Les Crises Les Crises
3.avril.20193.4.2019 // Les Crises

Gilets Jaunes : Avant la révolution ? François Boulo, par Thinkerview

Merci 433
J'envoie

Source : Thinkerview, Youtube, 25-02-2019

Source : Thinkerview, Youtube, 25-02-2019

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Alfred // 03.04.2019 à 07h18

Enfin. Merci de relayer la parole trop peu portée des gilets jaunes et de permettre de faire mentir ceux qui prétendent que les revendications sont peu claires et superficielles.

31 réactions et commentaires

  • Alfred // 03.04.2019 à 07h18

    Enfin. Merci de relayer la parole trop peu portée des gilets jaunes et de permettre de faire mentir ceux qui prétendent que les revendications sont peu claires et superficielles.

      +60

    Alerter
    • leprolo AUSSEUR Robert // 03.04.2019 à 08h24

      Nous sommes arrivés à un moment historique ou les salariés ont tellement craché sur le “monde” syndicaliste et de celles et ceux qui prenaient , politiquement en charge le social ET L’ECONOMIE = Les salariés(es) quasi complètement démobilisés(es) , pour ce qui est de la prise en charge des intérêts collectifs = FACES A DES GAMINS DES HAUTES ECOLES ! Ils, elles se voient à une grande vitesse dépossédés(es) de tous les acquis , qui ont souvent étés obtenus de haute lutte = Face à des “patrons” et leurs serviteurs des grandes écoles ! qui n’en auront jamais assez de s’empiffrer sur le dos des gens qu’ils , elles appauvrissent en de plus en plus grand nombre ,ainsi que des France moyennes = De + en + ! ……Les retraités qui ont étés nombreux(ses) à voter pour = çà !!! voient leur petits pouvoirs d’hachas diminuer = Pour en arriver à des situation de plus en plus ingérables ! = OUI LES GILETS JAUNES QUI CRACHENT VOLONTIER SUR CE QUI RESTE DE MOUVEMENT SYNDICAL VONT AVOIR DU BOULOT : Si ? ELLES ,ILS VEULENT METTRE EN PLACE UNE SOCIETE PLUS JUSTE = CHASSER LES MAFIAS AUX POUVOIRS !

        +5

      Alerter
      • Fabrice // 03.04.2019 à 09h05

        Il faut rendre au syndicalisme aussi le fait que les syndicats ont souvent crachés aussi sur les intérêts des salariés en signant tout et n’importe quoi même quand ils n’étaient pas majoritaires, en ne faisant pas le ménage de certains qui ne visaient pas l’intérêt des employés mais la protection de leur situation ou que certaines directions de syndicat visent souvent une optique politicienne que parfois les intérêts des salariés d’une entreprise allant à l’encontre des remontées du terrain.

        Donc sur ce point si les Gilets jaunes ont sûrement tort de ne pas être encore passé à un mode plus coopératifs ils ont plus que des raisons de la méfiance qui entoure les syndicats ou certains partis politiques, qui sont considérés comme aussi parfois comme bénéficiaires d’un système (voir financement de syndicats https://www.lyoncapitale.fr/actualite/formation-le-scandale-du-financement-des-syndicats/) qui sait comment les neutraliser tant leurs querelles inter-syndicales sont une bénédiction pour le pouvoir.

          +43

        Alerter
      • Alfred // 03.04.2019 à 11h21

        On va pas refaire le match du procès en jaunitude des syndicats mais bon si vous y tenez.. Arnaud Montebourg faisait remarquer récemment que les Gilets Jaunes avaient obtenus plus choses en quelques mois que les syndicats en cinq ans. Ils n’ont pas obtenu grand chose et pourtant c’est vrai… Je baigne dans les vestiges d’un monde qui reste assez syndiqué. Syndiqué moi même j’ai des amis proches délégués syndicaux. AUCUN n’a compris ce qui se passait le 17 novembre. Aucun n’a participé. Finalement certains on fini par rejoindre le mouvement à titre personnel. Et encore sous l’insulte des directions.
        Les syndicats sont indispensables (sinon c’est les corporations comme avant la révolution ou pire… rien). Mais comment nier qu’ils se sont complètement décrédibilisés par des années de stratégies perdantes (pour les gentils, “méchants” ?
        Les Gilets Jaunes ont entièrement raison de rejeter les syndicats actuels. Les gilets jaunes sont l’occasion de refonder le mouvement syndical comme tout le reste.

          +46

        Alerter
        • Owen // 03.04.2019 à 13h58

          Oui, cela vient de loin. Il faut voir le fatras d’idéologies en carton-pâte sous lequel le pays a été enseveli depuis plus de trente ans.

          http://www.lacgtadp.com/2018/11/communique-de-la-cgt-sur-la-manifestation-du-17-novembre.html

            +6

          Alerter
        • Owen // 04.04.2019 à 18h51

          Je découvre qu’Annie Lacroix Luiz, qui a accompagné la CGT et même fait une thèse sur ce syndicat a été mise de côté. Son anti-atlantiste a fait d’elle une anti Union Européenne, alors que la CGT fait partie de la Confédération Européenne des Syndicats.
          La CGT est très active dans l’association intersyndicale: VISA (Vigilance et Initiatives Syndicales Antifascistes). Ladite association en lutte contre l’extrême droite (et tout ce qui va avec, Etienne Chouard, bien sûr) et pour la promotion de toutes les cause socciétalistes. Et l’impérialisme américain n’existe pas pour la CGT: antifas et CGT sont devenus des mêmes univers idéologiques.

          Voilà pourquoi Annie Lacroix Luiz défend les GJ, car elle est pour le peuple en tant que communiste, et comment la CGT, américanisée, est devenue anti GJ.

          http://www.historiographie.info/27012019.html

          Et la fameuse fiche n° 17:
          http://www.historiographie.info/Cgt%20fiche%2017,%209%20janvier%202019.pdf

            +7

          Alerter
      • Renard // 03.04.2019 à 17h22

        Pour parler en termes marxistes, on peut dire que les syndicats ont été progressivement intégrés à l’Etat bourgeois et en sont aujourd’hui plus à défendre leurs rentes plutôt que l’intérêt du prolétariat.

        Il y a toutefois un parallèle à faire entre la CGT anarcho-syndicaliste de ses débuts et le mouvement des gilets jaunes notamment dans leur rejet des partis politiques et dans leur aspiration à la démocratie directe.

          +16

        Alerter
    • Suzanne // 03.04.2019 à 13h57

      Pour Alfred, relayer la parole des GJ : oui, absolument. Sur ce point, écouter par exemple l’intéressante intervention de Julien Terrier à la conf de ce dernier avec Juan Branco :
      https://www.youtube.com/watch?v=T50agAdKDMA

        +7

      Alerter
  • Bats0 // 03.04.2019 à 07h41

    Bonjour, enfin une personnalité qui sort du lot, et a les pieds sur terre. S’il se présente à une élection à laquelle je puisse voter, je vote pour lui, même si pour l’instant la politique politicienne n’est pas son champ d’action principal.

      +10

    Alerter
    • Emmanuel // 03.04.2019 à 09h44

      Arrêtez de croire à l’homme providentiel. François Boulo comme n’importe quel autre ne peut rien seul. Si il doit y avoir du changement il sera porté par la masse ou ne sera pas.

        +25

      Alerter
      • Alfred // 03.04.2019 à 12h48

        Ce n’est pas un homme providentiel, c’est un talent qui émerge comme chaque crise en produit. Il faut s’en féliciter et souhaiter qu’il y en ait davantage. Ce n’est pas contradictoire avec la fin de votre commentaire.
        (Si on quitte le domaine du rève et du voeux pieux, qu’est ce que la masse? A t elle des frontières définies? Des valeurs ou des principes communs (lequels); des buts bien définis? Une multitude de “Boulo” c’est ce qui permet de passer du concept à l’action concrète et créer “la masse”).

          +15

        Alerter
      • Renard // 03.04.2019 à 17h12

        Je comprends votre méfiance vis à vis des hommes providentiels mais à un moment donné on vit dans un système qui nous forcera fatalement à devoir en choisir un, c’est le principe même de la 5e République qui ne pourra pas être détruite par des manifestations mais uniquement par un président qui voudra changer les choses. La 5e république ne peut être abolie que par la 5e république.

        De ce point de vue, Ruffin et Boulo sont les deux seuls têtes que j’ai vu émergé capable de faire ce.. boulot.

          +6

        Alerter
        • Fabrice // 03.04.2019 à 18h25

          J’ajouterais Juan Branco et Jérôme Rodrigues bien sûr le mouvement n’est pas terminé et deux que nous citons sont de FI ou y sont très liés espérons qu’il y en ai plus afin de faire un noyau d’espoirs et non de désillusions.

            +4

          Alerter
      • Kesse // 04.04.2019 à 12h13

        L’homme providentiel est celui désigné comme tel par une multitude. En ce sens, votre commentaire est une tautologie. En effet, l’homme providentiel est le lieu de convergence des affects. Si on peut souhaiter que les affects se portent sur des objets de plus grand intérêt, néanmoins dans notre système politique, la figure d’homme providentiel est nécessaire à la conquête du pouvoir.
        De plus, si les gens veulent s’enthousiasmer sur cet homme providentiel, ils n’oublient pas que tout passe, y compris leur enthousiasme et que l’homme providentiel n’est qu’un véhicule.
        Ils n’oublient pas que ce n’est pas le véhicule qui compte, mais la destination. Ainsi, croient-ils de manière raisonnée à la figure de l’homme providentiel et ainsi, ils se satisfont de l’émergence de talent capable de devenir, pour un temps seulement, le contenant de leurs affects.
        “Arrêter de croire en l’homme providentiel” est soit un paradoxe si l’homme providentiel est incarné (il cesse de l’être avec l’arrêt de notre croyance), soit, plus grave, une erreur de méthode si l’homme providentiel est un principe. Erreur de méthode contingente à notre système politique, car comment changer la politique en France sans prise de pouvoir politique.

          +5

        Alerter
  • Fabrice // 03.04.2019 à 08h34

    François Boulo est une des personnalités qui a été mis en avant par le mouvement des Gilets jaunes, qui me semble sincère et ne se laisse pas démonter pas l’inquisition de certains médias.

    Son attitude sereine dénote souvent face à l’hystérie auquel il se trouve souvent confronté, je pense qu’il sera intéressant à suivre.

    Il promeut le passage à une nouvelle étape plus en coopération avec avec les autres mouvements sociaux afin que les gilets jaunes ne finissent par s’éteindre par épuisement comme le voudrait la macronie, a-t-il raison je ne sais mais il est vrai que redonner un souffle au mouvement est effectivement nécessaire pour qu’il ne s’éteigne ou ne devienne une caricature de lui même (hélas).

      +40

    Alerter
  • Catalina // 03.04.2019 à 09h54

    Depuis 2007, le médef veut ” reformer” la sécu…Ils ont déjà calculé leur vol organisé d’un des dernires remparts de ceux qui ne sont “rien”

    “Le modèle social français hérité de la Résistance est très sérieusement attaqué par les prédateurs de la finance mondialisée*. Il est le dernier rempart contre la barbarie. Le plus beau fleuron de cette révolution sociale – la Sécurité Sociale – est sur le point d’être anéanti.”

    http://lucien-pons.over-blog.com/2019/04/la-suppression-de-la-securite-sociale-est-en-marche.projection-par-les-gilets-jaunes-du-film-la-sociale-ce-samedi-6-avril-2019-a-nic

      +17

    Alerter
    • leprolo AUSSEUR Robert // 03.04.2019 à 11h35

      Oh! que oui Catalina : nous n’avons pas fini de payer au prix très fort la démobilisation démocratique de la France laborieuse ! = L’abandon de la prise en charge des intérêts collectifs = VA SE PAYER AU PRIX FORT !!!

        +11

      Alerter
    • Pascalcs // 04.04.2019 à 03h34

      Aux Etats-Unis, on parle (parlait) souvent de la France comme étant le seul pays où le communisme a fonctionné. Chose très embarrassante pour l’élite néolibérale qui n’aura de cesse de laminer tout ce qui dépasse pour pouvoir régner sans partage sur un monde avachi formaté à la croyance “du seul modèle qui a réussi, c’est le nôtre”. Entendez, celui que nous impose tranche par tranche, le régime Macron ou tout autre régime contrôlé par la même inspiration néolibérale totalement vaine et universellement destructrice.
      La réalité que mettent en évidence les gilets jaunes est celle d’un “certain” monde très puissant, d’une quasi secte, qui déteste le modèle français et ne le laissera jamais perdurer.
      Ce “certain” monde s’est, tel un cheval de Troie, furtivement invité dans notre fonctionnement quotidien, prenant les décisions à l’inverse de nos intérêts, embobinant une grande partie de notre jeunesse dans une croyance quasi religieuse que la France et son modèle “c’est ringard fini” et l’invitant à la déserter au plus vite.
      Les gilets jaunes seront ils le prémisse d’un retour à bonne fortune, un détonateur pour un grand mouvement de résistance? Nul ne sait mais le mouvement a peut être déjà le mérite de faire se réveiller bon nombre et de les débrancher de la “matrice”. Comptez sur les forces du régime Macron qui agit sur ordre pour éradiquer le mouvement jusque dans les “chi…tes” comme dit si crûment ce cher Vladimir.

        +3

      Alerter
  • Catalina // 03.04.2019 à 10h59

    https://francais.rt.com/magazines/interdit-d-interdire/60640-culture-numero-49

    Interdit d’interdire avec :
    – Le co-réalisateur, député de la Somme (FI) François Ruffin et le co-réalisateur Gilles Perret pour leur film «J’veux du soleil», en salle le 3 avril
    – L’historienne Marie-Eve Sténuit pour son livre «Femmes en armes» aux Éditions du Trésor

      +8

    Alerter
  • walty // 03.04.2019 à 11h11

    l’argent dette qui rend esclave et inhumain la solution est peut être dans la micro taxe et la suppression des impôts ,de la TVA ,comme nous l’explique ce banquier Suisse gilet jaune (eh ! oui c’est possible mais en Suisse seulement )

    https://www.youtube.com/watch?v=KC6yy8fjhTw&feature=youtu.be

      +4

    Alerter
  • leprolo AUSSEUR Robert // 03.04.2019 à 11h19

    Je suis oh! combien d’accord Fabrice : Mais on ne peut toujours afficher toute son analyse = Mais le résultat , lui est bien là !

      +0

    Alerter
  • Suzanne // 03.04.2019 à 13h51

    Moi aussi j’aime beaucoup la personnalité de François Boulo, qui paraît, après visionnage de nombreux entretiens, extrêmement sincère et intègre, et qui est un excellent porte-voix, face aux chiens de garde de la propagande anti-Gilets Jaunes.
    Il me semblait qu’il avait une page wiki, elle a disparu?
    Par contre, je pense qu’effectivement, il vaut mieux attendre plus, avant de s’engager avec des hommes ou femmes providentiels (les).
    Je vois plutôt l’évolution (idéale, hélas !) du mouvement selon l’axe : départ des gouvernants actuels, donc vide, réflexions et débats (vous n’allez pas me dire qu’on ne pourrait pas survivre quelques mois sans gouvernance de haut niveau), mise en place d’un gouvernement transitoire, puis assemblée constituante, puis nouvelles élections. Et dans cette optique, il ne faut pas qu’il y ait un seul leader, mais de nombreuses assemblées qui discutent et décident.
    Je précise que ça n’arrivera que si la classe moyenne se décide ENFIN à rejoindre les mobilisations et soutienne le mouvement, et non pas les élites qu’ils détestent de toute façon (mais préfèrent encore aux Gilets Jaunes)
    La non présence de l’homme providentiel n’empêche pas de très nombreuses personnalités et talents, scientifiques, artistes, intellectuels etc. de se joindre aux Gilets Jaunes quand ils n’y sont pas déjà, pour apporter d’éventuelles compétences et soutiens divers.

      +6

    Alerter
  • Persona // 03.04.2019 à 14h28

    Un discours clair et précis tout à fait admirable et rafraîchissant.
    Quant au message final concernant la bienveillance à l’attention de tous me semble incontournable et juste, merci.

      +6

    Alerter
  • Tutu // 03.04.2019 à 23h27

    Le fait est que les gilets jaunes ne peuvent rien accepter de ce pouvoir sans blesser mortellement leur mouvement. Toute compromission, toute négociation mènera inévitablement à la démobilisation. Ne serait-ce que reconnaître le gouvernement comme un interlocuteur sera une perdition. Toute personne mise en avant par les mediat est une marionnette, tout passage dans les mediat une trahison.

    Ce n’est pas un problème de pureté radicale, c’est une réalité qu’il nous faudra affronter, au cas où cela se produirait. Et cela se produira si la lutte ne s’étend pas aux entreprises avec la même volonté, le même refus de toute récupération, syndicale ou politique.

    http://democratisme.over-blog.com/

      +1

    Alerter
    • herve_02 // 04.04.2019 à 19h49

      Je ne suis pas d’accord, on pourrait tout à fait imaginer quelques personnes tirées au sort sur TOUS les GJ pour aller ‘négocier’, avec un mandat impératif, lors d’un live retransmis en direct dans un lieu neutre, ou pourquoi pas un rond point.

      voir averell (PM) assis sur une chaise en palette autour d’un table en plastique à boire du café dégueulasse dans un gobelet pas trop propre ou une tasse de cantine ébréchée.

      Ca pourrait avoir de la gueule, je trouve. Et le averell serait en mauvaise position.

        +0

      Alerter
      • chokk // 05.04.2019 à 15h14

        A noter que François Boulot doit justement sa position de porte-parole à un mandat impératif conféré par les GJ de Rouen, même si c’est un lien purement moral et non légal.

          +2

        Alerter
  • robert marli // 06.04.2019 à 15h20

    pourtant Mr macron semble décidé à prendre des mesures pour le bien de tous.
    de tous ses amis .

      +1

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications