Merci Jean-Claude – je l’attendais depuis longtemps une telle sortie !

Un génie 🙂

Source : à lire sur Le Monde

mais tout est là :

juncker

« Les “déserteurs” ne seront pas accueillis à bras ouverts », prévient Jean-Claude Juncker, le président de la Commission européenne, à un mois du référendum britannique sur le maintien, ou non, du Royaume-Uni dans l’Union européenne. « Si les Britanniques devaient dire non, ce que je n’espère pas, la vie communautaire ne continuerait pas comme avant. Le Royaume-Uni devra accepter d’être considéré comme un Etat tiers, que l’on ne caressera pas dans le sens du poil », explique M. Juncker dans un entretien au Monde.

En conséquence, gros tabac en Angleterre :

juncker-2

Et là, on le coeur de la pensée d’un européiste bruxellois : comme ses précédentes interventions ont clairement renforcé le Non au référendum hollandais, il en conclut logiquement qu’il n’était pas allé assez loin dans ses menaces et son mépris, et il recommence donc, mais plus fort…

Un génie.

51 réponses à « Brexit » : « Les déserteurs ne seront pas accueillis à bras ouverts », prévient M. Juncker

Commentaires recommandés

Libraire Le 22 mai 2016 à 07h02

Un déserteur est un type qui fuit, a priori il ne s’attend pas à être accueilli par ce qu’il fuit.

Junker représentant de commerce d’une catastrophe prévisible, aveuglé par ses certitudes, s’imagine-t-il vraiment que ceux qui veulent partir n’ont pas murement réfléchis. Croit-il vraiment qu’ils souhaiteront revenir un jour ?
Se sont-ils considéré un jour comme autre chose qu’un état “Tiers”?
A-t-il conscience du ridicule de son antiphrase?
J’en ai d’autre pour lui:
“La marche forcée en direction du mur ne nous fera pas reculer.”
ou
“La chute totale du principe de la globalisation européiste dans l’esprit des peuples ne nous élèvera pas”

  1. Libraire Le 22 mai 2016 à 07h02
    Afficher/Masquer

    Un déserteur est un type qui fuit, a priori il ne s’attend pas à être accueilli par ce qu’il fuit.

    Junker représentant de commerce d’une catastrophe prévisible, aveuglé par ses certitudes, s’imagine-t-il vraiment que ceux qui veulent partir n’ont pas murement réfléchis. Croit-il vraiment qu’ils souhaiteront revenir un jour ?
    Se sont-ils considéré un jour comme autre chose qu’un état “Tiers”?
    A-t-il conscience du ridicule de son antiphrase?
    J’en ai d’autre pour lui:
    “La marche forcée en direction du mur ne nous fera pas reculer.”
    ou
    “La chute totale du principe de la globalisation européiste dans l’esprit des peuples ne nous élèvera pas”


    • Henri Tanson Le 22 mai 2016 à 08h59
      Afficher/Masquer

      Merci Junker !
      Aveuglé par ses certitudes.
      En fait, il est à l’image de tous les europhiles, aveuglé de ses certitudes.
      Et complètement étanches aux critiques, quelles qu’elles soient.
      Les opposants à cette Construction européenne peuvent s’agiter dans tous les sens, ils n’auront jamais l’efficacité d’un (escroc international) Juncker, d’un Schulz, d’un Rompoy (…), d’une Ashton, d’une Redding, d’une Mogherini, d’un Moscovici, d’un Barroso, etc, pour nous dégoûter de cette Union européenne.
      Leur attitude est totalement anti-démocratique, haineuse, intolérante et carrément dictatoriale.
      Le plus grand danger pour “l’Europe” ce sont ces européistes-là !
      Qu’ils continuent, merci.
      Comme Obama intervenant, s’ingérant, dans les choix du Royaume Uni…! Je l’aime !
      Continuez; la fin est proche !
      Nous n’auront même pas besoin de déclarer que nous nous retirons de cette escroquerie, comme nous en avons le droit (…) : elle aura explosé en vol bien avant.
      Merci.


      • Igor Le 22 mai 2016 à 10h38
        Afficher/Masquer

        Ils ne sont pas aveuglés par les certitudes, ils cherchent à conserver leurs emplois. Les idées politiques, démocratie, bien commun sont plus que secondaires..même sans importance…
        D’ ailleurs je me demande s’ils cotisent à pôle emploi….
        Normalement si le RU sort les salaires et primes devraient être revues à la baisse , non?
        Ils ont bien des grilles des entretiens pour les evaluations?
        Au fait c’est qui le dégé de l’europe?


        • Crapaud Rouge Le 23 mai 2016 à 17h00
          Afficher/Masquer

          Bravo Igor ! C’est exactement ça. Ils ne sont pas “aveuglés” mais intéressés, ils défendent leur copieux bifteck. Pour le reste, ils n’ont aucune conviction.


  2. Michelle Le 22 mai 2016 à 07h02
    Afficher/Masquer

    Comme dans un divorce……(mais la politique c’est aussi de la psychologie!)
    Quand les rapports entre personnes ne sont plus des échanges normaux et équitables, il faut savoir dire NON.
    Non c’est NON ce ne peut jamais être oui mais ou non peut-être.
    C’est toujours le plus VIVANT qui part.
    Certes le NON aura toujours des conséquences……..la vie matérielle sera bien plus difficile surtout dans les premiers temps car l’un garde TOUT en égoïste infantile, quand l’autre doit vivre avec ce qu’il a pu emporter. Donc il ne faut jamais partir sur un coup de tête mais l’expression “préparer ses arrières “remplace tous les discours.
    Ensuite au point de vue psychologie, la liberté apporte un grand bien-être de la personne ou du groupe.
    Et alors quand les échanges avec d’autres peuvent s’établir la créativité peut s’épanouir.

    Jacques Sapir depuis longtemps a expliqué avec quelle maîtrise, nous devions sortir de ce traquenard.
    Et comme pour le divorce plus nous attendons plus la séparation se complique.
    Les grecs en sont l’exemple bien malheureux.


    • K Le 22 mai 2016 à 19h46
      Afficher/Masquer

      En partie d’accord. Sauf que si la GB quitte l’UE, beaucoup de gens vont être étonnés de voir que cela n’entraine aucune conséquence dramatique.
      C’est d’ailleurs ce qui effraie les eiropeistes : que les peuples se rendent compte à travers l’exemple britanique que quitter l’UE n’entrainent pas l’Apocalypse.


  3. Bruno Le 22 mai 2016 à 07h20
    Afficher/Masquer

    Les personnages comme Junker (que l’on retrouve dans tous les échelons de la vie publique et des entreprises) ont deux facettes.

    D’un coté ils semblent etre de fortes têtes, doués, travailleurs etc… Mais ce sont surtout les plus soumis, les plus rampants, les plus efficaces dans la mise en œuvre des directives.

    En prejetant leur propre psychologie sur les peuples, c’est la consternation ! Qui ose rompre l’immense chaine de soumission, comment peut-on réfléchir 5 minutes et reprendre le contrôle !? En bref : mais qui a le culot de na pas obéir aux injonctions éructées depuis Bruxelles ?!

    Le reflexe est de les gronder de plus en plus fort, comme dans une réunion de cabinet ou monsieur le ministre « passe une sacrée avoinée » a ses secrétaires d’états. Mais comme la populace n’est pas une assemblée de technocrates-serpillères, ils obtiennent l’effet contraire de celui qu’ils espéraient.


    • Booster Le 22 mai 2016 à 10h50
      Afficher/Masquer

      La populace ne comprends que “not welcome in Europe” et la famille Michu risque de voter contre la sortie de l’UE, de peur de ne plus pouvoir boire de l’alcool à bon marché et prendre des coups de soleil sur les plages de Benidorm. De même que les salariés british se posent des questions sur leur droit de séjours dans l’UE en cas de Brexit. Les gens ne réfléchissent plus, alors ils croient n’importe quelle baliverne annoncée d’un ton arrogant et péremptoire par un officiel, surtout si celle-ci est relayée sans remise en cause par tous les médias.


  4. ARDUS Le 22 mai 2016 à 07h26
    Afficher/Masquer

    Oui, l’UE est confrontée de longue date à un vrai problème de sélection de ses élites politiques [cf également Bolkenstein qui a puissamment aidé au vote NON de 2005 en France avec sa calamiteuse histoire de plombier polonais en pleine campagne référendaire]. Cela tient peut être au fait que ce personnel politique est tributaire d’orientations décidées en dehors de lui par des milieux économiques qui n’ont pour leur part strictement aucune vision politique historiquement construite. Les choses allaient mieux quand la socité dominante gérait elle même ses affaires politiques avec des leaders d’opinion blanchis sous le harnais et directement issus de ses rangs. La sous-traitance des aspects politiques par des chargés de mission recrutés à cet effet sur le seul critère de la vassalité, conduit inévitablement à promouvoir des borgniols qui sont de facto le principal atout de leurs opposants. On a le cas aussi en France avec Hollande.


    • Bruno Le 22 mai 2016 à 07h37
      Afficher/Masquer

      Vous rejoingnez mon propos du poste precedent : “des chargés de mission recrutés à cet effet sur le seul critère de la vassalité”.

      C’est exactement cela. Et ils attendent cette meme vassalite de la part de 300 millions d’europeens.


    • ManuUK Le 22 mai 2016 à 13h48
      Afficher/Masquer

      Vivant en Angleterre, je cherche à trouver des articles intéressants sur le référendum et non des commentaires sur les commentaires de David Cameron ou autres en anglais.
      Connaissez-vous des sites d’informations britanniques ayant le même le niveau que les crises, asi, mediapart, le diplo ?
      Merci


  5. Alain Le 22 mai 2016 à 07h42
    Afficher/Masquer

    Avec des alliés tel que lui, plus besoin d’adversaires. Voltaire avait bien raison dedire “Seigneur protégez moi de mes amis, mes ennemis je m’en charge”

    Mais il devra manger son chapeau et le reste quand le monde de la finance fera valoir que la Grande-Bretagne est indispensable et qu’il faudra conclure un accord ad-hoc durant les deux ans de négociation prévus par les traités pour un retrait

    Comme son discours contre le risque de l’élection d’un président autrichien d’extrême-droite: on a un politicien arrivé là par combines sans avoir été candidat sur aucune liste aux élections européennes qui se permet de récuser un élu d’un parti légal !! Quelle inversion des valeurs


  6. Eric83 Le 22 mai 2016 à 07h59
    Afficher/Masquer

    JC Juncker est en mode panique et il ne sait plus quoi inventer pour attiser les peurs du peuple anglais.

    Cependant, je remercie JC Juncker pour cette magnifique nouvelle preuve de sa révulsion pour la démocratie.
    Les dominants en voulant jouer sur les peurs, par la voix de leurs vassaux, Obama, Cameron, Juncker, Lagarde…etc…ne font que renforcer la défiance des peuples à l’égard de l’UE et du “système” et ils vont finir par obtenir…le Brexit, ce contre quoi ils se battent.

    Mr Juncker et Cie, n’hésitez pas à renouveler régulièrement de telles sorties médiatiques et le Brexit l’emportera. Ceci sera le prélude à l’effondrement de l’UE et à la renaissance, enfin, de la souveraineté des nations et des peuples.


  7. SPO Le 22 mai 2016 à 08h21
    Afficher/Masquer

    Vivement que l’on parte aussi.

    Avez vous remarque que depuis la naissance de l’euro en 1999, on ne parle plus de la balance commerciale de la France?
    Et pour cause, les échanges ont continué d’augmenter mais surtout les importations depuis cette date, bien avant la crises de 2008.
    Le retour à une souveraineté permettrai de faire de vrais choix d’orientation de politiques de consommations et d’importations, c’est à dire non dépendant d’un marche de libre échange du moins disant où le cout fiscal, social, écologique et sanitaire compte peu dans le prix.

    Bref dans l’Europe actuel, le moins disant fiscal, social, écologique et sanitaire est favorisé et écrase le plus disant, le plus respectueux et en contrepartie entraîne de l’évasion fiscale, du dumping social avec déflation salariale et chômage, un cout écologique et sanitaire pour la société et les peuples qui augmente et surtout de vrais questions éthiques et morales bafouees en termes de concurrence.
    Une Europe sans cadre, avec juste du libre échange commercial.

    Voici 2 pages de documents du gouvernement sur la balance commerciale, la seconde page plus intéressante montre l’évolution depuis 1970.

    http://lekiosque.finances.gouv.fr/fichiers/Etudes/tableaux/histosolde.pdf


    • Leterrible Le 22 mai 2016 à 10h30
      Afficher/Masquer

      SPO écrit :
      …” Le retour à une souveraineté permettrai de faire de vrais choix d’orientation de politiques de consommations et d’importations, c’est à dire non dépendant d’un marche de libre échange du moins disant où le cout fiscal, social, écologique et sanitaire compte peu dans le prix. “…

      …” Voici 2 pages de documents du gouvernement sur la balance commerciale, la seconde page plus intéressante montre l’évolution depuis 1970. “…

      Cela me semble fort intéressant. Pourriez-vous développer quelque peu à partir du tableau proposé?


    • Le Rouméliote Le 22 mai 2016 à 11h31
      Afficher/Masquer

      Le graphique du taux de couverture illustre parfaitement l’effet délétère de l’€ tel que nous l’ont déjà montré Jacques Sapir et Jason Manolopoulos. Il illustre la désindustrialisation de la France.


    • LS Le 23 mai 2016 à 16h55
      Afficher/Masquer

      Oui mais c’est même encore plus grave que cela. Ce qui ne transparaît pas dans ces chiffres intégrés, ce sont les effets de structure. Le taux de couverture des biens consommés (je mets de coté les services), par la production nationale, est tombé à 40 – 45 % (65% en Allemagne). La structure productive qui reste est devenue spécialisée et peu sensible à la structure de consommation marginale, c’est à dire qui varie quand le pouvoir d’achat varie.
      La dynamique de réponse de l’économie française à une dévaluation sera celle du rythme du ré-investissements productif même si le taux d’utilisation du capital productif existant est plutôt bas.
      Je suis pour la sortie de la zone euro (et de l’UE) mais il ne faut pas en attendre une amélioration très rapide. Je trouve assez optimiste les prévisions de J. Sapir sur ce sujet. Quant à la réalité d’une souveraineté recouvrée, OUI mais il faudra une réadaptation du couple consommation/production pour cela, et donc du temps et de la souffrance.


  8. DUGUESCLIN Le 22 mai 2016 à 08h40
    Afficher/Masquer

    Là on atteint le grotesque c’est quand même difficile d’accueillir à bras ouvert quelqu’un qui se sauve en courant.
    Et ces des gens comme ça qui nous dirigent?


  9. tom Le 22 mai 2016 à 08h51
    Afficher/Masquer

    Aller, Mr Junker un autre verre de whiskey pour vous mettre d’aplomb.
    Etre un pays tiers ne va pas si mal pour la Turkie en fin de compte, hey, visa pour 75 millions de turck, 3 milliars d’euros pour garder les refugies sur le sol turck et vous envoyer des turck en echange.
    Aller Mr Junker, un autre verre de whiskey, ca va vous remettre d’aplomb!


  10. DUGUESCLIN Le 22 mai 2016 à 08h54
    Afficher/Masquer

    L’européisme nous punit, sous-entendu c’est pour notre bien. Ceux qui ne le comprennent pas seront punis pour avoir refuser d’être punis. Mais ceux qui ne veulent pas être punis et refusent d’être punis pour avoir refuser la punition, qu’est-ce qu’on fait?
    L’européisme ce n’est rein d’autre que la menace permanente de punition. La Grèce par exemple.


  11. bourdeaux Le 22 mai 2016 à 09h15
    Afficher/Masquer

    Bel échantillon de ce que nos grands-parents appelaient la diplomatie de la canonnière.
    Le pompier junker va sans doute devoir aussi ferrailler avec les finlandais qui, non contents de ne pas apprécier les joies d’une austérité chargée à la chevrotine, poussent la cuistrerie jusqu’à vouloir sortir de la zone euro. Décidément, l’intégration européenne prend des allures de chahut d’élèves dans un fond de classe.
    http://www.euractiv.fr/section/euro-finances/news/une-petition-impose-un-debat-sur-la-sortie-de-leuro-en-finlande/


  12. FifiBrind_acier Le 22 mai 2016 à 09h29
    Afficher/Masquer

    ça craque quand même au plus haut niveau de l’édifice…
    Ils savent bien que toute cette usine à gaz ne fonctionne pas, et que les européens sont de plus en plus nombreux à s’en rendre compte….

    — Martin Schulz , Président du Parlement : ” La promesse d’ Europe n’a pas été tenue”.
    “L’austérité imposée… pour sauver les banques” dit-il , quel aveu!
    http://www.lesoir.be/1201743/article/actualite/union-europeenne/2016-05-05/martin-schulz-l-europe-est-une-promesse-qui-n-pas-ete-tenue

    – Donald Tusk Président du Conseil européen (cf dans le document précédent)
    « Le rêve d’un seul Etat européen, d’une seule nation européenne est une illusion. Nous devons accepter de vivre dans une Europe avec différentes monnaies, avec différentes forces politiques, et la pire chose est de prétendre de ne pas le savoir », a-t-il ajouté.

    C’est l’annonce de la fin de l’euro?


  13. Gier 13 Le 22 mai 2016 à 09h37
    Afficher/Masquer

    Pour une fois, j’ai aimé lire Junker. Il m’a fait penser à une bête aux abois. Il essaye de montrer les crocs alors qu’il n’a plus la force de mordre.
    Je passe sur la bêtise de ses arguments qui a déjà été commentée !
    L’UE ressemble à la RDA quelques jours avant la chute du mur. Elle n’est plus soutenue par personne hormis les quelques rares apparatchiks pour qui et par qui elle a été faite et par les quelques autres qui ont intérêt à son maintient, parmi lesquels on compte nos gouvernants …hélas.
    On en bavera peut-être après. Sans doute même. Mais j’aimerai vraiment voir ça !


    • Ailleret Le 22 mai 2016 à 21h38
      Afficher/Masquer

      La RDA, ça avait quand même plus d’allure. « Die deutsche demokratische Republik fördert und schützt… ». A Berlin, au bord de la Spree, le musée de la RDA ne manque pas de visiteurs ; je doute qu’après l’effondrement de l’UE il y ait un musée pour de telles horreurs. Pour exposer l’éthylotest de Juncker ?


  14. Scorpionbleu Le 22 mai 2016 à 10h31
    Afficher/Masquer

    Le goût immodéré de l’argent, la folie du pouvoir, la perversité n’ont plus de limite. Aujourd’hui tous ces fous qui nous dirigent et dirigent les grandes entreprises jouent plus que jamais entre eux, sur notre dos. Ils ont tissé une toile infernale.

    A mon avis, les réflexions rationnelles n’ont pas de sens, ces gens sont des malades mentaux…

    Dire Non au Traité en 2005 fut notre dernière arme..Les gens de Gauche, “les aveugles” ont dit Oui…

    Quant aux aveux de ces bonhommes comme Schulz ou Tusk ? ils se préparent à garder le pouvoir dans un autre Sytème déjà prévu.

    Relisons Shakespeare, ce fut toujours ainsi….Quant à la démocratie, elle n’a jamais servi que les Pirates.


    • Louis Robert Le 22 mai 2016 à 13h18
      Afficher/Masquer

      « Quand tombe sur l’homme la colère des dieux, ils bannissent d’abord de son esprit la compréhension. » — Lycurgue

      « Quand la puissance divine veut du mal à un homme, elle s’attaque d’abord à son esprit. »
      — Sophocle

      « Ceux que les dieux veulent détruire, ils les privent d’abord de leur bon sens. »
      — Euripide

      « Celui que Dieu veut détruire, d’abord il le rend fou. »
      — Sénèque

      « Ceux que les dieux veulent détruire, d’abord il les rendent fous. »
      — Henry Wadsworth Longfellow


  15. Fabien Le 22 mai 2016 à 10h43
    Afficher/Masquer

    Compte tenu de ce qu’a été la politique de l’UE, avec extension à tout va et signature d’accords d’associations à tire larigot avec tous les pays possible et imaginables ( y compris avec les USA via le TAFTA, mais pas avec la Russie naturellement ), ces menaces ne sont évidemment pas crédibles pour un sou.

    C’est toujours la même méthode ridicule, la même employée lors du référendum de 2005 sur le traité constitutionnel et, plus récemment, celui sur l’indépendance de l’Écosse .


  16. Nerouiev Le 22 mai 2016 à 10h57
    Afficher/Masquer

    Mon pauvre Monsieur Junker, comme tous les cocus vous serez le dernier à l’apprendre. Plein d’autres pays nous tendent déjà les bras.


  17. Owen Le 22 mai 2016 à 12h00
    Afficher/Masquer

    Tant pis si mon propos est rabat-joie, mais le phénomène est connu qu’un objectif lointain de changement soulève des enthousiasmes et que plus il s’approche, plus la crainte de faire une “bêtise” agite les votants.
    Les propagandistes le savent très bien et Junker ne fait que son job normal dans ce monde féroce qu’il défend.

    Les sondages de brexit n’ont enregistré ni réserve significative durable de votants pour la sortie, ni de tendance évolutive régulière comme on l’avait constaté par exemple pour le non au TCE.
    Brexit :http://www.economist.com/Brexit
    ou bien sur 8 mois :https://ig.ft.com/sites/brexit-polling/
    Le non au TCE de 2005 : https://fr.wikipedia.org/wiki/Sondages_fran%C3%A7ais_avant_le_r%C3%A9f%C3%A9rendum_du_29_mai_2005

    Wait and see, et je serais heureux de voir ce referendum tromper ce mauvais présage.


  18. avec avec Le 22 mai 2016 à 12h03
    Afficher/Masquer

    çà leur plait pas le Brexit aux “Européens” , enfin de ceux qui parlent en leurs noms . Ne serait ce pas par hasard parce qu’en Grande-Bretagne , y a un truc qui s’appele la City et qui pése lourd , question financiére ?


  19. Alae Le 22 mai 2016 à 12h51
    Afficher/Masquer

    A propos de la panique anti-Brexit, Poutine a eu ces mots très amusants, “Pourquoi est-ce que les leaders occidentaux ont si peur des urnes ? Regardez la Crimée – on a donné un choix clair aux gens et ils ont décidé – il n’y a pas eu de violences, pas de rhétorique menaçante.”
    Et pan ! 🙂


  20. Louis Robert Le 22 mai 2016 à 13h07
    Afficher/Masquer

    Dans la France où j’ai vécu, “désertion”, “capitulation” et “servitude” avaient encore tout leur sens.

    Appel du 18 juin 1940 – DIscours enregistré le 22 juin 1940 par le Général de Gaulle

    https://m.youtube.com/watch?v=tjPeo1IY05o

    +

    Dans l’Angleterre où j’ai vécu, on savait “jouer dur” et faire payer cher le chantage, les menaces et le mépris.

    ‘Some Chicken – Some Neck!’ Mr Churchill At O ttawa (1942)

    https://m.youtube.com/watch?v=y6JxSHmVB5g

    +

    Aujourd’hui, nous avons l’Europe de l’UE, du FMI, des “institutions”, des réfugiés, et cette “pornographie politique” grecque qui en résulte, dont écrit si courageusement Panagiotis Grigoriou.

    http://www.greekcrisis.fr/2016/05/Fr0515.html#deb

    +

    Qui donc peut bien encore vouloir de cette Europe déchue?


  21. eltrovar Le 22 mai 2016 à 13h52
    Afficher/Masquer

    Pour tous ceux qui souhaitent l’effondrement rapide de cette Europe bureaucratique mortifère, les sorties “panic mode” de l’élite sont un vrai régal. Un accélérateur de compost. L’effet sur l’opinion britannique attendu, c’est entre 5 et 10% de plus pour le Brexit. Bravo, essayez encore!


  22. noDJ Le 22 mai 2016 à 13h59
    Afficher/Masquer

    Apocalypse After (Brexit). Les lobbies l’ont murmuré d’abord (parce que l’Europe c’est top pour les lobbies). Alors Obama l’a dit, Junker l’a dit, les people aussi, et tous les autres ont suivi, les pseudo-politiciens et les pseudo-journalistes.

    “Les déserteurs ne seront pas accueillis à bras ouverts”. La phrase peut concerner les accords bilatérales. Obama avait dit la même chose (mais Trump le contraire). Ce ne sont que des pétards mouillés (ces accords étant indispensables à toutes les parties).


    • noDJ Le 22 mai 2016 à 14h00
      Afficher/Masquer

      La phrase est néanmoins d’une grande confusion.

      Dans un premier temps les déserteurs ne veulent qu’une chose : s’éloigner le plus possible de ce qu’ils fuient (et non s’en retourner).

      Le terme de déserteur fait référence à la guerre et présuppose que celui qui déserte est un lâche. Mais alors contre quoi l’UE est en guerre ? Guerroyer présuppose une cause commune, en l’occurrence inexistante. Ou alors la cause est suicidaire, contre les états nations et le peuple, au profit des banques et des transnationales. Celui qui prévoit la catastrophe et quitte le navire n’est ni un lâche ni un imbécile, mais bien celui qui continue à danser sur le pont. Le terme est alors à contre-emploi (c’est l’UE qui a renoncé à défendre les biens communs).

      La sentence renvoie à pire : en cas de guerre les déserteurs sont fusillés. Cela n’a aucun sens, car les transnationales anglaises seront toujours les bienvenues (non pas parce qu’elles sont anglaises mais transnationales), quant aux gouvernement et aux peuples, ils sont déjà “emprisonnés, sinon fusillés” et donc leur sort ne peut que s’en porter mieux.

      Bref une phrase typique de Novlangue pour stupéfier la pensée, en faisant passer le message contraire de ce qui semble être dit.


  23. Gilou Le 22 mai 2016 à 14h10
    Afficher/Masquer

    Le kamarad suprême d’un paradis fiscal fait du chantage.
    Il craint la concurrence des paradis fiscaux britanniques et américains ?


  24. bluetonga Le 22 mai 2016 à 14h39
    Afficher/Masquer

    Juncker est le type qui se contrôle mal et vend systématiquement la mèche, comme dans le coup des traités qui ne pouvaient pas être remis en cause par décision populaire, révélant crûment cette facette peu glorieuse de l’Union Européenne. Là il parle de déserteur, suggérant qu’il considère cette démarche comme une trahison face à l’ennemi ou au danger (saloperie de peuple, saloperie de démocratie!). Surtout il révèle son désarroi et son impuissance : “après il ne faudra pas venir pleurer, hein!”.

    Si c’est ça le calibre des intendants que nos marquis de l’état profond ont choisi pour nous administrer, il ne faut pas s’étonner que le mildiou bouffe les récoltes et qu’il y ait le feu aux écuries.


  25. ferraille Le 22 mai 2016 à 15h00
    Afficher/Masquer

    Finalement que nous a apporté l’UE à ce jour? à part des interdictions, de l’austérité, des invasions barbares, du chômage et des menaces, dans la plus pure tradition d’une dictature qui n’a aucune raison d’exister…


    • VORONINE Le 22 mai 2016 à 18h35
      Afficher/Masquer

      Elle nous a également apporté la guerre, au KOSOVO…ou en LIBYE, la menace nucléaire en Europe de l’EST, la perspective d’un conflit avec la Russie au sujet de l’UKRAINE, des états baltes ou du Caucase .


  26. Andrae Le 22 mai 2016 à 17h22
    Afficher/Masquer

    Juncker ne fait que lancer sur la place publique une menace diffuse, afin d’influencer ‘l’opinion.’ Le langage en dessous est codé, style: on verra sur la compétition financière, etc.

    Les échanges commerciaux, les Grandes Corporations (en F, Etat et privé) et leur pouvoir, la libre circulation de personnes, Banques / Finance (etc.), en cas de Brexit, ne changeront pas du tout.

    Le Brexit n’est qu’un psychodrame pour occuper le peuple, leur laisser la décision (si le vote n’est pas truqué et voir la propagande pour le vérouiller…), et ensuite.. bizness as usual.

    London City (Finance) ne changera pas. Les prix pour l’immobilier non plus (bulle.) La privatisation des services de santé, les coupures dans le social, marcheront en avant. Militaire en Iraq etc. non plus. L’UE ne sanctionnera jamais la GB mis apart symbolisme pour la galerie.

    Néanmoins, si le Brexit pourrait l’emporter, c’est très positif, je pense. Donc tout sera mis en place et manipulé pour l’empecher.


  27. Eric Le 22 mai 2016 à 19h16
    Afficher/Masquer

    Tout est relatif. Ainsi dans une situation normale, où les pays et leurs électeurs n’auraient pas de compte à rendre à des oligarques transnationaux, européistes, mondialistes et autres joyeusetés en istes, c’est ce même Juncker qui serait un traitre. Ce qu’il est au fond, non ? 🙂 Du moins si l’on peut considérer que ce genre de personne puisse être attachée à autre chose que ses intérêts propres.


  28. matamaure Le 22 mai 2016 à 21h13
    Afficher/Masquer

    Le camarade Staline avait promulguée une loi punissant les déserteurs de fusillade. C’était appliqué très largement, avec diligence et très peu de distinction.


  29. moshedayan Le 22 mai 2016 à 21h27
    Afficher/Masquer

    Juncker confirme être le dirigeant de l’Union Européenne du Chantage ou le logo CE devient Chantage Européen, après la Grèce…la Grande-Bretagne maintenant et n’oublions pas l’Europe de l’Est menacée de payer le chantage à l’immigration forcée !! Quel programme cette Europe !!! Quant aux Pays-Bas sur le non à l’Ukraine, il leur a fait un “bras d’honneur”, excuser du peu, sur fond de MH 17 !!! Oah ! ça balance dur en ce moment à Bruxelles !!


  30. dan Le 22 mai 2016 à 22h06
    Afficher/Masquer

    Pour moi ce sont tous des dictateurs en tenue de camouflage. Le vrai danger pour la démocratie ce sont eux, et non ceux qu’on qualifie d'”extrême droite” pour attiser les peurs et la haine, afin de s’auto-justifier et de garder leur pouvoir. Mais le verni est en train de craquer sérieusement et la tenue de camouflage également.


  31. avec avec Le 22 mai 2016 à 22h52
    Afficher/Masquer

    Sans rapport apparent , ICBC rachéte les coffres de la Deutsche et de la Barclays à Londres ; capacité de stockage de 3000 , 4000 t de méraux précieux . Je ne crois pas que ce soit pour y mettre des z’euros .


  32. step Le 23 mai 2016 à 13h27
    Afficher/Masquer

    Ben quoi ? Depuis un certain temps, ils se moquent éperdument du résultat des référendums, donc que cela vexe ou fâche le peuple n’a aucune importance. Ce n’est pas aux citoyens anglais que junker parle, mais à leur dirigeant, pour lui faire peur à lui !
    Ces gens ne sont pas idiots, ils ont très bien compris que dans nos “démocraties”, si on tient le dirigeant, on peut se foutre du peuple. A partir de là, qu’on (le peuple) ressente leur mépris est le cadet de leurs soucis. A gérer avec un peu de comm (renégociation par ci, inflexion par là) une fois le fois le dirigeant maté.


  33. Learch Le 23 mai 2016 à 19h28
    Afficher/Masquer

    Attention !
    Nous ne faisons pas partie des milieux autorisés,
    Nous n’avons connaissance que des bribes que l’on veut bien laisser passer…

    Donc il y a peut-être, sous cette intervention junckerienne, un sens caché, un message sous-jacent…
    Qui menace-t-il ?
    Qui aura réellement des soucis en Angleterre si brexit il y aura ?
    A qui profite cette intervention ?
    Juncker a des dossiers sur tout le monde, vu qu’il était à la tête de la plus grande lessiveuse européenne, il n’oserait quand même pas s’en servir ? Non, bien sûr :o)
    Ne serait-ce pas, avec cette intervention, la partie visible de l’iceberg “Guerre City/Luxembourg” ? Ou “Guerre City-Banque d’Angleterre/Luxembourg-Goldman-Sachs” ?
    Juste après le passage d’Obama qui a fait le gentil, Juncker fait le méchant, ne dirait-on pas une technique d’interrogatoire policier ?
    Mais je dis sûrement n’importe quoi…
    En tous cas, vu comme ces deux-là se démènent, l’enjeu du brexit est réellement très important.
    C’est la seule chose dont on peut être sûrs.


  34. Chris Le 23 mai 2016 à 20h50
    Afficher/Masquer

    Mon compagnon britannique s’alarme de l’intense campagne médiatique contre le Brexit, qui installe doute et confusion dans les esprits : mais n’est-ce pas le but !?
    Il est sidéré par la mauvaise foi des anti-Brexit. “Ils mentent comme des arracheurs de dents” lui disent ses amis résidant au RU.


Charte de modérations des commentaires