Les Crises Les Crises
2.avril.20192.4.2019 // Les Crises

Le silence coupable sur la détention de Chelsea Manning. Par Andre Damon

Merci 474
J'envoie

Source : World Socialist Web Site, Andre Damon, 20-03-2019

Par Andre Damon
20 mars 2019

Cela fait dix jours qu’un juge fédéral a incarcéré Chelsea Manning pour avoir refusé de témoigner devant le grand jury secret en Virginie, qui prépare un acte d’accusation contre Julian Assange, éditeur de WikiLeaks.

Après avoir publié des informations superficielles sur l’emprisonnement de Manning, aucun grand journal américain n’a publié d’informations complémentaires sur l’emprisonnement du plus célèbre dénonciateur et prisonnier politique des États-Unis.

Aucun des dizaines de moralistes professionnels employés par le New York Times, le Washington Post et le Wall Street Journal qui se font un devoir de faire connaître les violations des «droits de l’homme» pour promouvoir les intérêts impérialistes américains n’a écrit une seule colonne protestant contre l’emprisonnement de Manning.

Ces journaux font régulièrement état d’allégations d’emprisonnement et de mauvais traitements de journalistes, de lanceurs d’alerte et de dissidents de la part de rivaux géopolitiques américains, la Russie et la Chine. Mais lorsqu’il s’agit de l’emprisonnement d’un lanceur d’alerte courageux aux États-Unis, ils sont silencieux.

Le Parti démocrate n’a rien dit non plus. Il n’y a eu aucune protestation de la part d’un politicien démocrate important, y compris de l’aile dite «progressiste» du parti. Bernie Sanders, Alexandria Ocasio-Cortez, Rashida Tlaib et Ilhan Omar n’ont pas pris la défense de Manning. Les appels téléphoniques et les courriels des WSWS demandant des éclaircissements aux bureaux de Sanders et d’Ocasio-Cortez n’ont pas été retournés.

La complicité du Parti démocrate dans l’emprisonnement de Manning est liée à sa politique pro-impérialiste. Les démocrates ont mené leur opposition à Trump sur la base la plus à droite possible, critiquant l’administration pour ne pas avoir pris une position assez dure contre la Russie, dénonçant tout retrait de la guerre au Moyen-Orient, et élevant les agences de renseignement en supposés modèles démocratiques.

Manning, en revanche, est surtout associée à l’exposition des crimes de l’impérialisme américain. Elle a été arrêtée en mai 2010, quelques semaines seulement après la publication par WikiLeaks de la vidéo de «meurtres collatéraux» montrant un hélicoptère américain massacrant des civils et deux journalistes de l’agence de presse Reuters en Irak. Elle a été détenue en isolement par l’administration Obama, dans des conditions que l’ONU a qualifiées de torture, et traînée devant une cour martiale. Elle a été condamnée à 35 ans de prison en 2013. Dans les derniers jours de sa présidence en janvier 2017, Obama a commué sa peine, mais a refusé de lui accorder une grâce.

Au cours des deux dernières années, depuis l’élection de Trump, les efforts pour criminaliser et persécuter WikiLeaks sont devenus un thème central dans le discours politique du Parti démocrate.

Comme l’a écrit Hillary Clinton dans son analyse des élections de 2016: WikiLeaks … a contribué à accélérer le phénomène qui a fini par être connu sous le nom de «fausses nouvelles», a-t-elle affirmé, comme les «contes farfelus» sur les «choses terribles que j’ai dû dire à huis clos et comment, en tant que présidente, je serais toujours dans la poche des banquiers qui avaient payé mes frais de discours».

Loin d’être des «fausses» ou des «contes farfelus», les fuites publiées par WikiLeaks ont révélé à la fois la corruption de la campagne Clinton – y compris le contenu des discours payés de Clinton à Wall Street – et les tentatives délibérées de truquer les primaires démocrates au profit de Clinton par le Comité national démocratique hiérarchique.

Au nom de la lutte contre les «fausses nouvelles», les sections dominantes de l’establishment politique – dirigées par les agences de renseignement et le Parti démocrate – ont exigé la suppression des médias en ligne de gauche, critiques et indépendants. Les monopoles technologiques ont été enrôlés par l’État pour contrôler et censurer les déclarations et points de vue politiques d’opposition.

Le silence de Sanders sur l’emprisonnement de Manning – et son silence sur la persécution continue d’Assange – est d’une importance particulière, car le sénateur a de bonnes raisons de défendre WikiLeaks, étant donné que l’organisation a exposé le fait que le Comité national démocrate cherchait à truquer les primaires de 2016 et à priver ses partisans du droit de vote au Parti démocrate.

Le silence le plus révélateur, cependant, vient peut-être des organisations politiques qui se proclament socialistes. Socialist Worker, le site Web de l’ISO (International Socialist Organization / Organisation socialiste internationale), n’a pas commenté, et encore moins dénoncé, la vengeance exercée par l’élite dirigeante contre un lanceur d’alerte ayant passé près de sept ans en prison pour divulgation de documents qui mettaient en cause des crimes de guerre et des complots impérialistes. La revue Jacobin, affiliée aux DSA (Democratic Socialists of America / Socialistes démocrates d’Amérique), n’a publié qu’un article superficiel contre sa persécution, qui n’est pas accessible de sa page d’accueil.

Des organisations comme l’ISO ne sont guère plus que des appendices du Parti démocrate. Elles soutiennent les opérations impérialistes de changement de régime et sont hostiles à toute mobilisation indépendante de la classe ouvrière. Indefensible, un livre publié par Haymarket, le bras éditorial de l’ISO, dénonce tous ceux qui critiquent les opérations américaines de changement de régime, qu’il s’agisse du bombardement de la Yougoslavie ou des efforts de déstabilisation de la Syrie, en tant que «pseudo-anti-impérialistes» dans les poches russes. Parmi les individus et les organisations dénoncés par le livre figurent Julian Assange et le World Socialist Web Site.

Sous Obama et sous Trump, Jacobin et Socialist Worker ont activement fait campagne pour soutenir l’opération américaine de changement de régime en Syrie, proclamant que les combattants islamistes par procuration des États-Unis seraient les émissaires d’une «révolution démocratique», et ont fait écho à la propagande de la CIA concernant l’utilisation par le gouvernement syrien des armes chimiques.

L’élection de Barack Obama, saluée comme un «événement transformateur» par l’ISO en 2008, a conduit à huit années de guerre, d’espionnage domestique et d’assassinats ciblés. L’emprisonnement de Manning s’inscrivait dans le droit fil de toute la politique impérialiste du Parti démocrate.

En fin de compte, leur abandon de la défense de Chelsea Manning et Julian Assange est l’expression des intérêts sociaux qu’ils défendent: ceux de la classe moyenne supérieure, privilégiée et riche.

Contrairement à l’indifférence et à la complicité silencieuse de l’ensemble des médias et de l’establishment politique face à la parodie de justice qu’est l’arrestation de Chelsea, le Parti de l’égalité socialiste mène campagne pour la libération de cette dernière. Le PES en Australie a organisé des manifestations à Sydney et Melbourne pour exiger la liberté pour Assange et, après son arrestation, la libération de Manning, auxquelles ont assisté des centaines de personnes et des milliers en ligne.

La semaine dernière, le Parti de l’égalité socialiste aux États-Unis a commencé à organiser des réunions et des rassemblements pour exiger la libération de Manning et d’Assange. Nous exhortons tous nos lecteurs à se joindre à ce combat !

Source : World Socialist Web Site, Andre Damon, 20-03-2019

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Alfred // 02.04.2019 à 08h51

Bon puisqu’il n’y a pas besoins de sources rappelons quand même par intégrité qu’il existe “des” responsables politiques qui ont pris la défense de Manning et Assange. Comme je crains qu’il ne soit interdit de les nommer à la manière de certains chez nous je vous laisse deviner qui : une femme hindouiste sénatrice de Hawaï.

7 réactions et commentaires

  • RGT // 02.04.2019 à 08h20

    Ils sont gentils les trotskistes mais ils ont malheureusement la mémoire un peu courte.

    Du temps de l’URSS ils étaient les meilleurs alliés de l’establishment US et ont aussi allègrement participé à la chasse aux sorcières.
    Sans parler de leur “bienveillance” vis à vis des anarchistes qui remontait à l’époque où leur “guide suprême” tenait les rennes de l’Armée Rouge.

    Ils se sont tirés une balle dans le pied et maintenant ils viennent pleurer parce que plus personne ne les écoute et qu’ils comptent pour des prunes.

    J’aimerais bien connaître leur réaction en cas d’invasion de gilets jaunes aux USA. À coup sûr ils se joindraient au troupeau de brebis bêlantes des éditocrates et de politicards qui se mettraient à demander à l’armée de “protéger la République” contre ces hordes de barbares sanguinaires.

    Leur intérêt soudain pour Wikileaks et pour Chelsea Mannig ne sont guidés que par leur souhait qu’on se rappelle qu’ils sont encore vivants.

    En attendant, Chesea croupit toujours en prison et personne ne s’inquiète réellement de son sort en tant qu’être humain doté d’une grande valeur morale.
    Même ses tortionnaires se foutent de son sort et de sa personne : Elle n’est simplement qu’un exemple pour foutre la trouille à tous ceux qui souhaiteraient la suivre dans la diffusion d’informations nauséabondes sur la “grandeur” du pays exemplaire “Béni de Dieu”.

      +20

    Alerter
    • Glbert Gracile // 03.04.2019 à 07h50

      ah ! le sectarisme anarchiste habituel… un bel exemple ! et tout ça au nom de la “tolérance anarchiste”… bof… dans le genre contre-révolutionnaire, les anarchistes sont bien pire que les trotskistes… individualisme, sectarisme, gauchisme… sans parler des dérives vers le terrorisme ou la délinquance (ça c’est tabou, hein !)… sans compter les bataillons de libertaires pérorants ralliés purement et simplement au libéralisme… Sur les gilets-jaunes comme vous dites, on peut d’ailleurs supposer qu’avec Lénine et Trotsky, le pouvoir aurait été renversé depuis longtemps ! On aime ou on n’aime pas, mais les bolcheviks avaient le mérite de l’efficacité révolutionnaire… alors qu’on ne peut pas en dire autant des anarchistes qui ont des grandes bouches, mais qui n’ont jamais rien réalisé de grand (et c’est facile quand on a rien réalisé d’être blanc comme le mouton)… Après, d’accord avec vous que tout le monde se fiche à peu près du sort de cette personne… mais ça n’a rien à voir avec l’idéologie des acteurs quelle qu’elle soit, c’est humain et universel… et ça, je crois qu’aucune révolution, hélas, ne le changera

        +1

      Alerter
  • Alfred // 02.04.2019 à 08h51

    Bon puisqu’il n’y a pas besoins de sources rappelons quand même par intégrité qu’il existe “des” responsables politiques qui ont pris la défense de Manning et Assange. Comme je crains qu’il ne soit interdit de les nommer à la manière de certains chez nous je vous laisse deviner qui : une femme hindouiste sénatrice de Hawaï.

      +21

    Alerter
    • Gugusgland // 02.04.2019 à 16h00

      @Alfred: Ce n’est pas bouddhiste, plutôt?

        +0

      Alerter
      • jp // 02.04.2019 à 21h02

        elle est hindoue
        “son père est un sénateur d’État catholique et sa mère est une membre du conseil de l’éducation d’Hawaï hindoue. TG se convertit à l’hindouisme durant son adolescence”

          +1

        Alerter
  • Haricophile // 02.04.2019 à 18h59

    Aux USA plus qu’ailleurs, on n’aime ni les perdants, ni ceux qui rappellent ce qui va contre le récit des USA, peuplés de courageux pionniers qui ont défriché une terre vierge (on ne va pa chipoter pour quelques “indiens”), terre de liberté bénie par les Dieux, leader naturel pour répandre la civilisation dans le monde…

    Et elle casse le mythe en renvoyant la vrai image des USA. Aucune ordure n’aime voir sa vraie image dans la glace. Plus on est haut dans la catégorie, plus on dépense d’énergie pour mettre des beaux et ruineux costumes et parfums qui masquent la pourriture.

    Il ne faut pas attendre qu’un pays qui n’a pas dépensé un seul dollar pour aider les pompiers et “courageux héros” tombés malade à cause du très désagréable 11/09 se comportement autrement avec quelqu’un qui rappelle des choses encore plus désagréable en n’ayant l’outrecuidance de casser le récit légendaire.

    Je ne suis pas certain que la France soit un modèle en la matière, et que nos gouvernants fassent beaucoup mieux, mais nous avons moins de consensus et on a conservé un peu de sens de la culpabilité au moins dans une partie de la population.

      +11

    Alerter
  • Pierre // 04.04.2019 à 02h36

    Ils ont désobéis, ils doivent être punis et ils le sont. Ainsi pensent des gouvernements chez qui n’affleurerait jamais l’idée du pourquoi de cette désobéissance alors que ça saute aux yeux pour n’importe qui.
    Mais non il faut punir la désobéissance, parce que désobéir c’est mal.
    Aucun progrès dans le changement des mentalités, comme si la psychologie n’avait jamais existé.
    Tu as désobéi au Père, tu paieras pour ça. Quel le père fut le dernier des imbéciles n’a aucun intérêt pour ces décideurs (eux-mêmes pères imbéciles) qui ont au moins un siècle de retard quant au monde d’aujourd’hui.
    Ainsi je perçois le monde comme absurde et abrutissant, moyenâgesque.

      +1

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications