Les Crises Les Crises
17.octobre.201817.10.2018 // Les Crises

Le prochain krach financier est imminent, et il pourrait avoir pour déclencheur la crise des ressources en Chine. Par Nafeez Ahmed

Merci 666
J'envoie

Source : Insurge Intelligence, Nafeez Ahmed, le 12 septembre 2018

En trois décennies, la valeur énergétique des réserves intérieures chinoises de pétrole, de gaz et de charbon, a chuté de moitié.

Nafeez Ahmed

 

Le ralentissement économique de la Chine pourrait être l’un des principaux déclencheurs de la crise financière mondiale à venir. Cependant, l’un de ses principaux facteurs – la diminution de la production intérieure chinoise d’énergie peu coûteuse – est mal compris des économistes orthodoxes.

Tous les regards sont tournés vers la Chine au moment où le monde se prépare à une nouvelle récession économique mondiale prédite par de plus en plus d’analystes financiers.

Dans une interview accordée à la BBC à l’occasion du 10e anniversaire de la crise financière mondiale, le gouverneur de la Banque d’Angleterre, Mark Carney, a décrit la Chine comme « l’un des plus grands risques » pour la stabilité financière mondiale.

« Le secteur financier chinois s’est développé très rapidement, et ce sur des bases qui ressemblent fortement à celles de la dernière crise financière », a-t-il mis en garde :

« Est-ce que quelque chose comme ça pourrait se produire de nouveau ?… Est-ce qu’il pourrait y avoir un déclencheur de crise ? – si nous sommes trop sûrs de nous, bien sûr, c’est possible. »

Depuis 2007, la dette de la Chine a quadruplé. Selon le FMI, elle représente au total aujourd’hui environ 234 % du PIB brut, et pourrait atteindre 300 % d’ici 2022. Le journaliste financier britannique Harvey Jones fait état d’une série d’observations de plusieurs économistes qui mettent essentiellement en garde contre le fait que les données officielles pourraient ne pas refléter la décélération réelle de l’économie de la Chine.

On espère vivement qu’il ne s’agit là que d’un phénomène temporaire, la Chine opérant actuellement la transition depuis une économie axée sur la production industrielle et les exportations vers la consommation intérieure et les services.

Dans le même temps, le taux de croissance annuel de la Chine continue de baisser. Le Foreign Office britannique (FCO) suit de près les difficultés économiques de la Chine et, lors d’une série de réunions d’information mensuelles cette année, il a dressé un tableau de ce qui semble être un déclin inévitable.

Le mois dernier, le China Economics Network [Réseau économique de Chine, NdT] du FCO, basé à l’ambassade britannique de Pékin, a signalé que l’économie chinoise s’était « encore affaiblie… avec des indicateurs en baisse générale ».

Le rapport l’a constaté : « L’investissement, la production industrielle et les ventes au détail ont tous fléchi, malgré les mesures incitatives », et a noté que les mesures chinoises très énergiques pour soutenir la croissance économique étaient en perte de vitesse.

Le ralentissement économique de la Chine coïncide d’ailleurs avec les anticipations selon lesquelles le plus long mouvement de hausse du marché boursier de Wall Street pourrait bientôt prendre fin.

Mark Newton est un ancien de Wall Street, ancien analyste technique en chef du fonds spéculatif de plusieurs milliards de dollars Greywolf Capital, et auparavant stratège technique de Morgan Stanley.

Newton pronostique que le marché boursier américain est sur le point d’atteindre un pic qui sera suivi d’une chute massive de 40 à 50 % à partir du printemps 2019 ou au plus tard en 2020. Il a expliqué que :

« Techniquement, des signes avant-coureurs ont commencé à apparaître. Il s’agit d’une divergence négative du momentum (un indicateur qui peut signaler un renversement de tendance en attente), ce qui s’était déjà produit avant les pics des principaux marchés, dont ceux des années 2000 et 2007. »

Les prévisions de Newton sont similaires à celles de l’économiste américain Robert Aliber, professeur à la Booth School of Business de l’Université de Chicago. Plus tôt cette année, INSURGE [une plate-forme de journalisme d’investigation qui fonctionne avec une financement participatif, NdT] a rendu compte en exclusivité de la prévision par Aliber d’un krack boursier (40-50% en 2018 ou peu après), sur la base des analyses des crises bancaires précédentes.

La vulnérabilité des économies américaine et chinoise – sans parler de la kyrielle d’autres faiblesses dans de nombreux autres pays, depuis le Brexit jusqu’à l’Italie en passant par la Turquie – démontre que, quel que soit le déclencheur réel, l’impact qui en résultera aura probablement un effet domino sur de nombreuses autres faiblesses liées les unes aux autres.

Cela pourrait bien conduire à un scénario de krach financier mondial bien pire que celui qui a commencé en 2008.

Mais les analystes financiers ont complètement oublié un moteur biophysique plus profond de la chute économique de la Chine : l’énergie.

En octobre dernier, INSURGE a attiré l’attention sur une nouvelle étude scientifique menée par l’Université Chinoise du Pétrole de Pékin, qui a révélé que la Chine est sur le point d’atteindre le pic de sa production pétrolière dès 2018.

Faute de trouver un approvisionnement alternatif en « nouvelles ressources énergétiques abondantes », prévient l’étude, le pic de production pétrolière de 2018 – pétrole conventionnel plus non conventionnel – sapera la croissance économique continue de la Chine et « remettra en cause le développement durable de la société chinoise ».

Ces conclusions ont été corroborées par un nouvel article publié en février dernier dans la revue Energy, également dirigée par une équipe de l’Université chinoise du pétrole.

L’étude fait appel à la mesure du Taux de Retour Énergétique (TRE), qui est le ratio – simple mais efficace – entre la quantité d’énergie consommée pour l’extraction et une quantité d’énergie extraite.

L’équipe a tenté d’affiner le calcul du TRE, notant que les calculs standard de ce rendement se basent sur l’énergie produite au niveau du puits rapportée à celle utilisée pour l’extraire, alors qu’une mesure plus précise prendrait en compte l’énergie disponible au « point de consommation » (après non seulement extraction, mais aussi transformation et transport jusqu’au point d’utilisation concrète).

En utilisant cette approche du TRE, l’étude constate que sur une période d’environ trois décennies (entre 1987 et 2012), le rendement de l’extraction des combustibles fossiles domestiques de la Chine a diminué de plus de moitié, passant de 11:1 à 5:1 [C’est-à-dire qu’il faut désormais consommer une tonne de pétrole pour en extraire 5, NdT].

Cela signifie que de plus en plus d’énergie est consommée pour extraire une quantité décroissante d’énergie : un processus qui sape progressivement le rythme de la croissance économique.

Un constat similaire vaut pour la consommation de charbon de la Chine :

« En 1987, les secteurs de production d’énergie consommaient en moyenne 1 tonne équivalent charbon standard (TEC) d’énergie pour produire 10,01 TEC d’énergie nette. Mais en 2012, ce rapport est tombé à 4,25. »

L’étude utilise ces données pour simuler l’impact sur le PIB de la Chine et conclut que la baisse du PIB de la Chine est directement liée à la baisse du TRE, c’est-à-dire de la valeur énergétique de ses ressources intérieures en hydrocarbures.

Mais la Chine n’est pas la seule à connaître un déclin de son TRE. Il s’agit d’un phénomène mondial, qui a récemment été noté dans un rapport scientifique aux Nations unies que j’ai couvert pour VICE [un média canadien en ligne, NdT], qui a averti que l’économie mondiale dans son ensemble entrait dans une ère nouvelle de déclin de qualité des ressources.

Cela ne signifie pas que nous sommes « à court » de combustibles fossiles – mais cela signifie qu’à mesure que la qualité des ressources de ces combustibles diminue, nous augmentons les coûts qui pèsent sur notre environnement et nos systèmes de production, qui tous deux ont un impact croissant sur la vitalité de l’économie mondiale.

Tant que les grandes institutions économiques resteront aveugles aux fondements biophysiques fondamentaux de l’économie, comme Charles Hall et Kent Klitgaard l’ont magistralement exprimé dans leur ouvrage phare, Energy and the Wealth of Nations : An Introduction to BioPhysical Economics [L’énergie et la richesse des nations : Une introduction à l’économie biophysique, NdT], ils resteront dans l’ignorance des raisons structurelles fondamentales pour lesquelles la configuration actuelle du capitalisme mondial est si sujette à des crises et à des effondrements récurrents.

Nafeez Ahmed est le fondateur d’INSURGE Intelligence. Il est journaliste d’investigation depuis 17 ans, anciennement au journal The Guardian, où il a rendu compte de la géopolitique des crises sociales, économiques et environnementales. Nafeez couvre le ‘changement global du système’ pour la chaîne ‘Motherboard’ du média canadien VICE, et la géopolitique régionale pour Middle East Eye. Il publie dans The Independent on Sunday, The Independent, The Scotsman, Sydney Morning Herald, The Age, Foreign Policy, The Atlantic, Quartz, New York Observer, The New Statesman, Prospect, Le Monde diplomatique, etc. Il a remporté à deux reprises le Project Censored Award pour ses reportages d’investigation. Il est apparu deux fois dans la liste des 1 000 plus londoniens les plus influents du Evening Standard et a remporté le prix Naples, le prix littéraire le plus prestigieux d’Italie créé par le Président de la République. Nafeez est également un universitaire interdisciplinaire largement publié et cité qui applique l’analyse de systèmes complexes pour étudier la violence écologique et politique.

Source : Insurge Intelligence, Nafeez Ahmed, le 12 septembre 2018

Traduit par les lecteurs du site www.les-crises.fr. Traduction librement reproductible en intégralité, en citant la source.

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Rond // 18.10.2018 à 08h55

Rien de nouveau ici. Et pas vraiment vérifiable.
La crise des crises, si elle arrive, sera ultra multifactorielle. Quelle sera l’étincelle qui embrasera le tout ? Pas seulement le pétrole et pas seulement Chinois, ou Russe, ou Américain, ou moyen-oriental, ou d’ailleurs. Il ne sert à rien de chercher des explications lointaines à nos questionnements alors que nous avons sous notre nez le drame qui se joue partout. Observez notre pays, n’est -il pas en proie à la peur, à l’indécision, à l’incroyable absence, à la fois de conscience et de vision, de nos dirigeants face au drame qui se joue ? Partout les mêmes scénarios qui s’entretiennent les un les autres.
Observez ce site et ce qui fait son miel. Observez le monde dans tous ses aspects. Ne voyez-vous rien ? Le monde dit “ancien” se meurt. Son agonie peut durer encore longtemps, ou pas. Pour certains, le monde dit “nouveau” tarde à venir. Que voulons-nous vraiment, collectivement ? L’absence de réponse claire, forte, ferme, de notre part, permet le maintien d’un statu quo fragile, instable … Jusqu’à l’inéluctable.
Nous vivons une crise d’adolescence de l’humanité. Ca fait du bruit, beaucoup. Il y a énormément de souffrances, énormément. Il faut faire le deuil de tant de choses. Puis viendra le stade adulte. Mais ça, c’est une autre histoire …
Je ne suis pas papiste mais Jean-Paul 2 avait raison : N’ayez pas peur.
Essayez de voir autrement qu’à la surface des choses, et réveillez-vous !

51 réactions et commentaires

  • JustVNR // 18.10.2018 à 04h29

    Bah c’est pas grave… il suffit de décroitre un peu ! Ah merde… non… c’est vrai… avec un système de création/destruction monétaire basé sur une pyramide de Ponzi, c’est soit croissance soit crise… Bon bah… j’espère qu’ils leur restera suffisamment d’énergie pour nous faire péter une bonne guerre… Comme ça, en repartant en slip, on pourra p’t’être recommencer à croitre ! Et les shadoks pompaient…

     15

    Alerter
    • Gaby // 18.10.2018 à 12h33

      La guerre est extrêmement énergivore, c’est peut-être d’ailleurs ce qui nous ne préservera…

       5

      Alerter
      • Amora // 18.10.2018 à 12h49

        Les guerres de l’information actuelles et asymétriques le sont moins.

         1

        Alerter
        • larmec // 18.10.2018 à 17h10

          Les guerres assymétrique le sont moins?? pour l’information ok, mais pour les guerres assymétriques ce n’est pas ce que dit l’histoire. Et de plus qu’elles soient de l’information, assymétriques (quelle belle expression.), ou économique, elles font des victimes. Et je trouve que des victimes il y en a pas mal quand même, même ici chez nous.

           1

          Alerter
  • Nanie // 18.10.2018 à 07h43

    Sans contester l’analyse de Nafeez Ahmed, sur le futur de l’énergie mondiale, la réalité du présent est que le krasch sera déclenché par Trump essayant d’anéantir l’Iran doté de sociétés internationales d’investissements. D’une seule pierre,deux et plusieurs coups dont l’Europe en particulier.

     3

    Alerter
  • Bernard B // 18.10.2018 à 07h57

    Les” Cassandre” se multiplient, annonçant avec force arguments ,une sorte d’apocalypse systémique cependant ces pythies aux cent voix ont de plus en plus “l’oreille” des médias .
    Néanmoins la quasi totalité des crises économiques ,y compris celle de 1929 et celle de 2007-2008 ont surpris la majeure partie des “analystes” et ont été “traitées” à chaud avec des résultats (pour euphémiser) à minima inégaux.
    Car, en somme, annoncer la fin d’un cycle économique , d’un mode de vie ou de tout autre émanation du “vivant” est dans l’ordre des prévisions accessibles, avec plus ou moins de crédibilité ,à tout un chacun.
    La résolution générale ,de tous ces malheurs arrivant, étant paradoxalement très très compliquées à mettre en oeuvre dans un monde mondialisé , que peut faire le pékin moyen devant ce maelstrom de mauvaises nouvelles présentes et avenir ?
    Renvoyé à sa solitude et à ses affects tristes il ne lui resterait plus qu’à cultiver son jardin pour au moins nourrir son quotidien et celui de ses proches ?

     6

    Alerter
    • Gaby // 18.10.2018 à 12h39

      C’est une très bonne question qui occupe beaucoup (trop ?) mon temps, sans doute de manière exacerbée par ma jeunesse et du fait que j’attends un enfant.
      Nos parents ne nous ont pas armé psychologiquement et spirituellement pour vivre les temps difficiles qui nous attendent (je ne leur en fait pas le reproche, c’est un simple constat). Maintenant, comment faire pour aborder l’avenir avec un semblant de sérénité quand non seulement on a deux épées de Damoclès au dessus de la tête en même temps : celle de la précarité immédiate (époux en CDD, incertitude sur les droits chômage et autres à l’avenir, crise économique imminente) et celle de l’effondrement généralisé de notre système. Et en ne sachant pas si, en dernier recours, on pourra réellement compter les uns sur les autres (Même si je l’espère fortement).

       9

      Alerter
      • jdautz // 18.10.2018 à 13h35

        C’est le moment de réapprendre a cultiver les légumes façon permaculture et faire un peu de reconnaissances des plantes…

         5

        Alerter
        • Petitlynx // 19.10.2018 à 15h57

          Pas d’autres solutions! Il faudrait organiser aussi la résilience des territoires. Seul, on ne va pas loin

           2

          Alerter
      • Chris // 18.10.2018 à 13h35

        “Et en ne sachant pas si, en dernier recours, on pourra réellement compter les uns sur les autres”
        Vu l’éclatement des familles et un individualisme forcené depuis les précédentes crises, j’ai peine à imaginer une quelconque solidarité… y.c. générationnelle.

         7

        Alerter
      • larmec // 18.10.2018 à 17h15

        Bonjour, papa de deux filles de 17 et 21 ans, je pense comprendre. De mon coté j’ai pas su y faire, ça à eu l’effet contraire je passe por un affreux pessimiste. Pas qu’ auprès de mes filles d’ ailleur.

         4

        Alerter
        • Chris // 18.10.2018 à 18h17

          Difficile d’imaginer la disette et moyens de bouts de ficelle quand vous êtes élevé dans l’opulence.
          La seule alternative eut été d’envoyer vos filles vivre dans un bled en Afrique, Moyen-Orient ou Asie, avec un kopek en poche, rechange de jean, T-shirt et pull et le billet de retour. D’aucuns auraient pousser des cris d’orfraie vous accusant de parents indignes.
          Ou juste une expérience de 6 mois dans un chalet en montagne, sans eau ni électricité (mais fontaine à disposition), une épicerie à 6-8 kms et bien sûr pas de moyens de locomotion ni de communication, sauf poucette ou vélo.
          Je peux vous assurer que ça change le regard sur la vie.

           2

          Alerter
        • Marie // 18.10.2018 à 18h45

          Avec effort j’ai compris que ceux, proches ou pas, qui voient les choses avec des lunettes roses ont…peur tout comme nous.
          Quelques soient les arguments et la réalité de ce que nous pensons, eux, ont choisi de ne rien entendre, rien voir,
          ce qui, au contraire de nous, permet peut-être un quotidien plus supportable, je ne le saurais jamais.
          Alors quoi? bienheureux les ignorants (volontaires ou pas) de vivre,de grandir, de vieillir ces quelques années de guimauve avant le grand-ch’ais pas-quoi ?
          Pour ma part je ne “pourrie” plus le quotidien de mes proches avec mes promesses d’avenir irradié.
          Et franchement question légumes et solidarité,
          vu l’horizon de crevards qui nous attendent
          je préfère le moment venu les manger par la racine et celle des macchabées.

           3

          Alerter
          • Bouddha Vert // 18.10.2018 à 21h06

            On peut être pessimiste dans l’analyse ET optimiste dans l’action, non?

             5

            Alerter
            • Marie // 18.10.2018 à 21h56

              J’ai à coeur une certaine cohérence.

               1

              Alerter
            • marc // 18.10.2018 à 22h45

              la société moderne nous a rendu dépendants de biens matériels et si ceux-ci deviennent brutalement indisponibles, en plus des trucs et astuces tout à fait valables, il y a quelque chose à bien comprendre :
              une grande solidité psychologique sera absolument indispensable
              alors autant la cultiver dès maintenant
              bisous

               4

              Alerter
            • Tunk // 18.10.2018 à 23h23

              “Prépare toi au pire, et espère le meilleur”

               1

              Alerter
            • Marie // 19.10.2018 à 15h03

              Tenter d’appliquer une cohérence de pensée et d’acte pour un pessimiste ne signifie pas, selon moi, baisser les bras jusqu’à se coucher indécemment devant l’adversité.
              Ce n’est pas faire preuve de fragilité psychologique face aux promesses de lendemains qui déchantent, au contraire.
              C’est affronter sans voiles, sans illusions l’avenir dés maintenant, ce qui pour moi, relève d’un sain et solide instinct de survie.
              D’accord avec vous Marc pour ce qui est de ne pas être dépendant matériellement; faire des choix difficiles aujourd’hui voire hier déjà ( je suis allée à bonne école).
              Et plus que tout garder, à défaut d’espoir, l’humour parce qu’en ces temps moribonds c’est vital!
              Mais on peut être désespéré comme le chantait Brel avec élégance..et espérance.

               2

              Alerter
      • marc // 18.10.2018 à 23h04

        “Nos parents ne nous ont pas armé psychologiquement et spirituellement pour vivre les temps difficiles qui nous attendent (je ne leur en fait pas le reproche, c’est un simple constat). ”

        j’aurais plutôt remplacé “nos parents” par nos dirigeants, ceux qui ont justement eu en main l’éducation nationale, le contrôle des médias et de la politique économique… (en gros, le méchant c’est l’amérique….)

        nos parents n’y sont pour pas grand chose

         1

        Alerter
        • Chris // 19.10.2018 à 12h15

          Ils y ont pourtant contribué par leur consentement tacite, sans se poser de question sur la “normalité” des bienfaits, alors que les 3/4 de la planète n’y avait pas accès…

           2

          Alerter
    • Bash Gordon // 18.10.2018 à 18h05

      Je vous rappel juste que Cassandre avait raison….

       6

      Alerter
    • Bouddha Vert // 18.10.2018 à 21h21

      @Bernard B
      “La résolution générale” sera, certainement, encore plus complexe que celle qui nous permet de sortir d’un “cycle économique”.
      Si certains “Cassandre” tirent la sonnette d’alarme, c’est justement parce que les cycles économiques dont vous parlez sont une pure vision d’un monde sans limites!
      Nous avons quitté le XXème siècle et il n’y a plus de doutes.
      L’article, comme beaucoup d’autres, rappelle pour ceux qui l’auraient oublié que la planète et ses ressources ne grossissent pas au rythme de nos consommations, que par conséquent il y aura tout un tas de pics de productions qui rendront impossible d’assurer un continum civilisationnel, et ce moment c’est maintenant!
      Alors ça fait pas plaisir mais va falloir s’y faire!

      Le corpus scientifique sur le sujet commence a être suffisamment mature pour traiter le sujet comme une norme sociale qui se met en place: on respecte la planète parce que c’est elle qui nous porte, il faut gérer ce qu’il reste!

       2

      Alerter
  • weilan // 18.10.2018 à 08h37

    Pas très convaincu par cette analyse. Les resources intérieures chinoises en hydrocarbures et charbon diminuent ?
    Combien de pays endettés jusqu’aux yeux n’ont même pas la moindre resource énergétique et/ou minière ?
    Leur situation serait elle plus solide ou enviable que celle de la Chine ?
    Trois points d’interrogation suffisent pour aujourd’hui et je cesse donc de m’interroger…

     18

    Alerter
    • jdautz // 18.10.2018 à 09h46

      C’est aussi pour ça que les chinois ont pas mal de projets énergétiques qui ne sont pas du type des projets USA avec la “fracturation” très éphémère dans la production mais a très long terme dans les dégâts écologiques. On a d’un côté des chinois avec une culture du long terme, de l’autre les US avec une culture du tout-tout-de-de-suite-et-après-moi-le-déluge, qui va “gagner” au final…

       7

      Alerter
      • Le Minotaure // 18.10.2018 à 22h10

        La Chine a des besoins énergétiques gigantesque dubfait de sa population et de son modèle de développement actuel. Et quelques bateaux coulés dans le détroit de Malacca peuvent l’étrangler économiquement. Sans parler de l’encerclement militaire. D’où “les routes de la soie”, le rapprochement avec la Russie etc. mais tout ça prend du temps et à trop montrer l’impérialisme américain sur le déclin face à une Chine de plus en plus puissante, on oublie que cette dernière a aussi de trés grandes faiblesses.

         2

        Alerter
        • Weilan // 19.10.2018 à 14h45

          “Quelques bateaux coulés dans le détroit de Malacca” étrangleraient tout autant (sinon plus) des pays tel que Japon; Corée, Taïwan, Vietnam, Philippines, etc… C’est loin, très loin d’être aussi simple !

           2

          Alerter
          • Le Minotaure // 21.10.2018 à 19h13

            Je ne pense pas que ces “détails” arrêteront les Etats Unis en cas d’escalade militaire.

             1

            Alerter
  • Pierre D // 18.10.2018 à 08h53

    L’imminence d’un krach financier est le carburant du capitalisme… c’est religieux, apocalyptique, la promesse gourmande d’un “Big One”.

    … au fait, quand les précédents krachs se sont-ils terminés?

     10

    Alerter
  • Rond // 18.10.2018 à 08h55

    Rien de nouveau ici. Et pas vraiment vérifiable.
    La crise des crises, si elle arrive, sera ultra multifactorielle. Quelle sera l’étincelle qui embrasera le tout ? Pas seulement le pétrole et pas seulement Chinois, ou Russe, ou Américain, ou moyen-oriental, ou d’ailleurs. Il ne sert à rien de chercher des explications lointaines à nos questionnements alors que nous avons sous notre nez le drame qui se joue partout. Observez notre pays, n’est -il pas en proie à la peur, à l’indécision, à l’incroyable absence, à la fois de conscience et de vision, de nos dirigeants face au drame qui se joue ? Partout les mêmes scénarios qui s’entretiennent les un les autres.
    Observez ce site et ce qui fait son miel. Observez le monde dans tous ses aspects. Ne voyez-vous rien ? Le monde dit “ancien” se meurt. Son agonie peut durer encore longtemps, ou pas. Pour certains, le monde dit “nouveau” tarde à venir. Que voulons-nous vraiment, collectivement ? L’absence de réponse claire, forte, ferme, de notre part, permet le maintien d’un statu quo fragile, instable … Jusqu’à l’inéluctable.
    Nous vivons une crise d’adolescence de l’humanité. Ca fait du bruit, beaucoup. Il y a énormément de souffrances, énormément. Il faut faire le deuil de tant de choses. Puis viendra le stade adulte. Mais ça, c’est une autre histoire …
    Je ne suis pas papiste mais Jean-Paul 2 avait raison : N’ayez pas peur.
    Essayez de voir autrement qu’à la surface des choses, et réveillez-vous !

     33

    Alerter
    • jdautz // 18.10.2018 à 10h18

      Je ne compte pas tellement sur le divin pour parier sur l’avenir de l’humanité. Et j’ai peur.

      Qu’il n’y ait pas de “big-one” économique est une chose, mais l’effondrement peut se faire aussi par pan ou par pourrissement généralisée, et on est bien parti en ce sens ; sauf en cas toujours très probable de bouton rouge…

      Il ne faut pas oublier non plus les boîtes de pandore qu’on a créé, que ce soit par la chimie qui a une influence souvent TRANSMISSIBLE sur notre corps, et pire, le Nucléaire qui est un gigantesque défi qui se mesure en millions d’années : Sait-on contrôler quoique ce soit a Fukushima Daïchi qui continue a polluer la totalité du plus grand océan de notre planète qui comporte beaucoup d’eau ? et combien on a de réacteurs, de déchets et d’armes nucléaires en rapport avec la taille de ces seulement 4 réacteurs ?

      On a joyeusement et on continue a détruire la biosphère dans notre obsession à nous “affranchir de la nature” et on a aucune idée de comment va se passer le changement du climat : mortel emballement qui va rendre la Terre presque aussi vivable que Vénus, ou simple gigantesque catastrophe. L’affranchissement de la Nature” est une obsession constante de la construction de notre brillante civilisation occidentale. Le pendant c’est que du coup la Nature risque fort de très bientôt “s’affranchir” de nous.

      On n’y coupera pas par notre incapacité a réagir intelligemment, anticiper au niveau global, et ça ne changera pas tant qu’on confiera les manettes à des psycho qui pensent a court terme notre avenir a long terme.

      Le court terme au détriment du long terme c’est le principe fondateur et ce qui caractérise le mieux notre économie de casino ! C’est même mesuré en micro-secondes de nos jours… et c’est pour ça qu’on va disparaître de la surface de la Terre, par inadaptation, et incapacité a anticiper ce qui est le contraire de l’intelligence.

       2

      Alerter
    • joe billy // 19.10.2018 à 21h36

      Il faut voir l’homme comme un chemin et ne pas avoir peur malgré qu’on soit nus dans la tempête. Lisez-vous Aimé Michel ?

       1

      Alerter
  • Arno // 18.10.2018 à 10h20

    La Chine semble plus solide que ce qui est exposé ici, sa dette étant détenue par les chinois eux-mêmes. Charles Gave en parle dans cette vidéo récente : https://www.youtube.com/watch?v=xHW9GSuu2X4
    C’est vraiment de la zone euro que le pire est à craindre …..

     12

    Alerter
  • christian gedeon // 18.10.2018 à 12h01

    le Krach financier n’est pas imminent ,il est permanent et programmé . Mais il est particulièrement intéressant que M. Ahmed pointe un problémissime problème qui vient de la Chine,et que j’ai déjà dit et redit maintes fois sur les Crises…sous les quolibets.La Chine n’est pas une solution (ah la fantasmagorique route de la soie!),elle est un problème et un gros. Bien sûr,il y a ceux qui la voient comme la première puissance “militaire,économique,artistique,et pourquoi pas,boulangère et oenologique” tant qu’on y est. Le fantasme chinois habite ceux qui ont jadis idolatré la révolution bolchevik,la révolution maoïste,la révolution castriste et même aujourd’hui le misérable échec vénézuélien…il faut relire Molière et prendre la mesure du grand mamamouchi,horizon indépassable de ceux qui vont chercher ailleurs des solutions qu’ils n’essayent même pas de trouver chez eux…la Chine? Combien,oh pas de divions,mais de travilleurs pauvres et migrants à l’intérieur même du pays,sans aucune sécurité de quelque nature qu’elle soit? Combien? 300 millions? Moins? Plus? Première puissance mondiale hein?

     4

    Alerter
    • jdautz // 18.10.2018 à 13h40

      «Bien sûr,il y a ceux qui la voient comme la première puissance “militaire,économique,artistique,et pourquoi pas,boulangère et oenologique” tant qu’on y est. Le fantasme chinois habite ceux qui ont jadis idolatré la révolution bolchevik,la révolution maoïste,la révolution castriste et même aujourd’hui le misérable échec vénézuélien…»[couic]«Première puissance mondiale hein?»

      En même temps : https://www.les-crises.fr/wp-content/uploads/2018/10/moitie-population-asie.jpg

       1

      Alerter
    • weilan // 18.10.2018 à 13h40

      Selon vous, il y auraient 300 et quelques millions de travailleurs “pauvres” et “migrants” à l’intérieur de l’ogre chinois.
      Je n’ai pas l’intention d’ergoter sur vos chiffres. Par contre, affirmer qu’ils n’ont “aucune sécurité de qq nature qu’elle soit” est aussi ridicule qu’exagéré. Les lois à ce sujet ont beaucoup changé ces 15 dernières années et vous devriez réviser vos certitudes.
      Par contre, l’US Federal Bureau of Labor publie des statistiques qui doivent vous déplaire souverainement:

      https://www.businessbourse.com/2018/01/07/etats-unis-nouveau-record-95512-millions-damericains-en-dehors-de-la-population-active/

       4

      Alerter
      • christian gedeon // 18.10.2018 à 15h40

        Je ne suis pas pro US,ni pro Chine,juste pro France et nos cousins italiens espagnols et portugais…A nous quatre,on pèse lourd,très lourd.

         1

        Alerter
    • Chris // 18.10.2018 à 14h13

      USA = Chine !
      Vous n’avez pas l’air de vous rendre compte que les Etats-Unis d’Amérique sont en pleine détresse économique, sociale et sociétale (qu’occulte la domination du dollar), alors que la Chine en sort graduellement grâce à la politique redistributive communiste.
      La Chine a la chance de pouvoir se déplacer à l’Ouest pour subsister et le fait déjà grâce à son alliance avec la Russie.
      Les USA (géographie oblige) eux se déplacent principalement vers le Nord (Canada) et surtout le Sud (Amérique Latine) et se sont prépositionnés en Afrique, l’Europe n’étant qu’un vulgaire mais utile ponton.
      Je me souviens d’un oncle qui, dans les années 50-60 en pleine montée maoïste, nous cassait les oreilles avec le “péril jaune” . Dans son cauchemar post STO, les Jaunes avaient remplacé les Boches !
      Le redéploiement industriel et financier occidental sur la Chine a permis de retarder une crise que nous devons maintenant affronter. Le monde occidental surendetté ne peut plus fonctionner comme supermarché de l’Orient, n’ayant plus grand chose à échanger !
      C’était reculer pour mieux sauter…

       3

      Alerter
      • christian gedeon // 18.10.2018 à 15h44

        Je vous rassure le péril jaune n’est pas mon obsession. Et malgré mon amour pour Jacobs et Blake et Mortimer ,je ne vois pas les chinois se jeter sur le reste du monde comme des ogres affamés. par contre,je vois la Chine,multimillénaire au demeurant,comme un géant aux pieds pas bien solides.

         0

        Alerter
        • larmec // 18.10.2018 à 17h30

          Certe, mais que reste il de solide de nos jours???

           3

          Alerter
      • Louis Robert // 18.10.2018 à 17h34

        Merci, Chris. Je vous signale une présentation vraiment exceptionnelle du Prof. Kishore Mahbubani, susceptible de vous intéresser quant au chemin parcouru par la Chine et à son avenir prévisible.

        « Can America and China Avoid a Collision? », annual George Ball Lecture at Columbia SIPA, February 21, 2018.

        https://www.youtube.com/watch?v=_dFK2Wxd2FI

         2

        Alerter
        • Chris // 18.10.2018 à 18h05

          Pour illustrer mon propos, j’ai vainement cherché un récent article qui comparait le développement asymétrique de la Chine et de l’Inde dont la conclusion disait que la Chine avait pu tirer plus de 40% de la population de la misère grâce à sa politique redistributive (y.c. la politique de l’enfant unique), ce que n’avait pas fait l’Inde, empêtrée dans son système de castes.
          L’auteur citait la province indienne de Kerala, à gouvernement communiste depuis des lustres, qui avait réalisé un développement économique et social remarquable pour avoir appliqué une politique analogue.
          Si qq a le lien, je suis preneuse…

           3

          Alerter
    • Didier Mermin // 19.10.2018 à 18h20

      @christian gedeon // 18.10.2018 à 12h01

      “sous les quolibets” ? Rhôôôôô ! 🙂 Vous dites souvent des choses intéressantes mais, souvent aussi, pas très “sourcées”. On ne trouve jamais le moindre lien dans vos posts : c’est par flemme de fouiller dans vos marque-pages ou parce que vous estimez que l’on devrait vous croire sur parole ? Cela dit, l’appréciation positive que l’on peut porter sur les pays étrangers n’est pas forcément le fruit d’une idolâtrie, ce peut être tout bêtement celui du relativisme par rapport aux occidentaux.

       2

      Alerter
  • Louis Robert // 18.10.2018 à 13h11

    « Le ralentissement économique de la Chine pourrait être l’un des principaux déclencheurs de la crise financière mondiale à venir….Tous les regards sont tournés vers la Chine au moment où le monde se prépare à une nouvelle récession économique mondiale prédite par de plus en plus d’analystes financiers… le gouverneur de la Banque d’Angleterre, Mark Carney, a décrit la Chine comme « l’un des plus grands risques » pour la stabilité financière mondiale. »

    ***

    Telle est donc la plus récente version du « péril jaune »? Après le permanent « c’est la faute des Russes », nous subirons maintenant le perpétuel « c’est la faute des Chinois»?

    Mais enfin… L’Empire doit savoir ce qu’il veut: ou bien l’hégémonie mondiale sans partage par la guerre économique et financière… ou bien, se substituant à l’Empire en déclin accéléré, une Chine devenue non seulement le moteur de l’économie mondiale mais bien la première économie du monde.

    Trop souvent, l’Empire désormais littéralement en faillite a prédit l’effondrement de la Chine. Là-bas, pareil exercice impérial a cessé d’impressionner. Un monde crie au développement. Un nouvel ordre mondial exige de naître, qui se met en place.

    «  Eric X Li | Oxford Union »

    https://www.youtube.com/watch?v=9kqwMKyBvLc

     1

    Alerter
  • max // 18.10.2018 à 16h05

    L’endettement de la Chine a été une demande du FMI afin de faire partie du club des DTS.
    Pour faire partie des DTS, il faut, entre autre, rendre sa monnaie convertible sur les marchés financiers.
    L’équilibre, pour la Chine, est que entre l’endettement en $ et les avoir en $, il doit y avoir équilibre pour des raisons évidentes, ce qui explique, encore une fois entre autre, que la Chine ne peut pas faire comme la Russie qui vends ses $ et qui de se fait se moque de la dépréciation du rouble face a ce même $, les relations commerciales entre la Russie et les USA étant au plus bas de même que l’endettement de la Russie en $.
    La marge de manœuvre de la Russie est donc plus grande.
    Sur la route de la soie.
    Sa viabilité, ou non, dépendra en 1er lieu de la mise en place de systèmes informatiques, financiers et scientifiques et devront correspondre aux normes chinoises, le clash actuel entre la Chine et les USA est notamment sur ces points.
    En cas d’échec, les chinois peuvent se reconfigurer sur leur marché intérieur, je ne pense pas que vu l’état de délabrement de leur situation intérieur les USA le peuvent.
    Cela dit, la situation environnementale de la planète en particulier en matière d’épuisement des ressources fait qu’USA/Chine mais aussi Russie devront accepter de travailler ensemble ou alors le pire est à craindre pour l’espèce humaine.

     4

    Alerter
    • Jsword // 18.10.2018 à 17h36

      Les russes ont un gros avantages par rapport aux deux autres coté ressources. Ils sont peut nombreux par rapport à la taille de leur territoire et n’ayant pas trop bénéficié de financements via la mondialisation, ils ont encore plein de ressources non exploitées.

      Bon après, ressources en réserve ou pas, juste en cramant ce qu’il reste dans les autres pays (US et Chine en tête) on a déjà de quoi faire péter la température de la planète donc bon…

       2

      Alerter
      • Chris // 18.10.2018 à 18h20

        Sans oublier l’avantage que leur donne le réchauffement climatique qui dégage les voies de communication du grand Nord…

         2

        Alerter
  • Chris // 18.10.2018 à 18h27

    Lu hier soir, la nouvelle suivante :
    https://www.romandie.com/news/Commerce-international-sept-banques-cr-ent-un-r-seau-de-financement-commun/963096.rom
    “Le consortium entend construire le réseau sur une “architecture ouverte et une connectivité standardisée basée sur un modèle de gouvernance similaire à Swift”, le réseau international d’opérations interbancaires certifiées et sécurisées.
    La banque australienne ANZ, l’espagnole Banco Santander, la française BNP Paribas, l’américaine Citi, l’allemande Deutsche Bank, et les britanniques HSBC et Standard Chartered annoncent avoir signé un protocole d’accord et convenu de piloter ensemble le réseau qui sera ouvert à d’autres banques et entreprises.
    A lire le panel de banques, toutes rackettées par le Trésor US, j’ai immédiatement pensé aux sanctions US et me suis demandée si ce n’était pas un moyen d’y échappé quand on sait que les USA ont mis la main sur la BRI pour chasser les fraudeurs de sanctions.

     3

    Alerter
  • Gilles Gomel // 19.10.2018 à 03h43

    Nafeez Ahmed ? Quelle horreur ! Mais c’est un horrible complotiste ! N’est-il pas l’auteur de “La Guerre contre la vérité. 11 Septembre, désinformation et anatomie du terrorisme” (Editions Demi-Lune) ?

     0

    Alerter
  • Christophe Foulon // 21.10.2018 à 15h25

    Encore un article pondu par un tenant de l’économie moribonde qui t’explique (de son bureau) que la Chine va mourir !
    Je rentre justement de 14 jours en Chine, ils vont bien merci, leur marché intérieur progresse bien, ils sont heureux et positifs, en ce qui concerne une hypothétique confrontation avec les USA, ils m’ont tous répondu qu’ils étaient prêts. Et vous ?

     1

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications