ans… Essayons au moins…

Est-on à l’abri d’une campagne d’attentats sur notre sol ?
Non. Si l’on prend l’exemple des frères Kouachi, les auteurs de la fusillade de «Charlie Hebdo», ils étaient, au vu de ce que l’on sait, «en route» pour une campagne d’attentats. On y a échappé parce que, dans un accident de voiture, l’un des frères a perdu sa carte d’identité. C’est cela qui a permis de les identifier et de lancer la chasse à l’homme qui s’est soldée par la mort des deux terroristes, tués par le GIGN. Les Kouachi n’étaient pas partis pour une opération suicide ! S’ils avaient pu, ils auraient continué à frapper. Comme Nemmouche, le tueur du Musée juif de Bruxelles, comme Merah… L’an dernier, j’ai fait neutraliser un réseau de djihadistes très dangereux qui voulait créer un commando de dix “Merah” autonomes, opérant simultanément sur l’ensemble du territoire. L’idée que nous soyons un jour confrontés à une ou plusieurs campagnes d’attentats majeurs ne peut être écartée.

Ceux qui nous attaquent veulent nous faire le plus de mal possible. Et le faire dans la durée. Ils s’y préparent. Les Français vont devoir ­s’habituer non à la menace des attentats, mais à la réalité des attentats, qui vont à mes yeux immanquablement survenir. Il ne faut pas se voiler la face. Nous sommes désormais dans l’œil du cyclone. Le pire est devant nous.


Marc Trevidic dit ses 4 vérités :

“Il faut lutter contre l’idéologie salafiste ; il faut être carré, droit dans ses bottes : on est copain avec des pays qui ont une idéologie très proche, comme l’Arabie, qui l’a diffusée sur la planète. Le crédo des Américains est d’être amis avec les fondamentalistes religieux s’ils sont libéraux économiquement. Nous devons lutter contre cette idéologie, et tous ceux qui la propagent ne sont pas nos amis !”

“C’est la stratégie de Ben Laden : Il faut que les populations musulmanes se soulèvent en France, et pour cela, il faut que les Français non-musulmans leur tapent dessus…”

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Vladimir K // 15.11.2015 à 06h08

On y a échappé parce que, dans un accident de voiture, l’un des frères a perdu sa carte d’identité

Ça et le fait que l’on ait trouvé un passeport syrien lors des attaques de vendredi, je ne comprends pas.

Moi même en tant que citoyen lambda, je ne suis pas toujours motivé à prendre avec moi ma carte d’identité que je ne trouve franchement pas pratique, alors je n’arrive pas à comprendre que des terroristes prennent le soin de prendre la leur avant de commettre leurs méfaits.

Pourquoi en ont-ils besoin ? Le passeport Syrien, pourquoi se promener avec ? En cas de contrôle de police ? Sérieux ?

34 réactions et commentaires

  • Vladimir K // 15.11.2015 à 06h08

    On y a échappé parce que, dans un accident de voiture, l’un des frères a perdu sa carte d’identité

    Ça et le fait que l’on ait trouvé un passeport syrien lors des attaques de vendredi, je ne comprends pas.

    Moi même en tant que citoyen lambda, je ne suis pas toujours motivé à prendre avec moi ma carte d’identité que je ne trouve franchement pas pratique, alors je n’arrive pas à comprendre que des terroristes prennent le soin de prendre la leur avant de commettre leurs méfaits.

    Pourquoi en ont-ils besoin ? Le passeport Syrien, pourquoi se promener avec ? En cas de contrôle de police ? Sérieux ?

      +45

    Alerter
    • sécotine // 15.11.2015 à 08h38

      la carte d’identité à cause des “controles au faciès” dont parait il les forces de l’ordre sont très friantes, quant au passeport syrien, on sait maintenant qu’il y en a des milliers de faux qui se “promènent” dans la nature (un journaliste allemand s’en procuré un en Turquie pour 700 euros livré en moins de 48 heures) et parce que c’est un “sésame” qui vous permet d’être accueilli en europe sans difficulté en tant que “réfugié”

        +18

      Alerter
    • Joanna // 15.11.2015 à 08h51

      Lu ailleurs : “L’individu évoqué par le procureur de la République François Molins comme étant originaire de l’Essonne serait un Syrien né en 1990 connu sous le nom de Abbdulakbak.B. Totalement inconnu des services de police, l’homme a tout d’abord passé 38 heures sur l’île grecque de Leros le 3 octobre dernier avant de gagner la France.”

      Sans doute le titulaire du passeport syrien retrouvé.

        +3

      Alerter
    • Yves // 15.11.2015 à 08h56

      Les kamikazes n ont aucune volonté de cacher leur identité dans la mesure où leur choix est de mourir et donc laisser leur trace Adn. Dans le cas d un terroriste non kamikaze, peut être ont ils de faux passeports permettant de sortir de l espace schengen. . Mais dans ce cas, tout sauf un passeport Syrien !!!

        +5

      Alerter
    • mamy mee // 15.11.2015 à 18h17

      En effet, les cartes d’identité ou passeports qui tombent des poches, comme les chaussures sur la chaussée, ça ne le fait pas.
      Pour la police ou la justice, ou nous, ce pourraient être des faux. Pour l’identification des corps, on dispose maintenant d’autres techniques. Ceci dit pour ceux qui pensent qu’ils désiraient être reconnus.
      Chacun devrait être capable de présenter ses papiers à la demande d’un policier ou gendarme quand il est dans l’espace public. Or beaucoup de victimes tardent à être identifiées, qui n’avaient donc pas leurs papiers. Même à Paris. Même un vendredi soir.
      On ne peux mieux démontrer que tout le monde n’a pas à craindre autant ces formalités de contrôle.

        +2

      Alerter
      • luc // 16.11.2015 à 10h24

        faut-il en rire ou en pleurer : depuis le 11 septembre 2001, il n’est pas d’attentat terroriste sans que les coupables, sensés se cacher, ne se fasse identifier en laissant derrière eux leurs papiers d’identité…

        on peut rajouter que c’est parce que le récit officiel est absurde qu’on ne peut pas, qu’on ne doit pas le contester…

          +0

        Alerter
  • Joanna // 15.11.2015 à 07h59

    « La faiblesse et l’incompétence du président Hollande devient un danger mortel pour la France » a tweeté un certain Sarkozy.

    Pas Nicolas mais son fils Louis …

    http://www.lesoir.be/1043347/article/soirmag/actu-soirmag/2015-11-14/attentats-paris-tweet-louis-sarkozy-choque-internautes

      +5

    Alerter
    • Furax // 15.11.2015 à 09h16

      Ouais. En même temps, vu que son père Nicolas est tout autant soumis que Hollande aux saoudiens et aux qataris que Hollande, il ferait mieux de poursuivre ses études ce petit ….

        +26

      Alerter
      • Fox 23 // 15.11.2015 à 21h27

        On se calme de suite. En premier, je souhaite avoir une pensée pour ceux qui souffrent, dans leur âme ou dans leur chair pour ce drame qui va nous malheureusement nous amener à 200 victimes rapidement.

        Vous n’avez donc aucune pudeur ? Depuis 2012 le président s’appelle Hollande,
        Je me doute que pour ceux qui ont eu l’idée bizarre de voter pour lui, l’addition en 3 ans soit salée et indigeste, mais, même si on peut parler des torts de Sarko à un autre moment, le fait est indéniable, c’est Hollande et son équipe de rigolos qui nous ont amené ce drame national.
        -C’est Hollande qui a traficoté pour procurer des armes aux ennemis de Al Assad dans le but de faire tomber ce dernier, contre tous les accords internationaux.
        -C’est Hollande qui accepte, contre des ventes d’armes juteuses aux pires régimes du Moyen-orient, Arabie et Qatar entre autres, la prise d’assaut des mosquées en France par les imams wahhabites, la fraction la plus rétrograde de l’Islam à côté de laquelle les fans de monseigneur Lefebvre peuvent passer pour des progressistes.
        Ils participent à la radicalisation des âmes, jeunes principalement et permettent de trouver des volontaires, sans même passer par la case prison.
        -C’est Hollande qui se révèle comme le premier Président utilisant les services secrets pour éliminer ceux qui ne lui convienne pas, principalement arabes par le plus pur des hasards.
        -C’est Hollande qui veut réformer les pays même s’ils ne sont pas demandeurs alors qu’il y a déjà tellement à faire ici..

        Ceux qui ont voté pour lui sont co-responsables de ce drame. Le vote est un droit, un devoir, mais il engage aussi celui qui accompli ce geste citoyen à avoir soigneusement mûri son choix. On ne vote pas pour un médiocre n’ayant jamais travaillé !
        Depuis un an, essayez de trouver une personne qui ait le courage d’avouer qu’elle a voté Hollande. A croire qu’il est arrivé par un coup d’État !

        Un reste de dignité aurait du l’amener a démissionner après ce carnage. La Constitution stipule que le gouvernement assure la paix publique et la sécurité des Français. Elle est où cette sécurité ?

          +9

        Alerter
        • rod // 15.11.2015 à 22h48

          Je suis dans tous les points que tu mentionnes d’accord concernant ton opinion vis a vis de Hollande. Ceci dit Sarkozy est celui qu’a initié cet type de géopolitique (tu oublies la Libye et l’action de ses services ?) et il est aussi responsable qu’Hollande du chaos régnant en libye et Syrie (c’est peut être leur but; détruire pour régner). Oui j’ai voté pour Hollande pour empêcher la réélection de Sarkozy, qu’aurait en fait, fait exactement ce qu’a finalement fait Hollande. Bref, Hollande nous a trompés, nous a eus… C’est un sarkozy bis.
          Et je ne peux comprendre comment ces deux la peuvent penser a se représenter, c’est inouï !! . Je ne peux d’ailleurs pas comprendre que des gens pensent ne serait ce qu’une seconde a re voter pour l’un des deux. Qu’est ce qui se passe dans la tête des gens ? C’est quoi le filtre de lecture du monde qu’ils ont. Que lisent.ils ? Ils lisent BHL a longueur de journée ? Ces deux la devraient se retirer de la politique, comme d’autres devraient le faire de l’écriture politique, mais ils ne le feront pas. Ils sont tous co-responsables de ce massacre.

            +6

          Alerter
  • pratclif // 15.11.2015 à 08h09

    C’est un élément du puzzle qui démontre que le seul moyen de lutte contre le terrorisme est le renseignement la police et le système judiciaire ainsi que le contrôle des frontières. Il ne traite pas de l’origine de ce terrorisme jihadiste à savoir le salafisme, l’Arabie saoudite et la guerre de religion interne à l’islam. Pour cela voir pierre Conesa que vous nous avez fait découvrir aussi. Merci.

      +9

    Alerter
    • Alain C // 15.11.2015 à 09h03

      Renseignements et système judiciaires ne sont pas les seuls moyens.

      Le mieux serait de ne pas aller piller leurs pays, de ne pas massacrer leurs familles et d’une manière générale de ne pas se mêler de leurs affaires quand ils ne nous demandent rien.

      Par ailleurs, il serait tant de réviser la politique passoire qui est à l’oeuvre depuis 40 ans

        +24

      Alerter
    • Krystyna Hawrot // 15.11.2015 à 13h33

      Vous avez parfaitement raison: dès le début de la crise des réfugiés, on aurait du aider les Serbes et les Macédoniens à identifier un à un chaque réfugié pour repérer les djihadistes. On a laissé ces pays ruinés en face de dizaines de milliers de gens, et maintenant on les montre du doigt avec des articles du genre “le terroriste est passé par la Serbie”.

      Mais la Serbie et la Macédoine, qui ne sont en rien responsables de la guerre en Syrie, n’ont pas les moyens policiers et politiques de contrôler les Syriens! Pour savoir qui est qui, il aurait fallu collaborer depuis le début avec les services secrets de Bachar Al Assad… Mais bon, comme “Bachar Al Assad ne mérite pas de vivre sur terre” (dixit notre ministre des affaires étrangères) on paye triplement la connerie les USA et de notre classe politique!

      Bien sur qu’il faut un contrôle aux frontières, c’est totalement élémentaire!Les gens pensent que “contrôle aux frontières” égale soviétisme et totalitarisme. Cela ne veut pas dire qu’on ne pourra pas voyager mais qu’on devra juste montrer son passeport… ! Il n’y a qu’à voir comment font les Russes et les Américains – eux contrôlent leur frontière!

        +13

      Alerter
      • latelle // 15.11.2015 à 20h48

        <> OUI et eux comme nous ont eu droit aux attentats, le 11 septembre et les attentats du métro russe de vous disent rien?
        Controller les frontières est moyen non efficace contre le terrorisme et en plus de cela une idée démago de l’extrême droite. Croyiez-vous vraiment que les contrôles de passeport vont arrêter les terroristes?
        La solution a été déjà dite : Renseignements et système judiciaires. Mais surtout la coopération du Renseignements et système judiciaires entre les états. Pour l’instant seul Interpol joue se rôle. Au niveau européen il y a absolument rien de concret. De la faute de nos gouvernement qu’ils ne veulent pas de coopération en Europe.
        Le premier pays que travers les terroristes est la Turquie, or cette dernière considère que les kurdes sont le problème numéro 1, aucun contrôle de la frontières avec la Syrie, qui elle est une vrai passoire la vrai pas celle de la France. Or le périple du terroriste continue à travers la Grèce, la macédoine, la Serbie, tous des pays n’ayant pas les moyens financier pour contrôlez l’afflux de migrants. Le premier pays de l’Union européenne est la Hongries qui veut pas gérez tous seuls le problème qui se comprends, et donc les laisse passez ainsi de suite. Si on avait une vraie coopération entre états, on aurait stoppé les migrants dès l’entrée en Grèce, le fichage des extrémistes déjà effectuer.
        Or on continue de croire que le problème est national alors qu’il est global. Or pour résoudre un problème global il faut agir globalement.

          +1

        Alerter
    • Wilmotte Karim // 15.11.2015 à 17h39

      Non, le renseignement et la justice ne sont qu’un des moyens.
      Il faut avancer sur tout les fronts.

      Cfr:
      “Dans une situation de crise économique et morale, leur maîtrise d’internet qui ne date pas de hier leur a permis de répandre leur idéologie sans que personne ne songe jamais à l’entraver au nom de la liberté. Ils touchent des proies faciles : ces gens qui n’ont plus de perspectives, de rêves, de caps, que la société de consommation a laissé en marge.”

        +0

      Alerter
  • couci couça // 15.11.2015 à 08h29

    Témoignage très intéressant , très complet , de Marc Trévidic , (merci les crises) qui donne à réfléchir .

    Cela dit je ne suis pas du tout certain que l’E.I vise spécialement notre pays :
    Son combat va bien au delà les frontières et les frontières idéologiques .
    C’est une croisade sans merci et les attentats peuvent frapper n’importe qui et où “en occident”, jugé décadent .( exemple de décadence : la musique au Bataclan).

    Effectivement notre pays est très vulnérable : passoire , engagé mais pas assez fort , riche (actuellement) pour se protéger .
    Pour l’instant c’est donc : à tous les coups on perd ,même si l’on ne fait rien de ça je ne doute pas .

    La solution est donc ailleurs : politique pure ? je ne le crois pas : négocier quoi avec qui ?
    Elle réclame fermeté union et une détermination forte de la communauté internationale incluant naturellement la Russie .

    Je ne crois pas du tout à l’avis : “mais qu’allions nous faire dans cette galère ?.
    Pas plus qu’au pacifisme dans les années 1935.

      +3

    Alerter
  • Macarel // 15.11.2015 à 08h47

    Quand j’entends que l’ennemi c’est le terrorisme, je pense à Georges Orwell, car il ne faut pas confondre les causes et les effets.

    Le terrorisme est la conséquence du chaos qui existe dans une grande partie du monde, des injustices qui y existent, chaos que malheureusement nos interventions “humanitaires” ont souvent précipité. Les flots de réfugiés sont aussi une conséquence de ce chaos.
    .

    Bien sûr dans l’urgence il faut nous défendre contre le terrorisme, et combattre les assassins (effet), mais sur le plus long terme nous n’en sortiront pas si notre combat principal n’est pas celui contre les injustices (causes).
    A commencer par l’injustice faite au peuple palestinien.

      +33

    Alerter
    • francisco // 15.11.2015 à 13h44

      Bonjour
      Oui mais non … sur toute la ligne!
      Vous commencez par Orwell … et vous avez faux. Lisez ses mémoires et vous comprendrez mon mail! Lui, au départ d’une situation, se moquait des causes mais était pragmatique (à l’anglaise donc) et agissez en fonction de ses préférences et analyses bien à lui.
      Vous enchainez avec le terme chaos, mais désolé, en science la terminologie “chaos” n’a jamais signifié “n’importe quoi”! il s’agit tout simplement de règles scientifiques ” admises à un moment donné, voire prouvées à ce moment d’un temps choisi”, qui dans une (ou des) expérience(s) donnée(s) – donnée car pour le démontrer scientifiquement = il y faut des constantes bien établies – montrent que “désolé, mais les explications actuelles fournies par la science ne sont pas suffisantes voire en contradiction” – Transférez ce terme dans le domaine public, sans aucune précaution de langage = aider les plus extrémistes de la pensée humaine dans leur conquête personnelle du pouvoir (simple application des connaissances actuelles de la neurologie du cerveau dans les espèces sociales mammifères face au désir de “régner” comme chef, compte tenu du comportement usuel des espèces biologiques sociales) et revient donc à admettre les choses (à la Platon) au lieu de remettre en cause les fondamentaux problématiques imposés par notre ADN, et donc tout ce qui, globalement ne va pas de nos jours.
      Après, oui, bien vue ce que vous écrivez …. sans traiter les causes réelles nous n’interviendrons que sur les effets qui importent dans notre vie d’un moment! … Sauf que personne n’a de solutions, car les changements de phase en physique mathématique, se caractérisent par une impossibilité pour notre cerveau de voir, de comprendre,de démontrer, d’analyser donc … bref, de tenter une autre solution! Comme le disaient les épicuriens, fa temps, vivez et faites de votre mieux suivant vos règles bien à vous…. car l’avenir (oui vous connaissez le fameux “carpe diem” qui n’est que le début d’une vieille phrase latine, vendue et tronquée par ceux qui dominent) … personne ne le connait! Il faut donc vivre et s’admettre (avec ses défauts et ses qualités) pour continuer à se supporter soi-même. ET oui nous ne sommes plus dans les 19 ème ou le 20 ème siècle, mais bien dans le suivant. Et, la science, nous démontre que nous ne sommes pas à la hauteur. Faire avec ou non, reste du domaine privé de l’espèce dominante. Problème, Cette espèce dominante tient à ses enfants ou petits- enfants mais rejette les autres en face (qui sont, biologiquement de la même espèce – comme les chiens donc qui descendent d’une seule espèce, le loup- ) et donc, au nom de sa race, accepte de massacrer ou maltraiter ce qui pensent moins faux, voire différemment. à l’aulne de leur vision personnelle d’un moment.
      Christian

        +2

      Alerter
  • LBSSO // 15.11.2015 à 08h54

    Certes,”Le pire est devant nous ” va rester.Le juge Trévidic a eu la remarquable modestie hier sur un plateau de télévision d’expliquer qu’il partageait avec beaucoup d’autres professionnels cette prévision.

    Il avait dans le Télégramme du 28 06 des propos moins repris me semble-t-il,car plus abstraits pour tout un chacun.Il proposait une solution pour éviter la réalisation d’une prédiction ,ce qui me paraît plus fort et intéressant:

    Trévidic:”il suffit de judiciariser plus tôt le renseignement”.

    Cette phrase a été prononcée dans le contexte de la loi sur le renseignement.Plus loin:

    Le Télégramme:”Pourquoi le gouvernement a-t-il malgré tout privilégié le renseignement ?”
    Trévidic:” Il ne peut pas contrôler le judiciaire. Le renseignement, sur lequel il a la main, si.”

    http://www.letelegramme.fr/bretagne/le-juge-trevidic-la-religion-n-est-pas-le-moteur-du-jihad-27-06-2015-10682946.php#

    Espérons que ,lundi, la réunion du Congrès sera ,au-delà des luttes d’attribution budgétaire entre ministères, l’occasion non pas de durcir des lois qui ont montré leur inefficacité mais l’occasion de faire preuve de réalisme (y compris en matière diplomatique…).

      +10

    Alerter
    • Papagateau // 15.11.2015 à 20h47

      Extrait du lien du commentaire ci-dessus :
      C’est lourd de sens ! Le renseignement, c’est la police du roi, le fait du prince ?
      Dans 95 % des cas, tout va bien. Le problème en renseignement, c’est le conflit d’intérêts : quand un dossier entrave la bonne marche du service, risque de mettre en péril des relations avec d’autres services, ou gêne une personnalité proche de l’exécutif… Quel directeur, nommé par ce même exécutif, osera dire non ? Et sans aller jusque-là, on constate souvent qu’il y a un zèle naturel des services dans les dossiers auxquels le pouvoir prête une grande attention. L’inverse est aussi vrai. Et puis, il y a encore un autre danger. Quand le pouvoir exige une belle opération alors qu’une surveillance n’est pas mûre, qu’on manque de preuves, au risque de tout foutre en l’air. Je l’ai vu ! Dans un cas, un juge a malgré tout refusé. Le pouvoir a alors lui-même sabordé la surveillance, en informant les individus qui étaient de vrais dangereux ! Tout ça pour forcer la main du juge !

        +3

      Alerter
  • Astatruc // 15.11.2015 à 08h56

    Bonjour pratclif,

    ” le seul moyen de lutte contre le terrorisme est le renseignement la police et le système judiciaire ainsi que le contrôle des frontières. ”

    Je ne partage pas vortre avis, le seul moyen est d’arrêter de convoiter des pays pour leurs matétruire, de virer les dirigeants qui font une politique favorable à leur peuple, il nous faut respecter les cultures, les peuples, ne pas pratiquer l’ingérence, et arrêter de copier les USA;
    Plus de surveillance ne servirait à rien qu’à nous mettre dans un climat continuel de peur.Peur qui conduit certaines personnes à agir de manière irréfléchie, ou en “meute” ce qui est pire.

    Enfin, ça n’est que mon avis.
    Cependant, je suis d’accord avec vous sur les frontières et le système judiciaire.

      +9

    Alerter
  • Sébastien // 15.11.2015 à 08h59

    Tout ce que dit ce juge est exact mais n’expose pas les causes. La politique étrangère récente de la France n’est qu’une étape de plus vers le Nouveau Désordre mondial. Tout le terreau duquel émergent ces entités a été soigneusement préparé et cultivé. En vrac:
    -Américanisation et la ghettoisation de la société française: communautarisme, d’où:
    -Création&Développement (oui, comme dans un laboratoire) de la haine anti-française grâce à S.O.S. racisme (Il faut sauver la racisme…Ben oui, bizarrement ces drôles d’idées et ces problèmes n’existaient pas avant. Pourtant le colonialisme, ça commence à dater un peu, et ce n’est pas d’aujourd’hui qu’on exploite les pays pauvres.).
    -Apologie du rap, véhicule des anti-valeurs: fric, femme-objet, posture de rebelle mais consommateurs compulsifs, victimisation (permettant tous les délires d’auto-défense et de vengeance), défiance de tout ce qui pourrait représenter une quelconque autorité, bien que se soit précisément les mêmes qui aient porté aux nues “les racailles” depuis 40 ans (sacré Jack Lang…).
    -Choix conscient de faire monter l’islam contre le catholicisme au nom de la laïcité. Absence total d’idéal spirituel et d’avenir dans une société hyper-matéraliste engendrant les pires frustrations.
    En gros, tout éclate au grand jour en même temps, plus le fait, conscient ou conscient, d’avoir été pris pour des cons aussi bien ici que là-bas, tiraillés et déchirés entres deux mondes, leur issue est de partir en se faisant littéralement “déchirer”. La logique poussée jusqu’à son terme.
    Tout ceci n’a strictement RIEN à voir avec l’Islam, qui est utilisé à des seules fins d’horizontalisation des conflits (Les islamistes s’empressent de persécuter les Chrétiens, tiens, tiens…). Ces gens ne savent tout simplement plus ce qu’ils sont après des décennies de déstructuration méthodique, et en plus, maintenant, on les accuse d’en être responsable. Plus machiavélique, tu meurs…Vraiment.
    Puisque la musique devrait adoucir les moeurs (sauf le rap…), réécoutons Balavoine, qui n’aurait certainement pas eu la langue dans sa poche aujourd’hui, contrairement aux autres qui rasent les murs.

      +18

    Alerter
    • lm bernard // 15.11.2015 à 10h02

      Bonne analyse des facteurs internes (cf Zemmour),pour les facteurs externes on risque de tomber rapidement dans le nexus causal qui finit par… Shoah.
      La “raison suffisante” comme dirait Leibniz est en Israël,un état illégitime,De Gaulle en son temps avait résumé “un état sûr (de lui) et dominateur.
      Les lois du déterminisme sont nécessaires (et parfois suffisantes),sans règlement (et il n’ y en aura pas) la cause finale sera apocalyptique.

        +5

      Alerter
  • Gribouille // 15.11.2015 à 09h03

    On constate que le terreau du terrorisme repose sur les postures des occidentaux qui sont présentées aux populations comme irréprochables et exemplaires par la classe politique et par nos médias, alors qu’elles reflètent un parti pris évident.
    Prenez l’Iran que l’on sanctionne pour vouloir acquérir la bombe atomique au nom de la non propagation de la bombe nucléaire. Tout le monde sait qu’Israël a la bombe atomique mais on fait semblant de l’ignorer. Et la France devrait être la première à se montrer tolérante car De Gaulle n’a jamais demandé la permission aux Etats-Unis pour se doter de l’arme nucléaire. C’était à l’époque pour la France, une question de souveraineté nationale.
    Prenez l’annexion de la Crimée par la Russie que l’on sanctionne au nom du droit international. Israël annexe la Cisjordanie sous nos yeux. Et les occidentaux ne réagissent pas. Je remarque que la Russie a donné un passeport Russe aux habitants de la Crimée. Quant à Israël, elle relègue les palestiniens à un statut de sous-citoyen, voire de clandestin dans leur propre pays.
    Arrêtons de nous mentir en nous présentant comme le camp du bien. Nous sommes au contraire les premier à véhiculer l’injustice à travers le monde. Nous sommes en fait les premiers recruteurs des terroristes qui viendront se venger sur notre sol.

      +28

    Alerter
    • Alain C // 15.11.2015 à 09h10

      “Prenez l’annexion de la Crimée par la Russie”

      Il n’y a pas eu d’annexion de la Crimée par la Russie.

      La Crimée a CHOISI son rattachement à la Russie par un référendum populaire à 90% de oui !

      Mais c’est vrai qu’en France, les référendums…..

        +17

      Alerter
    • Perekop // 15.11.2015 à 10h43

      “Je remarque que la Russie a donné un passeport Russe aux habitants de la Crimée. Quant à Israël, elle relègue les palestiniens à un statut de sous-citoyen, voire de clandestin dans leur propre pays.”

      hého, un peu de lucidité svp : les habitants de Crimée sont dans leur écrasante majorité des Russes qui n’auraient jamais dû cesser de l’être (si 1) Lénine et sa joyeuse équipe n’avaient pas créé l’Ukraine presque ex-nihilo, si 2) Khrouchtchev n’avait pas décidé, d’un trait de plume parfaitement illégal même au vu de la Constitution soviétique, de faire cadeau de la Crimée à ce pays fantoche et si 3) Eltsine avait eu l’intelligence minimum de rectifier cette monstruosité politique).

      Votre comparaison, pour bien intentionnée qu’elle soit, est absurde. Vous êtes nouveau sur les Crises ?

        +10

      Alerter
  • Joanna // 15.11.2015 à 10h08

    Cette mise en garde (ce n’était pas la seule et toutes disaient la même chose) n’a surement pas été prise au sérieux
    – d’une part par la majorité de la population qui ne s’intéresse qu’aux sujets dont veulent bien traiter les télés, ceux qui vont chercher sur internet ce qu’on nous cache étant encore minoritaires (mais ça progresse)
    – d’autre part par le gouvernement et la grande majorité des élus obnubilés sans doute par le fait de se faire élire ou réélire en décembre

    Un gouvernement digne de ce nom ne doit-il pas anticiper – gérer c’est prévoir – et mettre en oeuvre des actions efficaces pour protéger les populations ?
    Or non seulement ils ne le font pas mais encore ils se sont ridiculisés ces jours derniers en prétendant être efficaces avec cette histoire du mec qui avait acheté une cagoule et un couteau.

    On ne me fera pas croire qu’ils ne savaient pas l’imminence des attaques, on en déduit qu’ils nous mentent sciemment – c’est pas une nouveauté – et sont même dans le déni constant. Et bien entendu il ne faut pas compter sur eux pour lever le voile sur le dessous des choses. Pour moi c’est le signe d’une incapacité manifeste à faire face à cette situation car il est bien entendu hors de question pour eux de faire leur auto critique.

    Leur réaction est en effet du même type que pour les questions économiques : pas question de changer de politique, ils persistent et signent. Je pense qu’on peut qualifier de « représailles » ce qu’ils annoncent.
    Alors … un peu plus de bombardements en Syrie, surement de quoi attirer encore un peu plus les foudres venues d’ailleurs. Si notre gouvernement s’engage là-dedans seulement il me parait évident que sa responsabilité sera fortement engagée pour les nouvelles victimes civiles à venir sur notre sol. Et il deviendra urgent d’envisager son remplacement.

    Et puis, point non abordé par le juge, il va sans doute falloir reparler du rôle joué par l’Arabie saoudite et le Qatar et de la politique de la France à leur égard.

      +11

    Alerter
  • Pirot // 15.11.2015 à 10h53

    Sarkozy, éhonté, a repris sa propagande atlantiste comme si de rien n’était. Le créateur du terrorisme libyen, le boute feu des printemps arabes créés par la Cia revient en force…BHL va nous faire une déclaration officielle je vous parie. Ces types doivent disparaitre de la scène politique française. Pas physiquement hein. Mais ils menacent tous les jours directement la vie des citoyens français. Il faut traiter la cause, notre allégeance aux Etats Unis et non les effets seuls.

      +19

    Alerter
  • Sébastien // 15.11.2015 à 11h28

    En attendant, il faudrait exiger la démission du gouvernement et du chef de l’Etat.
    Je dis bien: ce devrait être la requête minimum.

      +10

    Alerter
  • Alae // 15.11.2015 à 11h32

    “Le pouvoir exécutif veut avoir des services de renseignements tous puissants sur lesquels il a la main. Les juges spécialisés et leur liberté d’agir ont été écartés. C’est confortable pour un gouvernement, dangereux pour la société.”

    La blague de Groucho Marx prend tout son sens, “La politique est l’art de chercher les embêtements, d’en trouver partout, de les diagnostiquer de travers et de mal leur appliquer le mauvais remède.”

    Sauf que là, nous sommes arrivés à un point où l’incompétence devient meurtrière.

      +3

    Alerter
  • Charlie Bermude // 15.11.2015 à 11h48

    Je vais faire un paralléle , avec d’autres attentats terroristes , pour mieux me faire comprendre , et comprendre si’ils s’agit là d’éléments de négociations : ceux ayant survenus du temps de Chirac , commandités , c’est clair maintenant par l’Iran au sujet de la livraison (ou remboursement ) de centrales nucléaires par la France . Chirac avait été le principal promoteur de ce contrat , mais nuance importante , à mon avis du temps du chah et non des ayatollas . Alors que l’arrivée de Khomeiny le fut du temps de Giscard . Il existe là des choix politiques qui n’ont jamais fait l’objet d’un débat public et qui a chaud étaient complétement ignorés .
    Pour en revenir à cet article , j’y retiens trois éléments qui peut étre indiquent les enjeux actuels :
    – le caractére colonial Français , source du ressentiment des terroristes , je traduirai celà par une volonté de maintenir les frontiéres de la Syrie ( et du Liban) , donc à l’encontre des objectifs US et Emiratis .
    – l’innefficaté intérieure et extérieure : l’objectif affiché du départ d’Assad et d’une opposition modérée étant manifestement utopique .
    – l’évincement de ce juge , malgré sa compétence .
    Il se pourrait que des trois éléments soient cohérent avec les vrais objectifs du gouvernement , savoir le maintien d’Assad dans les frontiéres actuelles à l’encontre des contrats d’alliance affichés . Les attentats venant maintenir une opinion en faveur de cet objectif qui n’est pas celui des sponsors du Golfe et d’outre Atlantique , ni méme d’un certain Israel .
    Ces attentats venant rappeler au gouvernement ces intentions affichéés et les termes du contrat initial sont eux mémes utilisés à l’encontre de leur but .
    Il me parait assez évident que les derniers attentats sont coordonnés et commandés à haut niveau .Leur attribuer , un sentiment anti-colonial me parait un peu cours .

      +2

    Alerter
  • dupontg // 15.11.2015 à 17h52

    depuis que bruxelles ,sur les conseils de monsanto,a interdit la vente de chlorate de soude dans toute l’europe,les risques d’attentat à la bombe sont considerablement diminués

      +2

    Alerter
  • elchato // 15.11.2015 à 18h16

    Ce juge n’a pas sa langue dans sa poche, il a balancé sur France 2

    https://www.youtube.com/watch?v=Oz0WKTmmTxs

      +2

    Alerter
  • Furax // 15.11.2015 à 18h35

    Je le répète souvent : le traité de Versailles n’est pour rien dans la volonté de revanche denl’Allemagne. C’est un leurre, un prétexte.

    L’Allemagne a eu sa revanche parce qu’elle en avait la capacité et la volonté. Ce que l’Allemagne a haï, c’est la défaite quelles qu’aient été les clauses du traité de paix.

      +5

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications