Les Crises Les Crises
17.octobre.201817.10.2018 // Les Crises

Arabie Saoudite/Russie, deux poids deux mesures ! Par Jean-Paul Pancracio

Merci 196
J'envoie

Source : Proche & Moyen-Orient, Jean-Paul Pancracio, 15-10-2018

On se souvient que l’ex-agent double russe Sergueï Skripal a fini par sortir de l’hôpital de Salisbury (sud-ouest de l’Angleterre) où il était soigné après avoir été empoisonné par un agent innervant. Sa fille Ioulia, empoisonnée en même temps que lui, était déjà sortie le 11 avril dernier. Vladimir Poutine avait souhaité un prompt rétablissement à Sergueï Skripal, tandis que les Etats-Unis et l’UE décidaient d’expulser par dizaines des diplomates russes, en réaction à l’empoisonnement, l’OTAN suivant le mouvement. En effet, le 27 mars 2018, l’OTAN décidait de retirer leurs accréditations à sept membres de la mission russe et de rejeter trois demandes d’accréditation supplémentaires. L’Alliance atlantique a également réduit la taille de la mission russe, ajoutait Jens Stoltenberg. Elle ne pourra plus accueillir que 20 personnes, contre 30 auparavant. « Cela adresse un message très clair à la Russie, à savoir qu’il y a des coûts », déclarait encore le secrétaire général de l’OTAN : « notre décision reflète les graves préoccupations exprimées par les alliés pour leur sécurité », ajoutait Jens stoltengerg, selon qui « c’est la première fois qu’un agent neurotoxique est utilisé sur le territoire d’un pays membre de l’alliance ». Hormis l’OTAN, 144 diplomates russes devraient être expulsés de 26 pays. Les Etats-Unis ont déclaré non grata 60 personnes ; le Royaume-Uni, 23 ; l’Ukraine, 13 ; la France, le Canada, l’Allemagne et la Pologne, 4 ; la République tchèque, la Moldavie et la Lituanie ont annoncé en expulser 3 ; l’Australie, l’Italie, l’Espagne, le Danemark, les Pays-Bas et l’Albanie, 2 ; La Belgique, l’Estonie, la Lettonie, la Finlande, la Suède, la Norvège, l’Irlande, la Roumanie, la Croatie, la Macédoine et la Hongrie un chacun.

L’Arabie saoudite, qui vient d’estourbir l’un de ses opposants connus, n’a pas eu droit au même traitement. Les preuves de l’assassinat du journaliste Jamal Khashoggi dans les locaux du consulat de la monarchie wahhabite à Istanbul, s’accumulent. Que s’est-il passé ? Selon les informations de prochetmoyen-orient.ch, recueillies auprès de différents services européens de renseignement, le journaliste a, bien effectué une démarche de routine auprès du consulat saoudien pour le renouvellement de pièces administratives. On lui a fixé une rendez-vous dix jours plus tard, le temps de déplacer une quinzaine de barbouzes de la GID (services saoudiens) arrivées à Istanbul par deux vols différents. De retour au guichet, Jamal Khashoggi s’est vu ceinturé, manu militari et drogué avant de mourir d’une overdose. Selon des sources allemandes, le corps aurait ensuite été découpé et réparti dans une cinquantaine de boîtes à chaussure, exfiltrées du consulat dans une camionnette pour l’aéroport, puis embarquées à bord d’un avion à destination de Riyad. Après avoir nettoyé les locaux de leur consulat, les autorités saoudiennes ont invité les pandores turcs pour l’apéritif… Ce qui est navrant dans cette affaire, c’est que ni la presse, ni les droits-de-l’hommistes – habituellement si prompts à réagir lorsqu’il est question de la Russie ou de la Syrie – n’ont moufté ! Encore aurait-il fallu rappeler le passé de Khashoggi – jihadiste à la très longue barbe – engagé dans les factions afghanes les plus radicales durant les années 1980… Mais ce n’est pas le point principal et il n’exonère pas Riyad. Toujours est-il que, dans un premier temps, Donald Trump s’est d’abord gratté les cheveux en disant qu’on ne savait pas vraiment ce qui s’était passé, finissant par prédire « un châtiment sévère… » La Maison blanche envisage-t-elle de destituer Mohammad Ben Salman ? De son côté, la presse parisienne observe la même indulgence envers la monarchie wahhabite qu’on ne saurait trop critiquer ouvertement afin de ne pas mécontenter l’Elysée qui a, aussi observé une discrétion gênée, même si Emmanuel a fini par faire état d « éléments extrêmement inquiétants » ? Au final, il ne se passera rien. Plus que jamais, la monarchie wahhabite reste une « dictature protégée ». Là encore, la règle du deux poids/deux mesures s’impose, aussi nous publions l’article du professeur émérite de droit public Jean-Paul Pancracio. Il fournit sur cette affaire un éclairage des plus pertinents.

La rédaction.

DU SANG AU CONSULAT !

Le célèbre journaliste de nationalité saoudienne, Jamal Khashoggi, éditorialiste au Washington Post (il était exilé aux Etats-Unis depuis un an), est entré dans les locaux du consulat d’Arabie saoudite à Istanbul, pour y faire renouveler des papiers d’identité. Il avait pris rendez-vous à cet effet tout en prévenant sa fiancée du risque qu’il prenait et d’avertir les autorités turques s’il ne ressortait pas dans un délai normal. C’était le mardi 2 octobre. On ne l’a plus revu depuis. Ce journaliste arabe réputé et respecté pour sa liberté de parole, connu dans le monde entier, n’était pas, c’est le moins que l’on puisse dire, en odeur de sainteté à Ryad.

Le même jour où il est entré au consulat, un groupe d’une quinzaine d’hommes venus d’Arabie saoudite dans deux jets privés y est également arrivé, aux heures mêmes où Jamal Khashoggi s’y trouvait et en est reparti quelques heures plus tard, pour l’aéroport. Depuis, on est sans nouvelles de Khashoggi. Mais par la voie des autorités turques, qui disent avoir un faisceau de preuves de ce qu’elles avancent, Jamal Khashoggi aurait été séquestré, torturé et assassiné au sein même du consulat. Les autorités turques ont transmis à l’ambassadeur d’Arabie Saoudite à Ankara la demande d’être autorisées à entrer dans les locaux du consulat pour y mener leur enquête, comme le prescrit l’article 31, paragraphe 2 de la convention de Vienne sur les relations consulaires du 24 avril 1961. Un crime, même commis dans les locaux d’un consulat, que ce soit un assassinat ou un enlèvement, porte atteinte à l’ordre public et à la législation de l’Etat de résidence, ainsi qu’à sa souveraineté s’il est commis par des agents étrangers. Et le rejet d’une telle demande vaudrait aveu de culpabilité. C’est sans doute la raison pour laquelle, après plusieurs jours (de nettoyage intensif, peut-être… ?) l’ambassadeur saoudien a autorisé, mardi 9 octobre, la visite demandée. A dire vrai, il y a peu de chances que des traces du forfait subsistent au sein du consulat. Il y a aussi peu de chances de pouvoir consulter la vidéo-surveillance des locaux qui aura sans doute disparu avec le commando. Il y a encore moins de chances d’y trouver Jamal Khashoggi en train de boire le thé avec le consul.

D’accord, d’accord… ce sont des présomptions. Mais il y a des présomptions tellement lourdes qu’elles ne font plus guère de différences avec un crime avéré. La Turquie, autant pour elle-même au titre de sa souveraineté territoriale que pour la société internationale dans son ensemble, n’a pas intérêt à laisser passer une telle affaire sans réagir vigoureusement. Le droit international lui en donne les moyens si elle veut et ose les prendre. Et ces moyens concernent la personne même du consul, maître de ce qui se passe dans ses locaux. L’article 41 de la convention de 1963 stipule en effet en son paragraphe 1 que les fonctionnaires consulaires, ce qui inclut le consul, peuvent être « mis en état d’arrestation ou de détention préventive […] en cas de crime grave et à la suite d’une décision de l’autorité judiciaire compétente ». Les consuls en effet ne sont pas des agents diplomatiques et ne bénéficient pas de la même inviolabilité que ces derniers. Ce sont des représentants administratifs de l’Etat d’envoi.

Quant au président des Etats-Unis, Donald Trump, il temporise, bien gêné par les liens qu’il s’est employé à tisser avec le régime du roi Salmane d’Arabie. Le Washington Post affirme en outre ce 10 octobre que les services de renseignements américains étaient informés d’un projet de capture de Jamal Khashoggi. Cela dit, ils ne pouvaient pas empêcher l’intéressé de se rendre à son consulat. Pour autant, les Etats-Unis ne sont pas les seuls à être, pour l’heure, relativement silencieux dans cette affaire. On va attendre des preuves matérielles du crime qui ne viendront jamais ou alors trop tard… et le pétrole est déjà assez cher.

Jean-Paul Pancracio

http://observatoire-de-la-diplomatie.com/du-sang-au-consulat/

 

Pour aider le site Proche & Moyen-Orient c’est ici

Source : Proche & Moyen-Orient, Jean-Paul Pancracio, 15-10-2018

 

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Fritz // 17.10.2018 à 07h19

Mike Pompeo fait confiance aux Russes pour éclaircir l’affaire Skripal… Zut, raté.

Reprenons.

Mike Pompeo fait confiance aux Saoudiens pour éclaircir l’affaire Khashoggi… Yesss !! J’ai gagné !
https://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2018/10/17/affaire-khashoggi-mike-pompeo-reconnait-un-engagement-serieux-des-saoudiens_5370384_3218.html

32 réactions et commentaires

  • Fritz // 17.10.2018 à 07h19

    Mike Pompeo fait confiance aux Russes pour éclaircir l’affaire Skripal… Zut, raté.

    Reprenons.

    Mike Pompeo fait confiance aux Saoudiens pour éclaircir l’affaire Khashoggi… Yesss !! J’ai gagné !
    https://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2018/10/17/affaire-khashoggi-mike-pompeo-reconnait-un-engagement-serieux-des-saoudiens_5370384_3218.html

      +81

    Alerter
    • Tonton Poupou // 17.10.2018 à 08h04

      “Les russes ont droit à la présomption d’innocence” (?) ……. Ah ! Zut ! Encore raté !
      Reprenons : “Les saoudiens ont droit à la présomption d’innocence…….. ” Dixit : Le Donald …………….. Là… j’ai bon ?

        +35

      Alerter
      • Fritz // 17.10.2018 à 08h07
        • Tonton Poupou // 17.10.2018 à 10h25

          Oh ben non là ! si vous appelez à la rescousse le grand admirateur de Botul (et accessoirement de tartes à la crème) ; le philosophe qui a marqué l’histoire par son oeuvre dans un essai qui fait date dans la pensée moderne occidentale. Je fais référence à : “Landru, précurseur du féminisme ” Auteur : Henri-Désiré Landru et Jean-Batiste Botul. !? Là c’est pas du jeu …………

            +6

          Alerter
      • tepavac // 17.10.2018 à 17h18

        Le droit à la présomption d’innocence c’est pour le club de la C.I.
        Pour ceux qui ne font pas partie de la communauté Internationale, c’est la présomption de culpabilité qui fait foi, jusque preuve de l’innocence….

          +7

        Alerter
  • Pierre D // 17.10.2018 à 08h22

    Le discours s’organise…

    Ce n’est plus “un interrogatoire qui aurait mal tourné”.
    Ce n’est plus “des agents incontrôlés”.

    … et maintenant on apprend que la victime, l’était avec préméditation et que la police turque a laissé faire!

      +8

    Alerter
    • tepavac // 17.10.2018 à 17h12

      Il semble que dans cette affaire au moins 4 des plus grandes diplomaties mondiale étaient informées du futur “enlèvement” de mr Kashogui, et qu’elles n’en ont pas averti la victime.

      Ce monde est rassurant…..

        +8

      Alerter
  • Toff de Aix // 17.10.2018 à 08h41

    Ryad est un allié bien trop encombrant, mais ô combien nécessaire pour maintenir un semblant de statu quo au Moyen Orient.

    On ne peut pas à la fois se priver des immenses ressources pétrolières et gazières de la Russie, et de celles du Moyen Orient… Ryad l’a très bien compris et si je me mettais à leur place, j’aurais fait la même chose. Pire : je ne comprendrais pas pourquoi aujourd’hui ça gueule pour un vulgaire journaliste, alors qu’à longueur de temps j’exécute, je fouette en public, je torture des blogueurs et autres opposants par dizaines. Et qu’on me laisse faire…

    Sans parler du Yémen, où ceux qui s’indignent très hypocritement et de concert pour un miserable journaliste, sont les mêmes qui ferment les yeux en vendant des tombereaux d’armes qui sont immédiatement utilisées sur des civils… Sans que cela ne suscite trop grande réprobation, du moins pas autant que cette affaire ça c’est sûr. Non, vraiment, j’ai beau essayer, si j’étais MBS, je n’aurais toujours pas compris ce double discours et cette double attitude.

    En fait le vrai message est “il ne fallait pas te faire prendre !”.

      +48

    Alerter
    • Pepin Lecourt // 17.10.2018 à 08h49

      Le rôle du Grand Méchant étant déjà tenu par Assad et ses acolytes Russes et Iraniens, on ne va pas faire du cinéma pour une broutille envers Ryiad, on fait silence radio absolu pour quelques dizaines de milliers de civils rétamés par les drones de Washington, de vagues allusions au génocide au Yemen, des centaines de milliers, voire millions de victimes en Irak, en Libye, Afghanistan sans compter les centaines de milliers de victimes de nos amis les rebelles en Syrie !

      Il est vrai que le Saoudien saussiçonné était un journaliste, nos amis de Ryiad auraient pu se faire plus discrets !

        +30

      Alerter
    • Ben // 17.10.2018 à 12h59

      L’unique motif de cette indignation planétaire est que le métier de la victime (journaliste) et son statut social (Washington Post, élite mondialisées) le mettait théoriquement à l’abri de ce genre de problème. S’attaquer à ce statut équivaut à une agression contre une immunité diplomatique implicite. Tuer ce journaliste Americano-Saoudien est bien plus grave que massacrer des dizaines de milliers de pauvres gens.

        +29

      Alerter
      • Alfred // 17.10.2018 à 13h17

        Pas du tout. De vrais journalistes sont massacrés régulièrement sans que cela ne pose le moindre problème. Le problème ici c’est que celui ci était un agent d’influence encore utile et que les ricains n’ont pas aimé qu’on leur enlève un pion. Il a fallu qu’il rappellent qui est le chef.
        Rappelons que très probablement le mauvais élève mbs a été incité à laisser parler son penchant naturel par les Turcs eux mêmes (qui eux même avaient la bénédiction des russes sur ce point). La conséquence lointaine est rappelons le un affaiblissement de celui qui s’est permis de dévoiler l’Alliance israel-arabie saoudite.
        Qu’il ait été journaliste (si l’on peut dire d’ailleurs) n’a pas trop d’intérêt.

          +4

        Alerter
        • Ben // 17.10.2018 à 15h15

          @Alfred: la corporation qui a porté la nouvelle jusque chez vous n’est pas d’accord avec votre raisonnement. Elle a fait savoir assez bruyamment ce qu’il convenait de penser de cette affaire.

            +2

          Alerter
          • Alfred // 18.10.2018 à 09h27

            Ce que dit la corporation des marionnettes n’a strictement aucun intérêt (car c’est ce que disent les ventriloques). Ce qui compte c’est ce que pensent et veulent les ventriloques. Ici probablement que le vieux pouvoir US (clinton-compatible) utilise ses réseaux (les journalistes) pour coincer Trump (et le forcer à réagir contre son allié MBS). Avec la complicité turque et sous l’oeil bienveillant et amusé de la russie. Mais cela ne peut pas aller trop loin. Forcément cela s’arretera car au fond l’alliance USA Israel Arabie Saoudite ne saurait être menacée depuis washington. Trump et Bin Salmane (ifls) sont la cible. Compte tenu de ce que le deuxieme à fait subir à bin talal notament c’est normal que tous les relais de ce dernier lui tapent dessus. C’est une lutte des clans aux usa et en Arabie Saoudite. C’est tout.
            Les journalistes se foutent bien que l’un des leurs se fasse démembrer si on leur dit de s’en foutre (je pense à quelques malheureuses journalistes disparues en enquêtant trop près des salauds autour de la Turquie notamment).

              +5

            Alerter
            • Ben // 18.10.2018 à 15h22

              Ce sont des hypothèses que je trouve plutôt hasardeuses. Vous sous-estimez le pouvoir de la presse, car il est avéré que la corporation des est sincèrement corporatiste, en particulier quand il s’agit de membres de l’élite, encore plus s’ils apparaissent comme des martyrs. Ils fortifient ainsi leur image et leur influence dans le camp du Bien.

                +2

              Alerter
            • Alfred // 18.10.2018 à 22h36

              @ ben. Vous ne voulez pas comprendre. Ce type était bien bien bien plus qu’un journaliste.

                +2

              Alerter
      • Toff de Aix // 17.10.2018 à 13h30

        Bien d’accord avec vous(hélas…)

          +5

        Alerter
  • Le modéré // 17.10.2018 à 11h16

    Les faits parlent d’eux mémes. Une déduction logique – sans preuves tangibles- conduit à admettre l’assassinat ou du moins à l’enlèvement. (Voir lamrani.over-blog.com Fréles arguments du consulat et défaillances des services de sécurité turcs)
    Cependant, certains n’admettent pas ce fait en tentant de minimiser la disparition du Feu khajoggi ou de son assassinat.
    M Trump déclare qu’il s’agit d’un meurtre commis par “de méchantes gens”, d’autres persistent à ne pas anticiper avant les conclusions finales de l’enquête, enfin une partie avoue la mort du citoyen saoudien, mais en ajoutant comme circonstances atténuantes ” sans avoir l’intention de la donner”
    Enfin dans un entretien entre M Trump et le prince héritier MBS, ce dernier déclare ne rien savoir sur ce qui s’est passé au consulat d’Istambul.
    Or un crime pareil, dans une enceinte diplomatique ne peut étre commis qu’avec l’autorisation ou le commandement de la plus haute autorité.
    Si l’enquéte suit son investigation impartiale, les sanctions doivent normalement -comme en droit privé- s’appliquer sur toutes les parties impliquées.
    Les élements de preuves détenus jusqu’à présent par les autorités turques, leur permettent procéder à des arrestations. Elles seront davantage renforcées par les données téléphoniques du défunt -qui aurait sans doute pris rendez vous par le biais de ce moyen- mais aussi par la présentation pour audition du consul lui méme qui a déja quitté Istambul ainsi que des quinze pigeons voyageurs.
    Cependant, l’affaire pourrait prendre une autre tournure en raison de divers intérets qui intéressent plus qu’un intervenant.
    Pourrait-on intérpréter le retard accusé comme une sorte de marchandage sur le cadavre du défunt?

      +3

    Alerter
  • Louis Robert // 17.10.2018 à 11h54

    Il est réconfortant de constater que l’Empire semble vouloir renoncer à remplacer de$ régime$ ami$ qui, dans leurs consulats, s’en prenant à leurs propres peuples, se permettent parfois d’y exécuter leurs citoyens pour ensuite les mieux démembrer. Ouf!!! Dans un premier temps, nous avons vraiment craint le pire… Or rappelons-nous qu’en matière de droits humains, il serait bien malvenu d’exercer un zèle intempestif.

      +6

    Alerter
  • Donetskij Vasia // 17.10.2018 à 12h59

    Je crois que ce que pose le problème à L’Otanie, ce n’est pas tellement que la Russie ai voulu tuer quelqu’un de façon extrajudiciaire mais qu’elle a voulu le faire dans un pays membre de l’otan en utilisant les armes chimiques dernier cri qui ne sont même plus censées exister. Bien évidemment c’est la version de la GB, on sait quils mentent comme ils respirent (les armes de destruction massive en Irak). La version russe (d’après Maria Zakharova) est que tout ça n’est un fake pour discréditer la Grande Russie. Et puisque c’est un fake, je ne vois même pas de point de comparaison qui puisse exister.

      +8

    Alerter
  • Casimir Ioulianov // 17.10.2018 à 14h44

    Je vois même pas pourquoi on s’offusque des actes, dans un cas comme dans l’autre on est devant des rites traditionnels de ces pays.
    Les russes butent leurs traîtres depuis plus de 100 ans
    Les arabes butent les opposant depuis la mort du prophète.

    Ce qui est étrange en revanche c’est que personne n’a expulsé d’ambassadeurs ce coup là. A croire que les traditions Arabes sont mieux comprises par l’occident :p

      +7

    Alerter
  • weilan // 17.10.2018 à 15h49

    Comme vous l’écrivez, pas de point de comparaison existant.
    Ce que j’aimerais savoir, c’est pourquoi le sieur Skripal et sa fille sont tenus virtuellement prisonniers et, en tous cas, totalement incommunicado. Sont ils même encore vivants ?

      +8

    Alerter
    • faxmax // 17.10.2018 à 22h46

      Ils on peut être juste envie de se cacher et de se faire oublier (ce qui semble pas complètement illogique quand on vient de subir une tentative de meurtre à base d’agent neurotoxique. )

      D’ailleurs les Anglais ont dû se gratter la tête avant de déclarer que Skripal à survécu… parce qu’en fait si les Russes sont dans le coup, c’est pas vraiment lui rendre service !

        +1

      Alerter
  • Manant // 17.10.2018 à 17h05

    Il faut se garder de s’engouffrer, tête baissée, dans cette affaire, concernant, non un journaliste, mais un membre des services de sécurité saoudien, soi-disant en rupture, agent de la CIA, éditorialiste au Washington Post, chargé d’on ne sait quelle mission en Turquie. Quand, d’autre part, ceux qui font monter la mayonnaise sont la Turquie, ennemie déclarée de l’A. Saoudite, qui a pris fait et cause pour le Qatar, et les Etats-Unis qui, certes, veulent traire la vache saoudienne, mais sont très en colère depuis que l’émir MBS a commandé des S400 à la Russie…… tout comme la Turquie, menaçant l’industrie de guerre US. Rappelez vous l’assassinat du Premier ministre libanais, Rafik Hariri, dans des conditions encore jamais élucidées. On ne sait si son cortège avait sauté sur une mine, ou s’il avait été frappé depuis les airs. Cela a servi à accuser la Syrie pour chasser son armée du Liban. Si l’on accorde du crédit à ce que colportent les médias M.S. à coup d’informations spectaculaires, dégoulinantes de sang, alors on est faits. Jamais, on ne retrouvera trace du corps de Khashoggi, pas plus qu’on ne saura ce qui a tué Hariri.

      +10

    Alerter
    • Fritz // 17.10.2018 à 17h31

      Concernant l’attentat contre Rafic Hariri, je me rappelle parfaitement la chronologie de son annonce :

      Lundi 14 février 2005, 12 h 30 : RTL annonce une explosion à Beyrouth.
      Même jour, 13 h : après les titres du journal, France Inter annonce un attentat, qui viserait Rafic Hariri.
      Entre 13 h et 13 h 30 : au cours du journal de France Inter, on annonce que Rafic Hariri est gravement blessé.
      13 h 32 (après le journal) : la présentatrice, Laëtitia Gayet, annonce la mort de Rafic Hariri. Amplifiant les propos de l’envoyé de France Inter à Beyrouth, elle ajoute que « la Syrie est sans doute à l’origine de l’attentat ».

      Bref, la poussière de l’explosion n’était pas encore retombée qu’une journaliste se permettait d’accuser un pays mis sur la sellette depuis le vote de la résolution 1559 de l’ONU.

        +16

      Alerter
      • Kiwixar // 17.10.2018 à 21h42

        C’était “l’explication la plus plausible”?
        En faisant du mauvais esprit, je dirais que l’officine qui causait dans l’oreillette de la journaliste avait peut-être l’info de la mort avant l’explosion…

          +11

        Alerter
  • Kiwixar // 17.10.2018 à 20h21

    Les affaires Skripal et celle-là (Khashoggi) ont un point commun : une incompétence crasse côté Otanie, niveau Idiocracy. Même pas être capable de fabriquer une accusation contre la Russie qui tienne la route, sans contradiction? Même pas capable de capturer un gus à 15 bonhommes, sans salir le tapis du Consul?

    Hollywood montre des surhommes, pas uniquement avec les super-héros de Marvel, mais aussi dans leurs films où interviennent des espions et des barbouzes, capables de réflechir et mettre leur flingue dans le pantalon sans se tirer une balle dans les pieds.

      +8

    Alerter
    • Alfred // 18.10.2018 à 09h31

      C’est pas la même otanie. c’est deux clans differents de l’otanie qui se mangent le nez. Pour le coup Khashoggi avait sans doute les mêmes maitres que Skripal. Pour ce qui est des saoudiens l’impunité totale rend bête. C’est un peu le problème que rencontre toutes nos élites. Les saoudiens ont juste beaucoup d’avance en matière d’impunité totale et donc de bêtise induite.

        +12

      Alerter
      • Fritz // 18.10.2018 à 11h06

        En effet, ces gens-là sont bêtes et méchants. C’est pourquoi il faut faire éclater leur bêtise et leur méchanceté, agir pour démolir le Système, plutôt que d’être paralysé par leur prétendue toute-puissance.

          +3

        Alerter
  • Marc // 17.10.2018 à 20h33

    Il y a possiblement un paquet de gens hauts placés dans le monde qui veulent la peau de mbs depuis sa purge de l’année dernière, avec 500 riches saoudiens enfermés dans un hotel de luxe, avec soupçons de torture, et 2000 comptes en banque saisis pour environ 800 milliards de dollars… https://en.m.wikipedia.org/wiki/2017_Saudi_Arabian_purge

    Ce “journaliste” hyper fortuné a semble t il échappé de justesse à cette purge…

      +6

    Alerter
  • Inox // 18.10.2018 à 19h04

    Contrats armement et divers avec la Russie: bof.
    Contrats armement et divers avec l’Arabie Saoudite: potentiel de 50 milliards. http://www.lefigaro.fr/international/2015/10/09/01003-20151009ARTFIG00258–riyad-un-enjeu-de-50milliards-de-dollars-pour-l-economie-francaise.php

    Seul l’argent et l’économie intéressent nos élus et leurs amis. Le reste c’est du blabla juste bon à endormir les gueux que nous sommes.

    Donc, Non non, tout va bien, la Russie c’est le mal, l’Arabie Saoudite est gentille.
    Circuler il n’y a rien à voir.

      +3

    Alerter
  • max // 19.10.2018 à 07h07

    Pour la Syrie, ce mois d’octobre 2018 est une avancé importante à la normalisation avec la Jordanie.
    Le poste frontière de Nassib/Jaber entre la Syrie et la Jordanie a rouvert avec beaucoup d’émotions de la part des participants.
    Cela signifie que le commerce va reprendre, la Syrie va être réintégrée dans la ligue Arabe et les ambassades ré-ouvertes.
    La Jordanie qui a largement facilité la guerre civile en Syrie en accueillant sur son territoire des militaires de l’OTAN ainsi que des radicaux en a de plus en plus sur son sol, ainsi les Casques Blancs syriens qui devaient trouver asiles au Canada et en GB sont toujours en Syrie et a mon avis ils risquent d’y rester longtemps.
    Sur le point de passage entre la Syrie et Israël, a mon avis ca restera, pour l’instant, un point de passage pour les familles Druzes, il faudra beaucoup de temps avant d’aller plus loin.

      +1

    Alerter
  • Alain // 19.10.2018 à 10h02

    Mais les défenseurs de Khashoggi (qui n’est pas un réel opposant mais un partisan des adversaires familiaux de MBS) ont eux-mêmes la vue courte, ils sont totalement silencieux sur le sort des vrais opposants condamnés à mort dans les geôles saoudiennes comme cette blogueuse de 29 ans; sans parler des crimes de guerre au Yemen. Donc je dis honte à tous de vouloir sanctionner l’Arabie saoudite pour un règlement de compte entre factions royales et de se désintéresser totalement des vrais démocrates et des victimes de crimes de guerre !!!

      +2

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications