Les Crises Les Crises
28.décembre.201428.12.2014 // Les Crises

[Ca se passe comme ça sur la Planète] Bangladesh, survivre dans le chaos

Merci 0
J'envoie

Je suis tombé hier sur cet incroyable reportage sur la vie au Bangladesh (mention spéciale aux, hmmm, orpailleurs ?), et il m’a semblé important de le partager avec vous…

Chaque année, au Bangladesh, a lieu le plus grand pèlerinage musulman du monde après celui de La Mecque, la Bishwa Ijtema, qui dure trois jours. Pour l’événement, des millions de fidèles affluent de tout le pays et de l’étranger. Bus, bateaux et trains sont pris d’assaut. Les voyageurs sont partout et certains prennent des risques inconsidérés : entassés sur les toits, accrochés aux fenêtres et aux essieux… Une foule quasi ingérable dans un pays aux infrastructures obsolètes.

Commentaire recommandé

joss // 28.12.2014 à 12h07

Le Bangladesh pourra bientôt rentrer dans la zone euro, il fait même mieux que notre locomotive allemande :

déficit public 2014 : 2.7% PIB
dette publique 2014 : 33.9% PIB
taux de chômage 2013 : 4.3% (en comptabilisant les enfants dans la population active?)

Ca fait rêver, non ?

source : banque mondiale

16 réactions et commentaires

  • polo // 28.12.2014 à 02h11

    ces êtres humains en plus le réflexe animal parce que il vive le jour le jour la mort comme la vie il n’attache que peu importance

      +1

    Alerter
  • Alain // 28.12.2014 à 06h41

    Excellent documentaire, bravo aux réalisateurs.

    Le plus grand pèlerinage musulman du monde est je pense celui de Karbala, Irak.
    Chaque année pour Arba’een, quelques 30 millions de pèlerins visitent Karbala!
    Et qui doivent manger, dormir…

      +4

    Alerter
  • joss // 28.12.2014 à 12h07

    Le Bangladesh pourra bientôt rentrer dans la zone euro, il fait même mieux que notre locomotive allemande :

    déficit public 2014 : 2.7% PIB
    dette publique 2014 : 33.9% PIB
    taux de chômage 2013 : 4.3% (en comptabilisant les enfants dans la population active?)

    Ca fait rêver, non ?

    source : banque mondiale

      +13

    Alerter
    • Ray // 28.12.2014 à 13h24

      Bonjour Joss
      ” source : banque mondiale…”
      à quand les sourciers de l’Infâme Mouvement Financier.
      Bonnes fêtes de fin d’année.

        +1

      Alerter
  • Chris // 28.12.2014 à 13h21

    Ce n’est pas particulier au Bangladesh. Vous trouvez la même vie quotidienne dans de nombreuses provinces indiennes et Paki.

      +0

    Alerter
  • boduos // 28.12.2014 à 18h42

    ……les portes de l’enfer : 43000 ames aux km2 .On a du souci à se faire si la CIA arrive à les rapprocher de EIL !

      +3

    Alerter
    • Anas // 29.12.2014 à 13h27

      Propos reflètant une ignorance totale du monde musulman et des différents courants qui l’animent. Le takfirisme est aux antipode de la majorité des courants et doublement aux antipodes des courants soufistes. Le takfirisme est un épiphénomène à l’échelle du monde musulman, il ne mobilise que 0,0001% de la population musulmane mondiale, et encore il faut l’intervention d’une organisation mafieuse comme la CIA pour en faire quelque chose. En prenant un peu de recul vous constaterez que la résistance du monde musulman aux sirènes de la violence est exemplaire.

        +1

      Alerter
  • georges dubuis // 28.12.2014 à 20h19

    Ce qui est incroyablement misérable,par contre, c’est la fabrique de ce re(a)portage qui veut nous rassurer sur la notre, invisible, car noyée par la pseudo abondance sans modération. Misère de la spectacularisation du sécuritaire à tout prix.
    Moralité, la vie n’a pas de prix donc il faut lui en donner un, pure propagande libertarienne, la BBC est perclus de ce genre de documentaires sur le tiers, quart espèce de monde.

      +3

    Alerter
    • christiangedeon // 29.12.2014 à 12h15

      je n’ai pas compris votre commentaire. Pourriez vous préciser? merci

        +0

      Alerter
      • theuric // 29.12.2014 à 13h43

        Je n’ai pas regardé ce reportage, je n’aime pas les doudouismes sous toutes leurs formes, ces racismes cachés et misérabilistes, les pires, et encore moins les plus hypocrites, ceux qui nous font croire au bon sauvage.
        Ce que voulait dire Monsieur Dubuis c’est que de nous montrer la misère ailleurs, au loin, chez les “Sauvages”, comme l’a laissé sous-entendre un commentateur, nous permet de nous contempler dans notre douce béatitude d’une richesse en décrépitude et nous évite d’aller voir ce qu’il se passe dans nos campagnes et dans nos rues, d’une même pauvreté, d’une même misère, d’une même malnutrition, d’une même disette, et parfois même, famine.
        Allez, allez, allez, avouons-nous le tous, qui ici voudrait savoir ce qu’il se passe dans certains coins de province, les plus pauvres, les plus démunies?
        Qui, de journaliste, oserait faire un reportage sur la pauvreté en France?
        Qui voudrait voir cette vérité toute crue?
        Alors, la regarder s’ébattre librement ailleurs, sous d’autres cieux, chez d’autres peuples, cela rassure.
        Mais qui, de nous tous, n’a pas une petite voix qui lui susurre:
        “Demain, ça peut être toi qui pourrait être à la rue.”
        Alors ne reste plus que le déni pour la faire taire!
        Parce que, en vérité, si personne ne bouge et ne dit rien, c’est qu’une autre voix lui affirme que, peut-être, un jour, ce sera lui qui sera à la place des patrons du C.A.C.40 à la tête de fortunes colossales.
        En cela, oui, je suis et reste républicain de gauche!

          +4

        Alerter
        • theuric // 29.12.2014 à 13h46

          C’est la-dessus que surf le Front-National!

            +0

          Alerter
          • theuric // 29.12.2014 à 13h57

            Combien en effet, et je l’ai déjà écrit, vivent en marginaux, cultivent et élèvent pour leur propre subsistance parce qu’ils n’ont plus que cela?
            “La pauvreté c’est moins terrible au soleil.” Fut-il chanté d’antan.
            Alors, allons voir là-bas plutôt qu’ici!

              +1

            Alerter
    • georges dubuis // 29.12.2014 à 19h58

      Aaargh !
      En cela, oui, je suis et reste républicain de gauche!
      Theuric, comme je t’estime, là bas c’est une absence de lutte des places, les castes te cadrent, ici c’est la lutte des places. Le seul parti où il est difficile d’en avoir une, est justement le FN, sorte de voyage sans retour qui vous marque à vie d’une pseudo disgrâce…….s’exposer au terrible quand dira t on……..la sinistra en italien, la gauche est toujours confortable, une lâcheté bien reconnue et sans conséquence.

        +0

      Alerter
      • theuric // 30.12.2014 à 00h08

        Il n’y pas de réel confort dans la vie, il peut y avoir l’aspiration à la justice ou au pouvoir, la gauche ou la droite, mais jamais, oh grand jamais de réel confort.
        Ce n’est pas tant que la gauche n’est plus mais c’est qu’elle s’est cachée dans les méandres des mensonges et de l’incompréhension.
        Qui, en vérité, est de gauche aujourd’hui quand chacun s’abîme à la contemplation vaine des mirages dantesques et fantasmatiques du néolibéralisme, ce dernier avatar d’un économisme en perdition?
        Et sans gauche, peut-il y avoir une droite?
        Cette grave indétermination est comme une maladie qui ronge l’esprit et le corps de la société, c’est pourquoi je montre que ce qui ressemble encore à une gauche et une droite n’est plus que la confusion réflexe d’un même visage auquel j’ai donné nom d’économisme dogmatique.
        Comme un vieux réflexe, une pauvre parure, aussi, parfois.
        Ne reste plus que ce que les anciens nous léguèrent et que nous oubliâmes tantôt, le républicanisme, le bonapartisme et l’anarchisme, sans encore que nous sachions de ce qu’il en est de ce lègue, sans même savoir ce qu’il est, sans savoir même ce qu’il puisse être, sans que nous puissions le dire, sans que nous puissions le comprendre, sans que nous puissions le distinguer.
        C’est un siècle plein de fureurs, de tourments et de lutes d’une incommensurable multitude qui s’effiloche jour après jour en nous laissant orphelin aux temps où de terribles épreuves nous confronte et plus terribles encore dans un très proche futur: nous pleurons ce deuil que nous ne comprenons pas parce que ne voyant cette mort.
        Et pourtant…
        Et pourtant, en effet, ce sont bien les partis qui disparaissent ou mutent sans même que ceux qui en sont le comprennent et le savent.
        Et même les nouveaux ne comprennent pas encore que ce qu’ils pensent de ce qu’ils sont n’est pas ce qu’ils sont en vrai.
        Sans compter tous ceux qui jouent l’ambigüité en s’entourant d’un discours flattant les colères sourdes et justifiées en n’existant que pour une satiété toujours dans l’air du temps.
        Voilà où nous en sommes, c’est cela que je veux dire sur le sujet.
        A chacun de juger et jauger au mieux.

          +0

        Alerter
  • robin // 29.12.2014 à 10h08

    reportage signé Toni Comiti.merci à ces grands reporters.

      +0

    Alerter
  • christiangedeon // 29.12.2014 à 12h17

    Est ce que vous vous rappelez des années soixante et soixante dix? Non? dommage…c’étaient les années où la ” sagesse ” devait obligatoirement être recherchée en Extrême Orient… sans autres commentaires.

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications