Nicolas Doze m’a invité à son émission Les Experts le 27 aout à 9h00, sur BFM Business (la radio filmée, pas BFM TV).

Voici la vidéo :

La phrase du jour à laquelle je n’ai pas eu le temps de répondre, et que je vous laisse méditer “… parce que le chaos n’est pas possible”…

============================

N’hésitez pas à réagir en direct par mail sur cette émission via ce lien – Nicolas Doze consulte bien les mails en direct, et est très demandeur 😉 :

http://www.bfmbusiness.com/programmes-replay/emission/les-experts

(cliquez sur Contacter l’émission sous le logo)

135 réponses à [Intervention média] BFM Business, Les Experts – 27 aout

  1. Patrick Luder Le 28 août 2012 à 06h10
    Afficher/Masquer

      
    Si je comprends bien …
      
    Il n’y a que deux portes de sortie des crises financières (et fiscales) Européennes : 1° Aller vers une Europe Fédérale pour avoir les moyens de réguler et compenser les déficits des balances commerciales et des dettes Etatiques. 2° La porte de sortie au 1er degré = reprise en main par chaque pays, de sa souveraineté monétaire et politique => Fin de l’Euro dans son état actuel …
      
    Une Europe fédérale populaire prendrait des années de discussions intenses et de mise au point. Actuellement aucun pays ne discute publiquement (médiatiquement) de cette idée d’une Europe Fédérale. Si le but politique est un fédéralisme Européen il va être imposé au peuple par un impératif financier et monétaire => C’est une ère nouvelle qui s’ouvrirait à l’Europe, une ère ou les dirigeants ne sont plus que des pantins et les personnes ne deviennent plus que des contribuables imposés de force, par une dictature du fric et le pouvoir absolu de la monnaie. Reste à savoir si les humains sont déjà prêts à accepter cette doctrine de l’argent tout puissant ? Si c’est le cas, je n’ai plus aucun espoir pour l’humanité …
      
    Alors, cet automne verra-t-il notre continent choisir sa destinée ? Ou ne vivrons-nous qu’une continuation d’empilement de dettes en remettant les questions à plus tard et donc en continuant (encore un peu) d’aggraver toujours plus les crises actuelles ? Pour le moment, rien ne prend le chemin d’une volonté de réguler les crises !!! => L’Europe continuera donc sur sa même lancée que ces dernières décennies, le seul coup de frein possible pourrait venir des marchés financiers qui diraient « stop ça suffit » à la poursuite de la cavalerie folle, mais comme les marchés n’ont aucun moyen de sortie, la folle cavalerie continuera encore de manière chaotique, jusqu’aux prochaines crises systémiques qui viennent avec la régularité et la continuité d’un métronome. Il s’agit bien entendu de la limite physique des ressources naturelles, des énergies fossiles et des ressources minérales … limites infranchissables par notre seule planète …
      


    • chris06 Le 28 août 2012 à 06h31
      Afficher/Masquer

      @Patrick,

      “la doctrine de l’argent tout puissant”, une ère nouvelle? Qu’est ce que cette “doctrine” a de nouveau? Ce qui serait nouveau, c’est que cette “doctrine” n’ai plus cours.

      Sur quelle planète vivais tu jusqu’à présent sur laquelle l’argent n’était pas tout puissant? 


      • Patrick Luder Le 28 août 2012 à 08h56
        Afficher/Masquer

        Je vis sur une planète ou il est impossible que l’économie oblige mon pays, sans passer par une votation populaire, par exemple à se fédérer dans une Europe en naufrage … Sur ma planète le peuple est le souverain tout puissant, il se laisse peut-être influencer par tout ce qui nous entoure mais c’est lui qui décide de tout en finalité !


        • chris06 Le 28 août 2012 à 10h06
          Afficher/Masquer

          Ah la Suisse, toujours la Suisse, c’est le modèle à suivre… tous les pays n’ont cas se transformer en Suisse, instaurer le secret bancaire et attirer les richards de la planète, et on et on vivra plus sous la dictature du fric et les peuples seront les souverains tout puissants.

          Ah mais non, mais non, tu vas continuer d’affirmer que la Suisse ne profite absolument pas de sa situation bancaire pour le moins. particulière et de sa situation de paradis fiscal? La Suisse, c’est bien connu, est le pays où l’argent et les impératifs financiers ne comptent pas, où les contribuables ne sont pas imposés de force mais donnent généreusement et volontairement à l’Etat de leur plein gré… 

          Et à propos de la limite physique des ressources naturelles dont tu parles ensuite, comment se débrouille la Suisse? C’est bien connu, c’est un pays sans consumérisme, sans gaspillage où la consommation et où les réjections de C02 par tête de pipe sont parmi les plus basses de la planète, n’est ce pas? 


          • Tycer Le 28 août 2012 à 10h54
            Afficher/Masquer

            Oui, la Suisse est un exemple pour beaucoup de domaine! Ne vous en déplaiseS.
            Et je suis français.
            Mais bon, bcp de Français ne connaissent que la France et la plupart sont totalement chauvins, donc pensez ce que vous voulez.
             


          • Goldfinger Le 28 août 2012 à 11h25
            Afficher/Masquer

            Je ne suis pas Suisse mais j’avoue avoir été impressionné quand la population helvétique a voté CONTRE une augmentation du nombre de jours de congés payés estimant qu’ils en avaient suffisamment et que cette augmentation leur serait in fine plus nuisible que profitable.
            Non la Suisse n’est pas un modèle en tout mais il s’y trouve aussi du bon dont on peut s’inspirer. Rien n’est noir ou blanc (sauf en informatique) mais gris (du plus clair au plus foncé).
            Si les politiques et citoyens européens parvenaient à raisonner de façon moins binaire je pense que l’on serait plus loin dans l’ « intégration » européenne. Je pense que cela finira par se produire mais que ce ne sera pas par la voie optimale/douce. Mais bon, on verra ! Je ne suis pas détenteur de LA vérité.


          • chris06 Le 28 août 2012 à 11h47
            Afficher/Masquer

            oui, je sais, comme l’affirme Patrick, le peuple Suisse décide de tout, c’est lui par exemple qui a décidé il n’y a pas longtemps que le CHF serait fixé à l’euro et que la BNS serait la banque centrale qui augmenterait le plus rapidement la taille de son bilan parmi toutes les banques centrales. N’est ce pas?

            La Suisse, le pays où la dictature du fric n’existe pas, où l’argent et les impératifs financiers ne comptent pas, faites moi rire. C’est un des pays du monde où la part de secteur bancaire et financier relative à l’économie  est la plus importante et qui pompe une quantité astronomique de richesses produites dans le reste du monde, notamment dans le reste de l’Europe, mais ça, ça ne compte donc pas à vos yeux et ceux de Patrick?

            PS: j’ai vécu et travaillé 26 ans à l’étranger , en Asie, en Europe et aux USA, si vous avez lu un certain nombre de mes commentaires sur ce blog, c’est pas à moi qu’il faut reprocher d’être “totalement chauvin”. Vous voulez que je vous pointe vers ceux où je critique “mon beau pays?


          • Tycer Le 28 août 2012 à 13h23
            Afficher/Masquer

            Non le peuple n’a pas décidé de la décision de l’UBS.
            Et oui, la Suisse vit au crochet d’autres pays avec leur forfait fiscaux.
             
            Mais la Suisse reste un exemple dans beaucoup de domaine. Mais tout n’est pas noir ou blanc. Or je trouve que vous réduisez toute Suisse à la finance.


          • Patrick Luder Le 28 août 2012 à 14h53
            Afficher/Masquer

            @chris06, tu as raison pour les questions fiscales, la suisse n’est pas l’exemple parfait, mais il ne faut pas tout mélanger, nous ne mentionnions que la souveraineté d’un pays face à la montée en puissance des marchés monétaires et à la pression d’une Europe en détresse qui passerait outre l’avis du peuple …


          • chris06 Le 28 août 2012 à 15h48
            Afficher/Masquer

            @tycer, Patrick,

            je réagissais à ce que Patrick écrivait à propos de la “doctrine de l’argent tout puissant”, la dictature du fric. Non seulement ce n’est pas nouveau, ni en Europe ni ailleurs,  mais la Suisse n’est certainement pas un pays exemplaire dans lequel ça n’a pas cours. C’est tout ce que je voulais dire.

            Maintenant, qu’il y ait des choses qui se passent mieux en Suisse, comme le système des votations populaires plus fréquentes sur divers sujets et à différents niveaux, cantonal, communal et autres, je ne dis pas le contraire, mais il faudrait peut être suivre le fil de la discussion, 

            Maintenant, revenons svp sur ce sujet, Patrick, tu écris:
            ”  nous ne mentionnions que la souveraineté d’un pays face à la montée en puissance des marchés monétaires et à la pression d’une Europe en détresse qui passerait outre l’avis du peuple  ”

            tu crois encore à cette illusion de la Suisse, pays souverain sur sa monnaie où c’est l’avis du peuple qui est pris en compte? Alors pourquoi la BNS a t’elle fixé le CHF à l’euro sans demander l’avis du peuple?

             C’est quand même formidable, les gens croient encore qu’ils ont la souveraineté monétaire alors que ça fait près de quarante ans qu’on vit dans un système où il y a une monnaie dominante (le dollar, 85% de toutes les opérations de change dans le monde entier – chiffres publiés le mois dernier par la BRI- sont aujourd’hui encore  faites avec le dollar, vous comprenez ce que cela veut dire???)et  où ce sont les marchés tout puissants qui décident de presque tout et vous semblez prendre conscience, comme c’est bizarre, qu’une certaine “doctrine de l’argent tout puissant” menace seulement maintenant de prendre effet. 

            Mais je te repose la question, Patrick, sur quelle planète vivais tu jusqu’à présent?  


          • Patrick Luder Le 28 août 2012 à 16h08
            Afficher/Masquer

              
            Chris06 deux choses sont encore mélangées, elles interagissent l’une avec l’autre, mais elles sont indépendantes l’une de l’autre.
              
            OUI la place financière Suisse n’est ni indépendante du reste du monde, et est très loin d’être un exemple de bonnes relations => Je n’ai jamais dis le contraire ! // et OUI, c’est encore vrai, la BNS mène une politique aberrante et suicidaire, mais la BNS est indépendante du gouvernement et du peuple, elle même sa propre politique selon ses propres critères. La politique de la BCN est de plus en plus décriée, et un retournement rapide se fera si l’Euro part à la dérive, tout en sachant très bien que la Suisse plongera avec ses voisins.
               
            Mais NON, mon pays ne se laissera pas embarquer contre sa volonté dans une histoire de fédéralisme Européen, sauf si le peuple le souhaite clairement par une votation.
              
            Chris06, même si je n’arrive pas très bien à me faire comprendre, j’ai le même langage que toi et vit sur la même planète que toi   🙂
              


          • buzz lightyear Le 29 août 2012 à 19h31
            Afficher/Masquer

            très intéressante interview et rapidement déviée par certains msg pour viser un état
            hors de la zone euro, la Suisse… la part des banques dans le pib suisse représente
            11% et est en baisse depuis plusieurs années mais c’est tellement plus simple de
            pointer l’étranger comme responsable de ses propres problèmes. Toutes les dictatures
            ont procédé ainsi.


        • chris06 Le 28 août 2012 à 19h43
          Afficher/Masquer

          @Patrick,

          Mais NON, mon pays ne se laissera pas embarquercontre sa volonté dans une histoire de fédéralisme Européen”

          oui, en a t’il jamais été question?

          Fédéralisme ou pas, qu’est ce que ça changerait à la toute puissance de l’argent? Que cela soit en Europe, en Suisse ou ailleurs, l’idée que le peuple est tout puissant n’est qu’une illusion, puisque c’est l’argent qui mène le monde. Et ce n’est franchement pas nouveau, cela fait depuis que l’argent existe et qu’il confère les véritables pouvoirs de décision à ceux qui en possèdent beaucoup.

          Tu sembles croire que la dictature du fric serait une ère nouvelle? Je te repose la question, sur quelle planète vivais tu? 
           


          • Patrick Luder Le 29 août 2012 à 04h16
            Afficher/Masquer

            Débat déformé et stérile …


          • JOURDAN Le 29 août 2012 à 20h41
            Afficher/Masquer

            Chris06,

            tes propos anti-suisses semblent un peu celui d’un envieux, d’un jaloux de la situation de la Suisse. Par ailleurs, ils profitent de ce que les législations françaises et européennes tolèrent. Nos gouvernement n’ont jamais rien fait pour empêcher les exils fiscaux, de manière amicale ou par rétorsions, ni lutté contre la fraude fiscale.


          • Jean-Louis Le 29 août 2012 à 20h46
            Afficher/Masquer

            @chris 06: “sur quelle planète vivais-tu”, même si c’est sur planète “Utopie”, c’est mieux que d’accepter d’aller à l’abattoir et d’accepter uniquement les “cols blancs”. Quand je clique sur le lien de Patrick, je vois quelque chose qui me fait du bien, qui me donne envie de …. C’est l’argent qui mène un certain monde, mais c’est l’utopie qui fait avancer. Les doux rêveur qui FONT quelque chose pour les autres. Lors de précédent messages, j’ai dit la peur que m’inspirait le fait que l’on monte les peuples les uns contre les autres. Étant musicien, j’ai eu la chance de jouer pour, et rencontrer des gens dans le monde entier et on a fait des choses ensemble ( et on continue) que l’argent et les financiers n’achèteront JAMAIS, même les plus riches. Avec tout mon respect Jean-Louis  


    • Yves Le 28 août 2012 à 08h09
      Afficher/Masquer

      “jusqu’aux prochaines crises systémiques qui viennent avec la régularité et la continuité d’un métronome” … je ne pense pas qu’il y aura régularité mais accélération avec des crises de plus en plus fortes et rapprochées comme un malade qui ne se soigne pas et n’a même pas encore pris conscience du diagnostique de ses problèmes.


      • Patrick Luder Le 28 août 2012 à 08h59
        Afficher/Masquer

        Oupss désolé, je me suis mal exprimé … la régularité que je veux mentionner, c’est celle de notre impacte sur l’environnement, c’est celle de l’épuisement de nos ressources, c’est celle de l’augmentation des injustices et de la folie des hommes.


  2. Leveau Le 28 août 2012 à 06h40
    Afficher/Masquer

    afin de détricoter le chmiliblique et d’y voir plus clair, il me semble important de souligner que la fameuse “intelligence des peuples” repose sur la distinction très claire, pour un foyer, un ménage, un individu même, qu’ils font entre l’indispensable et l’accessoire, entre la maison et la grange effectivement.
    Cela dit, nous pouvons bien débattre du bien fondé de l’indépendance des banques centrales, de la guerre des monnaies, du fédéralisme etc… ce monde changera aussi violemment que l’angle entre les courbes ressources fondamentales et les courbes démographiques sera important.
    Cela dit, nous ne mettons pas tous la même chose dans le panier “ressources fondamentales”, mais dans le panier de la ménagère, il y a avant tout, de quoi bouffer.
    c’est pourquoi à mon sens, la politique devra s’accorder, évoluera vers toutes les mesures indispensables à la survie de la ménagère… ainsi va le monde, après avoir paradé, épilogué, guerroyé, rugit… le dominant rentre se coucher et s’attend à ce que son assiette soit pleine. Sinon à quoi bon!
    Vive la fin de l’ère du tout pétrole.


    • Durruti Le 29 août 2012 à 10h19
      Afficher/Masquer

      De quelle intelligence des peuples parlez-vous? Montrez-moi un peuple, je n’en ai jamais vu. Je connais des individus, plus ou moins intelligents, et plus ou moins (plutôt plus) manipulables. Quant à notre intelligence si spécifique, et à notre capacité de prévision, j’ai un gros doute là-dessus. Les réactions à cette crise se font toujours a posteriori, et par là nous différencient bien peu des animaux. Et leur contenu: à part les récriminations contre la finance et de vagues velléités sociales, pas de projet (ceux qui ont, non un projet, mais un programme, nous proposent encore et toujours des recettes éculées). Le “y’en a marre” a ses limites, et il serait temps que  nous mettions au clair nos valeurs communes, et ce que nous sommes prêt(e)s à sacrifier (plus exactement à investir) pour les mettre en application. Cette notion de coût d’investissement est essentielle, c’est ce manque d’investissement qui engendre le sur-place actuel qui risque de s’éterniser. Mais on comprend qu’elle ne soit jamais mise en avant, parce qu’elle éclaircit autant les rangs qu’une quête dans un lieu de culte écossais. La société de consommation nous a habitués au beurre et à l’argent du beurre, il faudrait maintenant nous supplier pour que nous acceptions la margarine.


      • Jean-Louis Le 29 août 2012 à 10h28
        Afficher/Masquer

        “elle éclaircit autant les rangs qu’une quête dans un lieu de culte écossais”
        J’ai bien rigolé, elle est super d’autant que j’ai de la belle-famille écossaise,LOL 


  3. Fabrice Le 28 août 2012 à 07h08
    Afficher/Masquer

    Quand on voit ce genre de réaction (vu aussi en France) :

    http://www.europe1.fr/International/5-100-trop-peu-pour-un-elu-espagnol-1216613/

    Comment peut on croire que les politiciens européens seront prêt à abandonner leur poste et voir les siège disponible fondre comme neige au soleil en faveur d’un parlement européen. Je ne me fait pas d’illusion ils préfèreront sacrifier l’Europe à leur intérêt donc effectivement je crains qu’on irra guère plus loin donc effectivement ce sera un retour en arrière (soupir 🙁 ).

    Par contre le débat est assez déséquilibré Nicolas Doze favorise toujours un intervenant au détriment des autres là trop de poids donné à  Gilles Legendre à votre détriment  et je parle même de celui de Catherine Gerce (par contre dire que la situation sera règlée parce que l’allemagne n’a pas le choix je dois avouer que comme perspective d’espoir là je dois avouer que c’est triste).

    Très bon le passage que soit on respecte les traités ou on les changes, mais qu’il est incroyable que personne ne s’offusque que l’on passe outre et s’en vanter (en plus), mais bon venant de personnes qui n’ont pas hésité à fouler aux pieds le choix de citoyens on peu s’attendre à tout.


  4. Leveau Le 28 août 2012 à 07h12
    Afficher/Masquer

    toujours sur BFM ce jour, stéphane le Folk is rock&roll !
    les causes de l’augmentation du prix des matière premières agricoles : deux causes, non trois…mais on ne sera pas laquelle!
    le pétrole pardi! N P K se crackent à partir du pétrole. Pourquoi ne pas le dire? pourquoi ne pas mettre nos milliers d’hectare de terres arables au service du travail et du panier de la ménagère?
    d’où vient ce mythe qui voudrait que l’agriculture ne soit pas un système anthropique, le seul même, qui permette d’obtenir milles graines avec une! ?
    un paysan du moyen age aurait fait meilleur ministre.
    Bonne journée à tous


  5. Joanna Le 28 août 2012 à 07h43
    Afficher/Masquer

    De toutes les émissions auxquelles M. Doze vous a invité celle-ci me parait de très loin la plus intéressante.
    D’une part par l’intérêt des questions posées, très claires et très ciblées et bien entendu des réponses apportées.

    D’autre part et surtout par le fait qu’il me semble que je vois pour la première fois un réel débat s’instaurer entre les 3 invités (la présence d’une femme y serait elle pour quelque chose ?), ma principale frustration étant que vous êtes, selon moi, trop souvent interrompu par M. Doze. Bien driver son émission c’est évidemment nécessaire, mais je pense que le débat gagnerait beaucoup en qualité s’il laissait ses invités aller au bout de leurs exposés. Mais c’est son naturel et c’est sans doute le reflet d’une certaine frénésie parisienne …


    • bourdeaux Le 28 août 2012 à 09h48
      Afficher/Masquer

      Joanna, votre remarque semble justifiée, mais pondéré du débit de parole, Olivier rattrape une grande partie de son retard (quand les idées sont claires, elles s’expriment rapidement…)


  6. amorgos Le 28 août 2012 à 08h56
    Afficher/Masquer

    Pas une seule fois le mot “REFERENDUM” n’a été prononcé  dans ce débat, et ce, à quelques semaines du vote sur le pacte budgétaire ! Nicolas DOZE a-t-il reçu des consignes en cette rentrée médiatique !
    Dans le même sens, jugez-vous même des titres de la presse ce matin sur le NET (LIBE, le FIGARO, le MONDE …. ) rien sur l’explosion du chômage , que des faits divers à la UNE … on veut nous la faire avaler de force cette Europe . 

     


    • Patrick Luder Le 28 août 2012 à 09h10
      Afficher/Masquer

      Peut-être que les Français pourraient avaler ce tas d’immondice, de manière forcée et sans se poser de questions, mais je suis quasiment sûr que les pays à sang chaud (Italie, Espagne) refuseront une disparition de la souveraineté de leurs pays, même si ce sont eux qui auraient le plus à y gagner.

      La banque centrale Européenne s’apprête à envoyer les pays en guerre les uns contre les autres … 


      • bourdeaux Le 28 août 2012 à 10h01
        Afficher/Masquer

        Je ne crois pas à cette perspective, Patrick. Comme l’écrit plus haut Olivier, il existe une réelle amitié entre les peuples. Je crois plutôt à l’émergence d’une vraie fracture entre les gouvernements et les populations, ou plutôt entre les partis de gouvernement et les électeurs, si vous me suivez…


        • step Le 28 août 2012 à 12h03
          Afficher/Masquer

          oui sociologiquement les gens sont conscient d’apartenir à l’europe, c’est un 3 eme rideau de valeur souvent derriere la nation et la région mais il y aurait une réaction épidermique et instantannée des populations si on leur demandait d’aller canarder d’autres européens. Les dirigeants ne seraint tout simplement pas suivis et les dynamiques sociales internes feraient imploser les gouvernements en question. Comme quoi l’europe n’est pas qu’une enveloppe économique creuse, mais aussi le partage d’une absence de volonté de violence par une large partie de la population. C’est d’ailleurs tout le message politique de l’europe, et c’est aussi une part du drame européen, car c’est à ce jour aussi sa totalité (d’un point de vue politique).


          • Brice Goe Le 28 août 2012 à 12h35
            Afficher/Masquer

            “l’europe, c’est un 3 eme rideau de valeur souvent derriere la nation et la région”
             
            Moi je n’y crois pas step : Je dirais plutôt le 5ème ou 6ème rideau car avant, il y a :
            – la famille
            – le club de foot
            – et même pire que le club de foot : l’appartenance politique et/ou religieuse
             
            La “valeur sociologique” de l’Europe est (très) faible.
             
            Certains mêmes s’identifient aux Etats-Unis avant l’Europe. Il n’y a qu’à voir le succès des séries américaines à la télé ou le nombre de personnes arborant une casquette ou un tee-shirt “NYC”.
            J’ai même vu un Président de la république française courir avec un de ces tee-shirt. Quant à ses godasses, c’était des Nike. Celui-même qui disait “la France, tu l’aimes ou tu la quittes”.


          • step Le 28 août 2012 à 13h12
            Afficher/Masquer

            @brice, je négocie 4 eme, car je retiens la famille. On ne peut pas être contraint par un club de foot ou une sous-culture mercantile de prendre les armes (enfin pour la population “normale”). On peut prendre en revanche les armes pour défendre sa famille, c’est même assez classique.

            La religion n’est pas un critère de tension intra européenne. C’est effectivement une cause de conflit, mais il a un consensus sur l’europe, de racines chrétiennes et d’une direction des affaires de la cité très laique, et accueillant des minorités religieuses adoptant même chez les musulmans le précepte du religieux dans la sphère privé pour leur immense part. Il serait très complexe de dessiner des potentielles lignes de fractures intra européennes sur l’aspect religieux. Je ne rejette pas le principe mais sa potentialité en europe.

            Après il faut bien se dire qu’on est sûr de rien, comme disait il me semble un prefet de paris de l’époque (fouché ?) , “donnez moi 20 hommes et je mettrai paris à feu et à sang.” Il est beaucoup de conflit qui ont été aidés par une partie y voyant un interêt, (je pense par exemple au conflit sino-japonais).


        • Goldfinger Le 28 août 2012 à 12h50
          Afficher/Masquer

          Oui il existe une amitié entre les peuples européens mais Olivier B. (afin de préserver son anonymat J) précise aussi qu’ « il n’y a aucun sentiment d’appartenance au même pays [Europe]».
          Le sentiment national – voire régional – est encore plus fort que celui de citoyenneté européenne. Et malheureusement non seulement il est très difficile et lent de faire évoluer les mentalités mais les institutions européennes ne sont pas très douées pour la pédagogie. Et rares sont les politiques nationaux qui choisissent « par vocation » de s’exiler au Parlement européen : déficit d’image (et en politique ne plus être vu c’est ne plus exister), manque de pouvoir réel face à la Commission, etc …
          Il y a aussi des limites à l’amitié (je ne parle pas des héros): la peur notamment. Peur de perdre son emploi, peur de perdre son niveau de vie, peur de perdre ses « privilèges », peur (tout à fait respectable mais peut-être contreproductive) pour l’avenir de ses enfants. Alors nous encaissons et nous nous taisons …  et si c’est trop inconfortable nous nous mettons la tête dans le sable. Ce qui ne nous empêchera pas d’être dévorés (au contraire) mais au moins nous n’aurons pas vu le coup arriver. Nous ne savions pas … ou nous ne voulions pas savoir. J’utilise le « nous » sans viser personne parce qu’ il inclut aussi le « je » … et que le « on » fait rarement bouger les choses.
          « Le pire ne se produira pas parce que le chaos n’est pas possible ». J’ai donc aussi médité la phrase du jour et j’en arrive à la conclusion que l’invitée du plateau de BFM devrait se replonger dans son cours d’histoire. Pire : si le chaos devait servir les intérêts de certains, il est évident qu’ils pourraient même donner un petit coup de pouce pour favoriser son apparition (temporaire (?) mais certainement (très) ravageuse pour le plus grand nombre).
          Pour terminer sur une note plus légère, l’autruche se mettant la tête dans le sable croyant échapper à un prédateur est un mythe : elle fuit ou elle affronte : http://fr.wikipedia.org/wiki/Autruche#Image_populaire
           
           
           


          • Patrick Luder Le 28 août 2012 à 15h31
            Afficher/Masquer

              
            Je suis fondamentalement pacifiste et c’est pourquoi les causes et mécanismes des guerres me touche beaucoup. Je développe courtement trois cas dont le premier et le dernier pourrait devenir tangent.
              
            L’histoire (et la logique) nous montre qu’un peuple prend spontanément les armes quand : Trop de vies sont menacées (ce qui n’est pas le cas ici) ou quand une puissance le met dans une position qui n’est plus tenable (vie normale rendue impossible) … certains pays n’en sont plus très loin, je dirais que si l’ennemi serait plus visible, un soulèvement ne pourrait pas être exclu. Le manque de travail (chômage à 50%) n’est pas l’élément déclenchant, mais une famine injustement perçue pourrait le devenir.
              
            Un peuple peut prendre les armes sous la contrainte ou le chantage (ce n’est pas le cas en Europe actuellement) pour prendre possession des biens ou de territoires d’autrui mais si la cause est injuste, le peuple peut se retourner contre une autorité qui n’est plus reconnue (dito le printemps arabe).
              
            Prendre les armes pour défendre son territoire suppose deux états d’esprits différents. Tuer pour défendre son territoire n’est humainement pas acceptable, mais prendre une défense active (beaux mots pour décrire des horreurs) pour sauver d’autres vies peut le devenir. // Dans le cas de la défense de son territoire, il y a une possibilité qui ne doit pas être totalement exclue, c’est de remettre en place des frontières fortes, par exemple pour stopper l’invasion de produits à concurrence déloyale, ou les importations-exportations de monnaies, dans le cas d’une fermeture complète des marchés financiers.
              
            En finalité la guerre n’est pas du tout au programme en Europe pour l’instant, mais ne pas perdre de vue ces possibilités peut éviter d’être pris complètement au dépourvus, et peut éventuellement aider à prendre des décisions qui peuvent éviter des dérapages incontrôlés.
              
            En espérant qu’Olivier ne me supprime pas ce post   😉
              


      • BIGGLOP Le 28 août 2012 à 16h15
        Afficher/Masquer

        Il me semble que l’Italie l’ait déjà ratifié, mais pas l’Espagne et l’Allemagne est en suspens, attendant la décision de la Cour Constitutionnelle de Karlsruhe
        le lien est celui de la Fondation R Schuman, désolé
         


  7. ¨Patrick-Louis Vincent Le 28 août 2012 à 09h24
    Afficher/Masquer

    La donne a, me semble-t-il, quelque peu changéces derniers mois. Le risque systémique à court terme, me semble moins important, du fait de l’injection de liquidités par la BCE. En revanche, un plus grand danger menace : la guerre. Chaque jour qui passe, la propagande pro-guerre se fait plus précise. Laurent Fabius, pour prendre un exemple, ministre des Affaires Etrangères, tient des propos fort peu diplomatiques. De ministre des Affaires Etrangères, il se façonne, progressivement, ministre de la Guerre.

    Tous les politiques, Allemands ou Français, n’auront pas le temps, je le crains, de mettre au point un nouveau traité européen. Les circonstances risquent de décider pour eux. Par delà le massacre d humains (certainement plusieurs centaines de milliers de morts) qu’engendrerait une intervention militaire au proche et moyen-orient, par Israël et les occidentaux, il y a le coût financier et économique. Financier car cette guerre coûtera des centaines de milliards que les états belligérants n’ont pas. Il faudra donc créer beaucoup de faux-billets. Economique, car ces faux-billets devront être payés par les peuples, sans compter la désorganiosation des circuits d’approvisionnement en matières premières dont les prix flamberont.

    La question de cette première émission de rentrée était : quel est votre état d’esprit ?. Le mien est que nous allons vers la guerre (Mittérand aurait dit “nous sommes dans une logique de guerre”. C’est à dire vers une calamité bien plus grande encore, sur le plan économique et financier, que si la guerre n’avait pas lieu.   


    • Marcus Le 28 août 2012 à 19h44
      Afficher/Masquer

      Complètement d’accord avec l’analyse de Patrick-Louis Vincent !
       
      Tout ça va se régler par une guerre. Les “zélites” y travaillent et là le pétrole sera envoyé dans la stratosphère !!!


  8. Jean-Louis Le 28 août 2012 à 11h07
    Afficher/Masquer

    Bonjour,
    Un retour à l’écu, panier de monnaies, ne serait-il pas un début de solution. Il correspond plus aux différences entre les différentes nations, et serait peut-être moins difficile à remettre en place?


  9. step Le 28 août 2012 à 12h06
    Afficher/Masquer

    hors, sujet, c’est la caméra ou nicolas doze nous est revenu doré au four ?


  10. Brice Goe Le 28 août 2012 à 12h19
    Afficher/Masquer

    Qui l’aurait cru il y a encore quelques semaines; et pourtant Nicolas Doze semble s’y résoudre :
     
    Nous devrions assister dans les prochains mois à “une véritable politique d’assouplissement monétaire avec des achats de dettes NON STERILISES, comme aux Etats-Unis et au Royaune-Uni”.
    Alors, en route pour l’inflation ?
    -> des marchés financiers ?
    -> des matières premières ?
    -> de … l’immobilier ?
    -> du panier de la ménagère ?
     
    Et tant pis pour ceux qui pensaient il y a un an que la Grèce sortirait de l’euro et que nous serions dégradés !
    Olivier, si jamais la Grèce sort effectivement de l’euro dans les mois qui viennent, vous pourrez la lui ressortir, celle là, au père Doze 😉


  11. Casquette Le 28 août 2012 à 12h37
    Afficher/Masquer

    Vous avez très bien répondu à Gilles le Gendre , chaque pays a sa définition du fédéralisme européen ,que Legendre lui même , dans un éclair de lucidité,  qualifiait d’auberge espagnole.
    Sa vision étant au demeurant très franco-française (mutualisation des dettes , “solidarité” entre pays excédentaires et déficitaires & compagnie).
    Et j’ai été agréablement surpris de voir ces acteurs du marché dénoncer activement les politiques d’austérité …quand on pense qu’elles sont mises en place pour eux !L’ironie est parfois cruelle …En tout cas ça faisait plaisir à entendre , car c’est pas du tout le même son de cloche qu’on entend du coté des éditorialistes et des journalistes !!
     


  12. step Le 28 août 2012 à 12h51
    Afficher/Masquer

    Pour répondre à la réflexion posée par olivier, non seulement le chaos économique est possible, il s’est d’ailleurs déjà produit dans nos histoires, mais on peut reconstruire derrière (argentine…). Cette remarque de la dame, les deux intervenants sont au delà visiblement de bonne volonté et ont fait attention de ne pas sombrer dans la polémique politicienne, est assez caractéristique, j’en ai fait l’expérience d’une génération (sans faire insulte à la dame, je pense qu’elle se situe autour de la cinquantaine) qui est persuadée mordicus qu'”ILS” trouveront une solution, que “CA” va bien se passer. Une espèce d ‘optimisme congénital, sur lequel la réalité n’a aucune prise et qui ne repose sur rien de concret, mais plutôt la certitude de la permanence de leur mode de vie, et in fine de l’adaptation du monde (écologique, économique…) à cette volonté profonde. C’est assez stupéfiant pour la génération plus récente (dite “why” par contraste forcément) nettement plus encline au doute et à l’introspection semble-t’il. Je ne dis pas qu’ils ont tord, il est souvent interessant d’avoir des valeurs fondamentales et des souhaits pour une génération, je trouve toutefois surprenant leur nature plus matérielle qu’éthique (sans opposition forcée entre les 2 termes) le tout bagné dans une foi quasi religieuse en un deus ex machina politico-économique bienveillant.


    • Brice Goe Le 28 août 2012 à 13h34
      Afficher/Masquer

      Il me semble que les plus enclins à prédire et redouter la grande dépression et son cortège de malheurs, sont les personnes de la génération X.
      Ne serait-ce que parce qu’ils ont grandi dans un environnement anxiogène (chômage de masse, crises économiques, guerre froide, SIDA, …). Du coup, les X sont “limite” cyniques. Sans doute sont-ils trop pessimistes !?
       
      Les boomers ne doutent de rien car ils ne sont pas au courant que leurs parents ont connu la guerre, ces derniers ne leur ayant rien dit puisque faisant partie de la génération silencieuse. Et puis, ils ont connu les trentes glorieuses, l’emploi facile, l’enrichissement aisé et maintenant la retraite à 60 ans grassement payée.
       
      Les Y quant à eux, ne voient rien venir. Car ils n’y connaissent rien en économie (ça ne les intéresse tout simplement pas !) et ne savent par ailleurs pas écrire une ligne sans faire 10 fautes d’orthographe (ça ne les intéresse pas non plus !). Par contre, la date de sortie du nouvel IPhone, ça ça les branche !
       
      Vous aurez compris à quelle génération j’appartiens pour dépeindre un si triste et caricatural tableau 😀
       
      Olivier, ça pourrait être intéressant de faire un sondage sur votre blog pour demander l’âge des lecteurs, non ?


      • step Le 28 août 2012 à 14h24
        Afficher/Masquer

        oui effectivement, je suis aussi de la génération X limite Y (d’ou mes fautes d’ortographes, mais je me soigne, entre autres sur ce forum).

        Je suis assez d’accord avec toi sur la génération “papy boom” et la génération X. La génération Y est je pense plus nihiliste que dépressive. Je m’explique, elle considère principalement, que les problèmes actuels auront explosé bien avant que les premiers leviers du pouvoir ne leur ait été transmis. Du coup quel intêret pour eux que de se pencher sur les règles d’un monde qui aura radicalement changé d’ici à leur accession aux responsabilités. Ceci pose aussi le pourquoi de ce comportement “mercenaire” et cette massive absence de respect hierarchique. Je pense qu’ils ont malgré tout compris que l’on va vers un monde qui se casse la gueule et agissent et pense en conséquence.   


        • Brice Goe Le 28 août 2012 à 14h39
          Afficher/Masquer

          Vision intéressante concernant la génération Y.
          Je ne l’avais pas perçue comme ça.
          Purée, c’est encore plus grave que ce que je pensais !


      • Patrick Luder Le 28 août 2012 à 15h36
        Afficher/Masquer

        @BriceGoe. Excellent le tableau sur les générations, j’me suis bien marré un coup …


      • Patrick Luder Le 28 août 2012 à 15h40
        Afficher/Masquer

        Il faudra attendre la génération Z, qui à été la première à être confrontée massivement à un gros mélange de couleurs et provenance dans les petites classes (appretisssage de la tolérance) et qui à été sensibilisée pour la première fois aux questions du développement durable => le changement c’est pas avant 15 ans au moins …


  13. Letaulier Le 28 août 2012 à 12h53
    Afficher/Masquer

    Qu’est-ce que tu fous Olivier dans des émissions nazes comme celle-là? 
    En face de toi tu n’as pas des économistes mais seulement des consultants spécialistes en “y à qu’à” dont la présence ne s’explique que par la recherche de nouveaux clients pour leurs cabinets à deux balles. Comme une page de pub coûte trop cher ils font la retape chez BFM Tv.


    • step Le 28 août 2012 à 13h19
      Afficher/Masquer

      tiens je vais faire du lepen dans le texte, si si faites des captures d’écran, je n’en ai pas d’autres.

      “Il vaut mieux une mauvaise publicité que pas de publicité du tout”.

      A titre personnel, je trouve la tenue de l’émission correcte (sans être idéale) qui ne ridiculise pas ou ne déforme pas les pensées hérétiques, ce qui est rarissime. Les intervenants viennent faire leur pub très bien, eux aussi appliquent visiblement cette maxime. Cela rend leur réflexion sujette à caution, mais pas forcément dénuée d’intêret(s!).


      • Letaulier Le 28 août 2012 à 14h31
        Afficher/Masquer

        “pensées hérétiques”! Dire que soit on va vers plus de fédéralisme soit on va assister à un éclatement de la zone euro c’est défoncer des portes ouvertes.
        Quand Le Gendre dit que les politiques manquent d’imagination! C’est à mourir de rire car lui-même ne propose rien. En plus c’est vraiment le genre de remarque venant d’un consultant dans les années 80 mais aujourd’hui plus personne n’ose la sortir sous peine de se  faire baffer par le client.


        • step Le 28 août 2012 à 14h56
          Afficher/Masquer

          je parlais d’olivier, les autres sont effectivement assez classiques dans leurs interventions.


    • Patrick Luder Le 28 août 2012 à 15h43
      Afficher/Masquer

      Il est important de sortir de sa taule et de débattre les idées avec des personnes d’autres horizons. C’est peut-être nul (moijenetrouvespas) mais c’est ainsi que l’on progresse …


      • Letaulier Le 28 août 2012 à 17h03
        Afficher/Masquer

        On progresse lors de challenges pas avec des charlots qui jouent deux divisions inférieures.
         
        Est-ce que tu pourrais me résumé en quelques mots les idées directrices des 2 autres invités? non, tout simplement parce qu’ils n’ont pas de raisonnements cohérents et qu’ils ne font que recycler ce qu’ils ont entendu sans apporter la moindre plus-value.
         


        • Macha Le 28 août 2012 à 17h32
          Afficher/Masquer

          non 🙂
          faire du plateau TV c’est un métier, disons l’apprentissage d’un savoir-être quelque soit la justesse du discours. pouvoir soutenir un développement  sans se faire éjecter du sujet par un intervenant habile où un animateur envahissant ça ne s’improvise pas sans exercices. le jeune homme progresse, c’est notable. Avanti ! c’est du gagnant gagnant
           


  14. Joanna Le 28 août 2012 à 15h32
    Afficher/Masquer

    Les limites de l’exercice c’est aussi que c’est plus des figures imposées que des figures libres, les thèmes étant choisis par l’animateur .
    Ainsi c’était bien évidemment tellement plus important de passer 10 min à papoter sur les démélés Apple / Samsung que d’évoquer le scandale du Libor par exemple …
    J’en profite pour signaler ce site : http://liesidotorg.wordpress.com/ “lettre d’informations économiques stratégiques internationales” que j’ai découvert depuis peu et trouve de plus en plus intéressant.
    M. Berruyer vous en pensez quoi  ?


    • Patrick Luder Le 29 août 2012 à 09h03
      Afficher/Masquer

      LIESI pourrait donner quelques idées pour une bon film de science-fiction … ou de télé-réalité ?


  15. Letaulier Le 28 août 2012 à 19h45
    Afficher/Masquer

    Le blog “lettre d’informations économiques stratégiques internationales” c’est 100 fois mieux que le blog d’Oliver…au niveau esthétique (faut dire que c’est pas difficile) par contre au niveau du contenu ce site est loin du compte.
    Sous un nom pompeux se cache ses ex-maoïstes reconvertis dans la critique dogmatique et systématique du capitalisme. On se demande d’ailleurs si ils ne sont pas installé en Corée du Nord ou à Cuba car vivre en Occident c’est un cauchemar selon eux.


    • guillaume Le 29 août 2012 à 01h29
      Afficher/Masquer

      “ses ex-maoïstes reconvertis dans la critique dogmatique et systématique du capitalisme. On se demande d’ailleurs si ils ne sont pas installé en Corée du Nord ou à Cuba”
       
      Tu parles de “L.I.E.S.I. -conspiration.fr” ? Si c’est le cas je doute de ton évaluation… Les bases idéologiques seraient plus à chercher dans les fondements du catholicisme social du 19ème siècle et sa dénonciation du complot judéo-maçonnique tendant à la constitution d’un “nouvel ordre mondial” d’inspiration communiste, technocratique et sataniste… mais on doit pas parler des mêmes tellement le message est clair chez LIESI 😉 


  16. Brennos Le 28 août 2012 à 21h05
    Afficher/Masquer

    En tout cas bravo pour votre prestation que j’ai trouvé bien meilleure que les précédentes.

    J’ai bien ri lors du “calcul mental” en 5 secondes chrono (de 27:01 à 27:06) des 10000€ par ménages français d’une annulation de la dette grecque. Olivier Berruyer l’homme qui calcule plus vite que son ombre .. ou qui travaille ses dossiers avant de passer à la TV 😉

    Par contre, pour y bosser depuis bientôt 15 ans, je pense que vous surestimez le pouvoir des marchés financiers. J’ai bien failli accoucher d’un témoignage suite à votre appel du mois d’août mais me suis dégonflé et je suis archi nul en rédaction 😀 


    • step Le 29 août 2012 à 09h02
      Afficher/Masquer

      moi aussi je me suis dégonflé, c’est compliqué pour moi entre le devoir de réserve, la facilité pour m’identifier et aussi ce que je vais pouvoir bien dire 🙂 Finalement on est plus libre de son expression dans le privé que dans le public, ou alors je ne parle pas du boulot.


  17. Bilbo Le 28 août 2012 à 22h06
    Afficher/Masquer

    Sinon pour l’audience y’a cdansl’air… ça changerait des intervenants habituels… 😉


  18. step Le 29 août 2012 à 09h37
    Afficher/Masquer

    hors sujet, il serait interessant de se pencher sur cette information :

    http://www.courrierinternational.com/breve/2012/08/27/saviano-la-mafia-au-service-de-la-finance-mondiale


    • Fabrice Le 29 août 2012 à 09h56
      Afficher/Masquer

      Step non pas tant que ça car il me semblait avoir lu que l’évasion fiscale dans les paradis fiscaux c’était largement inspirée des méthodes du blanchiement des maffias, d’ailleurs certaines entreprises ou banques avaient frôlé la classification en associations maffieuses par le gouvernement américain.

      (par contre je n’ai plus les exemples)


      • step Le 29 août 2012 à 12h31
        Afficher/Masquer

        ah ce n’est pas parce que je linke le sujet que je suis surpris, au contraire même. Ceci dit cela permettrait peut être de comprendre dans quoi on met les pieds quand on va a la banque…


      • Patrick Luder Le 29 août 2012 à 15h18
        Afficher/Masquer

        Les banques US sont considérées comme des paradis fiscaux ???
        Peut-être si on considère la FED comme une planche à billets criminelle 🙂
         
        En Suisse, ceux qui veulent détourner le fisc ouvre des sociétés à HongKong … 


        • Letaulier Le 29 août 2012 à 18h47
          Afficher/Masquer

          On est toujours la tête de turc d’un autre.


  19. Jacques Coeur Le 29 août 2012 à 13h45
    Afficher/Masquer

    Très bonne émission :
    – un Nicolas Doze impartial, toujours à mettre en valeur chez ses invités l’essentiel de leurs idées et prompt à en retirer les phrases les plus marquantes
    – un véritable échange entre les invités aux positions distinctes
    – Olivier qui s’affirme d’avantage et expose très clairement ses idées.

    Olivier quelques remarques sur ta prestation :
    – ton débit s’est beaucoup amélioré depuis 1 an, tes idées y gagnent en facilité de compréhension et toi en faculté de persuasion
    – c’est vrai que nous sommes à la radio, cependant tu devrais faire attention à ta gestuelle. Un mouvement de bras pour marquer tes arguments est bien perçu, par contre ne montre pas tes interlocuteurs du doigt,  cela se ressent comme une marque d’agressivité, la perte de maîtrise de soi et au final comme une connotation négative.

    “… parce que le chaos n’est pas possible”
    Cela ressemble plus à une supplique qu’à un argument irréfutable ; si il suffisait de vouloir pour pouvoir ça se saurait. Bref, la politique de l’autruche cachant sa tête dans le sable.

    Sinon, je ne suis pas sur d’avoir bien compris le débat. Celui-ci portait essentiellement sur plus de fédéralisme, et notamment un remodelage de la politique de la balance  commercial. En gros, ceux qui sont le plus excédentaires vont transférer une partie de leur gain aux plus déficitaires.
    Mais est-ce seulement envisageable ? L’Allemagne qui est le pays européen le plus excédentaire est dans le même temps un pays qui ne cesse d’accroître sa dette. Que se passerait-il si elle devait de surcroît perdre une partie des revenues de son commerce extérieur bénéficiaire pour la redistribuer ?


    • Letaulier Le 29 août 2012 à 15h12
      Afficher/Masquer

      je veux pas être méchant pour de pas être encore modéré mais si tu n’es pas “sur d’avoir bien compris le débat” c’est que l’émission n’était peut-être aussi bonne que tu l’affirmes en début de post.
      Pour répondre à ta question , les invités n’ont pas expliqué comment “transférer ” les excédents commerciaux de l’Allemagne vers les autres pays tout simplement parce que c’est impossible (on va pas obliger BMW à fermer une usine à Munich pour en ouvrir une à Corfou)
      La seul chose possible c’est de pousser l’Allemagne à être plus dépensière en espérant que cela se traduise par des importations au sens large ( du pinard français au vacances en Grèce). Le seul problème c’est que si ce sont les produits venant des pays hors zone euro qui en profitent (Chine ou même R.U) cela n’aura pas fait avancer le chmilblick. Par ailleurs c’est aussi oublié que l’Allemagne a ses propres contrainte (en particulier une natalité basse donc les régime par répartition est foireux)
       


      • Jacques Coeur Le 29 août 2012 à 15h33
        Afficher/Masquer

        je veux pas être méchant pour de pas être encore modéré mais si tu n’es pas “sur d’avoir bien compris le débat” c’est que l’émission n’était peut-être aussi bonne que tu l’affirmes en début de post.

        Est-ce que tu sais quelles sont mes critères pour juger qu’une émission est bonne ou pas ? Non. Dans ce cas, évite ce genre de commentaire condescendant.
         
        Sur la suite de ta réponse tu ne m’apprends rien, et tu n’abordes pas la question de l’impact d’une redistribution des revenus du commerce extérieur sur la dette du pays.
         


        • Letaulier Le 29 août 2012 à 15h46
          Afficher/Masquer

          C’est pas condescendant c’est bienveillant c’est pas la même chose.
          Pour répondre à ta question l’Allemagne redistribue en partie de son excédent commercial sous la forme d’une contribution nette au budget de l’UE. Beaucoup d’Allemands en “chient” donc Merkel à peut de marge de manœuvre.


          • Jacques Coeur Le 29 août 2012 à 16h10
            Afficher/Masquer

            je veux pas être méchant pour de pas être encore modéré

            L’intention première est bien d’être méchant envers une personne qui contrairement à toi n’a pas la science infuse, mais tu n’es pas méchant par peur d’être modéré.
             

            Pour répondre à ta question l’Allemagne redistribue en partie de son excédent commercial sous la forme d’une contribution nette au budget de l’UE.

            L’Allemagne contribue comme tous les pays membres au budget de l’UE. Au titre du pays le plus riche c’est elle qui verse le plus soit 21,19 Md€.
            Mais lors du débat ce n’est pas de cela dont il est question.
             
             


          • Letaulier Le 29 août 2012 à 16h40
            Afficher/Masquer

            L’Allemagne contribue comme tous les pays membres au budget de l’UE. Au titre du pays le plus riche c’est elle qui verse le plus soit 21,19 Md€.
            Mais lors du débat ce n’est pas de cela dont il est question.

            Non, tous les pays de l’UE ne contribuent pas positivement. Il y a des pays comme la Grèce qui sont des puits sans fond, subventionnés depuis leur adhésion. 
            Bien sûre que le de´bat est là. L’Allemagne pense qu’elle fait déjà énormément et ne veut pas aller plus loin. Un peux comme un gars qui serait imposé à 75% et á qui on viendrait demander encore un “petit” effort.


          • Letaulier Le 29 août 2012 à 17h31
            Afficher/Masquer

            C’est du pipeau, elle ne redistribue rien, c’est sa participation au budget de l’Europe, qui est un coût, mais comme nous (on est en excédent commercial ?) ou l’Angleterre, sans lien avec les excédents (qui sont d’ailleurs 10 fois plus gros que la contribution nette)

             
            Faut pas déconner, le budget de l’UE a, entre autre, un objectif redistributif. Sinon Tatcher n’aurait jamais obtenu le chèque anglais, on ne ferait pas des pieds et des mains pour faire entrer la Norvège et la Suisse et la Turquie serait dans l’UE depuis longtemps.


  20. Fred Le 29 août 2012 à 14h24
    Afficher/Masquer

    Bonjour et bon retour sur nos média.
    fin 2012 tata inde va commercialiser à 3500 Euro la Minicat voiture française à air comprimé qui devait sortir en 2002 en France est devait être construite dans le sud.
    http://www.gaadi.com/Tata-MiniCat
    , elle est vendu par mdi lux à partir de 9200 Euro en prés commande !
    http://www.mdi.lu/miniflowair.php
    Encore une entreprise du futur qui a fuis la France est le dénie du potentiel des idées nouvelles et innovantes.
    Merci pour votre travail indispensable et bonne rentré.


    • Patrick Luder Le 29 août 2012 à 15h12
      Afficher/Masquer

      Depuis les années que je suis ces histoires, j’y croirai quand elles seront présentes et disponibles !


  21. alorgos Le 29 août 2012 à 14h39
    Afficher/Masquer

    SCOOP ! un aveu d’Alain Madelin  chez Niicolas Doze hier. il a déclaré que si l’Euro n’était plus là, la crise en Europe serait déjà réglée !  même les néo-liberaux admettent à demi mots que les carottes ont cuites ! les choses s’accélèrent …. 


    • Letaulier Le 29 août 2012 à 16h03
      Afficher/Masquer

      Quel rapport entre les “néo-liberaux” et l’euro? L’Euro est plébiscité par tous les français quelque soit leur affiliation politique. Sauf chez les électeur du fn.


      • Dubitatif Le 29 août 2012 à 16h39
        Afficher/Masquer

        Les libéraux ne sont pas pro Euro.
        En français vous pouvez lire le blog de H16, et si vous trouvez qu’il est pro Euro revenez nous le signaler. H16 c’est du libéral de chez monsieur libéral.
        Si vous êtes anglophone allez donc sur le site http://www.acting-man.com et lisez les articles à propos de la monnaie, et peut être que vous comprendrez quelque chose à la relation qu’ont les libéraux avec la monnaie.


      • gil Le 29 août 2012 à 17h27
        Afficher/Masquer

        En effet mais une étude sur les connaissances économiques des peuples européens faite l’année dernière ou cette année indiquait que les français sont 30% à répondre à toutes les questions contre 70% dans les autres pays d’eurpe. Ceci explique peut être cela non ?


      • amorgos Le 29 août 2012 à 18h22
        Afficher/Masquer

        “l euro est plébiscité par tous les français …” oui par tous les français qui ont avalé sans broncher la soupe médiatique au travers d’économistes vendus il y a 12 ans et qui nous promettaient un Euro comme une promesse de création de richesses, de prospérité et du plein emploi !!!. on a le résultat aujourd’hui.

        Concernant le FN ce sont ces même  français qui ont gobé cette diabolisation du FN, et ça marche à vous lire. Les solutions économiques du Fn vont dans le bon sens, c’est-a-dire à crise exceptionnelle, solutions exceptionnelles, et c’est tant mieux ! 


    • Letaulier Le 29 août 2012 à 16h48
      Afficher/Masquer

      si l’Euro n’était plus là, la crise en Europe serait déjà réglée !

       
      C’est certain par contre on aurait la crise des pays en Europe à la place. Les pays du sud 8y compris la France)  auraient dévalué comme des malades entrainant une paupérisation généralisée alors qu’aujourd’hui cela ne concerne qu’une partie de la population.


      • yann_ter Le 29 août 2012 à 17h18
        Afficher/Masquer

        En même temps ce qu’on nous propose pour remédier à la crise c’est une baisse de revenu (au sens large : salaire + prestations divers) généralisée (appelée “ensemble de reformes structurelles”).
        Je ne suis pas économiste mais comme ça intuitivement j’ai pas l’impression qu’une escalade de dévaluation soit pire qu’une escalade de baisse de revenue généralisée (tous les pays européens s’y mettant en même temps) si je me trompe n’hésitez surtout pas à me le dire.
        Et si on reste dans l’euro de toute manière on y aura droit à la paupérisation généralisée si on en sort c’est pas certain, mais là encore je ne peux pas m’avancer.
        PS : “alors qu’aujourd’hui cela ne concerne qu’une partie de la population” ça je n’en suis pas sûr, et si je me souviens de ce que j’ai pu lire ici ou là (y compris sur ce blog) la stagnation/baisse du pouvoir d’achat concerne depuis longtemps une majorité.


        • Letaulier Le 29 août 2012 à 17h56
          Afficher/Masquer

          PS : “alors qu’aujourd’hui cela ne concerne qu’une partie de la population” ça je n’en suis pas sûr, et si je me souviens de ce que j’ai pu lire ici ou là (y compris sur ce blog) la stagnation/baisse du pouvoir d’achat concerne depuis longtemps une majorité.
           

           
          1- Quand tu cite un auteur évide de couper une partie importante de la phrase pour ne pas travestir sa pensée. On ne peut pas dire qu’en France la majorité de la population soit victime de paupérisation. la plupart des pauvres l’état déjà avant la crise et les fonctionnaires ou les retraités n’ont pas connu de baisse de revenu de -20% comme en Grèce.

          Les pays du sud (y compris la France)  auraient dévalué comme des malades entrainant une paupérisation généralisée alors qu’aujourd’hui cela ne concerne qu’une partie de la population.

           
          2-Franchement une stagnation de pouvoir d’achat dans le contexte de crise qu’on vit c’est inespéré.


          • amorgos Le 29 août 2012 à 18h28
            Afficher/Masquer

            Demander aux espagnols si ils sont pour l’euro et vous repasserez ! Reprendre une monnaie nationale permet de battre monnaie dans le pays concerné et maitriser par conséquence son inflation dans un contexte national contenu ! c’est le levier qu’il manque pour relancer l’économie française en finançant par la banque de France les secteurs d’avenir. Le gouvernement ne peut rien faire aujourd’hui car cette munitions de reprise que battre monnaie n’est pas possible avec un Euro que nous ne maîtrisons pas …. le retour au franc et vite ! 


          • yann_ter Le 29 août 2012 à 18h36
            Afficher/Masquer

            Nan moi je voyais cela sur le long terme : ça fait plus de 10 ans que le revenu stagne voire baisse pour 80/90% de la population et pas seulement en france, dans la plupart des pays de l’ocde c’était le cas alors qu’ils étaient encore en pleine “croissance”. La crise n’arrange rien, la hausse du chômage et la baisse du pouvoir d’achat (qui est loin de stagner) se font sentir et ce n’est pas prêt de s’arrêter. En conséquence rien, mais absolument rien n’indique qu’on échappera aux scenarii grecque ou espagnol surtout si on se raccroche obsessionnellement à l’euro.


          • Letaulier Le 29 août 2012 à 18h53
            Afficher/Masquer

            Demander aux espagnols si ils sont pour l’euro et vous repasserez !

            C’est déjà fait. Tous les sondages montrent que les Espagnols sont pour l’Euro. C’est simple plus un pays est dans la merde plus sa population s’accroche à l’Euro.


          • Patrick Luder Le 29 août 2012 à 19h13
            Afficher/Masquer

            @morogos Juste ne pas oublier que de battre monnaie permet peut-être de diminuer les dettes et booster l’économie via un abaissement des taux de changes, mais dévaluer une monnaie perd aussi tous les actifs thésaurisés (retraites) => vivre ou choisir, il faut mourrir   😉


          • Patrick Luder Le 29 août 2012 à 19h21
            Afficher/Masquer

             
            @LeTôlier
            Une fois, le peuple comprendra que les aides Européennes ne sont qu’au service de la dette et des prêteurs et que RIEN ne vient au peuple sauf encore plus de restrictions et de misère … une fois …


          • Letaulier Le 29 août 2012 à 19h24
            Afficher/Masquer

            Une fois, le peuple comprendra que les aides Européennes ne sont qu’au service de la dette et des prêteurs et que RIEN ne vient au peuple sauf encore plus de restrictions et de misère … une fois …
             
            Le peuple est surement moins cons que ne le pensent les politiques. Les gens savent que les aides servent d’abord à rembourser les dettes. mais ils savent aussi que rembourser les emprunteur cela permet d’emprunter à nouveau.


  22. Fabrice Le 29 août 2012 à 18h34
    Afficher/Masquer

    bon allez je ressors l’idée intermédiaire que promeut Olivier soit un euro international dont la valeur est basé sur un panier d’euro régionaux (3 pour résumer nordique, franc, latin), l’appartenance à chaque type d’euro régional étant définit par des critères économiques afin de palier les excès dans un sens comme dans l’autre (pour résumer euro faible pour favoriser les exportations en contre partie importations plus coûteuses, une intermédiaire proche d’un point d’équilibre, une autre plus pénalisant pour les exportations mais moins coûteux en importations).
     
    non ? bon ok il sera préféré soit la fuite en avant ou le grand clash, triste que l’on pourrait tenter une solution intermédiaire mais que seuls les camp extrêmes (pour ou anti euro tel qu’il existe) se font entendre, ah oui le bon sens n’est plus en Europe depuis longtemps (soupir 🙁 )
     
     


    • Letaulier Le 29 août 2012 à 18h58
      Afficher/Masquer

      3 pour résumer nordique, franc, latin

      Un complexe très Français! Les Français savent qu’ils ne sont pas nordique, ils n’en n’ont ni le physique, ni la religion protestante ni le tempérament. Mais cela les fait chier d’être mis dans le même panier que les Piggs, alors on invente une zone “Franc”.
      D’ailleurs qui sera dans cette zone à part nous et peut-être les Belges (si les Flamands l’autorisent bien sûr).
       
      Sinon je suis preneur pour un article où le maitre des lieux à développer ce thème.


      • Fabrice Le 29 août 2012 à 20h11
        Afficher/Masquer

        Oui la forme importe peu j’aurai pu mettre euro schtroumph, gargamel et euro Azrael mais j’avais des craintes sur le sérieux de l’idée ^^ à l’origine parlait euromark, eurolatin, et (je ne me souviens plus)


    • Patrick Luder Le 29 août 2012 à 19h24
      Afficher/Masquer

      Eh oui Fabrice,
      Il sera préféré la fuite en avant,
      seule solution connue et testée,
      le changement c’est pas pour maintenant !


      • Fabrice Le 29 août 2012 à 20h15
        Afficher/Masquer

        hélas oui Patrick je le crains ou l’inverse le clash et retour aux monnaies d’origines, les deux étant de toute manière une crise qui aura des conséquences que personne n’aimera, avec certains accusant les autres d’avoir poussé au drame.
         


  23. Vénus-Etoile du Berger Le 30 août 2012 à 08h04
    Afficher/Masquer

    Bonjour,
    http://www.les-crises.fr est un blog bien structuré et harmonisé dans son ensemble.
    Les articles abordent des thèmes variés, ainsi il est davantage aisé pour chacun d’en apprécier le contenu.
    Ce blog est charmant et convivial.
     
    Le  blog http://www.pauljorion.com pour ma part représente un livre, les articles forment les pages, le fond marron donne à penser à la coque d’un bateau;
    ce livre reflète une bouteille jetée à la mer.
     
    Concernant, l’émission de ce billet, j’ai préféré les autres émissions, malgré une répartition correcte pour chacun en temps de parole et un animateur doué.
    Au début, le sujet Apple s’enlise dans des explications sans fin.
    Un peu plus loin dans l’émission,
    Je ne suis pas en adéquation avec un des intervenants  qui se complait à sous estimer Angela Merkel sur sa connaissance des sujets et sur sa façon de procéder sans approfondir son point de vue, en mentionnant simplement qu’Angela Merkel se trompe elle aussi, sans donner un exemple précis.
    J’ai également préféré Olivier lors des autres interventions, malgré la qualité toujours égale de ses arguments, de ses propos et sa facilité à trouver les mots justes au moment opportun.
    Cordialement.


  24. ber075 Le 01 septembre 2012 à 17h20
    Afficher/Masquer

    Bonne analyse de la situation. Cependant erreur d’analyse sur le fait que de nouveaux achats obligataires de la Bce pourrait augmenter l’inflation. Cela a été souligné par de nombreux économistes que cela a très peu d’influence sur le niveau de l’inflation qui dépend essentiellement: du cout des matières premières, du niveau des salaires. S’il y a eu un peu d’inflation par exemple aux Us ces dernières années c’est à cause de l’augmentation du prix du Baril et peu à cause des politiques de quantitative easing. Par ailleurs sur le fonds changer le mandat de la Bce pour obtenir une inflation autour de 3 ou 4%, serait une voie royale pour sortir de l’endettement: http://fr.wikipedia.org/wiki/Sp%C3%A9culation_sur_les_dettes_souveraines_europ%C3%A9ennes#Soutenabilit.C3.A9_de_l.27endettement
    Cordialement


    • ber075 Le 04 septembre 2012 à 15h03
      Afficher/Masquer

      Sinon pour répondre à une partie de la question, c’est déjà le cas les salaires augment déjà légèrement moins vite que l’inflation réelle qui est sous estimée (par besoin d’un Schroeder
      Français, tant réclamé par le Medef, pour nous rendre compétitif avec le Vietnam..). Par exemple l’inflation réelle est au moins égale à l’IPCH et le Smic est indéxé sur l’IPC qui est tjrs inférieur à l’IPCH. Par ailleurs les salires des fonctionnaires ont augmenté (officiellement cette fois) moins vite que l’inflation, pour cause de crise..


  25. Franck Le 02 septembre 2012 à 17h53
    Afficher/Masquer

    Bonjour,

    Les propos sont intéressants, mais plus j’écoute BFM Business et ses émissions (idem en gros pour les autres émissions TV qui abordent les problèmes économiques auxquels nous sommes confrontés), plus je ressens une gêne par l’absence de réflexion sur le lien entre l’épargne et l’investissement – celui dont avait parlé Keynes : pour que sur les revenus puisse exister une capacité d’épargne, il faut bien (à la balance courante près, et cela aggrave en fait le problème pour nous, en particulier) qu’il existe des investissements qui soient réalisés.

    Alors, certes autoriser une épargne pour que les ménages investissent dans l’immobilier peut se défendre (et encore : avec l’explosion des prix, quelle pression sur le revenu national !), mais pour l’investissement des entreprises qui stagne depuis des années (et cela s’empire apparemment avec les problèmes des banques), je trouve que ce genre d’émission mériterait de lancer le débat de la légitimité des salaires qui permettent une grosse épargne alors que l’investissement ne soutient pas cette possibilité.

    Je comprends l’argument qu’il y a démotivation des entrepreneurs lorsqu’on bride leurs revenus par des impôts très fortement progressifs, mais pourquoi dans une telle émission, on jette plaisamment et indistinctement de l’huile sur le feu quand il s’agit d’augmenter l’imposition et on dénonce des “anti-riches”.

    Le lien épargne-investissement, c’était quand même dans le premier chapitre de mon cours d’introduction à la macroéconomie. Dans un plateau comme celui de BFM Business, on a déjà été sensibilisé à ce point. Alors, à quoi jouent-ils ?

    Je suis au moins étonné que cet élément soit toujours absent. Parfois, cela frise l’indécent (car l’argument qu’une trop forte propension à l’épargne abîme l’économie existe et là, on oppose aux difficultés profondes d’un pays le culte d’une cupidité enfantine chez les entrepreneurs !). Ou même le pathétique : ce culte rend encore plus difficile la possibilité d’entreprendre !

    Voilà, bonne journée et bonne reprise à tous !

    Qu’en penses-tu, Olivier ?


  26. Barberousse Le 04 septembre 2012 à 11h00
    Afficher/Masquer

    Le Gendre : “Je pense que les peuples sont très en avance sur les politiques pour comprendre et faire avancer certaines choses…”
     
    Il plaisante là, le Monsieur ?
     
    Les peuples ne veulent pas de cette Europe-là et d’ailleurs cette Europe, ça fait 20 ans qu’on la fait sans eux… pourquoi la voudraient-ils plus que les politiques ?


Charte de modérations des commentaires