Les Crises Les Crises
16.mars.201916.3.2019 // Les Crises

L’illusion de la démocratie en France ? Juan Branco, par Thinkerview

Merci 1856
J'envoie

Source : Thinkerview, Youtube, 13-03-2019

Interview de Juan Branco en direct, le 13 mars 2019 à 19h00

Source : Thinkerview, Youtube, 13-03-2019

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Toff de Aix // 16.03.2019 à 08h36

Cette nuit trois des plus beaux fleurons du pays viennent d’être privatisés : la française des jeux, ADP et Engie. Une illustration supplémentaire de ce qui nous attend si nous tardons trop : le pays est en train d’être vendu à la découpe. Macron fait le job en toute urgence.

Également une preuve que ce qu’avance juan, tout au long de l’entretien, est fondé…

Car oui, cet entretien m’a juste fait froid dans le dos : la situation est bien, bien plus grave que je ne le pensais.

Juan branco démontre, preuves à l’appui, que la caste qui dirige notre pays est inféodée à une “méta caste” (les 0,1%),et qu’ils n’ont absolument aucune empathie pour les souffrances du peuple. Au contraire, le mépris est la règle, la corruption est quasi généralisée. Leur seul but est leur carrière, et leur seule volonté est de s’enrichir de plus en plus à nos dépens. J’ai fini d’écouter cet entretien en étant extrêmement mal à l’aise : comment en effet, dans notre pays qui se dit démocratique, un homme aussi talentueux que lui est aujourd’hui au RSA, ostracisé, et dans l’impossibilité d’éditer son livre en France ? C’est une preuve de plus de ce qu’il avance tout au long de l’entretien : l’état est totalement corrompu, et ceux qui résistent à cela sont écartés. Il est vraiment urgent de ne faire aucun compromis avec ce pouvoir, et de reconquérir notre souveraineté pleine et entière. Cela passe forcément par un mouvement révolutionnaire.

Macron doit partir, l’assemblée nationale doit être dissoute, et une nouvelle Constituante élaborée, ou alors nous sommes perdus.

64 réactions et commentaires

  • Toff de Aix // 16.03.2019 à 08h36

    Cette nuit trois des plus beaux fleurons du pays viennent d’être privatisés : la française des jeux, ADP et Engie. Une illustration supplémentaire de ce qui nous attend si nous tardons trop : le pays est en train d’être vendu à la découpe. Macron fait le job en toute urgence.

    Également une preuve que ce qu’avance juan, tout au long de l’entretien, est fondé…

    Car oui, cet entretien m’a juste fait froid dans le dos : la situation est bien, bien plus grave que je ne le pensais.

    Juan branco démontre, preuves à l’appui, que la caste qui dirige notre pays est inféodée à une “méta caste” (les 0,1%),et qu’ils n’ont absolument aucune empathie pour les souffrances du peuple. Au contraire, le mépris est la règle, la corruption est quasi généralisée. Leur seul but est leur carrière, et leur seule volonté est de s’enrichir de plus en plus à nos dépens. J’ai fini d’écouter cet entretien en étant extrêmement mal à l’aise : comment en effet, dans notre pays qui se dit démocratique, un homme aussi talentueux que lui est aujourd’hui au RSA, ostracisé, et dans l’impossibilité d’éditer son livre en France ? C’est une preuve de plus de ce qu’il avance tout au long de l’entretien : l’état est totalement corrompu, et ceux qui résistent à cela sont écartés. Il est vraiment urgent de ne faire aucun compromis avec ce pouvoir, et de reconquérir notre souveraineté pleine et entière. Cela passe forcément par un mouvement révolutionnaire.

    Macron doit partir, l’assemblée nationale doit être dissoute, et une nouvelle Constituante élaborée, ou alors nous sommes perdus.

      +112

    Alerter
    • Sandrine // 16.03.2019 à 10h04

      « Le pays est en train d’etre vendu à la découpe ». En écoutant Branco, je me suis dit que nous étions en train de vivre d’une manière plus diffuse ce qu’a vécu l’Union soviétique dans les années 90.

      Preuve selon moi qu’il y a un peu plus qu’une histoire de ploutocrates en roue libre. Ces gens agissent d’une certaine façon « en conscience », en sachant ce qu’ils font, en applicant des méthodes « éprouvées ». Peut-être pensent-ils d’ailleurs que c’est dans l’intérêt de la société (Branco dit le contraire, mais n’est-ce pas une limite de son analyse ?) que les plus forts gagnent et que les plus faibles dépérissent?

        +9

      Alerter
      • Catalina // 16.03.2019 à 10h49

        sauf que ce nesont pas les plus forts mais les plus mafieux !
        ;O)

          +8

        Alerter
      • Owen // 16.03.2019 à 11h01

        Non, justement: “ils ne sont pas corrompus, ils sont la corruption”. Branco le sait lui-même, puisqu’il vient de ce monde et son travail est bien que les français le comprennent. Ou alors vous n’avez pas lu “Crépuscule” qu’il a mis en ligne. Ils sont pillards, au sens premier du mot.
        Toff de Aix nous informe que les Jeux ,ADP et Engie ont été vendus cette nuit. 150 barrages sont à la vente pour 2020: les italiens, les allemands et le plupart des pays d’Europe, sinon tous, ne les vendront pas, ils refusent.

          +20

        Alerter
      • Chris // 16.03.2019 à 12h42

        Stratégie du choc appliquée à travers un soft power de façade…

          +8

        Alerter
      • Dominique Gagnot // 16.03.2019 à 19h18

        Quelle « découverte » ! C’est ne pas avoir compris ce qu’est le capitalisme. :/

        – Il est normal qu’une mafia domine, (depuis 230 ans en fait) puisque c’est dans la logique de ce système ! –

        Alors que Marx, l’a expliqué il y a bien longtemps, tout le monde semble avoir oublié que le pouvoir réel, le pouvoir économique, est dans la propriété privée des ressources essentielles. (Lui disait les moyens de production).
        Et donc plus on en possède, plus on peut en posséder… jusqu’à tout posséder.

        Le livre en lien démonte ce système, et surtout propose un Autre système en mesure de rembobiner pour ainsi dire les méfaits du capitalisme, en remettant la propriété (lucrative) des ressources essentielles à la collectivité… En plus, c’est tout bête. Sauf que évidement la mafia ne va pas lâcher comme ça.

        https://www.dropbox.com/s/1931rl51zdahgay/Comprendre%20l-Arnaque%20capitaliste%20265.pdf?dl=0n

          +4

        Alerter
        • jeff // 20.03.2019 à 11h37

          Merci Dominique !

          Derrière leur prosélytisme orienté Marx et Engels ont tout expliqué
          ( par exemple que les bénéfices sont la part de son travail qui n’est pas rémunérée au travailleur….. )

            +2

          Alerter
    • Bibendum // 16.03.2019 à 12h29

      Il est mignon ti’Toff de Aix…

      Mais, lorsque j’avais une douzaine d’année, je me posais mille et une questions dont je ne me privais pas d’en formuler quelques unes aux adultes qui me répondaient en chœur: ” Mais mais mais, on ne se mêle pas des discussions d’adultes, file dans ta chambre…”.

      Cette époque de ma 2ème décennie naissante sur cette terre était la fin déclinante des trente glorieuses. Le début des années 80 ! Tout le monde se la pétait plus haut que son derche, en marchant si possible sur la tête d’un autre pour grimper plus haut et en relativisant par des “y a pire ailleurs, en veux-tu ? en voila !”.

      Mon Dieu de père était alcoolique et accessoirement nostalgique du parti coco tandis-que ma mère amère était hystérique, bien qu’amoureuse d’un prince charmant camé-léon, tour à tour mon père, le chauffeur du bus de la cité, le nouveau voisin…

      A suivre

        +5

      Alerter
      • Bibendum // 16.03.2019 à 12h32

        Suite…

        La France d’en bas quoi. Celle qui dit aux gosses que les discussions d’adultes c’est pour les adultes, comme les films un peu… enfin… un peu quoi ! Cette France PROFONDE, plus PROFONDE qu’un deepstate, qui quelque part te fait caca sur la tête lorsque tu penses pas comme elle.

        Rien n’arrive par hasard. Si nous avons -de-nouveau-encore- un état mafieux en haut de la pyramide, c’est en grande partie parce que nous partageons les caractéristiques de la classe dirigeante/dominante: “Moi d’abord et passe le déluge”.

        Se plaindre c’est facile, marrant, mais surtout puéril. Se remettre soi même en question, puis l’ensemble du monde qui nous entoure pour en comprendre le fonctionnement et l’orientation est certainement plus constructif. Et lorsqu’on a mille trains de retard, ben, on reste pas en gare attendre que des passagers veuillent bien faire la révolution. La révolution a déjà eu lieu et les passagers cherchent leurs voies…

          +12

        Alerter
        • Sandrine // 16.03.2019 à 13h47

          Je suis d’accord avec vous, il faut se garder de penser que l’on est « pur » parce qu’on est pauvre. En tant que pauvres, nous avons peut-être plus de facilité qu’un riche à « passer par le chas de l’aiguille » du Bien comme il est dit dans la bible, mais bien des pauvres sont « psychologiquement » et moralement semblable à ces riches décrit par J Branco.

          Le mal vient du système en lui-même (notre culture, en fait). C’est le système qu’il faut étudier pour combattre le mal à la racine. J.Branco n’étudie qu’une partie du système, la partie émergée de l’iceberg (ce qui est déjà très important)

            +6

          Alerter
          • Bibendum // 16.03.2019 à 14h54

            Le système est une roue, un cycle, une RÉVOLUTION. Il est donc tout a fait “normal” que certains aient la tête en haut et d’autre la tête en bas pendant que beaucoup sont juste “expulsés”.

            Indépendamment de la masse (humaine), l’inertie joue un rôle. Disons plutôt que force centrifuge et centripète sont en action simultanément et que l’humanité* cède à l’une au l’autre de ces forces à l’insu de son plein grès inertiel.

            Vous faite bien de parler de “ceux” qui étudient le système, tout en faisant allusion à la bible et la notion de “bien” qui peut y être attaché. Prophètes ?

            Les forces centrifuges, la motricité si l’on veut bien, tendent à exclure, éjecter. Les forces centripètes corrigent, ou contrent, ces effets, comme un fil qui retient l’excès de puissance, de motricité.

            Ce fil pourrait être la morale, le lien social, la loi, voire même et plus, la foi et je vous laisse écrire la suite de ce théorème bien personnel si le goût vous en dit….

            *Humanité: Mot valise qui définit à la fois une espèce vivante et un comportent social groupusculaire. Si le premier terme est discutable le second est un fantasme, voire une hérésie.

              +3

            Alerter
          • Serge F. // 16.03.2019 à 18h54

            Puisque vous parlez de la Bible, permettez-moi de vous citer un passage du Dhammapada (Les dits de Bouddha) :

            « Pour la personne qui est agitée par de (mauvaises) pensées, qui a de fortes passions, qui ne voit que le plaisant, la soif grandit fermement. Vraiment, elle renforce les liens. Celui qui se réjouit en subjuguant les pensées, qui médite sur l’impureté, celui qui est toujours vigilant, celui-là mettra une fin (à la soif); il coupera le lien de Māra. » Dhammapada 349-350

            Sans faire de syncrétisme, on peut mettre cette sagesse en parallèle avec celle enseignée par Jésus :

            « Quiconque boit de cette eau aura de nouveau soif ; mais celui qui boira de l’eau que moi je lui donnerai n’aura plus jamais soif ; et l’eau que je lui donnerai deviendra en lui une source d’eau jaillissant pour la vie éternelle. » Jn 4,13-14

              +6

            Alerter
        • Serge F. // 16.03.2019 à 18h11

          Ce que vous dites, Bibendum et Sandrine, est juste. Ce phénonème est décrit par Christopher Lasch et Cornelius Castoriadis dans l’ouvrage « La Culture de l’égoïsme ». Le néolibéralisme est juste venu achever le travail.

            +7

          Alerter
        • jeff // 20.03.2019 à 11h44

          Bibendum,

          Oui c’est exactement cela
          La Révolution passe d’abord par nous-mêmes
          Des Peuples éveillés, les GJ et ceux d’ailleurs le démontrent, ne sont plus ni contrôlables, ni asservissables

          Et ainsi leurs chances de renverser ce système et faire advenir un Monde Nouveau deviennent réelles ?

            +1

          Alerter
    • Max // 16.03.2019 à 15h40

      Je ne vois pas ce qu’une constituante règlerait… Quelle que soient les institutions, elles peuvent être trahies en toute légalité si les médias sont complaisants (comme la Vème République a été trahie depuis longtemps).
      La seule chose qui compte c’est la compétence et l’intégrité de ceux qui dirigent d’une part, et l’indépendance et la qualité de l’information de l’autre.
      Qu’on manque de contre-pouvoirs c’est une chose, qu’une constituante soit une solution en est une toute autre.

        +4

      Alerter
      • vert-de-taire // 16.03.2019 à 17h57

        Question de qualité des contre-pouvoirs.

        Pouvoir empêcher les dérives a-démocratiques c’est à dire les lois qui restreignent les possibilités de tous et chacun de contrôler et dire le réel, le fonctionnement de la prise de décision.

        Une démocratie s’interdit d’attenter aux libertés. c’est ce que nous n’avons pas encore été capables d’instituer.

        Deux écueils : la paresse intellectuelle de la population à s’impliquer versus la prégnance du quotidien (se battre suivant l’injonction capitaliste nous en prive)
        la lente dérive d’un pouvoir qui parvient à circonvenir les personnes en les trompant, en les emmenant hors du fonctionnement ‘démocratique’.

        L’outil principal, le vote, le RIC, la responsabilité immédiate directe, totale des élus en place sous contrôle des électeurs. Les élus ne peuvent pas emmener le pays dans une direction non voulue par la majorité,
        sous-tendue par une totale liberté et capacité d’accès aux argumentaires de toutes les parties.

        On doit repenser le champ de forces : qui veut quoi, clairement,
        Que ce soit des partis ou autres groupes d’action, l’optimum serait que chacun puisse bâtir choisir un groupe d’action pour une cause, simple ou complexe et par là déterminer capacité de trouver le compromis, qui permet de trouver comment vivre ensemble le mieux possible.

        la constituante réduirait le monarchisme et instituerait des contre-pouvoirs et les processus d’exercice.

          +3

        Alerter
      • Sandrine // 16.03.2019 à 19h47

        Oui Max vous avez raison, ce qui compte c’est l’intégrité de ceux qui dirigent. Montesquieu, le dit, la valeur cardinale en démocratie, c’est la vertu.

          +3

        Alerter
      • Dominique Gagnot // 16.03.2019 à 22h38

        La Constitution doit prévoir (ce ne sont que des propositions discutables) :

        1 – Que les ressources essentielles soient gérées par la collectivité, et donc que la (les) collectivités en aient la propriété inaliénable, et qu’elles puissent en vendre des droits d’usage…

        Ces ressources sont en particulier :

         La biosphère en général, le sol, le sous-sol.
         Les réseaux de communication :
        – matériel, – énergie, – informationnel,
         Les services de Santé, Éducation,
         Les immeubles,
         Les grandes entreprises.
         Les médias qui fabriquent « l’opinion »,
         Le Savoir,
         La monnaie.

        2 – Former des gouvernements de Sages. Pour repérer des « Sages », voir les méthodes utilisées par les « chasseurs de tête » qui sont basées sur des compétences, actions, réalisations. Les citoyens seraient conviés à proposer des candidats, tout le monde connait des personnes remarquables.

        3 – Financer la remise en état et l’entretien de la biosphère par la rente issue de droits d’usage de biens communs (du sol, de l’espace par exemple)…

        C’est extrait de ce livre : https://www.dropbox.com/s/1931rl51zdahgay/Comprendre%20l-Arnaque%20capitaliste%20265.pdf?dl=0

          +1

        Alerter
      • jeff // 20.03.2019 à 11h47

        Max,

        Je n’ai cessé de commenter avec les mêmes arguments que vous même, depuis notamment l’irruption des GJ

          +1

        Alerter
    • Serge F. // 16.03.2019 à 16h00

      Vous comprenez maintenant pourquoi le dégagisme est une mesure urgente de salubrité publique.

        +6

      Alerter
  • max33 // 16.03.2019 à 08h54

    Immense Monsieur. La lecture de “Crépuscule” m’avait choquée et presque donner envie d’arrêter toute forme de participation à la vie politique du pays… Pour autant, nous pouvons rendre grâce à Internet et à l’information horizontale car ce type d’information relative aux puissants circule désormais et permet de fournir des preuves du fonctionnement oligarchique de notre pays. Merci et courage à vous M. Branco et bienvenue dans la résistance…

      +23

    Alerter
  • marie d’aix // 16.03.2019 à 08h56

    Eh oui Toff, après rien de nouveau, cette compromission ne date pas d’hier. Les 0,1% dirigent le monde et bien entendu, la France; l’objectif ? pouvoir ? argent ? destruction ? à nous de reprendre le pouvoir !

      +7

    Alerter
  • Sandrine // 16.03.2019 à 08h57

    A revoir aussi sa première interview sur thinkerview où il décrit de manière visionnaire quelques mois avant les gilets jaunes le mécanisme qui conduit à cet événement.
    https://thinkerview.com/juan-branco-avocat-de-wikileaks-direct/

    Un bémol cependant sur son analyse de la situation : il dit que la caste au pouvoir n’a pas d’ideologie, que la seule chose qui la motive c’est la defense de ses intérêts : mais ça justement c’est leur idéologie – ils mettent en application l’idéologie neo-liberale.

    Intéressant serait de comprendre comment et à partir de quand les élites française se sont converties à cette idéologie (c’est peut-être beaucoup plus ancien que ce que l’on pense car quand écoute les analyses de Lacroix-Riz sur l’entre-deux-guerre, on se dit qu’il y a comme qui dirait des échos…)

      +16

    Alerter
    • vert-de-taire // 16.03.2019 à 09h28

      “Un bémol cependant sur son analyse de la situation : il dit que la caste au pouvoir n’a pas d’ideologie, que la seule chose qui la motive c’est la defense de ses intérêts : mais ça justement c’est leur idéologie – ils mettent en application l’idéologie neo-liberale.”

      Il faut se remettre dans le contexte et comprendre.
      Le néolibéralisme n’est rien, c’est un fourre-tout.
      Vous mélangez un mot et un concept qui devrait recouvrir une idéologie.
      Pourquoi le mot néo-libéral ?

      Car libéral ne tient plus. Le Libéralisme conserve les grands principes de liberté, il respecte une méritocratie, il interdit les gros héritages, il veut que la population profite de l’activité économique, ..
      Le libéralisme est incompatible avec le néolibéralisme.
      Alors on invente un nouveau mot valise pour la caste dominante.
      et on met tout dedans, toutes les entorses aux libertés fondamentales et donc aux principes démocratiques.
      Branco nous démontre que la légalité de ces gens est totale excepté dans son respect de chacun des principes de la démocratie à savoir libertés fondamentales, volonté populaire, solidarité sociale, …

      Il n’y a pas d’idéologie néolibérale c’est la spoliation du monde par une oligarchie.

        +6

      Alerter
      • Sandrine // 16.03.2019 à 10h06

        Le neo-liberalisme est darwiniste (ou plutôt « neo-darwiniste ») avant d’etre libéral, c’est ce qui fait toute la différence

          +6

        Alerter
        • Babar // 16.03.2019 à 10h27

          Oui, le libéralisme classique est une stratégie du laisser faire pour parvenir à ses objectifs qui sont la privatisation des services et un état réduit à assurer une libre concurrence non faussée.
          Le néolibéralisme c’est une mainmise sur l’état confisqué pour activement imposer un système ou seuls les plus “aptes” seront favorisés, un nouvel avatar du darwinisme social de la charnière 19ème/20ème siècles.
          Pauvre Darwin si scrupuleux et humaniste!
          Il y aurait aussi l’ordolibéralisme, la version en quelque sorte allemande du néolibéralisme mise en oeuvre dans le traité constitutionnel européen et qui nous contraint à le vivre au quotidien

            +2

          Alerter
          • Catalina // 16.03.2019 à 10h54

            Sauf qiue le Darwinisme a été dévoyé toujours par les mêmes, car il le dit lui-même, c’est la coopération qui permet l’évolution et non une quelconque supériorité. Supériorité en quoi ? notre élite est bien incapable de se nourrir, de se vêtir, de construire une maison, elle nevit que sur le labeur des autres, sans les autres, cette soi-disant élite a à peine une semaine de durée de vie.

              +8

            Alerter
            • vert-de-taire // 16.03.2019 à 11h40

              Cette caste se donne les moyens de durer.

              Voyant les catastrophes à venir ET les contestations montantes.

              Déjà elle demande à des experts en collapsologie comment faire.
              Elle fabrique sa survie acceptant de laisser s’effondrer le système.
              Elle fabrique des îlots de survie sur la planète, espérant échapper aux catastrophes. Elle tente de trouver des personnes, des mercenaires, des valets pour la protéger, et faire une communauté de survie hors du monde, totalement autonome….

              Des ultra-riches ONT déjà prévu leur survie malgré un embrasement du monde de plus en plus probable.

                +4

              Alerter
            • vert-de-taire // 16.03.2019 à 11h48

              Ici darwinisme est une facilité de langage.

              il est utilisé par les salauds pour faire accepter la violence de tous contre tous.

              Cela vous fait dire qu’il est détourné : oui bien sûr.
              Le darwinisme est en réalité plus subtil, intégrant lutte de survie spéciste et coopération spéciste.

              ET ALORS ?

              Cela ne concerne l’humain que comme espèce animale.
              Mais pas comme espèce sociale humaine.
              Le darwinisme n’EST PAS compatible avec un fonctionnement démocratique. Sauf à accepter l’eugénisme, euthanasie … qui sont des moyens de survie de l’espèce.

              Dépassons (oublions) le darwinisme dans nos rapports sociaux.

                +5

              Alerter
            • Bibendum // 16.03.2019 à 14h29

              Bonjour Catalina. Vous ne poussez pas suffisamment loin votre réflexion fort juste au demeurant:

              ” … c’est la coopération qui permet l’évolution et non une quelconque supériorité…”

              Hors, le(s) peuple(s) ne coopère(nt) plus mais SE laisse(nt) diviser, inférieur(s), tandis que “nos” élites ont cette SUPÉRIORITÉ de savoir coopérer entre eux.

              Il s’agit là, quelque part, d’une lutte d’espèce. Et les élites la gagne pour l’instant en ayant maisons, vêtements et nourriture à foison…

              Espèce ? Classe ? Perception de soi ?

              Darwin avait compris les principes de la lutte et où celle-ci se situait !!!

              Bien a vous.

                +2

              Alerter
          • vert-de-taire // 16.03.2019 à 11h10

            l’ordo-libéralisme est encore une forme de libéralisme.
            Il maintient encore un peu des principes démocratiques (nettement moins après les lois travail allemandes de la **gauche** – concept dévasté).
            La main-mise de l’UE (très “néolibérale”) biaisant bcp ce système, le tirant vers la dictature de la rente – ce qui favorise bcp d’Allemands d’où maintient de cette cohabitation UE – ordolibéralisme – sans quoi l’UE/€ eut disparue.
            mais cette situation est très fragile aussi.

            En France comme en Allemagne, les effets de la dictature des ultra-riches pour la rente provoque les mêmes problèmes et justifie de s’en départir.
            Dans toute l’UE on trouve le même problème, avec prégnance des particularités locales mais le combat est le même : refaire la démocratie, défendre les intérêts de chacun et de tous et non pas des seuls rentiers.

            Hasta la Victoria Siempre !

              +4

            Alerter
      • vert-de-taire // 16.03.2019 à 10h07

        Une idéologie est un ensemble de règles de base qui sont articulées de la manière la plus cohérente possible.
        Cela détermine des fonctionnements, des rapports sociaux sous contraintes.

        Le néolibéralisme n’a pas de règle autre que favoriser la rente du capital sans règle sinon du celle plus fort ou des compromis du moment – absence de règle donc.
        Ce n’est donc pas une idéologie au sens système réglant les rapports sociaux, ceux-ci sont ABSENTS. C’est donc un champ de forces sans lois (sinon ad-hoc, ce qui revient à pas de lois) qui mène à tout et n’importe-quoi, guerres, dictatures, dévastations de la planète, crises graves à répétition, instabilité systémique, …

          +5

        Alerter
    • bhhell // 16.03.2019 à 10h53

      Effectivement, vous avez raison de souligner que tout cela n’est pas nouveau et s’applique d’ailleurs à tous les autres pays. Mais si les moyens de production restent dans les mains d’une élite, que la décision économique est par conséquent anti-démocratique, il ne faut pas s’étonner que cette oligarchie contrôle in fine l’appareil d’Etat.
      La tentative de domestication du capitalisme entreprise par Roosevelt et l’Europe occidentale de l’après guerre était une entreprise vouée à l’échec (malgré la substantielle démocratisation de l’enseignement supérieur et une importante redistribution). Le pouvoir capitaliste a vite repris la main, les trusts se sont reconstitués, les dettes ont été inscrits dans le marbre.
      Il faut ajouter que notre réussite partielle et temporaire était basée sur des taux de croissance uniques et non reproductibles dans le temps, permettant une redistribution des miettes relativement satisfaisante pour les populations. C’est peut-être ça la grande différence, qui rend la corruption d’aujourd’hui intolérable: la part du gâteau s’est rétrécie.

        +7

      Alerter
      • vert-de-taire // 16.03.2019 à 11h26

        Exactement
        comme dit souvent, c’est la formidable augmentation de la productivité qui a fabriqué du chômage (le pétrole et les machines remplacent des milliers de personnes inexorablement).

        Regardez les courbes de l’emploi privé dans le temps, il est stable alors que l’emploi public augmente. Le capital fabrique de la rente à emploi constant ou moindre.
        Il se moque de la population par essence.
        Ce n’est que effectivement la forte PROGRESSION de l’activité d’après guerre qui a construit le consensus social d’acceptation du capitalisme comme MOTEUR de l’évolution de nos institutions.

        La guerre remet les compteurs (et plus) à zéro.
        c’est probablement LA prochaine SOLUTION pour le capitalisme de se maintenir.
        Et nous avons vu pour l’Irak QUE TOUS les OLIGARQUES étaient POUR LA GUERRE.

        Le théâtre de la guerre s’est fortement rapproché depuis peu avec cette volonté criminelle de faire exister une UE dominée par des ultra-riches (qui savent se mettre à l’abri durablement).

        A nous de reprendre au plus vite le pouvoir avant qu’il ne soit vraiment trop tard

          +5

        Alerter
        • calal // 16.03.2019 à 14h35

          1945-1975 printemps 1975-2005 ete 2005-2035 automne 2035-2065 hiver.
          Une facon d’effacer votre dette c’est que votre creancier meurt.Une guerre c’est plein de creanciers qui meurent et qui ne viendront plus reclamer votre dette plus de la demande qui repart. Il faut diffuser la connaissance pour eviter de repeter les erreurs.

            +1

          Alerter
    • Chris // 16.03.2019 à 13h02

      @Sandrine
      “Intéressant serait de comprendre comment et à partir de quand les élites française se sont converties à cette idéologie”
      Mais ils ont toujours été là ! Juste freinés durant 3 décennies par le Front populaire et ses suites, au point de donner la préférence à Hitler (discours de Pétain en poste en Barcelone en 1939).
      Ces “élites” françaises qui lancèrent et entretinrent les colonisations (Afrique noire, Maghreb, Syrie, Egypte, Indochine) pour s’enrichir au maximum, qui poursuivent leur prédation par le canal libéral mondialiste (un substitut des colonies décriées par les DDH), qui vu la lutte croissante pour garder ses prés-carrés se tourne et retourne contre leur propre population pour les essorer un max.
      Ne vous laissez pas abuser par les déguisements successifs. L’emballage change mais le paquet cadeau lui, demeure : exploitation, asservissement par une classe parasitaire et rentière qui a toujours soigneusement mis en place lois et interdits pour accaparer richesses et pouvoirs.

        +12

      Alerter
      • Bibendum // 16.03.2019 à 15h14

        Il est difficile de dire plus que ce que vous avez dit en ce juste commentaire. Sinon peut-être une question : C’est quoi un front populaire ? Comment on peut (re)constituer un front populaire et quelle intelligence mettre derrière et à son service ? Qui monterait au front ?

        En fait cela fait 4 questions et je pense que ce n’est pas exhaustif 😉

          +3

        Alerter
  • PAT // 16.03.2019 à 09h03

    Allons, enfants de la patrie,
    Sur les ronds points, risquer nos vies…

      +17

    Alerter
  • Macarel // 16.03.2019 à 09h29

    Les imposteurs sont au pouvoir !

    Nous n’avons que faire d’une agence européenne de protection de la démocratie.

    Mais tout à faire, pour protéger notre démocratie de Macron et compagnie…

    https://www.pouruneconstituante.fr/spip.php?article1611

      +10

    Alerter
  • Jules Vallés // 16.03.2019 à 09h48

    Beurk…! Je suis allé vomir, mais je ne pourrais pas dire «tous pourris», tout le cénacle politico médiatique m’a répété jusqu’à la nausée(!) qu’il ne fallait pas dire ça….

      +4

    Alerter
    • vert-de-taire // 16.03.2019 à 10h42

      On ne naît pas pourri
      on le devient
      dans le monde que nous sommes contraints de prendre en compte, c’est notre présent

      Branco ici encore a très bien vu notre comportement versus le réel.

      Il y a UN système (déterminé par la rente) – autrefois on avait un/des dieu(x) qui faisait/aient le monde.
      Suivant notre ‘caste’ (bourgeois prolétaire pré-exclu), suivant notre patrimoine hérité (culturel ET monnayable) nous sommes déterminés à agir différemment.

      Les grands-bourgeois (étant minoritaires dans un système à majorité) ont compris qu’ils devaient se grouper pour défendre LEURS MÊMES INTÉRÊTS,
      ils ont donc établi une culture et un environnement pour y parvenir (ils vivent en marge).
      Cet aménagement de leur environnement déborde sur les institutions au point de les submerger.

      Ils ont compromis les principes démocratiques AVEC NOTRE CONSENTEMENT (et bcp de tromperies et aussi des mensonges).

      Nous avons accepté de NOUS DIVISER et même de ne plus voter, dégoûtés par le comportement de la caste au pouvoir, INCAPABLES de nous grouper, obnubilés par le cirque qu’ILS nous font voir.

      Nous sommes aussi déterminés qu’eux par le Système, eux en en l’aménageant, nous en n’y participant PLUS.

      Ils l’utilisent nous le subissons.

      Ils ne sont pourris que de profiter de notre PASSIVITÉ en la cultivant, en s’étant donné les moyens de propagande massive – et ça marche.

      ou plutôt ça “en-marchait”,
      il ne tient qu’à nous de changer cette situation.

        +5

      Alerter
      • Catalina // 16.03.2019 à 10h55

        “Suivant notre ‘caste’ (bourgeois prolétaire pré-exclu), suivant notre patrimoine hérité (culturel ET monnayable) nous sommes déterminés à agir différemment.”
        Juan Branco vous prouve justement le contraire.

          +1

        Alerter
        • vert-de-taire // 16.03.2019 à 11h29

          Il EST une exception
          non ?

          sinon on n’en serait pas là.

            +3

          Alerter
  • Catalina // 16.03.2019 à 09h53

    Quand on voit ce qu’a subit Denis Robert, il était clair que la corruption pour ceux qui étaient corruptibles a contaminé tous les cercles du pouvoir. Pas d’étonnement pour moi, je suis contente que de plus en plus de gens ouvrent les yeux, Jean-Loup Izambert dans ses deux tomes 56 parle aussi d’une compromission mortelle de hauts fonctionnaires avec les terroristes du bataclan, de Nice, etc, etc, etc …..
    Ma chance est peut-être d’avoir plus du demi-siècle, de lire énormément, de passer le temps de mon cerveau disponible à faire du lien, de recouper l’info et d’avoir accès à des sites d’information non subventionnés et donc, libres de parler des saloperies structurées de “ces gens-là”
    Grand bonheur quand Les Crises sont nées, merci Olivier. Et merci M Branco !

      +20

    Alerter
    • jeff // 20.03.2019 à 12h44

      Catalina,

      Laurent Mauduit explicite aussi clairement cette Haute Trahison massive et déjà plusieurs fois décennale de la Haute Fonction Publique Française dans “La Caste”

      Ses multiples exemples sont effarants mais très révélateurs de cette collusion gravissime public-privé, de cette disparition des éthiques ou des consciences professionnelles, bref des vertus, des sens et des valeurs

      Quand les personnes hautement chargées de conseiller les politiques, de mettre en place et de piloter les plus vitaux des projets nationaux sont totalement corrompus et vendus à des intérêts purement affairistes et privés, qu’il bradent littéralement ce faisant les Intérêts Supérieurs de la Nation et du Peuple Français :
      Il est plus que temps de foutre la dedans non seulement un vaste coup de balai !
      En dehors duquel n’importe quelle nouvelles constitution, constituante ou ric sera comme pisser dans un violon !?!

        +2

      Alerter
  • vert-de-taire // 16.03.2019 à 09h55

    Branco nous dit de rares choses très importantes :

    – nous savons maintenant que le pouvoir actuel EST LA CORRUPTION (car il n’existe ET n’agit que pour une caste et non pour les français)
    – tout ce qu’ils font est légal (ou presque)

    Autrement-dit, NOUS LES SOUTENiONS PAR IGNORANCE

    ILS NE DÉPENDENT QUE DE NOTRE CONSENTEMENT.

    On peut donc s’en débarrasser ici et maintenant (preuves à l’appui de la félonie)
    et revoir nos institutions à commencer par la diffusion de l’information (disparition de l’opinion publique par captation des canaux) et du fonctionnement de la République (plus de visibilité aux rouages qui mènent à la prise de décision – pour comprendre, observez les arguments publics échangés dans les instances helvétiques : on change de monde et pourtant il y a toujours à redire).

    Ceci rend INDISPENSABLE de MANIFESTER MASSIVEMENT CE SAMEDI 16 MARS 2019

      +11

    Alerter
  • Suzanne // 16.03.2019 à 12h08

    Merci de tout coeur,Juan Branco. De cette intervention tragique et forte, de la dénonciation sans respiration de la nature de ce qu’il faut comprendre, c’est-à-dire :
    non, ils ne sont pas bêtes, non ils ne sont pas inconscients, non ils ne sont pas incompétents. C’est une stratégie, c’est voulu, c’est organisé, c’est légal. Ils veulent nous enfumer, ils veulent défendre leurs intérêts, ils ont désespérément succombé à l’addiction de l’argent et du pouvoir, et comme ils ont peur maintenant, ils attaquent. Délibérément. Et comme ils sont très forts, ils risquent de gagner. Et nous de perdre.

    Sortie de Thinkerview cette fois-là, je vacille. Oh, j’ai la vie chevillée au corps, et la joie, et l’énergie, mais là c’est dur, très dur. Pour une fois on doute. Alors qu’Emmanuel Todd nous conforte dans l’analyse que les français ont l’égalité dans leurs gênes, que Monique Pinçon-Charlot remercie les Gilets Jaunes de l’espoir qu’ils apportent, avec vous c’est plus lourd. Comment allons-nous faire? N’avons-nous pas déjà perdu?

    Heureusement, une lettre de Frédéric Lordon au président de la république passe par là, mettant un peu le baume du rire sur la blessure, mais sans la faire disparaître :
    https://www.youtube.com/watch?v=wjYwlNN0DlI&fbclid=IwAR1gucrOo74iVZG7dfEW6SstdOxevZJf31g2onoTRiSFeUSqQGTkeqpFpgM

    Qui aurait cru que le rire et la joie allaient si bien avec le désespoir?

      +5

    Alerter
    • Sandrine // 16.03.2019 à 13h33

      Vous voyez le verre à moitié vide, Suzanne. Moi je retiens du témoignage de J Branco, que, au contraire, le roi est nu et que, depuis le mouvement des gilets jaunes, cela se crie de plus en plus fort sur la place publique.
      Il faut bien se rendre compte que les 0,1% et leurs valets politiques qui nous scandalisent tous ici n’ont de pouvoir que parce que « nous » le voulons bien.
      La réalité est, qu’une part importante de la population française croit à la fable du mérite et adhère à l’idécologie de l’inégalité par ce qu’elle pense qu’elle fait partie du « haut du panier » et que cela l’arrange de penser que cette inégalité est juste.

      E.Todd pense que c’est la démocratisation de l’enseignement qui, paradoxalement, est responsable de ce phénomène – en association avec la disparition de la vieille culture catholique (les fameux catholiques zombies)
      https://www.youtube.com/watch?v=hLucuLLIl4U

        +7

      Alerter
  • Czerny // 16.03.2019 à 12h28

    Bien.Le témoignage de Branco est un énième constat de ce que l’on sait .Une caste organisée comme une mafia s’est emparée du pays .La seule question qui demeure est : Quoi maintenant ? Nous voyons tous les samedis qu’ils vont lutter avec acharnement et avec tous les moyens à leur disposition pour sauvegarder le statu quo.Petite piste pour ceux qui n’ont pas écouté Branco jusqu’au bout ,le passage dans lequel il raconte comment les services de protection du banquier, ont préparés un hélico pour l’exfiltrer du pays lors des premiers rassemblements des GJ .Sereines les zélites ? Je ne crois pas …….

      +6

    Alerter
  • Catalina // 16.03.2019 à 13h00

    https://www.youtube.com/watch?v=FAuZDxNYOvI
    “Fin du grand débat, début du grand débarras !” Juan BRANCO Bourse du Travail Paris 14 mars 2019
    + Lordon
    https://www.youtube.com/watch?v=wjYwlNN0DlI

      +1

    Alerter
    • Catalina // 16.03.2019 à 13h15

      précision sur mon lien, juan Branco verse t-il dans la russophobie ? car je suis bien déçue de l’entendre dire que la Russie et l’écologie font deux alors que la Russie fait partie d’un tout petit nombre de pays a avoir inscrit dans sa constitution l”interdiction des OGM, il devrait rester dans son domaine et pour le reste, se taire, car dans son domaine, il est brillant. du coup, je me pose plein de question…
      ça m’appartient mais….

        +3

      Alerter
      • Catalina // 16.03.2019 à 17h05

        en lisant son livre je me demande pourquoi il ment sur la Russie, Tchéchénie, journaliste soi-disant tuée par Poutine alors qu’aucune preuve ne vient étayer ses propos, se sent-il obligé comme tous les autres de cracher sur la Russie ?
        Il devrait rester dans son domaine où il est brillant et éviter de dire n’importe quoi par ailleurs car du coup, son “authenticité” en prend un coup…

          +4

        Alerter
      • vert-de-taire // 16.03.2019 à 20h54

        il est évident que la Russie et l’écologie font deux.

        Mais ce n’est pas le sujet.

          +0

        Alerter
  • Louis Robert // 16.03.2019 à 13h24

    Le temps est venu de croire ce que nous savons,.. à peu de détails près. Il ne reste plus que d’en tirer les conséquences et d’agir en les prenant en compte. Tâche titanesque qui exige lucidité et courage, comme on en trouve chez Juan Branco. Espèce rare, en voie d’extinction.

      +2

    Alerter
  • calal // 16.03.2019 à 13h45

    c’est bien que des jeunes cadres se levent et disent non a l’argent-roi.
    On en a marre de ces deputes ou responsables de 1980 a 2010 qui en retraite forcee,viennent encore vendre des livres ou ils denoncent des systemes qu’ils ont construit et dont ils ont profite.

      +3

    Alerter
  • Owen // 16.03.2019 à 16h15

    “Crépuscule” devient le n°1 des ventes de livres.
    https://twitter.com/Thinker_View/status/1106249454305333248
    Bravo à Juan Branco et merci Thinkerview. Si ce livre pouvait suivre le même effet que “Indignez-vous”, de Stéphane Hessel, ce serait un vrai coup contre la macronie et le reste.

    “Ils ne sont pas corrompus, mais ils sont le corruption”.

      +5

    Alerter
    • Catalina // 16.03.2019 à 17h08

      Quand il compare l’ascension de macreux avec celle de Poutine, bon…. euh……
      Ouaiche !!
      en plus, autant la Russie travaille a acquérir ce que nous avions avant macron autant macron travaille à détruire nos acquis…. Comparaison inutile et gratuite dont le but reste inexpliqué.

        +4

      Alerter
  • Célavy // 16.03.2019 à 19h12

    Comment faire pour arrêter ce cauchemar ? – Ils ont la main sur nos comptes bancaires, nos adresses, nos enfants et parents. – Ils ont les armes… et contrairement aux Fake-niouses officielles, c’est VRAI… Hélas ! –
    On aimerait voir apparaître un magicien nous disant : ne vous faites pas de souci, nous allons arrêter ces dangereux voleurs…

      +5

    Alerter
  • moshedayan // 16.03.2019 à 19h25

    Bonsoir, j’ai parcouru vos commentaires, tous intéressants et puis par le web je suis tombé sur LCI en direct avec une journaliste Virginia Legay, de la rédaction Police-Justice, qui commentait votre manifestation de Gilets Jaunes avec horreur, colère mal contenue contre le fait que certains GJ ne désapprouvaient pas les violences faites sur les signes de richesses des “Champs Elysées”; elle parlait comme une représentante de votre Gouvernement…. Eh bien , peut-être qu’elle devrait se taire et se demander si une Révolution n’est pas en train de se lever ???
    Un peuple où un peu plus d’un quart de sa population compte dès le 20 du mois ses sous n’a absolument aucun avenir sauf celui de se soulever tôt ou tard…
    Pour détendre l’atmosphère, il faut écouter un tube des années 80 Feargal Sharkey “A Good Heart” (passé sur Radio Slovensko).
    Bon courage, en espérant que les peuples européens auront suffisamment A Good Heart pour chasser les oligarques “tyrans euro-libéralistes” !

      +3

    Alerter
  • Rond // 20.03.2019 à 09h03

    Tiens, ce billet est revenu. Juan Branco a parfois des propos “borderline” mais il a aussi, parfois, de ces fulgurances propres à la jeunesse et aux visionnaires. Il aurait été dommage et ,à mon sens, injuste de passer cette vidéo, et le billet avec, à la trappe. Je dois bien avouer que pendant un temps, je me suis interrogé sur ce qui se passait aux Crises. Merci à l’équipe des Crises d’ avoir corrigé ce qui me semblait, pour le moins, déplacé ; à moins qu’un bug maltapropos l’ait malencontreusement fait disparaître, ce billet …

      +3

    Alerter
    • Catlina // 22.03.2019 à 07h35

      en m^me temps (oups) aucune explication n’a été donnée pour l’avoir supprimé un temps, ….

        +1

      Alerter
  • Buffarot // 21.03.2019 à 02h07

    Branco démontre ce que beaucoup d’entre nous ont pressenti et aussi observé sur les rouages et la fabrication des oligarchies françaises, mais toujours avec cette question lancinante: de quelle étoffe sont ces gens, ont-ils des convictions, pensent-ils, ont-ils des sentiments?. J. Branco apporte à ce propos beaucoup d’éléments de réponse.

      +2

    Alerter
  • Bob // 22.03.2019 à 21h50

    S’il y a une seule interview thinkerview à regarder (et dieu sait qu’il y en a beaucoup de qualité), c’est celle là. Branco est un robinet de bon sens et de classe, un déversoir d’analyses pertinentes et un film d’image des milieux oligarcho-mafieux.

      +1

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications