Les Crises Les Crises
22.avril.202122.4.2021 // Les Crises

Des activistes dénoncent le soutien de Total au régime militaire birman

Merci 37
J'envoie

Source : Reporterre

Pour que Total cesse de financer le régime militaire en Birmanie, plusieurs militants ont organisé une action devant le siège du géant pétrolier. Ils réclament la mise sous séquestre des taxes et autres impôts que reverse Total à la junte birmane.

Lire l’article complet sur Reporterre

Un homme au crâne explosé. Un enfant allongé sur un lit d’hôpital, l’abdomen transpercé. Des funérailles, des gens en pleurs ou ensanglantés. Jeudi 25 mars, devant l’entrée de la tour du groupe Total à La Défense, une vingtaine de militants d’Extinction Rebellion et de l’ONG Info Birmanie ont affiché des dizaines de photos des violences commises contre des manifestants en Birmanie.

Leur but : demander au géant pétrolier de stopper le versement des taxes et impôts issus de son activité gazière à la junte birmane, responsable d’un coup d’État le 1er février dernier. Depuis ce jour, les Birmans se sont engagés dans un vaste mouvement de désobéissance civile violemment réprimé. Près de 275 personnes ont été tuées, 2.800 interpellées et 1.500 croupissent encore dans les geôles du régime militaire. Le rapporteur spécial de l’ONU sur la Birmanie, Thomas Andrews, parle de « crimes contre l’humanité » et demande un sommet international d’urgence sur la situation dans ce pays.

Le groupe Total, présent en Birmanie depuis 1992, exploite principalement les champs de gaz en mer Yadana et Sein, qui assurent la moitié de la consommation de gaz du pays. La compagnie avait eu recours au travail forcé dans les années 1990 pour construire le gazoduc permettant de transporter ce gaz. Pour éviter d’être condamnée, elle avait indemnisé les sept Birmans qui l’accusaient.

Depuis, la compagnie poursuit ses activités. Selon l’ONG Justice for Myanmar, Total a versé plus de 229 millions de dollars de taxes à l’État birman en 2019, dont 51 millions au ministère des Finances et 178,6 millions au Myanmar Oil and Gas Enterprise (MOGE) contrôlé par les militaires.

Lire l’article complet sur Reporterre

Source : Reporterre – 25/03/2021

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Darras // 22.04.2021 à 07h14

Et c’est reparti.
Vous remarquerez que c’est toujours Total. Toujours. Il faut dire que Shell, Exxon et BP sont exemplaires, n’exploitent le pétrole que dans des pays respectueux des droits de l’homme et de l’environnement.
quand les « ONG » font les idiots utiles de certains gouvernements.

11 réactions et commentaires

  • Darras // 22.04.2021 à 07h14

    Et c’est reparti.
    Vous remarquerez que c’est toujours Total. Toujours. Il faut dire que Shell, Exxon et BP sont exemplaires, n’exploitent le pétrole que dans des pays respectueux des droits de l’homme et de l’environnement.
    quand les « ONG » font les idiots utiles de certains gouvernements.

      +20

    Alerter
    • calahan // 22.04.2021 à 14h33

      Non total n’ pas l’apanage de l’absence de considération de la vie humaine au regard des profits à engranger en spoliant un peuple de ses ressources au profit d’une industrie étrangère à ce dit peuple en arrosant allègrement le despote local, ne tombez pas dans ce genre de facilité déconcertante tellement elle est niaise.

        +1

      Alerter
      • Darras // 22.04.2021 à 15h17

        Heuuu, c’était du second degré l’ami, la prochaine fois je mettrai un casque à pointe.
        Et en plus c’est hors sujet. Ces « ong » sont toujours et uniquement sur Total. C’est ça le sujet.
        Et ce n’est pas parce que vous ne comprenez pas quelque chose que cette chose est niaise.

          +9

        Alerter
      • EugenieGrandet // 22.04.2021 à 19h53

        Vous en savez des choses.
        Je suppose que vous y travaillez et que vous les connaissez de l’intérieur.
        Alors pourquoi pas de whistleblowing ?
        Passez à un autre niveau de dénonciation, ce sera plus utile pour tous.

          +1

        Alerter
    • Y.pop // 22.04.2021 à 21h34

      Rassurez vous, des activistes aux Pays Bas ou aux Etats Unis il y en a également pour critiquer Shell Exxon ou BP.
      Et souvent ils sont plus radicaux que leur version française.
      Mais ce serait tellement plus confortable si les militants français contestaient des Sociétés sur lesquelles ils n’ont aucune espèce d’influence

        +4

      Alerter
  • MS // 22.04.2021 à 07h57

    c’était d’ailleurs aussi Total qui était impliqué dans l’explosion d’AZF qui a fait 31 morts et plus de 2500 blessés à Toulouse

      +10

    Alerter
  • RGT // 22.04.2021 à 09h47

    Le fond du problème n’est pas réellement Total (qui est très loin d’avoir les « cuisses propres ») mais dans le fait que le « business » passe avant tout sur cette planète.

    Si Total se retire du Myanmar (Le nom de Birmanie étant celui donné par la puissance colonisatrice anglaise à cette zone géographique) ou s’il ne paye plus ses taxes (et se fait virer, ce qui revient au même) la place ne restera pas vacante bien longtemps…

    La seule action efficace consisterait simplement à imposer des amendes internationales réellement dissuasives (genre l’équivalent de 10 fois le plus gros chiffre d’affaire annuel) afin que ces actions « bienfaisantes » cessent.

    Mais il ne faut pas rêver, TOUTES les compagnies pétrolières et autres entreprises « bienfaisantes » (pour leurs actionnaires) se retrouveraient en immédiatement faillite ce qui serait un CRIME inacceptable à la « liberté d’entreprendre ».

    Et bien sûr, la pire des conséquences serait que les seules sources d’approvisionnement autorisées ne seraient plus que les pays honnis (et sanctionnés) par la « communauté internationale » qui redistribuent à leur population les revenus de la manne céleste de leurs ressources naturelles.

    Inacceptable.

    Si l’on souhaitait supprimer TOUTES les dictatures (dures ou « douces ») il faudrait déjà commencer par balayer devant notre propre porte, mais dans les « grandes démocrassies » est-ce simplement possible ?

    J’en doute.

    Cette opinion n’engage bien sûr que moi et j’invite toute personne ne la partageant pas à entamer un débat apaisé et constructif basé sur des arguments fiables.

      +10

    Alerter
    • Bouddha Vert // 22.04.2021 à 11h57

      Dans un monde idéal, des sanctions permettraient certainement de dissuader des entreprises à commercer avec les filous du moment.
      Mais il n’existe pas de gouvernement mondial et les activités industrielles sont privées et transnationales (la majorité des activités économiques le sont).
      Si Total cesse de verser les rentes pour exploitation des ressources nationales, la junte interdira son exploitation et la confiera à d’autres acteurs (quid de l’infrastructure industrielle en place?)

      La solution (?), que l’humanité cesse de consommer des ressources et produits non nationaux, et tant pis pour ceux qui n’en ont pas?
      Bienvenue dans un monde idéal où « reporterre » ne propose que de la morale.

        +1

      Alerter
    • eugeniegrandet // 22.04.2021 à 20h02

      @RGT :
      bien analysé.

      par ailleurs, la Birmanie permet à tous les contempteurs dans cet espace de commentaire de se donner bonne conscience. Petit pays, habitants sympathiques, tourisme agréable et si exotique, magie du triangle d’or pour certains nostalgiques peut-être, etc…

      Je veux bien qu’on arrête de commercer/acheter/vendre/travailler à/dans tous les pays gouvernés par des dictatures (militaires ou civiles),

      Mais alors, il ne doit plus rester que les pays de l’Ocde (et encore quid de Turquie, Colombie?) Et le monde va être légèrement différent.

      Car ces pays de l’Ocde n’ont pas beaucoup de ressources en matières premières. (sauf US avec hydrocarbures entre autres)

      Mais d’accord, on garde les médicaments pour les pays de l’ocde, et tout autre produit avancé. Que les autres , ces dictatures et leur peuple restent à l’écart.

      Ah zut, j’ai peut-être ml compris.

        +0

      Alerter
      • LibEgaFra // 23.04.2021 à 01h46

        « Je veux bien qu’on arrête de commercer/acheter/vendre/travailler à/dans tous les pays gouvernés par des dictatures (militaires ou civiles), »

        Non, vous ne voulez pas ou alors il faut arrêter « de commercer/acheter/vendre/travailler » en France…

          +1

        Alerter
  • Maximytch // 22.04.2021 à 10h42

    Est ce que reporterre font de même pour le soutient d’entreprises étrangères au gouvernement français?
    Quand les gouvernements successifs ont vendu à la découpe le pays et ses entreprises à des intérêts privés parfois étrangers je n’ai pas vu d’articles de leur part. Mais la misère fait toujours plus vendre si elle est exotique, merci à l’humanisme plein de bons sentiments d’une gauche déconnectée de la réalité.

      +8

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications