Les Crises Les Crises
26.février.201926.2.2019 // Les Crises

Histoires d’info. “Je n’y ai pas ma place” : quand Mitterrand refusait de se rendre au dîner du CRIF. Par France info

Merci 672
J'envoie

Source : France info, 20-02-2019

Emmanuel Macron se rend au dîner du CRIF, mercredi 20 février. On l’a oublié, mais la présence du président de la République à cet événement est récente. Un tabou qui n’en est plus un.

Le dîner du CRIF doit tout à son président de l’époque. En 1983, Théo Klein, un avocat, juif et libéral est élu avec difficulté à la tête de l’institution. Les dents grincent d’autant que pour celui-ci : “Les juifs français sont des citoyens français qui, en tant que tels, participent à toutes les élections et ont donc une influence directe sur la composition du Parlement et donc sur le gouvernement français. Mais les juifs français ne participent pas aux élections israéliennes et ils n’ont donc pas la même position dans la vie politique du pays.” Sous-entendu, le CRIF n’a pas vocation à défendre Israël.

La naissance du dîner du CRIF

Attaché à la laïcité, Théo Klein invente un rendez-vous annuel entre la communauté juive et la République, c’est le dîner du CRIF. Il faut dire que la vague d’antisémitisme qui a frappé la France depuis la fin des années 1970 inquiète particulièrement les Français de religion juive.

Lors de ce dîner, la République est censée être essentiellement incarnée par la présence du Premier ministre. Ainsi, lors du premier dîner, qui se tient en 1985 au Sénat, Laurent Fabius est l’invité d’honneur. On y parle beaucoup de Le Pen et du Front national. Même chose en 1987, quand le premier ministre Jacques Chirac se rend à cet événement encore très peu médiatisé.

François Mitterrand refuse l’invitation en 1988

En 1987, Théo Klein change de braquet et invite pour l’année suivante François Mitterrand, le président de la République. C’est un proche de Théo Klein, il était avec lui lors du déplacement de Mitterrand en URSS en 1984 où avait été évoquée la question sensible des juifs d’URSS.

Pourtant le président de la République refuse de se rendre au CRIF, considérant que ce n’est pas sa place. Car même si on y parle essentiellement politique, François Mitterrand y voit une entorse au principe de laïcité, le CRIF est tout de même une institution dont la dimension religieuse n’est pas absente. Il considère également qu’en charge de la diplomatie française, il se doit d’être neutre. Un an après le dîner du CRIF qu’il a refusé, François Mitterrand recevra Yasser Arafat à l’Élysée. Une visite condamnée par le CRIF qui voit uniquement dans le dirigeant de l’OLP un terroriste.

Nicolas Sarkozy transgresse le tabou en 2008

Si le dîner du CRIF devient un événement où se pressent les premiers ministres et les dirigeants de gauche et de droite, le président de la République reste soigneusement à l’écart… en tout cas jusqu’au 13 février 2008. Un président transgresse une sorte de tabou. “Hier, Nicolas Sarkozy participait au dîner annuel du CRIF à Boulogne. Lui, qui est régulièrement accusé d’écorner le principe de laïcité, est venu préciser sa conception de la laïcité”, racontait Bruno Duvic sur France Inter.

Nicolas Sarkozy, qui avait peu de temps auparavant affirmé son attachement aux valeurs défendues par les religions, évoquant notamment que l’instituteur était moins bien placé que le curé pour dire ce qui est bien et ce qui est mal, venait au CRIF affirmer également son amitié à l’égard d’Israël au moment où le CRIF opérait un clair virage à droite.

Depuis lui, tous les présidents se sont rendus au dîner annuel du CRIF, oubliant les réticences des présidents François Mitterrand et Jacques Chirac et parfois entretenant la confusion entre juifs et Israël, une confusion dont l’on mesure aujourd’hui le danger.

Source : France info, 20-02-2019

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Galvan // 26.02.2019 à 07h07

Quand les historiens analyseront enfin la liste des forfaitures de N. Sarkozy, nous nous rendrons compte que cette personne en a cumulé un nombre impressionnant :
– Financements douteux de sa campagne électorale
– Passage en force du traité de lisbonne 2 ans après que les Français aient refusé son clone (traité de Maastrich)
– Bombardement illegal de la Iibye hors du cadre de l’ONU
– Tentatives de mise sous tutelle des juges d’instruction
– Suppression du crime pour haute trahison du président de la republique
– etc …

49 réactions et commentaires

  • canineleader // 26.02.2019 à 06h53

    Les derniers présidents ont oublié l’histoire et c’est bien dommage. Même si je ne suis pas un partisan de Mitterand,
    je suis tout-à-fait d’accord avec sa position sur ce sujet, la religion est affaire privée. D’ailleurs on en voit les effets maintenant:cet exhibitionisme mène à la situation actuelle

      +70

    Alerter
    • Marie // 26.02.2019 à 09h37

      Mitterrand était fort loin du “politiquement correct”. Ayant lu l’entière correspondance illustrée ( Journal et Lettres, Gallimard ) qu’a bien voulu publier Anne Pingeot, j’y ai découvert un Mitterrand complètement “hors politique”, à peine croyable !! Un poète et un artiste, un naïf et un “aimant”. Un croyant aussi.

        +2

      Alerter
      • Sandrine // 26.02.2019 à 10h39

        Mitterrand avait une grande admiration pour Ernst Jünger ; en tout cas, il lui a rendu plusieurs fois visite en Allemagne. Mais cette admiration n’était apparemment pas partagée. Jünger se défiait du vernis d’homme de lettres de Mitterrand, il pensait que c’était un peu du pipeau de la part de Mitterrand et peut-être une stratégie politique.

          +2

        Alerter
        • Glbert Gracile // 28.02.2019 à 00h10

          “Jünger se défiait du vernis d’homme de lettres de Mitterrand, il pensait que c’était un peu du pipeau de la part de Mitterrand et peut-être une stratégie politique.” … je veux bien vous croire !

            +0

          Alerter
      • Karine // 26.02.2019 à 23h57

        Croyant, peut-être, mais il représentait un état laïc et s’en souvenait.
        En tant que croyante moi-même, je pense que la laïcité doit se défendre au quotidien. Et que ce repas annuel est exactement cela : une borne que certains se sont permis de franchir. Depuis, je n’ai guère entendu d’argument laïc chez nos politiques.
        Dommage, un vrai débat sur la laïcité pourrait permettre de se rappeler notre histoire.

          +7

        Alerter
      • RGT // 27.02.2019 à 08h46

        “Un poète et un artiste, un naïf et un “aimant”…
        Il n’y a aucune incompatibilité entre ces qualificatifs et le fait d’être un despote cruel et retors.

        Il suffit de regarder l’histoire passée pour se rendre compte que les pires dictateurs étaient des hommes “sensibles et cultivés”, certains poussant même leur sens artistique dans des “œuvres” d’une cruauté incommensurable.

        Par contre ils avaient TOUS une mégalomanie exacerbée et ce cher “tonton” était loin d’être le moins nanti de ce côté là.

        Arrêtons de sublimer ce type qui n’était au final qu’un opportuniste, un menteur et un manipulateur dont le seul réel objectif était la satisfaction de son ego surdimensionné au prix de compromissions et de trahisons peu reluisantes.

          +6

        Alerter
    • Rassemblement des Ouvriers et Intellectuels // 26.02.2019 à 12h36

      D’ailleurs toutes les politiques néocolonialistes (Venezuela ou Françafrique par exemple) visent les mêmes buts (dépossession des richesses des peuples pacifiques), pour le plus grand profit des mêmes prédateurs.

        +3

      Alerter
    • Tzevtkoff // 26.02.2019 à 15h36

      @Dmitry, vous avez un lien à proposer ?

      D’avance merci.

        +0

      Alerter
  • Fritz // 26.02.2019 à 06h55

    Sachant qu’en langue médiatique, « briser un tabou » est une preuve d’héroïsme, j’en conclus que France Info salue l’héroïsme de Nicolas Sarkozy, qui a transgressé un tabou en allant au fameux dîner le 13 février 2008.
    C’est un héros France Info : les héros qu’il vous faut.

    On sait que de Gaulle avait refusé de se rendre sur les plages de Normandie en 1964, pour le 20e anniversaire du débarquement. Un pauvre type qui n’osait pas briser les tabous, je suppose.

    Au passage, imaginez ce que diraient Valeurs actuelles, le Figaro ou Marianne si le président de la République se rendait à un dîner annuel organisé par les Musulmans de France.

      +97

    Alerter
    • Roger // 26.02.2019 à 09h29

      France Info se veut objectif et neutre, mais les préjugés s’insinuent dans le choix des expressions comme celle que vous relevez Fritz (“briser un tabou”). E que pensez vous ce celle-ci:
      “le CRIF est tout de même une institution dont la dimension religieuse n’est pas absente”
      Il me semble que le mot “Juif” ne désigne pas autre chose qu’une religion, sauf si on y met une connotation ethnique, et là on s’avance vers des considérations raciales sans aucun fondement.

        +23

      Alerter
      • Aboulafia // 28.02.2019 à 00h48

        “et là on s’avance vers des considérations raciales sans aucun fondement” :

        En fait, l’ambiguïté est et sera éternellement de mise, la judéité n’étant censée se transmettre que par la mère, ce qui amène de facto un aspect génétique au statut de juif ; aspect dont jouent aujourd’hui plus d’un rabbin dans ses commentaires ou d’un homme politique notamment s’il est israëlien. Ainsi, qu’est-ce qu’un juif “laïc” (et ils sont nombreux) ?
        Il y a encore eu jusqu’à très récemment des recherches sur un génome-type juif, ce qui est ressort directement de l’essence même du racisme et du racialisme (facile à trouver, même sur Wikipédia).

        Dans les faits, toutes les souplesses sont en fait permises, selon les candidats, les synagogues et les époques. Après, il y a des cas de conversion voulue mais non acceptés : les rabbins choisissent.

        Et les juifs ont d’ailleurs été des prosélytes patentés, comme les autres monothéistes, jusqu’au XIIe s. (relire : ” L’invention du peuple juif ?”, de S. Sand, qui fait une belle synthèse dans la 2nde partie de l’ouvrage).

        Et donc, les discours racistes d’origine juive sont toujours rigolos à lire, comme les autres discours racistes d’ailleurs.

          +5

        Alerter
  • Galvan // 26.02.2019 à 07h07

    Quand les historiens analyseront enfin la liste des forfaitures de N. Sarkozy, nous nous rendrons compte que cette personne en a cumulé un nombre impressionnant :
    – Financements douteux de sa campagne électorale
    – Passage en force du traité de lisbonne 2 ans après que les Français aient refusé son clone (traité de Maastrich)
    – Bombardement illegal de la Iibye hors du cadre de l’ONU
    – Tentatives de mise sous tutelle des juges d’instruction
    – Suppression du crime pour haute trahison du président de la republique
    – etc …

      +134

    Alerter
    • Fritz // 26.02.2019 à 07h15

      Petite correction : le traité de Lisbonne signé par Sarkozy n’était pas le clone du Traité de Maastricht, mais du Traité Constitutionnel européen (TCE). Pour le reste, vous avez entièrement raison. Avant sa promotion médiatique en 2002 comme super-flic de France, Sarkozy incarnait le trètre balladurien. Avec le commandant Esterhazy, il mérite une place de choix dans la galerie des trètres hongrois de l’histoire de France.

      Désolé pour le mot “trètre”, mais si je l’écris correctement, le message est supprimé aussitôt. A croire que la modération est assurée par Sarkozy.

        +80

      Alerter
      • Alfred // 26.02.2019 à 07h36

        Effectivement je viens de me faire censurer un commentaire sur le réchauffement climatique probablement par ce qu’il contenait ce mot. Ce n’est pourtant pas une insulte mais une opinion légitime qui peut être argumentée (à ce titre on née devrait pouvoir encourir le risque de diffamer). C’est bien malheureusement un des mots les plus sensibles et tabou de notre époque. Il est au cœur de notre actualité à tous les niveaux. Il faudra bien l’accepter tôt ou tard et y faire face.

          +22

        Alerter
      • Kiwixar // 26.02.2019 à 09h46

        Ça fait quelque temps déjà que j’écris “tr*ître” pour passer la modération. A croire que c’est un gros mot, ou un terme “complotiste” (il n’y aurait plus de tr*îtres à la nation, car plus de nations?).

          +43

        Alerter
    • SanKuKai // 26.02.2019 à 07h50

      Sans compter ses décisions unilatérales dont on voit les conséquences aujourd’hui :
      – Réintégration officielle de la France dans l’OTAN.
      – Redéfinition répressive de la politique de maintien de l’ordre avec arrestations préventives et flashballs.

        +82

      Alerter
    • Philippe30 // 26.02.2019 à 09h02

      Vente de réserves d’or au plus bas des cours à l’époque

        +58

      Alerter
    • Sandrine // 26.02.2019 à 10h38

      Merci @Galvan pour ce résumé dont je n’étais personnellement pas consciente.

      A noter que le crime de haute ta*ison en France concerne les présidents qui voudraient faire des coups d’état (Louis-napoléon Bonaparte aurait pu ainsi etre inculpé de crime de haute trahison si son coup d’état n’avait pas réussi)

        +3

      Alerter
  • TC // 26.02.2019 à 07h36

    Après on s’étonne que le complotisme fleurisse un peu partout. En effet, encore une fois pourquoi les présidents depuis Sarkozy se rendent à ce dîner et pas à un autre, comme par exemple celui des représentants du culte musulman ou bien celui des évêques, ces gens là mangent bien eux aussi, non ?

      +31

    Alerter
    • RGT // 27.02.2019 à 09h03

      En tant que pastafarien je me sens ostracisé par les politiciens qui refusent de reconnaître notre foi.

      Nous attendons tous avec impatience notre président bien-aimé pour l’inviter à un grand repas de nouilles, mais il a jusqu’à présent refusé toutes nos invitations.

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Pastafarisme

        +9

      Alerter
  • Basile // 26.02.2019 à 07h47

    Pardonnez ma totale inculture religieuse, mais j’apprends seulement ce jour à la lecture de cet article que le fameux dîner n’est qu’une fois par an. Car à entendre le battage journalier autour de ce pince fesses, javais cru que c’était toutes les semaines (j’exagère à peine).

      +11

    Alerter
    • Julien // 28.02.2019 à 14h24

      1 fois par mais le lobbying de ces gens c’est tous les jours pour rappeller les consignes données “1 fois par an”

        +7

      Alerter
  • Olposoch // 26.02.2019 à 08h51

    Comparaison intéressante ce matin sur France Culture dans le traitement médiatique des profanations des églises versus profanation des cimetières juifs en Alsace 1 minute plus tard…
    https://www.franceculture.fr/emissions/le-reportage-de-la-redaction/profanation-deglises-un-phenomene-reel-mais-limite

      +11

    Alerter
    • Recits d’Yves // 26.02.2019 à 20h33

      Les (au moins quelques uns pour former une majorité chez les médias) Gilets Jaunes ont-il eu des propos haineux ou des actions violentes qui visaient spécifiquement des Chrétiens?
      Je vous laisse répondre mais France Culture ou plutôt Florian Delorme nous donne sa réponse. Un brillant journaliste mais qui confond parfois information et propagande.

        +0

      Alerter
  • Owen // 26.02.2019 à 09h10

    La poignée de mains a été chaleureuse, la présence de Macron a été très appréciée par le président du CRIF.
    https://www.youtube.com/watch?time_continue=5&v=HP87mnIkD-g#t=35m

      +6

    Alerter
  • Zevengeur // 26.02.2019 à 09h13

    Voila a ce sujet un article sur les 4 principaux cas de trahison commis par Sarkozy :
    https://zevengeur.wordpress.com/2015/05/28/les-4-cas-de-haute-trahison-commis-par-lex-president-sarkozy/

      +11

    Alerter
  • Eric83 // 26.02.2019 à 09h26

    Le dîner au Crif de 2019 marquera-t-il la fin de la présence des Présidents de la République à cet événement annuel ?

    La question, je l’espère, se posera car l’omerta politico-médiatique en France sur la “séquence” qui s’est produite dans les 10 jours précédents le dîner du Crif ET simultanément le tsunami politique qui secoue Israël jusqu’à la communauté juive aux US, finira par être publiquement révélée; je veux parler du black-out total sur l’alliance de Netanyahu avec un parti ultra-nationaliste haineux et raciste

    Pour résumer, le 1er ministre Benyamin Netanyahu, se sentant en grande difficulté pour les élections qui auront lieu bientôt, a décidé de passer un accord électoral avec le parti le plus ultra-nationaliste d’Israël – Otzma Yehudit -, ouvertement haineux et raciste.
    Ceci afin d’essayer de maintenir une coalition de « droite » suffisante au parlement pour conserver le pouvoir, et pour lui, de conserver son poste de 1er ministre.

    Otzma Yehudit est le successeur d’un parti qui a été reconnu coupable à plusieurs reprises d’actes terroristes. Un rabbin israélien a récemment comparé Otzma Yehudit au parti nazi et a refusé de revenir sur ses propos malgré des menaces. D’autres comparent ce parti au KKK, le tristement célèbre Ku Klux Klan aux Etats-Unis.

    suite….

      +31

    Alerter
  • Kiwixar // 26.02.2019 à 09h53

    “Mais les juifs français ne participent pas aux élections israéliennes”

    Sauf si ils sont binationaux franco-israëliens. Les binationaux (dont je suis, soit dit en passant) ne devraient pas être autorisés à être élus de la République, ni hauts fonctionnaires. Tout fonctionnaire binational devrait être tenu de déclarer sa 2eme nationalité. Les Chinois ne peuvent acquérir une 2eme nationalité (ils perdent leur nationalité chinoise).

      +27

    Alerter
    • Caton l’Ancien // 26.02.2019 à 19h53

      “Les binationaux (dont je suis, soit dit en passant) ne devraient pas être autorisés à être élus de la République, ni hauts fonctionnaires.”

      Je crois que formulée comme cela, une telle proposition serait considérée comme discriminante : que l’Etat français distingue ceux qui ont la nationalité française de ceux qui ne l’ont pas, c’est constitutif de ce qu’est la nationalité ; mais qu’il distingue ceux qui sont Australiens de ceux qui ne le sont pas, serait une discrimination. On peut essayer de se raccrocher au branches en disant qu’on se fiche de savoir quelle est l’autre nationalité, on se demande simplement s’il y en a une… je pense que ça ne passe pas juridiquement.

      Après, je doute que ce soit opportun : si un français ou une française a épousé un espagnol ou une espagnole et a donc acquis la nationalité espagnole, le ou la rendre inéligible pour ce seul fait me paraît nuisible.

        +0

      Alerter
      • Alfred // 26.02.2019 à 21h03

        La réponse est simple. Choisir une nationalité parmis celle qui nous sont éventuellement échue. Pas facile à faire pour l’intéressé mais très simple d’un point de vue administratif : naturalisé français on est plus chinois (et vice versa). Et si comme certains pays on ne peut pas quitter la nation, ben… on ne peut pas en acquérir une autre (ça changerait des choses dans notre paysage politique.. ).

          +2

        Alerter
      • K // 26.02.2019 à 21h05

        Il suffit de supprimer la double-nationalité (comme l’Allemagne, la Chine, le Japon…). Ainsi, on n’aurait plus d’élus binationaux ni de citoyens binationaux.

        La loi oblige bien le citoyen à n’avoir qu’une seule épouse, pourquoi la loi n’oblige-t-elle pas à n’avoir qu’une seule nationalité? Pourtant je suis bien plus choqué par la binationalité (affaire publique) que par la polygamie (affaire privée).

        De toutes façons il faudra bien l’interdire un jour (avant que les binationaux ne l’empèchent par leur poids électoral), car avec la massification des marriages binationaux, de plus en plus d’enfants auront 2 passports, de plus en plus de petits enfants auront 4 passports, de plus en plus de petit-petit-enfants auront 8 passports, etc. Quelle est la valeur de sa nationalité lorsque l’on a 10 passports? Veut-on un monde sans nations?

          +13

        Alerter
        • Caton l’Ancien // 27.02.2019 à 18h19

          @K et @Alfred

          Le problème, c’est que la France décide qui est français ou pas et c’est la Chine qui décide qui est chinois ou pas. Donc, l”état français ne peut pas “supprimer la binationalité” comme ça : ou ça demande des négociations internationales (et je doute que ça aboutisse) ou il s’agit de prendre des mesures particulièrement expéditives comme retirer la nationalité française à quiconque possède une autre nationalité.

          Imaginez que, né d’un couple de nationalité mixte, j’ai deux nationalités dont la française. Imaginez que je vive en France, que je sois plus attaché à la France qu’à mon autre pays mais que cet autre pays ne connaisse pas de procédure de renoncement à la nationalité ; la France doit-elle me rejeter pour cela ?

          Bref, ça me semble poser des problèmes juridiques qui ne sont solubles qu’à la condition de ne pas avoir peur d’être injuste.

          Tout ça pour se pseudo-prémunir contre des trahisons fantasmées : les plus grand tra.tres à la France étaient franco-français + si un franco-espagnol souhaite trahir la France au profit de l’Espagne, je doute que la question administrative de la nationalité y change quoique ce soit.

            +2

          Alerter
  • Julien // 26.02.2019 à 10h04

    La plus dérangeant dans ce dîner c’est que seul le gratin est invité. les sujets traités sont ethnocentrés. Ils sont dans l’entre soi, le communautarisme à outrance. On parle de laïcité mais c’est tout sauf cela. Chaque président depuis Sarkozy se rend à ce dîner en rampant, oui, en rampant. Et quand je vois comment Kalifa a pris le bras de Macron, je trouve cela scandaleux. Qu’on aime ou pas Macron, on doit respecter la fonction presidentielle, et le président d’une simple association qui ne représente presque personne, n’a pas à se comporter comme cela avec le Président. a moins que … Macron n’ai pas le choix d’être le pantin de ce dîner. Il est à noté que chaque année, bien souvent, le sujet principal est la lutte contre l’antisémitisme. Très bien. Mais inviter le président et tout le gratin pour dire que 600 ou 700 actes (principalement des paroles) antisémites se sont déroulés en France, pays qui compte 66 millions d’habitants ça a tendance à m’énerver. Faire de faits isolés une généralité et les comparer aux années 30 et aux chemises brunes commence aussi à m’échauffer. Les musulmans sont les paillassons de ce pays depuis des décennies sans que personne ne s’offusque, sans qu’on organise de dîner, sans qu’on vote une seule loi … ce communautarisme qui se croit supérieur aux autres doit cesser. Nombreux sont les juifs qui dénoncent cela et ils ont raison.

      +53

    Alerter
    • Karine // 27.02.2019 à 00h04

      Avez-vous des infos sur le nombre de personnes que le CRIF représente? nombre d’adhérents, par exemple?

        +1

      Alerter
      • Julien // 27.02.2019 à 10h15

        Oui ils représentent beaucoup d’associations qui elles ne représentent personne. Certaines sont des coquilles vides. Beaucoup même. Et oui les juifs de France ne se sentent pas représentés par cette officine. suffit de chercher sur internet pour en avoir la preuve… Pour rappel Mr Kalhifa a été élu sans qu’aucun de la communauté n’en soit informé. On sent déjà l’esprit démocratique dans le fonctionnement de ce machin … Soyons honnête à part jouer au pyromane tous les ans le CRIF ne sert à RIEN.

          +8

        Alerter
    • RGT // 27.02.2019 à 09h17

      Concernant Macron, il suffit de se renseigner sur son ancien employeur pour connaître ses motivations.

      Employeur qui est, il faut le souligner, exilé fiscal dans le beau pays “démocratique” tant adulé par les organisateurs de ce dîner…

      Macron, comme de très nombreux autres politicards, est simplement le pantin d’exilés fiscaux et se doit d’obéir à ses maîtres.

      Avant de subir des remarques désobligeantes je rappelle que la majorité des exilés fiscaux ne résident pas dans cette “démocratie”. La suisse, la Belgique, Le Luxembourg et les îles anglo-normandes sont en tête de liste des destinations de ces “bienfaiteurs” de l’humanité.

        +6

      Alerter
  • Xavier // 26.02.2019 à 10h40

    J’en viens à me demander si le capitalisme et Israël n’ont pas généré une symbiose (Association bénéfique reciproque obligatoire).

    Les affres du capitalisme devenant tellement évidents, seule la défense du retour des années sombres peut justifier son maintien en place.

    Réciproquement, Israël bénéficie d’un soutien inconditionnel, qui justifie d’intervenir pour sa « sécurité »… très pétrolifère.

    Quant aux actes d’antisémitisme, à écouter avec elle hargne des représentants d’Israël ou du CRIF provoquent dans les médias, on peut se demander s’ils n’ont pas pour objectif stratégique de générer un énervement en retour pour nourrir cette angoisse dans leur communauté.

    Voilà donc deux entités intimement liées, dont aucune ne pourrait subsister sans l’autre.
    Pas de complot, juste un cynisme consommé pour maintenir une dominance.

      +14

    Alerter
    • Karine // 27.02.2019 à 00h06

      Le lien dont vous parlez me semble plutôt être le lien “USA – Israël”.
      Je n’ai jamais compris vraiment pourquoi, mais ce soutien est indéfectible dans la population américaine.
      “Là-bas si j’y suis” y avait consacré une émission édifiante : comment les hommes politiques américains doivent faire voeu de soutenir Israël pour contenter leur opinion publique. Ca faisait vraiment peur…

        +8

      Alerter
      • Xavier // 27.02.2019 à 08h40

        Oui, mais il me semble que cela s’étend ici à mesure que l’impasse de la croissance devient évidente.

        Le système est expansionniste, et ne sait pas faire différemment.
        Il faut une diversion permanente et écrasant toute critique pour empêcher de changer que des gens aient le temps de poser un débat.

          +2

        Alerter
  • christian gedeon // 26.02.2019 à 11h57

    je me répète…rien sur l’Afrique en pleine ébullition? Rien sur la rencontre KIM / TRUMP…au Vietnam? Rien sur le report des droits de douanes US concernant la Chine? Rien sur l’affrontement prévisible entre Inde et Pakistan? Rien sur le sommet Sissi? Rien sur l’Algérie? Rien sur la stupidité de Maduro? Tout sur les stats antisémites, et le “diner ” du CRIF….Rien sur le record toutes catégories battu par le Mexique avec plus de soixante mille assassinats et des disparitions par dizaines de milliers?Rien sur les centaines d’africains qui périssent tous les jours,non pas en traversant la Med,mais en creusant les mines de métaux rares? Rien sur le terrible affrontement en Egypte entre les enfants de Daech soutenus pat la Turquie…..et l’Iran(incoyable non?) et l’armée? Rien sur ce qui va se passer en Syrie avec l’affrontement devenu inévitable pour Idlib? Plus rien du tout sur le Yémen? Même sur le Vénézuela? Assez parlé des juifs et du climat et des stats…si les Crises revenaient à leur véritable ,vocation? Ce serait une surper idée,non?

      +8

    Alerter
  • christian gedeon // 26.02.2019 à 12h55

    je ne comprends absolument pas pourquoi mon commentaire sur Sarkozy a été modéré….oui,il a été grand en 2008…non,je ne l’aime pas. Oui,il a commis une erreur avec l’Uoif qu’il a compensée si j’ose dire avec le Crif…çà ,c’est la vérité. Modérer l’évidence ne sert à rien. Dommage,mais çà fait partie de la dérive que je regrette profondémment des Crises depuis quelques mois… M. Berruyer n’ a sûrement pas assez de temps pour contrôler l’ardeur politqiue de certains de ses modérateurs…que les Crises redeviennent les Crises,s’il vous plaît… seule la vérité libère. le dogme enchaîne.

      +4

    Alerter
  • Opp’s // 26.02.2019 à 13h35

    Effectivement le louvoyant Mitterrand n’appréciait pas le lobby juif.
    Et avait des coquetteries le poussant à refuser ce genre de diner comme à faire camoufler les armes de guerre de nos avions , qui auraient pu heurter ses yeux, lors d’une visite.
    Mais rassurons nous 😉 , son entourage nous affirme que cette hostilité avait des limites très rapides (N’a-t-il pas pris la tête du cortège lors des incidents de Carpentras ?) … Quoique par ailleurs notre homme faisait fleurir la tombe de Pétain , qui lui-même l’avait décoré de la francisque , et que sa sympathie et parfois sa participation aux manifestations très colorés extrême-droite des années 30 paraissent avérées.
    Cela pourrait aussi faire penser à De Gaulle qui parlait de peuple “sûr de lui et dominateur” tout en armant son Etat des mirages qui ont permis la victoire fulgurante de la guerre des 6 jours, à l’origine d’une bonne part de la situation actuelle.

      +0

    Alerter
    • Christian Gedeon // 26.02.2019 à 14h28

      Mon ami la défaite dite arabe a été causée par la très profonde incompétence des chefs militaires et politiques égyptiens et syriens…de vrais cretins et je vise particulièrement le « maréchal Amer » ce fou furieux qui a provoqué la fermeture du détroit de Tiran…et provoqué la perte non seulement du Sinaï,mais aussi et surtout du glacis stratégique du Golan,et la Cisjordanie qu’a l’epoque Et au début de cette mini guerre,Israël n’envisageait même pas d’attaquer. Et qui est aujourd’hui pour Israël un insupportable et inabandonnable fardeau…j’en ai vraiment marre de lire des gens raconter n’importe quoi sur la guerre dite des six jours…c’est fatigant à la fin.

        +0

      Alerter
  • ima // 26.02.2019 à 16h35

    Je suis obligé d’être d’accord avec Mitterrand ! Quand on est Président d’une République laïque, on doit s’abstenir de ce genre de dérapage.
    Surtout que les 3 larrons successifs qui ont succombé au charme du CRIF n’ont jamais rien fait pour assister, par exemple, aux rencontres des évêques de France.
    Il y a donc plus qu’une simple rencontre bon enfant, le désir de pilotage de notre politique, au moins étrangère, par une infime minorité (pour rappel, même si le CRIF représentait la totalité des gens de confession israélite en France, ça fait à peine 1% de la population).
    [modéré]

      +5

    Alerter
  • Max // 26.02.2019 à 16h39

    Je recommande la lecture du texte de 1905.
    N’en déplaise à ceux qui rêvent d’un monde sans religion, la laïcité se conçoit comme une séparation des pouvoirs, et nullement comme une absence de dialogue, ni une absence du religieux dans le domaine public ou politique.
    La loi de 1905 est de ce point de vue assez équilibrée, et le discours du Latran de Nicolas Sarkozy, s’il déplaît aux laïcards, présente une interprétation fidèle à l’esprit de la loi.

    Que le président s’abstienne d’aller au dîner du CRIF parce que ce n’est pas son rôle, ça se conçoit.
    Qu’il s’abstienne parce que ce serait trop déséquilibré envers les autres religions, d’accord.
    Que ce soit devenu un événement trop médiatique et mondain, c’est possible.
    Mais refuser au nom d’un principe abstrait selon lequel il ne faudrait surtout pas dialoguer officiellement avec une religion, voilà un raisonnement bien contestable.

    Si les dirigeants du CRIF tirent la couverture à eux, c’est leur problème et il revient à nos représentants de les remettre à leur place. Encore faudrait-il que ces réprésentants aient à coeur de défendre les intérêts de ceux qu’ils représentent, mais c’est encore un autre problème.

      +9

    Alerter
    • Karine // 27.02.2019 à 00h13

      je vous rejoins tout à fait sur l’aspect religieux.
      Mais le CRIF, à mon avis, dépasse le cadre religieux, et c’est bien ce que je lui reproche : tous leurs arguments assimilent les personnes de famille juive à des pratiquants de la religion juive et à la défense d’un état étranger, Israël.
      Si je fais un parallèle avec mon cas : je suis baptisée, suis-je forcément une croyante aujourd’hui? suis-je donc plus concernée par ce qui arrive aux chrétiens en Syrie que par les victimes au Yemen?
      Non, je me sens française et humaniste. Ma foi ne me définit pas, pas entièrement.
      Quand on profane une tombe, attaque-t-on une personne, un groupe ou une religion? pour le CRIF, l’amalgame est toujours fait.
      Du coup, ce dialogue avec les religions est pris en otage par du communautarisme.
      Et pire, par de la politique étrangère!
      On devrait les exclure des mouvements religieux, ils décrédibilisent les associations de culte.

        +5

      Alerter
  • yhvh // 26.02.2019 à 17h57

    D’après des personnes biens informées, prix du repas : 900 Euros, si c’est exact, c’est bien entendu lamentable vue la situation actuelle, 20 000 Français d’origine Juive vivent en dessous du seuil de pauvreté à Paris, en oubliant pas les 200 000 S.D.F. de ce pays, les 9 millions de personnes en France vivant en dessous du seuil de pauvreté
    Que les Présidents Français soient allé ou pas au diner du C.R.I.F, on s’en tape le coquillard..! ça change quoi l’année suivante..?!!

      +5

    Alerter
  • xc // 26.02.2019 à 19h02

    “Il faut dire que la vague d’antisémitisme qui a frappé la France depuis la fin des années 1970 inquiète particulièrement les Français de religion juive.”
    Que je sache, pour un antisémite, un Juif est juif quelle que soit sa religion ou son absence de religion.
    Qu’est-ce qui fait qu’aux yeux d’un antisémite une personne est juive est une question à lui poser. Je n’ai pas la réponse. Elle ne relève probablement pas de la Raison.

      +1

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications