Les Crises Les Crises
18.octobre.201818.10.2018 // Les Crises

La crainte bipartite de l’Establishment d’une révolte populaire. Par Gareth Porter

Merci 102
J'envoie

Source : Gareth Porter, Consortium News, 06-09-2018

Le 6 septembre 2018

Les mouvements de rébellion à droite et à gauche lors des élections américaines de 2016 ont fait peur à l’establishment bipartite. Gareth Porter explique comment ils réagissent.

Les deux groupes de réflexion les plus puissants de Washington, représentant les élites politiques de centre-gauche et de centre-droite, ont réagi aux chocs populistes de l’élection présidentielle de 2016 en essayant de se repositionner, le Parti démocrate comme le Parti républicain, comme plus sensibles aux préoccupations populistes tout en maintenant leur attachement aux intérêts des grandes entreprises et au complexe militaro-industriel.

Le Center for American Progress (CAP), lié à l’establishment du Parti démocrate, et l’American Enterprise Institute (AEI), proche du Parti républicain, ont publié ces derniers mois deux longs articles reflétant leur vive inquiétude face à la croissance rapide du populisme des deux côtés de l’Atlantique – surtout à la lumière du succès choquant de Bernie Sanders et Donald Trump contre Hillary Clinton et le principal courant républicain pendant le cycle électoral présidentiel de 2016.

Mais les journaux suggèrent qu’aucune des deux organisations n’est prête à s’écarter des politiques économiques et militaires privilégiées par les élites puissantes qui contrôlent encore les deux grands partis. Et l’article le plus récent attaque Jill Stein et Bernie Sanders parce qu’ils ne sont pas suffisamment bellicistes à l’égard de la Russie et de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN).

Un premier document conjoint publié le 10 mai invitait les deux partis à apporter des changements profonds à leurs politiques et à leur fonctionnement, citant la « nécessité de reconnaître qu’ils sont dans une période de crise – un moment qui pourrait présager un réalignement à long terme – et d’élaborer une stratégie pour gérer le changement ». Il a également averti qu’ils « sont entrés dans la crise actuelle en semblant indifférents aux préoccupations qui poussent les électeurs à se tourner vers les populistes extrémistes ».

Les auteurs de cet article ont en outre identifié une série de « points communs frappants » entre le populisme de gauche et celui de droite aux États-Unis concernant les attitudes à l’égard des questions clés : « une profonde méfiance à l’égard actions militaires américaines à l’étranger, l’inquiétude sur la montée d’un État de surveillance, la méfiance à l’égard des grandes institutions et la défiance envers les élites mondiales ».

Manifestants à Minneapolis, avril 2017. (Fibonacci Blue)

Guerres sans fin et récession

Ils ont justement mis en garde : « Une grande partie de ce cynisme est dû aux guerres sans fin qui ont éclaté depuis le début du XXIe siècle, ainsi qu’à l’expérience de la crise économique mondiale – attribuée par beaucoup aux méfaits d’une élite qui a évité de rendre des comptes ».

Le document indique également que les partis « doivent soutenir les changements structurels du système politique qui augmenteront la réactivité et la responsabilité des représentants électoraux ».

Ces recommandations suggéraient qu’il était urgent d’apporter des changements radicaux. Mais aucun des 31 cadres supérieurs et vice-présidents du CAP n’a participé à la rédaction ou à l’approbation du texte. Il a été coécrit par Vikram Singh, ancien vice-président du CAP pour la sécurité nationale et la politique internationale et aujourd’hui chercheur principal ; Liz Kennedy, directrice principale du CAP pour la démocratie et la réforme gouvernementale, et Dalibor Rohac, chercheur associé sur les tendances politiques et économiques européennes à l’AEI.

Dans un entretien avec moi, Singh m’a expliqué que les opinions exprimées n’étaient que celles des auteurs et n’avaient pas été approuvées par les hauts fonctionnaires du CAP.

Tout comme le document initial, une déclaration commune du CAP et de l’AEI publiée le 31 juillet, cosignée par Singh, Rohac et Danielle Pletka, vice-présidente principale de l’AEI pour la politique étrangère et de défense, adopte un ton conciliant à l’égard de la vague croissante du populisme. Elle reconnaît également l’échec lamentable des institutions et des politiques dans lesquelles les directions des deux partis se sont engagés. Mais en fin de compte, il évite toute proposition de politique alternative.

Les trois coauteurs suggèrent que le populisme « n’est pas mauvais en soi » et rejettent « les tentatives futiles de conserver le statu-quo. Ils concèdent que « les lacunes de l’Union européenne, de l’OTAN, de l’Organisation mondiale du commerce et d’autres formes de coopération internationale ont fourni un terrain fertile à ceux qui appellent à renverser les structures existantes ».

Plus remarquable encore, ils reconnaissent que les interventions militaires menées par les États-Unis et l’Europe en Afghanistan, en Irak et en Libye ont embourbé les États-Unis et l’Europe dans « des guerres longues et impopulaires » et que « l’intervention limitée en Syrie » a « conduit à la crise des réfugiés qui a frappé les côtes européennes durant l’été 2015 ».

Il n’a pas dû être facile pour Danielle Pletka de l’AEI d’accepter ce discours, surtout en ce qui concerne l’Irak. Elle faisait partie du petit groupe de néoconservateurs à Washington qui avait fait pression pour mettre au pouvoir par la force militaire Ahmad Chalabi, un leader irakien en exil pro-américain. M. Pletka n’a jamais admis que la guerre était une erreur et a continué à imputer l’état de chaos en Irak à l’incapacité de l’administration Obama à y maintenir ses troupes.

Conscients de la souffrance

À New York. (Wikimedia Commons)

Les auteurs font référence à une « exaspération croissante » face à une mondialisation qui avait apporté « une croissance mondiale sans précédent » mais qui avait aussi « conduit à la stagnation économique et au chômage structurel, en particulier en Occident ». Ils reconnaissent en outre que la crise financière de 2008 a eu un « impact sur la classe moyenne dans les économies développées ainsi que sur la confiance dans la capacité du système de la libre entreprise à assurer une prospérité partagée ».

Les auteurs préviennent que « la menace du populisme autoritaire ne disparaîtra pas si une nouvelle génération de dirigeants politiques n’offre pas un programme crédible pour améliorer la vie des gens, qui soit plus attrayant pour le public que les alternatives populistes ».

Mais Singh et Pletka ne proposent aucune solution de rechange au modèle de gestion économique qui a causé de telles distorsions et dislocations socio-économiques. Dans la seule allusion sur l’orientation future de la politique, ils écrivent : « Tant la droite que la gauche politiques doivent plaider plus fermement en faveur de l’ouverture économique comme pierre angulaire de la prospérité de l’Occident ».

En outre, Singh et Pletka utilisent la déclaration commune pour faire pression en faveur d’un durcissement des positions américaines et européennes à l’égard de la Russie et pour accuser deux principaux opposants de gauche de l’Establishment centriste du Parti démocratique – la candidate à la présidence du Parti vert Jill Stein et le sénateur indépendant Bernie Sanders – d’avoir fait l’apologie – ou quelque chose de très proche – de la Russie ou du président russe Vladimir Poutine. Dans les deux cas, toutefois, les accusations sont sans fondement et équivalent à un retour du CAP et de l’AEI à des calomnies politiques entachées de maccarthysme.

Ils écrivent que Stein a « justifié l’agression russe » en déclarant que « l’OTAN a entouré la Russie de missiles, d’armes nucléaires et de troupes ». Et dans une interview avec moi la semaine dernière, Singh a dit, « Stein est une apologiste de la Russie et de Poutine. Elle a tendance à dire que c’est la faute des États-Unis ».

Dans l’interview à laquelle la déclaration du CAP et de l’AEI faisait référence, la cheffe du Parti vert a en effet déclaré : « L’OTAN a encerclé la Russie avec des missiles, des armes nucléaires et des troupes », ce qui était littéralement vrai. Mais elle n’a pas laissé entendre que cette situation « justifiait l’agression russe ». En réponse à une question sur l’annexion de la Crimée par la Russie et sa participation à la guerre en Ukraine, Stein a évoqué le soutien américain au « changement de régime » par le soulèvement armé en Ukraine en 2014. « Nous devons être très prudents en ce qui concerne les changements de régime », a dit Stein. « Et c’est là un changement de régime très incendiaire avec une puissance nucléaire juste à côté ».

L’affirmation de Stein selon laquelle les mesures prises par la Russie en Crimée et en Ukraine ont été prises en réponse au soutien des États-Unis au changement de régime n’était pas très différente d’un commentaire publié par le CAP en 2017. La seule différence entre eux était que la CAP soutenait la politique américaine d’appui au changement de régime en Ukraine plutôt que de s’y opposer.

Stein : Rejette le discours trop simpliste de la Guerre froide.

Contactée pour ses commentaires sur les déclarations du CAP, de l’AEI et de Singh à son sujet, Stein a déclaré : « C’est révélateur que quiconque rejette le récit trop simpliste de la guerre froide et aborde la complexité géopolitique du monde réel soit accusé de collusion avec les ennemis par le CAP et autres complices du camp bipartisan des promoteurs de la guerre ».

Pletka et Singh se demandent également si le sénateur Bernie Sanders a suffisamment soutenu l’OTAN. Tout en reconnaissant que Sanders avait publié une déclaration en 2016 en faveur d’un rôle de l’OTAN dans la protection de l’Europe de l’Est « contre toute forme d’agression russe », ils accusent Sanders d’avoir été « préoccupé par l’expansion de l’alliance à l’Est » en 1997 en tant que provocatrice de la Russie.

Dans une interview accordée à Truthout, Singh a admis que le scepticisme de Sanders au sujet de l’expansion de l’OTAN en 1997 « n’est pas en soi une preuve qu’il est un apologiste de la Russie ». Mais il a ajouté : « Ça confine vite à dire que c’est de notre faute – que nous les avons provoqués ».

Mais Singh et Pletka ignoraient le fait qu’au milieu des années 1990, nombre des spécialistes les plus expérimentés du gouvernement américain en Europe s’étaient opposés à la décision de l’administration Clinton d’étendre l’OTAN à l’ancien territoire soviétique en Europe centrale et balte. En 1995, un groupe de 18 anciens hauts fonctionnaires et diplomates du Pentagone et du département d’État avaient mis en garde contre une expansion de l’OTAN susceptible de provoquer des contre-mesures géopolitiques russes et proposé comme solution de rechange non provocatrice pour intégrer les États d’Europe centrale dans l’Union européenne et son organisation émergente de défense.

Parmi ceux qui s’opposaient à la politique de Mme Clinton figuraient Paul Nitze, l’un des principaux stratèges américains de la Guerre froide et le principal négociateur américain des accords de maîtrise des armements avec l’Union soviétique, ainsi que d’anciens ambassadeurs américains en Union soviétique, en Allemagne occidentale, en Allemagne orientale, en Pologne, en Hongrie, en République tchèque et en Bulgarie.

Singh et Pletka utilisaient donc ce qui était censé être une réévaluation du populisme comme une réponse aux graves échecs des gouvernements centristes à stigmatiser les personnalités de gauche américaines pour des positions sur la politique américaine qui sont partagées par de nombreux analystes conventionnels. Cette tactique prend des implications plus sinistres dans l’atmosphère actuelle de quasi unanimité politique et médiatique pour croire que la Russie est une menace existentielle pour la démocratie américaine.

Les attaques contre Stein et Sanders prouvent une fois de plus que ces groupes de pouvoir centristes n’ont pas pu s’empêcher de s’accrocher à des politiques et stratégies politiques bien connues longtemps après qu’elles se sont révélées être un chemin vers un désastre politique.

Cet article a été initialement publié sur TruthOut.

Gareth Porter est un journaliste d’investigation indépendant et un historien qui écrit sur la politique de sécurité nationale américaine. Son dernier livre, Manufactured Crisis : The Untold Story of the Iran Nuclear Scare, a été publié en février 2014. Suivez-le sur Twitter : @GarethPorter.

Source : Gareth Porter, Consortium News, 06-09-2018

Traduit par les lecteurs du site www.les-crises.fr. Traduction librement reproductible en intégralité, en citant la source.

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Toff de Aix // 18.10.2018 à 08h53

Lire aussi la théorie de l’hypercentre d’Alain Deneault, qui reprend pas mal de concepts de ce type. En gros l’establishment à très bien intégré que nous sommes sur le fil du rasoir, et qu’il était indispensable de reprendre la main en balayant le clivage traditionnel droite/gauche, pour le remplacer par un hypercentre qui serait LA solution, car très pragmatique, agissant dans le seul souci du bien commun, au delà de la politique, etc.

Oú l’on voit aussi que ce discours peut fonctionner, car il repose sur la dépolitisation massive des populations, qui ne sont aujourd’hui pas plus capables de reconnaître un libéral que de tenir un raisonnement structuré pendant plus de cinq minutes.

Vous trouvez que j’exagère, que je suis condescendant ? Pourquoi pas… mais alors j’aimerais qu’on m’explique quand même, comment se fait il que des individus aussi grotesques que Trump, Macron et bientôt sans doute hélas Bolsonaro au Brésil, soient arrivés aux manettes, sans trop de difficultés ?

Alors que si on analyse clairement d’où ils viennent, leur parcours professionnel et personnel, on se rend compte qu’ils sortent tous de la même écurie, des mêmes cercles de pouvoir ? Et qu’ils sont arrivés au poste suprême en prétendant “casser le système”, alors qu’ils sont eux mêmes des représentants éclatants, des purs produits de ce système ?

Je cherche toujours la réponse à cette question…

26 réactions et commentaires

  • RGT // 18.10.2018 à 08h18

    Ce n’est qu’en essayant continuellement, que l’on finit par réussir. Ou, en d’autres termes : plus ça rate, plus on a de chance que ça marche.

    Il est beaucoup plus intéressant de regarder où l’on ne va pas pour la bonne raison que, là où l’on va, il sera toujours temps d’y regarder quand on y sera.

    Je dis des choses tellement intelligentes que le plus souvent, je ne comprends pas ce que je dis.

    La plus grave maladie du cerveau, c’est de réfléchir.

    Il vaut mieux pomper même s’il ne se passe rien que de risquer qu’il se passe quelque chose de pire en ne pompant pas.

    Nous ne sommes pas dirigés par des ânes mais par des Shadocks.

    Si vous souhaitez connaître ce qui vous attend de la part de vos gouvernants “omniscients et bien-aimés” je vous conseille de visiter cette chaîne Youtube : Elle est prophétique.
    https://www.youtube.com/channel/UCkBv-ua1Kzffs6OiWslnHSg

    De Gaulle devait être visionnaire quand il a autorisé la diffusion de ces petites pépites qui sont plus que jamais d’actualité.

      +11

    Alerter
    • Tardieu // 19.10.2018 à 09h36

      Pendant tout le règne du général-président avec mes parents, mon père était menuisier en bâtiment, notre famille de 3 enfants vécus dans l’extrême pauvreté, cela n’est pas une “vision”, mais la triste réalité…

        +0

      Alerter
  • John V. Doe // 18.10.2018 à 08h30

    Jill Stein et Bernie Sanders : à quand la censure sur FB des propos de ces dangereux contempteurs de la “Russie de Poutine” ? En même temps que Gareth Porter, sans doute 😀

    Pas de doute, la paranoïa américaine, style McCarthy est de retour. C’est peut-être le signe de leur peur d’une révolte populaire comme tend à le démontrer l’auteur de l’article (merci aux traducteurs) ou plus généralement de leur prise de conscience du déclin de l’Empire. En tout cas, celui-ci montre certains aspects habituels de ce genre de situation, souvenons-nous de la chute de l’Empire Romain : passage de la République vers la dictature, militarisme, mercenariat, violence, révolte des esclaves, menaces croissantes aux frontières trop lointaines pour en assurer le réel contrôle, etc…

    Ce qui sauvera les USA est peut-être justement ce que les grands partis craignent : la révolte des citoyens.

      +8

    Alerter
    • Chris // 18.10.2018 à 11h55

      Ce peuple et ses élites vivent en dehors des réalités depuis trop longtemps. Je crains que la dite révolte ne débouche sur Mad Max !

        +3

      Alerter
    • Tardieu // 19.10.2018 à 09h38

      Bernie pour ceux qui aiment se faire berner…

        +0

      Alerter
    • Myrkur34 // 20.10.2018 à 17h03

      La meilleure révolte, c’est par les urnes donc un début de commencement de retournement des esprits le six novembre 2018. Après je peux me tromper vu l’état de déliquescence de ce pays.

        +0

      Alerter
  • Toff de Aix // 18.10.2018 à 08h53

    Lire aussi la théorie de l’hypercentre d’Alain Deneault, qui reprend pas mal de concepts de ce type. En gros l’establishment à très bien intégré que nous sommes sur le fil du rasoir, et qu’il était indispensable de reprendre la main en balayant le clivage traditionnel droite/gauche, pour le remplacer par un hypercentre qui serait LA solution, car très pragmatique, agissant dans le seul souci du bien commun, au delà de la politique, etc.

    Oú l’on voit aussi que ce discours peut fonctionner, car il repose sur la dépolitisation massive des populations, qui ne sont aujourd’hui pas plus capables de reconnaître un libéral que de tenir un raisonnement structuré pendant plus de cinq minutes.

    Vous trouvez que j’exagère, que je suis condescendant ? Pourquoi pas… mais alors j’aimerais qu’on m’explique quand même, comment se fait il que des individus aussi grotesques que Trump, Macron et bientôt sans doute hélas Bolsonaro au Brésil, soient arrivés aux manettes, sans trop de difficultés ?

    Alors que si on analyse clairement d’où ils viennent, leur parcours professionnel et personnel, on se rend compte qu’ils sortent tous de la même écurie, des mêmes cercles de pouvoir ? Et qu’ils sont arrivés au poste suprême en prétendant “casser le système”, alors qu’ils sont eux mêmes des représentants éclatants, des purs produits de ce système ?

    Je cherche toujours la réponse à cette question…

      +34

    Alerter
    • DocteurGrosdois // 18.10.2018 à 12h10

      J’aime bien le mot d’hypercentre (on pourrait aussi utiliser le concept de “démocratie illibérale” de Fareed Zakaria), mais pour moi il décrit plutôt le résultat du glissement définitif des Démocrates US autour du trou noir néolibéral/néo-conservateur sous la présidence Clinton. La France ayant accéléré sa dérive d’orbite sous Sarko, et franchi le seuil irréversible sous Hollande.

      Depuis Clinton, la seule vraie différence entre les présidences est en fait la prééminence d’un réseaux d’intérêts sur un autre pour la distribution des renvois d’ascenseurs.
      Pour le reste, la permanence du néo-conservatisme est assurée par ses petites mains qui se maintiennent d’un gouvernement à l’autre ou trouvent toujours à se recycler dans les think tanks (ou les deux, comme les Kagan), et le néolibéralisme de connivence se maintient par des échanges standard d’individus entre les institutions publiques et privées.

      A mon avis, Macron ressemble beaucoup plus à Obama qu’à Trump. C’est à dire un individu brillant mais plus ou moins anonyme, coopté et propulsé vers le pouvoir avec pour mission principale de ne surtout rien changer, ce qu’Obama a fait avec talent.

      Trump n’est pas du tout étranger au système, c’est même un initié, mais il en est un personnage périphérique. Il est le résultat de la campagne désastreuse d’Hillary Clinton qui n’a réussi qu’à faire élire son épouvantail. Il n’est pas un oint du seigneur, et c’est ce qui explique le rejet immunitaire du système à son encontre. A l’inverse, la team Macron a réussi son coup de billard très adroit entre ses épouvantails FN et FI, qu’il s’agit maintenant de mettre dans le trou.

        +7

      Alerter
    • Ben // 18.10.2018 à 18h27

      A vrai dire ces gens n’ont jamais perdu la main depuis la serieuse reprise en main du camp euro-americain au milieu des années 70. Sans refaire le film des années 50 et 60, il faut se rappeler que le camp occidental (atlantiste et capitaliste) était fragilisé et qu’une convergence de toutes ses forces s’est mobilisée pour assurer une domination chancelante. En quelques années (2e moitié des années 70), l’affaire a été solidement montée : Reagan + Thatcher. Depuis ils ont tout gagné. Jusqu’à Trump et Macron, et tous les autres. Je ne vois pas en quoi le système hyper capitaliste est menacé. Ce qu’il se passe est que la concurrence entre les grands fauves paupérise un partie de plus en plus importante de leur contemporains, occasionne des guerres sur les peripheries, détruit la planète et mène à une conflit généralisé.
      Malheureusement, je ne les vois pas entravés dans leurs projets de cupidité sans fin, je n’ai pas l’impression qu’ils soient acculés au point de théoriser l’extrême centre pour survivre. Je crois plutôt que c’est l’aboutissement d’une modalité de domination assez logique.

        +6

      Alerter
      • Kiwixar // 18.10.2018 à 20h25

        Leur stratégie pourrait être de provoquer un glissement “populiste” vers l’extrême-droite (misère + migrants + insécurité) tout en mettant les leaders de (vraie) gauche en taule ou en les faisant taire. Ceci afin de mettre en suspens “temporairement” les élections (état d’urgence). Finie la démocratie représentative, bonjour la “démocratie 2.0” sans élections, une sorte de gérance oligarchique.

          +3

        Alerter
        • Ben // 19.10.2018 à 09h46

          Oui. C’est logique et probable.

            +0

          Alerter
      • Tardieu // 19.10.2018 à 09h52

        Vous devriez chercher ailleurs au lieu de vous en remettre toujours aux représentants du régime capitaliste, vous oubliez l’élément clé de la situation, le mouvement ouvrier international n’existe plus, il a été détruit par la social-démocratie puis le stalinisme. Reconstruisez-le sur une base saine et vous verrez qu’il existe une issue à la crise du capitalisme, mais pour cela il faut s’appuyer résolument sur les masses exploitées, et cela vous n’y êtes manifestement pas préparé…

          +1

        Alerter
    • Canal // 18.10.2018 à 23h08

      Salut Toff,

      Les américains ont-ils mal voté ? Les italiens ont-ils mal voté ? Les britanniques ont-ils mal voté le Brexit ? Ont-ils voté à hauteur de leurs désillusions ? Les Français ont-ils assez souffert pour un vote de changement ?

        +4

      Alerter
    • faxmax // 19.10.2018 à 03h13

      “Je cherche toujours la réponse à cette question…”

      Pour moi ça tient en 2 mots : télévision et marketing.

        +3

      Alerter
    • Tardieu // 19.10.2018 à 09h43

      Ce que j’adore ce sont tous ces gens qui passent leur temps à s’exprimer pour finalement avouer qu’ils n’ont rien compris, et lorsqu’on leur propose quelque chose, comme cela ne vient pas d’eux, ils le rejettent systématiquement…

        +0

      Alerter
  • calal // 18.10.2018 à 09h08

    Le gars qui a ecrit ca menage la chevre et le chou parce qu’il ne sait plus s’il doit lecher les bottes a trump ou aux clintons ou je n’ai pas compris le “sens” de l’article?

      +0

    Alerter
  • christian gedeon // 18.10.2018 à 11h51

    Quoi de plus normal que la contestation de l’establishment us ou autre d’ailleurs. De là à voir une “rébvolte populaire “,en dépit des arguments avancés,il y a loin de la bouteille à l’encre. Encore un article des deux “coasts”…l’aveuglement des élites,qu’elles sient au pouvoir,ou qu’elles soient contestataires comme c’est le cas en l’occurrence,ma laisse rêveur. Et comme aurait dit Hérgé (maintenant élevé au rang d’auteur de BDs fasciste par la bienpensance),je dirais même plus…cette contestation des villes si j’ose dire ,fait partie de l’establishment. elle en vient et y retournera…un peu comme les caciques de mai 68 sont devenus les grospleinsdesoupe qui siègent dans toutes les institutions possibles et imaginables.la vision monoculaire de l’establishment sous toutes ses formes se confirmes…microcosme où tout le monde s’e….e en couronne.

      +7

    Alerter
  • Chris // 18.10.2018 à 12h23

    En fait une prise de conscience qui n’en est pas une, puisque, je cite :
    “aucun des 31 cadres supérieurs et vice-présidents du CAP n’a participé à la rédaction ou à l’approbation du texte.
    Il a été coécrit par Vikram Singh, ancien vice-président du CAP pour la sécurité nationale et la politique internationale et aujourd’hui chercheur principal ; Liz Kennedy, directrice principale du CAP pour la démocratie et la réforme gouvernementale, et Dalibor Rohac, chercheur associé sur les tendances politiques et économiques européennes à l’AEI”
    Oui, le Maccarthysme est bien présent aux USA.
    Les 3 co-auteurs se sont montrés extrêmement courageux d’énoncer les faits et d’en rappeler les causes. Mais ça ne va pas plus loin : entrer dans le monde réel semble une opération inimaginable pour ces élites “exceptionnellement” schizo-frénétiques !
    Des malades.
    La réponse sera celle qui prévalut il y a 100 ans et ensuite. Les régimes fascistes et leurs outils : guerre bactériologique type Pont St Esprit, internement et surveillance de masse, escadrons de la mort, apartheid, blocus alimentaires sectorisés, puçage des populations selon leur catégorie politique et compétences techniques utiles, pilule du bonheur dès le plus jeune âge : Soylent Green 50-60 ans plus tard que le film de Richard Fleischer… adapté d’un roman écrit en 1966.
    Dieu, que la perspective d’une mort prochaine m’est douce !

      +2

    Alerter
  • Ksf13 // 18.10.2018 à 12h38

    @toff Aix: Écoute Lacroix-Ruiz qui est allé fouiller les archives du patronat francais d avant guerre: certaines forces éco ont un intérêt au retour de la force, donc a des gvt brutaux, que seule l extrême droite peut amener dans ses bagages

      +4

    Alerter
  • Marie // 18.10.2018 à 12h40

    Incroyable, ces élites sont tellement hors sol (parce qu’elles le veulent bien) qu’il leur faut une sorte de coaching
    ou plutôt une notice façon Ikéa pour comprendre comment ça marche ou pas
    et qu’il y a mal façon.
    Et même si la lumière saute à leur étage, ils croient être encore capables d’y voir suffisamment et de nous bricoler un petit quelque chose qui fera l’affaire.
    Un bon retour de flamme du réel jusqu’en haut de leur tour! Y aura pas McQueen et Newman pour les sauver.

      +3

    Alerter
  • tepavac // 18.10.2018 à 12h53

    “il ne sait plus s’il doit lecher les bottes a trump ou aux clintons ou je n’ai pas compris le “sens” de l’article?”

    Pourtant c’est évident, comme nombre de ses compatriotes, ils cherche à diffuser le message en passant sous le radar du totalitarisme ambiant et du néo-MacCartisme;
    Avez-vous oublié le cri de guerre de Bushman;
    -“Si vous n’êtes pas avec nous, alors vous êtes contre nous!”
    Ce qui revient à dire;
    “si vous n’êtes pas d’accord avec nos décisions, alors vous êtes soit des ennemis, soit des traitres”
    Et c’est ainsi que ceux qui recherchent un monde en paix se retrouvent au pilori médiatique, politique et judiciaire;
    doit-on rappeler aussi les victimes de cette folie sanguinaire qui s’est propagée dans tout l’établissement Américain?
    -Liste des inculpés dans la soit disant “collusion Russe”
    -Liste des censurés de parole sur les réseaux
    Etc, etc…
    Ils savent qu’ils se sont fourvoyés dans des actes immoraux et illégitimes, mais ils se battent pour ne pas être reconnu coupable de toutes ces manigances maladives ayant abouties à des crimes de masse et à des assassinats en tout genre, du sniper isolé aux drones hyper-sophistiqués et en passant par les vagues de bombardement aérien sur des villes entièrement peuplées de civiles.

    Et comme ils ne veulent pas être déclarés coupables, pour ne pas en payer les conséquences qui s’imposent, alors ils emploient tous les moyens pour en dissuader les plaignants/victimes par des lois scélérates, “patriote acte”; censure; mise au ban; arrestations; perquisitions; interdictions de diffuser; et disparution de tout témoins pouvant porter témoignage contre eux….

    Et puis regardez ici même, depuis l’histoire de disinfolab, combien postent des coms à partir de RT ou de Sputnik, ?
    Les gens ont peurs, car la peur a été créé pour cela, museler la moindre opinion contraire à ces usurpateurs.

      +6

    Alerter
  • Traroth // 18.10.2018 à 17h52

    Face à la colère, les hommes de main des banksters font mine de vouloir faire l’aumône aux pauvres….

      +0

    Alerter
  • Patrick // 18.10.2018 à 18h12

    Il y a quand même un truc qui m’a étonné.
    Comment Sanders et Clinton peuvent-ils représenter le même parti ?
    Même au PS français on n’a jamais vu des “courants” aussi opposés.

      +1

    Alerter
    • phil // 19.10.2018 à 09h30

      Manuel Valls et Gérard Filoche me semblaient tout aussi opposés que Clinton et Sanders. La différence est que le PS français n’a même pas fait semblant de laisser Filoche se présenter.

        +4

      Alerter
    • Tardieu // 19.10.2018 à 09h48

      Peut-être parce qu’ils n’ont jamais été aussi opposés que vous le croyez, on vous a dit de le croire, c’est vous qui le croyez et personne d’autre, non ? En réalité, ils représentent tous la même idéologie, y compris ceux qui sont sortis du PS pour créer de nouveaux partis, en réalité ils n’ont jamais rompu avec l’idéologie capitaliste, voyez Mélenchon…

        +1

      Alerter
  • hégémon // 19.10.2018 à 06h09

    « sont entrés dans la crise actuelle en semblant indifférents aux préoccupations qui poussent les électeurs à se tourner vers les populistes extrémistes ».
    Avant il y avait les populistes … ou les extrémistes. Maintenant il y a les “populistes extrémistes”, je suis assez fier, je prends ça comme une montée en grade ! et fatalement l’augmentation suivra …

      +3

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications