Les Crises Les Crises
1.avril.20191.4.2019 // Les Crises

Emmanuel Todd et Marcel Gauchet : Comprendre Macron

Merci 640
J'envoie

Source : Critique de la raison européenne, Youtube, 31-03-2019

Critique de la raison européenne recevait Emmanuel Todd et Marcel Gauchet le 26 mars 2019 pour une conférence intitulée “La France sous Macron : de la fracture sociale à l’explosion ?”.

Depuis le début du mouvement des Gilets jaunes, la société française a basculé dans une situation de crise inédite. Et qui de plus approprié pour analyser la crise sociale actuelle, penser son avenir et celui du quinquennat d’Emmanuel Macron, que les deux penseurs à l’origine du concept de “fracture sociale” ? Il devient urgent de se demander vers où va la France astreint à la politique d’Emmanuel Macron : est-elle au bord de l’explosion ?

Conférence présentée et animée par Etienne Campion, vice-président de Critique de la raison européenne. https://twitter.com/EtienneCampion

N’hésitez à nous suivre sur Facebook et Twitter pour un suivi critique quotidien de l’actualité politique et la publication de nos travaux, conférences et analyses.

Nous cherchons actuellement à nous développer et vous remercions pour vos nombreux partages et soutiens.

Facebook : https://www.facebook.com/critiquedela…

Twitter : https://twitter.com/CRE_SciencesPo

Source : Critique de la raison européenne, Youtube, 31-03-2019

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Cgrotex // 01.04.2019 à 08h18

Depuis la crise des gilets jaunes , Macron a privatisé ADP , La Française des Jeux et Engie. Le projet de privatiser les barrages hydrauliques avance à grand pas et une nouvelle privatisation des routes nationales est dans les cartons.
Malgré le tapage médiatique , le gouvernement avance plutôt tranquillement.

64 réactions et commentaires

  • Fritz // 01.04.2019 à 08h15

    Emmanuel Todd, à 8’45 : « ce qu’on ne dit jamais sur la crise des Gilets jaunes, c’est que Macron a perdu… en fait, les Gilets jaunes ont gagné, et cette victoire a été noyée sous un flot de paroles ». Cette réflexion paradoxale, typique de Todd, mérite d’être discutée. Si les lecteurs qui ont le temps de regarder ce débat en entier pouvaient le faire, en s’appuyant sur les propos de MM. Todd et Gauchet…

    La réflexion de M. Todd est toujours stimulante. Quant à M. Gauchet, il avait eu le mérite de signaler il y a longtemps le retour d’une oubliée : la lutte des classes.

      +26

    Alerter
    • Cgrotex // 01.04.2019 à 08h18

      Depuis la crise des gilets jaunes , Macron a privatisé ADP , La Française des Jeux et Engie. Le projet de privatiser les barrages hydrauliques avance à grand pas et une nouvelle privatisation des routes nationales est dans les cartons.
      Malgré le tapage médiatique , le gouvernement avance plutôt tranquillement.

        +84

      Alerter
      • Recits d’Yves // 01.04.2019 à 08h39

        Quel tapage médiatique?
        Une fois l’orage jaune un peu passé, les médias reprennent en cœur leurs discours habituels et complètement tournés vers un Macron qui “a appris de ses erreurs” et qui est “plus fort que jamais pour continuer de réformer le pays”. Et cela à la veille des élections européennes dont le risque est bien l’avènement des populistes en lieu et place des progressistes. Par conséquent, il leur faut nous expliquer et user de pédagogie pour ne pas mal voter.
        Rappel:
        Macron a décalé la publication de sa réforme des retraites après les élections. Y a t-il un seul média pour s’en étonner?

          +35

        Alerter
        • Wotr // 03.04.2019 à 08h39

          Des personnalités singulières comme Gérarld Bronner sont assez stimulantes sur lcp, notemment au lendemain de la crise de samedi dernier. Cependant, ils sont obligés de fabriquer eux aussi notre consentement. Et on se demande bien malheureusement à quel prix. Car le progressisme -comme le souverainisme- est un mot actuellement galvaudé

            +0

          Alerter
      • Alfred // 01.04.2019 à 08h57

        Effectivement “dissolution” aurait été un mot d’ordre plus efficace et utile que “démission” ou que le cocasse mais vraiment vain “on vient te chercher chez toi”. Cela aurait au moins permis d’éviter la poursuite de la grande braderie.
        Il n’y a aura probablement de dissolution qu’après que la bérézina des inutiles européennes soit passée (et que l’on puisse à nouveau faire frissonner les impressionnablesavec les épouvantails: retour au bercail raisonnable pour les législatives).

          +5

        Alerter
      • Sandrine // 01.04.2019 à 10h03

        Par contre on ne parle plus de la GPA, plus trop des retraites et Macron a dit qu’il ne changerait pas les règles de succession « pour ne pas entamer son capital politique »(dixit)
        (NB : certains libéraux réclamant de s’aligner sur le droit anglo-saxon en matière de succession, ce qui serait un recul par rapport aux règles d’égalité propres à la France depuis la révolution et qui aurait pour effet de creuser encore plus les inégalités patrimoniales)

          +10

        Alerter
        • Calal // 01.04.2019 à 14h51

          Tiens,ça pourrait expliquer tout ce barouf médiatique derrière la succession de Johnny Halliday

            +2

          Alerter
      • Jean Duroi // 01.04.2019 à 10h04

        La célérité avec laquelle ils se précipitent pour privatiser ce qu’il reste de trésors est révélatrice de la fin d’une époque qu’on pensat noire et qui s’avérera un dernier rayon de lumière. Car dorénavant, ça sera l’abime ou la guerre, et ils le savent pertinemment, ce sont les parents du golem financier.

          +22

        Alerter
      • charles // 01.04.2019 à 10h45

        c’est toute la ruse de ce gouvernement qui joue la corde de la non violence bien plus que sur celle de la violence, malgré les apparences montrées en gros plan par bfmerde.

          +3

        Alerter
      • Papone // 01.04.2019 à 13h56

        “Le gouvernement avance plutôt tranquillement”, faut le dire vite:
        http://www.leparisien.fr/politique/proche-du-burn-out-rince-isole-la-mauvaise-passe-de-macron-30-03-2019-8043147.php
        Pas encore à mi mandat, plus aucun capital politique à l’extérieur, à peine 20% de soutien réel à l’intérieur. Ce qui n’empêche pas de commettre quelques larcins comme les dernières privatisations. Mais Todd a sans doute raison d’affirmer que les GJ ont brisé Macron. Son programme c’était “mater les français et négocier avec les allemands” et il s’est pris deux claques.
        Et pour défendre Todd, qui n’en a pas besoin, on devait se rappeler qu’il n’est pas dans le commentaire de l’instant mais qu’il a souvent un coup d’avance. Dernier exemple, quand même, le 3 octobre dernier (donc avant les GJ), où il concluait que Macron allait devoir s’appuyer sur la police et l’armée pour tenir. Plutôt lumineux avec 6 mois de recul.
        Dans la même conf, il disait que la mairie de Lyon était plus attractive et concentrait plus de pouvoir réel qu’un ministère d’état. On le voit encore aujourd’hui avec les candidatures à la mairie de Paris.
        https://www.youtube.com/watch?v=3Z0yih4Md74&feature=youtu.be

          +26

        Alerter
        • Wotr // 03.04.2019 à 08h50

          De toute façon on va passer un mauvais quart d’heure

            +1

          Alerter
      • nonoJ // 04.04.2019 à 10h14

        Bonjour,
        Tout à fait. Ceci dit, pour une fois, il ne déroge pas à sa parole: rien ne changera la feuille de route… et dans une logique de néo-libéralisation outrancière on peut déjà imaginer la privatisation des hôpitaux, des écoles et, certainement une des prochaines victimes: le propriétaire immobilier. Dans une logique de dynamique des flux néo-libérale, il est anormal qu’une telle manne immobilière reste statique, nos énarques vont probablement faire ce qu’ils savent faire de mieux: nous imposer tout ça.
        Après, ce que ces “zélites” ont du mal à percevoir, percher qu’ils sont sur leur promontoire doré, c’est qu’en empilant ces mesures spoliatrices et confiscatoires, ils ne font qu’exacerber des inégalités pourtant flagrantes et, qu’à force de souffler dans le ballon de baudruche, celui ci va immanquablement finir par éclater. Le mouvement des gilets jaunes n’en est qu’un prémisse…

          +0

        Alerter
    • Bidinou // 01.04.2019 à 09h54

      J’avoue que je n’ai pas eu le courage de regarder la vidéo en entier, tant il me semble que les réflexions des intervenants sont hors sol.

      Ils ne comprennent pas que Macron ait été élu (une surprise). Pardon ? N’ont-ils rien suivi du matraquage médiatique et du soutien de nombreux oligarques ? Ils disent que les gilets jaunes ont gagné ? Pardon ? N’ont-ils rien suivi des nombreuses réformes en cours, privatisations de partout, fonction publique, assurance chômage, retraites etc etc. Macron n’a pas de vision, ne sait pas où il va ? Pardon ? Sa politique ne correspond-elle pas exactement à ce pour quoi ses soutiens l’ont fait élire et aux injonctions de la CE ?

      Franchement, je suis sur le cul que Todd semble ne rien avoir suivi à ce point.

      Mais j’ai peut-être tort et devrais peut-être tout écouter.

        +45

      Alerter
      • charles // 01.04.2019 à 10h48

        je l’ai pas vue non plus mais ce que vous rapportez signe assez bien la mollesse de mon intérêt pour cette vidéo.

          +4

        Alerter
      • Véro // 01.04.2019 à 11h09

        Matraquage médiatique, sans aucun doute.
        Il faut se souvenir par exemple de la démission de Macron en 2016 de son poste de ministre de l’économie.
        Toute la journée les chaînes d’info en continu ont suivi cette démission, caméras braquées sur le ministère dans l’attente fébrile de la sortie de Macron, prêtes à suivre ses moindres faits et gestes.
        Des ministres démissionnaires, il y en a eu plein d’autres, avec bien moins de cinéma !

          +13

        Alerter
      • Maud // 01.04.2019 à 15h26

        J’étais présente à la conférence, à l’évidence ils n’ignorent rien de ce que vous évoquez. Ces deux chercheurs sont dans la profondeur de l’histoire et non pas dans le commentaire du conjoncturel. Quand on a lu les recherches de Todd ses propos sont en ligne avec ses conclusions. Il pratique l’humour anglais auquel les français sont parfaitement insensibles. Le propos était clair, des destructeurs qui ne font rien pour développer l’économie et dont le seul bilan dont on parlera ce sera la répression. Une interrogation sur la structure et la fragilité psychologique du personnage. L’allusion claire aux pays de la zone euro : Portugal, Espagne, Autriche, Italie, Hongrie etc… et bien d’autres propos encore
        Le défaut souvent s’est d’attendre dans la bouche des autres ou dans la lecture d’un article ses propres mots d’où une certaine déception. Pourtant les mots prononcés lors de la conférence sont sans appel.

          +23

        Alerter
        • Le Rouméliote // 01.04.2019 à 15h40

          ” Il pratique l’humour anglais auquel les français sont parfaitement insensibles.” Désolé, mais je suis fan de l’humour des Monty Pythons depuis 40 ans, bien que français !
          And now something completely different… Le plus important est que l’on aurait pu remplir le plus grand amphi de sciences po’. Par conséquent, même les étudiants de sciences po’ commenceraient à sortir de l’eurobéatitude. c’est une bonne nouvelle !

            +9

          Alerter
      • Wotr // 03.04.2019 à 08h52

        Todd vit dans un passé doré et je peux le comprendre. Macron incarne une sorte d’irréel imo

          +0

        Alerter
    • François Marquet // 02.04.2019 à 16h21

      Le prochain président aura à renationaliser les biens communs vendus…
      Qui portera ce programme?

        +9

      Alerter
  • Marie // 01.04.2019 à 09h18

    Comment se fait-ce que le projet de privatisation de la grotte et du sanctuaire de Lourdes vous ait échappé? France 3 en a longuement parlé vendredi dernier, dans son journal régional !

      +8

    Alerter
    • Guadet // 01.04.2019 à 12h35

      L’Arabie Saoudite est prête à racheter, forte qu’elle est de la gestion du sanctuaire de La Mecque. Mc Do est partenaire, et il ya des projets de gratte-ciel et même d’un transfert d’Europa-city à Lourdes.

        +5

      Alerter
  • Kokoba // 01.04.2019 à 09h49

    J’adore écouter Emmanuel Todd.
    Ce type a un vrai talent et est vraiment agréable à écouter.

    Par contre, je suis un peu déçu des raisonnement avancés.
    Todd et Gaucher sont de vrais intellectuels mais on a l’impression qu’ils refusent de pousser leur logique jusqu’au bout.

    Par exemple, ils constatent que malgré la détestation de Macron, aucune opposition n’en profite.
    Ils constatent mais ils n’avancent pas d’explication.
    La réponse est pourtant simple et s’appelle l’Union Européenne.

    Nous sommes arrivés à un point de l’histoire où il ne peut y avoir que 2 positions : pour ou contre l’UE.
    Le clivage droite/gauche ne peut exister que s’il est possible d’avoir une politique différente, c’est à dire si la France est un etat indépendant.
    Mais nous ne sommes plus un pays indépendant, nous n’avons plus le controle de notre monnaie, ni de nos lois, ni de notre économie, ni de nos frontières.

    Donc une opposition ne peut exister que si elle propose la sortie de l’UE et le retour à l’indépendance.
    Ensuite, une fois notre liberté retrouvée, on pourra parler de politique différente.

    Tant qu’on reste dans l’UE, il faut considérer la France était comme autrefois la RDA au sein de l’URSS :
    – un parti unique
    – des médias sous controle,
    – le véritable pouvoir exercé dans une capitale étrangère,
    – une politique extérieure dictée par l’étranger
    – des politiques sans pouvoir réel qui sont là pour maintenir l’ordre
    – une oligarchie qui n’a qu’un but : piller tout richesse

      +54

    Alerter
    • Maud // 01.04.2019 à 15h31

      Effectivement actuellement personne n’en profite c’est l’éparpillement généralisé qui permet compte tenu du système électoral de .caracoler en tête.
      C’est bien sûr l’UE mais les citoyens sont encore libres (si le libre arbitre existe) de mettre un bulletin dans l’urne et ils ont tous les deux parlé de phénomène d’hallucination de façon parfaitement clair.

        +2

      Alerter
    • calal // 01.04.2019 à 19h51

      Vous supposez que nous sommes les seuls a influer sur notre destin.
      Or il est possible que l’ue ne soit qu’une creation des us “clintonniens” et que les us “trumpistes” n’en aient plus besoin et qu’il la bazarde.
      D’ou les hypotheses suivantes :Si trump est reelu en 2020,l’ue est morte
      si c’est un democrate ou un autre que trump, l’ue peut survivre.
      Voir meme si l’ue se soumet a trump, elle peut encore etre utile et servir….
      Donc tout le monde attend les elections us de 2020 avant de bouger?

        +0

      Alerter
      • Lole // 01.04.2019 à 23h49

        Apres hollande ca devait bouger, je crains le pire encore une fois… lol, ou pas…

          +0

        Alerter
  • Bèbert le Fou // 01.04.2019 à 10h05

    Je retiens, entre autres bien entendu, le bon mot d’Emmanuel Todd :
    – Pourqoui Emmanuel Macron n’est pas fasciste ?
    – Parce que Mussolini, lui, avait un programme économique.

    Macro lui a seulement une feuille de route : faire plaisir à sa caste.

      +31

    Alerter
    • Kokoba // 01.04.2019 à 11h23

      Encore une fois, Todd fait des constatations mais il ne pousse pas la réflexion au bout.
      Macron n’a pas de programme économique parce que çà ne l’interesse pas.

      En fait, diriger la France ne l’interesse pas.
      Tout simplement parce que diriger un etat c’est déjà avoir la notion d’etat et donc de peuple et d’interet commun.

      Hors Macron n’est pas un politique, c’est un manager.
      Ce qui l’interesse, c’est le chiffre d’affaire (combien dans la caisse) et les dividendes : combien il peut prendre dans la caisse pour le distribuer aux actionnaires (ses amis oligarques).

      L’ancienne génération de politiques (Mitterand/Chirac/Jospin) pouvait gouverner plus ou moins à droite ou à gauche mais ils avaient quand même cette notion d’etat.
      La nouvelle génération (Sarkozy/Hollande/Macron) n’a aucun sens de l’etat.
      C’est cette rupture nette qui fait toute la différence.

        +57

      Alerter
      • . // 01.04.2019 à 15h34

        Todd est certainement de ceux qui se censure le moins et n’est jamais dans la déférence ce qui est rare. Alors tous vos arguments il les connait parfaitement et s’exprime souvent par l’humour qui échappe aux français. Pour qui connait ses livres, ses recherches (j’en ai lu onze) se propos étaient parfaitement clairS;

          +7

        Alerter
      • Idomar // 05.04.2019 à 19h54

        Macron un manager …qui se rêve tel ! Vous confondez avec liquidateur.

        Un manager s’assure que les flux ne sont pas taris parcequ’il en a besoin sinon pas de distribution de dividendes.
        En revanche liquidateur oui : il vend les actifs, l’exploitation il n’en a rien à faire.

          +0

        Alerter
  • Cgrotex // 01.04.2019 à 10h13

    Dans ce débat , malheureusement , Todd s’enferme dans SES désirs. Il use beaucoup de son humour mais se trompe quasiment sur tout à mon gout. Il ne voit pas que Macron avance sur ses réformes malgré une incroyable solitude qu’elle soit national ou Européenne. Le président arrive toujours à s’appuyer sur les forces de la haute-bourgeoisie pour faire passer les projeeeeeeeeets de la commission Européenne.
    Les gilets jaunes n’ont non seulement quasiment rien obtenues , mais ont peut-être sauvé le quinquennat de Macron en l’obligeant à faire une petite relance économique.

    Heureusement , Marcel Gauchet équilibre un peu le débat, mais Todd use tellement de sa logorrhée…
    Petite question; Est-ce que la personnalité la plus intéressante du débat ne serait pas l’animateur !? (Etienne Campion)

      +13

    Alerter
    • . // 01.04.2019 à 15h42

      Pour qui a lu ses livres, il ne s’est pas trompé beaucoup : “Après la démocratie” c’est ce qui nous arrive, le vote prévisible du Brexit (anglais famille nucléaire absolue), le vote probable de Trump quand tout le monde croyait à Clinton, la désindustrialisation des USA qui ont besoin de conflits et de guerre partout pour maintenir leur puissance (Après l’Empire un livre qui a déjà environ 15 ans), “L’illusion économique” écrit bien avant la crise de 2008 et j’en passe.
      La lecture de ses livres pour comprendre ses interventions est indispensable.

        +10

      Alerter
      • RV // 01.04.2019 à 20h29

        ” La lecture de ses livres pour comprendre ses interventions est indispensable. ”
        Alors qu’il arrête de parler !
        Dénier tout programme à Macron est un peu dur à avaler, un peu fort de café.
        Le détricotage de l’Etat républicain à la française, une absence de programme ?
        Les privatisations à tour de bras, une absence de programme ?
        L’enterrement du code du travail, une absence de programme ?
        Le démantèlement de la sécu, une absence de programme ?
        La mort de l’hôpital public, une absence de programme ?
        Cette absence de programme est le programme du 1%
        et elle lui profite grandement.

          +7

        Alerter
        • . // 02.04.2019 à 23h40

          Il parlait de programme économique, de la réindustrialisation du pays. C’est d’ailleurs expliqué tout au long de la conférence y compris par M Gauchet;
          Vous auriez pu rajouter que la vente dans des conditions obscures de l’aéroport de Toulouse, la vente d’Alshtom lorsqu’il était ministre de l’économie (contre la volonté de Montebourg) et j’en passe…
          Ne dit-il pas avec ironie : Mussolini lui au moins avait un programme économique. Pour la destruction de la protection sociale et des biens communs chacun le voit (lui aussi) mais certains pensent qu’il a malgré tout un programme économique car il détruit sans construire.
          La mise en avant de l’antisémitisme par le pouvoir actuel au prétexte de lutter contre qu’il a bien démontré était aussi était fort intéressant.
          Ecouter ! et non pas attendre ses propres mots pour se conforter semble un exercice difficile et pourtant enrichissant.

            +1

          Alerter
  • yann // 01.04.2019 à 10h24

    La poussée de la croyance religieuse chez les élites est une évidence. C’est quelque chose qui avait été observé par Jacques Ellul dans les années 70 déjà dans son livre ” Les nouveaux possédés”. La disparition des croyances classiques qu’elles soient religieuses ou nationales a permis à de nouvelles croyances de faire leurs apparitions. En réalité toute pensée ou idée peut-être aujourd’hui fétichisée par les êtres humains qui ont perdu toute forme de croyance collective.

    La société moderne qui devait être le havre de paix de rationaliste athée parfaitement logique a finalement accouché d’un asile de fou perdu au milieu innombrable croyances incohérentes, et même dangereuses pour certaines. L’euro et l’Union Européenne font partie de ce maelstrom d’idéologies dangereuses, mais elles ne sont pas les seules. D’ailleurs même chez les opposants au système on trouve cette forme de maladie mentale qui tend à transformer toute idée en totem indépassable.

      +27

    Alerter
    • vert-de -taire // 01.04.2019 à 10h48

      Asile de fous ?
      Uniquement pour leur inconséquences mais pas en ce qui concerne la défense de leurs intérêts.
      Fous mais pas idiots.

      La dévastation des solidarités, cela se fait en 2 temps; on prive les corps intermédiaires de leurs rôles pour les replacer au gouvernement, puis le gouvernement les détruit avec constance.
      un politique des petits pas qui fait passer les destructions sociales.
      Au final c’est la reconstitution des féodalités avec leurs excès.
      en parallèle les grands problèmes comme la stabilité de l’économie versus la raréfaction des ressources et les pollutions massives et durables empirent et tueront tout ce fatras pour ultra-riches, et nous aussi.
      Au prix fort. Toute dette se paye sur les plus faibles.

        +11

      Alerter
      • yann // 02.04.2019 à 11h30

        Mais les religions ont toujours eu leurs prêtres plus ou moins bien intentionnés qui en tiraient profit, ça n’a rien de nouveau. Cela n’empêche pas le fait que beaucoup de monde chez les dominants croit dur comme fer aux âneries européistes et libérales. Ils sont persuadés d’être les défenseurs du juste et du bon comme les croisés pensaient sincèrement que brûler du païen était une bonne chose. Si en plus ces idéologies agissent dans leurs intérêts économiques cela ne fait qu’assoir leurs convictions eux qui sont les “winner” de la globalisation.

        Qu’il y ait des gens cyniques dans le tas certainement. Mais ce n’est pas la majorité loin de là. Et c’est bien pour ça que ça dure d’ailleurs. Les cyniques sont les premiers à retourner leurs vestes quand les choses tournent mal, les vrais croyants eux iront au bout du délire. Au fond c’est ce qui m’inquiète le plus.

          +3

        Alerter
  • Thmos // 01.04.2019 à 11h02

    Amusante non réponse de Gaucher quant à ces drapeaux français flottant dans toutes les manifs des gilets jaunes … Valmy aurait été un égarement

      +1

    Alerter
  • Thmos // 01.04.2019 à 11h44

    Bravo Manu ! Pleins de choses intéressantes, des constats et des rappels percutants etc, du Todd véritable puis … déconnante « gratuite » sur l’antisémitisme discréditant tout le reste …Donc ses actes manqués affligent tout le monde et la babale reste dans le camp des mondialistes proprets et pro reichmark

      +0

    Alerter
  • Bèbert le Fou // 01.04.2019 à 12h25

    Todd ne se situe simplement pas sur la même temporalité que ses contempteurs. Il a prédit de nombreuses années à l’avance ce qui allait se passer dans certains espaces de cette planète. Il explique lui-même que ses prédictions n’ont rien de magiques mais sont simplement les conclusions de ses études sur le temps long de l’Histoire (systèmes familiaux, religions, éducation), études que l’on peut retrouver dans ses ouvrages.
    D’ailleurs la vidéo ne portait pas sur “comprendre Macron” mais plutôt sur “comprendre la France actuelle”.
    Il y a cependant une chose que je “reprocherais” à Todd : je l’ai entendu plusieurs fois dire que, sur le plan économique, il se voyait comme quelqu’un de raisonnable, pro-capitaliste, mais pour un capitalisme keynésien, où tout le monde trouverait son compte. Àmon avis, si un tel capitalisme a existé, ce fut bref (après guerre) et cela ne reviendra pas. Le capitalisme (à ce stade, on peut dire le libéralisme; après tout le capitalisme n’en est que la face économique) est un système dynamique et la phase keynésienne est derrière nous depuis longtemps. Nous sommes maintenant passés à autre chose, toujours guidés par l’essence même du libéralisme : la conviction que l’intérêt égoiste est le seul moteur de l’être humain. Todd a dit plusieurs fois que les sociétés occidentales étaient (gravement) malades, en disant qui’il ne comprenait pas. Pour moi, la raison est évidente, c’est celle que je viens de donner.

      +10

    Alerter
    • Sandrine // 01.04.2019 à 14h01

      Non, le capitalisme précède le libéralisme qui ne procède pas vraiment de la conviction que c’est l’interet qui gouverne l’etre humain (ça ce serait plutôt l’utilitarisme) mais plutôt qu’il existe quelque chose comme des « individus » qui ont une existence en so, indépendamment du groupe auquel ils appartiennent.

        +3

      Alerter
  • Azza // 01.04.2019 à 12h26

    Gauchet dit, en parlant des Gillets Jaunes, que c’est un type de mouvement qu’il n’a jamais vu ailleurs.

    Moi je trouve que ca ressemble beaucoup a ce qui s’est passe aux Antilles en 2009 avec le Lyannaj Kont Pwofitasyon.

      +4

    Alerter
  • Catalina // 01.04.2019 à 13h27

    “comprendre n’est-ce pas déjà excuser” ? warf warf warf !

    PS : j’ai enfin eu une réponse de Russie sur la “dictature poutinienne”, à ceux que ça intéresse….Mon ami russe est un professeur de physique et chercheur.

      +5

    Alerter
  • lemoine001 // 01.04.2019 à 13h35

    Je ne suis pas sûr qu’on puisse dire de Macron qu’il est « borderline ». Je pense que c’est la situation qui veut cela et veut ce type de politiciens. Nous avons un système qui a subi une crise majeure, une crise systémique totale, mais qui continue comme si rien ne s’était passé. Tout le monde annonce une crise encore plus grave à laquelle va s’ajouter une crise climatique qui annonce les pires désastres. Certains en font leur fond de commerce et se disent « collapsologues ». Bref, nous sommes dans la situation du poulet sans tête qui continue de courir.

    Les politiciens qui correspondent à cette situation en reproduisent les tares. Ils foncent droit devant. Ils appliquent leur programme de destruction systématique des acquis sociaux « le programme du CNR » sans tenir compte de la réalité. Ils vendent les biens publics. Ils font comme s’ils avaient le pays derrière eux, alors qu’ils sont seuls, accompagnés au mieux par quelques opportunistes qui espèrent un poste ou qui veulent seulement leur quart d’heure de célébrité. C’est « après moi le déluge ».

    Macron sait tout cela. Il se dit lui-même arrivé « par effraction ». Il sait qu’il n’a pas d’avenir. Il va rejoindre Hollande dans les limbes du monde politique mais en attendant il fait le président, il parle comme un président, serre les mains des autres présidents. Il se dit certainement « pourvu que ça dure » et le plus fort c’est que ça dure !

      +16

    Alerter
  • calal // 01.04.2019 à 14h13

    Je constate et regrette comme d’autres commentateurs la “mollesse” de todd et gauchet dans leur critique de macron et des consequences.
    Pour moi l’explication est simple,ce sont des “chevaliers de l’ete”,des membres du troisieme secteur economique,des “circulateurs” de richesses et non des producteurs ( secteur primaire et secondaire).
    Car macron a bel et bien un programme economique et c’est vendre tous les moyens de productions nationaux au capital etranger. Et les vendre bon marche,c’est a dire au prix a la casse, en leur ayant fait faire faillite ou en les mettant en cessation de paiement avant (ca c’etait la mission des gouvernements precedents) .
    bien sur il faut des “circulateurs de richesses”,du secteur tertiaire. Mais quand on rentre en automne ou en hiver, il faut redonner la priorite aux secteurs primaires et secondaires.Le tertiaire est trop protege en france et c’est sa rec ompense pour empecher l’election des nationalistes…Ils sont les complices plus ou moins conscients du vol de la propriete des moyens de production francais par l’argent des banques centrales,des banques privees et par la dette.

    Vous ne savez pas quoi faire de votre cash? investissez dans des moyens de production,les penuries arrivent…

      +5

    Alerter
  • Kokoba // 01.04.2019 à 14h47

    Il y a aussi des parties sur lesquelles je ne suis tout simplement pas d’accord.
    Par exemple, lorsque Todd parle de l’amour de nos classes dirigeantes envers l’Allemagne.

    Je ne pense pas qu’il s’agisse d’amour.
    En ce moment, l’Allemagne sert simplement d’exemple à suivre pour faire avancer le modèle ultra-libéral.
    Le modèle ici étant les réformes Hartz.
    Le succès économique de l’Allemagne étant bien sur mis sur le compte de ces réformes

    Il n’y a pas si longtemps, le modèle était l’Angleterre (réformes Tatcher).
    Mais il a été abandonné quand l’économie Anglaise s’est mise à baisser.
    On a aussi eu droit au modèle Scandinave (flexi-sécurité).

    Bref, à chaque nouvelle période, ils choisissent le pays Européen qui est en période de réussite, annoncent que s’il réussit c’est grace à ses “réformes” et que donc il faut que la France se réforme aussi.

    On parle donc principalement de propagande et de technique de com.

      +9

    Alerter
    • Papone // 01.04.2019 à 16h38

      C’est vrai mais il y a sans doute quelque chose de particulier vis à vis de l’Allemagne. Un complexe qui s’inscrit dans le temps long, avec les défaites de 1870 et 1940.

        +6

      Alerter
      • Cyd // 10.04.2019 à 22h30

        Oui, une sorte de syndrome de Stockholm
        Les classes dirigeantes, avec les 3 guerres franco-allemandes se sont senties gravement discréditées. D’où en même temps une haine de peuple qu’ils imaginent narquois, sur lequel ils rejettent leur propre faute (en leur attribuant leur échec de classe dirigeante la paresse et l’incompétence du français moyen), et une admiration sans borne pour les teutons qui leur ont donné la fessé.

        Par ailleurs, sur la période historique se chevauchent 2 admirations. Les mêmes classes dirigeantes se soumettaient à la “nounou anglaise” (de la guerre de 7 ans, jusqu’à la guerre de 39)

        Enfin, on le voit bien au travers de l’histoire longues, les classes dirigeantes françaises préfèrent leur prestige à leur peuple, quitte à changer de suzerain

          +0

        Alerter
  • Kokoba // 01.04.2019 à 14h58

    Un dernier point intéressant, c’est lorsque Todd parle de “la haine de nos classes dirigeantes envers leur propre pays”.

    Pour moi, cela s’explique simplement par la haine qu’ils ont de la démocratie.
    La démocratie, c’est le pouvoir du peuple et c’est quelque chose qu’ils ne peuvent tout simplement pas supporter (que ce ne soit pas eux qui aient le pouvoir).

    N’oublions pas que dés le début, l’Union Européenne a été conçue pour contourner le peuple et les choix démocratiques (confert Monet et autres).

    La France représente pour eux cet état démocratique qui les empeche de diriger tranquillement, il représente le peuple Français qu’ils haissent et méprisent tellement.

      +28

    Alerter
    • kasper // 01.04.2019 à 16h32

      Les francais etant des frondeurs des le berceau, n’importe quel dirigeant un peu sain d’esprit ne peut que hair la France (^_^) C’est quand meme plus facile de diriger des allemands.

        +3

      Alerter
  • BA // 01.04.2019 à 15h14

    Les Etats-Unis ont placé leurs caniches à tous les postes clés.
    – Si on lit la liste des Young Leaders de l’année 2011, on trouve Edouard Philippe, le Premier ministre.
    – Si on lit la liste des Young Leaders de l’année 2012, on trouve le président de la République Emmanuel Macron et le député LREM Cédric Villani.
    – Si on lit la liste des Young Leaders de l’année 2018, on trouve Amélie de Montchalin, qui vient d’être nommée secrétaire d’état aux Affaires européennes.

    Conclusion :

    Depuis 40 ans, de gauche comme de droite, les dirigeants politiques français sont les caniches des Etats-Unis.

    La liste des caniches :

    http://french-american.org/index.php/front-page-2/young-leaders/promotions-precedentes/

    A propos de la nouvelle secrétaire d’état, chargée des Affaires Européennes, Amélie de Montchalin :

    Amélie de Montchalin est une Young Leader, de la promotion 2018 :

    http://french-american.org/index.php/front-page-2/young-leaders/promotion-2018/

      +19

    Alerter
    • Calal // 01.04.2019 à 16h02

      Oui tout a fait d’accord avec vous.et c’est peut être l’atlantisme de Todd qui explique son refus du nationalisme. Macron peut sauver sa peau,il lui suffit de faire allégeance a Trump plutôt qu’au camp Clinton ( différence sur le Golan récemment : macron et Trump ne font pas partie de la même équipe.)

        +1

      Alerter
  • kasper // 01.04.2019 à 16h29

    Sur l’antisemistisme sous jascent de la classe dirigeante, ca colle quand meme assez bien avec la crise ukrainienne et le fait que le neo nazisme la bas n’avait pas l’air de beaucoup les gener.

      +1

    Alerter
    • Sandrine // 01.04.2019 à 21h18

      Ouais… non… sur ce point je pense que Todd pousse un peu, même si sur le fond, il touche à mon avis un point nodal.
      Il existe effectivement une « passion » d’une certaine partie des élites française française pour l’Allemagne (qui est loin d’etre réciproque c’est ça qui est tragique) ; et je suis convaincue, moi aussi, que cette passion a des racines dans quelques chose qui touche à une sorte de fantasme ethnique. Les élites françaises se sont toujours considérées comme émanant d’une race différente de celle du peuple (c’est d’ailleurs une spécificité française). L’Allemagne représente en quelque sorte un au-delà, une sorte de quête des origines. Et je pense même que c’est peut-être même principalement ce fantasme qui est au fondement de cette « croyance » européenne, envers et contre tout, qui habite tout un pan de ceux qui se pensent comme élite en France.

      L’antisemitisme, dans cette affaire, n’intervient qu’à la marge, comme trouble fête, comme mauvaise conscience; d’où le caractère obsessionnel de cette question pour certains et cette manie de vouloir déceler de l’antisemitisme chez les autres (le populo, les immigrés, les musulmans, etc.)

        +2

      Alerter
  • petitjean // 01.04.2019 à 18h40

    Tout de même, sur le fond, sur l’essentiel, on s’égare ou on nous égare !
    ne nous laissons pas embarquer dans le profil psychologique de Macron, à ce niveau ce sont tous des “malades”
    Donc pendant que nous nous égarons, Macron poursuit, en accélérant, “l’œuvre” de ses prédécesseurs : la mise en œuvre du projet européiste-mondialiste
    Le traité de Marrakech, le traité d’Aix La Chapelle, l’immigration qui a pris des proportions considérables, l’absence de réformes réelles de l’état, le matraquage des classes moyennes, le muselage de l’opinion, le recul des libertés individuelles, etc. Tout ça prouve que Macron applique la feuille de route imposée par les mondialistes. Macron ne concède rien d’essentiel et il se moque totalement de l’état de l’opinion : il est au pouvoir, il a le pouvoir, il a tous les pouvoirs ! Et….les médias sont là pour assurer sa protection. La propagande a atteint des sommets et ça va encore empirer à la veille des européennes !
    Macron ne recule pas , il avance, il liquide la France et ses 1500 ans d’Histoire…………. !

      +14

    Alerter
  • Réfléchir // 01.04.2019 à 19h30

    Un bon juriste en droit constitutionnel doit pouvoir démontrer que la privatisation d’entreprises appartenant à la nation ne peut s’effectuer qu’avec l’assentiment du peuple. Non ?

      +4

    Alerter
    • calal // 01.04.2019 à 19h42

      les mots “traites europeens” vous evoquent ils quelque chose?

        +0

      Alerter
      • Réfléchir // 01.04.2019 à 19h53

        (Merci de ne pas répondre par une pirouette…) Je ne suis pas spécialiste en droit communautaire, mais ma réflexion me semble fondée : quel est, au regard du droit européen, le statut juridique exact des barrages, des autoroutes, etc. et par extension de tout ce qui fonde la richesse nationale ?

          +5

        Alerter
  • kleio // 01.04.2019 à 22h55

    Marrant, le truc sur Giesbert de l’Obs au Figaro, j’en ai parlé exactement dans ces termes (1h03m10s) à mes élèves ce matin. Sinon, je ne comprends pas certains commentaires: Todd et Gauchet sont dans leur rôle. Je suis plutôt très (agréablement) étonné par l’angle critique des duettistes soc’dém’, qui me semblent déconstruire avec gourmandise le modèle politique qu’ils ont contribué à faire émerger.

      +1

    Alerter
  • Ando // 01.04.2019 à 23h00

    “Transe amoureuse avec l’Allemagne”. Todd a très bien senti, et selon moi avec justesse, ce point important. La défaite en mai 1945 du Reich allemand face à l’Union soviétique à certes balayé le nazisme, mais a laissé dans beaucoup d’endroits en Europe une certaine nostalgie de l’Europe allemande de pure raçe, certes jamais avouée et reconnue, mais bien réelle. L’on songe à la Scandinavie, les pays baltes, la Tchéquie, la Hongrie, le sud de l’URSS (Ukraine aujourd’hui Galicie et Volhynie en particulier), la Roumanie, l’Allemagne elle-même, et d’autres sans doute.

      +1

    Alerter
  • NICOLE DE NICOMAQUE // 01.04.2019 à 23h28

    Merci à M.Berruyer, propriétaire du blog “Les Crises ” d’avoir mis en avant cette vidéo mémorable entre M.Todd et M.Gauchet. Un vrai plaisir d’écoute et d’intelligence. Quelque chose que l’on ne verra jamais à la télévision ( si on en a encore une …). L’impertinence lumineuse est sur le web désormais, ne nous plaignons pas, car cela existe encore…

    M.Gauchet a parfaitement raison, la classe dirigeante est dans la ” Croyance ” au delà du réel. Et comme il le dit lui-même, l’incroyable de l’Union Européenne c’est d’avoir fait mentir l’adage ancestral : ” L’Union fait la force “. Avec l’Union Européenne dit M.Gauchet, ” L’Union fait la faiblesse ” et c’est là que le bât blesse.

    On pourrait même proposer – au vu des dernières sources documentaires sur le bilan de la Monnaie Unique, qui pointe la France et l’Italie comme étant les deux grandes nations perdantes au sein de l’Union Européenne – l’adage suivant :

    ” L’Union fait l’Allemagne “

      +7

    Alerter
  • Brigitte // 02.04.2019 à 08h54

    Dans ce genre de débat on reste toujours sur sa faim/fin car au delà des critiques pertinentes et impertinentes (Todd), aucune piste politique sérieuse n’est envisagée, aucune réponse à la question majeure “pourquoi les élites françaises détruisent la France” n’est apportée. Pour moi, ça manque d’analyse politique de fond, de cadre historique et le besoin de se référer à l’inconscient et à la croyance religieuse marque un vide conceptuel inquiétant.
    L’élite française a toujours été tiraillée entre colonisation et collaboration. Quand elle ne brille pas, elle cherche à se rapprocher de celui qui brille à sa place, pour rester visible. De territoires stratégiques vendus ou échangés aux guerres perdues, nos dirigeants ont toujours fait des erreurs tactiques monumentales qui ont changé le cours de notre histoire. L’histoire se répète donc mais nous en sommes arrivés à un point de reniement et de dénuement tels que nous sommes en train de jouer notre souveraineté, ce qui est inédit.
    J’en reviens à l’européisme, puisque c’est la source de tous nos maux. Oui, cela ressemble à une religion mais quand on a dit ça, a t-on tout dit? N’est-ce pas une forme d’aveu d’impuissance car que peut-on faire pour lutter contre une religion?
    Soit faire une guerre de religion, soit prêcher une parole différente.
    Cette parole est en train d’émerger, jugée dangereuse par les élites à juste titre. Ici un petit amphi pour la contenir. Là, le parti du Frexit interdit de parole, etc…
    Alors, diffusons-là cette parole, ne nous arrêtons pas d’écrire et de parler! C’est notre arme!

      +8

    Alerter
  • Macarel // 02.04.2019 à 14h05

    Il est tout à fait vrai que le projet européen tel qu’il a pris tournure ces dernières décennies fait mentir le dicton : “L’union fait la force.”
    Car l’espace européen régi par les traités de l’UE et singulièrement la zone euro, est un espace de concurrence exacerbée entre les pays membres. Et à ce jeu là, effectivement la France et l’Italie ont vraiment laissé beaucoup de plumes.
    Mais il est tout aussi vrai, que nos “élites européistes” continuent à nier cette réalité, et à vouloir nous faire prendre des vessies pour des lanternes.
    Las, ça ne marche plus avec une partie grandissante de la population qui voit bien qu’il lui en reste toujours moins dans son assiette. D’où le phénomène des gilets jaunes, qui sont des gens qui n’arrivent plus à boucler leur mois.
    Les croyants d’en haut dans les bienfaits de cette Europe, seraient sans doute moins dévoués à cette foi, s’ils étaient atteints dans leur propre niveau de vie. Mais voilà, ceux qui soutiennent Macron sont justement ceux qui n’ont aucun problème pécuniaire, et notre système électoral couplé à un appareil de propagande médiatique tout à fait dévoué à la défense de leurs intérêts, permet à une minorité du corps électoral de 10 à 15% de rafler la mise électorale et ensuite de se croire tout permis. Rien d’étonnant, ensuite que devant la contestation qui s’exprime dans la rue, un tel pouvoir ne réponde que par la brutalité de sa police et de sa justice. Malheureusement tant que nous aurons de tels dirigeants, qui ne sont pas des gens d’Etat, mais des managers, la crise de la démocratie n’ira qu’en s’approfondissant.

      +4

    Alerter
  • Helene // 03.04.2019 à 12h58

    Emmanuel Todd (2012): “Hollande peut devenir le Roosevelt français”… Dans le même temps, il prévoyait l’effondrement de l’empire du Milieu… C’est depuis cela que j’ai cessé de croire en ses capacités prophétiques.

      +0

    Alerter
  • Myrkur34 // 04.04.2019 à 10h59

    Toujours plein de réparties et d’interrogations intelligentes dans ce débat, sinon l’on va voir aux européennes si le mouvement GJ va peser sur le score de LREM (pour rappel 24% au 1er tour de l’élection présidentielle). En dessous de 20% se sera un échec et que les 70% de soutien des français dans les sondages à ce mouvement n’était pas que du vent.
    Limite que tout le monde se reporte sur Jadot ou Aubry, histoire de mettre numéro 1 un populiste acceptable par les éditorialistes attitrés à vie.

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications