Les Crises Les Crises
26.octobre.202026.10.2020
Article LesCrises

Pandémie Covid-19 : Voici comment la France va droit dans le mur pour la deuxième fois

Merci 2582
J'envoie

Comme nous le craignions, la situation devient vraiment très grave.

Au vu de la situation, nous vous présenterons ici pour la première fois nos simulations (avec différentes hypothèses) sur l’évolution de la situation en novembre.

I. La situation au 26 octobre

La situation en France est la pire d’Europe :

Nous approchons des 40 000 cas testés positifs par jour (en lissage hebdomadaire)…

Le taux de positivité s’envole, alors que nos laboratoires tournent à plein régime :

La croissance hebdomadaire des cas positifs est stabilisée à plus de 40 %, c’est une phase exponentielle :

Dans une France portant le masque, l’épidémie semble donc avoir un taux de croissance hebdomadaire de +20 à +40 %. Il y a seulement eu une anomalie fin septembre, où l’épidémie s’est brièvement stabilisée, probablement en lien avec le pic exceptionnel de chaleur survenu quelques jours avant :

La visualisation de la situation actuelle par tranche d’âge est atterrante :

et voici notre traditionnel zoom sur les populations à haut-risque :

Dans 2 à 3 semaines, le bilan risque donc d’être calamiteux…

La gestion du gouvernement français explique largement cette rapide « victoire par KO » de l’Europe sur l’Asie, en termes de croissance épidémique depuis mai :

À l’évidence, le Coronavirus s’épanouit très bien dans le climat (et l’incompétence) de l’Europe.

II. Les projections

2-1 Présentation

Alors où allons-nous ?

Eh bien c’est là que consulter le site d’un actuaire spécialisé en mortalité/morbidité peut être utile… 🙂

Parmi tous ceux de ce site, ce billet est sans doute celui qui correspond le mieux à ma formation et à mon ancienne pratique professionnelle.

Je vous présente donc les résultats du modèle mathématique que j’ai créé. Il calcule, pour chaque âge et chaque sexe, les probabilités d’entrée à l’hôpital ou en réanimation, ainsi que de décéder, à partir des données et estimations scientifiques (Pasteur, Inserm…) de la première vague.

Ce n’est nullement un modèle parfait, car il est gêné par différentes incertitudes :

  1. sur la forme de la courbe des contaminations réelles de mars ;
  2. sur le niveau des contaminations réelles actuelles (les tests n’en détectant qu’une partie) ;
  3. sur la diminution (alléguée par les autorités) du taux de passage en réanimation grâce à de meilleures prises en charge ;
  4. sur la diminution (alléguée par les autorités) du taux de mortalité en réanimation grâce à de meilleures prises en charge.

Tout ceci joue donc sur la qualité du modèle, qui est à prendre avec prudence. Il vise simplement à donner une indication de ce qui pourrait arriver.

Nous allons donc vous présenter 3 graphiques, qui comprennent chacun 3 courbes (ou jeux de courbes) :

  • en rouge, la situation réelle depuis mars ;
  • en bleu, la simulation fournie par le modèle mathématique jusqu’à aujourd’hui, calculée à partir du nombre de cas testés positifs, par âge et sexe. Cela permet de voir si le modèle colle à la réalité (courbe rouge) ;
  • des courbes pour l’avenir, qui sont la simple continuation de la simulation en fonction de l’hypothèse de l’évolution du nombre de cas.

Nous ne réalisons en effet aucune simulation de l’évolution du nombre de cas, car c’est impossible d’arriver à une simulation fiable. Nous vous présenterons en revanche la simulation de l’évolution des entrées quotidiennes à l’hôpital, des entrées en réanimation, et des décès.

Nous avons toutefois besoin d’une donnée importante pour le modèle : la croissance moyenne du nombre de cas réels entre le 15 octobre et le 1er novembre. Nous testons donc avec 4 hypothèses : + 0 %, + 15 %, + 30 % et + 50 %. Pour mémoire, il y a deux semaines, la croissance des cas testés positifs a été de + 38 %, et la semaine d’avant + 54 %. Cependant, le couvre-feu a été instauré depuis, et on peut espérer voir la croissance ralentir, plus ou moins.

Dernier point : la simulation s’arrête fin novembre, car il y a trop d’incertitudes au-delà. A contrario, quoi que fasse de plus le gouvernement désormais, le sort du mois de novembre est jeté, au vu des délais de la maladie. Ainsi, si le gouvernement décidait d’un confinement au 1er novembre, il n’y aura aucun impact sur les simulations réalisées : les effets ne se feraient sentir qu’au cours des premiers jours non représentés sur les graphiques.

2-2 Projection des nouvelles hospitalisations

Voici donc pour les nouvelles hospitalisations chaque jour :

Pour vous simplifier la lecture, disons que :

  • la courbe verte est la courbe très optimiste, où le couvre-feu (et les vacances…) a réussi à stabiliser l’épidémie (il pourrait la faire progresser, mais cela semble peu plausible) ;
  • la courbe orange, où le couvre-feu marche bien, et à fait passer l’épidémie de 40 % de croissance hebdomadaire à 15 % ;
  • la courbe violette, où le couvre-feu marche un peu, et à fait passer l’épidémie de 40 % de croissance hebdomadaire à 30 % ;
  • la courbe noire, où le couvre-feu marche très mal et ne réussit pas à freiner l’épidémie, qui passe à + 50 %,

Les derniers chiffres connus correspondent à une situation qui se situe entre les courbes violettes et noires, juste avant le couvre-feu. Nos estimations sont donc assez optimistes, nous ne cherchons ni à faire peur, ni à rassurer, mais à essayer de bien prédire ce qui va arriver.


La cinétique de l’épidémie fait qu’il est assez probable que le pic d’hospitalisations de la deuxième vague soit supérieur à celui de la première. Mais beaucoup plus de personnes auront été hospitalisées. Il y a eu 130 000 hospitalisations lors la 1ère vague, et il devrait y en avoir entre 150 000 et 250 000 lors de la deuxième (il y en a déjà eu 50 000, depuis le 14 juillet).

2-3 Projection des entrées en réanimation

Voici donc pour les entrées en réanimation chaque jour :

On observe que le modèle mathématique collait très bien à la réalité, mais que c’est moins bien depuis 10 jours.

Il y a deux grandes explications possibles :

  • hypothèse optimiste : soit la fréquence de passage en réanimation est moindre maintenant, car on arrive à un peu mieux soigner les malades. Ce serait bien, mais on se demande pourquoi il a fallu attendre mi-octobre pour que cet effet devienne visible ;
  • hypothèse pessimiste : certains services de réanimation sont saturés, et ils ne peuvent accueillir tous les malades qui devraient y entrer. C’est hélas plus probable pour les taux d’occupation de 50 ou 60 % par des malades Covid.

En effet, la courbe réelle ne pourra pas suivre la courbe théorique, car il n’y a tout simplement pas le nombre de lits pour accueillir toutes ces réanimations…

Il y a eu 20 000 réanimations lors la 1ère vague, et il devrait y en avoir entre 20 000 et 40 000 lors de la deuxième (il y en a déjà eu 8 000, depuis le 14 juillet).

2-4 Projection des futurs décès

Voici enfin pour les décès chaque jour :

On constate qu’il y a toujours une très bonne adéquation entre le modèle et la réalité pour les décès, ce qui ne valide pas à ce stade, l’hypothèse d’une baisse notable de la mortalité.

Il y a eu 30 000 décès lors la 1ère vague, et il devrait y en avoir entre 15 000 et 40 000 lors de la deuxième (il y en a déjà eu près de 5 000, depuis le 14 juillet).

2-5 Conclusion

En conclusion, ce modèle, largement perfectible, ne montre à ce jour, hélas, aucune grande amélioration en termes de mortalité. Cependant quelques espoirs existent comme on l’a vu, notamment en réanimation.

Cela confirme ce que l’ont savait à savoir que le virus n’a pas muté, et n’est pas moins virulent qu’au printemps.

Pour information, ce modèle utilise comme donnée le fait que le nombre réel de contaminés est d’environ 3 fois celui des testés positifs.

N’oublions pas, enfin, que de bonnes surprises sont toujours possible, et j’espère que la réalité fera mentir ces courbes…

III. Pourquoi en sommes-nous là ?

Nous reviendrons sur ce point plus en détail ultérieurement.

Mais le fait majeur est l’incompétence manifeste du gouvernement, qui arrive encore à dénoter face à l’incapacité de l’Occident à gérer un problème que l’Asie a , pour le moment, largement surmonté.

Notre gouvernement a clairement pensé qu’il allait pouvoir jouer l’économie (de court terme) contre la santé, mais, comme on s’en doutait, il va perdre sur les deux plans, car il ne peut y avoir de bon climat économique durant une pandémie.

Ses mensonges autour des masques feront passer, dans l’Histoire, ceux autour du nuage de Tchernobyl pour une vaste plaisanterie. Pensez-y : il a réussi à passer de « Surtout ne mettez pas de masque ! » à « Mettez un masque chirurgical et allez bosser, votre sécurité est garantie ».

Et les deux fois, il a menti. Il fallait, et il faut, mettre des masques, car ils limitent la propagation du virus, en retenant les particules des contaminés.

Mais maintenant, il ment tout autant, car un masque chirurgical n’a JAMAIS protégé le porteur sain contre des aérosols – ou alors, faiblement. Et c’est bien ce qui apparaît : nous sommes sur un niveau de contamination de près d’1 million de personnes tous les 10 jours, il est bien clair que la contamination est essentiellement due à des aérosols, contre lesquels les masques chirurgicaux protègent peu (en tout cas beaucoup moins bien que des FFP2). Ils sont suffisants quand il y a peu de cas, mais pas quand il y en a autant qu’aujourd’hui…

Rappelez vous du paquebot largement contaminé en mars, du Charles de Gaulle, où encore de cet exemple où une passagère Chinoise asymptomatique a contaminé en 100 minutes 23 personnes, dans un bus (où personne n’était masqué) :

« Éternuez dans votre coude, restez à plus d’un mètre et portez un masque chirurgical » disent-ils – ce n’est pas comme cela qu’on vainc le Coronavirus…

Le bilan de ces mensonges est le suivant :

Notez que le gouvernement ne fournit ce niveau détaillé que depuis une semaine. Il lui a fallu 8 mois pour comprendre qu’il était important, quand on lutte contre une épidémie, de dire aux gens OÙ EST le virus précisément, afin que les gens proches fassent très attention, que les maires puissent agir, etc.

Mais la litanie de tous ces échecs est hélas bien longue, et tragique.

IV. Que pouvez-vous faire ?

Nous vous recommandons de vous protéger, évidemment, en attendant le confinement, qui n’est probablement plus qu’une question de semaine(s), sauf miracle du couvre-feu.

Chaque jour compte, comme nous l’avions écrit dès le 13 mars :

Rien n’est prévu pour favoriser la distanciation dans les transports ; le télétravail n’est pas obligatoire (lorsque c’est possible) ; il n’y a eu aucun plan pour équiper la population en masques FFP2, et il a fallu se battre au Conseil d’État pour obtenir la protection des plus vulnérables. Le gouvernement, bien loin d’avoir anticipé la situation, subit complètement l’évolution de l’épidémie…


En conclusion de ce billet, nous vous conseillons donc :

  • si vous êtes une personne vulnérable retraitée, de vous confiner, ou, à tout le moins, de ne pas aller dans des endroits publics fermés. Si vous devez y aller, portez un masque FFP2/KN95 qui vous protégera quelque peu ;
  • si vous êtes une personne vulnérable active : utilisez la décision du Conseil d’État pour demander à votre employeur soit de vous mettre en télétravail, soit de vous mettre au chômage partiel. Si vous êtes conjoint, faites très attention. Et portez des masques FFP2 ;
  • pour les autres cas :
    1/ Restez prudents, car les séquelles sont parfois inquiétantes.
    2/ Aérer autant que possible les pièces fermées et mal ventilées : c’est le meilleur moyen de lutter contre les aérosols ;
    3/ Évitez au maximum les contacts qui ne sont pas indispensables. Dans ce contexte, se protéger soi-même, c’est aussi protéger les autres.

Merci d’avoir lu ce billet et prenez soin de vous !

225 réactions et commentaires

  • calal // 26.10.2020 à 07h56

    pour se fixer les idees, grosso merdo 560 000 morts par an en france divise par 360 jours soit 1500 morts/jour en france.Il faut retenir cette quantité de 1500 morts journaliers bon an mal an comme reference.
    Prevision deces journaliers selon le modele d’OB et ses differentes hypotheses: 1100,800,600,400 que pour le covid soit 73%,53%,40%,26% de mortalite en plus.

    • calal // 26.10.2020 à 08h05

      OB a encore raison de souligner le point important: les personnes vulnerables doivent eviter les contacts avec les autres le temps de cette periode hivernale. Faites vous livrer par toupargel,bofrost ou ubereats…

      • MS // 26.10.2020 à 11h15

        Il est notable que les chiffres atteints en ce moment sont de l’ordre de grandeur de ceux que qui pouvaient être calculés dès fin juillet en ajustant la courbe de croissance de l’épidémie de ce moment là à une exponentielle. Le seul « accident » sur cette courbe a été le petit décrochement de la seconde moitié de septembre signalé sur ce site (qui à mon sens ne s’explique pas uniquement par les températures plus élevées de cette époque). A ce moment, le coefficient de l’exponentielle a diminué de 4% à 5%, mais ce coefficient a rapidement repris sa valeur initiale en moins d’une quinzaine de jour.

        • Bernard // 26.10.2020 à 16h10

          Votre propos se vérifie bien sur cette courbe en échelle logarithmique car les exponentielles y sont des droites:
          https://ig.ft.com/coronavirus-chart/?areas=fra&areasRegional=usny&areasRegional=usnj&byDate=1&cumulative=0&logScale=1&perMillion=0&values=cases

          En effet, on y voit bien que, depuis la mi juillet (cochez le « Hide unselected countries/blocs » pour mieux voir les dates), l’épidémie est partie sensiblement sur une droite montante, donc une exponentielle. Cette exponentielle double tous les environ 17 jours. Cela fait un R (sur 7 jours de contagion) à peu près constant de: 2 ** 7/17 = 1.33 alors qu’il aurait fallu ramener ce R en dessous de 1.0 dès le début aout. Le résultat est donc que, en 100 jours, le nombre de cas a été multliplié par 2 ** 100/17 = 59 , ce qui fait que les 500 cas par jour de mi juillet sont actuellement devenus 30 000 cas par jour (en moyenne glissante sur 1 semaine).

          Pour les morts, on voit que l’on à, à peu près, la même droite de progression de doubler tous les 17 jours. (mais ici à partir de début septembre, vraisemblablement quand les « jeunes » ont commencé à contaminer les « vieux »). Ce qui nous amènerait dans 30 jours à :
          179 * 2 ** 30/17 = 608 morts par jour (en moyenne glissante).

          Comme quoi, il était facile de voir que la situation se gâtait. N’en déplaise aux charlatants rassuristes et à ceux qui les croient.

          • MS // 27.10.2020 à 08h43

            Bien vu Bernard, et merci pour le lien tout a fait intéressant : Le moins que l’on puisse dire est que la France a fait moins bien que ces voisins ! L’Italie et l’Allemagne ont eu une croissance du nombre de cas plus faible en septembre – j’avoue ne pas me rappeler quelle politique y a été conduite à ce moment là.

    • brouzouf // 26.10.2020 à 11h27

      non, votre raisonnement est erroné. Celui qui meurt du CODIV aujourd’hui serait peut-être mort de la grippe demain ou d’un cancer après-demain ou encore d’une insuffisance cardiaque la semaine prochaine, vu qu’il s’attaque aux mêmes clients.
      Pour voir ma surmortalité réelle dûe au COVID, il faut regarder l’évolution de l’ensemble des décès, et si possible sur le temps long .

      • Fabrice // 26.10.2020 à 12h57

        le marqueur sera la mortalité globale à la fin de l’année si cela explose, si elle augmente sur la part des maladies la probabilité sera lié au covid en tenant compte que le report du traitement des autres maladies peut aggraver et attaquer les chance de survie (on le voit pour la détection du cancer et de son traitement).

        • brouzouf // 26.10.2020 à 14h48

          Oui, et ca sera difficile de distinguer la surmortalité dûe à un report des traitements de celle dûe au COVID.

          • Pierrot // 26.10.2020 à 16h43

            Si par exemple l’on sacrifie Pierre qu’on aurait pu sauver d’une insuffisance cardiaque pour soigner Paul atteint de la Covid-19, au bout du compte on a toujours une augmentation de la mortalité causée par la présence de la pandémie.

            Même lorsqu’un mort était traité pour une pathologie parfaitement identifiée, il est déjà souvent difficile d’affirmer que sa maladie a bien été la cause directe de son décès : on s’arrête souvent à la cause la plus vraisemblable, qui n’a peut être rien à voir avec la cause réelle. Mais que dire d’un malade atteint de multiples pathologies après que « son cœur a lâché » ? Et que penser quand un patient meurt parce qu’« il n’a pas supporté l’opération » ? (Que de toute façon son heure était venue ? Qu’on a agi trop tard ? Que les médecins n’étaient pas assez compétents ? Que quelqu’un a fait une erreur ?…)

            Bref, s’il est facile de comptabiliser les décès, vouloir établir des statistiques précises et détaillées sur leurs causes réelles semble plutôt relever du pinaillage.

          • Les-crises // 26.10.2020 à 17h26

            Mais tout sera à raison compté dans « conséquences du Covid », c’est comme ça qu’on estime les morts de la grippe par exemple…

            • Phil // 26.10.2020 à 20h51

              Les taux de guérison des cancers vont certainement chûter dans les années à venir à cause de diagnostics retardés en 2020. Sans parler des autres maladies, et d’autres conséquences induites par ce climat pesant.

              Le bilan final (que l’on connaîtra dans plusieurs années) risque d’être beaucoup plus important que le seul chiffre des morts directes.

              PS Petite histoire
              En Haute Garonne, le port du masque est obligatoire en extérieur partout ”sur la voie publique ou dans un lieu ouvert au public ».
              On en arrive à voir des gens traverser les parties communes des immeubles sans masques et à mettre leur masque une fois dehors dans une rue vide.

              Vu que l’obligation n’a aucun sens, certains ont posé le cerveau.

              Au passage le port de masque en extérieur (là je ne parle pas d’un hyper centre) ne va pas inciter à marcher et à se maintenir en forme (le sport ça commence avec la marche et c’est le sport principal de beaucoup).

          • Haricophile // 28.10.2020 à 18h42

            Une mortalité due à un retard de traitement, si ce retard est du à l’apidémie, EST une mortalité due à l’épidémie de Covid-19. Pas la peine de faire de la masturbation intellectuelle dénialiste pour sa satisfaction personnelle, il y a déjà assez de cinglés parmis ceux qui affirment qu’ils nous gouvernent.

        • Cévéyanh // 26.10.2020 à 19h32

          Calal a commenté qu’il y a environ « 560 000 morts par an en France ».

          Est-ce que la « mortalité globale » dont vous parliez concerne tout causes confondues ? Si oui, ne sera t-elle pas aussi baissé par le nombre de personnes qui ne sont pas mortes à cause de la pollution diminuant pendant un temps, des accidents de la route n’ayant pas eu lieu (certaines ne sont pas partis en vacances ou n’ont pas pu) etc ? Car y a eu le confinement et le covid ? Ce qui peut se traduire par pas de surmortalité dans les chiffres en globalité alors que peut-être si. Ne faudrait-il pas peut-être comparer par cause et tranche d’âge en fin d’année ?
          Sachant qu’il y a eu une grosse mortalité certaines années à cause de la grippe, la mortalité globale sera comparée par rapport à quelle(s) année(s) ?

      • Pierrot // 26.10.2020 à 15h54

        Votre façon de raisonner me paraît difficilement recevable.

        D’une part sur le principe. Comme tout le monde est destiné à mourir un jour ou l’autre, le fond du problème réside bien dans le fait de mourir plus tôt que prévu.

        D’autre part, nous sommes déjà au mois d’octobre, nous disposons déjà de données jusqu’au mois de septembre, et nous savons qu’en temps normal tous les décès correspondant aux pathologie que vous évoquez ne sont pas concentrés au dernier trimestre. Si les près de 30000 décès supplémentaires survenus de mars à mai correspondaient juste à l’anticipation de ceux qui étaient attendus plus tard en 2020, alors depuis le mois de juin nous aurions dû constater une baisse sensible de la mortalité mensuelle par rapport aux années précédentes. Or, cela n’a manifestement pas été le cas.

        Il est bien évidemment encore trop tôt pour avoir des chiffres exacts, mais il apparaît comme déjà fort peu probable que le nombre de victimes de la Covid-19 sur le point de décéder d’une autre maladie atténuent notablement la hausse du taux de mortalité attendue pour cette année.

        La pandémie a tué beaucoup de gens qui avaient assurément encore plusieurs années à vivre, et on n’a pas besoin d’attendre les statistiques définitives pour le constater.

        • Hippocampe // 28.10.2020 à 09h31

          A quoi bon ergoter sur des chiffres d’une supposée « surmortalité » quand des faits simples permettent d’éclairer tout? Ainsi, quel est l’âge moyen des personnes décédées? En Belgique en tous cas, le chiffre est connu, 83,1 ans. Quelle est l’espérance de vie dans la même population? 81,2 ans! Trouvons les chiffres pour la France, ils doivent être comparables. En bref, ils disent tout: non, on ne « meurt pas plus tôt que prévu ». Cette année on meurt du Covid, c’est malheureux mais… l’année prochaine on mourra d’autre chose, sans drame.
          Espérance de vie, âge moyen, voilà des données statistiques qui « passent bien », qui sont intégrées à notre mental et à nos usages. Le reste est soit de la recherche, mais pour les véritables experts capables d’agréger des données objectives et des données subjectives (qualité de vie, degrés de satisfaction etc.), avec des données cliniques pertinentes fondées sur une connaissance approfondie de la médecine, soit c’est de la (mauvaise) littérature, du café du commerce.

          • Bernard // 28.10.2020 à 14h13

            Comme beaucoup, vous faites l’erreur de vous fixer sur l’âge médian des morts: ce n’est pas parce que le Covid touche principalement les « vieux » qu’il ne touche pas aussi des « jeunes » ! Et vous faites aussi l’erreur de raisonner sur l’instant présent en oubliant que les épidémies sont des exponentielles.

            Par exemple: Les « jeunes » meurent 20 fois moins du Covid que les « vieux » mais, actuellement, l’épidémie a été multipliée par 20 depuis début septembre. Cela fait que l’épidémie tue déjà maintenant autant de jeunes qu’elle tuait de vieux début septembre. Et, si on laisse continuer cela ainsi, l’épidémie va tuer bien plus de jeunes qu’elle ne tuait de vieux seulement quelques mois auparavant ! Ce phénomène est une des magies de la fonction exponentielle.

            Bref, nous sommes ici tous dans la même galère.

            • Hippocampe // 28.10.2020 à 18h43

              Non c’est inexact. Je ne fais pas « l’erreur de me fixer sur l’âge médian » des décès. Je ne me fixe pas, je le rappelle car personne ne le fait. Oui bien sûr des jeunes peuvent en mourir. Des enfants meurent bien de la grippe tous les ans, ce qui n’est d’ailleurs pas le cas du Covid. N’empêche on meurt du Covid dans les marges de l’espérance de vie, et même bien au-delà, de deux ans! Quant au risque pour les jeunes, il est actuellement, selon les données disponibles, bien inférieur au risque de mort par accident de voiture. Je ne vois pas qu’on interdise pour autant les motos ou les voitures aux moins de 40 ans. Quant à la putative exponentielle, c’est une fiction, toutes les courbes d’épidémie, peste inclue, suivent des courbes de Gauss et non des exponentielles. C’était le cas en mars, ce sera le cas en novembre

            • valgoseven // 28.10.2020 à 18h49

              Quand on zoom sur le départ d’une Gauss, elle a méchamment la tete d’une exponentielle…Apres, bien sur cela ralenti, on arrive au pic et par redescend..

            • Bernard // 30.10.2020 à 09h25

              Hippocampe, vous dites que le risque de mort par Covid est, chez les jeunes, bien inférieur aux accidents de la route, alors faisons le calcul. Il y a en ce moment, environ 100 000 contaminations réelles par jour. Avec une mortalité d’environ 0.02% chez les moins de 50 ans, il va en mourir 20 par jour. Or les accident de la route font 3500 morts par an, ce qui fait 10 morts par jour. Donc le Covid tue, en ce moment chez les gens de 1 à 50 ans, deux fois plus que les accidents de la route. Et, de 1 à 50 ans, ce n’est pas vieux: en moyenne cela fait 25 ans.

              Vous dites aussi que les épidémies se terminent toutes seules en cloche (Gauss est autre chose) mais, pour arriver à ce que cela se termine tout seul, il faut environ 50% d’immunité collective. Cela ferait, à 1% de mortalité, 350 000 morts, dont 6700 rien que chez les jeunes. Et cela en juste quelques semaines ! Et cela donc si on arrivait à hospitaliser les gens pour sauver les sauvables, ce qui ne serait pas le cas car, avec rien que 30 000 morts, on avait déjà rempli les hôpitaux.

              En mars, c’était donc, comme actuellement, une parfaite exponentielle qui a été stoppée le 17 mars par le confinement:
              https://www.les-crises.fr/wp-content/uploads/2020/10/27-cas-estimes-deces-covid-france-12.jpg

              Espérons maintenant que le confinement du 30 octobre fonctionnera comme celui du 17 mars.

          • Les-crises // 28.10.2020 à 21h08

            Non, vous prenez l’espérance de vie à la naissance là, ça ne marche pas

            Il faut prendre l’espérance de vie à 83 ans, qui est de 7 à 10 ans

            • VVR // 28.10.2020 à 23h10

              8.7 pour les femmes, 6.9 pour les hommes, enfin si on ne fait pas partie des 6000 (5%) qui ne passeront pas l’année.

            • Hippocampe // 29.10.2020 à 08h43

              Ah voilà, enfin on y est! On va pouvoir avancer. Oui l’espérance de vie à 83 ans n’est pas celle de la naissance. C’est celle qu’il faut prendre en compte, c’est exact. Mais il ne faut pas sous-entendre non plus que c’est celle-ci, de 83 ans qui serait « ramenée » à 81 ans par le Covid! Ce qu’il faut déterminer c’est de combien cette espérance de vie de ~8 ans est affectée, sur l’ensemble de la population de 83 ans et plus. Et là on pourra apprécier la force négative de ce virus. Apparemment sur Paris, la moitié des décès du Covid avaient, eux, une espérance de vie inférieure à 1 an. En fait, il faudrait l’évaluer certes, mais on a a priori toutes les raisons de penser que l’espérance de 8 ans soit devenue…8 ans! Car quelques mois sur une minorité minime de personnes âgées ne peut avoir modifié la moyenne. De plus quand bien même cette espérance aurait diminué de 3 mois (peu probable) il faut encore en déterminer la raison: les décisions des médecins hospitaliers vis à vis des gens très âgés est…spéciale (refus de réanimation etc.) et le Covid n’est pas seul en cause.

            • Bernard // 29.10.2020 à 19h50

              Hippocampe, je n’ai pas bien saisi votre calcul ici mais sur, le principe, vous n’avez pas tord: individuellement, le danger de Corona n’est pas terrifiant. Et cela quelque soit l’âge.

              En effet, le seul fait de vivre est dangereux. Prenons une personne de 80 ans avec donc une espérance de vie d’encore 10 ans, elle a donc 10% de chance de mourir par an. 10%, c’est, à la louche, aussi son risque de décès si elle attrape le Corona. Donc attraper le Corona n’est pas plus dangereux pour elle que son risque naturel de vivre pendant un an. C’est enquiquinant mais ce n’est pas terrifiant.

              Mais, globalement, 30 000 morts et cela juste en un mois en mars, cela fait beaucoup, surtout si on peut l’éviter. Et d’autant que l’on ne compte pas ici les séquelles des survivants.

            • Hippocampe // 30.10.2020 à 07h29

              Je ne sais quel bug de la publication, ayant supprimé 2 lignes, altère la compréhension. Mais bon, oui, d’accord, 30000 morts. 1) on aurait pu en éviter en soignant mieux (moins d’intubation, anti-coagulants plus tôt), 2) 5000 personnes meurent par an du cancer de l’estomac, évitable en éliminant les aliments fumés et salés et en surveillant Helicobacter pylori 3) 30000 personnes meurent tous les ans par cause…d’erreur médicale!

          • Pong // 02.11.2020 à 21h56

            Pas faux mais pas complètement vrai non plus. une population statistique ne se capture pas avec la seule moyenne et ici le piège est bayesien. J’aimerais vous retrouver la source mais je n’y parviens pas et je n’ai pas trop le temps de chercher (OB, qui est spécialiste pourra sans doute confirmer) mais en deux mots, si la moyenne est bien celle que vous indiquez, elle cache le fait qu’une part significative de la population meure bien plus tôt. Dès 40 ans et surtout autour de 50, la grande faucheuse emmène déjà pas mal de monde. Tant bien que ceux qui passent le cap ont une espérance de vie bien supérieur à cette moyenne. Statistiquement, il est donc permis de penser que ceux qui sont morts du covid pouvaient vivre encore plusieurs années. Cliniquement c’est moins sûr puisque le covid a probablement emporté les plus faibles d’entre eux. Bref, c’est pas simple (quelle surprise).

            • Bernard // 03.11.2020 à 15h38

              Si j’ai bien compris ce que vous indiquez là, OB l’a déjà confirmé plus haut (à 21h08) en écrivant qu’il ne faut pas prendre l’espérance de vie à la naissance mais l’espérance de vie à l’âge actuel. Par exemple, quand on a 83 ans, une espérance de vie d’encore 7 à 10 ans .

      • Bernard // 26.10.2020 à 16h38

        Cette surmortalité se voit très bien même sur l’ensemble des décès: regardez le graphique « Figure 34. Mortalité toutes causes, tous âges confondus […] » à la page 31 de santepubliquefrance:
        https://www.santepubliquefrance.fr/content/download/290152/2768648

        Et ce pic a été très violent mais, heureusement très court, sinon ce pic serait monté jusqu’à un désastre sanitaire (à la louche: 30 millions de contaminés dont 300 000 morts et cela en juste quelques semaines).

        Et le fait que ce pic soit d’une vingtaine « d’écarts-types » (les lignes vertes) prouve qu’il s’est ici passé quelque chose de particulier à ce moment là. Cela prouve donc que ces 30 000 morts ne seraient pas mortes d’autre choses.

      • Segh // 27.10.2020 à 14h51

        Votre argument s’entend mais j’aimerais y ajouter un petit bémol.
        Lorsqu’une personne décède, le médecin constatant la mort remplit un certificat de décès sur lequel il indique, non seulement la cause ayant provoqué le décès, mais aussi les causes antérieures au décès qui ont participées au décès. Il y a quatre lignes en tout (A, B, C, D). Donc, au delà du coronavirus, le médecin sera tenu d’indiquer également les états qui ont amenés la personne à contracter la COVID19 dans la limite de 3 causes. Bien évidement, si la personne décédée des suites de la COVID19 n’avait aucun antécédent connu, les 3 lignes resteront vierges. Pour une personne cardiaque morte du COVID19, le médecin indiquera le coronavirus sur la ligne A, insuffisance cardiaque sur la ligne B, hypertension artérielle sur la ligne C et tabagisme sur la ligne D

        Ce document est ensuite remis à l’INSEE pour des fins statistiques.

    • Sisyphe // 31.10.2020 à 08h41

      Effectifs de décès Chapitre: Maladies de I’appareil respiratoire par tranche d’age et sexe année 2016.
      https://www.casimages.com/i/20042912023422678116767431.png.html

  • Cherchieur // 26.10.2020 à 08h09

    On parle beaucoup des échecs du gouvernement, et c’est vrai. Mais peut-on parler des comportements bêtes de nos concitoyens? Cela fait deux-trois semaines que l’on découvre au travail des gens qui sont venus travailler et participer à des petites évènements sociaux avec des symptomes, en l’ayant caché. Résultat, soit ils sont négatifs mais par précaution, les contacts ont passé plusieurs jours inutiles à la maison, soit ils sont positifs et risquent de l’avoir transmis à leurs collègues. Le plus bête dans tout ca? Le télétravail est possible et encouragé, il n’y avait donc aucune raison d’en arriver là.

    Je ne parle même pas de ceux qui portent le masque sous le nez, de ceux qui refusent de porter le masque, de ceux qui préfèreraient qu’on le chope tous pour en finir une bonne fois pour toute. Il y a vrai problème d’individualisme ambiant dans ce pays et dans le monde. Je suis sincèrement convaincu que c’est un problème d’information et d’éducation, au sens large. Et c’est bien là la vraie faute du gouvernement.

    • hong xiu quiang // 26.10.2020 à 09h19

      On entre là dans le domaine de la perception subjective, du verre à moitié plein à moitié vide. On peut vous rétorquer que la très grande majorité des gens se sont masqués, protégés eux et les autres. Il n’y a que le confinement qui puisse vraiment éteindre l’épidémie ou la mener à des niveaux où il sera possible d’envisager une vraie traque, chose qui n’a pas été faite sérieusement.
      En tous domaines ne touchant pas la stricte application de sa doxa néolibérale ce gouvernement, comme d’autres, gesticule, bavarde en pure novlangue, baratin marketing délibérément destiné 1) à travestir la réalité 2) détourner les regards sur ce qui se fait réellement 3) créer des clivages, séparer pour mieux régner. Ces gens par formation, idéologie, intérêt et ambition sont inaptes à toutes politiques d’intérêt commun. Quoique nous fassions ils sapent avec constance nos efforts pour faire société. L’état d’exaspération et de défiance envers nos institutions, illustré par les Gilets Jaunes, occulte désormais notre avenir et notre capacité à trouver un compromis commun. Notre individualisme et la ruine de notre aptitude à la démocratie a des causes assez bien identifiées. Ne demandez pas aux gens qui nous régentent la solution, ils sont le problème.

    • Guise // 26.10.2020 à 21h35

      Je crois que parler des comportements bêtes des citoyens, c’est taper sur le mauvais cheval. Pour le dire grossièrement, déjà ça fait partie du job de dirigeant, de gérer les incivilités (individuelles, ponctuelles, minoritaires) en cas de crise. De prévoir des solutions qui prennent en compte ces imprudences, qui sont inévitables. Si on compte seulement sur l’intelligence et la solidarité de 100% des gens pour chaque crise, on va droit dans le mur. On ne peut pas raisonnablement souhaiter que cette donnée de la réalité disparaisse, ce serait aussi bizarre que souhaiter qu’il ne pleuve plus jamais. Évidemment qu’un monde peuplé de gens prudents et solidaires serait l’idéal, mais ça n’existe pas. Donc il faut faire avec, et trouver des solutions qui soient adaptées, et qui prennent en compte ces comportements là.
      Face à un problème collectif, seule la réponse collective fonctionne. Inutile donc d’accabler « les gens », le problème ne vient pas d’eux, ni même de la portion d’inconséquents dans le tas.
      D’autant plus quand on voit la gestion criminelle de cette crise : les métros bondés, les masques non gratuits, les écoles ouvertes, l’hôpital rendu indigent et donc incapable de faire face à l’afflux de malades, entre autres.

      Je ne vous suis pas non plus quand vous dites que c’est un problème d’information et d’éducation, parce que ça revient à dire, encore une fois, que c’est un problème de bêtise individuelle.

    • Karine // 26.10.2020 à 22h00

      « Le télétravail est possible et encouragé »
      ça, c’est faux; le gouvernement ne fait que parler, et les entreprises font ce qu’elles veulent.
      En tant qu’élue du personnel, j’espérais une contrainte de la part de l’Etat, qui nous aurait aidé face aux opposants au télétravail, mais rien.
      Dans mon entreprise (3000 personnes sur Toulouse), suivant la hiérarchie, vous serez ou pas en télétravail. j’ai pas de chance, donc pas de télétravail, alors que ça fonctionne, je l’ai fait pendant des mois…
      le passage de Toulouse en rouge bidule n’a rien changé.

      • Rémi // 27.10.2020 à 10h47

        Le MEDEF a protesté contre le télétravail. Et le Medef esst expert en COVID.

    • Subotai // 28.10.2020 à 18h23

      Ne cherchez pas Cherchieur. 🙂
      Quand on gouverne, on sait comment fonctionne les gens, donc on fait en sorte d’avoir un minimum d’efficacité malgré l’ignorance et la connerie humaine. On fait avec.
      On ne parie pas sur la Vertu et l’intelligence de la population.
      C’est con, mais c’est comme ça.

      «  »Je suis sincèrement convaincu que c’est un problème d’information et d’éducation, au sens large.  »
      Non c’est un problème de cohérence des Dirigeants.
      A prendre les gens pour des cons, ils vous montrent qu’ils le sont – même quand ils ne le sont pas.
      C’est comme ça.

    • tchoo // 31.10.2020 à 09h31

      Eh bien sur c’est de la faute des autres qui ne font rien comme on leur dit.
      La propagande gouvernementale fonctionne à merveille

  • un citoyen // 26.10.2020 à 08h20

    Encore une fois, merci.
    J’aurais envie de rajouter : Aérer si possible et autant que possible les pièces, là où un brassage continuel de personnes est présent, bien qu’il fasse un peu froid mais pas non plus très froid (bien que cela viendra).
    C’est l’une des meilleures façons de lutter contre les aérosols.

  • pseudo // 26.10.2020 à 08h29

    il sont entrain de louvoyer pour imposer l’immunité de groupe de facto ?

    • Kasper // 26.10.2020 à 14h09

      Je pense que c’est leur faire beaucoup d’honneur d’imaginer qu’ils savent ce qu’ils font…

    • Guise // 26.10.2020 à 21h49

      @pseudo D’accord avec vous, les actions gouvernementales s’expliquent bien mieux sous cet angle de l’immunité collective un peu étalée dans le temps.

      Comment justifier sinon que les parcs aient été fermés durant le confinement, donc que l’espace public ait été restreint (alors qu’il fallait au contraire l’ouvrir au maximum pour éviter les regroupements involontaires) ? que les règles de sécurité aient été assouplies dans les écoles pour que la rentrée se fasse ? que le nombre de rames de métro ait été réduit alors qu’il fallait au contraire en ajouter pour éviter les concentrations de personnes ? Que les restaurants et les bars aient été ouverts si longtemps ? Que les mouvements de population pré-confinement aient été admis, des régions les plus contaminées (Paris) vers les campagnes (en Norvège cela avait été interdit https://www.lexpress.fr/actualite/monde/europe/covid-19-la-norvege-interdit-a-ses-habitants-de-se-rendre-dans-leur-residence-secondaire_2121346.html) ?

      C’est soit ça, soit de l’incompétence crasse. Et vu leur politique réussie vis-à-vis de la classe bourgeoise, ce gouvernement n’a pas l’air si incompétent que cela. Donc je ne parierais pas sur l’incompétence, personnellement. Personne ne peut être bête à ce point.

    • Bernard // 27.10.2020 à 12h32

      Il ne faut effectivement pas prendre les politiques pour plus bêtes qu’ils ne le sont. La stratégie de l’immunité collective est une vieille recette pour les maladies pas trop meurtrières, qui est bien expliquée par Arnaud Fontanet dans cette vidéo à partir de 1:11:30. Et notez le « ça permet » à 1:15:11 😉
      https://youtu.be/OCvDDlBD7yk?t=4290 à partir de 1:11:30

      Mais il n’est pas forcé d’avoir une immunité collective totale (à 50% de la population) car on peut envisager une immunité collective partielle. Par exemple, une immunité de 20% de la population ferait baisser le R de peut être 30%, donc passer le R de 1.3 à 1.0. Cela, combiné avec les mesures classiques (distanciations, tests, etc), y compris un vaccin lui aussi partiel, est une façon « économique » de sortir de l’épidémie. La santé évidemment mis à part.

      Et il est un fait que, en ce moment, cette immunité collective augmente de 700 000 cas réel par semaine, ce qui fait, chaque semaine, 1% de la population. A ce train là, on a atteint ce 20% d’immunité collective partielle en 15 semaines soit 3 mois. Mais je rappelle aux partisans de l’immunité collective que, à 0.5% de mortalité, cela ferait 50 000 morts de plus. A 500 morts par jour, c’est peut être faisable mais ce serait cher payé.

      Pour faire baisser ce R de juste 0.3 points, je trouve plus intelligent d’utiliser tous des masques et des méthodes modernes comme TousAntiCovid. 😉

  • Dubitandum // 26.10.2020 à 08h36

    bonjour, ne faut il pas être prudent ?
    1) 40 000 cas positifs, ok mais on sait que les tests sont très sensibles, la plupart ne seront jamais malades.
    2) les morts, mais on sait qu’on comptabilise en covid, des personnes décédées sont morts d’une autre pathologie…

    • Georges // 26.10.2020 à 10h21

      Manifestement l’épidémie est en train de redevenir incontrôlable, ce n’est pas enfouissant la tête dans le sable et en tentant de trouver des explications peu convaincantes que nous réglerons le problème.

    • ms // 26.10.2020 à 11h19

      Si même les gens meurent d’une autre pathologie, ils ne mourraient sans doute pas s’ils n’avaient pas attrapé le covid… donc ils doivent être comptabilisés AUSSI dans les cas de morts par covid.

    • Valgoseven // 26.10.2020 à 14h43

      Asymptomatique ne veut pas dire non contagieux!!! Fichtre, exaspérant de devoir répéter cela encore et encore! Positif, malade ou pas on reste chez soi, comme ça on évite de disséminer cette saleté!

  • Apic // 26.10.2020 à 08h45

    Nous entendons certaines voix remettre en cas les chiffres fournis par santé publique France. Avons nous une idée précise de la qualité des données de base qui permettent d’élaborer ces modèles? Car si le modèle mathématique est irréprochable, s’il se base sur des données biaisées il n’en reste pas moins faux.
    (ps : ce message est celui d’une personne en recherche d’informations, ce n’est pas partisan ou quoique ce soit. En l’occurrence, je ne sais pas et je cherche à savoir …. point.)
    Merci à vous pour votre travail

    • MS // 26.10.2020 à 12h49

      Je ne comprends pas du tout ce que vous voulez dire – je ne pense pas que Santé Publique mente, si c’est ce que vous voulez dire – en tout cas les données me semblent globalement cohérentes. Il y a toutefois quelques erreurs à la marge dans la comptabilisation du taux de décès quotidien qui ne correspond pas à la différence entre le nombre de morts d’un jour à l’autre. Les chiffres corrects réapparaissent quelques jours plus tard.
      Par ailleurs, certaines données ne sont pas divulguées, celles sur la granularité du taux d’incidence par exemple. Par contre elles sont forcement imprécises, ce qui n’empêche pas d’en tirer des conclusions raisonnables.

      • Apic // 26.10.2020 à 16h10

        je ne disais pas que Santé Publique mentait. Ni même l’insinuais. En revanche on trouve des informations contradictoires sur la comptabilisation des cas Covid en réanimation et en décès qui ont un impact fort. Par exemple si je suis cancéreux en phase terminale, que j’attrape la Covid, que je passe en réanimation et que je décède est ce que ça fait +1 dans les cases « Réa » et « Décès » Covid? Si oui cela peut biaiser le modèle, car le même malade étant vulnérable la moindre infection aurait pu causer les mêmes effets. On se retrouverait ainsi avec une polarisation des chiffres réa+décès sur la Covid. Finalement cela revient à répondre à la question de savoir s’il y a une surmortalité lié à la Covid où non. S’il n’y a pas de surmortalité toutes causes confondues, est-ce que le débat doit être focalisé stricto sensu sur la maladie? ll y a par ailleurs des dégâts collatéraux autrement plus inquiétants. Le basculement d’une tranche significative de la population, et pas mal de jeunes, dans la pauvreté voir l’extrême pauvreté, par exemple m’inquiète beaucoup plus. J’ai 29 ans et je vous assure que vu d’ici, le futur n’est pas joli à regarder. J’ai la chance d’avoir encore une grand-mère, et vu de sa fenêtre la perspective d’un reconfinèrent des personnes dites à risque l’est tout autant. A cet âge (>85 ans) chaque jour passé en bonne santé est déjà une petite victoire. Tout peut basculer très vite. Alors la perspective d’un reconfinement les plonge dans un désespoir certain.
        N’irions nous pas vers une victoire à la Pyrrhus?

        • MS // 27.10.2020 à 11h46

          Sur la comptabilisation des cas, je pense que cela change les statistiques à la marge. En outre il y a déjà eu une réponse sur ce point plus haut.
          Sur les conséquences sur la population je suis à moitié d’accord avec vous : Je suis tout à fait d’accord sur les conséquence pour votre grand mère. Je suis un peu plus optimiste sur le façon dont vous voyez votre futur au moins du point de vue de l’épidémie de covid : la société à laquelle nous étions arrivés avant le covid est le résultat de certaines forces et de certains équilibres. Dans l’ensemble ces forces ne changent pas. Quand l’épidémie se sera tassée elle repartira de plus belle et les gens seront ravis de dépenser ce qu’ils ont économisé durant cette période, donc on peut tabler sur une « belle croissance » sans trop de risques de se tromper (il suffit de voir les cacas nerveux que nous font certains interviewés quand on les prive de leurs soirées de beuverie pour s’en rendre compte !)
          Ce qui ne veut pas dire qu’il ne restera pas d’autres enjeux aussi compliqués à traiter pour les futurs habitants de la Terre (pollution, épuisement des ressources, réchauffement climatique…)

  • Morne Butor // 26.10.2020 à 08h57

    Normal qu’un pharmacien ne voit pas de cas COVID, vu qu’il n’existe pas de médicament contre ça. Mais il en passe certainement plusieurs par jour dans sa pharmacie sans qu’il ne s’en rende compte.

    • LibEgaFra // 26.10.2020 à 09h56

      La pensée magique c’est de dire que ce que je ne vois pas n’existe pas.

      Exemple d’un célèbre gourou: personnellement je ne vois pas de réchauffement, donc il n’existe pas.

      Une personne contaminée et qui le sait doit rester chez elle en quarantaine.

    • LeMauvais // 26.10.2020 à 10h03

      je suis Covid + depuis huit jours avec symptômes légers, je reste enfermé chez moi mais rien ne m’empêche d’aller à la pharmacie. Vous allez croiser des gens contaminés tout le temps, les plus dangereux seront ceux qui n’auront pas fait le test ou qui se foutent des autres. Perso, j’ai contaminé au moins 4 personnes avant de comprendre que j’avais la Covid. Tout le problème des symptômes légers, on pense s’être enrhumé avant de réaliser trop tard que c’est bien plus emmerdant que cela… et je vous parle pas des asymptômatiques.

      • LibEgaFra // 26.10.2020 à 12h14

        Il n’y a pas de médicament contre ce virus. Les médicaments sont utiles contre les complications.

        Malheureusement l’éducation nationale n’instruit pas sur les connaissances les plus importantes pour la vie en société: santé, économie, politique, psychologie. Et pour cause: l’ignorance permet d’enchaîner les foules.

        Cette crise sanitaire est un puissant révélateur de cet état de fait. Avec des foules prêtes à suivre n’importe quel beau-parleur. Le christ est de retour!

        La connaissance rend libre.

      • LibEgaFra // 26.10.2020 à 12h25

        Et donc sans complication on reste tranquillement chez soi, le plus isolé possible. En attendant que notre système immunitaire fasse le travail.

        Quant aux comorbidités, elles répondent pour l’essentiel au principe qui veut que le corps porte les traces d’un mode de vie, hormis bien sûr les facteurs génétiques. Et à un moment donné il faut payer l’addition. Pas de miracle. .

    • Georges // 26.10.2020 à 10h19

      La pensée magique, c’est plutôt de partir du principe que maladie = traitement. Le Covid19, comme beaucoup d’autres maladies, ne connaît pas de traitement fiable à l’heure actuelle, n’en déplaise à un certain professeur.

      • patochette // 26.10.2020 à 10h25

        J’hallucine complètement . Les gens malades vous en faites quoi ? Vous attendez qu’ils guérissent tout seuls ou qu’ils meurent ?
        Quand vous avez la grippe on vous soigne, quand vous avez un rhume on vous soigne, quand vous avez une pneumonie ou une bronchite on vous soigne . Mais d’après vous si vous avez la covid, on ne vous soigne pas .
        Affligeant .

        • euskadi // 26.10.2020 à 10h37

          Quand vous avez la grippe on ne vous soigne pas… on atténue les symptômes, c’est votre système immunitaire qui vous soigne. Idem quand vous avez un rhume. sauf à nécessité une hospitalisation vous pouvez très bien ne prendre aucun médicament en cas de grippe et simplement attendre que ça passe (ie que votre corp face le boulot).

          C’est pareil pour le covid… ils font tout ce qu’ils peuvent pour traiter les symptômes et conséquences sur l’organisme afin de le maintenir en état de lutter contre le virus.

        • Foxtf // 26.10.2020 à 11h00

          Non, on ne vous soigne pas, on traite les symptômes.
          https://fr.wikipedia.org/wiki/Traitement_(m%C3%A9decine)#Classification_par_objectif
          – La grippe ne se soigne pas. https://fr.wikipedia.org/wiki/Grippe#Traitement
          – Le rhume ne se soigne pas. https://fr.wikipedia.org/wiki/Rhume#Traitement
          – Une bronchite aigue ne se soigne pas. https://fr.wikipedia.org/wiki/Bronchite_aigu%C3%AB#Traitement
          – Dans votre liste seule la pneumonie se soigne, quand elle est bactérienne (antibiotiques). https://fr.wikipedia.org/wiki/Pneumonie_aigu%C3%AB#Prise_en_charge_th%C3%A9rapeutique
          En gros beaucoup de ce qui est d’origine virale ne se soigne pas… c’est bien pour cela que ça peut être dangereux.

          Et donc non, la COVID-19 dûe au virus SRAS-COV2 ne se soigne pas.

        • Euls // 26.10.2020 à 11h17

          « Les gens malades vous en faites quoi ? Vous attendez qu’ils guérissent tout seuls ou qu’ils meurent ? »

          C’est l’idée en effet. C’est d’ailleurs ce qu’il se passe avec un très grand nombre de virus, difficiles à traiter par nature. On ne soigne ni la grippe, ni le rhume, ce qui est hallucinant c’est que vous pensiez le contraire en 2020…

          L’autre option est de leur donner une quelconque potion en espérant que ça aura un effet, et en priant pour que ça ne fasse pas plus de dégâts que la maladie… on est là dans le domaine des rebouteux et autres marabouts.

        • LibEgaFra // 26.10.2020 à 12h31

          Pour guérir d’un rhume ou d’une grippe avec des médicaments, c’est sept jours.

          Pour guérir d’un rhume ou d’une grippe sans médicament, c’est sept jours.

          Vous êtres une parfaite cliente pour big pharma.

          Vous confondez allègrement maladies virales et maladies bactériennes. Pour ces dernières il existe encore (pour combien de temps?) des médicaments distribués à tort et à travers notamment pour les animaux d’élevage.

    • red2 // 26.10.2020 à 10h36

      Il n’y a pas de traitement efficace actuellement contre la Covid et c’est bien une partie du problème. Il n’y a donc pas de raison que les pharmaciens soient au courant du nombre de cas de Covid en circulation. Savez vous qu’il n’y a pas de traitement miracle pour toutes les maladies ? Pour la grippe par exemple c’est repos, hydratation et contrôle de la fièvre, et sinon, c’est au corps de faire le travail !

      • meyR // 26.10.2020 à 12h02

        Il y a méprise, je pense. Ce n’est pas faute de le vouloir si les gens ne sont pas soignés. C’est faute de le pouvoir. Pour la grande majorité des maladies virales, on est impuissants, y’a rien à faire à part agir sur les symptômes autant que possible. Et pourtant, la recherche est intensive dans le domaine.

      • LibEgaFra // 26.10.2020 à 12h36

        Les gens hospitalisés sont une petite minorité de ceux qui sont contaminés. La très grande majorité des contaminés évitent FACILEMENT l’hôpital.

  • Kiwixar // 26.10.2020 à 09h00

    Avec cette pandémie, on peut évaluer les compétences de différents Etats :
    – Ligue 1 : Taiwan qui faisait de la veille sanitaire et qui a envoyé des spécialistes à Wuhan dès le mois de décembre (2019)
    – Ligue 2 : les Etats qui ont été surpris en mars, mais qui ont plutôt bien géré (Corée, Japon, Nouvelle-Zélande, Australie etc) dès le mois de mars
    – Ligue 3 : les Etats qui ont été surpris en mars, qui ont mal géré mais qui ont fait des progrès pour mieux s’en sortir en octobre (exemple Italie avec pré-recrutement de soignants)
    – Ligue 4 (branquignoles criminels) : les Etats qui ont été surpris en mars, puis à nouveau en octobre, et qui gère leur « octobre » moins bien que le « mars » des Etats de la Ligue 1/2

    Sic transit gloria mundi.

    • patochette // 26.10.2020 à 09h09

      N’oublions pas que notre ministre de la santé de l’époque a avoué qu’elle savait ce qui allait se passer depuis le 20 décembre ( on a appris plus tard que le virus circulait déjà en novembre )
      N’oublions pas que dès le 12 mars , Macron a annoncé à la nation qu’il y’ aurait plus tard une deuxième vague touchant des gens plus jeunes .
      Donc, l’état français n’a pas été surpris du tout en mars . Ils n’ont juste rien fait croyant que la pensée magique ça marchait sur un virus .

      • Recits d’Yves // 26.10.2020 à 10h18

        Nos dirigeants politiques sont bien informés mais se refusent à accepter de financer avec de l’argent publique la santé. Ils préfèrent donner de l’argent au plus riches, les premiers de cordées. Ceux là même qui couperont la corde derrière eux.

        • LibEgaFra // 26.10.2020 à 12h42

          « Ceux là même qui couperont la corde derrière eux. »

          Bravo pour la formule ! Elle pourra resservir !

      • Xavier // 26.10.2020 à 15h50

        « N’oublions pas que dès le 12 mars , Macron a annoncé à la nation qu’il y’ aurait plus tard une deuxième vague touchant des gens plus jeunes »
        Je suis passé à côté de cette info. Si vous avez des sources, pouvez-vous nous les fournir svp ?

    • UnFrançaisàUtrecht // 26.10.2020 à 11h47

      Ligue 1: Pakistan / Chine
      Ligue 4 : Suède / Pays-bas / Etats-Unis

      On a bien compris. Maintenant basez-vous là dessus pour aller élever vos enfants et monter des modèles de société.

      D’ailleurs: OB une petite review de la Suède criminelle vs l’Italie qui a fait les bons choix? 😀

      • LibEgaFra // 26.10.2020 à 12h47

        Pour l’essentiel les Suédois se sont auto-confinés. C’est une autre mentalité, moins individualiste, plus solidaire. Mais moins efficace en fin de compte. Car ils ont plus de décès par million d’habitants que la France.

        • Phil // 26.10.2020 à 20h59

          La différence entre la Suède et la France n’est pas énorme. J’ai bien peur que la France passe devant d’ici quelques jours vu la tendance actuelle.

          • valgoseven // 26.10.2020 à 21h18

            attention, avec la Suède… ils ont une répartition des habitants au km2 qui en fait de loin un très très très mauvais élève. a densité équivalente, ils sont nettement moins bon que le Portugal!

            • UnFrançaisàUtrecht // 26.10.2020 à 21h37

              Des chiffres qui ne veulent rien dire… Je pourrais ajouter dans le débat stérile: Densité de pop à Stockholm : 5000 hab/km2 vs densité de Rome/Milan : 2000 hab/km2 Bergame : 3000 hab/km2.

              Ensuite sur la question de l’efficacité chacun jugera de cette dernière quand la crise sera passée. Ainsi nous verrons vraiment quelles ont été les politiques qui auront été intelligentes. Nous verrons bien la vitalité des sociétés Espagnoles et Italiennes et celle des sociétés Suédoises ou Hollandaises…

              Sacrifier la liberté, l’éducation, la culture et l’économie pour rien ne me semble pas non plus très « efficace ».

            • Bernard // 27.10.2020 à 11h23

              @UnFrançaisàUtrecht, vous qui connaissez la Suède et qui trouvez que l’immunité collective serait une politique « intelligente », il serait intéressant que vous nous indiquiez le taux de mortalité du Covid depuis mars dans la ville de Stockholm. 😉 A mon avis, il est effrayant.

            • Bernard // 29.10.2020 à 09h14
          • Ljos // 27.10.2020 à 11h29

            La Suède devrait être comparée surtout à la Norvège. Même culture, même nombre d’habitants (+/-), même type de géographique / densité et surtout … exactement la même situation en nombre de cas / décès au tout début de l’épidémie. En Norvège, ils ont géré ça comme des chefs, un des pays les plus vertueux d’Europe … en Suède, ils ont eu une explosion des cas et décès en mai/juin … ce qui serait arrivé à la Norvège si elle n’avait rien fait.

            On va dire que la Suède s’en sort grâce à la mentalité des habitants qui a permis un lissage de l’épidémie dans le temps et éviter le désastre hospitalier … chose qui n’aurait clairement pas été possible dans notre pays où à force de nous déresponsabiliser et nous prendre pour des cons … on se comporte effectivement comme des cons. Merci Pygmalion.

      • Kasper // 26.10.2020 à 14h18

        C’est facile de dire n’importe quoi en choisissant soigneusement ses exemples… Vous oubliez Taiwan, la Corée, le Japon, la nouvelle Zélande, l’Australie… Même si un état policier autoritaire a clairement l’avantage d’avoir déjà sous la main tous les outils pour contrôler sa population, le problème qui a plombé la ligue 4 n’est clairement pas la démocratie.

        Plutôt l’incompétence des dirigeants et le manque de discipline des populations.

      • rogger58 // 26.10.2020 à 22h55

        Escuse me Sir,

        But Taïwan n’est pas la Chine et vu d’ici (de France) il vaut mieux mettre ses enfants dans les écoles taïwanaises, ils apprendront plus, plus vite, en sécurité -y compris dans les rues- et pourrons voir l’avenir avec optimisme, tant que Taïwan pourra résister aux coups de butoir chinois. Leur modèle de société est bien plus efficace et nettement plus libre que le notre, avec infiniment moins de corruption. Avec leur niveau d’éducation, il n’est pas étonnant qu’ils ai pu collectivement s’épargner les morts de la Covid. Chez nous, en proportion de la population, les compétences ne sont plus assez nombreuses, mais nos dirigeants s’en ……….

        • Brian64 // 28.10.2020 à 05h31

          Taïwan est le territoire de la République de Chine. Taïwan est la Chine aussi.

          • Kasper // 28.10.2020 à 08h11

            Essayez donc d’aller dire ça à un Taïwanais 😂

  • Rond // 26.10.2020 à 09h18

    Merci pour ce billet limpide.
    D’un âne, on ne fera jamais un cheval de course. La compétence avec laquelle nos gouverneux ont géré cette crise sanitaire, donne une idée de ce qu’ils vont développer pour amortir les conséquences économiques du truc …
    Tenons bon !

  • Baybee // 26.10.2020 à 09h39

    pourquoi ne parle t’on pas de la contamination dans les transports ? à croire en écoutant les soit disant sachants qu’on ne se contamine qu’au travail et à la maison … soit là où c’est quantifiable ; comment des personnes « intelligentes » font pour ne faire ressortir que les chiffres quantifiables sans tenir compte des autres modes de transmission non quantifiables qui sont peut être plus importants : transports ; foule dense ; etc …

    • eugeniegrandet // 26.10.2020 à 16h44

      Je suis bien d’accord. il existe dans les tableaux de SPF une ligne cluster transport où, étrangement, sont regroupés avion/bateau/train -mais rien sur autocar/bus ni métro ?- (à moins que les données détaillées soient fournies quelque part dans l’amas de données sur leur site).

      Cela aiderait à gérer ses moyens de transport si on savait lequel est le plus risqué,

      • MS // 27.10.2020 à 09h03

        on ne peut pas vraiment définir de cluster « métro » : les gens sont nombreux mais ne restent pas longtemps côte à côte (par rapport à un bar par exemple) – il y a un grand brassage, les gens rentrent, sortent…une contamination, même importante, dans les moyens de transport quotidiens, est difficile, voire impossible à mettre en évidence.

  • Nanann // 26.10.2020 à 09h44

    Si on peut reconnaître la négligence coupable du gouvernement lors de la première vague, on ne peut plus imputer au seul gouvernement l’ ampleur que prend cette deuxième vague. C’ est exonérer trop facilement les comportements irresponsables voire négationnistes face à cette épidémie. Quand on entend encore dire qu’ il ne s’ agit que de grippes ( !!! ), que le premier confinement a été inutile, que le couvre-feu ne servira à rien sinon à museler la population en déclenchant des peurs, on se demande où on vit. C’ est là qu’ on peut mesurer l’ incroyable bêtise qui progresse dans notre pays avec le rejet de la science. Les charlatans de toute sorte ont une autoroute devant eux, même si ils tuent des milliers de personnes . En novembre 2012,  » Sciences et Avenir publiait un article,  » les sectes entrent à l’ hôpital « , sur la pression exercée par les médecines parallèles pour rentrer à l’ hôpital et infiltrer l’ université, suite à des rapports du Sénat et de l’ Académie de médecine. Jamais nous n’ avons eu de médecine plus performante, jamais la science n’ a fait autant d’ avancées pour contrer la maladie et toute une partie de la population, en enfant pourri-gâté , est prête à revenir à l’ âge de pierre, niant même la vérité. Nous sommes atteints par une idéologie anti-science mortifère.Alors non, le gouvernement n’ est pas l’ unique responsable !

    • eugeniegrandet // 26.10.2020 à 16h46

      Oui, je reviens d’une balade ce jour dans Paris.
      il est effarent de voir le nombre de cafés servir des boissons en terrasse couverte et intérieur sans vergogne, ce qui montre effectivement un laxisme général, de la part des clients, des cafetiers et des autorités qui ne verbalisent pas.

    • UnFrançaisàUtrecht // 26.10.2020 à 21h43

      Quelle vérité? Celle de l’utilité d’un couvre feu? On attend avec impatience vos analyses brillantes sur l’échec Suédois et la réussite Italienne!
      C’est vous qui niez la science quand elle dit que nous ne savons encore que trop peu de chose sur cette maladie.
      La science ce n’est pas qu’affirmer c’est aussi douter.

      Quand aux idéologies mortifères vantant les sociétés de contrôle et la culpabilisation du plaisir on se croirait revenu à l’inquisition. [Modéré]

  • Flovannes56 // 26.10.2020 à 09h45

    D’abord bravo pour se travail.
    J’attendais avec impatience ce billet pour avoir la réponse à ma question :
    Quel est le taux de mortalité / séquelles / réanimation chez les patients « jeune et sans comorbidités » et par conséquence pourquoi ne pas surprotégée les plus a risque uniquement ?
    Je n’ai pas vu la réponse (ou alors elle m’est passé à côté)
    Encore merci pour le travail fournit

    • calal // 26.10.2020 à 13h21

      par conséquence pourquoi ne pas surprotégée les plus a risque uniquement ?

      tout a fait d’accord. Confinons les baby boomers retraites chez eux 24h/24h.
      /sarc on En plus ils sont solvables,ne courent pas vite et seront donc facilement verbalisables./sarc off

    • Les-crises // 26.10.2020 à 13h46

      Cela va venir (et cela ne va pas être réjouissant, hélas)

  • Joanne // 26.10.2020 à 09h47

    « nous sommes sur un niveau de contamination de près d’1 million de personnes tous les 10 jours »
    Cette phrase n’est pas claire du tout. Pourriez-vous l’expliquer svp ?

    • Suzanne // 26.10.2020 à 11h54

      entre 40 et 50 000 nouveaux cas tous les jours repérés par les tests, et comme il y a une limite pour les tests, estimation que les cas réels sont à peu près deux fois plus nombreux. Tout cela fait bien à peu près un million pour dix jours.

    • Les-crises // 26.10.2020 à 13h48

      32 000 cas testés positifs par jour, c’est probablement 100 000 contaminés au total par jours (qui ne vont pas tous se faire tester, sont peu symptomatiques, etc)

      Si demain, j’ai 39, de la toux et que je perds l’odorat, je n’irai évidemment pas attendre 2 heures dehors me faire tester…

  • Brigitte // 26.10.2020 à 10h11

    Le virus se propage si facilement car les gens ne respectent pas les gestes barrières, trop contraignants, parfois inefficaces ou infaisables dans certaines situations.
    Il suffit d’observer un échantillon de la population dans un supermarché, mon seul lieu de contact régulier avec le public. La presque totalité des gens mettent un masque à l’entrée, mais probablement pas changé ni lavé quotidiennement, n’adhérant pas bien au visage et parfois mis sous le nez, donc peu protecteur. Mais le flacon de gel hydro-alcoolique est peu sollicité: une faible proportion de personnes se désinfectent les mains à l’entrée. Ce vecteur de propagation, estimé secondaire, est négligé alors que le geste est simple à réaliser et protecteur. La relation étroite main-visage et main-muqueuses n’est plus à prouver.
    Le gouvernement est coupable par incompétence donc manque de crédibilité, mais aussi par stratégie. Plutôt que de mettre le paquet sur le système de santé en général et l’hôpital public en particulier, il a préféré une fois de plus saupoudrer les contribuables (précarité, transition énergétique, impôts, etc), offrant un meilleur retour sur investissement électoral.
    Macron joue au poker menteur dans le but de remporter la mise en 2022.
    Le couvre-feu est perçu comme une mesure liberticide à l’efficacité incertaine. Encore du bricolage. Un sentiment de rébellion, perceptible sur les réseaux sociaux, risque de se propager et servir de tremplin au virus.

    • Véro // 26.10.2020 à 11h07

      Il ne faut pas oublier que pour adopter des gestes automatiques il faut un certain temps. Temps qui dépend de la fréquence à laquelle on doit faire les gestes ou avoir le comportement en question.
      Il n’est pas étonnant que certains oublient encore de se passer les mains au gel hydroalcoolique à l’entrée des supermarchés.
      Durant les premières semaines du confinement, il fallait avoir son gel sur soi.
      Puis enfin les supermarchés ont mis des bornes. Mais pas toujours très visibles. Et uniquement à l’entrée.
      Certaines personnes vont faire des courses plusieurs fois par semaines, ils vont prendre des habitudes plus vite que ceux qui vont en courses plusieurs fois par mois.
      Les gens ne manquent pas de bonne volonté, ils ont besoin de temps pour s’adapter, et ils ont besoin d’un cadre adapté.

      • Brigitte // 26.10.2020 à 12h53

        Ce n’est pas une question d’automatismes mais de signalétique. C’est vrai que les supermarchés mettent les flacons de gel, transparents pour la plupart, sur le côté, sans signalétique voyante traçant un parcours obligatoire à l’entrée. Ce n’est hélas pas le cas. Ils ont donc une part de responsabilité dans l’affaire.
        Nous allons vers le confinement, peut-être pas généralisé mais sélectif.

        • Véro // 26.10.2020 à 16h22

          Mais c’est aussi une question d’automatismes. Ce n’est pas la même chose d’entrer dans un magasin en allant directement dans les rayons sans y penser, et d’entrer dans un magasin en cherchant en tout premier lieu et sans y penser la borne de gel hydro-alcoolique. Et si la borne est facile à voir ça permet à l’automatisme de s’acquérir plus vite.
          Sans parler du fait que certains font leur courses en allant très vite, et là les automatismes sont encore plus nécessaires.
          Les automatismes c’est important pour d’autres gestes. Ne pas oublier son masque (et d’abord en avoir sur soi avant de sortir), se tenir à distance des autres en permanence, éviter de se toucher le visage etc. Dans les transports en commun, surtout quand il y a du monde, on n’a pas vraiment le temps de réfléchir à ses propres gestes, il faut donc acquérir ces automatismes. Et pour ça les gens ont besoin d’un peu de temps, surtout que ce n’est pas du tout naturel et que c’est contraignant.

    • calal // 26.10.2020 à 13h25

      Si vous avez si peur de faire vos courses, il y a les drives ou vous payez un voisin pour vous les faire. Pourquoi toujours augmenter les contraintes sur les autres plutot que sur soi?

    • tchoo // 31.10.2020 à 09h44

      Pourquoi se laver les mains a l’entrée et pas à la sortie, alors que vous avez touché un tas de produits qui ont pu contaminer vos mains Que vous ressorte que vous avez touché peut être la poignée de porte de votre voiture, votre voulant vos clés et probablement contaminer tous ces objets.
      La stratégie des gestes barrières n’a jamais été clairement explicité

      • Bernard // 31.10.2020 à 10h41

        Ben, à l’entrée pour ne pas risquer de contaminer les autres clients en contaminant les objets que l’on pourrait toucher dans le supermarché (poignées des armoires congélation, fruits, écrans, etc).
        Il faut évidemment aussi se laver les mains après être sorti et notamment avant d’enlever son masque et de toucher ses clés de voitures mais, là, ce n’est plus de la responsabilité du supermarché.

        En ce qui me concerne, je me lave les mains, avec un vieux masque imbibé d’alcool à 90°, en même temps que de nettoyer la poignée de mon caddie au moment où je le prend, et je refais cela après l’avoir ramené pour ne pas risquer de contaminer les clients suivants.

  • patochette // 26.10.2020 à 10h16

    Pour le décalage entre le modèle d’O.B et les chiffres en réa , j’ai ma petite idée . La vaccination antigrippale a seulement commencé donc le nombre d’orages cytokiniques provoqués par infection au covid+vaccin de la grippe est encore limité .

  • Rémi // 26.10.2020 à 10h16

    Pourquoi ne donnons nous pas trois/cinq mois d’arrét maladie á toutes les personnes vulnérables sauf cas indispensables et dans ce cas surportégés?
    Pendant ce temps là on pourrait leur réserver deux heures par jours les supermarchés?
    Au besoin en envoyant ces gens dans des hotel où ils seraient protégés.

    Pour le reste d’entre nous laissons nous contaminer pour atteindre l’immunité de groupe.
    La bataille est perdue il faut boire le calice jusqu’à la lie.
    Et puis cette maladie n’est pas non plus EBOLA, le risque reste modéré. Jusqu’ici dans la population assemblée nationnale plus sénat il n’y a qu’un seul mort.

    • MS // 26.10.2020 à 11h25

      Oui sauf qu’on ne sait toujours pas, voire on commence à douter, que l’immunité de groupe fonctionne dans ce cas. Je rappelle que pour d’autres maladies, celle-ci n’existe pas (grippe…)

    • pantocrator // 26.10.2020 à 16h52

      en Hongrie , lors de la première vague qui n’a pas eu lieu (!) , les plus de 65 ans , nous faisions nos courses dans tous les magasins qui nous étaient réservés le matin .

  • Mugronhaurietnerbis // 26.10.2020 à 10h19

    Merci pour ce travail.
    On comprend bien qu’il faut se protéger pour protéger aussi tout le monde.
    Mais cette épidémie révèle la faillite du « système médical social ».
    Vivant dans une ville à une heure de train de Paris, capitale de région avec une Université mais pas de faculté de médecine, je vis dans un « désert médical » dorénavant en couvre-feu..
    Impossibilité d’avoir un médecin traitant pour un nouveau patient, plus de visite à domicile des médecins, il faut attendre dix jours quand vous êtes inscrit pour voir son médecin à son cabinet en temps ordinaire, un créneau de dix minutes le matin pour avoir l’éventualité d’avoir un RV en surnombre si c’est urgent.
    La queue dans les labos.
    Quand on est âgé on ne prend pas le risque.
    On se retire, c’est cela que veut dire « surprotéger  » les vieux, ils disparaissent des radars et deviennent invisibles, pourtant j’ai l’impression que je sers encore à quelque chose socialement, l’utilité sociale de retraités aidant, soutenant financièrement quand ils ont des retraites les jeunes dans la galère …
    Les masques FFP2 ! je croyais qu’ils n’étaient disponibles que pour les personnels de santé, et à quel prix?
    La gabegie, le traitement de la population en « segments marketing » :les jeunes, les vieux, les obèses et les sportifs, les buveurs et les grabataires qu’on monte les uns contre les autres.
    A quand la conception qu’on est une Société, c’est à dire un tout ?

    • RV // 26.10.2020 à 11h29

      Les masques FFP2 à Paris, disponibles en pharmacie à l’unité à 3,5€ dans ma pharmacie qui les vend aussi en boite.

      • eugeniegrandet // 26.10.2020 à 16h52

        vous avez de la chance. j’ai fait 10 pharmacies il y a 10 jours. 0 dispo.
        je me suis rabattue sur internet (site professionnel en France, 2€ / masque chinois mais sans date péremption ni durée de protection en heures…)

  • LAD // 26.10.2020 à 10h25

    Combien de faux positif sur les 50000 ? Combien faux négatif etc … Faux détailler ces chiffres sans quoi ça ne veut rien dire… ça sert juste à faire flipper les gens.

    • red2 // 26.10.2020 à 10h48

      Et si il était simplement temps de « flipper » ? On a repris la progression exponentielle et l’épidémie est en train d’exploser, il vous faut quoi pour comprendre ? Il y a un moment il va falloir arrêter de dénis, admettre la gravité de la situation et prendre les mesures qui s’imposent pour limiter la catastrophe… Vous commence à me faire sacrement halluciner les gens! 50 ans de néolibéralisme et de montée de l’individualisme… et voila! 🙁

      • Euskadi // 26.10.2020 à 13h37

        Raoult aussi a longtemps été présenté comme l’un des meilleurs experts, et pourtant il en a dit des sottises ….
        Je trouve quand même sidérant que l’Homme moderne est perdu à ce point son propre instinct de survie. Nous sommes tellement déconnectés du monde réel dans nos sociétés technologiques que nous devenons incapable de réagir à un pareil danger.

        Faut-il rappeler que malgré des mesures d’une intensité extrême, le confinement de tout un pays, lors de la première vague nous avons eu 30 000 morts. Autant de grand père, grand mère, père, mère, frère soeur qui sont partis sans aucun doute trop vite pour leurs proches. Et ce alors que de nombreuses régions n’étaient que peu touchées. Et c’est sans compter sur les séquelles chez les personnes plus jeunes et les éventuelles effets à long terme qui n’auraient pas encore été identifiés.

        Quand il y a de l’orage mon chat part se réfugier dans un abri sur. Il comprend instinctivement que la foudre c’est pas bon pour sa survie. Et nous, devant un tel virus, dont les conséquences sont encore mal connues pour une large partie des tranches d’âge on veut jouer la désinvolture. Et après on se prend pour l’espèce la plus intelligente …

    • Virginie // 26.10.2020 à 11h21

      @LAD il ne s’agit plus des tests maintenant. Les hospitalisations, les entrées en réanimation et les décès augmentent sévèrement. Ces indicateurs là sont fiables.

    • Les-crises // 26.10.2020 à 13h53

      Il n’y guère de problème de faux positifs, comme on ‘la souvent dit.

      Et la modélisation ici le montre assez bien.

      Enfin, rappelons nous que la peur (raisonnable), est, en général un très bon outil de préservation de soi…

      • mdacier // 27.10.2020 à 14h27

        Oui …
        Sauf qu’en l’occurence, la peur actuelle n’a rien de raisonnable.
        Sinon on n’imposerait pas le port du masque en plein air & la fermeture des salles de sport …

        • Bernard // 27.10.2020 à 17h47

          Pour ma part j’estime que, plein air ou pas, on se doit de mettre un masque, au moins devant sa bouche, quant l’on parle à un inconnu car un postillon peut très bien, avec le vent, aller à plus de 1 mètre.

          Et, quand un malotru m’a parlé de près sans masque, je préfère remplacer mon masque par un neuf car il peut alors avoir été contaminé. Vous devriez faire pareil et, après avoir mis à la poubelle quelques masques presques neufs, vous comprendrez vite 😉 pourquoi les anti masques sont des malotrus.

  • Yves // 26.10.2020 à 10h31

    Il me semble qu’il manque une information très importante.
    Quel est le nombre de mort du 1er janvier au 25 octobre en 2019 et en 2020.
    Sans cette information personne ne peut sérieusement estimé l’impacte de ce COVID

    • Changi // 26.10.2020 à 13h59

      Vous avez les données pour la Suisse en consultant le site de l’office fédéral de la statistique. Pas d’augmentation globale de la mortalité en 2020 pour les plus de 80 ans. On voit un pic de surmortalité en mars avril compensé par une mortalité plus basse en janvier février puis le reste de l’année…

      • Roman // 26.10.2020 à 16h42

        Si il y a peu de surmortalité cela s’explique par de multiples raisons. D’une part on a eu un confinement lors de la première vague qui a empêché un nombre beaucoup plus important de morts du covid d’arriver (les exponentielles sont toujours étonnantes). Ensuite la part d’accidents de la route et de travail a baissé pendant le confinement, de même que tout un tas d’autres accidents de la vie quotidienne car tout le monde restait chez soi. Enfin, l’épisode de grippe de l’année 2020 qui s’est terminé avant le confinement a été particulièrement faible cette année.
        Concernant la seconde vague qui a débuté en septembre, les morts de cette vague commencent à peine à arriver. Ils sont insignifiants pour le moment et seront très importants dans 1 mois même en stoppant complètement l’épidémie demain, ce qui n’a aucune chance d’arriver.

    • Made in Québec // 27.10.2020 à 00h34

      En comparant nos statistiques québécoises des 10 dernières années, la surmortalité dû à la COVID est une évidence difficile à nier :

      https://www.stat.gouv.qc.ca/statistiques/population-demographie/deces-mortalite/figures/fig-sexe.svg

    • VVR // 27.10.2020 à 14h08

      Pour jusqu’au 25 octobre, vous aurez probablement a attendre fin décembre (les données consolidées pour Aout sont sorties il y a moins d’une semaine).

      Sur la période Janvier-Aout, il y a eut 419600 morts en 2020, soit 19072 de plus qu’en 2019, 17250 de plus que 2018, ou encore 24254 par rapport a 2017. Mais attention: depuis l’arrivée des boomer dans le troisième âge, les décès annuels augmentent naturellement de 8000 par an en moyenne (5500 sur la période Janvier-Aout).

      Pour mettre ces 19000 morts en perspective, les décès en 2015 avait augmenté de 34767 (31931 sur la période Janvier-Aout), il est vrais après une années 2014 qui avait été très calme (-11405 morts).

      (données INSEE, France métropolitaine uniquement)

  • JohnnyCash // 26.10.2020 à 11h05

    Merci pour le boulot!

    Mais pour voir si un modèle colle bien, il faut le voir à l’oeuvre sur l’ensemble de la courbe : hors, vous ne faites débuter qu’à partir du 10 Avril (pour les hospi), et du 15 Avril pour les décès ; soit après le pic de Mars/Avril. (d’ailleurs en zoomant, on a l’impression de voir une dérivée de votre simulation plus grande que la réalité au tout début).

    Par ailleurs, il faudrait mettre à disposition votre modèle, je veux dire l’équation en elle-même 😉

  • Véro // 26.10.2020 à 11h11

    Je cite dans l’article : « Notez que le gouvernement ne fournit ce niveau détaillé que depuis une semaine. Il lui a fallu 8 mois pour comprendre qu’il était important, quand on lutte contre une épidémie, de dire aux gens OÙ EST le virus précisément, afin que les gens proches fassent très attention, que les maires puissent agir, etc »

    Je suis très contente de voir ça écrit pour une fois, car oui, une information plus précise aurait été très utile dès le début, au lieu de prendre les gens pour des idiots et de cacher les informations comme le font si souvent les gouvernements.

  • Fulsi // 26.10.2020 à 11h12

    Serait-il possible d’avoir des explications sur la manière dont le modèle a été construit ?

    Merci pour ce travail et ces explications 🙂

    • Evargalo // 27.10.2020 à 10h16

      Même demande. Des précisions sur le modèle sont indispensables.

  • Virginie // 26.10.2020 à 11h17

    @Christobal, vous soulevez un point pertinent, celui de la fiabilité de l’estimation du nombre de morts de la Covid-19. Il me semble qu’il existe une bonne facon d’estimer cette fiabilité, c’est de comparer le nombre de morts covid déclarés lors de la première vague a la surmortalité sur cette période. Faites l’exercice et vous verrez que la correspondance est très bonne au moins en France. J’aurais donc tendance à penser que les nombres de morts covid déclarés sont, avec toutes les difficultés que vous mentionnez, de bons estimateurs du nombre de morts covid réel.

  • Véro // 26.10.2020 à 11h22

    Sur la carte qui est présentée à la fin du billet, peut-on savoir quelles circonscriptions territoriales sont représentées ? Est-ce que ce sont les communautés de communes ?

  • Suzanne // 26.10.2020 à 11h34

    Oh la la, quel article passionnant, merci beaucoup, Olivier !! En plus, ça donne un peu une idée de ce que vous faites dans votre travail.
    Pour la différence de courbe en réa, malheureusement, j’aurais tendance à penser comme vous, que la solution est que les hôpitaux surchargés refusent les patients parce qu’ils n’ont plus de place ni de personnel disponible.
    J’aime beaucoup l’idée de tester les paramètres de croissance de cas positifs, à 0%, 15%, 30% et 50%. Bon, 0 c’est juste pour la décoration, évidemment, ça n’arrivera pas. Par contre, moi j’aurais peut-être bricolé un nombre entre 30% et 50%, ce serait peut-être plus réaliste? On arriverait à disons autour de 6000 nouvelles hospitalisations par jour (brrrr, c’est énorme), mais si le taux a varié entre 38% et 50%, 40% ça me paraît potable, comme estimation. J’espère que non, mais bon malheureusement….

  • RV // 26.10.2020 à 11h36

    Le 25 octobre il y a une annonce du Venezuela qui aurait développé un médicament efficace.
    traduction en français : https://venezuelainfos.wordpress.com/
    article original : https://mundo.sputniknews.com/america-latina/202010251093245662-maduro-anuncia-que-venezuela-ha-desarrollado-un-farmaco-que-anula-el-covid-19-al-100/

  • moshedayan // 26.10.2020 à 11h51

    Bonjour, et pourquoi discuter ? à n’en plus finir? J’ai deux tableaux au médecin de Kosice – Slovaquie avec une traduction simple puisqu’il s’agit de chiffres et d’estimations. La conclusion est sans appel, me confirme-t-il.
    Selon les chiffres pour les décès « Décès quotidiens par Covid 19 – Hitorique et projections  » Estimation au 15 oct 150 décès par jour et au 15 nov 400 décès par jour -si je fais une estimation par tranche de 15 jours pour faire en gros une moyenne, m’a-t-il dit 15 x 150 + 15 x 400 = 2250 + 6000 = 8250 . » Votre pays aura un bilan aux environs de 8000 décès – morts par Covid 19 d’après la projection la plus basse de votre actuaire. vers le 15 novembre. »m’a t-il conclu.
    Mon avis . Prenez donc acte de cette affirmation ‘la plus basse » j’insiste et ne mettez pas sur le compte du couvre-feu si ce chiffre est bien plus bas, parce que le niveau de contamination est largement suffisant en milieu familial et entreprises…. Donc attendez le résultat. 8 0 0 0 décès environ en 1 mois !

  • julien bonnetouche // 26.10.2020 à 11h57

    Bonjour,
    Bravo pour les articles et commentaires.

    Les différences d’évolution de l’épidémie entre Europe et Asie, est sans doute en rapport avec les natures propres des populations dans leurs relation avec la notion de comportement individuel, ou de liberté individuelle, qui s’oppose au confucianisme, répandu en Asie.
    Si je ne fais pas erreur, il est alors difficile d’envisager les mêmes solutions globales sur ces deux continents.
    Nos dirigeants adoptent donc des solutions mi-chèvre mi-choux, forcément vouées à l’échec comme le couvre feu..

    Mais pour se recentrer sur l’évolution de l’épidémie, je ne suis pas certain de l’aspect alarmiste des courbes d’infectés : Nous savons qu’il est nécessaire que l’épidémie suive son cours, et qu’une quantité suffisante de personnes soient atteintes pour qu’elle cesse, et malgré tout le nombre de morts en proportion de la population infectée semble moindre qu’en mars.
    Du fait du confinement, nous en sommes sur la 2eme partie d’une même phase de l’épidémie, et on peut supposer qu’une décrue pourra commencer vers le fin de l’année.

    Et réalité le problème principal des gouvernements occidentaux, ce sont les administrations, incapables de trouver des solutions alternatives non conventionnelles, comme former en urgence assez de jeunes médecins, ou internes sur des protocoles bien établis concernant les malades les moins graves, ouvrir des lits de fortune dans le système hôtelier à l’arrêt, et commander en temps voulu les matériels et médicaments nécessaires. ( beaucoup moins d’intubation et + de masques à oxygène maintenant)

  • Joanne // 26.10.2020 à 12h27

    [Modération : merci de ne pas poster de liens vers les sites de désinformation svp]

    • Dagobert // 26.10.2020 à 14h38

      Toutes les plate-formes de radio et télé « France » , par exemple ?

  • Charles // 26.10.2020 à 12h35

    52.000 cas positifs avec un taux de positivité de 17%, cela fait 302.000 tests sur une seule journée, soit encore 2,1 millions de tests en une semaine.

    Comment est-on passé de l’impossibilité d’effectuer 1,2 millions de tests il y a 2 semaines en raison d’un manque de préleveurs et de problèmes d’approvisionnement en réactifs à 2,1 millions de tests hebdomadaires pratiqués aujourd’hui ? (ce qui dure depuis 4 jours, au vu des chiffres donnés)

    Qu’est-ce qui a été mis en place d’un point de vue pratique pour que nous puissions DOUBLER nos capacités de tests ?

  • Brigitte // 26.10.2020 à 12h44

    Pour avoir une idée de la charge virale, il faut faire de la PCR quantitative, ce qui n’est pas le cas. Donc, c’est au mieux du semi-quantitatif . Je ne vois pas ce que les médecins traitants feraient de ces valeurs. Pour eux, présence/absence suffit.

  • Thierry // 26.10.2020 à 15h17

    Quand on regarde la carte d’évolution du taux d’incidence ci-dessus réalisé par Germain Forestier (excellent travail), et qu’on la compare à celle des zones actuelles de couvre feu, on constate que ni les départements 18 (Cher), 24(Dordogne), 19 (Corrèze), 27 (Eure) et 25 (Doubs) ne sont concernés par le couvre feu alors qu’il sont en zone Rouge (taux > à 500).
    Ceci, associé à la non limitation des déplacements inter communes/départements ne me semble pas franchement propice à une limitation de la propagation. ^^
    Les limites administratives, avec les chaines de décisions organisées comme telles, ont encore primé sur la logique.

    • Les-crises // 26.10.2020 à 17h27

      C’est lié au fait qu’il ne faut pas utiliser des taux d’incidence mais les cas réels…

  • Incognitototo // 26.10.2020 à 15h45

    « Remerciements » groupés aux dirigeants incompétents, complotistes, dénégateurs, gurus et leurs adeptes sectaires… Calimeros, Supermans, spécialistes autoproclamés, autruches et girafes qui ont toléré, permis et encouragé tous les comportements inconscients, inciviques et criminels qui nous ont conduits à cette situation hors contrôle… qui m’oblige à continuer à vivre en autoconfinement sous peine d’y laisser ma peau.

    La réalité a, je l’espère, fini par s’imposer à eux ; ou comme disait Françoise Dolto : « La réalité du monde se découvre quand nous nous heurtons à lui, quand il y a choc, rupture, brisement. Alors nous savons que le monde n’est pas tel que nous l’imaginons. »

    Cependant, vous avez même réussi à épuiser ma confiance en l’humanité et ça je ne suis pas sûr que j’arriverai à m’en remettre un jour.

    En tout état de cause, si j’échappe à la Covid, il n’est pas sûr que je n’en serai pas quand même une victime collatérale. J’attends de subir une intervention cardiaque et les 3 hôpitaux d’IDF les plus à même de la réaliser sont aux abonnés absents…

    « Merci » à tous ceux et celles qui ont permis tout cela. S’ils ont encore une conscience morale, je leur suggère de trouver une pénitence à la mesure de leur responsabilité criminelle et a minima de se taire pendant aussi longtemps que nous ne serons pas sortis de cette crise sanitaire.

    • jp // 26.10.2020 à 22h37

      Croire qu’on peut contrer avec des moyens dérisoires la propagation d’un virus qui actuellement cherche à se faire une place parmi les êtres vivants est une idée absurde. Pour faire disparaitre la Variole, il a fallu 200ans de vaccinations.
      La gestion médicale à la gribouille ou à la Pyrrhus des hospitalisés relève exclusivement du pouvoir politique, mal conseillé et non de tous nos concitoyens qui eux aussi ont le droit et le devoir de vivre, ne serait ce que pour permettre d’aider ceux qui en on besoin.

      • Incognitototo // 27.10.2020 à 01h13

        Je ne comprends pas ce que vous voulez dire. Qu’est-ce que selon vous, je crois ? Et quel rapport avec ce que je dis ?

        Quant à l’irresponsabilité d’une majorité de mes concitoyens, elle est tout autant à l’origine de ce désastre que l’incurie de nos gouvernements (je dis « nos » parce que j’inclus tous les précédents). Ne serait-ce que sur ce site, il suffit de relire quelques commentaires des négationnistes de la Covid pour comprendre comment la bêtise et le déni ont permis que la situation actuelle advienne.

        • Nico // 27.10.2020 à 09h02

          Vous nous pretez bien trop de pouvoir.. vous cherchez un coupable choissisez le virus, vous voulez blamer quelqu’un ? Crachez donc sur les obèses et autres comorbides qui remplissent les hopitaux tant que vous y êtes.. N’importe quoi.

          • MS // 27.10.2020 à 09h22

            Non Nico, Incognitoto a raison. il est la victime d’une longue chaine d’irresponsables. Il est trop facile de n’incriminer que le dernier maillon qui est peut être le moins contrôlable.

            De la même façon, lors de la grande peste de 1340, les millions de morts à travers toute l’Europe doivent être imputés au premier mongol qui a décidé d’envoyer le cadavre d’un pestiféré par dessus les remparts de Caffa. Les marins Génois, de cette ville qui ont ensuite disséminé la peste dans toute l’Europe ont eux aussi une part de responsabilité mais bien plus faible puisqu’à l’époque on ne savait pas contrôler la transmission de la maladie

          • Incognitototo // 27.10.2020 à 16h28

            @Nico ? Je constate que c’est toujours aussi compliqué que ceux qui commentent les commentaires comprennent préalablement ce qu’ils ont lu…
            Vous vous sentez concernés par mes propos ? Vous n’avez pas respecté les gestes barrières et le port du masque ? Vous vous êtes exposés par bravade ? Vous défendez la « liberté » de mourir et de tuer ?… Si vous répondez oui à toutes ces questions, alors vous avez raison de vous sentir mis en cause par mes « remerciements ». Et si vous répondez non, alors je ne comprends pas l’objet de votre réponse parce que les « responsables » (à l’exception des girafes et des autruches) de notre situation sont clairement identifiés.
            Si la responsabilité principale est bien évidemment celle de nos dirigeants incapables d’appliquer des politiques cohérentes de lutte contre la pandémie, l’incivisme des populations est bien tout également une cause de notre situation actuelle.

            • Florent // 27.10.2020 à 20h46

              Il n’y a pas d’incivisme, juste la vie qui suit son cours, avec la mort au bout (âge médian des décès : 84 ans). Si vous souhaitez pointer du doigt des gens, je peux aussi le faire. Je rappelle que les personnes les plus à risques face au Covid, les plus âgées donc, font partie des électorats traditionnels de partis politiques qui mènent depuis des décennies des politiques uniquement basées, pour faire simple, sur l’accaparement des richesses au bénéfice d’une minorité (aussi appelé libéralisme économique, ou rigueur budgétaire). La santé publique n’y a pas échappé, le nombre de lits non plus. Si aujourd’hui il y a problème, c’est uniquement car nos capacités hospitalières sont saturées car insuffisantes, ce n’est pas à cause de la létalité du virus, qui est relativement négligeable. Donc, il faut payer la facture un jour. Et elle se présente aujourd’hui. Et ça aussi c’est regarder les choses en face. Se confiner c’est de la lâcheté, il faut aller au bout de la logique : du bulletin dans l’urne en faveur de candidat dont seul le taux de profit est l’objectif, au manque de lit pour t’accueillir car ce lit là coûtait trop cher.

              Payons la facture !

            • Incognitototo // 28.10.2020 à 00h21

              Pas LES mais DES gens particuliers, ceux que j’ai énumérés et dont vous devez visiblement faire partie pour ressentir le besoin de répondre à côté ; avec juste ce qu’il faut d’amalgames, de préjugés, de clichés et de contrevérités, pour rendre inaudible ce que vous dites et totalement inutile la nécessité de vous répondre.
              Pour information, dans l’état très imparfait de nos statistiques, il y a quand même 6,6 % des morts de la Covid qui ont moins de 59 ans… et puisqu’ils ne sont pas encore vieux, c’est quoi leur « crime » à eux ?
              Contrairement à vous, à part les riches et les dirigeants, je ne veux faire payer personne, juste que les citoyens qui sont responsables de cette situation, par leur incivisme et leur bêtise criminelle, se taisent.

        • jp // 27.10.2020 à 10h22

          Mais on revit en TRES nettement moins pire l’évolution de l’épidémie de grippe de 1918 qui s’est développée sur 2ans et a fait 50 millions de morts, en grande partie par absence de TT possibles à l’époque des complications, et suivie tous les Hivers jusqu’à nos jours par une poussée grippale, qui continue malgré les vaccinations depuis maintenant 20ans. Les virus sont des êtres biologiques comme nous. Nous survivons uniquement parce que nous sommes capables très rapidement de développer une immunité prenant le relai des défenses temporaires fournies par notre mère juste avant la naissance et durant l’allaitement maternel. L’enfant bulle a vécu (?????) jusqu’à 13ans dans sa bulle et est mort rapidement malgré tous les TT possibles dès qu’il en est sorti. L’Humanité ne peut pas vivre enfermée dans une bulle, même si cela a été envisagé à l’époque de la Guerre froide. La limite de durée de plongée des sous-marins atomiques est surtout du à la tolérance humaine à l’isolement.

          • VVR // 27.10.2020 à 12h49

            Je vous reprend sur la formulation: La grippe ne « continue » pas depuis 1918, la grippe est décrite depuis plus de deux millénaires.

            Ce qui fait la gravité de celle de 1918, c’est la population qu’elle touche: une forte mortalité chez les trentenaires, presque 1000 / 100 000 (et ici c’est bien la mortalité, pas la léthalité). Par contre elle n’aura pratiquement aucun impact sur les plus de 50 ans. Beaucoup également de très jeunes enfants avec une mortalité qui passe de 1500 / 100000 a plus de 2000, mais on peut considérer cela comme normal pour une épidémie à l’époque.

            La grippe continue malgré les vaccinations parce que chez une personne qui n’a pas le système immunitaire assez solide pour survivre a la grippe, il y a une forte chance que le vaccin ne prenne pas. Mais il permet quand même de diviser la mortalité par 3 selon certaines estimations.

            • jp // 27.10.2020 à 17h12

              Je suis un ardent défenseur de l’analyse clinique en Médecine, mais si les syndrômes grippaux existent et ont été décrits depuis très longtemps, le typage précis d’un agent causal fiable est très récent et demande des moyens inaccessibles il n’y a pas encore très longtemps.
              Le virus de la Variole a « théoriquement » disparu parce que l’homme et le porteur exclusif,
              que le vaccin est très ciblé, très efficace et que le virus n’a pas trouvé de combine douteuse. Les vaccins grippaux n’ont qu’une efficacité comparée à d’autres vaccinations, moyenne et à condition qu’on ait anticipé annuellement correctement les bonnes souches. Il y a une année il y a eu un fiasco complet !!!! Perso j’ai vu passer un jeune gars de 25ans au début en pleine forme, sans aucune particularité connues nettoyé en moins d’une semaine d’une pneumonie grippale vérifiée hyper aigüe.
              Note sémantique: quand j’ai devant moi un trépassant ou un macabé, je n’arrive pas, ni la famille non plus, ni ceux qui nettoient les champs de bataille, ni les croque-morts, à faire la différence subtile entre mortalité et léthalité, mais il est vrai, je ne me suis contenté pendant 40ans de ne faire que de la médecine de terrain, en ville et à l’Hopital.

            • VVR // 28.10.2020 à 07h35

              Je précisait mortalité parcequ’elle est toujours inférieur à la letalite, et surtout indépendante de tout diagnostique, important puisqu’a l’époque, comme vous le dite, la grippe est un rhume comme les autres.

              Et 1% de mortalité chez les trentenaire, c’est énorme: tout le monde dans cette classe d’âge a perdu en quelques semaines plusieurs camarade de classe, que dans chaque hôpital, plusieurs collègues sont mort.

              Ce qui est absolument sans commune mesure avec la situation actuelle.

          • Bernard // 27.10.2020 à 13h49

            jp, vous oubliez ici un truc fondamental: les Humains ne survivent pas que grâce à leur immunité mais surtout grâce à leur intelligence. Par exemple, nous survivons à l’hiver, non par notre résistance au froid, mais par notre intelligence de savoir fabriquer des vêtements chaud, des maisons, des appareils de chauffage et des centrales nucléaires. Et, pour lutter contre les maladie contagieuses, l’application TousAntiCovid est un bel exemple d’intelligence et de technicité Humaine.

            Et ce sera un bel exemple d’intelligence et de solidarité Humaine si, cette fois ci, 😉 tout le monde l’utilise.

          • Incognitototo // 27.10.2020 à 16h58

            @Jp, c’est quoi ce salmigondis ? Vous mélangez tout, vous confondez tout. Puisque depuis toujours les hommes meurent, alors la Covid, ce n’est pas grave ? Mieux vaut vivre et mourir librement que supporter temporairement des contraintes ? Il faut laisser faire la nature parce que depuis toujours nous la subissons et c’est elle qui nous rend plus « forts » ? C’est ça ?…

            J’espère qu’en cohérence avec vos propos vous refusez tout traitement médical, toute chirurgie et plus généralement toute intervention de la médecine dans votre vie. Mais également que vous fréquentez régulièrement les services hospitaliers en embrassant les patients Covid (merci pour eux et pour nous) pour vous immuniser.

            Votre discours recèle tous les stigmates des bases qui justifient l’eugénisme et toutes les bêtises de ceux qui ont érigé la sélection naturelle darwinienne en doctrine et surtout qui l’ont mal compris. Ou alors, vous êtes témoin de Jéhovah… Il y a d’autres hypothèses possibles sur l’origine de vos propos, mais quoi qu’il en soit, j’espère que vous supportez quand même l’idée qu’il y a des gens pour lesquels la préservation de la vie n’est pas une affaire de nature, mais de culture ; et que supporter quelques contraintes temporaires pour la préserver est vraiment un moindre mal.

            • jp // 27.10.2020 à 17h50

              Vous ne devez pas avoir bien lu ce que j’a écrit, mais vous avez parfaitement le droit d’analyser de façon aussi drôle mes quelques remarques.
              Il est toujours très difficile pour un humain de voir les réalités en face: Nous ne sommes que des animaux biologiquement mortels. Mais pour les hommes la Liberté n’a pas de prix, Liberté premier principe de notre République depuis 1789 !
              Mais qu’ il est confortable de ne pas regarder les réalités de la vie.
              Pour votre information, pendant 40ans,à raison 30 patients et 10h par jour plus les gardes hospitalières, j’ai tout fait pour que des hommes survivent. A l’Hôpital j’ai réalisé pendant 20ans des examens hyperspécialisés, hypercouteux, souvent irradiants pour essayer de retarder la mort parfois de quelques jours des malades plus qu’un pied dans la tombe !

            • Incognitototo // 27.10.2020 à 18h58

              Pourquoi, ce serait ignorer la réalité de la mort que de vouloir la repousser et la combattre ??? Je ne vois pas le rapport, et je pense que ce sont plutôt ceux qui continuent à vivre sans se protéger et sans protéger les autres qui sont dans ce déni.

              Pour votre information, contrairement aux idéologies libérales anglo-saxonnes notre liberté n’est pas sans limites, c’est l’article 4 de la DDHC de 1789 qui les fixe :
              « La liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui : ainsi, l’exercice des droits naturels de chaque homme n’a de bornes que celles qui assurent aux autres membres de la société la jouissance de ces mêmes droits. Ces bornes ne peuvent être déterminées que par la loi. »

              Donc s’il fallait temporairement se confiner dans un sous-marin ou vivre dans des bulles pour empêcher que des humains contaminent ou tuent d’autres humains, je ne vois ce que cela aurait de contraire à notre notion de la « liberté ».

  • Chem Assayag // 26.10.2020 à 15h55

    Sur ce sujet
    http://neotopia2017.blogspot.com/2020/10/covid-le-tabou-des-mesures-ciblees.html

    Par ailleurs pourquoi ne teste-on pas des échantillons représentatifs de la population à intervalles réguliers ??? on saurait au moins combien de personnes ont/ont eu le virus et quels sont les vrais taux de mortalité/réa.
    cdt.

  • savonarole // 26.10.2020 à 18h18

    tout le monde le sait sauf nos gouvernants ,
    c’est dans des transports en communs bondés que le virus se propage le +, même avec un masque les gens se respirent dans le nez aux heures de pointes …
    dés lors pourquoi instaurer un couvre feu ? pour concentrer encore un peu plus ?

    donc si on a suivi le billet, il est possible que les fetes de noel soient annulés ?

  • Untel // 26.10.2020 à 21h01

    J’ai pris les chiffres officiel des décès et j’ai contabilisé uniquement les femmes de moins de 70ans et les hommes de moins de 70ans. J’obtiens la proportion de 69% d’hommes parmi les victimes. On obtient 66% pour les moins de 60ans. Je trouve cette différence relativement élevé. Que peu ont en conclure ?

    • jp // 26.10.2020 à 22h21

      On sait depuis TRES longtemps que les hommes sont plus fragiles que les femmes sur le plan génétique et qu’en plus souvent leur comportement aggrave le problème. Les femmes ont systématiquement une espérance de vie d’au moins 5ans supérieure aux hommes. On disait qu’en moyenne il naissait, pour compenser, 105 males pour 100 femelles dans l’espèce humaine.
      Il est donc tout à fait logique de retrouver cela avec le Covid 19 qui attaque d’autant mieux qu’on se défend moins.
      Ce virus ne fait pour l’instant qu’accélérer la sélection naturelle Darwinienne en faveur du renouvellement des générations en ciblant les plus âgés, donc ne menace pas l’espèce, alors qu’un virus très dangereux et mortifère comme celui de la Variole tue les jeunes comme les vieux.

      • Untel // 27.10.2020 à 07h01

        Ok pour la prédisposition génétique qui rendrait les hommes plus faible. Mais par contre ce n’est pas lié aux mauvais comportements des hommes (par exemple geste barrière non respecté) car la proportion hommes femmes est presque paritaire dans les contaminations. Plus d’homme quand même mais pas le double…

      • VVR // 27.10.2020 à 07h52

        c’était surtout lié à une plus forte proportion de cas de diabète, hypertension et/ou obésité chez les hommes. Ce qui serait davantage un facteur culturel que génétique.

    • Kasper // 27.10.2020 à 02h06

      Pour ce que ça vaut, les hommes fument plus, et on plus tendance a travailler en usine ou en atelier, où on peut trouver des poussières dangereuses pour les poumons.

      • jp // 27.10.2020 à 10h34

        Par exemple le K du poumon est à 90% comportemental, surtout lié à la fumée du tabac.. Ce K était très minoritaire chez les femmes, mais explose chez elles depuis leur Libération, qu’elles payent très cher sur ce sujet.
        Pour l’alcool la femme est nettement plus vulnérable et ne tient pas du tout la distance avec effondrement vers 45ans. L’homme est un idiot comportemental, biologiquement présent seulement pour féconder. La femme moderne veut hélas le copier, alors que sa raison d’être biologique est, munie d’un génôme complet et de ses ovules, la perpétuation de l’espèce, en survie précaire permanente, comme nous le rappelle cette épidémie.

        • Untel // 27.10.2020 à 20h41

          « L’homme est un idiot comportemental, biologiquement présent seulement pour féconder. ». Vous êtes sérieux ? Ce genre de propos est alucinant. Personne ne réagit. Vous auriez remplacer homme par femme et ce commentaire n’aurai même pas passé la validation.

    • Incognitototo // 27.10.2020 à 04h38

      Heu… que l’égalité intersexe est une vaste fumisterie ?

      • Bernard // 27.10.2020 à 12h59

        Vous vous aventurez là sur un terrain glissant 🙂

        • Incognitototo // 27.10.2020 à 17h34

          Je plaisantais évidemment, ou presque… 🙂 On sait depuis longtemps que les physiologies masculines et féminines sont significativement inégalitaires (seulement 98,2 % de correspondances génomiques entre un homme et une femme, contre 99,9 % entre personnes du même sexe), au point que l’Académie de médecine préconise (depuis 2016) une médecine différenciée qui tiendrait compte de ces différences, mais tout également que les essais cliniques mettent en place des protocoles spécifiques pour ne pas négliger ces « divergences ».

          Bref, je ne faisais que rappeler une évidence, sans aucune arrière-pensée politique, ou presque… puisque même légalement (en dehors de la physiologie), il ne suffit pas de décréter une égalité, encore faut-il la faire appliquer.

          • Guise // 27.10.2020 à 23h23

            @Incognitototo Oui : malgré la propagande séculaire, comme celle des JO, qui essaye de nous faire rentrer dans le crâne que les hommes sont les meilleurs physiquement…
            il s’avère que, contrairement à ce que ces cérémonies sportives médiatisées à outrance veulent faire imaginer, les femmes sont plus résistantes que les hommes face à un virus. Moins bonnes au lancer de poids, certes.

            Et aucune loi ne permettra de décréter une égalité sur ce plan.

            • Incognitototo // 28.10.2020 à 00h06

              Pas tous les virus, exemple, le papillomavirus touche essentiellement la population féminine, et il y a de nombreuses maladies qui les touchent plus que les hommes, et vice versa… mais oui, globalement, elles sont plus résistantes que nous.

              Moins bonnes au lancer du poids ? Vous dites ça parce que vous n’avez pas connu ma mère… championne familiale du lancer de savates, capable d’atteindre 2 cibles sur 3 (mes 2 frères et/ou moi), en fuite rapide après une bêtise, avec une précision diabolique… Quant à sa rapidité, même Bruce Lee n’aurait pas pu rivaliser avec son cassage de manche à balai sur nos crânes…
              Une vraie injustice, car jamais la fédération olympique n’a voulu reconnaître ces nobles sports qui auraient relégué la soi-disant puissance masculine au placard… 🙂

  • Ando // 26.10.2020 à 21h20

    Une étude curieuse récemment publiée faisait un lien entre certaines formes graves d’infection par le covid19 et le fait de porter des fragments de gènes provenant de l’homme de Neanderthal.

    • joe billy // 01.11.2020 à 19h08

      Plus curieux que l’étude elle-même, c’est que cela n’intéresse personne en France. Je m’interroge : serait-ce parce que peu de gens savent que les néandertaliens ont légué jusqu’à 5% de leur ADN aux descendants homo sapiens sortis d’Afrique qui avaient copulé avec eux ? Ou est-ce parce qu’il n’est pas bien pensant d’admettre de telles différences génétiques face à la maladie ? Aucune idée. Cela pourrait expliquer pourquoi les africains (et d’autres) sont peu touchés par le covid !

  • Julie // 26.10.2020 à 21h35

    L Australie rouvre après trois mois de confinement; plus de cas.. oui mais au prix d’une quarantaine imposée en hôtel pour tout arrivant de l’extérieur. Mêmes méthodes en Asie, même succès.
    Par ailleurs, tracer les contacts « suceptibles d’avoir été infectés » ne sert à rien sauf comme d’habitude à déresponsabiliser les gens qui pourraient eux-mêmes (pour ceux qui sont en état, évidemment) de contacter leurs proches, et c’est bien la recherche en amont, la seule qui est pratiquée en Asie, qui fonctionne afin d’identifier les « super-spreaders ».

    • MS // 27.10.2020 à 09h28

      C’est sans doute en grande partie vrai, mais cela ne peut se faire que dans des pays qui ont gardé des frontières et où la libre circulation n’est pas pas le postulat de base de la politique économique.

    • eugeniegrandet // 30.10.2020 à 15h59

      ben l’Australie, la nouvelle zélande, taïwan, Singapore d’une certaine manière, sont des îles.
      c’est quand même beaucoup plus facile.

  • TAMARAIV // 26.10.2020 à 23h04

    C sympa toutes ces statistiques mais cela ne dit rien du terrain.
    Infirmière depuis 34 ans , j’ai donc commencé ma carrière avec le SIDA. Les morts ok mais les autres dont on parle si peu. Ceux qui auront à suivre une rééducation lourde et onéreuse. Les hémiplégies, des anosmie qui perdurent ( une jeune collègue de 24 ans n’a toujours pas récupéré depuis 7 mois).
    Ces patients qui ont présenté des troubles cognitifs et qui restent perchés.
    Pas un problème d’Europe…un problème individuel dans chaque pays. Le Portugal, l’Allemagne toujours, la Finlande, la Norvège.
    En France et suis urgentiste…le grand n’importe quoi. Tous les urgentistes ont chopé le COVID . Bronca d’aides soignants et d’infirmiers à qui l’on disait de ne pas porter de masques alors que nous en portons d’un bout à l’autre de l’année pour les tuberculoses, BHRe, grippes…de qui se moque-t-on ?
    Qui n’a pas eu un herpès labiale, une grippe…of course qu’un virus est récurrent..pourquoi affirmer avec bcp d’arrogance que c’était impossible ? Stratégie de merde…il existe un doc de Bégin de 2018…qui a suivi les reco…tout y était. Pourquoi confier un problème de santé publique à des PU-PH aux ego monstrueux ?
    Manque d’humilité, arrogance…là qu’il y a eu problème. Maroc, 35 millions d’hab…3250 morts…pourquoi ?
    Parce qu’ils ont écouté…tout simplement ! Dégoutée, je repars au libéral pour ne plus dépendre de crétins arrogants ! J’ai différé cette intention pour participer aux réjouissances en acceptant de diviser mes revenus par 2 ..7 kg de moins plus tard !.

  • 78 ans // 26.10.2020 à 23h11

    La France, et pas seulement, n’est jamais sortie de ladite première vague, ayant raté et son confinement et son déconfinement (docteur Philippe Klein, médecin français resté à Wuhan). Elle est donc toujours prisonnière de l’unique vague, au cœur d’une débâcle qui présage l’effondrement systémique qui vient. Il eut fallu se résoudre à apprendre des pays qui ont vaincu la COVID-19, notamment en Asie et en Afrique, à commencer par la Chine… puis solliciter une aide précieuse de leur part. Mais quand on se croit si supérieur au « reste » de l’humanité… on échoue fatalement où la France se trouve aujourd’hui.

    https://www.cdse.fr/covid-19-et-deconfinement-en-chine-partage-d-experience-du-dr-philippe-klein

    https://www.franceinter.fr/monde/philippe-klein-j-ai-conseille-a-emmanuel-macron-un-confinement-strict-tout-arreter-pendant-quinze-jours

    https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1740637/occident-deconfinement-covid-entrevue-philippe-klein-medecin

    https://www.youtube.com/watch?v=LifS4tV2CnY

  • fg // 26.10.2020 à 23h31

    Il n y a aucune mesure de distanciation pour des millions d élèves, adolescents et jeunes adultes, des colleges et lycées, qui se côtoient dans des classes confinées avec des masques peu protecteurs souvent très mal portes. Pas de distanciation dans les cantines, pas de recherche de cas contact sous prétexte de port du masques. À l heure du couvre feu, c est open bar dans l éducation nationale, et l omerta sur une évidente source de contamination importante pour l ensemble de la population
    ..

  • Evargalo // 27.10.2020 à 10h12

    Bonjour,

    Où peut-on trouver une notice méthodologique pour votre simulation ?
    Je cherche notamment des précisions sur le modèle, les hypothèses, les différents scénarios si plusieurs ont été testés, la variance (si le modèle est fréquentiste), les dates d’estimation.

    • JohnnyCash // 27.10.2020 à 13h01

      J’ai posé la même question hier.
      En particulier, j’aimerias bien voir ce que ce modèle sur la première vague (parce que là le modèle débute dans la phase de descente de la 1ere vague)

  • flovannes // 27.10.2020 à 12h22

    J’aime bien comprendre les choses et j’ai un esprit assez logique mais il y des choses qui m’echappent:
    Suede pas de confinement a priori peu de tests mortalité : 60 / 100 000 hab
    Argentine confinement generalisé depuis mars : 65 / 100 000 hab

    quel est l’explication ? l’argentine n’est pas plus enclavé que la suede geographiquement
    Le peuple suedois est plus respectueux des gestes barierre ? Le climat argentin est plus propice ? Qu’a mieux fait le gourvenement suedois par rapport au gvt argentin ?
    Le hasard ?

    Ca reste un mystere pour moi si quelqu’un a des pistes je suis preneur ( il y a forcement une explication )

    • Euls // 27.10.2020 à 16h50

      Quel intérêt de comparer un pays à un autre de l’autre côté du globe ? Il suffit de comparer la Suède à son plus proche voisin à tous les niveaux, la Norvège, pour se rendre compte qu’elle fait beaucoup moins bien.

      Ceci dit, c’est sans doute déjà un peu trompeur, car les différences, même entre la Suède et la Norvège, sont probablement trop nombreuses pour en tirer une réelle leçon. Alors avec l’Argentine…

  • mdacier // 27.10.2020 à 13h29

    « La visualisation par tranche d’âge est atterrante »

    Et pourquoi ???

    C’est assez logique qu’il y ait bcp de dépistés positifs parmi des personnes de 60 ans et -.
    On rappele que bcp de ceux qui se font depister le font parce qu’il sont sujets contacts, notamment au travail.
    Rien d’illogique qu’il y ait bcp de + (souvent asymptomatique) relativement jeunes.

  • tachyon // 27.10.2020 à 16h28

    « ….Rappelez vous du paquebot largement contaminé en mars, du Charles de Gaulle, où encore de cet exemple où une passagère Chinoise asymptomatique a contaminé en 100 minutes 23 personnes, dans un bus (où personne n’était masqué) :… »
    L’air conditionné semble être le responsable de la dissémination puisque des passagers situés très loin (à l’arrière du bus) ont été contaminés.
    Donc le virus est aéroporté (aérosol). Donc les masques (qui n’arrêtent pas les aérosols) ne servent pas à grand chose dans de telles situations. D’où l’aberration de porter un masque en se déplaçant dans un restaurant et de le retirer pour boire, manger (et tatasser).

    • jp // 27.10.2020 à 18h00

      Depuis la célèbre Maladie des Légionnaires ont sait parfaitement que l’air conditionné peut poser de sérieux problèmes respiratoires d’ordre infectieux.

    • Bernard // 27.10.2020 à 19h17

      Le fait que le virus puisse être aéroporté n’enlève pas le fait qu’il se trouve *aussi* dans les postillons, qui, eux, sont arrêtés par un simple masque porté par le postillonneur.

      Ce qui évite au porteur du masque de tout contaminer sur son passage, y compris de contaminer les masques des autres.

  • mike // 27.10.2020 à 19h49

    Le modèle mathématique avec 4 types de projections radicalement différentes, c’est très pratique cela permet de dire plus tard : « vous voyez j’avais raison » !
    Déjà qu’avec les stats on obtient toujours ce que l’on veut obtenir, alors les projections mathématiques n’en parlons même pas (en tout cas en médecine)
    Le Covid peut tuer (mais cela reste une infection avec un taux de mortalité bas) et la population à risque est parfaitement connue, et le profil des malades reste le même depuis le début.
    C’est cela la réalité, et la terrible vague qui va terrasser des familles entières n’existera JAMAIS…..et je sais un peu de quoi je parle, je géré un service COVID avec 34 patients dans la tranche la plus à risque.

  • Betty // 27.10.2020 à 20h56

    Il est affirmé que: « Cela confirme ce que l’ont savait à savoir que le virus n’a pas muté,(…) ».
    Visiblement ce n’est pas ce qui est défendu dans cet article de Sciences et Avenir qui se pose ces questions: « Le virus a-t-il muté ? Est-il vraiment devenu plus contagieux ? Est-il moins ou plus dangereux ? Le point sur les 12.000 mutations du coronavirus observées depuis le début de la pandémie et leurs effets sur la maladie. » : « (…) Le coronavirus mute tout le temps. Car chaque particule virale, lorsqu’elle infecte une de nos cellules, peut produire des milliards de descendantes. Or pour cela, elle doit copier son génome sous forme d’ARN sur chaque particule descendante. Immanquablement, des erreurs de copie sont faites dans la longue succession de bases nucléiques (A, G, C, U) qui constituent les gènes du virus. (…) Enfin, tous les virologues s’accordent à dire que le taux de mutation de Sars-CoV-2 n’a pas changé et reste d’environ deux mutations par mois. » https://www.sciencesetavenir.fr/sante/coronavirus-les-mutations-de-sars-cov-2-l-ont-elles-rendu-moins-dangereux_148015

    • tachyon // 28.10.2020 à 10h16

      Les virus mutent tout le temps…
      C’est pour ça que le vaccin (contre la grippe par exemple) peut échouer en ciblant une souche disparue (ou peu répandue).
      Cela permet aussi de « tracer » les antécédents génétiques (et géographiques) d’une souche donnée.
      C’est pour ça aussi qu’un virus peut passer d’une espèce à une autre. La chauve-souris et le pangolin en savent quelque chose…

    • Bernard // 28.10.2020 à 12h53

      Il faut bien comprendre que, au fond, le « virus », c’est nous car c’est bien nous qui le propageons. Et, ce qui « mute » ici, c’est juste nos comportements.
      Si on se confine, l’épidémie baisse. Et si on fait les cons, et bien l’épidémie repart. C’est aussi simple que cela.

      • jp // 28.10.2020 à 14h21

        Derrière la simplicité apparente se cache souvent l’extrême complexité. Par exemple l’homme est-il le support unique alors que cette épidémie est parait-il un passage de l’animal à l’homme. A t’on les détails précis étudiés quantifiés vérifiés et fiables des conditions vraies, en fonction du milieu de la saison de la génétique, des mécanismes internes du virus, etc… d’une intercontamination ? pour l’instant pas vraiment !

        • Bernard // 28.10.2020 à 16h05

          C’est vrai que l’on ne connaît pas tout du mode de transmission mais on sait déjà que le confinement en avril a fonctionné. On sait aussi que cela a commencé à repartir en juillet/aout et principalement chez les jeunes qui, on s’en doute, ont « fait les cons » comme chaque été.

          Et, surtout, on sait que la Corée du Sud et la Chine réussissent à parfaitement contenir ce virus. On y arriverait donc aussi si on y mettait tous réellement les moyens. Mais par, exemple, seulement 3% des Français avaient installé l’appli StopCovid alors qu’elle est gratuite ! Il nous arrive donc maintenant rien d’autre que ce que nous avons mérité.

          • jp // 28.10.2020 à 20h47

            La jeunesse on ne l’a qu’une fois !! Quelle folie intellectuelle conduit des adultes à rendre responsable les jeunes, petits enfants compris qui sont effectivement des bouillons de culture, responsables des problèmes de toute une Société.
            J’ai 76ans. Je sais que je suis un vieux c.. qui vit maintenant malgré moi totalement au crochets des plus jeunes. Il ne me viendrait jamais à l’esprit que des jeunes seraient responsables de ma mort prochaine. Vive la Jeunesse. Laissons vivre les jeunes . . Dans peu de temps ils seront tous flétris. Et dire Il y a peu d’années on envoyait tous les jeunes se faire tuer à la guerre pour sauver la Patrie. Maintenant seul compte la survie des vieux. Pauvres jeunes Français. A quand leur révolte ?

            • Les-crises // 28.10.2020 à 21h11

              Ce qui est triste, c’est que beaucoup n’arrivent à prendre en considération le fait que les virus abîme aussi le corps des jeunes…

            • Bernard // 29.10.2020 à 10h49

              Les jeunes (adultes) sont autant responsables que les « vieux » du choix de la Société dans laquelle ils veulent vivre.

        • Julie // 29.10.2020 à 13h09

          Aux Pays-Bas et aux Etats-Unis des élevages de rongeurs utilisés pour leur fourrure ont été abattus après des contaminations qui semblent être allées dans le sens humain/animal. Et apparemment le sens contraire est documenté aussi
          https://www.government.nl/latest/news/2020/05/19/new-results-from-research-into-covid-19-on-mink-farms
          https://www.sciencemag.org/news/2020/08/covid-19-hits-us-mink-farms-after-ripping-through-europe

  • Teillerie Jacques // 28.10.2020 à 08h22

    Bravo pour ces explications et l’approche effectué pour trouver le modèle mathématique et la façon de le corriger.

  • Subotai // 28.10.2020 à 18h53

    Je ne sais pas si quelqu’un a vu la série Russe « To the lake » sélection au Festival de Cannes pour les Séries en 2019.
    Elle me fait froid dans le dos. J’en suis à la moitié.
    Il y a, à un moment, un jeune homme, Misha, autiste Asperger, qui énonce des faits historiques lors d’une épidémie de « peste » en Russie au XVIIe siècle. Et comment se sont comportées les populations – groupes sociaux, chacune dans son « rôle » et dans sa « cohérence » immuable.
    Je commence à guetter le moment où les forces armées nationales déplaceront des populations par la force, pour leur Bien.
    Je sais que ce jour là sera « un beau jour pour mourir ».

  • unasc // 28.10.2020 à 23h25

    Juste un élément : une mutation de virus, ça se mesure à son génome. Que les courbes décrivent une contagiosité/létalité comparable ne signifie pas qu’il n’y ait pas eu de mutation (ce qui semble-t-il arrive tout le temps avec des virus à ARN)

    • VVR // 29.10.2020 à 09h20

      Oui, il aurait été plus juste de parler de mutation significative et persistante. On parle alors de variante, car il va avoir globalement le même sérotype. Si le virus mute tout le temps, il va falloir que la mutation le rende beaucoups plus efficace pour qu’il puisse prendre le dessus sur la variante dominante (et aussi avoir beaucoups de chance puisque qu’il naît au beau milieu d’une guerre dirigée contre lui).

      Le virus qui touche l’europe par exemple est une variante beaucoups plus active, in vitro plusieurs dizaines de fois, de la souche asiatique. C’est aussi celle qui a contaminé New York, via un patient italien semble-t-il.

      • R1 // 29.10.2020 à 14h43

        La variante actuelle en Europe semble plutôt venir d’Espagne d’après l’Université de Bâle.

        Ps : Et merci aux censeurs pour la suppression de mon post initial, continuez comme ça les gars, vous faites du très bon taf ; la macronie est fière de vous.

        • VVR // 29.10.2020 à 15h34

          Si l’on parle de la variante actuellement active en France (depuis le 10 septembre) Nextstrain la fait apparaitre des émirats arabes unis, suivit d’un passage par l’amérique du sud et finalement, effectivement, l’espagne.

          Mais ce qui circule en ce moment en Espagne est différent, et circule également aux Pays Bas, Royaume Unis et plus récemment Nouvelle-Zélande. Ce qui est par ailleurs totalement distinct de ce qui circule en Australie.

          Pour l’Allemagne, Il semblerait que l’origine soit la malaisie, l’asie dans son ensemble étant principalement touchée par de trés proches cousins de ce qui circulait en chine.

          Tout ceci a prendre avec des pincettes, beaucoup d’analyses se contentent d’une précision approximative quand a la lecture du génome, et sur un nombre très limité de malades.

      • tachyon // 29.10.2020 à 15h17

        Logiquement la survie d’un virus dans une population dépend :
        – de sa contagiosité (capacité à infecter avec une très faible charge virale),
        – et surtout de sa « furtivité » : très faibles effets graves, idéalement (pour le virus) l’asymptomatisme.

        • Bernard // 29.10.2020 à 17h37

          Le problème entre le Covid et l’Humain, c’est justement que le Covid et souvent symptomatique. Les hospitalisés, ceux qui ne sont pas encore morts, pourraient vous en parler. 😉
          Et c’est bien pour cette raison que, en Corée du Sud et même en Chine, ce virus n’a pas survécu.

  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications