Les Crises Les Crises
12.mars.202112.3.2021
Article LesCrises

Covid-19 : grave situation en Île-de-France et dans le Nord sous la pression des variants – par Olivier Berruyer

Merci 298
J'envoie

Cette semaine, nous constatons une stagnation des contaminations à un niveau élevé et une inquiétante hausse des entrées en réanimation, notamment en Île-de-France. L’épidémie reste à des niveaux inquiétants, plus de 300 personnes meurent chaque jour depuis plus de 100 jours, et les variants progressent toujours, nouveau signe de la gestion plus que calamiteuse du gouvernement.

Plan du billet :

Enfin, nous rappelons qu’un bon moyen de nous soutenir consiste simplement à nous suivre sur Facebook et Twitter (ici et ) – merci d’avance !

N.B. : comme on m’a posé la question, je rappelle que ma formation est actuaire-statisticien spécialisé en mortalité ; elle conduit donc à faire ce genre d’analyses.

I. Incidence en France

1-1 La situation au niveau national

Voici l’évolution du nombre de nouveaux cas dépistés en France depuis début mai :

On constate donc qu’après avoir été nettement atténuée par le deuxième confinement, l’épidémie a repris sa croissance dès décembre.

L’épidémie semble stagner depuis quelques jours, mais à un niveau élevé.

On note bien ceci sur ce graphique représentant la croissance du nombre de cas (c’est-à-dire la fonction dérivée du nombre de cas) :

Lecture : quand la courbe bleue est sur fond rouge, l’épidémie est en croissance ; quand elle est sur fond vert, elle est en décroissance. Quand la courbe monte, l’épidémie accélère, quand elle descend, elle décélère.

L’épidémie est globalement contenue par le couvre feu à 18h00, qui transforme nos vies en un semi-confinement, sachant que la plupart des lieux de rencontre sont fermés depuis des mois.

Il est ensuite difficile de discerner le rôle exact des différents autres facteurs : vacances scolaires, vague de froid et réchauffement, etc.

Précision : au vu des caractéristiques du virus et de la volonté de lutter contre lui, il n’est pas possible de réaliser une anticipation robuste de l’évolution du nombre de cas à court terme.

Plusieurs indicateurs laissent penser que l’épidémie va repartir en raison des nouveaux variants. Toutefois, le changement de la météo pourrait ralentir – ou accélérer – l’épidémie. De même que nos comportements au cours des prochains jours.

1-2 Les tests

On observe que le nombre de tests et le taux de positivité stagnent de nouveau :

On observe bien ceci au niveau de la croissance du nombre de tests (le gros pic correspond aux vacances de Noël) :

Rappelons que nous testons environ 4 % de la population adulte chaque semaine.

1-3 L’épidémie « réelle »

Comme on ne teste que les personnes qui se présentent, on oublie donc de tester les personnes symptomatiques qui ne le désirent pas, et les asymptomatiques qui n’ont pas été identifiés comme étant des cas contacts. Selon l’Inserm, on n’identifie pas entre la moitié et les deux tiers des personnes réellement contaminées.

Nous vous proposons donc une estimation de l’épidémie réelle afin d’obtenir le nombre de nouvelles contaminations chaque jour :

On note qu’au printemps, l’activité de test (le petit trait en vert) était presque invisible, tant elle était marginale.

La veille des deux confinements, on devait approcher les 125 000 contaminations par jour ; nous sommes probablement autour de 50 000 actuellement, soit 2,5 fois moins.

1-4 Situation départementale

Voici le taux de reproduction moyen par région :

La progression en Île-de-France et dans le Nord est particulièrement inquiétante.

Il est surtout intéressant d’observer le nombre total de nouveaux cas chaque jour par département :

Il y a seulement une quinzaine de départements qui connaissent très peu de cas chaque jour. Pour plus de détails, nous vous renvoyons vers les analyses de @gforestier

Après avoir observé le niveau absolu, il est intéressant d’observer son évolution :

Nous vous proposons désormais les cartes des variants. Voici tout d’abord l’évolution du dramatique variant anglais, qui a colonisé notre pays en un trimestre :

Le grave variant Sud-Africain a pour sa part colonisé la Moselle :

Dès lors, l’ancien variant « souche Wuhan » est en forte diminution, et sera bientôt minoritaire partout :

Voici donc l’évolution en graphique pour les départements les plus touchés :

Le département du Nord est désormais le plus touché de la métropole ; la situation se stabilise pour le moment.

Voici le détail pour l’Île-de-France :

On voit que l’épidémie progresse nettement, sous la pression des nouveaux variants qui y sont très présents.

1-5 Situation par âge

Enfin, point très important, voici le taux de positivité selon l’âge des contaminés :

On constate que la positivité diminue sur la plupart des classes d’âge, et plus fortement chez les plus de 80 ans : à l’évidence, l’effet du vaccin commence à se faire sentir.

Voici l’évolution pour celles les plus à risques :

Le taux reste toutefois à un niveau absolu élevé.

Voici en effet ce que cela donne en nombre de personnes testées positives :

En plus de cette représentation classique, nous vous proposons le même graphique, mais présenté ainsi, afin de bien voir l’évolution pour les plus de 60 ans, population à risque :

Et ici, voici un zoom sur les 50-70 ans et les plus de 70 ans :

Le réservoir de futurs décès reste hélas très important…

II. Hospitalisations en France

La tendance sur les admissions à l’hôpital pour Covid-19 est désormais également à la baisse autour de 1 400 hospitalisations par jour (soit quand même 500 000 par an à ce rythme) :

On peut l’observer en traçant la croissance des nouvelles hospitalisations, dont on constate l’évolution positive :

Cela donne ceci sur le nombre total de personnes hospitalisées :

Cela fait donc 3 mois que 25 000 à 30 000 personnes sont hospitalisées en permanence pour Covid-19.

Voici enfin la carte des nouvelles hospitalisations :

et celle du nombre total de personnes hospitalisées :

Les réanimations repartent pour leur part à la hausse :

Et voici pour l’évolution, qui semble de nouveau aller vers la stagnation :

Ce qui donne ceci pour le nombre total de personnes en réanimation :

Avec plus de 3 500 personnes en réanimation, l’épidémie atteint des niveaux critiques dans certains départements.

Voici enfin la carte des nouvelles entrées en réanimation :

et celle du nombre total de personnes hospitalisées en réanimation:

Et voici enfin la part des patients Covid-19 dans le total des personnes en réanimation (qui prennent donc la place des malades normalement reçus…) :

La situation est donc toujours très problématique à l’hôpital, en particulier en Île-de-France, où le niveau de la deuxième vague a été dépassé (mais il reste nettement inférieur à celui de la première vague) :

La comparaison avec l’évolution des hospitalisations en Île-de-France est éloquente :

On voit bien que le variant anglais est bien plus virulent que son prédécesseur. Il y a actuellement 60 % de réanimations en plus que la norme de la deuxième vague, la vaccination des plus de 75 ans (qui allaient peu en réanimation) jouant aussi une part dans ce phénomène.

Cela commence à bien s’observer au niveau national en faisant le ratio entre le nombre de cas en réanimation et celui des hospitalisations :

III. Décès en France

Voici enfin la situation au niveau des décès par Covid-19 en France :

Les effets de la vaccination se font enfin sentir, avec un retour à un niveau (effrayant) de plus de 300 morts par jour. Et presque plus personne n’en parle…

Nous venons donc de dépasser le bilan effroyable de 88 000 morts, et, à ce rythme, les 100 000 morts seraient atteints mi-avril :

Ceci confirme bien le potentiel de mortalité du Coronavirus que nous évoquions dès le début de l’épidémie : 200 000 à 300 000 morts, vu qu’en avril, environ 15 % de la population aura été touchée, et que des exemples brésiliens ou italiens ont montré qu’il pouvait monter à 50 ou 60 % de personnes contaminées.

Si nous rapprochons le nombre de décès de notre estimation des cas réels, on voit bien qu’il y a un décalage d’un mois entre les pics, et qu’il y avait très peu de décès début mars quand l’épidémie avait le niveau actuel :

Voici pour conclure la carte des décès hebdomadaires :

IV. Conclusion pour la France

La montée actuelle des variants dans notre pays ainsi que le laxisme de Macron, toujours fier de ne pas écouter les scientifiques, ont conduit notre pays dans une situation dangereuse.

Nos vies sont au ralenti, les dégâts économiques sont là, en partie, mais Macron fait le choix de laisser circuler le virus alors que nous vaccinons.

Pourtant, comme le rappelle l’immunologiste Claude-Alexandre Gustave (que nous vous conseillons de suivre), « 1 seul infecté génère des trillions de particules virales, donc des trillions de réplications virales, et donc des trillions d’occasions de mutations. Or le génome de SC2 ne compte que 30 000 nucléotides (« lettres »). Et on a des millions d’infectés à chaque instant. Ainsi au moins 1 mutant pour chaque « lettre » du génome existe au moins en 1 exemplaire, chez au moins 1 infecté à chaque instant ! Donc tous les mutants sont là quelque part…. Parmi eux, certains portent des mutations qui augmentent la transmissibilité (par exemple en augmentant l’affinité de Spike avec notre récepteur ACE2, comme la mutation N501Y). Ces mutants sont inéluctablement voués à dominer. Simplement parce qu’ils se propagent mieux que les autres… Ce n’est qu’une question de temps. Plus on laisse le virus circuler, plus il émergent et progressent vite. Si on vise à la suppression virale, on réduit la fréquence d’émergence des mutations, et on ralentit leur diffusion… »

De plus « Parmi les mutants, on trouve aussi des mutations qui permettent au virus d’échapper aux anticorps induits par les souches « sauvages » (non mutées). Tant que la population ne s’est pas largement immunisée, ces mutants n’ont aucun avantage sélectif… Ils apparaissent sporadiquement, mais n’ont aucune pression qui les amènent à mieux diffuser que les autres. Ils circulent alors à bas bruit, au gré de leur émergence sporadique et au gré des mouvements des infectés qui les portent… Quand la population s’immunise+++ (soit parce qu’on laisse l’épidémie diffuser, « vivre avec », soit parce qu’on vaccine massivement), ces mutants en échappement immunitaire se retrouvent alors avantagés… Contrairement aux autres souches, ils contournent la réponse immunitaire neutralisante, et peuvent donc continuer à diffuser facilement et ils sont alors sélectionnés et deviennent dominants… Là encore, si on laisse le virus diffuser, on est voué à l’échec avec la vaccination puisqu’il y aura toujours des mutants pour la contourner. Idem avec les antiviraux. Pour le VIH, les 1ers traitement sélectionnaient les mutants résistants en seulement 8 jours ! » (source)

Il conclut en rappelant la préconisation de l’OMS :

Eh bien pas de chance, nous avons LE Président qui a décidé de TOUT miser sur le seul vaccin, au risque d’en détruire l’efficacité…

V. Incidence en Europe

Voici la situation chez nos voisins européens :

Si l’épidémie semble désormais maîtrisée chez nos voisins, sauf en Italie, on note que l’Angleterre a été très fortement frappée par le variant anglais johnsonien, variant que nous laissons donc prospérer chez nous, bien qu’il soit sans doute plus contagieux et plus mortel.

L’épidémie a bien diminué chez nos voisins, mais elle y reste néanmoins à des niveaux trop élevés pour espérer y mener une stratégie Zéro-Covid (une telle stratégie viserait à ramener l’épidémie à moins 5 000 cas par jour en France – et non pas 0…).

Voici d’ailleurs une carte plus précise de la situation régionale en Europe. :

Pratiquement aucune région n’est épargnée par la Covid…

Comme il y a un retard de 2 à 3 semaines entre nouveaux cas et décès, la mortalité vient de passer son pic en Angleterre, qui est fortement confinée :

Il va donc falloir surveiller de près la situation dans les prochaines semaines.

VI. Incidence dans les pays les plus touchés

Voici enfin la situation dans les pays actuellement les plus touchés :

La situation aux États-Unis connait une évolution spectaculaire.

Voici un zoom sur l’Amérique latine :

La situation est également critique au Mexique et en Colombie.

Voici pour les décès :

On voit que le nombre de décès reste à des niveaux dramatiques et stagnants dans les pays les plus touchés, avec 500 à 2 000 morts par jour.

Voici enfin la situation des décès en Amérique latine :

Par chance, beaucoup de pays ont pris des mesures de protection des plus âgés (ou bien ils disposent de systèmes sociaux particuliers, ne les regroupant pas dans des Ehpads).

VII. Situation mondiale

Voici pour commencer la carte mondiale de l’épidémie :

Voici pour le nombre de cas par continent :

On constate que l’épidémie décroit enfin en Amérique, après un pic à 350 000 cas détectés par jour. L’Europe poursuit également sa décroissance.

On a ceci en cumulant les zones pour arriver à la situation mondiale :

L’épidémie décroit donc nettement au niveau mondial en raison des politiques menées, avec encore 400 000 contaminations par jour.

Et on a ceci avec les cas cumulés depuis l’origine :

On constate que l’Amérique a été très fortement frappée, avec près de 50 millions de cas détectés, et que l’Asie dépasse à peine 20 millions alors qu’elle est bien plus peuplée. L’Europe a également été durement frappée avec une trentaine de millions (en réalité bien plus, mais comme elle a moins testé au début, cela fausse quelque peu ce graphique).

Au final, plus de 100 millions de personnes ont été testées positives à la Covid-19 – et beaucoup plus l’ont attrapée :


Voici la situation au niveau des décès :

On constate à quel point l’Occident a été durement frappé.

À 11 000 décès par jour, nous avons dépassé le pic des décès quotidiens, autour de 13 000 morts par jour.

Au final, les courbes des décès cumulés ressemblent évidemment aux courbes des cas cumulés :

Désormais, plus de 2 300 000 de personnes sont mortes de la Covid-19, 1 000 000 en Amérique, 600 000 en Europe et 400 000 en Asie.

VIII. La vaccination

8-1 En France

Voici un point sur la vaccination en France :

On constate que les injections ont plafonné à 90 000 par jour le 20 janvier, et ont diminué jusqu’à mi-février. C’était attendu, vu que nous ne recevions qu’environ 60 000 doses par jour (400 000 par semaine). Elles viennent enfin de repartir fortement à la hausse.

Cela a permis d’injecter la première dose à près de 3 millions de Français. C’est encore bien insuffisant.

Voici pour les secondes doses :

Seulement 1,9 million de personnes sont totalement protégées au bout de 2 mois et demi de campagne vaccinale. C’est faible comparé à d’autres pays.

Voici la situation au niveau national pour toutes les classes d’âge :

Il est bien triste d’en être seulement là au bout de deux mois et demi de campagne de vaccination...

Voici les prévisions des livraisons de doses de vaccin :

8-2 Dans le monde

Voici la répartition des injections quotidiennes dans le monde, qui atteignent près de 8 millions par jour :

soit environ 55 millions par semaine :

En cumulant, on constate que plus de 300 millions de personnes ont désormais été vaccinées :

et en cumulant chaque semaine :

Voici la situation au 15 février, les États-Unis ont été très efficaces avec plus de 87 millions de vaccinés :

Enfin, voici la situation en pourcentage de la population vaccinée :

Des nouvelles de « l’Europe puissance »…

Il y a une remarquable performance du Royaume-Uni, mais elle a hélas été obtenue en ayant différé l’injection de la seconde dose, et donc en réduisant l’efficacité du vaccin :

On voit ici tout l’intérêt de disposer de productions locales par des laboratoires nationaux…


Merci d’avoir lu cet article jusqu’au bout ! Nous espérons qu’il vous a intéressé.

Olivier Berruyer

P.S. Vous pouvez nous suivre sur Facebook et Twitter (ici et ) – merci d’avance pour votre soutien !

93 réactions et commentaires

  • Kiwixar // 12.03.2021 à 07h44

    Incendie de Notre-Dame, pandémie centennale : avant de se retrouver avec d’autres plaies (crue de la Seine, syndrome chinois éradiquant le bordelais) il serait temps de conclure que Macron porte la poisse. Les sacrifices humains sont passés de mode, mais on peut songer au bannissement : chef de phare aux Kerguelen avec mémé.

    • Ignotus // 12.03.2021 à 10h22

      Malheur à toi, pays dont le roi est un enfant et dont les princes festoient dès le matin !
      Ecclésiaste 10-16

  • LibEgaFra // 12.03.2021 à 07h59

    Il serait peut-être temps de savoir comment le virus se transmet. Aucune étude n’existe à ma connaissance. Et donc toute référence à ce sujet bienvenue!

    Entendu que les Anglais cherchaient des volontaires pour faire des expériences à ce sujet.

    Pour le moment, mes modestes constatations est que si on se protège, il y a très peu de risques. Mais je connais des cas de transmission du virus par les enfants au sein de familles (crèches!). En Suisse un canton a mis en place un dépistage systématique de tous les élèves des écoles secondaires deux fois par semaine.

    https://www.tdg.ch/le-depistage-generalise-a-lecole-ne-fait-pas-lunanimite-854444501592

  • LibEgaFra // 12.03.2021 à 08h05

    « On voit ici tout l’intérêt de disposer de productions locales par des laboratoires nationaux… »

    L’Italie va produire le vaccin russe alors que la France s’en déclare incapable. Cherchez l’erreur.

    L’erreur en fait, c’est ce gouvernement, comme le démontre si bien Olivier.

    • Gripemino // 12.03.2021 à 09h43

      Exact. Pourquoi parle-t-on si peu (voire pas du tout) du vaccin russe?

      • gotoul // 12.03.2021 à 10h35

        … « on » parle encore moins voire pas du tout des vaccins chinois !

      • MDacier // 12.03.2021 à 11h58

        Parce qu’il ne coûte pas assez cher, ne rapportera pas à des multinationales qui font du lobbying en France + EU et vient de Russie (l’axe du mal).
        Ce sont les seules raisons

    • Linder // 12.03.2021 à 09h52

      L’erreur c’est la destruction de notre tissu industriel depuis plusieurs décennies, avec une accélération depuis la mise en place de l’euro il y a 20 ans et les accords de libre échange négociés par l’UE à notre détriment.

    • naïf // 12.03.2021 à 14h21

      On est une « société de services ». Et c’est l’avenir!

    • Julie // 12.03.2021 à 17h08

      L’explication officielle c’est que la France aura ses capacités de production de vaccins saturées par la production de 4 vaccins, suite aux (juteux) contrats signés ces dernières semaines par des boîtes françaises avec Pfizer/Moderna/Astra-Zeneca/Janssen.
      Oubliez tout ce que vous avez lu de négatifs sur les trois premiers, c’est l’économie nationale qui est en jeu (rictus)

  • Jean-Do // 12.03.2021 à 08h06

    Vos analyses sont aussi claires que pertinentes et constituent une grosse raison de venir sur ce site. comme de vous soutenir. Merci. Elles signifient aussi que nous sommes loin d’être tirés d’affaire et que nous n’en prenons même pas le chemin.

    Elles montrent aussi un parallélisme entre l’orientation de la politique économique « contre la population-pour les riches » (Brésil, France, Trump) et la gestion du Covid. Et comme vous l’avez signalé, le risque que ces politiques de « laissez-faire » font courir à tout le monde en « forgeant » des souches virales résistantes aux vaccins.

    • Vladimir K // 14.03.2021 à 14h25

      Il manque cependant une étude dans le dossier Covid-19 des crises, ce sont les victimes du confinement. Le bureau fédéral canadien des statistiques a fait cette étude (pour le Canada bien entendu), et s’ils ne sont totalement complets, les résultats tendent à montrer que le remède est plus mortel que la maladie.
      Overdoses, alcoolisme, dépressions, suicides, enfants/conjoints battus, maladies chroniques, sont en augmentation et cette surmortalité touche les moins de 45 ans (la surmortalité liée à la Covid touche les plus de 70 ans et est deux fois moindre)

      https://www150.statcan.gc.ca/n1/daily-quotidien/210310/dq210310c-fra.htm

      Il y a donc clairement un problème avec les méthodes utilisées pour enrayer la pandémie.

      • Patrick // 15.03.2021 à 13h16

        l’essentiel est de mourir en bonne santé.

        A noter que le vie étant la principale cause de la mort ( 100% de morts ) , le comorbidité la plus dangereuse est la vie.

        Blague à part , il faudra comparer la mortalité totale des différentes pays à la fin de cette mascarade en fonction des mesures prises.

  • LibEgaFra // 12.03.2021 à 08h14

    « Seulement 1,9 million de personnes sont totalement protégées au bout de 2 mois et demi de campagne vaccinale. »

    Auxquels ils faut ajouter les quelques 4 millions et plus des personnes qui ont été contaminées et qui comme les personnes vaccinées ont développé des anti-corps. Il faudrait aussi savoir combien de temps dure la protection. Alors « totalement » ?!

    « totalement protégées »…? Même contre des mutations du virus?

  • LibEgaFra // 12.03.2021 à 08h35

     » 1 seul infecté génère des trillions de particules virales, donc des trillions de réplications virales, et donc des trillions d’occasions de mutations. »

    Inutilement alarmiste. il n’y a pas des trillions de variants. La plupart des mutations sont létales… pour le virus. Cela s’appelle sélection naturelle, un concept qui a été oublié par notre espèce.

    Les anti-corps se fixent en outre sur les protéines du virus, pas sur son ARN.

    Quant à la contagiosité, j’ai un fort doute quant à savoir si elle est due au virus ou au comportement des gens.

    • Zakfa // 12.03.2021 à 09h33

      La plupart des gens font attention. Une preuve est le fait que la grippe n’a pas été épidémique cette année. Les gestes barrières sont équivalents…

      • Marire // 13.03.2021 à 10h51

        Oui, la plupart des gens sont prudents, mais que peuvent-ils faire quand le RER B tombe en panne et que les voyageurs restent enfermés dans la rame pendant plusieurs heures???

    • MS // 12.03.2021 à 09h34

      Concernant le nombre d’effets secondaires des différents vaccins :
      Sur le site de l’ANSM on peut trouver :
      – le nombre total de personnes vaccinées
      – le nombre d’effets secondaires par vaccin
      https://www.ansm.sante.fr/S-informer/Actualite/Point-de-situation-sur-la-surveillance-des-vaccins-contre-la-COVID-192

      Par contre pas moyen de trouver la répartition des personnes vaccinées par vaccin. En conséquence il est impossible de dire lequel d’entre eux présente le moins d’effets secondaires.
      Quelqu’un a-t-il cette information ? (à la grosse louche il semble que la probabilité d’effets secondaire puisse varier de 1 à 10 selon le vaccin)

      • hansolo // 12.03.2021 à 11h37

        Cette information précise ne sera jamais communiquée … pour des raisons evidentes!
        Tout comme quand on parle actuellement de 22 thromboses sur 1,9 millions de vaccins (vaccin AstraZeneca en cause), on se garde bien de préciser que le vaccin AZ est bien moins employé – pour l’instant …

        • Ron mccarty // 12.03.2021 à 21h58

          Et bien on en parle quand meme… ça s appelle la pharmaco vigilance et c est un processus normal qui concerne la mise sur le marché de n importe quel médicament. Pas de lien de causalité entre AZ et thrombose pour l instant. Mais on repère une fréquence un peu elevé de thrombose par rapport a ce qui est observé en phase 3 du médicament donc on fait de l épidémio pr préciser si ca ressemble a du hasard ou s il apparait une correlation plus ou moins forte (qui n implique pas forcement une causalité de AZ sur thrombose)

          Les gens sont completement hysteriques sur ces sujets mais on ne peut pas leur en vouloir quand on voit la facon dont la plupart des medias putaclick avares de buzz en parlent, et la vulgarisation efficace de nombreux specialistes sur un sujet un peu touchi.
          az est moins employé parce qu on ne peut pas vacciner les plus a risques avec du fait de l absence d amm initialement concernant les très agés… et qu on l a reçu après et qu on a eu moins de doses. C est tout y a pas de mysteres..

          • olka // 13.03.2021 à 00h39

            On peut ajouter que le fait que les vaccins soient injectés en priorité aux personnes âgées et fragile doit biaiser les résultats d’effets secondaires. Par exemple est ce que la fréquence des thromboses est réellement plus élevée que la fréquence observée normalement chez les plus de 60 ans qui représentent la majorité des vaccinés?

          • apuissancex // 13.03.2021 à 08h51

            sans vouloir cultiver les mystères, il semble que divers pays soient moins optimistes que nous à propos de ce vaccin. Quand on dénombre quelques décès par thrombose, quel est le nombre de thromboses non diagnostiquées, parce que non létales ?
            Il y a peut-être une précaution nécessaire à prendre, si des thromboses peuvent entraîner aussi des pathologies non mortelles. Qu’en pense le peuple ?

      • Incognitototo // 12.03.2021 à 19h40

        Les problèmes relevés ne sont pas différents de ceux que l’on retrouve avec tous les autres vaccins, en outre ces rapports datent un peu, car arrêtés au 18/02.

        Par contre oui, c’est vraiment stupéfiant qu’ils ne distinguent pas les données en fonction du type de vaccin ; ça n’est quand même pas pour rien que Le Danemark, l’Islande et la Finlande ont choisi de suspendre l’utilisation de l’AstraZeneca jusqu’à nouvel ordre… On doit d’ailleurs pouvoir trouver ce type de données différenciées pour d’autres pays.

        En outre, même si le nombre de morts après vaccination est infinitésimal, ça interroge sur l’efficacité et l’innocuité réelle de ces vaccins, où « comme d’habitude », on nous dit qu’on ne peut pas faire de lien direct…

        Si vous n’avez plus de nouvelles de moi, d’ici quelques jours, c’est que j’aurai fait partie des « cas » à problèmes… je viens de me faire vacciner ce jour (1re injection) avec le Pfizer… je ne sais pas si je dois être soulagé ou « inquiet »… 🙁

        • Incognitototo // 12.03.2021 à 20h52

          Casse-pipe pour casse-pipe, j’ai fait mon choix en toute connaissance de cause, du moins s’ils n’ont pas pipeauté les données.

          Un an de réclusion parce que je suis un cas à multirisques, ça suffit… d’ici 5 semaines, j’ai bien l’intention de rattraper le temps perdu.

        • Ron mccarty // 12.03.2021 à 22h25

          Soulagé intertoto 😉. C est le processus normal pour la mise sur le marché de tout vaccin, medicament.
          Pour te rassurer, les vaccins anti covid du fait de la prevalence importante du virus en raison de l etat de pandémie conjugué au delai rapide d observation du critère de jugement a contribué a rendre les études de phase III plus solides. (Etudes très « puissantes » au sens statistiques du terme avec des critères de jugement « dures »
          Si on considère aussi le budget et le temps de recherche public/privé alloué a cette cause a l echelle mondiale et les quelques précédents scandales style mediator/depakine dont les firmes pharmaceutiques ne raffolent pas (ils savent qu ils sont observés, en concurrence et que le billet a se faire est important)
          Je pense que ca fait longtemps qu on a pas eu un medicament/vaccin etudié aussi solidement avant la phase IV qui est celle d utilisation du medicament en population générale.
          Les firmes pharmaceutiques ont beau être de vilains vautours parfois, ils peuvent aussi être contraintes de bosser serieusement si le « marché » les y obligent.

      • Cévéyanh // 13.03.2021 à 16h10

        A MS :
        Il y est sur le site de l’ANSM, le nombre de personnes vaccinées et les effets secondaires, par vaccin, sur la page des « Suivi hebdomadaire des cas d’effets indésirables » : https://www.ansm.sante.fr/Dossiers/COVID-19-Vaccins/Suivi-hebdomadaire-des-cas-d-effets-indesirables/(offset)/5

    • Ovni de Mars // 12.03.2021 à 13h10

      Un trillion = un million de milliard = 10^15
      Il y a de l’ordre de 100 millions d’infectés.
      En tout donc : 10^23 particules virales !
      Donc oui, les occasions de réplications virales sont très nombreuses ! Et ce même si la plupart des mutations létales représente par exemple 99,999999% des mutations !

      • tachyon // 12.03.2021 à 17h43

        trillion en échelle longue (France) = 10 puissance 18= 1 000 000 000 000 000 000
        trillion en échelle courte (US-UK) = 10 puissance 12= 1 000 000 000 000

        • Ovni de Mars // 12.03.2021 à 18h19

          Ah vous avez raison, un million à la puissance 3 donc 10^18. C’est encore pire

          • Havoc // 12.03.2021 à 20h54

            Cette maladie étant transmise par très peu de personnes (facteur k très bas), l’immense majorité de ces virions mutés, du moins pour ceux dont les mutations ne les auront pas rendus non-viables, ne finiront nulle part ou dans la nature, sans possibilité de coloniser un autre corps. Et par immense majorité, il faut entendre « presque tous ».

  • Brigitte // 12.03.2021 à 09h05

    On ne peut que se répéter sur le sujet puisque rien ne change.
    88 000 décès dont 90% de plus de 65 ans (seniors), ça fait 79 000 morts, soit l’équivalent de la ville de la Rochelle, soit 0,5% de la tranche d’âge des seniors.
    Une étude publiée dans Atlantico parle de 10 à 15 ans d’espérance de vie en moins. Ce n’est pas rien surtout à ces âges!
    Mais place aux jeunes disent ouvertement certains, comme Todd ou Jancovici….et le pensent très fort, comme le gouvernement et beaucoup d’autres.
    Je compare une société équilibrée et stable à un arbre, avec des racines profondes et des branches tournées vers la lumière. Se couper de ses racines revient à s’exposer à la chute en cas de tempête.
    D’ailleurs, une société qui considère que les séniors sont quantité négligeable car improductifs, coûteux et encombrants, est une société malade. D’où son impossibilité à se débarrasser du virus…

    • red2 // 12.03.2021 à 14h07

      Todd ne dit pas place aux jeunes… Ci-dessous ce que j’ai compris de sa position nuancée et comme souvent des plus intelligentes:

      Pour lui une société équilibrée ne doit pas sacrifier sa jeunesse au profit des anciens (dans lesquels il se compte d’ailleurs) et franchement je suis totalement d’accord avec ça.

      Mais, l’important c’est aussi la suite de son discours ou il exprime la nécessité de protéger les anciens.

      Donc (1) on ne sacrifie pas les « jeunes » et (2) on ne sacrifie pas les « vieux »! C’est du bon sens non ?

      Ce qui entraine sa proposition de compromis : (1) oui les confinements et les autres mesures barrières sont nécessaires pour protéger les anciens MAIS (2) en contrepartie de cet effort demandé aux plus jeunes les plus âgés d’entre nous doivent s’engager à porter une partie importante du coût notamment économique de ces mesures (Via des transfert fiscaux et des taxes importantes sur les anciens qui ont les moyens mais aussi notamment via un changement de paradigme économique : protectionnisme, relance, fin de l’euro dans sa forme actuelle…)

      https://www.youtube.com/watch?v=enkLyrv-I8w

      • Brigitte // 12.03.2021 à 20h23

        Merci pour le lien vidéo. Ce n’est pas celle où je l’avais entendu dire qu’il fallait que les vieux se sacrifient pour les jeunes. En effet, dans celle-là, il nuance beaucoup plus son propos et précise les ressorts économiques de son analyse.
        C’est vrai les seniors ont plus de patrimoine que les jeunes, c’est logique puisque c’est le fruit de leur travail. Les jeunes qui ont du patrimoine sont des héritiers.
        Le temps où les gens mouraient juste après leur retraite est à priori derrière nous. La covid nous ramènerait-elle donc en arrière? Il n’y a aucune fatalité à cela mais une mauvaise gestion de la crise sanitaire.
        Todd parle des étudiants de première année qui sacrifient leur avenir. Je trouve cela excessif. C’est comme pour les vieux, il faut nuancer. C’est plutôt la vie étudiante nocturne qui en a pris un coup. Pour le reste, une sélection naturelle s’opère. Beaucoup d’étudiants sont mal orientés, ne savent pas travailler seuls. De mon temps, c’était déjà le cas. L’écrémage de la première année était important.
        L’université d’aujourd’hui souffre de massification. Là encore, la covid accentue un mal déjà présent: l’absence de sélection et d’orientation efficace en amont de l’université.

        • Ron mccarty // 12.03.2021 à 22h50

          Euh non..
          Si les seniors en france avaient PLUS DE CHANCE au meme age leurs enfants c est parce que cette generation pouvait acceder plus facilement au marché du travail, que contracter un pret pr un credit immobilier ne relevait pas de la mission impossible quand on est pas csp ++, que le cout de la vie n etait pas le meme et que la contrainte ecologique était un truc de babacool. Bref cette generation n avait pas les meme contraintes et les memes chances donc la solidarité inter generationnelle a du sens dans l autre sens (il n y a pas que les retraites… celles que les jeunes ont peu de chance d avoir un jour).
          Ceux qui heritent ce sont ceux qui ont eu plus de chance au tirage que d autre et je ne crois pas qu on fasse sa vie avec un heritage qu on touche a 50-60 ans.. c est quoi cet argument.
          Concernant les étudiants… La crise ACCENTUE les inégalités. Et une des principales inegalités a l ere des confinements/couvre feu est celle des m2 et de la vie seule. Si vous restez 2 mois seule isolée dans une chambre de 10m2, j ai hate de voir si votre ressenti est le meme face a cette crise. Bref meme un etudiant brillant mais peu aisé,confronté a un enfermement est franchement touché, rien a voir avec ses capacité ou son merite
          Parler de selection naturelle a ce sujet, c est presque faire de l eugenisme en fonction de l origine sociale de l etudiant attention..
          Ce qui manque cruellement aux etudiants c est le lien social avec ses amis, ses profs, sa famille… rien a voir avec ce magnifique cliché de « vie nocture » qui dit implicitement « débauche inutile ». Bref consternant.

        • Guise // 13.03.2021 à 00h34

          En désaccord avec votre analyse : l’université d’aujourd’hui souffre surtout d’un manque de moyens, et du fait que les programmes des années précédentes (surtout à partir du collège) sont indigents, tels qu’ils sont enseignés dans la plupart des lycées populaires.
          Ce n’est pas la « massification » le problème, ou l’absence de « sélection » (c’est un mythe d’ailleurs), mais la qualité de l’enseignement populaire avant les études supérieures.

          Le covid accentue effectivement ce problème. Les enfants de bourgeois ont accès aux cours « en présentiel » (les prépas, les grandes écoles), les enfants de pauvres doivent, eux, jouer le jeu d’un enseignement « à distance » humainement intenable.
          Et on les accusera dans quelques années de n’avoir eu aucune volonté de suivre leurs cours, et on leur mettra sur le dos l’état de l’école française, en moralisant les individus pour mieux les rendre responsable d’une faillite collective.

  • Zenobie // 12.03.2021 à 09h44

    Bonjour,
    Quand vous donnez les chiffres de positifs par département, j’aurais aussi aimé voir les mêmes chiffres en fonction de la densité de population, par ex. le nombre de nouveaux cas positifs pour 1 million d’habitants.
    Car ce n’est pas la même chose d’avoir 200 cas positifs en Ile de France ou en Lozère ou en Creuse…
    Il me semble que ceci apporterait de la précision.
    Cordialement.

  • pseudo // 12.03.2021 à 10h09

    de toutes façons, pour les 2 mois à venir on ne pourra qu’assister impuissant à notre enfoncement dans les problèmes. L’autre ayant décidé d’une super stratégie de répartition des malades afin de contenir, non pas l’épidémie, mais le manque de moyens dans les hôpitaux (de par les choix politique de sa ligne idéologique, nous ne le rappellerons jamais assez). La situation ne va faire qu’empirer, mais comme en parallèle il va mettre le paquet pour soulager la pression hospitaliere il pourra se targuer de continuer dans ses choix, cet été sera chaud, confiné, et ennuyant.

    Pour imager ce qu’il fait, figurez vous en plein été par un cagnard de 35°, pour /je ne sais quelle foutre raison/ vous décideriez de coller un glaçon sur votre thermomètre pour qu’il affiche une température plus basse que ce que vous ressentez ou constatez. C’est la technique macron, quand la réalité te déplaît, pirate les capteurs….et avec ça le gars se croit malin. On a pas fini de citer dunning.

  • Ignotus // 12.03.2021 à 10h34

    Et toujours pas de statistique de comparaison entre les pays qui ont une politique de prévention immunitaire et qui soignent les malades et les pays qui laissent les malades chez eux avec un anti-douleur.

    De plus, vos graphiques de comparaison entre pays ou continents en valeur absolue sont parfaitement illisibles et devraient être remplacés.

    Enfin, des statistiques sur les effets secondaires des vaccins (les chiffres officiels sont disponibles) seraient intéressants.

  • hansolo // 12.03.2021 à 11h29

    « Seulement 1,9 million de personnes sont totalement protégées au bout de 2 mois et demi de campagne vaccinale. C’est
    faible comparé à d’autres pays. »

    Par rapport a des pays qui ont lancé la vaccination en janvier ?
    Au contraire; la plupart des pays qui ont plus de 5% de la population couverte (et plus de 30% de la pop la plus a risque) ont lancé la vaccination bien plus tôt; comme en Russie.
    Lors du lancement de Spoutik V beaucoup ont ridiculisé le soit disant « vaccin Poutine » (et certains dont l’UE continue a le dénigrer). Pourtant il est désormais reconnu comme au moins aussi efficace que des vaccins bien plus onéreux et plus tardifs de conception …

    • leravidemilo // 12.03.2021 à 20h59

      En outre, si l’on a parfois entendu effectivement ce genre de sornette sur nos media main stream, je ne me rappelle pas avoir lu ou entendu une seule fois les vaccins Trump pour les ceusses conçus chez les états-uniens. Deux poids- une démesure!

  • MRL // 12.03.2021 à 12h18

    Arrêter avec toutes ces informations sur ce covid, elles entretiennent un climat de + en + anxiogène, en plus tout cela ne veut rien dire à une majorité de gens, certains graphismes se contredisent, c’est une compétition entre pays à qui fera mieux. Ce pose-t-on véritablement le pourquoi de ce virus? Quid des traitements ? le vaccin est-il au dessus de tout soupçon ainsi que de sa véritable efficacité? On dit tout et son contraire, dans quel véritable but? Pourquoi certains continents ne sont-ils pas aussi impactés, l’Afrique.. ?

    • Ron mccarty // 12.03.2021 à 23h11

      Pourquoi du virus? Phenomene naturel de passage de l animal a l homme d un nouveau pathogene (dont la frequence est probablement favorisée par la detruction des ecosystemes de la faune sauvage et l augmentation des contacts animaux sauvage-domestique-homme)
      Traitement ? en gros rien au sens curatif du terme qui est souvent celui sous entendu (mais c est le cas pour de nb virus)
      Vaccin? Les phases III ont eté faite comme d hab. Les resultats en israel sont encourageant sur la mortalité, les hospitalisations et meme bonne nouvelle sur la transmission. Après l idéal est d avoir le moins de covid possible pr vacciner afin d eviter l emergence de mutants emmerdant. On manque de données epidemiologiques solides sur l efficacité sur les mutants . (Mais a priori l efficacité a l air correct en gros sauf pr le sud af ou c est pas terrible)
      Je pense pas qu on dise tout et son contraire dans la presse spécialisée et généraliste sérieuse (de + en + rare) mais effectivement il y a de nombreuses sources qui racontent de la merde et font leur fond de commerce de la peur et du titre a la con pr faire du pognon.
      3 principales raisons probables de la moindre prevalence d infection grave/mort en afrique :
      1. Climat moins propice au virus globalement
      2. Population plus jeune, peu a risque, pas OBESE ++ (quoique la malbouffe demarre serieusement aussi maintenant mais bon ils ont du retard, y a du bon aussi parfois a etre en retard 🙂 )
      3. Epidemiologie peu developpée dans de nombreux pays. Part de population hors des soins. Manque de moyen et de test aussi.

    • Kasper // 13.03.2021 à 02h18

      Marrant de commencer par reprocher aux gens qui rapportent les faits de provoquer un climat anxiogène, puis d’enchaîner sur une série de questions à relents complotistes, sans y apporter un debut de reponse ou une piste. Juste propre à laisser mariner les gens dans un jus d’incertitude…

      C’est votre comportement irresponsable qui est anxiogène.

  • Incognitototo // 12.03.2021 à 12h58

    Je soumets à la sagacité collective un fait qui m’interroge : celui de la situation d’Israël et en conséquence de « l’efficacité vaccinale ».

    Les sources ne sont pas unanimes sur la couverture vaccinale actuelle de ce pays : d’après CovidTracker ils ont vacciné : 9,07 millions de personnes, soit une couverture vaccinale de 98,5 %, où tous ont reçu au moins une dose de vaccin. Le Point en relève seulement la moitié. Qui se trompe ? Mais en tout état de cause, l’intégralité de leur population à risque(s) a reçu les 2 doses depuis la mi-février…

    Ils partaient de très loin et leurs taux de contaminés et de morts ont bien considérablement diminué depuis décembre, sauf qu’ils ne sont pas nuls, et c’est ça qui m’interroge.
    Depuis un mois, Israël continue à avoir autour de 65 décès et 9 000 cas pour 100 000 habitants et par jour (c’est même en hausse ces derniers jours) ; or avec la couverture vaccinale annoncée par CovidTracker, et la supposée efficacité du vaccin (Pfizer), d’après moi, c’est ça qui est « anormal »… Et ce d’autant plus que la létalité actuelle de la Covid tourne en moyenne autour de 0,5 % dans le monde, alors qu’elle est actuellement de 0,7 % en Israël.

    Quelqu’un a une explication plausible ? Ou des données qui modifieraient mes constats ? Ou peut-être que je me trompe à la base…

    Merci, de ne pas me répondre qu’en vaccinant sur une population malade, ils ont dû créer un super variant, sans sources…

    • tachyon // 12.03.2021 à 17h33

      « ….leurs taux de contaminés et de morts ont bien considérablement diminué depuis décembre…. »
      A la page ci-dessous on constate que les pics de mortalité se situent +ou – à la FIN JANVIER (schéma par pseudo-continent). Pour Israël la courbe, en semaine glissante, plafonne à environ 60 morts/jour vers fin janvier et s’établit à 20 ces derniers jours avec une légère reprise (+7,4%)
      https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2020/05/05/coronavirus-age-mortalite-departements-pays-suivez-l-evolution-de-l-epidemie-en-cartes-et-graphiques_6038751_4355770.html

      • Incognitototo // 12.03.2021 à 19h16

        C’est vraiment étrange, qui croire ? Ce ne sont pas les chiffres qu’on peut trouver là : https://coronavirus.politologue.com/100k-habitants/coronavirus-israel.IL

        Vous me mettez encore plus le doute… mais en tout état de cause quelques soient les chiffres et au vu de leur couverture vaccinale (surtout qu’elle est totale pour leurs plus à risque(s)), ils ne devraient plus y avoir de malades, et encore moins de morts…

        P.-S. : oui je suis d’accord pour le pic en janvier, une erreur due à mon strabisme.

        • grumly // 12.03.2021 à 21h50

          Ce sont les morts cumulés, ça ne baissera jamais. Il faut regarder les morts quotidiens.
          edit : je coupe le lien en plusieurs morceaux en sautant des lignes sinon c’est trop long pour le commentaire
          https://ourworldindata.org/coronavirus-data-explorer?zoomToSelection=true
          &time=2020-03-01..latest &country=ISR~FRA&region=World
          &deathsMetric=true&interval=smoothed&perCapita=true
          &smoothing=7&pickerMetric=new_deaths_per_million&pickerSort=desc

          • Incognitototo // 12.03.2021 à 22h05

            Ha mince :oops; , merci… Je commençais à ne plus rien comprendre. Mais pourquoi encore des morts, vous avez une idée ?

            • Ron mccarty // 12.03.2021 à 23h26

              Je ne sais pas te dire exactement pourquoi faudrait faire de la biblio la dessus mais les hypotheses plausibles paraissent pouvoir etre :
              – efficacité de 90% je crois du pfizer sur le risque d infection (donc il y a des personnes qui ne vont pas répondre au vaccin, faire 1 infection potentiellement grave et en mourir)
              – effet retard de 4 semaines entre la fin de la vaccination de la population (et de la population a risque de forme grave surtout) et l impact sur les décès (je ne sais pas quand ca a fini en israel). Mais il y a aussi des patients qui meurent du covid après une hospitalisation plus longue (infecté avant vaccin)
              – faux positif PCR Covid ou DCD d une autre cause avec PCR covid + et compté dedans..
              – effectivement mutant connu ou pas connu ayant une resistance au vaccin et qui emerge, c est pas prouvé mais fort possible, on le saura prochainement..

            • Incognitototo // 13.03.2021 à 15h54

              Pour information, voilà le site sur lequel nous aurons sûrement plus d’infos d’ici un mois : https://datadashboard.health.gov.il/COVID-19/general

              En attendant qu’on nous explique pourquoi avec un tel taux de vaccination, ce pays continue à avoir des malades (ce qui en soi est plutôt normal), mais surtout des gens en réa et des morts, je reste dans l’expectative sur l’efficacité réelle des vaccins…

              À suivre donc…

  • clemysouris // 12.03.2021 à 13h18

    AU lieu de faire des cartes avec le nombre absolu de covid par département il serait mieux d’avoir la proportion pour 1000 habitants : entre paris et la creuse il n’y a pas le même nombre d’habitants : on compare des choux et des carottes.
    Cela fait croire que la situation est catastrophique alors que cela ne veut rien dire.

  • kermite // 12.03.2021 à 13h20

    Je pense qu’à la base, nous ne sommes pas naturellement égaux face à ce virus. Certains l’auront, d’autre pas. Voyez certaines familles presque entièrement contaminées. Certains membres y échappent malgré tout, la contamination, inexplicablement, ne s’est pas faite… Comment l’expliquer ?

    • Incognitototo // 12.03.2021 à 14h22

      On ne l’explique pas bien, on ne fait que constater les inconstances. C’est bien d’ailleurs ce qui constitue une des difficultés avec ce virus, nous ne sommes pas égaux face à lui, il ne se comporte pas de façon homogène sur toutes les populations et même dans son mode de propagation il reste de nombreuses inconnues… Ça n’est pas qu’on ne sait rien, c’est juste que chaque fois que l’on sait quelque chose, il faut relativiser les certitudes par tous les cas où celles-ci ne s’appliquent pas.

      Bref, on apprend (ou pas pour ce gouvernement) en avançant.

    • Basile // 12.03.2021 à 16h49

      ce qui est désolant malgré le nombre énorme de tableaux, gros travail, il manque l’essentiel :
      – qui par son mode de vie à risque est contaminé ? On le sait, plutôt le jeunes
      – Mais qui, par un autre mode de vie qui crée des co-morbidité, tombe gravement malade ?

      on préfère nous laisser entendre, la France étant une et indivisible, que le virus frappe aveuglement tout le monde, plutôt que de faire des statistiques, plutôt que de stigmatiser..

      Pourtant, les assurances savent bien faire payer ceux à risque, qui ont des accidents, ou qui se font cambrioler un peu trop souvent

      il suffit d’avoir fait (avant le covid), un séjour dans une unité de soins intensifs, pour voir quelle population cumul le diabète, le surpoids, les artères bouchées, l’hyper tension

    • tachyon // 12.03.2021 à 17h38

      Peut-être que la contamination se fait mais avec une dose virale que le receveur va plus (les enfants) ou moins (les fragiles, surtout ceux avec un système immunitaire affaibli) bien maîtriser.

    • Charles // 12.03.2021 à 21h50

      Heu…

      Une théorie veut que le virus ne soit rien, et que le terrain soit tout.

      En présence de pathogènes, les défenses immunitaires sont importantes pour déterminer si vous allez tomber malade ou pas, et avec quel degré de gravité.

  • Julie // 12.03.2021 à 17h31

    Où l’on voit que la surmortalité a recommencé dès fin août, avec la rentrée, et alors qu’un mutant plus tard soi-disant anglais avait été détecté par l’équipe de l’IHU de Marseille.
    https://www.insee.fr/fr/statistiques/4923977?sommaire=4487854

    • Renard // 13.03.2021 à 09h49

      @ Julie,
      Le mutant repéré à l’IHU Méditerranée en août n’est pas le variant anglais (qui ne serait anglais que d’adoption). Il s’agirait d’un autre variant qu’ils nomment « Marseille IV » et qui serait responsable de la grosse vague qui culmine le 7 novembre avec 54 440 cas constatés. Ils étaient quasiment les seuls à faire du séquençage d’ADN à l’époque.
      Le variant anglais n’arrive sérieusement chez nous qu’en janvier. En nombre de cas, il contribue à nous maintenir sur un « plateau » élevé, légèrement ascendant, mais sans évolution dramatique (+8% depuis le 17 janvier).
      Plus tard les spécialistes s’empailleront sur les causes de ce plateau qui a démoli leurs prévisions asymptotiques :
      Nouveaux variants vs vaccination, ou semi-confinement ou saisonnalité…

  • GarbageinGarbageout // 12.03.2021 à 18h42

    Depuis le début de l’épidémie jusqu’à fin février, le rapport des entrées hebdomadaires en réa et des admissions à l’hôpital en Île-de-France variait faiblement autour de 17% +/- 3%. Depuis 15 jours, il monte en flèche pour atteindre 28% hier. Le parisien et libé s’interrogent aussi sur cette étrangeté, observée dans toute la France. Les variants sont désignés mais aussi un changement dans la manière de compter les admissions en réa. S’il est avéré que cette donnée n’est pas aberrante, elle sera inquiétante. Pas avant.
    https://www.leparisien.fr/societe/sante/covid-19-pourquoi-ces-reanimations-en-hausse-depuis-un-mois-avec-des-hospitalisations-stables-08-03-2021-U64UX56NYNHKDFTVZUEG2TSUBY.php

    • Renard // 13.03.2021 à 09h53

      @GarbageinGarbageout
      Cet article est malheureusement réservé aux abonnés. Pourriez-vous nous en résumer le contenu ?

  • Charles // 12.03.2021 à 21h40

    Mentionner le nombre de morts du Covid par jour sans faire état du fait que la France est actuellement en sous-mortalité, c’est une honte :

    voir le Z-score de la France ici : https://www.euromomo.eu/graphs-and-maps

    • Ron mccarty // 12.03.2021 à 23h41

      Sous mortalité?
      Je sais pas ce que ca veut dire… mortalité d un mois d une année par rapport au meme de l année d avant. La mortalité cumulée sur l année? Autre chose?
      meme en changeant de definition je ne vois pas a quoi tu fais allusion.: les.chiffres de l insee montrent une surmortalité cumulée sur l année 2020 par rapport a 2019 de 53000 personnes environ (sur.environ 600 000 morts/an en.2019)
      Et un rythme de décès encore plus elevé.sur janvier et fevrier 2021.alors qu il n y a pas eu d epidemie de grippe.(pour ceux qui pensent encore que les gestes barrieres et les masques ne sont pas efficaces)

      https://www.insee.fr/fr/statistiques/4923977?sommaire=4487854

      • douarn // 13.03.2021 à 06h21

        Bonjour Ron mccarty
        « il n y a pas eu d epidemie de grippe.(pour ceux qui pensent encore que les gestes barrieres et les masques ne sont pas efficaces »

        C’est un mystère pour moi, pourquoi les gestes barrières auraient stoppé net les virus de la grippe tout en ne stoppant pas le covid ? Si vous avez une explication, je suis preneur.

        • cover // 13.03.2021 à 08h27

          Bonjour Douarn,
          Peut être parce que la transmission se ferait essentiellement par aérosol et non par gouttelettes, auquel cas il faut au minimum un masque FFP2 et distance de 2m pour s’en protéger. Faites en l’expérience : un masque chirurgical ne vous empêche pas de sentir la fumée d’une cigarette.

          • douarn // 13.03.2021 à 09h33

            Bonjour Cover,
            je dois vous avouer que vous me laissez sur ma faim. Mais merci quand même d’avoir pris la peine de me répondre.
            Je fais bien la différence entre les 2 maladies. Mais le virus de la grippe (influenza) et le Sars-Cov-2 sont tous deux des virus responsables d’infections respiratoires. J’ai du mal à me faire à l’idée que l’un est véhiculé de manière différente de l’autre.

          • jp // 13.03.2021 à 10h50

            Fondamentalement un masque chirurgical est fait en toute logique pour que par exemple un chirurgien qui le porte ne contamine pas le champs opératoire par ses expectorations et exhalaisons mais pas l’inverse avec autant d’efficacité présumée . Pour prétendre filtrer des particules virales ou a fortiori des gaz toxiques il faut une technologie nettement plus lourde.
            Pour la moindre manifestation actuelle présumée de la grippe saisonnière: Conditions générales non idéales pour le virus en circulation, faux ou non diagnostics, immunité générale peut être boostée par peut être une beaucoup plus grande contamination de la population qu’on est capable de la détectée, etc…

          • Incognitototo // 13.03.2021 à 16h33

            Une autre hypothèse (hypothèse parce que je ne trouve pas de chiffres disponibles à ce propos) est que la couverture vaccinale antigrippale ait été beaucoup plus importante cette année que les 51 % (en moyenne) de vaccinés des années précédentes ; d’où peut-être le peu de cas recensés.

            C’est la première fois depuis des années que j’ai dû attendre plus d’un mois parce qu’on ne trouvait plus de vaccins nulle part, tellement les pharmacies ont été dévalisées.

            • VVR // 15.03.2021 à 12h26

              Les 50% ne concernent que les plus de 65%. Pour les moins de 65 ans a risque (ce qui inclue les femmes enceintes) ça culmine a 30%, et pour le personnel soignants on passe de 75% pour les médecins a 25% pour les aides soignants. Pour le reste de la population générale zero est une bonne approximation.

  • Logique // 12.03.2021 à 22h02

    Il semblerait que le vaccin russe serait plus efficace, notamment sur les variants:

    https://fr.sputniknews.com/international/202103121045341141-spoutnik-v-vaccin-classique-qui-peut-eventuellement-proteger-contre-lensemble-des-variants-estime/

    Mais nous ne sommes pas près de l’avoir en France, puisque la Russie est systématiquement boycottée et les labo pharmaceutiques occidentaux privilégiés systématiquement. Rétro-commissions? On peut se poser la question.

  • nyaka // 12.03.2021 à 23h15

    et l’Afrique ? pas de chiffres ou pas de Covid ?

    • Ron mccarty // 12.03.2021 à 23h31

      Les 2 mon colonel 🙂 un peu plus l un ou un peu plus l autre en fonction des pays

  • Renard // 13.03.2021 à 04h40

    Nombre de morts (moyenne glissante sur 7 jours (source Ministère, via Wiki, via Google) au 4 février : 450.
    Nombre de morts (moyenne glissante etc.) aujourd’hui : 268.

    Soit une baisse de 42% en 36 jours !

    Pour moi, le principal problème de la Covide, c’est qu’elle tue. Donc 42% de morts en moins, c’est que ça va sacrément mieux. Faudrait peut être le dire.
    D’autant plus que la baisse n’est pas que dans les Ehpad. A voir la courbe sur CovidTracer, elle serait de 25% dans les hôpitaux.
    Donc succès à court terme des vaccins (pour les moyen et long termes, on verra plus tard).
    La maladie doit donc toucher un public plus jeune et moins sensible, d’où le nombre croissant de cas qui n’entraine pas une hausse des hospitalisations (pas trouvé de stats sur l’âge moyen des PCR positifs).
    Le rajeunissement des publics hospitalisés doit entraîner également celui des personnes en réanimation. D’où l’engorgement de celles-ci puisque ces publics plus résistants meurent moins où moins vite (quelqu’un sait il où trouver des chiffres sur les entrées en réa?).
    Mais ce problème d’engorgement des réanimations est un autre problème, un problème économique de pays ruiné qui a supprimé trop de lits dans ses hôpitaux.
    En recréer une dizaine de milliers couterait certainement moins cher qu’une seule semaine de confinement.

    • VVR // 15.03.2021 à 17h02

      Pour l’âge des testés positifs, a la truelle: 39 ans en France (37.5 ans en Ile de France), contre 45.5 ans en France le 19 Janvier (41 ans en Ile de France).

      A la truelle, car j’ai pris les positifs par tranches d’âges et considéré que la répartition était homogène dans chaque tranche (ce qui serait étonnant) pour calculer l’espérance. Mais cela reflète la tendance: augmentation sur toutes la tranche d’âge jusqu’à 70 ans, forte diminution après. Les plus de 90 ans ont 4 fois moins de cas, deux fois moins chez les 80-90 ans (quelques pourcents chez les 70-80 ans).

      Ce qui se retrouve dans les cas en réa (nettement atténué, les plus de 90 ans y étant rare): l’age moyen passe de 68 ans à 65.5 ans (de 66 ans à 64.5 ans en Ile de France).

      L’effet rajeunissement des cas positifs est encore plus spectaculaire en Bretagne (passent de 47 ans à 37 ans) ou en Normandie (de 49 ans à 41 ans), mais avec un effet très faible sur la réa. Il est vrais que ce sont deux régions modèles avec un recours a la réa et une mortalité très faible.

      (d’ailleurs, qu’attend donc le gouvernement pour s’inspirer de ces bon élèves ?)
      (source: geodes)

  • NO // 13.03.2021 à 10h28

    Article remarquable comme toujours !
    Les manques soulignés par certains viennent des lacunes des statistiques officielles, toute vérité n’est pas bonne à dire et il ne faut surtout pas stigmatiser certaines populations ou certains comportements.
    On peut ainsi confiner le Nord mais pas la Seine-Saint-Denis qui a peu ou prou les mêmes chiffres de contamination…

    • VVR // 16.03.2021 à 14h56

      La Seine Saint-Denis, c’est surtout que Paris serait incapable de fonctionner un seul jour sans l’armée de soutiers qu’elle fournie (et qui ont continuer a prendre le RER tous les jours pendant Mars et Avril).

      Tandis que le Nord, pour eux c’est juste des moules frites et du maroilles.

  • Myrkur34 // 13.03.2021 à 12h34

    Donc si j’ai bien compris les propos de Mr Claude-Alexandre Gustave, l’augmentation de la vaccination ne sera pas suffisante pour stopper net cette épidémie à cause de toutes les mutations qui vont avoir le temps de se mettre en place vu le nombre élevé de cas chaque jour en France.
    Et même, la vaccination va « favoriser » l’essor de certains mutants qui vivotaient dans leur coin en combattant la maladie première et ses premières mutations. Donc ce qu’il nous décrit, c’est un cercle sans fin pour les pays européens.
    Donc il fallait bien tester, tracer et isoler « manu militari » avec contrôle comme en Corée du Sud par exemple.

    https://twitter.com/C_A_Gustave/status/1354241698851737601

    J’ai aussi entendu hier Mr Frédéric Bizard, économiste de la santé, qui expliquait que l’on allait voir « in situe » pour Israël vu le taux élevé de vaccination, si cela serait suffisant pour sortir effectivement de cette épidémie, genre ilot de prospérité au milieu du marasme ou juste un moment de répit avant un nouveau variant.

    En tout état de cause, la start-up nation est à la rue depuis le début de cette histoire.

  • Avunimes // 13.03.2021 à 20h21

    Que dit l’étude concernant le nombre de vaccinés en relation avec le nombre de variants ?

  • Totovide // 14.03.2021 à 23h52

    Heu… Il est où le « IX. Un dernier conseil Santé » ?

  • joelim // 15.03.2021 à 00h20

    La semaine dernière, dans la queue au service livraison d’un magasin de bricolage dans le 9-3. Il y avait un groupe de trois homme devant moi et un autre de trois hommes aussi derrière. Certains partaient sans interruption pendant plusieurs minutes, et un seul portait un masque (correctement). Enfin, pendant un moment, après il a fait comme les autres… Donc 6 / 6 (je me demande si beaucoup de gens sont étonnés). Mais ça va forcément s’améliorer en IdF, non ?

    • Patrick // 15.03.2021 à 12h36

      Au fin fond de l’Ardèche , je rentre dans une boutique .. sans masque, Je l’avais oublié .
      réponse de la patronne de la boutique  » rien à f.. des masques « .
      J’ai fait mes achats et je suis rentré à la maison ( une heure à pied dans la montagne , j’allais pas faire un aller-retour pour aller chercher un masque ).

      • joelim // 15.03.2021 à 19h59

        Vous conviendrez que les situations sont totalement différentes. Dans mon cas, attente de 20 mn, regroupement de 12-15 personnes, bavardages incessants (outre que c’est pénible) sans masques dans un département au taux d’incidence des plus élevés. Ce que je reproche : l’absence d’un agent pour rappeler le port réel du masque, dans un endroit assez fréquenté avec attente significative en milieu confiné. Pour le fin fond de l’Ardèche je suggère qu’on vous laisse libre de faire comme vous voulez, les risques étant à la marge. ^^

  • PaulOuPas // 15.03.2021 à 03h39

    Puisqu’indépendamment du nombre projeté de décès en 2020 avec les taux de 2015, on m’a suggéré de regarder l’âge des décès, voilà le calcul : les âges moyens de décès 2015, 2017, 2019, 2020, et projeté en 2020 avec les taux de mortalité de 2015 (par tranche d’âge de 1 an).

    Résultats :
    Nombre décès :
    réel 2020 : 668 659
    projeté 2020 avec les taux par tranche de 2015 : 667 758

    Age moyen de décès (en âge atteint dans l’année) :
    réel 2015 : 78,61 (plafond 100 ans)
    réel 2017 : 79,11 (plafond 100 ans)
    réel 2019 : 79,39 (plafond 100 ans), 79,42 (plafond 105 ans donne +0,03 an)
    réel 2020 : 79,88 (plafond 100 ans), 79,91 (plafond 105 ans donne +0,03 an)
    projeté 2020 avec les taux par tranche de 2015 : 79,75 (plafond 100 ans)

    La projection de 2015 sur 2020 : 79,75 et le réel 2020 : 79,88 sont similaires (le réel un peu au-dessus).
    Les victimes du Covid semblent être dans les mêmes âges et en même nombre que celles qu’aurait faites l’épidémie 2015.

    Une partie du progrès économique et social (discutable) de 2015 à 2020 est annulé, mais
    *crise économique 2020, -8% de récession tout de même
    *mauvaise gestion à mon sens de la période mars-avril-mai 2020
    *un nouveau virus un peu différent à gérer pour les médecins

    Fichier ODS et XSLS (gros fichiers car nécessitent les décès individuels de 2020 : 668.000 lignes, prennent quelques minutes à charger dans Libre Office sur mon ordinateur)
    https://www.dropbox.com/s/douhcabsqe4m444/Nombre%20et%20Age%20Moyen%20D%C3%A9c%C3%A8s%202015%2C2017%2C2019%2C2020.zip?dl=0

  • paul // 15.03.2021 à 15h40

    Vous pouvez vous renseigner pourquoi on nous fait un patacaisse pour 1 ou 2 décès peut être imputable à AZ alors que selon l’ANSM c’est 251 pour pfiser ?

    il y a à ce jour 251 décès juste avec pfizer dont 33 au cours de la période (26 fev 15 mars 2021)
    total des effets indésirables enregistrés pour Pfi zer : 8484 dont 22% de cas graves (ce qui représente quand même 1866 cas ! )

    sur cas d’effets total d’effets secondaires sur les vaccinés de 11802 dont 25 % de cas graves ! !

    sur le site de l’ANSM, je mets le lien en réponse

    • VVR // 15.03.2021 à 18h26

      Il y a eut 10 fois plus de Comirnaty administrés que d’AstraZeneca. Or ce dernier est responsable de plus d’un tiers des complications remontées, et celles ci sont plus fréquemment considérées comme graves, alors même qu’il ne concerne que des population relativement jeunes. Car pour les 251 décés du Comirnaty, il faut tenir compte du fait qu’il a été administré a plus 500 000 personnes de 85 ans et plus: ce qui serait suspect serait de n’avoir aucun décés.

      L’emballement est surtout politique: suite a quelques bon gros fait divers que les journaux aiment tant (une infirmière de 50 ans meurt), les décideurs agissent de manière complétement disproportionnée (comme si toutes les infirmières de moins 50 ans allaient trépasser dans l’heure).

      Pour ce qui est de l’AstraZeneca (le pire, le meilleur au niveau de la sureté étant le Moderna), les complications représentent 0.6% des vaccinés, et pour 86% ce sont les petit soucis habituels des vaccins (douleurs musculaires, fièvre, réaction cutanée au point d’injection, céphalées), qui disparaitrons très vite.

      • paul // 15.03.2021 à 18h51

        10 fois plus mais 125 fois plus de décès

        pour quand même 2000 cas graves

        ce qui m’interpelle c’est pourquoi on n’en parle toujours pas alors que pour l’autre c’est devenu un tôlé général
        62 décès par million de vac ciné
        422 possibilités de complications très graves par million d’habitant
        c’est grave docteur ou pas ?

        pour une personne jeune et en bonne santé, qui ne risque la maladie grave qu’à 98% s’il l’attrappe , quel est le plus gros risque ?

        • VVR // 16.03.2021 à 10h56

          Attention: ce ne sont pas des forcement décès ou des complications liées aux vaccins. La vie est faite d’inattendus, vaccins ou pas: les gens font des AVC, des sclérose en plaque et ont des problèmes cardiaque tout le temps. On cherche une disproportion des complications par rapport a la norme, pas une absence / présence de ces complications.

          Avec 500 000 personnes de plus 85 ans vacciné, il faudrait un miracle pour qu’il n’y ai pas quelques centaines de décès en 2 mois.

          Pourquoi on en parle pas ? Parce qu’on ne va pas faire un gros titre parce qu’une personne de 85 ans est morte. Et 10 morts ça ne permet pas de développer du pathos, médiatiquement ça ne vaux rien.

          Par contre, une infirmière encore jeune qui meurt, ça peut être intéressant pour boucher un trou. Et une fois que les limiers de l’investigation on trouvé une piste, ils s’y tiennent et trouvent forcement vu le nombre de vaccinés dans le monde: tout ce qui les intéresse, c’est de la story qui finit tragiquement, et ça coure les rues.

          Ce qui généré beaucoup de bruits autour de rien, et le politique ne réagit pas sur la base des faits (car comme le dit l’ANSM, les données ne permettent pas de mettre en cause le vaccin), mais sur la base du bruit médiatique.

  • Paul // 15.03.2021 à 15h45
  • BA // 15.03.2021 à 22h41

    Lundi 15 mars 2021 :

    Covid-19 : l’Ile-de-France dépasse le taux d’incidence clé pour le reconfinement.

    Le taux d’incidence atteint 404,5 nouveaux cas par semaine pour 100 000 habitants, soit plus que le seuil considéré par Jean Castex comme un critère clé pour confiner.

    La région parisienne va-t-elle être confinée une troisième fois ? Et si oui, quand ? Depuis des semaines, les habitants s’interrogent, tandis que le gouvernement souffle le chaud et le froid. Les derniers chiffres sur la circulation du virus ne peuvent que l’inciter à prendre des mesures fortes.

    En Ile-de-France, le taux d’incidence du Covid-19 atteint en effet 404,5 nouveaux cas par semaine pour 100 000 habitants, selon les données rendues publiques lundi 15 mars par Santé publique France. C’est plus que le seuil de 400 pour 100 000 considéré par Jean Castex comme un critère clé pour confiner.

    https://www.lemonde.fr/politique/article/2021/03/15/covid-19-l-ile-de-france-depasse-le-taux-d-incidence-cle-pour-le-reconfinement_6073222_823448.html

  • Paul // 18.03.2021 à 20h33

    oui, ben comme l’a fait remarquer BA le 15

    et qu’aujourd’hui est annoncé officiellement un confinement à Paris et dans le nord, le gouvernement a perdu 5 jours…
    5 jours de trop !
    ou alors on vera d’ici une semaine si ça fait à Paris et dans le nord comme en moselle.

    mais une chose est sûr, dans les deux cas ça sera à côté de la plaque. Pas nécessaire ou trop tard , je rejoint Olivier.

  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications