Les Crises Les Crises
28.février.202128.2.2021 // Les Crises

Stratégie « Zéro-COVID » : Apprendre des meilleurs face à la pandémie

Merci 132
J'envoie

Source : The Lancet, Richard Horton

Traduit par les lecteurs du site Les Crises

Alors que de nombreux pays continuent à lutter contre une troisième vague de Covid-19, Hong Kong subit sa quatrième vague et envisage les cinquième et sixième ; tous les gouvernements et les autorités de santé publique devront rester ouverts à toutes les nouvelles idées pour contrôler la pandémie.

La semaine dernière, Ilona Kickbusch, directrice fondatrice du Centre de santé mondiale de l’Institut universitaire de hautes études internationales et du développement à Genève, a fait part d’une proposition largement débattue en Allemagne. L’approche, conçue par un groupe de cliniciens et d’universitaires, qui outre Mme Kickbusch, compte Melanie Brinkmann, Michael Hallek, Matthias Schneider et d’autres, constitue une « stratégie zéro-covid ».

Leur plan comporte trois éléments, basés sur le double objectif de zéro-covid et de la création de zones vertes sans virus. Premièrement, une réduction rapide du nombre d’infections jusqu’à atteindre zéro. Deuxièmement, éviter toute nouvelle transmission ou réintroduction du virus grâce à des systèmes rigoureux de tests, de traçage et d’isolement, ainsi qu’à des restrictions locales de déplacement. Troisièmement, une gestion rapide des épidémies si de nouveaux cas de Covid-19 surviennent sporadiquement.

L’expérience de plusieurs pays d’Asie de l’Est montre que l’élimination complète est ce qu’il y a de moins préjudiciable pour la société. Chaque infection est une infection de trop. La proposition allemande recommande une approche régionale : lorsque l’incidence de l’infection dans une région tombe à zéro, la région devrait être déclarée zone verte. Des restrictions strictes en matière de contact et de voyage devraient être imposées autour de cette zone, avec des protocoles de test, de traçage et d’isolement sévères. La motivation individuelle et le consensus social pour soutenir ce plan – un objectif collectif pour l’ensemble de la population – seraient favorisés par une communication quotidienne avec le public.

Les messages seraient désormais moins axés sur les résultats de tests positifs, les hospitalisations et les décès. Le soutien du public s’articulerait plutôt autour d’objectifs plus larges de bien-être de la société, de retour au travail et de restauration des libertés civiles. Pour maintenir l’engagement, la cohésion et le moral du public, les autorités doivent proposer un plan clair de réouverture, basé sur les progrès effectués vers le zéro-covid. L’objectif final serait d’étendre et de fusionner les zones vertes dans toute l’Allemagne.

Cette stratégie pourrait également être mise en œuvre dans toute l’Europe si les gouvernements pouvaient se mettre d’accord sur un objectif commun de zéro-covid. L’équipe allemande affirme que la première évaluation réaliste de son plan est venue de la manière dont Melbourne a géré avec succès sa récente épidémie. Le chemin vers la normalité comprendrait quatre phases. Phase 1 : confinement pour atteindre un taux d’incidence inférieur à dix cas par semaine pour 100 000 habitants. Phase 2 : poursuite des mesures pour atteindre moins de 5 cas pour 100 000 habitants. Phase 3 : atteindre une incidence nulle. Phase 4 : déclaration du statut de zone verte.

La stratégie produite par Kickbusch et ses collègues se termine par une annexe énumérant les mythes qui en sont venus à fausser le débat public et politique sur la manière de gérer cette pandémie.

  • « Il y a un compromis entre la santé et l’économie » : Non : le sort de notre bien-être et celui de nos vies en général vont de pair.
  • « Nous pouvons protéger les groupes vulnérables » : En pratique, étant donné le grand nombre de personnes vulnérables, c’est impossible.
  • « La Covid-19 ne concerne que les personnes âgées. » : Même parmi une population jeune, la Covid-19 peut faire mal, elle est même parfois mortelle.
  • « Une fois infectés, les gens sont immunisés pour toujours. » : Nous ne le savons tout simplement pas, mais c’est peu probable.
  • « Seule la vaccination nous sauvera. » : Avec le temps, peut-être, mais pas à court terme.
  • « L’immunité collective peut être obtenue par l’infection. » : Ce n’est ni une stratégie réalisable ni une stratégie souhaitable.
  • « Fermer les écoles est plus stressant pour les enfants et les familles que les garder ouvertes. » : Ce qui importe peut-être davantage, c’est de renforcer le soutien éducatif et économique.
  • « Les vaccinations permettront de mettre rapidement un terme à la pandémie de Covid-19. » : Malheureusement, pas avant un certain temps.

L’Allemagne n’est pas l’Australie, ni une île, ni un régime totalitaire. Pourtant, nous devons nous efforcer d’apprendre des meilleurs. Apprendre des meilleurs : voici l’un des aspects les plus déroutants de la réponse mondiale à cette pandémie. Parce qu’il n’y a pas eu de réponse mondiale. Aucun effort de collaboration ou systématique entre les nations pour apprendre les unes des autres. C’est déroutant, certes, mais c’est surtout décourageant de voir que la famille humaine semble si peu se préoccuper d’elle-même que nous n’avons pas pu mettre en commun notre expérience, notre compréhension et notre savoir pour forger une réponse commune et coordonnée.

Pure coïncidence, la semaine dernière, à l’occasion du premier anniversaire du premier article chinois décrivant les caractéristiques cliniques de la Covid-19, une coalition zéro-covid a été lancée au Royaume-Uni. Après plus de 2 millions de décès dans le monde, il se peut qu’un accord soit en train d’être trouvé sur le fait que l’élimination de ce coronavirus est non seulement nécessaire mais aussi réalisable.

DOI: https://doi.org/10.1016/S0140-6736(21)00186-0

DOI : https://www.thelancet.com/journals/lancet/article/PIIS0140-6736(21)00186-0/fulltext.

Accéder à cet article sur ScienceDirect

Source : The Lancet, Richard Horton, 30-01-2021

Traduit par les lecteurs du site Les Crises

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Billvn // 28.02.2021 à 08h58

L’exemple du Viet Nam (Stratégie 0 Covid) devrait être aussi inspirant: 2 400 cas, 35 morts depuis le début. Confinement national: 2 semaines en Avril 2020. Mais à chaque résurgence (Juillet 2020, Janvier 2021), confinement strict des zones concernées, quarantaine surveillée, et mesures spécifiques ciblées (ex. Ecoles, bars, fêtes dans certains lieux). Politique pilotée au plus haut niveau (Premier Ministre + Comité Prévention Interministèriel), avec des moyens de « pédagogie » ,comme on dit, clairs et parlant (clip, chansons, posters…). Et adhésion de tous et toutes… car crainte personelle. VN aussi longue histoire de résistance…

105 réactions et commentaires

  • lit75 // 28.02.2021 à 07h48

    ZeroCovid… Oui en théorie c’est ce qu’il faudrait faire. Mais pour cela il faudrait commencer un reconfinement strict assez long (en tous cas bien plus que trois semaines contrairement aux élucubrations d’Anne Hidalgo & co). Il faudrait un gouvernement qui a la confiance de la population, or j’ai bien peur qu’il n’ait définitivement épuisé son crédit – l’histoire des masques de l’an dernier a laissé des traces indélébiles, et la difficulté pour les publics concernés (+75 ans, 50-65 ans avec comordibité) de se faire vacciner est en train d’achever de le ruiner. Il faudrait aussi un gouvernement et une administration qui aient les capacités et la volonté d’une stratégie aggressive pour traquer les contaminatons, une fois la circulation du virus revenue à un niveau faible, et cela visiblement, nous ne l’avons pas non plus.

      +14

    Alerter
    • red2 // 28.02.2021 à 10h48

      @lit75

      Le confinement ne serait pas long partout! Oui, il faudrait plus d’un mois en région parisienne pour limiter suffisamment les contaminations. Mais 1 ou 2 semaines suffiraient pour libérer le grand ouest. Je ne comprend d’ailleurs pas que les élus bretons ou aquitains ne se manifestent pas plus. Dans le Finistère une semaine de confinement et mise en place d’un tracer-tester-isoler efficace et tout peut réouvrir, on a atteint le zerocovid!

        +3

      Alerter
      • lit75 // 28.02.2021 à 12h51

        @red2 : certainement, mais quand Mme Hidalgo et ses adjoints parlent, ils parlent de Paris. Leurs compétences ne s’étendent pas au-delà.

          +1

        Alerter
  • Obermeyer // 28.02.2021 à 08h06

    De plus , ils semble que la vaccination est responsable de la mutation du virus …. en de nouveaux variants plus contaminants ou dangereux . Comme pour la grippe , le vaccin arrive parfois trop tard alors que le virus a déjà muté , ce qui nécessite la création d’un nouveau vaccin , et fait les affaires de big pharma .
    Mais pourquoi ne met on pas le paquet sur le traitement de cette maladie ?

      +32

    Alerter
    • Baybee // 28.02.2021 à 09h31

      du coup, il va falloir apprendre à vivre avec ?

        +2

      Alerter
      • RGT // 28.02.2021 à 10h41

        Ben voui…

        Et selon certains épidémiologistes (qui ne sont pas des rigolos qui ne pensent qu’à leur carrière) il faudra hélas quelques générations pour que les humains apprennent à vivre avec et que l’infection par ce coronavirus devienne, comme tous les autres coronavirus connus chez l’homme un simple rhume ou une gastro insignifiants.

        C’est ainsi que fonctionne le vivant : Un pathogène issu d’une mutation (qui lui permet d’infecter de nouveaux hôtes) apparaît et fait au début des ravages parmi ses nouveaux hôtes, puis au fil du temps certains hôtes acquièrent la faculté de se défendre naturellement contre ce pathogène qui deviendra ensuite (pour les descendants des hôtes résistants) insignifiant mais continuera à se « balader » dans la population jusqu’à la fin des temps.

        La vie est un peu comme la course aux armements pendant la « grande guerre » : Un nouvel obus permettant de percer tous les blindages est créé (le virus mutant), puis un nouveau blindage résistant à cet obus est créé (l’espèce évolue), ce qui entraîne la création d’un nouvel obus qui perce le nouveau blindage suivi de l’apparition d’un nouveau blindage qui résiste à cet obus et ainsi de suite…

        Jusqu’à ce qu’un nouvel obus très perforant ne puisse plus être contré ou qu’un blindage résistant à tout soit développé (très peu probable)…

        Et la vie reprend son cours…

        N’oublions jamais que le génome humain ne contient que 4% de gènes « utiles » et… 8% (2 fois plus) de gènes d’origine virale insérés au cours de diverses infections de nos ancêtres plus ou moins lointains.
        Le reste (88% quand-même) est de « l’ADN poubelle » qui ne code RIEN mais qui pourrait servir à activer ou inhiber les « gènes codants utiles ».

        Une nouvelle branche de la biologie se concentre sur les gènes viraux insérés dans les êtres vivants pour déterminer quel ancêtre commun aurait été infecté en premier.

        Dans le cas des mammifères, il semble à 99,9% que la faculté pour les femelles de pouvoir accepter le corps étranger d’un fœtus ait été acquise suite à une infection virale (au dévonien, 360~420 millions d’années, c’est pas récent), faculté qui permettait à un virus de ne pas être rejeté par le système immunitaire.

        Les virus sont INDISPENSABLES à la vie et à l’évolution… Même si parfois leurs conséquences peuvent être désastreuses.

        Il faudrait que tous les humains soient tatoués à la naissance comme les paquets de clopes avec ce message alarmant : VIVRE TUE.

        Et aussi : « La mort est une condition nécessaire et OBLIGATOIRE pour permettre à la vie de se développer, d’évoluer et de persister ».
        Sans mort, les êtres vivants ne peuvent pas évoluer (surpopulation, manque de ressources) et nous ne serions pas là…

          +23

        Alerter
        • Renard // 28.02.2021 à 12h05

          @RGT,
          « La mort est une condition nécessaire et OBLIGATOIRE pour permettre à la vie de se développer, d’évoluer et de persister ».

          1°) C’est un peu long. Il va morfler le pauv gosse au moment du tatouage.
          2°) Je veux bien accepter que ce soit globalement vrai, que notre virus ne soit là que pour secouer le cocotier et œuvrer à l’amélioration de l’espèce. Mais personnellement, je passerais bien mon tour.
          La nature n’est finalement qu’une succession de bricolages aléatoires dont certains se sont révélés plus performants que d’autres. C’est aussi efficace (survie du plus apte) qu’absurde (théorie de la Reine rouge) et cruel (obsolescence programmée).
          Et je n’élèverais personnellement pas d’objection si quelqu’un trouvait une alternative qui me permette de persévérer dans mon être. Pas vous?

            +4

          Alerter
        • jp // 28.02.2021 à 12h51

          A propos de l’ADN avec 88% cde gènes poubelle c’est une façon politique de dire qu’on ne comprend encore rien à la fonction de ses 88%. Nous sommes codés. Tout informaticien sait en décodant un programme assembleur, que quelque chose qu’il ne comprend pas est en fait nécessaire à un moment ou à un autre.
          On décode tout le génôme mais on est très très loin de le comprendre complètement. Il faudra de nombreuses générations pour y arriver, si on y arrive un jour.

            +7

          Alerter
          • Kasper // 05.03.2021 à 04h23

            L’informaticien sait que le code sert à quelque chose parce qu’il sait que quelqu’un l’a écrit avec une intention en tête (et encore, vous seriez surpris des trucs que j’ai pu voir dans ma carrière, le code qui ne sert à rien malheureusement ca existe).

            L’ADN lui s’est formé au hasard, sans but préétabli. L’analogie avec un code informatique ne tient pas du tout. Il n’est donc absolument pas impossible qu’une bonne partie ne serve à rien.

            Cela dit, je suis d’accord avec le fait que ca peut aussi vouloir dire qu’on ignore pour le moment à quoi il sert. Savoir supporter l’incertitude est un signe d’intelligence.

              +0

            Alerter
    • Zakfa // 28.02.2021 à 10h41

      Ce n’est pas la vaccination qui est responsable des mutations, c’est la vaccination d’une population ou le virus circule activement.
      Les génies qui nous gouvernent veulent la fin rapide du problème (vaccination) mais sans trop de dégâts à leur portefeuille (tout le monde au boulot). Il n’auront ni l’un ni l’autre et créeront de nouveaux Monstres…

        +14

      Alerter
      • RGT // 28.02.2021 à 11h17

        « Les nouveaux Monstres » ont toujours existé et existeront toujours tant qu’il restera des êtres vivants pour les infecter.

        C’est (« hélas ») le cycle naturel de la vie et de l’évolution.

        La première chose à comprendre consiste simplement à comprendre COMMENT se propage une pandémie et POURQUOI ces pandémies sont UTILES pour limiter naturellement les populations d’espèces invasives.

        Si une espèce est disséminée sur un large territoire (même en troupeaux) sans aucun contact entre ses membres (ou ses communautés) une nouvelle infection ne s’attaquera qu’à un seul membre ou à un seul groupe sans jamais interférer avec les autres espèces (sauf si elle est transportée par une autre espèce « vagabonde », mais c’est assez rare).
        Par contre, si les membres (seuls ou en groupe) ont des interactions fréquentes avec d’autres membres la pandémie se propage tant qu’il y a contact rapproché entre les membres de ladite espèce.

        Et plus les groupes sont importants plus la pandémie se propage de manière foudroyante, avec le pathogène qui mute d’autant plus vire que le nombre de membres infectés est important..

        Du coup, la surpopulation est « limitée » par le pathogène et les autres espèces (non sensibles) peuvent à nouveau s’installer sur le territoire libéré.

        C’est ce qui pourrait arriver aux humains, espèce la plus invasive qui n’ait jamais peuplé cette planète.

          +11

        Alerter
      • VVR // 01.03.2021 à 11h51

        Ce n’est pas le portefeuille, a ce niveau là il n’y plus grand chose a sauver. La raison est surtout que si il n’y a plus de caissière dans les magasins, de manutentionnaires dans les entrepôts, d’ouvrier dans les usines, de chauffeurs dans les camions, d’infirmiers dans les hôpitaux, de cuisiniers dans les EHPAD, ça va trés trés vite devenir intenable.

        Du coup aujourd’hui comme pendant le confinement, tout ce beau monde va bosser. La seule différence c’est que jusque là ils pouvaient, avant le couvre feu à 18h, respirer un peu d’air pur après le métro-boulot contaminant, au lieu d’être enfermé à plusieurs générations dans des logements trop petits et mal aérés, avec beaucoups de diabétique, asthmatiques et obèses (quand on est défavorisé dans ce pays, ce n’est pas qu’un peu).

        Sauf le week-end, ou ils peuvent en masse faire les courses qu’il n’ont pas put faire de la semaine, mais uniquement dans les magasin pas trop grand, car c’était bien sur les magasin a grande capacité d’accueil qu’il fallait fermer en priorité.

        Il y avait eut de trés bon travaux de l’INSERM la dessus, mais on préfère focaliser sur des études terrifiantes qui nous apprenne la COVID est une maladie respiratoire d’origine virale (chocking) ou qu’une population en mauvaise santé qui attrape la COVID est en mauvaise santé après.

          +3

        Alerter
    • Cartman // 01.03.2021 à 00h37

      La source de vos propos ?? C’est quand même une affirmation assez grosse et potentiellement néfaste au débat sur les vaccins si celle-ci s’averais fausse

        +0

      Alerter
  • calal // 28.02.2021 à 08h27

    je viens de regarder mon hypothese de la relation entre nombre de medecins par mille habitants et effet du covid.

    https://atlasocio.com/cartes/sante/professionnels/carte-monde-nombre-medecins-pour-1000-habitants-en-2018_atlasocio.png. Un nombre eleve de medecins dans un pays ne semble pas etre un facteur de reussite face a une epidemie (!!!!!?) …

    le nombre de lit medicalise par nombre d’habitants semble plus en relation avec le covid puisque la coree du sud et le japon ont beaucoup de lits medicalises et semble peu affecte par l’epidemie
    https://atlasocio.com/cartes/sante/professionnels/carte-monde-nombre-medecins-pour-1000-habitants-en-2018_atlasocio.png

    Ce qui est marrant toutefois c’est que les populations de ces pays vieillisssent et la proportion de lit medicalise diminue au cours du temps (sauf pour la coree du sud).
    Bref comme d’hab,ou va le pognon?

      +2

    Alerter
    • Kasper // 28.02.2021 à 08h38

      Ça n’est pas très étonnant. Un médecin généraliste ne peut pas faire grand chose d’autre face à un patient atteint du Covid que de lui dire d’attendre que ca passe, aucun médicament n’ayant démontré d’efficacité. Donc vous pouvez avoir 1 médecin de ville pour 10 habitants et les autoriser à prescrire tout ce qu’ils veulent, comme rien ne marche ca ne vous avancera pas beaucoup.

      Par contre les lits médicalisés permettent de prendre en charge les cas grave, de pallier aux symptômes les plus dangereux et de les surveiller en permanence. Il est donc logique que plus vous en aurez, plus la proportion de cas graves pouvant être prise en charge augmentera, et moins de gens mourront.

        +3

      Alerter
      • lit75 // 28.02.2021 à 09h43

        Un médecin généraliste peut examiner le patient, poser un diagnostic, décider selon les symptômes s’il vaut la peine d’aller passer un test COVID ou non.

        Si les quelque 2 millions de personnes qui se font tester chaque semaine pouvaient être examinées systématiquement par un médecin généraliste, les choses iraient probablement mieux.

          +3

        Alerter
        • Morne Butor // 28.02.2021 à 10h17

          Un test PCR permet un diagnostic. Un médecin n’apporte rien dans ce cas ci.

            +2

          Alerter
          • lit75 // 28.02.2021 à 12h09

            Rien que d’un point de vue purement financier, il pourrait filtrer les patients qui viennent en se déclarant symptomatiques. Ca couterait à la collectivité 25 € (en secteur 1 conventionné bien sûr) au lieu des 60 € et quelques du test PCR.

            Et puis, ce qui apporterait un discours d’accompagnement au patient sur la conduite à tenir en attendant le résultat du test.

              +3

            Alerter
            • Kasper // 28.02.2021 à 13h20

              Oui donc c’est bien ce que je dis. Il peut faire un peu, mais pas des masses.

                +0

              Alerter
      • Logique // 28.02.2021 à 19h53

        Un cas tout récent: le malade se présente chez son médecin, celui-ci diagnostique une bronchite et renvoie le malade chez lui, sans faire de test. Quelques jours plus tard la maladie est toujours là, cette fois on teste: positif au covid. Mais plusieurs jours de perdus, contamination de la famille, pas de quarantaine, … Alors je ne fais pas de généralité, mais ce médecin devrait être interdit de pratique le temps de l’épidémie.

          +3

        Alerter
    • Sara // 28.02.2021 à 11h33

      8 à 10 milliards «économisés» par la suppression de lits depuis Bachelot et combien de milliards dépensés dans cette crise?

        +8

      Alerter
      • Zakfa // 28.02.2021 à 14h07

        Aucuns milliards : une dette pour nous maintenir la tête basse pour les siècles des siècles…

          +7

        Alerter
  • douarn // 28.02.2021 à 08h48

    Bonjour Avunimes
    Je ne sais pas pour les autres mais, en tout cas, en date du 24 Février 2021, étonnament aucun cas grave de grippe n’a été signalé par les services depuis le premier confinement : https://www.santepubliquefrance.fr/content/download/322590/2934962

    Voir Figure 1. Évolution hebdomadaire des hospitalisations pour grippe en France métropolitaine de la semaine 40/2016 à la semaine 07/2021* : nombre de cas graves admis en réanimation (source : Santé publique France)

      +7

    Alerter
  • Billvn // 28.02.2021 à 08h50

    Non ! Confinement strict pendant des semaines en Inde !

      +6

    Alerter
  • Billvn // 28.02.2021 à 08h58

    L’exemple du Viet Nam (Stratégie 0 Covid) devrait être aussi inspirant: 2 400 cas, 35 morts depuis le début. Confinement national: 2 semaines en Avril 2020. Mais à chaque résurgence (Juillet 2020, Janvier 2021), confinement strict des zones concernées, quarantaine surveillée, et mesures spécifiques ciblées (ex. Ecoles, bars, fêtes dans certains lieux). Politique pilotée au plus haut niveau (Premier Ministre + Comité Prévention Interministèriel), avec des moyens de « pédagogie » ,comme on dit, clairs et parlant (clip, chansons, posters…). Et adhésion de tous et toutes… car crainte personelle. VN aussi longue histoire de résistance…

      +19

    Alerter
  • Ben // 28.02.2021 à 09h12

    Pardon, mais je ne comprends pas votre explication. Le suicide, la faim, l’argent et la guerre sont inhérents à la nature humaine, pas le Covid.

    La grippe oui, mais des maladies éradiquées bien sûr qu’elles existent. La variole par exemple.
    Plus d’info ici :
    https://youtu.be/bjlI8QYf8gE

    Certains pays ont réussi a faire du Zéro Covid. Et en plus économiquement ils s’en sortent mieux.

    Le zéro virus implique surtout de la rigueur, privation de liberté, tracing des gens. Des choses qui font chouinner les chochottes occidentales.
    ( et je vous parle pas de nos ados attardés 68ards – on est pas sortit de l’auberge)

      +10

    Alerter
    • Darras // 28.02.2021 à 10h58

      Alors si on parle de chochottes, parlons un peu d s chochottes occidentales qui couinent d’effroi pour un virus dont la mortalité est inférieure à 1% et dont la répugnante lâcheté les rends prêts à renoncer à notre économie , notre liberté et nos démocraties pour si peu.
      Si la variole a été éradiquée ce n’est pas parce que les poules caquetantes d’angoisse se sont terré dans leur poulailler, n’osant même plus sortir chercher leur grain mais parce qu’il y a eu un vaccin, un vaccin au risque mortel supérieur à celui de Covid. En attendant, pendant des siècles, les anciens, que ce soit variole, choléra, peste et autres, continuaient à vaquer malgré des maladies jusqu’à 50 fois plus mortelles que la covidette.
      Quant aux pays d’extrême Orient, leur trésor faible exposition n’a peut être rien à voir avec la profilaxie mais à la génétique.
      On ne sait rien de ce Corona et toutes les « études scientifiques indiscutables » se suivent et se contredisent en permanence.
      Assez. Reprenons nous que diable.
      Quelle abjecte soumission à la peur.

        +8

      Alerter
    • ouvrierpcf // 28.02.2021 à 11h38

      1914 la Pologne pays de mon grand père paternel fut envahie par les troupes teutonnes. Il fut enrôlé (de force ) dans les troupes dites de volontaires allemands pour combattre au front de la bataille en France La même logique faisait combattre des sénégalais des maliens des camerounais des réunionnais La même logique fit combattre mon grand père maternel dans le camp français Vous Ben votre grand ou arrière grand père il était où? En 1942 le grand père de ma compagne fut invité à séjourner dans un établissement de repos ou des fumées s’échappaient de cheminées de fours spécialement étudiés à transformer les matières humaines en produit cendrés il était où le grand père ou arrière grand-père de votre compagne épouse ou amante? Votre étude de l’occident est donc à mon avis très incomplète ou orientée car dans les 2 cas évoqués si on ne trouve pas de rigueur de privation de liberté de tracing (le mot gens me gène) alors oui moi et notre famille n’ont rien compris

        +0

      Alerter
  • Auguste Vannier // 28.02.2021 à 09h23

    Je suis étonné que Richard Horton ait écrit cet article.
    Car c’est lui, rédacteur en chef de The Lancet, qui selon Barbara Stiegler a défendu que:
    « le covid-19 n’est pas une Pandémie. Il s’agit d’une Syndémie, d’une maladie causée par les inégalités sociales et par la crise écologique entendue au sens large. Car cette dernière ne dérègle pas seulement le climat. Elle provoque aussi une augmentation continue des maladies chroniques (hypertensions, obésité, diabète, maladies cardiovasculaires et respiratoires, cancer), fragilisant l’état de santé de la population face aux niveaux risques sanitaires… (De la démocratie en pandémie, Tracts Gallimard, n°23)
    Par ailleurs la stratégie produite par Kickbusch et ses collègues implique une organisation sans faille et une discipline sociale absolue. Ce qui n’est imaginable (et encore!) que dans un régime totalitaire.
    Pour l’instant, tout en étant engagés dans une dynamique de restriction des libertés publiques, nous augmentons notre ldéfiance vis a vis de tous ces « sachants » qui montrent tant d’hésitation et d’incohérence.
    Comme le commente @Lit75: » Il faudrait un gouvernement qui a la confiance de la population, or j’ai bien peur qu’il n’ait définitivement épuisé son crédit ».
    Je souscris au commentaire percutant de @Avumines et pour filer sa métaphore du petit chaperon rouge j’ajoute: où se cache le grand méchant loup?

      +16

    Alerter
    • Incognitototo // 28.02.2021 à 20h08

      Mais non, pas que dans les régimes totalitaires…

      La Finlande, la Norvège, le Canada, la Grèce, la Nouvelle-Zélande, l’Islande… et même l’Allemagne (qui ont des taux de morts et de contaminés à zéro à inférieurs de 50 % à la France) et rendu (en partie seulement pour certains) leur vie aux gens sont devenus des régimes totalitaires ??? Bé non, pas çà ce que je sache.

        +3

      Alerter
      • Auguste Vannier // 28.02.2021 à 20h48

        Un régime totalitaire n’est pas essentiellement dans la structure juridique Constitutionnelle, il est surtout dans l’intervention de l’Etat , acceptée par les citoyens sous un intense travail de propagande, sur leurs relations, leurs corps, leurs émotions, jusque dans l’intime de la sphère privée. Le citoyen n’ y est plus un sujet, mais un assujetti, qui plus est dans une totale « servitude volontaire ».
        Nous y allons d’ailleurs progressivement, plus ou moins vite selon nos cultures nationales. Les pays que vous citez ont des cultures qui favorisent cette dérive.
        Quoi qu’il en soit, pour appliquer cette stratégie, il faudrait un maximum de confiance en nos gouvernants, ce qui est loin d’être le cas ni envisageable.

          +1

        Alerter
        • Incognitototo // 28.02.2021 à 21h31

          Ha oui, alors les feux rouges, le Code de la route en général ainsi que toutes les lois qui limitent les libertés sont par essence totalitaires tout également.

          Je vous rappelle que notre définition de la liberté est : « La liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui : ainsi, l’exercice des droits naturels de chaque homme n’a de bornes que celles qui assurent aux autres Membres de la Société la jouissance de ces mêmes droits. Ces bornes ne peuvent être déterminées que par la Loi. »

          Qu’est-ce qui vous échappe dans le fait de ne pas nuire à autrui ? Je ne vois aucune essence totalitaire dans le fait de prendre des dispositions destinées à protéger les populations de la maladie et de la mort (et non accessoirement à préserver une population en bonne santé pour l’économie).

          Après oui, il y a la façon dont on le fait, en responsabilisant les gens et en suscitant leur collaboration, ou en les traitant comme des objets qui doivent obéir sous peine de coercition ; et dans ce dernier cas, oui, je peux vous rejoindre sur le danger totalitaire, du moins en partie seulement. Mais les pays que je vous citais ont été et sont toujours bien moins « totalitaires » que la France dans leurs actions, et ils réussissent quand même à contenir l’épidémie bien mieux que nous… Renseignez-vous, vous seriez étonné.

            +4

          Alerter
          • Hippocampe // 03.03.2021 à 12h42

            vous confondez « nuire à autrui », sous-entendu avec certitude, voire volontairement, et « possiblement nuire à autrui » sans le vouloir ni le savoir. La différence est quantifiée par le risque. Quel est le risque en sortant dans la rue que je transmette le virus en quantité suffisante pour infecter dangereusement autrui? Probablement si ténu que voisin de zéro. Quel est le risque en brûlant systématiquement tous les feux rouges je crée un accident? Probablement voisin de 100. Pour cela d’ailleurs la sanction à brûler les feux rouges est proportionnée: amende et points pour une fois, plus pour une récidive, beaucoup pour un accident créé. Le confinement apporte une sanction par lui-même, automatique et sans exception. C’est une sanction disproportionnée et sans justification morale.

              +5

            Alerter
            • Incognitototo // 04.03.2021 à 00h58

              Hors sujet et je ne confonds rien du tout ; peu importe l’intentionnalité, article 1240 du Code civil : « Tout fait quelconque de l’homme, qui cause à autrui un dommage, oblige celui par la faute duquel il est arrivé à le réparer ».

              Il n’y a donc rien de totalitaire (sauf dans la façon dont cela pourrait être appliqué) d’empêcher que des préjudices se produisent ; et c’est ça le sujet.

              En outre, je vous rappelle que les pays qui réussissent (et qui pour certains ont rendu leur vie aux gens) ont pour la plupart fait un confinement général, puis pratiqué des politiques qui ont permis de s’en passer (sauf parfois localement quand ça dérape). Et c’est bien cela que nous sommes incapables de faire en France par volonté politique ou bêtise, où nous n’avons tellement rien fait que se pose à nouveau l’option d’un confinement généralisé pour casser les chaînes de contamination et empêcher que notre système de santé ne s’effondre. Je le déplore autant que vous, mais visiblement ce n’est pas avec ce gouvernement qu’on va réussir à reprendre notre vie d’avant sans propagation du virus.

                +1

              Alerter
            • Hippocampe // 04.03.2021 à 13h01

              Deux fois faux. La notion importante n’est pas ici dans « volontairement ou par inadvertance », il ne s’agit pas d’intention, mais de certitude ou de probabilité. Nuire effectivement, de facto, à autrui, ne peut être assimilé à prendre un certain risque de nuire à autrui, d’autant plus quand ce risque est ténu, imprécis, non scientifiquement déterminé, mais juste d’une (faible) probabilité. Il y a des accidents de montgolfière ; un ami à moi est monté dans une qui s’est écrasé au voyage suivant. Rétrospectivement il a eu très peur, mais en descendant il était fort joyeux et rassuré. Néanmoins les voyages en montgolfière ne sont pas prohibés. Pas plus que les trains, qui pourtant déraillent parfois, ou les avions, qui tombent aussi.
              Quant au confinement dans « les pays qui réussissent », ou vous mentez, ou vous ignorez les faits. Je vis dans un tel pays, la Chine, où nous n’avons JAMAIS été confinés. Idem en Corée, à Taiwan ou au Vietnam.

                +2

              Alerter
            • Incognitototo // 04.03.2021 à 13h52

              Wuhan n’a jamais été confiné ? Des provinces entières (comme Heilongjiang , correspondant à un pays pour nous) n’ont jamais été confinées ??? Elles l’ont même été militairement. Quant à la Corée du Sud et du Viet Nam, ils pratiquent le confinement partiel (de certaines activités ou quartiers ou villes), et ont surtout mis en place des stratégies de dépistage, traçage et isolement, drastiques (plus le filtre aux frontières) qui les exonèrent de confiner tout leur pays ; ce que malheureusement nous sommes à l’évidence incapables de faire en France.

              Je ne vois pas ce que je suis censé confondre. Le débat est : est-ce totalitaire ou pas, de prendre des mesures de protection des populations ? La réponse, sous toute réserve de la façon dont on applique ces mesures, est non ! Et vos digressions n’y changeront rien.

              Vos comparaisons avec les risques qu’on prend avec toutes les activités humaines sont complètement déplacées, et ce d’autant plus, qu’il faut un brevet pour conduire une montgolfière, que cette activité n’a pas tué plus de 87 000 personnes et ne met pas en péril tout notre système de santé…
              Quand on aura ce type de brevet pour les comportements visant à protéger les autres (et soi-même) et un gouvernement qui fait vraiment ce qu’il faut pour empêcher la propagation du virus, on pourra assurément se passer de la solution extrême du confinement.

              Maintenant si vous contestez à la base les dégâts de cette épidémie, nous n’avons plus rien à nous dire… et ne venez pas me dire que les mesures visant à s’en protéger en produisent plus encore, ça suffit les dénis.

                +1

              Alerter
            • Hippocampe // 04.03.2021 à 19h18

              Vous êtes juste parfaitement imperméable à ce qu’on appelle la gestion du risque. Ce qu’on apprend dans toutes les bonnes écoles d’ingénieurs et que les médecins et le public contemporain ignorent totalement. C’est grâce à ça que l’on construit des ponts, des avions, des centrales électriques voire nucléaires. Heureusement. En revanche il ne reste plus, en médecine, en politique, que de la gestion émotionnelle, d’où la domination du sociétal sur le social. Déjà toute la planète média de France geint comme une femmelette si un soldat sur un front de guerre, recruté et envoyé en pleine conscience, meurt au combat. Ca devient une catastrophe du niveau de Verdun. Comment peut-on accorder le moindre crédit à des politiques fondées sur de tels cris d’orfraie (voir ce pauvre Véran à l’Assemblée sur « les jeunes en réa »)?
              Sur la Chine je sais ce que je vois, tous les jours, plus crédible que vos commentaires.

                +1

              Alerter
            • Incognitototo // 04.03.2021 à 19h40

              Vous êtes totalement hors sujet… Et qu’est-ce que vous connaissez de mes compétences pour vous permettre de les juger ? Sur la gestion du risque justement, si notre gouvernement était un peu plus compétent, réactif, efficace … cela ferait longtemps qu’il nous aurait rendu nos vies et sans que le virus ne circule.

              En outre, si personnellement vous vous foutez des risques que vous prenez, de ceux que vous faites prendre à vos proches et de la population en général… pas moi ! Donc libre à vous de vous faire contaminer (du moins si vous ne contaminez personne d’autre après, sinon vous seriez un criminel en plus), mais arrêter de décider de la maladie ou de la mort des autres. Les gens ne sont pas des chiffres.

                +2

              Alerter
          • lolafleurie // 05.03.2021 à 18h47

            Franchement idéaliste, votre propos, Monsieur Incognitototo !
            Mais dans ce cas, tout doit être interdit puisque tout nuit à autrui :
            – Je circule à vélo, vous en voiture, vous me polluez… Interdisez-vous la voiture !
            – Je suis allergique, la plupart des parfums contiennent des allergènes… Interdisez-vous les parfums !
            – Les cancers, la covid, la sclérose en plaques et bien d’autres… A qui les doit-on ??? Rappelez-moi…
            Vous en avez d’autres des blagues aussi fines en réserve ?

              +1

            Alerter
            • Incognitototo // 05.03.2021 à 21h57

              Je commence à comprendre pourquoi il y a autant de gens dans le déni… ils ne comprennent tout simplement pas ce qu’ils lisent, et sont capables de justifier les carottes par l’existence des navets.

              Revenez quand vous aurez des arguments un peu plus ancrés dans le réel et qui parlent du danger totalitaire.

                +1

              Alerter
  • patoche // 28.02.2021 à 09h34

    Je connais le zéro variole, la cicatrice de mon vaccin demeure apparente en haut de ma cuisse 65 ans plus tard.

    Le zéro polio est pratiquement atteint. Cette maladie terrorisait beaucoup de mères dont la mienne dans les années 50. J’ai connu quelques rescapés, handicapés à vie.

    Le zéro grippe n’est pas un objectif raisonnable mais sans doute réalisable.
    En fait la grippe saisonnière ne tue presque exclusivement que des très vieux (même si les très jeunes peuvent être en danger).

    Jusqu’en 2019 dans les Ehpad, les grippés étaient confinés dans leur chambre sous perfusion en attendant leur mort. Aucun de droit de visite, ni évidemment de transfert en réanimation envisageable (ici ou là sans doute quelques passe-droit). Ils partaient seuls, abandonnés…

    L’omerta sur cette  » maltraitance  » était totale.

    Jusqu’au covid et la déferlante médiatique des indignations sélectives.

      +11

    Alerter
  • nanann // 28.02.2021 à 09h39

    De nombreux médecins en France demandent, sans être écoutés, des périodes de confinement courtes mais très strictes quand elles s’ avèrent nécessaires alternées avec des périodes d’ ouverture. L’ économie tournerait beaucoup mieux et peut-être que ça permettrait de réouvrir cafés et restaurants. C’ est ce que prône le PR Karine Lacombe, tant raillée, insultée. Sauf qu’ en France, nous avons un président que le mot confinement rend malade ( c’ est contraint et forcé qu’ il a pris la décision du confinement trop tardif de mars 2020 ) comme de nombreux Français d’ ailleurs qui ne voit dans cet épidémie qu’ un moyen de les priver de liberté. On voit mal comment on va s’ en sortir.

      +3

    Alerter
    • paul // 28.02.2021 à 10h51

      lacombe, celle qui disait que le virus ne mutait pas ?
      celle qui disait que le masque ne servait à rien ?
      celle qui annonçait avec fracas avant un 20h de TF1 que le remdevisir, meduc miraculeux allait révolutionner le soin ?
      ne prenez plus jamais cette personne en exemple, d’ailleur , un signe, elle a reçu une légion d’honneur, pour quel motif réel et sérieux ?

      ce que le Gvmt répète actuellement, c’est  » tester isoler soigner », d’autres l’ont dit depuis le début.
      Le reste, n’est que supposition puisqu’il apparait bien que sur le reste, on ne peut rien affirmer !

        +17

      Alerter
      • Sara // 28.02.2021 à 11h53
      • nanann // 01.03.2021 à 08h23

        Je ne me fais pas l’ avocat de K.Lacombe. Cependant elle ne fut pas pire que celui qui disait que cette épidémie n’ atteindrait pas la France, que tout serait terminé au printemps 2020 et qu’ il avait en poche le médicament miracle. Alors oui, le remdesivir a été un échec, l’ hydroxychloroquine aussi. En tous les cas, les  » égarements  » de Lacombe n’ étaient pas pire que ceux des autres, les sacralisés. puisque personne ne savait rien. Cela ne méritait pas des menaces de mort.

          +2

        Alerter
      • Jacqurocant // 03.03.2021 à 08h56

        Le gouvernement n’a jamais mis le verbe « soigner » dans sa stratégie. Il a été employé une seule fois par Macron lors de son intervention TV en octobre 2020 et n’a jamais été repris par l’exécutif ni les experts accrédités des plateaux Télé. La stratégie est « tester, isoler, protéger ». On comprend pourquoi en lisant « les crises ». Il n’y a pas de traitement efficace reconnu. Point.

          +2

        Alerter
  • Renard // 28.02.2021 à 09h41

    Primo:
    « La proposition allemande recommande une approche régionale : lorsque l’incidence de l’infection dans une région tombe à zéro, la région devrait être déclarée zone verte. Des restrictions strictes en matière de contact et de voyage devraient être imposées autour de cette zone, »
    + Secundo
    « L’objectif final serait d’étendre et de fusionner les zones vertes dans toute l’Allemagne. »

    En clair, ça veut dire rétablissement des frontières nationales et contrôle strict des entrants.
    Remplacez moi l’Allemagne par la France et je signe.
    Ou par l’Europe. Mais déjà pour la France j’ai un gros doute, alors l’Europe…

      +6

    Alerter
    • Sandrine // 28.02.2021 à 10h26

      Et vous signez aussi pour : « 
      « Fermer les écoles est plus stressant pour les enfants et les familles que les garder ouvertes. » : Ce qui importe peut-être davantage, c’est de renforcer le soutien éducatif et économique.?

        +1

      Alerter
      • Renard // 28.02.2021 à 11h31

        @Sandrine,
        Ce qui est le plus stressant pour les enfants et les familles c’est ce putain de virus qui n’arrête pas de traîner et qui n’en finit pas de tuer (d’accord surtout les vieux et les mal respirants mais pas que).
        Côté transmission, je trouve ridicule que mon gamin aille faire frotti frotta avec ses copains et copines dans la journée pendant qu’on m’encourage à télétravailler. Presque autant que je trouverais lassant de l’avoir sur le dos toute la journée si on reconfinait. Ya pas de solution idéale.
        Surtout j’en ai mare de cette situation de demi-confinement qui ne cesse pas et ne cessera pas avant que « tout le monde soit vacciné » alors qu’il y a de bonnes chances que le virus ait muté avant que le vaccin arrive jusqu’à moi et que je sois donc à jamais tricard pour un Ausweis.
        (Cela-dit, vous avez raison, leur réponse à objection est assez nulle. Mais j’aime bien l’idée d’une zone verte qui s’étend, comme qui dirait le soleil qui revient. J’y croirais presque.)

          +4

        Alerter
  • paul // 28.02.2021 à 10h45

    «  »« Il y a un compromis entre la santé et l’économie » : Non : le sort de notre bien-être et celui de nos vies en général vont de pair.
    « Nous pouvons protéger les groupes vulnérables » : En pratique, étant donné le grand nombre de personnes vulnérables, c’est impossible. » »

    n’importe quoi.
    Notre bien être serait de ne plus vivre ?
    protéger les vulnérables en confinant ?

    Vac ciner ne sert à protéger que CELUI qui est vacciné. (n’empêche pas de transmettre la maladie, c’est l’ARS qui le dit) donc vac ciner pour protéger les autres , c’est de la pure utopie.
    Et s’il y a bien un truc simple, c’est que les vulnérables se protège et que l’on soigne les malades.

    obliger à porter le masque seul sur une plage ou empêcher d’aller se balader en foret ou en montagne c’est du pure SADISME. Il est grand temps de raisonner.

      +10

    Alerter
    • Dominique SAUVEBOIS // 28.02.2021 à 11h06

      Politique d’eugénisme (dépopulation), faites le savoir …

        +2

      Alerter
    • Sandrine // 28.02.2021 à 11h12

      Sadisme? Peu probable. On veut juste créer les conditions d’acceptabilité de mesures qui, sinon, auraient provoqué un grand désordre social. La gêne occasionnée par le port du masque ( et encore en France, on n’en est pas à préconiser le Ffp2 dans les espaces naturels… mais ça viendra peut-être ; voir ce qui se passe en Allemagne) vise à nous aider à guérir de certains de nos « biais cognitifs », nous, pauvres primâtes au cerveau encore trop reptilien que nous sommes…

      Qui sont ces cabinets de nudge qui ont désigné les mesures anti-Covid en France ? Sur quelle base ont-ils travaillé ? Quel sont leur présupposés théoriques et quels sont les objectifs de long terme qui leur ont été fixés ?
      Tout cela est totalement opaque, absolument non démocratique, profondément autoritaire. Le règne de la technocratie a déjà commencé.

        +7

      Alerter
      • paul // 28.02.2021 à 13h12

        cabinet mc machin, celui qui a négocier pour que le fournisseur ne paie que quelques milliards de dollars pour leur derniere magouille
        cabinet qui a un directeur condamné plusieurs fois par la justice française et qui a pour père le pas coupable d’un autre grand scandale, on nage dans le bonheur

          +1

        Alerter
  • lit75 // 28.02.2021 à 10h48

    On est bien parvenu à stabiliser l’épidémie sur un plateau haut avec 20000 cas par jour. Ca serait beaucoup mieux pour tout le monde, à commencer par le personnel des hôpitaux qui sont épuisés, de la stabiliser à quelques centaines de cas par jour.

      +0

    Alerter
  • Brigitte // 28.02.2021 à 11h05

    Il faut comprendre « zéro covid » comme la stratégie mettant en oeuvre tous les moyens possibles pour stopper l’épidémie (et non pas le virus!). Quels sont-ils? Les indicateurs sanitaires (nationaux et mondiaux) imposent-ils de les mobiliser au risque de paralyser les pays? Doivent-ils être nationaux ou mondiaux?
    Vu la complexité d’une telle stratégie combinant prophylaxie et soins, il faut une intelligence sociale sans faille, impossible à réaliser à l’échelon supranational. Nous en avons la preuve.
    Chaine logistique d’information et d’action. Confiance et adhésion de la population. Tout cela fait défaut en France comme ailleurs, à de rares exceptions près. Encore aurait-il fallu avoir un plan et l’appliquer au début. Le plan BLANC de 2004, devenu ORSAN en 2014, s’appelle FIASCO depuis 2020.
    Le délitement idéologique, politique et économique ne peut pas faire de miracle. L’économie libérale de la santé est incompatible avec la solidarité nationale, vivant à ses crochets, creusant le déficit public et dévitalisant toute vraie politique de santé publique.
    La population elle aussi est inapte à se mobiliser. Elle a de la France une idée surannée et honteuse comme une maladie qu’il faut cacher….
    Faut-il sauver le soldat « Pfizer » ou résister avec « Pasteur »?
    L’histoire se répète…le macronisme a un petit goût de pastille Vichy….
    La drôle de guerre contre la covid nous met le moral à zéro et en même temps, les collabos font des affaires…la grande braderie nationale continue…

      +9

    Alerter
    • Incognitototo // 28.02.2021 à 19h35

      Non, pas « à de rares exceptions près »… Rappel : 130 pays (sur 202) arrivent très bien à contenir l’épidémie, avec des taux de morts (et de contaminés) ramenés à 0 à 50 % inférieurs à ceux de la France (qui fait partie des 30 plus mauvais pays). Et ce ne sont pas tous des dictatures, des îles ou des Asiatiques… avec des pays qui pourtant sans moyens ont réussi à contenir la propagation avec de simples mesures de bon sens…

      Mais il est vrai que les gouvernements qui réussissent ont su susciter (ou parfois imposer) la participation active de leur population dans ce combat : par exemple, en NZ, au cours de leur seul confinement généralisé, le gouvernement a baissé par solidarité avec la population de 20 % ses rémunérations pendant 6 mois ; inutile de dire que même symbolique ça aide grandement à ce que la population s’implique et respecte les consignes de son gouvernement (d’ailleurs, il a été réélu haut la main, et sans partage, en novembre).

      Ce n’est pas en France qu’on verra ça… avec la bande de menteurs et d’incapables qui nous dirigent.

      Nous avons en outre un « handicap » avec l’Europe, si on ne veut pas fermer les frontières (parce qu’on pense qu’il est impossible de gérer les flux consécutifs aux délocalisations productives), il va falloir coordonner les politiques de lutte, pour que tout le monde fasse ce qu’il faut en même temps… et là, malgré leurs déclarations d’intentions, j’ai les plus grands doutes sur cette faisabilité ; ce qui à l’évidence ne nous empêche pas nous de faire ce qu’il faut, plutôt que de faire semblant et de prendre constamment des demies mesures.

        +5

      Alerter
      • Logique // 28.02.2021 à 20h01

        « Ce n’est pas en France qu’on verra ça… avec la bande de menteurs et d’incapables qui nous dirigent. »

        Exact, mais comme ils dirigent des gens indisciplinés et irresponsables, on voit tous les jours les résultats.

        Match nul: gouvernement 0 – une partie de la population 0.

          +0

        Alerter
        • Incognitototo // 28.02.2021 à 21h09

          Faut aussi se demander pourquoi ils sont indisciplinés et irresponsables… La pédagogie est un art qui ne peut s’exercer sans la vertu de l’exemplarité ; et à l’évidence ce gouvernement ne maîtrise ni l’un ni l’autre ; pas plus qu’il n’a été capable de susciter la collaboration de la population dans cette lutte, en nous traitant comme des imbéciles et des irresponsables tout juste bons à recevoir des PV parce qu’on aura dépassé l’heure du confinement de 18 h de 5 mn.

          À force de mensonges, d’injonctions contradictoires, de décisions incohérentes et absurdes, il a rendu à moitié fou une bonne partie des Français. Ça se paye et il y a vraiment beaucoup de boulot pour ramener un peu de raison dans tout ça ; boulot que ce gouvernement est bien incapable de produire.

          Match en cours (oui, parce qu’il y a un vrai match provoqué par ce gouvernement contre sa population) : tout le monde perd et c’est la Covid qui gagne.

            +2

          Alerter
  • red2 // 28.02.2021 à 11h30

    @cotyle

    Il n’y a actuellement pas de traitements efficaces contre la covid. Arrêtez de prendre vos rêves pour des réalités svp. Oui, Macron gère l’épidémie comme un branque… Mais si on veut que ça change, les critiques doivent être radicales certes mais aussi réalistes et efficaces. Tant qu’une partie de l’opposition à Jupiter délire, il peut dormir tranquille…

      +0

    Alerter
  • Achhille // 28.02.2021 à 11h54

    L’hiver en Australie est entre juin et août, a l’heure actuelle, ils sont en pleine été. On pourra savoir seulement en hiver si leur stratégie a été efficace.

    De plus nous n’avons JAMAIS fermé les frontières quand il le fallait.
    Tant qu’une partie de la communauté scientifique persistera à refuser tout traitement, nous ne sortirons jamais dû covid.

      +7

    Alerter
    • Kasper // 28.02.2021 à 13h25

      Depuis un an il n’y a aucun indice d’une saisonnalité du Covid, qui sévit aussi bien sous toutes les latitudes.

        +1

      Alerter
    • red2 // 28.02.2021 à 14h57

      La Nouvelle-Zélande n’était pas confinée durant l’hiver austral de 2020…

        +3

      Alerter
  • Ignotus // 28.02.2021 à 12h07

    Lu dans l’article:
    Le chemin vers la normalité comprendrait quatre phases.
    Phase 1 : confinement pour atteindre un taux d’incidence inférieur à dix cas par semaine pour 100 000 habitants.
    Phase 2 : poursuite des mesures pour atteindre moins de 5 cas pour 100 000 habitants.
    Phase 3 : atteindre une incidence nulle.
    Phase 4 : déclaration du statut de zone verte.

    En résumé, sur le taux d’incidence :
    Phase 1 : confinement => = 0/100 000
    Phase 4 : Gagné !
    C’est facile non ?! Au fait, pourquoi il y a des phases ?

      +0

    Alerter
  • Fernet Branca // 28.02.2021 à 12h22

    Ce qui est insupportable c’est la propagande délirante sur France2 , France3 sur les tests’ les vaccins depuis un an. Vaccins au compte-gouttes mais baratin à flots.. Et surtout pas de vaccins pour les plus de 65 ans . En mode complotiste on ‘ on peut penser que le gouvernement veut résoudre le problème des retraites en liquidant ces « rentiers » x qui avaient théoriquement la plus grande espérance de vie. J’ai 69 ans , retraité, je travaille à plein temps et dans l’entreprise comme tous mes collègues depuis le 8 mai 2020..

      +2

    Alerter
    • lit75 // 28.02.2021 à 12h41

      Il n’y a pas assez de doses. Rien de plus. Mais impossible pour le gouvernement de le reconnaître car c’est sa seule stratégie de sortie de crise. Exactement comme les masques l’an dernier.

      La manière dont l’UE a traité l’achat des doses de vaccin est très bien résumée dans cette caricature, publiée ici-même il y a quelques semaines :

      https://www.les-crises.fr/wp-content/uploads/2021/02/2-7.jpg

        +0

      Alerter
    • paul // 28.02.2021 à 13h26

      29/01 LCi « Soupir de soulagement. L’Agence européenne des médicaments (EMA) a affirmé que le vaccin Pfizer/BioNTech n’était « pas lié » à des décès post-vaccination. Pour rappel, cinq personnes âgées de plus de 75 ans étaient décédées en France suite à une injection du vaccin Pfizer/BioNTech.  »

      pourtant depuis début février, au moins 4 nouveaux départ, tapez doyenne saone et loir ou doyen de brettagne, leur famille se souviendra longtemps de leur consentement

        +3

      Alerter
  • Pierrot // 28.02.2021 à 13h35

    [modéré]
    Pas une fois l’état sanitaire / immunitaire des populations n’est envisagé …..
    Pourtant les nombreuses carences dues à nos modes de production industriels (végétaux comme animaux), à la sédentarisation, aux perturbateurs endocriniens, à nos aliments vides de nutriments etc …, ne peuvent rester indéfiniment sans conséquences ….
    Les patients avec facteurs de risques, et ceux fortement carencés en vitamine D, zinc et en omega 3 sont ceux qui font les formes les plus graves (source asso bleu-blanc-coeur entre autres), est-ce un hasard ?
    Pauvre science, pauvres peuples …..

      +3

    Alerter
  • ouvrierpcf // 28.02.2021 à 14h31

    Noam Chomsky :
    L’épidémie de grippe de 1918 s’est propagée dans tous les pays au moment où la Grande Guerre prenait fin, les troupes transportant le virus jusque dans leurs foyers et entraînant la mort de 50 à 100 millions de personnes.
    Bien qu’il n’y ait peut-être pas à Moscou de monument pour commémorer la lutte contre cette pandémie, l’Union des Républiques Socialistes Soviétiques (URSS), nouvellement créée, avait à l’époque développé à la hâte une infrastructure de santé publique.
    Le gouvernement soviétique a consulté les institutions médicales et systématiquement élaboré une réponse populaire à la grippe ainsi qu’un plan de santé publique. A. V. Molko, hygiéniste soviétique, organisateur de la santé et fondateur de l’éducation sanitaire nationale, a soutenu que la médecine « dans sa conception moderne, tout en ne s’écartant pas de ses fondements biologiques et de ses bases en sciences naturelles, est par sa nature et ses objectifs un problème sociologique. »
    A partir de là, les Soviétiques ont incité les écoles de médecine à créer le « médecin du futur », qui avait besoin d’une « préparation sérieuse en sciences naturelles, d’un bagage suffisant en sciences sociales pour comprendre l’environnement social et qui devait aussi être capable d’ étudier les conditions professionnelles et sociales qui sont à l’origine de la maladie et apte non seulement à guérir la maladie, mais aussi à indiquer des moyens de la prévenir. »
    L’URSS a été le premier pays à mettre en place un système de santé publique.

      +16

    Alerter
  • Sandrine // 28.02.2021 à 14h43

    Il y a un truc que je n’arrive toujours pas à comprendre : comment parvenir à une situation « zéro Covid » en gardant la définition actuelle du « cas contact »?
    J’entendais récemment R Piarroux sur thinkerview dire à ses interlocuteurs apparemment masqués en FFP2 qu’il se devrait de leur dire qu’il était positif au Covid si tel avait été le cas pour éviter qu’ils ne contaminent d’autres personnes éventuellement après l’interview.
    Alors pourquoi ne pas considérer comme cas contact des personnes avec qui vous avez été masqué en Ffp1 dans une même pièce pendant un long moment – au travail par exemple ?(c’est valable pour tous les autres espaces confinés comme les transports en commun)
    Comment prendre au sérieux l’ensemble de l’architecture des des gestes barrières après ça et le potentiel succès d’une stratégie zéro Covid ?

      +1

    Alerter
    • Incognitototo // 28.02.2021 à 18h54

      Je ne comprends pas votre question : dans les entreprises quand il y a des cas contacts, ceux-ci sont contraints à rester chez eux et à s’isoler pendant 7 jours (actuellement) : https://www.ameli.fr/assure/covid-19/isolement-principes-et-regles-respecter/isolement-principes-generaux ; c’est déjà arrivé 2 fois à ma sœur.

      A fortiori quand on est soi-même détecté positif, c’est à 14 jours qu’est porté cet isolement et on ne devrait pas reprendre le travail, ni avoir de contacts à l’issue de cette quatorzaine sans un test PCR de contrôle (du moins si on a survécu et qu’on n’est plus malade).

      Ce que vous décrivez comme situation est donc pour le moins une « anomalie » qui ne devrait jamais pouvoir se produire si les gens suivaient correctement les prescriptions. Et c’est bien là, entre bien d’autres, qu’il y a des problèmes, puisque les dispositifs de suivi d’aide aux malades et cas contact sont totalement défaillants, et encore moins contraignants.

        +1

      Alerter
      • Logique // 28.02.2021 à 20h06

        « Je ne comprends pas votre question : dans les entreprises quand il y a des cas contacts, ceux-ci sont contraints à rester chez eux et à s’isoler pendant 7 jours  »

        Pourquoi 7 jours? Le cas contact est testé et si négatif, peut reprendre le travail. Non?

          +0

        Alerter
        • Incognitototo // 28.02.2021 à 20h27

          Non, la période d’incubation est de 2 à 14 jours, ou on peut être porteur de la maladie (et contaminant) sans symptôme pendant cette période. Alors, ils ont pris la moyenne… Ma sœur a fait un test quand elle été déclaré cas contact et un test 7 jours après avant de reprendre le boulot.

            +2

          Alerter
          • Sandrine // 28.02.2021 à 21h13

            Effectivement vous ne comprenez pas : si une personne infectée ( mais qui ne le sait pas encore) se trouve dans un bureau, masquée, avec d’autres personnes également masquées et que les symptômes chez elle, ne se déclarent, mettons, qu’en soirée, et qu’elle est testée positive le lendemain.., elle aura passé toute la journée avec ces collègues mais ceux-ci, du point de vue de la sécurité sociale ne seront pas considérés comme « cas contact » car ils étaient masqués au moment du contact, pourtant prolongé. Ils ne seront donc pas tenus d’être isolés 7 jours…

              +0

            Alerter
            • Incognitototo // 28.02.2021 à 21h48

              Non, non, ça ne se passe pas comme ça. En principe, dès que vous avez été à proximité d’une personne qui a déclaré la maladie (et bien sûr l’a déclaré à sa direction), vous êtes « cas contact » et astreint de vous arrêtez 7 jours. Relisez le chapitre du lien que je vous ai donné : « Pour une personne qui a été en contact avec une personne positive la Covid19 (variant ou non) ».

                +2

              Alerter
            • Sandrine // 28.02.2021 à 22h10

              Ce n’est pas ce qui est écrit ici:
              https://www.ameli.fr/eure/assure/covid-19/comprendre-la-covid-19-se-proteger/en-cas-de-contact-avec-une-personne-malade-de-la-covid-19
              Il est bien précisé que l’on est cas contact “ en l’absence de mesures de protection efficaces pendant toute la durée du contact,”

              Et de fait, c’est ce que j’ai expérimenté dans mon entreprise… J’ai eu beau argumenter que le masque chirurgical n’était peut-être pas suffisant pour éviter la contamination en pareil cas, on m’a renvoyé aux textes du gouvernement….

                +1

              Alerter
            • Incognitototo // 28.02.2021 à 23h44

              Stupéfiant… ils ont réussi à distinguer la notion de « cas contact » (simple) avec celle de « personne contact à risque » (sur le même site) en pondant un texte de définition sujet à interprétations multiples et sans donner de hiérarchie des risques…

              Cependant, ce texte spécifie bien que : « a partagé un espace confiné (bureau ou salle de réunion, véhicule personnel…) pendant au moins 15 minutes consécutives (…) ; et : « Un espace confiné est un espace qui ne permet pas de respecter le critère de distanciation sociale soit une distance minimale de 2 mètres autour d’une personne. » ; et encore « a partagé le même lieu de vie que le cas confirmé ou probable »…

              Et tout le problème de l’interprétation consiste à savoir ce que sont des « mesures de protection efficaces pendant toute la durée du contact ». Impossible qu’un masque chirurgical, porté en plus toute la journée, avec toutes les possibilités qu’il soit mal ajusté pendant un certain temps, constitue une protection efficace dans un endroit confiné.

              C’est d’ailleurs pour ça que dans le service de ma soeur, ils ne s’embrassent pas de ce genre de considération, même avec son masque, elle a partagé le même espace que la contaminée et a donc été renvoyée chez elle pendant 7 jours.

              Si j’étais vous, je soumettrais votre cas à l’assurance maladie, et à l’inspection du travail, pour voir s’ils disent la même chose.

              Reste que votre patron m’a l’air d’être une sacrée tête de buse, vraiment peu soucieux de la sécurité de ses salariés. Vous pourrez toujours lui faire un procès si ça dégénère pour vous.

                +3

              Alerter
  • gilbert // 28.02.2021 à 16h10

    Il existera toujours un endroit dans le monde où le SARS-COV2 sera présent, la stratégie zéro COVID étant vouée à l’échec dans un monde ouvert elle implique donc une fermeture impitoyable réalisable uniquement dans un système très autoritaire et un fois qu’on sera entré dedans on ne pourra plus jamais en sortir.

    La plupart des arguments présentés par Kickbusch sont binaires parfois à la limite du fallacieux, par exemple pour les personnes vulnérables qui sont le vrai problème à traiter il est désormais démontré que la vaccination diminue drastiquement la COVID-19 tant en nombre qu’en gravité et il paraît évident qu’une vaccination priorisant les plus fragiles sera opérationnelle bien avant toute stratégie zéro COVID.

      +3

    Alerter
  • Julie // 28.02.2021 à 17h00

    Et si au lieu des amendes (pas chères payées pour les plus riches…) et de la psychose on expliquait aux gens comment avoir une bonne immunité? Moins d’alcool, des soupes de légumes et des yaourts, de la vitamine D distribuée gratuitement. Et si on demandait au plus de 60 ans de s’auto-confiner volontairement, pour ceux qui le peuvent, de façon raisonnable, sortir par exemple 2 fois par jours 30 mn dans des endroits pas surpeuplés? Leur ouvrir les parcs à certaines heures, avec des horaires étendus matin et soir?
    Ah mais c’est pas possible évidemment… c’est les plus de 60 ans qui votent!!

      +1

    Alerter
    • Gilles // 28.02.2021 à 17h42

      C’est surtout que plus on laisse circuler le virus plus il mute et potentiellement plus il peut devenir dangereux.
      L’age médian des personnes en réanimation est 67 ans. La moitié a donc moins de 67 ans.
      Les personnes jeunes en bonne santé avec des covids longs ou des séquelles irréversibles représentent des pourcentages importants. (Article qui date de plus 6 mois https://www.vidal.fr/actualites/25119-covid-19-quelles-sequelles-a-long-terme-l-experience-du-sras-et-du-mers.html et plus récent https://www.doctissimo.fr/sante/epidemie/coronavirus-chinois/covid-long-symptomes-persistants).
      Voilà pourquoi on ne peut pas simplement confiner les plus de XX ans.

        +4

      Alerter
      • Sandrine // 28.02.2021 à 21h20

        Ah si seulement on raisonnait comme ça pour les pollutions responsables des cancers, des perturbations endocriniennes…des diverses allergies très handicapantes aussi… de la maladie d’Alzheimer, etc., etc.

          +0

        Alerter
      • paulo // 01.03.2021 à 12h46

        @Gilles
        C’est surtout que plus on laisse circuler le virus plus il mute et potentiellement plus il peut devenir dangereux.

        Cela va à l’encontre du consensus scientifique qui démontre que plus un virus mute et se répand, moins il devient dangereux .

          +3

        Alerter
      • Hippocampe // 03.03.2021 à 14h59

        La réanimation n’est pas une fatalité décidée par des évènements extérieurs à la volonté, c’est un choix thérapeutique actif. Non prouvé ni étudié en randomisé comme tout traitement qui se respecte….
        Les gens « en réanimation », jeunes ou vieux, ne sont pas des personnes tombés dans le coma, comme à la suite d’un AVC ou d’un traumatisme, et qu’il faudrait « réanimer » suivant un protocole maitrisé. Ce sont des gens tout à fait conscients que l’on a plongés dans une anesthésie puissante, de façon à ce qu’ils perdent conscience justement. Pourquoi? parcequ’on se propose de les intuber et de brancher les dits tubes sur un respirateur artificiel qui exercera une pression directement sur les alvéoles des poumons. Qui décide de quand on ‘désanime’ le patient? L’anesthésiste. Sur quels critères? Eh bien, sur des critères variables, non randomisés, non prouvés scientifiquement, mais à la louche sur « l’expérience »! Laquelle dit que si l’oxygénation des tissus n’augmente pas à partir d’un flux d’oxygène de 6litres/mn, alors, au lieu d’oxygéner, il faut réintuber. Ce qui dans le cas du Covid est parfaitement inepte (et a été démontré tant à New York qu’en Italie et en Chine) puisque le défaut d’oxygénation des tissus (mesuré à l’index) tient à la thrombose des vaisseaux alvéolaires et non à une défaillance de la respiration. L’intubation fait donc plus de mal que de bien, comprimant les tissus alvéolaires. Résultat visible dans les statistiques: la proportion décès/réanimations est la plus élevée en France, enfin championne!

          +4

        Alerter
  • Fernet Branca // 28.02.2021 à 17h41

    Avez-vous vu sur le Figaro
    La ministre française déléguée à l’Industrie, en première ligne pour passer les commandes de vaccins, a promis sur France 3 un feu vert définitif de l’Agence européenne du médicament début mars pour ce vaccin américain unidose.
    Qui aurez imaginé cela au temps du général de Gaulle, ministre de l’industrie , même simplement délégué d’occupant d’acheter des vaccins?
    Quid de la vraie industrie : les aciéries, la métallurgie, les chantiers navals , l’aéronautique, l’automobile, le ferroviaire, l’énergie ,…

      +0

    Alerter
    • Logique // 28.02.2021 à 20h08

      Quid du vaccin russe? La russophobie a encore frappé on dirait. Seul Orban a envoyé paître l’UE.

        +4

      Alerter
  • Incognitototo // 28.02.2021 à 18h34

    Enfin…… « Apprendre des meilleurs face à la pandémie » ; tout s’explique, c’est sûrement pour cela que Buzyn a été nommée à l’OMS… 🙁

    Au vu des paroles, mensonges, inactions, incohérences, décisions criminelles … sans oublier leur suffisance imbécile et leurs résultats désastreux, ça va être très (trop) compliqué pour le gouvernement français.

    Je propose donc de les virer avant, du moins si on veut se donner une petite chance de reprendre notre vie d’avant, sans virus qui circule.

      +8

    Alerter
  • Incognitototo // 28.02.2021 à 20h30

    Dans l’annexe sur les mythes de la stratégie produite par Kickbusch, je m’étonne que soient oubliées les conséquences des contaminations…

    Selon toutes les études disponibles, les séquelles consécutives à la contamination par ce virus touchent 70 % des contaminés, avec pour 10 % des problèmes très invalidants, toutes tranches d’âge confondu.

    Ou autrement dit, si comme cela semble malheureusement se profiler, cette maladie raccourcit significativement l’espérance de vie en bonne santé (autour de 63 ans pour les hommes et 64 ans pour les femmes) de ceux qui ont été contaminés (et qui ont survécu), cela a d’énormes conséquences pour notre système de santé, et non accessoirement pour notre économie qui devra tourner avec des gens régulièrement malades, juste parce qu’ils ont attrapé la Covid une fois (y compris apparemment pour les jeunes).

    Alors bien évidemment, nous n’avons pas le recul pour savoir si ces problèmes ne vont pas se résorber avec le temps ; mais compte tenu qu’on sait maintenant que beaucoup de virus sont impliqués dans l’apparition de nombreuses maladies (neurodégénératives, viscérales, cardiaques, cancéreuses… et même psychiatriques), c’est vraiment un pari suicidaire (à plus d’un titre) que de laisser ce « nouveau » virus se propager, alors qu’il a déjà démontré qu’il pouvait s’attaquer à peu près à tous nos organes, et ce, quel que soit l’âge ou le niveau de « bonne santé initiale » des contaminés…

      +6

    Alerter
    • Incognitototo // 28.02.2021 à 20h45

      Donc en l’attente de la vaccination de masse (qu’il faudra probablement renouveler) et/ou de traitements efficaces, sauf si on est suicidaire (et criminel), nous n’avons de fait pas d’autre option que de faire tout ce qu’il faut pour stopper et maîtriser sa propagation.

        +3

      Alerter
      • Fernet Branca // 28.02.2021 à 22h39

        Et quoi donc la patrouille de longue durée en sous-marin nucléaire pour tous ou le voyage aller-retour sur Mars ? Il y a aussi la solution du début du christianisme s’emmurer comme les recluses ou reclus.

          +3

        Alerter
        • Incognitototo // 28.02.2021 à 23h51

          C’est tellement bête ce que vous dites que ça ne mérite même pas une réponse.

            +3

          Alerter
  • PaulOuPas // 01.03.2021 à 05h57

    Puisque sur ce site il me semble permis de poster des chiffres (de l’INSEE), je soumets à votre critique un petit calcul, qui ne prétend pas être plus que ce qu’il est : une projection de la mortalité de 2015 sur la pyramide des âges de 2020.
    (Projection des taux de mortalité 2015 pour chaque tranche d’âge de 1 an : de 0 an à 100+ ans)

    C’est avec intérêt que je lirai les réserves (voire la preuve de mes erreurs) des posteurs à propos des résultats de ce calcul, qui tempèrent sérieusement l’incidence du Covid sur la mortalité.
    Ceci dit ce calcul ne sert pas à prouver que le Covid n’existe pas, ou que personne n’en est mort.

    https://www.dropbox.com/s/httt20snzetrl4g/Morts%20Projet%C3%A9s%202020%20avec%20Taux%202015%20-%20France%20M%C3%A9tropolitaine.zip?dl=0

    ***

    Les taux de mortalité de 2015 (calculés pour chaque tranche de 1 an), appliqués à chaque tranche de 1 an de la pyramide des âges de 2020, donnent plus de morts qu’il n’y en a eu en 2020.

    Calculs faits avec France métropolitaine (mais résultat encore plus net si on le fait avec la France entière, avec DOM-TOM et Mayotte inclus donc)

    (Ne pas confondre la mortalité réelle de France métropolitaine 2020 : 654 600
    et la mortalité réelle de France entière 2020 : 668 629)

    Total décès France métropolitaine 2020 réel : 654 600
    Total décès France métropolitaine 2020, avec les taux de 2015 pour chaque âge : 669 578
    (écart 15 000 en faveur de 2015)

      +4

    Alerter
    • PaulOuPas // 01.03.2021 à 05h58

      *** Sources INSEE, pour refaire le calcul soi-même avec un tableur ***

      Pyramide des âges au 1er janvier 2015
      https://www.insee.fr/fr/statistiques/1288613?sommaire=1288637#tableau-TF14032G1
      Colonnes hommes, femmes : France Métropolitaine

      Décès 2015, par âge
      https://www.insee.fr/fr/statistiques/fichier/2117274/irsocsd20153_retro_excel.zip
      irsocsd20153_T74.xls
      Feuilles FM-H, FM-F (France Métropolitaine hommes, femmes), lignes 2015

      Pyramide des âges au 1er janvier 2020
      https://www.insee.fr/fr/statistiques/fichier/1913143/pyramide-des-ages-2020.xls
      Feuille : 2020 Métro (France Métropolitaine)

      Décès France Métropolitaine 2020 : à sommer de janvier à décembre 2020
      https://www.insee.fr/fr/statistiques/serie/000436394#Tableau

        +3

      Alerter
    • Renard // 01.03.2021 à 09h55

      @PaulOuPas
      Très jolie démonstration.

      Pour ceux qui auraient la flemme d’y aller voir, je résume ce que j’en ai compris.
      La progression de la mortalité entre 2015 et 2020 n’a pas besoin du Covid (dont nul ne nie la dangerosité) pour s’expliquer. Il suffit de constater que:
      1°) nous sommes plus nombreux (plus y a de pipes, plus y a de chance qu’il y en ait qui cassent).
      2°) nous sommes en moyenne plus vieux (et donc plus fragiles).

      Mais puisque le covid existe et qu’il tue, j’en conclurai pour ma part que sans lui, nous aurions eu un accroissement de l’espérance de vie (en cinq ans de progrès médicaux et autres) que ce putain de virus a effacé froidement.

        +2

      Alerter
      • Incognitototo // 01.03.2021 à 17h16

        Ça part surtout du principe qu’on peut prévoir avec une certitude significative qui va mourir et qui va vivre, ainsi que du postulat (quitte à tordre le cou aux chiffres) que ces personnes seraient mortes quand même. Soit quand on les mélange ensemble, une absurdité qui relève plus de la chiromancie que d’une étude statistique sérieuse qui tienne compte des causes à l’origine des résultats.
        En outre, pour les 8 % de contaminés de moins 64 ans, ainsi que les 14 % de 65 à 74 ans qui sont morts sans atteindre l’âge de leur espérance de vie, c’est juste pas de bol… et ça ne fausse évidemment en rien les résultats.

        Bref, les habituels délires de ceux pour lesquels le problème de la Covid n’existe pas.

          +2

        Alerter
        • PaulOuPas // 03.03.2021 à 02h58

          Ce que j’ai appliqué (sans le connaître) semble être à peu près le ‘taux comparatif de mortalité’
          https://www.cepidc.inserm.fr/principaux-indicateurs-de-mortalite
          Les taux, par âge, de 2 années différentes, appliqués à une pyramide identique : celle de 2020 dans mon cas.

          Mon calcul ne sert pas à donner précisément le nombre mort qu’aurait donné l’épidémie de 2015 en 2020. Il donne un ordre de grandeur : les taux de 2015 auraient donné 15.000 morts de plus en 2020. Il est donc difficile de prétendre que le Covid a fait 45.000-50.000 morts de plus qu’une forte grippe.
          (Ce calcul peut certainement être raffiné, le résultat sera peut-être plus correct, mais aussi plus discutable)

          Pour l’espérance de vie :
          nous gagnons environ un mois par an (progrès de la science et élévation du niveau de vie). Mais les mesures politiques ont provoqué une récession d’au minimum -8%, au lieu d’environ +2% de croissance. Nous avons perdu, par nos seuls actes, 3-5 ans de progrès (la science dépend aussi de l’économie).
          Et ce pour *toute* la population, pas seulement les personnes âgées et malades…

          Ce retard sera peut-être en partie rattrapé par un rebond, mais pas complètement.

          Nous avons aussi fait perdre du temps de vie ‘utile’ à *toute* la population :
          pensez aux personnes pour lesquelles c’était la dernière année de leur vie, et qui l’ont vécue à moitié recluse,
          aux enfants/ados pour lesquels chaque année est une année essentielle de leur développement intellectuel/affectif/social.

            +1

          Alerter
        • VVR // 03.03.2021 à 13h23

          Une bonne partie des gens meurent avant d’atteindre leur espérance de vie, c’est ce qui contrebalance tous ceux qui meurent bien après l’avoir dépassée. En extrapolant les données geodes et celles de la dress (mais qui date de 2016), ont peut estimer que les maladies respiratoire ont fait un bon de x3 chez les moins de 65 ans (de 3% à 10% des décés), et x2 chez les plus de 65 ans (de 8% a 16% des décés).

          « 8 % de contaminés de moins 64 ans » : Comment définissez vous « contaminés » ? A vue de nez, vous ne parlez que des hospitalisations. Alors oui, je pinaille comme un vieux fonctionnaire aigri, mais entre 3 millions de testé positif, donc contaminés au sens usuel, et 100000 hospitalisé ça fait une différence à mon sens non négligeable.

            +0

          Alerter
          • Incognitototo // 04.03.2021 à 00h17

            Hé bien VVR, on ne sait plus rectifier par soi-même ? 8 % sur le total des morts dus à la Covid ont moins de 64 ans, 14 % de 65 à 74 ans. C’est plus clair ? Pour le reste je vous laisse avec votre nouveau camarade qui apporte de l’eau à votre moulin à « insouciances » et à dénis, en se prenant les pieds dans les chiffres…

              +0

            Alerter
            • VVR // 04.03.2021 à 15h08

              Effectivement, quand on emplois les bon mots, c’est tout de suite plus clair.

              Comme en létalité on est au maximum a 0.1% pour les moins de 60 ans, et 0.23% pour les moins de 70 ans, je me doutais qu’il y avait une erreur, mais comme 8% c’est aussi proche de la mortalité aprés hospitalisation, je me suis mépris sur le sens de votre phrase.

              Remarquons au passage que les morts de maladies de l’appareil respiratoire en général c’est 7.5% de moins de 65 ans (pour 66% dans la tranche 55-64 ans), 11% dans les 65-74 ans, et 81% de plus 75 ans. (DREES, chiffres pour 2016).

              Décidément la COVID ressemble beaucoup a une maladie respiratoire, qui tue effectivement 2 fois plus qu’une années normale, ce qui justifie en soi des mesures exceptionnelles. Encore faut il que les mesures ciblent une maladie respiratoire.

                +0

              Alerter
  • Alain // 01.03.2021 à 12h07

    la stratégie zéro covid nécessite que la zone « nettoyée » reste isolée pour éviter l’arrivée de nouveaux infectés. Cela peut marcher pour les îles où les pays ayant très peu de points de passage de frontières. Mais là encore on se fait des illusions: Auckland en est déjà à son 3ème confinement, pour une vie normale ils repasseront.

    Et faire une politique zero covid à l’échelle de l’Europe, c’est totalement impossible. On doit accepter qu’on est mortel et d’ailleurs les morts de vieillesse ne sont qu’une minorité

      +6

    Alerter
    • red2 // 01.03.2021 à 15h50

      Le deuxième confinement a duré 3 jours et le 3eme est prévu pour une semaine uniquement à Auckland… Hors ces 10 jours la Nouvelle-Zélande vit normalement ou presque depuis juin 2020. Et nous ????!!!!
      CQFD!

        +4

      Alerter
      • lit75 // 01.03.2021 à 16h29

        Le nom Zero-Covid est probablement mal choisi. La stratégie consiste est de maintenir la circulation à un niveau bas, puis de lutter de façon agressive, voire paranoïaque contre toute résurgence…

        @red2 a priori les seules restrictions actuelles en N-Z hors Auckland sont :

        * port du masque obligatoire dans les transports publics
        * interdiction de rassemblements de puis de 100 personnes.

        En ce qui me concerne, je signe tout de suite…

          +4

        Alerter
  • lit75 // 01.03.2021 à 13h14

    On ne cherche pas à avoir l’air intelligent. On veut une stratégie réaliste de sortie de crise, au moins partielle. Pour l’instant le gouvernement n’en propose simplement pas. A part les vaccins, mais des vaccins, il n’y en n’a pas, enfin pas assez.

    Dans moins de quinze jours on va « fêter » l’anniversaire du premier confinement. Avec un peu de malchance, cela va coïncider avec le troisième confinement. Cela risque d’avoir un impact psychologique terrible.

    Il y a un vrai danger de décrochage total de l’Europe dans cette affaire. L’Asie et l’Océanie gèrent la crise infiniment mieux que nous. Les USA n’ont pas très bien géré la crise, mais ils sont en train de vacciner à grande vitesse et maîtrise les moyens de production. Le Royaume-Uni aussi. L’UE est encore à la recherche de doses.

      +0

    Alerter
  • valerieg // 04.03.2021 à 10h11

    Enfin un raisonnement intelligent.
    Putain j’attends , une telle lecture (ce triptyque) depuis FÉVRIER 2020 !
    Frontières externes, frontières internes avec expansion progressive du zéro covid et confinements stricts locaux donc courts.
    Il faudrait y rajouter :
    – la planification économique donc la prise en main industrielle (tests, masques) et la concentration de l’argent vers la santé (hôpitaux notamment) et la recherche. Cela implique, à minima, d’écarter l’UE.
    – du monde bien cadré aux diverses frontières donc l’utilisation de l’armée strictement pour la séparation aux frontières et non pour le maintien de l’ordre (hors de question), donc probablement une classe d’âge à ajouter,
    – une politique strictement nationale de gestion des vaccins (accords internationaux tous azimuts en particulier vers les russes ou production locale hors licence si besoin),

    Mais ceci n’est possible que via 2 cas :
    1 ça vient de l’Allemagne (comme c’était prévisible on y va) qui implose le modèle,
    2 on élimine d’abord TOUTES les forces politiques (la totalité des partis et syndicats puisqu’ils sont TOUS pour « vivre avec le covid », LFI et RN inclus (cas franchement improbable donc, hélas…).

      +1

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications