Les Crises Les Crises
7.octobre.20157.10.2015 // Les Crises

[Not Bon’ Maitr’] Air France : Sans-culottes 1 / Sans-chemises 0

Merci 2
J'envoie

Loin de moi l’idée de vouloir justifier des violences physiques, surtout qu’elles ont sévèrement touché des personnes (rassurez-vous, c’étaient surtout des vigiles, pas des dirigeants… – je précise, vu que personne n’en parle), mais le traitement médiatique de ce qui n’est quand même qu’un fait divers – la « pov’ chemise déchirée à Not Bon’ Maitr’ – était quand même très étonnant, comme si virer 2 900 personnes dans le contexte actuel n’était pas aussi une petite « violence » (non, pardon, c’est juste du « dialogue social », merci Macron), et c’est bien connu que le chômage ne finit jamais mal… (dépressions, violences, suicides…).

C’est à peine si on a parlé du point de vue des salariés, sans se demander pourquoi une infime poignée en était arrivé là (et à voir la vidéo de la salariée, on commence à comprendre) – ce qui ne veut pas dire non plus que tous les salariés sont sans reproche…

Je n’ai pas creusé le sujet Air France, mais il ne semble pas si compliqué : une compagnie, ce sont des avions + du kérosène + des droits aéroportuaires + du personnel. La concurrence par les coûts entre compagnies du même type ne se fait donc que sur les frais de personnel, et c’est donc la prime au moins-disant social, d’où Qatar Airways and co. Donc ou on protège raisonnablement notre compagnie nationale, ou elle mourra, c’est un choix.

Après, une chose me fait toujours rire : la réaction des pro-patrons qui hurlent toujours devant les avantages des pilotes. Or une compagnie est peut-être la SEULE entreprise où des salariés ont un pouvoir très important, et donc ils ont évidemment obtenu de gros avantages – peut-être fondés, peut-être pas (comme le salaire du pilote n’est pas encore 10 % du billet, moi je suis content qu’il soit très bien payé, heureux et tout et tout, pour qu’il m’amène à bon (aéro)port). Ça scandalise donc les « libéraux », mais ils sont tout à fait d’accord avec la situation exactement contraire dans 99,9 % des entreprises, où c’est le patron qui a le pouvoir – là ce n’est jamais de l’abus des actionnaires, c’est une « gestion saine et responsable ».

Arrivera-t-on un jour à avoir des médias mesurés, expliquant la complexité des choses, même si c’est moins « vendeur » ?

Air France. Le choc après les violences qui ont fait sept blessés

Source : Ouest France, le 6 octobre 2015.

Le directeur d'Air France à Orly, Pierre Plissonnier, lui aussi évacué après que sa chemise lui a été déchirée par des manifestants

Le directeur d’Air France à Orly, Pierre Plissonnier, lui aussi évacué après que sa chemise lui a été déchirée par des manifestants | AFP

Alors que le CCE de l’entreprise annonçait des mesures, des salariés sont entrés aux cris de « De Juniac, démission ». Le DRH qui présentait le plan B a eu sa chemise arrachée.

Les incidents lors du CCE ont fait sept blessés, dont un grave. Il s’agit d’un vigile, qui est sorti du coma en fin d’après-midi. Le président François Hollande a réagi mardi et condamné des violences « inacceptables ».

Deux vigiles figurent parmi les blessés. Les cinq autres blessés sont tous des salariés d’Air France: le DRH Xavier Broseta, Pierre Plissonnier, responsable de l’activité long courrier à Air France, et trois autres membres de la direction.

Le président d’Air France, Frédéric Gagey, estime que les incidents « ne sont en aucun cas le vrai visage d’Air France ». Les syndicats ont majoritairement souhaité lundi soir que l’État s’engage plus dans les négociations.

Le DRH « choqué » et « déçu »

Le directeur-général adjoint chargé des ressources humaines (DRH) à Air France, Xavier Broseta, s’est dit « choqué » et « déçu » après avoir été violemment pris à partie lundi, mais a refusé que « l’opprobe soit jeté sur l’ensemble du personnel ». « Je suis choqué et déçu à titre personnel, mais je ne voudrais pas que l’opprobre soit jeté sur l’ensemble du personnel d’Air France », a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse ce lundi après-midi.

« J’ai reçu des témoignages de sympathie par centaines de la part de représentants syndicaux et de collègues », a-t-il ajouté, en estimant qu’il sera « possible de continuer le dialogue social ».

Scandalisés

L’incident avait eu lieu dans un comité central d’entreprise (CCE) extraordinaire a débuté à 9h30 au siège d’Air France à Roissy, où la direction présente officiellement son plan de restructuration et détaille ses conséquences sur l’emploi.

Le CCE est pour l’heure interrompu par une manifestation dénonçant des mesures drastiques. Selon les syndicats, le comité central d’entreprise d’Air France ne reprendra pas ce lundi. Cependant, la direction se déclare prête à reprendre les négociations avec les syndicats.

Le Premier Ministre Manuel Valls et le secrétaire d’Etat aux Transports Alain Vidalies se sont dit« scandalisés » par ces violences.

Air France porte plainte pour « violences aggravées »

Dans la matinée, des salariés d’Air France en colère ont malmené leur directeur des ressources humaines (DRH) après avoir envahi le comité central d’entreprise (CCE) qui discutait de mesures drastiques pour la compagnie.

Le DRH, Xavier Broseta, présentait ce « plan B » décidé par la filiale d’Air France-KLM à la suite de l’échec des négociations avec les syndicats, s’est enfui de la salle de réunion au siège d’Air France à Roissy, torse nu après s’être fait arracher sa chemise.

Le directeur d'Air France à Orly, Pierre Plissonnier, lui aussi évacué après que sa chemise lui a été déchirée par des manifestants

Le directeur d’Air France à Orly, Pierre Plissonnier, lui aussi évacué après que sa chemise lui a été déchirée par des manifestants | AFP

Air France va déposer plainte pour « violences aggravées » dont ont été victimes lundi des membres de sa direction après l’interruption d’un comité central d’entreprise (CCE) par une centaine de salariés, a déclaré un porte-parole de la compagnie.

Le directeur d'Air France à Orly, Pierre Plissonnier, lui aussi évacué après que sa chemise lui a été déchirée par des manifestants

Le directeur d’Air France à Orly, Pierre Plissonnier, lui aussi évacué après que sa chemise lui a été déchirée par des manifestants | AFP

« La direction d’Air France condamne fermement les violences physiques qui se sont déroulées en marge du CCE après qu’il a été interrompu », a dit un porte-parole de sa maison mère, Air France-KLM, sans confirmer l’identité des personnes visées.

« Ces violences sont le fait d’individus isolés particulièrement violents, alors même que la manifestation des personnels grévistes se déroulait jusqu’alors dans le calme », a-t-il ajouté.

Frédéric Gagey, Le PDG d’Air France, avait quitté la salle avant son envahissement par une centaine de salariés au bout d’une heure de réunion, entraînant l’interruption du CCE, ont également précisé des responsables syndicaux à Reuters. Air France n’a pas souhaité faire de commentaire dans l’immédiat.

Une manifestation d’au moins 500 personnes depuis ce matin

Plusieurs centaines de salariés sont entrés aux cris de « De Juniac démission » (Alexendre de Juniac, PDG du groupe Air France KLM) et « On est chez nous ».

Plus de 500 personnes avaient commencé à manifester à 10h devant le siège, selon une source aéroportuaire. « Gagey dégage », « Le plan D? Démission de la direction » ou « Valls arbitre vendu! » pouvait-on lire sur les pancartes tenues par des salariés vêtus de leur uniforme.« Direction irresponsable » ou encore « ras-le-bol d’être mis les uns contre les autres », criaient certains devant les fenêtres du siège.

Suppression de postes, de lignes et annulation de commandes

De source syndicale, Air France a annoncé d’ici 2017 la suppression de 1700 emplois au sol, 900 chez les hôtesses et stewards et 300 chez les pilotes, confirmant le chiffre de 2900 postes au total sur les quelque 52 500 que comptait l’entreprise fin 2014.

Le CCE confirme également la suppression de 14 avions de sa flotte long-courrier (5 en 2016 et 9 en 2017). Son activité long-courrier serait ainsi réduite de 10% d’ici 2017. La compagnie dispose actuellement de 107 avions sur ce réseau, actuellement déficitaire pour moitié. En 2017, Air France fermera par ailleurs cinq lignes, en Inde et en Asie du sud-est, ont indiqué plusieurs sources.

Un comité central d'entreprise (CCE) extraordinaire a débuté à 9h30 au siège d'Air France, où la direction présente officiellement son plan de restructuration et détaille ses conséquences sur l'emploi

Un comité central d’entreprise (CCE) extraordinaire a débuté à 9h30 au siège d’Air France, où la direction présente officiellement son plan de restructuration et détaille ses conséquences sur l’emploi | AFP

L’entreprise souhaite aussi annuler sa commande de Boeing 787, réduisant ainsi sérieusement sa voilure.

Trois syndicats (CGT, FO et Unsa) au niveau national, et la CFDT, dans le Sud, ont appelé à la mobilisation, mais le taux de grévistes demeure inconnu, certains agents optant pour quelques heures de grève, d’autres pour la journée, a expliqué samedi la compagnie.

Air France a estimé que « l’ensemble de ses vols serait assuré », sans exclure « quelques retards », notamment à l’enregistrement.

Echec des négociations avec les pilotes

Ce lundi, la direction devait officiellement faire part de sa décision de mettre en oeuvre dès 2016 un nouveau plan de restructuration au Comité central d’entreprise (CCE), réuni au siège de la compagnie à Roissy. Les représentants du personnel devraient, eux, lancer une procédure « d’alerte » sur le futur plan.

Vendredi, la direction avait déjà esquissé en conseil d’administration les grandes lignes de ce projet, amené à remplacer l’initial Perform 2020, après « l’échec des négociations » avec les pilotes sur de nouvelles mesures de productivité.


Dérapages à Air France : « Ces agissements sont l’oeuvre de voyous » dixit Valls

Source : Midi Libre, le 6 octobre 2015.

Dérapages à Air France : "Ces agissements sont l'oeuvre de voyous" dixit Valls

Manuel Valls était en fin de matinée au siège d’Air France.

Manuel Valls a déclaré mardi que les violences commises la veille contre des membres de la direction d’Air France étaient « l’oeuvre de voyous » qui méritaient des sanctions « lourdes ».

« Je suis venu ici à Air France parce que Air France est sous le choc et quand Air France est sous le choc, c’est toute la France qui est sous le choc », a affirmé le Premier ministre depuis le siège social de la compagnie à Roissy, devant notamment les deux dirigeants agressés lundi en marge de la réunion du comité central d’entreprise d’Air France.

« On cherche à les humilier »

« Rien ne peut justifier de tels agissements. Ces agissement sont l’oeuvre de voyous. La justice devra identifier ceux qui se sont livrés à cette violence inqualifiable. La violence est inadmissible dans notre société. Elle doit être condamnée et il faudra des sanctions lourdes à l’égard de ceux qui se sont livrés à de tels actes », a affirmé le Premier ministre. « Quand on s’attaque physiquement à des hommes, qu’on cherche à les humilier, avec une foule, ça n’a rien à voir avec la difficulté que connaît une entreprise », a encore dit Manuel Valls, venu témoigner son « soutien », sa « solidarité » et son « affection » envers des personnes victimes de ces violences.

Il n’y a pas à dire, il y a du Jules Moch dans cet homme – le « focialisme » ne meurt jamais…

Hollande pour un « dialogue social apaisé », Sarkozy dénonce la « chienlit »

Le président François Hollande a dénoncé mardi les violences « inacceptables » commises la veille contre des dirigeants d’Air France, qui peuvent avoir des « conséquences sur l’image, sur l’attractivité » de la France. « Ca compte, le dialogue social. Et quand il est interrompu par des violences, des contestations qui prennent des formes inacceptables, on voit ce que ça peut avoir comme conséquences sur l’image, sur l’attractivité » du pays, a-t-il déclaré lors de l’inauguration de l’Ecole nationale supérieure maritime, au Havre.

Le chef de l’Etat en a profité pour prôner un « dialogue social apaisé ». Il faut, a-t-il souligné, « un dialogue responsable avec un patronat qui prend les décisions qui sont attendues et des responsables syndicaux qui jouent la carte, la seule possible, celle du compromis et de la négociation ».

Nicolas Sarkozy a estimé mardi devant les députés Les Républicains que les incidents à Air France marquaient « la chienlit, le délitement de l’Etat », selon des propos rapportés par plusieurs parlementaires. « Nous ne sommes pas en 1793. Nous ne pouvons pas accepter que deux dirigeants soient au bord de se faire lyncher par des hommes en tenue de syndicaliste, avec des syndicats qui ont pignon sur rue et qui ont tous appelé à voter pour François Hollande en 2012 », s’est emporté l’ancien chef de l’Etat lors de la réunion du groupe Les Républicains à l’Assemblée.

« Plus rien n’est respecté, rien ne semble plus respectable », a dénoncé M. Sarkozy, évoquant pêle-mêle le conflit social à Air France, le mouvement de grève des médecins ainsi que la fusillade au cours de laquelle un policier a été grièvement blessé en Seine-Saint-Denis. A propos de cette fusillade et du policier blessé, M. Sarkozy a lancé: « Que peut penser sa famille ? Comment peut-on autoriser une permission à un détenu avec un tel pedigree ? ». Le président de Les Républicains a aussi abordé la crise de l’élevage: « Les cours s’effondrent et que fait le gouvernement ? ». « C’est la chienlit, c’est le délitement de l’Etat », a résumé l’ex-chef de l’Etat, en faisant référence à une phrase du Général de Gaulle lors des manifestations de mai 1968 .

L’image de la France entachée

Le chef du gouvernement a estimé que les images des dirigeants d’Air France agressés « font mal à notre pays » car elles « jouent sur l’image d’Air France et de la France ». « Chacun comprend bien que ces images d’hier ont fait le tour du monde, ont non seulement choqué nos compatriotes, soulèvent de légitimes débats, mais jouent sur l’image d’Air France et de la France, comme l’a rappelé le président de la République. Je sais combien la France est appréciée dans le monde. Je reviens tout juste d’un déplacement au Japon. L’image de la France change. Mais je sais aussi qu’une image de ce type, la violence à l’égard d’homme, est exploitée. Je sais aussi que cette image fait mal à notre pays », a déclaré le Premier ministre.

« Chacun doit prendre ses responsabilités »

« Le gouvernement, l’Etat, soutient Air France qui a besoin de relever des défis considérables, ceux tout simplement de la concurrence (…) », a encore dit Manuel Valls, en appelant à la « responsabilité des pilotes et du SNPL », le syndicat national des pilotes de ligne, dans la résolution de la crise. « L’Etat assume et assumera ses responsabilités. Mais la solution pour Air France vient d’abord de l’entreprise elle-même », a déclaré le Premier ministre. « Chacun doit prendre ses responsabilités, doit être lucide sur la situation d’Air France. C’est l’avenir de la compagnie qui est en jeu ».

Incidents Air France : ouverture d’une enquête en flagrance

Une enquête en flagrance a été ouverte après les violences lors du comité central d’entreprise (CCE) d’Air France lundi au siège de la compagnie à Roissy (Val-d’Oise), a-t-on appris mardi auprès du parquet de Bobigny. La compagnie aérienne a porté plainte lundi soir pour « dégradations » et « entrave au déroulement du CCE », a déclaré le parquet joint par l’AFP.

Un porte-parole de la direction d’Air France, qui avait annoncé dès lundi son intention de saisir la justice, a précisé que cette plainte visait aussi des faits de violences aggravées. L’enquête a été confiée à la police aux frontières, compétente en zone aéroportuaire. Deux autres plaintes de personnes physiques ont également été enregistrées mardi matin par le parquet de Bobigny et concernent un cadre et un responsable des affaires sociales d’Air France, molestés lors du CCE, selon la même source.

En tout, selon la direction de la compagnie, cinq cadres de l’entreprise, dont le directeur des ressources humaines Xavier Broseta et Pierre Plissonnier, directeur des ressources humaines de l’activité long courrier, ont décidé de porter plainte. Lorsque des manifestants ont fait irruption en pleine réunion du CEE, Xavier Broseta s’est retrouvé torse nu, chemise déchirée, avant de s’échapper en escaladant un grillage. Pierre Plissonnier a été malmené de la même manière. Ces violences ont fait au total sept blessés dont un grave, un vigile, selon un porte-parole de la compagnie aérienne.


Le cri du coeur d’une salariée d’Air France en colère

Source : Alexandre Arlot, pour Le Parisien, le 6 octobre 2015.

Postée dans la nuit de lundi à mardi, la vidéo de cette salariée d'Air France en colère qui interpelle lundi matin des responsables de la compagnie a déjà été vue plus de 650 000 fois.

Postée dans la nuit de lundi à mardi, la vidéo de cette salariée d’Air France en colère qui interpelle lundi matin des responsables de la compagnie a déjà été vue plus de 650 000 fois.

Au lendemain des débordements qui ont émaillé le comité central d’entreprise (CCE) d’Air France, lors duquel deux responsables de l’entreprise ont été pris à partie et déshabillés devant les caméras, une nouvelle vidéo tournée lundi matin est largement partagée sur les réseaux sociaux.

La violence physique laisse ici place à la colère émouvante d’une salariée, vraisemblablement une hôtesse d’accueil à en juger par son uniforme. Celle-ci évoque la violence, plus symbolique, des suppressions de postes annoncées plus tôt dans la matinée. La scène a été tournée quelques minutes après l’interruption du CCE et les incidents dont ont été victimes les deux responsables de l’entreprise. Selon l’auteure de la vidéo, une autre employée de la compagnie qui l’a postée sur Facebook, les employés présents n’étaient pas au courant des débordements qui venaient de se dérouler.

VIDEO. Conflit chez Air France : l’émotion d’une salariée

«On nous a demandé de faire des efforts, on les a faits, repète la femme à l’adresse de deux responsables d’Air France, le directeur des affaires sociales Pierre Mie et le directeur de cabinet du PDG Pierre-Olivier Bandet. Cela fait quatre ans que nos salaires n’ont pas évolué. Et c’est nous qui trinquons. Et on nous demande aujourd’hui d’être gentils et de comprendre ?»

La personne qui filme la scène fixe ensuite les deux responsables de la compagnie et demande à entamer une discussion avec eux. Pierre-Olivier Bandet esquisse un sourire gêné tandis que Pierre Mie se contente de répondre : «On n’est pas habilités, on n’est pas habilités». «Prenez-nous de haut, s’énerve la salariée quand certains de ses collègues se montrent vulgaires. Je touche 1 800 € par mois, c’est ça qui ruine Air France ?»

La direction «regrette l’interprétation qui a pu être faite de cette vidéo»

L’hôtesse en colère regrette ensuite que le plan de restructuration de la compagnie ait été dévoilé dans la presse. «C’est de la considération, ça ?, demande-t-elle au directeur des affaires sociales qui garde le silence. On n’est pas venu chercher le conflit messieurs, on n’est pas venu pour être violents, on n’est pas venu pour vous manquer de respect. On est venu pour voir des gens qui puissent nous apporter des réponses et avoir le sentiment, l’impression, d’être pris en considération. Juste ça. Mais même ça, vous ne pouvez pas nous le donner. Pourtant, nous on est fiers de le porter cet uniforme. Nous, on se bat pour notre compagnie.»

Face à la viralité de cette vidéo, qui comptabilisait près plus de 600 000 vues à 18 heures, Pierre-Olivier Bandet a réagi dans une vidéo publiée dans l’après-midi sur Youtube. «Je suis allé dans la salle du CCE pour deux raisons : comprendre ce qu’il s’est passé et aussi pour dialoguer avec les salariés présents. Je me suis d’abord entretenu avec les responsables des ressources humaines pour bien comprendre la situation. Je suis ensuite allé m’entretenir avec les salariés pendant un peu plus d’une heure. Je regrette l’interprétation qui a pu être faite de cette vidéo et je tiens à affirmer que, plus que jamais, la direction d’Air France place le dialogue social au coeur de ses priorités.»


La vision sociale du Président d’Air France

Pour mémoire, Alexandre de Juniac a vu sa rémunération augmenter de 72 % en 2014 (elle reste inférieure à la moyenne)

Repris de chez Charles Sannat

Qu’est-ce qu’on entend sur ces pauvres cadres dirigeants d’Air France qui se sont fait voler dans les plumes…

Pauvre petit DRH qui pensait qu’en mouillant la chemise pour supprimer le gagne-pain de 3000 personnes il ne risquait pas de la perdre!

J’ai tout de même, je dois le dire, bien ri quand j’ai entendu ces salariés en colère (ils vont perdre leur boulot) crier « A poil, à poil » joignant le geste à la parole.

Pas de quoi fouetter un chat et point de points de sutures en grand nombre…

Non, rien de bien méchant. Je note d’ailleurs l’absence de coup de fusil ou de fourche dans les arrières-trains de notre caste dirigeante.

Une caste dont le PDG de la même compagnie trouve parfaitement normal le travail des enfants… oui c’est nettement plus drôle que perdre sa chemise. Mieux vaut tuer à la tâche les minots…

Certains préfèrent l’humour des dominants… c’est ainsi. Vous n’avez pas de goût, vous, les manants….

Enfin, le boss d’Air France, qui a des pilotes pas faciles à diriger effectivement et sans doute responsables en partie de la situation, veut tout de même faire travailler les enfants et s’interroge doctement dans cette vidéo entre riches sur la « notion d’enfant » heuheuheu…. ou même de temps de travail, notion d’un autre temps (pas forcément faux), ou encore de retraite pourquoi pas à 90 ans… Quant aux grévistes, ici chez nous c’est pas comme au Qatar (une grande démocratie) où on emprisonne les grévistes…

Alors avec un patron pareil il est sur que côté climat social et dialogue l’ambiance doit être sacrément bonne… (ironique). Enfin, je trouve que sa prestation n’est pas à la hauteur de ce à qu’on pourrait attendre de la part d’un patron de cette envergure. Disons-le il est mauvais. Il s’agit tout de même du patron d’Air France… Il doit y avoir un degré d’exigence.

Charles SANNAT

(travail des enfants à 5’00, les grévistes en prison à 8’05)


La vente de Rafale au Qatar, coup dur pour Air France

Le Qatar avait mis une condition à l’achat de ces 24 avions : obtenir des droits de trafic supplémentaires vers la France pour sa compagnie aérienne, Qatar Airways. L’émirat a eu gain de cause. Les avions de Qatar Airways, qui desservent déjà Paris, pourront désormais atterrir à Lyon et à Nice, vraisemblablement trois fois par semaine. […]

Dans un communiqué, le syndicat national de pilotes de ligne d’Air France (SNPL) s’inquiète de la « mort à terme » de l’ensemble du secteur si de nouvelles lignes aériennes sont attribuées à Qatar Airways.

Le syndicat dénonce « la concurrence déloyale des compagnies du Golfe, qui touchent de la part de leur gouvernement des subventions colossales, estimées à plus de 40 milliards de dollars ces dernières années. »

« Le seul élément qui protège encore les compagnies aériennes européennes au sein d’une compétition absolument faussée, c’est la non délivrance d’autorisations de desserte supplémentaire des aéroports européens aux compagnies non respectueuses des règles de concurrence », souligne le SNPL.

A Lire ici


Des pilotes de Ryanair obligés de créer leurs propres entreprises défiscalisées en Irlande pour pouvoir travailler

À la différence d’Air France, qui a annoncé une vague de suppression d’emplois, la compagnie low cost Ryanair affiche une insolente santé financière et de faibles frais de personnel. Et pour cause : le système que dénonce un ancien pilote de Ryanair est scandaleux. Il a été contraint de créer sa propre entreprise immatriculée en Irlande pour travailler en tant que prestataire pour la compagnie à bas coûts, sans assurance maladie ni rémunération fixe. Il a décidé d’attaquer Ryanair en justice. Ce modèle se répand dans le secteur, un modèle qui a pour corollaire fraude fiscale et casse sociale.

A lire sur Bastamag


Petit florilège des médias

 

Amusant ce petit sondage (non représentatif) des lecteur du Midi Libre :

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

franck // 07.10.2015 à 06h32

JE SUIS VOYOU.

188 réactions et commentaires - Page 2

  • alma // 07.10.2015 à 11h19

    Voici un lien qui aide à comprendre le contexte de folie: à Ryan air, un pilote doit créer une société fictive en Irlande pour se faire payer…
    http://www.bastamag.net/Un-pilote-au-tribunal-contre-le-modele-social-low-cost

    Et j’ai pris Ryan air comme tout le monde parce que c’est moins cher (ça me rappelle qu’ils ne font pas de tarif « enfant » moins cher, après la vidéo de Juniac, je comprends mieux… )

      +2

    Alerter
  • gerard Colin // 07.10.2015 à 11h29

    Je trouve l’exposé de De Juniac très intéressant. Rappeler que les « acquis sociaux » sont un concept francais et non universel. Sans cesse dans la surenchère.

    Les salariés ont raison aussi de s’énerver.

    On voit bien que le problème est 1) l’ignorance des journalistes et leur parti pris ultralibéral et 2) la concurrence libre sur les marchés europeens sans considération des réglementations nationales ou unionaires (UE) 3) la communication factice avec les salariés.

    merci les-crises

      +3

    Alerter
    • Astatruc // 07.10.2015 à 11h55

      Bonjour,
      Moi, je suis persuadé que les enfants de Mr De Juniac iront travailler sur le terrain.Ah mais, pas sûr puisque apparemment M. De Juniac ne sais pas si ce sont des enfants, ou pas…….peut-être ne sait-il même pas qu’il a des enfants…..
      Les enfants de M.de Juniac vont montrer l’exemple, se sortir les doigts de leur compte en banque pour travailler pour de vrai.Mais non, vous êtes mauvaise langue, il est évident que les enfants de ce monsieur n’ont pas déjà leur carrière toute tracée.Comment?les réseaux de papa les mettent à l’abri?vraiment, vous êtes de mauvaise foi, on sait bien que les enfants de riches en france sont à la même enseigne que les autres et qu’ils vont dans les mêmes écoles publiques.On sait bien mais pas par quel miracle, les enfants des riches sont plus intelligents que ceux des pauvres et qu’en plus, c’est hériditaire.
      Salauds de pauvres, zavaient qu’à choisir le lieu de leur naissance.

        +3

      Alerter
  • adrien // 07.10.2015 à 11h41

    Photos et reportages prouvent que : DRH est un métier à très haut risque, on y perd sa chemise ! ..Tu m’étonnes Simone, appeler  » plan social  » le licenciement de milliers de personnes, c’est très dangereux pour son intégrité physique.
    Ayons un peu de compassion pour ces pauvres DRH envoyés au casse-pipe pour maintenir le dialogue social -qu’ils disent- , ces véritables fusibles pour le management sont sujets au burn out , aucune stabilité d’emploi .

      +0

    Alerter
  • Xavier // 07.10.2015 à 11h48

    Je propose à tous ces riches donneurs de leçons qui se lamentent sur l’image de la France d’émigrer vers ces belles démocraties capitalistes que sont les USA, le Qatar, l’Arabie Saoudite, etc. pour se mettre en conformité avec leurs discours sur l’ouverture des frontières.

    Bizarrement, ils comprendront peut-être que de dominants ici ils ne deviendront plus grand chose là-bas… sauf à taper dans leur capital.
    Enfin comprendraient-ils l’intérêt des frontières et peut-être un jour amorcerions-nous un début de réflexion globale systémique et non systémique partielle ou globale non systémique ?

    J’avoue ne plus pouvoir entendre ces profiteurs donner des leçons, aigris qu’ils sont que le petit peuple ne soit pas servile et corvéable à merci.

      +5

    Alerter
  • Micmac // 07.10.2015 à 11h48

    Il y a un truc que je ne comprends pas en ce qui concerne les négos entre AF est les salariés : on leur a laissé le choix entre travailler plus pour gagner moins, ou environ 3000 suppressions de postes. C’est contradictoire.

    Air France souffre d’un manque de clients et doit réduire ses effectifs, ou Air France a beaucoup de clients et doit augmenter le temps de travail de ses salariés?

      +2

    Alerter
  • Maria // 07.10.2015 à 11h51

    Je rêve que nous soyons plusieurs millions dans les rues samedi pour manifester notre soutien au personnel d’air france et condamner le mépris de la classe dirigeante envers les sans dents . Tout ce qu’ils font nous montre qu’ils ont peur ( car ils savent que ce qu’ils font n’est bon que pour eux ) . C’est le moment de montrer les dents et de les pousser à reculer .

    Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire. Albert Einstein

      +4

    Alerter
  • Alain // 07.10.2015 à 11h53

    Petite correction, il y a aussi les subsides: les compagnies du golfe ce n’est pas du moins disant social – les pilotes par exemple sont mieux payés qu’à Air France – mais bien de la subsidiation à la lance d’arrosage, du carburant à prix bradés, des taxes aéroportuaires des hubs défiant toute concurrence, ……

      +1

    Alerter
  • Maria // 07.10.2015 à 12h08

    Mon précédent message sur les syndicats a été censuré, celà prouve bien que la vérité est là . Même si c’est dur à accepter par les idéalistes qui ne sont jamais confrontés à la réalité du terrain . Rappelez vous quand même du jaune de Florange qui touche maintenant 20 000 euros par mois comme parlementaire européen .

      +6

    Alerter
  • Maria // 07.10.2015 à 12h09

    Et posez vous la question de pourquoi Valls fait autant confiance aux syndicats pour vouloir casser le code du travail et le remplacer par des accords d’entreprise .

      +5

    Alerter
    • Astatruc // 07.10.2015 à 12h22

      de Juniac a bossé avec Lagarde et a fait ses études aux usa.
      C’est un proche de narko.
      Ce mec est pathétique tellement il suinte son asservissement à l’argent.
      En cherchant s’il avait fait partie des young leaders éduqués, endoctrinés aux usa, j’ai trouvé la liste des futurs endoctrinés:

      Young Leaders Français 2015:

      Najoua Arduini – El Atfani, Responsable du développement NEOM, Vinci ; Présidente du Club XXIe siècle ;

      Antonin Baudry, Auteur, ancien Président de l’Institut Français;

      Fabrice Domange, Managing Director West Europe, AIG ;

      Benjamin Frémaux, Executive Director, Messier Maris ;

      Hélène Huby, Head of Transversal Innovation, Airbus Defence & Space ;

      Clothilde Clotilde L’Angevin, Chef du bureau de l’endettement international au Trésor et Secrétaire général du Club de Paris ;

      Frédéric Mazzella, Fondateur et Président – Directeur Général, Blablacar ;

      Anais Orsi, Ingénieur Chercheur, Laboratoire des Sciences du climat et de l’environnement ;

      Marc Ramanantsoa, Fondateur et Président – Directeur Général, Ambre & Louise ;

      Xavier Rival, Chef des opérations, Armée de l’Air, Escadron de combat 3/3 Ardennes, Ministère de la Défense ;

      Ludovic Subran, Chief Economist and Director for Economic Research, Euler Hermes ;

      Elise Vincent, Journaliste Pôle Justice/Police, Le Monde ; et

      Julien Vaulpré, Co-fondateur et Directeur Général, Taddeo.

      « La French-American Foundation – France structure ses programmes autour de thèmes – clés susceptibles d’affecter de manière décisive l’avenir des deux pays, comme la défense, l’environnement et le changement climatique, la régulation financière, la diversité, les infrastructures et la culture. »

      ah, ce qu’ils ont de l’humour, « la régulation financière »
      🙂

      En tous cas, ce mec avec sa particule est infréquentable, je me demande s’il sait lui-même ce qu’il est.
      S’est-il fait déchirer sa chemise, au moins?
      🙂

        +2

      Alerter
  • françois // 07.10.2015 à 12h17
  • Anatole // 07.10.2015 à 12h22

    Tous les Présidents des grandes entreprises Françaises ont ce profil détestable d’arrogance, méprisant envers les salariés de l’entreprise qui les font vivre grassement.
    En Allemagne, Volkswagen fait un sérieux faux-pas et voit son président remplacé par un Technicien, afin de tenter de redresser la barre au plus vite: C’est tout simplement Inimaginable en France.

      +3

    Alerter
  • BA // 07.10.2015 à 12h28

    Qui est Alexandre Marie Henry Begoügne de Juniac ?

    Alexandre Marie Henry Begoügne de Juniac, né le 10 novembre 1962 à Neuilly-sur-Seine, est un chef d’entreprise français, actuel président-directeur général d’Air France-KLM.

    Issu d’une famille de Limoges qui avait obtenu la noblesse sous le Premier Empire, fils de l’ambassadeur Gontran de Juniac, il étudie au lycée Pasteur puis entre à l’École polytechnique en 1981 et à l’ENA (1988, promotion « Michel de Montaigne »). Il a notamment effectué une partie de ses études à la Harvard Business School.

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Alexandre_de_Juniac

    A propos de la guerre des classes :

    26 novembre 2006 :

    Warren Buffett, troisième fortune mondiale, déclare au journal New-York Times :

    « There’s class warfare, all right, Mr. Buffett said, but it’s my class, the rich class, that’s making war, and we’re winning. »

    Traduction :

    « La guerre des classes existe, c’est d’accord, mais c’est ma classe, la classe des riches, qui mène cette guerre, et nous sommes en train de la gagner. »

    http://www.nytimes.com/2006/11/26/business/yourmoney/26every.html

    Bon.

    D’accord.

    Mais la guerre des classes n’est pas finie.

    La guerre continue.

      +6

    Alerter
    • Astatruc // 07.10.2015 à 12h43

      Puisque la justice est inexistante pour « ceux-là » asservis aux intérêts du fric, nous n’avons guère d’autre alternative que les choper.
      Ce système est véroullié par l’impunité, la grossièreté(eh oui, les parachutes dorés sont une insulte pour le vrai travailleur), l’arrogance, le mépris dont ils sont détenteurs.
      En effet, puisque par voie de justice nous aurons toujours tort(c’est eux qui écrivent la justice), nous en sommes rendus à les remettre devant leur vraie vie, celle du responsable grassement payé pour ASSUMER les responsabilités.Oui, je comprends que tel Picsou, ils préfèrent se vautrer dans leur luxure intellectuelle et friquée mais il est de notre devoir de leur rappeler qu’il y a une vie en dehors de leur amoralité.
      Vu ce que perçoit le mec à particule comme dividendes et autre paiement de sa prostitution, Air France ferait peut-être plus d’économie à virer ce mec que les 2900 autres, d’autant plus que ses deux premières années de « travail » ce sont soldées par un échec commercial, alors, qu’est-ce qu’il fout encore là s’il plombe la compagnie?

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Alexandre_de_Juniac

      « De novembre 2011 à juin 2013, Alexandre de Juniac est Président-directeur général d’Air France15,8. L’une de ses premières mesures sera, en avril 2012, le développement des bases de Toulouse et de Nice avec 14 nouvelles liaisons au départ de Toulouse et 4 au départ de Nice16. Ces deux bases seront un échec commercial. Un an plus tard, un cadre du groupe explique que « le projet n’est clairement pas une réussite économique (…) Le projet était trop axé sur la réduction des coûts mais peu lisible d’un point de vue marketing. Les clients n’ont pas vraiment compris leur intérêt » »
      et bien sûr, ce sont les clients qui ont rien compris mais pas la particule qui a merdé……et on licencie….. les autres……..mais pas le responsable.

        +3

      Alerter
  • Jacko // 07.10.2015 à 12h47

    Une petite question en passant, qui n’est pas liée à Air France directement mais liée au secteur de l’aéronautique et de l' »état stratège ».
    Il est où l’investisseur chinois qui a repris l’aéroport de Toulouse-Blagnac ?
    Pas très sérieux tout ça quand même.
    http://www.sudouest.fr/2015/06/29/toulouse-mais-ou-est-passe-l-investisseur-chinois-qui-a-rachete-l-aeroport-1973610-705.php

      +3

    Alerter
    • LBSSO // 07.10.2015 à 13h14

      Bonjour ,
      Il a démissionné !
      Vous avez raison de l’évoquer ,c’est peu connu sauf dans la région.

      « Au travers d’un courrier adressé à Anne-Marie Idrac, la présidente du Conseil de surveillance de l’aéroport Toulouse-Blagnac (ATB), Mike Poon refait parler de lui en annonçant sa démission de cette instance. L’homme est sous le coup d’une enquête lancée par les autorités chinoises au sujet de présomption de corruption entre China Aircraft Leasing Company (CALC) et son principal client, la compagnie aérienne China Southern Airlines.
      « Les nouveaux actionnaires sont Shandong Hi-Speed Group et FPAM et la gestion est assurée par le directoire »
      http://www.ladepeche.fr/article/2015/09/24/2183875-aeroport-de-toulouse-mike-poon-demissionne.html

        +0

      Alerter
  • naz // 07.10.2015 à 12h57

    Pôv’ nini, il avait jamais vécu ça de sa vie; le  » R » c’est ressource, pas relation!! Une ressource ne se fâche pas; un humain, si!

      +2

    Alerter
  • Raul Kahnn-Hullard // 07.10.2015 à 13h35

    En interne les pilotes parlent de :  » AIR CHANCE  » à cause du taux d’accidents. Le haut salaire des pilotes est un ancien marronnier. Depuis les années 80 AF n’engage plus systématiquement les pilotes de l’armée Française. Ses derniers étaient les seuls au monde qui avaient la qualif  » tous temps  » CAD qu’ils pouvaient faire décoller les zincs même en pleine tornade.
    D’où les salaires pharamineux de l’époque. Depuis les séries A3XX, l’électronique à évacué par les tobogans le talent humain et AF engage des petits jeunes à peine sortis de l’ENAC. D’où le nombre grandissant d’incidents et accidents de vols.
    Olivier sache que la VIOLENCE est la seule chose dont a peur nos premiers de la classe. La preuve? elle est toujours condamnée UNANIMEMENT par TOUS les partis de pouvoir et / ou d’influence. Regarde comme le cas Uber a été règlé, la corpo des taxis a brulé 2 bagnoles uber(menschen) et agressé quelques clients aux aéroports et zou…. LES PATRONS UBER FRANCE EN GARDE à VUE!!!!! et l’appli interdite en France. Que l’on ne nous dise pas que la violence ne sert à rien . Bien appliquée en excès, elle fait ( enfin) prendre des décisions raisonnables à nos (non)dirigeants…. A bon lecteur, salut!

      +7

    Alerter
  • Raul Kahnn-Hullard // 07.10.2015 à 13h42

    Addendum: Au fait, notre pauv’ victim énarque placé là parcequ’il est large contributeur au parti au pouvoir, combien il va prendre pour son départ une fois les licenciements effectués? 10? 15? 30 millions d€?

      +4

    Alerter
  • xc // 07.10.2015 à 13h43

    Supposons qu’Air-France disparaisse. Les lignes rentables seraient reprises par la concurrence. Avec du personnel à d’autres conditions que celles de celui d’AF, certaines des lignes dont la fermeture est actuellement envisagée pourraient devenir rentables. Du personnel devra être embauché. En d’autre temps, j’aurais supposé que les concurrents reprenant l’activité d’AF réembaucheraient du personnel de cette compagnie, du personnel formé, expérimenté et réputé. Sans doute à des conditions moins intéressantes pour lui que chez AF, mais tout de même préférables au chômage. Mais j’ai bien peur que ce personnel se soit tiré une balle dans le pied.

      +0

    Alerter
  • jules vallés // 07.10.2015 à 13h48

    Du traître catalan: »La violence est inadmissible dans notre société »

    sauf quand c’est lui qui l’exerce directement (baffe au jeune(??) socialiste), ou la fait exercer par ses séides contre ceux qui ne veulent pas subir l’arbitraire pseudo-libéral, pseudo-démocratique

    Cette violence est injustifiable pour une seule et unique raison: elle remet en cause l’ORDRE social

      +3

    Alerter
  • Le basque // 07.10.2015 à 13h57

    « Je n’ai pas creusé le sujet Air France, mais il ne semble pas si compliqué : une compagnie, ce sont des avions + du kérosène + des droits aéroportuaires + du personnel. La concurrence par les coûts entre compagnies du même type ne se fait donc que sur les frais de personnel, et c’est donc la prime au moins-disant social, d’où Qatar Airways and co. Donc ou on protège raisonnablement notre compagnie nationale, ou elle mourra, c’est un choix. »

    Dans ce cas éviter de rédiger un article à charge ou étudier la question. Car vous faites exactement ce que vous fustiger des médias en générale.
    C’est un problème très complexe où beaucoup d’éléments entrent en jeux. En plus de ceux que vous citez le réseau, le service à bord jouent un rôle également important. Malgré les problèmes de dumping, après s’être restructurés Birtish et Lufthansa alignent les bénéfices tout en gardant un modèle social dans les standards français.

    « Après, une chose me fait toujours rire : la réaction des pro-patrons qui hurlent toujours devant les avantages des pilotes. Or une compagnie est peut-être la SEULE entreprise où des salariés ont un pouvoir très important, et donc ils ont évidemment obtenu de gros avantages »

    Lorsque que ces avantages mettent en partie en péril la compagnie et ont été obtenu au détriment des autres catégories de personnel bien moins rémunéré, excusez-moi mais il y a de pourtant de quoi être choqué. Vous voulez un exemple de la mentalité de certains pilotes influents :
    Ils nous ont fait développez un système d’ouverture de porte sécurisé des bâtiments via puce RFID dans leur badge afin de ne pas avoir à poser leur bagages pour rentrer dans les locaux. Ce système leur est réservé et il est hors de question que les Hotesses et Stewards utilisant les mêmes locaux puissent en bénéficier. Comme ils sont vertueux ces pilotes.

     » … (comme le salaire du pilote n’est pas encore 10 % du billet, moi je suis content qu’il soit très bien payé, heureux et tout et tout, pour qu’il m’amène à bon (aéro)port). Ça scandalise donc les “libéraux”, mais ils sont tout à fait d’accord avec la situation exactement contraire dans 99,9 % des entreprises, où c’est le patron qui a le pouvoir – là ce n’est jamais de l’abus des actionnaires, c’est une “gestion saine et responsable”… »

    Vous préconisé la solidarité en riche et pauvre, d’après ce que je comprends de vos articles, ce à quoi j’adhère également, pourtant vous êtes heureux que nos pilotes grassement payés refusent le moindre effort pour sauver la compagnie. Résultat se sont les plus démuni dans la l’entreprise qui vont devoir payer les conséquences par la perte de leur emploi. Bravo

    « Arrivera-t-on un jour à avoir des médias mesurés, expliquant la complexité des choses, même si c’est moins “vendeur” ? »

    Commencez par montrer l’exemple en creusant vos sujets pour en exposer toute la complexité.

      +1

    Alerter
    • Astatruc // 07.10.2015 à 17h15

      Le Basque,
      Pourquoi vous focalisez-vous sur les pilotes?ils sont seulement 300 sur les 2900 licencies

        +1

      Alerter
      • Le Basque // 07.10.2015 à 19h05

        Je me focalise sur les pilotes car se sont eux qui par leur corporatisme bloquent les négociations. Toutes les autres catégories de personnels ont fait des efforts pour gagner en productivité (réduction des jours de vacances, des RTT, gel des salaires pendant 5 ans, restrictions drastiques sur les conditions de déplacements …).

        Le résultat de leur blocage est le plan de réduction d’activité et donc les licenciements qui vont avec.

        Pour info au 31/12/2014 il y a avait 4 720 pilotes sur 63 955 salariés.

          +2

        Alerter
        • toff de aix // 07.10.2015 à 19h54

          vous racontez n’importe quoi, les pilotes eux aussi ont fait des efforts, et pas qu’un peu.
          http://www.lesechos.fr/idees-debats/cercle/021378829028-air-france-nous-pilotes-en-appelons-a-letat-1162335.php
          http://leplus.nouvelobs.com/contribution/1431980-air-france-pilote-je-suis-exaspere-la-direction-doit-cesser-de-se-moquer-de-nous.html

          On voit bien dans cette affaire qu’il y a la version officielle, rabachée en boucle par tous les journalopes, et la réalité, un peu plus complexe…

          quand on ne sait pas, on se renseigne. Ce qu’il s’est passé, c’est qu’il y a eu une stratégie minable de la direction pour essayer de passer en force, en essayant de dresser les personnels contre les pilotes pour proposer de fait le « plan B », alors TOUS les salariés d’AF on répondu « non » et ont manifesté dans l’unité. Et là la Direction a balancé son plan B, en avançant au passage la date des négociations qui étaient prévues avec date butoir au 31/12, en les ramenant au 30/09.
          De la basse besogne…Et vous appelez ça du « dialogue social »?

          Moi j’appelle ça du chantage

            +2

          Alerter
          • La Basque // 08.10.2015 à 09h46

            Excusez moi mais je sais parfaitement de quoi je parle étant donnée que je suis salairié de la compagnie et ce depuis 15 ans.
            Qui plus est s’il y a bien une source qui n’a aucune valeur c’est bien le SNPL.

              +0

            Alerter
            • La Basque // 08.10.2015 à 09h52

              Dire que tous les salariés ont répondu non montre que VOUS ne savez pas de quoi vous parlez.
              Bien au contraire, une très grande partie des personnels est remontée contre les pilotes car nous voulons allez de l’avant et retrouvez enfin le chemin des bénéfices seul garant de notre avenir dans la compagnie.

              D’ailleurs, le véritable clivage entre les pilotes et les autres salariès remonte à la gréve de fin 2014 qui a réduit à néant tout les efforts fait ces 5 dernières années.

                +0

              Alerter
            • Wilmotte Karim // 09.10.2015 à 20h20

               »

              Cette gronde était inévitable : la direction a chargé la mule, jusqu’à ce que nous craquions.

              De nombreux changements, dans le domaine technique, ont suivi le drame du vol Rio-Paris en 2009. Les pilotes y ont activement participé.

              Ces modifications ont considérablement amélioré la sécurité des vols, mais ont également permis de réduire énormément les coûts. Dans la politique carburant de la compagnie par exemple, les pilotes sont allés bien au-delà des minima qu’on leur demandait. La direction n’a jamais voulu prendre ces efforts en compte. Il n’y a aucune reconnaissance.

              Les pilotes ont prouvé à maintes reprises qu’ils avaient le sens des responsabilités en n’hésitant pas à baisser leurs conditions de travail et de rémunération lorsque nécessaire (Transavia, Bases Provinces). L’incompétence de nos dirigeants rend ces efforts inutiles.

              Cela ne les a pas empêchés de s’augmenter de 10%, lorsqu’on en perdait autant. On nous demande de pallier leur incompétence et ce n’est pas normal. » http://leplus.nouvelobs.com/contribution/1431980-air-france-pilote-je-suis-exaspere-la-direction-doit-cesser-de-se-moquer-de-nous.html

              Soit vous avez des réponses, soit vous pouvez ne pas parler dans le vide.

              Le fait que vous prétendiez travailler dans l’entreprise n’implique absolument pas que vous ayez une vision pertinente de la situation. Vous voyez les choses de VOTRE place et il semble évident que vous gobez tout ce que dit la direction actuelle.

              Quand à prétendre que ce que dis le syndicat des pilotes est de facto faux… c’est clair que c’est une bonne base de négociation.
              Et si en 2014 la direction avait NÉGOCIÉ, la compagnie n’en serait effectivement pas là.

                +0

              Alerter
        • Astatruc // 07.10.2015 à 21h51

          mais dîtes moi, le Basque, j’espère que vos dirigeants ont également réduit leurs vacances, leurs RTT, et que leur salaire est gelé pendant 5 ans.ah, on me dit dans l’oreillette que non, comment expliquez-vous ça Le Basque?
          Vous savez, vous me faites mal quand vous parler d »efforts » alors que ce ne sont que des entailles au droit du travailleur.
          Quand je vois les dividendes que se servent ces mecs pdg etc, je me demande comment des gens qui travaillent peuvent « comprendre » et accepter que les efforts, c’est TOUJOURS pour le salarié et jamais pour le pdg.

            +1

          Alerter
          • La Basque // 08.10.2015 à 09h47

            Je connais que le cas de De Juniac qui a effectivement réduit de manière significative son salaire lors de sa prise de poste. Pour les autres je ne sais pas.

              +0

            Alerter
  • henri // 07.10.2015 à 15h38

    il faut parler aussi des subventions que touchent les cies étrangères, Qatar Airways aurait touché 47 milliards en 10 ans, donc la compétitivité…plus kérosène gratuit parait-il assez souvent…

      +2

    Alerter
  • theuric // 07.10.2015 à 16h03

    Qui dit désindustrialisation mondiale dit, inéluctablement, ralentissement du commerce aérien et maritime.
    En voici la preuve.
    Et c’en est que le début.
    Tiens, avez-vous vu qu’un armateur japonais est ruiné: DAICHO CHUO KAISHA, et qu’une société aérienne russe l’est aussi: TRANSAERO ?
    Alors, je vous le conseille encore une fois faites des réserves, de nourriture pour trois mois environ, un an de produits corporels et d’entretien et de quoi faire du troc.
    Plus un potager et des poules, voire des lapins pour ceux qui le peuvent, bêchez à grosse motte le gazon dans un mois pour le préparer et achetez des graines maintenant, les semis, vous pourrez les faire à la sortie de hivers en intérieur ou au début du printemps sous abri.
    Vous pouvez aussi planter les légumes d’hiver et déjà faire quelques semis.
    N’oubliez pas les pommes-de-terre que vous pouvez protéger au frais dans une cave, par exemple, plante ayant un bon rendement.
    Enfin, ce que j’en dis…..

      +2

    Alerter
  • willybear // 07.10.2015 à 16h04

    Mr Sannat a raison, ce de Juniac est mauvais,
    sa prestation est nulle et sans argument valable, seulement des arguties et des évocations tendancieuses et malsaines.
    On se demande quelles sont les qualifications réellement requises pour être PDG d´une grande entreprise, si ce n´est le piston politico-oligarque…
    J´entend plus intelligent propos au café du commerce entre midi et deux.
    Mais il l´a bien signalé au départ, il est la pour roter son banquet, et ça ne va pas plus loin si ce n´est que l´audience est a l´aune du coquin, mauvaise.

      +2

    Alerter
  • amelie // 07.10.2015 à 16h19

    Comme tous les gens qui ne veulent pas s’adapter à un monde nouveau ils vont s’acharner pour tout perdre. Typique de la gauche moderne, strictement rien à voir avec celle qui s’est battue pour faire évoluer le monde. J’aime pas trop easyjet mais au moins le prix me convient et le régulateur est en mesure de prendre les mesures pour avoir une qualité de service minimum et des conditions d’emploi décentes. Airfrance il n’y a rien a espérer, cette compagnie va mourrir et on peut rien y faire, c’est comme les retraites, notre système de santé, on repousse tant qu’on peut la mort

      +0

    Alerter
  • soleil // 07.10.2015 à 17h01

    Les usagers prennent leur billet avec une assurance rappatriment et perte de bagages
    Si le bagages se perd, droit au remboursement « financier ».
    Visiblement la logistique n’est pas au top. Est elle sous traitée ?
    Arrivée à l’aéroport terminus sans aucun bagage restitué, il y a quelque chose qui ne va pas. Y a t’il des statistiques élaborées sur ces pertes de bagages ?

      +0

    Alerter
    • Le Basque // 07.10.2015 à 19h07

      Oui les pertes de bagages représente moins de 2% du nombre total de bagages traités. Cependant étant données la quantité phénoménale traitée en valeur absolu ce n’est pas négligeable.

        +0

      Alerter
  • Athanagor // 07.10.2015 à 19h18

    Deux compléments / points de vue utiles sur le traitement de ce qui s’est passé chez Air France par les médias dominants :

    http://lmsi.net/Vous-avez-dit-violence

    http://blog.monolecte.fr/post/2015/10/07/principe-de-realite

      +2

    Alerter
  • Boyington // 07.10.2015 à 19h38

    Selon Hans-Werner Sinn, président du très influent institut de recherche économique IFO, la crise des réfugiés en Allemagne ne pourra se régler sans des réformes sociales radicales

    Afin de créer suffisamment d’emplois pour les réfugiés peu qualifiés, le salaire minimum doit être aboli, a-t-il déclaré à l’hebdomadaire « Die Zeit ». Car si les immigrés « n’obtiennent pas de postes, ils ne s’intégreront pas, et alors nous allons subir des tensions sociales considérables », a ajouté le chef de l’Institut IFO à Munich. Les Allemands devraient également travailler de plus longues heures afin d’amortir le coût de l’intégration : « Nous devrions plutôt relever l’âge de la retraite pour assurer la subsistance des réfugiés. Les personnes âgées sont, en outre, nécessaires pour former les réfugiés », de déclarer Sinn.

    http://www.zeit.de/wirtschaft/2015-10/fluechtlingskrise-hans-werner-sinn-mindestlohn-sozialreform

      +3

    Alerter
  • toff de aix // 07.10.2015 à 19h39

    rie à ajouter à l’article…ah, si : comment se fait-il que tous ces incapables, qui ont ruiné (Sarko) ou ruinent actuellement le pays (Hollande, valls macron & co) aient encore le privilège de se répandre de façon indécent sur les ondes, en défendant les oppresseurs?

    PAS UN MOT sur les milliers de futurs chômeurs, PAS UN MOT sur les souffrances, comme exprimées par cette hôtesse, sur cette vidéo (qui est en train d’être supprimée d’un peu partout…)

    PAS UN MOT sur la finance prédatrice, et la compromission de not ‘bon président, qui préfère décorer un émir qatari (et par derrière autoriser l’ouverture de nouvelles lignes à qatar airways, torpillant ainsi un peu plus Air France…) plutôt que de trouver une solution au problème du chômage endémique dans ce pays

    PAS UN MOT sur le fait que le « dialogue social » est en fait un CHANTAGE.
    Ils n’ont que ce qu’ils méritent, et qu’ils continuent à faire les sourds face aux souffrances des salariés, on verra bien !

    Non M Sarkozy, nous ne sommes pas en 1793 : nous sommes aux environs de 1788 plutôt….

      +3

    Alerter
  • Xavier // 07.10.2015 à 20h07

    2 réflexions :

    1) Quelle violence ? Combien de salariés se suicideront sur les 2900 statistiquement ? Combien se sépareront car devenus dépressifs ?
    Alors comparer un mauvais 1/4 d’heure et un complet lacéré avec ça…

    2) On devrait commencer à comprendre que les frontières (dont on essaye à gauche de nous faire croire que leur disparition serait « juste » au regard d’une « homogénéité de traitement entre la matière et les personnes »), ces frontières géographiques, « horizontales » disparaissent peut-être mais au profit d’autres verticales que sont l’appartenance de plus en plus déterminante en termes de réussite sociale à certaines CSP ou certains cercles d’influence.

      +3

    Alerter
  • obermeyer // 07.10.2015 à 21h01

    Sur la violence sociale , incroyable interview de Mélenchon ( visible sur son blog ) où il tient tête à deux journalistes médiacrates teigneux qui veulent absolument faire passer quelques costards en lambeaux pour une horreur sans nom , en oubliant les futurs chômeurs ).

      +1

    Alerter
    • Astatruc // 07.10.2015 à 22h02

      Obermeyer,
      le lien svp parce que je le trouve pas, merci.
      🙂

        +0

      Alerter
  • wifi // 07.10.2015 à 21h06

    c’est terrible de s’accrocher à air france, qui comme le reste de la france refuse le changement ou la réforme. Mais ce n’est pas gênant, nos syndicats, nos dirigeants, les élus, tous sont pour une réforme mais pas question de remettre en cause le moindre privilège. Donc le salarié moyen sera toujours et encore tondu, quelqu’un doit bien payer.
    Et pendant que nous dissertons sur la sémantique à employer concernant l’agression du DRH, nos voisins réfléchissent à l’augmentation de leur croissance.
    3000 chômeurs chez air france, et alors? la france en produit tous les mois entre 12000 et 20000 nouveaux. ne commençons pas à hiérarchiser les chômeurs.

      +0

    Alerter
    • Macarel // 08.10.2015 à 07h41

      Moi, je plains vraiment Mr De Juniac, comment voulez-vous qu’il lutte à armes égales avec des pays qui ne sont pas plombés par des acquis sociaux d’un autre âge !
      Foin du droit à la retraite, foin de l’interdiction du travail des enfants, foin du droit de grève, et enfin la concurrence pourra être loyale.
      Le progrès dans la bouche d’un libéral c’est revenir aux conditions d’exploitation du prolétariat qui existaient au 19 ième siècle, et même à l’ordre social de l’ancien régime.
      Heureusement que les « socialistes » qui sont au pouvoir depuis 2012, ont entrepris de faire rattraper à la France, le retard qu’elle a en matière de « progrès social », heureusement que Valls et Macron libéralisent à coup de 49-3 une France archaïque, qui s’accroche à ses acquis sociaux comme des arapèdes à leur rocher.

      Ils sont comme des arapèdes accrochées à leur rocher
      (Le duc de Brissac à propos de ses ouvriers)

        +1

      Alerter
  • tchoo // 07.10.2015 à 22h40

    Je ne condamnerai pas cette violence
    je suis même étonnée qu’il n’y en ait pas plus, quand on pousse les gens à bout
    et la presse n’a qu’a continuer à cirer les pompes de ses patrons, cela ne fera qu’augmenter la rage de certains
    c’est pas la solution
    mais quand il n’y en pas d’autres
    certains choisissent le jusqu’au boutisme
    Peut-on leur en vouloir….

      +2

    Alerter
  • Andrae // 07.10.2015 à 23h14

    Dans un post précédent, j’ai écrit: ll semblerait que c’est définitif. .. Nouvelle coalition: USA – Israel – Arabie Saoudite – Qatar – Emirats – France. Présomptueux, sommaire, grossier, bien sur!

    Le noeud de cette histoire est expliqué dans le post d’Oliver et équipe. C’est le Qatar qui va reprendre certains vols, ils partiront non seulement de Paris (de facon mini pour l’instant), mais dans le futur d’ailleurs, et cela changera ‘les hubs’ pour les long courriers. Totalement. Au détriment d’Air France. Pertes monumentales sur le long terme.

    Cité dans le post,

    http://www.lemonde.fr/economie/article/2015/05/04/la-vente-de-rafale-profite-a-qatar-airways_4626755_3234.html

    Bon il y a peut-être d’autres causes, co-causes (désir de réduire le personnel, etc.) mais la principale elle est là.

    La France troque la vente d’armements (qui tuent, n’oublions pas) contre une protection des vols AF / sur territoire F et emplois F. C’est la globalisation. Err. D’une certaine sorte…

    Le Qatar a fait un très bon deal. Normal, c’est maintenant un partenaire privilgié!

      +0

    Alerter
  • vloiseau // 08.10.2015 à 14h56

    Et puis j’ai vu ca, des socialistes qui déplorent les « conséquences sur l’image, sur l’attractivité »… Là je crois sincèrement qu’ils touchent au bonheur malsain de ne plus être angoissé par le choix en devenant les esclaves et les soumis au marché, en défendant leurs maîtres, ils n’ont aucuns mots ni actions pour soulager et donner les moyens de sortir de l’impasse aux salariés.
    Les types pensent à sauver les meubles avant de sauver les vies. Ce qu’ils ne comprennent pas, c’est que plus ils s’humilieront face au marché et aux lobbies plus il leur sera demander de s’humilier. Mais ce sont des courtisans dans l’âme.

      +0

    Alerter
  • georges glise // 08.10.2015 à 14h58

    la violence du libéralisme capitaliste et de ses serviteurs zélés (sarko-valls par exemple, la violence de la destruction des emplois, la violence du chômage, toute cette violence est infiniment plus tragique que la perte d’une chemise.espérons que les salariés, partout, se révolteront contre la violence du capital qui les esclavagise.

      +1

    Alerter
  • Lionel Gilles // 08.10.2015 à 16h31

    Contrairement à ce que l’on dit, ces images redorent le blason des Français :
    Revoilà ce peuple de révolutionnaires insoumis !

    Je peux vous dire qu’en Grèce, en tous cas, vous ne trouverez pas beaucoup de gens pour verser des larmes sur les patrons d’Air France.

    Plus scientifiquement, le rapport entre les très riches et les très pauvres aujourd’hui est bien plus grand qu’il ne l’était à la veille de la Révolution. C’est un grand tabou de nos jours.

      +2

    Alerter
  • soleil // 08.10.2015 à 22h46

    Paysanne, je regarde vers le ciel toute cette navigation, il y a de plus en plus d’avions,et bien évidemment la concurrence existe. Ce que j’ai appris en lisant les commentaires ci dessus est que certains avions volaient avec des fonds des paradis fiscaux.

    Tf1 a montré quelques images de salariés d’air France. Ils disaient être solidaires pour sauver Air France avec un salaire diminué. C’est plus de l’exploitation humaine que de la solidarité.

      +0

    Alerter
  • Thomas // 09.10.2015 à 00h37

    Le 1er ministre dit que ceux qui ont fais cela sont des voyous…..mais la direction qui jette à la rue 3 000 salariés ne sont-il pas des voyous eux ?
    C’est un comble, un PDG dont le salaire explose en 2014, des salariés qui font des sacrifices pour rien, heu pardon, pour que des dirigeants et des actionaires se gavent sur le dos des salariés et des « clients » qui paient bien cher leur billet d’avion avec toutes ces taxes « tipp » et autres qui n’ont pas de sens….bon j’arrete car je vais me mettre en colère !!!
    Dans quel monde vivons nous !!!

      +0

    Alerter
  • Krystyna Hawrot // 09.10.2015 à 16h59

    Je dois avouer aussi que pendant quelques minutes la prolétaire que je suis a savouré la vision des patrons qui pendant 5 minutes comprennent ce que cela pouvait être la prise de la Bastille, la Révolution française ou la Révolution d’Octobre… qu’ils tremblent juste pendant 5 minutes les salauds pendant que nous tremblons toute notre vie de ne pas pouvoir payer la location de notre appart et de finir dans la rue comme 70 000 personnes vivent en Ile de France… (chiffres de la Fondation Abbé Pierre!)

    Tout comme François Pinault, reconnu par les salariés en grève quand il fermait la FNAC de la… Bastille… quand ils ont voulu retourner sa belle bagnole à l’envers…
    Tremblez oui, car nous en avons marre de trembler devant vous!

    Après en y réfléchissant je me dis que cela pouvait être un piège médiatique, cela permet maintenant de montrer les salariés comme des terroristes, monter une nouvelle loi de « sécurisation du dialogue social ». etc surement en préparation… Car cette négociation durait depuis 1 mois, je le sais par l’Humanité, alors comment se fait il que les médias n’en parlent que maintenant? C’est vrai que 2900 postes supprimés pour permettre au Qatar de gagner du fric sur notre dos ça le faisait pas joli.

    Et puis moi aussi je préfère des pilotes non frustrés, qui ne sont pas suicidaires et qui ont bien dormis pour qu’ils m’amènent à bon port… Cela s’applique à toutes les professions qui s’occupent de l’humain… médecins, infirmiè/res, secouristes, et aussi… policiers et même agents de sécurité (qui soit dit en passant n’ont pas à être mélés à des conflits de travail, c’est le code 6 de la sécurité intérieur qui le dit!)

      +1

    Alerter
  • HELLEBORA // 10.10.2015 à 14h26

    Dessin tout simple mais qui parle vrai : « Au bout de 30 ans d’entreprise, j’ai été licencié. Ce jour-là, les patrons ne m’ont pas pris que ma chemise; ils m’ont pris ma maison, ma voiture, mes meubles, ma femme, mes enfants… ma vie ! » https://www.facebook.com/photo.php?fbid=1478415922464681&set=a.1411982142441393.1073741827.100008888613156&type=3&theater

      +1

    Alerter
  • stephp // 10.10.2015 à 15h17

    C’est aussi cela la raison de la mauvaise situation d’Air France :

    http://www.bastamag.net/Un-pilote-au-tribunal-contre-le-modele-social-low-cost

      +0

    Alerter
  • sylvain // 12.10.2015 à 19h28

    Petite vidéo dans le thème,
    Valls choisit son camp…
    A quand un gouvernement de gauche ? …

    https://www.youtube.com/watch?v=yItzsDuFP-E

      +1

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications