Les Crises Les Crises
18.février.202118.2.2021
Article LesCrises

Pandémie Covid-19 : où en sommes-nous ? (au 18 février)

Merci 190
J'envoie

Nous constatons cette semaine une baisse des contaminations, probablement multifactorielle, comme nous allons le voir. Cependant, l’épidémie reste à des niveaux inquiétants, 400 personnes meurent chaque jour depuis plus de 100 jours, et les variants progressent toujours, nouveau signe de la gestion plus que calamiteuse du gouvernement.

Plan du billet :

Enfin, nous rappelons qu’un bon moyen de nous soutenir consiste simplement à nous suivre sur Facebook et Twitter (ici et ) – merci d’avance !

N.B. : comme on m’a posé la question, je rappelle que ma formation est actuaire-statisticien spécialisé en mortalité ; elle conduit donc à faire ce genre d’analyses.

I. Incidence en France

1-1 La situation au niveau national

Voici l’évolution du nombre de nouveaux cas dépistés en France depuis début mai :

On constate donc qu’après avoir été nettement atténuée par le deuxième confinement, l’épidémie a repris sa croissance dès décembre et qu’elle diminue depuis une dizaine de jours. Il convient toutefois de rester prudent dans l’interprétation.

On note bien cette baisse sur ce graphique représentant la croissance du nombre de cas (c’est-à-dire la fonction dérivée du nombre de cas), mais qui semble déjà marquer le pas :

Lecture : quand la courbe bleue est sur fond rouge, l’épidémie est en croissance ; quand elle est sur fond vert, elle est en décroissance. Quand la courbe monte, l’épidémie accélère, quand elle descend, elle décélère.

Cette évolution semble pouvoir s’expliquer par 3 causes :

  • d’abord, le couvre feu à 18h00, qui transforme nos vies en un semi-confinement, sachant que la plupart des lieux de rencontre sont fermés depuis des mois ;
  • ensuite, le début des vacances scolaires, les enfants ayant un rôle dans la poursuite de l’épidémie ;
  • enfin, probablement la vague de froid, qui a poussé les gens à rester encore plus chez eux.

Précision : au vu des caractéristiques du virus et de la volonté de lutter contre lui, il n’est pas possible de réaliser la moindre anticipation sérieuse de l’évolution du nombre de cas.

1-2 Les tests

On observe que le nombre de tests diminue légèrement, comme le taux de positivité :

On observe bien ceci au niveau de la croissance du nombre de tests (le gros pic correspond aux vacances de Noël) :

Rappelons que nous testons environ 3 % de la population adulte chaque semaine.

1-3 L’épidémie « réelle »

Comme on ne teste que les personnes qui se présentent, on oublie donc de tester les personnes symptomatiques qui ne le désirent pas, et les asymptomatiques qui n’ont pas été identifiés comme étant des cas contacts. Selon l’Inserm, on n’identifie pas entre la moitié et les deux tiers des personnes réellement contaminées.

Nous vous proposons donc une estimation de l’épidémie réelle afin d’obtenir le nombre de nouvelles contaminations chaque jour :

On note qu’au printemps, l’activité de test (le petit trait en vert) était presque invisible, tant elle était marginale.

La veille des deux confinements, on devait approcher les 125 000 contaminations par jour ; nous sommes probablement autour de 50 000 actuellement, soit 2,5 fois moins.

1-4 Situation départementale

Voici le niveau départemental actuel de vulnérabilité face à la maladie :

Elle se passe de commentaires…

Pour bien montrer l’échec des confinements Canada Dry du gouvernement, rappelons que trois mois après la fin du premier confinement, la situation mi-août était de 3 départements à risque élevé et 21 à risque modéré :

Voici le taux de reproduction moyen par région :

Il est surtout intéressant d’observer le nombre total de nouveaux cas chaque jour par département :

Il y a seulement une quinzaine de départements qui connaissent très peu de cas chaque jour.

Après avoir observé le niveau absolu, il est intéressant d’observer son évolution :

Comme nous l’avons vu, l’évolution est actuellement plutôt légèrement favorable.

Voici l’évolution en graphique pour les départements les plus touchés :

Le département des Bouches-du-Rhône est donc le plus touché de la métropole, mais la situation s’y stabilise.

Voici le détail pour l’Île-de-France :

On voit que l’épidémie stagne peu dans ces départements, mais progresse toujours, sous la pression des nouveaux variants qui eux sont très présents.

1-5 Situation par âge

Enfin, point très important, voici le taux de positivité selon l’âge des contaminés :

On constate que la positivité diminue sur la plupart des classes d’âge, et plus fortement chez les plus de 90 ans : à l’évidence, l’effet du vaccin commence à se faire sentir.

Voici l’évolution pour celles les plus à risques :

Le taux reste toutefois à un niveau absolu élevé.

Voici en effet ce que cela donne en nombre de personnes testées positives :

En plus de cette représentation classique, nous vous proposons le même graphique, mais présenté ainsi, afin de bien voir l’évolution pour les plus de 60 ans, population à risque :

Et ici, voici un zoom sur les 50-70 ans et les plus de 70 ans :

Le réservoir de futurs décès reste hélas très important…

II. Hospitalisations en France

La tendance sur les admissions à l’hôpital pour Covid-19 est désormais également à la baisse autour de 1 400 hospitalisations par jour (soit quand même 500 000 par an à ce rythme) :

On peut l’observer en traçant la croissance des nouvelles hospitalisations, dont on constate l’évolution positive :

Cela donne ceci sur le nombre total de personnes hospitalisées :

Cela fait donc 3 mois que 25 000 à 30 000 personnes sont hospitalisées en permanence pour Covid-19.

Voici enfin la carte des nouvelles hospitalisations :

et celle du nombre total de personnes hospitalisées :

Les réanimations stagnent également après une nette hausse :

Et voici pour l’évolution, qui devient donc négative :

Ce qui donne ceci pour le nombre total de personnes en réanimation :

Voici enfin la carte des nouvelles entrées en réanimation :

et celle du nombre total de personnes hospitalisées en réanimation:

Et voici enfin la part des patients Covid-19 dans le total des personnes en réanimation (qui prennent donc la place des malades normalement reçus…) :

La situation est donc toujours très problématique à l’hôpital.

III. Décès en France

Voici enfin la situation au niveau des décès par Covid-19 en France :

Là encore, on observe un plateau du nombre de décès, mais à un niveau effrayant de 400 morts par jour. Et presque plus personne n’en parle…

On vient donc de dépasser le bilan effroyable de 80 000 morts, et, à ce rythme, les 100 000 morts seraient atteints début avril :

Ceci confirme bien le potentiel de mortalité du Coronavirus que nous évoquions dès le début de l’épidémie : 200 000 à 300 000 morts, vu qu’en avril, environ 15 % de la population aura été touchée, et que des exemples brésiliens ou italiens ont montré qu’il pouvait monter à 50 ou 60 % de personnes contaminées.

Si nous rapprochons le nombre de décès de notre estimation des cas réels, on voit bien qu’il y a un décalage d’un mois entre les pics, et qu’il y avait très peu de décès début mars quand l’épidémie avait le niveau actuel :

Voici pour conclure la carte des décès hebdomadaires :

IV. Conclusion pour la France

La montée actuelle des variants dans notre pays ainsi que le laxisme de Macron, toujours fier de ne pas écouter les scientifiques, fait craindre une reprise prochaine de l’épidémie en raison de la hausse des variants dans un contexte de lenteur à vacciner.

Des nouvelles du grand timonier de la « Corée de l’Ouest »… (source)

Le « pari » de Macron d’un laissez-faire maximal est un pari dangereux, nous condamnant déjà de façon certaine à cette vie mise en parenthèses pour encore plusieurs mois. Le premier confinement a divisé le nombre de morts par 50, le deuxième par 2, montrant bien la priorité accordée au patronat, qui se traduira par de nombreux morts et une récession profonde. Nous vous renvoyons d’ailleurs à cet article de Frédéric Lordon, si bien nommé « Les Sociopathes, de France Telecom à Macron. »

Cette doctrine de « Vivre avec le virus » alors que la stratégie gagnante sur la planète est « Vivre sans le virus », appliquée en Asie et en Océanie, où les gens vivent normalement après quelques efforts, sans dommages économiques ni mentaux. En Australie, la ville de Perth a été confinée 5 jours pour UN cas détecté de Covid, mais ils vivent joyeusement depuis lors sans virus.

Une stratégie Zéro Covid (Cliquer pour agrandir)

Cette carte de l’épidémie montre la faillite de l’Occident, et l’efficacité de l’Asie, qui sera probablement la région dominante de la Planète dans quelques décennies.

Quant à nous, nous continuons tels des somnambules à joyeusement vacciner une population où circule abondement le virus (qui tue 400 personnes par jour), fantastique moyen darwinien de faire surgir un nouveau variant résistant au vaccin…

V. Incidence en Europe

Voici la situation chez nos voisins européens :

Si l’épidémie semble désormais maîtrisée chez nos voisins, on note que l’Angleterre a été très fortement frappée par le variant anglais johnsonien, variant que nous laissons donc prospérer chez nous, bien qu’il soit sans doute plus contagieux et plus mortel.

Voici d’ailleurs une carte plus précise de la situation régionale en Europe. :

Pratiquement aucune région n’est épargnée par la Covid…

Comme il y a un retard de 2 à 3 semaines entre nouveaux cas et décès, la mortalité vient de passer son pic en Angleterre, qui est fortement confinée :

Il va donc falloir surveiller de près la situation dans les prochaines semaines.

VI. Incidence dans les pays les plus touchés

Voici enfin la situation dans les pays actuellement les plus touchés :

La situation aux États-Unis, au Brésil et en Russie reste dramatique.

Voici un zoom sur l’Amérique latine :

La situation est également critique au Mexique et en Colombie.

Voici pour les décès :

On voit que le nombre de décès atteint des niveaux dramatiques et stagnants dans les pays les plus touchés, avec 500 à 3 000 morts par jour.

Voici enfin la situation des décès en Amérique latine :

Par chance, beaucoup de pays ont pris des mesures de protection des plus âgés (ou bien ils disposent de systèmes sociaux particuliers, ne les regroupant pas dans des Ehpads).

VII. Situation mondiale

Voici pour commencer la carte mondiale de l’épidémie – qui frappe actuellement durement l’Amérique. :

Voici pour le nombre de cas par continent :

On constate que l’épidémie décroit enfin en Amérique, après un pic à 350 000 cas détectés par jour. L’Europe poursuit également sa décroissance.

On a ceci en cumulant les zones pour arriver à la situation mondiale :

L’épidémie décroit donc nettement au niveau mondial en raison des politiques menées, avec encore 500 000 contaminations par jour.

Et on a ceci avec les cas cumulés depuis l’origine :

On constate que l’Amérique a été très fortement frappée, avec près de 50 millions de cas détectés, et que l’Asie ne dépasse pas 20 millions alors qu’elle est bien plus peuplée. L’Europe a également été durement frappée avec une trentaine de millions (en réalité bien plus, mais comme elle a moins testé au début, cela fausse quelque peu ce graphique).

Au final, 100 millions de personnes ont été testées positives à la Covid-19 – et beaucoup plus l’ont attrapée :


Voici la situation au niveau des décès :

On constate à quel point l’Occident a été durement frappé.

À 12 000 décès par jour, nous semblons actuellement avoir dépassé le pic des décès quotidiens, autour de 13 000 morts par jour.

Au final, les courbes des décès cumulés ressemblent évidemment aux courbes des cas cumulés :

Désormais, plus de 2 000 000 de personnes sont mortes de la Covid-19, 1 000 000 en Amérique, 600 000 en Europe et 400 000 en Asie.

VIII. La vaccination

8-1 En France

Voici un point sur la vaccination en France :

On constate que les injections ont plafonné à 90 000 par jour le 20 janvier, et diminuent depuis. C’était attendu, vu que nous ne recevons qu’environ 60 000 doses par jour (400 000 par semaine).

Cela a permis d’injecter la première dose à près de 2,5 millions de Français.

8-2 Dans le monde

Voici la répartition des injections quotidiennes dans le monde, qui atteignent 6 millions par semaine :

soit plus de 40 millions par semaine :

En cumulant, on constate que près de 180 millions de personnes ont désormais été vaccinées :

et en cumulant chaque semaine :

Voici la situation au 15 février, les États-Unis ont été très efficaces avec près de 50 millions de vaccinés :

Enfin, voici la situation en pourcentage de la population vaccinée :

Des nouvelles de « l’Europe puissance »…

Il y a une remarquable performance du Royaume-Uni, mais elle a hélas été obtenue en ayant différé l’injection de la seconde dose, et donc en réduisant l’efficacité du vaccin :

IX. Un dernier conseil Santé

Petit rappel : si vous êtes une personne vulnérable (plus de 65 ans, ou plus jeune mais avec des comorbidités, telles que cancer, obésité, diabète etc.) non atteinte par la Covid, ou son (sa) conjoint(e), préférez le port du masque FFP2 / KN95 qui protègent le porteur (plutôt que les masques chirurgicaux bleus qui servent à empêcher les porteurs du virus de contaminer les autres; les masques en tissu ont quant à eux une efficacité variable et discutée).

En effet, si vous croisez des personnes dans des lieux clos mal ventilés (lieux qui favorisent l’aérosolisation), vous serez mieux protégés avec ces masques. On peut en trouver dans certaines pharmacies (insistez…) ou sur Internet ; prenez toujours des certifiés CE.


Merci d’avoir lu cet article jusqu’au bout ! Nous espérons qu’il vous a intéressé.

Olivier Berruyer

P.S. Vous pouvez nous suivre sur Facebook et Twitter (ici et ) – merci d’avance pour votre soutien !

124 réactions et commentaires

  • Stephan // 18.02.2021 à 07h55

    Bonjour : il manque une donnée importante mais difficile à appréhender. Après un an, il y a désormais des millions de personnes asymptomatiques qui ont eu le virus et ont développé une immunité. Où en sommes nous en terme d’immunité collective ?

    • Herman // 18.02.2021 à 10h35

      L’immunité ne dure que quelques mois, et semble d’autant plus courte que les symptômes sont légers. Voir Manaus qui a pris une nouvelle vague juste quelques mois après que 75% de la population ait été contaminée…

  • calal // 18.02.2021 à 07h58

    vent du sud et climat printanier sec annonce pour la semaine prochaine: poursuite de la baisse du nombre de cas probable sauf si on se met a ouvrir les « lieux culturels » (quoique cela soit surement du baratin en vue des elections regionnales comme beaucoup de puis 15 jours)…

    N’aller pas vous enfermer dans des lieux culturels: aller prendre de l’oxygene,du soleil et de la vitamine d dehors…c’est gratuit,ca fait pas augmenter ni le pib ni la dette…

  • Arnaud // 18.02.2021 à 08h06

    Bonjour et merci Olivier pour ces billets toujours très intéressants,
    je suis assez etonné du discours que vous tenez sur cette pandémie (bien reelle)
    Pour avoir lu pas mal d’analyses différentes sur le sujet, je suis arrivé à la conclusion qu’on est finalement face à un maladie hivernale certes un peu plus sévère que d’habitude, mais bon, c’est pas Ebola non plus…
    Je pense que tout ce « cirque » poursuit d’autres objectifs…
    Est-ce le moyen que nos dirigeant ont trouvé pour gérer l’effondrement latent ?…

    • Cloth // 18.02.2021 à 09h19

      Vous vous rappelez de la contagiosité de base, le R0 dont on parlait en début d’épidémie lorsqu’il n’y avait pas de mesures sanitaire ? Elle n’a pas changé, ou plutôt si, on a trouvé des variants avec une plus grande contagiosité. La faible croissance depuis dès mois est la conséquence de nos mesures de prévention.

      Vous vous rappelez des hôpitaux proches de l’effondrement ? De la deprogrammation massive des actes non essentiels ? Vous avez conscience que nous sommes toujours resté au deçà de l’effondrement sanitaire ?

      Et pour maladie hivernale, cela commence bien tôt et fini bien tard. Ce serait plutôt une maladie automno-hiverno-printanière.

      • Kasper // 18.02.2021 à 12h41

        automno-hiverno-printanière qui continue de circuler en été, et dans les pays chauds tout au long de l’année☝️

        • Flovannes56 // 18.02.2021 à 22h50

          Je pense qu’on réagit tous différemment dans les périodes de crises .
          Ce site etait habituellement tout en nuances , mais sur le sujet du covid-19 il ne l’est plus …
          Citation de l’article :  » Le premier confinement a divisé le nombre de morts par 50  » 30000×50= 1.5 millions de morts ? Ça paraît tellement farfelus que vous perdez beaucoup en crédibilité …

          La seul chose a faire c’est l’étude des décès en France et de se point de vue c’est assez peu inquiétant pour les moins de 60 ans en bonne santé pour les autres il faut effectivement être très prudent …

          • un citoyen // 19.02.2021 à 14h19

            D’une ou plusieurs erreur(s) à décrédibiliser, je trouve que le raccourci est facile.
            Par exemple, je ne me permettrais pas de le faire sur votre commentaire par ses quelques fautes de français, voyez-vous (sans compter que j’en fais souvent aussi).
            L’élaboration d’un document assez long ne doit pas être forcément simple lors de sa mise en forme, on peut mélanger les chiffres avec d’autres lorsque de nombreux points nécessitant des mesures sont présents. Ce serait moins le cas avec un grand journal où les moyens dans la vérification avant publication sont plus importants.

            Si on estime le nombre de morts potentiels total entre 200000 et 300000, il suffirait simplement de demander de rectifier ce 50 par 7 ou 10 pour la 1ère vague (30000×7=210000 ; 30000×10=300000) et 2 par 3,5 ou 5,5 pour la seconde -dont on n’est pas sorti- (50000×3,5=175000 ; 50000×5,5=275000), et la rédaction du site le comprendrait afin que le document se rapproche au plus près de la réalité.

            « […] c’est assez peu inquiétant pour les moins de 60 ans […] » Hmm, pas d’accord avec vous encore une fois, n’oubliez pas les nombreux cas qui ont eu le covid, en ont échappé mais qui ont eu des séquelles après, sans compter que le vaccin ne sera accessible pour cette classe que dans plusieurs semaines ou plusieurs mois.

            • Flovannes56 // 20.02.2021 à 10h21

              Entre x50 et x7 (probablement ) ce n’est pas la même chose
              Le problème avec cette crise c’est que l’on avance a vue aussi bien les scientifiques que les journalistes et les politiques .
              J’ai lu une bonne partie des articles publiés ici et partagé par thinkerview ( beaucoup d’articles en commun) .
              Leurs point commun est l’utilisation du conditionnel car il s’agit systématiquement d’hypothèses qui se vérifierons ou pas …
              Et thinkerview et les crises prennent chaque articles comme un fait etabli alors qu’il s’agit d’une hypothèse .

              D’où sort le chiffre de 1 bon million personnes avec des séquelles symptomatique ? Il faudrait la source …

              Évidement la stratégie du zéro covid est la meilleure il n’y a pas de débat la dessus …

            • un citoyen // 20.02.2021 à 12h22

              « Entre x50 et x7 (probablement) ce n’est pas la même chose »
              Oui, en effet (je ne comprends d’ailleurs pas pourquoi ce n’est pas encore corrigé depuis hier, nos messages ne semblent pas avoir été lus)

              A noter que, hormis l’exagération du 50 pour la 1ère vague et du 2 pour la seconde due par ces erreurs, cela ne change pas le fond du sentiment exprimé, à savoir que la seconde vague a beaucoup moins bien été traitée que la première. Quelque-soit le nombre de morts potentiels total, on arrive à cette même conclusion :
              Si N est ce nombre, le pourcentage de morts dus à la première vague par rapport à N est 30000/N*100 et celui pour la seconde est 50000/(N-30000)*100.
              Si on divise le premier pourcentage par le second, cela fait (30000/N*100)/(50000/(N-30000)*100) qui donne après arrangement 0,6*(1-30000/N), ce qui est inférieur à 0,6, soit 60%, quelque soit N.
              Si N=200000 ce ratio est 0,51 et si N=300000 ce ratio est 0,54.

              Pour le reste, je vois pour ma part tout ceci comme des estimations afin d’essayer de comprendre le mieux possible les phénomènes avec les données que l’on a.
              Sans en faire évidemment des certitudes. Par exemple, au début on estimait la létalité entre 1% et 3% puis il fût avéré par l’Institut Pasteur qu’elle était à 0,7% et depuis peut-être moins par les progrès des traitements dans les hôpitaux (s’ils ne sont pas surchargés). Je vous rejoints donc sur votre doute : il n’y a rien de sûr dans les données à disposition.

    • Marire // 18.02.2021 à 09h43

      Il y a eu moins de morts en France en janvier 2021 ( 65073) qu’en janvier 2017( 68000)

      • Milsabor // 18.02.2021 à 10h59

        mortalité toutes causes confondues 2020-2021 : https://www.euromomo.eu/graphs-and-maps

      • Brigitte // 18.02.2021 à 11h31

        La mortalité toutes causes confondues en janvier 2021 est provisoire. Si ce sont des données INSEE, vous avez un petit (p) accolé aux données. Il faut plusieurs mois avant que les mairies communiquent les certificats de décès à l’INSEE. Ce genre de comparaison annuelle ≤ 2021 ne sera possible qu’en 2022.

        • Cloth // 19.02.2021 à 17h35

          Déjà une semaine plus tard on se retrouve avec pour janvier 2021 un cumul de 65.935 morts. 900 morts de plus comptabilisés, l’écart se ressert et devient moins significatif.

          • Le Minotaure // 22.02.2021 à 12h07

            Dernier communiqué de l’INSEE du 19/02 : « Du 1er janvier au 8 février 2021, 81 567 décès, toutes causes confondues, sont enregistrés en France à la date du 19 février 2021, soit 13 % de plus que sur la même période de 2020 (+ 9 660 décès) et 6 % de plus qu’en 2019 (+ 4 740 décès), les décès causés par la grippe hivernale ayant été plus nombreux début 2019 que début 2020. Ce nombre est toutefois encore provisoire et sera révisé à la hausse dans les prochaines semaines. »

            https://www.insee.fr/fr/statistiques/4923977?sommaire=4487854

            Franchement ça s’arrêtera un jour ? Fin 2020 on avait déjà ce genre de graphiques qui, à partir de données provisoires et très incomplètes de l’INSEE (quand les chiffres n’étaient pas carrément truqués) expliquaient qu’il n’y aurait pas de surmortalité en 2020. Ça a déjà été débunké de nombreuses fois, y compris par l’INSEE elle même.

    • Les-crises // 18.02.2021 à 10h17

      80 000 morts, 300 000 hospitalisés, probablement 1 bon million de personnes avec des séquelles symptomatiques, un effet inconnu sur le long terme pour beaucoup d’autres, une grosse inconnu sur les effets de futurs variants vu qu’on laisse la maladie se développer et la sélection naturelle agir – une paille 🙁

      • Arnaud // 18.02.2021 à 10h44

        Certes, mais quel sera le bilan dans quelques années avec les conséquences sociales et économiques de toutes les mesures qui semblent parfois vaines mises en face ?…

        • Kasper // 18.02.2021 à 12h44

          « toutes les mesures qui semblent parfois vaines »

          C’est sur que si on prend pas les bonnes mesures, elles sont vaines. Certains y sont arrivés. Demandez aux coréens, aux taïwanais, aux vietnamiens… Et leur économie se porte bien, merci.

        • Le Minotaure // 22.02.2021 à 12h10

          Et quel sera le bilan économique et social de l’absence de mesures, ou plus exactement de l’accumulation de demi-mesures prises à contre-temps et destinées à durer (puisqu’on renonce à éradiquer la circulation du virus) ?

      • Arnaud // 18.02.2021 à 10h46

        J’ai par exemple des enfants en études supérieures qui ont un cursus ravagé : peu de cours, pas de stages et … de toute façon plus de job à l’arrivée ?…

        • Les-crises // 18.02.2021 à 11h19

          C’est pour ça qu’il valait mieux éradiquer le virus, comme en Asie. N’espérez pas avoir une vie normale avec un virus dangereux qui circule quoique fasse le gouvernement…

          • Ouate // 18.02.2021 à 17h08

            Vous oubliez aussi le risque majeur d’apparition de variants autochtones, comme c’est le cas actuellement en France.

            On se rend compte que les soi disant variants sud af ou brésiliens à l’origine de clusters en France sont en fait des variants autochtones…exemple en Dordogne en ce moment.

            On laisse circuler le virus, on prend donc le risque d’apparition de variants…

            • Les-crises // 18.02.2021 à 19h34

              Oui bien sûr, c’est l’incroyable risque qui est actuellement pris et qui nous replongera dans la crise si cela tourne mal.

            • Linder // 19.02.2021 à 07h00

              Bonjour, une source s’il vous plaît sur ce variant de Dordogne ?

          • paul // 21.02.2021 à 23h30

            la source

            une campagne de v à perigueux qui tourne mal, comme en espagne
            pour l’espagne, je n’ai pas trouvé de lien fiable
            mais pour la dordogne il y en a plusieurs

            https://france3-regions.francetvinfo.fr/nouvelle-aquitaine/dordogne/trop-d-effets-indesirables-les-hospitaliers-de-dordogne-ne-veulent-pas-se-faire-vacciner-par-astra-zeneca-1958278.html

            bénéfice/risque, les soignants ont choisi

      • Arnaud // 18.02.2021 à 10h49

        et enfin, je trouve que l’analyse des moissons me semble rigoureuse et montrerait bien que le bilan de la mortalité sur plusieurs années, corrigé de l’effet pyramide des ages et tout à fait explicable. Y voyez vous un biais ?

      • naïf // 18.02.2021 à 12h05

        Vos courbes semblent montrer une décroissance à l’échelle mondiale, malgré l’apparition de variants. Je n’ai pas trouvé d’explication claire (« en raison des politiques menées ») dans votre synthèse. Trop tôt pour que ce soit le vaccin.
        Est-il possible d’analyser, par pays, la tendance en fonction de la politique menée ( exemple le royaume uni que vous dites fortement confiné)?
        Est-il possible d’analyser la situation en israel qui semble à la pointe point de vue vaccination?
        Et que pensez-vous qu’il faudrait faire??

    • olka // 22.02.2021 à 00h35

      Nombre total de décès Ebola dans le monde: 20000 (fourchette haute..)
      Nombre total de décès Covid à ce jour: 2,4 millions
      Effectivement le Covid ce n’est pas Ebola !!!!

  • Linder // 18.02.2021 à 08h13

    Si le problème qui s’annonce c’est le développement des variants, alors c’est la fermeture des frontières qu’il aurait fallut mettre en œuvre, il y a plusieurs mois.
    Pourquoi l’épidémie est-elle si forte à Marseille ? Pas à cause de l’incompétence d’un personnage médiatique mais d’abord parce que Marseille est la première ville comorienne du monde. Quand des citoyens français reviennent de leur île d’origine, ils ramènent, pour certains, le variant sud-africain, pendant qu’à Lille arrive le variant anglais, etc …
    Mais la religion européiste n’aime pas remettre en question ses dogmes, et notamment l’ouverture des frontières, comme cela vient d’être rappelé…
    Il faudrait fermer les frontières et isoler les arrivants … Impossible apparemment mais les anglais le font et la courbe de nouvelles contamination s’est effondrée.

  • Fred // 18.02.2021 à 08h24

    M Berruyer, comme toujours un travail fantastique et d’une clarté sans pareil. Quel dommage que vous ayez le bon mot et le mépris si facile pour ceux qui tentent de prendre des décisions, entourés qu’ils sont d’experts aux avis contradictoires. Je ne voudrai pas être à leur place aujourd’hui et tout comme vous je réalise les erreurs qu’ils ont commis. J’en aurai peut-être fait de biens pires.

    • euskadi // 18.02.2021 à 10h11

      Et bien Fred, moi j’aimerais bien être à leurs places pour justement appliquer les recettes qui fonctionnent très bien en Asie et Océanie et enfin pouvoir reprendre une vie à peu prêt normale.

      Autant lors de la 1ière phase de l’épidémie on peut leur trouver des excuses même s’il y avait déjà beaucoup d’informations disponibles et qu’ils les ont ignorées totalement. Autant depuis les mois de mai / juin les mesures à mettre en oeuvre sont bien connues et seul leur dogmatisme idéologique fait qu’elle ne sont pas appliquées chez nous.

      • Bogdan // 18.02.2021 à 21h46

        c’est facile, les yakafokon ou yavéka.

        tous les pays d’Asie démocratiques cités sont des îles: Nouvelle zélande, Taïwan, singapore, Corée du sud, Australie.
        La Chine a employé des méthodes que personne n’accepterait en occident (clouer les portes des gens pour qu’ils restent chez eux, par exemple.)

        De plus les pays d’Asie asiatiques sont très respectueux des règles et acceptent que la police viennent chez vous si vous êtes contagieux pour vérifier que vous êtes confinés.

        Et ils ont aussi téléchargé massivement l’App de suivi des contacts (sanitaires). Mais ici on a peu de son ombre…

        Ici on veut garder sa liberté de faire la fête, avant tout.

    • Les-crises // 18.02.2021 à 10h24

      J’ai en effet le mépris facile pour les dirigeants incapables de copier les dirigeants qui, eux, ont réussi, et il y en beaucoup sur la planète.

      • Kasper // 18.02.2021 à 12h47

        Et encore, avec 80000 morts à la clé du mépris ca reste très gentil.

      • METZGER // 20.02.2021 à 09h56

        Cher Olivier,
        Merci pour cette étude complète qui évite malheureusement les projections qui sont assez catastrophiques : voir les stats/projections Inserm.
        Quant à l’analyse et à la critique, il y a deux tendances : celle de Lordon, qui, comme à son habitude, crache un venin élégant sans jamais se mouiller pour proposer la moindre solution, et le club des Yakafokon; qui scandent :
        –  » il aurait pas fallut faire ça », « ça, il aurait pas fallut »,  » ça, pas bon  »

        Alors, comme vous donnez en exemple des pays aux accès contrôlables et aux démocraties d’opérettes, que préconisez-vous ?
        – La fermeture des frontière et le gel de tout trafic aérien ? ( c’est bien l’aviation civile qui propage les virus et notre irrésistible bougisme )
        – Un confinement sévère alors que notre économie est à l’agonie ?
        – Une modification de notre laxité démocratique pour une police genre Omon ?

        Personnellement, je ne suis contre rien, et j’ai toujours appris et su que l’on pouvait absolument tout critiquer, à la seule condition d’avoir une solution de remplacement. Alors, j’espère que vous détaillerez la vôtre dans un prochain article …

        • Incognitototo // 20.02.2021 à 13h17

          Cher Metzger,

          Il faut arrêter avec cette fable (en réalité un déni) qui consiste à relever que seules les dictatures et les îles ont réussi à maîtriser l’épidémie.

          Selon les dénombrements de ce site : https://coronavirus.politologue.com/100k-habitants/ , la France se situe à la 180e place sur 202 pays pour le nombre de morts pour 100 000 habitants ; et ce ne sont pas la quarantaine de pays qui produisent probablement de faux chiffres (volontairement ou involontairement) qui changeront significativement les très mauvais résultats de la France.

          En réalité, le gouvernement français a été défaillant sur tout et n’a même pas été capable de copier ce qui a réussi ailleurs : testing de masse de la population, traçage efficace, isolement drastique des malades, et cetera… et maintenant vaccination. Et nul besoin d’être une dictature ou une île ou asiatique pour appliquer ce type de politique !

          Il n’y a pas un secteur de cette stratégie gagnante où ce gouvernement ne soit pas en échec ; tout le reste ce sont des spéculations de sceptiques qui ne font que relayer les médias mainstream qui n’ont de cesse de nous comparer aux pays qui vont mal au lieu de nous comparer à ceux qui ont rendu leur vie à leur population (Danemark, Finlande, Canada, Grèce, et cetera, et cetera). Les 160 pays qui font nettement mieux que nous ne sont pas tous des dictatures ni des îles … ils ont juste appliqué avec constance, réactivité, opiniâtreté, anticipation, exactement les mêmes solutions (à quelques détails près).

          Alors merci d’arrêter de défendre ce gouvernement qui n’a absolument aucune excuse.

  • LibEgaFra // 18.02.2021 à 08h44

    Il y a deux fois la même carte « Patients hospitalisés pour covid 14.02.2021 ».

  • wuwei // 18.02.2021 à 08h51

    Ô ministres intègres !
    Conseillers vertueux ! Voilà votre façon
    De servir, serviteurs qui pillez la maison !
    Donc vous n’avez pas honte et vous choisissez l’heure,
    L’heure sombre où la France agonisante pleure !
    Donc vous n’avez ici pas d’autres intérêts
    Que remplir votre poche et vous enfuir après !
    Soyez flétris, devant votre pays qui tombe,
    Fossoyeurs qui venez le voler dans sa tombe !

    [modéré]

    • anatole27 // 18.02.2021 à 15h31

      — Voilà ! — L’Europe, hélas ! écrase du talon
      Ce pays qui fut pourpre et n’est plus que haillon !
      L’État s’est ruiné dans ce siècle funeste,

  • LibEgaFra // 18.02.2021 à 08h52

    Il est à nouveau question de passeport vaccinal, liberticide bien entendu. Mais combien de temps dure la couverture vaccinale, contre quels « variants », et pourquoi un tel « passeport » n’est-il pas automatiquement proposé à ceux qui ont été en contact avec le virus et ont développé des anticorps?

    • Cherchieur // 18.02.2021 à 09h23

      La réponse parait simple d’après ce qu’on sait : la protection par les anticorps et sa durée varient en fonction des personnes touchées et en fonction de la gravité de l’infection. Cela semble différent avec les vaccins (ils sont fait pour en même temps).
      Si on pouvait éviter d’utiliser le terme « liberticide » à toutes les sauces, on est quand même dans une situation particulière. L’égoïsme ne nous mènera nul part.

      • LibEgaFra // 18.02.2021 à 10h49

        Vous me faites rire: « parait simple », « semble », bref personne n’en sait rien, car personne n’a le recul pour comprendre combien de temps les anticorps produits soit par le contact avec le virus soit par le vaccin perdurent dans l’organisme. Des études sont en cours.

        Nous sommes dans une situation particulière principalement du fait de l’incompétence des dirigeants. Un tel passeport est une rupture de l’égalité entre citoyens et une très claire manière de rendre la vaccination obligatoire. Je ne suis pas contre une vaccination, mais je veux pouvoir être libre de choisir mon vaccin, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui.

        Si vous n’avez pas compris que la politique de la classe dirigeante française est liberticide, je ne peux rien pour vous.

        Il a été annoncé que les Français qui iraient dans les stations suisses de sport d’hiver seraient contrôlés au retour et soumis à une quarantaine: résultat peau de balle, aucun contrôle.

        Il a été annoncé que tout citoyen de la zone Schengen entrant sur le territoire français devait fournir un test PCR négatif de moins de 72 heures: résultat peau de balle, aucun contrôle.

        Le couvre-feu à 18h00 (au lieu de 20h00) s’est traduit par plus de contaminations. Le gouvernement devrait au moins adapter l’heure du couvre-feu à l’heure du crépuscule. Mais non, on nage en pleine incohérence.

  • LibEgaFra // 18.02.2021 à 08h57

    La carte toute rouge de la « vulnérabilité » est – comme précédemment démontré – une escroquerie intellectuelle et méthodologique en réduisant une matrice de 3 x 3 à seulement 3 classes de « vulnérabilité ». Une matrice dont les données sont en outre impossibles à réfuter.

    • chokk // 18.02.2021 à 09h33

      Cette carte fait toujours autant rire mon frère géographe par son absurdité. Elle poursuit surtout un objectif de communication mais n’apporte rien, en effet.

    • VVR // 19.02.2021 à 13h18

      Santé Publique France aime beaucoup ce genre de cartes.

      Elle en produit tous les ans pour illustrer la couverture vaccinale contre la grippe: vert au dessus de 56%, rouge en dessous de 50%, et un paliers à 53 pour faire un dégradé plus jolis. ça change tous les ans pour faire de jolis cartes, mais avec a peu prés les même écarts qui ne changent pas grand chose.

      Etrangement, pour la couverture vaccinale du personnel médical c’est beaucoup plus discret, juste une ligne sur le bulletin annuel de 8 pages: médecins 75%, infirmiers 35%, aides soignants 20%. Et avec ça l’urgence c’est de vacciner les petits vieux.

  • Charles // 18.02.2021 à 09h02

    En tant qu’actuaire-statisticien spécialité en mortalité, vous ne mettez pas ces chiffres en perspective avec l’âge et l’état de santé des cas graves et des personnes qui décèdent ?

    Pour les organismes qui pourraient avoir besoin de vos services, c’est un des critères majeurs qui va orienter leurs choix : on ne mène pas la même politique si un enfant de 10 ans meurt, si un chef de famille de 40 ans meurt ou si une personne âgée à qui il reste 3 ans à vivre meurt. Une assurance privée ne va pas assurer de la même façon une personne de 50 ans avec une obésité morbide et quelqu’un du même âge avec des mesures parfaites.

    Vous parlez du nombre de morts (400 par jour). C’est à mettre en perspective avec les générations du baby-boom qui arrivent à l’âge des problèmes médicaux mortels : combien entrent dans cet âge ? Vous savez très bien qu’on peut prédire des chiffres encore plus terribles de mortalité quotidienne dans 5 ou 10 ans – au moins le double ? Tout simplement parce que les femmes de la génération du babyboom (5 ans de décalage avec les hommes) vont venir abonder l’âge des grands problèmes médicaux. Vous pouvez déjà le calculer assez précisément. Je suis sûr d’ailleurs que vous avez déjà établi une pyramide des morts pour les 50 ans qui arrivent : l’inflation des morts, puis le reflux.

    Du coup, l’intérêt, c’est de comparer la pyramide estimée assez précisément à la mortalité actuelle, pour voir s’il y a un super gros loup. Là, on parle dans le vide, sans le contexte d’un pays vieillissant « d’un coup ».

    • Cloth // 18.02.2021 à 09h26

      Pour un peu de perspective, il suffit de suivre régulièrement un site nommé « Les Crises » https://www.les-crises.fr/covid-19-combien-d-annees-de-vie-perdues/

      Bilan 10,8 années de vie perdues, ce n’est pas assez ?

      • VVR // 18.02.2021 à 10h47

        Sauf que c’est de la merde: L’étude part du principe que tous les morts étaient dans la moyenne, ce qui est faux.
        L’espérance de vie de quelqu’un qui rentre en EHPAD par exemple est de 3 ans, et pourtant si il a 75 ans cette étude lui attribu généreusement 15 ans d’espérance de vie.

        Les années de vie perdue sont pratiquement impossible à calculer aux ages où l’on meurt beaucoups (a moins d’avoir énormement de moyens et de données brutes, y compris médicales).

        Un bon indicateur est l’effet moisson (hausse de l’espérance de vie après une forte mortalité), qui montre par exemple qu’en France les grosse épidémies de grippe n’ont aucun effet perceptible au delà d’un an, quand la canicule de 2003 a laissé des traces pendant au moins 5 ans. Pourtant ce sont les mêmes populations en terme d’age, et même de comorbidité, mais la canicule a avant tout tué des personnes qui étaient en assez bonne santé pour ne pas être très surveillées médicalement, et qui avaient beaucoups plus de temps a vivre.

        Mais ces données n’apparaissent que des années après que les journaux ait été inondés d’études faites sur un coin de table.

        • ken // 18.02.2021 à 11h48

          Nous sommes mi-février et je m’attendais à lire un comparatif 2019/ 2020 pour confirmer qu’il n’y a pas de surmortalité avant 75 ans.

          • VVR // 18.02.2021 à 12h43

            D’aprés l’insee (chiffres du 12 fevrier), la surmotalité 2019/2020 est:
            -25 ans : -383 (-6%)
            25/49 : -159 (-0.7%)
            50/65 : +1780 (+2.6%)
            65/74 : +9389 (+10%)
            75/84 : +13366 (+10%)
            85+ : +31091 (+10%)

            Estimé sous un autre angle: nous somme passé chez les 65/74 ans d’un taux de mortalité de 1.34% à 1.43%, et chez les 50/65 de 0.53% à 0.55%, quand chez les 85 ans et plus on passe de 13.3% à 14.4%.

            • ken // 19.02.2021 à 10h51

              Merci pour ces chiffres. Olivier avait vu juste au tout début dans une vidéo alarmiste où il disait qu’on allait tué nos vieux, en fait ceux avec comorbidités Le Covid comme la pollution, a surtout diminue l’espérance de vie de 6 mois chez des gens en fin de vie.

            • VVR // 19.02.2021 à 13h47

              @ken Pas de conclusions hâtives: comme le montre la différence entre la grippe et la canicule de 2003, des surmortalités similaires sur des population similaires (dans la limite de ce qui est observable) peuvent avoir des effets radicalement différent sur la mortalité des années suivantes, ce qui indique de forte différence au niveau des années de vie perdues.

              Soit on aura un effet moisson faible l’an prochain et rien après, ce qui indiquerait un rattrapage et très peu d’années de vie perdues, soit l’effet moisson sera un peu plus important et surtout persistant sur plusieurs années. Mais pour l’instant bien malin qui pourrait le dire (l’inserm aurait peut être assez de données)

              Le grand écart entre le nombre de morts officiels et la surmortalité pourrait faire penser à la première hypothèse, mais la comptabilisation des morts de l’épidémie a été très particulier, si particulier qu’il ne faudrait sans doute même pas en tenir compte.

            • Dominique // 22.02.2021 à 14h45

              Des chiffres ci-dessus, on tire une interrogation immédiate:
              Comment une surmortalité de moins de 10% sur la population, d’une année sur l’autre, a-t-elle pu engorger les hopitaux d’une façon aussi critique ?
              Nos hopitaux ne seraient donc pas à même de fonctionner sous une fluctuation d’un facteur aussi minime que 0,1 ?
              Des fluctuations du même ordre, voire supérieures, n’ont-elles pas eu lieu dans le passé pour les épidémies annuelles ?

              La réponse semble évidente:
              L’épidémie 2020 s’est distinguée par un alarmisme gouvernemental et médiatique sans précédent: des messages d’alarme omniprésents ont été diffusés à la TV et la radio pour inviter chacun à contacter l’hopital le plus proche, au moindre signe de toux ou de fatigue… Et ce phénomène a fini par atteindre les pays comme l’Allemagne ou la Suède qui n’en avaient cure!
              « Nous sommes en guerre » ont répété les responsables à l’envi…
              Comment, dans ces conditions, n’aurions-nous pas eu le résultat observé ?

      • K // 18.02.2021 à 11h29

        Ce chiffre de 10.8 est fantaisiste.
        Il ne prend pas en compte les comorbidites presentes chez la plupart des victimes du covid19.
        Si l’esperence de vie a 75 ans est de 12 ans par exemple (j’invente les chiffres) alors on dira que la victime du covid19 agee de 75 ans a perdu 12 ans de vie en moyenne. Or, les morts du covid19 ont beaucoup plus de facteurs de comorbidites que la moyenne des personnes du meme age. Donc leur esperence de vie etait en realite beaucoup plus reduite que ce que nous disent les tables d’esperence de vie, qui ne prennent que l’age et le sexe comme seuls determinants du temps de vie restant.

      • Charles // 18.02.2021 à 11h40

        Ouais.

        Je vous fais le bilan de la précocité des morts d’obésité, de sédentarité et de mal-bouffe ?

        Toutes morts précoces évitables. Il n’est pas question de faire quoi que ce soit à l’échelle du pays pour modifier ça – genre interdire les produits ultra-transformés, interdire le sucre rajouté, obliger les gens à marcher 2 heures par jour (oulala c’est de la dictature chinoise – tandis qu’enfermer les gens à demeure, c’est quoi ?).

        Les mêmes qui s’inquiètent pour le Covid ne font rien pour leur santé par ailleurs.

        L’hypocrisie, ça va bien.

        Protégeons les gens fragiles et laissons les autres vivre. Vous protégez les hommes contre le cancer du sein, vous ??? On en est là, avec le Covid.

        Combien d’années perdues pour un jeune qui ne fera jamais d’études ?

        Vous êtes capable de calculer ça, non ? Il y a un gros différentiel de l’espérance de vie entre les catégories sociales, les mêmes 11 ans dont vous parlez. Comment justifiez-vous le choix de vous apitoyer sur les dix ans de vies perdues par le Covid plutôt que sur les 10 ans de vie perdues par l’abandon des études ? Sachant que le jeune qui ne fera pas d’études, c’est toute sa vie qui sera impactée, pas seulement les 11 dernières années perdues, je préfère donner sa chance au jeune.

        Ouais, c’est infâme, je sais.

        Privilégier la jeunesse plutôt que la vieillesse.

        • DD5464 // 18.02.2021 à 23h51

          « Privilégier la jeunesse plutôt que la vieillesse ».
          Je suis entièrement d’accord avec votre commentaire (effectivement on ne fait/fera rien en terme de prévention, amélioration des modes de vie) et surtout sa conclusion. Il faudra bien que les vieux (mon percepteur m’a communiqué que j’en faisait partie) « acceptent » de mourir. « Chacun son tour d’aller au bal, faut pas que soit toujours aux mêmes »

          • sydo52 // 19.02.2021 à 10h24

            Les vieux comme vous dites (j’ai 68 ans) acceptent d’autant plus de mourir que rien n’est joué. Je suis d’accord avec Charles. Pourquoi n’a t-on pas profité de cette pandémie pour faire une vraie campagne de prévention au lieu d’égrener chaque soir le nombre de morts. On n’a déjà pas su protéger les enfants des pubs de sucreries à la tv car il faut bien que l’industrie alimentaire garde ses profits!

        • Incognitototo // 21.02.2021 à 14h19

          Comme vos co-commentateurs, vous sous-estimez beaucoup les séquelles de cette maladie qui affectent 70 % des malades (y compris les jeunes) et pour 10 % d’entre eux avec des séquelles très invalidantes, contre lesquelles la médecine est totalement impuissante + les formes de Covid long (2 % des malades actuellement) qui se multiplient dans toutes les tranches d’âge (et même sans comorbidités).
          Dans le service de 24 personnes où travaille ma sœur, 6 personnes ont fait la maladie avant octobre, 1 est toujours en mi-temps thérapeutique, et 3 toujours totalement arrêtées… Une amie proche (de 55 ans) a fait la Covid en mars, entre autres, elle ne peut toujours pas refaire de vélo, tant elle a gardé de séquelles que sa médecin est impuissante à traiter.
          Aussi, ce raisonnement vieux contre jeune (jusqu’à 65 ans) ne tient pas ; ces derniers ont autant besoin que les vieux d’être protégés d’une éventuelle contamination. Il n’est pas possible de prendre le risque d’en faire des malades chroniques pour lesquels on ne peut rien actuellement ; et ceux d’autant plus que tous les variants en circulation ont remis en cause le peu que l’ont savait déjà… en plus, avec l’apparition de malades faisant plusieurs fois la maladie.

          Plus globalement parlant, ces raisonnements par catégorisation (et comparaison par le pire) sont le niveau zéro de l’humanité et du respect que chaque être humain devrait avoir pour tous les autres, dont les jeunes ne sont pas exonérés. Je vous rappelle à ce propos que la grippe H1N1 (2009-2010) tuait plus les jeunes que les vieux (qui étaient quasiment immunisés) et je n’ai pas le souvenir que nous ayons parlé à l’époque de confiner les jeunes…

    • KelKON // 18.02.2021 à 10h16

      Je ne comprends pas ce tropisme pro-asie.
      Il faut enfermer, supprimer les libertés individuelles, imposer des quarantaine, interdire les déplacements… comme en Chine.
      Je préfère la liberté de faire mes choix aux ordres de l’état, même si c’est le gentil état LREM 🙂

      • LibEgaFra // 18.02.2021 à 10h56

        « Il faut enfermer, supprimer les libertés individuelles, imposer des quarantaine, interdire les déplacements… comme en Chine. »

        Actuellement les Chinois fêtent leur nouvel an (jusqu’au 22) et contrairement à nous ils sont libres de se déplacer, de se réunir, d’aller au restaurant, de travailler, et j’en passe. Et c’est chez nous que les libertés de se réunir, de se déplacer, de travailler sont supprimées depuis bientôt un an et en attendant pis face à la gabegie gouvernementale actuelle.

      • LibEgaFra // 18.02.2021 à 11h05

        En période de pandémie, qu’est-ce qui est préférable: un pays qui construit un nouvel hôpital en 10 jours ou un pays qui supprime des lits d’hôpitaux?

        • VVR // 18.02.2021 à 11h46

          Faire un bâtiment c’est trivial, y mettre des lits c’est sans difficultés, même le matériel avec un peu d’organisation c’est facile (en particulier quand on le fabrique et que le gouvernement est actionnaire majoritaire de tout). Mais ça ne sert a rien sans médecins à mettre autour. L’avantage de la chine, c’est que sa population est encore jeune: 14 médecin pour 10000 habitants c’est trés large, alors qu’en france 32 médecins pour 10000 habitants sont a peine suffisant pour les lits actuellement ouverts.

          Je ne voudrai pas vous détruire le moral, mais le pire reste a venir et c’était il y a 10 ans qu’il fallait gueuler: le fait que le service de chirurgie viscérale d’un grand hôpital se soit alors retrouvé avec 3 chirurgiens sur le points de prendre leur retraite et aucun interne pour prendre le relais aurait du être un signal d’alarme (ou un rappel, certains le prédisaient depuis 2003). Mais bon, la une des journaux ne se fait jamais sur ce genre de problématiques.

          • kriss34 // 18.02.2021 à 17h43

            >c’était il y a 10 ans qu’il fallait gueuler

            ça fait 20 ans qu’on gueule, mais rien n’y fait (gueuler, mais aussi aller voter bien évidemment : le système est 100% bloqué ). Et il y en aura encore pour dire que c’est l’hôpital qui est mal géré ! Quelle misère…

          • Hippocampe // 18.02.2021 à 19h37

            C’est inexact. En Chine il y a eu un gros défaut de soignants, en particulier à Wuhan. Aussi des volontaires, médecins et infirmières, de toutes les autres provinces se sont manifestés et précipités en cohortes à Wuhan. Il y a eu des avions et des trains entiers acheminés. En France, avec les médecins de ville disponibles et rendus totalement inactifs, les médecins juste retraités et les étudiants de 6ème année, on avait plusieurs fois de quoi « animer » des hôpitaux de fortune, disons 10000 lits (4000 médecins à mi-temps couvraient chacun 5 lits, et encore, à mi-temps!)

            • VVR // 18.02.2021 à 23h16

              Les médecins de ville inactifs ? Vous imaginez-vous que toutes les maladies ont disparue de France le temps du covid ? Et cela vaut aussi pour les internes qui ne sont pas rentrés chez eux le temps du confinement.

            • Incognitototo // 21.02.2021 à 14h33

              Les services hospitaliers étaient débordés… mais les médecins de ville, en tous les cas les miens à Paris (cabinet de 6 généralistes), ont travaillé à mi-temps pendant le premier confinement et bien au-delà ; alors que d’habitude tous leurs créneaux horaires sont pris une semaine à l’avance, sauf urgence. Mais, je ne sais pas où ils en sont aujourd’hui.

            • VVR // 21.02.2021 à 23h59

              Selon la dress, l’activité des generalistes a diminuer de 13 a 24%. La baisse de 50% des suivis (maladie longue, pediatrie, grocesse) etant largement remplacé par du psychiatrique.

    • Brigitte // 18.02.2021 à 14h09

      Bien que l’espérance de vie stagne depuis plusieurs années, le nombre de personnes âgées ≥ 75 ans augmente. En valeur absolu, il y a donc une progression des décès ces dernières années, toutes causes confondues (INSEE). Ce que l’on note quand même c’est un pic marqué en 2020. Une autre étude de IFRAP le montre aussi.
      https://www.ifrap.org/etat-et-collectivites/etude-sur-la-mortalite-2020-comparee-aux-annees-anterieures
      Si l’on compare maintenant le taux de mortalité pour 1000 ha, entre 2004 et 2019 il est de 8,6 à 9,1. On note également une légère hausse depuis 2015 ( de 8,9 à 9,1) et une hausse marquée pour 2020 (> 10)
      Donc le vieillissement de la population n’explique par la surmortalité en 2020.
      N’en déplaise aux négationistes, présents sur ce site, il y a bien un net effet covid.

      • Hippocampe // 18.02.2021 à 19h46

        Une seule figure de votre référence, la figure 3, aborde le sujet. La « surmortalité » quotidienne des plus de 85 ans est manifeste en avril 2020. Nulle ensuite. Mais il faudrait la corréler à l’instruction gouvernementale « laissez-les mourir » ou bien à l’administration du rivotril, ce médicament n’étant ni un soin ni même un anesthésiant mais une drogue facilitant l’insuffisance respiratoire…

        • Brigitte // 19.02.2021 à 07h40

          Non elle n’est pas nulle ensuite mais beaucoup moins marquée (fig 4 et 6). Vous voyez bien qu’en mars-avril, il n’y a pas que les + de 85 ans qui meurent. S’il n’y avait pas eu de confinement, toutes les courbes de la fig 3 auraient été supérieures, y compris la bleue des moins de 65 ans. Les hôpitaux auraient été débordés et les décès collatéraux auraient été beaucoup plus nombreux.
          Les gens fragiles sont morts de la covid. C’est un fait. En quoi il vous dérange? C’est la même chose tous les ans avec la grippe, sauf qu’en 2020, la mortalité a été supérieure pour diverses raisons.
          il me semble que votre arrière-pensée est de croire que ces raisons ne sont pas liées au virus mais à la mauvaise gestion de l’épidémie. Oui entre autres mais si le système de soin a été débordé, c’est bien à cause du virus!
          L’épidémie est mieux gérée maintenant. Faut-il pour autant ne plus s’occuper du virus et reprendre une vie normale comme certains le souhaite? Doit-on laisser mourir les gens fragiles (400 par jour)?
          Le primat de l’économie sur la vie. ça se discute. En suivant ce raisonnement jusqu’au bout, pourquoi prolonger la vie des cancéreux, pourquoi interdire les pesticides, etc?
          Toute souffrance et mort évitable est insupportable.
          Il faut éliminer le virus. C’est la seule façon de reprendre une vie normale.

          • Hippocampe // 19.02.2021 à 10h58

            La figure 4 effectivement fait état d’une « surmortalité » (concept oh combien contestable en soi!) qui dure jusqu’en octobre. De 3352 morts exactement, soit 21 morts/jour. Certes toute vie est également ‘valable » et je conteste qu’il faille accepter de bon coeur d’éliminer les vieux pour soi-disant « préserver » les jeunes. Mais hélas ici il ne s’agit nullement de ça. En effet ces 21 morts ‘de plus’ ne sont pas corrélés à la modification de la population, qui joue pourtant un rôle majeur selon certaines études. Quoi qu’il en soit, au bout du compte et, certes, à la louche:
            Les gens qui sont morts ont 83 ans en moyenne. Ils n’ont pas l’espérance de vie moyenne de cet âge, à savoir 6 ou 7 ans, mais, à cause de leur morbidités diverses une espérance inférieure à un an.
            De plus en avril, ils sont morts par manque de soin premièrement, par soins inappropriés deuxièmement, à savoir l’intubation forcée, au lieu de suroxigénation. Ils n’ont jamais été en « réa » mais au contraire en « désa » en quelque sorte, puisqu’on les a rendu inconscients pour les intuber. La France étant d’ailleurs championne du monde de la mortalité en réanimation, situation dont aucun anesthésiste n’est venu se vanter ou l’expliquer sur les plateaux.

  • Arcousan09 // 18.02.2021 à 09h42

    Tiens, tiens tiens
    La grippe, qui sévit depuis des siècles, a …… disparu …. ????
    On dit « merci » au covid ….

    • K // 18.02.2021 à 11h35

      La grippe etant moins contagieuse que le covid19, il n’y a rien d’etonnant a ce que les mesures de distanciation sociale anti-covid aient quasiment elimine la grippe cette annee, par la meme occasion.

      • Sandrine // 18.02.2021 à 13h35

        Argument fantaisiste. Aucune donnée scientifique ne le prouve. D’autant que le masque chirurgical est impuissant à filtrer les virus responsables des maladies que l’on regroupe sous le nom de grippe et qui se diffusent majoritairement par aérosols.

      • Bogdan // 18.02.2021 à 21h54

        oui, les mesures barrière (masques, désinfection ds mains, distances physiques entre interlocuteurs) sont probablement pour beaucoup dans l’absence actuelle de grippes, gastro-entérites, bronchiolites, etc…

        Parce que, sandrine, si cet argument est fantaisiste, alors quel est le bon argument?

  • Vercoquin // 18.02.2021 à 09h43

    Vos courbes qui montrent le nombre de cas testés positifs ne sont pas pertinentes. Elles ne servent qu’à constater la force et le sens du vent. De plus, pour pouvoir comparer intelligemment différents pays, il faudrait donner le nombre par millions de personnes par exemple.
    La courbe du taux de cas positifs par rapport au nombre de tests est beaucoup plus intéressante et permet de comparer directement différents pays.
    Mexique et Colombie au même niveau le 21 janvier alors que le Mexique est 2.5 fois plus peuplé que la Colombie.
    (vous avez un décalage d’un mois sur la courbe)
    La courbe des décès dus au covid19 est imparable car ce sont des décès réels et non pas estimés. Vous noterez qu’elle est pratiquement parallèle à la courbe des taux avec un décalage d’environ 20 jours, tout cela est parfaitement logique.
    De plus au printemps 2020, faible nombre de tests car le peuple était faiblement motivé. Fin décembre, beaucoup de test car le peuple prévoyait des réunions familiales garanties sans virus. C’est ça le sens du vent.

  • DooDzy // 18.02.2021 à 10h26

    Merci infiniment M. Berruyer pour ces points d’analyse récurrents ! Les-Crises est une vraie bulle d’oxygène dans tout ce bordel politico-médiatique…

  • Milsabor // 18.02.2021 à 10h57

    Un autre point de vue d’après les stat de santé publique France : http://mai68.org/spip2/spip.php?article8063

    • Azerty // 22.02.2021 à 15h02

      Votre ami ne comprend pas pourquoi il y a des morts avec un solde hospitalier nul…
      Explication pour lui : Si le même jour, on a par exemple 2000 admissions covid et 2000 sorties covid dont 100 morts. Le solde des hospitalisations est nul, le nombre d’hospitalisés est stable (à un niveau élevé pour ce qui nous concerne), et il y a eu 100 morts.

  • Raf // 18.02.2021 à 11h15

    Merci beaucoup pour cette analyse, toujours faite avec un grand sérieux.
    Concernant les causes du ralentissement, il faudra sans doute chercher ailleurs, car contrairement à ce que vous dites:
    – Le couvre-feu à 18h00 n’a manifestement pas un effet positif sur les contaminations. Il force les gens à se croiser plus sur la même plage horaire. La réaugmentation des contaminations, suite à sa mise en place, a par exemple été observée à Toulouse.
    – Les vacances scolaires viennent juste de commencer. Leur impact sur les contaminations ne s’observera qu’en fin de semaine prochaine.

  • Paul // 18.02.2021 à 11h16

    Pendant ce temps l’OMS qui ne nous apprend rien sur l’origine de l’épidémie.

    • paulm // 18.02.2021 à 14h22

      mais l’OMS indique certain moyens pour soigner

      et comme Raf un cran au dessus, les vacances scolaires qui commencent n’entre en rien en ligne de compte !

      A quand un article sur les gens qui soignent ? avec des stats si besoin

  • thbole // 18.02.2021 à 11h21

    bonjour,
    Comme Arnaud, je suis surpris de votre approche sur le sujet en parlant de confinement « Canada Dry », il s’agit d’un point de vue « d’épidémiologiste » de prôner un confinement radical pour espérer comme vous l’évoquez « ensuite vivre normalement ».Sauf que, contrairement à l’Asie, même avec un confinement strict, nous devrions affronter plusieurs vagues, quid alors des conséquences économiques, sociales de ces périodes de confinement à répétition sur les populations (jamais évoquées dans votre article)
    En effet prendre comme modèle ce qui fonctionne en Asie, c’est oublier que nos cultures sont différentes et que nous ne sommes certainement pas prêts à accepter des mesures aussi radicales mais aussi que nous sommes moins disciplinés dans l’application des gestes barrières (ou que l’autorité pour faire respecter les mesures est moins forte dans des pays dits plus « libres » …).
    Pour ma part, je mettrais plutôt en avant les chiffres pas vraiement cohérents entre le nombre de morts publiés officiellement liés au COVID (environ 80 000) et le delta entre le nombre de morts selon l’INSEE entre 2020 et 2019 (50 000), pourquoi noircir le trait (certes déjà bien noir) pour mieux faire accepter les mesures auprès des Français ???? pourquoi nos hôpitaux ne sont-ils pas mieux « armés » ( -100 000 lits en 20 ans et seulement 5 000 lits en réanimation contre 25 000 pour l’Allemagne ..) je pense qu’il s’ait plutôt des points à mettre en avant.

  • Gibe // 18.02.2021 à 11h35

    Merci pour cette excellente mise au point. Mais je suis étonné (ou j ai mal lu) qu il n y ait aucun commentaire sur LE bon eleve mondial : l Afrique

    • Charles // 18.02.2021 à 11h49

      La pyramide des âges suffit peut-être à expliquer cela ?

      Plus le fait que l’Afrique a l’habitude des épidémies – pour eux, c’est probablement une gestion ordinaire, contre un virus infiniment agressif et virulent que bien d’autres virus et bactéries.

      • VVR // 19.02.2021 à 16h11

        Pensez aussi la couverture médicale défaillante, en afrique se faire soigner c’est se déplacer loin, attendre longtemps, et pour un coût financier important (pour rappel, un habitant sur 3 vie avec moins de 2 dollars par jour). Et si les malades ne consulte pas de médecin, le nombre officiel de malade baisse énormément.

        La remarque vaut pour la Thaïlande: quand se faire tester coute 55 euros, soit une semaine du revenu moyen, on se demande quel peut être l’intérêt du chiffre officiel. Les 4 touristes revenu de Thailande avec la COVID alors qu’il n’y avait officiellement aucun cas devraient mettre la puce à l’oreille.

  • Brigitte // 18.02.2021 à 14h37

    Quand je lis certains commentaires négationnistes ou tendant à minimiser la crise sanitaire au profit de la crise politique et économique, je suis perplexe et choquée. Il y a un mélange de complotisme et de cynisme dans ces opinions.
    Certains nient carrément la réalité de l’épidémie (pas de surmortalité, covid= grippe). D’autres pensent que le gouvernement en profite pour passer à la dictature ou qu’il se sert de l’épidémie pour achever la destruction programmée du pays. Beaucoup pensent que cette épidémie ne mérite pas de sacrifier la jeunesse ni l’économie.
    Si le pays est bien en train de chuter, ce n’est pas à cause du virus mais celui-ci va bien sur accélérer le processus en laissant perdurer l’épidémie.
    Le gouvernement pouvait-il savoir au départ que le virus serait faiblement mortel? non.
    Au contraire, il a sur-médiatisé l’épidémie pour masquer son incompétence.
    Or, il y a bien un changement de cap récent. Voyant que le virus n’est pas redoutable et ne frappe que les « anciens », il le laisse contrôler la démographie et les mutations économiques. Effet d’aubaine pour certains secteurs qui encouragent cette politique de la terre brûlée. L’ancienne économie ne renaîtra pas de ses cendres.
    Tablons sur plus de 100 000 morts en 2 ans. C’est inédit depuis un siècle. Un sacré retour en arrière qui fait table rase d’une période de prospérité et annonce un futur anxiogène.

    • Sandrine // 18.02.2021 à 19h46

      Que voulez-vous dire par “ il le laisse contrôler la démographie et les mutations économiques.”?
      Sur le reste, oui. Mais il faut souligner que les errances du gouvernement au démarrage de toute cette affaire (les déclarations sur les masques, Macron qui exhorte les Français à aller au théâtre puis qui confine quelques jours plus tard, etc.) ont profondément déstabilisé les gens: comment ne pas penser après ça qu’ “On nous cache quelque chose”?
      Je ne sais pas comment est l’état de l’opinion dans les autres pays, mais je me souviens d’un reportage à Wuhan en janvier ou février 2020 où un à l’occasion de la visite d’un officiel chinois, un confiné criait depuis par la fenêtre “tout cela est faux”, sans que l’on sache très bien ce qu’il désignait comme étant faux.
      Il faut aussi comprendre que beaucoup de gens n’expérimentent pas le virus dans leur chair. J’entends souvent les gens dire : “mais il n’y a personne qui est touché autour de moi”. Il n’y a que les personnes très âgées qui voient petit à petit leurs amis, leurs voisins du même âge mourir les uns après les autres. Les personnes plus jeunes n’ont de contacts avec ce virus qu’a travers des statistiques (qui plus est parfois contradictoires).

      • DD5464 // 19.02.2021 à 00h01

        « Il n’y a que les personnes très âgées qui voient petit à petit leurs amis, leurs voisins du même âge mourir les uns après les autres. » C’est un état de fait qui se reproduit de générations en générations, covid ou pas. Vieux, on voit ses amis d’enfance mourir ou le contraire.

      • Brigitte // 19.02.2021 à 08h08

        Sandrine, je veux dire qu’au début, le gouvernement a gesticulé dans tous les sens pour remplir le vide stratégique et masquer l’état de pénurie du pays alors que maintenant il a une stratégie: celle de la terre brûlée. Quand on ne peut pas ou ne veut pas éteindre l’incendie, on cherche à en tirer profit.
        Au lieu de chercher à éliminer les nouveaux variants, qui risquent de faire repartir l’épidémie comme au printemps 2020, il les laisse se diffuser. Je pense que c’est un choix délibéré, peut-être celui de l’impuissance mais c’est un choix alors qu’au début c’était juste de l’incompétence.
        La démographie et l’économie en seront impactés. Population plus jeune et multi-ethnique, moins rebelle vis à vis de la transition énergétique industrielle, de l’UE, de la culture française, etc. Economie numérique à tous les étages, contrôlée par des multinationales. Le démantèlement d’EDF passera comme une lettre à la poste…La Poste ayant subit le même sort en son temps…PTT séparés en France Télécom et La Poste. Cette dernière est devenue une banque et un service de e-logistique incapable de concurrencer Amazon, et France Telecom est devenu Orange, une multinationale…

    • Sandrine // 18.02.2021 à 19h47

      L’utilisation sur les media de grande écoute d’un jargon technique ultra spécialisé a aggravé aussi ce sentiment d’irréalité… et au final l’impression qu’ont beaucoup qu’on cherche à les “embrouiller”.
      La vulgarisation scientifique sur ce sujet que les plus grands spécialistes eux-meme comprenaient mal à été l’une des plus grave erreur de communication de toute cette crise. Elle a fait le lit des thèses complotistes les plus échevelés.

      • Vincent // 23.02.2021 à 15h02

        Sandrine, vous utilisez le terme « complotiste » de façon malveillante. Si vous étudiez l’histoire, vous vous apercevrez que les « complotistes » ont parfois eu raison. D’ailleurs, je préfère le terme « questionniste ». On a quand même le droit de remettre en cause les discours officiels sans forcément être taxés de « méchant complotiste ». Plutôt que de pointer du doigts les questionnistes (je préfère ce terme), pourquoi ne pointe-on pas du doigt les éventuels comploteurs ?

        L’aspect statistique est mis en avant sur ce blog et j’en remercie l’auteur. Et en même temps il faudrait aussi aborder tout ça d’un point de vue global. J’entends par là, se poser la question des tenants et aboutissants de cette mascarade politico-médiatique. Le virus est là j’en conviens, mais toute cette propagande le donne la nausée.

        Jacques Attali disait qu’une pandémie servirait de prétexte à nous faire entrer dans le nouveau monde. Aussi, des économistes, des philosophes, des géo-politologues, des universitaires avancent le fait que cette pandémie est le prétexte parfait pour nous faire basculer dans un nouveau monde, ou même d’instaurer une « dictature » socialiste verte par exemple. Et tous ces gens sont loin d’être des huluberlus. On doit se poser certaines questions.
        Sérieusement, constatez-vous cette hystérie ? On dirait une nouvelle religion : le Covidisme.

        Quitte à choisir, je préfère quitter ce monde en étant taxé de « complotiste » (questionniste), qu’être un vulgaire « ignorant » buvant les paroles de nos journalistes maîtres-à-pensant comme si c’était la parole de Dieu.

  • Nico // 18.02.2021 à 14h41

    Si l’Occident arrive à s’immuniser même si c’est au prix de pas mal de mort alors que l’Asie sera restée loin du virus alors les occidentaux pourront provoquer des épidémies en Asie si les frontières ne restent pas fermées , non ?

    • Les-crises // 18.02.2021 à 14h56

      eh bien l’Asie 1/ empêche le virus de circuler, permettant aux gens d’avoir une vie normale moyennant quelques petits confinements courts
      2/ va alors vacciner sa population, réglant le problème – si l’Occident ne crée pas des masses de variants…

      • Sandrine // 18.02.2021 à 17h24

        L’Occident en menaçant de créer des masses de variants se protege des touristes chinois…. peut-être c’est ça le truc en fait … et il fait d’une pierre deux coup en réglant à long terme les problèmes liés au papy boom et accessoirement à la mal-bouffe.
        Malin! Il fallait y penser!

      • Logique // 18.02.2021 à 19h16

        « 2/ va alors vacciner sa population, réglant le problème – »

        Oui, surtout qu’eux ne vont pas utiliser les vaccins occidentaux.

        • moshedayan // 19.02.2021 à 09h29

          Ce dialogue entre Nico-Les-crises-Sandrine-Logique me paraît soit incompréhensible, soit pas réaliste. Bon les variants…ont cours, le virus a une logique trouver un terrain favorable – une surmortalité foudroyante selon vos spécialistes n’est pas favorable pour sa vie de virus…, vos spécialistes penchent pour des variants plus transmissibles sans surmortalité… (ils s’appuient sur Ebola…) Pour l’Asie, empêcher la diffusion du virus signifie en clair -fermeture des frontières totales… Croyez-vous que la Thaïlande, l’Indonésie sont très contentes de l’absence quasi-totale de touristes en ce moment ? Ils feront partie des pays à réclamer des touristes vaccinés peu de doute avec leurs compagnies aériennes… Quant à la Chine ? je vous laisse juger… certains misent sur la Chine, tout en distillant une information sur les tensions Inde-Chine, bizarre… Et que pensent les riches chinois qui ne peuvent plus voyager, ça aussi… me laisse en doute… eux aussi vaccinés que penseront-ils ? la règle de la réciprocité s’imposera

  • Betula // 18.02.2021 à 15h36

    Suite …
    Le problème dans tout cela est triple:
    – politique d’écrêtement des pics d’épidémie (et non de vagues) pour éviter de charger le navire « Hôpital » bien détruit antérieurement par des politiques stupides d’austérité afin que la population ne s’en aperçoivent pas trop…
    – Impréparation et incompétence du départ et de la suite (refus des masques, refus des tests, refus d’isoler symptomatiques et cas contacts, refus de soigner immédiatement [modéré]).
    – Stupidité des discours des « gens autorisés »: les médecins parlant comme des politiques, les politiques comme des médecins et les journalistes et commentateurs comme les deux premiers!

    Que fait-on à ces patients? Traitement ou prévention des thromboses, corticoïdes dès qu’ils ont besoin d’oxygène, et crainte du fameux dixième jour où tout peut s’aggraver en quelques heures, je dis bien en quelques heures.
    Mes patients? Très âgés (moyenne autour de 85 ans) polypathologiques, très souvent obèses, diabétiques, cardiaques …
    Oui l’Asie et le Pacifique sont les zones de l’avenir et celles celui du présent.
    Dernier point, le chamboulement géopolitique en cours: l’Europe et l’Occident ont perdu leur aura. L’Asie et le Pacifique seront ceux vers qui l’Afrique et l’Amérique du sud ainsi que les pays arabo-musulmans vont se tourner, comme la page que l’on vit …

  • Ami // 18.02.2021 à 16h15

    une petite analyse des stats du vaxin et des décès de janvier en Israel ?

  • Volodia // 19.02.2021 à 10h48

    Merci Olivier de vos analyses toujours fouillées sur l’état de l’épidémie en France et dans le monde.
    Vous avez parfaitement raison depuis le début: la bonne stratégie est celle des Pays asiatiques (éradiquer le virus), certainement pas celle di « vivre avec le virus ».
    Les dizaine de milliers de morts et de malades graves, la surcharge hospitalière, les séquelles à long terme « en même temps » qu’une crise économique, psychologique et relationnelle absolument dévastatrice, toute notre vie personnelle et sociale bouleversée … oui, on aurait dû faire comme en Asie. Mais bien sûr nos dirigeants en sont incapables. Alors chacun de nous paye le prix TRES ELEVE de leur incompétence. Merci encore Olivier, je salue votre honnetête et votre compétence.

  • Christobal // 19.02.2021 à 14h23

    En Australie le virus a peu pénétré, tout comme en NZ. Ce sont des îles. C plus facile de contrôler les arrivées extérieures. Ils ont fermé les frontières drastiquement dès le départ. En Chine, la région a été fermée drastiquement avec la force d’un pays autoritaire. Ailleurs dans le monde, le virus s’est très largement diffusé partout et vous espérez le zéro Covid par l’action humaine? D’ailleurs le terme confinement recouvre des réalités concrètes diverses, comment prétendre que cela marche alors que, finalement, personne ne fait exactement la même chose qd on regarde bien?

  • Will73283 // 19.02.2021 à 21h27

    Statistiques éclairantes, merci. Sauf peut-être la « part de Covid+ dans les réanimations » qui me semble un peu douteuse, sauf erreur. En prenant deux exemples extrêmes : si il y a 2 personnes en réa à Marseille sur 200 lits, dont 2 pour Covid, ce taux est de 100%. Alors que si il y a 200 personnes en réanimation à Lorient pour 200 lits (à cause d’un malheureux accident, d’une autre épidémie, ou je ne sais quoi), dont 2 de Covid, ce taux est de 1%. Donc même pression à cause du Covid se traduit aussi bien par un 100% que par un 1%.
    Alors à votre place j’afficherais plutôt un « taux de réanimation en covid sur le nombre de lits disponibles », si les chiffres sont dispos

  • montils // 20.02.2021 à 09h12

    bonjour,
    citation de cet article
    Cette carte de l’épidémie montre la faillite de l’Occident, et l’efficacité de l’Asie, qui sera probablement la région dominante de la Planète dans quelques décennies.
    quid de l’efficacité de l’Afrique ?

  • METZGER // 20.02.2021 à 10h39

    Suivant l’exemple des îles et des pays qui ont maîtrisé la propagation du virus, le trafic aérien, premier responsable des pandémies, ( et nos habitudes polluantes de selfies à Pataya et Cuzco.) doit être totalement arrêté. Donc ne plus penser à un plan de relance des compagnies aériennes ni des constructeurs d’avion. Qu’ils se cherchent un vrai métier, dans l’agriculture par exemple, qui manque de bras pour revenir au bio.

    Cessez les gros-prides : être obèse cela provoque le diabète, ce n’est pas une qualité, c’est juste un facteur de risque.
    Devenir réaliste : les morts ( le plus grand nombre ) sont dans la tranche d’âge 83 ans, vieilles rentières. La plupart des hommes ont disparu. Bloquer l’économie et détruire l’avenir des jeunes pour sauver Mauricette est aberrant.
    Quant à l’autoflagellation d’une hypothétique responsabilité de l’occident sur la propagation des variants, c’est du délire.

    Bref ouvrons les yeux sur l’avenir sans idéologie, sans misérabilisme, sans gémissements, sans victimisme, sans illusion, et surtout sans affect. On a un problème difficile qui doit se résoudre froidement, au prix de lourds sacrifices. Tout n’est qu’une question de choix. Les moyens hospitaliers, on les a perdu inexorablement depuis 40 ans. L’alternative est simple : les EPADs ou l’université. J’ai 70 ans et je choisis la jeunesse. Ma vie est derrière moi.

    • Ives // 20.02.2021 à 16h09

      je partage avec juste un petit bémol. J’ai 54 ans et je choisis aussi la jeunesse. Sauf qu’étant encore en activité, je m’aperçois qu’on fait « tourner la boutique » alors que la jeunesse de la-dite boutique se complait dans le télétravail. Et çà, çà me fait peur, parce qu’il y a une chose dont je suis sûr : il va falloir se retrousser sérieusement les manches et pas dans un monde virtuel. Si on ne veut pas se faire manger, il va falloir aller au charbon et ne pas rester cloitrer chez soi.

    • montils // 20.02.2021 à 17h13

      je pense qu’il serait bon que tous les partisans d’un confinement total ou de l’arret de certaines activités nous précisent le moyen de revenu.
      Mettre au chomage les autres en sachant que l’on ne risque aucune perte de revenu soi-mene est trop facile .

  • paul // 20.02.2021 à 21h49

    ici à Metz, les resultats des tests des eaux usées par les pompiers se sont pas révélés faibles !!
    très peu dans la plupart des lieux

    et on nous ferait croire le contraire ?
    en indiquant plus tard dans plusieurs journaux : « confirme une forte présence des variants »

    mais à des niveaux très faible !

    que ceux qui veulent se confiner se confinent
    que ceux qui veulent se faire V fassent ce qu’ils veulent

    obliger les gens à mettre un masque pour aller dans des rues ou des lieux où il n’y a personne est une honte

  • paul // 21.02.2021 à 10h26

    l’OMS annonce des réponses ou confirmation d’ici 6 semaines….

    https://youtu.be/75EPZQYynCA
    remarquez que dans cette vidéo de l’oMS on parle de « bénéfice risque »
    alors que comme pour le produit interdit , l’OMS disait , mais c’était avant : « A la différence des médicaments antérieurs, qui avaient des effets secondaires graves – parfois mortels – , l’ivermectine est sans danger et peut être utilisé à grande échelle »
    https://www.who.int/apoc/cdti/ivermectin/fr/

    pourtant, ça fait des mois que le mai n str eam dit que c’est de la m.
    pendant que des médecins y croient

  • paul // 21.02.2021 à 20h10

    je croyais que vous vouliez protéger nos anciens ?

    vous ne pourrez pas éternellement occulter les réalités

    ’il y a à ce jour un peu plus de 1300 décès en europe suite à la première dose ! renseignez vous, la doyenne de Saone et Loire à La Villa Sainte-Agnès, la maison de retraite de Bonnay, dans le Tournugeois Marie-Claudine Fourrie 110 ans

    et pour avoir des infos plus précises, allez voir sur le quotidien du médecin et le site de l’OMS

    ça bouge , certe doucement, mais la supercherie tombe, pan après pan

    Olivier veut protéger les anciens , pouvez vous informer dans un article que les vac ci nés doivent se confiner en attendant la deuxième dose car ils sont plus vulnérables pendant cette période alors qu’ils doivent penser le contraire.

    lien en axcès libre pour la pub
    https://www.lejsl.com/sante/2021/01/30/la-doyenne-du-departement-vaccinee-et-en-bonne-sante

    en axcès restraint pour la mauvaise nouvelle
    https://www.lejsl.com/societe/2021/02/03/a-110-ans-la-doyenne-de-la-saone-et-loire-nous-a-quittes

    le departement de la moselle est présenté comme particulièrement touché alors que les chiffres sont :

    R0 = 0.89 !!
    et taux de positifs 4.95§
    chiffres officiels
    https://www.cascoronavirus.fr/stats/france/departement/moselle
    ceci n’est pas une opinion
    vous voulez informer ou désinformer ?

  • Jacques // 22.02.2021 à 15h56

    En 2021 on dispose maintenant des calculs d’espérance de vie incluant 2020.
    https://www.insee.fr/fr/statistiques/2416631#graphique-figure1
    Entre 2019 et 2020 on a perdu 4 à 6 mois d’espérance de vie, mais en comparaison on voit qu’en 2012 et 2015 on avait perdu 1 à 3 mois par les épidémies de grippe ; or en 2012 et 2015, personne n’avait parlé de ces diminutions d’espérance de vie d’un ordre de grandeur comparable.
    La variation d’espérance de vie depuis 1994 montre qu’on avait gagné de 3 à 5 ans en 26 ans, les surmortalités Covid-19 de 2020 ne viennent que peu impacter l’espérance de vie. C’est plutôt un plafonnement de l’espérance de vie que l’on observe sur les dernières années.
    Les personnes qui avaient vieilli depuis la baisse d’espérance de vie de 2015, ont effectivement été fauchées par la Covid-19. On a reperdu le gain d’espérance de vie qu’on avait eu entre 2015 et 2020.

  • Laurent Herblay // 22.02.2021 à 16h11

    Bonjour,
    Un immense pour ce travail digne du meilleur du service public, que ce dernier rend très rarement.
    J’ai quelques questions qui pourraient vous intéresser :
    – Serait-il possible de désaisonnaliser les données ? En effet, cette pandémie semble saisonnière. Aussi, le plateau élevé qui a suivi le deuxième confinement devrait s’expliquer en partie par le calendrier, et ne peut être comparé avec l’après premier confinement
    – De même, certaines comparaisons internationales peuvent parfois être biaisées : par exemple, il y a un tiers d’obèses de plus en Grande-Bretagne qu’en France, et sachant que cela semble un facteur clé de gravité de la maladie, cela pourrait en partie fausser les comparaisons.
    Je serais très heureux d’avoir votre regard sur ces points.
    Salutations républicaines

  • Manuman // 23.02.2021 à 12h33

    une bizarrerie dans les chiffres:
    L’Allemagne croise notre taux d’incidence dans la première quinzaine de janvier, alors que le taux de décès est encore aujourd’hui nettement plus haut (qui auraient dus se croiser mettons début février)…
    ==> Soit on meurt + en Allemagne, ce que je ne crois pas
    ==> soit ils ne testent plus en Allemagne??

    Une explication?

  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications