Dossier Eliot Higgins / Bellingcat par Édouard Vuiart

  1. Chomsky : “Si vous courez après le pouvoir et les privilèges, ce sera toujours au détriment de la vérité et de la justice.”
  2. Eliot Higgins : La Fable
  3. Qui est Eliot Higgins ?
  4. Eliot Higgins : Un exemple de méthode criticable
  5. Eliot Higgins : Le Chevalier blanc … de Google
  6. Postol : “Bellingcat a refusé de publier toute information en contradiction avec sa version des faits.”

Dans le modèle de Chomsky, un honnête homme luttant contre la propagande finira immanquablement par être discrédité et rejeté par le système et les médias quelle que soit la qualité de son travail. Or, l’histoire du « journaliste citoyen » Eliot Higgins est tout autre…

La première mention du nom d’ « Eliot Higgins » dans les médias mainstream français remonte apparemment au 25 février 2013. Ce jour-là, le New York Times publiait un article qui accusait l’Arabie saoudite d’avoir livré des armes d’infanterie croates aux rebelles syriens :

« L’enquête autour de ces armes […] a été largement documenté par un blogueur, Eliot Higgins, qui écrit sous le pseudonyme de Brown Moses et a dressé la carte des nouvelles armes répandues par le conflit. »

La même information fut reprise par le journal Le Monde, deux jours plus tard :

« Mardi, le New York Times révélait que l’Arabie saoudite aurait commencé en décembre à acheminer un stock important d’armes d’infanterie achetées en Croatie. Cet afflux d’armes, dont des images sont publiées sur le blog The Gun du correspondant du New York Times C. J. Chivers ainsi que le blog Brown Moses, pourrait expliquer les gains tactiques enregistrés par la rébellion au cours de l’hiver. »

Ainsi, le blog d’Eliot Higgins devenait soudain une source fiable pour l’investigation autour du dossier syrien…

A partir de novembre 2013, la personne d’Eliot Higgins ainsi que ses « méthodes » d’investigation vont être régulièrement promues dans les grands médias.

« Higgins a créé une source d’information indispensable en faisant ce qu’aucune agence de presse ne peut faire : Consacrer un temps pratiquement illimité à fouiller les détritus innombrables de YouTube dans l’espoir de trouver quelque chose d’intéressant à dire sur un sujet spécialisé. Et il partage ses trouvailles. Contrairement aux journalistes, qui gardent leurs scoops, Higgins travaille comme un Sherlock Holmes mais on open source, posant des questions, rebondissant sur les idées d’autres personnes, demandant conseil et pensant à haute voix. » [Source : Huffington Post, 18/11/2013]

Eh beh, rien que ça… Que valent à côté les universitaires et journalistes spécialistes de la question ? Et vous imaginez dans la Quotidien du Médecin un article sur “L’avenir de la Médecine”, qui serait un chamane s’informant sur Twitter ?

« Il n’est ni journaliste, ni expert en géopolitique, et n’a jamais mis les pieds à Damas. Ce geek de Leicester est pourtant devenu la meilleure source d’informations sur le conflit syrien. Son blog, Brown Moses, est aujourd’hui la référence pour les ONG et les spécialistes. […] L’avenir du journalisme habite une petite maison à étages dans la banlieue de Leicester. […] Eliot Higgins ne s’est jamais rendu en Syrie – à peine s’il est déjà sorti de Leicester -, ne parle pas un mot d’arabe ni ne le lit, ne connaît rien au Moyen-Orient ou au journalisme. Et, pourtant, son blog est aujourd’hui l’une des meilleures sources d’information sur le conflit syrien. Tous les spécialistes le consultent régulièrement. C’est lui qui a dévoilé que les rebelles syriens avaient reçu des armes croates début 2013 – dont on a su plus tard qu’elles avaient été achetées par l’Arabie saoudite avec la bénédiction de la CIA. Lui aussi qui a produit l’étude la plus complète et la plus rapide après le bombardement chimique de la Ghouta, dans la banlieue de Damas, le 21 août 2013, qui avait causé 1 500 morts. Human Rights Watch a même eu recours à ses services pour établir son rapport. Dès la fin août, Eliot Higgins avait identifié le type de munitions utilisées, les impacts, les trajectoires des tirs. Tout était tiré d’une seule source : les vidéos mises en ligne par les cyberactivistes syriens, une mine à ciel ouvert, mais totalement sous-exploitée. Eliot Higgins travaille comme les enfants qui jouent au Memory, avec ses yeux et sa mémoire. Il tamise, trie, filtre plusieurs milliers de vidéos par jour. […] Ces indignations le conduisent vers la gauche de la gauche, chez Naomi Klein et Noam Chomsky. Surtout, il est radicalement méfiant envers les gouvernants. […] A l’instar de Julian Assange, d’Edward Snowden ou de Glenn Greenwald, il ne vient pas de la presse et s’apprête à la révolutionner. […] Le New York Times s’appuie sur son blog. […] Des diplomates du Foreign Office, des experts et des journalistes le suivent sur Twitter, Human Rights Watch le consulte. […] Il s’est fait une petite célébrité en taillant en pièces l’enquête du célèbre journaliste d’investigation américain Seymour Hersh attribuant l’attaque de la Ghouta aux rebelles. En octobre, il est invité à New York pour le forum Google Ideas. Le New Yorker lui a consacré un long portrait, Christiane Amanpour l’interviewe sur CNN. […] Eliot Higgins annonce la fin d’un certain journalisme. Pas du journalisme tout court ni même du reportage de terrain. Ce qui agonise, c’est le monopole des médias sur la collecte et la production des informations. Lui-même ne consulte plus que Google News et Twitter pour s’informer. »

[Source : Le Monde, 28/02/2014 – LibertesInternets ]

« Un geek altermondialiste, Eliot Higgins, au chômage, et jamais sorti de sa banlieue anglaise, anime le blog de référence sur la Syrie. […] Il est aussi en cheville avec la Fondation Carter […] Il a également été approché par le Stockholm International Peace Research Institute et invité par le Peace Research Institute d’Oslo, deux des plus prestigieux think tanks de la planète. » [Source : Arrêt Sur Images, 03/03/2014]

« La deuxième démontre que le lanceur Buk, filmé et photographié le 17 juillet, est originaire de Russie et faisait partie d’un convoi se dirigeant vers la frontière ukrainienne à la fin juin. »

« C’est ainsi qu’il a pu aider Human Rights Watch à identifier le type de munitions utilisées, les impacts, les trajectoires des tirs, ou encore à fact-checker -et tailler en pièces- une enquête du célèbre journaliste d’investigation américain Seymour Hersh. Ses techniques et méthodes augurent d’une nouvelle forme de journalisme : plutôt que d’aller sur le terrain, ou d’interroger des “sources humaines”, il préfère “compulser les catalogues sur Wikipedia ou sur des forums spécialisés. Et, quand il ne trouve pas, il demande sur Twitter et Facebook. »

« L’équipe d’enquête Bellingcat MH17 affirme qu’il existe des preuves indéniables confirmant que les séparatistes en Ukraine avaient le contrôle de ce lanceur de missiles Buk le 17 juillet et l’avaient convoyé de Donetsk à Snizhne sur un transporteur. Ce lanceur de missiles Buk a été déchargé dans Snizhne environ trois heures avant l’attentat du MH17 et filmé plus tard, avec un missile manquant, traversant la zone de Louhansk contrôlée par les séparatistes. »

[Source : Arrêt Sur Image, 20/11/2014]

« M. Higgins, 35 ans, s’est fait un nom avec son blog Brown Moses, lancé en 2012 et aujourd’hui l’une des sources d’informations les plus sérieuses sur le conflit syrien. Après le bombardement chimique de la Ghouta, dans la banlieue de Damas, le 21 août 2013, M. Higgins fournit plusieurs analyses sérieuses de l’attaque. Le nombre de visites bondit de 2 000 à 20 000. »

« Dans L’Assemblée des souris, un rongeur propose à ses congénères d’attacher au cou du chat un grelot, dont le tintement les avertirait de l’approche du prédateur. […] « Le chat, ou plutôt les chats, ce sont les gouvernements, les puissances publiques », explique M. Higgins au Monde. « La cloche, c’est Belling Cat. Le chat dans l’inconscient humain représente la liberté, l’indépendance, la fantaisie ou l’imagination et la cloche elle alerte en cas de danger ou d’évènements important ! Une sorte de “whistleblower” ou “lanceur d’alertes’’. »

[Source : Le Monde, 17/07/2014]

« À l’enquête officielle s’est ajoutée une démarche citoyenne, indépendante, menée par le site britannique Bellingcat. Il a été créé par un certain Eliot Higgins….avec une méthode complètement innovante : il traque les moindres données disponibles sur la toile, en particulier sur les réseaux sociaux, pour reconstituer la vérité des faits. […]

Rien qu’avec les tweets d’habitants du secteur qui signalent le passage d’un convoi russe avec la fameuse batterie anti-missile BUK ; le matin du drame, on arrive à retracer précisément la route que ce convoi a emprunté depuis la frontière russe… On ajoute à ça les photos et vidéos postées sur les réseaux… et l’on suit à la seconde près l’arrivée de l’artillerie, le tir et son écho assourdissant, la chute de l’avion et sa trainée dans le ciel, puis les premiers témoignages ahuris en provenance du site du crash. C’est tellement précis que Bellingcat a décidé de créer un compte twitter spécial pour ce 17 juillet… @MH17live… un compte qui fera revivre minute par minute, en republiant des tweets d’il y a un an… tout le déroulement des événements. » [Source : France Culture, 17/07/2015]

« Les premières conclusions du rapport d’enquête à paraître en octobre prochain et révélées par CNN, confirment que le missile a été tiré dans le territoire des séparatistes pro-russes [Les conclusions finales, publiées deux mois et demi après la publication de cet article ne confirmeront en rien tout cela]. Des médias comme le site de journalisme citoyen Bellingcat ou CORRECT!V avaient déjà émis cette conclusion à partir de novembre grâce à l’étude d’images satellites et des réseaux sociaux. Le porte-parole du service public des procureurs néerlandais, Wim de Bruin, a précisé que les personnes en charge de l’enquête avaient consulté leurs rapports. »

« Avant l’affaire du MH17, [Bellingcat] s’était fait connaître pour son traitement de la guerre en Syrie, notamment en invalidant l’enquête d’un ancien prix Pullitzer, Seymour Hersh, qui accusait la Turquie d’une attaque chimique d’août 2013 en Syrie. »

« Dans le cas de l’Ukraine, cette méthode a […] fait ses preuves, et s’avère avoir été l’une des ressources les plus précieuses pour comprendre l’affaire en attendant le jugement final de l’enquête officielle. »

« [Il s’agit d’un] nouveau modèle d’investigation [dont] le support, accessible et visible par tous les internautes, permet de légitimer l’enquête et d’apporter un peu de clarté dans les nombreuses interprétations influencées par la propagande qui caractérise ce genre de conflits. »  [Source : Slate.fr, 22/07/2015]

« Le site web Bellingcat, spécialisé dans l’investigation menée par des journalistes citoyens, avait déjà affirmé que l’avion avait été abattu par un missile de type BUK venant de Russie et probablement manipulé par des soldats russes. Si cette information semblait crédible – elle est d’ailleurs aujourd’hui confirmée par l’enquête internationale -, c’est que le fondateur de Bellingcat n’est autre qu’Eliot Higgins, un blogueur britannique mieux connu sous le nom de «Brown Moses», qui s’est taillé une solide réputation sur le web. A partir d’un travail minutieux de collecte, de croisement et d’authentification de preuves sur Internet, Eliot Higgins s’est d’abord fait un nom en étayant la thèse d’un recours du régime syrien aux armes chimiques, à partir de vidéos YouTube publiées par l’opposition.

C’est avec la même méthode qu’il a pu déterminer l’emplacement où le journaliste américain James Foley a été assassiné par Daech en Syrie. Un travail salué par les professionnels du renseignement en Occident (il a été invité en juin à partager ses découvertes lors d’une rencontre au siège de l’Otan à Bruxelles) […]

Toute une série de preuves étaient donc d’ores et déjà disponibles et accessibles au plus grand nombre quand l’enquête internationale rechignait à pointer les responsabilités d’un des pires crimes de guerre de ces dernières années. Paralysés par la diplomatie, les enquêteurs traditionnels se sont fait doubler par des détectives d’un nouveau genre. »

[Source : L’Opinion, 13/10/2015]

« Un ordinateur portable connecté à internet suffit à Eliot Higgins pour traquer les terroristes. Depuis 2012, ce Britannique, spécialiste des armes  [sic] utilisées dans la guerre en Syrie, est plus informé que certains services secrets. Comme ce blogueur est-il devenu une source d’information incontestée du conflit syrien ? Le meilleur informateur du conflit syrien se trouve à Leicester […]. À 36 ans, ce Britannique traque les moindres faits et gestes de Daech depuis son salon. Eliot Higgins n’est ni journaliste ni détective privé et encore moins un expert en géopolitique. Son domaine d’origine, ce sont les chiffres. Comptable de formation, il se retrouve sans emploi en 2011 lorsque l’entreprise où il travaille est délocalisée en Inde.

En 2013, il est l’un des premiers à apporter des preuves des massacres de Syriens à l’arme chimique, après le bombardement au gaz sarin (l’un des poisons les plus toxiques au monde) du quartier de la Ghouta, dans la banlieue de Damas.

L’arme de prédilection d’Eliot Higgins, c’est la géolocalisation. « Nous comparons les paysages en arrière-plan dans les vidéos de Daech aux images satellites fournies par Google Earth », dévoile le détective du net. Sur le site, un onglet intitulé « comment faire » explique les techniques de géolocalisation et de vérification utilisées par l’équipe de Bellingcat. »

[Source : Ouest-France, 18/11/2015]

 

Donc, si l’on résume ce story-telling : Un chevalier blanc, blogueur britannique au chômage et expert en rien ridiculise les gouvernements, les agences de renseignement et les commissions d’enquête du monde entier grâce à… Facebook, Twitter, Google Earth et Google Street ; des outils dont personne n’avait pu soupçonner l’utilité jusqu’alors. Et face aux succès de ce « journaliste citoyen » qui lutte dans son salon contre la propagande, les grands médias ont naturellement soutenu l’action de celui qui est sans conteste « l’avenir du journalisme ».

On notera à quel point le 1er article qui parle de lui est déjà incroyablement élogieux, et donne le ton, sans guère de prudence.

Il est d’ailleurs amusant de comparer, le blog les-crises.fr n’a étrangement pas la chance de disposer d’un tel “soutien médiatique” dans son travail de dénonciation de la propagande ; mais cela est surement dû au taux de fréquentation de Bellingcat que les-crises ne peut concurrencer… à moins que… :

Cette promotion devint encore plus inquiétante lorsqu’au début de l’année 2016, les médias français et britanniques nous informèrent que Bellingcat avait remis son enquête fin décembre 2015 au ministère public néerlandais qui dirigeait l’enquête judiciaire et pénale du MH17. Qu’il s’agisse du Monde, du Parisien ou du Guardian, l’enquête fut alors présentée comme celle de « journalistes d’investigation » indépendants.

Ainsi, nous arrivions dans une situation où un rapport d’enquête participative amateur devenait celui de « journalistes d’investigation » indépendants et se retrouvait directement dans les mains de commissaires d’enquête en tant que document d’investigation fiable, sans qu’aucune mesure n’ait été prise pour savoir d’où ces “amateurs” parlaient.

Et en effet : Qui est “L’avenir du journalisme” Eliot Higgins et d’où parle-t-il ?

Edouard Vuiart

Notes

2°) New York Times, C.J. Chivers, Eric Schmitt, 25 février 2013, “Saudis Step Up Help for Rebels in Syria With Croatian Arms”, disponible en ligne : http://www.nytimes.com/2013/02/26/world/middleeast/in-shift-saudis-are-said-to-arm-rebels-in-syria.html 

3°) http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2013/02/27/les-occidentaux-debattent-de-l-opportunite-d-armer-la-rebellion-syrienne_1839584_3218.html

4°) http://www.lemonde.fr/europe/article/2016/01/04/crash-du-mh17-un-rapport-de-journalistes-d-investigation-remis-a-la-justice-neerlandaise_4841115_3214.html

5°) LeMonde.fr, 04/01/2016, « Crash du MH17 : un rapport de journalistes d’investigation remis à la justice néerlandaise » ; LeParisien.fr, 03/01/2016, « La justice néerlandaise dans les pas des journalistes » ; TheGuardian.com, 04/01/2016, « MH17 crash : Dutch investigators to assess new study implicating Russian soldiers »

26 réponses à [Bellingcat 2] Eliot Higgins : La Fable, par Edouard Vuiart

Commentaires recommandés

Fritz Le 11 avril 2017 à 06h56

Eliot Higgins est associé au Conseil atlantique (Atlantic Council) : c’est dire l’impartialité de cette source vantée par Le Monde, Le Parisien, L’Opinion, le Guardian, etc.
http://www.atlanticcouncil.org/about/experts/list/eliot-higgins
https://en.wikipedia.org/wiki/Atlantic_Council

D’un côté, ce journalisme hors sol, journalisme de canapé, journalisme de visionneur, qui permet d’accuser la Russie ou la Syrie du pire : le massacre intentionnel de civils innocents.

De l’autre, les Conspiracy Watchers, fact checkers et autres décodeurs qui traquent toute idée dissidente. Nous sommes bien encadrés.

Imaginez “le chat qui sonne” il y a cinquante ans : Seymour Hersh ridiculisé, discrédité, le massacre de My Lai attribué au Vietcong…

  1. Rentable Le 11 avril 2017 à 03h50
    Afficher/Masquer

    https://www.youtube.com/watch?v=a31M3SptheU#t=1h11m51
    Enorme de citer Chomsky et de ne pas voir le problème que constitue sa démarche à la racine. J’ai justement entendu Philippe Chesnay il y a peu dans cette émission en lien (réinformation sur Chili, Rwanda et Cristeros) annoncer que le métier de journaliste de terrain était mort avec à l’appui le comportement des journalistes de France Culture à l’époque
    Passage de 1h11mn51s à 1h13mn.


  2. Fritz Le 11 avril 2017 à 06h49
    Afficher/Masquer

    D’un côté, le “fact-checking” qui sert à démolir les affirmations dissidentes en les faisant passer pour “complotistes” (l’argument suprême de ceux qui ne savent pas argumenter).

    De l’autre, ce “journalisme” hors sol, journalisme de canapé, journalisme de voyeur, qui sert à formuler les pires accusations contre la Russie ou la Syrie : le massacre intentionnel d’innocents.

    J’imagine Bellingcat il y a cinquante ans : le jeune Seymour Hersh ridiculisé, ringardisé, le massacre de My Lai attribué au Vietcong, les encyclopédies citant comme une source “le chat qui sonne”, et de l’autre les fact checkers démolissant la photo


  3. Fritz Le 11 avril 2017 à 06h56
    Afficher/Masquer

    Eliot Higgins est associé au Conseil atlantique (Atlantic Council) : c’est dire l’impartialité de cette source vantée par Le Monde, Le Parisien, L’Opinion, le Guardian, etc.
    http://www.atlanticcouncil.org/about/experts/list/eliot-higgins
    https://en.wikipedia.org/wiki/Atlantic_Council

    D’un côté, ce journalisme hors sol, journalisme de canapé, journalisme de visionneur, qui permet d’accuser la Russie ou la Syrie du pire : le massacre intentionnel de civils innocents.

    De l’autre, les Conspiracy Watchers, fact checkers et autres décodeurs qui traquent toute idée dissidente. Nous sommes bien encadrés.

    Imaginez “le chat qui sonne” il y a cinquante ans : Seymour Hersh ridiculisé, discrédité, le massacre de My Lai attribué au Vietcong…


  4. Catalina Le 11 avril 2017 à 07h04
    Afficher/Masquer

    Bonjour,

    “Enorme de citer Chomsky et de ne pas voir le problème que constitue sa démarche à la racine.” et quel est donc le problème que constitue sa démarche à la racine ? Rentable ?


  5. John V. Doe Le 11 avril 2017 à 07h36
    Afficher/Masquer

    Je n’aime pas beaucoup cet article. Il se concentre sur la personnalité et les relations d’un personnage mais ne dit rien sur le fond de ses recherches. Bellingcat est sûrement sous influence mais cela prouve-t-il la fausseté de son enquête ? Sa méthode me semble originale et mériterait d’être analysée plus profondément, non ?

    Évidemment si nous avions accès à ce rapport, ce serait idéal mais la possibilité est très basse et c’est LE point faible de Bellingcat.


    • bluetonga Le 11 avril 2017 à 08h15
      Afficher/Masquer

      Pas faux. Voici un lien qui aborde la question de la qualité des enquêtes de Bellingcat aka Higgins :

      http://redpilltimes.com/15-minutes-of-fame-over-elliot-higgins-aka-bellingcat-is-being-debunked-all-over-internet-by-real-experts-and-scientists/

      comprenant quelques liens de critiques factuelles des enquêtes susdites.

      Par ailleurs, on apprendra avec appréhension que la bellingcat dream team recrute pour se lancer dans le debunkage à grande échelle des fake news :

      https://motherboard.vice.com/en_us/article/bellingcat-wants-your-help-to-debunk-fake-news

      On dirait bien que Higgins a fini par trouver un job à temps plein. Les fékniouz, créatrices d’emploi?


      • Pegaz Le 11 avril 2017 à 09h10
        Afficher/Masquer

        Le First Draft Partner Network pour lutter contre les « fake news »

        Pour contrer ce phénomène, la FIRST DRAFT COALITION a été créée en JUIN 2015. BELLINGCAT, Dig Deeper Media, Emergent, Storyful, Reportedly, Meedan, Verification Junkie et Eyewitness Media Hub en étaient les membres fondateurs, soutenus par Google à travers son News Lab. Depuis plus d’un an, ce groupe publiait déjà régulièrement des billets de blog, des études de cas ou encore différents contenus visant à s’entrainer à la détection des faux contenus.
        https://www.nextinpact.com/news/101374-first-draft-reseaux-sociaux-et-titres-presse-sengagent-contre-fausses-informations.htm

        Normalement hors période de rodage lors des présidentielles américaines, il aurait dû mais n’ont pas pu, RT et Sputnik les ont surclassé 😉


    • Surya Le 11 avril 2017 à 10h24
      Afficher/Masquer

      Ne dit rien sur le fond ? Le type fait des “enquêtes” le cul derrière son PC (LOL) basées sur des éléments trouvés sur facebook / twitter / youtube (re-LOL). Et ce type qui ne parle pas un mot d’arabe (même moi j’ai appris les rudiments dans la cour de récré quand j’étais môme), n’a jamais mis les pieds là bas (au moins le mec de l’OSDH est un syrien qui vient de là bas).

      Mais le plus fun c’est que toute la classe merdiacratique vienne expliquer que c’est ça le futur du journalisme 🙂


      • Manaflar Le 11 avril 2017 à 15h51
        Afficher/Masquer

        La promotion qui en fait par les média est certes disproportionnée, mais il me semble au final que le travail (par ailleurs remarquable) que fait Olivier Berruyer est comparable, non ? (pas d’investigation sur le terrain etc.)

        On ne peut donc pas le discréditer sur cette seule base-là, autrement c’est une position intellectuellement très hypocrite quand on apprécie ce blog.


        • Enma Le 11 avril 2017 à 23h16
          Afficher/Masquer

          Complètement.

          En soi, la démarche n’est pas idiote (à supposer qu’elle soit de bonne foi et pas sciemment orientée), même s’il serait probablement plus pertinent de maîtriser la langue. Il y a sans aucun doute de la matière à retirer de l’exploitation de ces sources, combien on parie que le Renseignement le fait aussi ?

          Le tout est de considérer le matériau comme ce qu’il est : de la seconde main de provenance inconnue. De possibles pistes.
          Toute bribe d’information peut changer la donne, mais ça l’autre côté le sait aussi. Ce qui donne de vertigineuses possibilités d’intox. Comment s’en assurer sans vérifier sur place ?
          Après, c’est sûr que de la part du Monde, c’est assez piquant.

          Par contre, est-ce que c’est moi ou alors la presse a trouvé un moyen de justifier le desk ?


    • Hohenhole Le 11 avril 2017 à 11h46
      Afficher/Masquer

      Méthode originale en effet, agréger les twitts d’Al Quaida pour “tracer” le déroulement d’une opération et remettre ces conclusion aux autorités, ravies on l’imagine.


    • Louis JULIA Le 13 avril 2017 à 19h33
      Afficher/Masquer

      John V Doe: attendez les autres billets.


    • Dominique Le 14 avril 2017 à 12h26
      Afficher/Masquer

      « Sa méthode me semble originale »
      Pas du tout. C’est celle qu’a utilisé un vrai journaliste il y a une quinzaine d’années pour écrire un livre qu’on a discrédité justement à cause de la méthode.


  6. Georges Clounaud Le 11 avril 2017 à 07h45
    Afficher/Masquer

    Cette story-telling, cette indigeste façon de battre les œufs en neige, me fait immédiatement penser à celle que l’on nous sert matin, midi et soir depuis quelques mois… : celle d’un homme venu de nulle part, novice dans son domaine mais empli de fraicheur, totalement novateur, et qui révolutionne la politique comme Brown Moses révolutionne le journalisme… J’ai nommé le messie Emmanuel Macron ! Alléluia !
    “Pardon de vous le dire”, mais ce procédé me semble être une authentique marque de fabrique, un label déposé internationalement mais qui ne craint pas les contrefaçons. Ces deux artéfacts servent les mêmes intérêts. Sans-dents, mon petit doigt me dit que ce ne sont pas les nôtres !


  7. calal Le 11 avril 2017 à 09h08
    Afficher/Masquer

    Comptable de formation, il se retrouve sans emploi en 2011 lorsque l’entreprise où il travaille est délocalisée en Inde.

    voila ce qu’il faut faire quand on est chomeur: passer son temps libre a em… les gouvernements…


  8. Theoltd Le 11 avril 2017 à 09h51
    Afficher/Masquer

    Je comprends la surprise voire le degout que peut inspirer une telle pratique. Ce n’est en réalité que la poursuite de la recherche du contrôle de l’information initiée déjà par le fameux decodex. Le blogueur isolé devenant une voix importante des médias, autant créer le sien, qui donnera LUI de bonnes infos. C’est la guerre a tous les niveaux.


  9. daniel Le 11 avril 2017 à 13h09
    Afficher/Masquer

    Un vrai journaliste d’investigation.
    Il va sur place, il y enquête et il est libre.
    Graham Phillips.
    Son blog: https://thetruthspeaker.co/.
    Sa dénonciation d’un journaliste, confiné à Kiev, alimentant la presse brit. pendant la crise du Donbass vaut le détour. Son enquête sur la tragédie du MH17 contredit Bellingcat.
    Un point positif: interdit de séjour en Ukraine mais pas en Russie et LPR/DPR…


  10. Zevengeur Le 11 avril 2017 à 18h31
    Afficher/Masquer

    C’est en général le boulot que font les blogueurs, à savoir aller collecter de l’info. sur le net et de faire du lien entres elles afin de leur donner un sens global.

    Il s’agit de mettre en évidence des vues alternatives aux médias mainstream.

    Ceci étant, aucun blogueur ne s’amusera à perdre son temps à effectuer cette démarche pour démontrer les mêmes choses que les médias mainstream, aucun intérêt puisque ces derniers ont déjà fait le boulot.

    On croit rêver lorsque l’on lit de telles âneries :
    – un blogueur qui va dans le même sens que la propagande = bien.
    – un blogueur qui propose une vision alternative à la propagande = mal.

    Franchement, ces gens n’ont peur de rien à écrire des trucs pareils, c’est d’ailleurs à ça qu’on les reconnait !


  11. Caliban Le 11 avril 2017 à 20h09
    Afficher/Masquer

    J’ajoute que Mediapart a aussi relayé :
    https://www.mediapart.fr/journal/international/300115/les-298-morts-du-vol-mh17-larmee-russe-est-impliquee?onglet=full
    https://blogs.mediapart.fr/gabas/blog/010215/bellingcat-correctv-et-mediapart

    … beaucoup d’aveuglement pour ces journalistes qui aiment donner des leçons de journalisme


  12. bof Le 11 avril 2017 à 20h34
    Afficher/Masquer

    Jacques Attali :

    L’Internet représente une menace pour ceux qui savent et qui décident.
    Parce qu’il donne accès au savoir autrement que par le cursus hiérarchique.
    Parce que le pouvoir y appartient à ceux qui appartiennent (à des réseaux) et pas à ceux qui possèdent (des rentes).

    http://www.liberation.fr/futurs/2000/05/05/jacques-attali-consultant-et-essayiste-la-nouvelle-economie-est-par-nature-anticapitaliste_324660


  13. L'aieuil Le 11 avril 2017 à 22h06
    Afficher/Masquer

    Faut quand même savoir que Brown Moses il a souvent été la risée du défunt site militaryphotos.net (qui était LE forum de référence pour l’identification de matériel militaire… de la charrette a bras austro-hongroise pré 1ère GM aux derniers prototypes de drone de combat chinois) pour avoir raconté n’importe quoi à plusieurs reprises et principalement avoir plus de temps libre pour écrire (des sottises) que de connaissances à partager (de son propre aveu)…
    Mais bon c’était avant sa notoriété, qui n’est due qu’au fait d’avoir vu la main des russes en Ukraine là où tout le monde ayant un petit peu de connaissance sur le sujet était bien plus circonspect sur le sujet.
    Et pour cause vu que les russes ne sont intervenus en Ukraine qu’après grosso modo trois mois de combat, quand l’armée Ukrainienne était au bout du rouleau et qu’il était évident que la rébellion était viable. Ils ont alors repoussé ce qu’il rester des ukrainiens jusqu’au lignes actuelles avec grosso modo deux SGTIA, (peu moins d’un millier de soldats…) emmenant le gros de la contre-attaque rebelle, et ont ensuite réorganisé complètement la rébellion en armée digne de ce nom derrière, ce qu’elle est aujourd’hui.

    Mais quiconque prétend qu’il a des preuves d’une implication russe sur le terrain avant ça (en dehors de la Crimée évidement) ment comme il respire…


    • Alfred Le 12 avril 2017 à 00h18
      Afficher/Masquer

      tout à fait vrai. militaryphotos.net, mort il me semble d’etre né américain et sujet à des menaces judiciaires de tous ordres tant ce qui s’y échangeait était parfois pertinent et… dérengeant. le fil sur le dombass avait concurencé celui sur la syrie avec des milliers de pages et des dizaines de miliers de posts (mais ce n’etaient pas les seuls interessants).
      Tout ça pour dire qu’il a été remplacé par themess.net (successeur en droite ligne: admin et followers) qui est moins bien à mon gout (plus circonspect). Les intervenants sont du monde entier.
      C’est complémentaire du suvi de “bons” comptes twitter et cela vaut surtout pour suivre quelques anonymes qui sur la durée ont montré leur fiabilité quand aux informations qu’ils donnaient.


  14. Krystyna Hawrot Le 11 avril 2017 à 23h46
    Afficher/Masquer

    C’est totalement idiot de penser qu’on peut faire du journalisme d’investigation en chambre. Dès qu’on se rend sur le terrain on voit tout de suite que rien que la géographie des lieux ne peut être rendue par une vidéo sur internet – sans parler de la psychologie et sociologie des gens concernés par les événements. Bien entendu qu’on a tous la frousse de nous rendre dans un pays en guerre, et si on y va, on risque des ennuis avec nos gouvernements. Cela rend d’autant plus précieux les informations transmises par ceux qui y vont – Erwann Castel, Christelle Néant pour le Donbass en francais par exemple. Je n’aurais rien compris à la tragédie à Odessa si je n’avais vu de mes propres yeux la Maison des Syndicats à peine deux mois après et accompagnée par les habitants locaux.


    • Alfred Le 12 avril 2017 à 11h25
      Afficher/Masquer

      Ce n’est pas si idiot que vous le dites. C’est différent et complémentaire. Rien ne remplacera l’investigation physique sur place pour établir la materialité de faits. Cependant il ne faut pas négliger le role des nouveaux outils: si nos maîtres ont à disposition des meta-données qui nous évclairent d’une lumiere crue, l’inverse est aussi vrai. Il est impossible de mentir efficacement et sur la durée sur un sujet comme la syrie ou l’ukraine (trop de ressources à dépenser). Les indices du mensonge apparaissent tot ou tard.
      Rappelons nous aussi qu’etre présent sur le terrain expose à un biais affectif (ce à quoi le p^seudo-journaliste en chambre peut aussi etre exposé mais dans une moindre mesure).
      Dans tout les cas la maitrise de la langue est le savoir faire le plus précieux.
      Bref ce sont des activités complémentaires au service de la vérité comme du mensonge.


  15. VAZY Francky Le 12 avril 2017 à 20h02
    Afficher/Masquer

    Eliot Higgins = Idiot utile du système. Ce type qui n’y connait rien au droit, et encore moins au droit International, comprendra a ses dépens, lors du procès néerlandais où les accusés auront aussi le droit de se défendre, que l’on n’accuse pas un pays ou des gens sans de solides preuves.

    Rien que Almaz Antey vont lui démonter les rotules, et il s’en souviendra tout le reste de sa vie…


    • Alfred Le 12 avril 2017 à 22h46
      Afficher/Masquer

      C’est bien l’idée d’avoir un fusible à faire sauter…
      Mais je ne suis même pas certain que le fusible se fasse chauffer les oreilles. J’espère cependant que vous avez raison.


Charte de modérations des commentaires