Les Crises Les Crises
7.novembre.20187.11.2018 // Les Crises

Comment le FBI réduit au silence les lanceurs d’alerte, par John Kiriakou

Merci 130
J'envoie

Source : Consortium News, John Kiriakou, 16-10-2018

16 octobre 2018

Dire la vérité au pouvoir a ruiné Darin Jones, un ancien spécialiste des contrats du FBI qui a rapporté des preuves de graves malversations en matière de passations de marchés. Il est probablement la dernière victime en tant que lanceur d’alerte fédéral, écrit John Kiriakou.

L’idée de « lancement d’alerte » a fait beaucoup parler d’elle dans les médias.

L’auteur anonyme d’un éditorial récent du New York Times étripant le président est-il un lanceur d’alerte ?

La victime d’une agression sexuelle présumée par Brett Kavanaugh, candidat à la Cour suprême, est-elle une lanceuse d’alerte ?

J’ai la chance d’avoir accès aux médias pour parler de torture après avoir dénoncé le programme de la CIA. Je pense qu’Ed Snowden, Tom Drake et d’autres diraient la même chose au sujet des conséquences de leur propre divulgation.

Le coût de faire ce qu’il convient de faire

Le problème, c’est que nous sommes l’exception à la règle. La plupart des lanceurs d’alerte souffrent dans l’anonymat ou sont personnellement, professionnellement, socialement et financièrement ruinés pour avoir dit la vérité au pouvoir. Darin Jones est l’une de ces personnes. C’est l’un de ceux qui ont été réduits au silence dans la guerre de Barack Obama contre les lanceurs d’alerte. Et il continue à souffrir sous Donald Trump.

Jones était un spécialiste des supervisions de contrats du FBI qui, en 2012, avait signalé à son supérieur la preuve de graves malversations en matière de passation de marchés. Jones a soutenu que la Computer Sciences Corporation (CSC) s’était vue attribuer un contrat de 40 millions de dollars de façon frauduleuse parce qu’un ancien fonctionnaire du FBI chargé d’octroyer le contrat avait alors été engagé comme consultant au CSC. Jones a dit, à juste titre, qu’il s’agissait d’une violation de la Loi sur l’intégrité dans la passation des marchés. Il a fait sept autres divulgations alléguant des irrégularités financières au FBI, et il a été rapidement congédié pour ces problèmes.

N’oubliez pas que les États-Unis ont une loi sur la protection des lanceurs d’alerte. Tout fonctionnaire fédéral qui met au jour des preuves de gaspillage, de fraude, d’abus, d’illégalité ou de menaces à la santé publique ou à la sécurité publique est protégé en vertu d’une loi fédérale.

Mais le FBI s’en fichait. Jones était un fauteur de troubles. Il parlait de ses collègues du FBI. Et il a dû être réduit au silence.

Immédiatement après son licenciement, Jones a fait appel. Il n’a toutefois pas été réintégré parce qu’il avait fait sa révélation à son superviseur et non à l’une des neuf personnes figurant sur la liste approuvée par la direction du FBI, qui pouvait entendre une plainte de lanceur d’alerte. Jones a fait appel encore une fois, entamant une odyssée de plus de quatre ans.

Le sénateur Chuck Grassley (Républicain – Iowa) est le champion des lanceurs d’alerte au Capitole, que vous aimiez sa politique ou non. Jones a contacté Grassley et lui a demandé de l’aide. Son licenciement était clairement des représailles pour ses révélations et était illégal, selon la loi sur la protection des lanceurs d’alerte. M. Grassley a accepté et a écrit trois lettres distinctes à James Comey, alors directeur du FBI, et à Sally Yates, alors sous-procureure générale. Aucune n’a reçu de réponse.

M. Grassley a exhorté le ministère de la Justice à réintégrer M. Jones, affirmant que son limogeage constituait une violation du Whistleblower Protection Enhancement Act de 2016, qui a renforcé la loi initiale de protection des lanceurs d’alerte. Il a ajouté que lorsque Mme Yates a comparu devant la Commission judiciaire du Sénat pour ses audiences de confirmation des charges plus tôt dans l’année, elle a promis « d’améliorer le processus de règlement des demandes de représailles, notamment en élargissant la liste des personnes à qui une divulgation protégée pourra être accordée ».

Elle n’a jamais fait ça. En fait, Mme Yates a ordonné au directeur de l’Unité d’examen des cas d’inconduite professionnelle du ministère de la Justice d’écrire à M. Jones et de lui dire : « L’examen du sous-procureur général est terminé et sa décision est définitive. Votre affaire n’est plus en instance. Vous ne devriez pas vous attendre à recevoir d’autres communications que vous ou toute autre organisation ou personne pourrait soumettre relativement à votre cas de représailles à l’égard d’un lanceur d’alerte ». En d’autres termes, la politique officielle du ministère de la Justice était d’ignorer la loi et de fournir un statu quo entre le président du comité judiciaire du Sénat et le lanceur d’alerte lui-même.

La réponse du FBI a été tout aussi mauvaise, quoique prévisible. Le bureau de l’avocat général du FBI a écrit à Jones : « Le FBI vous a informé qu’il ne mènera pas d’enquête plus approfondie sur vos allégations selon lesquelles le FBI vous a congédié parce que vous avez signalé un problème de conformité et que des représailles ont été exercées contre vous en violation des règlements applicables en matière de protection des lanceurs d’alerte. Le FBI s’est acquitté de ses obligations légales et considère que cette affaire est close sans qu’il y ait lieu de la réexaminer ou de la rouvrir. Veuillez noter que le FBI ne répondra à aucune correspondance ou courriels supplémentaires liés ou découlant de la cessation de votre emploi. »

C’est un autre doigt d’honneur.

Notez aussi que le FBI fait référence à la « réglementation sur les lanceurs d’alerte ». Ce n’est pas un règlement. C’est une loi. Et le FBI aussi doit respecter et suivre la loi même quand il ne le veut pas.

Mettre fin aux brimades à l’encontre des lanceurs d’alerte

Le vrai problème c’est que Darin Jones a fait ce qu’il convenait de faire. Il a fait une chose honorable. Il a fait ce qu’il fallait sur les plans éthique, juridique et moral. Et il l’a payé avec sa carrière. Comme les autres lanceurs d’alerte fédéraux, il est ruiné financièrement. Des amis et des membres de sa famille se sont éloignés de lui. Il ne trouve pas de travail. Je peux vous dire de par ma propre expérience que le poids psychologique des retombées de la dénonciation est parfois trop lourd à supporter.

Les amis et sympathisants de Jones sont en train de créer une campagne GoFundMe pour l’aider à traverser cette horrible période.

Nous devons également maintenir la pression sur le FBI, la CIA, la NSA, la TSA et toutes les autres organisations gouvernementales qui s’en prennent aux lanceurs d’alerte.

Nous devons appuyer Chuck Grassley et les autres députés du Capitole qui tentent de protéger les lanceurs d’alerte.

Nous devons forcer nos propres représentants élus à faire de même. Après tout, ils travaillent pour nous.

Notre objectif devrait être simple.Travailler d’arrache-pied pour s’assurer que Darin Jones est le dernier lanceur d’alerte fédéral à être traité de cette façon.

John Kiriakou est un ancien agent antiterroriste de la CIA et un ancien enquêteur principal du Comité sénatorial des relations étrangères. John est devenu le sixième lanceur d’alerte inculpé par le gouvernement Obama en vertu de la loi sur l’espionnage – une loi conçue pour punir les espions. Il a passé 23 mois en prison pour avoir tenté de s’opposer au programme de torture de l’administration Bush.

Source : Consortium News, John Kiriakou, 16-10-2018

Traduit par les lecteurs du site www.les-crises.fr. Traduction librement reproductible en intégralité, en citant la source.

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Fabrice // 07.11.2018 à 07h14

Il est clair que le système neoliberal en cours est un système de copinage et que l’intégrité d’un lanceur d’alerte est une menace pour le système donc il se défend contre l’élément qui le menace c’est logique, c’est moins violent que la mafia mais à terme cela vous détruit l’individu qui a crié “Basta”.

9 réactions et commentaires

  • Fabrice // 07.11.2018 à 07h14

    Il est clair que le système neoliberal en cours est un système de copinage et que l’intégrité d’un lanceur d’alerte est une menace pour le système donc il se défend contre l’élément qui le menace c’est logique, c’est moins violent que la mafia mais à terme cela vous détruit l’individu qui a crié “Basta”.

     32

    Alerter
    • Marie // 07.11.2018 à 08h22

      Ajoutons-y la toute puissance des groupes de pression de l’ombre (d’ailleurs de moins en moins, de l’ombre).

       15

      Alerter
  • Yves MICHEL // 07.11.2018 à 10h00

    En effet, lancer une alerte n’est pas de tout repos… En témoignent Roger Lenglet et Isabelle Badoureaux dans ce livre actuel : L’Art de Lancer une Alerte : http://www.yvesmichel.org/product-page/livres-nouveautes/lart-de-lancer-une-alerte/

     4

    Alerter
  • libvert.fr // 07.11.2018 à 11h30

    Il doit sûrement y avoir des situations proches en Russie ou en Chine, mais ces informations nous sont moins facilement disponibles..

     2

    Alerter
    • Fabrice // 07.11.2018 à 12h38

      Exact mais elles ne font pas la morale aux autres pays sur l’état de droit, quand on denonce la corruption des autres pays (ex: le discours sur la corruption des états africains mais dont la source vient de l’occident) mais qu’en parallèle on ostracise ceux qui dénoncent les corruptions internes aux pays occidentaux, il est clair “que le faites ce que je dis pas ce que je fais” est assez hallucinant.

       12

      Alerter
      • jmathon // 07.11.2018 à 13h06

        « il est clair “que le faites ce que je dis pas ce que je fais” est assez hallucinant ».
        Et pourtant, ce ne devrait pas être si hallucinant que cela au regard de la fréquence de ce comportement.
        Je ne vois guère qu’une certaine forme d’intégrité doublé d’une conscience réflexive pour, ne serait-ce que, tenter de s’en prémunir soi-même.
        Je dénombre pas moins de quatre proverbes qui adressent cette question:
        – Charité bien ordonnée commence par soi-même
        – Voir la paille dans l’œil du voisin et pas la poutre que l’on a dans le sien
        – Ce sont les cordonniers les plus mal chaussés
        – C’est l’hôpital qui se fout de la charité
        Je serais ravi si d’aucun pouvait m’en fournir un voire plusieurs autres.

        De ce point de vue, ce blog est quelque peu épargné. 🙂

         0

        Alerter
    • jdautz // 07.11.2018 à 18h25

      Pour la Russie, pour le peu que j’en sais, je ne pense pas que l’information soit plus cachée que chez nous, je dirais même que c’est l’inverse. Après ça dépend aussi où on regarde, ils ont aussi des articles niveau presse people et chatons qui se cassent la gueule dont je ne garanti pas la qualité informative, comme chez les autres Européens quoi.

      Pour moi Poutine, puisqu’on parle de lui dès qu’on parle de la Russie, et contrairement aux ploutocrates de chez nous, n’a absolument pas peur de la polémique qu’il maîtrise parfaitement, ni des questions gênantes d’un contradicteur quel qu’il soit, tant qu’il s’agit de question demandant réponse et pas de propagande religieuse avec des réponses-dogmes qui servent de question comme chez nous. Bref, il fait de vrais débats politiques, longs et verbeux, où les gens ont le droit de parler, et ou il répond avec une grande intelligence, et où parfois il répond aussi de manière autoritaire mais en le disant explicitement et en le justifiant, quand typiquement il s’agit de la sécurité ou des intérêts stratégiques du pays, ne pas oublier que les Russes sont très patriotes et pas de la même manière que les américains ne serait-ce que pour des raisons historiques… en tout cas rien a voir avec notre classe politique des torche-### de l’UE faisant le beau dans des médias décérébrés.

      Pour la Chine c’est plus délicat, et pas si éloigné comme préoccupation, je crois que leur obsession c’est “la stabilité” du pays, c’est a dire que tant que ça ne risque pas de générer de mouvement de contestation il y a des choses qui peuvent passer, s’ils le ressentent comme un risque “de désordre” qui pourrait générer des mouvements un peu importants c’est réprimé fortement. En tout cas c’est ce que j’ai crus comprendre.

      Après c’est mon impression, il vaut mieux vérifier soi même.

       7

      Alerter
    • Louis Robert // 07.11.2018 à 21h29

      Et s’il y en a, ça vous console, libvert.fr?

      Et s’il y en avait davantage qu’ici, vous vous en sentiriez mieux?

      Moi pas.

      Ça ne m’a jamais consolé d’entendre dire que dans le pays voisin un certain type de situation mauvaise était pire que dans le mien. Je ne vois rien là qui exonère mon pays, rien qui le rende meilleur qu’il est non plus…

      Qu’il le soit seul, avec ou comme d’autres, le corrompu n’en est pas moins corrompu et il le demeure, tel quel.

       3

      Alerter
  • rolland // 07.11.2018 à 16h54

    “Sous un gouvernement qui emprisonne injustement, la place de l’homme juste est aussi en prison”…….Henry-David Thoreau……”La Désobeissance Civile”.

     5

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications