Les Crises Les Crises
7.juin.20227.6.2022 // Les Crises

Taïwan : pour Joe Biden, une stratégie de guerre sur deux fronts ?

Merci 134
J'envoie

Avec ses commentaires sur Taïwan, Joe Biden évoque-t-il une stratégie de guerre sur deux fronts ?

Source : Responsible Statecraft, George Beebe
Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

Le président américain Joe Biden et le Premier ministre japonais Fumio Kishida (non présent sur la photo) assistent à une conférence de presse à l’Akasaka Guest House, le 23 mai 2022, à Tokyo, au Japon. Le président américain Joe Biden est au Japon pour une visite de 3 jours après un voyage en Corée du Sud. (Photo par Nicolas Datiche / POOL / SOPA Images/Sipa USA)No Use Germany.

Que ce soit intentionnel ou non, son insistance à dire que les États-Unis répondront militairement à toute attaque chinoise cache un changement dangereux.

La déclaration du président Biden à Tokyo lundi, selon laquelle les États-Unis répondraient militairement pour défendre Taïwan en cas d’invasion de la Chine, soulève d’importantes questions sur la nouvelle approche stratégique de Washington en matière de « concurrence entre grandes puissances » avec la Chine et la Russie.

Depuis l’ouverture de Nixon à la Chine au début des années 1970, un dicton fondamental de la stratégie américaine était que Washington devait avoir de meilleures relations avec Pékin et Moscou que celles qu’elles avaient entre elles. Cette approche minimisait la probabilité qu’ils coordonnent leurs activités en temps de paix contre les États-Unis, et réduisait également les risques que nous soyons confrontés à une guerre sur deux fronts contre deux formidables puissances nucléaires.

Cette approche fait désormais partie de l’histoire. Alors que la Chine s’est hissée au rang de rivale des États-Unis au cours de la dernière décennie et que Pékin et Moscou s’opposent de plus en plus directement à l’interventionnisme des États-Unis et à leur refus apparent de respecter leurs préoccupations fondamentales en matière de sécurité, Washington a mené des politiques qui ont, par inadvertance, encouragé un partenariat anti-américain entre la Russie et la Chine.

Contrairement à nos efforts du passé pour accentuer et exploiter les différences entre l’Union soviétique et la Chine communiste, les responsables américains ont de plus en plus dépeint nos relations avec la Russie et la Chine comme un match à mort idéologique opposant la démocratie à l’autoritarisme. Plutôt que de différencier nos rivaux, nous nous sommes concentrés sur l’unification du monde dans l’opposition aux deux, en laissant entendre que toute avancée avec l’un ou l’autre régime sera impossible en l’absence de changements politiques internes significatifs.

Dans le même temps, Washington a clairement indiqué qu’il ne respecterait pas les lignes rouges de sécurité établies de longue date par la Russie ou la Chine. « L’entrée de l’Ukraine dans l’OTAN est la plus vive de toutes les lignes rouges pour l’élite russe (et pas seulement pour Poutine) », a écrit le directeur de la CIA Bill Burns en 2008, alors qu’il était ambassadeur des États-Unis en Russie. « Je n’ai encore trouvé personne qui considère l’Ukraine dans l’OTAN comme autre chose qu’un défi direct aux intérêts russes. »

Pourtant, le président George W. Bush a insisté quelques mois plus tard sur le fait que l’Ukraine rejoindrait un jour l’OTAN et, à la suite d’un sommet vidéo en décembre dernier au cours duquel Poutine a exigé des garanties sur l’adhésion de l’Ukraine à l’Alliance, Biden a clairement indiqué « Je n’accepte les lignes rouges de personne » et il a mis en garde contre une réponse occidentale résolue si la Russie envahissait l’Ukraine.

Cet avertissement n’ayant pas réussi à dissuader la Russie d’envahir le pays, Biden avertit maintenant explicitement que les États-Unis répondront militairement à toute tentative chinoise de reprendre Taïwan par la force, mettant fin à des années « d’ambiguïté stratégique » délibérée quant à notre réponse probable et soulevant des doutes quant à notre politique « d’une seule Chine », qui est à la base des relations américano-chinoises.

Plusieurs hypothèses semblent sous-tendre le changement stratégique de l’équipe Biden. La première est que les performances militaires médiocres de la Russie en Ukraine ouvrent la porte à une perspective stratégique américaine fondamentalement améliorée, dans laquelle la Russie est tellement neutralisée militairement et économiquement que Washington ne doit pas s’inquiéter de la perspective d’une coopération sino-russe. Dans des discussions officieuses, des responsables américains suggèrent que la Russie ne sera plus capable d’envahir ses voisins européens et sera privée des apports économiques nécessaires pour alimenter son industrie de la défense et ses secteurs de haute technologie, ce qui permettra aux États-Unis de concentrer leurs ressources sur le traitement de la Chine. Au fil du temps, selon ce point de vue, la Chine considérera les liens étroits avec une Russie faible et dépendante davantage comme un handicap que comme un atout.

Le deuxième point est la conviction que toute allusion au fait que les États-Unis respecteront les lignes rouges russes ou chinoises en matière de sécurité ne permettra pas d’éviter une crise, mais ne fera qu’encourager l’agression, rendant la guerre plus probable que moins probable. Le refus de Biden d’offrir un quelconque compromis sur l’adhésion de l’Ukraine à l’OTAN a sans aucun doute été influencé par la crainte qu’une entente américaine avec la Russie puisse aiguiser l’appétit d’invasion de la Chine à Taiwan.

Son avertissement apparent, lundi, d’une défense militaire de Taïwan par les États-Unis (que la Maison Blanche a minimisé par la suite) reflète les préoccupations selon lesquelles l’incertitude de Pékin quant à notre réponse est plus susceptible d’encourager que de dissuader une agression.

Chacune de ces hypothèses mérite un examen critique. Même si la Russie continue de trébucher sur le champ de bataille en Ukraine, ses limites militaires conventionnelles augmentent la probabilité qu’elle s’appuie sur – voire utilise – son arsenal nucléaire pour faire face aux États-Unis et à l’OTAN, et cette menace croissante s’inscrira dans le contexte d’un contrôle des armements quasiment inexistant avec de faibles perspectives de relance. En outre, le potentiel de crises découlant de la faiblesse et du ressentiment de la Russie – et de la tentation d’autres pays d’exploiter les problèmes de Moscou – pourrait devenir un problème important pour Washington, interférant dans sa capacité à recentrer son temps et son attention de l’Europe vers l’Asie.

Plus fondamentalement, les États-Unis semblent avoir oublié que les intentions agressives ne sont pas les seules façons dont les guerres commencent. Les conflits peuvent également naître du fonctionnement du dilemme de la sécurité, lorsque des mesures destinées à dissuader l’agression et à défendre la sécurité d’un État sont perçues comme menaçantes par un autre.

Il en résulte un cycle d’action et de réaction dans lequel chaque partie pense que ses propres actions sont défensives et non agressives. Nous sommes depuis longtemps dans une telle spirale d’escalade avec la Russie, et aucune fin n’est actuellement en vue en Ukraine. Dans notre intention de dissuader l’agression chinoise contre Taïwan, nous alimentons par inadvertance une deuxième spirale déjà en cours avec Pékin.

Source : Responsible Statecraft, George Beebe, 24-05-2022

Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

antoniob // 07.06.2022 à 08h28

Décidemment le sophisme a la vie dure au point que même des détracteurs domestiques de la politique étrangère américaine le prennent pour argent comptant:
« les performances militaires médiocres de la Russie en Ukraine »
La Russie selon Zelinski a pris 20% du territoire ukrainien. La guerre se fait au sol essentiellement avec la consigne russe de limiter les pertes civiles dans une région dense en villes industrielles. C’est lent.
Que ne bombardent-ils pas massivement pour tout détruire sur des kms à la ronde. Ah oui, cela tuerait les civils aussi…

L’été dernier les américains ont quitté un Afghanistan occupé depuis 20 ans, sans aucun gain. Performance médiocre?

37 réactions et commentaires

  • Auguste Vannier // 07.06.2022 à 08h23

     » les performances militaires médiocres de la Russie en Ukraine  »
    L’article semble croire à cette affirmation qui n’est pourtant que le reflet de la propagande US.
    L’autointoxication par ses propres narratives de l’establishment Washingtonien devient hallucinant et fini même par être dangereux, au point d’encourager l’idée qu’une guerre contre la Chine et la Russie en même temps est tranquillement envisageable.Avec une telle perspective inutile de s’inquiéter du réchauffement climatique, nous risquons d’avoir bientôt un « hiver nucléaire » irréversible…

      +32

    Alerter
    • RGT // 08.06.2022 à 09h47

      « les performances militaires médiocres de la Russie en Ukraine »…
      Médiocres ?

      Pas tant que ça car les russes n’ont déployé en Ukraine qu’une petite partie de leurs troupes (~15%) soit au maximum 150 000 hommes face à une armée ukrainienne de 700 000 hommes et que les russes avancent certes lentement mais sûrement malgré la propagande occidentale.
      Et ce sont surtout des appelés pas du tout aguerris et peu formés, les meilleures troupes restant en réserves si d’aventure (très peu probable) l’OTAN décidait d’avoir l’idée saugrenue d’ouvrir un second front ailleurs.

      Et chaque jour durant lequel l’armée russe avance comme un rouleau compresseur (sans s’en prendre aux civils qui sont favorables à cette avancée) l’état ukrainien se délite un peu plus et de plus en plus de militaires ukrainens (pas les « brigades de la mort ») annoncent qu’ils ne combattront pas et se rendront à l’armée russe pour être nourris, soignés et traités dignement, ce que ne fait pas « leur » gouvernement à la botte des oligarques.

      Et l’avancée de l’armée russe est aussi sans doute favorisée par les populations civiles locales (russophones ne l’oublions pas) qui les aident à neutraliser les « gardiens de la révolution » dont ils ne veulent surtout pas…

      Ce qui fait que lorsque les troupes « légitimes » ukrainiennes sont défaites les villes et les villages se « rendent sans combattre » en accueillant les « envahisseurs » comme des libérateurs et sont très contents d’avoir une véritable aide humanitaire, une administration non corrompue et aussi des roubles qui permettent réellement d’acheter de quoi se nourrir contrairement à la monnaie de singe de l’état ukrainien.

      Dernier point à prendre au conditionnel, mais qui est quand-même une « tradition » en Ukraine depuis la chutte de l’URSS : Il semblerait que toute l’aide occidentale (même militaire) soit « interceptée » par les oligarques pour compenser les « pertes » causées par l’invasion russe.
      L’aide alimentaire et civile serait ensuite revendue aux civils (les plus nantis, les pauvres qui ne peuvent pas payer crèvent) et l’aide militaire est ensuite redistribuée à leurs bataillons privés pour les maintenir en état ou elle est ensuite revendue à l’état car il n’y a pas de petit profit…

        +6

      Alerter
  • antoniob // 07.06.2022 à 08h28

    Décidemment le sophisme a la vie dure au point que même des détracteurs domestiques de la politique étrangère américaine le prennent pour argent comptant:
    « les performances militaires médiocres de la Russie en Ukraine »
    La Russie selon Zelinski a pris 20% du territoire ukrainien. La guerre se fait au sol essentiellement avec la consigne russe de limiter les pertes civiles dans une région dense en villes industrielles. C’est lent.
    Que ne bombardent-ils pas massivement pour tout détruire sur des kms à la ronde. Ah oui, cela tuerait les civils aussi…

    L’été dernier les américains ont quitté un Afghanistan occupé depuis 20 ans, sans aucun gain. Performance médiocre?

      +40

    Alerter
    • UBU_53 // 07.06.2022 à 09h12

      Ils ont même aidé à installer un régime très pacifique et très démocratique: les taliban
      C’est une victoire du « bien » sur le « mâle » …. ????

        +15

      Alerter
      • RGT // 08.06.2022 à 10h04

        Ils n’ont pas aidé à installer les talibans, ils ont une SECONDE FOIS installé les talibans au pouvoir.

        N’oublions pas que les talibans ont été initialement pris le pouvoir avec l’aide des USA car ils avaient fait miroiter aux occidentaux cupides la possibilité du TAPI, gazoduc permettant de court-circuiter la Russie pour exfiltrer le gaz d’Asie centrale à la barbe de Moscou…

        Alors que Massoud n’avait pas pris d’engagement, souhaitant d’abord pacifier le pays et installer un système politique réellement démocratique avec, entre autres, le respect de la dignité des femmes.

        Vous comprenez l’historique du bordel que les afghans ont dû subir depuis la fin des années 70 ?

        Et juste pour « faire chier les russes ».

        Les afghans, ils s’en foutent, et s’ils pouvaient tous crever jusqu’au dernier ce ne serait pas plus mal car les USA pourraient alors installer une base militaire sur un territoire « désinfecté » leur permettant de contrôler l’Iran et et leur « allié » pakistanais tout en emmerdant la Russie…

          +4

        Alerter
        • jacques // 16.06.2022 à 18h39

          J’ai bien compris aussi que les USA avaient rien à « foutre » de l’Europe et de la France en particulier.
          L’affaire des sous-marins est bien là pour nous le rappeler.

            +0

          Alerter
    • Alain // 07.06.2022 à 11h39

      Et si on parlait des performances militaires de l’OTAN en Afghanistan qui se sont fait botter le cul par 20.000 talibans sans armement lourd, soit une force nettement moins puissante que l’armée ukrainienne.

        +17

      Alerter
      • 6422amri // 07.06.2022 à 13h21

        Avant il y a eu les russes qui y ont perdu plus de 20.000 hommes…mémoire sélective ? Partis eux aussi peu glorieusement..

        Avant il y a eu les troupes de sa gracieuse majesté et bien avant les troupes d’Alexandre le Grand.

        Les prochains seront probablement les chinois..

          +3

        Alerter
        • RGT // 08.06.2022 à 10h28

          « Les prochains seront probablement les chinois. »

          Les chinois sont bien trop malins pour aller s’empêtrer dans le bourbier afghan.

          Ils préféreront :
          – Soit signer des accords de coopération (business avant tout) tout en ne se préoccupant pas des affaires internes de leur « partenaire » (ce qui n’est pas le cas des occidentaux qui veulent tout régenter).
          – Soit ignorer totalement ce voisin si ce dernier ne vient pas foutre le bordel sur leur territoire.

          Et l’URSS est allée en Afghanistan à reculons, suite à la demande insistante d’aide du gouvernement légal afghan de l’époque qui voyait sa population massacrée par des salafistes psychopathes (Ben Laden et ses copains) en provenance des pétromonarchies avec le soutien illimité des USA. Les USA qui voulaient absolument que l’URSS ait aussi « son Vietnam » pour que leurs vassaux « alliés » aient une défaite de « l’ennemi » à se mettre sous la dent afin de leur faire oublier la déculottée US contre des « gueux » dépenaillés…

            +4

          Alerter
    • 6422amri // 07.06.2022 à 13h01

      La Russie selon Zelinski a pris 20% du territoire ukrainien.

      Ceci comprend les républiques (?) reconnues par Moscou AVANT l’invasion ET la Crimée plus ce qui est occupé par la Russie depuis le début de l’invasion.

      En face d’une armée qui dispose de peu de moyens aérien, qui a commencé cette guerre sans réel moyens d’artillerie a longue distance, dont les morts et les blessés dans la population civiles ne se comptent plus on peut parler d’une performance pitoyable.

      Hier bombardement du principal terminal d’exportation de grains à Mykolaiv, destruction systématique du patrimoine culturel ukrainien (églises, musées, centres culturels, bibliothèques), vols dans les musées ukrainiens des territoires conquis (trésor des scythes à Melitopol).

      Vos amis mènent une guerre coloniale sous la protection d’un bouclier nucléaire.

      La campagne a été une faillite logistique totale. Après le retrait surnommé pompeusement – fin de la première phase – la Russie avec plus de 90 BTG n’est même pas capable d’occuper le Donbass. Depuis plus de 2 semaine elle tente, sans succès de prendre la ville de Severodonetsk et croit tellement dans un succès foudroyant que les russes creusent des fortifications pour protéger Kherson. Au nord les troupes russes ont été repoussé loin de Kharkiv, près de la frontière de la Russie.

      Cette guerre va durer longtemps, pas une promenade de 3 jours, une faillite totale du renseignement russe sur les capacités militaire de l’Ukraine.

      J’ai du mal à compter les livraisons de matériel moderne particulièrement léthal qui est maintenant livré. Artillerie mobile de 155 (les canons Caesar français font un travail remarquable), plus de 400 de diverses provenance, chars Leopard, avions livrés en pièces détachés (SU-25), une noria de missiles anti-chars, missiles et batteries de défense côtières, plus de 400.000 obus de 155, la Slovaquie et la Pologne ont décidé de répondre aux besoins de l’Ukraine pour du matériel moderne avant de servir leurs armées.

      Les USA vont livrer des drones Prédator (MQ-90), etc, des batteries de missiles M270 avec des portées de plus de 70 kilomètres, capable de livrer des sous-munitions.

      Il y a un avion cargo C17 qui se pose toutes les 90 minutes, 24 heures sur 24, avec du matériel destiné à l’Ukraine.

      La récréation est terminée.

        +5

      Alerter
      • Larousse // 07.06.2022 à 13h21

        Merci 6422 de défendre la réalité, de rétablir des faits… et comme vous avez bien raison… « récréation terminée. ». Les Ukrainiens vont pouvoir passer à la contre-offensive, infliger de lourdes pertes aux Russes et reprendre du terrain…il faut l’espérer jusqu’ à terme libérer le Donbass, Kherson où la population les accueillera en libérateurs … et pourquoi pas il faut l’espérer reprendre la Crimée… c’est heureux d’entendre des sons de cloches différents… face aux « pro-Putin’… donc continuez à nous donner des informations précises …

          +4

        Alerter
      • antoniob // 07.06.2022 à 16h02

        > Vos amis mènent une guerre coloniale sous la protection d’un bouclier nucléaire.

        ils prennent exemple sur les américains…

        les raisons de la guerre ont été mille fois exposées, en vain …. L offensive sur Kiev était ou pas un échec selon le but que les russes avaient, qui n’est pas clair, Le retrait de Kharkov était par contre clairement stratégique (sortir des troupes ukrainiennes au nord de la ville)

        Ce n’est pas le lieu ici pour discuter des propagandes militaires des uns et des autres. Severodonetsk et plus encore Lissichansk devrait prendre du temps pour des raisons urbaines et topologiques évidentes. Comme Marioupol mais en plus petit. A moins que comme déjà indiqué les russes procèdent au tapis de bombes qui tue tout en dessous.

        Ce qui est vérifiable c’est la prise de l’oblast de Kherson et de la majeure partie de la Zaporajie, qui avec le sud de Donetsk (Marioupol), sont en restructuration rapide. Les russes vont plutôt réduire Kiev en cendres que de lâcher cela.

        > Il y a un avion cargo C17 qui se pose toutes les 90 minutes, 24 heures sur 24, avec du matériel destiné à l’Ukraine.

        ça fait un moment que des cargos américains se posent toutes les 30 secondes en Pologne…. C’est la « main d ‘oeuvre ukre » qui va manquer.

        > patrimoine

        pour l’instant villes industrielles soviétiques récentes essentiellement. Récemment les ukrainiens ont mis le feu à l’église en bois d’un monastère. Orthodoxe oriental de style nord-russe. Les galiciens sont des catholiques gréco-romains et détruire un bâtiment orthodoxe pour eux c’est comme pour un albanais brûler une église serbe.
        A d’autres….

          +15

        Alerter
  • UBU_53 // 07.06.2022 à 08h29

    Clair comme de l’eau de roche ….
    Ce pays; les USA, ne peut vivre que s’il organise des conflits armés ….. chez les autres
    Les exemples ne manquent pas Balkans, Irak, Syrie, Afghanistan, Yémen, sans oublier tous les pays d’Amérique latine Chili, Colombie, Venezuela …….
    Alors Ukraine et ensuite la Chine
    Enfin les manchots de terre Adélie car il ne restera pas beaucoup de pays à détruire sur la planète

      +31

    Alerter
  • Thierry Balet // 07.06.2022 à 08h33

    A se demander si au fil du temps l’oncle Sam ne sait faire que la guerre. Quand l’argent ne sert qu’à construire des portes-avions pendant qu’au fin fond du Minnesota il n’y a même plus de crédit pour changer une ampoule dans une école (…)on ne peut qu’aller au désastre….

      +31

    Alerter
  • Louis // 07.06.2022 à 08h57

    Les USA œuvrent pour une grande mondialisation avec pour chef… le patron des USA.. Il me semble nécessaire que la France quitte le commandement intégré de l’OTAN. Regardons la Suisse ce petit pays mais cette grande civilisation..

      +24

    Alerter
  • Lev // 07.06.2022 à 09h58

    Qu’attendre de ce flot de textes issus de la presse néolibérale américaine ?
    Savoir ce que veulent les néoconservateurs et décoder leur communication ? Guère plus

      +12

    Alerter
  • CactusZen // 07.06.2022 à 11h10

    Je pense que la déclaration de Biden est le paiement à Taiwan pour les sanctions contre la Russie dans le secteur hautement stratégique des semi-conducteurs. D’autant que les 2 ont été annoncés approximativement en même temps.
    Il faut dire que ces sanctions sont un jeu particulièrement dangereux pour le gouvernement Taiwanais, ils ont intérêt à bien couvrir leurs arrières.
    Personnellement j’aurais exigé plus de garanties qu’une déclaration fébrile d’un président au pouvoir décroissant. J’espère pour eux qu’ils en ont reçu d’autres avec plus de valeur que la promesse de l’OTAN de ne pas s’élargir vers l’Est.

      +6

    Alerter
    • antoniob // 11.06.2022 à 13h37

      le secteur des semi-conducteurs est justement celui qui devrait faire l’objet d’une rupture.
      La Russie dispose de lithogravure outour des ~180 nm, pour des processeurs technologiques dédiés, notamment une partie de ceux utilisés par l’armée et l’aérospatiale. Mais cela ne permet pas de soutenir un marché domestique en serveurs pour les centres de données, et toute l’informatique de pointe.
      Actuellement, les russes paient plus cher car ils passent pas des intermédiaires asiatiques qui n’appliquent pas de sanctions.

      Dans ce secteur c’est la Chine qui a investi dans le but de s’autonomiser. et plus récemment l’inde qui investit massivement.
      Processus classique de décolonisation. A terme, des tensions vont s’accentuer à ce niveau qui vont mettre de plus en plus en porte-à-faux l’intransigeance américaine.

        +1

      Alerter
      • L’illustre_inconnu // 11.06.2022 à 15h36

        Et accessoirement, la Russie exporte près de 50% du gaz néon et (35% du Palladium)indispensable à la fabrication de semi-conducteur. Voir 90% si on inclus l’Ukraine, manque de bol l’usine qui fabrique est « HS » pour cause de guerre.
        Ca et les autres matières premières, l’hiver s’annonce rude…

          +0

        Alerter
  • Alain // 07.06.2022 à 11h41

    Je serais curieux de la réaction des Etats-Unis en cas de séparatisme du Texas qui recevrait un soutien et une promesse de défense militaire de la part du Mexique.

    Quand on voit qu’ils menacent déjà les îles Salomon qui n’ont visiblement pas le même droit que l’Ukraine de choisir ses alliances

      +25

    Alerter
  • ceroxon // 07.06.2022 à 14h36

    Objectivement, les Russes ont déjà du laisser tomber Kharkiv et Kiev et bloquent depuis un mois après avoir pris 20% du territoire Ukrainien seulement. De toute façon ils ne seront pas permis de gagner. La situation s’enlisera mais si vraiment les Russes parvenaient à faire des progrès significatifs alors ultimement les pays européens/usa enverraient des troupes. Ils retarderont cette échéance au maximum en espérant que la Russie s’essoufflera avant. En attendant, la stratégie Américaine/Européenne de faire durer la guerre pour épuiser la Russie au dépends des Ukrainiens marche de mieux en mieux chaque jour.

    Je ne serai pas surpris si dans quelques temps quand la Russie sera au bord d’accepter des conditions raisonnables, « subitement » L’otan et tous les autres estimeront que « la russie est all »e trop loin et au nom de la paix dans le monde blablablabla….. NOUS ALLONS DEPOUTINISER LA RUSSIE!!!!! ». Résultat la russie se retrouve comme l’Allemagne partitionné en deux. LA russie « occidentale » à l’ouest de l’oural, et la russie « Orientale » à l’est. La chien et l’inde prennent les ressources dont elles ont besoin en russie orientale et les européens font pareil en Russie occidentale.

    Les risques d’une guerre nucléaire? ON S’EN FICHE!!!! Ce temps là est terminé. Les divers dictateurs dans le monde doivent comprendre que l’arme nucléaire est dissuasive jusqu’à un certain point. La corée du nord ou l’iran ne sont pas en train de se renforcer et de se emttre à l’abri avec leurs programmes nucléaires, ils sont en train de se dessiner une cible sur le front.

      +2

    Alerter
    • 6422amri // 07.06.2022 à 15h57

      Vous êtes bien le seul a être un peu réaliste sur l’opération spéciale russe sur ce site. Des troupes de l’OTAN sur le sol ukrainien ? NON.

      Nous assistons à une course entre les fournisseurs de l’Ukraine en armes de plus en plus meurtrières, de plus en plus précises, sans limite de quantité, de moyens financiers et une armée russe qui piétine, qui n’a pas changé de doctrine depuis des années, qui manque de décentralisation, d’initiatives locales, etc.

      Zelinski a déclaré que l’Ukraine perdait 100 soldats par jours, 500 blessés, les pertes russes sont comparables. Les états-majors occidentaux, très bien renseignés, évaluent les pertes russes a 15.000 tués ce qui doit faire 45.000 blessés (le ratio de 1 à 3 est la norme pour les conflits de haute intensité).

      Conditions raisonnables ? L’Ukraine qui sait qu’elle peut maintenant gagner ne semble pas prête à la moindre concession. Je suis un peu septique mais Zelensky affirme pouvoir mettre sur le terrain une armée de 1 million d’hommes, équippés, entraînés dès le mois de Juillet.

      La chute de la maison Russie ? Pas plus. Poutine est tombé dans un piège, tout simplement.

        +2

      Alerter
      • RGT // 08.06.2022 à 11h02

        Les USA et l’OTAN défendront l’Ukraine jusqu’au dernier ukrainien.
        Et n’enverront surtout pas le moindre bidasse se faire massacrer sur le terrain car il seraient immédiatement considérés (à juste titre) comme cobelligérants ce qui entraînerait des représailles, puis la mobilisation de tous les pays de l’OTAN qui n’ont pas vraiment envie (malgré les discours officiels) de se retrouver en première ligne en cas de conflit…

        Pour l’instant c’est bien la corruptocratie et les oligarques qui sont en PLS, c’est à dire les « valeurs profondes » de cet état décomposé qui avait trouvé sa seule voie de survie dans une association avec les occidentaux qui échangeraient des $$$$ pour les oligarques contre la possibilité pour les USA d’installer des bases à la frontière russe…

        Le peuple ukrainien n’a, comme dans tous les « états modernes et démocratiques », pas son mot à dire et doit aveuglément suivre les injonctions de ses « dirigeants bienveillants » (pour eux-mêmes) et se faire massacrer sans protester.

        Le problème de l’Ukraine, c’est que les parties est et sud (Novorossia) ont été arrachées à la Russie par les bolchéviks afin de créer un état artificiel qui permettrait de diminuer l’influence de la Russie dans l’URSS…
        Et que les populations de ces anciennes parties russes souhaitent simplement vivre comme elles le faisaient depuis des siècles et parler leur langue natale.

        Finalement, et sur le FOND, la Russie ne fait en Ukraine que ce qu’a fait l’OTAN en Serbie…

        Tout en créant une zone de sécurité à ses frontières.

        Les occidentaux feraient mieux de fermer leurs gueules.

          +7

        Alerter
        • ceroxon // 08.06.2022 à 23h49

          Pas d’accord. Les USA et l’europe n’enverront pas d’homme à priori aussi longtemps que cela peut être évité. Cependant si le choix ultime c’est soit l’entrée en guerre de l’otan, soit la victoire de la russie, alors ils choisiront l’entrée en guerre de l’otan. Ils ont beaucoup trop à gagner et beaucoup trop à perdre. Ils savent aussi que plus jamais la russie ne refera cette erreur. ce n’est pas leur meilleur chance d’en finir, c’est la SEULE. En l’état actuel des choses, vu comment la russie est mal embringuée, ca ne devrait pas être nécessaire. La guerre par procuration en utilisant les ukrainiens comme soldat devrait largement suffire.
          De plus, quand les occidentaux sont les « méchants », ok ils sont les « méchants » (irak, vietnam, palestine etc…). Mais dans cette historie, pour la première fois depuis longtemps, c’est eux les « gentils ». Raison de plus pour laquelle ils ne laisseront pas filer l’occasion. c’est une opportunité inespérée de redevenir « les gendarmes du monde ».

            +0

          Alerter
      • Larousse // 08.06.2022 à 11h39

        Un commentaire réaliste. Oui, défaite historique de la Russie à venir, et pour éviter réapparition d’un Poutine autre… dislocation de la Russie en 3-4 morceaux, enfin accès aux investissements occidentaux à 100% favorables à l’Occident dans des territoires démocratiques…Bientôt l’UE pourra crier victoire avec une Russie débarrassée de l’actuel tyran et utile à nos besoins démocratiques….

          +2

        Alerter
      • Anne L. // 13.06.2022 à 12h25

        Vous êtes toujours très-bien-renseigné et donnez de Grandes Leçons. Merci à vous.

        Mais les faits sont têtus.
        https://www.investigaction.net/fr/une-victoire-totale-en-ukraine-le-new-york-times-change-son-fusil-depaule/

          +1

        Alerter
  • Subotai // 07.06.2022 à 20h40

    «  »Dans des discussions officieuses, des responsables américains suggèrent que la Russie ne sera plus capable d’envahir ses voisins européens » »
    ———-
    Il faudra m’expliquer comment une Fédération de 85 entités politiques, avec 35 langues d’État, comptant 146 millions ha pour une superficie d’un peu plus de 17 millions de km serait en mesure de conquérir un ensemble comme l’UE de 447 millions ha et surtout : pourquoi faire?
    Déjà qu’ils n’arrivent pas à développer leur propre territoire pour cause d’insuffisance démographique.
    Par contre dépecer la Fédération de Russie pour en piller les ressources est un objectif officiel des USA et de l’OTAN.

      +15

    Alerter
    • RGT // 08.06.2022 à 11h30

      Depuis toujours, la principale préoccupation de la Russie a été de protéger ses frontières contre les envahisseurs.
      Que ces envahisseurs viennent de l’est ou de l’ouest.

      Les russes veulent juste qu’on leur foute la paix et qu’on les laisse vivre comme ils l’entendent.

      Ce qui n’est pas le cas des occidentaux qui depuis le XIIè siècle veulent entre autres les « convertir à la Véritable Foi Chrétienne » et désormais au « mode de vie libre du sacro-saint modèle occidental »..

      Regardez ce qui s’est passé au Vietnam et dans d’autres colonies de par le monde…

      Avec les russes, c’est exactement la même chose. Ils sont accueillants vis à vis des étrangers qui viennent en paix mais son prêts à se battre si on veut les soumettre.

      Par contre, malgré toute la « mythologie » officielle la France (surtout ses dirigeants) n’est pas du tout prête à se battre pour défendre son mode de vie et ses idées.
      Il suffit de regarder ce qui s’est passé pendant l’occupation nazie : La collaboration a été la motivation de L’IMMENSE MAJORITÉ de la population ET des « élites », avec bien sûr un retournement de veste opportun quand la situation a changé.
      Regardez le film « Les chinois à Paris » de Jean Yanne.
      Il a été descendu en flèche car il montrait les compromissions à TOUS les niveaux de la population mais surtout des « élites ».

        +3

      Alerter
      • Dominique65 // 08.06.2022 à 16h54

        La collaboration aurait été le fait de l’immense majorité en France ? Tu as beau le gueuler (majuscules), ça n’est que refaire l’Histoire.

          +0

        Alerter
    • antoniob // 11.06.2022 à 13h46

      > Il faudra m’expliquer comment une Fédération de 85 entités politiques, avec 35 langues d’État, comptant 146 millions ha pour une superficie d’un peu plus de 17 millions de km serait en mesure de conquérir un ensemble comme l’UE de 447 millions ha et surtout : pourquoi faire?
      —-

      et oui c’est absurde comme idée. Mais justement c’est le propre des intox, arguments, faux-drapeaux américains. Les motifs supposés prêtés aux autres peuvent être complètement absurdes, cela passe quand même.

      Songez à 2003: Allemagne et France avaient souligné l’absurdité au sujet des ADM de Saddam. Pourtant les anglos sont allés de l’avant en s’essuyant les pieds sur l’ONU.
      Dorénavant, Allemagne et France sont dirigés par des atlantistes. Et donc plus gros plus ça passe.

      Il s’agit de construction rhétoriques effectivement frappadingues, mais dans la mesure où le système des élites au pouvoir le matraque comme pravda en granit, nous n’y pouvons rien, cela reste la musique de fond.
      La césure entre les élites et les populations est énorme, mais ainsi vogue la nef….

        +1

      Alerter
  • La main du Kremlin // 08.06.2022 à 07h43

    Je ne comprend pas ce conflit , Taiwan c ‘est la Corse qui fait sécession avec l ‘appui des Américains

      +3

    Alerter
    • Myrkur34 // 08.06.2022 à 08h43

      C’est la dissonance entre les désirs des peuples et le ressentiment historique…La Chine vu l’histoire de Hong-Kong et la manière dont s’est faite la concession pour 99 ans à l’Empire britannique désirait forcément, ardemment remettre la main dessus, mais entre temps les hong-kongais jeunes ou moins jeunes ont vu les différences au cours des décennies entre les deux systèmes et que voulez vous, la liberté même capitaliste a ses attraits indéniables que n’a pas le système chinois qui lui aussi est corrompu à sa manière.
      Donc pour un jeune hong-kongais ou un jeune taïwanais, franchement je ne vois pas en quoi le système chinois puisse être attrayant. L’amour de l’ancienne patrie millénaire ou la réparation historique ? Rien à battre pour la grande majorité des gens, priorité à la liberté de pouvoir l’ouvrir même de manière illusoire vu les forces en présence dans un système capitaliste et des élections libres même s’il y a tellement de manière de les « diriger » ou de faire voter dans le « bon sens » le 1/3 des électeurs inscrits pour obtenir tous les pouvoirs pour le cas particulier de la France.
      Coté Corse, c’est bizarre, la majorité silencieuse a voté à 56 et 57% (donc en gros 35/40% des électeurs inscrits) dans les 2 départements pour Marine Le Pen pour la présidentielle 2022, donc contre l’autonomie lâchée en 15 jours par nos peintres du dimanche (pour éteindre le feu coûte que coûte avant l’élection). En 2017 , les 2 départements corses avaient voté pour Macron. Une autre dissonance entre des manifestants et des élections.

        +0

      Alerter
      • antoniob // 11.06.2022 à 14h19

        > pour un jeune hong-kongais ou un jeune taïwanais, franchement je ne vois pas en quoi le système chinois puisse être attrayant.
        —-

        en fait le différentiel économique et technologique entre Hong-Kong et Chenjen en face en métropole communiste, s’étant réduit à zéro, la différence en termes de conditions de vie est celle entre grandes villes chinoises et campagnes reculées, et plus comme dans les années 1960 à 1980 entre communisme et capitalisme.

        dans le quotidien qu’il y ait un parti politique ou plusieurs ne change rien. Regardez l’UE qui de facto a supprimé les partis, vu qu’il ne peut y avoir qu’une réelle voie: celle de la Commission.
        Voyez en France, les élections à résultat pré-programmé avec Macron.

        in fine à conditions de vie similaires, les formalités du système politique importent peu.

        A Hong-Kong c’est le reliquat des anglos et des chinois de leur bord, qui tente de s’accrocher à l’ancien système anglo, mais sans résultats.
        J’ai même connu une chinoise de Hong-Kong en 2015/2016 à qui je posais la question « alors cette révolution des parapluies jaunes? » et qui me répondait « hein quoi? » et après que je détaille, rétorquais « ah oui il y a eu des manifs à un moment donné » sans plus …

          +1

        Alerter
  • Auguste Vannier // 08.06.2022 à 09h28

    « Vous êtes bien le seul (@ceroxon) a être un peu réaliste sur l’opération spéciale russe sur ce site. »
    Ainsi,@6422amri,vous devez vous sentir un peu moins seul …
    Sans vouloir être aussi ironique que @Larousse:
    est-ce bien réaliste de prendre la propagande de guerre d’un seul camp pour argent comptant?
    Une lecture salutaire pour tout citoyen qui cherche à se faire une opinion malgré la censure directe et indirecte qui sévit:
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Principes_%C3%A9l%C3%A9mentaires_de_propagande_de_guerre

      +2

    Alerter
  • yannos // 09.06.2022 à 07h46

    il serait intéressant que les discussions sur ce sujet évitent des expressions comme « pro poutine », qui, à mon sens, ont le même rôle dans l’espace médiatique que « complotiste » ou « conspirationniste ».
    A ce sujet, je renvois à la magnifique couverture du « point » de cette semaine qui pousse dans cette même direction avec toute la finesse, rigueur et objectivité dont cet hebdo est capable.
    Là, c’est spectaculaire.

      +1

    Alerter
  • Hiro Masamune // 09.06.2022 à 10h05

    Je comprends pas trop l’entêtement des ricains sur le sujet. Les mecs ont tordu le bras à TSMC pour qu’ils construisent des fabs aux states , idem avec Broadcom et AMCC , Intel construit encore ses fabs sur place … dans quelques années ils vont diminuer les besoins en silicium avec le quantique (et surtout les watts que ça bouffe …).
    Bref , ils ont pas « besoin » de Taïwann à part pour le prix.
    C’est encore un égotrip d’une wanabee thalassocratie qui veut absolument pouvoir bloquer la route Tsuchima, Formose, Malacca, La Sonde ? Genre les gibees au XIXeme ? C’est un message pour les Chinois, genre toi suivre nous sur sanctions sinon moi bouffer cucul toi ? Si c’est le cas, les chinois ont répondu, c’est dans le global times d’hier …

      +1

    Alerter
    • Grd-mère Michelle // 10.06.2022 à 16h27

      Je ne comprends pas trop votre commentaire bourré de termes inconnus du « grand public » qui a, plus que jamais, besoin de s’informer correctement pour discerner à quelle sauce on veut le manger… et pour réussir à réagir…
      À quoi sert de parler, d’écrire, si ce n’est pas dans le sens d’une communication la plus large possible?

      Exemple de l’importance des mots dans la marche du monde: l’Ukraine, qui fut nommée pendant longtemps « le grenier à blé de la Russie » est désormais désignée comme  » le grenier à blé du monde ». Normal: depuis son indépendance, y poussent en abondance, dans ses plaines fertiles et tempérées, toutes sortes de céréales OGM (dont l’UE à interdit la culture grâce à l’opiniâtreté des activistes pour la santé de la terre et de ses habitant-e-s), cultivées avec efforts par les agriculteurs (et à l’aide des poisons chimiques qui détruisent les sols et la biodiversité), et rachetées à bas prix par ceux-là même qui leur ont vendu les semences(voir les pratiques de Monsanto/Bayer).

      Le monstrueux jeu de Monopoly/Stratego engagé entre les « grandes puissances » supportées par (ou supportant) les acteurs du « Grand Marché » doit cesser, et celà n’arrivera que si les divers « peuples » se rebellent contre les « autorités » qui pensent et parlent à leur place, et réussissent à cerner et exprimer leurs RÉELS désirs.

        +0

      Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications