Les Crises Les Crises
5.mars.20215.3.2021
Article LesCrises

Pandémie Covid-19 : la situation s’aggrave en Île-de-France et dans le Nord – par Olivier Berruyer

Merci 426
J'envoie

Comme attendu, nous constatons cette semaine une reprise des contaminations. L’épidémie reste à des niveaux inquiétants, 400 personnes meurent chaque jour depuis plus de 100 jours, et les variants progressent toujours, nouveau signe de la gestion plus que calamiteuse du gouvernement.

Plan du billet :

Enfin, nous rappelons qu’un bon moyen de nous soutenir consiste simplement à nous suivre sur Facebook et Twitter (ici et ) – merci d’avance !

N.B. : comme on m’a posé la question, je rappelle que ma formation est actuaire-statisticien spécialisé en mortalité ; elle conduit donc à faire ce genre d’analyses.

I. Incidence en France

1-1 La situation au niveau national

Voici l’évolution du nombre de nouveaux cas dépistés en France depuis début mai :

On constate donc qu’après avoir été nettement atténuée par le deuxième confinement, l’épidémie a repris sa croissance dès décembre.

Après un plateau et une baisse temporaire, l’épidémie a repris une tendance légèrement haussière, partant d’un niveau élevé. L’épidémie semble ralentir depuis quelques jours.

On note bien ceci sur ce graphique représentant la croissance du nombre de cas (c’est-à-dire la fonction dérivée du nombre de cas) :

Lecture : quand la courbe bleue est sur fond rouge, l’épidémie est en croissance ; quand elle est sur fond vert, elle est en décroissance. Quand la courbe monte, l’épidémie accélère, quand elle descend, elle décélère.

L’épidémie est globalement contenue par le couvre feu à 18h00, qui transforme nos vies en un semi-confinement, sachant que la plupart des lieux de rencontre sont fermés depuis des mois.

Il est ensuite difficile de discerner le rôle exact des différents autres facteurs : vacances scolaires, vague de froid et réchauffement, etc.

Précision : au vu des caractéristiques du virus et de la volonté de lutter contre lui, il n’est pas possible de réaliser une anticipation robuste de l’évolution du nombre de cas à court terme.

Plusieurs indicateurs laissent penser que l’épidémie va repartir en raison des nouveaux variants. Toutefois, le changement de la météo pourrait ralentir – ou accélérer – l’épidémie. De même que nos comportements au cours des prochains jours.

1-2 Les tests

On observe que le nombre de tests continue à légèrement diminuer, alors que le taux de positivité augmente légèrement :

On observe bien ceci au niveau de la croissance du nombre de tests (le gros pic correspond aux vacances de Noël) :

Rappelons que nous testons environ 4 % de la population adulte chaque semaine.

1-3 L’épidémie « réelle »

Comme on ne teste que les personnes qui se présentent, on oublie donc de tester les personnes symptomatiques qui ne le désirent pas, et les asymptomatiques qui n’ont pas été identifiés comme étant des cas contacts. Selon l’Inserm, on n’identifie pas entre la moitié et les deux tiers des personnes réellement contaminées.

Nous vous proposons donc une estimation de l’épidémie réelle afin d’obtenir le nombre de nouvelles contaminations chaque jour :

On note qu’au printemps, l’activité de test (le petit trait en vert) était presque invisible, tant elle était marginale.

La veille des deux confinements, on devait approcher les 125 000 contaminations par jour ; nous sommes probablement autour de 50 000 actuellement, soit 2,5 fois moins.

1-4 Situation départementale

Voici le taux de reproduction moyen par région :

La progression en Île-de-France et dans le Nord est particulièrement inquiétante.

Il est surtout intéressant d’observer le nombre total de nouveaux cas chaque jour par département :

Il y a seulement une quinzaine de départements qui connaissent très peu de cas chaque jour.

Après avoir observé le niveau absolu, il est intéressant d’observer son évolution :

Comme nous l’avons vu, l’évolution est actuellement plutôt légèrement favorable.

Voici l’évolution en graphique pour les départements les plus touchés :

Le département du Nord est désormais le plus touché de la métropole, mais la situation s’améliore un peu à Paris, sans doute en raison des congés.

Voici le détail pour l’Île-de-France :

On voit que l’épidémie progresse nettement, sous la pression des nouveaux variants qui y sont très présents.

1-5 Situation par âge

Enfin, point très important, voici le taux de positivité selon l’âge des contaminés :

On constate que la positivité diminue sur la plupart des classes d’âge, et plus fortement chez les plus de 80 ans : à l’évidence, l’effet du vaccin commence à se faire sentir.

Voici l’évolution pour celles les plus à risques :

Le taux reste toutefois à un niveau absolu élevé.

Voici en effet ce que cela donne en nombre de personnes testées positives :

En plus de cette représentation classique, nous vous proposons le même graphique, mais présenté ainsi, afin de bien voir l’évolution pour les plus de 60 ans, population à risque :

Et ici, voici un zoom sur les 50-70 ans et les plus de 70 ans :

Le réservoir de futurs décès reste hélas très important…

II. Hospitalisations en France

La tendance sur les admissions à l’hôpital pour Covid-19 est désormais également à la baisse autour de 1 400 hospitalisations par jour (soit quand même 500 000 par an à ce rythme) :

On peut l’observer en traçant la croissance des nouvelles hospitalisations, dont on constate l’évolution positive :

Cela donne ceci sur le nombre total de personnes hospitalisées :

Cela fait donc 3 mois que 25 000 à 30 000 personnes sont hospitalisées en permanence pour Covid-19.

Voici enfin la carte des nouvelles hospitalisations :

et celle du nombre total de personnes hospitalisées :

Les réanimations repartent également à la hausse :

Et voici pour l’évolution, qui semble de nouveau aller vers la stagnation :

Ce qui donne ceci pour le nombre total de personnes en réanimation :

Avec plus de 3 000 personnes en réanimation, l’épidémie stagne à un niveau élevé.

Voici enfin la carte des nouvelles entrées en réanimation :

et celle du nombre total de personnes hospitalisées en réanimation:

Et voici enfin la part des patients Covid-19 dans le total des personnes en réanimation (qui prennent donc la place des malades normalement reçus…) :

La situation est donc toujours très problématique à l’hôpital.

III. Décès en France

Voici enfin la situation au niveau des décès par Covid-19 en France :

Là encore, on observe un plateau du nombre de décès, mais à un niveau effrayant de plus de 300 morts par jour. Et presque plus personne n’en parle…

Nous venons donc de dépasser le bilan effroyable de 85 000 morts, et, à ce rythme, les 100 000 morts seraient atteints début avril :

Ceci confirme bien le potentiel de mortalité du Coronavirus que nous évoquions dès le début de l’épidémie : 200 000 à 300 000 morts, vu qu’en avril, environ 15 % de la population aura été touchée, et que des exemples brésiliens ou italiens ont montré qu’il pouvait monter à 50 ou 60 % de personnes contaminées.

Si nous rapprochons le nombre de décès de notre estimation des cas réels, on voit bien qu’il y a un décalage d’un mois entre les pics, et qu’il y avait très peu de décès début mars quand l’épidémie avait le niveau actuel :

Voici pour conclure la carte des décès hebdomadaires :

IV. Conclusion pour la France

La montée actuelle des variants dans notre pays ainsi que le laxisme de Macron, toujours fier de ne pas écouter les scientifiques, fait craindre une reprise prochaine de l’épidémie en raison de la hausse des variants dans un contexte de lenteur à vacciner.

Et pourtant nous en sommes là :

C’est-à-dire que Macron prend sciemment le risque de laisser se développer – voire apparaitre – des variants qui pourraient détruire l’efficacité du vaccin, qui sont notre seule arme anti-Covid, nous laissant espérer un retour à une vie normale….

Le « pari » de Macron d’un laissez-faire maximal est criminel, nous condamnant déjà de façon certaine à cette vie mise en parenthèses pour encore plusieurs mois. Le premier confinement a divisé le nombre de morts par 50, le deuxième par 2, montrant bien la priorité accordée au patronat, qui se traduira par de nombreux morts et une récession profonde. Nous vous renvoyons d’ailleurs à cet article de Frédéric Lordon, si bien nommé « Les Sociopathes, de France Telecom à Macron. »

Le bilan des choix de Macron (et d’autres dirigeants occidentaux) est effroyable. Voici le détail selon la modélisation de l’Institut Pasteur (source) :

17 % de la population a déjà été contaminée, dont 30 % en Île-de-France…

Voici le bilan par âge au niveau national :

et ici Île-de-France :

Et voici l’évolution de l’épidémie :

Quant à nous, nous continuons tels des somnambules à joyeusement vacciner une population où circule abondement le virus (qui tue 400 personnes par jour), fantastique moyen darwinien de faire surgir un nouveau variant résistant au vaccin…

V. Incidence en Europe

Voici la situation chez nos voisins européens :

Si l’épidémie semble désormais maîtrisée chez nos voisins, on note que l’Angleterre a été très fortement frappée par le variant anglais johnsonien, variant que nous laissons donc prospérer chez nous, bien qu’il soit sans doute plus contagieux et plus mortel.

L’épidémie a bien diminué chez nos voisins, mais elle y reste néanmoins à des niveaux trop élevés pour espérer y mener une stratégie Zéro-Covid.

Voici d’ailleurs une carte plus précise de la situation régionale en Europe. :

Pratiquement aucune région n’est épargnée par la Covid…

Comme il y a un retard de 2 à 3 semaines entre nouveaux cas et décès, la mortalité vient de passer son pic en Angleterre, qui est fortement confinée :

Il va donc falloir surveiller de près la situation dans les prochaines semaines.

VI. Incidence dans les pays les plus touchés

Voici enfin la situation dans les pays actuellement les plus touchés :

La situation aux États-Unis connait une évolution spectaculaire.

Voici un zoom sur l’Amérique latine :

La situation est également critique au Mexique et en Colombie.

Voici pour les décès :

On voit que le nombre de décès reste à des niveaux dramatiques et stagnants dans les pays les plus touchés, avec 500 à 3 000 morts par jour.

Voici enfin la situation des décès en Amérique latine :

Par chance, beaucoup de pays ont pris des mesures de protection des plus âgés (ou bien ils disposent de systèmes sociaux particuliers, ne les regroupant pas dans des Ehpads).

VII. Situation mondiale

Voici pour commencer la carte mondiale de l’épidémie :

Voici pour le nombre de cas par continent :

On constate que l’épidémie décroit enfin en Amérique, après un pic à 350 000 cas détectés par jour. L’Europe poursuit également sa décroissance.

On a ceci en cumulant les zones pour arriver à la situation mondiale :

L’épidémie décroit donc nettement au niveau mondial en raison des politiques menées, avec encore 400 000 contaminations par jour.

Et on a ceci avec les cas cumulés depuis l’origine :

On constate que l’Amérique a été très fortement frappée, avec près de 50 millions de cas détectés, et que l’Asie dépasse à peine 20 millions alors qu’elle est bien plus peuplée. L’Europe a également été durement frappée avec une trentaine de millions (en réalité bien plus, mais comme elle a moins testé au début, cela fausse quelque peu ce graphique).

Au final, plus de 100 millions de personnes ont été testées positives à la Covid-19 – et beaucoup plus l’ont attrapée :


Voici la situation au niveau des décès :

On constate à quel point l’Occident a été durement frappé.

À 11 000 décès par jour, nous avons dépassé le pic des décès quotidiens, autour de 13 000 morts par jour.

Au final, les courbes des décès cumulés ressemblent évidemment aux courbes des cas cumulés :

Désormais, plus de 2 300 000 de personnes sont mortes de la Covid-19, 1 000 000 en Amérique, 600 000 en Europe et 400 000 en Asie.

VIII. La vaccination

8-1 En France

Voici un point sur la vaccination en France :

On constate que les injections ont plafonné à 90 000 par jour le 20 janvier, et ont diminué depuis. C’était attendu, vu que nous ne recevons qu’environ 60 000 doses par jour (400 000 par semaine). Elles viennent enfin de repartir à la hausse.

Cela a permis d’injecter la première dose à près de 3 millions de Français. C’est encore bien insuffisant.

Voici pour les secondes doses :

Seulement 1,5 million de personnes sont totalement protégées au bout de 2 mois et demi de campagne vaccinale. C’est lamentable comparé à d’autres pays.

8-2 Dans le monde

Voici la répartition des injections quotidiennes dans le monde, qui atteignent plus de 6 millions par jour :

soit environ 35 millions par semaine :

En cumulant, on constate que plus de 250 millions de personnes ont désormais été vaccinées :

et en cumulant chaque semaine :

Voici la situation au 15 février, les États-Unis ont été très efficaces avec plus de 70 millions de vaccinés :

Enfin, voici la situation en pourcentage de la population vaccinée :

Des nouvelles de « l’Europe puissance »…

Il y a une remarquable performance du Royaume-Uni, mais elle a hélas été obtenue en ayant différé l’injection de la seconde dose, et donc en réduisant l’efficacité du vaccin :

IX. Un dernier conseil Santé

Petit rappel : si vous êtes une personne vulnérable (plus de 65 ans, ou plus jeune mais avec des comorbidités, telles que cancer, obésité, diabète etc.) non atteinte par la Covid, ou son (sa) conjoint(e), préférez le port du masque FFP2 / KN95 qui protègent le porteur (plutôt que les masques chirurgicaux bleus qui servent à empêcher les porteurs du virus de contaminer les autres; les masques en tissu ont quant à eux une efficacité variable et discutée).

En effet, si vous croisez des personnes dans des lieux clos mal ventilés (lieux qui favorisent l’aérosolisation), vous serez mieux protégés avec ces masques. On peut en trouver dans certaines pharmacies (insistez…) ou sur Internet ; prenez toujours des certifiés CE.


Merci d’avoir lu cet article jusqu’au bout ! Nous espérons qu’il vous a intéressé.

Olivier Berruyer

P.S. Vous pouvez nous suivre sur Facebook et Twitter (ici et ) – merci d’avance pour votre soutien !

117 réactions et commentaires

  • Fabrice // 05.03.2021 à 08h25

    Le problème à mon avis c’est que notre gouvernement se focalise sur le taux de vaccinés et pas de l’efficacité vaccinale.

    Il va surtout en liberalisant le vaccin disperser son suivi et sa répartition auprès des personnes en ayant besoin ou moins en besoin, voir amplifier la pénurie quand on voit les centres de vaccination qui manquent de vaccins et annulent les rendez-vous auprès de personnes âgés qui après des semaines d’appel ont un rdv annulé imaginez l’amertume et le peu d’entrain pour recommencer le cirque !

    On l’a constaté avec les tests openbar ce sera le même désordre, on ouvre la vaccination ainsi que quand le risque de pénurie est loin alors quand il évoque l’envoi à des pays en aillant besoin alors que dans son propre pays c’est déjà la pénurie on fini par se demander si il est bien dans une réalité ou dans une utopie sortie des esprit défaillant ou en manque de sommeil.

    Personnellement je ne suis pas prioritaire et je préfère laisser ma place à qui à besoin, et son pass vaccinatoire qui ressemble mais n’est pas un passeport vaccinatoire il peut se le carrer dans le…

    J’ai mon carnet des santé à jour merci ces paperasses bureacratique me fatigue à vitesse grand V ce sera la puce sous la peau comme pour les animaux après ?

  • LibEgaFra // 05.03.2021 à 08h29

    Je vois avec plaisir que les cartes de « vulnérabilité » ont été abandonnées. Merci.

  • Stephan // 05.03.2021 à 08h35

    Bonjour
    Merci pour cet article.

    Pouvez-vous détailler les stat de mortalité par profile de patients (âge, co-morbidité, cancer…)

    Merci beaucoup,
    Bien à vous
    Stephan

  • Zakfa // 05.03.2021 à 08h37

    Cette équipe gouvernementale est folle. Au delà de la critique de la gestion matérielle, c’est leurs incessantes injonctions paradoxales qui nous minent.
    Comment oser affirmer que le bout du tunnel est prévu dans 4-5 semaines? Avec un pays cadenassé qui peine à contenir l’épidémie sauf a considérer 300 morts quotidiens comme « acceptable ».

    Pas UN journaliste pour exiger de connaître les conditions matérielles de cet assouplissement…

  • LibEgaFra // 05.03.2021 à 08h47

     » si vous êtes une personne vulnérable (plus de 65 ans »

    Homme 90 ans, sportif, atteint par le covid, symptômes pendant une semaine, goût altéré, fièvre modérée, aucune séquelle, taux d’anti-corps exceptionnellement élevé après rétablissement et qui intéresse la recherche.

    J’ai plusieurs exemples de personnes de plus de 70 ans qui n’ont pas été « vulnérables ». Il faut plutôt regarder du côté des comorbidités et de l’hygiène de vie que de l’âge.

    En France, il y a près de 4 millions de personnes qui ont été contaminées (officiellement, mais certainement davantage en réalité) et qui ont dû produire des anticorps: ces personnes ont été « vaccinées » naturellement. Va-t-on en tenir compte?

    • wuwei // 05.03.2021 à 09h13

      Deux couples « covidés » dans mon entourage :
      le premier plus de 70 ans avec une bonne hygiène de vie et sans comorbidité : une semaine de symptômes bénins cités dans le post ci-dessus
      Le second la trentaine : diabéte, aucune activité si ce n’est sur une souris ou un smartphone : 6 semaines de galère avec des séquelles toujours présentes.
      Autre chose un ami au dernier stade d’un cancer de la plèvre mais compté comme mort du covid parce qu’il en était porteur. D’ailleurs les chiffres officiels qui datent d’avant le covid faisaient état d’une possibilité de 100000 décès entre 2014 et 2025.

    • Incognitototo // 06.03.2021 à 14h48

      Toujours dans votre trip d’invulnérabilité et de certitudes…

      1 – 5 à 10 % des malades (ça dépend des études et des panels) ne développent aucune réponse immunitaire susceptible de combattre une deuxième infection au-delà de 6 mois ; et nous n’avons pas assez de recul pour savoir si la réponse immunitaire des 90 à 95 % sera durable (en bref, si on peut se passer de vaccin pour ceux-là). Il est à noter que ces taux d’immunité correspondent d’ailleurs à + ou – le taux d’efficacité des différents vaccins.

      2 – les cas de réinfection restent très rares (j’en ai quand même 2 dans mon entourage, toutes 2 des instits, sûrement un « hasard »), mais ils ne sont pas nuls et se produisent indifféremment de l’âge ou de cofacteurs communs identifiés (avec parfois des formes plus graves la 2e fois), sans que nous ne sachions ce qui pourrait l’expliquer (sauf si ce fait est totalement corrélé au point 1).

      3 – Aussi dans le doute (les études et avis sont loin d’être unanimes sur la nécessité de vacciner ceux qui ont déjà fait la maladie), si moi-même j’avais fait la maladie (mais je ne serais plus là dans ce cas là), je demanderais à mon toubib de me faire faire un test sérologique pour détecter si la charge en anticorps neutralisants (lymphocytes B spécifiques au virus) m’exonère de faire le vaccin ou si je fais partie de ceux qui ont perdu l’immunité et pour lesquels le vaccin reste nécessaire. Mais je ne sais pas si ce qui se fait au niveau de la recherche est possible dans un laboratoire de ville.

      Enfin, il ne faut pas faire de vos constats de cas particuliers des généralités… 78 % de la totalité des morts de la Covid ont plus de 75 ans ; l’espérance de vie en bonne santé tourne autour de 63 à 64 ans, alors on fait ce qu’on peut avec ce qu’on a. D’autant, qu’il y a encore beaucoup de choses qui nous échappent sur ce virus qui surprennent tous les chercheurs par le fait qu’il n’a quasiment aucune constante absolue dans la façon dont il agit, dans ses conséquences quand on a été contaminé, et dans la façon dont les personnes s’en défendent.

  • LibEgaFra // 05.03.2021 à 09h05

    LE facteur principal de vulnérabilité face au covid est l’obésité qui elle-même est un risque pour la santé:

    – diabète type 2
    – hypertension artérielle
    – problèmes respiratoires
    – problèmes de métabolisme
    – problèmes inflammatoires

  • mensana // 05.03.2021 à 09h59

    Cas positif (suite test PCR) sans connaissance du ct utilisé ??? si ct > 35, test faux positif pour la plupart…
    asymptomatique = novlangue pour dire « pas malade ». Si l’on admet cette novlangue, tout être humain vivant est donc contagieux !!!! il suffirait de faire les tests PCR en question pour d’autres virus, pour condamner toute la population…

    • herve cruchant // 05.03.2021 à 10h30

      ne disait-on pas, de manière simple et explicite, « porteur sain » au lieu de cette nov-langue hypocrite ?

    • Kasper // 05.03.2021 à 11h29

      Il faut arrêter de dire n’importe quoi. Asymptomatique = pas malade, mais contagieux, donc susceptible de transmettre à d’autres une maladie dangereuse.

      Il ne s’agit évidemment pas de tout le monde, et vous pouvez bien transmettre tous les virus non dangereux de la Terre, tout le monde s’en fout.

      1 an qu’on est dedans, et pas fichu de s’informer assez sur le sujet pour au moins tenir des propos cohérents….

      • jp // 05.03.2021 à 18h12

        Il peut y avoir personne saine et non porteuse, personne saine mais simple porteuse, simple support intermédiaire, personne malade mais asymptomatique donc qui ne sait pas qu’elle est malade et porteuse, personne guérie et toujours porteuse, enfin personne cliniquement malade et porteuse. Un milieu vraiment stérile est TRES difficile à obtenir,
        nous vivons parce que nous nous défendons en permanence. Un enfant bulle né dans sa bulle meurt quoi qu’on fasse quand on le sort de sa bulle. Tout notre corps n’est qu’un gigantesque support à microbes et virus en externe et en externe ou. vert sur l’extérieur. Et les mitochondries intracellulaires qui nous permettent de vivre sont en fait au départ des microbes symbiotiques, avec une forte probabilité inclus, quand la vie aérobie a été permise à la suite de la photosynthèse.

    • Hit // 05.03.2021 à 18h54

      Les rendus des test PCR tiennent compte du CT.

      Chaque trousse de réactif a un CT seuil, qui est étalonné sur celui du CNR (Centre national de Référence), à 33 de mémoire (33 – 37 = faiblement positif, > 37 = négatif).

      La fausse polémique sur les tests soi disant faux, bidons, trop souvent positifs, c’est du réchauffé, ça tient plus, sauf peut être à l’apéro à la quatrième tournée.

  • herve cruchant // 05.03.2021 à 10h26

    Tres beau suivi, merci. Si possible, pourrait-on avoir des zooms supplémentaires sur quelques régions du monde? ex. le Moyen-Orient, la Papouasie, l’Amérique Centrale… merci.hc

  • paul // 05.03.2021 à 10h42

    excellent

    on en saura plus fin du mois puisque l’ ANSM sera obligée de se positionner sur certains traitements.
    le « Restez chez vous jusqu’à ce que ce soit trop tard » semble bien refoulé par beaucoups de médecins.

    Ce sont bien les dégats sur les gens « NON soignés » qui posent problème. c’est bien par le manque d’oxygénations que les organismes ne se remettent pas.

    allons respiré le grand air, prenons le soleil (et/ou des vitamines) 5 fruits et légumes et sport/marche, pour rester en forme, meilleurs actions pour toutes les maldies ! !

    • Ives // 05.03.2021 à 11h06

      Malheureusement il y a longtemps que nous avons abandonné la notion de médecine préventive. Quand je parle de médecine préventive, je ne parle pas de tous les tests que nous sommes sensés faire passer certains âges, mais bien ce que vous citez : vivre sainement.
      Je pense de plus en plus, qu’une grande partie de nos maux vient du fait que nous avons décidé de ne plus, ni mourir ni vieillir et que nous essayions de repousser ces échéances le plus loin possible au mépris de notre qualité de vie.

  • Vercoquin // 05.03.2021 à 11h02

    Invité du journal de 20 h de TF1 jeudi (21/01/2021) le ministre de la Santé, Olivier Véran, a affirmé que le gouvernement sera « en mesure » de vacciner 70 millions de personnes contre le coronavirus d’ici la fin du mois d’août (31/08/2021), soit « la totalité de la population française ».
    Pour tenir sa parole, le rythme de vaccination devrait être de 300 000 vaccinations par jour.
    Or, il est aujourd’hui, de 50 000 par jour.
    Comment peut-on prêter une oreille bienveillante aux déclarations des ministres, du Présidon, des médias, des experts ?
    Dans la cacophonie ambiante, le vulgum pecus n’en peut plus.
    On apprend que:
    « Emmanuel Macron mise sur l’accélération de la vaccination, et des restrictions très ciblées, pour tenir jusqu’à une éventuelle sortie de crise à partir d’avril ou mai. »
    De quelle année ?

    • Kasper // 05.03.2021 à 11h38

      Il faut vraiment que ces gens là aillent faire un tour dans le privé (le vrai, pas la banque par recommandation des copains)

      • VVR // 05.03.2021 à 16h32

        « Le privé le vrais »: celui ou ceux qui font le boulot essaient de bricoler un truc parce que les commerciaux ont vendu quelque chose qui n’est pas le produit, ou celui ou le service marketing petit a petit occupe tous les postes de direction, alors qu’il n’a jamais rien fait d’autre que générer des pertes ?

        • Kasper // 06.03.2021 à 02h18

          Celui ou on se fait virer quand on ne rempli pas ses promesses, ce qui est le cas de 95 % des gens (tout le monde n’a pas la chance d’être au service marketing).

          Notez que je ne dis pas que cette situation est idéale et devrait être généralisée, juste qu’un petit stage remettrai les idées en place à Macron et Castex.

          • Havoc // 07.03.2021 à 12h32

            Comment se fait-il que Androïd existe, alors ? Et que le tableau de bord de la TM3 soit si laid ?

            Non, ça ne doit pas bien fonctionner, votre truc.

  • herve cruchant // 05.03.2021 à 11h02

    Si l’on considère, légitimement, la pandémie causée par la covid19 comme un état de guerre, il est raisonnable de constater que la France manque d’armes adéquates à cette sorte de conflit (lits de réa, vaccins, matériels), de personnels qualifiés « en état maximum de combattre », de tactiques locales coordonnées satisfaisantes, d’une stratégie inadaptée. Donc en position de perdre le combat. Plus précisément, du point de vue stratégique, on voit que le choix du « vivre avec », c’est-à-dire de préserver un minimum d’activités commerciales et financières au prix de quelques dizaines de milliers de morts, peut s’assimiler à une collaboration avec l’ennemi. Toute la propagande gouvernementale tend à valider ces hypothèses. S’agissant d’une lutte contre un fléau sanitaire dont les mœurs sont plutôt mal connues, l’absolue rigueur s’imposerait en matière de protection des nationaux; le seul moyen efficace connu étant le strict confinement. Assorti d’une coopération internationale et d’alliances tactiques étendues. La fin du conflit ne verra pas notre pays renforcé par l’expérience mais plutôt affaiblie par la division, l’imprécision, la fragmentation nationale. Comme il a été trop souvent le cas au cours de l’Histoire. Le poujadisme , l’individualisme et la magouille de bas étage, anti-républicains, seraient-ils une fatalité française aujourd’hui mise en exergue par un libéralisme aux couleurs néo-fascistes à la mode ?

  • NO // 05.03.2021 à 11h03

    Article limpide, bien construit, travail remarquable !

  • ventratair // 05.03.2021 à 11h31

    Dans un pays qui ne voit que le vaccin pour gèrer une épidémie d’un virus bénin , ça ne peut pas marcher .
    Les pays qui s’en sortent sont ceux qui traitent dès l’apparition des symptômes et en préventif .
    Une petite auto-critique sur nos modes de vie occidentaux serait pas mal aussi ( regroupement des personnes âgées, malbouffe, chimiothérapie , sédentarité …… )
    En France en gros on fait tout le contraire de ce qu’il faut faire . En s’obstinant ainsi on va avoir le pire dans tous les domaines : les morts, les malades longs, les éborgnés du vaxx et des traitements chimio , la ruine économique et morale et la dictature .

  • Kulu // 05.03.2021 à 11h42

    sans remettre en question la grande qualité du travail d’Olivier, je trouverais intéressant même très instructif de disposer de toutes ces courbes par catégories professionnelles, par classes en somme. Des courbes sur les suicides, les dépressions, etc. Je pense que cela mettrait encore plus de relief à tout ce cirque honteux qui dure depuis UN AN et pue l’eugénisme social à plein nez. On est pas sorti de la galère.

  • paul // 05.03.2021 à 14h13

    ah je vois que tel 1984 le ministère de la verité passe par ce fil

    En ce qui concerne les chiffres, comment expliquez vous que le maire de metz ait réclamé un confinement au 15 fevrier alors que le R0 à cette date était INFERIEUR à 0.90, chiffre qui semble définir une ligne verte ?

    Comment pouvez vous affirmer : « la situation s’aggrave »

    alors que vous dites vous même dans ce même article que « l’évolution est actuellement plutôt légèrement favorable « 

    • Havoc // 07.03.2021 à 12h30

      Ce n’est pas le R0 mais le R courant. Il suffit qu’il ait été inférieur à 0,9 avant pour qu’on puisse dire que la situation s’aggrave. 0,9 n’est pas non plus une valeur idéale.

      Dites la vérité: vous souhaiteriez que la Covid n’existe pas et comme les jeunes enfants, votre principe de réalité insuffisamment construit vous dit que la Covid n’existe pas parce que c’est ce qui correspond à votre désir.

  • Fernet Branca // 05.03.2021 à 14h16

    Une étude du nombre de cas dans le département du Nord par zones pour distinguer le Dunkerquois du reste du reste du département m’intéresserait.
    Mais il n’est pas facile d’extraire ces données.
    Je comprends.

  • paul // 05.03.2021 à 14h23

    comme je disais : on approche tout doucement des réalités. « ‘élargissez vraiment votre champ de réflexion »
    La supercherie en moselle c’est terminée il y a peu ( très peu de traces detectés dans les eaux usées alors, mais relance en gros titres avec : beaucoups de variant detectés dans les eaux de Metz)
    pour finir par Flop !
    mais on nous ennuie encore avec un couvre feu qui ne sert absolument à rien dans 97% du département et génère afflu dans les magasins entre midi et le samedi

    comment peut-on dire que ça s’aggrave en Ile de france alors que les chiffres baisses et que , je cite l’article « l’évolution actuelle est plutôt favorable » ?

    Certains le disent depuis le début, ne pas confondre test positifs et cas covid. non ?
    supprimez les 55 euro pour les medecins et la prime à la chambre pour les hospitalisés et vous aurez automatiquement moins de cas.

    • Havoc // 07.03.2021 à 12h28

      Les 55 Euros sont une fake news (à laquelle vous accordez apparemment foi) et la prime à la chambre n’existe pas non plus. Quant à ce que vous dites sur l’Ile-de-France, si vous y viviez, vous ne diriez pas cela, je vous l’assure ! Autour de moi, ça tombe comme des mouches depuis une semaine

  • Luc // 05.03.2021 à 20h24

    Je me demande comment « on » produit du vaccin. Comment « on » cultive du virus atténué ou comment on fait pour produire de l’ARN.
    Est-ce compliqué, lent, cher ? Ou est-ce rapide et pas trop cher ?

    Parce que j’imagine qu’il y a quand même des goulots d’étranglement dans la filière de production.
    Y compris pour les accessoires : seringues, aiguilles, … tous ces trucs à usage unique qui finiront, en tonnes de poubelles.

  • badluck // 05.03.2021 à 20h45

    Bonjour !
    Merci Olivier pour cette série d’articles sur le covid !

    Est-ce que quelqu’un ici a des statistiques françaises ET étrangères des contaminations par milieux ( nombre de contamination sur le travail, dans les transports, en famille, à l’école … ) ?

    • degorde // 06.03.2021 à 07h16

      Cet article est très mauvais…on croirait une retranscription de BFM TV

      • Rémi // 08.03.2021 à 10h37

        Monsieur Beruyer,

        fait l’analyse en statisticien.
        Je penses depuis le début que cela conduit à un biais de prudence disproportionné, mais en gardant cela en tête il est interessant de parcourrir cette vision et je le remercie pour son travail.
        Après, pour moi il y a plusieurs points:
        -La gestion anarchique des tests qui les empéche d’être efficace. On S’en tient à un nombre au lieu de travailler à mieux les cibler. (O Berruyer en parle aussi)
        -Le non usage du sampling qui permettrait de tester rapidement une large part des populations. (Sujet non évoqué ou que je ne trouve pas dans les post de Mr Berruyer))
        -L’absence de méthode de soins autre que le virus. (O Berruyer l’évoque en creux comme le vaccin est notre seule arme) Pour moi l’une des plus grandes erreurs du gouvernement. Même si les médicaments n’ont qu’un effet placebo, si ils permettent de réduire la pression hospitaliére ce serait bienvennu.
        Voila pour l’essentiel.

    • Incognitototo // 06.03.2021 à 19h16

      À ma connaissance, non… il existe quelques études contextuelles (par lieu de contamination tel que les cafés) faites dans d’autres pays, mais aucune qui fasse une synthèse.

      Actuellement en France, au lieu de remonter les chaînes de contamination pour savoir comment la personne a été contaminée, on préfère savoir qui elle a éventuellement contaminé (cas contacts) ; alors que les 2 démarches sont nécessaires. Par exemple, il ne suffit pas de constater qu’une bonne part des contaminations se produisent en milieu intrafamilial, encore faudrait-il savoir où et comment le primocontaminant a rapporté l’infection chez lui. Mais tout le dispositif de traçage a de graves défaillances en France : patients non rappelés, enquête succincte, dispositif informatique inaccessible… Pour information tous les pays qui réussissent à contenir l’épidémie bien mieux que nous ont mis en place des dispositifs de traçage efficients dans les 2 sens, et en conséquence isolent bien plus drastiquement les malades et les cas contacts.

      Mais, il y a aussi une autre hypothèse : il est possible que notre gouvernement ait ces informations et ne veuille pas les diffuser. Si on savait vraiment dans quels contextes et interactions sociales spécifiques les gens se sont contaminés, on pourrait se rendre compte que certaines mesures qu’il prend sont vraiment inutiles et stupides… alors que d’autres ne sont pas assez sévères.

      • Incognitototo // 06.03.2021 à 19h30

        Imaginez que tout le monde sache qu’une part significative des contaminations se font (dans les métropoles) dans les transports en commun (lieu qui ne permet pas la distanciation sociale, clos et non ventilé) et/ou dans les entreprises, et que d’autres lieux (comme les salles de spectacle qui respectent les prescriptions) sont hors de cause, que pensez-vous que les gens penseraient des actions de ce gouvernement (ou, entre autres, on risque un PV si on est dehors 5 min plus tard que l’heure du confinement) ou plutôt de ses nombreuses inactions ?

        Donc, à mon avis, nous ne sommes pas près d’avoir ce type d’études.

        • Havoc // 07.03.2021 à 12h22

          On en sait suffisamment pour savoir que ce qui est à éviter absolument, ce sont des événement permettant à une seule personne, d’en contaminer des dizaines d’autres. On sait que c’est ce type d’événement qui fait basculer les épidémies régionales à un stade incontrôlable. Les transports en commun, dans lesquels les gens se taisent, conservent leur masque, bougent peu, et sont finalement à proximité d’un nombre certes non-négligeable, mais encore réduit de personnes, sont donc des lieux favorables à la contamination, mais pas à la super-contamination.

          • Covah // 08.03.2021 à 07h50

            Quelles seraient les caractéristiques d’un événement générant « super-contamination » ?

          • Incognitototo // 08.03.2021 à 14h33

            Ils ont bon dos les supers contaminateurs… En attendant, en France, nous n’avons aucune étude synthétique avec une échelle des risques qui nous permettrait de faire la différence entre les lieux super contaminants (autre que le milieu familial) et peu contaminants. Et c’est seulement ça le problème évoqué.

            Un indice : si on se réfère aux pays qui ont rendu leur vie à leur population, les seuls lieux qui restent sous étroite surveillance sont les transports en commun et les regroupements de plus de 100 personnes, où les mesures barrières et le port du masque continuent à être obligatoires.

            On mesure bien que quand on oblige, par exemple, tout le monde à être chez soi dès 18 h, on ne fait en réalité qu’aggraver les problèmes par la concentration de personnes au m² que ces retours provoquent et pas que dans les transports.

            • grumly // 08.03.2021 à 16h44

              Il y a cette étude qui dit entre autre qu’on se contamine plus au travail pour certaines professions, dans les bars, restaurants, quand on a des enfants à l’école et moins dans les transports en commun sauf covoiturage, quand on fait du sport dehors.
              https://www.pasteur.fr/fr/file/37907/download

            • Incognitototo // 08.03.2021 à 17h23

              Merci beaucoup, c’est vraiment intéressant et à plus d’un titre ; par exemple : quand on apprend que 3 % des contaminés ne se sont pas isolés, ou, que seulement 78 % des gens portent un masque dans les situations où c’est obligatoire ; je me dis que nous ne sommes pas sortis de l’auberge.

              Il y a juste un biais énorme : seuls 44 % du panel des personnes infectées connaissent la personne source ; 21 % ont juste une suspicion sur les circonstances où ils se sont contaminés ; et 35 % (!) ne savent rien sur l’origine de leur contamination ; de quoi grandement fausser toutes les conclusions.
              Alors encore une fois, cette étude conclut que les contaminations sont avant tout intrafamiliales… Bref, pas grand-chose d’opérationnel et de certain pour définir et orienter des politiques efficaces.

              On remarquera en outre que l’Institut Pasteur a dû faire appel à un panel de l’Ipsos, alors que depuis le début l’ANS et la sécu interrogent les gens et devraient avoir beaucoup plus de données que les « 3 426 cas et 1 713 témoins appariés » de ce sondage.
              D’ailleurs en conclusion, cette étude souligne : « Cette population ne peut donc être considérée comme représentative de la population des personnes infectées sur le territoire français. » ; un comble d’avoir dépenser de l’argent pour rester avec encore autant d’incertitudes…

  • Guise // 05.03.2021 à 22h40

    « L’épidémie est globalement contenue par le couvre feu à 18h00, qui transforme nos vies en un semi-confinement, sachant que la plupart des lieux de rencontre sont fermés depuis des mois. »
    Pas d’accord avec cette idée.
    Ne seraient-ce pas plutôt l’enchaînement des vacances scolaires Noël puis printemps, qui ont freiné le mouvement (elles avaient le bon goût de tomber en même temps que l’adoption de cette mesure) ?

    Mon impression est que le couvre-feu à l’effet inverse sur le covid, il encourage les contaminations, en forçant les gens à faire leurs courses au même moment (entre le patron et le couvre-feu, il n’y a pas beaucoup de créneaux disponibles), et en les forçant à s’entasser dans les transports en commun.
    Un brassage régulier et intense, même si de courte durée : suffisant pour disperser le virus chaque jour un peu plus.

    • Havoc // 07.03.2021 à 12h19

      Les vacances de printemps ne se sont pas encore déroulées. Vous faites sans doute allusion aux vacances d’hiver.

      En Ile-de-France, elles viennent juste de se terminer, et au niveau des contaminations, c’est tout sauf un succès.

      Quand au couvre-feu, son objectif est de vous faire rentrer chez vous plutôt que d’aller rencontrer des amis lorsque vous avez terminé votre journée de travail. Prétendriez-vous que ce n’est pas ce qui se produit effectivement ?

      • VVR // 07.03.2021 à 23h11

        L’objectif est remplis, avec une victime collaterale: quand quelqu’un travaillant de 9h a 17h est il supposé faire des choses aussi futiles que remplir son frigo pour manger ? La seule possibilité restante est le samedi, d’ou les magasin bondés tous le week end. La plupart des gens ne pintent pas la gueule en terrasse entre 18h et 20h, ils font ce qu’il faud pour pallier a l’absence de domestique.

        Apres vous allez me dire que ces cohues n’ont rien de super contaminant. Admettons. Mais toutes les occasions super contaminantes ont été stoppée il y a un an, ne serait pas temps d’envisager que la COVID ne s’attrape pas que par la banboche ?

      • Guise // 07.03.2021 à 23h47

        @Havoc Comme vous l’avez compris, je parlais des vacances de Noël et de celles qui viennent de finir, pas des vacances de printemps. à ma décharge, des vacances dites d’hiver par 14 degrés…

        Ce que vous dites n’est pas faux, éviter les sorties en semaine est effectivement l’un des effets du couvre-feu. Mais, et c’est tout le problème, ce n’est pas le seul effet.
        « En même temps » qu’il limitait les rapports sociaux d’une certaine catégorie de la population, le couvre-feu a imposé aux gens de faire leurs courses aux mêmes horaires (donc brassage de virus au supermarché). De prendre les transports en commun aux mêmes horaires (donc brassage de virus dans les métros/bus/RER et autres). De se dépêcher pour être chez eux à 18h, quitte pour cela à faire fi des gestes barrières (brassage du virus encore une fois). Et de faire nuit blanche/rester dormir chez l’hôte en week end plutôt que de rentrer chez soi après une soirée de quelques heures, augmentant d’autant le risque de se contaminer (promiscuité + horaires augmentés + fenêtres fermées pour dormir en hiver).

        Prétendriez-vous que tout cela est efficace pour limiter les contaminations ? Que les effets du couvre-feu, dans leur globalité, sont satisfaisants, du point de vue sanitaire ?

        Si le but pour le gouvernement est de donner l’impression aux citoyens qu’il agit en se rappelant à leur mémoire tous les jours à 17h50, par contre, le couvre-feu est efficace. Si le but est de lutter contre la maladie, financer l’hôpital serait déjà une meilleure piste.

  • Renard // 06.03.2021 à 07h09

    A la lecture des chiffres et différents tableaux qui nous sont proposés, j’aurais plutôt titré cet article « la situation se stabilise sauf dans l’Ile-de-France et dans le Nord ».
    Je souhaite attirer l’attention sur deux chiffres nationaux du 05/03 qui semblent confirmer cette tendance.
    Le nombre de morts (hôpital + EHPAD, source ministère via WIKI via Google) est retombé (308) à son niveau de fin octobre au moment du grand boom de la seconde vague (ou du variant Marseille 4 pour les raoultiens). Il semblent que ce soit du à la baisse du nombre de mort en EHPAD, ce qui montrerait un premier succès pour la vaccination.
    Le nombre d’hospitalisations est en baisse sensible, en dessous des 25.000, +- 10% sur un mois (alors même que le nombre de cas augmentait ?!)
    Il semble donc que nous allions vers un mieux et que le variant britannique n’a que faiblement modifié le plateau sur lequel nous sommes. Et donc que le pari du non-reconfinement a été gagné. Depuis plus d’un an le principe de l’exécutif n’a jamais été que (souvenons nous) « d’aplatir la courbe » pour faire correspondre l’état de l’épidémie à ce qu’il était prêt à financer dans ses hôpitaux.
    Reste ce seuil élevé de morts toléré par l’exécutif et dénoncé par l’article. Je pense que cette tolérance est aussi celle d’un pays qui préfère (risquer de) mourir sur les quais de Seine que de vivre confiné. Tels nous sommes.

    • Incognitototoi // 06.03.2021 à 19h48

      Je vous cite : « … qui préfère (risquer de) mourir sur les quais de Seine que de vivre confiné. »

      Et pas plutôt d’un gouvernement qui est incapable de mobiliser les moyens et la population pour faire au moins aussi bien que les pays qui ont été capables de contenir et maîtriser l’épidémie, et pour certains rendre leur vie à leur population (avec de faibles contraintes) ?

      Et pas plutôt d’un gouvernement qui n’a pas su choisir entre préserver l’économie ou les populations et qui en conséquence a perdu sur les 2 tableaux ?

      Et pas plutôt d’un gouvernement qui pense que finalement les morts (majoritairement vieux ou avec des comorbidités) feront de la place aux autres et permettront de faire des économies ?

      Et pas plutôt d’un gouvernement qui nous emm… depuis le début avec des mesures absurdes sans jamais se donner les moyens de casser les chaînes de contaminations ?…

      Bref, pour ma part j’aurais surtout préféré que ce gouvernement fasse ce qu’il faut à la suite du premier confinement (comme l’on fait de nombreux pays avec succès) pour me rendre ma liberté plus tôt, et ne pas subir perpétuellement des demies-mesures qui ne résolvent rien sur le fond.

      • Havoc // 07.03.2021 à 12h16

        Je ne pense pas que le Gouvernement fasse un calcul cynique sur les morts des personnes âgées, il est constitué de gens qui savent compter. 100 000 disparitions sur un total de 12 millions de retraités, c’est insignifiant.

        • Incognitototo // 07.03.2021 à 12h44

          Presque 1 % sur 310 milliards d’euros (chiffres 2018) ; ça fait quand même 3,1 milliards d’euros par an d’économisés. Et n’oublions pas :
          – Que ces personnes coûtent aussi énormément à la sécu, puisque qu’elles soient plus jeunes ou vieilles, elles sont traitées pour des maladies chroniques. Je vous laisse chercher les chiffres.
          – Qu’elles libèrent des places en EPHAD, les maisons de retraite et les services de santé qui sont souvent saturés.

          Bref des « inutiles » qui coûtent et compte tenu de l’inaction de ce gouvernement, je ne peux pas penser qu’un tordu n’y ait pas pensé et n’ai pas finalement considéré que ce n’était pas un vrai problème…

          • Rémi // 08.03.2021 à 10h38

            Comparé au coût de la crise pour les finance publique le gains est mineur.
            Il manque un ordre de grandeur si cynisme il y a il n’est pas rentable.

            • Incognitototo // 08.03.2021 à 14h09

              Oui, mais là, nous sommes en train de perdre sur tous les tableaux, sauf sur les « économies » que nous ferons sur les morts. Aussi du fait de n’avoir pas su maîtriser l’épidémie :
              – notre économie est boiteuse depuis des mois et en pleine récession ; mais ce gouvernement continue de mettre des gens au chômage plutôt que de les mobiliser dans la lutte,
              – outre les morts déjà inadmissibles en soi (nous faisons partie des 40 plus mauvais pays sur 202, à ce niveau-là), ce gouvernement crée une population de malades (et pas seulement de la Covid),
              – et pour comble, ses mesures stupides, incohérentes et coercitives nous privent, plus que tous les autres pays qui ont réussi à maîtriser l’épidémie, de libertés publiques pourtant vitales pour nos bonnes santés mentales.

              Bref, il a tout faux et tout raté.

            • paul // 09.03.2021 à 12h29

              mais incognito, quels sont les véritables but des mesures ?
              Comme avec le terrorisme, strategie du choc, maintien en létargie
              Et pendant ce temps là, préparation du chaos social (continuation de la reforme social et en sous main des services publics et des retraites , sur ordre de bruxelles)

              tout n’est pas raté pour tout le monde.
              il y a quelques années, la Grèce a été dépessée

              aujourd’hui, comme prévu, mais sous un autre biais, c’est notre tour

            • Incognitototo // 09.03.2021 à 18h59

              Paul, vous voulez dire des non mesures plutôt… sauf celles de nous humilier avec des obligations absurdes.

              C’est tout à fait possible qu’ils appliquent effectivement la stratégie du choc ; d’autant que comme je continue à suivre l’actualité juridique, je confirme que pendant cette crise ils n’ont jamais cessé de continuer à légiférer par décret et à continuer à vider nos lois de nos droits pour en donner toujours plus aux « premiers de cordée ». Un vrai scandale qui bien sûr n’est absolument pas relayé médiatiquement.

              Sinon, il y a aussi la possibilité qu’ils soient bien les incapables, inconséquents et méprisants qu’ils ont démontré qu’ils sont depuis toujours.

      • Renard // 07.03.2021 à 12h43

        @Incognitototoi
        Vous me citez mal.
        J’avais écrit « un pays qui préfère … ». Et je ne confonds pas ce pays avec son gouvernement (dont je suis également prêt à dire plein de mal, pas forcément pour les mêmes raisons que vous mais plein de mal).
        Par pays, je voulais dire « les gens » qui ne suivent plus la propagande sanitaire, regardez autour de vous. Peut-être ont-ils tort, mais c’est comme ça.
        Bien sur, personne ne croit à l’utilité d’un couvre feu à 18 heures. Mais le seul confinement efficace dont j’aie entendu parler, c’est celui où les gens étaient enfermés chez eux, où on livrait des rations alimentaires standard à leur porte et où l’armée patrouillait dans les rues. Et je suis assez content de ne pas avoir de gouvernement assez compétent pour me l’imposer.
        Plus personne ne croit non plus en ce moment les propos alarmistes On nous promettait des courbes exponentielles pour mars pour cause de variant british. Et nous n’avons rien vu venir d’aussi terrifiant. Plus de « pic épidémique » mais un altiplano, légèrement déclinant ces dernières semaines.
        Donc, puisque ce gouvernement n’est pas assez méchant pour être efficace, qu’il n’arrive plus à nous faire peur et qu’à force de mentir, plus personne ne croit à ses promesses, la tentation est grande de reprendre sa liberté.

        • Incognitototo // 07.03.2021 à 13h21

          Pourquoi voudriez-vous qu’un gouvernement soit forcément « méchant » pour réussir à endiguer et maîtriser l’épidémie ?

          La Finlande, la Norvège, le Canada, la Grèce, et même l’Allemagne et tant d’autres sont méchants ? Et ne parlons même pas de la NZ (oui, une île, mais qui commerce tellement avec son environnement que ça ne lui donne en réalité pas un réel avantage), où même avec le système répressif prévu, pas un seul PV n’a été délivré aux contrevenants (ils en ont aussi, et là-bas ça fait la une des journaux) qui ne suivaient pas les prescriptions gouvernementales (notamment pour le port du masque dans certains lieux).

          Depuis le début ce gouvernement nous ment, nous fait appliquer des mesures absurdes … bref est en guerre contre sa population et la rend folle en la soumettant à des injonctions paradoxales, au lieu d’avoir suscité sa collaboration et son implication dans cette lutte, comme ont réussi à la faire tous les pays qui réussissent mieux que nous.
          Ce gouvernement est en échec sur tous les secteurs du « tester, isoler, tracer » (et maintenant vacciner), et il ne faut pas en conséquence s’étonner que ce soit la Covid qui gagne.

          Aussi, je n’achète pas cette vision qu’on ne pourrait réussir à maîtriser l’épidémie qu’en devenant un régime totalitaire ; ce gouvernement est juste en dessous de tout. Et s’il avait fait ce qu’il faut, certains n’en seraient pas effectivement à penser que mieux vaut risquer d’être malade ou mort plutôt que continuer comme ça.

        • Leterrible // 07.03.2021 à 23h36

          Il y a un an …et ça n’a pu que « s’améliorer »…
          https://www.arte.tv/fr/videos/097011-000-A/chine-le-monde-d-apres/
          La vie rêvée de Lulu&Sebastien..

    • Guise // 07.03.2021 à 00h53

      @Renard A partir du moment où on laisse les écoles et les transports en commun, ce n’est pas une discussion entre amis (dans 99% avec respect des distances de sécurité) sur les quais qui va changer la dynamique de la pandémie, à l’extérieur, les risques de contamination sont très faibles, d’après ce qu’on lit.

      Ne vous fiez pas aux photos de certains journaux, les images sont prises de telle sorte que les gens paraissent proches, mais on voit bien que les distances sont diminuées artificiellement (les ponts ne sont pas si proches en réalité, donc l’image a été « écrasée » par le photographe). Les passants des quais de Seine prennent mille fois plus de risque sur le chemin de leur travail ou en faisant leurs courses, et là, pour le coup, ils ne peuvent rien faire pour éviter les contaminations.

      • Havoc // 07.03.2021 à 12h14

        C’est vrai, mais la logique est de ne pas entrer dans des considérations alambiquées pour décider de où et quand on peut faire des exceptions. Il est plus simple de faire respecter des mesures prudentielles partout où on le peut.

        Les paradoxes que vous pointez (à raison) ne sont dus qu’à ce discriminant: « où l’on peut ».

        • Guise // 07.03.2021 à 23h57

          @Havoc La logique pour limiter les libertés est la proportionnalité.
          Donc les éventuelles mesures d’interdiction doivent être proportionnées à la situation à gérer, et pas « simple à comprendre » (vous parlez de « considérations alambiquées ») : on parle de libertés publiques ici.
          Vous pouvez lire ce billet du professeur de droit public Paul Cassia, qui explique le problème (l’article parle de la fermeture des lieux culturels, mais il est plus général que cela).
          https://blogs.mediapart.fr/paul-cassia/blog/050321/fermeture-des-lieux-de-spectacle-comedie-au-conseil-d-etat-episode-2

          La liberté est la règle dans un État non autoritaire, et les interdictions doivent être des exceptions (justifiées et proportionnées).
          Pour le dire autrement, on ne limite pas les libertés à la truelle, « parce que ce sera plus simple à expliquer aux citoyens ».

        • Rémi // 08.03.2021 à 10h57

          La RATP a réduit le nombre de métro.
          OÚ l’on peu consisterait á ajouter des rames pour diluer les gens.
          Faut-il en rajouter?

  • degorde // 06.03.2021 à 07h14

    On est un peu déçu de trouver sur Les Crises la reprise pure et simple de la propagande gouvernementale avec ses mêmes biais et affirmations péremptoires notamment sur les masques.
    Bien entendu rien, aucune suggestion sur les traitements et aucune allusion aux pays qui refusent de confiner et où le port du masque reste optionnels. Ces pays ont de meilleurs résultats. Par exemple, le Japon où le confinement est interdit par la constitution connaîtra t il une vague massive de morts ? Bien sur que non.
    En outre le nombre de décès cités ne signifie pas grand chose. Quel était la condition préexistante de ces personnes ? Pourquoi ne pas le mettre en perspective avec les chiffres « ordinaires » la France enregistre 1600 morts par jour, dont 480 dus aux cancers, 420 de maladies cardio vasculaires, 110 de maladies chroniques. Quant aux suicides ils explosent.
    Je suis vraiment déçu par cet effacement du sens critique auquel Les Crises nous avait habitués. On verra bien du reste si ce commentaire est censuré.

    • Ulrich // 06.03.2021 à 09h50

      Le port du masque n’est pas optionnel au Japon, il y était normalisé bien avant la pandémie. Il n’était donc pas nécessaire de l’imposer.

      Comme pour le commentaire suivant, je vous rappelle que nous parlons d’une situation que nous aurions pu parfaitement anticiper et gérer. Vous ne pouvez donc pas faire un parallèle avec la situation « ordinaire » du pays : vous tentez de trouver une équivalence entre des bananes et des oranges. Ces morts sont une faute, point.

      • Havoc // 07.03.2021 à 12h12

        Surtout en comparant un archipel à un continent. C’est un peu n’importe quoi.

        Le sens de l’hygiène et de la prophylaxie chez les Japonais interdit toute comparaison avec la France.

    • M_a_n_u // 06.03.2021 à 10h11

      J’ajouterai une introduction factuellement fausse : ça fait 15 jours (au moins) que le nombre de décès quotidien COVID est inférieur à 400. La semaine passée, c’est même descendu à 279 !

      • Havoc // 07.03.2021 à 12h09

        …en milieu hospitalier. Si vous ajoutez les statistiques en provenance des EHPAD et maisons d’accueil, on repasse au-dessus. S’il est vrai que les chiffres ont baissé fin février, ils restent sur un plateau trop élevé. Ils sont à peu près équivalents à ceux du Brésil, même si là-bas, les courbes sont en train d’enfler dangereusement et sans aucune perspective.

        • M_a_n_u // 07.03.2021 à 13h00

          Le tableau de synthèse précise : Nombre de décès liés à la COVID-19
          (décès à l’hôpital, en EHPA ou autres ESMS)
          Donc, on est bien en dessous de 400 morts par jour depuis 2 semaines.
          Source https://www.santepubliquefrance.fr/content/download/324805/document_file/COVID19_PE_20210304.pdf premier tableau page 1.

          • Havoc // 07.03.2021 à 17h09

            Il est bien exact que nous sommes passés en-dessous le 16 février. Cependant, le nombre n’est pas celui que vous indiquez. Tapez « Covid France » dans Google, changez l’onglet pour le nombre de décès, et vous constaterez qu’on est toujours resté au-dessus de 305. Il y a donc une décrue, mais très lente, et elle ne correspond qu’à la situation des contaminations d’il y a trois semaines.

  • M_a_n_u // 06.03.2021 à 09h29

    Comme degorde, je m’interroge sur la pertinence d’un article, débordant de chiffres certes, mais l’analyse qui importe le plus à mon sens, QUI décède ?
    Car ON ne meurt pas du COVID, seuls les plus vieux décèdent.
    Il est curieux dans cette avalanche de graphes et de chiffres de ne pas ne serait-ce que reprendre le tableau 9 page 37 du rapport hebdomadaire (https://www.santepubliquefrance.fr/content/download/324805/2944195).
    On y apprend que les moins de 65 ans ne représentent « que » 7,2 % des décès, les moins de 45 ans seulement 0,59 % !
    Certes, le tableau ne prend en compte que les certificats électronique de décès, mais il prend en compte les décès du 1er mars 2020 au 1er mars 2021.
    Ça change quand même complètement la perspective de se qui en train de se passer, non ?

    • Ulrich // 06.03.2021 à 09h38

      Non, ca n’apporte aucune nouvelle perspective. Le problème n’est pas qui meurt, mais pourquoi : l’OMS a déclaré l’état de pandémie le 29 janvier, le gouvernement n’a commencé à assumer son rôle que deux mois plus tard. Ces vieux, certes plus proches de la mort que le reste de la population, y sont contraints par opportunisme et non par fatalité. Vous faites donc un hors sujet : la maladie ne tue que des vieux, c’est une bonne nouvelle pour les cyniques, mais cette maladie aurait pû et dû être évitée. Il est tout à fait légitime d’en parler comme d’une erreur et non pas comme un risque dont on peut tolérer la présence dans nos vies.

      • M_a_n_u // 06.03.2021 à 10h08

        Il n’y a rien de cynique là-dedans.
        Savoir quelle est la population à risque permet de prendre des mesures appropriées et ciblées plutôt que généralisées tel que ça se passe actuellement.

        • Havoc // 07.03.2021 à 12h07

          Vous ne pouvez pas séparer les populations en fonction de leur âge, c’est anticonstitutionnel, inhumain mais surtout, impraticable: les gens vivent ensemble. On ne peut donc rien faire de cette information, d’autant moins que les Covid longs chez l’enfant sont de plus en plus nombreux, et qu’on ne peut s’en satisfaire.

          Si vous tenez absolument à pratiquer des mesures différentiées, c’est au niveau géographique qu’il faut le faire, et c’est effectivement ce que fait notre gouvernement et ce que commencent à accepter les dirigeants européens (ils auront mis le temps, les uns comme les autres).

          Enfin, à partir de ce que l’on sait de cette maladie, le plus important est d’empêcher les événements de super-contamination.

          • M_a_n_u // 07.03.2021 à 13h05

            Anticonstitutionnel ? Il faudra alors m’expliquer pourquoi la campagne de vaccination, basée sur l’âge ne le serait pas !
            Et on ne vit plus comme il y a 50 ans : les personnes âgées disposent dans leur très (très) grande majorité de leur propre logement : il est tout à fait possible de faire en sorte de leur éviter les contacts avec les plus jeunes.

            • Havoc // 07.03.2021 à 17h05

              La campagne de vaccination ne définit que des priorités. Si le Gouvernement décidait un confinement relevant d’une mesure d’âge, il serait immédiatement retoqué par le Conseil Constitutionnel. Je n’y suis pour rien, inutile de vous en prendre à moi.

            • Covah // 08.03.2021 à 07h58

              A priori, l’Etat d’Urgence permettrait ce genre de mesures discriminatoires. La question devient : pourquoi ne le tentent-ils pas ?

          • Rémi // 08.03.2021 à 11h05

            Bien sur que si on peu sur la base d’un profil de risque: Ages, comorbiditées, classer les gens et organiser: Horraires différenciés dans les magasins ou prise en charge de livraisons à domiciles, arrêts de travail spécifiques. Aucun blocage légal encore faut-il vouloir le faire.

          • Francois Marquet // 09.03.2021 à 08h40

            Stratification du risque , Covid 19 un cas emblématique
            https://www.youtube.com/watch?v=8KzZXvT1g-k&t=19s

  • Volodia // 06.03.2021 à 12h10

    Merci encore une fois pour votre travail, Olivier!
    Surtout continuez à dénoncer l’incompétence de ceux qui nous gouvernent et leur terrifiante stratégie du « vivre avec le virus ». Malheureusement les sociétés occidentales font la preuve de leur incapacité à gérer les grandes crises, alors qu’en Asie…
    Bref, un désastre absolu depuis 1 an désormais et destiné à durer Dieu seul sait combien de temps.

  • jp // 06.03.2021 à 18h25

    Dans tous les cas les jours rallongent et l’ensoleillement donc avec ses UV fortement germicides, sa photostimulation de tout le biologique complexe, à commencer par nous et naturellement le réchauffement saisonnier. Tout cela ne peut qu’être favorable à un ralentissement de l’épidémie. Il faudra attendre le prochain Hiver pour savoir où on en est vraiment, quoi qu’on fasse.

    • grumly // 06.03.2021 à 19h43

      Ce qu’on a vu cette année c’est que c’est plutôt les confinements qui sont saisonniers. L’été dernier l’épidémie est repartie à la hausse. Le R était supérieur à 1, c’est juste que c’est arrivé après le confinement donc ça a mis plusieurs mois à arriver à un niveau d’alerte. L’épidémie a peut-être une part de saisonnalité en augmentant moins vite l’été mais si on la laisse faire elle continuera d’augmenter.

    • Havoc // 07.03.2021 à 12h04

      Ne comptez pas trop sur l’action des UV. Si elle est bien réelle, elle est lente et peu performante.

      Le gain attendu de la saison d’été est surtout dû aux comportements humains. Mais là encore, les exemples en provenance des pays chauds ou inversés par rapport à nous n’inclinent pas à attendre beaucoup d’un changement de saison: le Brésil perd plus de 1500 (probablement plus de 2000) habitants par jour à cause de la Covid, et il est en pleine saison d’été.

      • jp // 07.03.2021 à 22h20

        Les UV sont utilisés dans les blocs opératoires, dans les grandes unités de traitement d’eau à boire, et posent un énorme problème biologique quand la couche d’ozone qui en absorbe beaucoup s’amoindrit, etc.. en outre ils sont indispensables chez nous (cf Vitamine D et ses nombreux effets y compris l’immunité). Une action efficace conjugue en fait le plus souvent plusieurs actions particulières, qu’une analyse très sommaire peut faire croire unique.

  • clauzip // 07.03.2021 à 00h42

    77ans,greffe du sang,plus de rate,j’ai choisi d’attendre pour me faire vacciner.
    En l’état, avec de plus des indicatifs globulaires (hormis plaquette au dessus des standards)je suis convaincu que le moindre contact avec le virus normal signe ma fin.
    Le vaccin selon la formule me parait assez dangereux compte tenu de l’absence d’information sur la vérité relative à la protection dans le temps,à la diffusion du virus malgré cela,à la réinfection.Je m’en tiens pour le moment à un confinement personnel,au port de masque FPP2,à la distanciation avec lavage des mains.
    J’espère pouvoir vous dire dans 6 mois si j’ai bien raisonné.

    • Havoc // 07.03.2021 à 12h01

      Toute la question est de savoir si votre système immunitaire est susceptible de réagir favorablement à un type ou un autre de vaccin. Les professionnels qui vous suivent sont les mieux placés pour répondre à cette question.

    • Incognitototo // 07.03.2021 à 14h03

      Oui, il faut interroger le ou les toubibs qui vous suivent qui connaissent les spécificités de votre problème par rapport aux bénéfices risques pour vous d’une vaccination. 3 personnes autour de moi + moi ont fait des cancers et nous avons tous été invités à nous faire vacciner. Pour moi c’est le 10/03, si j’en meurs, désolé, je ne pourrai pas vous prévenir… 🙁

      • jp // 07.03.2021 à 18h11

        Personne ne sait l’heure de votre mort sauf le suicidaire ou le bourreau. A noter que ce virus, parmi toutes ses actions, tue surtout en provoquant une hyperréaction violente du système de défense entrainant une CIVD (coagulation intravasculaire disséminée), que les Chinois avaient très tôt trouvée et publiée, mais que les soignants hors de Chine avaient mis un temps certain pour l’admettre (cf course aux respirateurs en pression positive et recommandation lamentable du paracétamol). Par définition un vaccin cherche à provoquer une réponse immunitaire spécifique. La vie est faite de risque et parfois le mieux est l’ennemi du bien. Pour ce qui est de la protection exacte à moyen et long terme des vaccins proposés, personne n’en sait rien. Seul l’avenir permettra de la savoir. Mais pour l’instant il y a de bonnes raisons de penser qu’on va se trouver dans le même cas de figure que pour la grippe, si ce virus est bien installé.

  • Hansolo // 07.03.2021 à 11h18

    « Là encore, on observe un plateau du nombre de décès, mais à un niveau effrayant de plus de 300 morts par jour. Et presque plus personne n’en parle…»

    ???
    En effet plus personne n’en parle …
    On est juste en couvre feu depuis des mois, on a le discours hebdo de Gargamel et ça fait là une de tous les médias, mais personne n’en parle …

    • jp // 07.03.2021 à 12h12

      Avant le Covid19:Mortalité globale moyenne en France 600000morts/an =50000morts par mois = 1670 morts par jour.
      Actuellement il y a certes ceux qui meurent réellement du Covid, ceux qui sont répertoriés Covid sans l’être et CEUX qui, en nombre important, n’auraient pas du mourir si on les avaient soigné plutôt que de s’occuper exclusivement des covidés. La Pensée unique n’est pas bonne y compris en Médecine.
      On peut rêver: espoir sur un TT antiviral efficace. Un vaccin qui serait efficace contre le variant sud africain serait alors parait-il efficace sur les autres variants connus.

  • Havoc // 07.03.2021 à 11h59

    « Quant à nous, nous continuons tels des somnambules à joyeusement vacciner une population où circule abondement le virus (qui tue 400 personnes par jour), fantastique moyen darwinien de faire surgir un nouveau variant résistant au vaccin… ».

    Toute démarche pour survivre à la Covid constitue un fantastique moyen darwinien de faire surgir de nouveaux variants. Olivier, vous êtes une personne intelligente et humaniste: proposeriez-vous de repérer, éliminer et incinérer toute personne suspectée d’être en train de se défendre d’une Covid ? Non, bien sûr.

    Alors quand on lutte contre une épidémie, tous les moyens de la contrôler sont bons, et les vaccins sont probablement le meilleur d’entre eux. Lutter fait apparaitre des mutations, que ce soit lutter naturellement à l’aide de son immunité personnelle, ou lutter avec des traitements, des vaccins, des soins…

    Il faut arrêter de servir de caisse de résonance aux idioties des antivaccination, des obscurantistes, et des Marseillais.

    • Covah // 08.03.2021 à 07h45

      « Alors quand on lutte contre une épidémie, tous les moyens de la contrôler sont bons, et les vaccins sont probablement le meilleur d’entre eux » : quelles sont vos sources ? le « probablement » n’est-il pas léger pour se montrer assertif ?

      • VVR // 08.03.2021 à 17h47

        C’est ce qui c’est passé avec la quasi totalité des maladies virales qui valaient le coup de faire un vaccin (rougeole, rubéole, variole, polio, diphtérie etc). Dans le pire des cas on se trouvera dans une situation similaire à la grippe: un virus faiblement mortel avec un grand nombre de souches qui déboulent de manière anarchique, et il faudra alors refaire une campagne tous les ans pour maintenir la mortalité a un niveau politiquement acceptable. Dans ce cas la principale difficultés sera de trouver des vaccins adaptés a ce type de vaccination.

    • Cévéyanh // 09.03.2021 à 21h48

      A Havoc :
      Le meilleur moyen eu été de contenir la contamination pour ne pas à faire « le pompier » (avoir le moins de morts possible et de gens ayant des séquelles) car la vaccination ou les médicaments, c’est résoudre le problème et non résoudre la cause. Maintenant, cela semble difficile. L’amont et l’aval doivent être faite.

      Pour Olivier Berruyer, cela semble de confiner à nouveau afin de faire vraiment baisser la contamination pour que les vaccins soient sûre d’être aussi efficace. Il ne semble pas être contre le vaccin.

  • Benoit // 07.03.2021 à 12h37

    Bonjour,
    J’ai toujours apprécié les articles publiés sur lescrises et les analyses d’OB (Ukraine, 11 septembre,…)
    Mais là sur ce dossier covid, je ne partage absolument pas le côté dramatique et anxiogène des chiffres fournis et orientés vers la peur plutôt que de relativiser le peu de cas graves que nous subissons véritablement.
    A croire qu’OB est devenu un porte parole du conseil scientifique, voire du gouvernement.

    • red2 // 09.03.2021 à 09h18

      Vous avez lu ce qui dit OB sur la gestion de l’épidémie par le gouvernement ? Je ne pense pas que le gouvernement approuve… 😜.

      • Paul // 09.03.2021 à 12h37

        il agit sur le côté anxiogène, comme le gouvernement, même s’il le critique gravement.

        On devrait se tourner vers la recherche de la prévention (du virus ET des maux qu’il génère), , du soin (si, si , il en existe) et du combat contre ce qui est détruit sous prétexte !

        c’est pour moi cela un  » espace d’autodéfense intellectuelle »
        un espace ou TOUTES les opinions peuvent être débattues

  • Nasir // 08.03.2021 à 11h45

    De nouveau une foison de chiffres qui sont utiles, mais dont la conclusion laisse pantois.

    L’article cumule de nombreuses généralités (« écouter les scientifiques ») qu’il aurait fallu nuancer par principe, ne serait-ce que parce que les « politiques menées » varient fortement, et qu’en dehors du confinement total du type de l’année dernière rien ne montre que ces politiques (je parle pour l’Occident en général) n’aient eu une action significative sur l’épidémie. De plus, chez « les scientifiques » aucun consensus ne parvient à se dégager pour le moment.

    Présenter les chiffres est une bonne chose quand cela sert de base au débat. Je ne comprends décidément pas que les conclusions de l’article soient aussi affirmatives sur ce qu’il convient de faire en ne présentant les choses que du point de vue de la santé publique, et en occultant complètement les problématiques économiques et sociales.

  • PaulOuPas // 09.03.2021 à 03h46

    Décès projetés en 2020 avec les taux, par tranche d’âge de 1 an, de
    2014 : 645 420
    2015 : 667 758 (année forte)
    2016 : 653 561
    2017 : 646 670 (année moyenne)
    2018 : 635 216
    2019 : 624 207 (année faible)
    Moyenne 2014-2019 : 645 472
    Réel 2020 : 668 629

    Correction apportée au calcul précédemment posté :
    -les âges de la pyramide sont en années *révolues* au 1 janvier
    -les décès sont à l’âge qui *aurait été atteint dans l’année* (donc 1 de plus)

    -Le taux de la tranche Décès(N+1) est donc :
    Décès(N+1)/Population(N) de l’an projeté, à multiplier par Population(N)_2020 pour Décès(N+1)_2020
    -Les morts de 0 an atteint dans l’année sont presque fixes : 1400(H)+1100(F)
    -Les morts de 100+ ans sont ceux qui avaient 99 ou 100+ ans au 1 janvier

    2020 est au même niveau que 2015 (et regarder les épidémies de 1949, 1962-63, 1968-69)
    La surmortalité de 25000-30000 décès en Mars-Avril-Mai est attribuable au Covid (par sa courbe et son timing)
    En dehors de cet épisode précis, 2020 est une année un peu en-dessous de la moyenne.

    Le progrès social et économique sur 5 ans est assez limité, surtout vu comment est traité l’hôpital public.
    Un hôpital sous-dimensionné par rapport au nombre croissant de personnes âgées subit un effet de saturation :
    se souvenir de la stratégie de ‘restez chez vous jusqu’à la détresse respiratoire’ de Mars-Avril-Mai,
    et les conséquences de cette stratégie…

    Mes fichiers XSLX et ODS
    https://www.dropbox.com/s/b71238vhxmejemx/Projection%20D%C3%A9c%C3%A8s%202014-2019%20sur%202020.zip?dl=0

  • ventratair // 09.03.2021 à 11h26

    Le but de tout ça c’est d’instaurer le passeport vaccinal afin d’avoir une surveillance et un contrôle permanents de la population .
    Tout le reste c’est de la com passée à la loupe grossissante .
    Manque de bol pour les planificateurs du big reset, l’épidémie est entrain de se terminer et ils n’auront pas le temps d’appliquer leur plan .

    • Paul // 09.03.2021 à 12h42

      je l’espère vraiment, mais ils ont mis le compresseur « En Marche »
      ( passeport, santé, reforme chomage, retraite, services publics)

      pas sûr que la machine soit arrêtable

      quand on voit les images de la police évacuer les quais de seine à 15h, on se dit vraiment qu’on est dans un monde de fous

      • jp // 09.03.2021 à 15h02

        Le bon petit peuple parisien, fait de travailleuses et travailleurs qui ne travaillent pas le Dimanche, déjà un vrai scandale, et qui en plus cherchent à respirer un peu d’air moins pollué que celui du Métro , c’est une provocation intolérable pour n’importe quel pouvoir autoritaire qui en permanence a besoin de rappeler son autorité. C’est la destinée des moutons terrorisés d’être chassés par les loups qu’ils ont eux mêmes choisis et rééliront à la prochaine consultation,

        • Cévéyanh // 09.03.2021 à 21h19

          Pourquoi comparaître ces gens à des moutons ? Pensez-vous que ces gens vont vouloir comprendre votre point de vue en les traitant de « mouton » ?

          • jp // 10.03.2021 à 15h04

            Depuis que l’homme, animal grégaire, a quitté le statut de chasseur cueilleur il apprécie le mouton qui figure dans la Bible ou Jean de la Fontaine…. et celui qui guide le troupeau encore plus.

  • Fernet Branca // 09.03.2021 à 21h54

    Comme un de mes commentaires à été censuré ici car vraisemblablement jugé de source conspirationniste
    Je vous mets ici un article du département de la santé des USA , donc d’une fiabilité absolue.

    Reduction in COVID-19 Patients Requiring Mechanical Ventilation Following Implementation of a National COVID-19 Vaccination Program — Israel, December 2020–February 2021

    https://www.cdc.gov/mmwr/volumes/70/wr/mm7009e3.htm?s_cid=mm7009e3_x

    surtout le dernier graphique
    FIGURE 2. Number and ratio of COVID-19 patients aged <50 and ≥70 years requiring mechanical ventilation — Israel, October 8, 2020–February 9, 2021

  • paul // 11.03.2021 à 00h23

    vous pensez quoi de cette pub débile du gouvernement où l’on montre qu’on peut tous se sauter dans les bras MAIS qui se termine par une inscription :
    une fois vac ciné, continuez les gestes barrière et la distanciation car le va c cin ne protègerait pas ( c’est écrit dans la pub officiellle du gouvernement )
    https://twitter.com/olivierveran/status/1369181396934230017

    un truc de fous

    on ne soigne pas et on ne veut pas des désinfectnats
    https://twitter.com/Infirmier00/status/1368953774157479938
    [modéré]

  • Francis // 11.03.2021 à 09h04

    Un laisser-faire maximal, comme vous dites ? Je ne vois pas où vous voyez un laisser-faire maximal quand des pans entiers de l’économie sont fermés et que les Français sont confinés 12h par jour…

  • Cévéyanh // 11.03.2021 à 19h53

    Sur le site de l’ANSM, il y a un « suivi hebdomadaire des cas d’effets indésirables » des différents vaccins contre la Covid en France : https://www.ansm.sante.fr/Dossiers/COVID-19-Vaccins/Suivi-hebdomadaire-des-cas-d-effets-indesirables/(offset)/5

  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications