Les Crises Les Crises
16.avril.201916.4.2019 // Les Crises

Vers une réorientation régionale majeure – Le résultat syrien hantera ceux qui ont déclenché cette guerre. Par Alastair Crooke

Merci 184
J'envoie

Source : Strategic Culture, Alastair Crooke, 14-01-2019

ALASTAIR CROOKE | 14.01.2019

Vers une réorientation régionale majeure – Le résultat syrien hantera ceux qui ont déclenché cette guerre

Le Moyen-Orient se métamorphose. De nouvelles lignes de faille apparaissent, mais les « faucons » de la politique étrangère de Trump tentent toujours de mettre en scène de « vieux films » dans un nouveau « théâtre ».

Le « vieux film » est pour les États-Unis de « dresser » les sunnites, les États arabes et de les conduire contre l’Iran « le méchant ». L’équipe Bolton revient à l’ancien scénario de 1996 Clean Break – comme si rien n’avait changé. Des responsables du département d’État ont indiqué que l’allocution du secrétaire d’État Pompéo au Caire, jeudi, avait « prévu de dire à son auditoire (bien qu’il ne puisse nommer l’ancien président) que M. Obama a induit la population du Moyen Orient en erreur sur la véritable source du terrorisme, notamment les causes de l’émergence de L’État islamique. Pompéo insistera sur le fait que l’Iran, un pays qu’Obama a tenté de rallier, est le véritable coupable du terrorisme. Les ébauches du discours incluent également Pompéo suggérant que l’Iran pourrait en apprendre davantage des Saoudiens sur les droits de l’homme et l’État de droit. »

Au moins, ce discours devrait faire ricaner les gens de la région. Dans la pratique, cependant, la ligne de faille régionale est passée à autre chose : Ce n’est plus tant l’Iran. Les États membres du CCG [Conseil de Coopération du Golfe, NdT] ont un nouvel agenda et sont maintenant beaucoup plus soucieux de contenir la Turquie et de mettre un terme à une influence turque qui se répand dans tout le Levant. Les États du CCG craignent que le Président Erdogan, vu la vague émotionnelle et psychologique d’antipathie déclenchée par l’assassinat de Khashoggi, ne mobilise les Frères musulmans récemment redynamisés et les réseaux du Golfe. L’objectif étant de tirer parti des difficultés économiques actuelles du Golfe et de l’érosion générale de toute « vision » plus large du CCG, afin de saper le « système arabe » rigide du Golfe (monarchie tribale). Les « Frères » sont en faveur d’une réforme islamiste douce des monarchies du Golfe – selon des principes tels que ceux que Jamal Khashoggi… préconisait autrefois.

En tout état de cause, les dirigeants turcs sont convaincus que ce sont les Émirats arabes unis (et en particulier MbS) qui sont derrière la construction de la zone tampon kurde et du « complot » contre la Turquie – en collaboration avec Israël et les États-Unis. Il est compréhensible que les États du Golfe craignent aujourd’hui une éventuelle vengeance turque pour avoir ainsi militarisé les aspirations kurdes.

Et la Turquie est considérée (par les États du CCG) comme travaillant déjà en étroite coordination avec la mouvance des Frères musulmans et le Qatar, membre du CCG, pour diviser le Conseil déjà en déliquescence. Cela préfigure un nouveau round des Frères musulmans contre le wahhabisme saoudien pour l’âme de l’islam sunnite.

Les États de la CGG espèrent donc constituer un « front » pour équilibrer la Turquie au Levant. Et à cette fin, ils essaient de recruter le président Assad dans le monde arabe (c’est-à-dire dans la Ligue arabe), et le faire agir, conjointement avec eux, comme un contrepoids arabe de la Turquie.

Le point ici est manifeste : le président Assad est étroitement lié à l’Iran, tout comme à Moscou et la Turquie. Passer en mode iranophobe – comme Pompéo pourrait souhaiter que le CCG le fasse – ne ferait que gâcher le « jeu » anti-Turquie du CCG. La Syrie peut en effet être (à juste titre) sceptique quant aux actions et aux intentions de la Turquie en Syrie, mais du point de vue du président Assad, l’Iran et la Russie sont absolument essentiels pour gérer une Turquie erratique. La Turquie est une préoccupation existentielle syrienne. Et il serait absurde d’essayer d’éloigner le président Assad – ou le Liban ou la Turquie – de l’Iran. Ça n’arrivera pas. Et les pays du CCG ont assez de discernement pour le comprendre maintenant (après leur défaite cuisante en Syrie). La position anti-iranienne du Golfe a vu « son ardeur » fortement baissée (sauf lorsqu’il s’agit de caresser les plumes américaines).

Ils voient clairement que le maître de cérémonie au Levant – la mise en place du nouvel « ordre » régional – n’est pas M. Bolton, mais Moscou, avec Téhéran (et parfois Ankara), qui joue leurs rôles à part égale « de derrière le rideau ».

Vraisemblablement, les services de renseignement américains savent (et les États du Golfe le savent certainement) que, de toute façon, les forces iraniennes ont presque toutes quitté la Syrie (bien que la « connexion iranienne » de la Syrie reste aussi solide que jamais) – même si Pompéo et Israël disent exactement le contraire : qu’ils répriment avec force la « menace » que représente la présence militaire iranienne en Syrie. Peu de gens dans la région le croiront.

La deuxième ligne de faille régionale émergente notable est, de toute évidence, celle qui s’ouvre entre la Turquie et les États-Unis et Israël. La Turquie « comprend » : Erdogan « comprend » très clairement : Washington se méfie maintenant profondément de lui, soupçonne que la Turquie accélère son entrée dans l’orbite de Moscou et de Pékin, et que DC [District of Columbus : Washington NdT] serait heureux de le voir partir – et un dirigeant plus favorable à l’OTAN installé à sa place.

Et Washington doit bien comprendre pourquoi la Turquie se dirige vers l’Est. Erdogan a précisément besoin que la Russie et l’Iran agissent en tant que médiateurs pour tempérer ses relations difficiles avec Damas pour le futur. Erdogan a encore plus besoin de la Russie et de l’Iran pour négocier une solution politique appropriée pour les Kurdes en Syrie. Il a aussi besoin de la Chine pour soutenir son économie.

Et Erdogan est pleinement conscient qu’Israël (plus que les États du Golfe) aspire toujours à l’ancien idéal de Ben Gourion pour un État kurde ethnique – allié d’Israël et assis sur les principales ressources en pétrole – inséré comme le pivot du sud-ouest de l’Asie centrale et du Sud-est : et au flan vulnérable de la Turquie.

Les Israéliens ont clairement exprimé leur soutien à un État kurde au moment de l’échec de l’initiative d’indépendance de Barzani en Irak. Mais Erdogan a simplement, sans aucun doute, dit « jamais » (à Bolton, cette semaine). Néanmoins, Ankara a toujours besoin de la collaboration de la Russie et de l’Iran pour permettre à Bolton de « revenir sur son idée » d’un mini-État kurde en Syrie. Il a besoin de la Russie pour négocier une zone tampon dirigée par la Syrie, plutôt qu’un garrot américano-kurde, sanglé autour de sa frontière sud.

Il est toutefois peu probable que, malgré la menace réelle que l’armement américain des Kurdes représente pour la Turquie, Erdogan veuille vraiment envahir la Syrie – bien qu’il la menace – et bien que les « conditions » de John Bolton puissent finir par ne laisser à la Turquie aucune autre option que de le faire. Erdogan comprend qu’une invasion turque désordonnée de la Syrie ferait tomber en chute libre la Livre turque, déjà en équilibre délicat.

Cependant… La Turquie, la Syrie, l’Iran et la Russie veulent tous maintenant que l’Amérique quitte la Syrie. Et pendant un moment, il semblait que cela pourrait se dérouler sans heurts après que Trump eut acquiescé aux arguments d’Erdogan, lors de leur célèbre appel téléphonique. Mais alors, le sénateur Lindsay Graham s’est mis à rechigner (sur fond de hurlements d’angoisse en masse émanant des groupes de réflexion de la politique étrangère du Beltway [Beltway : Le monde politique de Washington, DC, y compris les titulaires de charge publique fédérale, les lobbyistes, les consultants et les commentateurs des médias NdT]). Bolton a fait marche arrière, en subordonnant le retrait américain de la Syrie à des conditions (qui ne semblaient pas conçues pour être remplies) et en ne fixant aucun délai précis. Cela n’a pas amusé Le président Erdogan.

Il devrait être évident maintenant que nous entrons dans une refonte régionale majeure : Les États-Unis quittent la Syrie. La tentative de Bolton d’annuler le retrait a été rejetée. Et les États-Unis, en tout état de cause, ont perdu la confiance des Kurdes du fait de la déclaration inédite de Trump. Les Kurdes sont maintenant tournés vers Damas et la Russie fait office de médiateur pour un règlement.

Cela peut prendre un certain temps, mais les États-Unis s’en vont. Les forces kurdes (autres que celles liées au PKK) sont susceptibles d’être assimilées à l’armée syrienne, et la zone « tampon » ne sera pas dirigée contre la Turquie, mais sera un mélange d’armée syrienne et d’éléments kurdes – sous commandement syrien – mais dont la conduite générale envers la Turquie sera surveillée par la Russie. Et l’armée syrienne débarrassera, en temps voulu, Idlib du retour d’Al-Qaïda (HTS) [Organisation de Libération du Levant, groupe djihadiste : NdT].

Les États arabes regagnent leurs ambassades à Damas – en partie par crainte que le fouet de la politique américaine, sa polarisation radicale et sa propension à être totalement ou partiellement « contrariée » par l’État Profond – ne laisse le Golfe « orphelin » à tout moment. En effet, les pays du CCG se « couvrent » contre ce risque en essayant de reconnecter une sphère arabe divisée, et de lui donner un nouveau « but » et une nouvelle crédibilité – comme un équilibre contre la Turquie, le Qatar et les Frères musulmans (l’ancien ennemi de la Syrie).

Et pourtant – il reste encore une autre strate à ce calcul, comme le décrit Elijah Magnier, journaliste expérimenté du Moyen-Orient :

« En effet, le Levant revient au centre du Moyen-Orient et de l’attention mondiale dans une position plus forte qu’en 2011. La Syrie possède des missiles de précision avancés qui peuvent frapper n’importe quel bâtiment en Israël. Assad dispose également d’un système de défense aérienne dont il n’aurait jamais pu rêver avant 2011 – grâce à la violation continue de son espace aérien par Israël et son mépris de l’autorité russe. Le Hezbollah a construit des bases pour ses missiles de précision à longue et moyenne portée dans les montagnes et a créé un lien avec la Syrie qu’il n’aurait jamais pu établir – sans la guerre. L’Iran a établi une fraternité stratégique avec la Syrie, grâce à son rôle dans la défaite du plan de changement de régime.

Le soutien de l’OTAN à la croissance de I’EI a créé un lien entre la Syrie et l’Irak qu’aucun lien musulman ou baasiste n’aurait jamais pu créer : L’Irak a carte blanche pour bombarder des sites de l’EI en Syrie sans l’accord des dirigeants syriens, et les forces de sécurité irakiennes peuvent entrer en Syrie chaque fois qu’elles le jugent nécessaire pour combattre l’EI. L’axe anti-israélien n’a jamais été aussi fort qu’aujourd’hui. C’est le résultat de la guerre de 2011-2018 imposée à la Syrie. »

Oui, il s’agit de la troisième des lignes de faille émergentes : celle d’Israël d’une part, et d’autre part la réalité émergente dans le nord de la Syrie – une ombre qui est revenue hanter les premiers instigateurs de la « guerre » pour détruire la Syrie. Depuis, le Premier ministre Netanyahou a mis tous les œufs israéliens dans le « panier » de la famille Trump. C’est la relation de Netanyahou avec Trump qui a été présentée en Israël comme étant le véritable « pacte du siècle » (et non celui des Palestiniens). Pourtant, lorsque Bibi s’est plaint avec force du retrait américain de la Syrie (laissant la Syrie vulnérable, affirme Netanyahou, à une installation iranienne de missiles intelligents), Trump a répondu sans hésitation que les États-Unis donnent 4,5 milliards $ par an à Israël, « Tout ira bien », a rétorqué Trump.

En Israël, cela a été considéré comme une gifle inouïe au visage du Premier ministre. Mais les Israéliens ne peuvent qu’admettre qu’ils ont une part de responsabilité dans la création des circonstances dont ils se plaignent aujourd’hui haut et fort.

C’est l’essentiel : Les choses ne se sont pas déroulées comme prévu : L’Amérique ne dessine pas le nouvel « ordre » levantin – Moscou le fait. Et le mépris flagrant et continu d’Israël pour les intérêts de la Russie dans le Levant, d’abord exaspérée, a finalement poussé le haut commandement russe à déclarer le nord du Moyen-Orient zone d’exclusion aérienne présumée pour Israël. Il s’agit d’un revirement stratégique majeur pour Netanyahou (et les États-Unis).

Et enfin, c’est ce schéma répétitif de déclarations faites par le président américain sur la politique étrangère qui sont alors presque par hasard contredites, ou « conditionnées », par une partie ou l’autre de la bureaucratie américaine, qui pose à la région (et au-delà) la question à soixante-quatre mille dollars [Jeu télévisé ou chaque bonne réponse double la mise, NdT]. Il s’agit clairement d’un président isolé, les fonctionnaires vident ses déclarations de force exécutoire (jusqu’à ce que la bureaucratie américaine les approuve ou les nie par la suite). Cela rend Trump presque insignifiant (pour ce qui est de la définition de la politique étrangère).

S’agit-il donc d’un processus furtif – sciemment arrangé- pour retirer progressivement Trump du pouvoir ? Un siphonnage de ses prérogatives présidentielles (ne le laissant que comme un Twittereur turbulent) – réalisé, sans toute les perturbations et le désordre, pour le démettre officiellement de ses fonctions ? Nous verrons bien.

Et la suite ? Eh bien, comme le fait remarquer Simon Henderson, personne n’est sûr – tout le monde se pose la question :

« Qu’en est-il de la longue tournée du secrétaire Pompéo au Moyen-Orient ? La réponse courte est qu’il essaie de vendre/expliquer la politique du Président Trump “nous quittons la Syrie” à des amis de l’Amérique… Amman, Jordanie ; Le Caire, Égypte ; Manama, Bahreïn ; Abu Dhabi, Émirats Arabes Unis (EAU) ; Doha, Qatar ; Riyad, Arabie Saoudite ; Muscat, Oman ; Kuwait City, Koweït. Waouh, même avec son propre jet et sans soucis d’immigration, c’est un itinéraire épuisant… Le fait qu’il y a maintenant huit arrêts en huit jours, reflète probablement la quantité d’explications qu’il faut faire. »

Source : Strategic Culture, Alastair Crooke, 14-01-2019

Traduit par les lecteurs du site www.les-crises.fr. Traduction librement reproductible en intégralité, en citant la source.

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

aleksandar // 16.04.2019 à 13h20

Article qui reste dans l’actualité et encore pour quelques années par la mise au jour de la rivalité Frères Musulmans – CCG.
Les historiens du futur auront un beau sujet d’étude : comment les USA au faite de leur puissance ont tout foiré ?
Parce que les ” dégâts ” de la politique américaine de ces 10 dernières années ne vont pas s’estomper.
En particulier la perte de confiance à la fois, et c’est ce qui est extraordinaire coté Frères musulmans ET coté CCG.
Les russes ont parfaitement trouvé le tempo : pas d’influence directe, pas de changement de régime, stabilité des frontières, développement économique, recherche de solution diplomatiques pour régler les conflits, relations commerciales.
Leur politique est lisible, ce qui n’est pas le cas de celle des USA, trop dépendante des neocons et d’Israël.
L’axe mis en place Iran + Irak + Syrie + bientôt Liban décrit par certains comme l’axe chiite dans un abus de simplification qui définit bien mal la réalité regroupent en fait les pays de la zone qui présentent surtout un potentiel de développement a la fois a cause de leurs ressources pétrolières, de leur population et d’un niveau d’éducation bien supérieur au monarchies du golfe.
Quand on trace des plans pour les 50 prochaines années, comme les russes et les chinois, ce sont des atouts non négligeables

17 réactions et commentaires

  • JCH // 16.04.2019 à 07h13

    Une coquille s’est glissée au 4e paragraphe lors de la traduction avec la mention de “”MbS” (initiales du leader Saoudien bin Salmane) alors que l’article original parle de “MbZ” qui est le sheik bin Zayed des Émirats Arabes Unis.

      +10

    Alerter
  • J // 16.04.2019 à 07h29

    La guerre des sunnites rigoristes contre le régime Assad dominé par les alaouites date de l’instauration de ce dernier en 1970. Avec déjà un sommet en 1983, plus de 20000 morts à Hama. Elle a monté en intensité dans la foulée des illusoires “printemps arabes”. C’est aussi un épisode de plus du conflit sunnites-chiites (qui se poursuit au Yémen). Voir http://bouquinsblog.blog4ever.com/sunnites-chiites-pourquoi-ils-s-entretuent-martine-gozlan

      +1

    Alerter
  • Pierre Kiroul // 16.04.2019 à 07h45

    Si vous pensez avoir enfin compris ce qui se passe réellement dans cette région du monde, c’est qu’on vous l’aura sans doute mal expliqué.

      +13

    Alerter
    • Alfred // 16.04.2019 à 08h46

      “Et dieu créa le moyen orient et dit: qu’ici soient les “dernières nouvelles exclusives””
      A la manière de certains antiracistes qui sont finalement les premiers concernés par l’affliction qu’ils dénoncent je trouve ce genre de commentaires en fait assez ethnocentrés.
      Je vous propose une mise en abîme par un commentateur “de cette région du monde” qui ne manque jamais d’humour: Karl Sharro.
      Par exemple:
      https://mobile.twitter.com/KarlreMarks/status/1113491377906753536

        +5

      Alerter
  • René Fabri // 16.04.2019 à 10h40

    Sans doute que la région retrouvera du calme quand il n’y aura plus de pétrole là-bas, et donc plus d’argent facile pour des accapareurs. Continuons donc à développer les énergies alternatives et renouvelables, comme la géothermie, les barrages et les éoliennes. (J’en profite pour demander une étude sur la rentabilité des éoliennes, car je suis consterné par les hommes politiques qui les dénigrent sous prétexte de “pollution visuelle”.)

      +5

    Alerter
    • Kiwixar // 16.04.2019 à 12h15

      Avant que ces pays n’aient plus d’hydrocarbures, ils en auront juste suffisamment pour leur consommation intérieure, et voudront alors cesser d’exporter. Les Occidentaux, se trouvant fort démunis, iront les voir en arguant que ce qui est sous terre est “propriété commune”. La fin de 150 ans de confort (la clim dans la voiture, et même les sièges chauffants!), ça ne va pas bien se passer.

        +9

      Alerter
    • Paul // 16.04.2019 à 15h10

      Bonjour
      les renouvelables représentent dans les 5 % du mix énergétique. Toutes les renouvellables ne sont pas plus renouvelable que le pétrole. Eolienne et panneau solaire nécessite des terres rares, du cobalt, etc…
      Les barrages détruisent les écosystèmes et empoisonne au mercure https://www.youtube.com/watch?v=nDGzlnCOAW4
      Le nucléaire est à 5 %.
      Le reste c’est du fossile. Bon courage pour remplacer tout ce bon pétrole (ou charbon)
      Energie propre = pas de consommation. Le reste que foutaise

        +10

      Alerter
      • RGT // 16.04.2019 à 19h11

        Le nucléaire peut et DOIT être considéré comme un “combustible” fossile comme toutes les formes d’énergie d’ailleurs.

        Rappelons-nous que les isotopes radioactifs ont une durée de vie limitée et qu’il est strictement impossible pour les humains d’en créer de nouveaux.
        Et même si c’était le cas, l’intérêt énergétique serait déplorable : Il faut largement plus d’énergie pour fusionner des éléments afin qu’ils deviennent radioactifs qu’ils n’en restitueront pendant leur “vie active”.

        De même, n’oubliez surtout pas que la fusion qui a lieu au cœur des étoiles n’est en fait qu’une petite partie de l’énergie gravitationnelle convertie avec un rendement assez minable…

        Ce n’est pas très encourageant, mais l’énergie est bel et bien dans sa nature propre le “fossile” du big bang et il n’y en aura plus la moindre parcelle de créée jusqu’à la fin de l’univers.

        La meilleure preuve : L’univers se refroidit, c’est à dire que son expansion dilue son énergie initiale et qu’elle ne sera toujours moins disponible dans le futur. Préparez-vous à une méga baston pour récupérer les restes.

        Vous me répondrez que les humains auront disparu depuis bien longtemps quand ça arrivera et vous aurez raison.

          +5

        Alerter
        • Haricophile // 16.04.2019 à 21h48

          Ce que l’univers devient a autant d’importance pour l’humanité que la dérive des continents pour une éphémère. Dans quelque milliards d’année il n’y aura plus de terre, ça me fait une belle jambe, en dehors de la curiosité intellectuelle.

            +3

          Alerter
    • alain maronani // 16.04.2019 à 20h43

      Manifestement vous n’avez pas la moindre idée sur l’impasse que représente les techniques comme la géothermie et les éoliennes. Pour les barrages la France a DEJA des barrages partout ou ceci est possible.

      Faites un petit calcul en Joule pour simplement imginer ce que l’on peut faire avec un baril de pétrole et ce qu’il est nécesssaire de déployer comme moyens éoliens pour obtenir la même chose (des zinzins qui demandent AUSSI beaucoup d’énergies fossiles pour les construire, les installer, dont la durée de vie est de 25 années, etc).

      On ne remplace une société industrialisée, localisée par des moyens distribués qui ne peuvent stocker l’énergie (les batteries sur une très large échelle sont impraticables, ruineuses, polluantes).

      On ne peut que vous conseiller de regarder les excellentes videos de Jean-Marc Jancovici (facile à trouver) sur Youtube ou thinkerview..

      Yaquafautquon..un peu juste…

        +4

      Alerter
    • Paul // 18.04.2019 à 16h29

      Petit reportage sur les luttes ici et là et notamment en crète contre les éoliennes industrielles : un vrai fléau pour cette ile, ses habitants, sa faune et sa flore. Et sans parles des dommages aux quatres coins de la planète pour fabriquer ces cochonneries voir à partir de 15 min.
      https://www.youtube.com/watch?time_continue=641&v=97HTxo20c-E

        +0

      Alerter
  • Kiwixar // 16.04.2019 à 10h44

    L’échec du démembrement de la Syrie est une catastrophe pour Israël, ils se retrouvent avec :
    (1) une armée syrienne extrêmement aguerrie et expérimentée
    (2) une bulle de déni aérien (S300 “Favorit” portée officielle 195km, mais pouvant suivre et allumer plus loin, et Pantsir)
    (3) les USA qui se distancent de la zone, la Russie qui s’y renforce
    (4) des F-35

      +16

    Alerter
  • martin // 16.04.2019 à 10h50

    Songeons à Mac Kinder

    Le Proche-Orient, le Bassin Caspien et l’Asie Centrale forment le Rimland, cette ceinture qui devait, dans l’esprit des stratèges US, étouffer la Russie. Ils ont échoué, la Russie s’est renforcée dans le Rimland et pousse des pointes dans la profondeur du dispositif adverse. Aujourd’hui la Turquie et l’Egypte se rapprochent toujours plus de la Russie et l’Otan arabe a complètement échoué. Les Etats-Unis évacuent leurs bases d’Asie centrale tandis que Moscou place tranquillement les siennes.
    Les conditions d’une paix durable sont là, OCS aidant.

      +6

    Alerter
  • mikatypa // 16.04.2019 à 10h57

    Les démocraties islamiques, Iran, Turquie, Frères Musulmans et leur Islam politique, semblent marquer des points face aux autocrates islamiques. Peut-être un espoir pour l’évolution du Levant après la destruction systématique des états arabes par les USA depuis 2001 …Et oui, il faut parfois regarder les choses en enlevant nos lunettes “universalistes” et leurs millions de morts…

      +3

    Alerter
  • Soizic // 16.04.2019 à 11h06

    Article dépassé qui date du mois de janvier, au moment où Trump venait de faire l’annonce de retrait des forces américaines de Syrie, et qu’on pouvait encore y croire!

      +3

    Alerter
  • aleksandar // 16.04.2019 à 13h20

    Article qui reste dans l’actualité et encore pour quelques années par la mise au jour de la rivalité Frères Musulmans – CCG.
    Les historiens du futur auront un beau sujet d’étude : comment les USA au faite de leur puissance ont tout foiré ?
    Parce que les ” dégâts ” de la politique américaine de ces 10 dernières années ne vont pas s’estomper.
    En particulier la perte de confiance à la fois, et c’est ce qui est extraordinaire coté Frères musulmans ET coté CCG.
    Les russes ont parfaitement trouvé le tempo : pas d’influence directe, pas de changement de régime, stabilité des frontières, développement économique, recherche de solution diplomatiques pour régler les conflits, relations commerciales.
    Leur politique est lisible, ce qui n’est pas le cas de celle des USA, trop dépendante des neocons et d’Israël.
    L’axe mis en place Iran + Irak + Syrie + bientôt Liban décrit par certains comme l’axe chiite dans un abus de simplification qui définit bien mal la réalité regroupent en fait les pays de la zone qui présentent surtout un potentiel de développement a la fois a cause de leurs ressources pétrolières, de leur population et d’un niveau d’éducation bien supérieur au monarchies du golfe.
    Quand on trace des plans pour les 50 prochaines années, comme les russes et les chinois, ce sont des atouts non négligeables

      +22

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications