Les Crises Les Crises
18.février.202118.2.2021 // Les Crises

États-Unis : Le Secrétaire à la défense invite Japon et Corée du Sud à renforcer leurs liens militaires face à la Chine

Merci 73
J'envoie

Source : SCMP, Laura Zhou

Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

Peu après sa prestation de serment, le secrétaire à la défense des États Unis Lloyd Austin invite les alliés asiatiques à renforcer leurs liens militaires

Les manœuvres maritimes américaines en ts méridionale se poursuivent malgré le changement d’administration aux États-Unis

Le nouveau secrétaire à la défense, Lloyd Austin, s’est engagé à concentrer ses efforts stratégiques sur la Chine et l’Asie. Photo : Getty Images/TNS

Le secrétaire d’état à la défense récemment nommé, Lloyd Austin a invité les principaux alliés asiatiques à travailler avec les États-Unis dans la région Indo-Pacifique, dans le cadre des efforts visant à renforcer les liens de défense dans la région car il est probable que l’intense rivalité avec la Chine se poursuive.

Austin, qui a prêté serment vendredi, n’a pas désigné la Chine nommément mais a déclaré que les États-Unis s’opposaient à « toute tentative unilatérale de modifier le statu quo en mer de Chine orientale » et a réaffirmé à son homologue japonais Nobuo Kishi que l’armée américaine répondrait à toute attaque sur les îles Senkaku dans le cadre du traité de sécurité entre les États-Unis et le Japon. Les Senkakus sont des îlots inhabités de la mer de Chine orientale contrôlés par le Japon mais revendiqués par la Chine et connus en chinois sous le nom d’îles Diaoyu.

C’était le premier appel téléphonique de haut niveau entre le Japon et l’Amérique depuis l’entrée en fonction du président américain Joe Biden et Austin a exhorté Kishi à « renforcer la contribution du Japon pour que cette alliance continue de jouer un rôle dans la sécurité de la région indo-pacifique », a déclaré le Pentagone samedi.

Lors d’un échange téléphonique dimanche, Austin a dit à son homologue sud-coréen Suh Wook qu’une coopération étroite entre les deux alliés était importante, et les deux parties « ont affirmé l’importance de maintenir un ordre international fondé sur des règles, et ont convenu de renforcer la coopération pour faire face aux menaces communes », a déclaré le Pentagone.

Les deux échanges faisaient suite à une conversation téléphonique entre le nouveau conseiller américain pour la sécurité nationale Jake Sullivan et son homologue sud-coréen Suh Hoon vendredi, alors que Sullivan précisait que l’alliance entre la Corée du Sud et les Etats-Unis était un des « piliers » de la paix et de la sécurité dans la région indo-pacifique.

Les échanges avec les principaux alliés de l’Amérique en Asie interviennent alors que l’administration Biden, en réponse à la stratégie géopolitique de la Chine, s’apprête à reconfigurer le réseau d’alliances des États-Unis, qui a été mis à mal par la politique « America first » de l’ancien président américain Donald Trump.

Bien qu’on pense souvent qu’Austin manque d’expérience dans la région Indo-Pacifique, il a toutefois promis de se recentrer stratégiquement sur la Chine et l’Asie. Lors de son audition de confirmation la semaine dernière, il a déclaré que la restauration des alliances et le recentrage stratégique sur la Chine seraient des priorités. Le général quatre étoiles à la retraite et ancien commandant de la force militaire américaine en Irak est le premier Afro-Américain à occuper le poste de secrétaire à la Défense.

Les observateurs chinois ont déclaré que ces appels montraient que l’administration Biden cherchait à contrer l’influence croissante de Pékin dans la région par le biais de son réseau d’alliances.

Chen Xiangmiao, chercheur associé à l’Institut national d’études de la mer de Chine méridionale à Hainan, a déclaré que Pékin pourrait être soumis à une pression croissante.

« La pression ne se cantonnera peut-être pas à la sphère militaire mais pourrait s’étendre aux relations de la Chine avec ses voisins d’Asie du Sud-Est, qui sont désormais hautement prioritaires dans sa stratégie diplomatique, a déclaré Chen. La mer de Chine méridionale pourrait également devenir un enjeu dans les relations bilatérales de la Chine. »

Song Zhongping, commentateur militaire à Hong Kong, a déclaré que Washington pourrait chercher à obtenir le soutien d’autres pays pour isoler la Chine.

« Cela pourrait concerner des pays comme le Japon, la Corée du Sud, le Royaume-Uni et même l’Australie et l’Inde », a déclaré Song.

Les tensions militaires entre la Chine et les États-Unis ne cessent d’augmenter depuis les premiers jours de l’administration Biden. Samedi, le commandement américain de la zone indo-Pacifique a déclaré qu’un groupe de porte-avions américains mené par le USS Theodore Roosevelt était entré en mer de Chine méridionale où il « mène des opérations de sécurité maritime, qui impliquent des opérations aériennes d’avions et hélicoptères, des exercices de frappe marines et un entraînement tactique mené en étroite liaison entre les unités de surface et aéroportées ».

Le porte-parole du ministère chinois des affaires étrangères, Zhao Lijian, a déclaré lundi que les États-Unis envoyaient fréquemment des avions et des navires en mer de Chine méridionale pour « montrer leurs muscles, et que cela n’était pas de nature à favoriser la paix et la stabilité dans la région ».

Selon SCS Probing Initiative, un groupe de réflexion de Pékin, un avion de reconnaissance de l’armée de l’air américaine a quitté sa base en Corée du Sud et est entré en mer de Chine méridionale ce lundi matin, tandis qu’au moins neuf autres avions militaires américains étaient repérés au-dessus de la mer de Chine méridionale dimanche.

« On peut s’attendre à ce que les activités des avions militaires américains se poursuivent partout aussi longtemps que le porte-avions Roosevelt sera présent en mer de Chine méridionale », a déclaré le groupe de réflexion sur Weibo, le Twitter Chinois.

Biden n’a pas encore exposé sa politique dans la région indo-pacifique, mais il a déjà désigné Ely Ratner, expert de longue date de l’Asie, comme assistant spécial, pour les questions relatives à la Chine, auprès du secrétaire à la défense. Les observateurs ont déclaré que cette nomination était susceptible de se traduire par une compétition extrême dans la rivalité avec la Chine.

Plus tôt samedi, Austin s’est également entretenu avec le secrétaire d’État à la défense britannique, Ben Wallace, et, selon le Pentagone, ils ont « échangé leurs vues sur la manière d’aborder les questions stratégiques présentant un intérêt mutuel, notamment la réponse à la Covid-19, les préoccupations quant à la montée en puissance de la Chine, les menaces venues de la Russie et les opérations en cours en Irak et en Afghanistan ».

Dans une démarche qui pourrait attiser les tensions dans la région, la Grande-Bretagne a accepté que le groupe d’attaque de son porte-avions Queen Elizabeth fasse partie d’un déploiement commun avec l’armée américaine cette année. Une déclaration bilatérale signée la semaine dernière permet le déploiement de troupes et équipement du corps des Marines et de la Navy américaine – y compris un détachement d’avions F-35B Lightning II et le destroyer lanceur de missiles guidés USS The Sullivans – dans le cadre d’un détachement de frappe de porte-avions qui sera piloté par le HMS Queen Elizabeth, toujours selon le Pentagone.

Bien que les détails du déploiement conjoint ne soient pas encore ttrès précis, des responsables britanniques de la défense, dont l’ancien secrétaire à la défense Gavin Williamson, ont laissé entendre plus tôt que le Queen Elizabeth serait déployé en Asie et en mer de Chine méridionale.

En 2019, Williamson a déclaré que cette région serait celle où la Chine « développerait sa capacité militaire moderne et sa puissance commerciale ». Ces commentaires ont provoqué la colère de Pékin, qui a enjoint Londres de ne pas intervenir dans la région et déclaré que la mer de Chine méridionale « ne devrait pas devenir le champ de bataille d’une compétition entre grandes puissances, ou une mer peuplée de navires de guerre itinérants ».

Au cours de l’année précédente, le navire d’assaut amphibie de la Royal Navy, le HMS Albion, avait longé les îles Paracel, revendiquées par la Chine, dans la zone de navigation contestée, une manœuvre que Pékin avait qualifiée « de provocation ».

Chen a déclaré qu’il était probable que les États-Unis tentent de renforcer leurs alliances pour faire pression sur Pékin, mais que cette stratégie soit couronnée de succès restait encore à voir. Il a cité l’exemple de la Corée du Sud, qui pourrait s’abstenir de faire pression sur Pékin en mer de Chine méridionale, d’autant plus que la Chine est le plus grand partenaire commercial et le plus proche allié de la Corée du Nord.

Le Japon, cependant, considère la Chine comme un rival stratégique et la route maritime comme une voie essentielle tant pour le commerce que pour l’approvisionnement en énergie, et serait donc plus susceptible de durcir sa position, a-t-il ajouté.

« La Chine devra intensifier ses efforts pour stabiliser ses relations avec ses voisins, [d’Asie du Sud-Est] tout en faisant avancer les négociations sur le code de conduite pour la mer de Chine méridionale, car sur cette question, ce sont les pays de la région qui sont vraiment concernés », a déclaré Chen.

Ces dernières années, les États-Unis ont intensifié les patrouilles pour garantir la liberté de navigation en mer de Chine méridionale pour contrer les ambitions de Pékin dans la région, appelant les alliés à les rejoindre. Pékin a condamné ces opérations, affirmant qu’elles compliquaient la situation.

Laura Zhou a rejoint le bureau du Post à Pékin en 2010. Elle est en charge des relations diplomatiques de la Chine et a fait des reportages sur des sujets tels que les relations sino-américaines, les différends entre la Chine et l’Inde, et les réactions à la crise nucléaire de la Corée du Nord, ainsi que sur d’autres informations d’ordre plus général.

Source : SCMP, Laura Zhou, 25-01-2021

Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Patrick // 18.02.2021 à 07h50

d’un autre côté , vu l’influence des USA dans le monde et la nouvelle administration américaine , ça vaut quand même le coup de regarder ce qu’ils font.
c’est le retour des USA comme fouteur de m.. , un coup contre la Chine , un coup contre la Russie et ils espèrent que ça va bien se passer.
Le problème c’est que l’on est au milieu de tout ça et que nos chers dirigeants sont prêts à suivre servilement les élucubrations de Washington.

13 réactions et commentaires

  • Calvez // 18.02.2021 à 07h15

    Bonjour,

    Depuis quelques temps, en lisant « Les crises », j’ai l’impression d’être américain et que mon nouveau pays est à peu près le seul au monde.

      +25

    Alerter
    • Patrick // 18.02.2021 à 07h50

      d’un autre côté , vu l’influence des USA dans le monde et la nouvelle administration américaine , ça vaut quand même le coup de regarder ce qu’ils font.
      c’est le retour des USA comme fouteur de m.. , un coup contre la Chine , un coup contre la Russie et ils espèrent que ça va bien se passer.
      Le problème c’est que l’on est au milieu de tout ça et que nos chers dirigeants sont prêts à suivre servilement les élucubrations de Washington.

        +16

      Alerter
    • Jean-Do // 18.02.2021 à 08h11

      Vu le peu d’USaméricains travaillant à SCMP, je ne comprend pas d’où vous vient cette impression : 106 Chinois de HK, ensuite UK puis Chine Continentale, Australie puis enfin les USA avec 21 personnes (cf. https://www.scmp.com/policies-and-standards).

        +0

      Alerter
    • sergeat // 18.02.2021 à 09h35

      J’ai la même impression que vous,surtout quand on voit comment notre pays est amoindri,déstabilisé,ruiné….pour ne pas dire vendu à une idéologie qui le ramènera à une simple province au sein d’un amalgame dirigé par l’Allemagne sous la désignation de l’UE.

        +14

      Alerter
    • Dominique65 // 18.02.2021 à 11h25

      @Calvez
      « en lisant « Les crises », j’ai l’impression d’être américain et que mon nouveau pays est à peu près le seul au monde. »
      C’est parce que tu lis beaucoup trop vite. Voici la liste des pays évoqués dans ce papier, en dehors des États-Unis : Chine, Corée du Nord, Corée du Sud, Japon, Irak, Afghanistan, Royaume-Uni, l’Australie, Inde, Russie, Taïwan, Philippines, Vietnam, Malaisie, Indonésie

        +4

      Alerter
      • sergeat // 18.02.2021 à 12h26

        Exact tous ces pays sont sous dominations US ou leurs ennemis.

          +9

        Alerter
    • bogdan // 20.02.2021 à 06h24

      je partage assez votre point de vue.
      Malheureusement peut-être pas assez de volontaires pour traduire le russe ou le chinois. Ou même l’espagnol et l’allemand. ?
      A moins que ce soit le sourcing (des textes quasi exclusivement états-uniens) ?
      je ne sais pas.
      PS le sujet n’est pas le nombre de pays cités dans les articles mais « là d’où parlent leurs auteurs » pour paraphraser Bourdieu.

        +4

      Alerter
  • DooDzy // 18.02.2021 à 10h54

    Petite info de rien de tout : il y a eu un changement de Président et de gouvernement récemment aux États-Unis et chaque nouvelle nomination est plus alarmante que la précédente. Sans parler de leurs multiples provocations verbales de ces dernières semaines (comme le souligne justement Patrick plus haut).

    Mais si la thématique « États-Unis » ne vous convient pas (c’est votre droit après tout), je vous conseille la lecture des (excellents) papiers réguliers d’Eric Juillot qui sont focalisés sur la critique acerbe de l’UE : https://www.les-crises.fr/?s=Eric+Juillot

    D’autres articles récents des Crises sur d’autres régions du monde :

    https://www.les-crises.fr/gb-news-derriere-le-patriotisme-affiche-le-soutien-financier-d-interets-etrangers/
    https://www.les-crises.fr/manque-de-vaccins-le-ministre-president-de-baviere-incrimine-bruxelles/
    https://www.les-crises.fr/russeurope-en-exil-leconomie-de-la-production-des-vaccins-et-lexemple-des-mobilisations-industrielles/
    https://www.les-crises.fr/dix-ans-apres-les-printemps-arabes-que-reste-t-il-des-mouvements-de-revoltes/
    https://www.les-crises.fr/crimes-de-guerre-britanniques-presumes-en-irak-analyse-du-rapport-de-la-cour-penale-internationale/
    https://www.les-crises.fr/ethiopie-chronique-d-une-poudriere-au-tigre/
    https://www.les-crises.fr/inde-la-contestation-des-agriculteurs-prend-un-tour-tragique/
    https://www.les-crises.fr/la-chine-veut-renforcer-sa-coordination-militaire-avec-la-russie/

      +1

    Alerter
  • Saïd Herta // 18.02.2021 à 13h51

    J’ai du mal à voir la différence entre la politique « raisonnable » de Biden et la politique « de pression maximale » de Trump. Dans un cas ; diplomatie de guerre froide, sanctions économiques, barrières douanières et patrouilles de la navy, dans l’autre ; diplomatie de guerre froide, sanctions économiques, barrières douanières et patrouilles de la navy … aussi.
    Donc, plutôt que nous casser les arpions pendant six mois avec des élections qui ne servent plus à rien vu que les US ne sont plus dirigés par leurs politiques depuis un petit bout maintenant , on pourrait avoir des vrais infos sur la situation de ce pays et sur le fait qu’ils sont en train de prendre la même voie que l’Union Soviétique entre 1975 et 1991 ?
    Mortalité infantile en hausse ? Check
    Age moyen des décès en baisse ? Check
    Immigration négative et émigration en hausse ? Check
    Part du PIB allouée au budget militaire en constante augmentation ? Check
    Baisse générale du niveau éducatif ? Check
    Baisse générale des dépenses d’infrastructure ? Check

    La liste est longue, on va pas la faire en entier, mais étant sur le blog d’un actuaire , je m’attendrait plutôt à trouver des infos qui me permettent d’évaluer les risques d’une situation … et pitain di bourbel du marde c’est pas ça qui manque les risques.
    Tiens il gèle au Texas, résultat : plus aucune commo qui tourne … pourquoiiiii ?

      +7

    Alerter
    • christian gedeon // 18.02.2021 à 17h05

      Baisse générale du niveau éducatif en baisse donc.Vous comparez comment? Il vaut mieux être en baisse qu’en chute libre comme nous, non? Sans compter la vraie question: Si en baisse,ils sont aussi puissants,qu’adviendrait il s’ils étaient « en hausse »? En tous cas,si leur situation est en baisse,je veux bien devenir baissier moi aussi. Pour le moment,que çà plaise ou pas,qu’on les aime ou pas,ils sont et de loin la première puissance mondiale.Avec 500 000 000 de supllétifs européens(sic!). Qui dit mieux?

        +1

      Alerter
      • Saïd Herta // 19.02.2021 à 14h14

        J’ai regardé les résultats des PISA et la portion d’une cohorte qui est diplômée du secondaires (college degree) et du supérieur (Bachelors, Masters & Dotors) selon l’US census.
        Le problème est connu depuis un certain temps pour le secondaire, peu de soucis d’accès à l’éducation , mais la proportion de diplômés qui sortent du système baisse. Un petit article de 2012 qui en parle : https://www.theatlantic.com/business/archive/2012/03/why-do-so-many-americans-drop-out-of-college/255226/
        Pour le supérieur idem , la proportion d’une cohorte qui y rentre baisse pas trop , mais celle qui en sort diplômée est aussi en chute, même si là, l’abus sur les prix et la raréfaction des bourses y sont sans doute pas étrangers…
        Enfin que se passerait il si ils étaient en hausse et pas en baisse ? Bah il y aurait beaucoup moins de non-Americains dans les listes d’auteurs de thèses des facs US par exemple. Mon data à moi c’est l’algèbre de Boole (c’est pas les mathématiques du sexe …) bah c’est fou, il y a toujours au moins un chinois ou un israélien dans la liste des auteurs des thèses que je lis en provenances d’universités US… en même temps je lis pas tout et les thèses sur le droit ou l’art c’est pas ma came non plus.

          +2

        Alerter
    • Ando // 18.02.2021 à 19h54

      Une liste qui date un peu… années 80 ?

      Le pays où les universités (hors de prix) sortent des cohortes de diplômés au niveau faible comparé à celui des Européens ou des Asiatiques, universités dont les meilleurs sont en majorité non Etasuniens. Un pays dont les meilleurs programmeurs informatiques venus de Stanford ou du MIT sont régulièrement battus dans les compétitions mondiales par équipes où ce sont les étudiants russes, et secondairement chinois, qui dominent. Un pays qui sort moins de brevets que la Chine depuis 2013. Un pays dont la plupart des habitants ont un niveau de culture générale proche de pas grand chose. Un pays dépasse par la recherche scientifique chinoise (la Chine diplôme des étudiants d’excellent niveau par fournées de 100.000 tous les ans), la toute dernière percée en matière d’ordinateur quantique date je crois de déc 2020 et elle est… chinoise. Un pays dont le CMI est dépassé par les innovations technologiques du CMI de Fédération de Russie qui fait 5 fois mieux avec un budget 30 fois plus faible. Un pays qui ne respecte plus la liberté d’expression. Une ploutocratie où si l’on n’a pas un budget de 1 ou 2 milliards de dollars il est inutile de briguer la présidence. Un pays dont les classes moyennes blanches voient leur espérance de vie reculer, ou on risque sa vie à être noir ou à dormir la nuit sur un banc à los Angeles ou New York. Etc… etc..

        +0

      Alerter
  • Cyrano 78 // 21.02.2021 à 21h30

    j’ai connu une marocaine venant de faire des études en Corée du Sud. ce qu’elle m’a raconté après son année de fac en Corée décoiffe méchamment !!!!
    La personne la plus populaire en Corée du Sud était, il y a 3 ans, Kim il Sung !!! La démocratie et les droits de l’homme sont vécus comme purement formels en Corée du sud !!
    Mais quand Kim il Sung parle de lâcher une bombe atomique sur une base US au Japon, les coréens du sud sont fous de joie !! Kim il Sung dit bien qu’il est hors de question d’utiliser la bombe atomique en Corée!
    La colonisation de la Corée, génocide durant 1 siècle, est un souvenir vivace, les coréens ne rêvent que de revanche face à des japonais négationnistes! (Voir l’affaire des femmes de réconfort de l’armée japonaise…)
    L’amitié envers l’Amérique est profonde mais uniquement dans la presse et chez les élites mêmes pas chez les étudiants ayant les moyens de se payer des études pour partir travailler aux USA!!!
    Bref beaucoup « d’erreurs et d’oublis » dans nos médias !!!

      +1

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications