Source : ACRIMED, Laurent Dauré, 04-04-2017

Le magazine L’Histoire [1] publie dans un hors-série un grand entretien avec Emmanuel Macron, à qui l’on déroule un grand tapis rouge afin que le candidat d’En marche « s’explique » sur « la grande querelle de l’histoire de France », thème principal du numéro. Aucun autre candidat n’a bénéficié et ne bénéficiera d’un tel privilège, du moins avant le premier tour de l’élection présidentielle.

Les coïncidences troublantes s’accumulent. Après Sciences et Avenir et Challenges, une troisième publication appartenant au groupe Perdriel accorde un traitement de faveur manifeste à Emmanuel Macron par rapport aux autres candidats à l’élection présidentielle. Cette fois-ci il s’agit du mensuel L’Histoire, « le magazine de référence des passionnés », dans son hors-série numéro 4 (avril 2017).

Comme dans Sciences et Avenir, la revue de vulgarisation historique a offert un entretien de quatre pages [2] au candidat d’En marche, dont on ne peut pourtant pas dire qu’il souffre particulièrement d’une sous-exposition médiatique. Voici comment la rédaction de L’Histoire justifie l’initiative : « Parce qu’il avait eu une parole malheureuse en assimilant [la colonisation] (tout entière) à un “crime contre l’humanité”, crime imprescriptible ouvrant droit à sanctions pénales, nous avons voulu entendre Emmanuel Macron sur sa conception de l’histoire. Il témoigne ici à quel point elle participe de sa vision de la France. »

Pour ne pas sortir de notre rôle, nous ne commenterons pas le contenu de l’entretien intitulé « Réconcilier les mémoires » [3]. Signalons simplement que les questions posées à Emmanuel Macron sont plutôt conciliantes, voire bienveillantes. De plus, les deux photos du candidat qui figurent dans le hors-série le mettent en valeur. Un bandeau rouge avec l’inscription « Macron s’explique » apparaît en outre sur la couverture du magazine.

Aucun des dix autres candidats à l’élection présidentielle ne bénéficiera d’un tel traitement, le 1er tour ayant lieu le 23 avril. Ainsi, les quelque 50 000 lecteurs de L’Histoire [4], dont on peut douter qu’ils ont tous l’intention de voter pour Emmanuel Macron ou souhaitent massivement que le magazine prenne ainsi position – en creux – dans la campagne électorale, ne prendront connaissance des « explications » que d’un seul et unique candidat.

Rappelons que Sophia Publications, la société éditrice de L’Histoire, a été rachetée intégralement par le groupe Perdriel en juin 2016 [5] et que celui-ci est détenu à 93 % par l’industriel et homme de presse Claude Perdriel, qui a exprimé explicitement son souhait de voir Emmanuel Macron élu président de la République.

Dans un communiqué daté du 16 mars 2017 émanant du bureau de la société des journalistes (SDJ) de l’hebdomadaire Challenges [6], cette dernière « déplore les interventions multiples et déplacées de Maurice Szafran [7] auprès de la direction et de l’équipe web, suite à la parution d’un article critique à l’égard de Macron, paru le 14 mars sur le site : “Où sont les millions de Macron ?”. Interventions relayant le coup de téléphone d’un communicant de Macron. [8] »

Il se trouve que Maurice Szafran est le directeur éditorial des quatre magazines de Sophia Publications [9] : La Recherche, Le Magazine littéraire, Historia et donc, L’Histoire. Claude Perdriel en est le directeur de la publication [10].

Trois des six magazines [11] dont ce dernier est l’actionnaire ont donc favorisé le candidat à la présidentielle qui a sa préférence. Il mérite d’être rappelé que M. Perdriel a affirmé que son enthousiasme pour Emmanuel Macron « n’engage[ait] que [lui] et non pas Challenges » (Le Figaro, 24 octobre 2016), ni, on le suppose, les autres titres qu’il possède. Pourtant, le soupçon d’un tropisme pro-Macron dans « ses » publications se renforce un peu plus.

Après « Macron économiste », « Macron scientifique » et « Macron historien », il ne manque plus que « Macron littéraire ». Devons-nous alors nous attendre à un dossier « Visite commentée du dernier Salon du livre avec Emmanuel Macron » dans la prochaine édition du Magazine littéraire ?…
Laurent Dauré

 

Annexe

Tout dernièrement, Historia a semblé gagné à son tour par les premiers symptômes de macronite… Certes, le tableau clinique y est beaucoup moins grave que dans les cas de Challenges, Sciences et Avenir et L’Histoire, mais, dans le numéro d’avril 2017, certains choix de mise en page ne manquent pas d’interroger. Sur la couverture du magazine, le bandeau qui annonce le dossier « événement », intitulé « Élection présidentielle : à chacun son héros » [12], ne mentionne que les cinq « grands candidats », et c’est Emmanuel Macron qui se trouve en tête de la liste. Tout comme la rédaction du magazine l’a choisi pour figurer avec Manuel Valls [13] sur la double page qui ouvre le dossier [14]. Une prééminence troublante – même si on ne peut exclure qu’elle soit purement fortuite et que les précédents susmentionnés nous aient rendu particulièrement sourcilleux s’agissant des publications Perdriel.

Source : ACRIMED, Laurent Dauré, 04-04-2017

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

29 réponses à Le magazine L’Histoire se met (lui aussi) en quatre pour Emmanuel Macron, par Laurent Dauré

Commentaires recommandés

Logic Le 10 avril 2017 à 01h57

” Après « Macron économiste », « Macron scientifique » et « Macron historien », il ne manque plus que « Macron littéraire ». ”

Sans oublier les journaux people : Macron à la plage, Macron à la cuisine … La série des Macron se décline comme celle des Martine, avec autant de consistance pour le personnage.

  1. Fritz Le 10 avril 2017 à 01h07
    Afficher/Masquer

    Je ne veux pas me répéter concernant la ligne éditoriale du magazine L’Histoire. C’est une revue que j’ai cessé de lire depuis les années 1990, bien qu’étant professeur d’histoire, et malgré les nombreux articles intéressants qu’elle offre à ses lecteurs. Je me suis privé de ces articles car j’étais rebuté par l’esprit biaisé de sa rédaction, la bande à Winock et Cie.

    En 1983, elle publiait les photos du jeune Mitterrand parmi les étudiants de l’Action française en affectant de se demander s’il n’essayait pas de rejoindre “la contre-manifestation organisée par la gauche” ! C’était onze ans avant les révélations de Pierre Péan, lesquelles ont permis à L’Histoire d’interroger un auteur maison : Henry Rousso, alors que dans sa thèse sur Vichy, il n’avait rien trouvé concernant Mitterrand.

    L’Histoire passait pour proche du Parti socialiste. Elle a suivi la pente de ce parti : vers l’atlantisme, vers la trahison, vers Emmanuel Macron.

    P. S. (sans jeu de mots) : si L’Histoire était un site internet, elle serait en vert fluo sur le Décodex.


    • Ah. Ah. Argh... Le 10 avril 2017 à 08h54
      Afficher/Masquer

      Quelle perte de temps et de crédibilité pour nos torches-[modéré] de la journaloperie ! (En matière de crédibilité c’était plié depuis longtemps du reste)

      Quelle tête ils feront quand ils devront admettre que leur EMerde ! Ne sera JAMAIS président. J’en ris d’avance.

      Henry Rousso, omnipotent dans nos meRdia en matière d’histoire de la collaboration.

      Annie Lacroix-Ruiz, invisible.

      Cherchez l’erreur où se demander à qui profite le crime…

      Le fusillé de 1945, écrivain talentueux, mais antisémite à vomir Robert Brasillach l’avait écrit peu de temps avant :

      “L’Histoire est écrite par les vainqueurs”

      Je rêve du moment où ils seront pulvérisés !


      • zorglub Le 10 avril 2017 à 17h19
        Afficher/Masquer

        “Quelle tête ils feront quand ils devront admettre que leur EMerde ! Ne sera JAMAIS président. J’en ris d’avance.”

        J’aimerais partager votre optimisme. Mais j’ai peur…

        Si je me mets un instant dans le rôle du français qui ne s’informe qu’à la télévision (et j’ai peur qu’il en reste beaucoup – j’en étais moi-même rien qu’en 2012…) qui ne veut pas voter “extrêmiste”… Qui aimerait autant voter pour un candidat qui sera là au deuxième tour…

        Entre les deux fronts jugés extrêmes, Fillon et ses casseroles, Hamon déconsidéré et en perte de vitesse… Les “petits” candidats marginalisés par tous les médias…
        Il reste quoi… Macron.

        Alors, quand même ; j’ai peur d’un deuxième tour Macron – MLP.
        Qu’on nous refasse une fois encore le coup du front républicain.


        • Olivier Le 11 avril 2017 à 01h45
          Afficher/Masquer

          Je pense comme vous et m’etonne que les gens, y compris les “alternatifs” ne voient que du feu a ce qui les attend. Le front republicain, c est au premier tour qu il faut l organiser, pour eviter que Macron y soit au second… Pas le contraire pour eviter MLP qui ne passera pas, quel que soit le candidat. Elle vise la prochaine election, celle ci n etant qu un tremplin. Car elle sait que la prochaine deception des Francais serait son election assuree car la coupe sera pleine et personne ne pourra l arreter. Voter Macron, c est voter MLP indirectement dans 5 ans. Dans ces conditions : quel front republicain ? Il va falloir que les Francais usent d un peu plus de jugeotte et de conscience politique, sinon, une fois de plus, ils auront les gouvernants qu ils meritent.


    • de passage Le 10 avril 2017 à 12h48
      Afficher/Masquer

      @Fritz
      Que reprochez-vous à Winock?
      Il me semble que son travail d’historien était correct…


      • Fritz Le 10 avril 2017 à 13h25
        Afficher/Masquer

        Ce que je reproche à Michel Winock ? Pas ses travaux d’historien, bien sûr, car il a travaillé. Mais un certain sectarisme (perceptible dans son livre de jeunesse, Les Communards, écrit avec Jean-Pierre Azéma) qui s’est mué en bonne conscience : il use et abuse de l’expression “extrême droite”, par exemple pour stigmatiser “l’anti-américanisme”.

        A ce sujet, vous trouverez dans L’Histoire de décembre 2002 une recension élogieuse du livre de Philippe Roger, L’Ennemi américain (Seuil, 2002). Intitulée “Sottisier de l’antiaméricanisme”, cette recension traite ledit phénomène de “passion française”.

        C’était en pleine campagne de mensonges contre l’Irak, trois mois avant le déclenchement d’une guerre d’agression qui devait faire des centaines de milliers de morts.


  2. Caliban Le 10 avril 2017 à 01h23
    Afficher/Masquer

    Traitement de faveur également de la part de la chaîne France Culture, toujours sur le thème de l’histoire (https://www.franceculture.fr/emissions/la-fabrique-de-lhistoire/limaginaire-historique-demmanuel-macron)

    Cela donne des moments pathético-épiques 🙂
    https://www.youtube.com/watch?v=m9oAbV15n8o


    • marie anne jordan Le 10 avril 2017 à 19h06
      Afficher/Masquer

      j’allais le signaler , moi aussi !
      mais pour être tout à fait honnête F.Culture a également invité – il y a longtemps , en 2012 !!!-
      d’autres éminents personnages :
      https://www.franceculture.fr/emissions/la-fabrique-de-lhistoire/imaginaire-historique-des-hommes-politiques-daniel-cohn-bendit
      ( il a Mélenchon et Le Pen père)
      regardez les commentaires à la suite de l’article signalé par @caliban …


    • DUCARRE Le 10 avril 2017 à 22h23
      Afficher/Masquer

      France Culture, c’est le copié-collé de Libération, à tel point que je me demande si tous les gugusses qui travaillent dans ces deux médias ne sont pas tous copains -cousins-amants-maris et femmes.La revue de presse servie sur F Culture tous les matins nous bassine des commentaires de Libé: 70000 exemplaires de ce canard vendus, un torchon que je lisais au début des années 80 quand il avait quand même un peu de tenue.Triste…


  3. Logic Le 10 avril 2017 à 01h57
    Afficher/Masquer

    ” Après « Macron économiste », « Macron scientifique » et « Macron historien », il ne manque plus que « Macron littéraire ». ”

    Sans oublier les journaux people : Macron à la plage, Macron à la cuisine … La série des Macron se décline comme celle des Martine, avec autant de consistance pour le personnage.


    • kasper Le 10 avril 2017 à 04h11
      Afficher/Masquer

      Macron littéraire, c’est deja fait. Et meme, asseyez vous et tenez vous bien, Macron philosophe.

      Comment ? Vous ignorez qu’il a pratiquement coécrit un livre de Paul Ricoeur, et brillament passé une thèse de philo ?!

      Ah… On me glisse dans l’oreillette qu’il aurait juste participé a corriger les coquilles d’un manuscrit de Ricoeur et qu’on ne trouve aucune trace de sa thèse, meme le professeur qui est sensé l’avoir supervisée ne se souviens pas d’avoir travaillé avec Macron.

      Sans doute est il jaloux, voilà tout. Comment ose t’il critiquer le génial inventeur du “penser printemps” ?


    • Eric83 Le 10 avril 2017 à 06h54
      Afficher/Masquer

      Malheureusement, dans la série des “Martine” il est prévu la sortie de Macron casse le code du travail par ordonnances.

      https://francais.rt.com/france/36684-emmanuel-macron-annonce-quil-reformera-code-travail-ordonances


    • Yamael Le 10 avril 2017 à 20h35
      Afficher/Masquer

      Une chose est sur on aura pas Macron connait sa géographie…


  4. Kiwixar Le 10 avril 2017 à 03h04
    Afficher/Masquer

    A mon avis, cette campagne macronite de tous les merdias est tellement grossière qu’elle en devient contreproductive. Un charlot politico-financier (2 professions pas très appréciées des Français) promu par une autre profession « pas très appréciée » (les journalistes), loué par des types qui font plus partie des problèmes que des solutions (Gattaz, Minc, Attali, BHL), et au charme télévisuel très douteux : la gestuelle de Sarkozy, artificiel, mauvais acteur, introverti qui essaie. Mauvais casting de l’oligarchie.


    • Linder Le 10 avril 2017 à 08h40
      Afficher/Masquer

      J’étais abonné à Sciences et Avenir. Mon abonnement s’arrêtait avec le numéro de mars. Je ne pensais pas le renouveler car je trouvais les articles trop médiocres, mais j’hésitais encore. En recevant le numéro de mars, avec les lettres M, A, C, R et O (peut-être y avait-il aussi un N, je ne me souviens plus) je n’ai plus hésité. J’ai même écris à la rédaction pour exprimer mon indignation et poser un ultimatum : si les noms de tous les autres candidats figurent en couverture, en avril, je me réabonne, sinon, j’arrête. Donc j’arrête. Et en prime, je dissuade tous le monde d’acheter ce torchon.


    • some Le 10 avril 2017 à 10h30
      Afficher/Masquer

      > A mon avis, cette campagne macronite de tous les merdias est tellement grossière qu’elle en devient contreproductive….

      oui, mais ne leur mettez pas la puce à l’oreille, j’ai encore du pop corn 🙂


  5. christian gedeon Le 10 avril 2017 à 10h47
    Afficher/Masquer

    Bof…un média de plus ou de moins pour Macron,quelle importance? Macron est une créature…une espèce de Frankenstein,en moins moche quand même,une agglutination,en fait. Il suffit de voir la liste de ses supporters,n’est ce pas? Un inventaire cauchemardesque à la Prévert(pardon M. Prévert) de soutiens improbables(pardon M. Achille)…et puisqu’on parle d’Achille,là est son talon,et je m’étonne que ses adversaires n’en fassent plus un vrai cheval de bataille…des chevaux sur le retour,des chevaux au repos,des droitistes(ex) des centristes(…),des socialistes(le cimetière des éléphants),des boboïstes comme s’il en pleuvait,et des financiers comme escargots après la pluie(financiers et “journaux étant confondus dans la même catégorie)…bref,pour moi,rien. Il s’effondrera au premier tour des élections…pschiiiiiiiit.Et Perdriel aura eu tort,une fois de plus. Mais il a l’habitude,n’est ce pas?


  6. sergeat Le 10 avril 2017 à 11h49
    Afficher/Masquer

    “Macron économiste”:Maurice Allais a été censuré et le lumpen-intelligentsia a été encensé(Botul,Minc,Atali….) et une caricature de la mondialisation est apparu le Macron(grâce au soit disant quatrième pouvoir qui n’est fait que de valets ignoblement trop bien payés pour vendre les mensonges du monde financier) ,un littéraire n’ayant qu’une connaissance économique celle de la rémunération d’une vente de nos expertises à des étrangers (SFR,Alstom,aéroport de Toulouse,BFM.tv,l’Express,…),…..la France DOIT redevenir une puissance négligeable ou s’adapter au monde anglo-saxon financiarisé.


  7. georges glise Le 10 avril 2017 à 13h09
    Afficher/Masquer

    macron le banquier est soutenu par les milliardaires qui possèdent les merdias! c’est normal! mas pour l’instant nous pouvons choisir de boycotter ces merdias! à bon entendeur salut!


  8. amn3zik Le 10 avril 2017 à 13h40
    Afficher/Masquer

    Traitement de faveur d’un côté et déni de la réalité, voir réécriture de l’histoire de l’autre avec le scandale Historia et son dossier “CIA et construction européenne” que vous avez traité dernièrement… Historia qui appartient également au groupe Perdriel


  9. Kiwixar Le 10 avril 2017 à 14h17
    Afficher/Masquer

    Je me demande si la soudaine frénésie anti-Assad de l’Otan n’est pas liée à la bonne probabilité que la France se dote bientôt (une dizaine de jours après le second tour) d’un président anti-Otan et anti-guerre (Melenchon) au lieu de l’autre baudruche prévue.


  10. stanlolo Le 10 avril 2017 à 14h39
    Afficher/Masquer

    Alcibiade selon BHL ! Quel visionnaire ce BHL!! Selon Platon en gros C’est le jeunot qui croit tout savoir et qui ne sait rien ! P… ça lui va comme un gant . Et aussi aux économistes qui disent tout et le contraire. Pendant ce temps la suite de JLM (alias Fibonnacci) tend doucement vers phi .


    • Eric83 Le 10 avril 2017 à 19h12
      Afficher/Masquer

      BHL va voter Macron. Non sans blagues ? Alors çà, c’est une sacré surprise et un ralliement de poids…du même que celui de Valls.


  11. yann 35 Le 10 avril 2017 à 17h37
    Afficher/Masquer

    c’est vrai que je vais m’ennuyer après le 1er tour, il va me manquer quelque chose, un truc bête mais je me dirai “tiens c’est bizarre, personne n’a parlé de macron aujourd’hui” … et je retournerai à la réalité insignifiante de ma vie réelle. Et peu à peu cela s’estompera remplacé par une autre lubie des médias. Macron n’est finalement qu’une start-up, comme twitter qui vaudrait des milliards sans avoir jamais fait aucun bénéfice, et cette startup finira comme les autres, aux oubliettes ou rachetée par une plus grosse. Il est le Über de la politique, le paroxysme du creux, du rien … le vide ou le néant ?


  12. Louis Le 10 avril 2017 à 18h30
    Afficher/Masquer

    De toute façon Macron est une tanche en histoire du même niveau que Chirac, il l’a prouvé encore une fois aujourd’hui en réagissant au quart de tour devant les propos de MLP qui faisait pourtant du Gaullisme dans le texte.


  13. marie anne jordan Le 10 avril 2017 à 19h11
    Afficher/Masquer

    Vite , regardez cette vidéo , si ce n’est déjà fait :
    https://francais.rt.com/france/36385-lci-lamine-candidat-macron-supprime-replay-emission

    allez , on a encore quelques têtes , même à LCI !


  14. RGT Le 10 avril 2017 à 19h15
    Afficher/Masquer

    Je commence à être lassé d’entendre les louanges de Quintus Naevius Cordus Sutorius Macro dit Macron.

    Le plus délirant, c’est qu’un magazine censé nous enseigner l’Histoire (avec un grand H, excusez du peu) ne fasse pas de parallèle avec son “Mentor” “Ancêtre” (je ne céderai pas à un jeu de mots facile) qui il y a 2000 ans avait prouvé sa fourberie et son amour immodéré pour les coups tordus.

    Dis M’sieur Histoire, tu peux nous faire un topo HONNÊTE sur ce triste sire qui ne fût finalement arrêté que par un type encore pire que lui, le dénommé Caligula ?


  15. Krystyna Hawrot Le 10 avril 2017 à 19h23
    Afficher/Masquer

    Je ne suis pas aussi optimiste que vous. Macron c’est la sorosisation de la France, déjà bien en route sous Hollande. Et hélas ça marche. Si d’ici 2 semaines il ne se passe pas quelque chose, bien des gens se sont déjà laissé influencer, j’en connais hélas dans mon entourage. Mais il est vrai que l’élection présidentielle française a un enjeu mondial… et les puissants ne vont quand même pas permettre à ce qu’un membre occidental du conseil de sécurité, puissance néocoloniale, possédant les zones d’exclusivité économiques maritimes les plus étendues du monde par rapport à sa taille, file comme ça le pouvoir à un vulgaire gauchiste ou souverainiste…


Charte de modérations des commentaires