Les Crises Les Crises
16.mai.202016.5.2020 // Les Crises

#OnNoublieraPas – Lettre ouverte d’un Infirmier au gouvernement

Merci 455
J'envoie

Ce courageux infirmier a souhaité faire part de son ressenti face à la crise sanitaire du coronavirus, en écrivant cette lettre ouverte au gouvernement.

Son témoignage bouleversant, dont la sincérité a particulièrement touché notre équipe, méritait largement d’être diffusé auprès de nos lecteurs.

Si vous aussi, vous souhaitez nous transmettre votre témoignage, n’hésitez-pas à nous contacter ici (« Contacter l’auteur ») – en indiquant en objet « Témoignage Coronavirus ».

Cette nuit-là, il est 3 heures du matin, la réanimation attend un patient en urgence absolue, mais problème, la réanimation est complète. Elle décide donc de muter le patient le moins « grave » de son unité dans un service de soins continus.

Second problème, cette nuit-là, le service de soins continus (service dans lequel j’exerce) est plein lui aussi. Nous mutons donc un patient qui aurait aussi du rester encore sous surveillance vers un service d’hospitalisation complète, seul dans une chambre, sans surveillance scopée.

Une heure plus tard, après avoir organisé les transferts, le patient de réanimation fraichement arrivé chez nous et par la même occasion fraichement extubé s’aggrave. Il est donc retransféré vers la réanimation pour accueillir un second patient de réanimation considéré lui aussi comme « moins grave ».

Au total cette nuit-là, c’est la vie de trois patients qui aura été mise en danger par le seul manque de place dans l’hôpital.

Et pourtant, la nuit que je vous décris n’avait rien d’exceptionnel. C’était une nuit en définitive banale qui ressemble à beaucoup d’autres à l’hôpital public… et nous n’étions même pas en état de crise sanitaire… Pouvez-vous donc seulement imaginer ce qu’ont vécu les soignants durant cette crise ?

Difficile de se l’imaginer n’est-ce pas ? Surtout pour vous Messieurs les Ministres. Difficile d’appréhender ce qu’est l’hôpital public lorsque l’on a une chambre VIP réservée dans un hôpital militaire de la banlieue parisienne avec du personnel dédié… L’image de l’hôpital public devient pour vous tout de suite beaucoup plus… abstraite.

Abstrait au final comme notre métier, Infirmier. Mais qu’est-ce qu’un infirmier ? Pas facile de répondre à cette question n’est-ce pas ? A quoi servons-nous ?

Certains diront que nous sommes les petites mains des médecins, d’autres diront que nous sommes tout simplement là pour faire des piqures… A votre décharge, pas facile en effet de définir le rôle de l’Infirmier tant nos compétences sont nombreuses (77 au total).

Notre compétence principale s’il fallait en nommer une, est la surveillance. Une surveillance complexe qui repose sur l’analyse permanente de données vitales et d’évaluation clinique, que l’infirmier se doit d’adapter en fonction de chaque pathologie. En fonction de chaque patient. Des patients de plus en plus nombreux, augmentant au fil des années – avec les progrès de la médecine – la charge de travail de l’Infirmier.

Mais Infirmier c’est aussi et surtout le dernier rempart avant l’erreur médicale. Un devoir de vérification des prescriptions et une obligation : ne pas se tromper. Vous l’aurez compris, énormément de responsabilités.

Mais énormément de responsabilités pour quoi au juste ? Je suis Français, je suis Infirmier et je gagne 1600 euros/mois avec bientôt 2 ans d’expérience. Il vous suffit de jeter un œil aux grilles salariales de l’Hôpital Public.

La France est le 26e pays sur 29 de l’Union Européenne à payer le plus mal ses infirmiers. Les Infirmiers font partis des plus pauvres de France avec un salaire 5% plus bas que le salaire moyen Français. Un beau record pour le 3e plus gros PIB d’Europe n’est-ce pas ?

Autant de responsabilités avec autant de compétences dans des conditions d’exercices difficiles, pour un maigre salaire, pas vraiment étonnant que la carrière d’un infirmier soit seulement de 7 ans en moyenne à l’hôpital.

Oui Messieurs les Ministres, les infirmiers quittent très vite l’hôpital, souvent exténués, pour se tourner vers un avenir plus radieux avec pour conséquence : de moins en moins d’infirmiers d’expérience dans l’hôpital public.

Continuez de dévaloriser vos Infirmiers, et c’est la qualité des soins qui jour après jour part en miette. Continuez vos restrictions budgétaires et la fermeture des lits, et c’est la santé de tout un pays qui s’écroulera.

Mes propositions pour sauver l’hôpital public :

1/ Augmenter le nombre des lits d’hospitalisation.

2/ Revaloriser les personnels soignants avec l’augmentation des salaires tant attendue de 300€/mois.

3/ Créer des statuts d’Infirmiers référents dans chaque service avec compensation financière. Exemple : Infirmier référent encadrement étudiant, référent hygiène, référent protocole, référent situation d’urgence.

4/ Valoriser les carrières en permettant un accès permanent à la formation et à l’évolution. Exemple : favoriser la création des nouveaux postes d’Infirmier de pratique avancé.

Messieurs les Ministres, comme tous mes confrères, j’aime mon métier, je suis fier de ce que je fais.

Redonnez aux soignants de demain l’importance qu’ils méritent et ils continueront plus que jamais ensemble à porter les besoins en santé de tout un pays. Laissez-nous dans l’ignorance et le mépris, et c’est un pays entier qui s’écroulera lors de la prochaine crise sanitaire.

Messieurs les Ministres, vous êtes prévenus. Restrictions budgétaires et santé ne feront jamais bon ménage.

#OnNoublieraPas
Infirmier Anonyme

Commentaire recommandé

Santerre // 16.05.2020 à 09h27

Mais mon cher Monsieur, vous n’avez pas compris, la religion de nos gouvernants depuis plus de 30 ans, ce n’est ni une émanation islamo-judeo-chretienne, ni le bouddhisme et encore moins une paganisme quelconque, leur religion à tous, c’est Mamon, le Veau d’Or, Moloch. Cette religion dont la profession de foi commence par « oligarques de tous pays, unissez vous » Et continue par  » soyez insasiablement avides, cyniquement impitoyables et détruisez ce monde et cette humanité par votre stupide et salutaire rapacité. Vous serez riches et puissants mais il me faudra des sacrifices humains. Vous ne leur ferez pas arracher le cœur, ou ne passerez pas leurs enfants au feu. Non, vous m’offrirez des holocaustes de pauvres en leur refusant des soins, en encourageant la délinquance et le désordre, vous m’offrirez suicides, désespoir, toxicomanie en organisant le chômage de masse, en acculturant les peuples, en entretenant chez eux une anxiété permanente. Usez, abusez, pillée, détruisez »
Voilà leur religion et ils en sont les serviteurs zélés. Alors la parole d’un seul oligarque leur est infiniment plus importante que le cri de dix millions des vôtres. Des nôtres.

48 réactions et commentaires

  • François // 16.05.2020 à 08h36

    Témoignage qui me touche toujours autant. Malheureusement, ce témoignage je le connais depuis 35ans. On n’oubliera pas…

    Malheureusement, tout le monde s’en fout, qui se souvient des soignants maltraités il y a quelques mois ? Qui se rappelle de la grève des infirmières il y a quelques années qui ont été délogés par les forces de l’ordre ? Même beaucoup d’infirmière ne s’en rappellent pas.

    Autour de moi, plus personne applaudissent le soir à 20h…, Le début de l’oublie… Déjà…alors que rien n’est fini…

    Soignants, applaudisseurs, patients si vous êtes là s’est bien, vous cherchez à comprendre c’est bien MAIS PASSEZ A L’ACTION C’EST MIEUX POUR NE PAS OUBLIER, PASSEZ A L’ACTION COLLECTIVE JURIDIQUE POUR SOIGNER ET D’ÊTRE SOIGNÉ

    Visiter le site internet noublionsrien

      +42

    Alerter
    • anatole7 // 16.05.2020 à 11h20

      le site noublionsrien est peut être respectable
      mais son objectif premier n’est il pas le droit de prescrire de l’HCQ + AZY ?

      J’ai parcouru les 6 onglets, j’y ai vu le mot MEDECIN mais pas le mot INFIRMIER

        +3

      Alerter
    • Julien // 16.05.2020 à 12h46

      Je suis infirmier, j’ai travaillé dans différents services dont une unité covid récemment. Et oui je peux vous dire que ce genre de lettre, courageuse et dénonçant la réalité ne sert à rien. Le problème c’est que infirmiers soignants etc sommes formatés pour soigner coûte que coûte, avec un salaire de merde, des contraintes de temps (weekend, soir, nuits, fériés…) et peu de matos. Cela fait des années que cela dure, j’en ai entendu gueuler des collègues. Mais juste gueuler. Les syndicats pour leur part ne servent à rien, puisque une fois devant la direction plus personne ne bronche ou presque. Augmenter les infirmiers de 300€ ok. Mais il faudra augmenter les aides soignants et les ASH aussi. Ce sont des dizaines de milliards que la France n’a pas et n’aura jamais. Il est clair que jamais les salaires n’augmenteront. Faut arrêter de rêver. Et personne n’osera faire une grève dure au sein des soignants puisqu’ils mettront indirectement en danger la vie des patients, et cela le gouvernement le sait. Seule l’action collective de tous les citoyens peut faire changer les choses… mais le problème c’est le LBD !

        +26

      Alerter
      • Kiwixar // 16.05.2020 à 23h19

        « Ce sont des dizaines de milliards que la France n’a pas et n’aura jamais »

        Mais si. On peut les trouver très très facilement : via les impôts
        – taxer fortement les individus les plus riches sur leurs revenus
        – majorer la TVA sur tous les produits de riches (grosses bagnoles, yachts, etc la liste est longue)
        – éliminer toutes les niches fiscales sur l’IR individuel
        – éliminer les possibilités d’ « optimisation » fiscale des grosses entreprises (qu’elles paient autant en % que les PME)

        La France est un pays très très riche, mais l’aspirateur à richesse fonctionne dans le mauvais sens (des pauvres vers les très riches). De combien ces très riches se sont-ils enrichis depuis 2008? C’est tellement gros que c’est plus qu’indécent. Et ça leur sert à quoi? Quelle est la différence entre avoir 1 milliard ou 15 milliards?

        On doit se débarrasser de cette classe de NUISIBLES. Nuisibles au pays, nuisibles à 95% des Français, nuisibles à la planète.

          +26

        Alerter
        • Recits d’Yves // 17.05.2020 à 02h01

          L’ego, la compet’ entre riches. Voilà leur moteur. Juste avant, gagner le premier million puis le premier milliard, puis la consécration Forbes et avec cela le classement de ki ka le plus de fric.
          C’est juste pathétique, c’est un fait que personne n’a besoin de gagner des millions ou des milliards mais eux le justifient éternellement parce qu’ils contribuent à l’enrichissement de leurs actionnaires. La voila la belle valeur ajoutée pour la République: engraisser les actionnaires, toujours plus, et plus encore en leur filant le budget de la santé publique français. Ce pognon de dingue.
          Je suis écœuré et je commence à me dire qu’on ne changera rien en étant de gentils citoyens pacifiques. Je mesure qu’il va falloir se salir les mains pour en sortir parce que c’est eux ou c’est nous. la guerre sociale a besoin de soldats.

            +15

          Alerter
        • Rémi // 17.05.2020 à 16h57

          Non la France ne les a pas, car les dépenses exédent les recette de plusieurs dizaines de milliards d’euros alor que les prélévements obligatoire dépassent 50% du PIB.
          Il faudrait nettoyer l’administratifs à l’hôpital pour libérer les ressources necessaires pour payer les personnels soignants.
          Rassurez vous ils ne le feront pas car ce serait relacher le contrôle et il faut infantiliser les gens tant que le systéme ne s’effondre pas trop.

            +1

          Alerter
          • red2 // 17.05.2020 à 19h51

            Les dépenses et les recettes de qui ? Le pib Francais c’est 2500 milliard d’euro et l’argent qui circule bien plus… arretons de croire que la France n’a pas les moyens SVP. Le salaire moyen en France est a 2250 euro par mois et on aurait même pas de quoi donner 2000 euro par mois à un infirmer ?

              +3

            Alerter
    • Bellot // 16.05.2020 à 14h44

      Tu as raison concitoyen (et j’use du mot consciemment). J’étais en apéro visio avec des amis la semaine dernière (des parisiens CSP++ comme il se dit dans la novlangue). A unoment on parle des soignants et je leurs parle caissières, livreurs… Gilets jaunes en leurs rappelant que quelques mois avant personne ou très peu ne s’indignait qu’il soit matraqués et gazés par les CRS… Que nous devrons bouger pour que les choses changent..
      Léger malaise avant de devoir se déconnecter. Il est 20h c’est claping. Les fractures sont tellement béantes, ça suffit. La prochaine manif des soignants sera je l’espère l’occasion de joindre les actes aux paroles et de renverser les imposteurs.

        +26

      Alerter
      • Kiwixar // 16.05.2020 à 23h23

        « Il est 20h c’est claping »

        « Il faut que tout change pour que rien ne change » (Le Guépard)

          +0

        Alerter
      • Aerosol // 17.05.2020 à 05h54

        Devoir interrompre un apéro virtuel (avec les outils des GAFA je suppose ) avec des amis csp++ pour aller signaler sa vertu aux balcons en rêvant du Grand Soir …oui je comprends votre malaise , ça s’appelle une dissonance cognitive.

          +3

        Alerter
  • Narm // 16.05.2020 à 08h57

    Mieux vaux tard que jamais

    si les soignants le savent depuis des lustres,
    avec la crise covid
    onnoublierapas
    j’en pleure depuis des semaines maintenant
    les crises semblant avoir évité ces réalités là.

    Pourquoi tirer (sur) les leçons du passé ?
    « Nous savons déjà que ce 11 mai, il ne faut pas faire ce que nous allons faire. »
    La médecine comme religion

    je vous conseil de lire lundimatin
    rubrique positions, tous les articles

      +4

    Alerter
  • Basile // 16.05.2020 à 09h01

    après les douteux applaudissements largement encouragés par les médias au comble du fayotage, j’ai vu le summum : sur un bulletin municipal en gros caractères, MERCI.

    il me semble qu’on remercie quelqu’un pour un cadeau, ou pour une chose faite pour une somme dérisoire.

    en général, après le remerciement, on est quitte.

      +26

    Alerter
    • Olivier // 16.05.2020 à 09h42

      Les applaudissements et les médailles, ça ne coûte RIEN et c’est pour ceux qui ne sont RIEN.

      Personnel en grève depuis des mois, mais le gouvernement n’en a eu rien à faire.

      La France a dû exporter des malades en Allemagne, en Suisse et même jusqu’en Autriche, la honte! Et un gouvernement failli.

        +22

      Alerter
  • LA ROQUE // 16.05.2020 à 09h08

    « Infirmier Anonyme »
    Eh bien il y a un sacré climat délétère dans notre pays…
    Malheureusement ce n’est pas en s’adressant aux ministres que cela changera quelque chose,rien ne changera sur le fond nous en avons régulièrement des preuves:
    Suppression de lits à Nancy, restructuration du CHU de Saint-Etienne ,la CDC qui recommande de poursuivre la privatisation en pleine crise du COVID,etc…
    Pour que nous rentrions dans un autre monde il faudrait qu’une majorité de personnes réagissent afin que ce gouvernement ait à faire face à une énorme vague de contestations.

      +38

    Alerter
  • Santerre // 16.05.2020 à 09h27

    Mais mon cher Monsieur, vous n’avez pas compris, la religion de nos gouvernants depuis plus de 30 ans, ce n’est ni une émanation islamo-judeo-chretienne, ni le bouddhisme et encore moins une paganisme quelconque, leur religion à tous, c’est Mamon, le Veau d’Or, Moloch. Cette religion dont la profession de foi commence par « oligarques de tous pays, unissez vous » Et continue par  » soyez insasiablement avides, cyniquement impitoyables et détruisez ce monde et cette humanité par votre stupide et salutaire rapacité. Vous serez riches et puissants mais il me faudra des sacrifices humains. Vous ne leur ferez pas arracher le cœur, ou ne passerez pas leurs enfants au feu. Non, vous m’offrirez des holocaustes de pauvres en leur refusant des soins, en encourageant la délinquance et le désordre, vous m’offrirez suicides, désespoir, toxicomanie en organisant le chômage de masse, en acculturant les peuples, en entretenant chez eux une anxiété permanente. Usez, abusez, pillée, détruisez »
    Voilà leur religion et ils en sont les serviteurs zélés. Alors la parole d’un seul oligarque leur est infiniment plus importante que le cri de dix millions des vôtres. Des nôtres.

      +61

    Alerter
    • Santerre // 17.05.2020 à 14h40

      Et pour moi, il n’y a que deux moyens pour faire en sorte que nos voix soient plus efficaces que celles de tous les oligarques reunis.
      1. La schlague, la pique, la guillotine, en un mot, la revolution. Problème, en bon jacobin, je trouve ça tentant mais Orwell nous a appris depuis la Ferme aux Animaux, qu’une revolution ne fait que chasser des porcs pour les remplacer par d’autres encore plus terribles. Historiquement, ça se verifie à chaque fois. Toujours les memes qui triment et se font botter le c…
      2. Methode Mani-Jesus-Gandhi-Luther King. C’est beaucoup plus courageux et effrayant mais beaucoup plus efficace. Imaginez 1000, non 100, non 10 personnes dont des célébrités du spectacle ou de la politique, Goldman, Hulot, Bové, Meluche, Lordon, Picketty, ou autres, qu’ils se mettent sur une place emblématique, la Concorde, Nation, Republique, Bastille, Vendôme ou le Parvis de la défense. Qu’ils s’y enchainent de manière à ne pouvoir être évacués et qu’ils demandent UNE chose, une seule, precise, factuelle, comprehensible par tous, et symbolique. Et que là, ils decident de jeuner publiquement à mort jusqu’à satisfaction. Et qu’ils invitent chacun à les rejoindre dans ce combat.

        +0

      Alerter
  • Le Belge // 16.05.2020 à 09h36

    Vous savez quoi ? Après le covid = avant le covid ! En France, rien ne changera car vos dirigeants sont des gardes chiourme à la solde de l’oligarchie régnante sur votre pays depuis les années 1970 (approximativement depuis Pompidou). Si vous voulez un réel changement, levez-vous et allez chercher cette clique et son chef (lequel ferait bien de relire Sophocle et ses cours d’anglais) pour, enfin, qu’ils répondent de leurs actes devant une vraie justice. Ensuite, soit ils passeront le reste des jours qui leur restera à vivre dans une cellule de huit mètres carrés (ça les changera des bonbonières dorées dans lesquelles ils évoluent quotidiennement), soit ils subiront un destin façon Ceausescu. A vous de choisir !

      +36

    Alerter
    • Bellot // 16.05.2020 à 14h49

      Exact! Allons le chercher, il le demande en plus.

        +13

      Alerter
    • Macarel // 17.05.2020 à 00h28

      Effectivement depuis Pompidou, pour preuve :

      Extrait d’une interview de Georges Pompidou en juin 1967

      https://www.youtube.com/watch?v=y3wgKZOjZIM

        +4

      Alerter
  • Al chaab yourid // 16.05.2020 à 10h20

    On n’oubliera pas ça non plus : https://www.youtube.com/watch?v=Z0HI0LTcyro

    C’est probablement en ces termes que nos dirigeants considèrent les revendications professionnelles du personnel soignant. De la pleurniche. Puis majoritairement ce sont des femmes, c’est bien connu elles pleurent pour un oui ou pour un non.

    Tiens, une idée, on va leur donner des mouchoirs : une prime + une médaille. Si après ça elles ne pleurent pas de joie et de reconnaissance …

      +6

    Alerter
  • Lucho // 16.05.2020 à 10h20

    Certains soignants ont malheureusement cru naïvement qu’en amplifiant l’ambiance de panique autour de ce virus, ils pouvaient espérer une prise de conscience sur la baisse des moyens dans les hôpitaux.
    On se souvient tous de ces vidéos d’infirmières,en larme, sur l’afflux totalement ingérable et inédit de malade en fin mars (inédit mais récurrent chaque année quand on tape grippe + hôpitaux saturés + année) qui ont sidéré la population. On se souvient également de ces soignants qui ont passé deux mois à engueuler les français car ils osaient se balader avec leurs enfants en bas de chez eux ou qu’ils achetaient trop de coca et pas assez de pâtes.
    Je ne les blâme pas mais ces soignants (pas tous, loin de la) doivent prendre conscience que ce n’était pas la population qu’il fallait terroriser pour avoir des moyens supplémentaires…

      +9

    Alerter
  • Manuuk // 16.05.2020 à 11h03

    Je n’oublierai pas le travail du personnel médical personnellement.

    Mais quand on voit qu’un banquier trader a été élu président après la crise de 2008, alors que la culpabilité des banques a été exposée au monde entier, la majorité oublieront rapidement.

    Ce n’est pas la première et loin d’être la dernière fois que les gens oublient….

    On parle de 2005 ?

      +33

    Alerter
  • Myrkur34 // 16.05.2020 à 11h14

    Vu que l’on commence déjà à entendre la petite musique… Ok pour les augmenter mais avec quel argent ?
    Vous comprenez çà va augmenter les déficits qui devront être payés par nos enfants…Et tralalaouti…

      +11

    Alerter
    • Neverness // 16.05.2020 à 18h48

      Peut-être avec l’argent de l' »optimisation » fiscale, la fraude en fait 60 à 100 milliards d’euros chaque année…

        +9

      Alerter
  • jmathon // 16.05.2020 à 11h26

    Un point au 15 mai 2020 sur la mortalité attribuée au covid19 dans cinq pays européen (UK, Italien, Espagne, France et Belgique) par rapport au reste du monde :
    42,04% des décès pour 3,25% de la population mondiale soit une (sur)représentation d’un facteur 12,93.
    Chiffre en legère baisse (13,05 la veille) du fait de la montée des décès aux USA et au Brésil dont les représentations respectives sont de 6,73 et 1,75

    Bien sûr la pandémie n’est pas terminée mais la (sur)représentation (elle dépasse un facteur 10 pour chacun) de ces cinq pays pose question(s).
    Avez-vous vu quelque article sur ce sujet ?

    Les calculs ci-dessus sont faits à partir des données fournis sur:
    https://www.worldometers.info/coronavirus/

      +1

    Alerter
    • Laurent K // 16.05.2020 à 22h53

      Ne serait-ce pas parce qu’il est très facile de ne pas détecter qu’un décès est dû à ce virus ? Il faut tester pour savoir avec certitude si quelqu’un est atteint du Covid plutôt que d’une pneumonie. Nous ne faisons pas assez de tests à mon avis mais je crois les chiffres de ces cinq pays reflètent la réalité des cas détectés.

      Au contraire, quand je vois par exemple la Chine annoncer 4 633 décès pour une population de 1.4 milliards après avoir été surpris initialement par le virus, j’ai comme un doute sur leur chiffre…

      En Inde une partie de la population (notamment rurale) n’a qu’un accès très limité aux soins. Comme il faut être testé pour savoir si on a cette cochonnerie, ils peuvent déjà avoir bien plus que les 2 781 morts détectés.

      Il y a également des différences de méthodologies qui rendent ces comparaisons très difficiles: comptez-vous uniquement les chiffres des décès détectés dans les hopitaux ou aussi les décès dans les maisons de retraites et à à domicile? Ainsi l’une des explications du chiffre particulièrement élevé de la Belgique est qu’ils incluent tous ces chiffres ainsi que les décès suspectés d’être liés au COVID.

      Comparer le nombre de décès n’est donc possible qu’entre pays utilisant des méthodes de comptages similaires et fiables. Et vérifier les méthodologies de chaque gouvernement est un travail de bénédictin.

        +4

      Alerter
  • saxo // 16.05.2020 à 11h27

    Déjà, le gouvernement ne vous oubliera pas; pour commencer, avec toute sa gratitude, vous allez gracieusement bénéficier d’une jolie médaille,laquelle, je n’en doute pas, fera la fierté de toute votre famille. Avec un peu de chance, vous récupérerez peut-être quelques jours de congés, généreusement offerts par vos concitoyens, qui comme vous, ne sont rien. L’exécutif vous fera miroiter, le règlement des heures supplémentaires dues. ( Aux alentours de 2022-2023, peut-être et encore, s’il n’y a pas d’alternance.)
    Alors, on dit merci qui ?

      +12

    Alerter
  • jmathon // 16.05.2020 à 11h29

    Que dire de la (sur)représentation mondiale de cinq pays européens (UK, Italie, Espagne, France et Belgique) dans la mortalité attribuée au covid19 ?

    Avez-vous vu des articles sur le sujet ?

      +9

    Alerter
    • jmathon // 16.05.2020 à 11h35

      Ce sont les seuls pays (dont la taille est significative) dont la (sur)représentation dépasse un facteur 10.

      Cela mériterait bien un article ne serait-ce que pour esquisser quelques pistes d’explications. Non ?

        +6

      Alerter
    • anatole27 // 16.05.2020 à 11h38

      On peut même dire 8 pays de EU28 puisque dans 8 premiers pays au triste Palmares des décès par millions on a aussi : la Suède, Les Pays Bas et l’Irlande

      https://www.statista.com/statistics/1104709/coronavirus-deaths-worldwide-per-million-inhabitants/

        +5

      Alerter
  • Actustragicus // 16.05.2020 à 11h57

    J’ai fait l’expérience d’un service de réanimation en Allemagne, lors d’un grave accident survenu à ma fille. Une chose qui m’a beaucoup frappé, outre une disponibilité des soignants et un accueil des proches que je n’ai jamais vus en France, c’est le respect des médecins envers les infirmiers. J’ai même été témoin (non, on ne m’a pas demandé de sortir !) de discussions en toute franchise entre le médecin réanimateur et l’infirmière de garde sur le traitement qu’il convenait d’appliquer… C’est probablement ce qui nous a le plus rassurés : car non seulement l’atmosphère de travail en devenait sereine – donc plus efficace – mais nous étions certains que ces choix collégiaux ne seraient dictés que par la raison scientifique ; et pas par l’ego de l’une ou l’autre personnalité, ni par les consignes hiérarchiques ou administratives.
    C’est peut-être cela aussi, le bon résultat de l’Allemagne face à la pandémie…
    (et, oui, ma fille n’a gardé aucune séquelle)

      +20

    Alerter
  • Jardyves // 16.05.2020 à 12h54

    Je suis de tout coeur avec vous ! D’abord parce-que j’aime la médecine depuis ma plus tendre enfance, même si je n’ai jamais pratiqué ni même appris ce superbe beau métier d’infirmièr-es non j’ai fais tout autres. Néanmoins j’ai eu la vie sauve grâce à des docteurs, des anesthésistes et bien sur à la cheville ouvrières qui est la tête de ponts en soignants jours et nuits ,des blessés, des malades et maladies graves. On m’a sauvé de la mort suite à un grave accident de moto ,jambe cassé, fort traumatisme comateux, durant 11 jours .Puis infarctus du myocarde donné pour mort à mon épouse, Puis chute d’un arbre et le SAMU m’emmène à l’hôpital bien beau toutes les couleurs de l’argent ciel on me fait des radios on me découvre un cancer naissant, j’ai été opéré 6 mois plus tard je n’ai pas eux de traitement infernal. Une bouffée d’un medic une fois par jours,
    Alors comment ne pas êtres reconnaissant envers tous ces personnels de la femme de ménage au infirmières et cadres docteur ,anesthésistes. .cette Ensemble est une toiture ou aucune tuile doit manquer.

      +7

    Alerter
  • SanKuKai // 16.05.2020 à 12h55

    Voici la réponse du gouvernement concernant les propositions (Merci de ne pas vomir sur vos claviers) :
    « Les infirmières françaises sont moins bien payées, mais elles travaillent moins que les infirmières allemandes. À un moment donné, c’est du donnant-donnant. Les infirmières allemandes, elles font 40h, elles font pas 35h » Olivier Truchot (pseudo journaliste BFMTV/RMC et porte parole officieux du gouvernement, émission Les Grandes Gueules : « Donneriez vous vos RTT aux soignants »)

      +9

    Alerter
  • Berrio // 16.05.2020 à 13h29

    Les organisations diverses du personnel de santé ont l’intention d’organiser en juin un rassemblement public sous une encore non définie.
    À nous de faire en sorte qu’elles ne soient pas seules.

      +13

    Alerter
  • DM // 16.05.2020 à 14h32

    Hélas, c’est tellement vraie. Infirmier depuis plus de trente ans, ce qui me choque le plus finalement c’est l’embrigadement de la corporation médicale et administrative dans une médecine elle même détachée du besoins des gens et branchée sur la vision économique promue par les laboratoires et le mode de financement des hôpitaux.
    La société n’est que le reflet du phantasme des élites, l’hôpital public est le reflet de la soumission volontaire de ses propres élites à une vision pseudo-scientifique qui évacue la question des personnes et des populations. Soumissions dont ils espèrent se délivrer par un discours qui n’est qu’une illusion communicationnelle, comme tout ce qu’on appelle « la communication ».
    Ce n’est la crise récente qui changera quelque chose. C’est la prise de conscience des médecins qu’en plus de faire leur travail il leur faudra aussi faire de la politique, la vraie, celle qui vas au contact au prix de leurs privilèges et de leur positions.

      +9

    Alerter
    • ComeBack // 16.05.2020 à 23h05

      Diviser pour régner est une stratégie habituelle des directions des hôpitaux. Quand les médecins sont rétifs, la direction s’appuie sur les soignants qui se réjouissent d’être les bons élèves. Et réciproquement.
      Ce genre de position ne fait que le jeu des directions, courroies de transmission des ARS et de l’Etat.
      Mal venu donc.

        +0

      Alerter
  • Bientôt 78 ans // 16.05.2020 à 16h06

    En appeler à ces créatures politiques responsables d’une débâcle criminelle si révoltante, je crois que c’est, hélas, perdre son temps.

    Son droit de vivre, chacun peut et doit le défendre, à tout le moins par respect de soi et par amour de ses êtres chers. Gaspiller sa vie, en risquant de mourir du COVID sans protection n’est pas de l’héroïsme mais pure témérité.

    Je ne demande pas, ne demanderai jamais à des travailleurs de la santé de donner leur vie durant pareille débâcle afin de sauver la mienne. Sollicités de le faire par le Pouvoir, qu’ils refusent catégoriquement et, au besoin, démissionnent. La décision leur appartient. À l’avance, je leur offre tout mon respect et mon soutien.

    Longue et heureuse vie aux travailleurs de la santé!

      +3

    Alerter
  • petitjean // 16.05.2020 à 19h12

    et si on parlait des 35 heures et de son cortège de RTT ?!
    du jour au lendemain ce fut moins de soignants pour autant de patients !
    ce qui tue l’hôpital c’est aussi l’abondance de personnel administratif qui impose sa paperasse à tous le monde. Un hôpital n’est pas une entreprise du secteur marchant !
    Un médecin n’a pas vocation à s’acquitter de tâches administratives , mais à soigner………….

      +5

    Alerter
  • StadeT14 // 16.05.2020 à 21h25

    Il y a malgré tout des chiffres qui interpellent d’autant plus quand on les compare à nos voisins allemands… La France et l’Allemagne consacrent un peu plus de 11% de leur PIB à la santé. L’Allemagne consacre 28% de ses dépenses de santé dans les soins hospitaliers, là où la France y consacre 38%… Le personnel infirmier en France gagne 20% de moins que le personnel infirmier en Allemagne….
    L’Allemagne compte 8 lits pour 1000 habitants dont 2,9 lits de réanimation contre 6 dont 1,2 de réanimation pour la France…
    Cherchez l’erreur !!!

      +5

    Alerter
    • Narm // 17.05.2020 à 08h29

      l’erreur ? des martin hirsch à paris
      des labos et visiteurs maisdico
      quand vous éclatez le citron, vous ne pouvez pas faire une bonne récolte

        +1

      Alerter
  • Rémi // 17.05.2020 à 16h58

    Non la France ne les a pas, car les dépenses exédent les recette de plusieurs dizaines de milliards d’euros alor que les prélévements obligatoire dépassent 50% du PIB.
    Il faudrait nettoyer l’administratifs à l’hôpital pour libérer les ressources necessaires pour payer les personnels soignants.
    Rassurez vous ils ne le feront pas car ce serait relacher le contrôle et il faut infantiliser les gens tant que le systéme ne s’effondre pas trop.

      +0

    Alerter
  • Jean Gabriel // 18.05.2020 à 17h44

    C’est consternant qu’il faille en France être COURAGEUX pour dénoncer ce qui ne marche pas dans un service public. Et en effet, nous lisons régulièrement des témoignages qui n’incitent vraiment pas à décrire tout simplement la réalité du terrain ; mises à pied, menaces, non renouvellement de contrat, et même hôpital psychiatrique !
    Cet aspect là, le comportement de beaucoup de hiérarchies, est aussi très grave.

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications