Les Crises Les Crises
4.avril.20194.4.2019 // Les Crises

Envoyé Spécial : L’autre visage du cannabis

Merci 139
J'envoie

Source : France 2, Envoyé Spécial, 28-02-2019

Kaylah, 9 ans, souffre d’une épilepsie très sévère, mettant sa vie en danger. Ses parents tentent de la soigner avec du cannabidiol, la molécule non psychotrope du cannabis… “Envoyé spécial” a partagé le quotidien de cette famille.

Kaylah a 9 ans, elle vit dans le centre de la France. Depuis sa naissance, elle souffre d’une épilepsie sévère qui l’handicape beaucoup. Ses premières années, les crises ont été très fréquentes et violentes, malgré les médicaments, mettant sa vie en danger. Ses parents, qui ont tout essayé, ont décidé de la soigner avec du cannabidiol, ou CBD.

Les crises ont diminué de moitié

En décembre 2018, le comité scientifique mis en place par l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) a donné son feu vert à l’usage du cannabis thérapeutique pour certains patients et dans des cas précis, mais en France, il reste difficile de se procurer cette molécule non psychotrope. Pourtant, depuis que Kaylah en prend quelques gouttes, les crises ont diminué de moitié et elle mène enfin une vie plus heureuse.

Un reportage de Laëtitia Moreau, rediffusé le 28 février 2019 dans “Envoyé spécial”.

Source : France 2, Envoyé Spécial, 28-02-2019

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Serge F. // 04.04.2019 à 09h04

Chacun sa drogue pour supporter le vide ou les souffrances de sa vie. Certains c’est l’alcool, d’autres le tabac, d’autres les psychotropes, d’autres faire les soldes, d’autres les réseaux sociaux, d’autres regarder Cyril Hanouna, d’autres le boulot, d’autres le fric ou d’autres le cannabis. Si vous pensez que la sélection naturelle éliminera les drogués, il ne restera plus grand humain sur terre.

Il existe une autre drogue bonne pour la santé, comme l’amour. Mais nos sociétés en manquent cruellement, alors les gens font ce qu’ils peuvent pour supporter ce monde psychotoxique.

53 réactions et commentaires

  • Politzer // 04.04.2019 à 05h48

    Peut être mais le dca fait la mëme chose sans les effets secondaires et à moindre coût.

      +1

    Alerter
    • Olivier // 04.04.2019 à 06h31

      Le cbd n’a pas d’effet secondaire et n’a pas besoin d’être synthétisé par un labo.

        +11

      Alerter
      • Glbert Gracile // 04.04.2019 à 22h43

        moi je suis pour la légalisation de toutes les drogues, et d’en finir avec ces débats stupides… les gens sont adultes, et savent faire ce qu’il faut… et puis si des gens veulent l’ivresse, ils ont bien le droit, tant qu’ils ne dérangent pas leurs voisins. On ferait mieux de vendre ds drogues de qualité, avec de l’information… comme ça, on saurait à quoi s’en tenir, prendre des produits purs et non corrompus, et s’assumer en adultes. De toutes façons, les nihilistes et les désespérés n’attendent pas la légalisation pour se perdre là-dedans… c’est pas une raison pour empêcher les autres d’en profiter sereinement. L’interdiction des drogues et de l’ivresse (dans la limite du respect de l’ordre public) est une survivance du catholicisme, qui veut imposer à chaque individu une certaine vision de sa dignité individuelle. Mais ce n’est plus d’actualité.

          +3

        Alerter
        • traroth // 08.04.2019 à 11h20

          Je suis assez d’accord avec vous, mais je pense qu’il faut prendre en compte le problème de la dépendance. Elle doit être traitée comme un sujet de santé publique, et non comme un problème judiciaire.

            +0

          Alerter
      • V_Parlier // 05.04.2019 à 21h18

        Mais finalement, on nous montre ça dans quel but? On sait que des médicaments sont préparés avec des substances qui seraient dangereuses à haute dose (voire même des poisons), donc le cannabis s’applique ici comme le reste. Alors pourquoi le cannabis sans arrêt? Pour nous préparer à la légalisation de la fumette, rien de plus. Ca prépare le terrain depuis quelques années, comme avec les bons gros trucs sociétaux précédents. Mais pour le cannabis un problème d’ordre strictement pratique se pose: Jusqu’ici il servait d’interdit “tampon”, de “zone grise” qui occupe les bandes de dealers (qui ne deviendront pas des revendeurs légaux de cannabis car la contrainte d’un vrai commerce c’est du vrai boulot, de la responsabilité et des impôts. Ce n’est plus de l’argent facile si la marchandise devient légale). Les politiques n’osent pas le dire mais ceci est la première raison pour maintenir l’interdiction du cannabis en tant que trafic illégal “modéré” qui “occupe” ceux qui ne veulent de toutes façons rien faire d’autre. Le jour où ils devront passer à autre chose ce sera bien pire et bien plus dangereux pour les populations qui habitent dans les “quartiers”: Drogues dures, armes, filières de proxénétisme dans le pire qui se fait (enlèvements de mineures, etc… du style Mexique ou Telford…), voire trafic d’organes… Donc la fumette, c’est bien mignon, si vous voulez, mais il y a des choses plus sérieuses à prendre en compte tant que la même politique de gestion des “quartiers difficiles” ne change pas radicalement. Et chacun sait qu’elle ne changera pas de si tôt.

          +2

        Alerter
        • traroth // 08.04.2019 à 11h21

          Ne vous en déplaise, il est désormais plus facile en France de se faire prescrire de la morphine que des dérivés de cannabis. Si vous ne voyez pas là un vrai sujet, moi j’en vois un !

            +0

          Alerter
  • Abemus // 04.04.2019 à 06h21

    ” (…) En France, il reste difficile de se procurer cette molécule non psychotrope”. C’est faux. Il suffit de commander sur internet. (via la suisse) C’est juste super cher.

    Il y a eu un bon reportage dans le dernier Thema d’Arte. Il est intéressant de voir l’exemple du Canada : notamment comment les amis de Trudeau on pu profité au bon moment de l’évolution de la législation pour s’en mettre plein les fouilles.

      +8

    Alerter
    • LBSSO // 04.04.2019 à 08h04

      Reportage Arte ici :https://www.arte.tv/fr/videos/080157-000-A/cannabis-quand-le-deal-est-legal/ à 1h10

      Suisse à 1h13
      Canada à 1h18 (proches de J Trudeau à 1h22)

        +3

      Alerter
      • LBSSO // 04.04.2019 à 08h23

        Ce qui m’a fait sourire , dans le reportage d’Arte (à 1h18mn50s) c’est l’entretien avec le militant qui avait milité pour que chacun puisse produire de la marijuana.Aujourd’hui , il dénonce l’accaparement par quelques grands groupes..
        Une illustration du ” libertaire “, idiot utile d’un certain ” libéralisme”.

          +29

        Alerter
        • Aquitanis // 04.04.2019 à 08h38

          Tout à fait. Déjà, lorsque SOROS veut te sponsoriser , tu peux commencer à te poser des questions. Mais non, lui il y croit à fond :-)…

            +12

          Alerter
    • Babar // 04.04.2019 à 11h09

      Pour un libéral pur jus, l’interaction entre les individus se résume à la transaction commerciale. La somme de ces interactions formant le marché sous tendu par l’offre et la demande. Donc offrir un produit addictif c’est le nirvana… C’est pourquoi le sucre, le sel, le tabac, l’alcool et maintenant le cannabis les opiacés (aux USAs mais cela vient en Europe) ont les plus puissants lobbys, ce sont de opportunités à coté des quelles il est juste impossible de passer. Le reste (cocaine, etc) suivra. Encore quelques réticences morales qui devraient s’évanouir avec l’adage ultralibéral: moral/immoral sont des concepts subjectifs et variables, ils doivent être remplacés par légal/illégal…

        +10

      Alerter
    • Clitares // 04.04.2019 à 12h41

      Ha bon ?! ici en belgique les ventes explosent, on en trouve de plus en plus dans les vapo shop notament. Si j ai bien compris c est legal d apres une directive europeene qui n a pas été encore adapté au droit belge, du coup il y a un vide juridique et la justice ne sais pas quoi faire.bàv.

        +0

      Alerter
  • Guadet // 04.04.2019 à 08h01

    Quoi d’étonnant ? Tous les poisons sont utilisés par la médecine dans certains cas et en certaine quantité.

      +7

    Alerter
    • Serge F. // 04.04.2019 à 09h21

      Il n’est pas simple de trouver une molécule thérapeutique intéressante et la dose qui convient à son utilisation. En revanche, pour moi, ce qui ne m’étonne plus, c’est la bêtise humaine qui peut empếcher son usage.

        +2

      Alerter
    • Serge F. // 04.04.2019 à 09h59

      Vous devriez voir le film “Lorenzo” (1992) s’appuyant sur une histoire vraie. Vous ne devriez pas rester insensible à la formidable découverte faite par les parents du petit Lorenzo atteint d’une maladie génétique très rare et incurable. Cette découverte, faite après un travail acharné alors qu’ils ne connaissaient rien au domaine de recherche, c’est l’huile de Lorenzo.

        +1

      Alerter
    • traroth // 08.04.2019 à 11h22

      “Tous les poisons sont utilisés par la médecine”

      Certainement pas !

        +0

      Alerter
  • Pierre C // 04.04.2019 à 08h34

    Quelle est l’utilité d’un documentaire comme celui-ci ? On sait comme dit @Guadet que chaque poison est une médecine, tout dépend la dose.
    Dans les cartons du gouvernement une autorisation du cannabis pharmaceutique suivi d’une dépénalisation de son usage récréatif ?

    Je suis pour, ça accélérera la sélection naturelle…

      +9

    Alerter
    • Papagateau // 04.04.2019 à 08h57

      Ça augmentera plutôt tes impôts pour le “traitement social” de cette nouvelle liberté, mais qu’on ne peut plus revenir en arrière, et qu’il faut donc aider…

      Il n’y a plus aucune sorte de sélection naturelle (physique ou morale) dans un pays comme la France.

        +3

      Alerter
      • Pierre C // 04.04.2019 à 10h45

        Bonjour Papagateau,
        Certes oui, augmentation des impôts pour la santé, mais si on pousse le raisonnement, baisse des cotisations pour la retraite !
        En revanche je trouve que la sélection naturelle existe toujours, mais elle est en partie dissimulée derrière la sélection sociale. Une personne complètement shootée à cause d’une drogue trouvera moins facilement un emploi. Elle sera un poids pour la société à cause de ses soins. Sa santé déclinant, sa descendance aura de plus fortes chances d’avoir des problèmes de santé, des malformations, des retards mentaux… Et ils auront encore plus de mal à trouver un emploi et à se soigner correctement, surtout si ils suivent la voie des parents dans la consommation de drogue, et ainsi de suite. La sélection naturelle se fait ici sur plusieurs générations, et est le mélange d’une sélection sociale (boulot donne argent qui donne des soins) et d’un comportement délétère acquis par mimétisme auprès des parents/du groupe social (consommation de drogue).

          +4

        Alerter
        • Papagateau // 04.04.2019 à 14h48

          Pour que la sélection ait un effet en termes d’effectifs (la vraie sélection darwinienne), il faut qu’elle intervienne avant la fin de l’âge de la reproduction.

          Donc qu’il claque 10 ans avant la retraite, on s’en fout.

            +1

          Alerter
          • Pierre C // 04.04.2019 à 16h46

            L’effet du cannabis sur les spermatozoïdes est léger lors de la première génération. Deux générations plus tard, on en reparle !

              +1

            Alerter
            • kriss34 // 04.04.2019 à 18h43

              Eh bien reparlons-en. Vous avez des sources sérieuses ?

                +3

              Alerter
            • Pierre C // 05.04.2019 à 09h42

              Bonjour,
              Voici le lien vers une étude sur la baisse de la fertilité des hommes par la consommation de cannabis et l’augmentation des malformations des enfants : https://academic.oup.com/humrep/article/29/8/1629/2913908
              Voici aussi le lien d’un article qui critique cette étude : https://www.sciencesetavenir.fr/sante/cannabis-quel-risque-pour-la-fertilite-masculine_12703
              Une bibliographie sur l’effet du cannabis consommé par la mère sur l’enfant : http://www.ipubli.inserm.fr/bitstream/handle/10608/171/?sequence=16

              Mon message précédent est en effet dans l’excès, puisqu’il n’est pas prouvé que dans deux générations l’individu sera très mal en point à cause du cannabis (il n’y a pas encore eu d’étude). Il ne faut pas oublier non plus les effets cocktails du cannabis avec l’alcool et autre, qui faussent en partie les études actuelles sur le sujet. Mais il me semble raisonnable de penser que dans une population humaine (qui ne mute pas aussi rapidement que des rats par exemple), l’infertilité et malformations provoquées par la consommation du cannabis provoquera une baisse sévère des naissances dans les milieux sociaux consommateurs, et que les mutations cancérogènes au niveau des gonades puissent devenir héréditaires et impacter durablement la descendance.

              Il est aussi possible que les consommateurs deviennent parfaitement résistants et adaptés au cannabis et deviennent plus forts, sages et intelligents, mais j’en doute.

                +4

              Alerter
          • herve_02 // 04.04.2019 à 19h23

            honnêtement, vu le niveau d’empathie, je préfère de loin côtoyer un camé perché que le genre de personne qui arrivent à parler comme ça.

            Vous avez bien conscience que la survie de l’humanité est basé sur l’entraide et donc que les sociopathes comme vous malgré la haute opinion que vous avez de vous sont pragmatiquement un POIDS pour l’ensemble des humains, des gens que l’on nourrit, qui consomment de l’air mais n’apporte rien.

              +9

            Alerter
            • Pierre C // 05.04.2019 à 09h52

              Bonjour, je suppose que vous me répondiez à moi et non à Papagateau.
              Comme tout mammifère je suis sujet à l’empathie en voyant un autre mammifère, qu’il exprime joie, colère, tristesse, douleur, crainte… Le principal frein à l’empathie dans notre monde, c’est la distance qu’il existe entre les gens. Je ne vous vois pas, j’ai de la peine à comprendre votre ressenti à travers l’écrit : je manque donc malheureusement d’empathie à votre égard.

              Concernant la survie de l’humanité, je suis d’accord : l’entraide et non la compétition est la réponse appropriée. Maintenant, voici mon problème : où est l’humanité que j’aille l’aider ? C’est un concept immatériel, une très belle idée qui reste une idée. Je peux aider ma famille, mes amis, mes voisins, un migrant ou un sdf devant chez moi, mais pas l’humanité. Pour aider l’humanité, il faut être à la tête d’un pays ou d’une banque pour avoir du pouvoir, et agir.

              Personnellement, je mange local, si possible bio. J’achète aux artisans du coin, je jardine, j’élève quelques poules. Je ne joue pas en bourse, je n’ai pas de télé. J’ai une voiture pour aller au boulot par contre. J’ai aussi internet, pour vous répondre. C’est bien difficile de faire du bien commun de manière absolue. C’est compliqué de mettre en accord idéaux et actes.

              Je réfute donc votre théorie selon laquelle je n’apporte rien : j’apporte du compost à la terre, du dynamisme local, et des idées contraires aux vôtres pour qu’on puisse débattre. Ai-je une haute opinion de moi-même ? Sans doute, mon frère me le fait souvent remarquer 🙂

                +5

              Alerter
    • Serge F. // 04.04.2019 à 09h04

      Chacun sa drogue pour supporter le vide ou les souffrances de sa vie. Certains c’est l’alcool, d’autres le tabac, d’autres les psychotropes, d’autres faire les soldes, d’autres les réseaux sociaux, d’autres regarder Cyril Hanouna, d’autres le boulot, d’autres le fric ou d’autres le cannabis. Si vous pensez que la sélection naturelle éliminera les drogués, il ne restera plus grand humain sur terre.

      Il existe une autre drogue bonne pour la santé, comme l’amour. Mais nos sociétés en manquent cruellement, alors les gens font ce qu’ils peuvent pour supporter ce monde psychotoxique.

        +44

      Alerter
      • Nicolas du 13 // 04.04.2019 à 12h49

        ah oui le sexe aussi est une drogue je vous l’accorde

          +2

        Alerter
      • sg // 04.04.2019 à 18h28

        N’importe quoi, on parle d’une maladie qui a des conséquences très physiques, l’amour ne soigne pas l’épilepsie. Le cannabidiol de plus n’est pas une drogue, c’est un médicament non psychotrope, aucun effet sur la psyché si ce n’est la réduction des douleurs et des spasmes dont l’épilepsie. C’est une molécule également indiquée dans le traitement curatif (guérir) du cancer du cerveau le plus commun (glioblastome), pour lequel il n’existe à l’heure actuelle aucun autre traitement.

          +3

        Alerter
        • Serge F. // 04.04.2019 à 19h30

          Je répondais à Pierre au sujet de la légalisation du cannabis, pas au sujet du cannabidiol (remontez le fil de la discussion). Ce qui m’a choqué dans son commentaire, c’est sa conclusion sur la sélection naturelle.

            +3

          Alerter
        • Catalina // 04.04.2019 à 21h51

          J’ai une connaissance non fumeuse jusqu’à l’âge de 34 ans ou un cancer du cerveau est dépisté, aucun médicment ne la soulage, dans une soirée, elle essaie après conseil de fumer de l’herbe depuis, elle s’en procure de manière illégale et fume uniquement quand la doueur est insupportable, d’après elle, seule cette substance lui apporte un peu de répit. Elle attend toujours (+ de 2 ans) que son toubib la branche à un médecin qui a le droit de prescrire cette substance.

            +3

          Alerter
    • Haricophile // 04.04.2019 à 09h41

      La “sélection naturelle” du pinard est beaucoup plus “intense” que celle du cannabis. La répression contre la drogue tire son origine non pas de la santé publique (considération médicale, prévention…) mais de mesure totalement raciste contre certaines catégories de populations aux USA (chinois, noirs, cubains…) a une époque ou il était délicat de se montrer trop ouvertement raciste.

      Il faut rajouter a ça que l’origine historique de la drogue a l’échelle industrielle a été l’utilisation de la drogue (opium) pour faire un “government change” en affaiblissant les élites de l’empire chinois. Par toujours les même : US, Angleterre, France, Allemagne à la fabrication. Ça n’a pas cessé depuis et les relations entre la CIA et les réseaux de drogues, en particuliers dans les pays en guerre comme l’Afganisthan et avec les cartels d’Amérique Latine, sont très très intimes. Avec les banques aussi mais c’est un détail…

      En défendant la répression au nom de la morale ou de la santé, vous vous plantez totalement et défendez une morale de façade a vomir qui n’a rien a voir avec la santé publique !

      Les drogues, dont le tabac et l’alcool qui sont deux drogues “dures” avec une forte addiction, sont un problème de santé publique et doivent être traitées comme tel. Laissez votre morale puante et vos idées préconçu dans les égouts où sont leur vraie place.

        +29

      Alerter
      • Pierre C // 04.04.2019 à 10h39

        Je vais expliciter mon point de vue pour que vous compreniez que vos insultes sont déplacées. Voyez par exemple @Papagateau, qui n’est pas d’accord avec moi et expose un fait (augmentation des impôts) de manière posée, il est tout à fait correct malgré l’utilisation du tutoiement. @Serge F qui exprime son point de vue de manière que je trouve très belle et poétique, et que je rejoins totalement. Et enfin vous, qui exprimez des choses très intéressantes, jusqu’à vos deux derniers paragraphes où fleurissent de gentilles petites insultes. J’en profite pour abonder dans votre sens et rappeler que les drogues récréatives sont une invention assez récentes, car avant elles étaient utilisées dans des cadres rituels (chamanisme, rite de passage à l’âge adulte, oracles…).

        Mon point de vue donc. Je suis réellement pour la dépénalisation du cannabis, car selon moi, une société aussi décadente que la notre ne peut plus être sauvée. Elle est en phase terminale. Sa chute sera cependant extrêmement lente à l’échelle d’une vie humaine, et causera beaucoup de souffrance. Il faut préparer l’après, et si possible hâter sa venue. Prolonger l’agonie de la société est contre-productif. L’autorisation de drogues récréatives comme le cannabis ou d’autres est un pas de plus vers la décadence, mais aussi un de plus vers une nouvelle société de l’après, quelle qu’en soit sa forme. Vous pouvez être pas du tout d’accord avec moi, mais sans insulte s’il vous plaît 🙂

          +11

        Alerter
  • Milsabor // 04.04.2019 à 08h40

    Comme un serpent de mer les campagnes médiatiques concertées pour la libéralisation du Cannabis reviennent labourer les consciences afin de préparer le consentement à la chose.
    Les mêmes arguments éculés sont alignés sans antithèse solide.
    L’usage thérapeutique complètement survalorisé.
    La suppression du marché du Cannabis pour les trafiquants devrait les condamner à la famine et à la disparition comme la suppression de la prohibition de l’alcool aux USA a fait chuté la criminalité (lol).
    L’absence de toxicité du Cannabis.
    Dans l’émission d’Arte est apparu un tableau figurant les mortalités dues au tabac et à l’alcool avec au milieu le Cannabis : 0. C’est du vrai foutage de gueule. Il n’y a pas de consommateur de Cannabis régulier non fumeur et il est prouvé que le Cannabis aggrave considérablement la mortalité due au tabac, notamment par cancer du poumon.
    Les effets psychodysleptiques de la consommation régulière sont largement ignorés. Tout juste était mentionnée l’induction de délires chez certains jeunes.
    En réalité la consommation régulière de Cannabis induit un état d’apathie et d’indifférence affective absolument ravageur et pernicieux. Cet effet intéresse évidemment les politiques dans le cadre de le guerre contre le peuple. De même que Marie-Antonette proposait de distribuer du pain aux sans-culottes pour les calmer, l’oligarchie médiacratique promeut la cannabisation des gilets jaunes.

      +25

    Alerter
    • Milsabor // 04.04.2019 à 08h41

      Au delà d’une certaine durée d’intoxication chronique, l’apathie fait place à une rechute des tendances morbides de chacun : les anxieux deviennent plus angoissés, jusqu’à la parano, les dépressifs plus dépressifs, les délirants plus délirants et les violents plus violents. L’effet de désinhibition de la violence était connu des armées sarrasines qui utilisait les services des haschichins pour assassiner les chefs ennemis, qui a donné le mot français assassin.
      Enfin l’assèchement du marché du Cannabis pour les trafiquants va les conduire à se redéployer dans d’autres activités commerciales illicites aux effets sociaux morbides.
      Ce n’est pas en faisant reculer la limite de l’interdit que l’on peut règler le problème de la transgresssion.

        +14

      Alerter
      • Glbert Gracile // 04.04.2019 à 22h51

        bien sûr que le cannabis rend c… c’est bien connu ! il suffit de regarder autour de soi ! . Et dans une seconde phase, le cannabis rend meurtrier et jaloux… les génocidaires du Rwanda en utilisaient pour cela avant les massacres (cf. Radio des Milles collines). …les gilets-jaunes anarchiques et bazardeux, sont un bel exemple des résultats du cannabis en 2 ou 3 générations sur une population… Mais bon, c’est ainsi… Ca permet aux gens d’avoir des émotions, et de se croire intelligents et inspirés…

          +1

        Alerter
    • Milsaboragree // 04.04.2019 à 09h44

      Je partage votre avis, continuons à abrutir la population en nous faisant croire monts et merveilles sur cette cochonnerie.

        +4

      Alerter
    • Catalina // 04.04.2019 à 21h58

      ” l’oligarchie médiacratique promeut la cannabisation des gilets jaunes.”
      ¨pourquoi les gj ? ancienne fumeuse je peux vous dire que les “fils et fille de” ont bien plus d’argent et en dépensent bien plus dans les drogues que les gens d’en bas.
      Pauvres gj…..
      Sur notre rond-point, l’alcool et le cannabis étaient strictement interdits !!

        +3

      Alerter
      • Alfred // 05.04.2019 à 07h08

        C’est juste. Les gj font le ménage et demandent que tout le monde se tienne d’une part et les gosses de riches ne sont pas les derniers Cames d’autre part. Cependant je pense que Milssabord voir très juste. 1- la “libéralisation” du cannabis ne saurait venir d’une soudaine empathie de la part des oligarques. Elle peut provenir plus probablement de l’esprit de lucre ou d’un objectif politico-social. Mettre le bazard en privant certains quartiers de leur ressources ? Peu probable. Anesthésier la populace davantage encore… Il serait temps car il y a du tangage.
        2- les interdits et les limites structurent à la fois les sociétés et les caractères en formation. Il est bon que des interdites demeurent, ne serait ce que pour être transgressés. En levant tous les interdits on déplace la nécessaire transgression vers des limites de plus en plus extrêmes.
        3- quiconque travaille professionnellement avec des enfants et des adolescents ou encore avec tous dans le domaine de la santé tiendra le même discours : le cannabis n’est pas anodin du tout. Si beaucoup passent rapidement au travers d’un usage sans conséquences, pour une minorité pas du tout négligeable les conséquences sont desastreuses. A vie. Pour l’intéressé comme pour la société.

          +1

        Alerter
  • Milsabor // 04.04.2019 à 09h09

    Comme un serpent de mer, les campagnes médiatiques concertées en faveur de la libéralisation du cannabis viennent labourer les consciences afin de préparer au consentement de la chose. Les mêmes arguments éculés sont rabâchés :
    L’interdiction de l’utilisation médicale du cannabis prive les malades d’un traitement miracle dont les habitants des pays de cocagne libertaires sont bénéficiaires.
    La libéralisation du cannabis produirait un gain économique en termes de profits capitalistes, d’emploi et de taxes redistribuées vers le financement des écoles.
    L’assèchement du marché du cannabis pour les trafiquants les condamnerait à la famine et à la disparition comme la suppression de la prohibition aux USA avait fait chuter la criminalité (lol). En fait cela va les conduire à se redéployer dans d’autres activités commerciales illicites aux effets sociaux morbides.
    L’absence d’effet toxique du cannabis. L’émission de théma présente un tableau faisant apparaitre les mortalités imputées au tabac et à l’alcool en comparaison avec le cannabis : 0. C’est du foutage de gueule intégral. Il n’existe pas de consommateur régulier du cannabis non-fumeur, et l’on sait que le cannabis multiplie les risques de cancer du poumon dus au tabac. Il faudrait honnêtement mesurer l’espérance de vie des consommateurs de cannabis en comparaison de la population générale.

      +2

    Alerter
    • Serge F. // 04.04.2019 à 09h32

      En d’autres termes, vous êtes pour la continuation de l’interdiction du cannabis. C’est votre opinion. Je ne la partage pas. Il existe une multitude de drogues non encore interdites bien plus dangereuses pour la santé. Le combat contre le commerce illégal des drogues est sans fin. Il faudrait bien un jour trouver un compromis tant que l’on ne trouvera pas les moyens d’éradiquer la cause première de la prise de ces drogues et la poursuite de leur consommation.

        +8

      Alerter
    • pie vert // 04.04.2019 à 13h23

      Absence d’effet toxique ? si cette émission a osé dire cela c’est un énorme Fake..
      D’abord le Cannabis se fume en général et comme avec la nicotine l’effet cancérigène est lié non pas à la molécule de base mais au produit de dégradation (goudron, CO….) dans toutes substances fumées, donc le cannabis fumé est cancérigène, ensuite il est également toxique pour les vaisseaux : vasoconstriction, ischémie.
      Enfin sur les neurones s’est incontestable : d’abord l’apathie, léthargie…mais aussi Bouffée délirante, Schyzophrénie.
      C’est pas du journalisme c’est de la propagande.

        +6

      Alerter
  • Le Rouméliote // 04.04.2019 à 10h17

    @Milsabor : Entièrement d’accord avec vous ! J’ai vu les désastres du cannabis chez les jeunes en plus de quatre décennies d’éducation nationale et on a désormais la preuve scientifique de la nocivité de cette drogue, non pas douce, mais lente : https://insolentiae.com/la-terrible-etude-sur-les-troubles-mentaux-lies-au-cannabis-cool-ledito-de-charles-sannat/

      +5

    Alerter
  • Francois marquet // 04.04.2019 à 10h58

    Est ce que la prise en compte de l’incidence pour les finances publiques de la dépénalisation du cannabis est bien évalué dans ce débat?
    -bénéfice éventuel en utilisation substitutive à d’autres médicaments
    -coût pour l’assurance maladie en traitements médical et social des addictions et de leurs complications
    -rentrées fiscales si la vente est un monopole d’état
    Il y a des expériences dans le passé qui permettent de voir ou ça peut nous mener
    https://www.contrepoints.org/2016/05/27/253934-quand-la-republique-faisait-du-trafic-de-drogue

      +1

    Alerter
    • Franck // 04.04.2019 à 11h51

      Aussi dans la balance financière :

      Coût de la traque des fumeurs et revendeurs
      Coût de l’emprisonnement des mêmes
      Coût du manque de policiers car affectés à la surveillance et la répression de l’usage de drogues

      Et dans le “non financier” : la loi ne devrait pas, selon moi, réprimer des comportements personnels n’ayant pas d’impact significatif sur la société. Sinon, pourquoi ne pas aussi lutter contre les charcuteries (cancérigènes) par exemple? Chacun a le droit de décider ce qu’il veut pour lui-même me semble-t-il.

      Et si l’argument est de santé publique, pourquoi ne pas lutter d’abord contre des problèmes qui impactent tout le monde : pesticides, additifs alimentaires, colles toxiques dans les meubles, traitement des vêtements, plastiques sur la nourriture,… La liste est fort longue des efforts que nous pourrions faire pour “vivre mieux” sans atteinte aux libertés individuelles !

        +11

      Alerter
  • Sébastien // 04.04.2019 à 12h48

    On peut faire le même genre de raisonnement avec l’alcool, en affirmant que les raisins sont bons pour la santé.
    Les cannabisophiles ont le cerveau ravagé par la drogue ou l’avait-ils déjà avant? That is the question….

      +2

    Alerter
    • Birdy // 04.04.2019 à 14h42

      Ni l’un ni l’autre. Fumer du cannabis ne rends pas stupide, fumer du cannabis ne rends pas apathique, fumer du cannabis ne coupe pas du monde, fumer du cannabis n’empêche pas de s’impliquer politiquement et de luter contre le capitalisme. Oh et puis fumer du cannabis n’est pas l’apanage des idiots, loin de là.

        +6

      Alerter
  • pie vert // 04.04.2019 à 13h16

    Encore un reportage orienté pour appuyer sur la légalisation du cannabis.
    Pourquoi pas un reportage sur la morphine dérivé du pavot comme l’héroïne?, pourquoi pas sur les anesthésiques locaux dérivé de la cocaïne ?, pourquoi pas sur certaines benzodiazépines ou autre psychotropes à usage médicaux efficace et également récréatifs…? C’est quoi le but ? faire croire que le cannabis c’est bien.. si certaines molécules dérivés du cannabis peuvent être utilisé à des fins médicale cela n’a rien d’extraordinaire et de nouveau. Tous ce foin ne sert qu’un objectif : légaliser l’usage du cannabis, et le principal problème à mon sens n’est pas d’ordre médical bien qu’il soit toxique (schizophrénie, apathie, cancérigène quand il est fumé..) mais social : on fait quoi de toute l’économie parallèle que le trafic fait vivre ??? Elle passe à la cocaïne ? Si quelqu’un a une réponse plus satisfaisante.

      +6

    Alerter
    • Sam // 05.04.2019 à 12h42

      C’est à mon avis l’un des arguments les plus forts en faveur de la légalisation : mettre fin à cette économie parallèle.

        +1

      Alerter
  • jcdelespaux // 04.04.2019 à 13h47

    Beaucoup de confusions entre CBD (cannabidiol) et THC (tetrahydrocannabinol), ce dernier étant le plus connu.

      +2

    Alerter
  • Babar // 04.04.2019 à 15h49

    Oui le cannabis comporte comme la plupart des plantes (dont beaucoup de nos médicaments ont été extraits) de nombreuses substances dont les effets sont très différents. Il est bien temps de commencer à les trier, les étudier et une fois purifiées dosées etc s’en servir en thérapeutique. Le THC et surement quelques autres molécules cannabinoïdes à effet psychotrope, qu’en faire? Pour être honnête, j’ai fait mes études de médecine dans les années 60 ou l’usage du cannabis était banalisé dans la jeunesse. Si ces années et plus tard j’ai vu de nombreuses pathologies gravissimes associées au tabac et alcool, le cannabis était infiniment mieux toléré. J’ai vu plus de problèmes avec des effets secondaires de médicaments ou alors en psychiatrie de drogues dures opioïdes, cocaïne amphétamines ou moins dures (hallucinogènes divers) souvent de courte durée et réversibles… Mais le cannabis peu de choses hormis des cas de psychose en nombre très modeste. Mais le commerce lié aux substances addictives devrait être encadré. Ce n’est pas simple, la prohibition fut un désastre. Le cas de l’Uruguay semblait intéressant dans le reportage mais apparemment les autorisations étaient détournées par les investisseurs qui vendaient à l’étranger pour des bénéfices accrus entrainant une pénurie dans le pays…

      +6

    Alerter
  • Kiwixar // 05.04.2019 à 03h00

    3 solutions pour l’humain face à l’oligarchie et sa répression : la soumission, la fuite ou le combat.
    Pour éviter le combat, l’oligarchie a tout intérêt à multiplier les possibilités de fuite (autre que l’exil et l’alcool) :
    – les drogues (opioïdes)
    – les jeux d’argent style loto

      +2

    Alerter
  • Yab Léo // 05.04.2019 à 06h19

    Glbert Gracile // 04.04.2019 à 22h51

    bien sûr que le cannabis rend c… c’est bien connu ! il suffit de regarder autour de soi ! . Et dans une seconde phase, le cannabis rend meurtrier et jaloux… les génocidaires du Rwanda en utilisaient pour cela avant les massacres (cf. Radio des Milles collines). …les gilets-jaunes anarchiques et bazardeux, sont un bel exemple des résultats du cannabis en 2 ou 3 générations sur une population… Mais bon, c’est ainsi… Ca permet aux gens d’avoir des émotions, et de se croire intelligents et inspirés…

    J’en ai lu des commentaires a coté de la plaque… mais la on touche le fond.

    La preuve en est, encore une fois, que les religions et la télé font bien plus de dégâts a l’intelligence que les psychotropes, avec qui nous vivons depuis la nuit des temps.

      +7

    Alerter
  • Sam // 05.04.2019 à 09h28

    Il faut lire “les paradis artificiels” de Baudelaire, un hymne à l’ivresse (ils ne fumaient pas le cannabis à cette époque, ils le mangeaient, c’est sûrement moins toxique).
    Ou encore Rabelais, qui se félicitait que les français soient des ivrognes.

    Quand on voit les produits qu’il y a dans l’alimentation, dans nos champs, dans l’air, ou pire quand on sait qu’un français sur quatre est farci de médicaments aux effets secondaires invraisemblables, prescrits avec beaucoup de complaisance, le cannabis me parait bien inoffensif…

      +6

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications