Les Crises Les Crises
6.mars.20216.3.2021 // Les Crises

Blockchain : Les entreprises de la tech pourront-elles bientôt former des gouvernements locaux au Nevada ?

Merci 43
J'envoie

Source : Las Vegas Review Journal, Colton Lochhead

Traduit par les lecteurs du site Les Crises

CARSON CITY – Si vous avez assez d’argent, des hectares de terrain inexploités et une « technologie innovante », vous pourriez prochainement former un nouveau gouvernement local au Nevada.

Lorsque, le mois dernier, le gouverneur Steve Sisolak a annoncé son projet de création de zones d’Innovation au Nevada afin de relancer l’économie de l’État en attirant des entreprises spécialisées dans les nouvelles technologies, les détails sur le fonctionnement de ces zones se sont révélés assez maigres.

Selon une première version de ce projet de loi, obtenu par le Review-Journal mais pas encore soumis pour examen à l’Assemblée législative, ces zones d’innovation permettraient à des entreprises technologiques comme la société Blockchains de former concrètement des gouvernements locaux indépendants au Nevada, des gouvernements qui auraient la même autorité qu’un comté, y compris la prérogative de lever des taxes, de constituer des circonscriptions scolaires et des instances judiciaires et d’offrir des services publics, pour ne citer que quelques exemples.

Sisolak a vendu ce concept lors de son discours sur l’état de l’État comme son plan pour attirer de nouvelles entreprises à la pointe des « technologies avant-gardistes », le tout sans recourir à des abattements fiscaux ou à d’autres mesures incitatives basées sur des financements publics de l’État qui avaient auparavant aidé le Nevada à accueillir des entreprises comme Tesla.

Lors de son discours le mois dernier, M. Sisolak a expressément désigné la société Blockchains comme une entreprise qui s’était engagée à développer une « ville intelligente » à l’est de Reno qui fonctionnerait entièrement grâce à la technologie de la blockchain, une fois la loi adoptée.

Le texte en préparation, qui pourrait encore changer avant d’être dévoilé sous la forme d’un projet de loi officiel, donne un premier aperçu des détails qui se cachent derrière le concept.

Des gouvernements locaux inadéquats.

Le texte du projet indique que le modèle traditionnel de gouvernement local est « inadéquat à lui seul pour fournir la flexibilité et les ressources permettant de faire de l’État un leader pour attirer et fidéliser de nouvelles formes et de nouveaux types d’entreprises et pour favoriser le développement économique dans les technologies émergentes et les industries innovantes ».

Il ajoute que cette « forme alternative de gouvernement local » est nécessaire pour favoriser le développement économique au sein de l’État.

Le Bureau du gouverneur chargé du développement économique s’occuperait des candidatures pour les zones d’Innovation. Ces zones seraient limitées à des « technologies innovantes » spécifiques, telles que la technologie de la blockchain, les technologies des objets autonomes, l’internet des objets, la robotique, l’intelligence artificielle, les technologies sans fil, la biométrie et les technologies des ressources renouvelables.

Une porte-parole du bureau de Sisolak a déclaré mercredi que le gouverneur « est impatient de diffuser dans le futur plus d’informations sur les Zones d’Innovation et sur d’autres points de son discours sur l’état de l’État ».

« Le Bureau du gouverneur n’a pas soumis de requête pour un projet de loi à propos de son initiative et donc nous ne commenterons aucun texte pour l’instant », a ajouté la déclaration.

Le Bureau du Gouverneur chargé du développement économique n’a pas répondu ce mercredi aux questions sur les zones.

Les zones fonctionneraient initialement au sein du comté local où elles se trouvent, mais pourraient éventuellement reprendre les fonctions de ces comtés et devenir un organe de gouvernance indépendant.

Les zones seraient dotées d’un comité de surveillance composé de trois membres qui aurait les mêmes pouvoirs qu’un comité de commissaires de comté. Et la société ou l’entreprise candidate à la zone aurait un droit de regard significatif sur qui siégeraient à ce comité.

Le bénéfice économique apparent, outre la possibilité d’attirer davantage d’entreprises technologiques vers l’État, serait une « taxe spécifique à l’industrie sur les technologies innovantes ou sur l’activité liée aux technologies innovantes », au sein de la zone.

Exigences : foncier, capitaux

La proposition de texte énonce les exigences requises pour la zone, notamment que le candidat possède 20 000 hectares de terrain non aménagé, situés dans un seul comté mais éloignés de toute ville, commune ou zone d’augmentation des taxes. De plus, la zone devra être inhabitée. La société devrait également disposer de 250 millions de dollars et d’un plan d’investissement d’un milliard de dollars supplémentaire sur 10 ans dans la zone.

La zone sera tenue de présenter un rapport à l’assemblée législative de l’état lors de la session biennale détaillant ses investissements, les progrès concrets réalisés dans le développement des infrastructures, une estimation du nombre de personnes employées dans la zone et l’impact économique de la zone elle-même.

En 2018, la société Blockchains, une société technologique appartenant à l’avocat et milliardaire en cryptomonnaie Jeffrey Berns, a acheté au centre industriel de Tahoe à Reno environ 27 000 hectares – à peu près la taille de la ville de Henderson – de terres non aménagées et inhabitées dans le comté de Storey, pour 170 millions de dollars.

Depuis lors, la société a largement financé les candidats politiques et les comités d’action politique.

Blockchains a donné 50 000 dollars à un comité d’action politique de Home Means, Nevada, chargé de gérer la montée en puissance de Sisolak, en janvier 2019, selon les dossiers de financement des campagnes. L’entreprise a également fait don de 10 000 dollars à la campagne de Sisolak lors du cycle électoral de 2018. L’adversaire de Sisolak, le républicain Adam Laxalt, a également reçu 10 000 dollars de la société cette année-là.

Berns lui-même a donné 50 000 dollars au Parti démocrate de l’État en 2019, et fait plusieurs dons allant de 1 000 à 5 000 dollars à divers législateurs des deux partis.

Blockchains n’a pas souhaité répondre aux demandes de commentaires.

Le jury est toujours en train de débattre

Le Commissaire du comté de Storey, Lance Gilman, l’un des développeurs du centre industriel, a déclaré que la Zone d’Innovation de Blockchains « va avoir un impact sur le comté de Storey, et le jury est toujours en train de débattre pour savoir si cela sera positif ou négatif. »

Gilman a déclaré que le comté restait ouvert à l’idée, mais qu’il devait y avoir une sorte d’incitation financière pour compenser la cession de la terre à la zone elle-même.

« Nous allons vouloir savoir si le comté de Storey bénéficie de cette bonne affaire », a-t-il déclaré.

Si ce n’était pas le cas et que les conséquences négatives l’emportaient sur les aspects positifs pour le comté de Storey, Gilman a alors ajouté qu’il doutait que la législation évolue.

Le chef de la minorité au Sénat, James Settelmeyer, Républicain, dont le district comprend le comté de Storey, a fait écho aux réflexions de Gilman lorsqu’il a été contacté par téléphone mercredi soir, affirmant que cela pourrait être « fantastique » pour l’Etat et en particulier pour le nord du Nevada. Mais il a dit qu’il craignait que cela laisse en plan le comté de Storey.

« La législation semble plutôt unilatérale, les zones d’innovation peuvent prendre des décisions et le comté devra les suivre », a déclaré M. Settelmeyer.

Settelmeyer a ajouté ne pas avoir été « étonné » de découvrir à un « stade aussi avancé » les détails d’un projet de loi qui affecterait une partie de son district.

« C’est irrespectueux », a-t-il déclaré.

Source : Las Vegas Review Journal, Colton Lochhead, 03-02-2021

Traduit par les lecteurs du site Les Crises

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Fabrice // 06.03.2021 à 07h49

Pourtant c’est clair depuis longtemps les entreprises privées veulent échapper à toute régulation et contrôle des gouvernements pour réaliser le pire rarement le meilleur sinon ils ne seraient pas gêné par la régulation, échappant au contrôle démocratique, ce n’est qu’un galop d’essai de ceux qui car ils ont l’argent se croient tout permis.

Que dire de plus que l’avenir qu’ils tentent de promouvoir en faisant des entités supranationales hors de contrôle des autres citoyens relève aussi de cette volonté, ils veulent la protection de l’état quand ça tourne mal mais cherchent à s’en protéger quand leurs intérêts sont entravés par la législation et pérenniser le « pile je gagne face vous perdez ».

15 réactions et commentaires

  • Fabrice // 06.03.2021 à 07h49

    Pourtant c’est clair depuis longtemps les entreprises privées veulent échapper à toute régulation et contrôle des gouvernements pour réaliser le pire rarement le meilleur sinon ils ne seraient pas gêné par la régulation, échappant au contrôle démocratique, ce n’est qu’un galop d’essai de ceux qui car ils ont l’argent se croient tout permis.

    Que dire de plus que l’avenir qu’ils tentent de promouvoir en faisant des entités supranationales hors de contrôle des autres citoyens relève aussi de cette volonté, ils veulent la protection de l’état quand ça tourne mal mais cherchent à s’en protéger quand leurs intérêts sont entravés par la législation et pérenniser le « pile je gagne face vous perdez ».

      +24

    Alerter
  • Le Belge // 06.03.2021 à 08h02

    Ça sent l’effondrement genre Empire Romain d’Occident à plein nez. Les néo-mérovingiens (Neustrie, Austrasie, Toxandrie, etc) sont appelés à démanteler un état.

      +13

    Alerter
  • contrib // 06.03.2021 à 08h38

    En somme, cela reviendrait à concrétiser le rêve de ‘ville modèle’ du pseudo-Nobel d’économie de 2018, Paul Romer qui propose « propose … de construire des « villes modèles » dans lesquelles la quasi-totalité des réglementations reviendraient aux investisseurs et non à l’État. Celles-ci disposeraient ainsi de leurs propres lois, de leurs tribunaux, de leur police, et de leur gouvernement, et ne paiera pas d’impôts au pays d’accueil » (source Wikipedia pour la citation)

      +10

    Alerter
  • Fabrice // 06.03.2021 à 08h39

    Il est clair que l’on voit se reformer des formes de néo-féodalités mais au niveau d’entreprises qui cherchent à se tailler des territoires où seul leur droit prévaut sur une démocratie décidément bien dérangeante.

      +14

    Alerter
  • kasper // 06.03.2021 à 08h42

    Je me rappelle étudiant avoir joué au jeu de role Cyberpunk, avec son univers ou des corporations privées avaient remplace les états. Un univers sombre dans un neo-féodalisme de pure science fiction.

    20 ans plus tard… on est dedans.

      +6

    Alerter
  • gracques // 06.03.2021 à 08h43

    Cauchemar cyberpunk,
    Et il y en a ici (dont moi) qui se plaignent de l’Europe technocratique et non démocratique.
    La c’est TOUT le pouvoir au fric , sans fard !

      +6

    Alerter
  • paul // 06.03.2021 à 09h10

    ils ont bien un  » delaware  » qui contourne toutes les lois us

    alors un delaware numérique autonome , Sanders en a sans doute rêvé : ) ) ) ) ) ) ) )

      +1

    Alerter
  • RGT // 06.03.2021 à 09h19

    Premier pas vers les états privés qui appartiennent dans leur intégralité à un « seigneur » qui pourra imposer ses volontés à tous les habitants de cet état.

    Et que deviennent les habitants qui habitaient auparavant sur le territoire de ce qui va devenir un nouveau « pays » ?
    Ils seront expropriés, obtiendront le statut de serfs et seront écrasés sous des impôts qui ne serviront qu’à enrichir encore plus les actionnaires de l’entreprise qui aura obtenu le statut « d’état indépendant ».

    Un nouveau pas risque d’être franchi vers le pire de ce que l’humanité avait fait…

    Et ensuite, quand les USA ne seront plus qu’une multitude « d’états indépendants » la population devra se soumettre ou émigrer vers d’autres contrées.
    Et comme les « gueux » ne manquent pas sur cette planète, la main d’œuvre à exploiter pour les « basses besognes » ne manquera pas, avec bien sûr un « statut spécial » qui les rendra expulsables du jour au lendemain à leurs propres frais si leurs « maîtres » ne sont pas satisfaits de leur servitude.

    Wall Street en a rêvé, les USA l’ont fait.

    Plus le temps passe et plus ce monde empire chaque jour.

    Et dire qu’il y a parmi la population « de base » des imbéciles qui trouvent que ce projet est une « grande avancée »…

    Vivement que je meure, au moins je ne serai plus là pour assister à cette déchéance.
    Et ne vous en faites pas, dans 30 ans « nos » élites décideront d’appliquer dette « nouvelle gouvernance » à la France et vous vous retrouverez être la « propriété » de Bernard Arnault ou de la société Générale..

      +11

    Alerter
  • Calal // 06.03.2021 à 10h57

    L’égalité devant la loi est de plus en plus attaquée sous des prétextes divers: le progressisme c’est le retour en arrière un petit pas après l’autre…le progressisme n’est pas un but mais une méthode…

      +8

    Alerter
    • Micmac // 06.03.2021 à 13h15

      Le « progressisme » est une notion très, très relative. Tout le monde va évidemment s’en réclamer, personne ne va proclamer qu’il représente un courant de pensée archaïque, qui réclame le retour à une certaine forme de féodalité.

      Aujourd’hui, les héritiers de la révolution conservatrice de Reagan-Thatcher-Friedman prétendent incarnés la « modernité » (autre formule progressiste). Un superbe oxymore, mais ça marche : quiconque conteste cette « modernité progressiste » se voit immédiatement désigné comme conservateur passéiste, ou autre qualification du même ordre.

      De façon plus générale et en rapport avec d’autres commentaires, il me semble qu’effectivement, la façon de penser des conservateurs anglo-saxons entretient d’intéressant rapport avec le féodalisme. A croire qu’ils ne l’ont jamais vraiment quitté.

        +3

      Alerter
      • RGT // 08.03.2021 à 21h41

        « A croire qu’ils ne l’ont jamais vraiment quitté. »

        Il est certain qu’ils ne l’ont JAMAIS quitté.

        En fait le féodalisme anglo-saxon n’est plus depuis longtemps basé sur la « noblesse héréditaire », si ce n’est au Royaume Uni pour attirer les touristes et faire fonctionner à plein régime les tabloïds qui permettent au vulgus pecum de s’identifier à un quelconque lord cocufié par son épouse (de 30 ans sa cadette) et d’obtenir ainsi une certaine paix sociale.

        En fait, le vrai féodalisme qui détient réellement le pouvoir est bel et bien celui de la City (RU) ou de Wall Street (USA) et le pognon prime sur tout.

        Vous me répondrez que c’est pareil dans toutes les « démocrassies » de cette planète.
        Certes, mais au moins dans les autres pays les ploutocrates ont encore quelques limites à ne pas dépasser (de moins en moins, mais il y en a quand-même) alors qu’aux USA c’est la fête du slip permanente pour les plus nantis.

        Et si quelques gueux ont l’outrecuidance de critiquer la « bénédiction divine » dont bénéficient les « élites » il suffit simplement de les discréditer auprès des autres gueux en déclenchant le réflexe ultime de répulsion pavlovien en les qualifiant de « communistes ».

        Encore plus efficace que la « stratégie Le Pen » utilisée en France.

        Seul problème, c’est qu’à force d’abuser de cette stratégie de l’épouvantail de vrais communistes risquent d’apparaître dans la population en quantité suffisante pour mettre les « élites » en PLS.

          +2

        Alerter
  • Pie vert // 06.03.2021 à 14h19

    En bref, fin des états souverains (en occident c’est fait) et retour au moyen-âge avec des seigneuries high tech sous la coupe d’un baron local.
    Et pourquoi pas, si cela redonne de la souveraineté aux peuples localement si par contre c’est un retour au servage… Bof, bof.

      +0

    Alerter
    • Kasper // 06.03.2021 à 23h22

      Ils disent High tech et innovation pour faire passer la pilule, mais de la même façon que le Crédit Impôt Recherche a massivement bénéficié à des boites qui ne faisaient aucune recherche, il est clair que les critères s’élargiront rapidement pour inclure n’importe quelle entreprise assez riche.

        +3

      Alerter
  • clauzip // 07.03.2021 à 00h18

    Bien sur le système profite de la pandémie.
    J’ai appris que le nouveau gouvernement se prépare à passer 200 lois qui semble t il modifieraient profondément les élections mais bien d’autres aspects du droit américain.
    Le pire n’est jamais sur mais ,les américains et par contre coup nous les européens devont nous y préparer,en faisant le contraire de ce qui ce fait actuellement en renforçant le peu de démocratie qui nous reste.

      +1

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications