Les Crises Les Crises
2.avril.20192.4.2019 // Les Crises

Démanteler les machines de l’Apocalypse. Par John V. Walsh

Merci 163
J'envoie

Source : Consortium News, John V. Walsh, 05-02-2019

Le 5 février 2019

Dan Ellsberg a écrit un livre qui montre l’urgence d’un réengagement dans le processus de désarmement nucléaire écrit John V. Walsh.

Il reste deux minutes avant minuit [Two Minutes to Midnight, NdT], le temps presse

« D’un point de vue technique, il [le réalisateur Stanley Kubrick] a prédit beaucoup de choses… Depuis cette époque, peu de changement, honnêtement. La seule différence est que les systèmes d’armes modernes sont devenus plus sophistiqués, plus complexes. Mais cette idée d’une frappe de représailles et l’incapacité de gérer ces systèmes, oui, toutes ces choses sont pertinentes aujourd’hui. Cela [contrôler les armes] deviendra encore plus difficile et plus dangereux. »Le président russe Vladimir Poutine commentant le film « Dr. Folamour : comment j’ai appris à ne plus m’en faire et à aimer la bombe », dans une interview avec Oliver Stone, le 11 mai 2016. Poutine n’avait pas vu le film et ne le connaissait pas avant que Stone ne le lui montre.

La Machine de l’Apocalypse [Doomsday Machine, NdT], le titre du superbe livre de Daniel Ellsberg, n’est pas un engin imaginaire issu d’un chef-d’œuvre cinématographique. Étrangement, une machine de la fin du monde comme celle décrite dans « Dr. Folamour » existe en ce moment. En réalité, il existe deux de ces machines, une aux mains des États-Unis et une aux mains de la Russie. Les États-Unis cherchent à cacher leur version, mais Ellsberg a révélé qu’elle existe depuis les années 1950. La Russie a discrètement admis qu’elle en possède une, nommée officiellement, « Perimetr », (sic) et l’a aussi affublée d’un surnom terriblement approprié « Emprise Mortelle » [Dead Hand, NdT]. Parce que les États-Unis et la Russie sont les seuls pays possédant des machines de l’Apocalypse à ce jour, nous limiterons donc la discussion à elles seules.

Daniel Ellsberg en 2010. (JD Lasika via Flickr)

Le message terrifiant d’Ellsberg dans le livre n’a pas réussi à provoquer d’action dans l’année suivant sa publication. Au lieu de ça, le 24 janvier, The Bulletin of Atomic Scientists a laissé son Horloge de la fin du monde à deux minutes avant minuit, dangereusement proche de l’Armageddon pour une deuxième année consécutive, marquant un « nouveau quotidien anormal ».

Le premier composant d’une Machine de l’Apocalypse est un mécanisme de lancement d’armes nucléaires avec une structure de commande qui n’est pas toujours dans les mains du président de l’un ou l’autre des deux pays, une chose précautionneusement cachée du public états-unien.

Le deuxième composant est une arme dont la force destructrice est telle qu’elle peut tuer des milliards de personnes à la fois, puis, plus progressivement, toute la race humaine et peut-être toute vie animale sur terre.

Voici un bref aperçu du point de vue d’Ellsberg, qui nous rappelle le péril nucléaire auquel nous sommes confrontés, ainsi qu’un plan d’action que lui et d’autres suggèrent.

Lancement et Commandement

La Russie et les États-Unis ont chacun la capacité de frapper l’autre avec une grande force, de détruire les villes et les bases industrielles et militaires de l’autre.

L’essence de cette capacité de première frappe est l’aptitude à anéantir la force de dissuasion de l’autre partie ou de l’affaiblir afin que la plupart de la force restante puisse être interceptée.

Comment une nation ciblée peut-elle répondre à une telle capacité ? Elle doit convaincre l’adversaire qu’une telle frappe est futile car elle ne détruira pas la force de dissuasion de la nation visée. L’attaquant doit comprendre que la force nucléaire de la nation visée, sa force de dissuasion nucléaire, survivra et que l’attaquant sera anéanti.

La première approche pour assurer la survie consiste à fabriquer toujours plus d’armes nucléaires. Ainsi, lorsque les États-Unis ont été des pionniers concernant leur capacité de première frappe pendant la guerre froide, l’Union soviétique a réagi par un renforcement. Très rapidement, les deux équipes ont eu une capacité de première frappe et la course à l’armement a atteint les niveaux insensés dont nous avons parlés. Chaque partie a également pris les mesures supplémentaires suivantes.

La première mesure pour empêcher la perte du concept de dissuasion est de mettre la force nucléaire en état de « Lancement sur Avertissement », qui est également connu sous le nom de Hair-Trigger Alert [Alerte à déclenchement ultra-sensible, NdT].

La plupart d’entre nous en avons entendu parler, mais nous devrions trembler d’effroi chaque fois que cela nous vient à l’esprit. Le temps de réponse à une première frappe n’étant que de quelques dizaines de minutes pour une attaque ICBM (missile balistique intercontinental), qui met environ 30 minutes à atteindre la Russie depuis les États-Unis, et encore moins pour un missile de courte ou moyenne portée, le pays visé doit avoir sa force nucléaire chargée sur des engins de lancement et capable d’être lancée dès l’alerte d’une attaque nucléaire.

Équipage de combat d’un missile Minuteman [milices durant la guerre d’Indépendance dont les membres s’étaient engagés à se mobiliser dans les 2 minutes en cas de combat, NdT], Base aérienne de Minot, Dakota du nord, 2006. (Wikimedia)

Les ogives nucléaires chargées sur des engins sont dites « déployées ». Elles sont prêtes à être lancées en quelques minutes. Aussi bien en Russie qu’aux États-Unis, environ 1600 de ces têtes nucléaires ont été chargées sur des missiles à longue portée en 2018. (Il y a plusieurs milliers de têtes nucléaires supplémentaires en réserve de chaque côté mais non « déployées »). Le danger inhérent à cette situation est évident.

La seconde mesure pour prévenir la perte du concept de dissuasion est la « délégation ». C’est une notion peu connue ou comprise.

Un des buts d’une première frappe serait une tentative de neutralisation des centres de commandement de façon à ce qu’une frappe en réponse ne puisse-t-être ordonnée. Ceci est connu sous le nom de « décapitation ». La solution à la « décapitation » est la « délégation », c’est-à-dire que des personnes « autres » que le président et ses successeurs immédiats sont autorisés à appuyer sur « le bouton ». C’est de cette manière que cela fonctionne. Ces « autres » sont situés dans des centres de commandement secrets, loin de Washington ou de la base aérienne de commandement stratégique du Colorado, qui seraient ciblées par une attaque de « décapitation ». Si ces centres secrets se trouvent coupés de la communication avec Washington ou Moscou, on suppose alors qu’une frappe nucléaire décapitante a eu lieu. Dans ce cas, ces « autres » éloignés des centres de pouvoir sont autorisés à appuyer sur le bouton nucléaire. Ils ne sont pas des représentants élus et, en fait, nous ne savons pas qui ils sont. Ce qu’Ellsberg a découvert, c’est que certains de ces « autres » sont des militaires qui craignent d’être eux aussi frappés dans une attaque de décapitation. Ils ont donc aussi le pouvoir de déléguer.

Essai de lancement d’un ICBM Minuteman III désarmé, avril 2017, base aérienne de Vandenberg, Californie (Ian Dudley, Senior Airman [équivalent de Caporal-chef, NdT], armée de l’air des États-Unis)

En fait, personne, et peut-être même pas le président, ni son cercle de conseillers, ne sait qui peut lancer les armes nucléaires. Existe-t-il quelqu’un comme Jack D. Ripper, le général fictif, psychotique et délirant qui donne l’ordre de lancement dans le film Dr Folamour, ou quelqu’un qui attend la fin des temps [dans un sens biblique, NdT] avec impatience?

En résumé, la capacité de première frappe est la source du problème. Elle conduit à une accumulation d’armes nucléaires, au lancement sur avertissement et à la délégation. L’idée d’avoir une telle capacité est profondément ancrée dans la pensée « stratégique » américaine et sera difficile à déloger.

Les Armes de l’extinction de l’espèce humaine

Le deuxième élément d’une machine de l’Apocalypse est l’armement. Quelle est la puissance destructrice des armes nucléaires utilisées dans une première frappe? En 1961, alors qu’Ellsberg faisait partie de ceux qui travaillaient sur la stratégie de lutte contre la guerre nucléaire pour l’administration Kennedy, il a demandé au Pentagone une estimation des décès dus à une première frappe, comme les planificateurs de guerre l’avaient prévu alors. À sa grande surprise, l’estimation est immédiatement revenue – le Pentagone l’avait faite et l’avait cachée. À une époque où la population mondiale était d’environ 3 milliards d’habitants, une première frappe des États-Unis entraînerait la mort de 1,2 milliard de personnes à la suite d’explosions, de radiations et d’incendies. Ce nombre ne concernait que les morts, pas les blessés. Et ce n’était que le résultat des armes américaines ; il n’incluait pas les morts d’une riposte soviétique dans le cas où ils en auraient réussi une. Les décès seraient concentrés dans les pays ciblés, à l’époque et aujourd’hui encore, les États-Unis et la Russie. Ellsberg a été stupéfait d’apprendre que le Pentagone planifierait froidement un génocide aussi gargantuesque et immédiat. Et nous devrions tous l’être aussi.

Inscriptions contestataires dans la neige datant des années 1980. MCANW, Medical Campaign Against Nuclear Weapons, [campagne médicale contre les armes nucléaires, NdT], a fusionné en 1992 avec l’association médicale pour prévenir la guerre [Medical Association for the Prevention of War] pour former Medact. (Bibliothèque Wellcome, Londres, via Wikimedia)

Mais les dégâts ne s’arrêtent pas là. C’est la surprise que le Pentagone n’avait pas comprise à l’époque. La cendre provenant des incendies des villes en feu monterait si haut dans la stratosphère qu’elle ne retomberait pas sous forme de pluie. Elle y resterait pendant au moins une décennie, bloquant suffisamment la lumière du soleil pour empêcher les cultures de pousser pendant 10 ans. C’est suffisant pour causer une famine totale et anéantir la race humaine tout entière, avec seulement une poignée d’individus, au plus, capables de survivre. L’hiver nucléaire a été rendu public dans les années 1980 et a rencontré un certain scepticisme au départ.

Avec l’intérêt pour le réchauffement climatique, de meilleurs modèles informatiques ont été développés. Lorsque les résultats d’une première frappe nucléaire sont intégrés à ces modèles, l’hiver nucléaire fait de nouveau son apparition, comme l’ont montré Brian Toon, Alan Robock et d’autres. Les conférences TED de Toon et Robock décrivant leurs découvertes sont très utiles ; elles sont brèves et bien illustrées. Nous sommes confrontés à un génocide de toute l’humanité ou presque, un « omnicide ».

Le lancement des 1600 ogives « déployées » des États-Unis ou de la Russie est suffisant pour provoquer l’hiver nucléaire. Aux États-Unis, nous avons donc mis en place un système d’armement en état d’alerte hyper-sensible, commandé par on ne sait qui et pouvant tuer pratiquement tous les Américains – ainsi que la plupart des autres personnes sur la planète.

Commandant King Kong (Slim Pickens) dans « Dr. Folamour » (Insomnia Cured Here via Flickr)

Nous avons une arme en état d’alerte extrême qui est, de fait, suicidaire. Même si nous négligeons les effets de l’hiver nucléaire, les attaques nucléaires seraient concentrées sur la Russie et les États-Unis. Donc la plupart d’entre nous seraient consumés. Ainsi, MAD [fou, NdT] (Mutual Assured Destruction [Destruction mutuelle assurée, NdT]) est remplacé par SAD [triste, NdT] (Self-Assured Destruction [Autodestruction assurée, NdT]).

Abandonner la doctrine et la capacité de première frappe

Démanteler la Machine de l’Apocalypse avec son système d’alerte et de délégation, c’est abandonner une doctrine et une capacité de première frappe. Et à l’heure actuelle, seuls deux pays disposent d’une telle capacité de première frappe et un seul, les États-Unis, refuse de retirer le droit de l’utiliser « de la table » [des négociations, NdT] même lorsqu’il n’est pas attaqué.

Que signifie en pratique l’élimination de la capacité de première frappe ? Premièrement, les missiles intercontinentaux terrestres, le Minuteman III, doivent être entièrement démantelés, et non remis à neuf comme c’est le cas actuellement, à un coût énorme. Ces missiles, la partie terrestre de la Triade stratégique, sont très précis mais leur localisation est fixe et de ce fait ils représentent des « cibles faciles ». Ils ne sont bons que pour une première frappe, car ils seront détruits par la première frappe réussie de l’adversaire. L’ancien secrétaire à la Défense William Perry et James E. Cartwright, ancien chef du Commandement aérien stratégique et ancien vice-président des chefs d’état-major interarmées, ont tous deux demandé le démantèlement du Minuteman III. La deuxième étape consiste à réduire la force des missiles balistiques lancés par des sous-marins Trident (SLBM) [Submarine-Launched Ballistic Missile] à un niveau tel qu’elle ne peut détruire la totalité de la force russe de missiles basés au sol.

// PHOTO Gerald Ford et Leonid Brejnev signent le traité pour limiter les armes offensives stratégiques [SALT, Strategic Arms Limitation Talks, pourparlers pour la limitation des armes stratégiques, NdT], 1974.

La Russie devrait également prendre des mesures similaires, en tenant compte des particularités de son arsenal. Ici, les négociations, les traités et la vérification sont nécessaires. Mais c’est impossible dans l’atmosphère actuelle de russiagate et de russophobie, c’est pourquoi les deux sont des menaces existentielles qui doivent être surmontées. Nous devons parler malgré nos différences, réelles ou perçues.

Une mesure supplémentaire a également été proposée. Toutes les ogives nucléaires devraient être retirées du statut de déployé par la Russie et les États-Unis (le terme générique est « désalerte »). En d’autres termes, les ogives devraient être retirées de leurs vecteurs nucléaires et stockées de telle manière que les déployer, c’est-à-dire les remonter nécessiterait des jours, voire des semaines. C’est ce qu’a proposé la Commission mondiale zéro sur la réduction des risques nucléaires, dont le plan est présenté ici.

Le travail à accomplir

L’abolition totale devrait être l’objectif ultime parce qu’aucune main humaine ne devrait être autorisée à exercer un pouvoir destructeur d’espèces. Mais il semble qu’un objectif intermédiaire ne soit pas seulement nécessaire pour nous donner la marge de manœuvre nécessaire pour atteindre l’objectif du zéro arme nucléaire. Un objectif intermédiaire et facilement réalisable peut attirer l’attention sur le problème et motiver un grand nombre de personnes. Le mouvement du gel nucléaire des années 1980 est un exemple très réussi de ce genre d’effort ; il a joué un rôle important dans la réalisation des accords Reagan-Gorbatchev.

L’effort pour tuer les machines de l’Apocalypse pourrait bien s’appeler quelque chose comme « Éloignez-vous de la fin du monde » ou simplement « écartez-vous ». À deux minutes avant minuit, nous devons nous hâter de le faire. L’abolition des armes nucléaires exigera une percée dans la façon dont les pays négocient les uns avec les autres, en particulier les pays dotés d’armes nucléaires. Donnons-nous les moyens d’y parvenir.

Une version antérieure de cet article est parue sur Anti-war.com.

On peut communiquer avec John V. Walsh à john.endwar@gmail.com. Il écrit sur les questions de guerre, de paix et d’empire, et sur les couvertures de santé, pour Consortium News, DissidentVoice.org et d’autres médias. Vivant maintenant à East Bay, il était jusqu’à tout récemment professeur de physiologie et de neurosciences cellulaires dans une faculté de médecine en Nouvelle-Angleterre.

Source : Consortium News, John V. Walsh, 05-02-2019

Traduit par les lecteurs du site www.les-crises.fr. Traduction librement reproductible en intégralité, en citant la source.

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Toff de Aix // 02.04.2019 à 08h06

À la lecture de l’article on réalise avec stupeur, que les grandes figures historiques, genre Brejnev, Reagan, Gorbatchev et d’autres… Soi-disant bien plus arquées sur leurs idéologies respectives, ont quand même réussi à s’entendre sur un principe simple : éviter l’anéantissement mutuel, en s’asseyant autour de la table et en ouvrant des discussions. De ce point de vue, les accords SALT par exemple, sont un véritable événement historique.

Finalement, les dirigeants du passé étaient plus enfermés dans une doctrine, qui incluait de fait une stratégie de survie, et cela a sans doute contribué au fait qu’ils étaient OBLIGÉS de faire preuve de lucidité…ils étaient, de fait, bien plus conscients du danger que les imbéciles aux commandes aujourd’hui, un peu partout dans le monde.

Car en effet, qu’en est-il de nos jours ? Nous avons un milliardaire réactionnaire, populiste et raciste aux commandes en Amérique, lui-même tiraillé entre des impératifs électoraux et un état profond qui ne lui laisse pas un instant de répit. De son côté, Poutine n’est pas en reste : les nationalistes lui font la vie dure en Russie, estimant par exemple sur la crise ukrainienne qu’il a fait preuve de faiblesse, qu’il ne défend pas suffisamment les intérêts du pays…

Sans parler des caniches suivistes europeistes style notre méprisant de la république, qui n’arrêtent pas d’insulter la Russie, pays capable de nous anéantir d’un claquement de doigts. On croit rêver.

Je bénis chaque jour qui passe que ce soit Poutine, véritable champion d’échecs géostratégiques, encore aux commandes en Russie, et pas un type de la trempe de Trump, ou de la grande malade Clinton… Sinon nous n’existerions probablement plus en tant qu’espèce aujourd’hui, ou alors uniquement à l’état néolithique… Einstein le disait dans cette phrase bien connue “la quatrième guerre mondiale se fera à coups de massues, dans le meilleur des cas”…

22 réactions et commentaires

  • M2FraJM // 02.04.2019 à 07h58

    Une urgence bien plus grande encore que l'”urgence climatique”. De toutes façons,les deux,aussi étrange que cela puisse
    paraître sont “intimement liées”.

      +6

    Alerter
  • Toff de Aix // 02.04.2019 à 08h06

    À la lecture de l’article on réalise avec stupeur, que les grandes figures historiques, genre Brejnev, Reagan, Gorbatchev et d’autres… Soi-disant bien plus arquées sur leurs idéologies respectives, ont quand même réussi à s’entendre sur un principe simple : éviter l’anéantissement mutuel, en s’asseyant autour de la table et en ouvrant des discussions. De ce point de vue, les accords SALT par exemple, sont un véritable événement historique.

    Finalement, les dirigeants du passé étaient plus enfermés dans une doctrine, qui incluait de fait une stratégie de survie, et cela a sans doute contribué au fait qu’ils étaient OBLIGÉS de faire preuve de lucidité…ils étaient, de fait, bien plus conscients du danger que les imbéciles aux commandes aujourd’hui, un peu partout dans le monde.

    Car en effet, qu’en est-il de nos jours ? Nous avons un milliardaire réactionnaire, populiste et raciste aux commandes en Amérique, lui-même tiraillé entre des impératifs électoraux et un état profond qui ne lui laisse pas un instant de répit. De son côté, Poutine n’est pas en reste : les nationalistes lui font la vie dure en Russie, estimant par exemple sur la crise ukrainienne qu’il a fait preuve de faiblesse, qu’il ne défend pas suffisamment les intérêts du pays…

    Sans parler des caniches suivistes europeistes style notre méprisant de la république, qui n’arrêtent pas d’insulter la Russie, pays capable de nous anéantir d’un claquement de doigts. On croit rêver.

    Je bénis chaque jour qui passe que ce soit Poutine, véritable champion d’échecs géostratégiques, encore aux commandes en Russie, et pas un type de la trempe de Trump, ou de la grande malade Clinton… Sinon nous n’existerions probablement plus en tant qu’espèce aujourd’hui, ou alors uniquement à l’état néolithique… Einstein le disait dans cette phrase bien connue “la quatrième guerre mondiale se fera à coups de massues, dans le meilleur des cas”…

      +40

    Alerter
    • M2FraJM // 02.04.2019 à 08h15

      On ne peut pas refaire l’Histoire,il faut faire avec les moyens du bord quand le bateau coule.Trump et Poutine ont
      des défauts , mais pas que , ils ont aussi des qualités .
      Que je sache,c’est bien Poutine qui a mis fin à la barbarie en Syrie , et c’est bien Trump qui a rompu la “glace” en Corée
      du Nord.

        +14

      Alerter
      • Toff de Aix // 02.04.2019 à 08h43

        Bonjour M2FraJM,
        bien sûr vous avez raison, d’ailleurs je ne dis absolument pas l’inverse. J’essaie juste de replacer les choses dans leur contexte historique (et de ce point de vue, je trouve que c’est très intéressant d’apprendre du passé), tout en étant bien conscient des forces et des faiblesses du monde actuel, à travers les pratiques des grands dirigeants. Je pense qu’ici il faut faire preuve de lucidité, sans tomber dans l’excès (que ça soit le dénigrement stupide et aveugle ou son contraire, l’idolâtrie sans aucune prise de recul).

          +6

        Alerter
      • Jean-Do // 02.04.2019 à 08h50

        C’est surtout le nouveau pouvoir Sud-Coréen qui a démarré toute l’affaire, embrayé aussitôt par la Corée du Nord. Trump n’a fait que suivre, en devant combattre les va-t-en guerre néo-cons qu’il est obligé d’avoir dans son cabinet.

          +7

        Alerter
    • Pascalcs // 02.04.2019 à 17h51

      “…les imbéciles aux commandes aujourd’hui, un peu partout dans le monde….”.

      N’est ce pas le reflet de la baisse généralisée du niveau de réflexion et généralement parlant d’intelligence de l’électorat? Pourquoi continuons nous à mettre en place des psychopathes au pouvoir? Ne sommmes nous plus capables de discerner le sérieux du bouffon? Le profond du superficiel ? Le responsable de l’irresponsable? Si
      L’hiver nucléaire survient, qui devrons nous blâmer pendant les quelques mois qui nous resteront à survivre? Pour démanteler ces armes, il faut commencer par démanteler ces agrégats politiques qui ne visent qu’à l’augmentation illimitée de leur puissance par cohercision forcée ou soumission volontaire aux ambitions malsaines de nos psychopathes dirigeants et de leurs conseillers.
      La prévention de l’hiver nucléaire passera par l’abandon de l’idée comme quoi il nous faut une taille toujours plus grande pour mieux vivre. Je crains fort sur telle ne soit pas à la veille de prévaloir.

        +2

      Alerter
  • Alfred // 02.04.2019 à 08h12

    “Toutes les ogives nucléaires devraient être retirées du statut de déployé par la Russie et les États-Unis”.
    C’est un vœu pieux tant que le système juridique international est bafoué et la confiance piétinée. Les mensonges qui ont emmené à la partition du Kosovo, à l’invasion de l’Irak, à la guerre en Libye, la partition de l’Ukraine aux guerres de Syrie et du Yémen.. ne permettent pas d’imaginer un tel processus possible. On voie l’ONU instrumentalisée (l’Arabie et ses sous dans les commissions entre autres..).
    Un enfant de cinq ans peut comprendre et craindre le risque qu’un pays indispensable (ou un autre mais celui-ci a déjà fait ses preuves) dissimule quelques ogives opérationnelles.
    Cela s’est vu avec l’armement bactériologique et chimique.

      +15

    Alerter
  • Toutatis // 02.04.2019 à 08h58

    “une première frappe des États-Unis entraînerait la mort de 1,2 milliard de personnes à la suite d’explosions, de radiations et d’incendies. …… Les décès seraient concentrés dans les pays ciblés, à l’époque et aujourd’hui encore, les États-Unis et la Russie.”

    Sauf que ces deux pays sont très loin de compter 1,2 milliard d’habitants.

      +9

    Alerter
    • linder // 02.04.2019 à 09h59

      Du point de vue des américains d’alors (avant le voyage de Nixon en Chine), il fallait détruire tout ce qui était communiste (donc la Chine, la Pologne, etc … ) et tous les pays officiellement non communistes mais recevant massivement des officiers soviétiques.

        +1

      Alerter
  • Graindesel // 02.04.2019 à 09h06

    “L’abolition totale devrait être l’objectif ultime parce qu’aucune main humaine ne devrait être autorisée à exercer un pouvoir destructeur d’espèces.”

    Dans un monde idéal, oui. Mais qui pense que nous vivons dans un monde idéal quand ceci est possible?

    https://www.youtube.com/watch?v=QraUDf-HjXQ

    Pourquoi conclure des traités quand on sait que l’une des parties ne respectera pas sa signature. Demandez aux Amérindiens…

      +14

    Alerter
  • Myrkur34 // 02.04.2019 à 13h00

    En fait si Trump et anciens consorts embêtent la Russie, ce n’est pas pour sauver leur population d’une hypothétique frappe nucléaire mais surtout pour faire continuer à faire tourner la machine capitalistique et le complexe militaro-industriel avec les énormes ressources énergétiques et minières de l’ex-Urss ou même les ressources agricoles de l’Ukraine et de sa population active à 400$ par mois. Tout ceci permet de continuer à “jouer” par la bande et à faire du profit facilement. Quand vous êtes en haut de la pyramide de décision aucune raison de détruire le jeu.
    Sinon intéressant de savoir que l’hiver nucléaire déclenché par les effets et incendies post-bombes pourrait au moins durer 10 ans.
    10 ans de boîtes de conserve, à 4 conserves par semaine, cela fait 2080 conserves à stocker pour espérer un peu….Il y aura aussi beaucoup de viande boucané au départ, ce qui peut aider.

      +4

    Alerter
  • Louis Robert // 02.04.2019 à 13h37

    Pour que ce démantèlement se fasse, il faut que l’interlocuteur soit fiable et que l’on ait confiance en lui.

    C’est Platon qui, essentiellement, faisait remarquer que même entre eux, les membres du Crime Organisé doivent être à ce point vertueux pour seulement réussir et se maintenir…

    Nous, progressistes post-modernes, n’en sommes plus là. L’Empire qui ne respecte rien ni personne (même pas sa propre signature) a fait et continue de faire constamment la preuve qu’il ne saurait être traité raisonnablement comme un interlocuteur fiable. Voilà pourquoi, assurément, ce démantèlement n’aura pas lieu.

    La guerre totale, nucléaire, menace et menacera l’humanité, voire tous les êtres vivants, d’anéantissement.

      +2

    Alerter
  • Chris // 02.04.2019 à 14h01

    Quand je lis pareil article, dont le contenu a émaillé toute ma vie d’enfant et d’adulte, j’avoue que la folie humaine ne me fait plus ni chaud ni froid ! Un jeu qui me fait penser à la pièce de théâtre : “Qui a peur de Virginia Wolf”.
    L’espèce humaine serait en danger ? Et si le grand clash remettait les yeux en face des trous des survivants ? Ce serait ça de gagner…
    Mais pas sûr, car l’humanité a déjà été avertie par le sort de Sodome et Gomorrhe : “Le soleil se levait sur la terre quand Loth entra dans le Tsoar. Alors l’Éternel fit tomber sur Sodome et sur Gomorrhe une pluie de soufre et de feu ; ce fut l’Éternel lui-même qui envoya du ciel ce fléau.”
    On peut imaginer que cette catastrophe fut le fait d’éléments naturels… ou pas puisque des malades mentaux au pouvoir n’ont de cesse de développer et utiliser des MAD.
    Je me console en imaginant la Terre sans les humains : un paradis ?!

      +2

    Alerter
  • serge // 02.04.2019 à 17h58

    Très récemment, ont été retrouvés dans le Dakota des traces de l’énorme tsunami consécutif à l’atterrissage non en douceur d’un météorite sur la Terre il y a 66 millions d’années. Ce qui n’avait pas encore été trouvé, 66 millions d’années cela fait du temps pour effacer des traces.
    Et ces traces montrent clairement les dégâts apportés à l’ensemble des éléments terrestres, eau, terre, poissons, arbres… Sachant que ce tsunami a été complété par une mer de feu et une atmosphère de cendres opaques sur des décennies.
    Il serait louable que tous ces abrutis de dirigeants mondiaux se penchent fortement sur ces traces pour encore et encore réfléchir à ce que deviendrait la Terre après un échange automatisé de missiles nucléaires (on est quand même plus à skynet qu’à des opérateurs avec petite clé dans un silo à missile). Parce que espérer que quelques survivants, mode “la route” ou “2012”, pourraient repartir bon pied bon oeil est quand même très très aléatoire…

      +1

    Alerter
    • Myrkur34 // 05.04.2019 à 16h36

      Si vous êtes sur une petite île du Pacifique avec quelques centaines d’habitants et que vous avez fait des stocks pour les 10 ans à venir, çà pourrait le faire.:o)
      Ou alors à Sainte-Hélène au centre de l’atlantique sud, mais je me demande s’il n’y aurait pas un laisser-aller général parmi les rares survivants……

        +0

      Alerter
  • martin // 02.04.2019 à 19h25

    C’est effrayant

    Face à la machine de l’Apocalypse US, il y a le système Périmètre des russes, récemment modernisé. Ces systèmes “perçoivent” que plus rien ne bouge et qu’une frappe nucléaire massive a détruit tous les centres de commandement, rendant la réponse impossible. Alors, une procédure automatique s’enclanche en vue de passer la “dernière couche”, après laquelle il n’y a plus rien. Nous vivons dans un monde logé au creux de la plus haute terreur, c’est à peine si nous en sommes conscients. Comment démonter ces machines infernales qui font planer sur nous l’assurance de la fin de tout? Je ne vois pas, pour l’instant tout au moins.

      +0

    Alerter
  • L’aieul // 03.04.2019 à 00h50

    Houlà y a tellement c*nneries écrites dans cet article que ça va être dur de tout rectifier.
    Bon on va commencer avec “Dead Hand”. Alors sur ça on a écrit tout et n’importe quoi (et surtout n’importe quoi).
    Déjà on mélange deux trucs, le système “Périmètre”, qui est un truc tout con: c’est un système de roquette relais de communication de secours.
    Partant du principe que les explosions nucléaires c’est pas forcément bon pour les câbles et/où que les satellites se font dégommer, les silos russes sont équipés d’une roquette avec du matériel de communication dessus. Tous les silos reçoivent les ordres pour tous les silos, il les mettent dans la roquette et chaque roquette essaie de transmettre aux autres silos qui lancent leur roquette, etc… (ça marche comme internet en fait). De cette façon là même si le réseau de communication déconne pour peu qu’un silo reçoive des ordres, il peut les disséminer.
    C’est rien de particulièrement exotique, les USA avaient un système similaire (AN/DRC-8) mais qui n’a pas été maintenu, les forces nucléaires américaine terrestres étant toujours le dernier poste de dépense aux USA (et le premier en Russie).
    1/?

      +6

    Alerter
    • L’aieul // 03.04.2019 à 01h09

      Ensuite le concept de “Dead Hand” c’est qu’il y a quelque part un officier de garde qui a les codes et les ordres pour une contre attaque totale. Il a des instrument de mesure et des outils de communication et si il a plus de communication avec le haut commandement et que les instruments lui disent que Moscou (ou Washington) a été transformer en parking, il a accès à une roquette “Périmètre” pour envoyer les ordres. Il n’y a aucune indication que c’est un système automatique, une “machine”, bien au contraire.
      Le premier fantasme c’est que ce serait “quelqu’un d’inconnu” dans “un bunker secret”…
      Non. Il suffit de réfléchir deux minutes. Comment, dans la vraie vie, peut-on mettre en place une telle doctrine?
      Il faut une roquette, un bon bunker, des moyens de communications direct avec le haut commandement et des appareils de mesures (gros, compliqués et cher). Les roquettes elles sont installées dans des silos qui sont eux même dans des bases qui ont des bon bunkers, des moyens de communications direct avec le haut commandement et les appareils de mesures (gros et compliqué et cher) avec un régiment de gardes (avec des chiens, des mines, tout ce que vous voulez) pour garder le tout.
      La personne inconnue (“wohoou” ça fait peur) c’est le commandant de la base qui a un paquet d’étoile sur ses épaules! Aléatoirement y a tout simplement une base qui est de garde, choisie pour avoir la responsabilité d’initier une contre-attaque, si elle n’arrivent plus à contacter le haut commandement.
      Le seul “secret” c’est la rotation de cette garde.
      2/

        +6

      Alerter
    • L’aieul // 03.04.2019 à 01h40

      Le deuxième fantasme (et là on est dans l’ésotérique total) c’est que les militaires ne peuvent pas se passer du politique pour utiliser les armes nucléaires.
      Les présidents ils ont un gros bouton magique (rouge) sur leur bureau et y a que eux qui ont droit d’appuyer dessus (conçu avant l’ère Macron, le président posait pas encore ses fesses sur le dit-bureau).

      Bon.
      En vrai les présidents ils ont un téléphone.
      Ils prennent le téléphone (c’est pas un vrai téléphone mais on va partir dans la technique) et ils disent “allez y ou pas”.
      Ce à quoi les MILITAIRES confirment que c’est bien le président (ou son successeur) avec les codes que les MILITAIRES lui ont donné au début de son mandat, pour eux disséminer les VRAIS ordres (qui va taper quoi).
      Relisez la phrase si vous comprenez pas.
      L’idée que les MILITAIRES comptent sur les politiciens pour défendre l’essence même du pays elle est COMPLÈTEMENT BARRÉE. C’est les loups qui attendent d’une chèvre qu’elle aille chasser pour eux.
      “La guerre est une affaire bien trop importante pour être laissée à des militaires”. Hohoho hihihi. Mais non. Juste non.
      Les gens qui y croient c’est des gens qui ont jamais rencontrer un militaire de leur vie. Tous les militaires qu’ils soient russes, américains, français ou vénusiens (si jamais ils existent) ils pensent tous de la même façon:
      1. Faut suivre les ordres.
      2. Faut prévoir pour quand on peut pas.
      Du fantassin qui a un fusil qui fait click au lieu de pan, au général qui peut pas lancer ses missiles alors qu’il en a besoin, ils ont tous une solution déjà toute prête.
      3/

        +5

      Alerter
    • L’aieul // 03.04.2019 à 01h49

      Enfin le dernier fantasme c’est que les militaires seraient des fous sanguinaires assoiffé de sang.
      Et que durant leur 30 années de carrière pour arriver à un poste à haute responsabilité avec examen médical et rapport de performance annuel, on s’en serait pas aperçu.
      Alors que un politique à la Trump (ou à la Sarkozy, Macron, Brejnev ou Ieltsine) sont eux les garants de la paix mondiale et un modèle de stabilité et de clarté mentale absolue.
      Ais-je besoin d’en rajouter?
      L’arme nucléaire est complètement contrôlée par les militaires (et ce depuis toujours).
      Et pourvu qu’elle y reste.

        +6

      Alerter
    • UnKnown // 03.04.2019 à 11h27

      Assez d’accord avec vous.
      On peut même rajouter que la vision apocalyptique donnée par l’article table sur une situation de guerre nucléaire totale.
      Hors, il existe (même si ça peut paraitre dingue) des échelles de graduation dans la réplique/frappe nucléaire.
      Oui, on peut parfaitement décider de ne faire péter “que” quelques bombe, voir pas une seule, en réplique à un premier tir, si l’on voit que ce dernier a un effet plus politique que réellement d’annihilation. On peut même se “contenter” d’une réplique conventionnelle. Bon, dans la réalité, tout dépend de la taille de la frappe, il y aura forcément une réplique nucléaire, mais sans doute proportionnelle. Une ville pour une ville.
      Mais ce principe ne s’applique qu’à la Chine, les USA et la Russie. (la taille de ces trois pays, et donc leur profondeur stratégique, leur permet “d’encaisser” politiquement ce genre d’attaque. Et de tenter une négociation de dernier recours, plutôt que de détruire la planète et son propre pays dans la confusion). Tant qu’il reste un appareil d’état fonctionnel… Sinon, oui, effectivement, ce sera la guerre totale, et l’annihilation complète de la civilisation.
      Pour les outsider comme la France ou le Royaume Uni, c’est la réplique totale et tout azimut (principe de la menace du plus faible au plus fort), pour rendre crédible la dissuasion (très peu de profondeur stratégique, donc besoin d’être radicaux, pas de jeu politique en cas d’attaque)

        +1

      Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications