Les Crises Les Crises
9.février.20219.2.2021
Article LesCrises

Pandémie Covid-19 : où en sommes-nous ? (au 9 février)

Merci 309
J'envoie

Nous relançons aujourd’hui notre suivi Covid (interrompu en raison de modifications des sources des données).

L’épidémie stagne à des niveaux inquiétants, 300 personnes meurent chaque jour depuis 100 jours, et les variants progressent : sans grande surprise, le gouvernement poursuit sa gestion calamiteuse.

Enfin, nous rappelons qu’un bon moyen de nous soutenir consiste simplement à nous suivre sur Facebook et Twitter (ici et ) – merci d’avance !

N.B. : comme on m’a posé la question, je rappelle que ma formation est actuaire-statisticien spécialisé en mortalité ; elle conduit donc à faire ce genre d’analyses.

Plan du billet :
<ul

I. Incidence en France

1-1 La situation au niveau national

Voici l’évolution du nombre de nouveaux cas dépistés en France depuis début mai :

On constate donc qu’après avoir été nettement atténuée par le deuxième confinement, l’épidémie a repris sa croissance dès décembre et qu’elle semble stagner depuis deux semaines, mais il convient de rester prudent dans l’interprétation.

On note bien cette stagnation sur ce graphique représentant la croissance du nombre de cas (c’est-à-dire la fonction dérivée du nombre de cas) :

Lecture : quand la courbe bleue est sur fond rouge, l’épidémie est en croissance ; quand elle est sur fond vert, elle est en décroissance. Quand la courbe monte, l’épidémie accélère, quand elle descend, elle décélère.

Précision : au vu des caractéristiques du virus et de la volonté de lutter contre lui, il n’est pas possible de réaliser la moindre anticipation sérieuse de l’évolution du nombre de cas.

1-2 Les tests

On observe que ces dernières semaines, le nombre de tests a continué à augmenter, mais le taux de positivité stagne depuis quelques jours :

On observe également ceci au niveau de la croissance du nombre de tests (le gros pic correspond aux vacances de Noël) :

Rappelons que nous testons environ 3 % de la population adulte chaque semaine.

1-3 L’épidémie « réelle »

Comme on ne teste que les personnes qui se présentent, on oublie donc de tester les personnes symptomatiques qui ne le désirent pas, et les asymptomatiques qui n’ont pas été identifiés comme étant des cas contacts. Selon l’Inserm, on n’identifie pas entre la moitié et les deux tiers des personnes réellement contaminées.

Nous vous proposons donc une estimation de l’épidémie réelle afin d’obtenir le nombre de nouvelles contaminations chaque jour :

On note qu’au printemps, l’activité de test (le petit trait en vert) était presque invisible, tant elle était marginale.

La veille des deux confinements, on devait approcher les 125 000 contaminations par jour ; nous sommes probablement autour de 50 000 actuellement, soit 2,5 fois moins.

1-4 Situation départementale

Voici le niveau départemental actuel de vulnérabilité face à la maladie :

Elle se passe de commentaires…

Pour bien montrer l’échec des confinements Canada Dry du gouvernement, rappelons que trois mois après la fin du premier confinement, la situation mi-août était de 3 départements à risque élevé et 21 à risque modéré :

Voici le taux de reproduction moyen par région :

Il est surtout intéressant d’observer le nombre total de nouveaux cas chaque jour par département :

Il y a seulement une quinzaine de départements qui connaissent très peu de cas chaque jour.

Après avoir observé le niveau absolu, il est intéressant d’observer son évolution :

Comme nous l’avons vu, l’évolution est actuellement plutôt légèrement favorable.

Voici l’évolution en graphique pour les départements les plus touchés :

Le département des Bouches-du-Rhône est donc le plus touché de la métropole.

Voici le détail pour l’Île-de-France :

On voit que l’épidémie ne stagne pas dans ces départements, mais progresse toujours, sous la pression des nouveaux variants qui eux sont très présents.

1-5 Situation par âge

Enfin, point très important, voici le taux de positivité selon l’âge des contaminés :

On constate que la positivité stagne sur la plupart des classes d’âge.

Voici l’évolution pour celles les plus à risques :

La stabilité cache hélas le fait qu’elle survient à un niveau absolu très élevé.

Voici en effet ce que cela donne en nombre de personnes testées positives :

En plus de cette représentation classique, nous vous proposons le même graphique, mais présenté ainsi, afin de bien voir l’évolution pour les plus de 60 ans, population à risque :

Et ici, voici un zoom sur les 50-70 ans et les plus de 70 ans :

Le réservoir de futurs décès reste hélas très important…

II. Hospitalisations en France

La tendance sur les admissions à l’hôpital pour Covid-19 est désormais également à la stagnation autour de 1 500 hospitalisations par jour (soit quand même 550 000 par an à ce rythme) :

On peut l’observer en traçant la croissance des nouvelles hospitalisations :

Cela donne ceci sur le nombre total de personnes hospitalisées :

Cela fait donc 3 mois que 25 000 à 30 000 personnes sont hospitalisées en permanence pour Covid-19.

Voici enfin la carte des nouvelles hospitalisations :

et celle du nombre total de personnes hospitalisées :


Les réanimations stagnent également après une nette hausse :

Et voici pour la croissance :

Ce qui donne ceci pour le nombre total de personnes en réanimation :

La déconnexion entre la tendance des hospitalisations et des réanimations montre que la proportion de malades vulnérables aux formes graves de Covid augmente.

Voici enfin la carte des nouvelles entrées en réanimation :

et celle du nombre total de personnes hospitalisées en réanimation:

Et voici enfin la part des patients Covid-19 dans le total des personnes en réanimation (qui prennent donc la place des malades normalement reçus…) :

La situation est donc toujours très problématique à l’hôpital.

III. Décès en France

Voici enfin la situation au niveau des décès par Covid-19 en France :

Là encore, on observe un plateau du nombre de décès, mais à un niveau effrayant de 400 morts par jour, l’équivalent d’un ou deux crashs d’avions, ou encore le tiers des pertes françaises quotidiennes à Verdun. Et presque plus personne n’en parle…

On se dirige donc hardiment vers un bilan de 80 000 morts, et, à ce rythme, les 100 000 morts seraient atteints début avril :

Ceci confirme bien le potentiel de mortalité du Coronavirus que nous évoquions au début de l’épidémie : 200 000 à 300 000 morts, vu qu’en avril, environ 15 % de la population aura été touchée, et que des exemples brésiliens ou italiens ont montré qu’il pouvait monter à 50 ou 60 % de personnes contaminées.

Mais le gouvernement va bien devoir agir avant pour stopper cette croissance…

Si nous rapprochons le nombre de décès de notre estimation des cas réels, on voit bien qu’il y a un décalage d’un mois entre les pics, et qu’il y avait très peu de décès début mars quand l’épidémie avait le niveau actuel :

Une hausse prochaine des décès est donc très probable.

Voici pour conclure la carte des décès hebdomadaires :

IV. Conclusion pour la France

La montée actuelle des variants dans notre pays ainsi que le laxisme de Macron, tout fier de ne pas écouter les scientifiques, fait craindre une reprise prochaine de l’épidémie.

Le « pari » de Macron d’un laissez-faire maximal, est un pari fou, nous condamnant déjà de façon certaine à cette vie mise en parenthèses pour encore plusieurs mois. Le premier confinement a divisé le nombre de morts par 50, le deuxième par 2, montrant bien la priorité accordée au patronat, qui se traduira par de nombreux morts et une récession profonde. Nous vous renvoyons d’ailleurs à cet article de Frédéric Lordon, si bien nommé « Les Sociopathes, de France Telecom à Macron. »

Source : Canard enchaîné, 03/02/2021

Les efforts du printemps nous ont permis de vivre presque normalement cet été, mais c’est désormais un lointain souvenir, tout a été gâché par cette doctrine folle du « Vivre avec le virus », alors que la stratégie gagnante sur la planète est « Vivre sans le virus », appliquée en Asie et en Océanie, où les gens vivent normalement après quelques efforts. En Australie, la ville de Perth a été confinée 5 jours pour UN cas détecté de Covid, mais ils vivent joyeusement depuis lors sans virus.

Cette carte de l’épidémie montre la faillite de l’Occident : le XXIe siècle sera bien asiatique.

Quant à nous, nous continuons tels des somnambules à joyeusement vacciner une population où circule abondement le virus (qui tue 400 personnes par jour), fantastique moyen darwinien de faire surgir un nouveau variant résistant au vaccin…

Si par malheur ceci arrivait, il conviendra de nous mobiliser pour préserver la réputation de notre pays, en ne le nommant pas « variant français » mais bien « variant macroniste » – rendons à Jupiter ce qui est à César…

V. Incidence en Europe

Voici la situation chez nos voisins européens :

Si l’épidémie semble désormais maîtrisée chez nos voisins, on note que l’Angleterre a été très fortement frappée par le variant anglais johnsonien, variant que nous laissons donc prospérer chez nous, bien qu’il soit sans doute plus contagieux et plus mortel.

Voici d’ailleurs une carte plus précise de la situation régionale en Europe. :

Pratiquement aucune région n’est épargnée par la Covid…

Comme il y a un retard de 2 à 3 semaines entre nouveaux cas et décès, la mortalité vient de passer son pic en Angleterre, qui est fortement confinée :

Il va donc falloir surveiller de près la situation dans les prochaines semaines.

VI. Incidence dans les pays les plus touchés

Voici enfin la situation dans les pays actuellement les plus touchés :

La situation aux États-Unis, au Brésil et en Russie reste dramatique.

Voici un zoom sur l’Amérique latine :

La situation est également critique au Mexique et en Colombie.

Voici pour les décès :

On voit que le nombre de décès atteint des niveaux dramatiques et stagnants dans les pays les plus touchés, avec 500 à 3 000 morts par jour.

Voici enfin la situation des décès en Amérique latine :

Par chance, beaucoup de pays ont pris des mesures de protection des plus âgés (ou bien ils disposent de systèmes sociaux particuliers, ne les regroupant pas dans des Ehpads).

VII. Situation mondiale

Voici pour commencer la carte mondiale de l’épidémie – qui frappe actuellement durement l’Amérique. :

Voici pour le nombre de cas par continent :

On constate que l’épidémie décroit enfin en Amérique, après un pic à 350 000 cas détectés par jour. L’Europe poursuit également sa décroissance.

On a ceci en cumulant les zones pour arriver à la situation mondiale :

L’épidémie plafonne ainsi au niveau mondial avec 600 000 contaminations par jour.

Et on a ceci avec les cas cumulés depuis l’origine :

On constate que l’Amérique a été très fortement frappée, avec près de 50 millions cas détectés, et que l’Asie ne dépasse pas 20 millions alors qu’elle est bien plus peuplée. L’Europe a également été durement frappée avec une trentaine de millions (en réalité bien plus, mais comme elle a moins testé au début, cela fausse quelque peu ce graphique).

Au final, 100 millions de personnes ont été testées positives à la Covid-19 – et beaucoup plus l’ont attrapée :


Voici la situation au niveau des décès :

On constate à quel point l’Occident a été durement frappé.

Nous semblons actuellement être à un pic des décès quotidiens, autour de 13 000 morts par jour.

Au final, les courbes des décès cumulés ressemblent évidemment aux courbes des cas cumulés :

Désormais, plus de 2 000 000 de personnes sont mortes de la Covid-19, 1 000 000 en Amérique, 600 000 en Europe et 400 000 en Asie.

VIII. La vaccination

8-1 En France

Nouveauté 2021 : voici un point sur la vaccination en France :

On constate que les injections ont plafonné à 90 000 par jour le 20 janvier, et diminuent depuis. C’était attendu, vu que nous ne recevons qu’environ 70 000 doses par jour (500 000 par semaine).

Cela a permis d’injecter la première dose à près de 1,6 million de Français.

8-2 Dans le monde

Voici la répartition des injections quotidiennes dans le monde :

et par semaine :

En cumulant, on constate que près de 100 millions de personnes ont désormais été vaccinées :

et en cumulant chaque semaine :

Voici la situation au 3 février, les États-Unis ont été très efficaces :

Enfin, voici la situation en pourcentage de la population vaccinée :

Des nouvelles de « l’Europe puissance »…

Il y a une remarquable performance du Royaume-Uni, mais elle a hélas été obtenue en ayant différé l’injection de la seconde dose, et donc en réduisant l’efficacité du vaccin :

IX. Un dernier conseil Santé

Petit rappel : si vous êtes une personne vulnérable (plus de 65 ans, ou plus jeune mais avec des comorbidités, telles que cancer, obésité, diabète etc.) non atteinte par la Covid, ou son (sa) conjoint(e), préférez le port du masque FFP2 / KN95 qui protègent le porteur (plutôt que les masques chirurgicaux bleus qui servent à empêcher les porteurs du virus de contaminer les autres; les masques en tissu ont quant à eux une efficacité variable et discutée).

En effet, si vous croisez des personnes dans des lieux clos mal ventilés (lieux qui favorisent l’aérosolisation), vous serez mieux protégés avec ces masques. On peut en trouver dans certaines pharmacies (insistez…) ou sur Internet ; prenez toujours des certifiés CE.


Merci d’avoir lu cet article jusqu’au bout ! Nous espérons qu’il vous a intéressé.

Olivier Berruyer

P.S. Vous pouvez nous suivre sur Facebook et Twitter (ici et ) – merci d’avance pour votre soutien !

137 réactions et commentaires

  • Fabrice // 09.02.2021 à 07h56

    On peut contester franchement beaucoup des actes et paroles du gouvernement mais quand je lis :

    https://www.les-crises.fr/wp-content/uploads/2021/02/mce.jpg

    et qu’on lit que le gouvernement est prêt à miser à fond sur un labo qui aurait un traitement efficace apparemment ce n’est pas sur les laboratoires français, alors que Pasteur Lille avec son traitement a dû faire appel au don pour rassembler 5 millions pour les tests (https://www.sciencesetavenir.fr/sante/molecule-anti-covid-19-objectif-mai-selon-pasteur-lille_149673) alors que McKinsey qui conseille Macron avec les résultats que l’on constate alors que l’on a pléthore de conseils d’états qui pourraient s’en charger au lieu de nous coûter 2 millions par mois :

    https://www.nouvelobs.com/vaccination-anti-covid-19/20210108.OBS38591/mckinsey-qui-conseille-le-gouvernement-sur-la-strategie-vaccinale-serait-paye-2-millions-d-euros-par-mois.html

    encore une fois le gouvernement démontre qu’entre les propos et les actes il y a une distance comme si le cerveau n’était pas connecté avec le reste du corps. En attendant combien de pistes sérieuses sont écartées pour se focaliser sur le vaccin au risque que les variants rendent caduque ceux-ci avant la fin de la vaccination ?

    mettre les oeufs dans le même panier n’a jamais été une stratégie raisonnable mais bon quand on dirige principalement par des décrets on peu se demander si notre démocratie ne déraille pas plus qu’avant.

  • calal // 09.02.2021 à 08h04

    L’augmentation des cas est plus du je crois a la meteo favorable aux virus hivernaux qu’a d’autres causes. Beaucoup de pluies,du froid,des defenses immunitaires tres diminuees en fin d’hiver par l’accumulation des deficits en vitamines c et d . J’aurai tendance a croire que le gouvernement macron a raison de maintenir ce non confinement aors que d’autres reclament des mesures plus severes.A mon avis tout cela sera fini au printemps. A vos cures de jus d’orange et de soupes chaudes…

    • Ben // 09.02.2021 à 09h01

      Donc en Angleterre ils sortent d’un hivers extrêmement rude, et la c’est le printemps.
      Ça me donne envie de traverser la manche !

      La météo semble être un facteur important , mais elle n’est pas suffisante pour expliquer à elle seule l’épidémie.
      Contre exemple simple: Guadeloupe et Martinique, ils n’ont pas sorti leurs petites laines et pourtant la situation n’est pas bonne du tout.

      • calal // 09.02.2021 à 09h45

        en regardant uniquement la france comme systeme etudie,on garde constant un grand nombre de variables.En parlant d’autres lieux,vous multipiez inutilement les variables a considerer si la question qui nous interesse n’est pas l’epidemie mondiale mais grosso merdo, en france faut il continuer juste avec le couvre feu ou aggraver les mesures sanitaires avec un reconfinement.
        Si on regarde les courbes presentees par OB, la petite hausse actuelle me semble due a la meteo non a des variants, et ne me semble pas justifier un reconfinement.Le couvre feu me semble etre un moins mauvais compromis entre toutes les contraintes que le reconfinement le temps d’attendre le retour des beaux jours.

        J’aurai evidement prefere qu’il y ait en france assez de lits d’hopitaux et bien davantage de medecins pour faire face a cette situation qui semble se repeter tous les 50 ans (1917-1918/ 1968-1969) mais nous approchons de la fin d’un cycle economique ou les situations dans lesquelles nous n’aurons plus le choix qu’entre une mauvaise solution et une tres mauvaise solution vont se multiplier.

        • red2 // 09.02.2021 à 23h30

          On ne confine pas à cause de la « petite hausse » actuelle mais parce qu’on ne peut pas continuer sur le plateau à 400 morts par jour qui en plus pour être atteint nécessite des efforts déjà très importants…

          • Rémi // 16.02.2021 à 12h59

            Oui enfin iol meure chaque année entre 1200 et 1600 personnes par jour.
            Et ces derniéres années la mortalité á été faible.
            Donc cette affirmation d’un niveau innacceptable me fait douter.
            Il était probable que la mortalité allait se rattrapper. Et puis en notant COVID tous ceux qui meurent avec un test on fait abstraction des autres causes.
            Franchement il est temps de relacher, nous avons échoué à maitriser l’épidémie maintenant il va falloir vivre avec.

      • Guillaume // 10.02.2021 à 04h28

        Ne racontez pas de bêtises svp.
        Je suis en vacances en Martinique depuis 1 mois. Depuis Noël, le nombre de cas positifs stagne et est très bas, autour de 70 par semaine. Au prorata de la population, cela fait 20 cas par semaine pour 100 000 habitants. A titre de comparaison, nous sommes à 200 pour 100 000 habitants en métropole.
        Il y a énormément de touristes depuis Noël et les gestes barrières ne sont pas respectés. Presque personne ne porte le masque dans la rue, même à Fort de France. Les locaux se rassemblent en groupe conséquent sur les plages en particulier le week-end sans geste barrière. Je vois souvent des commerces où les clients et les employés ne portent pas le masque.

        La raison principale est bien évidemment que le climat est très favorable en particulier à cette période de l’année qui est la saison sèche. Ce n’est pas pour rien qu’on tombe malade (rhume, grippe…) en hiver et très rarement en été. Nos défenses immunitaires sont affaiblies par le froid et le manque de soleil (vitamine D).

        Même sans confinement, le nombre de cas chutera drastiquement au printemps en France alors que nous sommes sur un plateau haut en hiver actuellement.

        • Le Minotaure // 10.02.2021 à 12h15

          La situation à Mayotte est catastrophique malgré des température élevés.

          On peut aussi parler du Brésil et du plusieurs autres pays d’Amérique du Sud qui ont connu de nouvelles vagues en plein été.

          Il semble que les variations saisonnières ont effectivement un impact sur la virulence du virus, mais je serais extrêmement prudent sur l’ampleur de cet impact et je m’hasarderai pas à prédire une disparition de la maladie en été, et encore moins au printemps. Rappellons que la faiblesse de l’épidémie en mai-septembre a été précédée en France (comme un peu partout en Europe) par des mesures extrêmement drastiques qui ont vidé le réservoir de circulation du virus. Par ailleurs la croissance des cas qui a aboutit à la seconde vague a commencé dès juillet.

        • Havoc // 14.02.2021 à 09h13

          Comment se fait-il que cela ne fonctionne pas de la même manière en Guadeloupe ?

          Observez un peu plus loin que sur une île et constatez que le climat n’a pas d’influence sur l’épidémie au Brésil, par exemple.

    • Havoc // 14.02.2021 à 09h11

      Il faut en parler d’urgence aux habitants de la République d’Afrique du Sud, du Brésil, du Pérou, etc. qui imaginent stupidement être en plein été.

  • lit75 // 09.02.2021 à 08h47

    Emmanuel Macron est de plus en plus isolé (malheureusement, c’est en partie une conséquence des institutions monarchiques de la Vème république). Je pense qu’il est proche de craquer.

    L’article du Canard eproduit ici en est un indice il me semble.
    Un autre indice : https://www.lefigaro.fr/politique/le-cavalier-seul-de-macron-etonne-certains-ministres-et-sa-majorite-20210203

    Et sinon, il est sur la pensée magique poru les vaccins :

    https://www.lefigaro.fr/flash-actu/macron-promet-un-vaccin-pour-tous-les-francais-qui-le-souhaitent-d-ici-la-fin-de-l-ete-20210202

     » C’est pourquoi, « dès fin février-début mars, nous aurons (quatre) sites qui vont, en France, produire le vaccin », a-t-il annoncé, en faisant référence aux groupes Delpharm, Recipharm, Fareva et Sanofi »

    Alors que Delpharm et Sanofi ont annoncé six mois pour la mise en place d’une ligne de production (en fait il ne s’agit que d’une mise en flacons).

    Il y a quinze jours MM Delfraissy et Casex étaient prês à confiner. Les conséquences concrètes d’un confinement, c’est la fermeture des écoles et celles des commerces  » non essentiels », (puisqu’on n’a pas l’armée popualire de libération pour distribuer du ravitaillement.

    Le Medef s’y est opposé vertement :

    https://www.francetvinfo.fr/replay-radio/l-interview-eco/confinement-patrick-martin-president-delegue-du-medef-ne-veut-pas-dun-debat-de-cornecul_4252303.html

    Résultat : pas de confinement. C’est le MEDEF, la CGPME et la CCI qui dictent la politique du gouvernement.

    • lit75 // 09.02.2021 à 08h47

      Le seul compromis a été la fermeture des galeries comerciales de plus de 20 000 m2. Comme dicté par le MEDEF, il n’y a plus de distinction entre essentiel et non essentiel. Même les opticiens des galeries commerciales doivent rester fermer et ravitailer leurs clients sur des parkings.

      https://www.paris-normandie.fr/id163528/article/2021-02-08/covid-19-face-aux-centres-commerciaux-fermes-les-opticiens-trouvent-un-systeme-d

      La réouverture des « commerces non essentiels, probablement sous la pression du MEDEF,  » fin novembre est exactement concomitante à la cassure de la courbe.

      Même sans la menace de variant, la politique – au fond, c’est exactement la même que celle de Trump – consistant à conserver l’épidémie à un niveau haut.et à maintenir durablement des restrictions extrêmement contraignane comme le couvre feu à 18 h sans perspective de sortie de crise, n’est rien d’autre qu’une mise en danger de la vie de ceux qui sont atteints du COVID, et de la santé mentale de ceux qui n’en sont pas atteints.

  • LibEgaFra // 09.02.2021 à 09h25

    « Voici le niveau départemental actuel de vulnérabilité face à la maladie : »

    C’est quoi la « vulnérabilité »? Quelle en est la définition? Qu’est-ce qui rend une personne vulnérable? Son mode de vie? Son patrimoine génétique?

    Il manque une analyse ville-campagne.

    C’est bien beau de tout mettre sur le dos du gouvernement, c’est vrai crassement incompétent, mais que dire de l’individualisme forcené qui règne et qui s’affranchit de toute règle de protection?

    • MS // 09.02.2021 à 13h42

      en effet une analyse ville/campagne ou par densité de population serait très intéressante, de même que par ages de population. Il semble aussi que les villes universitaires sont plus touchées que les autres (mais comme ce sont aussi des grandes villes il est difficile de faire la part des choses). Les données ne sont pas facile à obtenir.

      • Roberte // 09.02.2021 à 18h01

        L’analyse régionale est déjà très intéressante. Je suis surprise que ça soit si peu évoqué…
        On voit bien dans les graphiques ci-dessus que la Bretagne est bien verte..
        Et les chiffres de l’INSEE sont éloquents : https://www.insee.fr/fr/statistiques/4487876?sommaire=4487854
        En Bretagne ils sont plus morts de la canicule que des vagues covidiennes.
        La 1ère vague a concerné essentiellement le grand Est et l’île de France, la seconde la région Rhône Alpes.

    • SDF // 09.02.2021 à 20h50

      « C’est quoi la « vulnérabilité »? Quelle en est la définition? »

      Il suffit de la lire: elle est écrite sur la carte.

      • LibEgaFra // 10.02.2021 à 08h17

        Ben non, on n’est pas plus avancé: quels indicateurs? Quelles valeurs? Comment sont-elles intégrées dans la « synthèse »? Aucun moyen de vérifier ces données, il faut croire sur parole!

        Quand je regarde ces cartes:

        https://coronavirus.politologue.com/carte-de-france/

        je ne vois aucune uniformité.

        En outre seulement trois classes dont on ne connait pas les bornes, et le rouge: une carte idéologique destinée à faire peur. Le message est très clair: vous êtes vulnérables, obéissez au gouvernement, faites-vous vacciner.

        • SDF // 10.02.2021 à 08h48

          « Ben non »
          Ben si: il s’agit bien d’une définition. Les mots ont un sens.

          « on n’est pas plus avancé »
          Ca c’est un autre sujet.
          Mais quand on se donne la peine (2 minutes) de chercher sur internet, on trouve sur le site de santé publique France un document qui détaille mieux la chose.
          Je vous encourage à faire l’exercice.

          Un point sur lequel je vous rejoins: l’uniformité du rouge sur la carte lui retire tout intérêt.
          Vos interprétations sur le reste n’engagent que vous.

  • Brigitte // 09.02.2021 à 09h34

    Merci pour cet article. Nous vivons une situation vraiment difficile et désormais inextricable du fait que les bonnes mesures n’ont pas été prises au bon moment, cad au départ. L’incurie du gouvernement a ainsi créé un climat de défiance, allant jusqu’au négationisme, qui est maintenant impossible à juguler. Les gens sont déboussolés et ne sont plus du tout rationnels. Il y a un risque réel de dérapage dans la population. Le gouvernement le sait et navigue à vue pour éviter cet écueil tout en essayant de garder le cap de la sortie de crise à bénéfice électoral plus que sanitaire. Pour l’aspect économique, nous sommes entièrement sous pavillon européen.
    Il faut un électrochoc politique. Dissoudre le gouvernement pour redonner la confiance aux français. Mais nos belles institutions démocratiques sont comme les écuries d’Augias, les nettoyer relève des travaux d’Hercule…
    Il y a de quoi être vraiment pessimiste sur l’avenir de notre pays. Cela n’engage que moi bien sur…

  • LibEgaFra // 09.02.2021 à 09h43

    Un peu de philosophie dans ce monde de brutes. Philosophons donc avec Nietzsche, le gai savant:

    « Morale pour médecins. — Le malade est un parasite de la société. Arrivé à un certain état il est inconvenant de vivre plus longtemps. L’obstination à végéter lâchement, esclave des médecins et des pratiques médicales, après que l’on a perdu le sens de la vie, le droit à la vie, devrait entraîner, de la part de la Société, un mépris profond. Les médecins, de leur côté, seraient chargés d’être les intermédiaires de ce mépris, — ils ne feraient plus d’ordonnances, mais apporteraient chaque jour à leurs malades une nouvelle dose de dégoût… Créer une nouvelle responsabilité, celle du médecin, pour tous les cas où le plus haut intérêt de la vie, de la vie ascendante, exige que l’on écarte et que l’on refoule sans pitié la vie dégénérescente — par exemple en faveur du droit de vivre… Mourir fièrement lorsqu’il n’est plus possible de vivre fièrement. »

    • calal // 09.02.2021 à 09h55

      Mourir fièrement lorsqu’il n’est plus possible de vivre fièrement

      lol qui decide? le vieux lui meme apres avoir ete gave de pression sociale? Que pensez vous de tous ces vieux japonais qui continuent a vivre activement malgre leur grand age avec leur concept d’ikigai ? ces memes vieux japonais dont certains a la retraite se sont proposes pour aller travailler a fukushima en zone ultra radioactive?

      Je crois que les droits fondamentaux de l’homme sont en train d’etre remis en question de facon tres progressive et subtile dans nos democraties occidentales…

      • LibEgaFra // 09.02.2021 à 10h40

        « lol qui decide?  »

        Je ne sais pas. Demandez aux nietzschéolâtres.

        Ou alors, vu comment l’épidémie court dans les pays occidentaux alors qu’elle est sous contrôle dans certains pays, la réponse ne devrait pas être trop difficile à trouver. Et la décision déjà prise.

        Et il y a ce problème des retraites à résoudre, pardon cette réforme à mettre en place.

        « dans nos democraties occidentales… »

        Ah, parce que vous croyez que les pays occidentaux sont des « démocraties »…? Lisez donc Nietzsche, il vous donnera quelques clés pour comprendre sous quel régime vivent les pays occidentaux.

      • X // 09.02.2021 à 15h21

        Calal
        Je pense moi aussi que les droits fondamentaux de l’homme sont entrain d’être remis en question de manière très subtile dans notre société et que cette crise du Covid agit comme un révélateur en ce sens.
        On nous fait croire que l’on cherche à protéger les plus faibles (personnes âgées, personnes fragiles)… mais en réalité on prend des mesures qui conduisent insidieusement à stigmatiser ces personnes : « si la majeure partie de la population saine souffre des mesures de confinement ou de couvre-feu qui conduisent à la ruine économique… ben est-ce que finalement ce ne serait pas à cause du trop grand nombre de ces personnes fragiles… ». C’est un réalité le message subliminal qui est transmis à la population depuis près d’un an… Et cette dernière réagit en conséquence… Bientôt elle va réclamer que soient appliquées les théories de Peter Singer (LibEgaFrag, pas besoin d’aller chercher le poussiéreux Nietzsche, on en a de bien plus contemporains) et qu’on oublie un peu ces vieilles lunes humanistes héritées du stupide christianisme https://www.franceculture.fr/emissions/la-transition/la-vie-na-pas-de-prix .Peut-etre est-ce là une des raisons pour lesquelles on entretient savamment ce virus et la peur qu’il suscite

      • X // 09.02.2021 à 15h30

        Vivre fièrement de nos jours a tendance à signifier être « woke », etre conscient que la civilisation dans laquelle nous avons vécu jusque-là était mauvaise, qu’il faut faire en sorte d’ « effacer » sa trace, de meme que l’on doit «effacer» du débat public ceux qui protesteraient contre cet impératif( pitité, moderateur, n’effacez pas ce message…).
        Cancel culture, culture de l’effacement – de l’anihilation symbolique, prélude à d’autre forme d’effacement plus physique ?
        La civilisation mauvaise en question, celle à effacer – c’est précisément celle qui a sacralisé les droits fondamentaux de l’homme…
        Tien d’ailleurs, c’est aussi une mode chinoise, l’effacement. Ou plus exactement la disparition. https://www.franceculture.fr/emissions/la-grande-table-idees/anne-cheng
        Que ceux qui glorifient les méthodes chinoises, notamment en matière de lutte contre la pandémie méditent sur ce parallèle troublant. Pendant qu’ils en ont encore la possibilité.

        • Brigitte // 09.02.2021 à 19h03

          Vous aimez bien radio Washington je vois. L’esprit d’ouverture à l’ouest n’aime guère la Chine, c’est un fait. Heureusement que nous avons les GAFAM pour rester libres. Tiens, Amazon se lance dans les EnR en Europe. Oh chouette alors! ça nous libérera du gaz russe.
          La covid sert de révélateur à un changement déjà à l’oeuvre. Quel est-il? une mise au pas de l’UE et un pas de plus dans la mondialisation, qui reste, rassurez-vous sous contrôle américain. La Chine n’a pas vocation à dominer le monde. Elle assure sa croissance, sa sécurité, son indépendance. C’est différent. Personne n’est obligé d’aller y vivre.

          • X // 10.02.2021 à 07h45

            C’est bien, vous êtes sensible au soft power chinois. Vous devez en rassurer plus d’un ici.
            Qu’est-ce qui vous permet d’affirmer que la Chine ne cherche pas à imposer son modèle de civilisation au reste du monde ? Parce que vous souhaitez à tout prix que l’Occident reste et demeure éternellement le plus méchant, le plus coupable… le plus dominateur?
            Si la Chine n’avait pas lancé « la mode » du confinement, nous n’en serions pas là.
            1939, la France était réputée avoir la première armée du monde. En 40, elle n’existait quasiment plus. Qui l’aurait dit?
            Les Gafam, ah oui! A la bonne heure! Vous pensez que les Chinois n’ont pas les mêmes chez eux ? Bientôt chez nous, pour remplacer les Gafam ? C’est ça que vous aimeriez ?

            • LibEgaFra // 10.02.2021 à 08h34

              « Qu’est-ce qui vous permet d’affirmer que la Chine ne cherche pas à imposer son modèle de civilisation au reste du monde ? »

              Combien de gouvernement (au singulier) renversé par la Chine? Qu’est-ce qui vous permet d’affirmer que la Chine cherche à imposer son modèle de civilisation au reste du monde ?

              « Si la Chine n’avait pas lancé « la mode » du confinement, nous n’en serions pas là. »

              Exact! Il y aurait des dizaines de milliers de morts en plus.

              Bigre, je ne savais pas que les Chinois avaient installé un gouvernement français à leur solde et qu’ils peuvent le manipuler comme ils veulent!

            • Brigitte // 10.02.2021 à 11h14

              Parler de « soft power » chinois est inexact, ou alors vous n’avez qu’une vague idée de ce qu’est le « soft power » américain.
              La « mode » du confinement ? comme vous y allez! alors elle a été très mal suivie…
              Je n’ai aucune preuve des intentions de la Chine, je n’ai pas encore réussi à pirater le cerveau de ses dirigeants, mais vous non plus. Je m’en tiens à des analyses sérieuses et à l’Histoire.
              Continuez à croire radio wawa, que j’écoute aussi pour ses bonnes émissions culturelles, mais avec un filtre auditif. Vous conviendrez quand même si vous êtes de bonne foi, que radio wawa, pourtant uniolâtre, ne parle que très peu d’Europe mais beaucoup des USA.

            • Kasper // 10.02.2021 à 11h38

              « Si la Chine n’avait pas lancé « la mode » du confinement, nous n’en serions pas là. »

              Oh pu**in! Elle est gonflée celle la 😂
              C’est aussi eux qui nous ont forcé à garder nos frontières ouvertes aux touristes du monde entier jusqu’à ce que la situation soit totalement hors de contrôle?

            • LibEgaFra // 10.02.2021 à 12h23

              « C’est aussi eux qui nous ont forcé à garder nos frontières ouvertes aux touristes du monde entier jusqu’à ce que la situation soit totalement hors de contrôle? »

              Rappelez-vous: c’est la Chine qui a contraint le gouvernement français à rapatrier directement de Wuhan de pauvres compatriotes égarés là-bas…

              Ah non?! J’ai tout faux?! On me souffle que c’est parce que le gouvernement français est tellement meilleur dans la gestion d’une épidémie que la Chine et que nous allions voir ce que nous allions voir!

              Oui, oui, on a vu et on voit tous les jours.

            • LibEgaFra // 10.02.2021 à 12h25

              « ce qu’est le « soft power » américain. »

              C’est ce qui s’appelle « être à l’ouest » dans les deux sens du terme.

              Radio wawa… J’adore.

            • X // 10.02.2021 à 16h36

              «Si la Chine n’avait pas lancé « la mode » du confinement, nous n’en serions pas là. »
              Oui parfaitement.
              Il est très intéressant d’´écouter ce que disent de nous les pays « asiatiques » ( parmi lesquels la Nouvelle Zélande et l’Australie, hein!… marre de ce tropisme ethno-civilisationnel dès qu’on parle de crise du Covid sur ce blog! Au passage ceux qui se moquent de mes liens « radio wawa « feraient bien de se rappeler que nous sommes ici sur un blog qui nous propose des articles majoritairement traduits de l’anglais et traitant majoritairement des US… ).
              1/…

            • X // 10.02.2021 à 16h52

              2/…
              Donc dans les pays asiatiques -au Japon par exemple- on pensait au départ que pour des raisons culturelles, liées aux respect des libertés, nos pays occidentaux, singulièrement l’Europe, seraient incapables de mettre en œuvre des mesures de confinement….
              On a été très étonnés dans ces pays, de la rapidité et de la facilité avec lesquelles des confinements très stricts on été mis en place en Europe . On a été encore plus étonnés de constater que ces confinements drastiques n’étaient nullement accompagnés de stratégies de traçage-isolement , ce qui, du point de vue « asiatique », est la seule raison d’être de ce type de confinement (qui, sinon, ne règle pas le problème des contagions mais ne fait que le repousser sine die…)

              Comment comprendre l’engouement soudain en Europe pour les confinements concentrationnaires de type chinois, pour l’état d’urgence, pour le mode de gouvernement technocratique et les hauts commissariat au plan… Si ce n’est par une fascination malsaine (selon moi) pour la soi-disant « réussite chinoise ».

            • X // 10.02.2021 à 17h26

              3/3
              Et le plus sidérant du point de vue des pays asiatiques, c’est que les peuples européens ont l’air très satisfaits de cette situation et acceptent toutes ces mesures à la fois liberticides et absurdes sur le plan sanitaire, non seulement avec résignation mais aussi avec une certaine satisfaction.

              A la lumière de cet éclairage, on perçoit mieux l’ambiance idéologique qui règne dans nos pays, en particulier en France : si certains ont l’air de se rebeller aujourd’hui, il n’aura échappé à personne que le premier confinement a été vécu avec un certain enthousiasme par toute une partie de la population (il faut dire qu’il faisait beau en mars-avril et que l’état payait le chômage partiel et les congés pour garde d’enfants… ne négligeons pas ce point très important); les gens s’imaginaient que tout cela serait de courte durée, voir que ce serait l’occasion rêvée de faire « la transition » tant attendue ( enfin on mettait l’économie en deuxième place derrière la vie humaine et l’on prenait conscience des enjeux environnementaux… sans parler de ceux pour qui toute diminution des émissions de carbone et de la croissance est bonne à prendre) sans s’interroger sur l’engouement subi de nos gouvernements pour des méthodes à l’origine pour le moins douteuse. Comment se fait-il que l’on ne se soit pas plus posé de questions que ça? Et encore maintenant, d’ailleurs. Toutes ces réactions outrées à mon message en témoignent.

            • Brigitte // 12.02.2021 à 08h39

              « ceux qui se moquent de mes liens « radio wawa « feraient bien de se rappeler que nous sommes ici sur un blog qui nous propose des articles majoritairement traduits de l’anglais et traitant majoritairement des US… ) ».
              Je suis entièrement d’accord avec vous, ce site est très anglo-centré et je le déplore. …un effet parmi d’autre du « soft power » Croyez-vous que cela m’a échappé? Je trie les articles.
              Quand à radio wawa, je l’écoute aussi quotidiennement et je fais pareil. Je n’écoute jamais certaines émissions. J’en aime beaucoup d’autres.

    • SDF // 09.02.2021 à 21h27

      Il a écrit quelques belles phrases aussi (j’ai filtré):
      « Ce n’est pas le doute, c’est la certitude qui rend fou. »
      « Les convictions sont des prisons. »
      « Les convictions sont des ennemis de la vérité plus dangereux que les mensonges. »
      « Le fanatisme est la seule forme de volonté qui puisse être insufflée aux faibles et aux timides. »
      « Quiconque lutte contre des monstres devrait prendre garde, dans le combat, à ne pas devenir monstre lui-même. Et quant à celui qui scrute le fond de l’abysse, l’abysse le scrute à son tour. »
      « Celui qui nie sa propre vanité la possède généralement sous une forme si brutale qu’il ferme instinctivement les yeux devant elle pour ne pas avoir à se mépriser. »
      « Le serpent qui ne peut changer de peau, meurt. Il en va de même des esprits que l’on empêche de changer d’opinion : ils cessent d’être esprit. »
      « Nos défauts sont les yeux par lesquels nous voyons l’idéal. »
      « On s’est mis d’accord pour considérer qu’avoir beaucoup de critiques, c’est un succès. »

      Finalement, tout chez lui n’est pas à jeter.

      « Mieux vaut ne rien savoir que beaucoup savoir à moitié ! »

      • LibEgaFra // 10.02.2021 à 08h44

        « Ce n’est pas le doute, c’est la certitude qui rend fou. »

        Excellent! C’est bien pourquoi il a été fou pratiquement toute sa vie – psychotique – avant de sombrer dans la démence.

        « Les convictions sont des ennemis de la vérité plus dangereux que les mensonges. »

        Que ne s’est-il appliqué cette sentence à lui-même! Exemple de conviction:

        « Et la guerre élève à la liberté. Car, qu’est-ce que la liberté ? C’est avoir la volonté de répondre de soi. C’est maintenir les distances qui nous séparent. C’est être indifférent aux chagrins, aux duretés, aux privations, à la vie même. C’est être prêt à sacrifier les hommes à sa cause, sans faire exception de soi-même. Liberté signifie que les instincts virils, les instincts joyeux de guerre et de victoire, prédominent sur tous les autres instincts, par exemple sur ceux du « bonheur ». L’homme devenu libre, combien plus encore l’esprit devenu libre, foule aux pieds cette sorte de bien-être méprisable dont rêvent les épiciers, les chrétiens, les vaches, les femmes, les Anglais et d’autres démocrates. L’homme libre est guerrier. »

        Crépuscule des idoles.

        « Belles » phrases en effet!

        • Logique // 10.02.2021 à 21h32

          « « Belles » phrases en effet! »

          Je vous propose cette analyse de l’œuvre et du personnage:

          https://www.sami-aldeeb.com/friedrich-nietzsche-philosophe-ou-idiot-vicieux-texte-et-video/

          Extrait:

          « Cet homme n’a jamais été philosophe. Il n’a pas la volonté sincère de chercher et de dire la vérité … Cependant, admettons que Nietzsche a de brillantes expressions; eh bien, ce n’est que l’attribut de feuilletoniste qui ne lui permet pas de se faire une place aux côtés des grands penseurs et éducateurs de l’humanité ” (p. 283). Parmi ces positions scabreuses, il y a celles qui dégradent les femmes, soutiennent les mutilations génitales féminines, exigent l’élimination des malades, des handicapés et des mendiants, soutiennent l’esclavage, condamnent la bienveillance envers les faibles, prônent la violence, le terrorisme et les guerres, soutiennent les tyrans et rejettent l’éducation du grand public. »

          Voilà SDF et Nietzsche habillés pour l’hiver.

          • SDF // 11.02.2021 à 10h40

            Je n’ai pas vocation à défendre Nietzsche à tout crin.
            Mais je trouve les critiques proposées à son encontre d’une indigence qui laisse songeur.
            Je recommande de vous intéresser aux écrits qui expliquent pourquoi Nietzsche est un penseur majeur (philosophe, philologue… qu’importe). Car en réduisant sa pensée à l’extrait que vous proposez, vous passez clairement à côté de l’essentiel. Ce choix vous appartient. J’ai fait le mien.

            • LibEgaFra // 11.02.2021 à 11h36

              « Mais je trouve les critiques proposées à son encontre d’une indigence qui laisse songeur. »

              Quelles critiques? Je constate que vous répondez à Logique, mais pas à moi qui n’ai fait que citer Nietzsche lui-même, le Nietzsche totus politicus, comme analysé par Losurdo, c’est-à-dire le précurseur de l’hitlérisme et d’une Europe unie.

              Je note que c’est vous qui réduisez sa pensée à quelques aphorismes sans intérêt et cherchez par ce biais à masquer sa pensée politique profondément réactionnaire, misogyne, colonialiste, impérialiste, raciste.

              Et à moins que vous ne lisiez l’arabe, vous n’avez pas lu le livre proposé dans le lien de Logique et qualifier « les critiques proposées à son encontre d’une indigence qui laisse songeur » laisse effectivement songeur sur votre parti pris.

            • LibEgaFra // 11.02.2021 à 11h48

               » vous passez clairement à côté de l’essentiel. »

              Et c’est quoi l’ « essentiel »? Vous vous gardez bien de le préciser.

              Serait-ce l’individualisme forcené tellement à la mode actuellement dans nos contrées? Avec les conséquences directes que nous connaissons dans la gestion de la pandémie.

              Eternel retour, surhomme, volonté de puissance, oh oui, voilà une véritable indigence de la pensée!

            • SDF // 11.02.2021 à 15h16

              « Je constate que vous répondez à Logique, mais pas à moi qui n’ai fait que citer Nietzsche lui-même »
              Citer Nietzsche n’a jamais constitué une critique de Nietzsche. Il n’y a rien à répondre.

              Je ne cherche pas à masquer quoi que ce soit. Etre en désaccord avec vous n’est pas obligatoirement le signe d’un mal sournois. Je me contente juste de vous inciter à ne pas réduire Nietzsche à ce que vous en dites. Car ce faisant, vous passez à côté de l’essentiel. Mais là encore, il vous appartient de faire cet effort. J’ai autre chose à faire que d’essayer de vous convaincre que Nietzsche est l’un des plus grand penseurs que la terre ait portés. Internet est truffé d’analyses intéressantes qui vont dans ce sens. Libre à vous de choisir vos lectures.

              Quelques échanges intéressants sur ce site: https://www.les-crises.fr/en-route-vers-le-servage-par-chris-hedges/

              Plus généralement, à quoi bon échanger des mots avec quelqu’un qui considère que les mots ne veulent pas dire grand chose? Perte de temps là encore.
              Je vais donc vous laisser avec vos certitudes, qui ont motivées mon choix sur les citations de Nietzsche. Que vous les considériez comme des « aphorismes sans intérêt » confirme mon désintérêt. Je me réserve cependant la possibilité d’intervenir comme dans le passé pour rectifier vos commentaires quand il affirmeront des choses factuellement fausses. Non pas pour vous, je sais que c’est inutile, mais pour ceux qui vous liront.

            • LibEgaFra // 12.02.2021 à 00h49

              Reprenons.
              « Je n’ai pas vocation à défendre Nietzsche à tout crin. »
              Et pourtant c’est ce que vous faites.
              « Mais je trouve les critiques proposées à son encontre d’une indigence qui laisse songeur. »
              Votre point de vue n’est pas étayé. Dès lors qui se soucie de ce que vous pensez?
              « Je recommande de vous intéresser aux écrits qui expliquent pourquoi Nietzsche est un penseur majeur (philosophe, philologue… qu’importe). »
              Ah, parce que vous avez besoin qu’on vous explique quoi penser de Nietzsche?
              Il se trouve que certaines personnes ont appris à penser par elles-mêmes en lisant ses écrits et sa biographie.

              « Citer Nietzsche n’a jamais constitué une critique de Nietzsche. Il n’y a rien à répondre. »
              Tout dépend de vos valeurs. Ainsi quand Nietzsche fait l’éloge de l’esclavage, de la guerre, de l’euthanasie, du racisme, il n’y a rien à répondre. Dont acte.

              « vous passez à côté de l’essentiel. »
              Vous vous répétez. Je vous ai demandé en quoi consistait cet essentiel. Pas de réponse. Dont acte.

              Ah oui, celle-là est trop belle:
              « Ce n’est pas le doute, c’est la certitude qui rend fou. »
              Nietzsche aurait dû avoir plus de doutes au cours de sa vie…

              Quand vous aurez compris ce que signifie l’éternel retour, faites-moi signe.

  • un citoyen // 09.02.2021 à 09h54

    [Modération : corrigé ! Merci, et nos excuses pour les coquilles]

  • pseudo // 09.02.2021 à 10h08

    il est impossible de décider de la marche à suivre d’une chose dont, rappelons le, nous ne savons que trop peu. Certains estiment le risque de mutation élevé, d’autres estiment que tout ce chiffrage est du pipeau. D’autres s’imaginent que la techno science fera encore une fois son oeuvre et parviendra à solutionner la situation.

    Cependant il y a des choses dont nous pouvons être certains car nous pouvons prédire leurs réactions. Macron à mis la france dans la mouise économique, en prenant la main tendu de la bce, dont on sait qu’elle trépigne à faire sortir la troïka.
    Voilà ce sur quoi nous pouvons, et nous devrions nous accorder pour sauver ce qui peut encore l’être.

    Je me permet de copier ici un extrait du billet cité ici, frappant de justesse à l’aune de ce que nous avons vécu, et de ce que nous prédire des conséquences à venir.
    ——————-
    Que le sociopathe soit le type néolibéral accompli, la preuve ultime en est donnée — comme toujours — par le sommet de l’édifice. Ce qu’aura été la réaction de Macron aux victimes de la répression inouïe des « gilets jaunes » parle pour lui, et dit tout — formidable éloquence du silence. Car la réaction, c’est qu’il n’y a eu aucune réaction. Littéralement : ça ne lui a rien fait — l’indice sociopathique par excellence. Une morte, 5 mains arrachés, 25 éborgnés, 289 blessures à la tête, mais rien. La même considération que pour du bois mort. …

    • pseudo // 09.02.2021 à 10h08

      …Avec, comme à France Télécom, le même déni : « Après des semaines et des semaines, je constate qu’il n’y a eu aucun mort à déplorer du fait des forces de l’ordre » –- c’est vrai, c’était une femme arabe, ça ne compte pas ; « Je n’aime pas le terme répression parce qu’il ne correspond pas à la réalité » ; « Ne parlez pas de répression ou de violences policières, ces mots sont inacceptables dans un Etat de droit ». Face à des annulations aussi massives de la réalité, n’importe quel psychiatre ferait interner le sujet responsable de ces faits réellement commis et mentalement effacés. Mais dans la sociopathie néolibérale devenue norme, rien de tout ça n’est vraiment sérieux. Le sociopathe peut faire tuer, faire mutiler, et continuer d’arborer le même sourire entre stupide et effrayant, la même éclatante et terrifiante satisfaction de soi. Dans la version pour abruti, Castaner, lui, va en boîte pour « se relaxer ». Dans la version pour violent à sang froid, le préfet Lallement jouit du travail bien fait dans le silence de son bureau (6).

      Voici les types auxquels les pouvoirs suprêmes ont été remis. Quand ils ont à commenter en public leur action, on les reconnaît à cette phrase caractéristique entre toutes, devenue comme leur motto : « j’assume ». Le propre des sociopathes, c’est d’« assumer » à la face du monde. Je détruis des lieux, je détruis le travail, je détruis des existences, mais j’assume.

      • JACK // 09.02.2021 à 11h20

        Le terme de sociopathes est bien celui qui convient quand il s’agit de désigner la majorité des individus qui nous gouvernent affichant un large sourire alors que leur pensée profonde ne réponds qu’à affirmer une volonté de pouvoir cruelle et dépourvue de tout bon sens.
        Il est stupéfiant de savoir qu’ils nous mentent de façon continue et que nous soyons encore des millions à écouter leurs propos appuyés sur des experts aux ordres.
        Nos démocraties n’ en sont pas et ceci il faut bien l’affirmer, l’usage du faux est monnaie courante de nos jours et le faux s’inscrit dans les esprits, demantelant l’histoire, la réécrivant, désignant l’ennemi, le virus est aujourd’hui la partie émergeante de l’iceberg et le mal à gagné nos sociétés au sens propre du terme.

  • Come Back // 09.02.2021 à 10h09

    Concernant la mortalité, on ne peut se contenter de comparer 2020 à 2019.
    Tout d’abord car la mortalité est variable « habituellement » d’une année à l’autre. et qu’il y a des années à grippe saisonnière faible ou forte. 2018 et 2019 ont été plutôt épargnées de ce point de vue là. Et la mortalité frappe surtout les tranches d’âge élevé.
    Ensuite car la pyramide des change se décale fortement en ce moment vers les âges élevés, effet du baby boom des années 1945-1960, ce qui augmente la mortalité globale.
    Pour corriger cet effet et comparer, les démographes utilisent des méthodes d’ajustement, « taux-types » pour comparer la même population dans le temps ou « population-type » si on veut comparer plusieurs pays.
    Si on prend cette précaution, on voit que la surmortalité par rapport à la période 2015-2019 est d’un peu plus de 30 000. Cela intègre déjà une sous-mortalité « routière » de -500 environ. Mais quid des AVC et infarctus mal traités dans cette surmortalité ?

    • Brigitte // 10.02.2021 à 07h42

      Vous avez raison. Il y a des études plus fines à faire mais elles ne pourront être faites qu’à postériori, pas en temps réel. Idem avec les données globales, par exemple le taux de mortalité annuel pour 1000 ha. Celui que donne l’INSEE pour 2020 n’est pas définitif pour l’instant. Il est basé sur les certificats de décès envoyés par les mairies. Or, les administrations fonctionnent au ralenti en ce moment, chacun a pu s’en rendre compte.
      Le taux provisoire est légèrement inférieur à celui des années 1982-83. Faut-il être négationniste pour autant? non. Toujours avec l’INSEE, si l’on regarde maintenant le taux de mortalité mensuel entre 2019 et 2020, le pic du printemps apparait. Il y a bien un effet covid, même s’il est à relativiser sur le temps long.
      Ce qui est dramatique, c’est la crise sanitaire plus que la pandémie. Cette crise révèle les failles et la faillite de notre société et ce n’est pas beau à voir.

  • naïf // 09.02.2021 à 11h02

    On entend tout et son contraire (et toujours courbes à l’appui). Hier je lisais dans un blog d’alter-éco que  » tous les indicateurs mondiaux de progression de l’épidémie enregistrent une amélioration de la situation depuis près d’un mois pour le nombre de cas confirmés ». Si c’est le cas Macron a raison de ne pas reconfiner, si ça n’est pas le cas il fallait profiter des vacances pour un reconfinement dur.
    Sur les vaccins j’aimerai bien que vous approfondissiez la chose. Il « semblerait » qu’aucun d’entre eux ne soit en mesure de casser la chaîne de transmission, ce qui devrait être la dimension principale pour juger de leur efficacité. Il est aussi certain que ceux à ARNm ou à adénovirus sont tellement novateurs qu’on en ignore totalement les effets à long terme. On sait d’eux que ce que les labos veulent bien en dire. Et ils disent qu’ils sont « efficaces » sur les variants: « efficaces »? Oui mais voir le cas de l’astrapatatras! Bref là aussi c’est du grand n’importe quoi et on ne sait rien. Bayrou milite pour un passeport vaccinal attribué sur une vaccination qui ne bloque pas la contamination: Bayrou est un grand malade!
    Sur les effets post-injection, on a la base européenne, mais difficile d’en tirer des conclusions facilement: Hier j’avais comptabilisé 1000 décès tout de même.
    http://www.adrreports.eu/fr/search_subst.html#
    Peut-être qu’il serait temps qu’ils abandonnent le conseil de défense et que les débats soient ouverts?

    • Havoc // 14.02.2021 à 12h44

      La vaccination permet presque certainement de limiter le nombre de malades et la durée des affections, donc les occasions pour les Coronavirus, d’évoluer sous la pression sélective.

      Cet article contient un passage anti-vaccins très contestable. Si on en prolonge la logique jusqu’à l’absurde, le meilleur comportement à adopter face à la maladie est l’euthanasie car toutes les autres défenses face au virus, y compris l’immunité naturelle, constituent des occasion pour cet organisme d’évoluer.

      L’argument anti-vaccin contenu dans cet article est donc, si on le généralise, un argument contre toute forme de résistance à la maladie: naturelle, immunitaire, médicamenteuse ou vaccinale.

  • RGT // 09.02.2021 à 11h26

    Quand on confie le sort d’un pays à des financiers il ne faut pas s’étonner si les miracles tardent à venir.

    Ensuite on viendra nos bassiner avec les « pertes monstrueuses » de Bernard Arnault et de ses « amis », pertes qui en fait sont plutôt à classer dans la catégorie ‘manque à gagner » mais il ne faut pas le dire ouvertement.

    Pendant ce temps, des millions de « gueux » crèvent dans le monde mais comme ils ne représentent rien et sont insignifiants on ne va surtout pas s’ennuyer avec des « menus inconvénients insignifiants ».

    Surtout si les « décideurs » sont bien à l’abri de toute contamination dans leurs bunkers sanitaires avec l’assurance d’avoir une place réservée en permanence dans les services de soins les plus performants.

    Je rêve de l’arrivée d’un virus sélectif qui ne contaminerait que les « élites » et leurs serviteurs zélés.
    Mais dans ce cas, je peux vous garantir que ce serait « open bar » pour trouver un moyen éradiquer cette pandémie qui serait « désastreuse » pour toute l’humanité.

    De toutes façons, avec la robotisation actuelle qui connaît une croissance exponentielle les « gueux » ne seront bientôt plus nécessaires pour nourrir les « élites » et la mort de milliards d’humains sera considérée par ces « grands hommes » comme un bienfait permettant d’éliminer les « bouches inutiles à nourrir ».

    En conservant bien sur les « moins que rien » les moins malchanceux qui con-somment compulsivement les gadgets nécessaires à faire « fonctionner l’économie ».

    • Kasper // 10.02.2021 à 02h27

      Ça n’est pas tant d’avoir confié le pays a des financiers que le problème d’avoir confié les rênes de l’État à des gens qui sont persuadés que l’État ne sert à rien.

      Macron n’est que la partie émergée de l’iceberg, et il est clair que toute son équipe, et les hauts fonctionnaires qui travaillent pour eux pensent de même et sont incapables d’imaginer qu’ils pourraient mettre en place des politiques raisonnablement volontaristes plutôt que de laisser faire le marché.

      Le plus inquiétant étant que même si on élit une autre partie émergée de l’iceberg, la partie immergée restera encore en place pour un bon moment. (Et merci à QAnon pour avoir transformé le concept, pourtant pertinent, d’État profond en une vaste blague)

      le Covid est une chance de mettre en lumière de manière très crue que, ou qu’on place personnellement le curseur du rôle que doit avoir l’ état dans l’économie, la politique de laissez-faire mâtinée de connivence des 40 dernières années est une catastrophe qui nous laisse totalement à poil, non seulement au niveau de la logistique mais aussi au niveau de la doctrine, au premier coup de vent.

      • X // 10.02.2021 à 17h55

        Je pense que la réalité est exactement l’inverse de ce que vous décrivez. Ce que vous appelez « l’état profond » et que l’on pourrait à mon avis appeler de manière plus explicite la « technocratie » n’est pas à proprement parler une force que l’on peut opposer à l’état. C’est une forme d’état. Mais contrairement aux états du passé, l’état technocratique n’est pas centralisé et pyramidal. Il n’en est pas moins oppressif.

        • Kasper // 10.02.2021 à 23h29

          Excusez moi, je ne vois absolument pas à quoi vous essayez de répondre…

          • X // 11.02.2021 à 07h38

            « (…) le problème d’avoir confié les rênes de l’État à des gens qui sont persuadés que l’État ne sert à rien.« 
            « (….) QAnon pour avoir transformé le concept, pourtant pertinent, d’État profond en une vaste blague »

  • glow // 09.02.2021 à 11h44

    Bonjour,
    quelles sont les études montrant la plus grande contagiosité, voir dangerosité des variants?

    « variant que nous laissons donc prospérer chez nous, bien qu’il soit sans doute plus contagieux et plus mortel. »

    A écouter les médias, la seule preuve serait que la proportion des cas positifs au variant augmente par rapport à l’ensemble des cas positifs. Ce type de raisonnement n’est pas étonnant de la part des médias, mais scientifiquement y’a-t-il de vrais preuves ou est on encore au stade de la supposition?

  • cedivan // 09.02.2021 à 11h53

    Peut-on faire confiance aux chiffres chinois ? L’Australie s’en sort bien mais a verrouillé ses frontières. Bref, les comparaisons sont, comme d’habitude, assez hasardeuses même si en effet la gestion occidentale laisse à désirer.

    • Le Minotaure // 10.02.2021 à 12h23

      Pour 2020 on commence à avoir les chiffres de surmortalité par pays qui sont bien plus fiables que les recensements de décès covid. Ils montrent pas mal de surprise, par exemple beaucoup de pays d’Europe de l’Est ont connu surmortalité bien plus importante que la France (la Pologne notamment). En Russie la surmortalité a explosé, hors de toute proportions avec les chiffres covid officiels.Mais il y a aussi des écarts importants pour des pays comme l’Espagne ou les Etats-Unis. Contradictoirement, la France et quelques autres pays (Suisse, Danemark…) ont enregistré une surmortalité moins élevée que le nombre de décès covid recensés, mais ils sont très minoritaires.

  • Pie vert // 09.02.2021 à 12h10

    Bonjour, merci pour votre bilan clair.
    Effectivement face au virus il faut réagir très vite, le traquer par des tests et un ciblage des populations et.. ça marche! Comme en Asie.
    Mais évidemment il faut un contrôle strict des Frontières !! Sinon c’est inutile.
    L’équipe au pouvoir en France est nulle, mais on pouvait s’y attendre vue l’état dégradé de leur logiciel globaliste.

  • Zenobie // 09.02.2021 à 13h20

    La situation en Asie du sud-est est peut-être aussi à analyser selon de nouvelles données qui parlent d’un virus de la même famille qui circulerait au Cambodge depuis plusieurs années.
    Donc, oui, ces pays (dont le Vietnam) ont pris très vite des mesures draconiennes mais peut-être leur population était-elle en partie immunisée contre cette famille de virus.

    • Brigitte // 09.02.2021 à 14h33

      Qu’appelez-vous un virus de la même famille? un sars-cov ou un coronavirus?
      Pouvez-vous communiquer vos sources? merci.

    • Pie vert // 09.02.2021 à 22h05

      Peut être, mais quand on ne se donne jamais les moyens (pas de contrôle frontière, puis manque de masques, puis de test et toujours pas de test salivaire pourtant existant, stratégie vaccinale défaillante…), on ne peut qu’echouer.
      Au fond, c’est à se demander si il n’aurait pas été préférable de ne rien faire car réagir à contretemps semble au moins aussi néfaste,. Soyons réaliste la France de 2021 n’est plus au niveau de sa stature passée.

  • grumly // 09.02.2021 à 14h39

    La méthode de calcul de la positivité par Santé publique France a changé en décembre, ça a été modifié une 2e fois un peu après. On voit que ça a baissé le niveau du plateau par rapport au pic de la 2e vague. L’arrivée des tests antigéniques a aussi fait diminuer la hauteur du plateau. Avec l’ancien mode de calcul, la courbe de la positivité ressemblait beaucoup plus à la courbe des hospitalisations, à celle des réanimations, et celle des décès qui ont un plateau après le 2e pic plus haut que la positivité avec le calcul actuel, qui redescend au niveau d’octobre après le pic. Pour estimer le nombre de contaminations réelles ça m’a l’air plus fiable de partir des hospitalisations que sur la positivité.

    positivité le 7 décembre 2020
    https://pbs.twimg.com/media/EoqKvepWEEMdbII?format=jpg
    positivité le 8 décembre 2020
    https://pbs.twimg.com/media/EowCHFUXYAEpwfk?format=jpg
    La courbe des cas réels estimés de l’article.
    https://www.les-crises.fr/wp-content/uploads/2021/02/27-cas-estimes-deces-covid-france-13.jpg

  • Urko // 09.02.2021 à 15h10

    Bravo pour le cumul de données, et la tentative d’en fournir une interprétation sensée mais j’avoue ne pas être convaincu par toutes les conclusions, notamment s’agissant de la nécessité des confinements dont il semble qu’ils détruisent l’économie plus sûrement que le virus. Il convient de conserver une certaine modestie face à ce qui se passe, les uns, compétents, affichant avec certitude voire agressivité des opinions à l’opposé de celles d’autres, tout aussi compétents, qui affichent la même certitude et la même agressivité envers ceux qui ne pensent pas comme eux. Personnellement, je redoute que les dégâts collatéraux des confinements finissent par en excéder les gains. A ce stade, qui peut le dire ? Ni un actuaire, ni un président, ni personne a priori. Sapir avait produit des papiers sur les conséquences indirectes du traitement économique réservé à la Grèce ; il apparaîtrait sage de renouveler l’exercice : détruire l’économie revient aussi à détruire des vies.

    • Incognitototo // 09.02.2021 à 18h43

      Évidemment « qu’on peut le dire »… il suffit pour cela de comparer avec les pays qui ont maîtrisé l’épidémie et rendu leur vie à leur population. Leur économie va bien et même très bien pour la Chine.

      C’est ne rien faire ou faire les choses à moitié qui a de graves conséquences et à tous les niveaux, incomparablement plus désastreuses que de supporter un confinement généralisé et de mettre réellement en place les dispositifs qui permettront de se passer d’y avoir encore recours par la suite.

      Mais ce gouvernement n’a rien fait de cet ordre-là ; il oscille perpétuellement entre la menace du confinement généralisé et des mesures qui ne produisent aucun résultat, au lieu d’adopter les mesures qui nous feraient vraiment sortir de cette crise : testing de masse de la population, traçage efficace, isolement drastique des malades, et cetera… et maintenant vaccination. Il n’y a pas un secteur de cette stratégie où ce gouvernement ne soit pas déficient ; tout le reste ce sont des spéculations de sceptiques qui regardent le doigt plutôt que la lune qu’il indique.

  • Alexis TK27 // 09.02.2021 à 15h14

    Merci pour cette situation détaillée, mais je m’élève en faux contre cette phrase « au vu des caractéristiques du virus et de la volonté de lutter contre lui, il n’est pas possible de réaliser la moindre anticipation sérieuse de l’évolution du nombre de cas »

    Il est bel et bien possible de prévoir l’évolution de l’épidémie en France dans les trois prochaines semaines.

    La raison en est qu’il n’y a pas actuellement une épidémie dans notre pays, mais deux. L’épidémie au covid-19 « classique » est en train de lentement diminuer sous l’effet du couvre-feu à 18h, pendant que l’épidémie au covid-19 « anglais » est en train d’exploser. C’est parce que le variant anglais est pour 10/15 jours encore minoritaire que l’un équilibre l’autre : diminution lente d’un côté, augmentation rapide de l’autre mais portant sur un plus petit nombre de cas.

    Les nouveaux variants (principalement l’anglais) devenant de plus en plus répandu, jusqu’à être majoritaire dans deux semaines, l’équilibre sera rompu en direction d’une croissance progressivement accélérée.

    • Alexis TK27 // 09.02.2021 à 15h14

      Un outil permettant de détailler ce phénomène et de modéliser la courbe de l’épidémie dans les 3 / 4 prochaines semaines est disponible ici http://www.noeud-gordien.fr/index.php?post/2021/02/06/Coronavirus-Combien-co%C3%BBte-le-d%C3%A9calage-du-confinement

      Il permet également de simuler l’effet du confinement strict que Emmanuel Macron devra de toute façon mettre en place, en fonction de sa date de début, et ainsi d’évaluer le coût du retard à l’établir.

      La conclusion est sans appel : le retarder de trois semaines encore coûtera aux environs de :
      – 2 semaines de confinement supplémentaires
      – 29 000 morts de plus
      – 35 milliards en moins sur le PIB
      – 20 milliards de dette publique en plus
      Sans compter les dégâts sur l’emploi et les souffrances psychologiques induites par un confinement qui devrait dépasser 8 semaines au lieu de se limiter à 6.

      • X // 09.02.2021 à 17h04

        Qu’est-ce qui vous permet d’affirmer que le « coronavirus classique » est sensible aux mesures de couvre-feu à 18h alors que le « coronavirus anglais » lui se diffuse en dépit du couvre-feu ?
        Quid des autres variants ? Sont-il sensibles aux mesures de couvre-feu ou ne le sont-ils pas?

        • Alexis TK27 // 09.02.2021 à 21h34

          La modélisation, voir le lien que j’ai donné.

          S’agissant des autres variants, ce n’est pas clair – même s’il n’y a guère de raison d’être optimiste vu ce qui s’est passé dans les pays où ils sont apparus – mais de toute façon étant encore très rares ils n’ont que peu d’influence sur l’évolution de l’épidémie dans les 3 ou 4 prochaines semaines.

          • X // 10.02.2021 à 10h52

            Mon incise ne concernait pas la pureté mathématique de vos modélisations, qui je n’en doute pas est parfaite.
            Elle concernait les preuves que nous avons de l’efficacité du couvre-feu.
            Enfin, surtout du couvre-feu (et encore pire d’un confinement strict que vous semblez appeler de vos vœux) si on ne se donne pas les moyens d’isoler et de tracer correctement derrière.

            Au rythme où Sanofi va avec son vaccin, on sera encore masqués et en couvre-feu pendant des années…

  • Babar // 09.02.2021 à 15h53

    Actuellement, les données de mortalité liée au Covid 19 sont beaucoup moins médiatisées qu’elles ne l’étaient autour et lors des confinements. Ainsi seule la mortalité hospitalière est disponible quotidiennement alors qu’auparavant chaque jour les chiffres hospitaliers et EHPAD étaient publics. Pour les EHPAD ils ne sont donnés que globalement tous les 3 ou 4 jours et ce n’est que lors des point hebdomadaires que l’on dispose de l’ensemble des chiffres. Et encore, les chiffres de la semaine achevée sont « non consolidés » ce qui permet de faire un graphique « optimiste » avec un chiffre plus faible que la semaine précédente et ce n’est qu’à la lecture du texte que l’on dispose de la tendance de la semaine précédente ainsi voici la phrase extraite du point du 4/2/21:
    « Au niveau national, après consolidation des données, le nombre hebdomadaire de décès a augmenté en semaine 03, avec 2 892 décès vs 2 453 en S02 (+17,9%, données consolidées). En semaine 04, 2 633 décès étaient recensés (données non consolidées) » On a l’impression de terminer ainsi sur une note positive alors que la mortalité approche les 3000 décès hebdomadaires soit plus de 10000 par mois. N’y a t il pas là une volonté de minorer la mortalité pour justifier de ne pas prendre des mesures plus drastiques?

  • Incognitototo // 09.02.2021 à 16h22

    Depuis le début, probablement rien de darwinien dans les non-choix qui sont faits par ce gouvernement. Il devient de plus en plus évident que parmi les sociopathes qui nous gouvernent, il y en a qui ont fait des calculs ; sinon on ne peut pas expliquer qu’ils soient aussi incohérents, inefficaces, incapables, passifs… bref, criminels (avec le silence radio des médias qui va de soi sur leur inaction criminelle).

    Un vieux ou une personne à risque (souvent les mêmes) qui meurt, c’est entre 15 000 à 60 000 € d’économisés en prestations sociales, maladies et/ou retraites. Tous les 10 000 morts, c’est (N.B. : faute de données probantes, tous ces chiffres sont à la louche en prenant des moyennes) 372 millions d’€ d’économisés sur un an, 3,7 milliards sur 10 ans… On en est à 80 000 morts, soit 3 milliards de prestations économisées par an !!!
    En atteignant les 335 000 morts (ou plus) que pourrait faire cette épidémie, c’est 13 milliards de prestations qui seraient économisées par an : c’est bon pour nos déficits publics actuels annuels !!!
    Alors que les adeptes de la sélection naturelle et les flippés de la dette se rassurent, leurs vœux sont en train de se réaliser : l’inaction de ce gouvernement est conforme à leur choix et apportera à terme le « renouveau », économique, budgétaire et social, qu’ils souhaitent… et tant pis pour les séquelles…

    Pour ceux qui arrivent encore à apprécier l’humour noir, il y a cette news du dernier Canard sur l’émission de Yann Barthès : http://ekladata.com/hvG9J3TBJoYJtdq1MrchWA6jAtE/Buzin.jpg

    Si vous ressentez autant de colère que moi face à ces incapables criminels qui gouvernent la France, il faudra vous en souvenir en 2022, et peut-être même avant, si enfin la majorité de la population prend conscience qu’on se fout d’elle à un point probablement jamais vu et qu’il n’est plus besoin de démontrer…

    • VVR // 12.02.2021 à 15h03

      « Un vieux ou une personne à risque (souvent les mêmes) qui meurt, c’est entre 15 000 à 60 000 € d’économisés en prestations sociales, maladies et/ou retraites. »

      En terme d’économies, les morts du COVID ne représentent rien: Avec 15 millions de retraités et 600 000 en EHPAD. 80000 morts n’a aucun effet perceptible. Surtout quand au moins 20000 seraient de toute façon morts dans l’année.

      Si ils voulaient suivre cette stratégie de baisse du cout de la sécu, il suffisait de lutter activement contre la vaccination contre la grippe (et le gouvernement aurait d’ailleurs trouvé beaucoup d’alliés pour ça): ça ferait 60 000 morts par an dans l’indifférence générale, vu que ce n’est que la grippe.

  • Hippocampe // 09.02.2021 à 16h23

    Il n’y a pas que les chiffres qui sont soumis à des biais ou des estimations pour le moins douteuses, comme le montre la différence entre les chiffres de Santé Publique France et ceux des hôpitaux, come cela a été démontré. Il y a aussi le sens des termes employés. En particulier celui de « en réanimation ». Les chiffres depuis octobre en effet somment les personnes « en réanimation » réelle + les « en soins intensifs » + en soin spécifique. Autrement dits ceux qui sont « en réa » non pas parcequ’on les réanime mais au contraire parcequ’on les a plongés dans le coma volontairement pour supporter l’intubation, sont en nombre bien plus bas. Les  »sous assistance respiratoire » ne sont pas en réa mais avec un masque à oxygène, qu’on leur donne -enfin!- même au-delà d’un débit de 6 l/mn, ce qu’on ne faisait pas avant.
    Il y a donc une baisse réelle de la nocivité de la maladie due avant tout aux traitements moins brutaux (et bêtes) qu’avant. La ‘réanimation’ n’est pas un état constaté sur un malade, que l’on ne peut qu’accompagner, mais un choix thérapeutique. L’angle mort de l’analyse qui met la France en général, et Paris en particulier, au plus bas niveau de réussite de la lutte contre la maladie.

  • ellilou // 09.02.2021 à 17h19

    Avec un système de santé publique, un système hospitalier public et de santé « de ville » opérationnels qui n’auraient pas subi des années de lâche torpillage par les différents gouvernement cette épidémie aurait certainement mieux été « amortie » par la France (et les pays occidentaux adorateurs du marché libre et non faussé…même celui de la santé). En 2022 votons pour que cette vision réductrice, financière et tendant à nous plonger dans « les eaux glacées du calcul égoïste » soit définitivement mise à terre 🙂

  • dubreuil // 09.02.2021 à 17h40

    Bonjour Olivier, un mot sur le miracle indien ?

    Baisse des cas et de la mortalité dans un pays ultra pauvre. P as juste stopper épidémie des le départ, comme un départ de feu, mon inverser vraiment une épidémie déjà déclarée.

    Seul cas connu de moi sur aussi longue période et sans confinement général.

  • dubreuil // 09.02.2021 à 17h41

    Par ailleurs dans le cas de la grippe on vacciné avec circulation du virus qui évolue d une année sur l autre. C est pas grave.

  • bab23 // 09.02.2021 à 22h10

    Merci pour cette compilation de données riches d’enseignement.
    Il serait intéressant pour les cartes par département (nouveaux cas, nouvelles hospitalisations, nombre de rentrée en réa, et nombre de décès) de ramener les chiffres a la population pour donner une idée de la circulation du virus.
    (Par exemple la Creuse, est en vert pour ces critères, mais ramené à la faible population, je ne suis pas certain que la situation soit bien meilleure qu’ailleurs en France)

  • Kiwixar // 10.02.2021 à 00h53

    « En même temps, et compte-tenu du décalage horaire avec le Royaume-Uni, le prochain couvre-feu contre le variant anglais du Sars-cov-19, se fera à 17h00 et non plus 18h00 » (Emmanuel M)

  • Dominique // 10.02.2021 à 04h38

    Pour juger des chiffres d’une population donnée, son évolution, il faut tenir compte de sa composition. C’est ce que font tous les sondeurs en corrigeant les biais inévitables issus des différences de composition de leurs populations.
    C’est ce qu’a fait un auteur bien inspiré, pour le corona virus, dans une série d’articles depuis décembre 2020 et dont le plus illustratif (15 janvier 2021) porte le titre sans fard « Grippe(2017) vs Covid(19), qui est vraiment le plus mortel ? »
    https://www.agoravox.fr/actualites/sante/article/grippe-vs-covid-qui-est-vraiment-230193
    On y tient compte de la pyramide d’âge, paramètre caractéristique, et de son évolution entre les deux périodes.

    On peut alors comparer valablement la forte épidémie de grippe en 2017 et l’épidémie covid-19 en 2020. Le résultat est sans appel: sur la population actuelle et sa pyramide d’âge, la grippe 2017 aurait fait sensiblement plus de morts que la covid-19. D’où le titre de l’article. La cause d’un tel résultat est évidemment l’arrivée aujourd’hui à l’âge critique de la classe du baby-boom de la libération, une discontinuité bien connue après le baby-crunch qui le précédait.
    Ceci explique au passage pourquoi les corona-virus antérieurs n’ont pas eu le même effet, mais prédit inversement ce même effet pour des virus grippaux à venir, car le baby-boom a concerné toute une génération. On risque donc de reparler de mesures sanitaires dans les années à venir mais, espérons-le, sans la panique actuelle.

    • Incognitototo // 10.02.2021 à 14h05

      À ce que je sache, les épidémies précédentes de grippe n’ont pas mis à genou les capacités d’accueil de notre système hospitalier… pas plus qu’elles ne provoquaient des formes graves pour 15 % des contaminés (même si les plus 65 ans sont surreprésentés parmi ceux-ci)… pas plus qu’elles n’ont laissé 70 % des contaminés avec des séquelles et pour 10 % des handicaps chroniques…

      L’auteur confond la surmortalité, toutes causes confondues, de l’année 2017-2018 avec celle attribuable à la seule grippe. Le plus important pic de mortalité dû à la seule grippe de ces 20 dernières années se situe en 2014-2015 ; elle a provoqué 18 300 décès (pour 2,9 M de contaminés) ; nous en sommes à près de 80 000 pour la Covid (pour 3,4 M de contaminés). Il n’y a pas photo : la Covid a déjà tué proportionnellement à ce jour près de 4 fois plus de personnes que la grippe la plus grave de ces dernières années.

      En outre cet article est plein d’affirmations non étayées et souvent mensongères, comme par exemple : « Tous les hivers, on vaccine quasiment tous nos anciens et pourtant la grippe fait plus de morts. » ; bé non, d’après l’Institut Pasteur, outre que la grippe fait bien moins de morts que la Covid, la surmortalité de 2014-2015 a été attribuée à une couverture vaccinale insuffisante des populations à risque (47 % seulement cette année-là, en baisse significative par rapport aux années précédentes).

      Bref, outre qu’on ne sait pas qui parle et quelles sont ses compétences (l’article est écrit sous pseudo), ces propos sont surtout illustratifs de tous ces gens qui par les mécanismes des biais de confirmation réussissent à nier la réalité et la gravité de cette crise sanitaire.

      Enfin, je rappelle que ça n’est pas parce que le cancer tue plus de 150 000 personnes chaque année ou que la canicule a fait jusqu’à 15 000 morts, que cela devrait justifier de laisser mourir environ 335 000 personnes d’une maladie qu’on pourrait éviter. Ce « raisonnement » relativiste par le pire est juste une perversion de l’esprit qui justifie l’existence des carottes par celle des choux.

      • Dominique // 10.02.2021 à 15h10

        Il est paradoxal qu’un commentateur au pseudo « incognitoto » écrive à propos de l’article cité: « on ne sait pas qui parle et quelles sont ses compétences (l’article est écrit sous pseudo) »…
        En ce qui me concerne, mon pseudo est le prénom dans l’adresse e-mail fournie sur ce blog, et mes compétences sont celles d’un ingénieur-chercheur spécialisé dans le filtrage optimal de l’information dans les données brutes.
        J’ignore moi-même les compétences de l’auteur dans l’article-video fourni en référence, mais je sais y reconnaître les principes élémentaires que l’on apprend dans tout enseignement de la statistique en vue de la prise de décision: dans toute série temporelle aléatoire, on doit distinguer la partie purement aléatoire (dite « processus d’innovation ») qui est une martingale au sens des processus stochastiques, de la partie prévisible ( dite « espérance mathématique conditionnelle (au passé) » qui est une projection du futur imprévisible sur l’information disponible au présent (dite « filtration »).
        L’école française en théorie des probabilités s’est particulièrement illustrée au plan mondial dans ce domaine (cf. Meyer, Jacod, etc.) avec l’appui de notre défunte célébrité Laurent Schwartz (médaille field) en mathématiques, que j’ai eu l’honneur de cotoyer.
        Je note que, pour votre part, vous n’avez rien compris au commentaire puisque vous répondez en vous appuyant sur des données brutes.

        • Incognitototo // 10.02.2021 à 16h48

          Je vous rappelle que le titre de cet article est : « Grippe VS Covid, qui est vraiment le plus mortel ? »; et il est sûr qu’en faussant les données, en ne prenant pas les bonnes et en additionnant des choux et des carottes, on peut même démontrer que le furoncle fessier cause bien plus de dégâts que la Covid.

          Je ne vois pas en quoi signer de mon vrai nom quand je relève des faits, rien que des faits, serait comparable à quelqu’un qui fait un article avec des arguments d’autorité, alors que même en gardant son anonymat, il ne se présente même pas pour nous dire ses compétences.

          Il en est de même de vos propres « arguments » d’autorité : les statisticiens en général se sont surtout illustrés pour leur piètre capacité à déceler et corriger les 19 biais qui se glissent très régulièrement (33 à 47 % selon différents dénombrements) dans leurs études… et à prendre leurs chiffres (et leurs désirs) pour la réalité. Si ça vous échappe, je vous conseille (entre autres) la lecture de « Freakonomics » de Levitt et Dubner.

          Alors, répondez plutôt sur le fond des faits, pas sans rien démontrer en pratiquant l’attaque « ad hominem » et « l’argumentum ad ignorantiam », qui vous ravalent au rang de tous les pédants qui se réfugient derrière leur supposé savoir supérieur, alors qu’ils démontrent par les faits leur ignorance foncière et leur incapacité à se remettre en cause, ce qui est un signe en soi de leur malhonnêteté intellectuelle.

          • Dominique // 11.02.2021 à 00h49

            Vous ne répondez en rien au sujet qui est l’évolution attendue de la pyramide des âges, 75 ans après le baby-boom, FAIT CRUCIAL dont la seule prise en compte suffit à bouleverser la gravité épidémique à trois ans d’intervalle (et pire encore sur cinq ans), quelle que soit l’origine de l’épidémie en cause. Ce FAIT CRUCIAL reste vrai, toutes choses étant égales par ailleurs, et notamment quels que soient les échappatoires invoquant d’autres biais.
            Pour qui parle de faits, ce FAIT CRUCIAL a été oublié depuis le début, et vous continuez de vouloir l’ignorer, préférant la raideur et les invectives à la compréhension de son importance.
            « Errare humanum est, sed diabolicum perseverare !
            Quant aux « pédants qui se réfugient derrière un supposé savoir supérieur », je laisse à chacun le soi de juger si rappeler simplement ce qu’est « la partie prévisible » d’un processus aléatoire en fonction de « l’information disponible au présent » est une justification théorique déplacée, lorsque c’est précisément cette information qui a été oubliée!.

          • Incognitototo // 11.02.2021 à 04h59

            Résumons-nous :
            1 – le fait crucial est donc selon cet individu (et vous) que les vieux ne sont pas morts d’avoir contracté la Covid, mais de vieillesse et qu’ils seraient morts quand même… et pour le prouver il se sert de la pyramide des âges et de la surmortalité constatée. Y a rien qui vous choque ?
            2 – le deuxième fait crucial est pour lui de démontrer que la grippe a tué plus que la Covid. Pour cela c’est simple, il recherche toutes les surmortalités, et évidemment il les attribue à la grippe. A-t-il seulement recherché qui était mort et de quoi ? Non, ça ne l’intéresse pas et pour cause, s’il avait seulement consulté les bilans épidémiques des années qu’il fait ressortir, il aurait compris que les pics ne proviennent pas de la grippe, mais d’autres causes.
            Aussi, si la question est bien « Grippe VS Covid, qui est vraiment le plus mortel ? », il a tout faux parce que les chiffres des relevés épidémiques démontrent que la Covid a déjà tué proportionnellement à ce jour près de 4 fois plus de personnes que la grippe la plus grave de ces dernières années (bis).
            Par contre s’il voulait démontrer que quand on est vieux, on finit fatalement par mourir, on est d’accord, mais pas sur les causes ni sur ce qui raccourcit l’espérance de vie.

            Je serais d’ailleurs curieux de savoir comment il serait capable d’expliquer la hausse des décès 2 fois plus forte pour que les personnes nées à l’étranger que pour celles nées en France en mars-avril 2020. C’est parce qu’elles sont d’origine étrangère ? Ou encore pourquoi la grippe H1N1 (2009) tuait beaucoup plus les moins de 65 ans que les vieux ? C’est parce qu’ils étaient trop jeunes ?
            Ce qui constituerait le même type d’explication que de dire, je cite : « Toute cette surmortalité montrée par les médias vient en fait du phénomène du vieillissement de la population… » ; vous parlez d’une découverte quasiment tautologique qui ne démontre en rien ses autres assertions.

            Et pour couronner le tout, il se réjouit que les vieux meurent, je cite encore : « La bonne nouvelle c’est que toute cette psychose s’arrêtera quand on arrêtera d’avoir de plus en plus de vieux chaque année. Dès que les baby-boomers seront passés, la mortalité baissera enfin… »

            Je rêve, ce type est bon à enfermer, et ceux qui l’écoutent ont pour le moins des questions à se poser.

            Et comme vous, je laisse seuls juges ceux qui nous liront pour apprécier comment les « processus aléatoires » peuvent également avoir de graves conséquences sur la pensée tordue.

            • Hippocampe // 11.02.2021 à 14h56

              La surmortalité n’est pas un indicateur pertinent, ni dans un sens (en trop) ni dans l’autre (en deficit). En effet les populations évoluent (vieillissement, immigrations). Le babyboom a été soudain; le vieillissement des membres de cette cohorte aussi. La mortalité pertinente, c’est simple, c’est celle par tranche d’âge. Avec des tranches assez fines si possible, pas du genre 65-90. Le ratio de mortalité des plus de 80 ans semble stable, aux fluctuations annuelles près. CQFD

            • Dominique // 11.02.2021 à 18h21

              Résumer ses contradicteurs en leur faisant dire:
              « que les vieux ne sont pas morts d’avoir contracté la Covid, mais de vieillesse »,
              c’est faire semblant de ne pas comprendre:
              1. « que les vieux meurent de la covid, ou de la grippe, A CAUSE de leur vieillesse »
              2. que les premiers baby-boomers arrivèrent à l’age critique en 2020, année charnière que l’on retrouve explicitement dans plusieurs études de l’insee notre état sanitaire, avec une vulnérabilité accrue « prévisible » de notre population à partir de cette date.

              Noter que les « décodeurs » associés au journal « Le Monde » ont évidemment pris le parti de la pensée unique sur la Covid, en faisant à cette thèse la même guerre qu’ils avaient faite à Olivier Berruyer à propos de l’Ukraine. Leurs « mauvais calculs » figurent dans:
              https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/covid-vs-grippe-les-mauvais-230518

              Quant à la critique faite aux mauvaises interprétations des statistiques, « freakonomics » n’a rien inventé. Les statisticiens anglais l’avaient faite eux-mêmes dès le XIXe siècle.

            • Incognitototo // 11.02.2021 à 21h50

              Mais c’est dingue, il n’y a effectivement rien qui vous choque dans vos « raisonnements ».

              Vous et votre charlatan, vous savez donc que ces vieux seraient morts de toute façon cette année… Covid ou pas… bel exercice de voyance, mais en aucune manière déductible d’une quelconque étude statistique.
              Les faits et effets : « la perte d’espérance de vie due à la crise du Covid-19 est de 0,4 an pour les femmes et 0,5 an pour les hommes », (…) et sans équivalent dans l’histoire récente », souligne l’Insee.
              Si vous savez corréler au moins 2 informations en même temps, alors cette perte d’espérance de vie vous indique tout simplement que ces vieux ne seraient pas morts cette année, sans la Covid et ce d’autant plus que la grippe 2019-2020 a fait très peu de dégâts.

              En conséquence votre point 1 est un non-sens. Je répète donc : ils ne sont pas morts à cause de leur vieillesse, mais parce qu’ils ont été exposés à une maladie plus mortelle pour eux ! Si vous ne saisissez pas la différence avec ce que vous dites, pas étonnant que vous ne compreniez pas non plus les 2 exemples que je vous ai donnés (pour souligner l’absurdité des propos de votre charlatan), notamment celui concernant le H1N1 qui, tuait, lui plus les jeunes. D’ailleurs, les 1 % de moins de 44 ans, les 7 % de 45 à 64 ans, et les 14 % de 65 à 74 ans, parmi les morts de la Covid, ils sont morts aussi à cause de leur vieillesse ?

              J’admire au passage comment votre guru balaye d’un revers de main les études épidémiques qui lui donnent tort sur toutes ses prémisses ; bé oui, ça ne l’intéresse pas et ce n’est pas de cela qu’il parle ; la seule chose qui l’intéresse c’est de démontrer, même par l’absurde, que les vieux seraient morts Covid ou pas, pour pouvoir refaire la fête et vivre sans contrainte comme avant.

              Je constate également que, pour le moins, vous cautionnez quelqu’un qui se réjouit que les vieux meurent avec cette épidémie.

              Cette crise aura au moins démontré qu’il existe dans la population française beaucoup de gens qui peuvent vivre avec un niveau de déni et de disjonction cognitive colossaux.

              Et comme c’est fatigant d’essayer – en étant sûr qu’on ne sera ni entendu ni compris – de ramener un peu de raison dans des propos délirants et tout bêtement inhumains, ça sera tout pour moi.

            • Véro // 11.02.2021 à 23h38

              @ incognitoto

              Mais personne n’a dit que des gens seraient morts covid ou pas. Bien au contraire. C’est bien parce qu’il y eu une vague épidémique qu’il y a eu augmentation de la mortalité.
              Vous avez un problème de compréhension.
              Depuis le début il s’agit de voir que les épidémies genre covid ou grippe touchent davantage les personnes âgées, et qu’il faut en conséquence regarder aussi la pyramide des âges pour connaître le niveau de gravité. C’est logique. On peut le faire avec toutes les maladies ou tous les évènements qui ont un rapport avec l’âge.
              Il faudrait juste que d’autres personnes fassent le même genre d’analyse pour voir si les conclusions sont justes.
              C’est tout. Pas la peine de s’exciter avec des histoires idiotes de gourou qui nous font juste perdre notre temps.

            • Incognitototo // 12.02.2021 à 01h37

              Véro le retour… on remet une pièce dans le juke-box ?

              Je cite : « (…) que cette épidémie n’était pas un peu plus mortelle qu’une grippe, mais franchement moins. » ; « Toute cette surmortalité montrée par les médias vient en fait du phénomène du vieillissement de la population mixé aux épisodes de maladies comme chaque année. On découvre juste que les vieux meurent de maladies et qu’ils sont de plus en plus nombreux. La bonne nouvelle c’est que toute cette psychose s’arrêtera quand on arrêtera d’avoir de plus en plus de vieux chaque année. Dès que les baby-boomers seront passés, la mortalité baissera enfin et la vie pourra reprendre son cours normal. »

              Non, pas comme chaque année. Et non, pas à cause du vieillissement. Et non, pas beaucoup moins que la grippe. Et, non tout n’est pas normal comme le suggère par l’absurde toutes ses soi-disant démonstrations en cumulant des carottes et des navets. Un déni profond réellement psychotique pour le coup de la réalité des faits.

              Mais libre à vous comme d’habitude de vouloir ignorer ces fausses causalités soi-disant révélées par ce type pour vous rassurer, et d’adhérer à son souhait que les vieux meurent pour qu’on en finisse plus vite.
              Si la grippe H1N1 revient les vieux pourront au moins prendre leur revanche sur cet imbécile.

            • Véro // 12.02.2021 à 07h44

              @ incognitoto

              Ah mais vous aussi vous aimez ça le Juke-box d’après ce que je vois.
              Je ne sais pas si en tenant compte de la composition de la population on peut dire que cette épidémie est plutôt moins grave qu’une forte épidémie de grippe comme on en a connu dans un passé récent. Je n’ai pas fait les calculs.
              Une personne les a fait. Ça semble plutôt rigoureux et cohérent. Que d’autres fassent les calculs (ou démontrent que la répartition des âges dans la population n’a aucune incidence). On verra alors si c’est faux. Pour l’instant je considère que cette analyse est pertinente.

              Et puis en quoi il est faux de dire que les épidémies qui sont plus mortelles pour les vieux font davantage de morts quand il y a plus de vieux ?
              Et pourquoi penser qu’il souhaite que les vieux meurent ? C’est ironique, vous ne le comprenez pas ?
              Et puis en fait non ça ne me rassure pas vu que je vieillis moi aussi et que je fais de plus en plus partie de la population la plus fragile.

            • Incognitototo // 12.02.2021 à 15h29

              Je n’ai pas envie de me répéter pour la 3e et 4e fois, vous avez déjà toutes les réponses dans mes commentaires et dans la réponse du Monde. Mais si vous ne voulez pas ou ne savez pas les prendre en compte, qui puis-je ? En tout état de cause, cet article n’est ni rigoureux ni démonstratif d’une quelconque compétence.

              L’ironie a bon dos, relisez ses conclusions… C’est d’une violence rare. Même les humoristes les plus caustiques n’oseraient pas ce genre d’ironie. Remplacez le mot « vieux » par « femmes » ou toute autre catégorisation, vous trouvez ça toujours aussi drôle ? Je ne sais pas dans quelle mesure cela pourrait être qualifié juridiquement d’appel à la haine, mais personnellement je le perçois comme ça.

      • Véro // 10.02.2021 à 16h26

        Notre système hospitalier est en surchauffe tous les ans. Et la grippe peut aussi laisser des séquelles, y compris graves, et nécessiter des soins intensifs. On a trop tendance depuis longtemps à sous-estimer la grippe. Il suffit d’aller voir les bulletins de l’agence nationale de santé.

        Et puis l’auteur de la vidéo ne confond rien du tout. Justement il compare ce qui est comparable. Revoyez la vidéo.
        Quant à ses compétences, je ne les connais pas non plus, mais on peut facilement se rendre compte d’un niveau de rigueur élevé et d’une méthodologie certaine. De toutes façons le journal Le Monde a fait un article sur cette vidéo, bien sûr pour dire qu’elle concluait de manière erronée, mais quand on lit l’article du Monde, on se rend compte que l’exercice est raté.

        Et enfin il ne s’agit pas de nier la réalité du problème sanitaire mais de l’apprécier à sa juste incidence. Parce que c’est de ça que dépendent les mesures prises.

        • Incognitototo // 10.02.2021 à 17h50

          C’est bien parce que j’ai épluché les bulletins de santé de l’ANS ET de l’Institut Pasteur que j’en déduis que la dangerosité et les conséquences de la grippe comparées à celles de la Covid ne sont pas du tout équivalentes. Je répète : proportionnellement au nombre de cas, la Covid a déjà fait presque 4 fois plus de morts en comparaison de la pire grippe de ces 20 dernières années.

          Hé non, il ne compare pas ce qui est comparable. Contrairement à ces propos liminaires, c’est bien lui qui ne cesse d’additionner des carottes et des navets. Son biais initial est qu’il prend les chiffres de surmortalité globaux, sans en identifier les causes, et en affecte toutes les augmentations à la grippe… C’est n’importe quoi. Justement l’ANS et L’IP ont fait des dénombrements et en aucune manière la surmortalité de 2017-2018 n’est due à la grippe (qui en plus n’a pas atteint le même niveau de létalité de celle de 2014-2015)… Et on peut reprendre l’intégralité de ses propos en remettant en cause quasiment chacune de ses affirmations, tant ce qu’il dit est hors-sol, en méconnaissant toutes les études qui démontrent que ce qu’il dit est faux…

          Vous savez Véro, depuis le début de cette pandémie et ici même, vous avez largement exprimé vos doutes, votre scepticisme, vos remises en cause des études et des faits, en vous plantant à chaque fois sur vos conclusions, comme ce sont plantés tous ceux qui ont minimisé les problèmes consécutifs à cette crise… Mais dès qu’un nouveau prophète autoproclamé se présente, vous ne manquez jamais de trouver cela pour le moins « très intéressant ». Aussi, si votre sens critique se résume à adopter systématiquement ce qui peut vous rassurer, libre à vous ; mais ça n’est aucunement de la science, juste un mécanisme psy dont je vous laisse chercher par vous-même l’origine.

          • Véro // 10.02.2021 à 18h43

            Et pourquoi faurdait-il rejeter ce qui rassure, sans regarder le contenu ?
            En tous cas vous critiquez vertement les arguments ad hominem, mais vous les utilisez quand ça vous arrange. Enfin moi je me contente de lire et d’écouter tout ce que je peux, et je préfère les vrais arguments.

            • Sirius 666 // 15.02.2021 à 13h31

              Les ayatollah qui se réclament de la science depuis Hume, on les nomme les scientistes. Leur arrogance n’a pas de limites
              Ils pratiquent la rigueur absolue de la méthode scientifique en jetant aux oubliettes la raison du bon sens. Un pourfendeur des attaques ‘ad hominem’ qui ne se prive pas de coller les étiquettes de charlatan, gourou, prophète et autres gentillesses doit provoquer la seule réaction saine : se tenir les côtes. Cerise sur le gâteau, cette psychiatrisation du contradicteur qui nous rappelle les meilleures années de l’URSS.

        • X // 10.02.2021 à 18h05

          Il faudrait également retrouver les unes du Parisien (si je me souviens bien) a l’automne 2018 ou 2017 qui titrait « Grippe : l’état d’urgence dans les hôpitaux parisiens » où quelque chose dans ce genre et qui expliquait la saturation des services de santé due à l’épidémie de grippe du moment.

          Les historiens sauront j’espère mettre en perspective ces éléments. Pour l’instant nous avons, comment dire, un peu le nez dans le guidon…

            • Incognitototo // 10.02.2021 à 19h39

              On parle de l’épidémie de 2016-2017 (celle de votre article daté du 01/2017) ou de celle de 2017-2018, celle mise en avant par le fils caché du prophète cosmoplanétaire marseillais ?

              Pour information, vous pouvez retrouver ce type d’article sensationnaliste, presque tous les ans sur les problèmes de surcharge que posent les épidémies de grippe…. mais aucune (depuis 20 ans) n’a jamais mis les hôpitaux dans l’obligation de faire du tri et des choix entre ceux qui seront soignés ou pas (je peux d’ailleurs personnellement en témoigner, comme bien d’autres), comme l’a fait (et le fait encore) l’épidémie de la Covid.

              Si vous voulez les bilans des grippes qui se basent sur des dénombrements réels hospitaliers, il faut aller sur les sites de l’OMS, de Santé publique France (qui publie un bilan épidémiologique par an sur la grippe saisonnière), et de l’Institut Pasteur… et si le fils caché de Raoult avait pris cette peine, il n’aurait pas pu dire autant de bêtises… quoique…

            • Véro // 10.02.2021 à 19h47

              Et pour compléter, par rapport à la pyramide des âges :

              https://www.sciencesetavenir.fr/sante/mortalite-record-en-france-en-2017-depuis-l-apres-guerre_128599

              Et aussi une page du site de l’Insee qui permet de visualiser la pyramide des âges dans son évolution au cours du temps. Très intéressant (cliquer sur la touche « animation » en-dessous de la pyramide des âges).

              https://www.insee.fr/fr/statistiques/2418122

            • Véro // 10.02.2021 à 20h20

              @ incognitoto

              Si vous aviez lu l’article qui vous déplaît, vous sauriez que l’auteur compare avec l’épidémie de grippe de l’hiver 2016-2017.

              L’article dont j’ai mis le lien est plus ancien, donc non pollué par la crise actuelle, et justement lui aussi montre le lien entre l’augmentation des décès et la pyramide des âges. Il ressort de cela qu’on ne peut pas aligner des statistiques de décès sans entrer dans le détail, et pas seulement le nombre d’habitants par pays. Il est instructif de regarder comment est répartie la population selon l’âge.

              Pour ce qui concerne le tri, tous les jours des personnes très âgées décèdent dans les hôpitaux et les ehpad, mais souvent après que le médecin ait fait le choix de continuer les soins ou pas. Que ce genre de situation soit plus élevée en période d’épidémie est logique. Quant à savoir si c’est arrivé davantage avec le covid plutôt qu’avec la grippe des années passées, je suppose que c’est arrivé plus souvent, puisque le nombre de personnes très âgées étant plus élevé, il y a eu aussi plus de décès.

              Je connais très bien les sites que vous citez. Mais les chiffres qui y sont mentionnés ne sont pas suffisants, et il est habituel d’attendre les chiffres de l’insee pour connaître la surmortalité réelle et donner une meilleure estimation (en revanche ça n’est valable que pour les décès, pas pour le nombre de personnes malades).

            • Véro // 10.02.2021 à 20h26

              @ incognitoto

              J’ai fait une erreur par rapport à l’article dont j’ai mis le lien. Vous parliez du premier lien et moi du deuxième.
              Oui effectivement il s’agit d’un article qui décrit la situation très difficile des hôpitaux. Si c’est raccoleur, ça ne l’est pas plus que pour la crise actuelle. À mon avis ça ne l’est pas. Ça fait longtemps qu’on ferme des lits dans les hôpitaux, il y a un grand manque de moyens, qui s’accentue avec le vieillissement de la population. Il arrive aussi de temps en temps qu’on nous parle d’un patient décédé dans un couloir d’hôpital.

            • Incognitototo // 10.02.2021 à 22h02

              @ Véro,

              Déni quand tu nous tiens…

              Vous mélangez tout… la surmortalité constatée sur les années en question n’est pas due exclusivement à la grippe (ce qu’a fait le fils putatif de Raoult), mais bien à la pyramide des âges qui poussent périodiquement certaines générations vers la tombe en plus grand nombre.

              Les chiffres de SPF et de l’IP sont formels et se corroborent :
              – les morts attribuables à la grippe pour la saison 2017-2018 sont de 13 000 décès (avec 2 virus différents en plus), pour 2,4 M de contaminés,
              – ceux de la saison 2014-2015 (la plus meurtrière depuis 20 ans) a provoqué 18 300 décès, pour 2,9 M de contaminés…

              Donc, c’est une erreur de base de prendre les chiffres de la surmortalité sans en distinguer les causes et de l’attribuer globalement à la grippe dont les effets et conséquences restent très loin des ravages causés par la Covid et des conclusions de votre charlatan.

              Et oui, je vous le confirme tout va mal dans les hôpitaux (18 clusters à eux seuls en ce moment), mais jamais ils n’avaient eu, en conséquence d’une épidémie, à faire des choix pour savoir qui sera soigné ou pas (bis) ; et ça n’est pas dû qu’à la diminution de leurs moyens, mais bien à un afflux de malades auquel ils n’ont jamais eu à faire face aussi fortement, même avec les grippes…

            • Véro // 11.02.2021 à 00h01

              @ incognitoto

              Si vous ne comprenez pas que l’article/vidéo fait une comparaison non pas sur une année entière mais juste sur des périodes d’épidémie, c’est compliqué.
              Vous faites une deuxième erreur. C’est de croire que les données de mortalité de l’insee sont très éloignées des données de santé publique france (en réalité c’est très proche, donc ça ne change pas énormément, et les courbes sont similaires, l’excès de surmortalité est bien en rapport avec l’épidémie).
              Et vous faites une troisième erreur, qui consiste à comparer des chiffres sans tenir compte de la population. La pyramide des âges n’explique pas de manière isolée qu’il y ait davantage de décès, elle explique surtout une plus grande sensibilité globale au virus puisque la surmortalité se produit au moment de l’épidémie. Il y a davantage de personnes âgées, donc davantage de personnes atteintes.
              Et vous vous trompez encore en pensant que l’hôpital dispose de tous les moyens qui lui sont nécessaires. À moins que la bonne manière de soigner les gens soit de supprimer les lits d’hôpitaux au fur et à mesure que le nombre de personnes âgées augmente

            • Incognitototo // 11.02.2021 à 00h31

              Je renonce. Vous répondez tellement à côté et sans entendre ce que je vous démontre que c’est inutile de persister de vous faire prendre conscience de quoi que soit… aussi impossible que si je vous parlais de la Lune et que vous me répondiez en me parlant de Pluton pour me démontrer que j’ai tort et votre charlatan raison…
              Alors, tant pis, continuez à croire ce que vous voulez et à vous rassurer, mais s’il vous plaît n’en faites pas de la science et n’essayez pas de convertir les autres à vos erreurs de pensée, sauf si vous n’avez pas peur du ridicule (ce qui est une vraie qualité en soi, sauf quand on se prend au sérieux comme vous).

      • VVR // 12.02.2021 à 18h47

        « ont laissé 70 % des contaminés avec des séquelles »

        Faites vous référence a cette étude anglaise qui prenais d’anciens hospitalisés et leur a fait passer un full body scan (heureusement que l’étude était financée par des fabricant de matériel) ? Ou sa reprise régulière par le Parisien par exemple ? Dans ce cas, il faudrait au moins préciser: 70% des malades hospitalisés déclarant avoir des symptômes persistants, ce qui n’est pas 70% des malades.

        Le problème avec cette étude c’est qu’il n’y a pas de référence, a savoir: quelle serait la probabilité de trouver la même chose chez des personne avec un profil similaire mais qui n’ont pas eut le COVID. La plus grande partie des séquelles sont des péricardite ou des myocardite, donc des pathologie fréquemment associées à des infections virales (y compris chez les jeunes, c’est une cause fréquente de passage aux urgences), et soignable avec du repos et de l’aspirine (et ça tombe bien, le symptôme persistant le plus fréquent est la fatigue).

        C’est un problème très moderne: quand on cherche, on trouve. Le dépistage systématique du cancer de la thyroïde en Corée du Sud avait fait exploser le nombre de tumeurs détectées, pratiquement 10% des sujets testés, sans qu’il y ait le moindre changement dans le nombre de cancers. A tel point que l’OMS avait fait un communiqué pour appeler à la prudence vis a vis des moyen de détection moderne, tant au niveau des décisions médicale qu’au niveau des décisions politiques.

  • Dominique // 10.02.2021 à 04h50

    Il semble bien que Macron aurait mieux fait d’inviter à son conseil scientifique les statisticiens des populations parmi ses fonctionnaires de l’INSEE, au lieu des médecins en poste à l’académie ou ailleurs qui n’ont vu là qu’une occasion de prendre enfin le pouvoir, par le sanitaire. Un tel privilège était réservé jusque là aux économistes, par leur propre discipline. Des deux côtés, ils nous avaient pourtant prévenus: « il ne s’agit pas de sciences exactes »…
    On a ainsi eu droit à « la crise sanitaire », durant laquelle les autorités médicales nous ont baladés au moins autant que les économistes en vue l’avaient fait durant « la crise financière ».

    Cela n’enlève nullement son utilité aux mesures sanitaires et aux confinements éventuels mais, à mortalité spécifique (à la pyramide d’âge) doivent correspondre mesures et confinement spécifiques eux-aussi, et non pas le traitement indifférencié de toutes les générations. Invoquer à cet égard l’égalité des citoyens, en temps de crise sanitaire, reviendrait au même titre à appeler indifféremment les citoyens au front, en temps de guerre, vieillards et enfants compris.

  • pepe // 10.02.2021 à 05h31

    Merci d avoir retirer mes commentaires …

    cordialement

  • montils // 10.02.2021 à 08h47

    bonjour mr Berruyer,
    vous ne nous montrez aucun élément statistique sur l’Afrique.
    Il n’y a aucun chiffre ou aucune étude médicale est faite sur la situation dans cette région.
    Pourriez vous vous pencher sur l’anomalie que représente la faiblesse des contaminations dans tous les pays africains a danger de paludisme.

    • VVR // 12.02.2021 à 19h16

      Il y a plusieurs raison très simples:
      – capacité de test de l’Afrique inexistante
      – accès aux soins très difficile
      – une population très jeune

      L’essentiel de la population, très jeune, ne vivra qu’un rhume traité par le mépris car ça ne mérite pas le parcours du combattant pour accéder aux soins. Ce sont d’ailleurs les même raison qui donnent a la grippe un léthalité record en Afrique: pour y être enregistré comme un cas de grippe, il faut que ce soit très très mal partit.

  • Yves MICHEL // 10.02.2021 à 10h06

    Bonjour et merci pour toutes ces données, Olivier : quel boulot !
    J’ai deux réserves : 1/ sur les tests, lesquels au-dela de 20 cycles d’activation ne sont pas fiables, mais servent la propagande anxiogène du gouvernement, et
    2/ les cas de décès attribués au Covid : j’ai de nombreux témoignages qui attestent que plein de décès sont attribués au Covid systématiquement, et non à leur cause réelle. Notons malgré tout que le nb de décès total est proche de celui des années précédentes…
    Yves Michel

  • Ransu // 10.02.2021 à 10h52

    Merci pour l’analyse. Deux remarques pour améliorer la présentation :
    – dans les comparaisons (par ex. entre pays), toujours tout rapporter à la taille de la population (ex. nouveaux cas pour 100 000 habitants), les chiffres bruts parlent peu
    – des chercheurs marseillais ont mis au point un indicateur plus fiable que le taux de positivité pour se rendre compte de l’état de l’épidémie : https://www.medrxiv.org/content/10.1101/2020.11.05.20226597v2 Peut-être un indicateur à mettre aussi en image ?

  • Grd-mère Michelle // 10.02.2021 à 13h32

    Fort perplexe, par rapport à des chiffres délivrés par des « autorités » et ici présentés comme des vérités réellement représentatives de la situation…
    Comment se fier à des données fournies par tous ces pays dont le principe du « secret » est consacré par celui de la protection de la « sécurité » de l’Etat et de la population?

    Manque de certaines données: par exemple, le nombre de cas de contamination constatés par rapport au nombre de tests effectués(par région, par pays). Il me semble évident que, moins on effectue de tests, moins on constate de cas…
    Il serait utile et intéressant de connaître aussi les taux de mortalité « ordinaires », toutes causes confondues, de ces dernières années, par tranches d’âges: mortalité en 2019/mortalité en 2020/mortalité due au Covid en 2020…
    Ceci nous aiderait à juger de la pertinence des mesures imposées…

    • nico // 10.02.2021 à 15h42

      Elle ne sont pas par tranche d’age mais par contre il y a de nombreux graphiques qui montre la mortalité mois par mois en 2020 par rapport aux années précédentes ce qui est effectivement le meilleur juge de paix pour connaître la véritable mortalité du au covid même si ces stats ne détaillent pas la cause de la mort (mais comme il n’y a pas de raison que les autres causes aient beaucoup variées à part peut être une légère sur mortalité liée aux gens qui se sont moins soignés mais probablement compensée par le fait que a cause du confinent+couvre feu on attrape aussi moins d’autres maladies…). Sachant que le taux est remarquablement stable sur les 10 dernières années (moins de 1% de variation). en 2020 il y a eu 9% d’augmentation soit 53900 mort supplémentaire ce qui colle bien au nombre de mort covid recensés en fin 2020.

      • X // 11.02.2021 à 09h03

        Ben non, on ne peut pas raisonner comme ça « à la louche ». Il faut analyser les causes de décès dans le détail, pour voir les variations de mortalité dans les autres maladies aussi.
        D’autres part, les agents pathogenes ont tendance à s’exclure l’un l’autre : ainsi à la fin de la première guerre mondiale on a eu un début d’épidémie de peste en France (venue d’Asie où elle sévissait depuis plusieurs décennies). Un foyer infectieux s’est développé notamment dans la région parisienne, mais l’épidémie s’est ensuite arrêtée malgré les mauvaises conditions sanitaires de l’époque sans que l’on comprenne vraiment pourquoi. On pense que la maladie aurait été concurrencée par la grippe espagnole qui sévissait à l’époque en même temps.
        Frédérique Audoin-Rouzeau explique ça de manière assez détaillée.
        Dans l’épidémie qui nous occupe, il est significatif que la grippe ne tue quasiment pas en ce moment en France, alors que la Covid tue beaucoup.
        Comment ne pas voir que les gens qui auraient pu mourir de la grippe étant donné leur âge et leur état de santé sont morts, l’année dernière de la Covid…?

  • Juan // 11.02.2021 à 10h14

    Les graphiques que l’on peut découvrir sur le site Euromomo (European monitoring of excess mortality for public health action) (pardon pour l’emploi de l’anglais) regroupant des données provenant de 24 pays européens font apparaître les variations de mortalité globales depuis la semaine 14 de 2017 jusqu’à la semaine 4 de 2021.
    Voir les graphes globaux, par catégorie d’âge, et par pays, avec des variations remarquables de la surmortalité propre à l’année 2020 pour certains par rapport aux précédentes..

    https://www.euromomo.eu/graphs-and-maps

    • Changi // 11.02.2021 à 12h10

      Tout a fait. Cela permet de relativiser l’ampleur de la seconde vague française.

  • Juan // 11.02.2021 à 12h27

    En complément à mon lien précédent, peut-être un site pour comprendre(en français) ce que signifie le Z-score par pays.(journal du Médecin 6/05/2020)

    https://www.lejournaldumedecin.com/actualite/coronavirus-comment-s-y-retrouver-dans-les-chiffres-de-mortalite/article-normal-47995.html?cookie_check=1613042451

  • Manuman // 11.02.2021 à 12h43

    Je trouve que la vulnérabilité que vous dites qui augmente n’est pas flagrante, si je compare les courbes total personnes hospitalisées, et total décès, les trois pics hospitalisés mettons de 31500, 32500 et 27500, à mettre en regard des 3 pics de décès de 6800, 4800 et 3200 mettons, auraient plutôt tendance à dire que le taux d’hospitalisation se convertissant en réanimation baisse plutôt non?

    • Manuman // 11.02.2021 à 12h45

      pardon l’erreur, par rapport aux courbes réanimation pas décès…..

  • Cyd // 14.02.2021 à 00h16

    « le deuxième par 2, montrant bien la priorité accordée au patronat,  »

    Faudra le dire aux artisans, restaurateurs, et autres libraires qui sont sur la paille, ainsi que tous ceux qui sont au chomage,
    Ca leur fera plaisir

  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications