Voici la vidéo de la conférence des Éconoclastes du 15 mars à Paris

Ma présentation sur l’Union européenne est téléchargeable ici. Elle est basée sur cette série de billets du blog.

Source : Les Econoclastes, 31-03-2016

56e8a7a7c3618877718b456e

Les Econoclastes donnaient mardi 15 mars leur deuxième conférence à Paris. Comme à leur habitude, les membres de cette communauté de spécialistes hétérodoxes avaient décidé de sortir le bazooka.

Mardi soir, ambiance explosive dans les locaux de l’école de commerce ISEG à Paris. Le collectif des Econoclastes donnait sa deuxième conférence dans la capitale. Il réunit des acteurs du monde économique venant d’horizons très divers. Une chose les rassemble : le désir de faire partager une vision différente. En ces temps de turbulences sur la planète finance, ils ont, durant deux heures, abordé des thèmes allant du maquillage des chiffres économiques à la politique européenne en passant par l’énergie et la crise syrienne. Le tout devant une salle comble.

«Les chiffres économiques sont manipulés»

«Je dis souvent que pour tondre un mouton, il faut éviter qu’il bouge.» Olivier Delamarche a attaqué fort. Le chroniqueur de BFM Business, connu pour son franc-parler, était accompagné de Pierre Sabatier, un autre intervenant de la chaîne. Tous deux ont ouvert le bal. Dans leur viseur ? Les chiffres officiels en matière d’économie.

Olivier Delamarche s’est notamment attaqué à un de ses sujets de prédilection : les chiffres de l’emploi américains. Autant dire qu’il n’est pas convaincu par le taux annoncé de 4,9% de chômage au mois de février. «Il y a 94 millions d’Américains en âge de travailler qui n’ont pas d’emploi. Je veux bien qu’ils ne rentrent pas dans les statistiques et qu’on ne les appelle pas des chômeurs mais le fait est qu’ils ne travaillent pas», a -t-il expliqué. Pour Pierre Sabatier, les Etats-Unis se trouvent «en fin de cycle».

Selon Olivier Delamarche, les créations d’emplois aux Etats-Unis concerneraient en majorité les plus de 50 ans pour des jobs précaires et mal rémunérés. «Vous n’allez pas me faire croire que si on ne paie pas les gens, ils consomment ?», a-t-il interrogé avec ironie.

Il aussi été question des programmes d’assouplissements quantitatifs (injections massives de liquidité par les banques centrales) et de leur influence sur l’économie. «Quand le type au fond de sa cave décide de faire fonctionner la planche à billets dans des proportions gigantesques cela a un impact conséquent sur l’économie et les prix», a souligné Pierre Sabatier.

La Syrie, une histoire de tuyaux… entre autres (Meilhan / Louvet)

Les deux comparses ont ensuite laissé la place à deux experts du pétrole. Nicolas Meilhan, conseiller en énergie et transport et Benjamin Louvet, responsable matières premières, ont notamment abordé les cas du pétrole de schiste aux Etats-Unis et de la crise en Syrie.

Sur le premier point, les deux spécialistes sont loin de croire à l’indépendance énergétique de l’Oncle Sam. Nicolas Meilhan a rappelé qu’ils restent «les premiers importateurs de pétrole au monde»; Benjamin Louvet a quant à lui souligné les problèmes financiers du secteur du pétrole de schiste de l’autre côté de l’Atlantique : «60% des entreprises ont une dette sept fois supérieure à leurs bénéfices.» Il a par ailleurs fait mention de plusieurs études selon lesquelles l’ensemble des réserves de schiste contenue sous le sol étasunien représente à peine deux ans de leur consommation.

Les experts de l’énergie ont également abordé le problème syrien sous un angle peu souvent évoqué dans les médias : celui de la guerre du gaz. Nicolas Meilhan a rappelé à l’assemblée la position géographique stratégique de la Syrie. Selon lui, le Qatar rêverait de faire passer un pipe-line sur son sol afin d’obtenir un débouché vers la Méditerranée. Les résistances de Bachar el-Assad et sa préférence pour un deal avec l’Iran aurait motivé Doha à soutenir la rébellion syrienne à coups de milliards de dollars.

Ce qui a fait dire à Benjamin Louvet que le conflit syrien «s’explique en partie par des histoires de gros tuyaux et de gaz», tout en soulignant la crainte saoudienne de voir un axe chiite se former au Moyen-Orient.

L’Europe sociale n’aura pas lieu (Béchade / Berruyer)

Philippe Béchade, président des Econoclastes et Olivier Berruyer, auteur du blog Les Crises, ont clos la soirée par un point sur l’Union européenne et sa politique sociale. Cette dernière partie a été lancée avec une vidéo retraçant les déclarations d’hommes politiques, de François Mitterrand à Manuel Valls, sur la nécessité d’une Europe sociale. De grands discours loin d’avoir été suivis d’effet pour les deux Econoclastes.

Philippe Béchade en a profité pour critiquer la chancelière allemande Angela Merkel, mise récemment en difficulté au niveau électoral. C’est surtout sa politique d’accueil des migrants qui exaspère le président du think-tank. Il a analysé cette décision comme une «volonté de faire venir de la main d’oeuvre à bas coût tout en profitant de la « marque » Allemagne et d’une monnaie sur mesure».

Olivier Berruyer s’est pour sa part intéressé aux recommandations de l’UE pour la France. Notamment en ce qui concerne les salaires qu’elle verrait bien plus flexibles en fonction de la santé économique de l’entreprise. Il a qualifié la loi El Khomri de transcription des directives de Bruxelles.

S’en est ensuite suivi un débat avec la communuté des Econoclastes où Olivier Berruyer s’est fendu de deux saillies qui ont bien fait rire l’audience. La première concernait l’ancien ministre de l’économie grec Yannis Varoufakis, à qui il reproche de ne pas remettre en cause les institutions européennes.

La seconde portait sur la monnaie unique. Le résultat d’une démarche aussi «bête» que de se mettre «en groupe pour acheter des chaussures parce que c’est moins cher» car, a-t-il expliqué, «tout le monde se retrouve avec du 39, le problème c’est que certains ont des gros pieds et les Grecs ont de très grands pieds».

Compte-rendu très largement inspiré de l’article publié par RT France suite à la conférence.

Source : Les Econoclastes, 31-03-2016

81 réponses à [Conférence des Éconoclastes] L’Europe sociale n’aura pas lieu

Commentaires recommandés

Macarel Le 11 avril 2016 à 08h39

35 ans que le P”S” se fout de notre gueule avec le mythe de l’Europe sociale !!!

EUROPE SOCIALE LA GRANDE ARNAQUE !

BASTA YA !

Moi président, mon ennemi c’est la finance ! Non sans blague pépère, tu t’es bien foutu de notre gueule ! Etre de droite et se faire élire à gauche en caressant l’électeur naïf et crédule dans le sens du poil, voilà à quoi sert le P”S”.

  1. Panfy Le 11 avril 2016 à 03h53
    Afficher/Masquer

    A propos d’Europe voire de Monde “social”, je vois que le mouvement Nuitdebout à l’air de s’étendre : la dernière fois, les seules conséquences réelles des indignés colorés, d’Occupy wall Street etc furent le Maidan en Ukraine et la guerre en Syrie…J’espère qu’un gentil indigné babacool russe n’a pas déjà préparé ses snipers…Je trouve finalement ce timing avec les panamapapers etc plus que suspect, de même que la tolérance du pouvoir…


    • Krystyna Hawrot Le 11 avril 2016 à 13h07
      Afficher/Masquer

      Je pense qu’il était temps que les salariés fassent quelque chose contre leur tonte, et c’est pourquoi je salue le mouvement Nuit Debout. Par contre, ce mouvement ce n’est pas encore la révolution bolchévique c’est le moins qu’on puisse dire. Et de plus, je suis plus dubitative sur la personne qui a lancé le mouvement et la pétition: Caroline de Haas que je connais eu peu, que je la sais très très ambitieuse et cela ne m’aurait pas étonnée qu’elle soit une prochaine Young Leader…;Car de Haas est loin d’être communiste et elle a été très proche de Manuel Valls – on l’a vu par la capacité de Caroline de Haas à obtenir des subventions éclairs pour le mouvement féministe lorsqu’elle travaillait pour Valls au Conseil Général de l’Essonne.


      • Chris Le 11 avril 2016 à 13h45
        Afficher/Masquer

        Autrement dit, vous sous-entendez que “Nuit debout” est une récupération de la révolte populaire, que nos merdias qualifient de populiste : l’envers de 1968…


        • chb Le 28 avril 2016 à 16h23
          Afficher/Masquer

          NuitDebout, envers de 68 ? Pas si envers que ça.
          Refaire le monde en toute indépendance donc sans reprendre ni l’expérience collective ni les revendications sociales construites et argumentées,
          refuser l’engagement (certes frustrant parfois) et craindre la récupération par les politiques ou syndicats au risque de se laisser emporter par le vent (atlantiste ou autre),
          ça me rappelle les individualistes hédonistes étudiants de 1968 dont la jonction avec les ouvriers a été longtemps attendue.
          Parmi les différences, je note la conception de la souveraineté par rapport à l’OTAN : le gouvernement actuel fait un choix opposé à celui de de Gaulle.


      • Marvinik Le 11 avril 2016 à 17h41
        Afficher/Masquer

        Caroline de Haas a peut-être lancé la pétition, et je ne sais pas quelles sont ses ambitions.

        Par contre, le mouvement “Nuit debout” trouve plutôt son origine ailleurs, notamment chez François Ruffin, du journal Fakir et réalisateur de “Merci patron!”. Il souhaite depuis longtemps une convergence des luttes, une union des ouvriers et de la petite bourgeoisie intellectuelle, et une autre forme de mobilisation que la manif République-Nation.

        Son apport a été ce film qui donne la niaque et l’envie de bouger, et puis l’organisation d’une soirée rassembleuse à la Bourse du travail fin février où à été décidé collectivement de ne pas rentrer après la manif du 31 mars, mais d’occuper une place, faire un concert pour la bonne humeur, et de causer.
        Voir l’appel à une “Nuit rouge” ( http://fakirpresse.info/nuit-rouge-le-31-mars-on-ne-rentre-pas-chez-nous ) :

        Mais comme toujours, peu importe l’origine du mouvement, il y aura toujours des loups pour essayer de le récupérer.


      • Marvinik Le 11 avril 2016 à 18h06
        Afficher/Masquer

        [modo: ma réponse n’apparait pas. je la refais mais ceci est donc peut être un doublon]

        Caroline de Haas a peut-être lancé la pétition (je ne la connais pas, ni ses ambitions), mais pas le mouvement Nuit Debout…

        Celui-là trouve son origine plutôt dans une décision collective lors d’une soirée à la Bourse du Travail fin février et organisée par le journal Fakir (journal de François Ruffin, réalisateur de Merci Patron!).
        voir l’appel à la “nuit rouge: le 31 mars on ne rentre pas chez nous!” sur leur site.

        Mais peu importe d’où vient le mouvement: il faut prendre garde à comment il peut être récupéré par des ambitieux ou des dominants…


    • theuric Le 11 avril 2016 à 14h33
      Afficher/Masquer

      Il est de la tradition française que le pouvoir craint, avec raison, les réactions du peuple parisien, cela fait un millénaire que ça dure, voire plus.
      Or, hormis quelques pays d’emmerdeurs comme la Pologne, la Hongrie et la Tchéquie, personne dans l’Union-Européenne ne peut comprendre ça, ce qui fait qu’actuellement notre gouvernement est pris entre deux feux, l’U.E. et la région parisienne (20% de la population française, tout de même), cela s’appelle une double contrainte, le genre de biais cognitif qui peut vraiment mener à n’importe quoi, jusqu’à la schizophrénie (pour les individus, bien sûr).
      Remarquez bien à qui s’adressait d’abord cette conférence, des étudiants en économie.
      Quand vous voyez toutes les classes sociales, dont celles liées à la puissance du moment, qui se rejoignent dans le rejet du pouvoir en place, alors vous vous retrouvez devant une situation prérévolutionnaire.
      Au risque de faire erreur, il me semble que ce mouvement nuitdebout est bien plus important que tout ce qui se fit jusqu’à présent de même genre en Occident.


    • Spectre Le 11 avril 2016 à 16h17
      Afficher/Masquer

      Il ne faut pas non plus surinterpréter chaque évènement en y voyant la main d’une volonté malveillante en arrière-plan, hein… Les manipulations existent, mais Nuit Debout est très loin de la “révolution colorée”. Quant à la “tolérance du pouvoir,” la bonne bourgeoisie fauxcialiste commence de perdre patience et va bientôt vouloir faire donner la troupe… Ils y vont mollo, (a) parce qu’ils veulent préserver l’apparence d’un régime ouvert et démocratique, (b) parce qu’ils ont peur d’images de violences policières qui feraient tache au 20h.


    • anne jordan Le 11 avril 2016 à 19h00
      Afficher/Masquer

      hum ! avant de condamner , peut être regarder cette vidéo transmise par le Yéti :
      http://yetiblog.org/index.php?post/1735
      ( banlieues debout ! )

      une intervention beaucoup plus musclée que les pétitions de Cde Haas ( dont je rappelle à @panfy , qu’elle n’est pas du tout l’instigatrice de Nuit debout , mais seulement de la pétition anti Khomry .


    • Yes Le 12 avril 2016 à 13h58
      Afficher/Masquer

      Les conséquences du mouvement 15M en Espagne (les “indignés”) sont bien réelles: mairies de Madrid et Barcelone, naissance du parti Podemos, pour ne citer que ces trois-là. Après, on peut effectivement discuter des conséquences réelles de ces mairies et de Podemos, mais on ne peut que reconnaître l’impact du mouvement 15M sur la situation politique actuelle en Espagne.


  2. Macarel Le 11 avril 2016 à 08h39
    Afficher/Masquer

    35 ans que le P”S” se fout de notre gueule avec le mythe de l’Europe sociale !!!

    EUROPE SOCIALE LA GRANDE ARNAQUE !

    BASTA YA !

    Moi président, mon ennemi c’est la finance ! Non sans blague pépère, tu t’es bien foutu de notre gueule ! Etre de droite et se faire élire à gauche en caressant l’électeur naïf et crédule dans le sens du poil, voilà à quoi sert le P”S”.


    • Charles Michael Le 11 avril 2016 à 09h31
      Afficher/Masquer

      Les electeurs de Normal 1er ont-ils vraiment été bernés ?
      je n’en suis pas sur à voir le score final plutot resséré malgrè le rejet massif de Agité 1er.

      Dans ce spectacle pseudo-démoctratique, j’y vois l’exercice du droit de licenciement du gardien de la chiourne populaire sequestrée dans l’espace Euro-UE-OTAN. Ce petit droit, quand même un peu jubilatoire, mais qui hélas ne peut être répété que tous les 5 ans.

      tournez manèges et la sélection des prétendants de Droite avec leur uniformes empesés de larbins de l’Hotel Majestic vous annonce déjà que rien ne changera tant que la source néo-libérale n’est pas tarie.


    • Fac200 Le 11 avril 2016 à 10h06
      Afficher/Masquer

      J’adore ce montage des 35 ans de promesses de l’Europe sociale. <3

      C'est aussi bien qu'un best of du Théâtre de Bouvard ou de La Classe de Fabrice avec tout leurs humoristes et leurs chansonniers.

      C'est ce que l'on appelle de la "running joke" ! ^^


      • Manaflar Le 11 avril 2016 à 13h44
        Afficher/Masquer

        Tout à fait, on peut remercier l’auteur de ce montage, Nico, dont je ne peux que conseiller la lecture du blog :

        http://blogdenico.fr/


    • groucho Le 11 avril 2016 à 11h09
      Afficher/Masquer

      @Macarel
      Vous ne croyez pas si bien dire ! Parce qu’en fait l’idée de “Sozialen Marktwirtschaft” (économie sociale de marché) est d’un certain Alfred Müller-ARMACK, mais elle date de 1947 !
      Il entre au nsdap dès 1933 parce qu’il pense qu’un État fort (nazi, en l’occurrence) c’est bon pour l’économie. Pendant la guerre, il rencontre Ludwig Ehrard (le maître d’oeuvre après guerre du “miracle” économique allemand), avec lequel il travaille à partir de 1952.
      Bien entendu, c’est un ordo-libéral (tout comme Jacques Rueff, le conseiller économique de de Gaulle). Il est membre de la CDU (aujourd’hui le parti de Merckel)…

      En fait c’est l’idée-même d’Europe sociale qui est une arnaque, parce que dans l’esprit de ses concepteurs, elle n’a jamais signifié ce qu’on peut naïvement croire qu’elle signifie… Et ça depuis les débuts de la construction de l’Union Européenne ! Plutôt 70 ans que 35 !


  3. Matthieu Le 11 avril 2016 à 08h45
    Afficher/Masquer

    Rendre à César…etc. :
    “L’Europe sociale n’aura pas lieu”, François Denord & Antoine Schwartz, Editions raisons d’agir, 2009.


  4. toff de aix Le 11 avril 2016 à 09h16
    Afficher/Masquer

    L’Histoire retiendra le nom des coupables : on le murmurera avec haine le soir, au coin du feu, en essayant de survivre à ce qui aura été la chute de la civilisation qu’on appelait “moderne”. Ils s’appelaient “politiques”, et si tout s’est effondré, c’est bien à cause deux, et de leur incompétence, de leur cupidité et stupidité.


  5. Alain Le 11 avril 2016 à 09h42
    Afficher/Masquer

    C(‘est bien d’enfoncer des portes ouvertes, l’Europe sociale n’a été à aucun moment à l’ordre du jour (sauf à celui de candidats s’adressant à des électeurs crédules). Les poids lourds, Grande Bretagne en tête, se sont toujours opposés à ce que cela entre dans les attributions de l’union


  6. BIBUS Le 11 avril 2016 à 09h44
    Afficher/Masquer

    Quand je regarde “nuit debout”, je pense aux mouvements grec et espagnol et à ce qu’ils sont devenus.
    La situation est bloquée par l’absence quasi totale dans le débat public et les médias du seul élément qui pourrait changer les choses, la sortie de l’Europe et de l’euro, sortie qui serait organisée, planifiée.
    Rien ne se fera dans ce système qui disparaîtra tout seul dans x années, dans le plus grand désordre.


  7. René Fabri Le 11 avril 2016 à 09h53
    Afficher/Masquer

    Un autre mythe est celui de l’Europe de la paix, avec les budgets militaires qui continuent d’augmenter. Ca me préoccupe encore plus que l’échec de l’Europe sociale, sans doute parce que des membres de ma famille ont souffert des guerres, et parce que je m’intéresse à l’Histoire.


  8. Jean-Paul B. Le 11 avril 2016 à 10h10
    Afficher/Masquer

    Bonjour,
    ces vidéos devraient être diffusées prioritairement aux étudiants de l’ENA, Sciences-Po, HEC et surtout dans les différentes écoles de journalisme pour leur donner une véritable éducation politique.
    Au passage les militants P”S”, LR (ex UMP), UDI, Modem,EELV devraient également s’instruire sur le sujet, car à des degrés divers cela constitue le coeur du programme que leurs élus mettent en oeuvre.
    Pour les électeurs et les militants PCF et NPA, voir ces vidéos leur ouvrira les yeux sur les impasses dans lesquelles ils se fourvoient par ignorance.
    Quant au FN il est dans la plus totale confusion sur ces questions.
    Les citoyens doivent prendre conscience que la totale souveraineté de notre Patrie est à reconquérir d’urgence si nous ne voulons pas devenir un simple lander.
    Pour éviter cela, ces vidéos classées d’utilité civique sont indispensables!!!


  9. Christophe Foulon Le 11 avril 2016 à 10h20
    Afficher/Masquer

    Merci, un simple merci du fond du cœur pour ce travail d’information honnête.


  10. Leterrible Le 11 avril 2016 à 10h38
    Afficher/Masquer

    Billet-synthèse très intéressant par la diversité des points de vue.
    Une incise sur le contenant : “S’en est ensuite suivi un débat avec la communauté des Econoclastes où Olivier Berruyer s’est fendu de deux saillies qui ont bien fait rire l’audience. La première concernait l’ancien ministre de l’économie grec Yanis Varoufakis, à qui il reproche de ne pas remettre en cause les institutions européennes.“…
    Concernant ce dernier , qualifié ad nauseam de “clown” par l’ensemble de l’orthodoxie médiatique , il me semblerait utile de prendre le temps de lire ce récent récit , long (13p) mais tout en nuances et en tout cas très humain. Contre-argumentation éventuelle bienvenue….
    https://www.docdroid.net/6ZV3Dva/yv-why-save-eu.pdf.html


    • Alain Le 11 avril 2016 à 10h50
      Afficher/Masquer

      En fait c’est un naïf qui croît qu’une organisation comme l’UE peut être réformée de l’intérieur alors qu’il y faut être d’accord à 28 et qu’il y aura toujours parmi eux un nombre suffisant de représentants des fameux 1% pour éviter toute prise de pouvoir démocratique. Warren Buffet l’a dit: “la guerre des classes est finie et c’est ma classe qui l’a gagnée”.

      On a que le choix en Charybde (on est dedans et sous tutelle) et Scylla (on est dehors mais la concurrence nous écrase ou nous oblige à suivre)


      • Emmanuel Le 11 avril 2016 à 16h49
        Afficher/Masquer

        Cherchez la citation exacte de Buffet, SVP, ce n’est pas ce qu’il a dit (citation bien traduite). De plus, il ne prescrit pas à lui seul ce que sera l’avenir des nations, tout milliardaire qu’il est.
        Autre chose, pourquoi y a-t-il le logo RT sur l’image de la conférence en page d’accueil du site ? Les éconoclastes ont-ils de l’écho sur RT ?
        Enfin, en passant, je suggère de projeter à l’avenir une image avec un fond noir en ne gardant que le logo des éconoclastes lors des questions – réponses ; cela diminuera peut-être la gêne visuelle des conférenciers (la lampe du projecteur dans les yeux) et augmentera leur prestance. C’est plus agréable à voir que de les regarder passer leur temps à fuir la lumière du projecteur, non ?


      • jp Le 28 avril 2016 à 16h39
        Afficher/Masquer

        plus précisément, il a dit :
        “There’s class warfare, all right, but it’s my class, the rich class, that’s making war, and we’re winning.” ou
        “C’est une guerre de classes, et c’est ma classe qui est en train de gagner”


    • Leterrible Le 11 avril 2016 à 19h48
      Afficher/Masquer

      O.B. (14:43)
      Merci dans votre attendu commentaire de bien vouloir tenir compte de la réalité des “choses” vécues par ce “clown”…relatées par ex. dans :
      http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2015/07/14/20002-20150714ARTFIG00061-varoufakis-denonce-l-attitude-d-un-eurogroupe-domine-par-l-allemagne.php
      et surtout dans :
      http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2015/07/31/20002-20150731ARTFIG00203–le-plan-b-de-varoufakis-une-sorte-de-mur-de-berlin-financier.php
      que je pense fort correctement relatée.
      En particulier , votre avis autorisé sur la “durée probable” de survie économique de la Grèce(ses habitants of course) en cas de sortie (imposée ou “accidentellement” provoquée ) s’il avait pu mettre en place son système de garantie d’emprunt “sauvage” [via certain(s) “ami(s)” sur les marchés] par l'”actif”= “ressources nationales immédiates gagées sur les montants futurs de l’imposition annuelle”…?
      De même que votre avis sur la validité théorique du système de compensation projeté entre dettes actuelles et futures des contribuables entre eux ou avec des entreprises , et des entreprises(nationales) entre elles..?
      ((( Cette possibilité de “déserrer le garrot” m’avait passionné à l’époque )))
      Bien entendu la finale de l’histoire est aujourd’hui connue. Mort au “clown”??


    • Leterrible Le 12 avril 2016 à 18h14
      Afficher/Masquer
  11. christian gedeon Le 11 avril 2016 à 10h46
    Afficher/Masquer

    S’il vous plaît,inventez une terme propre à désigner ce fatras d’institutions qui s’auto- intitule “européennes”… que sais je moi,la pieuvre, le trust, ou ce que vous voudrez. Parce que l’Europe,la vraie,celle des nations,il va bien falloir la faire un jour. Entre nations pleinement souveraines,avec des traités de nation à nation,solides et fiables,qui vont à l’essentiel. je dénie l’appellation Europe à ces misérables dont le but est de réduire les nations à un magma uniforme,en passant outre les volontés nationales,et en faisant table rase de la vraie coopération internationale. Une Europe? Oui bien sûr…celle de peuples fiers et indépendants,qui décident librement d’unir leurs forces sur certains projets. Celle là vaut la peine d’être faite,oh combien! Ceci étant,les “institutions européennes” ne sont pas seules responsables,n’est ce pas? Que font les peuples?


    • Marvinik Le 11 avril 2016 à 17h45
      Afficher/Masquer

      Maurice Allais parlait de “l’Organisation de Bruxelles”.

      Après, c’est pas le tout d’utiliser un terme autre que le nom officiel: il faut encore que le nom que vous donnez soit reconnu dans l’espace public…


    • alfred Le 11 avril 2016 à 21h08
      Afficher/Masquer

      Mais pourquoi voulez vous a’ tout prix “faire l’Europe un jour” ? Parceque d’autres on “fait la chine” sur plusieurs milenaires? Pourquoi ne voulez vous pas “faire la petite planète bleue toute unie” tant que vous y etes ? Car “il faudra bien y arriver” à’ ça aussi non?
      La croissance obligatoire de la boutique en centre commercial est déjà désolante (mais “obligatoire”); la ” croissance ” des peuples en empires est pathétique et suicidaire. Mais c’est “nécessaire” nous enseigne on de partout…


      • christian gedeon Le 12 avril 2016 à 11h40
        Afficher/Masquer

        Qui a parlé d’empire? j’ai parlé d’une libre collaboration entre nations souveraines,me semble-t-il…


        • alfred Le 12 avril 2016 à 20h58
          Afficher/Masquer

          D’accord pas d’Empire
          Mais la question reste entiere : pourquoi faudrait il faire l’Europe (fusse t elle des nations)?
          Cette petite graine là à été mise en germe dans la tête de beaucoup d’adultes mais d’où sort elle?
          Et qu’est ce qui empêcherait d’en faire le deuil comme celui du père Noël ?
          (Épargnez vous de répondre la paix et soyez précis si vous avez des réponses)


          • Wilmotte Karim Le 13 avril 2016 à 13h42
            Afficher/Masquer

            Elle sort de la nécessité de pouvoir disposer d’un marché unifié de taille suffisante pour concurrencer le marché US (intégration constituée dès 1880).

            C’est en cela (et en cela seulement) que l’UE, c’est la paix: le marché étant en cours d’intégration, il n’y a plus de raison de régler les questions de marché par des guerres civiles européennes.

            Et au vu des capacités de production actuelles, des coûts en capitaux et de la taille du marché nécessaire pour absorber la production, il n’est pas certain qu’on en ait moins besoin aujourd’hui. Il est possible au contraire qu’une intégration plus large ait un sens économique.


    • Ailleret Le 11 avril 2016 à 23h47
      Afficher/Masquer

      Le mot d’Europe n’a rien de sacré. Il ne faut pas hésiter à l’utiliser dans un sens négatif, même s’il vaut mieux parler d’Union européenne pour désigner la tyrannie de Bruxelles et de Berlin. Ne cherchons pas des subtilités de langage qui rendraient notre propos incompréhensible. Ne cherchons pas à préserver l’idéal européen, car c’est un mensonge.


      • christian gedeon Le 12 avril 2016 à 11h38
        Afficher/Masquer

        Désolé ,mais pour moi, à défaut de l’europe des marchands,il y a un espace européen,celui du Général…celui des Nations,celui des peuples…Il n’y a pas “d’idéal ” européen,mais un espace géopolitique entre Nations à construire et à aimer. Unis par des liens nationaux et libres,l’Europe est puissante…massacrée par l’europe des marchands,l’europe est le radeau de la Méduse…


  12. BA Le 11 avril 2016 à 11h12
    Afficher/Masquer

    – « La construction de la nation européenne est un idéal qui nourrit notre passion. Nous sommes fiers, nous sommes heureux de participer à cette construction. Nous sommes fiers de savoir qu’il va en résulter des éléments de puissance, qu’un magistère nouveau va être proposé à la France, à ma génération, dans le monde futur, qui est un monde en sursis, injuste, violent, dominé pour l’instant par une seule puissance. Demain, avec la monnaie unique, cette monnaie unique de premier vendeur, premier acheteur, premier producteur, représentant la première masse monétaire du monde, l’Europe sera aussi porteuse de civilisation, de culture, de réseaux de solidarité » (Jean-Luc Mélenchon, débat au Sénat, mardi 9 juin 1992, compte-rendu officiel, page 17)

    http://www.senat.fr/comptes-rendus-seances/5eme/pdf/1992/06/s19920609_1477_1502.pdf


  13. BA Le 11 avril 2016 à 11h13
    Afficher/Masquer

    – « Quand on dit que l’Europe de Maastricht créera des emplois, ça reste vrai. Il se trouve que le traité de Maastricht n’est pas encore appliqué. Lorsqu’il le sera, il est évident qu’il y aura une très forte croissance qui en découlera, car nous aurons un grand espace économique avec une monnaie unique. » (Jacques Attali, sur France 2, débat télévisé « Polémiques » animé par Michèle Cotta)

    – « L’Europe est la réponse d’avenir à la question du chômage. En s’appuyant sur un marché de 340 millions de consommateurs, le plus grand du monde ; sur une monnaie unique, la plus forte du monde ; sur un système de sécurité sociale, le plus protecteur du monde, les entreprises pourront se développer et créer des emplois. » (Michel Sapin, 2 août 1992, Le Journal du Dimanche)


  14. BA Le 11 avril 2016 à 11h14
    Afficher/Masquer

    – « Maastricht constitue les trois clefs de l’avenir : la monnaie unique, ce sera moins de chômeurs et plus de prospérité ; la politique étrangère commune, ce sera moins d’impuissance et plus de sécurité ; et la citoyenneté, ce sera moins de bureaucratie et plus de démocratie. » (Michel Rocard, 27 août 1992, Ouest-France)

    – « Les droits sociaux resteront les mêmes – on conservera la Sécurité sociale –, l’Europe va tirer le progrès vers le haut. » (Pierre Bérégovoy, 30 août 1992, Antenne 2)

    – « Pour la France, l’Union Economique et Monétaire, c’est la voie royale pour lutter contre le chômage. » (Michel Sapin, 11 septembre 1992, France Inter)


  15. BA Le 11 avril 2016 à 11h15
    Afficher/Masquer

    – « C’est principalement peut-être sur l’Europe sociale qu’on entend un certain nombre de contrevérités. Et ceux qui ont le plus à gagner de l’Europe sociale, notamment les ouvriers et les employés, sont peut-être les plus inquiets sur ces contrevérités. Comment peut-on dire que l’Europe sera moins sociale demain qu’aujourd’hui ? Alors que ce sera plus d’emplois, plus de protection sociale et moins d’exclusion. » (Martine Aubry, 12 septembre 1992, discours à Béthune)


    • Surya Le 11 avril 2016 à 11h53
      Afficher/Masquer

      Je recherche ton lien sur l’identité des migrants qui ont agi le 13 novembre (posté sur ce site) mais je ne le retrouve pas. tu peux le reposter en réponse à mo message ? merci


      • BA Le 11 avril 2016 à 16h51
        Afficher/Masquer

        Le 3 octobre 2015, au moins six djihadistes sont entrés dans l’Union Européenne, cachés au milieu des migrants.

        A Leros, le patron de l’agence de voyage témoigne :

        “Je ne sais pas s’ils se connaissaient tous, mais celui qui a payé m’a acheté six billets”, confirme au JDD Dimitri Kastis, le patron de l’agence de voyage qui a vendu au faux réfugié les tickets du ferry Leros-Le Pirée.

        http://www.lejdd.fr/Societe/L-insaisissable-Salah-Abdeslam-762845

        Kamikazes devant le Stade de France :

        Ukashah Al-Iraqi
        Irakien

        Ali Al-Iraqi
        Irakien

        Membres du réseau :

        Adel Haddadi
        Algérien

        Muhammad Usman
        Pakistanais

        https://fr.wikipedia.org/wiki/Attentats_du_13_novembre_2015_en_France


        • BA Le 11 avril 2016 à 18h05
          Afficher/Masquer

          Pour des djihadistes qui passent par la Turquie, puis par la Grèce, puis qui traversent l’Europe vers le Stade de France, c’est 1000 fois plus facile de parvenir devant le Stade de France avec l’espace Schengen que sans l’espace Schengen.


          • Pierre Le 11 avril 2016 à 21h35
            Afficher/Masquer

            À démontrer… C’est surtout plus simple de les stopper quand les différents services de renseignements extérieurs coopèrent entre eux. Pour mémoire, rappelons les informations ignorées par la DGSE des services secrets syriens sur ordre de Laurent Fabius pour raisons “idéologiques”…


        • patrick Le 11 avril 2016 à 22h09
          Afficher/Masquer

          6 terroristes peuvent parfaitement voyager sans encombre sans être au milieu d’un million de migrants.
          Un responsable des services de police Allemands parlait de plusieurs milliers de terroristes. Pour ce nombre, ça valait le coup de declencher cette vague de migration.


  16. petitjean Le 11 avril 2016 à 11h40
    Afficher/Masquer

    ignorance, inculture des masses…..rien ne va changer. Précisons que cette ignorance, cette inculture sont soigneusement entretenues par nos oligarques.

    Bref, à partir du moment où plus de la moitié des français dépendent directement ou indirectement de l’état, ils voteront toujours à gauche, ils voteront pour que rien ne change.

    Un âne affublé d’un pancarte socialiste suffira à rallier la majorité des suffrages.

    « Plus un peuple est éclairé, plus ses suffrages sont difficiles à surprendre. […] Même sous la Constitution la plus libre, un peuple ignorant est esclave. » [Condorcet]


  17. Furax Le 11 avril 2016 à 11h40
    Afficher/Masquer

    Le problème qui, au delà même des politiques de concurrence asymétrique menées en Europe, rend impossible l’Europe sociale, ce sont les différences énormes de productivité et de niveau de vie entre les différents pays européens.

    Aux USA, les écarts entre États riches et États pauvres ne vont que du simple au double. Et les transferts budgétaires entre États riches et États pauvres représentent déjà 3,5% du PIB national.

    Dans l’UE, les écarts varient par un facteur de 1 à 5. C’est considérable. Le niveau nécessaire des transferts des riches vers les pauvres pour équilibrer le machin serait énorme.

    Il y avait un moyen de rééquilibrer les choses plus en douceur. La concurrence incitant les producteurs à s’installer dans les pays européens pauvres pour permettre le rattrapage puis qu’ensuite tout le monde soit tiré vers le haut. Sauf que l’euro empêche ces rééquilibrages et que ces rééquilibrages doivent être accompagnés de transferts budgétaires très importants.


    • Catalina Le 11 avril 2016 à 22h52
      Afficher/Masquer

      vous l’avez dit, cette ue ne peut pas fonctionner car l’Allemagne s’oppose aux transferts.
      L’euro a été aligné sur le Mark.
      On ne peut pas comparer les usa et l’ue, les bases sont totalement différentes.Ils parlent la même langue, ont la même culture(criblée d’acné).
      Productivité ou pas, nos différences avec nos voisins ont fait la richesse de l’Europe.
      Aujourd’hui “le marché “déshumanise le monde et l’ue fait tout pour que nous nous y soumettions.


  18. Pierre Le 11 avril 2016 à 11h52
    Afficher/Masquer

    Le baril de poudre est rempli à ras-bord, et la mèche est déjà allumée…la seule question est la longueur de la mèche c’est à dire le temps qu’il lui faudra pour atteindre le baril…
    Je ne vois aucun “deus ex machina” qui viendra nous sauver. Même une reprise en main la plus rationnelle et la plus responsable impliquera de nombreux pots cassés…et la politique politicienne de notre “merveilleuse” démocratie est loin de pouvoir nous amener aux postes de décision des gens responsables et capables. Mais c’est également de notre responsabilité collective, car après tout, on a le gouvernement que l’on mérite.


  19. jim Le 11 avril 2016 à 13h14
    Afficher/Masquer

    @ Olivier et tous

    Il faudrait même si ça sort du champs habituel des éconoclastes traiter un jour cette question aussi : l’EUROPE DEMOCRATIQUE N’AURA PAS LIEU.

    Il y a de très nombreux arguments possibles allant dans ce sens.
    Le plus important tourne peut être autour de ceci : l’UE cumule toutes les tares de la forme démocratique représentative actuelle, ces tares y étant exacerbées.


    • Charles Michael Le 11 avril 2016 à 15h27
      Afficher/Masquer

      l’EUROPE DEMOCRATIQUE N’AURA PAS LIEU

      ça c’est clair, mais on parle bien de l’UE, s’pas ?

      cette organisation a déjà réuni pas mal des attributs d’un régime totalitaire:
      – la propagande avec soumission des media à la pensée unique
      – une pléthorique bureaucratie pour tout normaliser
      – un parlement que qualifier de “croupion” serait un manque de précision anatomique
      – un système de vassalité au centre et de collaboration obligatoire
      – un système de surveillance de plus en plus massif et intrusif

      manque un enemi désigné pour agrandir son liebensraum ?
      ah, pardon j’oubliai,
      l’UE s’en est trouvé un; en permanence sur vos écrans: la Russie bien sur.


      • Fabrice Le 11 avril 2016 à 16h03
        Afficher/Masquer

        Sur un site pro européen “sauvons l’Europe”, à mes remarques sur le tournant anti-démocratique avec la commission européenne, on m’affirmait que la commission européenne était parfaitement démocratique car le président était élu (sans spécifier les modalités,ni rappeler comment était nommé les autres commissaires, bref l’arbuste qui cache la forêt).

        En fait l’Europe est devenu le cercle d’une minorité d’initié qui sait et qui se donne le droit d’estampiller leurs décisions de démocratiques (même si ce n’est qu’un verni) afin de faire taire toute opposition qui de ce fait ne peut qu’être qu’anti-démocratique (mais avec un définition de peuple se réduisant à ceux qui savent parmi la masse ignorante et forcément contreproductive, la preuve ils pourraient aller contre leur bien décidé par une élite bienveillante).


        • jim Le 11 avril 2016 à 19h13
          Afficher/Masquer

          Ce que vous dites tous les 2 est tout à fait juste.
          Toutefois je pense qu’il est fondamental de ne pas cristalliser les critiques au sujet de la non démocratie de l’UE sur cette commission.

          Le Parlement par exemple, si on y pense sérieusement, ce qu’il est, qui le compose, ses travaux, sa lisibilité et visibilité générales, sa légitimité, sa représentativité, etc, est me semble t’il de nature non démocratique, anti démocratique même..

          Il comme je le disais plus haut cumule toutes les tares de la forme démocratique représentative actuelle, ces tares étant exacerbées en UE et notamment via ce Parlement.


        • Lea_ Le 11 avril 2016 à 20h33
          Afficher/Masquer

          “on m’affirmait que la commission européenne était parfaitement démocratique car le président était élu (sans spécifier les modalités”

          J.C. Juncker, candidat du PPE (parti de droite arrivé premier lors des élections européennes) a été élu par le parlement européen et fortement soutenu par madame Merkel. Orban et Cameron étaient contre ce représentant du paradis fiscal…


          • Laurent K Le 11 avril 2016 à 22h46
            Afficher/Masquer

            “J.C. Juncker, candidat du PPE (parti de droite arrivé premier lors des élections européennes) a été élu par le parlement européen “.

            Non, il a été choisi par les chefs d’états et le parlement a ensuite avalisé ce choix par un vote.


  20. alexg81 Le 11 avril 2016 à 14h39
    Afficher/Masquer

    Avant de voir la vidéo, il ne faut pas oublier que l’Europe politique est avant tout un projet de banquiers et de riches industriels. Et leur politique sociale consiste à baisser les salaires (cf les lois Hartz en Allemagne, les Job Acts en Italie, la loi Travail débattue chez nous), leurs taux d’imposition, et réduire les contraintes au marché.


  21. theuric Le 11 avril 2016 à 15h14
    Afficher/Masquer

    Il est dommage que lors de cette conférence la question de la désindustrialisation mondiale n’ait pas été abordée.


    • Nico 13 Le 11 avril 2016 à 17h37
      Afficher/Masquer

      Mais de toute façon, même si on rapatriait les usines, ça ne servirait à rien.
      Regarde ce qu’il se passe aux USA, dans la majorité des cas.
      Les entreprises qui sont revenues s’installer aux USA l’ont fait car elles ont pu robotiser au maximum leur processus de production.

      La semaine dernière, au JT de France 2, ils ont montré le cas d’une usine qui fabrique des chaises.
      L’entreprise avait délocalisé la production et est donc revenu s’installer aux USA.
      Avant de délocaliser, l’usine tournait avec une quinzaine de salariés si je me souviens bien.
      Maintenant, ils ne sont plus que deux à la fabrication (enfin, ils en ont montré que deux).
      Les gars qui sont là n’ont plus juste qu’à souder pour monter les chaises.
      Toutes les autres opérations sont robotisées.

      Et ce n’est pas qu’aux USA qu’on voit ça.
      En Allemagne, cette année, Adidas va relocaliser une partie de sa production de baskets.
      Mais là aussi l’usine sera entièrement robotisée.
      Donc il y aura peu d’impacte sur l’emploi.

      De toute façon, qui croit réellement encore au plein emploi ?
      Même dans les services la machine remplacera l’homme quand elle le pourra.
      Vous croyez que Uber va garder “ses chauffeurs” quand ils pourront acheter à Mercedes, Tesla et autres des voitures complètement autonomes ?
      Non, ils les dégageront à grands coups de pied au cul bien évidemment.
      Alors, le plein emploi c’est fini et il faudra bien un jour envisageait autre chose comme société.


      • PatrickC Le 11 avril 2016 à 19h57
        Afficher/Masquer

        Je ne retrouve plus les références mais ces dernières semaines j’ai discuté avec un toubib de “cabines médicales” (machine à diagnostique automatique) et avec un architecte des dernières applications “cloudisées” que Google leur propose (en gros : on vous aide avec googlemap et une appli pour faire vos plans et vous nous livrez l’état de l’art gratos. Une fois qu’on a votre travail en bigdata, l’appli pourra vous “suggérer” des solutions directement). Ils ont probablement trouvé le raccourci du siècle pour produire de l’intelligence “artificielle” à moindre frais : c’est la nôtre.

        Bref, TOUS les métiers sont dans le collimateur : absorption progressive de tous les savoirs et disparition de”l’interface” humaine au profit de la machine. Je fais le pari que les prochaines étapes viseront à rendre l’usage de ces automates obligatoires dans tous les métiers. Sous de nobles prétextes écologiques, peut-être… il faudra “sauver la planète” de nos humeurs incertaines, sans doute.

        On ne produit pas des chômeurs en masse, on produit des surnuméraires.


        • francois marquet Le 11 avril 2016 à 23h03
          Afficher/Masquer

          Eh oui, médecins généralistes, avocats et cols blancs sont dans la prochaine charrette avec l’AI.
          D’ici là, il est temps de penser au revenu universel avant l’explosion sociale, car les 50% sans jobs c’est demain (grosso modo dans 15-20 ans)
          Pas de problèmes sociaux avec des robots, c’est leur attrait pour nos chers capitalistes.
          Puis, l’intelligence artificielle se développera et il y a deux visions: les pessimistes comme Stephen Hawking et Elon Musk « L’intelligence artificielle pourrait mettre fin à l’humanité » et les optimistes comme Steve Wosniak : “Les robots garderont les humains comme animaux de compagnie”. Si quelqu’un connait une troisième voie…


          • PatrickC Le 11 avril 2016 à 23h08
            Afficher/Masquer

            “Si quelqu’un connait une troisième voie…”

            Le luddisme 🙂

            Il va falloir apprendre à tout hacker.


            • jp Le 11 avril 2016 à 23h50
              Afficher/Masquer

              Il n’y a souvent pas besoin de hacker, il suffit juste de tenter de vérifier que les machines/automates ne fonctionnent pas, ce qui est très souvent le cas 🙂


  22. Fabrice Le 11 avril 2016 à 15h43
    Afficher/Masquer

    Bonjour Olivier,

    assister à cette conférence était très intéressant est-ce que vous pourriez nous remettre les documents que vous avez fait circuler pour que l’on comprenne mieux l’ampleur de l’impact de la commission européenne sur la fameuse loi du travail qui serait dû qu’au travail de notre gouvernement (ou pour être exact soumission si l’on veut être exact).

    merci


  23. chalie Bermude Le 11 avril 2016 à 16h48
    Afficher/Masquer

    Tous mes encouragements pour cette conférence . Et pour le site qui en fait part . C’est une conolation de savoir qu’il existe encore quelques voix pour parler haut et clair .
    Dans le méme temps , ils se présentent comme iconoclastes , alors qu’il s’agit de pensée économique minimale . >Du coup je me dis , on en est là ! çà me semble grave .
    Pour prendre un exemple , l’ Europe , c’est quoi ? Dans le réve , c’est au moins la France et l’Allemagne , le reste suit , à part les Anglais et quelques autres à l’Est qui essayent de magouiller entre Ango-Saxons et continentaux , en vrai , maintenant c’est l’Allemagne , tout cru , notre chamallo de Président fait pas contre poids et Sarkhozy ou autre “gaulliste” , non plus .
    L’Allemagne c’est quoi ? Le social market ? . Dés le départ c’est régression démographique , compensation par émigrants . C’est en dessous du “social” . Si le travail est payé , ne serait ce qu’à son cout , son cout doit comprendre sa reproduction , élémentaire mon cher Watson .
    çà ce n’est plus , de l’économie minimale . çà prend en compte la production du travail , la vraie , compte tenu du fait qu’il s’agit d’étre vivants et non de machines ou matiéres premiéres , etc …Avec l’éducation qui va avec et les soins de santé , c’est pas peu de choses .
    Là on en reste dans le discours classique , faut des débouchés pour que çà tourne bien .
    C’est entendu , c’est bon de le rappeler , au moins .


  24. BA Le 11 avril 2016 à 17h27
    Afficher/Masquer

    L’Europe sociale n’a pas encore eu lieu … donc il faut davantage d’Europe !

    A propos de l’européiste Bernard Guetta :

    Vous connaissez le théorème de Pythagore ? Bon, d’accord, mais connaissez-vous le théorème de Guetta ?

    Le théorème de Guetta est le suivant :

    « Toute réussite s’explique par l’Europe ; tout échec est imputable au manque d’Europe ; toute réussite et tout échec appellent davantage d’Europe. »

    https://www.monde-diplomatique.fr/2008/11/RIMBERT/16462

    Le théorème de Guetta est fondamental.

    Depuis 42 ans, le théorème de Guetta est scrupuleusement appliqué par 90 % des journalistes français.

    Le théorème de Guetta a été analysé par Pierre Rimbert, qui, lui, n’est pas un journaliste européiste.


    • Pierre Le 11 avril 2016 à 17h49
      Afficher/Masquer
      • Pierre Le 11 avril 2016 à 21h39
        Afficher/Masquer

        Allez mr modo passez les moi ces 2 derniers, c’est trop bon….si vous voulez, je les re-formule de façon plus “politiquement correcte”


    • Pierre Le 11 avril 2016 à 22h22
      Afficher/Masquer

      Rober Guetta est le demi-frère de David Guetta, DJ connu dans le monde du spectacle pour réaliser des sets à l’aide d’une clé USB sur laquelle tous ses “mix” sont enregistrés, et donc réaliser des performances “live” en total play-back du début à la fin, ce qui est donc une imposture totale de la performance d’un DJ digne de ce nom (étant intermittent du spectacle, je peux vous confirmer la chose de visu). Il semble donc que l’imposture soit une affaire de famille, nonobstant les commentaires de Robert à propos de son demi-frère dans le lien que je donne ci-dessus, les coms ayant été un peu embrouillés par la modération.


  25. FifiBrind_acier Le 11 avril 2016 à 21h30
    Afficher/Masquer

    Article intéressant paru sur le site “Comité Valmy”, qui analyse le programme économique des nazis pour après la guerre… Je ne sais pas si vous voyez beaucoup de différences avec la construction européenne…
    http://www.comite-valmy.org/spip.php?article5975


    • Pierre Le 11 avril 2016 à 23h21
      Afficher/Masquer

      La différence essentielle est que l’idéologie nazi y voyait un espace où l’aryen germanique dominait cet espace de par sa souche raciale. Cette idée est aujourd’hui totalement battue en brèche par la génétique (90% des membres d’une “race”, cad d’un mouvement migratoire d’Afrique de l’est ont des gènes d’une autre “race”,cad d’un autre mouvement migratoire, et 45% de deux autres). Ajoutons à cela qu’il y a six et non trois “souches” d’homo sapiens, à savoir: les nigéro-congolais, les pygmées, les khoïs, les caucasiens, les asiatiques, les néo-guinéens. De plus, tous les “sapiens” du nord de l’Afrique sub-saharienne portent des gènes de Neanderthaliens, des asiatiques de Denisoviens, de Néo-guinéens d’hommes de Florès. Ajoutons que l’on a prouvé la présence de gènes de 330 mille ans chez chez des Camerounais (Nigéro-congolais), sapiens ayant 200 mille ans d’existence. Mais en dehors de ça, effectivement cela y fait furieusement penser. Mais ce n’est pas parce qu’une idée vient d’un groupe de pensée avec lequel on est en désaccord qu’elle ne sera pas reprise par la suite par des opportuns. Au vu de la conférence, il apparaît clairement qu’Angela Merckel a su, jusqu’à une période récente, parfaitement utiliser la construction européenne pour servir ses intérêts politiques nationaux. A suivre…


      • Pierre Le 11 avril 2016 à 23h34
        Afficher/Masquer

        Comme Hollande se faisant passer pour un “bon gros débonnaire”, “Mutti” a su se faire passer pour une figure maternelle et protectrice du peuple allemand. Malheureusement, ni l’un ni l’autre ne servent d’autres intérêts que les leurs, soutenus qu’ils sont par le grand patronat et les multinationales (d’origine US, mais à un moment ces multinationales ne sont plus inféodés à un pays, et méritent pleinement leur titre, elles sont tout aussi “toxiques” pour le citoyen américain que pour l’européen ou que pour tout autre). Je pense simplement que les dirigeants allemands ont été plus lucides que les français et ont su mieux “tirer la couverture” à eux. Espérons qu’un politique français aura l’intelligence et les c..illes (pardon pour ce sexisme réducteur) de s’opposer à cette main-mise de l’Allemagne sur l’Europe.


      • FifiBrind_acier Le 12 avril 2016 à 06h41
        Afficher/Masquer

        Pierre,
        C’est bien l’importance de l’ Allemagne qui me fait dire qu’il y a de la suite dans les idées…
        Le mariage officiel de l’ Allemagne et des USA a eu lieu en 2004.
        C’est “l’ Alliance germano américaine pour le 21e siècle”.
        Site Internet de la Maison Blanche.
        http://georgewbush-whitehouse.archives.gov/news/releases/2004/02/20040227-10.html
        Le couple Franco- Allemand est un légende urbaine servie aux gogos Français.


        • Pierre Le 12 avril 2016 à 10h07
          Afficher/Masquer

          Je ne conteste pas votre propos. Simplement le “moteur” économique de la construction européenne a été le couple franco-allemand pendant des années, ce n’est pas une légende urbaine. La France a eu pendant longtemps une politique extérieure qui se “piquait” d’indépendance, chose que l’Allemagne avec une force militaire nettement moindre, une présence pérenne de troupes otanienne sur son sol face au “rideau de fer” ne pouvait se permettre. Rappelons que l’Allemagne a soutenu l’intervention US en Irak en 2003, s’inscrivant en préambule du texte que vous nous indiquez et dont je cite un extrait “We must build a genuine partnership, connecting Europe and America with the wider Middle East[…] Together with our friends and allies in Europe and the Greater Middle East, we will coordinate our efforts closely to respond to calls for reform in the region”. L’Allemagne ayant de surcroît pris le contrôle économique de l’UE…la messe est dite.


  26. Macarel Le 11 avril 2016 à 23h03
    Afficher/Masquer

    Paris

    #nuitdebout

    https://twitter.com/hashtag/nuitdebout

    http://www.nuitdebout.fr/

    Londres

    #resigncameron

    https://twitter.com/hashtag/resigncameron

    Washington

    #democracyspring

    https://twitter.com/hashtag/democracyspring

    http://www.democracyspring.org/

    Le printemps des peuples à l’Ouest ? Le début d’une révolte contre les voleurs de démocratie et de la souveraineté des peuples ?


  27. Maud Le 12 avril 2016 à 00h41
    Afficher/Masquer

    Alain Supiot dans la préface de son dernier livre démontre également combien les décisions de la cour européenne de justice s’imposent au droit des pays membres et démantèlent systématiquement le droit du travail et la protection sociale par une extension scrupuleuse de la concurrence libre et non faussée. Il est ainsi possible d’appliquer des salaires en dessous du smic etc…. note d’info diffusée ce jour par Coralie Delaume (sur son blog l’Arène nue). Epoustouflant ! Franchement si on pense que jamais la démocratie a existé, plus aucune raison de douter que nous sommes sous un système autoritaire loin de la souveraineté populaire. Les media complices ou ignares. Je vote pour les deux.


    • christian gedeon Le 12 avril 2016 à 13h13
      Afficher/Masquer

      Oui et alors !!! On ” découvre” que l’Europe sociale est surtout,pour parler Marchais,antisociale…mais,cher ami,qui a voté et voté et revoté et revoté sans arraet pour les mêmes? Ceux qui ont mis en place cette arnaque,sinon les peuples? Dont est censée émaner toute souveraineté? Je n’ai aucune compassion pour ces peuples qui sont allés les yeux grands ouverts vers cette saloperie pour quelques “libertés ” et un bol de soupe….Ils sont chanté? Ignoré les avertissements pourtant nombreux et circonstanciés? Eh bien,qu’ils dansent maintenant…la cigale ayant chanté,tout l’été tout l’été se trouva fort dépourvue quand la bise fût venue…çà date hein? “ON” a jeté la Nation,les valeurs,la famille,l’effort,on a acheté “bon marché ” en tuant les emplois en France,on a voulu “la civilisation des loisirs”? C’est con,parce que maintenant,l’addition est à payer… chante chante rossignol…


  28. thmos Le 12 avril 2016 à 16h51
    Afficher/Masquer

    Le blog devrait systématiquement publier les videos des éconoclastes et de thinkerview ( plutôt que de fouiner dans les tuyaux de l’Empire ou de consulter leurs sites web dormants ). Soient toujours d’excellentes prestations, autant d'”émissions” passionnantes que nous ne verrons jamais sur les écrans bien pensants et si mal faisants de l’ ORTF. Bravo et merci !


  29. vincent Le 13 avril 2016 à 01h48
    Afficher/Masquer

    Eh bien voila qui est dépitant, à ce rythme là, il ne peut y avoir qu’une explosion, je ne vois pas autre chose, autant de pendant ultra libérale et autant de souffrance imposé, cela ne peut pas durer. Pourquoi les états ne se solidarise pas contre la commission, qu’ont ils à craindre du maitre bruxellois qui n’a probablement pas d’armée? Pourquoi ne pas dire non simplement?

    Ils travaillent les division et les tension entre les pays via les préjugés, les idées fausses, les fausses informations, attisant ainsi la colère des peuples les uns contre les autres, les grecs ont mérité leur sort, les espagnols aussi, etc.. Il faudra dépasser cela, et surtout avoir des gouvernant qui se désolidarise totalement de ces politiques européennes, l’Europe doit être déconstruite ou nous sommes condamnés. Quand les états auront compris qu’ils ont plus d’indépendance en dehors de l’UE, comme pour l’Islande, on vivra beaucoup mieux, et cela ne signifiera pas une guerre obligatoirement.


  30. Olympi Le 13 avril 2016 à 23h32
    Afficher/Masquer

    Merci pour cette conférence.

    Quelques remarques :
    Une crise c’est comme un tremblement de terre, deux forces opposés, une tension qui s’accumule, et un moment un déclencheur libère toute l’énergie accumulé.
    L’hélicoptère monétaire, finalement c’est du keynésianisme.
    La croissance européenne ne va pas repartir avec le système actuel ou un autre, le problème c’est que l’Europe est contraint énergétiquement depuis 2006, et s’il y a moins d’énergie, il y moins de travail, et donc moins de PIB. (cf Jancovici)

    L’Europe et l’Euro va durer encore quelque temps, car nos élites sont idéologiquement convaincu et ça leur sert économiquement. Le corps électorale vieilli, et les vieux veulent créer ou garder une épargne stable pour leur retraite, de plus ce sont les jeunes qui font les révolutions pas les vieux. L’Europe est gouverné par l’Allemagne, l’Allemagne est un pays avec pour valeur l’inégalité et l’autorité (cf Todd), l’inégalité elle sait très bien vivre avec, et l’autorité lui permet de dicter sa politique aux autres, et les autres (Hollande and co) aiment avoir un chef, ça leur simplifie la tâche.


  31. UltraLucide Le 14 avril 2016 à 13h39
    Afficher/Masquer

    L’UE est en état de mort clinique, mais le comité central du Parti Unique Européiste a décidé qu’on ferait croire aux populations qu’elle bouge encore. Ce n’est pas un hasard si des gens comme Boukovski comparent l’UE à l’URSS. Pour mémoire, vieille blague de dissidents:

    “Lénine, Staline, Khroutchev et Brejnev sont dans un train. Soudain le train s’arrête dans la forêt.
    Lénine analyse la situation, et déclare :
    « La voie devant nous a été volée. On va prendre des morceaux derrière le train et les mettre devant. » .Sitôt dit, sitôt fait. Mais ça n’avance que lentement et péniblement et Lénine perd tout son prestige.
    Staline prend le commandement :« Mettre en prison les mécaniciens. Abattre le chef de train. »
    Sitôt dit, sitôt fait. Mais le train s’arrête alors totalement.
    Khroutchev prend les choses en main : « Libérer les mécanos. Réhabiliter le chef de train à titre posthume. » Grand soulagement, mais c’est tout.
    Brejnev reprend alors la direction : « Fermer tous les rideaux du train. Si les mécanos aiment la vie, qu’ils secouent le train. Au moins les passagers croiront qu’on bouge… »

    A mon avis, l’accélération de l’Histoire nous amène au stade ultime “brejnévien”.


Charte de modérations des commentaires