Les Crises Les Crises
26.mai.202226.5.2022 // Les Crises

La dangereuse stratégie de Biden pour l’Ukraine : pas de fin de partie

Merci 209
J'envoie

Avec sa stratégie visant à « affaiblir » la Russie, le président américain risque de transformer la guerre en Ukraine en une guerre mondiale.

Source : Foreign Policy, Michael Hirsh
Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

Le président américain Joe Biden rencontre le secrétaire à la Défense Lloyd Austin, le président des chefs d’état-major interarmées Mark Milley, des membres des chefs d’état-major interarmées et des commandants de combat à la Maison Blanche à Washington le 20 avril. WIN MCNAMEE/GETTY IMAGES

Par une série de changements spectaculaires cette semaine, le président américain Joe Biden et ses alliés de l’OTAN ont transformé leur politique d’aide à la défense de l’Ukraine contre l’agression russe en une politique visant à saper le pouvoir et l’influence de la Russie elle-même. Ce faisant, certains observateurs craignent qu’ils ne laissent au président russe Vladimir Poutine guère d’autre choix que de se rendre ou de redoubler d’efforts sur le plan militaire, ce qui laisse entrevoir la possibilité d’étendre sa guerre au-delà de l’Ukraine.

Jeudi, Biden a exhorté le Congrès à fournir 33 milliards de dollars d’aide militaire, économique et humanitaire supplémentaire à l’Ukraine, soit plus du double du montant précédent, et a déclaré qu’il envoyait un message clair à Poutine : « Vous ne réussirez jamais à dominer l’Ukraine ». Au-delà de cela, a déclaré Biden lors d’une allocution à la Maison-Blanche, la nouvelle politique vise à « punir l’agression russe, à réduire le risque de conflits futurs. »

Cette déclaration fait suite à celle, tout aussi claire, du secrétaire américain à la Défense, Lloyd Austin, qui, à l’issue d’une rencontre à Kiev avec le président ukrainien Volodymyr Zelensky, a déclaré que l’objectif des États-Unis était désormais de réduire la puissance de la Russie sur le long terme afin qu’elle n’ait pas la « capacité de reproduire » son assaut militaire contre l’Ukraine. « Nous voulons voir la Russie affaiblie au point qu’elle ne puisse pas faire le genre de choses qu’elle a faites en envahissant l’Ukraine », a déclaré Austin lors d’une escale en Pologne.

C’est peut-être ce qui a incité le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, à déclarer après coup que Washington et l’Occident étaient entrés dans une guerre « par procuration » avec la Russie, risquant une nouvelle guerre mondiale qui, selon Lavrov, pourrait devenir nucléaire. « Le danger est sérieux, réel. Et nous ne devons pas le sous-estimer », a déclaré Lavrov. Poutine a également laissé entendre cette semaine, comme il le fait depuis le début de son invasion le 24 février, qu’il avait toujours la possibilité d’utiliser des armes nucléaires contre l’OTAN, en déclarant : « Nous avons tous les instruments pour cela [répondre à une menace directe contre la Russie] – des instruments dont personne d’autre ne peut se vanter. Et nous les utiliserons, si nous le devons. »

La nouvelle approche agressive des États-Unis a été applaudie par de nombreux milieux, notamment par des responsables actuels et anciens de l’OTAN qui insistent sur le fait que les contre-menaces nucléaires russes ne sont que de la rhétorique vide.

« C’est la seule façon d’aller de l’avant », a déclaré l’ancien secrétaire général de l’OTAN, Anders Fogh Rasmussen, dans un entretien. « Dans la pensée de Poutine, cela ne fait aucune différence, car il ne ferait que prétendre que la politique occidentale vise de toute façon à affaiblir la Russie. Alors pourquoi ne pas en parler ouvertement ? L’erreur que nous avons commise par le passé a été de sous-estimer les ambitions de Vladimir Poutine, de sous-estimer sa brutalité. Dans le même temps, nous avons surestimé la force de l’armée russe. »

La nouvelle stratégie des États-Unis et de l’OTAN repose en partie sur le succès continu de l’Ukraine sur le champ de bataille contre Poutine, qui a été contraint de réduire ses ambitions, passant d’une prise de contrôle totale de l’Ukraine à un nouvel assaut majeur dans ses parties orientale et méridionale. Les alliés de l’OTAN, dont l’Allemagne, qui, jusqu’à cette semaine, avaient hésité à envoyer des armes offensives lourdes en Ukraine, ont augmenté leur aide en réponse. Le chancelier allemand Olaf Scholz, soumis à des pressions politiques en Allemagne et à l’étranger, a annoncé en début de semaine que son pays allait fournir 50 chars antiaériens à l’Ukraine.

Pourtant, d’autres experts de la Russie se sont inquiétés du fait que les États-Unis et leurs alliés occidentaux franchissent, en fait, les lignes rouges qu’ils ont évitées jusqu’à présent. Pendant la majeure partie du conflit de deux mois, Biden a refusé d’autoriser tout soutien militaire, tel que des armes offensives majeures ou une zone d’exclusion aérienne, qui pourrait être perçu comme mettant les forces américaines ou de l’OTAN en conflit direct avec la Russie. Aujourd’hui, certains observateurs craignent qu’avec l’aide supplémentaire et le durcissement des sanctions économiques, le président américain ne pousse Poutine dans un coin où il ne peut que se battre ou se rendre. Cette dernière solution signifierait que Poutine renoncerait à l’objectif qu’il s’est fixé tout au long de sa carrière, à savoir renforcer la Russie contre l’Occident. Pourtant, Poutine, qui a longtemps affirmé que l’objectif de l’Occident était d’affaiblir ou de contenir la Russie, n’a jamais été connu pour se résigner au cours de sa quinzaine d’années d’actions agressives contre les pays voisins, principalement l’Ukraine et la Géorgie.

« Aux yeux du Kremlin, l’Occident veut la peau de la Russie. Avant, ce n’était pas exprimé. Maintenant, c’est dit », a déclaré Sean Monaghan, expert de l’Europe au Center for Strategic and International Studies. « Si vous combinez cela avec les commentaires de Biden, lors de son sommet en Pologne le mois dernier, selon lesquels « cet homme [Poutine] ne peut pas rester au pouvoir », tout cela transforme cette guerre territoriale en une confrontation plus large et pourrait rendre la négociation d’un accord pour mettre fin à la guerre en Ukraine beaucoup plus difficile, voire impossible à l’heure actuelle. » (Des responsables de Biden ont déclaré par la suite que le président ne cherchait pas un changement de régime en Russie).

George Beebe, ancien chef de l’analyse de la Russie pour la CIA, a déclaré que l’administration Biden risquait d’oublier que « l’intérêt national le plus important des États-Unis est d’éviter un conflit nucléaire avec la Russie ». Il a ajouté que « les Russes ont la capacité de faire en sorte que tous les autres perdent s’ils perdent aussi. Et c’est peut-être là que nous nous dirigeons. C’est un virage dangereux à prendre. »

La tournure la plus inquiétante des événements est sans doute le fait qu’il ne semble plus y avoir de possibilité d’une issue négociée à la guerre, malgré la déclaration de Poutine au secrétaire général des Nations Unies en visite, António Guterres, selon laquelle il espère toujours une telle solution.

« C’est une chose de poursuivre une politique d’affaiblissement de Poutine, c’en est une autre de le clamer. Nous devons trouver un moyen pour que Poutine parvienne à une solution politique, il n’est donc peut-être pas sage de l’affirmer », a déclaré un haut diplomate européen, sous couvert d’anonymat.

« C’est de plus en plus dangereux », a déclaré Charles Kupchan, ancien haut fonctionnaire américain et désormais spécialiste des relations internationales à l’université de Georgetown. « Nous devons commencer à aller au-delà des Javelins et des missiles antichars et parler d’une fin de partie politique ». Ou, comme l’a dit Beebe, « nous devons trouver un moyen de faire comprendre discrètement aux Russes que nous serions prêts à alléger les sanctions dans le cadre d’un règlement international. L’aide militaire à l’Ukraine pourrait également être utilisée comme levier. »

Pourtant, une telle négociation semble moins probable que jamais. Les deux parties semblent se préparer à un long combat. Après avoir rencontré Poutine et Lavrov mardi, António Guterres a reconnu qu’un cessez-le-feu imminent n’était pas dans les plans et que la guerre « ne se terminera pas par des réunions. »

Il y a seulement un mois, Zelensky lançait l’idée d’une Ukraine neutre qui ne rejoindrait pas l’OTAN, et il a suggéré que les forces séparatistes dans l’est de l’Ukraine soient reconnues. Mais Zelensky a depuis déclaré au président du Conseil européen, Charles Michel, qu’à la lumière des atrocités commises par la Russie, l’opinion publique ukrainienne était opposée aux négociations et favorable à la poursuite de la guerre.

Entre-temps, la Finlande et la Suède ont indiqué qu’elles souhaitaient rejoindre l’OTAN, rompant ainsi avec leur politique de non-alignement de longue date et créant potentiellement un nouveau climat de tension le long de la frontière nord de la Russie. Cela porterait un coup dévastateur à Poutine, qui a souvent cité l’expansion de l’OTAN vers l’est comme un casus belli pour justifier son invasion à grande échelle de l’Ukraine.

Et il y a peu de chances que ces tensions s’apaisent de sitôt. Austin a également convoqué cette semaine un « groupe de contact sur l’Ukraine » composé de 40 pays qui se préparent à ce que le chef d’état-major interarmées Mark Milley a déclaré être un « conflit prolongé » qui se mesurera « au moins en années. »

Biden n’a pas dit quelle serait la réponse des États-Unis si Poutine déployait des armes nucléaires tactiques ou stratégiques. En outre, dans l’environnement de l’après-Guerre froide, aucune des deux parties n’a établi de règles claires pour le déploiement d’armes nucléaires, d’autant plus que les accords d’armement de l’époque de la Guerre froide, tels que le traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire, ont été mis en veilleuse et que les vecteurs d’armes nucléaires sont devenus plus rapides et davantage régis par des systèmes automatiques numérisés. Dans le cadre d’une politique du Kremlin connue sous le nom  » d’escalade pour désamorcer » – menacer de recourir à l’arme nucléaire si l’Occident tente de l’arrêter –, Poutine a réintroduit année après année les armes nucléaires dans ses plans de guerre conventionnelle. Au cours de ses deux décennies au pouvoir, il a autorisé la construction de missiles de croisière à propulsion nucléaire, de torpilles transocéaniques à armement nucléaire, de vecteurs hypersoniques et d’autres armes nucléaires de faible puissance sur le continent européen.

Pourtant, Poutine n’a jamais été aussi près de menacer de les utiliser, et il n’a jamais clairement indiqué s’il pourrait le faire ou comment. Jusqu’à la crise ukrainienne, les stratèges américains n’avaient pas considéré leur déploiement comme une menace crédible. La plupart d’entre eux pensent que Poutine commencerait par utiliser des cyberattaques ou d’autres capacités non nucléaires.

De nombreux experts disent également qu’ils ne pensent pas que le président russe tirerait un grand avantage de l’utilisation d’armes nucléaires tactiques à l’intérieur de l’Ukraine – et il est considéré comme un acteur suffisamment rationnel pour ne jamais envisager de lancer des missiles balistiques intercontinentaux à charge nucléaire sur les États-Unis. Mais Poutine a également indiqué par le passé qu’il ne pouvait accepter la séparation d’une Ukraine indépendante du contrôle russe, écrivant dans un texte de juillet 2021 qu’un tel développement serait « comparable dans ses conséquences à l’utilisation d’armes de destruction massive contre nous. »

Robert Gallucci, ancien négociateur en chef des armes nucléaires aux États-Unis, a déclaré que les menaces nucléaires russes constituent une nouvelle tactique et qu’elles « devraient être prises au sérieux si nous devions nous impliquer directement dans un conflit avec les forces russes en Ukraine ou dans les environs, c’est-à-dire sur ou au-delà de la frontière russe. »

Beebe, qui est actuellement directeur de la haute stratégie au Quincy Institute for Responsible Statecraft, a déclaré qu’il pensait que l’issue se traduirait très probablement par une impasse volatile – mais qui pourrait bien être plus instable et plus dangereuse que la majeure partie de la Guerre froide. « Le plus probable est que nous nous retrouvions dans une sorte de confrontation instable à long terme qui divise l’Ukraine et l’Europe, où il n’y a pas de règles du jeu », a-t-il déclaré. « Il ne s’agit pas tant d’une nouvelle Guerre froide que d’une plaie purulente en Europe. »

Les choses pourraient devenir encore plus délicates si un Occident nouvellement enhardi et l’OTAN étendaient leur influence au-delà de l’Europe, de l’Asie centrale et du Moyen-Orient pour atteindre l’Indo-Pacifique, comme l’a suggéré la ministre britannique des Affaires étrangères, Liz Truss, dans un discours prononcé cette semaine. Truss a déclaré que « l’OTAN doit avoir une perspective mondiale, prête à faire face aux menaces mondiales. Nous devons anticiper les menaces dans la région indo-pacifique, en travaillant avec nos alliés comme le Japon et l’Australie pour assurer la protection du Pacifique. Et nous devons veiller à ce que des démocraties comme Taïwan soient en mesure de se défendre. »

Cela soulève à son tour la perspective d’une Guerre froide mondiale prolongée avec non seulement la Russie mais aussi la Chine. Et cette guerre pourrait facilement devenir chaude, a déclaré Beebe, les États-Unis et leurs alliés étant confrontés à une alliance entre « une Russie riche en ressources et une Chine technologiquement et économiquement puissante. »

Michael Hirsh est un correspondant principal de Foreign Policy. Twitter : @michaelphirsh

Source : Foreign Policy, Michael Hirsh, 29-04-2022

Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Fritz // 26.05.2022 à 07h55

Si la guerre d’Ukraine pouvait marquer la fin de partie pour les USA, ce serait une bénédiction pour le monde entier. Car c’est bien une guerre contre la Russie que les USA ont lancée en Ukraine, au moins depuis 2004 (la « révolution orange »).

66 réactions et commentaires

  • Fabrice // 26.05.2022 à 07h29

    Biden est tellement impliqué tant au niveau personnel (voir le dossier d’olivier Berruyer sur les implications de la famille Biden en Ukraine) que politique sur l’Ukraine qu’il sera prêt à combattre le Russie jusqu’au dernier Ukrainien pour en faire un nouvel Afghanistan et s’il faut jusqu’à sacrifier l’économie européenne pour atteindre son objectif voir plus.

      +41

    Alerter
  • Fritz // 26.05.2022 à 07h55

    Si la guerre d’Ukraine pouvait marquer la fin de partie pour les USA, ce serait une bénédiction pour le monde entier. Car c’est bien une guerre contre la Russie que les USA ont lancée en Ukraine, au moins depuis 2004 (la « révolution orange »).

      +75

    Alerter
    • 6422amri // 26.05.2022 à 13h53

      Les USA ont envahi l’Ukraine ? Excusez-moi je sommeillais depuis 3 mois.

        +4

      Alerter
      • Dominique Gagnot // 26.05.2022 à 14h27

        Ils préparent le terrain depuis 2004 en plaçant doucement leurs pions. Manque de chance Poutine a réagi avant d’être renversé selon la « coutume » étasunienne.
        Voyez ce qui arrive habituellement aux dirigeants qui ne conviennent pas…

        Si Staline avait été aussi futé, on aurait peut être évité la 2nd guerre mondiale.

          +21

        Alerter
        • 6422amri // 26.05.2022 à 14h53

          Staline a été futé. Il a collaboré avec l’Allemagne, échangeant ses opposants au régime nazi réfugiés en URSS aux opposants au régime soviétique réfugié en Allemagne. L’URSS a livré sans relâche l’Allemagne et le dernier train (de charbon) arrive en Allemagne, la veille de l’opération Barbarosa.
          Il avait préalablement massacré en 1936, la moitié de l’état-major russe.
          Il a ensuite appelé à la rescousse l’église orthodoxe russe et maintenant on peut voir cette même église donner sa bénédiction aux missiles Satan.

            +3

          Alerter
          • Garibaldi2 // 26.05.2022 à 20h05

            Les USA ont continué à commercer avec le III Reich jusqu’à ce que celui-ci déclare la guerre aux USA le 11 décembre 1941, c’est à dire pratiquement 6 mois après le déclenchement de Barbarossa le 22 juin 1941.

            Ford (entre autres) a poussé le bouchon encore plus loin …. https://www.liberation.fr/planete/1998/12/04/ford-fournisseur-du-iiie-reich-le-groupe-americain-employait-prisonniers-et-deportes-en-produisant-p_254762/

              +17

            Alerter
            • 6422amri // 26.05.2022 à 21h03

              Ceci date de bien avant l’opération Barbarosa. Je vous conseille de lire le livre – RÉCITS DE LA KOLYMA – de Varlam Chalamov ou il décrit du même souffle les visites des ingénieurs de Ford, les cuvettes remplies de doigts gelés à l’infirmerie (Chalamov survivra grâce à cette affectation) et les promenades (en Rolls Royce !!!) de Berzin le premier administrateur de la Kolyma.

              Peu après des vacances avec sa famille en Italie, avec des visites à Rome, Venise et Sorrento, Berzin quitte Magadan le 4 décembre 1937 et est arrêté à son arrivée à Moscou le 19 décembre, accusé d’espionnage pour la Grande-Bretagne et l’Allemagne et de planifier la mise de Magadan sous le contrôle des Japonais. Le 1er août 1938, à la fin de la Grande Purge, Berzin est jugé et immédiatement fusillé à la prison de Lubyanka. Il a été réhabilité à titre posthume en 1956.

              Vous ne m’apprenez rien sur ce sujet.

                +2

              Alerter
            • RGT // 27.05.2022 à 10h44

              La collaboration des USA avec le régime nazi a continué jusqu’à la chute finale de l’Allemagne suite à l’avancée du rouleau compresseur soviétique.

              N’oubliez JAMAIS que Ford et General Motors (Opel) ont continué à fournir des matériels aux nazis jusqu’à la défaite finale, et que les USA (du moins leurs oligarques, Rockfeller en tête) ont continué à vendre du pétrole, de l’acier et d’autres matières premières bien après la déclaration de guerre, ce qui fait que de nombreux soldats, particulièrement US, ont péri sous des balles fabriquées avec de l’acier US..

              Et surtout que la faible « motivation » des USA à entrer en guerre contre l’Allemagne nazie était surtout motivée par le business qui liait les oligarques aux nazis dont ils vénéraient l’idéologie : Faire bosser gratuitement les « moins que rien inutiles » était pour eux le summum du « savoir vivre » et la plus grande des vertus que puisse avoir un état « digne de ce nom ».

              Sans compter le fait que les aviateurs qui effectuaient les bombardements avaient la STRICTE INTERDICTION de lâcher la moindre bombe à une distance de sécurité suffisante des usines US.
              Par contre, les habitations civiles étaient des cibles de 1er choix…

              Quant aux troupes allemandes, elles étaient presque toutes sur le front de l’est car les nazis savaient que les USA seraient « compréhensifs » avec eux, ce qui ne serait pas le cas des russes (et des autres peuples de l’est) qui s’en étaient largement pris « plein la gueule » contrairement aux occidentaux.

              Concernant le comportement « bienveillant » des allemands sur le front de l’est, je vous conseille le film « Requiem pour un massacre » de 1985 qui contient des scènes reconstituées avec précision d’après les témoignages de survivants.
              L’auteur du scénario en faisait d’ailleurs partie.

              Film très très dur. Âmes sensibles s’abstenir.

              Lien Wiki : https://fr.wikipedia.org/wiki/Requiem_pour_un_massacre

                +16

              Alerter
          • 643xxx // 27.05.2022 à 07h39

            642amri parle des missiles “Satan”, il sait effectivement de quoi il parle: Satan est le nom donné par l’OTAN à ces missiles. Le nom russe est S’armât.
            Tout un symbole.

              +0

            Alerter
          • Orhan // 27.05.2022 à 09h11

            Bonjour
            C’est pas la section commentaire du Figaro ici, ni twitter. Développez plutôt vos idées au lieu de qualifier ceux qui ne partagent pas les vôtres de poutinolatres. Après si vous n’en êtes pas capable, vous pouvez toujours aller sur le Figaro comme indiqué, la bas la Propaganda est totale, vous y serez au chaud.

              +2

            Alerter
      • Louis // 26.05.2022 à 17h44

        Et si Montesquieu avait raison: »Le responsable d’une guerre n’est pas celui qui la déclenche mais celui qui la rend inévitable » Et Talleyrand rajoute  » Les guerres possèdent toujours des causes cachées ».. C’est toujours les peuples qui trinquent tout en sachant que la priorité est le réchauffement climatique qu’ils disent..

          +37

        Alerter
    • Nastassia // 29.05.2022 à 22h19

      Car c’est bien une guerre contre la Russie que les USA ont lancée en Ukraine, au moins depuis 2004 (la « révolution orange »).
      Ah non, c’est une révolution que les Ukrainiens ont faites parce que les scrutins pour Ianoukovitch étaient truqués. Accepterait-on un bourrage des urnes en France ? Ici, les USA ont bon dos. Et si vous voulez voir la Russie de Poutine dominer le monde, moi, je n’y tiens pas du tout, et je ne suis pas la seule de mon avis en France. Jusqu’à preuve du contraire, les mouvances d’extrême droite n’ont pas encore gagné les élections cette fois-ci.

        +1

      Alerter
      • Anne L. // 01.06.2022 à 00h06

        Par « mouvances d’extrême-droite », vous entendez « Azov » et « banderistes », n’est-ce-pas ?
        Mouvances dont le drapeau rouge et noir côtoie, jusque dans les rues de Paris, votre drapeau national bleu et jaune ? Accompagnant ce texte en ukrainien : « Les héros [comme Bandera, donc, criminel contre l’humanité] ne meurent pas ». Comment osez-vous écrire et proclamer semblables déclarations sur le territoire français ? Comment pouvez-vous ne pas même vous en cacher ?

          +1

        Alerter
    • Nastassia // 30.05.2022 à 01h16

      « Si la guerre d’Ukraine pouvait marquer la fin de partie pour les USA, ce serait une bénédiction pour le monde entier. »
      Visiblement, l’invasion de la Russie n’est pas une bénédiction pour l’Ukraine, ni pour ses voisins. Je m’étonne que votre point de vue soit majoritaire ici.

        +1

      Alerter
  • max // 26.05.2022 à 08h38

    L’Occident, sous la direction des USA ne peut plus se suffire à lui-même.
    Il lui faut donc contrôler la Russie, avec ses matières 1eres et éviter une alliance durable avec la Chine, c’est aussi simple que cela.
    Il ne s’agit plus comme par le passé d’étendre l’influence de l’occident pour trouver de nouveaux consommateurs, il s’agit de grappiller ce qui reste de matières 1eres disponibles car il n’y en aura plus pour tout le monde, l’ère de l’abondance, pour tous, touche a sa fin.
    Cela n’empêchera pas la déplétion pour ceux qui contrôleront les dernieres ressources mais la ralentira pour ceux qui contrôleront ces dernières ressources.
    L’exaspération des tensions se fera dans un climat de réchauffements climatiques et de pollutions de plus en plus intenses accentuant les famines aux niveaux mondiaux.
    En ce qui concerne l’arme atomique, au début tout au moins, USA et Russie ont vraisemblablement repris la sanctuarisation de leurs territoires, comme au temps de l’URSS, c’est-à-dire aucune bombe Russes contre le territoire des USA et aucune bombe des USA contre le territoire de la Russie et vraisemblablement de la Chine, par contre le reste de l’OTAN/Quad…..
    L’Ukraine n’est qu’un début, peut importe qui va gagner, ce n’est qu’un intermède.

      +14

    Alerter
    • 6422amri // 26.05.2022 à 13h51

      L’Occident, sous la direction des USA ne peut plus se suffire à lui-même…pas seulement l’Occident et les USA, tous les pays qui représentent 20 % de la population mondiale et qui consomme 80 % de tout. L’eau un exemple au Moyen-Orient ou en Afrique ne concerne pas l’Occident…la pêche cotière en Afrique (Senegal, Madagascar, etc) ravagée par les usines flottantes chinoises qui revendent le poisson congelé aux populations cotières…

        +4

      Alerter
  • Dominique Gagnot // 26.05.2022 à 09h57

    Je n’ai rien vu de nouveau dans cet article si ce n’est des mots, des postures. L’OTAN veut affaiblir la Russie, on s’en doutait un peu, mais par quel moyen ? Que pouvaient-ils dire d’autre ?

      +24

    Alerter
    • antoniob // 27.05.2022 à 22h05

      l’article reprend l’intox selon laquelle la Russie voulait prendre le contrôle de l’Ukraine….
      Ce qui est explicitement écarté par l’annonce à la nation de Poutine le 24 février.
      Les Etats-Unis se fabriquent leur propre vérités sur des sophismes hénaurmes et finissent pas vivre dans une sorte d’idéologie politique schizophrène. Qui à terme se brise toujours sur le réel avec plus ou moins de dégâts collatéraux.

        +15

      Alerter
  • Larousse // 26.05.2022 à 09h57

    L’Occident a maintenant des spécialistes, journalistes, commentateurs etc… qui se moquent en permanence de leurs publics et n’hésitent plus à mentir presque systématiquement . Après avoir menti depuis 2007-2008 sur l’absence de 2e Guerre froide, ils mentent encore sur la « perspective d’une Guerre froide … prolongée » , alors qu’elle est évidente depuis 2014, maintenant ils mentent encore en évoquant seulement « la perspective d’une Guerre chaude »… La Guerre est chaude, ne vous en déplaise, l’intermédiaire est seulement l’Ukraine….Les morts ont juste le malheur de refroidir… les canons « César » c’est quoi des « pétards mouillés »….Elle l’était aussi sur Belgrade… Merci l’OTAN…Ce qu’il faut craindre maintenant, c’est l’ambition des Anglo-Saxons de protéger les navires « céréaliers » ukrainiens pour l’exportation tout en bloquant tous les navires russes civiles en Mer noire. ça c’est un cas de guerre ! non respect du statut du Bosphore et de la Mer noire. Les Anglo-Saxons ont affiché ce projet et ont même ajouté, que même en cas de paix en Ukraine – ils prolongeront les sanctions ! pour faire payer la Russie – pendant 20 ans a même précisé un politicien britannique… Dans la provocation à la Guerre on ne fait pas mieux….

      +49

    Alerter
  • Thierry Balet // 26.05.2022 à 10h16

    Biden ne pourrait pas grand chose si les européens ne le suivait pas comme des ploucs.
    Mais comme la politique marche au chantage…..

      +41

    Alerter
    • Kaki // 26.05.2022 à 21h23

      Les européens n’ont pas le choix de suivre les états Unis, ils lui doivent tous leurs succès, fin de partie pour l’Europe, on ne sait pas encore pour la Russie

        +1

      Alerter
    • Nastassia // 29.05.2022 à 22h22

      A lire les commentaires, je vois surtout des Français qui sont prêts à suivre Poutine comme des ploucs, ce qui manifeste une totale ignorance de la vraie nature du régime.

        +2

      Alerter
  • Himalove // 26.05.2022 à 11h14

    Eu égard les avancées de l’armée russe dans le Donbass et Lougansk, l’article semble daté ; les Etats-Unis ne peuvent parier sur une victoire, rapide ou lente, des forces armées ukrainiennes qui se font laminer, encercler et emprisonner. Il y a déjà 8 000 POW (prisonniers de guerre) dans le Donbass… Maintenant les Etats-Unis parlent de libérer les voies maritimes en mer Noire – notamment autour d’Odessa – afin que l’Ukraine puisse exporter son blé. La chose va être difficilement possible sans déclencher la Troisième guerre mondiale…

      +21

    Alerter
    • 6422amri // 26.05.2022 à 13h35

      D’ou vient ce chiffre des 8000 prisonniers de guerre (POW c’est de l’anglais..) ? Vos sources ?

        +2

      Alerter
    • 6422amri // 27.05.2022 à 01h08

      Je viens de lire que l’Allemagne a mis au point un système passant par la Pologne pour permettre à l’Ukraine de vendre son grain sans passer par la mer, un système de noria semblable à celui mis en marche lors du blocus de Berlin. La Pologne ne prélève aucun droit de douane, l’Allemagne payant pour les coûts d’utilisation.

        +3

      Alerter
      • RGT // 28.05.2022 à 12h19

        Pas cons ces allemands…

        En organisant ce système de transport qui amène le blé directement en Allemagne ils se retrouvent donc avec l’ensemble du blé ukrainien sur leur sol (et propriétaires aussi) et se retrouvent donc en situation de monopole ce qui leur permettra de spéculer sur les cours du blé qui ne manqueront pas d’exploser.

        Et concernant le North Stream II, n’oublions JAMAIS que le gazoduc est terminé et qu’il ne reste qu’à ouvrir les vannes pour alimenter l’€urope en gaz russe en se retrouvant AUSSI en situation de quasi-monopole pour l’approvisionnement de ses voisins, les polonais entre autres qui ne veulent pas payer le gaz en roubles et préfèrent le payer (beaucoup) plus cher – plus con (ou corrompu) tu meurs…

        Un beau panier de crabes qui permet aux oligarques de se gaver sur le dos des plus démunis en prétextant des « opérations humanitaires »…

        Ce qui permet aux allemands de se « refaire un santé économique » pour compenser la perte causée par l’actuelle non-adhésion de l’Ukraine qui aurait permis aux industries allemandes de se gaver avec des salaires ukrainiens largement inférieurs à ceux des chinois…

        Je me demande si l’Allemagne a encore plus intérêt que les USA à foutre le bordel entre les « pays libres » et la « Russie de Poutine »…
        Tout en jouant bien sûr les « vierges effarouchées ».

        Pile je gagne, face tu perds.

          +7

        Alerter
  • Hiro Masamune // 26.05.2022 à 11h43

    J’ai l’impression de relire le journal de guerre de Douglas Haig : « Nous n’avons eut que 80 000 tués aujourd’hui , je me demande si nos hommes ne commenceraient pas à manquer de courage… »

      +7

    Alerter
  • Anicroche // 26.05.2022 à 12h59

    « d’autant plus que les accords d’armement de l’époque de la Guerre froide, tels que le traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire, ont été mis en veilleuse »

    C’est très intéressant: l’auteur évite soigneusement de dire que ce sont les USA qui ont dénoncé unilatéralement ces traités.

    « Poutine a réintroduit année après année les armes nucléaires dans ses plans de guerre conventionnelle. »

    La doctrine militaire russe ne prévoit l’utilisation de l’arme nucléaire que comme arme de dissuasion. C’est tout ou rien. A chacun de se déterminer en fonction de cet avertissement.

    « Au cours de ses deux décennies au pouvoir, il a autorisé la construction de missiles de croisière à propulsion nucléaire, de torpilles transocéaniques à armement nucléaire, de vecteurs hypersoniques et d’autres armes nucléaires de faible puissance sur le continent européen. »

    Ou comment mêler la vérité au mensonge: la Russie n’a pas développé d’arme nucléaire tactique. Les USA accusent la Russie de ce qu’ils font eux-mêmes. Et là où ça fait mal, c’est que les armes russes sont invincibles.

      +23

    Alerter
  • Lev // 26.05.2022 à 13h04

    Petit rappel : la France est parti prenante de ce processus qui mène à une guerre fatale. Biden, par ci, Biden par là, Macron nulle part ?
    Plus sérieusement, les USA font faire la guerre par les Ukrainiens certes mais via l’Union européenne également. Et Macron est le premier à attiser les flammes.
    Ne nous défilons pas de nos responsabilités présentes et à venir… sous prétexte de Biden

      +25

    Alerter
    • 6422amri // 26.05.2022 à 13h56

      Macron ne fait pas grand chose dans ce conflit. 90 % de l’effort est fait par les USA qui viennent de voter un budget, 40 milliards de $, qui représente 70 % du budget militaire russe. Le pays le plus actif ensuite c’est la Grande Bretagne.

        +2

      Alerter
      • john // 26.05.2022 à 18h58

        Cher 6422, l’effort des USA est dans son intérêt puisque le budget sert à fournir des armes US qui vont générer des profits et qui vont endetter l’Ukraine pour longtemps… Et l’Europe sacrifie sa compétitivité en renonçant au gaz et au pétrole Russe moins onéreux que chez les concurrents (notamment US). Et les européens s’engagent à dépenser davantage pour leur « défense » dont une partie importante sera constituée d’armes US.
        Qui est gagnant ? Qui est perdant, seulement les Russes ?

          +8

        Alerter
        • 6422amri // 26.05.2022 à 22h53

          Le fait de renoncer au gaz et au pétrole c’est le programme de Melenchon.

            +1

          Alerter
        • Anne L. // 01.06.2022 à 00h37

          Mais oui, le pire est que ces armes ne sont pas « données » mais bien vendues à l’Ukraine !
          Au point que Zelensky semble être sur le point d’organiser un 2d « Holodomor « (Grande Famine), en privant sa population d’une grande partie de son blé pour financer lesdites armes…
          Une pétition a été lancée en Ukraine sur Change.org : « Зупиніть вивезення зерна з України! Не дайте повторити Голодомор » (Arrêtez l’exportation de céréales d’Ukraine ! Ne laissez pas l’Holodomor se répéter)

            +1

          Alerter
  • 6422amri // 26.05.2022 à 13h34

    La dangereuse stratégie de Poutine pour l’Ukraine. Tout perdre.

      +3

    Alerter
    • Vlasko // 26.05.2022 à 14h01

      Préambule de l’article : « (…) le président américain Joe Biden et ses alliés de l’OTAN ont transformé leur politique d’aide à la défense de l’Ukraine contre l’agression russe en une politique visant à saper le pouvoir et l’influence de la Russie elle-même. » – Faux : Les Usa et l’Otan ont toujours eu depuis l’effondrement de l’URSS et le redressement de la Russie par Poutine le projet de saper le pouvoir et l’influence de la Russie, de la vassaliser. La guerre de Poutine est une guerre préventive contre ce projet , dont les prémisses d’intervention militaire par Ukraine interposée avec l’appui des alliés locaux de l’Otan étaient prévues pour début mars 2022.

        +29

      Alerter
      • 6422amri // 26.05.2022 à 14h38

        Je vous conseille de lire le très bon article intitulé

        https://www.counterpunch.org/2022/03/11/russia-has-been-baited-into-a-repeat-of-the-afghan-trap-first-time-as-tragedy-second-time-as-sickening-farce/

        sur le site Counterpunch, un site qui est tout sauf pro-Otan ou pro-USA ou pro-Occident. Après vous allez redescendre de votre chaise et comprendre ce qui se passe.

        C’est un site anglophone mais si vous ne parlez pas l’anglais il y a des moyens de traductions en ligne, gratuits.

        Quelle est la source de cet article ?

          +5

        Alerter
        • kriss34 // 27.05.2022 à 10h12

          J’ai lu votre (long) article. A mon sens il n’est pas contradictoire avec ce que dit Vlasko énonce, à savoir l’obligation pour l’Etat Russe de déclencher l’opération (enfin l’invasion, si vous préférez).
          Oui un piège s’est lentement refermé sur la Russie mais rien ne dit encore que les jeux sont faits.

            +8

          Alerter
          • Anne L. // 01.06.2022 à 01h43

            Cet article se plante sur toute la ligne. Il gagne en effet à être lu !

            A part le suicide masochiste et complice de l’Europe, ce qu’il annonce se révèle faux : la Russie tire parti des sanctions et décolle économiquement, le rouble explose, l’étalon-dollar est en train de disparaitre, les USA n’ont que 17% de la planète avec eux, ils ne peuvent plus dicter leurs règles, ils sont FI-NIS …!!!
            Et qui peut décider de saigner à blanc les seuls alliés qui lui restent avant de les livrer à une guerre possiblement nucléaire ?
            Les USA vont se retrouver tout seuls, tout nus, dans la forêt !

            Quant aux prétendus « succès de la résistance ukrainienne », il me semblait bien qu’ils n’existaient pas. La presse occidentale les invente pour qu’il n’y ait pas de négociations (dixit l’article) !

            Tout ce plan prétentieux et criminel ne fonctionne pas.
            L’Ukraine n’est pas l’Afghanistan.
            Voilà, ce que le réel dévoile face à cet article complètement dépassé.

              +1

            Alerter
      • Nastassia // 29.05.2022 à 22h24

        Vlasko
        « La guerre de Poutine est une guerre préventive »
        ???
        Et vous censurez les autres, en plus !

          +0

        Alerter
      • Anne L. // 01.06.2022 à 00h40

        Poutine parle précisément de « riposte préventive »…

          +0

        Alerter
    • JP // 28.05.2022 à 17h43

      Poutine a négocié pendant 8ans et il était garant des accords de Minsk qui évitaient une guerre à l’Ukraine.
      La Russie n’avait donc aucun intérêt à déclencher une Guerre et pouvait ainsi continuer à renforcer minutieusement sa longue préparation à un affrontement inéluctable voulu par les USA par Ukraine interposé, avec pour but évident d’effondrer complètement la Russie pour la ramener à l’époque Eltsine et pouvoir la dépecer. Poutine acculé à la faute par les USA ne pouvait donc qu’anticiper sur l’offensive Ukrainienne sur le Donbass et les autres menaces redoutées (guerre biologique et bombes sales). La condition sine qua non à cette attaque préventive était d’avoir la certitude que les occidentaux ne voudraient pas risquer un échange atomique majeur avec la Russie. Pour l’instant cela est vérifié et la Russie a donc toutes les cartes en main pour gagner son pari (le seul changement possible ne pourrait venir que de l’intérieur du pouvoir Russe). Dans tous les cas l’immensité du teritoire Russe le rendrait très résilient à une attaque atomique par rapport à des pays plus petits et/ou à forte densité locale de population.

        +5

      Alerter
  • Alain // 26.05.2022 à 13h55

    « La nouvelle stratégie des États-Unis et de l’OTAN repose en partie sur le succès continu de l’Ukraine sur le champ de bataille contre Poutine », une armée qui remporte un succès continu a-t-elle besoin d’autant de matériel en renfort?
    Kiev n’était qu’une opération de diversion (qui pourrait s’emparer d’une capitale ennemie avec seulement quelques dizaines de milliers d’hommes?), Le dégagement de Kharkov est probablement un succès car Kharkov est une ville pro-russe, objectif probable
    Mais n’oublions pas que normalement l’armée à l’attaque doit être 3 fois plus nombreuse que celle de défense et les Russes ont limité, pour l’instant, leurs effectifs à la parité. Donc il y a un succès indéniable de l’armée russe même si il n’est pas aussi étendu et rapide qu’espéré.
    Toute stratégie basée sur l’effet Coué plutôt que la réalité est vouée à l’échec.
    Mais l’objectif américain principal de séparer définitivement les Européens de la Russie et par extension de la Chine et les remettre sous leur domination totale est par contre un succès éclatant. Avec en bonus un affaiblissement conséquent de leur économie. Que du bonheur, cela vaut bien de le payer par une perte d’une partie de l’Ukraine, la partie qui subsistera devenant un état croupion sous administration indirecte polonaise (on ne parle pas assez de l’accord qui permet à des Polonais d’occuper n’importe quel poste au sommet de l’état ukrainien)

      +16

    Alerter
    • Fritz // 26.05.2022 à 14h04

      Merci, Alain. Ce que nous appelons Ukraine n’est que la Russie sous domination polonaise. Celle-ci n’a pas été heureuse pour les dominés, loin de là. 150 églises orthodoxes ukrainiennes ont ainsi été détruites par la Pologne entre les deux guerres mondiales. Je ne justifie pas les massacres de Polonais commis par des Ukrainiens bandéristes en 1943-44, mais ils traduisent une rancœur et une haine causées par la tyrannie polonaise.

        +11

      Alerter
    • 6422amri // 26.05.2022 à 14h28

      Cela va tellement bien pour la Russie que ce pays vient d,annoncer hier que l’âge limite pour un engagement de 2 années vient d’être porté à 40 ans pour les troupes de l’infanterie et a 50 ans pour les autres. Bientôt les babouchkas ?
      Cela va tellement bien que ce pays est forcé de remettre en service des chars T-62, datant de l’ère Kroutchev, entreprosés depuis des années a Novoozerny, pour tenter de compenser ses pertes.
      Kiev a été un désastre militaire et stratégique. Quand j’ai vu le premier jours les parachutistes lâchés sur Hostomel, sans protection, sans appui-feu…un massacre des troupes d’élites, le reste a l’avenant, des colonnes de blindés, de troupes sans protections aériennes, etc.
      La Russie a totalement sous-estimé l’armée ukrainienne entraînée sans relâche depuis 2014 par les USA, le Canada, l’Allemagne, la Pologne qui a revu totalement sa chaîne de commandement, ses moyens, modernisées.
      Karkiv a été repris par le troupes ukrainiennes et après avoir été bombardée pendant 2 mois je ne sais trop ce qu’il reste du sentiment pro-russe…
      L’armée russe peut mobiliser 390.000 hommes maximum pas 900.000 et pour ce faire elle doit abandonner d’autres espaces, le sud de la Russie ou elle craint les conséquences du retrait américain de l’Afghanistan (influence islamique), l’est et la Sibérie, le long des pays baltes, de la Pologne, etc.
      Ce qui se passe en Ukraine c’est la bataille de la Somme en 1915, une guerre d’attrition.
      Le peuple ukrainien se bat pour son pays, même si cela peut vous sembler étrange.

        +3

      Alerter
      • Larousse // 26.05.2022 à 14h46

        Merci 6422amri !
        Au moins on peut entendre ou lire quand même sur ce site quelques uns qui croient à la Grande Cause et à la Grande Justesse de l’Ordre Américain et de sa Démocratie – la meilleure au monde finalement !!!
        C’est rassurant !

          +19

        Alerter
        • 6422amri // 26.05.2022 à 15h03

          Non. je fais une analyse des forces en présence. Je cite des faits, comme le communiqué, hier, du ministère de la défense russe ou l’entrainement des forces ukrainiennes par l’OTAN depuis 2014.

          Le ministère russe de la défense a annoncé hier qu’il s’attendait à une guerre de longue durée, précisément ce que les USA espérait.

          Je fais une comparaison avec la bataille de la Somme en 1915 parce que c’est ce qui se passe sur le terrain, un peu d’histoire militaire est souvent nécessaire.

          Lisez-donc cet article (que j’approuve TOTALEMENT) et après vous penserez à votre commentaire, agressif.

          Énoncez des faits et des faiblesses évidentes c’est parfois désagréable.

          https://www.counterpunch.org/2022/03/11/russia-has-been-baited-into-a-repeat-of-the-afghan-trap-first-time-as-tragedy-second-time-as-sickening-farce/

          C’est en anglais mais il est facile de le traduire. Il explique très bien la stratégie américaine. Ce site est tout sauf pro-OTAN, pro-USA, etc.

          La sécurité de l’Ukraine avait été garantit par la Russie en 1994, associé à son désarmement nucléaire. C’est un pays.

            +3

          Alerter
          • moshedayan // 26.05.2022 à 15h40

            Alors si vous faites des analyses documentées et appuyées, corrigez au moins cela… l’Eglise orthodoxe russe donne « sa bénédiction aux missiles Satan » ! j’aimerais lire l’extrait en russe de la bénédiction… Ensuite Satan ou Satan 2 peu importe c’est la nomination -le nom de code OTAN ! donné par les Américains ! Ce nom de code n’existe tout pas en Russie… Il s’agit de Sarmat ! missile « Sarmat » allusion aux peuples Sarmates -ensemble scythes et sarmates de l’Antiquité… D’accord pour la propagande ! mais l’usage des mots a un sens…alors il faut au moins un peu d’honnêteté! quant à la bénédiction pour les « Sarmat » -la source en russe et même les vidéos seront bienvenues…

              +22

            Alerter
          • Anne L. // 01.06.2022 à 01h49

            Super-article, je confirme. 🙂 🙂 🙂
            Avez-vous d’autres références comme celle-ci ? Où l’on voit que les prédictions ne se réalisent PAS ?

              +0

            Alerter
      • Rem31 // 26.05.2022 à 15h58

        « Cela va tellement bien que ce pays est forcé de remettre en service des chars T 62 » et pourquoi pas des T 34 utilisés à la bataille de Koursk en 1943. La Russie disposait avant le début de la guerre de plus de 8000 T 72 et T 80 entreposés. « La Russie peut mobiliser 390 000 hommes maximum » quelles statistiques et calculs vous permettent d’arriver à un tel chiffre ? on est impatient d’en savoir plus.

          +12

        Alerter
        • 6422amri // 26.05.2022 à 19h09

          Ceci n’est pas exact. Il ne s’agit pas de 8000 chars mais de 9000. Ils ne sont pas tous du modèle T72 ou T80 et surtout ils n’ont pas été amélioré, manquant des dispositifs essentiels comme les nouveaux systèmes de visée, les dispositifs anti-explosions destinés a contrer les missiles anti-chars, les nouveaux moteurs, pour des raisons budgétaires. Un char doit fonctionner 10 heures par mois pour rester opérationnel, ce qui n’a pas été fait par la Russie. Le stock de char T-62 provenant de la Crimée fait partie des 9000 chars. L’une faiblesse des chars russes est relié au désir de n’avoir qu’une équipe de 3 personnes par char, un char plus bas, avec un système de fourniture d’obus automatisé installé sous la tourelle, d’ou l’explosion systématique du char avec un missile pénétrant par la partie du char la plus faible, la tourelle.
          390.000 hommes c’est un ratio identique a ceux de toutes les armées, il n’y a aucune différence ici (Il faut compter avec l’encadrement, maintenance, administration, transport, logistique, etc). L’armée française ne peut pas faire mieux. L’un des problèmes militaires de la Russie est celle des forces de réserve active qui n’existent pas car a l’issue de leur contrat les anciens militaires ne pratiquent plus. Ceci représente plus ou moins 1 million d’hommes. L’armée américaine dispose d’une réserve de 2 millions d’hommes régulièrement entraînée. L’armée russe comprend plus ou moins 900.000 hommes, toutes les armes confondues (de 720.000 a 1 million).

          Un rappel historique..

          Le pacte de Varsovie mobilise 600.000 hommes en 1968 pour envahir la Tchécoslovaquie, un pays qui n’offrira aucune résistance.

          Entre 1941 et 1944 l’Allemagne est incapable de contrôler l’Ukraine avec 400.000 hommes.

          Vous allez évidemment me dire que tout ceci n’est pas vrai.

          Un site a consulter

          https://www.oryxspioenkop.com/2022/02/attack-on-europe-documenting-equipment.html

          Les pertes avec des photos pour chacune avec une géolocalisation. La guerre est un processus incertain,

            +3

          Alerter
          • Rem31 // 26.05.2022 à 21h36

            8000, 9000, peu importe, difficile de connaître le chiffre exact, en tout cas largement assez pour ne pas utiliser des T 62. Admettons que seulement le tiers de ces chars puissent être remis en état cela permet de couvrir largement les pertes subies. Ugrader un T 72 en version B3M revient à moins d’un million de dollars (52 millions de roubles) à comparer aux 12 millions de dollars d’un Abrams neuf, ou 6 remis en état.
            les USA, ne savent plus fabriquer du matériel de guerre adapté à la production en grande série avec un bon compromis coût efficacité comme en 1944.
            Le complexe militaro industriel US en 2022 sert avant tout à gaver ses actionnaires et à vendre du matériel avec un prix élevé à l’unité à une armée US qui ne regarde pas à la dépense avec son budget colossal. Les 40 milliards pour l’Ukraine votés par le Sénat seront largement insuffisant pour envisager un retournement de situation sur le théâtre d’opération.

              +8

            Alerter
            • 6422amri // 26.05.2022 à 23h09

              La mise à jour d’un char est une opération longue et la modernisation exige des composants (électronique surtout) auquel la Russie n’a plus accès. Il faut aussi former les gens.

              Les 40 milliards pour l’Ukraine votés par le Sénat seront largement insuffisant pour envisager un retournement de situation sur le théâtre d’opération.

              Nul ne le sait, pas moi, pas vous et je ne serais pas aussi affirmatif que vous sur ce sujet. L’Ukraine assure pouvoir former 1 million d’homme, équippés, entraînés. Je ne sais rien, pas plus vous de l’état actuel de l’armée ukrainienne, pas plus que des pertes russes et de la capacité de la Russie à soutenir un effort humain et matériel très coûteux sur le long terme.

              Pour les USA ils s’agit d’une immense machine industrielle qui a été capable de mettre au point en 1 mois, un drone – Phoenix Ghost – adapté au conflit en cours.

              Le coût des armements aux USA est démentiel mais c’est du $ US…comme je l’ai déjà souligné la Russie était très intégrée aux circuits mondiaux pour l’armement et plus de 2000 composants majeurs dans tous les domaines étaient fournies par des firmes étrangères (dont plus de 400 firmes en Ukraine).

              Une partie des problèmes logistiques de la Russie s’explique par la faible disponibilité des avions de transport Antonov-124..qui étaient fabriqués en Ukraine.

                +3

              Alerter
      • Kaki // 26.05.2022 à 21h28

        Cela va tellement bien pour la Russie que ce pays vient d,annoncer hier que l’âge limite pour un engagement de 2 années vient d’être porté à 40 ans pour les troupes de l’infanterie et a 50 ans pour les autres (l armée russe explique cela par la nécessaire maîtrise des noj eaux systèmes d’armement, qui en moyenne sont maîtrises vers 40 45 ans)

        Cela va tellement bien que ce pays est forcé de remettre en service des chars T-62,( ils ont aussi déployés les terminators)

          +3

        Alerter
        • Logique // 26.05.2022 à 22h53

          Tiens, tiens, moi j’ai l’information que des colonnes de chars terminators arrivent…

            +2

          Alerter
        • 6422amri // 26.05.2022 à 23h11

          Il ne s’agit pas de gens qui sont en service mais de gens qui voudraient s’engager, qui ne sont pas militaires.

            +2

          Alerter
          • JP // 28.05.2022 à 18h06

            Les analyses prooccident ne tiennent absolument pas compte que le TRES grand théatre ukrainien n’utilise côté Russe qu’au maximum 200 000 combattants, donc très peu par rapport à une armée qui en théorie pourrait mettre rapidement en ordre de combat 2 000 000 d’hommes au moins. On rapporte qu’il faut compter 4 contre 1 quand on est assaillant , donc le corps d’attaque Russe en Ukraine ne pourait affronter efficacement que 50 000 hommes seulement. La tactique ne peut être alors pour les Russes que ce qu’ils pratiquent actuellement avec succès face à des Ukrainiens qui s’obstinent à perdre inutilement des hommes par une tactique qui n’aurait de sens que s’ils étaient capables de monter des contre attaques stratégiques majeures, ce qu’ils n’ont pas les capacités de faire sauf à ce que les forces de l’OTAN interviennent vraiment mais alors avec un risque majeur de réponse nucléaire russe.
            Enfin les Russes utilisent massivement l’artillerie à au minimum 10 obus russes pour 1 ukrainien. Donc soit les russes ont des stocks gigantesques, soit la machine de production de guerre russe tourne à plein régime, soit la Chine fournit des munitions.

              +4

            Alerter
      • Alain // 27.05.2022 à 07h32

        Etant donné le risque d’une guerre frontale de l’OTAN, il est de bonne politique de garder le matériel moderne en réserve pour ce scénario

          +9

        Alerter
  • Touriste // 26.05.2022 à 17h20

    Morale de l’histoire : les Ruskoffs vont tenir bon, les Ricains vont s’entêter, les pays ouvertement vassaux « encore un peu de cirage M’sieur Biden ? », les Européens, en plus d’une langue bien chargée à force de…, vont payer cher les pots cassés, la Chine : « continuez les gars vous m’intéressez », les autres BRICS ont sorti le pop-corn et tout les autres pays non-alignés « Vous faites ch!er, les gars ».
    Et pendant ce temps-là le coût de l’énergie augmente, les pénuries se multiplient, les sécheresses aussi, les armes lourdes sont distribuées comme des bonbons et se perdent dans la nature…
    J’ai le sentiment que le truc va se résoudre non pas de façon militaire (encore moins de façon diplomatique) mais par une crise socio-économique et alimentaire mondiale, profonde et durable, sans précédent. Le genre de catastrophe qui va calmer plus ou moins tout le monde, pour longtemps. Sauf les richissimes et les politiciens à l’origine de tout ça, évidemment.

      +20

    Alerter
    • Kaki // 26.05.2022 à 21h29

      le sentiment que le truc va se résoudre non pas de façon militaire (encore moins de façon diplomatique) mais par une crise socio-économique et alimentaire mondial ( ce qui déclenchera inévitablement une guerre généralisé à terme)

        +3

      Alerter
  • yannos // 26.05.2022 à 19h07

    j’ai le sentiment que poutine agit en fonction de sa personne et de son pays. je crois qu’il pense à sa postérité. Parallèlement je pense que macron, biden et Johnson, pensent à leur personne et à des intérêts qu’ils estiment supérieurs à ceux de la nation. Je crois que ceux là n’ont absolument pas l’idée de l’intérêt ou le bien être de leur nation.
    je n’ai aucun argument rationnel ou aucune théorie étayée sur cette façon de voir les choses mais j’y crois plus que celle qui consiste à dire que poutine est fou et que rien ne le poussait à faire la guerre en ukraine, alors qu’en face, les européens et les américains agissent par amour de l’humanité.
    Par ailleurs, je pense que les médias obéissent à des forces pour lesquelles une perpétuation de la guerre et un ralentissement de l’installation russe de l’est de l’ukraine est bénéfique.
    Je n’ai par ailleurs aucune idée de ce que sont ces intérêts, mais j’imagine qu’ils sont nombreux, non homogènes et fluctuants.

      +14

    Alerter
  • calal // 26.05.2022 à 21h46

    Cette histoire semble montrer de nombreux points communs avec l’episode du covid: des specialistes et des experts sur les plateaux teles, des discours et des decisions « jamais vues  » voir « insensees » prises par des decideurs politiques…

    Il faut en faire une occasion de tester nos dominants et leurs employes et cela est d’autant plus facile que les russes ont annonce assez clairement leurs objectifs « de guerre »:
    – reprendre le donbass,denazifier et demilitariser l’ukraine.

    donc si les russes prennent le donbass (ce qu’ils ont l’air de faire ces derniers jours), il sera prouve que nos « experts » se trompent sans rougir et que nos « dominants » ne sont pas si puissants que cela…

    saint poutine protegez nous…

      +10

    Alerter
  • max // 27.05.2022 à 08h11

    Pour l’instant, a la date du 26 mai 2022, les troupes russes et alliés de la Russie progressent de plus en plus, les russes n’ont sans doute pas suffisamment de soldats mais a mon avis la situation sur ce plan doit être pire pour l’Ukraine.
    Sur le matériel, l’Ukraine reçoit du super matos de l’Otan et a ce qui est dit et la Russie ressort des vieux T62 et même des fusils de 1915 (et pourquoi pas ceux de 1812 pendant qu’ils y sont) si c’est vrai ses performances militaires sont d’autant plus remarquables.
    Sur les soldats de réserve de l’armée ukrainienne qui se font tuer inutilement, c’est dommageable humainement, ils sont plus des civils en uniformes militaires qui auraient été beaucoup plus utiles en vie lors du retour a la paix.
    Pour revenir sur le super matos que l’Otan livre a l’Ukraine, les USA ont fait la même chose au Vietnam du Sud et ca n’a servi a pas grand-chose.
    Pour rappel il a fallut 14.000 civils tués par l’armée ukrainienne pour que la Russie intervienne même si la cause réelle était ailleurs.

      +16

    Alerter
  • Cévéyanh // 31.05.2022 à 22h41

    Discussion avec Jacques Baud par Swissbox Conversation sur ce qui se passe en Ukraine (« 3eme guerre mondiale ? »). « Jacques Baud est un ancien colonel d’État-major général, ex-membre du renseignement stratégique suisse, spécialiste des pays de l’Est. Il a été formé dans les services de renseignement #américain et #britannique. Au sein de l’ #OTAN, il a suivi la crise #ukrainienne de 2014, puis a participé à des programmes d’assistance à l’Ukraine. » https://theswissbox.org/2022/05/3e-guerre-mondiale-avec-jacques-baud/

      +1

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications