Les Crises Les Crises
19.octobre.201819.10.2018 // Les Crises

L’accord : soupçonnant un coup fourré, les Arabes pressentent une humiliation à venir, par Alastair Crooke

Merci 47
J'envoie

Source : Strategic Culture, Alastair Crooke, 13-08-2018

ALASTAIR CROOKE

13 août 2018

L’accord : soupçonnant un coup fourré, les Arabes pressentent une humiliation à venir

« Les sanctions contre l’Iran ont été officiellement prononcées. Ce sont les sanctions les plus sévères jamais imposées et, en novembre, elles passent à un niveau supérieur. Je demande la PAIX MONDIALE, rien de moins ! »

Que diable signifie ce tweet du Président Trump, « Je demande la paix dans le monde » ? Cela ne colle pas du tout avec le pragmatisme de l’homme d’affaires new-yorkais : qu’il veuille faire affront à Obama ; ou, qu’il veuille faire imploser l’Iran pour récupérer sa position de force dans le domaine énergétique ; ou, qu’avec l’implosion de l’Iran, la voie, jusqu’alors bouchée, soit ainsi ouverte pour tout État arabe sunnite désireux de normaliser ses échanges avec Israël – pour pouvoir le faire.

Mais les lettres capitales extravagantes de WORLD PEACE impliquent que Trump a une vision plus large, derrière cette nouvelle « guerre choisie » américaine contre l’Iran. ‘PAIX MONDIALE’ : cela suggère fortement que Trump nous mène vers un destin précis : pas seulement pour l’Amérique, mais pour toute l’humanité (« pas moins »). C’est une vision apocalyptique. (c’est-à-dire un événement qui implique quelque chose de pas si mauvais, mais plutôt que l’implosion de l’Iran révolutionnaire apportera, d’une manière ou d’une autre, le Salut de l’humanité).

La conviction que les crimes et les folies du passé peuvent être laissés de côté dans une transformation universelle de la vie humaine est une résurgence laïque des croyances des premiers chrétiens. L’idée même d’un « événement » qui transforme l’humanité et conduit au « Salut » est due à la conviction religieuse – en l’occurrence le courant apocalyptique juif (dont Jésus était un adepte) qui fut assimilé par le christianisme primitif.

Cette irruption religieuse appartient-elle à Trump ? Ou bien, l’a-t-il absorbé au travers de la conversion d’Ivanka au judaïsme orthodoxe ; ou bien, proviendrait-elle de la base évangélique de Trump et Pence ?

Nous ne le savons pas. Mais une fois que nous entrons dans le domaine du salut humain, nous devons réévaluer notre compréhension de ce qui se passe là. Il se peut que nous devions – lorsque nous essayons de comprendre Trump et Israël, en particulier – mettre de côté l’image standard d’un négociateur immobilier dur en affaires, et au moins nous demander s’il y a une impulsion religieuse sous-jacente. Pour trouver des indices sur ce qui pourrait se trouver derrière le tweet exotique de Trump, il faut nous tourner vers le pasteur américain [évangélique] Robert Jeffress, qui a été spécialement chargé par Trump et sa famille de se rendre à Jérusalem afin de présider la cérémonie marquant le déménagement de l’ambassade des États-Unis à Jérusalem. Jeffress déclare :

« Jérusalem a été l’objet de l’affection des juifs comme des chrétiens tout au long de l’histoire et [constitue] la pierre de touche de la prophétie [que Dieu a donné la Terre Sainte aux juifs pour l’éternité] ;

Analysons et clarifions un peu la religiosité qui se cache derrière les mots très forts de Jeffress : si l’on remonte au récit de l’Exode, Israël a formé un peuple séparé et choisi. Ainsi, en choisissant son peuple, et avec son Alliance, Yahvé le constitue en tant que peuple. Cela revient à dire qu’Israël n’existera en tant que peuple que tant qu’il reconnaîtra Yahvé comme son Dieu. Ce qui est vrai pour le peuple l’est aussi pour la terre, car ce n’est qu’en Eretz Israël (la Terre d’Israël) que la Torah peut être parfaitement accomplie – et inversement, Eretz Israël n’a de « sens » (religieux) que tant que la Torah est observée là-bas. D’où la particularité de la Terre – comme du peuple.

Comme nous l’avons dit, c’était [Robert Jeffress] la voix choisie par la famille Trump pour officier à la cérémonie de Jérusalem. Ce choix signifie peut-être quelque chose. Sinon, comme l’écrit John Limbert, professeur d’études moyen-orientales à la US Naval Academy et ancien secrétaire adjoint pour l’Iran (et vétéran du siège de l’ambassade des États-Unis à Téhéran), rien n’a de sens :

« Qu’a fait le Président Trump ? Obsédé par Obama et accro aux flatteries israéliennes et saoudiennes, il a rejeté l’idée que la diplomatie pourrait obtenir plus avec la République islamique que quarante ans de provocations futiles et réciproques.

Il a choisi une approche qui combine les brimades, les menaces, les accusations et les exigences irréalistes, avec une proposition de négocier. Ce faisant, Trump a foncé tête baissée et a offert un cadeau aux Iraniens : l’occasion de dire “non”, et de défier une puissance étrangère forte et menaçante.

En Iran, les paroles de l’ayatollah Ruhollah Khomeini d’il y a trois décennies résonnent encore. Interrogé sur les négociations avec les États-Unis, il a dit : “Pourquoi les moutons devraient-ils négocier avec le loup ?” Autrement dit, les Américains n’ont aucun intérêt à conclure une entente avec nous : Ils veulent nous dévorer.

Trump a rempli son administration de compères du groupe dissident iranien largement détesté, les Moudjahidin-e-Khalq (MEK) [ou Moudjahidin du peuple, NdT] une secte semblable à celle de Jonestown avec un passé douteux et un présent plus douteux… Les Iraniens savent que, malgré le mauvais régime actuel, l’autorité MEK sera bien pire – une version iranienne des Khmers Rouges.

Trump a menacé de punir tout pays ou entreprise faisant affaire avec l’Iran et d’empêcher Téhéran de vendre son pétrole brut. Ces tactiques répètent celles des Britanniques de 1951 à 1953, avant qu’ils ne se joignent à la CIA pour organiser un coup d’État visant à destituer le Premier ministre nationaliste Mohammad Mossadegh. Trump a menacé d’anéantir des millions d’Iraniens pour proposer par la suite de parler avec n’importe qui, n’importe où, n’importe quand, sans conditions préalables.

Entre-temps, le secrétaire d’État de Trump, Mike Pompeo, a embrouillé davantage le message, quel qu’il soit. Dans son récent discours devant un auditoire irano-américain à Los Angeles, Pompeo a qualifié l’Iran de “ce pays là” et a dénoncé l’ensemble de la révolution islamique, dénigrant ainsi les sacrifices de millions d’Iraniens qui ont combattu et sont morts pour renverser la monarchie et défendre leur pays contre les envahisseurs irakiens. Après de telles déclarations, ses professions de respect pour les Iraniens et pour la culture ancienne du pays manquent de sincérité ».

De toute évidence, c’est un expert américain de l’Iran profondément contrarié et dérouté. (Cela est peut-être dû en partie à la lecture des événements selon les critères habituels de la politique étrangère américaine laïque).

La professeure Elizabeth Oldmixon explique cependant que pour un sous-ensemble de la communauté évangélique [chrétienne] américaine, « le statut d’Israël est vraiment, vraiment important en raison de la façon dont ils comprennent la fin des temps ». Elle continue : « Quand nous parlons de la Terre Sainte, la promesse de Dieu de la Terre Sainte, nous parlons de biens terrestres des deux côtés du Jourdain. Le sens du Grand Israël et de l’expansionnisme est donc vraiment important pour cette communauté. Jérusalem en est un élément central. Elle est considérée comme une capitale historique et biblique… Ce sont les gens qui croient qu’il y aura un millénaire dans le futur, un âge d’or, où le Christ régnera sur terre,[et] ils croient qu’avant le retour du Christ, il y aura une tribulation au cours de laquelle le Christ vaincra le mal. »

Et quelle est la taille de ce sous-ensemble ? « Environ un tiers de la population évangélique américaine, soit environ 15 millions de personnes. »

Nous avons donc un triumvirat d’envoyés religieux orthodoxes américains (tous les membres de la famille Trump, ou anciens serviteurs de la famille) – qui sont chargés de la mission de la ‘PAIX MONDIALE’. Qu’est-ce que cela peut bien signifier – lorsque ceci est dit avec tant d’emphase (tout en capitales) par Trump, et cela joint au contexte des sanctions « terribles » qu’il impose à l’Iran – sinon un désir d’instaurer enfin « la Terre Sainte promise, pour les Juifs » – et de mettre ainsi un terme au long conflit du Moyen-Orient ? La théorie théologique suggère aussi qu’avec le Salut, la « paix » sera établie.

« Il y a quelque chose que ces chrétiens ont en commun avec les sionistes religieux en Israël », ajoute la professeure Oldmixon, comme une note de bas de page – bien qu’elle soit cruciale : « La génération fondatrice en Israël était plutôt laïque. Leur adhésion à un État juif n’était pas une prophétie biblique. Les Juifs religieux étaient toujours mécontents que la génération fondatrice n’ait pas vraiment été motivée par une compréhension religieuse du peuple juif dans le monde. C’est quelque chose que les évangéliques de ce pays partagent. Ils soutiennent Israël pour des raisons religieuses. »

Et si on regardait ce qui se passe vraiment ? Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou a déclaré qu’il s”agissait d’un « moment déterminant dans les annales du sionisme et les annales de l’État d’Israël », lorsque la Knesset a promulgué le mois dernier une loi fondamentale [appelée – de façon révélatrice – « loi de l’État-nation »], qui précise qu’« Israël est l’État-nation du peuple juif – où il réalise son droit naturel, culturel, religieux et historique à l’autodétermination. »

La loi consacre encore plus la différenciation fondée sur la religion, y compris une clause qui souligne la priorité des communautés exclusivement juives en déclarant « le développement des colonies juives comme une valeur nationale » et en promettant « d’encourager et de promouvoir leur établissement et leur consolidation ».

La loi a fait l’objet d’une controverse en Israël. Elle est passée à la Knesset avec la marge étroite de 62 contre 55. Les opposants soutiennent qu’elle constitue un recul par rapport à la démocratie et à l’égalité de la citoyenneté. Cependant, pour être clair, la nouvelle loi fondamentale ne change rien – pour l’instant.

Il existe déjà en Israël des droits politiques et juridiques différenciés et des moyens juridiques de créer des communautés ségréguées en Israël. Il n’y a pas de « droit » à l’égalité, et Israël n’est pas un État qui rassemble tous ses citoyens.

Il ne s’agit pas tant de la question de la discrimination qui occupe les médias, mais plutôt du passage d’un État laïc, tel que l’ont conçu les sionistes d’origine, à un État agissant sous l’impulsion religieuse. Dans un sens, Israël s’oriente vers une constitution basée sur les premiers livres de l’Ancien Testament, qui constituent la Torah. (Tout comme l’Arabie saoudite se contente d’affirmer que le Coran est sa constitution.)

Alors, de quelle façon la famille Trump s’est-elle comportée ? Qu’est-ce que cela nous dit ? Eh bien, tout d’abord, Trump a « fait don » de Jérusalem à Israël – l’autre élément prophétiquement obligatoire (en plus d’occuper tout Eretz Israël [Terre d’Israël, ou Terre promise, NdT]), pour concrétiser la constitution d’une Terre Sainte juive. Kushner, quant à lui, s’est efforcé de « retirer de la table » le statut de réfugié aux Palestiniens de 1948 et à leurs descendants, en proposant de subventionner les États bénéficiaires pour qu’ils assimilent in situ les Palestiniens réfugiés. Et Trump aussi s’est maintenant engagé à « défaire » l’Iran, le « démon » qui menace le projet juif, et s’est aussi engagé à publier son Accord du Siècle.

Bien sûr, nous ne savons pas ce qu’il y a dans l’accord, mais Netanyahou vient de mettre en place le cadre juridique (la loi de l’État-nation) qui pourrait permettre à l’État israélien actuel de devenir un État « unitaire », religieux et juif. Ce n’est pas un hasard si cela vient après que l’armée israélienne a récemment informé la Knesset que les populations juives et non-juives, entre le fleuve (Jourdain) et la mer (Méditerranée), sont maintenant égales – à 6,5 millions, chacune. La loi de l’État-nation exclut effectivement le risque du pluralisme politique et de l’égalité des droits politiques.

Les rapports suggèrent que dans le plan de Trump, les États-Unis, agissant seuls, pourraient reconnaître un État palestinien par déclaration, mais sans préciser où il se trouve, et sans les attributs d’un État. Un État « de nom seulement », en d’autres termes. Pas de Jérusalem comme capitale, et manifestement pas de droit au retour pour les réfugiés – et pas de statut de réfugié pour les Palestiniens de 1948 (du fait de la confiscation de leurs maisons en 1948) ; et probablement aucune mention des colonies. (Nous comprenons que l’accord est actuellement dans les limbes, car les partis religieux de la coalition de Netanyahou ne veulent aucune mention d’un quelconque État palestinien – pas même « de nom seulement »).

Les responsables de la Maison-Blanche affirment en outre que si les Palestiniens continuent de refuser de s’engager dans ce plan, les États-Unis le rendront tout de même public – ce qui, en fait, sera une invitation pour la droite religieuse israélienne à imposer les parties qui lui sont favorables (annexion des terres en Cisjordanie et expansion supplémentaire sous couvert de consolidation des communautés juives – conformément à la loi sur l’État-Nation ).

Eh bien, il semble que le monde arabe se réveille. Ils se rendent compte que l’Accord du Siècle sera aussi humiliant pour leur prestige que l’issue de la guerre des Six Jours. Cela a-t-il toujours été l’objectif de Trump : institutionnaliser un État des Juifs ? Limbert a-t-il tout compris ? Peut-être que Trump n’a pas été abusé par les Saoudiens, mais qu’il a au contraire joué sur les défauts du personnage de MBS, entraînant les Arabes dans un projet dont ils n’ont jamais compris le fondement théologique et la portée ?

Quoi qu’il en soit, le vent souffle maintenant dans une autre direction : Le roi Salmane a arraché le dossier palestinien des mains de MBS – et, après un an de secret autour de l’accord, l’inquiétude des dirigeants arabes ne cesse de croître. Leur assentiment n’est plus assuré. Ils sentent un coup fourré.

L’essentiel ? L’Iran ne sera pas paralysé par les sanctions, et quoi qu’il advienne de l’accord de Trump, Israël, en forteresse introvertie, se trouvera dans une région où la politique se déplace lentement mais sûrement vers l’alliance des forces qui l’ont emporté dans la lutte épique pour la Syrie. Aujourd’hui, ce sont l’Irak, le Pakistan et la Turquie qui tournent leur visage vers l’Est. Demain, lorsque le blocus de l’Iran s’avérera être un fiasco et que l’accord sera caduque, il se peut que des parties du Golfe (Dubaï, Koweït et Oman) dérivent, avec le Qatar, vers l’axe Russie – Chine.

Source : Strategic Culture, Alastair Crooke, 13-08-2018

Traduit par les lecteurs du site www.les-crises.fr. Traduction librement reproductible en intégralité, en citant la source.

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Fritz // 19.10.2018 à 08h10

Si vis bellum, audi Netanyahum
(Si tu veux la guerre, écoute Netanyahu)

50 réactions et commentaires

  • DUGUESCLIN // 19.10.2018 à 06h26

    Il me semble utile de faire remarquer que le christianisme a été fondé par les sept premiers conciles des patriarches.
    Les patriarcats étaient Antioche, Alexandrie, Rome, Jérusalem, Constantinople.
    La secte évangéliste récente ne peut donc revendiquer le terme de “chrétien”, puisqu’elle n’est pas issue des sept premiers conciles fondateurs du christianisme.
    Sinon, c’est comme entrer dans une association sans en reconnaître les statuts.
    Les évangélistes ne sont pas représentatifs du christianisme, mais d’une vision dissidente.
    Les chrétiens du Golfe qui combattent daech au côté des chiites et des alaouites ne sont pas évangélistes. Par ailleurs les soldats russes sont, pour la plupart, chrétiens orthodoxes et ne sont pas dans le camp évangéliste du côté américain.

      +18

    Alerter
    • Fritz // 19.10.2018 à 19h06

      Les “évangélistes”, comme vous dites, se réclament seulement des Évangiles, qui sont antérieurs à tous les conciles. Mais vous semblez préférer le christianisme sans les Évangiles : Sola Traditio ?

      Quant au terme de “chrétien”, il a été donné aux disciples de Jésus-Christ par leurs voisins païens, ou même par leurs persécuteurs (Actes 11 : 26, 26 : 28)..
      Votre message haineux aurait été parfaitement approprié hier, 18 octobre, 333e anniversaire de la Révocation.

        +1

      Alerter
      • hageta // 19.10.2018 à 21h46

        Ok pour les précisions Fritz, mais où serait-la haine dans le message de DUGUESCLIN .????

          +9

        Alerter
      • RGT // 19.10.2018 à 22h19

        Pour résumer sans prendre de pincettes, le véritable objectif des évangélistes est de :

        – Virer tous les musulmans de la “terre sainte”.

        – Créer un état juif pour que puisse se réaliser la prophétie de l’arrivée du nouveau messie.

        – Une fois le “nouveau messie” arrivé, les juifs se convertissent à l’évangélisme.

        – Et pour faire bonne mesure, les juifs qui refuseront de se convertir se feront “péter la gueule” jusqu’à leur conversion ou leur extermination totale.

        Cool comme programme ne trouvez-vous pas ?
        Le pire dans cette histoire, c’est que les dirigeants juifs s’appuient sur des excités pareils pour se maintenir au pouvoir en pensant que le “nouveau messie” ne viendra jamais, ou qu’ils parviendront à passer entre les gouttes…

        Convertissez-vous au pastafarisme, la seule religion qui (pour l’instant) proscrit fermement de péter la gueule des impies.

          +6

        Alerter
      • Sam // 19.10.2018 à 23h08

        Les évangélistes se réclament seulement des évangiles : j’ai bien ri…
        The born again :
        https://www.youtube.com/watch?v=zUJRukYNS0c
        https://abcnews.go.com/US/megachurch-pastor-indicted-35-million-fraud/story?id=54117145

        Billy Graham, le pasteur de l’Amérique :
        https://www.youtube.com/watch?v=yZZiLFh3NQU

        C’est du protestantisme new age. Vecteur culturel du modèle américain, prônant la réussite individuelle, la richesse comme marque de confiance divine et la pauvreté comme un châtiment divin (l’inverse du message du Christ). Par leur prosélytisme forcené, ils arrivent à convaincre les pauvres (quartiers populaires, Afrique, …) qu’une nouvelle naissance leur apportera la richesse, et propagent le désespoir et les drames humains par la déception de cette fausse promesse. Millénaristes fanatiques, ils attendent avec impatience l’Apocalypse, où s’identifiant au peuple élu, ils pensent être sauvés.

        Même Chirac avait eu peur : « les prophéties bibliques sont sur le point de s’accomplir »
        https://www.lexpress.fr/actualite/politique/chirac-bush-et-l-apocalypse_746203.html
        Avec l’idée sous-jacente que « l’armée américaine est le bras armé de dieu ».

        Beurk.

          +10

        Alerter
        • Fritz // 20.10.2018 à 00h56

          [modéré]
          Sans illusion, cas plusieurs lecteurs de ce blog me semblent bien enfermés dans leur haine antijuive ou antiprotestante, je vous recommande cet ouvrage d’Anatole Leroy-Beaulieu : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k551908.texteImage

            +1

          Alerter
          • DUGUESCLIN // 20.10.2018 à 06h21

            Cher Fritz,
            En ce qui me concerne, je n’ai aucune haine contre les protestants. Ni contre d’autres religions.
            Mais en ce qui concerne les évangélistes, je maintiens qu’il s’agit d’une dissidence et qu’ils ne peuvent parler au nom des chrétiens surtout quand il s’agit de leur soutien à la politique américaine dans les pays du Golfe et en Ukraine. Ce n’est pas le cas des chrétiens d’Orient ni des chrétiens orthodoxes.
            J’apprécie par ailleurs Ernest Renauld et Alphonse Daudet.

              +6

            Alerter
            • Fritz // 20.10.2018 à 06h41

              Pour que les lecteurs intéressés par nos digressions situent Ernest Renauld : https://fr.wikipedia.org/wiki/Ernest_Renauld

              Quant à la haine, je pensais plutôt aux commentaires de @Sam. S’il ne s’en rend pas compte, c’est grave.

                +2

              Alerter
            • Sam // 20.10.2018 à 10h08

              Pas de haine pour moi, les religions sont aussi une aspiration à l’élévation spirituelle, la vertu et une certaine idée de la perfection. Elles permirent à bon nombre de grands esprits d’émerger, de l’immense Bach (protestant) à l’immense Einstein (juif), grâce à cette culture du livre et de la connaissance.

              Je parle de leur politisation. La réforme protestante tomba fort à propos, permettant aux empires marchands de se constituer sans complexe, se libérant du carcan chrétien qui condamnait fermement l’avarice, un péché capital.
              https://www.lesechos.fr/31/10/2017/lesechos.fr/030790518203_le-protestantisme—un-autre-rapport-a-l-argent.htm
              En cela, je le répète, ils inversent le message de Jésus. Un commentaire là dessus ?
              Le pillage du nouveau monde et le protestantisme sont l’origine du capitalisme mondialisé.

              De plus, la réforme, par l’exégèse qu’elle fait, revient à une forme judaïque (patriarcale et patrimoniale), expurgeant du christianisme toutes les anciennes croyances européennes, en premier lieu le culte de la vierge. Soit tout ce qu’il y avait d’authentiquement européen.

                +2

              Alerter
            • Sam // 20.10.2018 à 10h18

              Quant aux évangélistes, l’article parle de l’église évangélique américaine, protestantisme new age complètement dévoyé, pas de Saint Paul et de tous ceux à sa suite qui se « réclament seulement des évangiles ».

                +2

              Alerter
            • Fritz // 20.10.2018 à 11h05

              @Sam : la mendicité n’est pas valorisée en pays protestant, je vous le concède. Mais montrez-moi un texte, un seul, de la Réforme (écrits de Luther, confessions d’Augsbourg et de La Rochelle, Institution de la religion chrétienne de Calvin…) qui présente la richesse individuelle comme un signe de l’élection divine.

              Cette assertion, c’est du Max Weber simplifié, rabâché, désossé.

              Quant aux origines du capitalisme, vous oubliez la Venise médiévale (je passe sur les moulins du Bazacle à Toulouse) et sur la pratique du prêt à intérêt au Moyen Age, notamment chez les commanderies templières.

              Sans rancune, j’espère que mes réponses ne vous ont pas froissé.

                +1

              Alerter
            • Sam // 20.10.2018 à 11h23

              Bien d’accord avec vous pour les banquiers vénitiens et florentins ainsi que les templiers, comme proto capitalisme. La tentation de l’avarice a toujours été là.
              D’ailleurs, c’est l’interprétation du gallicanisme par Mazarin et Richelieu, ainsi que l’influence de ces banquiers florentins (les Médicis) qui permettra à la France de maintenir son rang malgré son catholicisme, au prix de guerres incessantes.

              La prospérité ne vient pas du protestantisme comme le prétendent certains mais bien du pillage du nouveau monde qui permit aux marchands de s’emparer du pouvoir, il ne manquait plus qu’une doctrine légitimant l’accaparement.
              Louis XIV, qui fut bien parrainé : « plus chacun Estat a de commerce avec les Espagnols, plus il a d’abondance d’argent. »

              « Vale un Potosi » dira Don Quichotte, l’équivalent de « c’est le Pérou », pour définir une immense richesse : de cette seule mine de l’actuelle Bolivie l’Espagne pillera trois fois ce que l’Europe avait d’argent à l’époque, en sacrifiant 7 ou 8 millions d’indiens. Prospérité ?

              Pour la petite histoire, les incas avaient condamnés la mine car elle abritait un démon, familièrement appelé « el Tio » :
              http://en.citizendium.org/wiki/El_T%C3%ADo

              « Aucun homme ne peut servir deux maîtres : car toujours il haïra l’un et aimera l’autre. On ne peut servir à la fois Dieu et Mammon » (Matthieu 6:24).

              Le veau d’or.

              Sans rancune. Hormis ce sujet sensible, j’apprécie souvent la justesse et la pertinence de vos commentaires.

                +2

              Alerter
            • Sam // 20.10.2018 à 12h03

              Les premières pièces frappées à Potosi étaient espagnoles, et montraient les colonnes d’Hercules avec des oriflammes portant la devise : « Ultraque Unum ».
              C’est l’origine du symbole du dollar.
              https://fr.wikipedia.org/wiki/Dollar
              « Et que personne ne put acheter, ni vendre, sans avoir la marque, le nom de la bête ou le nombre de son nom » (Apocalypse 13:17)
              (C’est pour rester dans l’eschatologie…)

                +1

              Alerter
        • Fritz // 20.10.2018 à 01h37

          Vous devez apprécier L’Évangéliste d’Alphonse Daudet, sans oublier les œuvres d’Ernest Renauld.

            +0

          Alerter
      • Subotai // 22.10.2018 à 08h07

        Yep! Sauf que les Évangiles ne sont pas tombé du ciel, ce sont les Conciles qui ont déterminé lesquels étaient valides pour le Dogme… :o)

          +0

        Alerter
    • clauzip12 // 20.10.2018 à 01h18

      pour mémoire:les évangélites son les premiers soit créateurs /écrivains de l’évagile.
      Les évangéliques sont ou comprennent un groupe dérivant du protestantisme crée aux USA et constituant un important groupe se développant à peu pres dans tous les pays.Ils constituent une force d’appoint des renseignements USA

        +1

      Alerter
  • Alfred // 19.10.2018 à 06h56

    Merci beaucoup pour cet article très intéressant. Comme c’est un article de fond il n’a pas vieilli à la lumière des dernières évolutions (le faux journaliste en morceaux dans la valise). Bien au contraire. S’il n’éclaire pas spécifiquement il donne bien à réfléchir.

      +7

    Alerter
  • Pierre D // 19.10.2018 à 07h18

    Si vis bellum, para pacem

      +5

    Alerter
    • Barbe // 19.10.2018 à 07h28

      Fiat mundus pereat iustitia

        +3

      Alerter
      • Marie // 19.10.2018 à 17h26

        Et puis traduisez, tout le monde ne comprend pas le latin (la première locution passe encore), ça fera moins pédant.

          +2

        Alerter
        • Barbe // 19.10.2018 à 18h58

          faire le monde (l’empire quoi) au détriment de la justice

          propos inversant la version originale
          employée, selon Arendt, par l’esprit des désobéissants civils
          type Thoreau : que la justice soit faite, le monde dût-il en périr…

            +2

          Alerter
          • Marie // 20.10.2018 à 19h13

            Merci.
            Et oû trouve-t-on la version type Thoreau ?

              +0

            Alerter
            • Barbe // 22.10.2018 à 09h48

              Dans du mensonge à la violence
              De arendt.

                +0

              Alerter
    • Duracuir // 19.10.2018 à 08h01

      C’est quoi le rapport avec ce texte?

        +1

      Alerter
      • rolland // 19.10.2018 à 08h06

        Effectivement, se préparer à la guerre dans la formule aurait tendance à laisser penser que l’on ne veut pas la faire…..
        …Je cherche donc aussi le rapport.
        Peut-être est-ce une sorte d’effet miroir tendu aux victimes et futures victimes des américains et de la politique israelienne au Moyen Orient, qui elles seraient certainement bien inspirées de s’attendre à la faire !?

          +1

        Alerter
        • Fritz // 19.10.2018 à 08h10

          Si vis bellum, audi Netanyahum
          (Si tu veux la guerre, écoute Netanyahu)

            +22

          Alerter
      • Pierre D // 19.10.2018 à 08h26

        Vous le saurez en lisant ce texte.

        … tout au moins ce passage:
        « Les sanctions contre l’Iran ont été officiellement prononcées. Ce sont les sanctions les plus sévères jamais imposées et, en novembre, elles passent à un niveau supérieur. Je demande la PAIX MONDIALE, rien de moins ! »
        Vous ne pouvez pas vous tromper, c’est vers le début.

        II y a pire que les va-t-en-guerre, il y a les va-t-en-paix, qui comme Trump annoncent des actions bellicistes la main sur le cœur et la bouche en cul de poule, en jurant les yeux au ciel qu’ils ne veulent que la paix.

          +18

        Alerter
    • Philvar // 19.10.2018 à 10h19

      C’est vrai que nous sommes en plein retournement des valeurs et des mots.

        +8

      Alerter
  • Fritz // 19.10.2018 à 07h43

    « L’idée même d’un “événement” qui transforme l’humanité et conduit au “Salut” est due à la conviction religieuse » (Alastair Crooke).
    Cette idée pourrait bien être d’origine iranienne, si on en croit le livre ancien et substantiel de Geo Widengren (Les religions de l’Iran, Payot, 1968, traduit de l’allemand par L. Jospin). Certains musulmans chiites ont fait eux-mêmes le rapprochement entre « l’imam caché » et le Saoshyant zoroastrien.
    Quant aux Israéliens, ils pourraient se rappeler que c’est l’empereur perse qui a libéré les Hébreux en exil à Babylone. Au lieu de se tourner bêtement vers l’Occident.

      +4

    Alerter
    • Sam // 19.10.2018 à 09h51

      On imagine les judéens « ravis » de quitter Babylone, haut lieu de culture, pour devoir retourner sur les rives du Jourdain. D’ailleurs, l’Ancien Testament nous dit que beaucoup préférèrent rester à Babylone, bizarrement.

      La plupart des mythes hébreux sont d’origine babylonienne, une sorte de zoroastrisme fanatique et hystériquement patriarcal. Le zoroastrisme défendait l’égalité entre les hommes et les femmes, alors que pour les lévites une femme ne peut être que vierge, mariée ou putain à lapider.

        +7

      Alerter
    • christian gedeon // 20.10.2018 à 01h23

      Oui Fritz,un empereur,vous l’avez dit…pas un ayatollah. Paix à l’âme du Shahinshah Aryamer Mohammed RezaPahlavi.

        +1

      Alerter
  • rolland // 19.10.2018 à 08h00

    C’est toujours étrange de savoir qu’on va vers le pire et que les zélites et leur impéritie ne feront rien pour réorienter tout ça vers le bon sens humaniste, autrement dit vers la vie !

      +5

    Alerter
  • zigomar // 19.10.2018 à 09h50

    lorsque Hitler était jeune chancelier, il n’arrêtait pas de parler de paix. Tous ses discours comprennent plusieurs fois le mot paix. Quant aux “Parteitage” de Nuremberg, la fête annuelle début septembre, du parti NAZI de 1928 à 1939, sa dernière édition qui ne vit pas le jour et pour cause (septembre 39) était sur le thème de… “la paix” = “Reichsparteitag des Friedens”.

      +10

    Alerter
  • Philvar // 19.10.2018 à 10h20

    C’est vrai que nous sommes en plein retournement des valeurs et des mots.

      +9

    Alerter
    • Fritz // 19.10.2018 à 10h31

      Une blague courait à ce sujet dans les pays de l’Est : « Nous nous battrons pour la paix jusqu’à ce qu’il ne reste plus une maison debout ».
      L’ennui, c’est que Donald et Bibi n’ont même pas cet humour.

        +8

      Alerter
  • Sam // 19.10.2018 à 10h38

    La boite de com de larem : Jésus et Gabriel.
    Christique vous avez dit ?
    Gabriel, c’est l’ange qui annonce à Marie qu’elle est enceinte, celui qui annonce la rédemption de l’humanité.
    Amen.

    P.S : la rédemption ne concerne que les élus et les justes. Pour nous c’est la Grande Tribulation : les tourments, la souffrance et la mort…

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Grande_Tribulation
    (dans le texte, il ne s’agit pas de tribulation, mais de Tribulation, notion eschatologique et majusculée)

      +1

    Alerter
  • calal // 19.10.2018 à 13h28

    Je pense que les sanctions contre l’iran et les russes etaient obligatoires vu que le camp clinton (la finance mondialisee) voulait speculer a nouveau sur les cours du petrole.Ils voulaient s’en mettre a nouveau plein les poches mais sans que poutine les iraniens et “chavez” en profitent.Les possibilites d’influence et d’action de trump sur ce sujet sont difficiles a evaluer objectivement.
    Pour l’instant juger l’action de trump quand on n’est pas americain est inutile a 3 semaines des midterms.Il faut attendre,la campagne bat son plein et de grands changements vont avoir lieu apres ces midterms.

      +2

    Alerter
  • christian gedeon // 19.10.2018 à 14h14

    Ah…le titre de l’article est déjà une erreur .”Les arabes “,donc! Et il écrit çà sans rire,en plus. Moi,je ne vois pas de “les arabes “…je vois des marocains qui détestent les algériens qui le leur rendent bien.Des tunisiens divisés comme jamais et qui ont méné leur pays vers la ruine économique.Des Lybiens,beaucoup de Lybiens très séparés,qui s’entretuent encore allégrement et fournissent un de ses sanctuaires à Dech,entre autres. Des Egyptiens qui n’en peuvent mais,confrontés qu’ils sont à une natalité démentielle, à la chute des activités touristiques, et à une guerre islmaiste larvée sur le sol d’Egypte africaine,et ouverte dans le Sinaï.Des palestiniens éclatés entre Hamas,Fatah,et sous éclatés en mille sous produits. Des syriens au pays détruit.Des irakiens qui vont plus mal au lieu d’aller mieux…et des golfiques en général plus antagonistes que jamais qui font la guerre à d’autres arabes,ceux du Yémen,qui se font aussi la guerre entre eux…Crooke lui ne voit rien,n’entend rien….mais contrairement aux trois singes,il dit/écrit beaucoup…et surtout beaucoup de conneries! J’ai dit.

      +6

    Alerter
    • Sam // 19.10.2018 à 16h19

      « Mais ils furent tous dupés, car un autre anneau fut forgé ». (Galadriel)

      Il semble surtout parler des arabes qui ont misé sur l’occident, autour de MBS le boucher, “trahis” à leur tour par l’occident et Israël.
      Et sur des bases eschatologiques (évangélistes et juifs ultras) plutôt qu’économiques ou politiques ou encore moins humanitaires, ce que n’a pas compris MBS…

      “Quand les hommes diront paix et sureté, alors tout d’un coup fondra sur eux la perdition…” (1 Thessalonicien 5-2)

        +2

      Alerter
      • christian gedeon // 19.10.2018 à 19h39

        Peut-être,mais il dit “les arabes “.Alors je comprends “les arabes “,n’est ce pas? Quelle rigolade…regardez donc le Barnum qu’est la Ligue arabe. Et il faut arrêter de dire arabes pour tous les gens qui habitent dans les pays de cette fameuse Ligue arabe. Les berbères sont berbères,les kabyles kabyles,les coptes coptes etc.. et je passe sur la comlexit-é qu’il y a à définir les habitants du Liban et dune partie de la Syrie à cet égard(d’ailleurs le Liban est la République Libanaise,pas la république arabe ou islamique libanaise…juste Libanaise..dites juste pays de langue arabe officielle,c’est déjà beaucoup plus que la réalité. Qu’on se dise une fois pour toutes que les arabes ne sont pas un magma fongible et uniforme…beaucoup de locuteurs de l’arabe ne se reconnaissent pas comme ” arabes “! Tout comme le sénégalais qui parle français ne se reconnaît pas comme français. Point/barre.

          +3

        Alerter
        • Sam // 20.10.2018 à 09h44

          Regardez le barnum européen (pas l’UE hein) : des anglais, des allemands, des français, des espagnols, …, qui se font la guerre depuis toujours. Sont ils un magma fongible et uniforme ? Pas vraiment, et pourtant ce sont des européens.
          L’occident, c’est pareil.
          Les arabes, c’est pareil, avec en plus une langue et une religion commune.
          Nasser avait tenté la réunification autour du panarabisme, pour contrer les influences occidentales, et avec un certain succès.
          L’article parle de ceux qui ont trahi le nassérisme pour suivre les sirènes occidentales, trahis à leur tour.

            +3

          Alerter
          • christiangedeon // 22.10.2018 à 15h42

            les egns que vous citez n’ont jamais prétendu être des “européens ” que je sache. Ce ne sont quelques années de pseudo ue qui y changent quoi que ce soit. Donc NON,ce ne sont pas des européens.Mais des français,des allemands etc…peuple europén,çà fait quand même rigoler tout le monde sauf les fonctionnaires et édiles ueistes,non?

              +0

            Alerter
          • Sam // 22.10.2018 à 19h26

            Tous ces pays ont prétendu être européens depuis bien longtemps.
            Vous ramenez toujours l’Europe à l’UE, mais cette idée remonte aux grecs anciens et à tous ceux qui en revendiquent l’héritage :
            https://www.histoire-en-citations.fr/indexation/europe
            Nous n’avons pas attendu les banquiers pour parler d’Europe. Ils en usurpent juste le nom, comme ils font pour tout le reste.

              +1

            Alerter
      • LEFROD // 19.10.2018 à 23h02

        Ne jamais négliger l’importance des prophéties chez tous ces zélotes vétéro-testamentaires. Surtout quand ils ont les moyens de les réaliser eux mêmes: chute d’Edom (=occident), guerre de Gog et Magog, etc…

          +2

        Alerter
  • Nanie // 19.10.2018 à 14h20

    Trump demande la paix mondiale… à condition d’en être le chef d’ orchestre après avoir éliminé les indésirables….!

      +4

    Alerter
    • hageta // 19.10.2018 à 21h49

      La pax americana ,en somme, …rien de nouveau sous le soleil .

        +2

      Alerter
  • Gavrilo Princip // 21.10.2018 à 07h03

    C’est quoi, “les Arabes” ?
    La majorité des pays arabes sont dans la main des Etats-Unis depuis des décennies. Bien qu’officiellement sans contact, les pétromonarchies du Golfe sont en très bons termes avec Israël.
    Bref, c’est quoi, “les Arabes” ?

      +1

    Alerter
  • Sam // 22.10.2018 à 10h27

    https://medium.com/@MidiaNINJA/v%C3%ADdeo-mostra-bolsonaro-pedindo-voto-em-igreja-evang%C3%A9lica-pr%C3%A1tica-%C3%A9-criminosa-c403654255ff?_branch_match_id=582833079859131604
    Bolsonaro appelle au vote des évangéliques.

    https://fr.timesofisrael.com/bresil-jair-bolsonaro-promet-de-fermer-lambassade-palestinienne/
    « Nous reconnaissons cet endroit comme celui où le Seigneur Jésus reviendra et apportera une fin pacifique à l’humanité », disait Brett Burleson, un pasteur d’Alabama, là :
    https://fr.timesofisrael.com/des-evangelistes-americains-voient-un-signe-dans-la-reconnaissance-de-jerusalem/

    La fin de l’humanité. Tout un programme…

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications