Les Crises Les Crises
14.mai.202014.5.2020 // Les Crises

Coronavirus : une mortalité sous-évaluée en France, faute d’avoir tiré les enseignements des crises précédentes

Merci 188
J'envoie

Source : France TV info

Il faudra attendre plusieurs mois avant de connaître le nombre précis des morts du Covid- 19. Les chiffres communiqués par les autorités sont partiels. La déclaration des décès se fait encore à 80 % sur papier et par envoi postal, contrairement à ce qui avait été préconisé après la canicule de 2003.

Lire l’article complet sur France TV info

Entre le 1er mars et le 20 avril, le nombre de morts en France a été bien supérieur à la mortalité observée ces dernières années dans notre pays sur la même période. Le Covid-19 est responsable d’une partie de cette hausse, mais « il n’est pas possible à ce jour d’en évaluer la part attribuable précise », prévient Santé publique France dans ses points épidémiologiques hebdomadaires. De fait, les chiffres de la mortalité sont sous-estimés.Les pouvoirs publics ne s’attardent pas sur les raisons de cette « impossibilité » de connaître la réalité de la mortalité due au Covid. L’enquête de la cellule investigation de Radio France montre cependant que si ces chiffres sont incomplets, c’est parce que les dispositifs adoptés après la canicule de 2003, beaucoup plus rapides et fiables, sont encore trop peu utilisés. « On découvre à l’occasion de cette épidémie qu’on ne dispose pas encore d’un système performant sur la remontée d’information et sur l’évaluation de l’impact d’une crise comme celle du Covid-19 », explique France Meslé, directrice de recherche à l’Institut national d’études démographiques (Ined).

Nombre de décès par jour jusqu’au 20 avril 2020. (INSEE)

« Il en manque », notamment les chiffres des Ehpad

Si les chiffres ne sont pas complets, c’est d’abord parce que les autorités ne disposent que du nombre de morts en milieu hospitalier et dans les établissements médico-sociaux (principalement les Ehpad). Or, les chiffres ne sont pas très précis pour les Ehpad. « Nous souffrons par exemple de ne pas avoir le détail de mortalité par âge et par sexe, alors qu’on dispose de cette information pour les hôpitaux« , regrette France Meslé.

Ces chiffres peu détaillés sont également partiels. « On a les deux tiers des Ehpad, mais il en manque, s’agace le docteur Jean-Paul Zerbib, médecin en Ehpad et président de l’Union nationale des médecins salariés CFE-CGC (UNMS). Je suis pessimiste et je pense que les chiffres manquants concernent les structures avec beaucoup de décès. » Jean-Paul Zerbib rappelle « qu’il a fallu se battre » avec les autorités pour obtenir le nombre de morts dans les Ehpad en plus de la mortalité hospitalière, « et on n’a pas fini de compléter. » Mais toutes les personnes âgées, particulièrement vulnérables au coronavirus, ne sont pas en Ehpad. Beaucoup sont suivies chez elles.

« 8 000 à 10 000 morts du Covid » à domicile ?

Les statistiques de l’Insee indiquent une augmentation de 30 % du taux de mortalité à domicile en France sur la période du 1er mars au 20 avril 2020 par rapport à la même période en 2019. La région la plus touchée par cette surmortalité est l’Île-de-France. Sur la période concernée, le nombre de morts à domicile a plus que doublé (+103 %). C’est une augmentation plus rapide que la hausse moyenne de la mortalité.

Evolution des décès cumulés du 1er mars au 20 avril 2020 rapportés aux décès cumulés du 1er mars au 20 avril 2019 par département. (INSEE)

Les docteurs de SOS Médecins, qui couvrent 60% du territoire, ont été les premiers témoins de cette tendance. « L’analyse des interventions montre une augmentation des décès par rapport à 2019 et aux décès attendus », confirme Pascal Chansard, vice-président de SOS Médecins.

Là encore, il n’est pas possible de connaître dans l’immédiat la cause de ces décès. Mais Jean-Paul Zerbib, de l’UNMS, estime que ces morts sont majoritairement liés au Covid-19. Ils représenteraient « 8 000 à 10 000 » décès selon des « extrapolations du syndicat ». Une estimation proche des 9 000 morts à domicile du Covid avancés par le syndicat de médecins généralistes MG France. Autant de morts qui ne sont pas comptabilisés aujourd’hui dans le calcul officiel.

Pour appuyer sa démonstration, le docteur Zerbib rappelle que si les Ehpad hébergent 700 000 personnes âgées, on en compte 500 000 à domicile. « Il est évident que le virus circule également » parmi cette population vulnérable qui est en contact avec des proches, des soignants… « Où sont ces personnes dans les statistiques ? Cette crise nous révèle une série de dysfonctionnements dans notre système de santé. C’est dérangeant. » Ce n’est que le 21 avril que la Direction générale de la santé émet un « message d’alerte«  aux professionnels pour signaler une note du 20 avril rappelant la « nécessité d’une prise en charge globale sanitaire et sociale des personnes âgées à domicile ».

Un système de suivi en temps réel sous-utilisé

Aurait-on pu détecter et réagir plus rapidement face à cette tendance inquiétante de la mortalité à domicile ? Ce n’est pas la première fois que les autorités se retrouvent en partie incapables d’avoir un suivi précis de la mortalité sur le territoire. La canicule de 2003 avait débouché sur une prise de conscience de la nécessité de connaître rapidement l’évolution précise de la mortalité. L’un des enseignements avait donc été de mettre en place une « certification électronique des décès ». Le but était de faire remonter beaucoup plus rapidement à l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) les certificats de décès contenant tous les éléments médicaux et la cause du décès.

Le système est opérationnel depuis 2007. Il permet de faire remonter immédiatement les certificats de décès. Problème : aujourd’hui, malgré cette possibilité, la procédure se fait encore majoritairement « à l’ancienne ». « 8 décès sur 10 font l’objet de certificats rédigés sur du papier, explique Grégoire Rey, directeur du Centre d’épidémiologie sur les causes médicales de décès de l’Inserm. Ces certificats transitent par la commune de décès, puis par l’Agence régionale de santé, puis doivent être saisis, numérisés pour qu’ensuite, on puisse produire des statistiques. »

En temps normal, il faut « au minimum deux mois, voire deux mois et demi » afin que l’Inserm puisse établir une statistique précise des décès. En période de crise, ces délais sont rallongés. Les envois postaux sont plus longs. La saisie et la numérisation reposent notamment sur un prestataire qui doit saisir et déchiffrer les certificats, ce qui n’est pas sans difficulté. Avec la crise, certains travaillent de manière dégradée depuis leur domicile, confinement oblige. La crise du Covid-19 révèle donc que les procédures préconisées n’ont pas été mises en place. Fin mars, la direction générale de la santé invitait pourtant les établissements et les Agences régionales de santé à privilégier les certificats électroniques des décès. « On est passé de 20% à peut-être 25% de certificats électroniques. Si tous les établissements hospitaliers les avaient utilisés, y compris les Ehpad, on aurait pu espérer être autour de 80 % », regrette Grégoire Rey.

Lire l’article complet sur France TV info

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Pierrot // 14.05.2020 à 09h35

Il ne sera probablement pas nécessaire d’évaluer finement le nombre de morts évités par le confinement. Compte tenu de la différence attendue quelles que soient les estimations (puisqu’à l’évidence on n’a pas eu affaire à une simple « grippette »), un raisonnement sur les ordres de grandeur suffira très certainement à démontrer l’intérêt, jusqu’ici, d’avoir pris cette mesure plutôt que de ne pas l’avoir prise. La question de sa justesse est un autre débat, mais il faudra également se la poser. De même que celle de la mise à profit ou du gaspillage du répit laissé par ce confinement si la pandémie venait à reprendre.

69 réactions et commentaires

  • calal // 14.05.2020 à 08h17

    Pas assez de morts? On a encore trop de vieilles betes a la viande trop dure et qui mangent encore trop de fourrage alors qu’il se fait rare?

    Il faut ici rendre grace a OB et son site qui a quand meme mis en garde un grand nombre de lecteurs devant le risque de se rendre aux urnes pour le premier tour des municipales.
    Est ce que des journalistes ont deja mis en rapport les listes des votants au premier tour et la liste des morts du covid pour voir s’il y a un taux de correlation significatif?

      +13

    Alerter
  • catherine // 14.05.2020 à 08h28

    Il faudra aussi des mois pour connaître aussi quels sont les décès non imputables au covid 19.

    Dans tous les pays, nous savons que beaucoup de décès ont été « supposés » dus au covid 19 comme également beaucoup de symptomatologiques.

    Je l’ai vu autour de moi, c’était flagrant, tout et n’importe quoi devenait imputable au covid.

    Il y a eu aussi beaucoup de témoignage ici.

    les médecins que l’on interdisait de consulter disaient au téléphone « oui ça ressemble bien au covid, prenez du paracetamol et si ça s’aggrave appelez le 15 ».

    Le 15 disait « oui c’est le covid, surveillez et rappelez si ça s’aggrave ».

    Et la panique aidant, l’absence de traitement adaptée aidant, la personne se retrouvait au plus mal.

    Michel Onfray a fait un témoignage personnel tout a fait édifiant de comment les choses ce sont passées pour lui et sa femme.

      +23

    Alerter
    • Jean-Pierre Georges-Pichot // 14.05.2020 à 09h40

      Oui. Comme dit Raoult : l’important, c’est de soigner les gens. La médecine consiste à soigner les gens. La politique consiste à les empêcher de se mêler de ce qui les regarde. Mais Raoult est un charlatan, Buzyn et Véran des médecins et des gouvernants responsables. Faites votre choix.

        +46

      Alerter
    • pas touche au grisbi // 14.05.2020 à 09h42

      Madame Catherine

      Voila je voulais écrire certaines de vos réflexions, merci (décès non imputable au COVID entre autre). mais ce ne sera pas fait puisque les tests n’étaient pas systématiques…

      J’ajouterai aussi qu’ayant retraité les statistiques des décès de l’INSEE sur la base des déclarations des communes, sur les 6 dernières années, la surmortalité au 27 avril n’est pas si criante que ça, hors la région parisienne, l’Alsace, la Moselle et quelques départements disséminés. (période du 1er janvier au 27 avril).

      Les comparatifs peuvent être aussi tronqués, ils sont établis par rapport à 2019 ou/et 2018, mais pas 2017 par exemple.

      De son propre aveu, l’iNSEE d’ailleurs a observé une augmentation régulière annuelle des décès qui est directement liée au vieillissement de la population. (voir l’augmentation des plus de 70 ans et celle des tranches d’âges inférieures

      Evoquer la manipulation grotesque des chiffres pour foutre une trouille gigantesque fait passer pour complotiste. Selon le côté où on se situe, la stat c’est l’évangile ou une complotisme..

      En espérant que ce commentaire ne soit pas censuré

      bonjour aux veilleurs du corona

        +17

      Alerter
      • EugenieGrandet // 15.05.2020 à 07h37

        Si le gouvernement et les institutions de santé ne publient pas, ils nous cachent des choses. S’ils publient, ils mentent ou manipulent. Les esprits des commentateurs sont ils aussi suspicieux pour tout.

        J’ai assez travaillé sur les données statistiques de pays réputés les trafiquer pour vous dire que l’on peut effectivement trafiquer une ou deux fois mais ce devient extrêmement difficile de le faire sur la durée. Car il faut que la manipulation reste cohérente.

        Voir comment E Todd a pronostiqué la chute de l’URSS à partir des données de mortalité et de fécondité.

        Non, le plus simple est le plus vraisemblable. L’Etat est archaïque sur le plan informatique. Les remontées d’info des établissements de santé se font à 80% manuellement (papier). Si, si en 2020 (voir l’article dans le Monde ces jours ci). Et encore pas tous les remontent.
        D’où les soubresauts dans les comptages journaliers.
        Pas de manipulation, juste de l’incompétence (quels que soient les gouvernements)

          +2

        Alerter
        • Bigtof // 17.05.2020 à 01h13

          Cela étant, cela fait 2 ans que l’espérance de vie de diminue en France, ce qui implique mathématiquement plus de morts.
          Et ça a commencé bien avant le Covid-19

            +0

          Alerter
  • Laurent Houtan // 14.05.2020 à 08h43

    Le nombre de morts Covid 19 est une chose. La surmortalité liée à la crise sanitaire en est une autre et quand on aura tous les chiffre (dont la mortalité comparée mars-avril-mai 2019 et 2020) on verra quel est la part du virus et la part du confinement avec son cortège d’isolement, de misère, de violence intra-familiale, de soins différés voire abandonnés (parfois du fait de l’intransigeance des forces de l’ordre), de suicides… Et on fera le bilan. On saura alors si le remède confinement est ou non pire que le mal Covid. Ce qui suppose aussi l’évaluation difficile du nombre de morts évitées par le confinement ce qui ne sera pas facile, et forcément sujet à débat.

      +16

    Alerter
    • Berrio // 14.05.2020 à 09h08

      Ne sera pas facile, non plus, d’évaluer le nombre de morts dus aux interdictions faites à la médecine de ville, à l’absence choisie des masques et des tests
      On essaiera de comparer tous chiffres confondus avec nos voisins

        +9

      Alerter
    • Emmanuel // 14.05.2020 à 09h34

      Je pense qu’une mesure sur l’année serait plus pertinente de par le profil des personnes décédées.
      Le Dr John Loannidis dans une interview partager par un lecteur sur ce site a parlé de la notion temps/vie en expliquant que beaucoup de victime du covid était dans un état de santé déjà très précaire .
      https://youtu.be/cwPqmLoZA4s ( sous titres français disponible)

        +6

      Alerter
    • Pierrot // 14.05.2020 à 09h35

      Il ne sera probablement pas nécessaire d’évaluer finement le nombre de morts évités par le confinement. Compte tenu de la différence attendue quelles que soient les estimations (puisqu’à l’évidence on n’a pas eu affaire à une simple « grippette »), un raisonnement sur les ordres de grandeur suffira très certainement à démontrer l’intérêt, jusqu’ici, d’avoir pris cette mesure plutôt que de ne pas l’avoir prise. La question de sa justesse est un autre débat, mais il faudra également se la poser. De même que celle de la mise à profit ou du gaspillage du répit laissé par ce confinement si la pandémie venait à reprendre.

        +4

      Alerter
      • Jean-Pierre Georges-Pichot // 14.05.2020 à 09h44

        Comme il n’y a pas de groupe témoin, et qu’on ne peut pas rejouer la partie indéfiniment pour disposer d’un échantillonnage statistique, on pourra à la rigueur savoir un jour combien l’épidémie a tué de gens, mais on ne saura jamais combien elle en aurait tué sans les mesures prises, ni avec d’autres mesures.

          +4

        Alerter
        • Brosse a Dante // 14.05.2020 à 10h39

          «  il n’y a pas de groupe témoin »

          On en trouvera. Ici ou ailleurs. La Seine St Denis pourrait être une piste avec son fort taux de contravention et ses matchs de foot.

            +0

          Alerter
        • anatole27 // 14.05.2020 à 14h32

          Sans vous en rendre compte Jean-Pierre vous rejoignez le clan de ceux qui veulent des méthodes scientifiques pour analyser un problème.

            +0

          Alerter
          • NulH // 14.05.2020 à 20h24

            Ha mais, c’est quoi la méthode ? C’est quoi scientifique ?
            Si Descartes il avait su !!!

            Bon depuis on a revu, notamment avec Pascal : qui n ne peut concevoir le tout sans chacune des parties et leurs inter-relations (en langage moderne)…puis toute la suite ….

            Attention au positivisme, au déterminisme, téléologique, au constructivisme, penser aussi induction et abduction… tout un process … les basiques en fait….

            En fait, un travail épistémologique, déjà sera énorme : critique de la méthode, de ses fondements, de ses finalités… à la condition de bien le identifier… de bien les caractériser, leur niveau de confiance associé…

            Disons qu’ici, avec les commentaires, au sens d’un début, intuitif, sont alors un tout premier pas.

            Donc, continuez, mais comprendre qu’il y faut du temps, pour les premiers aperçus, ensuite on améliore…

            Encore une belle étude, épistémologique, en plus, et superbe, en vue…

              +0

            Alerter
          • Jean-Pierre Georges-Pichot // 15.05.2020 à 08h22

            Je revendique tout à fait mon positivisme athée ! Comment avez-vous pu penser autre chose ?

              +0

            Alerter
  • yack2 // 14.05.2020 à 08h46

    Quand on vous dit que les chinois sont des menteurs…..La réévaluation de leur nombre de victimes est hautement suspect….C’est pas chez nous qu’un tel bazar serait possible…..Nous…On a un gouvernement transparent!….Heu? transparent? d’efficacité peut être?

      +17

    Alerter
  • Arcousan09 // 14.05.2020 à 09h16

    Chiffres sous évalués ??????
    Alors, moi, médecin, je demande avec quel moyen diagnostic « ON » peut affirmer que tel ou tel décès en EHPAD est effectivement lié au virus …
    Il n’y a pas de tests fiables et l’évaluation est au doigt mouillé (bien que ce soit interdit de se mettre le doigt dans la bouche)
    Je sais que le médecin départemental de la santé dit que tout ce qui se présente à l’hôpital avec rhume, toux, mal de gorge et température est systématiquement baptisé covid …. sur quels critères, avec quels tests qui n’existent pas ou si peu. Ce qui est important c’est la statistique …..
    Nous assistons à une monumentale manipulation de cervelles et chaque décès sert à augmenter un chiffre brut de morts afin de mieux manipuler les foules … En attendant le deuxième rebond puis le troisième
    Gouvernement par la peur …..
    Au passage les soignants qui se sont investis dans cette épidémie vont une fois de plus être floués et ce qu’ils demandent ce n’est pas la mascarade du 14 juillet mais une reconnaissance, une VRAIE reconnaissance

      +59

    Alerter
    • Arcousan09 // 14.05.2020 à 10h26

      Au passage j’ai un ami ambulancier qui est décédé
      Il devait subir une intervention cardiaque lourde en mars
      ARS ont décidé dans leur toute puissance que tout ce qui avait plus de 70 ans devait attendre la Saint Glinglin coté chirurgical
      Il a fait un malaise en mai et est décédé
      Une victime collatérale du covid qui permettra de gonfler les chiffres
      Et il y en a combien en France qui seront décédés faute de soins appropriés en temps utile ????

        +29

      Alerter
    • Wakizashi // 14.05.2020 à 10h36

      « Ce qui est important c’est la statistique ….. »

      Oui, et les modélisations, nouveau totem scientifique. Ce qui est bien avec les modèles, c’est que même quand ils racontent n’importe quoi, ils ont raison quand-même. Dans ce cas c’est la réalité qui est remise en question, toujours selon cette axiomatique bien connue : si contradiction entre le modèle et le réel, c’est le réel qui se trompe. En physique nos modèles de galaxies spirales ont leurs bras qui se cassent la gueule mais c’est pas grave, le modèle ne peut pas se tromper.

      Les modèles prévoyaient une boucherie Afrique. Pas d’apocalypse finalement là-bas ? « Oui mais c’est parce que la moyenne d’âge est très faible en Afrique, donc il y a moins de morts dus au covid. » En décodé ça donne : « Le modèle s’est trompé mais c’est pas de sa faute, en fait il avait raison quand-même ».

      Les modèles prévoyaient entre 200 000 et 500 000 morts en France, finalement c’est 10 fois moins. « Oui mais c’est grâce au confinement », ou alors « oui mais c’était une fourchette haute ». Mais ça sert à quoi alors de modéliser, si c’est pour donner une fourchette tellement grande qu’elle n’est même pas capable de donner… un ordre de grandeur justement ? « Entre zéro et 65 millions de morts en France »… vous voyez, j’avais raison.

      Les modèles prévoient une 2e vague, en contradiction avec l’épidémiologie de base, et que va-t-il se passer en voyant que de 2e vague il n’y a point ? On dira qu’il y en a une quand-même, la preuve les modèles le disent, interdit d’aller à plus de 100km de chez vous. Et il y aura des gens pour le croire, les médias sont déjà en train de préparer le bourrage de mou…

        +29

      Alerter
      • catherine // 14.05.2020 à 12h18

        On dira : » grâce à la discipline des Français qui ont bien suivi les consignes gouvernementales ». « .

          +10

        Alerter
      • Dypso // 15.05.2020 à 11h31

        Vous noterez que si les modèles prédisent l’avenir, on ne peux rien faire pour changer les choses.
        Tout scientifique sait quelle valeur possède un modèle, c’est largement mieux qu’une hypothèse, mais moins fiable qu’une théorie (une théorie n’est pas une hypothèse, mais un ensemble de solide de connaissances), et ce n’est certainement pas une démonstration !

        Un modèle a pour but, avec les moyens du bords, d’approcher la réalité, en sachant que nous n’avons pas pris en compte tous les éléments (a cause de la complexité de certains, ou de la non connaissances des autres).
        Vous constaterez qu’il n’y a pas non plus un seul modèle, mais plusieurs, en fonctions du calibrage de plusieurs paramètres. Alors certains modèles sont « pessimistes » et prévoient le pire, d’autres sont « optimistes » et prévoient le mieux. Le but étant d’éviter le scénario pessimiste et réussir l’optimiste. Le pessimiste étant donc là pour alarmer les autorités et la population pour pouvoir l’éviter. Si on prévoit le pire, le pire n’arrivera pas. Les modèles qui avaient prévus plus de 200 000 morts auraient été les bons modèles si on avait rien fait. Oui il y a des modèles pour chaque situation, car la réalité est complexe. D’ailleurs les scientifiques normalement ne se targuent pas d’avoir le bon modèle, mais plutôt le meilleur.

        Comme ont dit chez les bayésiens, tous les modèles sont faux, certains sont utiles. Et prévoir le pire, ça c’est très utile puisque ça permet de l’éviter.

          +5

        Alerter
    • Dorian // 14.05.2020 à 10h41

      Je suis béotien en la matière et ne pensais pas intervenir. Mais à vous lire, il me revient l’avis récent d’un prix Nobel de chimie, Michael Levitt, professeur à Stanford, qui va dans votre sens : « Il n’y a pas de preuves évidentes que le Covid-19 provoque des pertes massives de vies humaines. »

      « La grippe a été presque totalement absente l’hiver dernier et, d’une certaine manière, les décès de covid-19 compensent cette absence… Comme il n’y a pas eu de saison de grippe sérieuse cette année, beaucoup de personnes fragiles sont encore en vie et elles sont évidemment la première cible du coronavirus. »

      Selon lui il ne semble pas qu’un confinement général soit nécessaire ; sans parler des dommages psychologiques sur les personnes, etc.

      Bref, il ne comprend pas comment « nous avons pu être dupés à ce point. »

      https://covidinfos.net/covid19/le-prix-nobel-de-chimie-michael-levitt-se-demande-comment-avons-nous-pu-etre-dupes-a-ce-point/787/

        +11

      Alerter
      • Dypso // 15.05.2020 à 11h50

        Si le covid compense la faiblesse de l’occurence de la grippe, mais réussi a déborder les hopitaux dans certains département, et est la cause d’une grande surmortalité. On est d’accord pour dire que la surmortalité comparé aux années précédentes est essentiellement dû au covid ?

        La Suède n’a pas confiné, et s’en sort biiieeennn moins bien que ses voisins scandinaves qui ont confiné.

        Dupé par qui et pour quoi? Confiner détruit l’économie, vous croyez quand meme pas que c’etait le souhait du/des gouvernement???

          +4

        Alerter
        • Bigtof // 17.05.2020 à 06h45

          Si, absolument.
          Cela lui a permis de mettre fin aux dernières protections du code du travail par voie d’ordonnance,,
          De stopper le mouvement de révolte des gilets jaunes
          D’emprunter massivement, ce qui va mettre les finances du pays à genoux, et permettra d’imposer ensuite des lois ultra libérales de privatisation de l’hõpital, de l’école, etc…
          De tester massivement jusqu’ou les Français étaient prêts.à sacrifier leur liberté par peur, ect…

            +0

          Alerter
    • Bats0 // 14.05.2020 à 11h28

      « Au passage les soignants qui se sont investis dans cette épidémie vont une fois de plus être floués et ce qu’ils demandent ce n’est pas la mascarade du 14 juillet mais une reconnaissance, une VRAIE reconnaissance »
      C’est « en Marche »… :
      « Député LREM du Calvados, Christophe Blanchet propose que les Français puissent offrir des journées de RTT au personnel soignant, en signe de solidarité dans la crise sanitaire. »

        +2

      Alerter
      • Narm // 14.05.2020 à 13h30

        quel nase, il veut aussi qu’on leur donne notre prime de noel ?

        a quand les député qui offrent TOUS leurs frais de représentation de mi mars à mai puisqu’ils n’ont fait que « télé délibérer  » sur des conneries ?

        A quand TOUS les élus, y compris certains maires comme le nôtre qui n’a strictement rien b***** depuis les élections ?

        sinoin, a minima, amputer les indemnités de 30 % comme nous au chomage partiel !

          +8

        Alerter
        • Jean-François91 // 14.05.2020 à 15h33

          Mais les élus en général ne sont pas riches de leurs indemnités, qui font rigoler les ‘vrais’ riches, ces riches que leur politique sert tant à protéger. Si DES élus sont riches, ils sont riches d’autre chose, et un bon nombre font déjà PARTIE des ultra-riches.
          Dans les prédateurs des travailleurs il y a beaucoup de monde. Les principaux n’ont rien à faire d' »indemnités », ils veulent simplement des lois qui renforcent leur système de prédation. Avec la bande actuelle ils sont servis.

            +6

          Alerter
      • Catalina // 14.05.2020 à 14h03

        je crie à une nouvelle – mais pas étonnante – entourloupe du régime : le medef veut les supprimer les RTT et ce que le medef veut, macron et sa clique le veut, il est leur salarié, comment donc vivrait-il avec un salaire de président, le mec qui claque un smic/jour ? et je suis sûre qu’il a doublé ses dépenses ou tripler ou…? D’après ses camarades de classe, de toute façon, il ne sait pas compter,
        On est dans la merde, c’est sûr,
        Misère
        Il est hautement probable que ces champions de l’impéritie demandent aux travailleurx de se cotiser pour payer les congés des autres travailleurs, on y vient……

          +5

        Alerter
    • anatole27 // 14.05.2020 à 11h51

      Si on compare en décès par millions d’habitants avec d’autres pays de l’UE
      https://www.statista.com/statistics/1104709/coronavirus-deaths-worldwide-per-million-inhabitants/

      France 403
      Allemagne 94
      Roumanie 53
      Finlande 51
      Estonie 46
      Norvege 43
      Hongrie 44
      tchéquie 27
      Pologne 22
      Croatie 22
      Bulgarie 14
      Grèce 14
      Lettonie 10
      Slovaquie 5

        +1

      Alerter
    • Julien // 14.05.2020 à 15h19

      Regardez donc tous cette vidéo de 2014 qui résume parfaitement la situation actuelle. Des morts il y en a eu, mais malheureusement la vraie question n’est pas la. A qui profite ce crime contre l’humanité ? Voilà la seule et unique question à laquelle devrait répondre tout vrai journaliste. Le problème c’est que dans ce pays on a interdit à quiconque de penser par soi même, de faire des recherches et de le dire à haute voix à partir du moment où vous sortez du discours officiel. C’est comme ça pour tout il suffit de regarder sa tv pour s’en rendre compte. Je répète : à qui profite le crime ? la réponse est interdite et nombreux sont ceux qui vous lire ce message et vont le penser très fort sans jamais vouloir le dire ……

      https://youtu.be/Dy8sM_ktgIQ

        +3

      Alerter
      • Narm // 14.05.2020 à 22h25

        julien, le gars, Harry a été suicidé ou est devenu fou aujourd’hui ?

        « ce sera eux ou nous » qu’il a dit
        https://youtu.be/jaZyJ7e08DE

          +2

        Alerter
    • Hit // 14.05.2020 à 17h18

      On a gardé des tubes de 2 patients décédés de morts suspectes en avril en CHG avec tableau typique évocateur Covid mais à l’époque pas de test PCR dispos.
      La sérologie s’est révélée positive pour l’un (sans ambiguïté), négative pour l’autre.

      Pour les tests:
      – PCR jusqu’à 7 jours après l’apparition des symptômes: aprés 7j (traitement ou pas), la PCR se négative TOUTE SEULE (on perd beaucoup en seinsibilité) sauf dans les cas graves ou on observe un rebond à J+10.
      – Sérologie: à partir du 10 eme jour après le début des symptomes (peut être positive avant si formes graves). Aucun intérêt avant J+7 si formes classiques, il faut attendre le 30 eme jour en cas de forme pauci symptomatique.

      Pour la question:
      « Alors, moi, médecin, je demande avec quel moyen diagnostic « ON » peut affirmer que tel ou tel décès en EHPAD est effectivement lié au virus … », classiquement, sur du sérum congelé.

        +3

      Alerter
    • Dypso // 15.05.2020 à 11h18

      A la guerre on ne meurt pas tous sous le feu ennemi, mais on peut mourrir des consequences de la guerre.

      Si une personne décède d’une maladie qui n’a pas pus être soigné a cause de la présence du covid, alors la présence du covid est responsable de sa mort indirectement. Parce que sinon on pourrait dire que le sida ne tue pas.

      Oui les statistiques sont ce qu’il y a de plus fiables, Comparer la surmortalité cette année face aux autre années. Tous ne seront pas mort du covid, mais la présence du covid aura été responsable de leurs morts.
      Note, compter comme ça peut aussi sauver des vies, notamment ceux dû a la pollution.

        +5

      Alerter
  • Gaby // 14.05.2020 à 09h16

    Je vais paraître froide à certains mais avec un tel vieillissement de la population, inédit dans l’histoire de l’humanité, on pouvait quand même se douter que des épisodes épidémiques comme celui-ci allait causer des pics de mortalité. Maintenant il faudra regarder sur l’année entière pour comprendre si le covid 19 a, dans beaucoup de cas, accéléré la mort de quelques jours/semaines/ mois, ou si il a tué plutôt des gens avec encore plusieurs années d’espérance de vie devant eux. Le fait que la moyenne d’age des décès soit au dessus de 80 ans devrait nous donner un début d’indication, je laisse les chercheurs étudier les données.
    Mon grand-père par exemple a une maladie neurodégénérative, il est en EPHAD. Dans ce type de maladie et à son age, la mort vient très souvent d’une infection que le corps n’est plus en mesure de combattre. Il commence à avoir du mal à marcher donc évidemment qu’un passage en réanimation de 3 semaines n’aurait eu aucun sens s’il avait été malade au vu de la perte de masse musculaire et de poids que cela engendre. Il n’a pas eu le covid, certes, mais il a perdu deux mois de sa fin de vie à ne pas pouvoir voir sa petite fille et son arrière petit fils, deux mois à un niveau de lucidité qu’il ne retrouvera pas puisque sa maladie évolue très vite. Pourra-t-on compter sa vie comme sauvée par le confinement ?

    Une société qui considère qu’il n’y a rien de pire que la mort est terriblement inquiétante. Heureusement que nos ancêtres n’ont pas toujours pensé de cette manière.

      +19

    Alerter
    • Bigtof // 14.05.2020 à 12h59

      A Priori, l’âge médian (50% plus âgés-50% moins âgés) est de 84 ans.
      Donc, en effet, à ces âges avancés, on a toujours ou presque des co-facteurs…

        +6

      Alerter
    • Narm // 14.05.2020 à 22h27

      49 medecins quand même, c’est assez rare, non ?

        +2

      Alerter
  • Jean-Pierre Georges-Pichot // 14.05.2020 à 09h28

    La carte de surmortalité par départements aide peu à comprendre. Il faut une carte par cantons, ou par communes. On nous fait croire qu’un département Corse est touché et pas l’autre. Mais le rouge dont la Corse du sud se voit stigmatisée est probablement dû à l’aéroport d’Ajaccio, tandis que la vie à Bonifacio n’est pas plus dangereuse qu’à Corte. Les hauteurs pyrénéennes sont jaunes lorsqu’elles dépendent administrativement de Toulouse, Tarbes ou Perpignan, et bleues lorsqu’elles dépendent de Foix ou de Pau. Comme quoi, je suppose, si le virus n’a pas de passeport, il a le bon goût d’obéir aux directives des préfets. L’Aveyron en rose vif ? Vraiment ? Au même degré si l’on habite à Rodez ou Espalion ? La Gironde, toute bleue malgré Bordeaux montre à quel point l’infection est en peau de léopard : mais là aussi la répartition des cas justifie-t-elle que l’on ferme les plages à Arcachon ou plutôt l’aéroport et la gare TGV ? Une carte précise montrerait que la mesure à prendre n’était pas la réclusion générale, mais l’interruption des liaisons entre métropoles, et non pas en mars, mais au mois de décembre. Il s’agit d’une maladie de la concentration urbaine et des circulations aériennes internationales de passagers : c’est à dire ce qui est sacro-saint dans l’idéologie dominante. D’où la distorsion des mesures de police sanitaire.

      +19

    Alerter
    • anatole27 // 14.05.2020 à 12h09

      Vous avez raison Jean-Pierre sur les données on en manque cruellement .
      j’imagine que dans quelques temps L’INSEE sera capable de donner
      des infos sur des unités administratives plus petites. Il y a du boulot
      dans l’avenir pour que tout ça soit plus réactif.

      Vous avez également raison sur l’idéologie qui se cache derrière ces décisions
      comment comprendre que les Britanniques puissent venir en France, alors que les parisiens n’ont pas le droit d’aller a Biarritz. Je ne suis pas sur que ce soit en accord avec la constitution.

        +3

      Alerter
    • Bigtof // 14.05.2020 à 13h01

      En effet, ajoutons à cela la crétinerie de certains préfets qui interdisent des plages dans un département vert !! (Les Bouches du Rhône)

        +12

      Alerter
  • sara // 14.05.2020 à 09h53

    Une étude du professeur Perronne dont je n’ai pas entendu parler dans les médias et qui semble pourtant plus qu’intéressante:
    https://www.medrxiv.org/content/10.1101/2020.05.05.20088757v1.full.pdf?fbclid=IwAR28yc3Civ7QuCWtq_TDwapqidB5pJ5TxUmMba3g7G3ySrsZakGJGohi_9Q

      +3

    Alerter
    • Pong // 14.05.2020 à 10h38

      Le papier est un peu long. Donc pouvez-vous nous résumer en quelques mots en quoi l’étude est
      intéressante ?
      Ça dit quoi en substance ?

        +1

      Alerter
      • lon // 14.05.2020 à 13h04

        Si vous êtes paresseux, lisez la page 3 , cela suffira
        En substance : HCQ + AZI = satisfaisant

          +2

        Alerter
        • mahikeulbody // 14.05.2020 à 13h43

          Voici la conclusion de l’article (les majuscules sont de moi) :

          The present study SUGGESTS a POTENTIAL interest of the combination therapy using HCQ/azithromycin for the treatment of COVID-19.

          Si on ajoute qu’il s’agit d’une étude sans groupe contrôle, non reviewée par des pairs, portant sur un faible nombre de patients, force est de constater que votre « en substance » est malhonnête.

          Un « en substance » plus fidèle serait « résultats intéressants*, ça vaut probablement le coup de faire des études cliniques plus poussées ». (* sous réserve des éventuelles critiques que les experts pourraient faire à cette étude).

            +0

          Alerter
          • Armiansk // 15.05.2020 à 15h54

            Cette étude est remarquable par ses mathématiques. 28 patients du groupe AZI (p22) deviennent 26 (p24).

            Le pompon : 9 patients traités HCQ+AZI qui ont mal réagi (réanimation ou décès) ont été 1) effacés du groupe HCQ+AZI≥ 48h 2) affectés à un groupe “contrôle”. Je n’aurais jamais cru possible une telle méconduite.

            Le Pr Raoult l’a relayée. Il n’a sûrement pas le temps de lire les études qu’il mentionne.

              +0

            Alerter
  • pseudo // 14.05.2020 à 10h51

    > … La saisie et la numérisation reposent notamment sur un prestataire qui doit saisir et déchiffrer les certificats, ce qui n’est pas sans difficulté. Avec la crise, certains travaillent de manière dégradée depuis leur domicile, confinement oblige.

    quand je lis ça je me dis que il y a autre chose. ça sent le foutage de gueule à plein nez ce genre de justifications.
    Surtout quand ça termine avec ce genre de conclusion bateau « La crise du Covid-19 révèle donc que les procédures préconisées n’ont pas été mises en place. »
    C’est l’évidence qui nous frappe! aie! Mais sinon en vrai ?

      +5

    Alerter
  • Sybillin // 14.05.2020 à 11h26

    Le décès par Covid à domicile ne reste qu’une hypothèse puisque les malades à domicile ne sont pas testés.
    A titre personnel j’ai une fille enseignante qui a eu les symptômes de la grippe ( Covid?) environ 10 jours précédent le confinement , pas de traitement mais un test pour la grippe qui s’est avéré négatif…on en a conclu que c’était peut être le Covid car les symptômes l’évoquaient, cependant ni son mari ni ses enfants n’ont eu de symptômes. Pour la petite histoire : comme son état s’était amélioré 5 jours après le début des symptômes, le centre médical lui a dit qu’elle pouvait revenir en classe!!! Ça laisse rêveur …un cauchemar qu’elle a évité puisque les écoles ont été fermées 2 jours après!!!
    On peut s’inquiéter de la gestion d’une crise beaucoup plus grave comme un accident nucléaire par exemple!

      +13

    Alerter
  • Sybillin // 14.05.2020 à 11h35

    Autre exemple personnel montrant la difficulté d’évaluer le nombre de patients à domicile : ma seconde fille a eu il y a 3 semaines mal de gorge, plaques rouges sur le visage et grande fatigue . Le Medecin consulte attend que cela passe! Ce qui est le cas en quelques jours. Pour en avoir le cœur net ma fille vient de faire un test sérologique ( 40 euros non remboursés ) qui s’avère sur negatif.
    Conclusion l’absence de test ou leur prix ne permet pas d’avoir une idée précise de l’incidence des cas. Tout est bon pour nous faire peur. A ce titre je recommande le blog de Jean Dominique Miche anthropologue de la santé dont les réflexions sont très éclairantes dans ce tunnel.je recommande aussi le livre du Pr Raoult qui vient de sortir
    <> qui retrace l’histoire des épidémies et explique comment elles naissent , se développent et disparaissent. Il y a encore beaucoup d’inconnus mais on progresse dans la connaissance ce qui est rassurant.

      +8

    Alerter
  • Christobal // 14.05.2020 à 12h44

    Sous ou sur évalués? Dur dur d’avoir les chiffres des morts de la grippe depuis mi mars… Pas si simple en réalité.

      +2

    Alerter
  • Barachin // 14.05.2020 à 13h13

    On parle de la manière de collecter les chiffres … et les commentaires embrayent immédiatement sur la manipulation. Visiblement c’est difficile de juste prendre les informations pour ce qu’elles sont, des informations, il faut voir de l’intentionnalité partout.

    D’un côté il y a ceux qui prétendent que le gouvernement veut « gonfler » les statistiques pour nous faire peur, puis de l’autre, exactement l’inverse, il faudrait faire dégonfler les chiffres pour vanter le succès de sa politique sanitaire. En gros … « on nous ment mais moi commentateur, je ne suis pas dupe et je l’écris ».
    [modéré]

      +7

    Alerter
  • pas touche au grisbi // 14.05.2020 à 13h13

    Pour en venir à l’article proprement dit, il met le focus semble t’il sur les causes médicales de la mortalité si j’ai bien compris.

    Les statistiques de l’INSEE se basent sur les déclarations de décès des communes (1 colonne : communes dématérialisées et 1 colonne ensemble des communes). On a donc au 27 avril une idée assez juste de la mortalité..sauf preuve du contraire

    Je mettrai aussi en avant le même focus bizarre entre le 1er mars et le 20 avril  » ? soit l’épidémie a commencé à ce moment là et avant ça ne craignait rien, soit ceux qui affirment que l’épidémie a commencé en décembre ou janvier ont menti ??

    Or aucune comparaison n’est faite entre le 1er janvier et le 20 avril ? bon pourquoi pas ?
    Le suivi de l’épidémie de grippe annuelle de « santé publique » a disparu soudainement semaine 11 pour faire place à COVID ?? Aura t’on un retour des décès de la grippe avant la semaine 11 ? J’ai gardé les deux dernières semaines qui font état des passages en réa et en urgence…

    Ces dernières années les épidémies de grippe glissent en gros en décembre et avril… si on regarde les chiffres de janvier à fin mars de 2014 à 2020, les écarts de mortalité sur les 3 premiers mois de l’année sont assez faible (en France métropolitaine entre 2015 et 2020 il y a un écart maxi de 4 000 décès..)

    Bonjour pour refaire le tri un jour? si vous voulez vous y mettre dépêchez vous avant que ça disparaisse ?

      +2

    Alerter
  • jp // 14.05.2020 à 14h02

    C’est la première fois dans l’Histoire du Monde qu’un virus contagieux MAIS aussi peu mortifère: 300 mille morts mondiaux déclarés pour 7,6 milliards d’habitants = 300 pour 7600 000 = 3 pour 76000 et en étant pessimiste 1 pour10000,
    arrête net l’économie de la Planète entière. Que fera t’on si émerge ou reémerge un virus à l a mortalité de 50% ?

      +6

    Alerter
    • gracques // 15.05.2020 à 07h16

      Ben avec 50% de mortalité , la,propagation’risque d’être rapidement enrayée faute de porteurs ….

        +4

      Alerter
    • Jean-Pierre Georges-Pichot // 15.05.2020 à 08h35

      Si un virus vraiment très dangereux émerge, nous aurons la paix car tout le gouvernement ira se confiner dare-dare sur une île déserte, sous la protection de l’essentiel des forces de police. Pour un précédent historique : juin 1940.

        +1

      Alerter
  • Narm // 14.05.2020 à 14h07

    les chiffres sont pipés dès le départ

    évolution inconnue
    contaminés inconus
    nombre de décès Réel du au corona INCONNUS

    j’ai eu l’exemple dans ma famille : susprect covid, hospotalisé en service cohorte …. tout ça parce que brume dans les poumons, aucun contact rien.
    et l’entourage pas testé. si vous n’avez pas les symptômes, pas besoin d’être testé
    ça déconne grave en france

    60000 vies ont été sauvé grace au CONfinement ?
    tout le monde ne semble pas d’accord :
    https://www.jim.fr/medecin/jimplus/e-docs/etude_critique_dune_modelisation_des_effets_du_confinement__182808/document_edito.phtml
    « le Premier ministre n’a pas hésité à reprendre cette estimation lors de son discours mardi à l’Assemblée nationale, lui conférant une caution surprenante. Les limites statistiques de cette modélisation ne sont cependant probablement pas mineures comme nous le suggère une analyse statistique approfondie « 

      +2

    Alerter
    • catherine // 14.05.2020 à 17h33
      • moshedayan // 15.05.2020 à 10h16

        Pour soutenir votre propos et parce que le médecin de Kosicé Slovaquie a fait aussi de l’humour raisonnable sur le Covid 19… 5 ou 3 etc…
        un lien sur la fiabilité des tests
        https://www.franceculture.fr/sciences/immunite-fiabilite-des-tests-lama-et-covid-les-reponses-a-vos-questions-sur-le-coronavirus
        Jusqu’à aujourd’hui, qu’est-ce qui relève du 19 ou d’un 5 donc… les coronavirus sont très présents chez les animaux domestiques, dont chat et chien aussi mais ne sont pas des 19…
        mais mes amis français sont effondrés par l’acceptation général du confinement de la défaite « à la 40 » de leur entourage… leurs collègues et connaissances disent majoritairement « on l’a échappé belle grâce au confinement « … et « Vive Macron » secrètement on en reprendra en 2022 je crois pour vous ou du « Edouard Philippe, le barbu… »

          +0

        Alerter
      • BG // 15.05.2020 à 15h22

        Ce n’est pas l’étude qui « démonte le rôle du confinement » mais les conclusions qu’en tire le Pr Raoult, à partir de ses conceptions originales sur la science statistique – par exemple, le 16 mars : « plus l’échantillon d’un test clinique est faible, plus ses résultats sont significatifs (sic) » -.
        Dans l’article suivant, la spécialiste qui a dirigé l’étude souligne justement que les résultats sur la répartition des contagions par groupes ne sont pas disponibles encore par province, ce qui, compte-tenu des fortes disparités entre provinces, ne permet pas de conclusion d’ensemble sur ce point particulier. Une prudence que n’importe qui pratiquant un tant soit peu les statistiques comprendra facilement.
        (En espagnol) :
        https://www.lavozdegalicia.es/noticia/sociedad/2020/05/14/virus-contagiado-jubilados-trabajadores/00031589481043533977958.htm

          +2

        Alerter
  • Cyd // 14.05.2020 à 14h41

    Malgré une administration pléthorique, on s’aperçoit que le gouvernement est complètement aveugle sur l’état du pays, incapable qu’il est de connaître notre capacité de test au bout de 4 mois (cf article de Mediapart ), le nombre de mort et tout le reste doit être du même tonneau

      +4

    Alerter
  • Serge Bellemain // 14.05.2020 à 14h47

    Salopards de chinois, on nous l’avait bien dit qu’ils nous cachaient plein de morts du virus chinois, ouh lalala les hypocrites et menteurs, la preuve!!!…ah! ben non, c’est en France .. mais on est rassuré, juste une question d’outil pas au point, ou plutôt mis au point après la précédente épidémie mais pas opérationnalisé pour la suivante, juste un oubli. Salopards de chinois, je vous dis!

      +0

    Alerter
  • François // 14.05.2020 à 15h38

    Trop tôt pour se prononcer, c’est déjà la preuve que l’article est tendancieux.

    Nous aurons une situation plus clair sur 12mois.

    Si l’on veut faire des stats, il faudrait plus de chiffres comme l’âge, homme, femme, pathologie déjà existant, classe sociale, département, etc mais également le taux de mortalité des prises en charge par hôpital, EPAHD, ETC.

    Ensuite, on pourrait plus facilement comparer.

    Nous pourrions alors avoir des grosses surprises.

      +2

    Alerter
    • Narm // 14.05.2020 à 22h35

      pas pour tout le monde, Raoult a déjà commenté l’analyse et l’on sent bien où se situe l’arnaque

        +1

      Alerter
  • jp // 14.05.2020 à 17h27

    Les chiffres et classes de mortalités sont très voisins pour des pays très proches ayant adoptés des réponses voisines. Il faudrait supposer que ces pays se sont concertés pour trafiquer de la même façon tous leurs chiffres. Il y aura peut être une majoration avec les morts retardés sortis de Réa. Une bonne partie des morts des classes d’âge avancées correspondent nécessairement à des morts anticipées, comme pour la canicule.
    Dans 12mois on sera passé à autre chose et tous ces morts n’intéresseront plus que quelques statisticiens.
    Un d’un côté il faudrait vraiment le souhaiter car cela voudrait dire que la vie et l’économie auraient pris le dessus.

      +0

    Alerter
  • Changi // 14.05.2020 à 18h11

    Les vieilles personnes ne sont pas particulièrement vulnérables. Elles sont les seules à être vulnérables. Sur 1500 morts en Suisse 1106 avaient plus de 80 ans. 325 entre 70 et 79 ans. Pas de morts de moins de 29 ans. 9 entre 30 et 49 ans. Protégez les personnes âgées malades et ce virus ne fera plus de victimes. Pour la grande majorité des gens ce truc est peu dangereux

      +2

    Alerter
  • Chris // 14.05.2020 à 19h01

    Si j’en crois la maxime de Churchill: «Je ne crois aux statistiques que lorsque je les ai moi-même falsifiées», je préfère attendre le bilan annuel 2020.
    Là, on verra vraiment ce qui c’est passé et quelle fut la part du Covid19.

      +5

    Alerter
    • Jean-Pierre Georges-Pichot // 15.05.2020 à 08h48

      Tout à fait d’accord. Les annonces au jour le jour de la mortalité, ce qu’on pourrait appeler le ‘Salomon-show’, relève du spectacle. Seule a un sens, en épidémiologie scientifique, la surmortalité calculée sur le long terme avec des instruments statistiques complexes. Et encore faut-il que les données saisies soient fiables, ce qui n’est pas le cas actuellement, comme le montre ce cas des corrections rétrospectives après autopsie ou réexamen des tests radiologiques et autres sur des patients de décembre. Cette incertitude actuelle n’empêche pas, évidemment, de constater dès maintenant l’existence d’un problème avec un virus émergent. Mais il ne faut jamais perdre de vue que les raisonnements que l’ont tient et les conclusions que l’on tire ont pour limite l’incertitude sur les chiffres.

        +4

      Alerter
  • Kasper // 15.05.2020 à 02h25

    Nous allons bientôt avoir l’opportunité d’un exercice de critique des médias des plus intéressants:

    Quand la Chine a rajouté aux morts du Covid19 en hopital les morts à domicile dont elle venait de finir le recensement, on a pas manqué de journalistes/éditorialistes pour expliquer que c’était bien louche, et la preuve que les chinois avaient menti et tentaient d’ajuster pour que ca ne se voie pas trop.

    Donc, quand le gouvernement français va rajouter aux morts en hôpital les morts en Ehpad, ce qui est exactement la même chose, on devrait logiquement voir les même personnes accuser Macron d’avoir truqué les chiffres jusque la. Non ?

    Évidemment, je parie plutôt qu’on ne manquera pas de chiens de garde pour expliquer à quel point appliquer à la France les raisonnement qu’on applique à la Chine sont du complotisme et qu’heureusement maintenant on a la loi Avia.

      +3

    Alerter
    • Jean-Pierre Georges-Pichot // 15.05.2020 à 08h56

      Nous ne voulons pas être dupe de ceux qui craignent d’être dupes…. Malheureusement il y a deux façons d’être dupe : par naïveté et par méfiance. Le cardinal de Retz tenait que la seconde manière était la plus commune. Mais lorsque tout le monde se méfie de tout le monde, et que l’on a de bonnes raisons de penser que beaucoup mentent, comment savoir de qui il faut se méfier le plus ? maintenant, vous n’êtes pas obligé de me croire.…

        +1

      Alerter
  • Jean Paul B. // 18.05.2020 à 12h21

    Ce qu’il serait intéressant de connaitre c’est le taux de décès par rapport au nombre de personnes contaminées plus parlant que décompte de type Salomon.
    Là on pourrait voir le classement réel de chaque pays, à condition bien entendu que les chiffres annoncés par les différents gouvernements (y compris le gouvernement français!) soient vrais!
    PS: J’ai même entendu un chroniqueur de France Inter (où Sibyle Veil-(le) et traque les infox!) nous expliquer que « les dictatures mentent et les démocraties ne savent pas compter. » (sic!)

      +1

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications