Communiqué de presse de Jacques Myard, Philippe Meunier, Michel Terrot, Dominique Tian, Philippe Vitel, Michel Voisin,
Députés (membres de la Droite populaire)

Paris, le 6 octobre 2015

A/S : Discours du Président turc Erdogan à Strasbourg le 4 octobre 2015

C’est avec stupéfaction que l’on apprend qu’à Strasbourg, le 4 octobre, le Président turc Erdogan a prononcé un discours de politique intérieure galvanisant la diaspora turque contre le PKK, appelant à une guerre contre ce mouvement et ses sympathisants et faisant l’apologie, avec de multiples références religieuses, des batailles glorieuses ottomanes.

De surcroît, il a violemment critiqué les Etats de l’Union européenne, rappelant que la Turquie était le défenseur de la « vraie civilisation » alors que l’Europe était affectée par « la xénophobie, l’islamophobie et le racisme ».

Ce discours est proprement inimaginable et porte une atteinte directe et grave à la souveraineté de la France qui ne saurait admettre que des chefs d’Etat étrangers viennent développer des thèmes de politique intérieure, et ce, non au sein d’une ambassade étrangère mais dans une salle publique française.

De tels propos ne peuvent que renforcer les dérives communautaristes. Il s’agit d’une violation directe de la courtoisie et des règles qui président aux relations entre Etats.

En conséquence, Jacques Myard et ses collègues Philippe Meunier, Michel Terrot et Michel Voisin, demandent des explications au Premier ministre et au Ministre des affaires étrangères et souhaitent savoir s’ils entendent accepter ce comportement. Ils demandent que les règles de droit international soient rappelées fermement au Gouvernement turc par la voie diplomatique. Ils interpellent par question écrite le Gouvernement à ce sujet.

=====================================================

L’attitude ambiguë de la Turquie contre l’État islamique

Il y a un an déjà…

Source : Julien Licourt, pour Le Figaro, le 13 octobre 2014.

Une femme face aux bombardements américains des militants de l'État islamique, à Kobané.

Une femme face aux bombardements américains des militants de l’État islamique, à Kobané.

Les Turcs ont démenti avoir autorisé l’utilisation de leurs bases aériennes pour frapper l’organisation terroriste, comme l’avaient affirmé les États-Unis, quelques heures plus tôt.

Pressée depuis plusieurs semaines par les Occidentaux d’intensifier son engagement contre l’État islamique (EI), la Turquie entretient une attitude louvoyante face aux conflits qui se déroulent au sud de ses frontières. Après plusieurs jours de négociation, les Américains ont fait savoir dimanche qu’Ankara avait donné l’autorisation d’utiliser ses bases aériennes pour frapper l’EI, en précisant que les «détails de l’accord étaient en cours d’élaboration». Un «accord» démenti quelques heures plus tard par le gouvernement turc. Pendant ce temps, à quelques centaines de mètres de la frontière turque Kobané, troisième ville kurde de Syrie menace de tomber aux mains des djihadistes.

carte des manifestations kurdes en turquie et nombre de morts

Carte des manifestations kurdes en Turquie et nombre de morts

La Turquie, membre de l’Otan

Jusqu’à présent, Ankara fait la sourde oreille face aux demandes des Occidentaux, engagés dans la lutte contre l’État islamique. Elle est pourtant leur alliée en tant que membre de l’Otan depuis 1952. La Turquie permet aux Américains d’être présents sur la base d’Incirlik, dans le sud du pays. Cependant, ces derniers n’ont pas reçu l’autorisation pour frapper l’EI au depuis le territoire turc, pourtant en prise directe avec les islamistes. Les USA doivent se contenter d’envoyer leurs avions depuis les Émirats arabes unis, le Qatar et le Koweït, à une distance considérable du conflit.

La Turquie a, pourtant, dans le passé récent, bénéficié de l’aide de l’Otan face à des menaces venues du sud. Il y a deux ans, elle était la cible de tirs d’obus tirés depuis le territoire syrien, causant la mort de plusieurs civils. Quelques mois plus tôt, c’est un avion militaire turc qui était abattu par l’armée syrienne. Suite à la demande d’aide des autorités turques, six batteries de missiles Patriot avaient été installées afin de protéger la frontière et les 3,5 millions de Turcs vivant à son voisinage. Un dispositif à visée purement défensive, selon l’Otan.

Une zone de tension depuis près d’un siècle

L’ambiguïté turque provient d’une certaine convergence d’intérêts avec les islamistes. Elle compte avec eux deux ennemis communs: le régime de Bachar el-Assad et les autonomistes kurdes. Avec la Syrie, le désaccord est à la base territoriale. Les Syriens réclament le rattachement d’une province de l’extrême sud de la Turquie, cédée par la France alors administratrice du pays. Le désaccord a pris par la suite une tournure idéologique: la frontière entre les deux pays est devenue l’une des lignes de démarcation entre l’Ouest et l’Est pendant la Guerre Froide, la Turquie étant membre de l’Otan, la Syrie étant, de son côté, soutenue par l’URSS.

Par ailleurs, aux prises avec les indépendantistes du PKK sur leur territoire, les Turcs jugent la menace kurde plus grave que celle représentée par l’EI. Ankara craint qu’une victoire kurde à Kobané face de cette ville un symbole de la résistance et ne renforce les velléités autonomistes des kurdes syriens, déjà encouragés par l’exemple irakien.

Pressions sur la Turquie

A minima, la Turquie est accusée d’avoir fermé les yeux sur le déplacement de djihadistes de l’EI sur son territoire, ainsi que sur le ravitaillement pour le «Califat» enclavé. Pour certains, Ankara les aurait même favorisés. Depuis, la Turquie a donné des gages aux Occidentaux, en autorisant son armée à engager une potentielle action militaire contre l’Etat islamique en Irak et en Syrie, et en ouvrant la voie à l’accueil de troupes étrangères sur son territoire.

Le raidissement de lundi sur l’utilisation de ses bases aériennes montre qu’Ankara n’a pas abonné ses ambitions régionales, et semble décidée à négocier sa participation à la coalition contre l’EI.

==============================================

La Russie vivement critiquée après la violation de l’espace aérien turc

Source : Le Monde avec l’AFP, le 5 octobre 2015.

Un avion d’attaque russe SU-25 sur la base aérienne de Heymim, près de la ville de Lattaquié, en Syrie.

La violation de l’espace aérien turc par des avions de combat russes au cours du week-end des 3 et 4 octobre, près de la frontière syrienne, a suscité de nombreuses réactions, craintives ou hostiles, quelques jours après le début de la campagne de bombardements en Syrie de l’armée russe.

Dans un premier temps, l’ambassadeur de Russie en Turquie a été convoqué par les autorités, qui lui ont fait part de leur « violente protestation », selon le ministère de l’intérieur. Ankara a aussi demandé à Moscou d’« éviter une répétition d’un tel incident » et a fait savoir que, le cas échéant, « la Fédération de Russie serait considérée responsable de tout événement non voulu ».

Lundi, le porte-parole du ministère de la défense de la Russie, le général Igor Konachenkov, a ainsi justifié l’entrée de son avion de chasse « pour quelques secondes » dans l’espace aérien turc :

« Cet incident est le résultat de mauvaises conditions météorologiques dans cette zone. Il ne faut pas y voir un complot quelconque. »

Réunion d’urgence à l’OTAN

Les mots les plus durs sont venus des Occidentaux, qui critiquent depuis près d’une semaine l’intervention militaire russe en Syrie. L’Organisation du traité de l’Atlantique nord (OTAN), à laquelle appartient la Turquie, a qualifié d’« inacceptables » les violations de l’espace aérien turc par des avions de combat russes. « Les actions de la Russie » en Syrie « ne contribuent pas à la sécurité et à la stabilité de la région », a déclaré son secrétaire général, Jens Stoltenberg, qui a convoqué une réunion d’urgence lundi soir pour évoquer « les implications potentielles des dangereuses actions militaires menées par la Fédération de Russie dans et autour de la Syrie ».

Le secrétaire d’Etat américain, John Kerry, a dit ses craintes de voir des avions russes abattus si de telles situations venaient à se répéter.

« C’est précisément le genre de choses contre lesquelles nous avons mis en garde », a ajouté M. Kerry. Les Etats-Unis, qui doutent que la violation de l’espace aérien turc soit due à une erreur, tentent, depuis le début du mois, d’éviter que des incidents impliquant son armée ou l’armée russe se produisent en Syrie alors que Moscou bombarde les opposants à Bachar Al-Assad. Des frappes qui viennent s’ajouter à celles de la coalition d’une soixantaine de pays emmenée par les Etats-Unis.

« Des risques de confrontation mondiale »

Le régime islamo-conservateur turc s’oppose à la participation de la Russie à la guerre en Syrie.

Tu m’étonnes, vu qu’il a aidé Al Qaeda et l’État Islamique par le passé…

Dimanche, le président Recep Tayyip Erdogan a déclaré que la campagne de bombardements russe en Syrie était « inacceptable » et a estimé que Moscou commettait « une grave erreur ». Ankara propose depuis plusieurs mois la création d’une zone d’exclusion aérienne à sa frontière avec la Syrie. Lundi, le vice-ministre des affaires étrangères de la Russie, Mikhaïl Bogdanov, a rappelé que son pays était « contre cela ».

La Turquie, alliée de la coalition internationale qui procède à des frappes contre l’Etat Islamique, et la Russie s’opposent depuis le début du conflit en Syrie, en 2011. Ankara demande le départ de Bachar Al-Assad, qui bénéficie du soutien indéfectible de Moscou.

Interrogé sur le conflit syrien, le ministre des affaires étrangères de la France, Laurent Fabius, a déclaré sur Europe 1, qu’« il y a des risques de confrontation mondiale ».

« Quand vous voyez que ce conflit, qui était une guerre civile, devient une guerre régionale, avec implication de puissances internationales, les risques sont graves. Et le risque le plus effrayant, c’est le risque que le conflit soit totalement religieux (…), avec d’un côté les populations sunnites et leurs alliés, de l’autre les populations chiites et leurs alliés. C’est une conflagration qui risque d’être extrêmement dangereuse. Nous, la France, nous recherchons la paix et la sécurité. »

==============================================

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

47 réponses à La Turquie, un pays au centre des interventions contre l’État Islamique

Commentaires recommandés

bobob Le 07 octobre 2015 à 01h47

Pour compléter : http://www.lefigaro.fr/vox/monde/2015/10/06/31002-20151006ARTFIG00392-ce-que-revele-les-tensions-entre-la-russie-et-la-turquie.php?pagination=2#nbcomments

Extraits : “La diplomatie turque gesticule et invoque la violation de son espace aérien mais le problème est ailleurs. Juste de l’autre côté de la frontière. Cet été, le régime turc avait annoncé son intention de créer une zone d’exclusion aérienne. Une grande zone tampon au nord de la Syrie avec deux objectifs principaux: fixer les réfugiés syriens mais surtout frapper les Kurdes. L’objectif final étant de faire tomber Bachar el-Assad sur le modèle libyen et de placer un régime frère, islamiste en l’occurrence.
Malheureusement pour elle, la Turquie doit constater que face à l’aviation russe ces objectifs ne pourront pas être atteints.
[…]
Les frappes russes sont un réveil assez désagréable pour les Turcs pour plusieurs raisons. Vu de Damas et de Moscou, la Turquie a raison de défendre la souveraineté de son espace aérien. Mais elle ne peut pas dans le même temps violer celui de son voisin.
[…]
C’est-à-dire que «l’armée de la conquête», l’alliance djihadiste soutenue par la Turquie qui regroupe al-Qaïda et les «rebelles modérés» chers à Laurent Fabius, subit un sérieux coup d’arrêt sous la pluie de bombes russes. Elle doit faire face dans un deuxième temps à une offensive terrestre de l’armée syrienne. Les amis de la Turquie ne peuvent pas se contenter de baisser la tête en attendant que les bombardiers passent. S’ils veulent défendre leurs positions, ils doivent se découvrir.
[…]
Bref, avec l’entrée en scène de la Russie, c’est toute la stratégie turque mais aussi occidentale qui s’écroule: le maintien de Bachar n’est plus une hypothèse improbable mais un fait dont il faudra tenir compte dans les années à venir.”

  1. bobob Le 07 octobre 2015 à 01h47
    Afficher/Masquer

    Pour compléter : http://www.lefigaro.fr/vox/monde/2015/10/06/31002-20151006ARTFIG00392-ce-que-revele-les-tensions-entre-la-russie-et-la-turquie.php?pagination=2#nbcomments

    Extraits : “La diplomatie turque gesticule et invoque la violation de son espace aérien mais le problème est ailleurs. Juste de l’autre côté de la frontière. Cet été, le régime turc avait annoncé son intention de créer une zone d’exclusion aérienne. Une grande zone tampon au nord de la Syrie avec deux objectifs principaux: fixer les réfugiés syriens mais surtout frapper les Kurdes. L’objectif final étant de faire tomber Bachar el-Assad sur le modèle libyen et de placer un régime frère, islamiste en l’occurrence.
    Malheureusement pour elle, la Turquie doit constater que face à l’aviation russe ces objectifs ne pourront pas être atteints.
    […]
    Les frappes russes sont un réveil assez désagréable pour les Turcs pour plusieurs raisons. Vu de Damas et de Moscou, la Turquie a raison de défendre la souveraineté de son espace aérien. Mais elle ne peut pas dans le même temps violer celui de son voisin.
    […]
    C’est-à-dire que «l’armée de la conquête», l’alliance djihadiste soutenue par la Turquie qui regroupe al-Qaïda et les «rebelles modérés» chers à Laurent Fabius, subit un sérieux coup d’arrêt sous la pluie de bombes russes. Elle doit faire face dans un deuxième temps à une offensive terrestre de l’armée syrienne. Les amis de la Turquie ne peuvent pas se contenter de baisser la tête en attendant que les bombardiers passent. S’ils veulent défendre leurs positions, ils doivent se découvrir.
    […]
    Bref, avec l’entrée en scène de la Russie, c’est toute la stratégie turque mais aussi occidentale qui s’écroule: le maintien de Bachar n’est plus une hypothèse improbable mais un fait dont il faudra tenir compte dans les années à venir.”


    • wesson Le 07 octobre 2015 à 02h13
      Afficher/Masquer

      Cette analyse est effectivement intéressante même si par ailleurs elle en remets une petite louche dans la Russophobie médiatique, notamment en présentant les Russes comme des brutes qui n’auraient aucun compte à rendre en cas de bavure (ce qui n’est pas le cas des Américains à Kunduz, qui n’ont eux mis que 5 jours et 4 versions différentes à finalement reconnaître une “erreur regrettable” et promettent une enquête dont on peut déjà prévoir qu’elle se hâtera lentement).

      Je pense que maintenant pour qu’un texte concernant la Russie soit publié dans le mass media Francophone, il faut qu’il contienne au moins une vacherie gratuite.

      Ceci dit, je ne critique pas trop le Figaro sur sa rubrique International, qui n’est pas encore tombé aussi bas que “Le Monde” ce dernier carrément irrécupérable ne s’embarrassant même plus de l’exactitude des faits qu’ils présentent.


      • Bordol Le 07 octobre 2015 à 07h23
        Afficher/Masquer

        Les pires étant sur le site du monde les trolls (toujours les mêmes) russophobes/occidentalolâtres qui semblent se battre pour leur vie contre le moindre avis un peu dissident.


        • vloiseau Le 07 octobre 2015 à 09h05
          Afficher/Masquer

          Et la russophobie ne date pas d’hier, elle est agitée par l’oligarchie occidentaliste et turques à chaque fois que la russie s’approche du Moyen Orient et de la méditerranée, quelques dates :
          – Guerre de Crimée de 1853-1856,
          – Guerre russo turque de 1877-1878, où la russie repousse l’empire Ottoman. Les puissances occidentales s’allient sous l’impulsion de Disraeli, renégocient le Traité de San Stefano, la russie rétrocède des territoire à l’Empire Ottoman (Bulgarie).

          C’est un jeu de pouvoir entre mafias et oligarchies pour le contrôles de richesses et de territoires sous-tendu par le Grand Jeu :
          https://fr.wikipedia.org/wiki/Grand_Jeu_%28g%C3%A9ostrat%C3%A9gie%29


  2. odjo Le 07 octobre 2015 à 05h23
    Afficher/Masquer

    De voir Jens Stoltenberg abuser de L’Otan qui voudrait qu’Erdogan pleurniche plus aupres de cet organisation pour pouvoir accuser d’avantage la Russie et aussi montrer que l’Otan “sert” a quelque chose montre a quel point l’on ne peut guere attendre rien de positif de cet outil Americain.


  3. dupontg Le 07 octobre 2015 à 07h09
    Afficher/Masquer

    la vraie preoccupation des turcs concerne les kurdes..
    vont ils pouvoir continuer à les cibler comme des terroristes..?

    il me semble que la reponse est non


  4. Ovuef2r Le 07 octobre 2015 à 07h10
    Afficher/Masquer

    Juste a propos des conditions météo qui auraient été la cause première du litige, hier la presse occidentale se moquait d’une présentatrice météo russe qui se réjouissait de la météo syrienne excellente pour les aviateurs.
    Ceci dit si ce sont les russes qui créent une “No Fly Zone” en Syrie je serais le premier à m’en réjouir. Si, en plus, ils coupent les djihadistes de leur routes d’approvisionnement et empêchent les turcs de bombarder les kurdes c’est encore mieux : ils auront moins envie de se venger par des attentats en Turquie ce qui empêchera Erdogan d’utiliser ca pour ses prochaines élections en novembre.


    • Charles Michael Le 07 octobre 2015 à 17h32
      Afficher/Masquer

      Je pense que les Russes ont déjà installé leur no-fly zone

      fort de leur position légale, au contraire des US-Otan-Saoud &Co, ils ont depuis leur navires au large de Lattaquié, des missiles anti- aérien de moyenne portée, mais suffisante pour couvrir à peu près tout le pays; et sans doute déployé à terre des trucs façon Sam 400 pour lesquels il n’existe pas de parade.

      et pour rappeler un peu la géographie, la marinne Russe depuis la mer Caspienne a envoyé une salve de 26 missiles de croissières sur les position ISIS.
      ça s’est passé la nuit dernière, détails vidéo sur RT news.


      • Crapaud Rouge Le 07 octobre 2015 à 19h59
        Afficher/Masquer

        Sputnik en parle ici : http://fr.sputniknews.com/international/20151007/1018652751/syrie-russie-navires-tirs.html 26 missiles tirés à 1500 km de distance et qui ont tous atteint leur cible. Bon, y’a sûrement une part de propagande dans leur “cocorico”, mais ça reste une belle performance. Les Russes veulent aller vite pour faire un maximum de dégâts avant que leurs adversaires ne se réorganisent, ce qu’ils savent faire très bien.


  5. Georges Clounaud Le 07 octobre 2015 à 07h20
    Afficher/Masquer

    Sans compter le fait que la Turquie n’a jamais rien fait pour empêcher des ressortissants de l’UE d’aller rejoindre les rangs de l’EI. Nul doute que la Turquie n’empêchera pas à ces mêmes “combattants” de faire le chemin inverse lorsque ce même EI sera défait…


    • Surya Le 07 octobre 2015 à 07h34
      Afficher/Masquer

      C’est surtout ça qui fait flipper Fabius et autres. Les milliers de combattants en Syrie vont revenir…


      • Alfred Le 07 octobre 2015 à 16h00
        Afficher/Masquer

        Si ça le faisait vraiment flipper (le retour des combattants) il n’aurait pas pris ses options stupides depuis le début (bashar mort ou vif et al quaida fait u bon boulot etc…).
        La seule chose qui fait flipper ce type comme les autres c’est d’avoir la justice aux fesses ou de perdre ses prébendes.
        Le reste (dont la sécurité de “son” pays) il s’en fout visiblement.


  6. Georges Clounaud Le 07 octobre 2015 à 07h37
    Afficher/Masquer

    Erdogan était la semaine dernière invité par Poutine pour l’inauguration de la grande mosquée de Moscou. J’aurai bien aimé connaitre la teneur de leurs échanges.
    J’imagine bien Poutine évoquer la possibilité de soutenir les Kurdes d’une façon ou d’une autre (qu’il a présenté comme les seuls réels opposants de l’EI en Syrie avec l’armée de Bashar) si la Turquie continuait à à soutenir l’EI et à “former” des opposants Tatars destinés à déstabiliser la Crimée. Et ce en montrant bien avec cette inauguration qu’il n’était en rien islamophobe.


    • francois marquet Le 07 octobre 2015 à 09h37
      Afficher/Masquer

      Poutine surveille de près Erdogan, qui navigue entre l’Otan et ses propres ambitions
      D’après une amie turque qui habite Antakia (Antioche) les combattants tchétchènes whahabites refluent: un convoi de bus est passé près de la ville ce week-end, un des bus a manqué un virage et s’est retourné. Les combattants ont été logés et soignés dans une école d’Antakia avant d’être pris en charge pour repartir, sous la protection de la police turque qui tirait en l’air pour faire rentrer les habitants chez eux.
      Les russes vont bombarder les combattants tchétchène, entre autres, jusqu’au ras de la frontière, avec des incursions russes mineures possibles en Turquie…
      Quand aux chinois, ils surveillent les ouighurs, également soutenus par la Turquie:
      Le Liaoning (unique porte avion chinois) est sur site, coordonné avec les russes.
      La politique d’instrumentalisation de l’islam radical par nos amis US va elle être (enfin) tenue en échec?


      • Lysbethe Lévy Le 07 octobre 2015 à 15h10
        Afficher/Masquer

        “Quand aux chinois, ils surveillent les ouighurs, également soutenus par la Turquie:
        Le Liaoning (unique porte avion chinois) est sur site, coordonné avec les russes”.

        Oui il y a des spéculations sur ce que fait la Chine dans ce conflit mais comme vous dites les Ouighouirs, ou séparatistes musulmans vivant en Chine sont aussi intrumentalisés par L’Open Society et le département d’état Us ..Le site israelien MEMRI fait la pub ou tout un village syrien vidé de ces habitants est squatté par des combattants ouighours :
        http://www.memri.org/clip/en/0/0/0/0/0/0/5089.htm

        Dans nos médias ont présente les Ouighhours comme des combattants, dissidents martyrisés par les Huans ou “chinois” alors qu’ils ont comme tout peuple minoritaire un relative liberté, ayant le droit d’avoir plusieurs enfants, de parler leur langue et pratiquer leur religion musulmane.

        Seuls les “agents de l’intérieur” financés par Soros sont accusés a juste titre d’attentats contre les chinois. De crimes contre des citoyens chinois ou musulmans, innocents mais nos médias continuent de parler de résistance contre le pouvoir “totalitaire” chinois. La Turquie d’ailleurs joue un rôle actif dans l’aide aux terroristes ouighours…

        Ce sont des tatars de langue turque, installés sur ces terres chinoises depuis très longtemps bien avant bien sur, du rattachement à la Chine.

        IL n”a pas fallu plus longtemps pour les industries pétrolières, et les stratèges américains pour en faire une zone de conflit entrant dans le schéma de “l’arc de crise” chère à Zbigniew Brzezinski, afin de découper la Chine, en plusieurs morceaux sur des bases ethnico-religieuses, comme le Tibet aussi dans le collimateur de Washington depuis le financement du Dalai Lama.

        “Qui contrôle le Hearthland contrôle le monde” disait MaC Kinder, repris par les idéologues néocons…Mais la Syrie comme l’Ukraine risquent de devenir des territoires tout juste bon pour une guerre proxy avec la Russie je le crains.

        https://www.rt.com/usa/317834-usa-senator-terrorists-syria/?utm_source=browser&utm_medium=aplication_chrome&utm_campaign=chrome


  7. luc Le 07 octobre 2015 à 10h17
    Afficher/Masquer

    Erdogan étant en chute libre, il pourrait peut-être être tenté de faire une betise? A savoir attaquer un avion russe? Il a l otan derriere lui en plus… poutine repliquerait… et ca serait surement embetant
    Voila la question que je me pose
    Surtout que c est grave de prendre la tete pour ca, il y a daesh a la frontiere turque, les vives critiques occidentales sont une nouvelle preuve de stupidite sans complexe

    Erdogan est venu a strasbourg car depuis peu les turcs de l etranger peuvent voter pour des elections en turquie! Donc c est matraquage des opinions par tous les moyens… mais je pense que la population va l ejecter du pouvoir


  8. Deres Le 07 octobre 2015 à 10h51
    Afficher/Masquer

    Ne pas oublier que les rebelles syriens bénéficient également d’un financement important venant de la revente de matériel suite aux pillage des zones conquises. On a vu à plusieurs reprises, suite à des prises de villes ou de zones pétrolières, des norias de camions transportant du matériel et des machines outils vers la Turquie.


    • luc Le 07 octobre 2015 à 11h05
      Afficher/Masquer

      Je me demande parfois comment et à qui daesh peut bien vende du pétrole… une vraie piece de theatre!
      Et ce que je trouve le plus marrant c’est qu’ils ramassent et utilisent le materiel militaire que les americains ont laissé en irak quand ils sont partis! Humour noir…


      • Lysbethe Lévy Le 07 octobre 2015 à 12h59
        Afficher/Masquer

        Une question et une possible réponse par une Jana HybasKova, ambassadrice de l’Union européenne en Irak qui vient d’affirmer lors du Comité des Affaires étrangères du Parlement européen que certains pays européens avaient acheté du pétrole à « l’Etat islamique » .

        http://www.leblogfinance.com/2014/09/irak-lambassadrice-de-lunion-europeenne-accuse-des-pays-membres-petrole-a-lei-etat-islamique.html

        Les fameuses enquêtes des spécialistes auto-proclamés comme Jean Charles Brisard (lié aux services spéciaux ) mentent mal sur l’origine des mercenaires ou “escadrons de la morts”, contras du moyen orient nés selon eux du sol comme un génie du Ma sort de sa boite à l’instar de la croyance ancienne : la génération spontanée !

        http://www.challenges.fr/economie/20150209.CHA2906/pourquoi-l-etat-islamique-est-assis-sur-une-montagne-d-or.html

        Le but d’un tel article est aussi fait pour faire peur avec le “méchant islam” devenu “terroriste in finé” dans le pur style des penseurs néocons américains puis français…BHL? Glusksman père et fils, Kouchner, Bruckner, Romain Goupil et leurs amis du Cercle de l’Oratoire crée pour engager la voix sur la croisade contre le Mal

        La pseudo “armée syrienne libre” devenu avec Al Qaida, Jabhat Al Nosra, et nommé par la suite EIL, ISIS, Daesh ne sont pas nés dans le désert et n’ont pas reçu leurs toyota flambants neufs, leurs armes modernes, d’un Dieu quelconque.

        Mais nos “pays démocratiques” (ne rions pas !) leur ont bien tout fourni ainsi que payés leurs salaires à coups de 50 millions d’euros pour la France (cocorico !) et 500 millions de $ pour Obama.

        Les fameux armées rebelles que bombardent la RUSSIE ne sont pas divisés en “modérés” et “extrêmistes”, mais en “terroristes” comme le dit Lavrov..! Une blague russe qui circule sur les réseaux sociaux :

        “un responsable américain s’interroge sur les bombes qui atteignent les “rebelles modérés” alors que seuls les terroristes peuvent être bombardés” Daesh mais pas les “autres ” !

        Réponse d’un responsable russe sur la question qui taraude les démocrates européens : “ne vous inquiétez pas chers collègues, nous avons les armes très précises, et donc des bombes pour les “modérés” et d’autres bombes pour les “terroristes” !

        Voilà simple et sans faux semblants, pour la Russie, comme Lavrov l’a bien dit :”nous bombarderons tout ce qui est terroriste, ce qui marche comme un terroriste, qui attaque comme un terroriste, s’habille comme un terroriste, ou dort comme un terroriste” !


        • JMD Le 07 octobre 2015 à 18h53
          Afficher/Masquer

          pour compléter la blague russe citée par Lysbethe Lévy (12h59)
          Le responsable américain:
          «Dites-moi, en quoi vos bombes pour les terroristes Daesh diffèrent-elles des modérées ?»
          Le responsables russe:
          «Nos bombes pour les terroristes Daesh diffèrent des modérées exactement de la même façon que les terroristes Daesh diffèrent des rebelles modérés : elles sont peintes d’une peinture différente, en des tons plus clairs et plus modérés.»


      • Marianne Le 07 octobre 2015 à 13h12
        Afficher/Masquer

        Hello,

        Ce sont des pays européens qui achètent le pétrole de Daesh. Voir l’article d’un des derniers journalistes de l’Huma : http://www.humanite.fr/blogs/des-pays-de-lunion-europeenne-achetent-du-petrole-aux-barbares-552824
        Pas plus de précisions que ça, mais quand même…


  9. karima Le 07 octobre 2015 à 11h15
    Afficher/Masquer

    y a t’ il encore des personnes qui pensent sérieusement que l’EI Daesh al qaïda et autres groupes soi disant islamistes sont un pur produit de l’islam révolutionnaire??? Posez vous enfin la question essentiel qui est: ” a qui profite le crime?” en tous cas ni aux arabes ni aux musulmans!

    regardez qui financent ces groupes, qui les soutient logistiquement? Parait il qu’on ne pouvait plus bouger une oreille après le 11 sept, et là wahouuu une armée se lève et dévaste 2 pays entiers dont l’un entièrement occupé par les US!!! et tout ça sans la bénédiction des US mais avec l’argent des Saoudiens inféodé aux même US??? ahhh et la Turquie (ds l’OTAN tout de même) qui laisse passer des djihadistes ss cervelle et rachète pétrole et autres de ces même djihadistes transformés en hommes d’affaire après une journée de massacre de villageois (musulmans rappelez vous…)…

    Remplacez le mot “djihadiste” par mercenaire à la solde des USA et vous verrez que l’histoire ne fait que se répéter (histoire de la CIA et comment fait on pour déstabiliser et placer qui ils veulent à la tête de ces pays détruits) … Alors vous comprendrez que l’intervention des russes n’est franchement pas au goût des américains et donc par ricochet au français, au turc etc etc…

    Quand est qu’on va cesser de nous prendre pour des C O N 😉


    • Annouchka Le 07 octobre 2015 à 14h47
      Afficher/Masquer

      Karima,
      Ce que vous dites est confirmé par de nombreux faits (Ben Laden, créature des USA, un peu comme Hitler a été la créature du grand capital allemand, etc)
      Mais cela n’efface pas non plus d’autres aspects du problème, notamment le potentiel impérialiste et totalitaire de l’Islam. Ce n’est pas un hasard si des tribus arabes qui s’étaient contentées pendant des siècles d’un territoire modeste se sont subitement métamorphosées en reconquérants redoutables d’un immense empire au moment même ou elles adoptaient cette nouvelle religion qu’était l’Islam au VII siècle.
      La spiritualité musulmane est très belle (de nombreux ponts existent d’ailleurs entre elle et d’autres spiritualités, notamment la spiritualité chrétienne, dont elle est issue en partie) mais cela ne doit pas faire oublier la dimension politique du fait social Islam.


      • luc Le 07 octobre 2015 à 18h16
        Afficher/Masquer

        sans oublier le potentiel conquérant du christianisme, avec son lot de tortures lors de l’inquisition, de missionaires meurtriers et croisades guerrières etc
        on voit ces jours-ci des manifestants PEDIGA anti islam en allemagne qui brandissent des croix chrétiennes…
        mais le christianisme est intéressant… il a subi un hold up tout comme l’islam


        • languedoc30 Le 07 octobre 2015 à 21h57
          Afficher/Masquer

          Ce ne sont pas les catholiques, même extrémistes, qui posent problème aujourd’hui, Inutile de remonter aux croisades. Le problème énorme auquel nous sommes confrontés est l’islamisme radical et sa violence dévastatrice. Je me demande si l’Europe est en état de faire face.


          • Astatruc Le 07 octobre 2015 à 23h34
            Afficher/Masquer

            Bonsoir,
            Je pense que l’extrémisme religieux musulman est financé et mis en exergue avec les ficelles que savent si bien tirer les tyrans.
            L’Islam est lui aussi une marrionette utilisée à des fins de division.
            Beaucoup de musulmans ont peur de cet Islam là et s’en méfient.
            Ou comment diviser même dans les rangs religieux, l’attaque par l’intérieur.Il faut diviser les musulmans, c’est la deuxième religion du monde.


          • Anouchka Le 08 octobre 2015 à 09h43
            Afficher/Masquer

            “Inutile de remonter aux croisades”
            Ben si quand même. Et on peut rajouter la conquête des Saxons par Charlemagne, celle des Amériques, etc.
            Le fait que les Catholiques aujourd’hui ne posent pas problème, comme vous dites vient essentiellement du fait que l’Europe est très largement déchristianisée.
            Si Urbain II (pape francais) a eu tant de succès lorsqu’il a prêché la croisade à Clermont-Ferrant au XIe siecle, c’est qu’on se trouvait en Europe dans une période d’anarchie guerrière feodale telle, que seule l’église etait capable d’apporter ce petit supplément d’âme, cet idéal, cette espérance qui est nécessaire a tous les groupes sociaux pour réaliser leur cohésion (cf : mouvement de “la paix de Dieu” au Xe-XIe siecle). Remplacez “anarchie guerrière feodale” par “prédation neoliberale généralisée sur fond de course au pétrole” et vous aboutirez tres facilement à “Islam politique radical” en lieu et place de l’Eglise. Urbain II promettait aux croisés que s’ils mourraient au combat, ils iraient directement au paradis. Rien de plus contraire aux Evangiles… Et pourtant, ca a convaincu tout le monde. Le meme discours est tenu aujourd’hui par Daesh et consort. Meme s’ils ont un peu plus de versets du Coran a faire valoir pour justifier leur promesse, je pense qu’un spécialiste du Coran pourrait facilement leur prouver que ce n’est peut-être pas si simple… Et pourtant, la aussi ca marche.
            L’Islam, comme le Christianisme sont des religions qui prêtent le flanc aux dérives totalitaires et impérialistes parce qu’elles sont toutes les deux universalistes et prêchent un Dieu unique.


            • karima Le 08 octobre 2015 à 20h31
              Afficher/Masquer

              et que dire du génocide des royingas en Birmanie perpétré par des Bouddhistes… le bouddhisme n’est pourtant pas une religion monothéiste… Mettre tous les péchers du monde sur les religions monothéistes c’est un peu léger tout de m^me

              L’humanité porte en elle le meilleur comme le pire. Les humains se rassemblent en société et régulièrement ils font le ménage pour se donner plus de place!!! ainsi va le monde depuis toujours. Nous sommes toujours à la marge de certains!!!


      • karima Le 08 octobre 2015 à 07h14
        Afficher/Masquer

        Bonjour Anouchka, le potentiel impérialiste et totalitaire existe pour chaque idéologie quelle soit religieuse ou politique. C’est le contexte sociale qui determine qui finit par déterminer son impérialisme et son totalitarisme.

        faut il vous donner des exemples? L’histoire de l’humanité sur tous les continents en ai truffé d’exemples ( l’Allemagne pays de droit et démocrate n’a t il pas engendrer le nazisme, la France des lumières n’a t elle pas imposer la ségrégation avec la colonisation, les US plus grand melting-pot pot après la méditerranée ne sont il pas la cause de la déstabilisation du monde etc etc)

        Pour ce qui est de l’Islam puisque c’est la préoccupation du moment : il y a même pendant les périodes glorieuses de la civilisation islamique des périodes troubles avec des mouvements radicaux intégristes qui terrorisaient la population et imposaient une doctrine à la lettre. Mais ces groupes étaient n’ont jamais été jusqu’aux meurtres de masse de population musulmane et n’ont jamais détruit des traces du passée préislamique (la preuve en est, qu’il étaient encore présent jusqu’à notre époque )…

        La nouveauté est comment un groupe rigoriste, les wahhabites, en sont arrivée à un tel niveau, suivit par autant de musulman en dehors de leur air d’origine? Le wahhabisme est une doctrine de l’islam née en Arabie Saoudite au 18ieme siécle… elle était totalement inconnue par les autres régions musulmanes et donc les autres écoles… Et ce jusqu’à que les pétro dollars se déversent en Arabie avec l’aide des américains… L’influence de ces nouveaux missionnaires envoyés au quatre coins du monde pour soi disant re islamiser ces populations qui venaient pour la plupart de sortir du joug de la colonisation…

        Est ce que je continue????

        Aujourd’hui pour ceux qui ont gardé leur liberté de penser, nous sommes pris en étau entre des extrémismes de tout bord qui se nourrissent du décervelage des masses …


        • Anouchka Le 08 octobre 2015 à 14h59
          Afficher/Masquer

          Karima,
          “Ces groupes n’ont jamais été jusqu’au meurtre de masse des populations islamiques ni jusqu’à la destruction du passé pre-islamique”, la vous vous avancez un peu trop. J’étais il n’y a pas longtemps en Ousbekistan et ce n’est pas l’impression que j’ai retiré de la visite des musées ce pays. Le passé zoroastrien a ete systématiquement detruit apres la conquête islamique et les textes qui décrivent les conditions dans lesquelles la population a ete convertie montrent qu’il s’agissait de tout sauf de laisser le libre choix aux gens de se convertir ou non… Quand aux meurtres de masse entre chiites et sunnites, il me semble que c’est une vieille histoire.
          En revanche, vous mettez le doigt sur un point essentiel : c’est le contexte social qui fait qu’une religion devienne une ideologie au service des intérêts et de la volonté de domination d’un groupe.
          Les religions sont beaucoup plus complexes que ce que leur instrumentalisation en fait (c’est cette complexité justement qui garantit leur attrait tout au long des siecles).


          • Anouchka Le 08 octobre 2015 à 18h09
            Afficher/Masquer

            A ce propos, est-ce que quelqu’un aurait des infos sur l’accueil ou non de réfugiés syriens sur le sol russe, sur les débats publics qu’il y a éventuellement en Russie sur ce sujet (prises de position des autorités religieuses, etc.)?


          • karima Le 08 octobre 2015 à 18h31
            Afficher/Masquer

            meurtre de masse entre chiites et sunnites… ahhh et où et quand? Donnez moi un seul exemple de massacre du groupe dominant sur l’autre sous le pouvoir musulman de quelques régions que ce soit. Moi je n’en connait qu’un seul c’est la bataille de kerbala qui a été le fait fondateur du schiisme musulman.

            Depuis, il n’y a jamais eu de massacre d’envergure inscrit dans les textes ou les mémoires. La diabolisation des chi’ites par les wahabites et donc les salafistes n’est que tout à fait récente. Ces gens voudraient que l’antagonisme soit religieux alors que nous savons tous qu’il est d’abord politique… sinon pourquoi les chi’ites n’auraient il pas été génocidés depuis longtps? pourquoi y aurait il encore des communautés chi’ites en arabie saoudite etc etc etc

            Ce qui est très étonnant dans ce que vous dite à propos de l’Ouzbekistan c’est que l’islamisation s’est faite par les marchants arabes qui empruntaient les routes de la soie. Seul le midle East, l’Afrique du Nord et le sud de l’Europe on été conquis par des armées. La conversion obligatoire n’était appliquée que pour les polythéistes (pour faire court) et dans ces régions depuis le christianisme il n’en restait plus beaucoup. Les autres avaient le statut de Dhimmi (ie on leur foutait la paix tant qu’ils payaient une taxe et ne faisaient pas de prosélytisme)

            Bon après je n’ai jamais visité le musée dont vous parlez.


    • bobob Le 08 octobre 2015 à 00h47
      Afficher/Masquer

      @karima

      “Posez vous enfin la question essentiel qui est: ” a qui profite le crime?” en tous cas ni aux arabes ni aux musulmans!”

      Pas besoin d’espérer tirer un quelconque profit pour massacrer au nom de Dieu.
      Prenez l’exemple des catholiques et des protestants en France qui ont eu besoin de millions de morts pour commencer à réfléchir au concept de tolérance…


      • karima Le 08 octobre 2015 à 07h26
        Afficher/Masquer

        Le christianisme a eu ses périodes de massacre de masse, a été utilisé pour faire avancer la colonisation, et permettre de maintenir les peuples sous le joug des dictatures… et pourtant je ne dirais jamais que le christianisme porte en lui la violence et toute la rhétorique que je lis sur l’islam.

        Ce sont les sociétés qui font tordent les religions pour mieux les servire…
        si les média font un matraquage avec l’islam radical posé vous la question du pourquoi. Ne faite pas comme le troupeau de mouton, n’allez pas au bord du gouffre.


        • karima Le 09 octobre 2015 à 07h27
          Afficher/Masquer

          quand vous dite ” des personnes tue au nom de l’islam donc il y a un problème spécifique à la religion musulmane” c’est que vous êtes dans le troupeau de mouton… essayez de vous en extraire, ensuite vous verrez que vous trouverez un tas de monde autour de vous pour débattre de l’islam et des musulmans.
          😉


          • bobob Le 09 octobre 2015 à 16h06
            Afficher/Masquer

            … en France ! (ce n’est pas répété tous les 3 mots mais extraire seulement cette partie de mon propos, sans spécifier que dans tout ce message il est manifeste que je parle de la religion musulmane “EN FRANCE”, je trouve ça malhonnête)

            Donc précisons. Selon moi, le problème n’est pas la religion musulmane elle-même mais ce que certains font en son nom, aujourd’hui, en France.

            Il n’est donc peut-être pas impossible qu’il y ait un problème dans la manière dont est organisé ce culte en France, notamment avec certains de ceux qui y ont la charge de l’enseignement de cette foi.


  10. Lysbethe Lévy Le 07 octobre 2015 à 11h42
    Afficher/Masquer

    La Turquie, Israel se donne le droit de violer l’espace syrien et depuis pas mal de temps tant ils son sur de se “tailler des croupières” dans le territoire syrien selon le plan du grand-moyen orient décidé à Washington. Et même Israel a déjà acheté l’exploitation du “gaz syrien” bien avant la guerre. Voilà deux pays qui viole le droit international comme les Usa, l’UE, et c’est bien ce que reproche Poutine dans ces discours.

    IL est temps de siffler le temps de la récré et que le droit international soit enfin respecté. Mais les mauvaises habitudes prises avant que la Russie n’y mette son grain de sel, seront dures à stopper.


    • Caliban Le 07 octobre 2015 à 22h25
      Afficher/Masquer

      Yep, cela a commencé avec le Droit d’ingérence humanitaire, puis la guerre préventive, puis la guerre défensive préventive …

      Les dirigeants des pays riches, en premier lieu les Etats-Uniens qui disposent de 50% du budget militaire mondial, ne savent plus quoi inventer pour s’essuyer les pieds sur la Charte de San Francisco.

      Pour ceux qui ont connu la Guerre froide, c’est un étrange retournement de voir la Russie défendre le Droit international. C’est peut-être d’autant plus étrange pour les Français, dont l’intérêt bien compris devrait d’être – sinon à la place des Russes – mais à leurs côtés, faire cause commune.

      Comment en sommes-nous arrivés là ?
      A saboter à ce point notre diplomatie ?
      A ce stade ce n’est plus le vent de l’histoire qui tourne, c’est le mistral qui tourbillonne 😉


  11. Micmac Le 07 octobre 2015 à 11h59
    Afficher/Masquer

    On comprend pas mal de chose en regardant une bête carte… Il suffit de voir où se trouve la Turquie, la Syrie, la Mère Noire et le Caucase Russe.

    On comprend, entre autres, pourquoi les Russes ne peuvent absolument pas tolérer un “khalifat” en Syrie, surtout avec des frontières Turcs qui semblent très perméables aux mouvements de miliciens islamistes.

    Par contre, une fois de plus, la diplomatie française est complètement incompréhensible. Nous n’avons absolument aucun intérêt, ni économique, ni stratégique, à ce qu’un chaos de style libyen (ou pire…) s’installe en Syrie. Aucun.


    • Anne Le 07 octobre 2015 à 13h40
      Afficher/Masquer

      Est ce que la diplomatie française défend les intérêts français ? Non

      Est ce que le gouvernement français défend les intérêts des citoyens
      français ? Non

      Est ce que les apparatchiks français mis aux commandes des grosses entreprises françaises défendent les intérêts de leurs salariés ? Non

      Est ce une caractéristique de ceux qui ont le pouvoir, politique ou administratif, que de soucier du bien commun ? Non


  12. Alain Le 07 octobre 2015 à 12h00
    Afficher/Masquer

    Les occidentaux et leurs commensaux sont sans gênes et sans vergognes; ils violent quotidiennement l’espace aérien syrien et en plus bombarde son territoire et s’offusque que les Russes violent l’espace aérien turc si proche des cibles de l’EI, soi-disant leur ennemi.

    C’est comme la notion de légitime défense développée pour ce faire par Hollande; notion fondamentalement fausse puisque la légitime défense ne me permet pas d’aller tabasser mon voisin parce que je crois qu’il va venir m’agresser dans un avenir inconnu.

    Les occidentaux démontrent jour après jour qu’il y a le droit international à respecter par les autres et le droit sur mesure pour couvrir leurs propres actions

    Je suis curieux de ce que dirait Hollande si Poutine envoyait ses chars à Kiev comme légitime défense face aux diatribes anti-russes de ces néo-nazis patentés


  13. Noureiev Le 07 octobre 2015 à 12h17
    Afficher/Masquer

    Et si on revenait au point départ, à savoir le fait que Bashar el Assad s’était opposé au gazoduc Qatar vers Nabucco passant par la Syrie. Un gazoduc en contrepoids des arrivées de la Russie vers l’Europe. Cette main de fer des USA pour continuer sa domination mondiale. Après les regrets de Poutine au soutien de Khadafi, je ne pense pas qu’il lâchera el Assad et que toute insistance étrangère envenimera les hostilités ; ce qui pourrait justifier une présence chinoise dans le coin.


    • izarn Le 08 octobre 2015 à 21h51
      Afficher/Masquer

      Lacher Assad est une thèse de propagande:
      Qu’est ce qu’il vous faut comme preuve de plus, aprés 110 sorties de l’aviation russe?
      Vous croyez qu’il plaisante? Et comme ça il va changer d’avis aprés la moraline obamesque?
      Ne parlons meme pas de Hollande. Meme Bachar le snobe…
      Il suffit de voir les vidéos du massacre de jihadistes qu’il fait depuis une semaine.
      Il va jusque dans les chiottes…Sans toucher aux civils ni aux mosquées.


  14. belamicci Le 07 octobre 2015 à 18h08
    Afficher/Masquer

    J e suis complètement de l’avis de Karima .Daesh tout comme Benladen ancien agent de la CIA servent les intérêts infirects des Etats-Unis.Ce qui veut dire utilisés pour un temps,pour faire le travail de démolition des régimes surtout les républiques qui les dérangent dans leur projet diabolique dont nul n’ignore les desseins.Le citoyen lambda ne voit que la “réalité” qui se présente à lui sans aucune analyse .Quelle est la vraie source de ce conflit ?A qui profite le crime comme le dit à juste titre Karima ?La Syrie est au coeur du cyclone ,les républiques sont tombées l’une après l’autre dans cette région qui va de l’Afrique du nord (Lybie) en Asie (Afghanistan) en passant par le Moyen-Orient (Irak et Syrie).Pourquoi la Syrie est-elle si importante au point de devenir l’épicentre de tous les enjeux ,religieux,politique,économique et géostratégique .Le projet est clair ,il s’agit d’un remodelage de toute une région pour un projet bien planifié,tous les prétextes ne sont que mensonge.
    En effet les médias et les fausses accusations des Occidentaux font tout pour que Poutine ne se mêle pas de leus sales affaires et pour preuve comment 60 pays de la coalition ne sont pas venus à bout de Daesh !Et Hollande avec 4 petits appareils voudrait s’en débarrasser .De qui se moque-t-on ?On a besoin de Daesh pour entretenir le bourbier dans la région et particulièrement la Syrie pour faire tomber l’allié de la Russie.Comment se fait-il qu’après tant d’années on soit subitement parvenu à un accord du nucléaire avec l’Iran malgré les jeux joués par la france et Israel “fermement opposés”.
    Pourquoi l’Ukraine intéresse -t-elle tellement les occidentaux et maintenant ? Et n’est-ce pas de la provocation que de voir les USA décider de former à la frontière même de la Russie des soldats ukrainiens pour mieux se défendre avec les armes de l’OTAN?
    Pas à pas depuis le 11.09 le projet diabolique des Etats-unis est mis en pratique jusqu’à atteindre la Russie .
    Avant de parler des erreurs des frappes russes les USA devraient avoir la décence de se taire après le raid monstrueux et qualifié de criminel par l’ONG concernée sur l’hôpital de MSF de Kunduz pendant une heure alors que sa position GPS était connue de l’OTAN et de Washington!
    Bavure gravissime dont le dernier bilan est de 20 morts dont 12 de l’ONG et 8 patients civils dont 5 enfants et quelques 37 blessés
    Un raid qualifié de “dégats collatéraux possibles”,on” les croit “puisqu’ils nous ont habitués à ce genre de réponse indigne et inhumaine .Un exemple lors d’un débat (voir youtube) une journaliste a demandé à Madeleine Albright ex Secrétaire d’Etat ,avec 500 000 enfants morts en Irak vous trouvez que cela en valait la peine?et la Secrétaire de répondre froidement sans aucun état d’âme”oui çà en valait la peine”(et c’est une mère de trois filles).Une monstruosité dans la réponse et une mauvaise femme politique puisque le temps nous a montré que cela n’en valait pas du tout la peine avec les catastrophes humanitaires et les guerres civiles que cette guerre des Bush a engendrées.
    Les Etats-Unis sont champions de la manipulation et du mensonge .McNamara ancien Secrétaire d’Etat à la défense a reconnu bien plus tard que le Nord vietnam ne nous avait jamais lancé de torpilles sur nos destroyers et pourtant nous l’avons bombardé durant 12 ans (je précise au napalm aux armes chimiques et à l’agent “orange”) et les bombes larguées sur le Nord Vietnam étaient trois fois plus nombreuses que toutes celles utilisées durant la seconde guerre mondiale .
    Enfin chers amis trompés (pas tous heureusement) qui le premier a largué des bombes nucléaires à Hiroshima et Nagazaki?je continue.?


  15. izarn Le 08 octobre 2015 à 21h45
    Afficher/Masquer

    La Chine s’est de fait engagée avec la Russie depuis 2011.
    Militairement non, mais politiquement oui. Elle a soutenu le rouble.
    Inutile de dire qu’elle soutient Poutine en Syrie en réalité.
    Donc ce n’est pas “pourrait” ou “risque”, c’est la réalité objective.
    Elle financera la Russie, sans aucun doute.
    Donc épuiser le militaire russe doit etre considéré comme impossible.
    Poutine dit 4 mois. Si ça se trouve ils peuvent tenir dix ans et plus…
    La Russie est la, elle ne partira plus.


Charte de modérations des commentaires