Les Crises Les Crises
16.avril.201916.4.2019 // Les Crises

Brexit versus Bernard-Henri Lévy, par The Economist

Merci 385
Je commente
J'envoie

Source : The Economist, 07-06-2018

L’arme secrète des Remainers [partisans anti-Brexit, NdT] : à Chelsea, la pièce d’un philosophe français.

Le 7 juin 2018

Depuis le vote pour sortir de l’Union européenne, un nombre frappant de Britanniques présentent les symptômes d’un nouveau trouble de la santé, le « Syndrome de démence brexitaire ». Le dit SDB frappe certaines des personnalités les plus éminentes du pays. Lord Adonis, ancien ministre du parti travailliste, soutient que le Brexit est « en grande partie une fabrication de la BBC ». Alastair Campbell, l’ancien conseiller en communication de Tony Blair, s’est rendu sur le bord de mer à Brighton pour y faire retentir l’Ode à la joie, jouée à la cornemuse.

Cette semaine, Bernard-Henri Lévy a démontré que le SDB n’est pas seulement un phénomène britannique. BHL, comme on l’appelle, se présente comme l’un des plus grands intellectuels publics français. Il arbore de coûteux costumes, des chemises blanches déboutonnées presque jusqu’à la taille et des cheveux élégamment stylés. Il est régulièrement cité dans un large éventail de sujets, du génocide à la gastronomie. Le Brexit, il en est convaincu, accroîtra l’insularité de la Grande-Bretagne et privera l’UE de son « âme libérale ». Jusqu’ici ça reste raisonnable. Mais BHL s’est convaincu lui même qu’il est l’homme de la situation pour mettre fin à cette révolte populaire.

Le 4 juin dernier, au Cadogan Hall de Londres, il a joué un monologue Last Exit Before Brexit [adaptation anglaise de sa pièce Hôtel Europe, NdT]. Au bar, lors de l’entracte, la langue la plus parlée était le français, suivie de l’allemand. Les quelques personnes qui parlaient anglais le faisant avec un accent des plus emprunté. La pièce est un monologue de 90 minutes, qui culminé dans une envolée lyrique : « Restez, s’il vous plaît ; oui vous le pouvez ; dernière sortie avant le Brexit. »

L’idée qu’un Français seul sur une scène à Chelsea s’en prenant aux Britanniques puisse faire changer les gens d’avis sur le Brexit était déjà farfelue. Mais la performance de BHL était encore plus étrange que cela ne le laisse supposer. Il s’est représenté lui-même, dans une chambre d’hôtel à Sarajevo préparant un discours sur le Brexit. Il s’est démené sur scène, affichant des images sur son ordinateur, échangeant au téléphone (Salman Rushdie, invité, a fait une apparition), se retrouvant tout habillé dans une baignoire et passant la dernière demi-heure du spectacle complètement trempé.

BHL a brossé un public paré de bijoux dans le sens du poil, traitant Boris Johnson, le ministre des Affaires étrangères, de raciste (applaudissements nourris), clamant que le Brexit réduirait la Grande-Bretagne à une petite île (applaudissements plus nourris) et demandant « l’annulation de cette catastrophe » (applaudissements encore plus nourris). Mais il a passé la plus grande partie du temps à parler de ses chevaux de bataille : la trahison de l’Europe dans les Balkans, la laideur des coupures d’euros (« Donnez-nous des visages, pas des ponts ! »), les excès du mouvement #MeToo, les merveilles de sa propre chevelure, et sa remarquable capacité à figer les femmes pendant l’orgasme. Cela n’a peut être pas été une grande tragédie, mais cela a certainement été le plus bel exemple de SDB jamais vu.

Source : The Economist, 07-06-2018

Traduit par les lecteurs du site www.les-crises.fr. Traduction librement reproductible en intégralité, en citant la source.

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Fabrice // 16.04.2019 à 07h42

Si les anti brexit en sont réduit à faire appel à BHL c’est la preuve de leur cause désespéré, il ne se rendent peut être pas compte qu’il finira de convaincre les plus anti brexit de devenir pro brexit car ils se rendront compte qu’il est urgent de rompre avec un continent qui produit ce genre de penseurs avant d’être contaminés.

78 réactions et commentaires

  • Fabrice // 16.04.2019 à 07h42

    Si les anti brexit en sont réduit à faire appel à BHL c’est la preuve de leur cause désespéré, il ne se rendent peut être pas compte qu’il finira de convaincre les plus anti brexit de devenir pro brexit car ils se rendront compte qu’il est urgent de rompre avec un continent qui produit ce genre de penseurs avant d’être contaminés.

      +131

    Répondre Alerter
    • Bibendum // 16.04.2019 à 22h19

      ils/elles se rendront compte qu’il est urgent de rompre avec un IN-continent, d’où, probablement, peut-être, possiblement, la prostration des ses victimes conquêtes pendant son orgasme leurs soumissions…

      BHL est d’utilité publique. Il indique le sud et on retrouve le nord.

      • Zevengeur // 17.04.2019 à 17h57

        On se demande d’ailleurs pourquoi ce grand philosophe que le monde entier nous envie s’est fait entarter à plusieurs reprises par des malotrus (probablement jaloux de son immense talent).

        Quelle injustice !

  • astap66 // 16.04.2019 à 07h49

    Mais vous n’avez pas compris ! C’est un spectacle comique et BHL fait du second degré.

    • Gerald B // 16.04.2019 à 09h33

      La preuve que Gad Elmaleh n’est pas un plagiaire, CopyComics n’a pas trouvé de gag piqué dans la pièce de BHL 🤗

    • RGT // 16.04.2019 à 19h18

      Sur la photo on a l’impression que ce grand pipeausophe est en train de se soulager en urgence dans une baignoire, n’ayant pas trouvé de toilettes à proximité.

      Si les partisans du “remain” sont tombés assez bas pour monter ce genre de spectacle ils doivent réellement être dans un état de panique profonde.

      Finalement je les plains.

    • Haricophile // 16.04.2019 à 21h56

      Il suit l’exemple de Bernard Tapie : Il se reconvertit dans le théâtre.

  • Chrome // 16.04.2019 à 08h44

    Il parait que le syndicat des comiques français a porté plainte contre BHL pour “concurrence déloyale” !

  • iMike // 16.04.2019 à 08h55

    BHL est un oiseau de mauvaise augure. Dès qu’il apparaît quelque part, ça ce termine généralement mal pour la “cause” qu’il prétendait défendre.

    • rolland // 16.04.2019 à 13h39

      Si BHL a des capacités de télépathie, au premier rang de son auditoire se trouve certainement JC.Juncker, sans quoi comment expliquer ses comportements d’homme saoulé du matin au soir !?

  • Kiwixar // 16.04.2019 à 09h11

    Pour le moment, les “négociations” du Brexit restent une trahis*n. Une remainer (May) chargée de négocier avec ses pieds, des parlementaires qui imposent un accord avec l’UE pour sortir, un délai jusqu’à quand? Jusqu’à ce que le vent tourne et que les Britanniques soient appellés à bien revoter?

    L’occident entre dans la nuit. Divisés, sans hydrocarbures, sans emplois, avec un savoir-faire parti en Asie. L’ère allemande, l’ère de la schlague.

    • eb303 // 16.04.2019 à 09h23

      Je reste convaincu que s’il y avait la moindre chance qu’un nouveau vote des Britanniques puisse annuler le Brexit, cela aurait été fait depuis longtemps. Il doit y avoir de constants sondages en sous-main pour tester la population, et ils savent très bien qu’un nouveau référendum donnerait le même résultat…

    • Fritz // 16.04.2019 à 09h43

      Vous l’avez déjà dit, et vous avez raison : il fallait quitter l’UE d’abord, avant de songer à négocier.
      Cela dit, l’intervention de Bernard-Henri Botul me rassure. Avec lui, les “Remainers” sont mal barrés.
      Le plus fascinant reste de voir des personnes raisonnables et cultivées atteintes du SDB, ici en France, et qui projettent leur démence sur les partisans du Brexit – sur le peuple anglais.

      • Kiwixar // 16.04.2019 à 10h13

        Un peu partout en Occident, on a deux moitiés de la population qui ne se côtoient plus, ne se comprennent plus, ne s’écoutent plus, avec la moitié du haut qui méprise avec virulence la moitié du bas. Rats des champs de France vs. rats des villes cosmopolites. Ou alors c’est 20% du haut, 20% du bas et 60% d’indifférents.

        Ce qui est certain, c’est qu’une grande partie du haut cautionnera la “post-démocratie” (dictature), car pour eux il est impensable que leur vote “éduqué et sage” ait le même poids que celui d’une femme de ménage. Ils avaient apprécié Vichy, beaucoup moins le CNR.

        • aleksandar // 16.04.2019 à 13h26

          Au vu des sondages sur le soutien aux Gilets jaunes, je pense qu’on est plus dans un rapport 20/80.
          20% qui profitent du système et 80% qui en crèvent ou savent déjà qu’ils sont les prochains sur la liste pour la file d’attente a la soupe populaire.

        • rolland // 16.04.2019 à 13h55

          Léo Ferré disait que la “gauche est une salle d’attente pour le fascisme” !
          Que dirait-il aujourd’hui, alors que gauche et droite sont les deux faces de la même pièce ( de théâtre.. ) ?
          Dans tous les cas ne soyons pas impatients, le fascisme est bel et bien là, il peaufine/termine juste l’achèvement de son installation au pouvoir.
          https://www.youtube.com/watch?v=-MJfLjHxiRo

          • vlois // 16.04.2019 à 20h29

            Cela va plus loin que le fascisme où l’individu n’existe pas au profit de l’Etat, c’est la pire des féodalités, celle de Sparte, car beaucoup souhaite nous transformer en hilotes et utilisent le plus froid des monstres froids pour arriver à leurs fins.

            • rolland // 17.04.2019 à 18h44

              Entièrement d’accord, d’ailleurs un personnage politique qui commence à avoir accès aux médias disait dans une conférence que le mot fascisme était employé à son origine pour décrire les actions des féodalités, les fascistes étant les féodaux……il faudrait chercher dans les dictionnaire anciens, de l’époque de la révolution de 1789..

                +1

              Alerter
    • iMike // 16.04.2019 à 13h36

      A moins d’une trahison de dernier moment le Brexit sera certainement “hard” et ce sera tout à l’avantage du RU.
      “L’Europe” n’aura d’autre choix que de venir leur manger dans la main.

      • rolland // 16.04.2019 à 13h58

        Au vu des évènements, il faut tout autant s’attendre à un tour de magie dont seuls les initiés en ont le secret !

  • Pr Nadji // 16.04.2019 à 09h17

    Ce qui est étrange, vu de ce côté-ci (Algérie) de la Méditerranée, c’est de remarquer qu’autant de Françaises et de Français BCBG suivent si attentivement, dépensent leur argent pour suivre, lisent, s’encombrent et perdent leur temps en s’intéressant à un plagiaire invétéré, un affairiste des mots et des phrases copiés maladroitement chez d’autres, un menteur assumé sans foi ni loi sauf de l’amassage de capitaux et de surdimentionnement littéraire et médiatique d’un égo à jamais inassouvi car bati sur la cupidité matérielle et symbolique la plus détestable, enfin un répétiteur des voix de son maître, les puissances coloniales en Israel, en France, aux USA et ailleurs, qui détruisent, tuent, assassinent en Irak, Syrie, en Libye, et bientôt au Vénézueala, là où des peuples veulent vivre avec moins de guerres possibles mais en revendiquant leurs Droits face à l’Empire.
    Etrange portion humaine abetisée et consentante de la population vivant dans la France berceau des Lumières, d’Hugo, de Zola et des Droits de l’Homme!

    Nadji Khaoua

    • guzy // 16.04.2019 à 11h28

      Oh vous savez Nadji, je crois que même au sein de la bourgeoisie française la plus bien-pensante et molle BHL est totalement décrédibilisé. ses dernières productions cinématographiques et théâtrales ont surtout fait rire à son insu. Mais le fait est qu’il est toujours là, invité sur les plateaux, trouvant des financements. BHL est un phénomène sociologique. Il tient les patrons de presse, et a ses entrées dans tous les gouvernements. Il est le symbole à lui seul de la décadence de nos élites. UN zozo comme Attali est tout aussi catastrophique mais il est plus malin, plus intelligent

      Je pense que le fait que ces gens se maintiennent tient à l’apathie générale des classes moyennes supérieures. La grande majorité de la population a compris qu’on se foutait de leur gueule, mais que faire ? Pour les choses bougent, il faut que les bourgeois prennent la tête des mouvements révolutionnaires, c’est une règle historique. Aujourd’hui, certains bourgeois sont des fous furieux antidémocrates et zélateurs de l’empire, qui ont une vision idéologique claire, , mais c’est une minorité qui arrive à gouverner parce la majorité des bourgeois sont mous,abêtis et consentants dont la pensée est la suivante : “BHL est un zozo, c’est vrai, mais attention au populisme ! “. Voilà comment un système inique arrive à se maintenir, pas par un une adhésion réelle du plus grand nombre, mais par un mélange de lâcheté et de paresse.

      • Cyd // 17.04.2019 à 09h30

        Pour comprendre le phénoméme BHL, je recommande le livre “une imposture française”
        https://www.nouvelobs.com/culture/20060222.OBS7896/une-imposture-francaise-en-librairie.html

        En résumé, la principale activité de BHL, celle qui lui permet de “jouer” au philosophe ( à défaut d’avoir une pensée profonde), c’est “courtier en petit service” pour la jet set

        Il connait tout le monde, et met tout le monde en relation, et sur chaque transaction, il prend sa com’ en “service rendu”
        Il ne vit que pour et par le réseautage, tout sur la forme rien sur le fond

        L’article du Nle Obs au dessus en donne un exemple de ses petites affaires

      • Mongo // 17.04.2019 à 15h33

        Je suis d’accord avec vous concernant BécHameL.
        Par contre, vous vous méprenez sur la bourgeoisie. Aujourd’hui la bourgeoisie est contre-révolutionnaire. Car le monde actuelle est tel qu’elle le voulait, inégalitaire et en leur faveur. Mais j’imagine que vous voulez parler des classes moyennes supérieures, mais celle-ci appartient au prolétariat (les 99%). Je vous renvoie vers Marx. Le prolétariat “supérieur” a peur de perdre le peu qu’il a et se range du coté des maîtres mais ne perdons pas espoir, les esprits se réveillent grâce au GJ. La prochaine révolution ne doit surtout pas être bourgeoise car je crois qu’elle nous précipitera dans le fachisme, ultime solution pour maintenir leurs privilèges.

    • iMike // 16.04.2019 à 13h47

      Vous avez très bien croqué le personnage. Ne le sous-estimez surtout pas, son pouvoir de nuisance est énorme. Partout ou il est passé, s’en sont suivi “mort et désolation”. “Priez” à ce qu’il se tienne à l’écart des événements en cours en Algérie, si il débarquait, le peuple risquerai amèrement de regretter Bouteflika.

      • Pr Nadji // 17.04.2019 à 09h09

        Bonjour, Merci beaucoup pour votre commentaire qui met en lumière les dangers du personnage.
        Nous n’oublions pas qu’il a déjà tenter d’exacerber nos problèmes durant la décennie noire 1990-99, en jouant sur certains pions locaux de «l’Empire». Ce qui nous rassure et renforce nos assurances en la construction pierre après pierre d’un État moderne (c’est a dire démocratique et de plus en plus indépendant), ce sont nos jeunes et notre population en Algérie et partout dans le monde qui est en train de réussir son pari d’une transition pacifique unique.

    • rolland // 16.04.2019 à 14h05

      Comprenons peut-être encore ici que cet homme n’est lui aussi qu’une marionnette, non ?
      https://www.youtube.com/watch?v=K3y-nr1clmM
      https://www.youtube.com/watch?v=GQN2Nf3F0fE

    • Pinouille // 16.04.2019 à 14h59

      “… autant de Françaises et de Français …”
      Ne vous méprenez pas sur l’importance du personnage. Il n’intéresse personne:
      https://www.lemonde.fr/m-actu/article/2014/10/31/le-roman-photo-des-flops-de-bhl_4515551_4497186.html

  • Patrique // 16.04.2019 à 10h12

    Le lancement du Brexit Party présidé par Farage :
    https://www.youtube.com/watch?v=_JagoVvlQ-s

    • Kiwixar // 16.04.2019 à 10h23

      Si j’ai bien suivi, Farage a toujours refusé de s’allier avec l’extrême-droite, et il a fondé ce nouveau parti car son ancien parti (UKIP) a viré extrême-droite (ouvertement raciste misogyne etc).

      May a signé un accord d’extension avec l’UE en assurant que le RU se comportera de manière raisonnable et constructive, je suis curieux de voir les discours “raisonnables et constructifs” de Farage à Strasbourg.

      • Alfred // 16.04.2019 à 12h42

        Très juste. Vous aurez sans doute remarqué aussi que cela n’a surtout pas empêché quiconque en France d’accuser à tour de bras Farage d’être d’extrême droite, ce qu’à l’évidence il n’est pas. En particulier la gauche europeiste ne s’est jamais privée de repeindre Farage en facho le plus répugnant.

        • Suzanne // 16.04.2019 à 13h38

          Bof, on a l’habitude, hein. Etienne Chouard est soi-disant d’extrême droite (sic), dès que Mélenchon dit un mot, on fait parler MLP juste après etc. Donc, que Farage “soit d’extrême-droite” ne m’étonne plus. Je vais finir par trouver que c’est un critère très positif, finalement. Et de toute façon, il faut marteler que l’on peut combattre des idées, mais pas des gens, ça calmerait un peu tout le monde.

  • mikatypa // 16.04.2019 à 10h22

    BHL, dans son spectacle, préconise de mettre les peuples sous tutelle d’un “président de l’Europe élu au suffrage universel”…les peuples étant imprévisibles et durs à accepter l’inéluctable dégradation sociale (Gilets jaunes, Brexit, populistes, etc etc…).
    Un Super Macron, genre Merkel, qui imposerait enfin la “Raison ordolibérale” à tous ces gueux.

    • Kasper // 16.04.2019 à 13h04

      Ca montre le manque de jugeote du personnage.
      Le suffrage universel ca donne des brexits, des Bolsonaro, des Trump, des Lula…

      Pourquoi diable soumettre l’Europe a un truc aussi risqué quand on a déjà une commission bureaucratique et oligarchie à souhait, élue par personne et responsable devant personne?

      • rolland // 16.04.2019 à 14h23

        “Pourquoi diable soumettre l’Europe a un truc aussi risqué quand on a déjà une commission bureaucratique et oligarchie à souhait, élue par personne et responsable devant personne”…..

        …De plus si l’on prend en compte l’évidence qui est qu’ils ne se cachent presque plus……dès lors, pourquoi s’embêter à donner une image démocratique quand la propagande arrive à faire consentir au fascisme et à la servitude volontaire ?

    • rolland // 16.04.2019 à 14h16

      Et pourquoi pas un Pompéo ayant acquis une triple nationalité us/allemande/française, on serait plus à ça près…

  • Sandrine // 16.04.2019 à 10h30

    « Au bar lors de l’entracte, la langue la plus parlée était le français suivie de l’allemand. Les quelques personnes qui parlaient anglais le faisaient avec un accent des plus empruntés ».

    J’ai eu récemment la visite d’une vieille copine qui vit à Londres depuis plus de 15 ans, mariée avec un Anglais. Elle nous a exprimé toute sa rage par rapport au brexit qui est selon elle la faute des trop nombreux « ploucs » (sic !) anglais. Bac+5, elle parle 5 langues (dont l’arabe et chinois) et s’est expatriée à Londres pour des raisons d’horizon professionnelles (la France ne lui offrant que des perspectives de chômage selon elle) mais n’a pour autant pas trouvé de job mirobolant à Londres (en termes financier).

    Quand je lui ai fait remarquer que pour une personne « open » et « plutôt de gauche » comme elle (fille de prof provinciaux), il y avait un certain paradoxe à traiter de « ploucs » des gens dans le pays desquels elle avait été accueillie, elle m’a rétorqué que elle vivait à Londres mais pas en Angleterre, qu’elle adore l’un mais se sent profondément étrangère à l’autre, qu’elle se sent européenne mais qu’elle ne veut surtout pas devenir anglaise – et que d’ailleurs elle se contre-fiche d’etre française.

    J’ai été sidérée par ses propos, profondément choquée surtout par l’emploi qu’elle a fait du terme « plouc » (répété à de nombreuses reprises et dont elle était visiblement très fière) pour qualifier la classe populaire anglaise et je me suis sincèrement demandé qu’est-ce qui avait pu faire qui nous ayons été de si grandes copines il y a 20 ans de ça.

    • Sandrine // 16.04.2019 à 10h31

      Un récent reportage diffusé sur France culture a fait echo à cette expérience (ma copine n’est visiblement pas un cas unique)

      https://www.franceculture.fr/emissions/les-pieds-sur-terre/mon-brexit

      • guzy // 16.04.2019 à 13h13

        C’est effrayant, la démocratie est vraiment en danger.

    • Chris // 16.04.2019 à 12h39

      L’espèce que vous décrivez, vous les rencontrez à la pelle (et fuyez!), lors d’évènements, y compris lors de files pour aller voter à l’étranger.
      Des “Manus” accouchés par Maastricht.
      Européens ? Même pas, puisqu’ils récusent la diversité des peuples. Juste un produit européo-unioniste sous-tendu, dans le cas de votre ex-amie, de la graine petite bourgeoise de “parents profs” dont la fille a réussi. A quoi, on ne sait pas très bien. Ou plutôt si, à s’extraire des “ploucs”, les ploucs de toujours, de la France d’en bas que les parents durent côtoyer à leur corps défendant. J’en ai quelques exemplaires dans mon proche entourage…
      Les déclassés d’une pseudo jetset qui se lâchent régulièrement pour évacuer leurs frustrations et valoriser leur vie vécue en miroir.
      “Ils” sévissaient déjà du temps des colonies françaises… Tout change pour que rien ne change !

      • Sandrine // 16.04.2019 à 14h03

        Bien vu Chris, le parallèle avec les colonies. Je n’y avait pas pensé mais c’est très éclairant. Du coup on comprend mieux le tropisme intégrationniste de ces classes, qui tout en s’évertuant à placer leurs enfants dans les meilleurs écoles, là où précisément il y a pas ou peu d’immigrés se déclarent en faveur de la mixité ( voire éventuellement vivent dans des quartier où existent une certaine mixité). En réalité les pauvres “de souche” ne sont pas différents pour eux des immigrés. Et de même que les pays européens naguère pensaient apporter les lumières de la civilisation aux peuples attardés, ils se pensent comme l’avant-garde éclairée de la société.

      • Perso // 16.04.2019 à 17h12

        Je confirme votre analyse très lucide Chris. Ayant vécu en Asie, on rencontre légion de déracinés maastrichiens pro-Macron. Ces gens souvent très bien diplômés ont quitté un pays qui ne leur assurait plus d’avenir et votent pour la pérennité d’un système qui les a éjecté. Ils baignent en complète dissonance cognitive. Sans omettre le fait qu’ils se font une place au soleil grâce à l’image de la France, son passé et sa culture, mais qu’eux-même se déclarent “no border”. Colonaliste oui mais doublement, y compris de leur propre pays.

        • Julien // 17.04.2019 à 00h52

          Je confirme ce que vous dites : je vis au Japon et la grande partie de mon entourage est celui que vous décrivez.

          Ces français s’offusquent d’ailleurs du « nationalisme » nippon, peuple qu’ils considèrent comme un ramassis de fachos belliqueux (jamais dit aussi directement bien sur) mais qu’ils refusent de rencontrer / d’intégrer.

          Comme Macron, ils se permettent de donner des leçons à la planète entière alors que leur propre pays est au bord de la rupture.

          Mon analyse pour compléter c’est que nous manquons de bon sens, de proximité avec le monde rural qui a fait notre pays et surtout d’humilité, tout simplement.

          Mais il reste toujours une poignée de lucides, même ici…

    • aleksandar // 16.04.2019 à 13h33

      Le seul problème depuis 3000 ans c’est que les ploucs ont des fourches……:)

      • Kiwixar // 16.04.2019 à 14h24

        Et maintenant, nous (les ploucs) avons internet. On peut s’informer (et s’instruire) directement, sans passer par le clergé. Une révolution aussi grande que l’arrivée de l’imprimerie.

    • rolland // 16.04.2019 à 15h07

      En temps normal le bon sens veut que l’on pose sa réflexion à partir des choses telles qu’elles sont !

      J’entends d’ici votre “amie” argumenter sur les ploucs qui ne comprennent rien, qui ne vivent que dans des croyances enfantines et naives, qu’ils n’auraient voté le brexit qu’à partir d’idées fausses et donc par manque de vision globale voire holistique sur la façon dont le monde fonctionne en concluant par la façon dont il peut être et doit être organisé.

      A ces gens il faut proposer de s’assoir autour d’une table et d’y poser toutes les cartes, de là, on voit très vite qui réfléchit à partir des choses telles qu’elles sont tout en étant capable d’imaginer des possibilités concrètement réalisables et bénéfiques pour tous.
      A l’inverse, qui persiste dans un modèle qui ne fonctionne pas ?
      Qui s’appuie sur des idéologies et des idées dogmatiques nous entrainant vers toujours plus d’inconnu, d’instabilité et de danger ?

      Décidément ces gens sont incapables d’intégrer que la “violence” légitime du bas n’est autre que la réponse à celle du haut, et que l’humain est ainsi fait que la forme de “violence” qui habite les classes vivant dans l’insécurité alimentaire comme dans l’insécurité de pouvoir se loger etc.., n’est autre qu’une simple capacité naturelle qu’elles doivent exercer pour survivre.
      Vouloir étouffer un fonctionnement naturel par toute forme de répression qu’il soit, démontre que les gens les plus éduqués et cultivés sont souvent les moins intelligents !

      • Sandrine // 16.04.2019 à 21h48

        En l’occurrence ma copine était très peu capable d’avancer des arguments concrets pour 1) justifier l’emploi du mot «ploucs » à l’encontre de gens qu’elle a fini par admettre qu’elle ne connaissait pas et 2) pour démontrer que le « remain » était une bonne chose pour la GB.
        Son argument phare était que désormais elle risquait d’avoir des tas de complications administratives (au moins temporairement) pour voyager et travailler et que ce n’était pas bien de croire aux discours conservateurs et xénophobes.

        En fait, je me suis rendue compte qu’elle était vent debout contre le Brexit mais qu’elle ne s’était pas du tout intéressée concrètement à la question. Probablement par manque de temps (elle travaille beaucoup et a une activité très prenante mentalement). Mais probablement surtout par manque de curiosité politique et de remise en cause de ses croyances (ce qui est très curieux car elle a pourtant fait une longue psychanalyse).
        Et peut-être aussi tout simplement par égoïsme et manque d’idéalisme (Elle est peut-être tout a fait consciente de l’intérêt qu’il y a pour les prétendus ploucs à voter en faveur du Brexit mais tout simplement ça ne l’arrange pas et ça suffit à déclencher sa colère); une forme de rationalisation de la volonté de puissance telle que décrite par Nietzsche.

        • rolland // 16.04.2019 à 22h18

          La peur provoquée en premier lieu par l’incompréhension explique bien des choses, notamment la dissonance cognitive qui pousse les personnes à se rallier à l’avis de ce qui semble être le plus grand nombre ( pensée unique politico-médiatique.. ) tout en les maintenant loin de leurs ressentis les plus profonds.

          La peur irréfléchie colle plus que parfaitement à cette époque sur-matérialisée qui nous baigne dans l’individualisme et au plus loin de nous-même.

          Heureusement que les choses ne restent jamais stagnantes…

    • vlois // 16.04.2019 à 20h37

      Cela corresponds à l’analyse de Todd (et d’autres bien sûr) sur les “éduqués”…
      Je rajoute, qu’ils ont une grande force lorsqu’il s’agit de manipuler des abstractions et des concepts mais ce faisant ne touchent plus terre, illusion d’optique, ne voyant même plus qu’ils sont que des larbins de même nature que ceux qu’ils méprisent. A vrai dire, seuls les vainqueurs, les 0,1% devraient parler comme cela.

    • tepavac // 17.04.2019 à 00h06

      Il semble qu’elle soit seulement une vraie “métropolite”, acception déformée d’un amalgame entre le cosmopolitisme des capitales et une religiosité envers le mondialisme.
      Le problème, c’est qu’ils , elles, finissent toujours par imaginer un monde où seules les mégapoles comptent, lieux aseptisés des contingences industrielles, agricoles, d’élevages, et de toutes ces petites choses qu’ils usent avec dédain, mais sans les reconnaitre. C’est un dû.
      Prolos, cul-terreux, campagnards, blédards, plouc…

      Rien de surprenant alors qu’ils militent pour l’empire….

  • Jules Vallés // 16.04.2019 à 10h30

    BHL n’est pas une girouette, c’est une boussole qui m’indique la bonne direction pour la compréhension du monde, il suffit d’aller à l’exact opposé pour comprendre de quoi il “retourne” (lol)

    • rolland // 16.04.2019 à 15h20

      Houlà ne dites pas ça malheureux, la boussole qu’il est étant gratuite pour ceux qui l’entendent sans aller l’écouter, il va finir par trouver un moyen pour nous la faire payer ; – )

  • Myrkur34 // 16.04.2019 à 11h14

    A savoir si le Royaume-uni pourra réitérer l’exemple de l’Islande malgré l’énorme imbrication économique des britons dans l’UE.
    Mais bon c’est plus facile de dire “shit” avec 300000 habitants qu’avec 67 millions de péquins. :o)

  • guzy // 16.04.2019 à 12h42

    Il faut archiver cet article pour l’histoire. J’espère que des vidéos existent également. Afin que dans quelques années (je suis un optimiste) nos contemporains se rendent compte, un peu merdeux face à l’étonnement de nos enfants, de la folie antidémocratique et autoritaire qui les a saisis en ce début de 21ème siècle.

    • step // 16.04.2019 à 13h10

      si c’est juste “un peu merdeux” c’est qu’on s’en sera bien sorti…

  • Perso // 16.04.2019 à 13h03

    Taillé en pièce par The Economist, un vrai régal. Après l’incendie de ND de Paris, cela apporte un peu de baume au cœur. Suite à cette critique façon karcher, nul doute que l’imposteur criera à l’antisémitisme.

  • kasper // 16.04.2019 à 13h12

    Quelle mouche pique The Economist pour s’attaquer comme ca aux remainers ?

    Certes, celui la est particulierement gratiné, mais il suffirait de l’ignorer.

  • rolland // 16.04.2019 à 13h27

    Avec ses positions très personnelles, BHL aura certainement été à une époque ( je cherche encore laquelle…?! ), à la pointe des idéologues voulant imaginer un monde meilleur pour tous, à moins qu’il faille chercher dans le futur….
    ..effectivement ça peut ( doit ? ) faire peur !

  • alain maronani // 16.04.2019 à 14h28

    Cet acharnement à tirer sur une ambulance dont les pneumatiques sont crevés relève de l’acharnement (obsession ?) pathologique.
    BHL est un produit maintenant largement dévalué. Ces livres ne se vendent plus, les spectateurs pour ses aimables saynètes, à l’exception des quelques affidés, se font de plus en plus rares. Il conserve une capacité de nuisance mais pour combien de temps encore ?
    Il s’est largement réfugié dans le monde anglo-saxon, USA surtout ou on le présente encore comme le grand intellectuel français (une marque aussi très dévaluée…). Un exemple ici (NY Times du 23 Mars 2019).facile a trouver avec votre moteur de recherche.

    L’extrait le plus drôle c’est quand il explique..(traduction).

    Jamais de bagages avec des roulettes, je voyage léger, Si un jour quelqu’un me voit avec ceci ce sera la déchéance…vous connaissez mes chemises, je me contente de peu…juste mes sacs Vuitton…toujours en cabine (l’avantage de la première classe…) et des livres beaucoup de livres. Mes obligations sont de lire, d’écrire et de me battre…

    Un bouffon qui ne craint qu’une chose..que l’on ne parle plus de lui..Oubliez-le.

  • Kiwixar // 16.04.2019 à 14h32

    Donald Tusk indique la possibilité d’une extension plus longue, permettant au RU de re-réfléchir à la question.

    En anglais (Telegraph) :
    http://www.telegraph.co.uk/politics/2019/04/16/donald-tusk-hints-brexit-delay-tells-exhausted-uk-eu-resist/

    L’UE, c’est comme Hotel California, tu peux régler ta note quand tu veux mais tu ne peux jamais t’en aller (“you can check out anytime but you can never leave”)… Ca combine bien avec une chanson écrite à propos d’un séjour en centre de désintoxication à la drogue. Tusk et les euroïnomanes qui nous gouvernent.

    • alain maronani // 16.04.2019 à 15h14

      Ce que vous affirmez est un mensonge. C’est le parlement britannique et les bouffons comme Big Boris qui sont le problème. Nos amis veulent le Brexit, le beurre, l’argent du beurre et la fermière..l’accès au marché de l’Europe (60 % de leurs exportations) sans contrainte, le maintien de la place financière de Londres (et ses pratiques prévaricatrices), etc..
      Suffit de lire la presse britannique pour jouir de la totale déliquescence de la classe politique de sa très gracieuse majesté..
      L’UE qui défend son pré carré a su profiter des errances du gouvernement britannique…de l’opposition des industriels, du secteur financier, etc..Un hard brexit est possible n’importe quand mais le prix a payer (quoique vous puissiez en dire) est très lourd pour l’économire britannique et les économies promises ne sont pas au rendez-vous..sans parler de l’impréparation totale du gouvernement (douanes, immigration, etc..).
      Je trouve le gouvernement français bien accomodant, je laisserais les migrants se rendre en Grande-Bretagne en ce qui me concerne…

      • Dominique65 // 17.04.2019 à 12h17

        « Un hard brexit est possible n’importe quand mais le prix a payer (quoique vous puissiez en dire) est très lourd pour l’économire britannique »
        Un hard brexit, ça veut dire quoi, précisément ? Eh bien ça signifie, au pire, un commerce régulé par les accords de l’OMS. Les pays commerçant sous ces accords ont entre eux des droits de douane qui sont en moyenne de 3%. Il suffit que la livre baisse de 3% (les européistes parlent d’une dévaluation bien plus grande qui va tomber sur la livre) pour que les exportations britanniques restent aussi compétitives. Ce n’est pas vraiment la fin du monde. D’autant plus que le RU ne commerce pas qu’avec l’UE.
        Maintenant, tu as peut-être de vrais arguments à opposer. Je veux bien en prendre connaissance.

        • alain maronani // 17.04.2019 à 15h00

          En fait je me moque pas mal que la Grande-Bretagne reste ou sorte de l’UE..je regarde la pétaudière avec une certaine satisfaction..l’UE a jusqu’a présent bien joué ses cartes et le gouvernement de sa royale majesté montré son incompétence.
          Si les accords de l’OMS étaient si favorables on se demande bien pourquoi l’ensemble du secteur financier, des assurances et des services s’opposent à la sortie..et ce qui reste du secteur industriel.
          La dévaluation de la livre ca marche dans les 2 sens…négatif ET positif..plus de 50 % de l’alimentation britannique est importée de l’UE (un exemple).. la situation est identique pour le secteur pharmaceutique, la chimie fine,..
          D’autant plus que le RU ne commerce pas qu’avec l’UE….pardon..60 % des exportations sont faites en direction de l’UE…des arguments a vous opposer ? Vérifiez vos chiffres.

  • Victor // 16.04.2019 à 14h48

    BHL est l’incarnation du présomptueux qui part à cheval et revient à pieds ; que dire de plus sur ce sinistre clown ? Tiens on peut rappeler son soutien visionnaire à l’ex-terroriste Cesare Battisti, qui a récemment avoué être finalement coupable. Un cuistre élevé au grain

    • alain maronani // 16.04.2019 à 15h15

      L’ensemble de la gauche et pas seulement était pris de passion pour lui…

  • Nanar 66 // 16.04.2019 à 16h41

    Pauvre bhl !!!! Vite un psy !!!! Mais, au fait, cette parodie de pièce lui rapporte combien en euros ????

  • Albert Charles // 16.04.2019 à 18h16

    Rien à dire sur BHL. Sans intérêt. Sur les Remainers: ils se croient européens. Ils n’ont toujours pas compris que c’est justement la nature de la relation UE-UK (un pied dedans, un pied dehors) qui est à l’origine du Brexit. Ils ont même oublié que juste avant le référendum, David Cameron avait négocié une n-ième disposition spécifique dans le statut spécifique de l’UK au sein de l’UE. Les Remainers veulent rester, mais rester dans quoi ? Dans le In-Out génétique du couple UK-UE ? Dans le traité Cameron qui est un début de Brexit batard à la sauce Theresa May? Les Remainers ne le savent pas ! Si le Brexit tarde à se faire, il y aura forcément du grabuge au Royaume Uni: les électeurs ne vont pas apprécier qu’on ne tienne pas compte du résultat des élections en faisant traîner les choses ! Il faut un vrai Brexit: un No Deal ! Et les dirigeants européens qui essaient de fuir le No-Deal sont en train de mettre le feu en Europe et au UK.

  • Albert Charles // 16.04.2019 à 18h27

    Et, au fait…! On ne demande pas (bien sûr…) aux électeurs de l’UE de voter pour dire si, en tant que citoyens et citoyennes de l’UE, ils veulent garder le UK au sein de l’UE avec son statut batard ! Certains liberticides eurocrates voudraient refaire voter les Britanniques ! Mais si, plutôt, on faisait voter les Européens eux-mêmes, et d’abord eux, sur leur envie ou non de garder le UK en Europe ? Pourquoi pas une pétition pour demander ça ? Ce ne sont quand même pas les Remainers, minoritaires, qui vont décider du futur de l’UE quand même ! Pour comprendre la démocratie de l’UE, il faut vraiment faire de la gym tordue de haute voltige….

    • tepavac // 17.04.2019 à 00h20

      C’est une blague !, ou voulez-vous nous faire oublier que nos votes comptent pour que dalle face aux Traités de la communauté économique européenne ?

  • tchoo // 16.04.2019 à 19h22

    BHL trouvé que le peuple vite mal. Il a compris qu’il ne pouvait pas dissoudre le peuple alors il voudrait supprimer le vite. Faut l’entendre sur le référendum
    Malheureusement la connerie n’est pas une maladie mortelle parce sinon il y aurait une hécatombe avec lui et ceux qui lui tendent un micro

  • nulnestpropheteensonpays // 16.04.2019 à 19h58

    que ne suis je dans la salle pour lui mettre la tête sous l’eau , le noyer dans un bain de pieds sales , lui en faire boire une grande tasse pour qu’il comprenne le gout de sa diarrhée verbale , en tout bien tout honneur hein ?

  • Frédéric // 16.04.2019 à 21h43

    ça me rappelle une petite chanteuse à qui on a parlé d’une autre chanteuse, et la minette a rétorqué “Ah oui, mais elle c’est une chanteuse à voix!”… Et il m’est soudain révélé que BHL c’est un philosophe à chemise ouverte et cheveux dans le vent !

  • Sharivan // 16.04.2019 à 22h17

    Il faut reconnaître qu’il n’hésite pas à mouiller sa chemise

  • Fred // 17.04.2019 à 09h16

    Ce pauvre BHL est tellement occuper à lutter contre le Brexit, qu’il en est obligé d’annuler ses spectacles par chez nous. Y’aura sans doute des déçus (j’en ai compté 3: son impresario, le journaliste qui a perdu et devra écrire sur cette chose et, et, et, ben non y sont que 2…)
    https://mailchi.mp/e44b70843fb8/bernard-henri-lvy-genve-et-lausanne-152839?e=061604819e
    Fred

  • jcnello // 17.04.2019 à 09h52

    Ce type est une horreur…et il nous pollue depuis un demi-siècle
    Mais il y a un moyen, un seul, de le voir quitter la France… ah vous êtes attentifs du coup…! voilà :
    en effet il a dit qu’il partirait en exil si Mélenchon devenait président de la république, alors mes amis, de droite, d’extrème droite, de gauche et d’ailleurs….votez Mélenchon !

  • GAFFET Michel (@GAFFET2) // 18.04.2019 à 13h55

    Excellent exemple d’humour britannique!
    Et c’est pour ça qu’on vous aime , les rosbifs

  • Pavalek // 19.04.2019 à 15h59

    Merci de nous donner l’occasion de vivre, par reportage interposé, ce moment d’hallucination extrême.

  • Afficher tous les commentaires

Ecrire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Charte de modérations des commentaires

Et recevez nos publications