Les Crises Les Crises
31.mars.201931.3.2019 // Les Crises

Quand BHL défendait Battisti (pour les crimes qu’il vient de reconnaître…)

Merci 670
J'envoie

Source : La Règle du jeu, 25-03-2019

Lettre ouverte au président Lula sur le cas Battisti

6 décembre 2009

Monsieur le Président de la République,

Je sais que le débat autour du cas de Cesare Battisti, cet ancien apôtre de la «lutte armée», accusé d’actes de terrorisme dans l’Italie des années 70, fait rage dans votre pays.

Et je sais aussi que le jeu des institutions brésiliennes, l’épuisement des procédures prévues dans votre Constitution, le partage des voix au sein de la Cour suprême puis sa décision, à une voix de majorité, de laisser faire l’extradition, font que c’est désormais à vous, et à vous seul, qu’il appartient de décider si l’ancien «enragé», devenu écrivain, doit ou non être renvoyé en l’Italie.

Je voudrais vous dire d’abord, Monsieur le Président, que nul n’a plus que moi le terrorisme en horreur.

Et je voudrais qu’il soit clair que la lutte contre ce terrorisme, la lutte contre le droit que s’arrogent certains, en démocratie, de faire eux-mêmes la loi et de recourir aux armes pour faire entendre leur voix, est une des constantes de mon existence.

Si je m’adresse néanmoins à vous, c’est parce qu’il n’est justement pas établi que Cesare Battisti soit ce terroriste que dépeint la presse et dont les crimes, s’il les avait commis, ne mériteraient aucune indulgence.

Il a été condamné comme tel, je le sais bien, par un tribunal régulier, dans un pays dont je ne songe évidemment pas un instant à mettre en doute le caractère démocratique.

Mais il arrive aux meilleures démocraties (la France en sait quelque chose qui, pendant la guerre d’Algérie, prit des libertés avec la liberté; ou les Etats-Unis de George W. Bush, au lendemain du 11 Septembre; ou d’autres) de connaître des ratés et de commettre des injustices.

Et le procès de Cesare Battisti, ce procès qui l’a reconnu coupable par contumace, il y a vingt et un ans, des meurtres du gardien de prison Santoro et de l’agent de police Campagna soulève, en la circonstance, au moins trois vraies questions.

La première touche aux éléments sur la foi desquels Cesare Battisti a été jadis condamné: ce sont, pour l’essentiel, les témoignages d’un repenti, c’est-à-dire d’un criminel qui a troqué, à l’époque, sa propre impunité contre la dénonciation de ses éventuels complices – Cesare Battisti avait fui au Mexique, puis en France ; il n’était plus là, ni pour protester, ni pour se défendre, ni même pour être véritablement informé de ce qui lui arrivait; et le repenti, Pietro Mutti, lui a donc tranquillement mis sur le dos la totalité des crimes de l’organisation dont ils étaient les militants.

La deuxième touche à un point précis du mécanisme de la justice italienne et au fait que, contrairement à ce qui se passe dans votre pays ou dans le mien, les condamnés par contumace n’ont, s’ils sont rattrapés, pas droit à un nouveau procès où ils pourront réellement s’expliquer: en sorte que, si vous décidiez de laisser faire la procédure d’extradition, l’intéressé irait, sitôt rentré en Italie, droit à la case prison à vie (puisque telle est la peine, sans appel, qui fut prononcée lors du procès par contumace) et serait le seul condamné de cette sorte qui n’aurait jamais eu le loisir de rencontrer ses juges, de leur être physiquement confronté et de pouvoir répondre en personne, de visage à visage, des crimes qui lui sont imputés.

Et puis j’ajoute enfin ce «détail»: Cesare Battisti, que je suis spécialement venu rencontrer, il y a deux ans, dans sa prison de Brasilia, nie, et a toujours nié, les crimes en question; nombreux sont les juristes qui, après examen du dossier et au vu des mensonges très nombreux, et avérés, dont le repenti Mutti avait coutume d’émailler ses «confessions», estiment plausible, je dis bien plausible, son innocence; en sorte que vous courez aujourd’hui le risque de voir un homme dont le seul crime serait, dans cette hypothèse, d’avoir adhéré, dans sa jeunesse, aux funestes théories de la violence révolutionnaire finir ses jours en prison.

Source : La Règle du jeu, 25-03-2019

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Gier13 // 31.03.2019 à 08h35

Je pense qu’il est très important de suivre de près BHL. Il est une sorte de boussole indiquant avec constance et autorité la route à ne pas suivre.
Il est la novlangue à lui tout seul. S’il dit une chose, on peut être quasi certain que le contraire est vrai. S’il clame une innocence, c’est qu’il y a culpabilité, s’il appelle à l’intervention, c’est qu’il ne faut pas y aller, s’il désigne ceci ou cela comme vrai, c’est qu’il y a mensonge, et réciproquement.
En cela il est bien un maître à penser car il nous oblige systématiquement à élaborer et à penser comme juste, vrai, pertinent et authentique le contraire de ce qu’il dit, et nous indique ainsi dans quel sens il faut orienter nos recherches, nous poussant ainsi à une gymnastique intellectuelle peu commune.

Comité de soutien à BHL.

39 réactions et commentaires

  • PERO // 31.03.2019 à 06h30

    attendez, je ne vois pas ce qu’il y a de critiquable en l’espèce dans l’argumentation de BHL.

      +12

    Alerter
    • Jean-Do // 31.03.2019 à 06h57

      “Juste” le fait qu’il a reconnu les crimes en question, que ses avocats étaient présents au procès, etc…

      Il y a un très bon article à ce sujet sur “Vu du droit” https://www.vududroit.com/2019/03/aveux-de-battisti-la-petite-gauche-jusquau-bout-de-la-honte/

        +22

      Alerter
      • Kesse // 31.03.2019 à 09h27

        Ouais, mais en l’espèce, ni vous, ni bhl n’êtes devin … et si vous aviez à l’époque préféré la condamnation simple et ferme de Battisti … et bien, pour ma part, j’aurais trouvé BHL plus humain et juste que vous.
        Il ne faut pas réécrire l’histoire au vue des connaissances nouvelles. Les éléments dont vous disposez maintenant ne peuvent pas faire partie d’un condamnation morale de BHL à un moment ou personne (ou presque: Mutti) n’en disposez. C’est une erreur méthodologique grave.

          +19

        Alerter
        • Kesse // 31.03.2019 à 09h38

          Pour le coup, cette analyse à rebours est vraiment très malsaine. Ca fait penser à certaines méthodes de mise en procès dans les régimes autoritaires du xxème siècle. Je vous souhaite d’y réfléchir. Enfin, pour finir, je ne trouve pas que Régis de Castelnau soit fiable.

            +9

          Alerter
          • julien // 31.03.2019 à 10h03

            En même temps, il ya des tas de trucs valables pour taper sur BHL, et même si en l’espèce, la méthodologie mérite la critique que vous formulez, il n’en reste pas moins, qu’une fois de plus, BHL mettait les pieds dans le plat. Ce qui finit de “cogner” le personnage. Tout es consistant.

              +4

            Alerter
            • Kesse // 31.03.2019 à 19h04

              D’accord, cependant,
              La consistance n’existe que dans le cas de l’analyse a posteriori. En dehors de dire: j’avais déjà raison … avant tout le monde … il n’y a rien … du pet de péteux. Je ne me satisfait pas de ces émanations de “vérités”, désolé! … en particulier pour ceux qui voudraient contredire sur ce point.

                +1

              Alerter
          • bob // 01.04.2019 à 13h58

            kesse désolé votre discours est nauséabond et je pèse mes mots. avec des raisonnements comme çà on ne pourrait pas juger les collabos, les staliniens etc. c’est trop facile le “on ne pouvait pas savoir à l’époque”. çà excuse les pires saloperies. d’autant qu’on pouvait très bien savoir ou au moins se douter et donc s’abstenir dans ce cas.

              +5

            Alerter
            • Kesse // 02.04.2019 à 01h11

              Bob, n’importe quoi … svp réfléchissez à ce que vous dîtes. Il s’agit pas de condamner un nazi sur la base des déportations effectives … mais de condamner un homme en fuite, qui n’a pas assisté à son procès et qui n’a pas pu se défendre, sur la base du témoignage d’un complice … la sentence prononcée étant sans recours possible.
              Vos approximations sentent mauvais aussi. Pour un peu, vous me condamneriez avec Bhl et avec Battisti. Ridicule.

                +1

              Alerter
            • Tepavac // 02.04.2019 à 19h37

              C’est sans doute mal explicité, mais Kess a raison sur le principe d’égalité des moyens entre l’accusation et la défense.
              Ce défaut des moyens de défense, juger des personnes sans qu’elles puissent s’expliquer sur les charges de la partie adverse, est une injure a l’esprit de nos lois.
              Cela n’est en rien différent des assassinats par drones.

              Je pense que vous pouvez comprendre ce simple principe.

              En réalité le billet ne vise pas le cas Battisti, rien de ce qui est énoncé nous permet de juger cette affaire, mais c’est bien le phénomène bhl avec ses outrances, ses mensonges permanents et surtout ses pensées belliqueuses qui est ici mis en evidence.
              Cordialement

                +2

              Alerter
        • Jean-Do // 31.03.2019 à 10h44

          Le fait que ses avocats étaient présents n’est pas une “nouvelle information” mais a été sciemment passé sous silence par BHL & C°. Le fait que les victimes n’étaient pas des “cibles politiques” me semble vrai aussi. Quelqu’un a plus d’info ?

            +5

          Alerter
          • Tepavac // 31.03.2019 à 14h03

            Oui!
            Citation de bhl, sur le droit que certains s’arrogent par les armes…

            ” je voudrais qu’il soit clair que la lutte contre ce terrorisme, la lutte contre le droit que s’arrogent certains, de faire eux-mêmes la loi et de recourir aux armes pour faire entendre leur voix, est une des constantes de mon existence.”

            Tchetchenie,
            Syrie,
            Irak,
            Balkans,
            Ukraine,
            Libye,
            …..
            L’idiot utile qui se met au service des plus offrants pour propager les bonnes opinions.

              +31

            Alerter
          • Jean-Paul B. // 31.03.2019 à 14h22

            Oui,le procès de Cesare Battisti a bien eu lieu en Italie,en présence de ses avocats car lui était courageusement en fuite et protégé un temps par la jurisprudence Mitterrand.
            Refuser de répondre de ses actes dans une démocratie où l’on peut être défendu par les avocats de son choix,est presque un aveu de culpabilité!
            Aujourd’hui Battisti,idole des semi-instruits attablés en terrasse des brasseries de Saint-Germain des Prés, a enfin avoué les meurtres pour lesquels il a été légitimement condamné autrefois et reconnait même avoir abusé de la crédulité (stupidité?) de ses supporters toujours prêts à s’engager (en paroles!) contre le “fascisme” supposé de la Justice italienne.
            Je plains sincèrement celles et ceux qui ont signé en confiance des pétitions en sa faveur et sont venus défendre cet “innocent” sur des plateaux TV.
            Leur conscience va les tenir éveillés quand maintenant ils vont penser aux familles des victimes de cet assassin qu’ils ont défendu autrefois par simple idéologie.
            La sagesse est d’essayer de bien s’informer avant de prendre partie,l’émotion fait souvent faire des conneries qu’après on regrette.
            PS: Inutile d’accabler plus qu’un autre sur ce point précis le “pauvre” BHL,alias Jean Baptiste Botul,car il représente une utile boussole à indiquer systématiquement le Sud et en cela il nous rend,à son insu,un immense service!

              +12

            Alerter
        • Voline // 31.03.2019 à 15h26

          Absolument d’accord avec vous Kesse malgré ma profonde aversion pour BHL. La “lucidité” (sic) rétrospective de nombreux commentateurs ici me fait amèrement sourire; ils adoptent le même comportement supposé moutonnier qu’ils reprochent aux soutiens d’alors de Battisti d’avoir adopté !! – Je m’en tiens rustiquement à ceci: mieux vaut 100 coupables en liberté qu’un seul innocent en prison, à contrario de ce que suggèrent lesdits commentaires acrimonieux.

            +6

          Alerter
        • Marie Colin // 01.04.2019 à 12h37

          D’autant plus d’accord avec vous qu’à ma connaissance, les auteurs de l’attentat de la gare de Bologne : plus de 80 morts, une paille ! n’ont jamais été condamnés… Alors, pour qui à cette époque avait quelque esprit critique sur les méandres des réponses au “terrorisme” en Europe, la défense de Battisti n’était pas si “aberrante” que ce qui se dit désormais.

          A méditer à la lumière du “grand 8” actuel des procureurs et juges en matière de “boxeurs”, d’ancien ministre appelant au tir à balles, de “journaliste” qui appelle à l’ouverture des stades pour parquer les interpellés, et j’en passe.

          Pour revoir l’histoire récente à la lumière de gladio et autres armées secrètes de l’OTAN
          http://www.comite-valmy.org/spip.php?article408

            +6

          Alerter
    • Philippe // 31.03.2019 à 13h14

      Je crois, et j’espère, qu’ici personne ne s’illusionne sur le personnage BHL. A coup sûr des commentateurs vont profiter de l’occasion pour nous remettre sur la table Botul, la Syrie, la Lybie et bien d’autres exploits du susnommé.
      Bon si ça leur fait plaisir, pourquoi pas, un petit plaisir de temps en temps ça fait du bien et ça ne mange pas de pain.
      Mais à quoi bon? N’est-ce pas vraiment trop facile et trop convenu? Pas un peu effet de meute?
      Pour en revenir sur le texte de notre grand philosophe (attention je précise: ironie de ma part) je ne vois rien de critiquable dans l’argumentaire.
      BHL endosse le rôle d’avocat de la défense. Personne ne lui avait demandé c’est vrai.
      Mais c’est dans la droite ligne du personnage de se croire investi d’une mission qui lui permet à la fois de se mettre en avant et d’interpeller un chef d’Etat, Lula en l’occurrence.
      On pourra sourire ou s’offusquer de la prétention du personnage qui croit indispensable de donner des leçons de Droit et d’élémentaire sagesse à Lula, homme d’Etat quand même d’une autre envergure que notre histrion germanopratin.
      Et même, à la lumière des aveux de Battisti, on pourra en être scandalisé.
      Mais attention de ne pas juger le passé à la lumière déformante du présent.
      De plus est-ce condamnable ou risible, même si ça vient de BHL, de rappeler que chacun doit bénéficier d’une présomption d’innocence et d’un jugement équitable?
      Je ne crois pas.

        +9

      Alerter
      • Tepavac // 31.03.2019 à 15h43

        C’est revelateur tout ceci, chacun a sa lecture des événements passés et y associe allègrement sa propre conception idéologique.

        Puis il y à ce denigrement systematique glissé en douce dans l’objection et sur les commentateurs.
        Cela en dit long sur l’air ambiant…

          +2

        Alerter
      • Alfred // 31.03.2019 à 17h05

        Je croyais et j’espérais que tout un chacun ici aurait compris que les commentateurs de ce site s’efforcent de juger le présent à la lumière crue du passé. A vous lire j’ai comme un doute. Les prouesses passées de votre grand homme devraient elles nous pousser à épouser ses combats présents ?
        Plutôt mille fois qu’une: non.

          +3

        Alerter
  • Fabrice // 31.03.2019 à 07h37

    Nous avons là la confirmation de ce que je pense de BHL, qu’il est un indicateur de ce que qu’il ne faut pas suivre mais comme un révélateur des impasses à éviter quand les politiciens et l’élite de notre société le comprendront ils arrêteront de prendre à la lettre les arguments délirant de cet individu pour éviter le ridicule international.

    La culture à trouvé son antechrist intellectuel ainsi que ses apôtres, le fait de se revendiquer de BHL apporterait un éclaircissement rapide sur le niveau de sérieux des propos en cela je trouve son activité d’utilité publique en tant que révélateur des dérives délirantes de notre société et de notre faculté à suivre de faux prophètes médiatiques.

      +41

    Alerter
  • Myrkur34 // 31.03.2019 à 07h42

    J’ai piqué cette déclaration de Battisti sur Wikipédia.
    Il avoue avoir trompé les intellectuels et politiques de gauche qui l’ont soutenu, déclarant : « Je n’ai jamais été victime d’une injustice. Je me suis moqué de tous ceux qui m’ont aidé, je n’ai même pas eu besoin de mentir à certains d’entre eux. »

    C’est sûr qu’à force de jouer au Don Quichotte de salon littéraire tarifé, on se trompe parfois.

      +17

    Alerter
  • Albert Charles // 31.03.2019 à 08h15

    Il n’y a pas que BHL qui a soutenu, par principes dits “De Gauche, les agissements de Battisti. Une énorme majorité de dits “Intellectuels” dits ” De Gauche” ont fait comme lui. C’est un peu logique quand on sait que pendant de longues décennies, il était de tradition pour les gens dits “De Gauche” de foncer tête baissée dans les premières bonnes intentions du moment, armés d’explications simplistes toutes faites aux problèmes du moment, et armées donc de solutions simples, toutes faites et uniques, à ces problèmes de circonstance. En ce qui concerne le terrorisme et la période des Brigades Rouges italiennes, il était de bon ton, à “Gauche” de présumer coupable l’Etat italien (suspectée” d’emblée d’être fasciste), de présumer coupables de complicité avec les injustices capitalistes les personnes visées par le terrorisme dit “De Gauche”, et de présumer bien intentionnée (donc…innocentes !) les personnes qui tuaient (ou aidaient à tuer) les complices de l’Etat italien suspecté fasciste: mécanique mentale infernale qui avait déjà fait ses preuves (entre autres) dans tous les Etats staliniens contemporains ou passés. BHL a un peu cette mécanique mentale d’inspiration stalinienne (et simpliste) dans la tête, armé de son seul et unique outil “tous terrains” de travail conceptuel, valable pour toutes les situations: les Droits de l’Homme ! Quand on a un comportement aussi dogmatique et aussi mécanique, quasi abstrait, il est assez logique qu’on puisse se tromper face à la la complexité des réalités humaines…et des mensonges humains.

      +14

    Alerter
    • raloul // 31.03.2019 à 09h49

      Bonjour !

      Je vous conseille de lire «les armées secrètes de l’OTAN» de l’historien suisse Daniele Ganser, qui recense de manière détaillée et fouillée les liens qu’il y a pu y avoir entre terroristes des années 1970 en Italie notamment et opérations de manipulation de l’opinion via la «stratégie de la tension».

      C’est certes une vision partielle, mais basée sur un véritable travail de recherche historique, et les faits mentionnés dans cet ouvrage ont également fichtrement tendance à être passés sous silence. La complicité de l’État italien y est d’ailleurs décrite comme toute relative, puisque ce n’est qu’une toute partie de l’appareil d’état qui semble avoir agi.
      C’est justement ce manque de contrôle de la part du parlement italien, lorsque l’existence de Gladio a été rendue publique, qui a été vertement critiqué…

      Attention à ne pas simplifier à l’extrême pour ensuite critiquer gratuitement avec des qualificatifs extrêmes, merci d’avance…

        +28

      Alerter
    • Jack // 01.04.2019 à 07h27

      Souvenons nous aussi de ceux qui soutenaient aussi mordicus les Khmers Rouges…
      A peu près les mêmes qui ont pris la défense de Battisti, parce qu’il était de gauche et que la Justice italienne ne pouvait être que “fasciste”

        +1

      Alerter
      • Marie Colin // 01.04.2019 à 12h52

        et profitons en pour “oublier” ceux qui soutenaient – et soutiennent… les colonels en Grèce, le plan Condor en Amérique latine, l’invasion de l’Irak, les putschistes néo-nazis (et assumés comme tels) en Ukraine, la destruction de la Libye, les ingérences en tout genre au Proche et Moyen Orient…

          +9

        Alerter
  • Gier13 // 31.03.2019 à 08h35

    Je pense qu’il est très important de suivre de près BHL. Il est une sorte de boussole indiquant avec constance et autorité la route à ne pas suivre.
    Il est la novlangue à lui tout seul. S’il dit une chose, on peut être quasi certain que le contraire est vrai. S’il clame une innocence, c’est qu’il y a culpabilité, s’il appelle à l’intervention, c’est qu’il ne faut pas y aller, s’il désigne ceci ou cela comme vrai, c’est qu’il y a mensonge, et réciproquement.
    En cela il est bien un maître à penser car il nous oblige systématiquement à élaborer et à penser comme juste, vrai, pertinent et authentique le contraire de ce qu’il dit, et nous indique ainsi dans quel sens il faut orienter nos recherches, nous poussant ainsi à une gymnastique intellectuelle peu commune.

    Comité de soutien à BHL.

      +82

    Alerter
    • Lo // 01.04.2019 à 01h45

      Utiliser BHL comme anti-boussole c’est déjà lui donner trop d’importance.

        +4

      Alerter
      • step // 01.04.2019 à 17h17

        oui, imaginons qu’il dise une connerie un jour, je veux dire un bug dans le logiciel BHL. Paf d’un seul coup on se mettrait à débiter des aneries. C’est un des indicateurs de conneries à ne pas faire (pas le seul, certes un des plus fiables), mais halte à la sacralisation !

          +0

        Alerter
  • Alfred // 31.03.2019 à 09h09

    Les mêmes qui ont défendu battisti (en balayant du revers de la main une possible culpabilité) défendent maintenant le retour d’ennemis auto-declares dont les funestes projets sont proclamés haut et fort (en balayant du revers de la main tout danger).
    Instruits de leurs erreurs ils ne devraient pas attendre 10 ou 20 ans cette fois ci pour constater qu’ils en font une nouvelle. Car celle ci est d’un autre ordre: si battisti était innofensif pour ses pays d’accueil (a défaut de l’avoir été à la maison) les nouveaux protègés annoncent la poursuite de leur combat des que possible.
    La “batitstade” 2.0 est en cours. Voyez les même épouvantails et boussoles indiquant le sud et sachez qu’en penser.

      +14

    Alerter
    • D’Aubrac // 31.03.2019 à 13h55

      Les mêmes qui ont défendu Battisti (en balayant du revers de la main une possible culpabilité)…
      Les mêmes qui défendent maintenant le retour des djihadistes de Syrie…
      Ces mêmes n’ont pas pas changé depuis 70 ans.
      Ce sont les mêmes intellectuels “irresponsables” qui ont célébré tous les criminels politiques, du moment que ces criminels étaient sanctifiés par de “nobles” intentions au service des peuples.

      «Il y a quelque chose qui ne peut pas durer: l’irresponsabilité de l’intelligence. Ou bien elle cessera, ou bien la civilisation occidentale cessera.»
      C. de Gaulle, cité par André Malraux, dans «les Chênes qu’on abat».

      Elle est en passe de cesser.

        +6

      Alerter
  • Eric83 // 31.03.2019 à 11h27

    “AVEUX DE BATTISTI : LA PETITE GAUCHE JUSQU’AU BOUT DE LA HONTE.”

    “Entrée en scène des bateleurs français, BHL expert juridique (!)”

    “Changement de gouvernement en France, changement en Italie, de nouvelles demandes d’extradition ont été formulées par l’État italien. Avec le soutien de toutes les forces politiques y compris celles de la gauche et en particulier des communistes italiens. Tous ceux que j’ai connus et que je considérais comme des camarades soutenaient les demandes. Et avaient le souvenir cuisant des années de plomb et du prix que les terroristes leur avaient fait payer à eux aussi. Par conséquent les juridictions françaises compétentes ont été saisies. C’est alors que Battisti réfugié en France depuis 1990 grâce à la « doctrine Mitterrand » a été réclamé par l’État italien. Il a alors bénéficié d’un soutien important visant à tenter de s’opposer à une extradition qui apparaissait inéluctable. Devenu auteur de romans policiers, le corporatisme des écrivains ne lui a pas été compté. Les habituels signeurs de pétition, la « gentry de gauche », BHL (!) en tête et en expert juridique (!!), les socialistes, et les communistes mutants de Robert Hue s’y sont mis aussi… Usant de son privilège de parlementaire François Hollande n’hésita pas à visiter Battisti en prison…”

    https://www.vududroit.com/2019/03/aveux-de-battisti-la-petite-gauche-jusquau-bout-de-la-honte/

      +3

    Alerter
  • Marie // 31.03.2019 à 12h30

    La grande différence avec BHLévy et la “chercheuse-rompolicière” Fred Vargas c’est que le premier n’a jamais cherché qu’à faire parler de lui, tandis que la seconde, avec son âme d’investigatrice besogneuse, persiste et signe dans son intime conviction : Battisti n’a pu être l’auteur des 4 crimes dont on l’accuse.A lire sur la Toile ou sur le site ACTUALITTE (aujourd’hui).

      +5

    Alerter
  • Tonton Poupou. // 31.03.2019 à 16h11

    Pensez à tous les terroristes autrement plus sanguinaires que Battisti dans l’histoire des hommes – et qui eux ont gagné leur combat politique – et ont fini aux plus hautes responsabilités politiques ou militaires de leur état en mourant dans leur lit bien tranquillement, et vous modérerez tous votre opinion sur le sujet en question dans ces commentaires et dans ce texte ………..

      +5

    Alerter
    • Marie Colin // 01.04.2019 à 14h48

      bien vu !

      Mais que sont quelques centaines de milliers de victimes – notamment en Irak, Libye, Syrie… au regard de cet “individu” soutenu par “Les mêmes qui ont défendu battisti (en balayant du revers de la main une possible culpabilité) défendent maintenant le retour d’ennemis auto-declares dont les funestes projets sont proclamés haut et fort (en balayant du revers de la main tout danger)”
      Bien évidemment, “les ennemis auto-déclarés” qui ont perdu leurs être chers dans les “combats pour la liberté” des zuniens et leur bras armé otanesque.

      Là, je m’avoue vaincue par la pertinence de l’argumentation glanée au fil des commentaires !!!

        +1

      Alerter
  • amir // 31.03.2019 à 18h56

    https://www.lemonde.fr/a-la-une/article/2005/03/01/mahmoud-hussein-jumeaux-de-l-islam_399941_3208.html

    A mon avis il est utile de contextualiser et de revenir sur cette folle période. D’après mes maigres infos, j’ai trouvé deux moments charnières qui expliquent pourquoi la France n’a pas vécu les mêmes déboires que l’Italie dans cette période. La première et certainement, la plus fondamentale est d’après moi, le recule de Benny Lévy devant les options armées. L’article plus haut en propose une des raisons. C’est d’après l’article son grand frère qui pouvait mesurer de près en Égypte, les conséquence du terrorisme comme choix dans les luttes politiques. La deuxième dans le même mouvement, c’est lorsque Olivier Rolin déclinera l’invitation de Georges Habache à venir s’entraîner dans les camps du FPLP palestinien. On peut donc dire sans se tromper qu’on aurait pu avoir beaucoup d’affaires Battisti en France. Et je me demande si l’attitude de notre BHL national n’est pas à regarder sous cet angle. Une espèce de fidélité à sa jeunesse maoïste et des années Mitterand qui ont suivi…En cela on peut lui reconnaître une constance d’avocat militant, même si on ne partage pas ses vues. D’ailleurs ce qui est curieux de mon point de vue, est la parfaite similitude entre les désirs révolutionnaires de cette période et certains gilets jaunes…rappelons-nous des appels à l’insurrection ‘des masses’ à la ‘spontanéité’, aux accents anarchistes appelant une révolte sans ‘chefs’ etc etc… Quand à BHL comment ne pas être impressionné par son activisme tout azimut…et sa constance.

      +1

    Alerter
  • Urko // 31.03.2019 à 20h24

    Ce ne sont pas les positions de BHL en faveur de Battisti à l’époque qui s’avèrent problématiques, mais la virulence avec laquelle lui et d’autres soutiens de cet individu fustigeaient quiconque leur rappelait que l’innocence d’icelui ressemblait à une fable pas très sérieuse. Autre regret : que BHL et quelques autres soient d’une pudeur de rose à propos de cette affaire. Personne ne leur demande de se flageller en public, mais un peu d’humilité – après avoir joué les superbes et nobles défenseurs de l’opprimé avec une arrogance et une légèreté tout de même consternantes – ne semblerait pas déplacée. Peut être plus tard ? Dans le point, BHL n’a pas eu le temps : il est occupé à d’énoncer les gilets jaunes… Bigre.

      +4

    Alerter
  • TVI // 01.04.2019 à 19h40

    Comment peut-on encore prendre au sérieux un monsieur comme BHL et accorder la moindre importance à ce qu’il dit ? Ça me dépasse. Qu’on lui amène un pot de chambre et puis c’est tout.

      +2

    Alerter
  • alain maronani // 02.04.2019 à 00h14

    Ce petit (tout petit) procès pour initiés ressemble aux pires méthodes du stalinisme voire aux accusations menées par la Convention ou le Comité de Surêté de la révolution française…
    BHL vit de l’attention que l’on veut bien lui porter et on le voit très bien ici, saisir au bond l’occasion de demander un droit de réponse ou autre chose de de genre.
    La devise BHL est tellement dévaluée qu’il est obligé de se réfugier à l’étranger pour vendre sa salade comme ici..

    https://www.nytimes.com/2019/03/23/travel/bhl-tour-looking-for-europe-bernard-henri-levy.html

    Dans la même ligne de pensée (?) on peut vous suggérer de mettre en ligne quelques unes des pensées et lettres de soutien de Badiou (un laudateur de Pol Pot et de sa bande d’assassins) et pour faire bonne mesure des extraits de l’immortelle revue Tel Quel aux heureux temps de ses pitreries maoistes sans oublier les voyages de soutien à la révolution chinoise (au milieu des répressions de masse et des famines organisées dans les campagnes) orchestrées par Sollers, Julia Kristeva, Marcelin Pleynet et les autres..

    BHL malgré son agitation permanente ne laissera aucune trace durable dans l’histoire des idées et du siècle. Sa nocivité médiatique est réelle, ses prétentions insupportables mais l’ignorer est probablement la plus juste posture.

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications