Les Crises Les Crises
16.avril.202116.4.2021 // Les Crises

Pourquoi les États-Unis ont tort de qualifier la Chine de menace pour « l’ordre mondial »

Merci 62
J'envoie

Source : Responsible Statecraft, Rachel Esplin Odell

Traduit par les lecteurs du site Les Crises

Le secrétaire d’État Antony J. Blinken et le conseiller à la sécurité nationale Jake Sullivan font des déclarations à la presse à la suite de leurs rencontres avec des responsables chinois, à Anchorage, Alaska, le 19 mars 2021. [Photo du département d’État par Ron Przysucha / domaine public]

Une réunion saluée comme une occasion « d’aérer les questions qui divisent » et de stabiliser les relations entre les États-Unis et la Chine a rapidement dégénéré en accusations et récriminations de la part des responsables des deux parties, ce qui laisse présager des problèmes pour une relation de plus en plus définie par l’hostilité et le conflit.

S’adressant à un groupe de hauts responsables chinois à Anchorage, en Alaska, le 18 mars, le secrétaire d’État Antony Blinken a critiqué les responsables chinois dont les actions « menacent l’ordre fondé sur des règles qui maintiennent la stabilité mondiale. » Le directeur du bureau de la Commission centrale des Affaires étrangères, Yang Jiechi, lui a rendu la pareille en l’accusant de condescendance et d’ingérence dans les affaires intérieures de la Chine.

La caractérisation de la Chine par Blinken comme une menace pour un « ordre fondé sur des règles » fait écho au langage de son administration dans sa directive stratégique provisoire sur la sécurité nationale publiée le 3 mars, ainsi qu’à la stratégie de sécurité nationale de 2017 de l’administration Trump, qui qualifiait la Chine de menace existentielle pour l’ordre mondial « libre et ouvert » dirigé par les États-Unis.

Si la politique chinoise de l’administration Biden a quelque peu amélioré l’approche de l’administration Trump en soulignant la nécessité d’une réforme intérieure américaine et en admettant la nécessité d’une coopération avec la Chine dans certains domaines, son adhésion à cette conception du système international, ou « ordre mondial » et des relations des États-Unis et de la Chine avec celui-ci est excessivement simpliste – et dangereusement trompeuse.

Cette rhétorique reflète la tendance de Washington à imaginer l’ordre mondial actuel comme un système monolithique et libéral de lois, de normes, d’institutions et d’alliances se renforçant mutuellement, soutenu par les États-Unis et leurs alliés. Dans cette optique, des États comme la Chine et la Russie cherchent à renverser cet ordre et à le remplacer par un autre plus anarchique et répressif.

Mais cela est profondément trompeur. Aucune version de cet ordre mondial n’a jamais existé, et la relation des États-Unis – ou de leurs adversaires – avec l’ordre actuel n’a jamais été aussi simple. Et cette idée fausse est périlleuse. Une surestimation de la nature du défi lancé par la Chine à l’ordre mondial actuel risque d’entraver la coopération vitale entre les États-Unis et la Chine sur des questions telles que le changement climatique, d’alimenter une réaction excessive massive et néfaste de la politique étrangère américaine et, dans le pire des cas, de forcer la Chine à adopter une position plus agressive et révisionniste qu’elle ne le ferait autrement.

Au lieu d’adopter cette voie dangereuse, l’administration devrait reconnaître la réalité de l’ordre mondial : il s’agit en fait d’une série d’ordres distincts et parfois contradictoires, régissant des domaines allant du commerce au contrôle des armes, en passant par le droit humanitaire international. Comme les États-Unis, la Chine entretient des relations variables avec chacun de ces ordres, comme l’écrit Alastair Iain Johnston de l’université de Harvard – elle en soutient certains, tout en rejetant ou en cherchant à modifier d’autres.

Cette compréhension donne une image plus nuancée et plus précise du défi que représente la Chine. Elle permet aux États-Unis d’identifier les domaines dans lesquels ils peuvent coopérer avec la Chine pour renforcer certains ordres, ceux dans lesquels ils peuvent être amenés à négocier des compromis avec la Chine et d’autres États afin de protéger adéquatement les résultats de toutes les parties, et ceux dans lesquels ils doivent repousser l’influence de la Chine.

Le changement climatique, par exemple, est un domaine qui exige un régime international coopératif tant pour la décarbonisation que pour l’atténuation des catastrophes et les secours. C’est un domaine où la collaboration avec la Chine est facilement envisageable. La Chine s’est récemment positionnée comme un leader en matière de climat, en respectant l’accord de Paris et en adoptant un objectif de neutralité carbone d’ici 2060. En tant que deux plus grandes économies du monde, les États-Unis et la Chine peuvent montrer la voie en adoptant des objectifs encore plus ambitieux en matière de décarbonisation, et peuvent fournir une aide financière et technologique aux pays en développement pour accélérer leur transition vers la neutralité carbone et renforcer leur résilience climatique.

De même, dans le régime de développement international, la Chine crée de nouvelles institutions et initiatives telles que la Banque asiatique d’investissement dans les infrastructures et l’initiative Route de la soie, mais Washington et Pékin peuvent se coordonner de manière productive dans ces contextes.

Dans d’autres registres, tels que la liberté de navigation, les États-Unis, la Chine et d’autres pays peuvent négocier des accords de compromis pour clarifier les ambiguïtés existantes dans le droit international. Pour soutenir leur primauté navale mondiale, les États-Unis affirment une version maximale de la liberté de navigation, insistant sur le fait que les navires militaires ont le droit de « survoler, naviguer et opérer partout où le droit international le permet. » Washington interprète l’étendue de ce droit de manière plus expansive que la plupart des pays de la région indo-pacifique, y compris de nombreux alliés et partenaires des États-Unis.

Malgré la rhétorique américaine, la Chine ne cherche pas à menacer la liberté de navigation des navires commerciaux, dont son économie dépend fortement. Même dans le domaine militaire, la Chine, comme les États-Unis, dépendent de plus en plus de la liberté de navigation pour leurs navires de guerre qui opèrent plus loin de leurs côtes.

Si les États-Unis devaient réduire le rythme de leurs opérations de surveillance le long des côtes chinoises et leurs opérations de liberté de navigation près des îles contestées de la mer de Chine méridionale, la Chine exprimerait probablement un soutien plus fort à la liberté de navigation militaire, étant donné sa propre puissance navale croissante. Dans le même temps, Washington et Pékin pourraient travailler avec d’autres pays de la région indo-pacifique pour parvenir à un compromis sur les droits des navires militaires étrangers dans les zones économiques exclusives.

Bien entendu, l’approche de la Chine concernant d’autres aspects du régime du droit de la mer liés aux ressources marines est plus révisionniste. Cela est particulièrement évident dans sa revendication mal définie de droits historiques en mer de Chine méridionale et dans sa revendication de ressources dans de vastes étendues d’espace océanique autour de groupes de petites îles offshore contestées. Ces revendications excessives méritent d’être repoussées, mais les États-Unis devraient suivre l’exemple de l’ASEAN en demandant que les différends relatifs à la mer de Chine méridionale soient résolus conformément à l’UNCLOS, plutôt que de mener des opérations unilatérales de liberté de navigation qui risquent de déstabiliser la situation.

Enfin, dans les systèmes mondiaux liés aux Droits humains et à la gouvernance intérieure, les États-Unis devraient contrer l’influence de la Chine en approfondissant leur engagement pour renforcer et réformer ces domaines. Dans ceux qui ne sont pas encore totalement formés, comme la gouvernance de l’internet, la Chine tente de façonner les normes de manière à favoriser la souveraineté et le contrôle des États. Les États-Unis devraient défendre vigoureusement leurs propres prérogatives et priorités dans ce régime – dont certaines doivent encore être définies au niveau national, mais qui devraient impliquer une approche plus ouverte et moins dominée par les gouvernements de la gouvernance de l’internet.

Dans d’autres domaines où la Chine agit comme une puissance conservatrice qui résiste à la révision des normes libérales, comme dans le cas de sa résistance à la norme de la « responsabilité de protéger », les États-Unis devraient insister sur la nécessité pour la communauté internationale de travailler ensemble pour répondre aux violations humanitaires flagrantes.

Dans le même temps, Washington devrait reconnaître que son usage intensif des sanctions économiques pour punir les violations des Droits de l’Homme et ses interventions humanitaires militarisées non seulement causent souvent des dommages humanitaires directs et involontaires, mais ont également pour conséquence prévisible de renforcer la résistance à cette révision des normes libérales. Si Washington souhaite renforcer les normes libérales en matière de Droits de l’Homme, il devrait adopter une approche plus axée sur la diplomatie libérale, qui s’appuie sur la puissance douce et la modélisation, au lieu de la coercition économique et militaire.

Alors que les États-Unis cherchent à s’adapter à un système mondial plus multipolaire et à une Chine de plus en plus puissante et importante, ils devraient éviter de dépeindre la Chine comme une menace pour l’ordre mondial global, ce qui est à la fois inexact et nuisible. Une compréhension plus fine et une rhétorique moins manichéenne aideraient les États-Unis à élaborer une meilleure stratégie – en évitant une concurrence digne de la Guerre froide, tout en identifiant où concentrer nos efforts pour travailler à la fois avec et contre le gouvernement chinois.

Source : Responsible Statecraft, Rachel Esplin Odell, 20-03-2021

Traduit par les lecteurs du site Les Crises

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

James Whitney // 16.04.2021 à 07h36

« Washington devrait reconnaître que son usage intensif des sanctions économiques pour punir les violations des Droits de l’Homme et ses interventions humanitaires militarisées non seulement causent souvent des dommages humanitaires directs et involontaires … »

Le mot « involontaires » : c’est exactement le contraire qui est vrai. Pas besoin que j’explique.

26 réactions et commentaires

  • James Whitney // 16.04.2021 à 07h36

    « Washington devrait reconnaître que son usage intensif des sanctions économiques pour punir les violations des Droits de l’Homme et ses interventions humanitaires militarisées non seulement causent souvent des dommages humanitaires directs et involontaires … »

    Le mot « involontaires » : c’est exactement le contraire qui est vrai. Pas besoin que j’explique.

      +43

    Alerter
    • LibEgaFra // 16.04.2021 à 14h07

      « pour punir les violations des Droits de l’Homme »

      En matière des violations de tels droits, les USA sont des spécialistes puisqu’ils les violent systématiquement partout où ils interviennent (prisons secrètes, tortures, massacres de civils, etc.).

       » et ses interventions humanitaires militarisées  »

      Joli oxymore. Tuer humanitairement, fallait l’inventer.

        +27

      Alerter
  • Loys // 16.04.2021 à 08h44

    C’est vrai que quand on ne parle pas de Taïwan, tout est beaucoup plus simple.
    En réalité, la Chine Continentale est un pays fasciste, et il vaut mieux ne pas l’oublier.

      +5

    Alerter
    • LibEgaFra // 16.04.2021 à 14h02

      Accusation non argumentée et donc sans fondement.

        +18

      Alerter
      • Phil // 16.04.2021 à 17h11

        Ceux que l’occident appelle « prisonniers politiques » ou « dissidents » se révèlent être souvent de simples délinquants ou criminels (Navalny pour prendre un exemple récent).
        Le Tibet est chinois depuis le XIIIe siècle ceux qui l’ont occupé récemment ce sont les Anglais.
        Le Vietnam n’a été qu’un conflit frontalier. Vous voulez qu’on compare avec la France et les USA?
        La Chine securise ses voies commerciales en mer de Chine et personne n’a été tué
        La surveillance de masse est un mythe occidental. Ils sont loin d’être a la hauteur des USA avec la NSA et les GAFA et le Royaume Uni avec ses caméras

          +24

        Alerter
        • Phil // 16.04.2021 à 18h22

          On sait au moins depuis Obama qu’un prix nobel de la paix ne veut rien dire
          Il y des cancers incurables
          C’est un mythe pour la Chine pour les USA c’est tout a fait réel comme les preuves de Snowden nous l’ont montré
          Le Tibet faisait partie de la Chine depuis le XIIe siecle (et pas le XIIIe) Depuis 900 ans donc
          Ce sont les anglais qui l’ont envahi en 1903 en soutenant une théocratie abjecte que les Occidentaux soutiennent toujours

            +23

          Alerter
  • Thierry Balet // 16.04.2021 à 09h08

    On ne crée pas un ordre mondial quand on mène sans cesse une politique de désordre mondial…

      +32

    Alerter
  • velay43 // 16.04.2021 à 09h31

    La Chine est bien une menace pour l’ordre mondial… mais il manque un mot à cette affirmation, ce mot c’est américain.
    La Chine est bien en train de mettre fin à trente ans d’ordre mondial américain, trente ans depuis la disparition de l’URSS.
    A regarder de plus près, on comprend que la menace est celle d’un modèle alternatif finalement plus performant humainement : un signe qui ne trompe pas est l’espérance de vie : ce critère est fondamental, car il résume tout ce qu’un état est capable de mettre en place pour protéger une vie sur la longue durée : soins, nourriture, protection contre les maladies, sécurité. Or la Chine vient de rattraper l’espérance de vie américaine (qui régresse par ailleurs) :

    https://www.lefigaro.fr/conjoncture/historique-le-chinois-a-une-esperance-de-vie-plus-longue-que-l-americain-20210103

    Je rappelle qu’Emmanuel Todd avait diagnostiqué en 1976 la chute de l’empire soviétique en observant un autre paramètre démographique : le taux de mortalité infantile en hausse. Les russes avaient d’ailleurs arrêtés la publication de cette valeur peu après.

      +23

    Alerter
  • Daniel // 16.04.2021 à 09h32

    Personnellement,
    depuis quelques temps, je vais voir « la ligne officielle chinoise » directement sur le site de l’ambassade de Chine en France,
    surtout la partie « porte parole du MAE (Ministère des Affaires étrangères) » http://www.amb-chine.fr/fra/
    je découvre enfin ce que c’est que une position respectant le droit international tel qu’imaginé initialement (donc l’ordre mondial in fine) !!! par opposition à l’ingérence occidentale sur motif des droits de l’homme (qui crée le désordre mondial comme souligné par les nombreux commentaires précédents)

      +22

    Alerter
    • Jean-Do // 16.04.2021 à 11h29

      Ne rêvez pas, la Chine agit ainsi uniquement parce qu’elle n’est pas la plus forte pour le moment. Ce moment va venir et je doute fort qu’alors, ce nouveau « plus fort » sera aussi respectueux.

      Notre espoir serait peut-être que ces forces s’équilibrent à plusieurs, USA et Chine plus un bloc Europe+Russie+… Ce n’est qu’un doux rêve, hélas : l’Europe est bien incapable de définir une politique ensemble, sauf son allégeance aux USA et les Russes savent les mensonges des deux.

        +9

      Alerter
      • Mr expat // 16.04.2021 à 12h28

        Les Chinois ne sont absolument pas des gentils désintéressés c’est un fait.

        Mais ils ont derrière eux une longue histoire ou ils étaient en position de force vi à a vis des autres continents et/ou il n’en ont pas fait usage pour conquérir de nouveaux territoires alors qu’il avait l’avance technologique, les ressources humaines, militaires et financières pour cela.

        En face nous avons les USA est un pays en guerre permanent, fondé sur un génocide et qui se croit doté d’un droit divin a diriger le monde. De plus ils ne savent plus que parler que le langage des sanctions économiques et de la guerre pour convaincre le reste de la planète. Leur soft Power étant devenu l’ombre de ce qu’il a été.

        Bref entre le chine et les USA je n’aurais aucune hésitation si on me demandait de choisir le partenaire le plus fiable.

          +20

        Alerter
        • anarkopsykotik // 16.04.2021 à 15h40

          La guerre au vietnam était issue d’une rupture entre les deux grands blocs communistes, et était une concession aux US dans le cadre d’un rapprochement contre l’URSS. Que ce soit le laos, le vietnam, ou les mongols, ces trois pays existent encore indépendamment de la chine. Les tibétains moyens ont largement gagné au change, sortant d’une théocratie féodale arriérée et oppressive.

          > L’animosité ancestrales des vietnamiens envers les chinois a quelques raisons historiques…
          vu les dates, c’est comme parler de notre animosité ancestrale envers les perfides anglois ou allemands, et parler d' »occupation » pour des royaumes voisins qui datent d’avant les états nations est assez cocasse.

            +12

          Alerter
          • anarkopsykotik // 16.04.2021 à 15h41

            >la mer de Chine du Sud
            C’est leur mer frontalière, tout le monde dans ce coin là en revendique autant que possible pour les route commerciales et les ressources, et les cours internationales dans ce genre de cas servent essentiellement à faire joli vu que toutes leurs résolutions sont non contraignantes (les US en savent quelque chose). D’ailleurs, cette cour en particulier ne fait même vraiment partie de l’ONU, et la chine n’a pas participé à cet arbitrage, le rejetant d’office (sérieusement, qui laisserait une cour internationale sans légitimité ni pouvoir le soin de fixer ses eaux territoriales hors de toutes considération de puissance géopolitique?)
            Ce que je noterai, c’est que si tout le monde revendique ce coin là, et que la chine commence à les occuper pour solidifier sa réclamation, ils n’ont du virer personne pour s’y installer…

              +10

            Alerter
          • anarkopsykotik // 16.04.2021 à 15h41

            >On peut ajouter le harcèlement constant des flottes de pêches de ses voisins, escortées maintenant par des bateaux militaires, etc.
            les rodomontades habituelles en territoires contestés quoi.

            >La Chine a réussi en quelques années a ne plus avoir que des ennemis dans cette partie du globe
            Clairement c’est l’objectif des propagandistes dans votre genre de nous le faire avaler, malheureusement pour vous la chine est évidemment un partenaire essentiel dans la région et au delà des bisbilles territoriales traditionnelles entre voisins, semble renforcer ses liens avec ses voisins immédiats tout en déployant tranquillement sa puissance régionale.
            [modéré]

              +9

            Alerter
      • LibEgaFra // 16.04.2021 à 13h46

        « Ne rêvez pas, la Chine agit ainsi uniquement parce qu’elle n’est pas la plus forte pour le moment. Ce moment va venir et je doute fort qu’alors, ce nouveau « plus fort » sera aussi respectueux.  »

        La Chine est la plus forte économiquement. Militairement le plus fort ne veut plus rien dire quand l’adversaire est en mesure d’assurer la destruction de l’ennemi. La Chine n’envahit aucun pays militairement et conclut des accords ou des achats économique où chacun des partenaires est libre de les accepter ou de les refuser.

        Dans la gestion du covid, on a bien vu quel pays était supérieur à l’autre.

        Bref, vos « doute » ressortent de la propagande anti-chinoise la plus classique.

        Les USA gesticulent parce qu’ils ont perdu leurs suprématies économique face à la Chine et militaire face à la Russie. Reste juste à savoir s’ils sont suicidaire ou s’ils vont accepter ce nouvel état de fait. La lâcheté, la corruption, la soumission des dirigeants des pays européens permet aux USA de frimer encore et de menacer en envoyant des citoyens européens se faire massacrer à leur place comme en Ukraine.

          +21

        Alerter
  • LibEgaFra // 16.04.2021 à 12h36

    « Pourquoi les États-Unis ont tort de qualifier la Chine de menace pour « l’ordre mondial » »

    La réponse est enfantine.

    Parce que c’est celui qui le dit qui l’est!

    Les USA ont le chic d’accuser les autres de ce qu’ils font eux-mêmes. Au nom de la liberté et de la démocratie bien sûr, bien sûr.

      +23

    Alerter
  • LibEgaFra // 16.04.2021 à 13h59

    « L’exemple le plus lamentable. Madagascar. Le pays le plus pauvre du monde dont la dette chinoise représente 100 % de son pib et qui se trouve en cessation de paiement, étranglé par la Chine. »

    Propagande anti-chinoise caractérisée. Qui va aller vérifier?

    https://fr.countryeconomy.com/gouvernement/dette/madagascar

    Ainsi donc « observations » est pris en flagrant délit de mensonge. Comme bien d’autres avant lui à moins que ce soit la même personne sous différents pseudo comme certains commentateurs l’ont suggéré. La plupart du temps de tels commentaires finissent dans la poubelle.

      +12

    Alerter
  • JMD // 16.04.2021 à 17h01

    extrait du premier discours de politique étrangère prononcé par le secrétaire d’Etat Blinken (mars 2021) qui explicite ce qu’est pour les USA l’ordre international fondé sur des règles.
    « La Chine est le seul pays à disposer de la puissance économique, diplomatique, militaire et technologique nécessaire pour remettre sérieusement en question le système international stable et ouvert, c’est-à-dire l’ensemble des règles, des valeurs et des relations qui font que le monde fonctionne comme nous le souhaitons, parce qu’il sert en définitive les intérêts et reflète les valeurs du peuple américain. « 

      +10

    Alerter
  • Pierre // 16.04.2021 à 22h04

    Il y a quelque temps, j’ai lu sur ce site, l’article suivant:
    Atlantic Council : « La Chine a intérêt à rester dans l’ordre international libéral dirigé par les États-Unis »….(ou sinon on leur casse la gueule….aurait dit notre bon Trump)….
    Dans cet article, on dit la même chose mais d’une manière plus machiavélique….
    « Une compréhension plus fine et une rhétorique moins manichéenne aideraient les États-Unis à élaborer une meilleure stratégie – en évitant une concurrence digne de la Guerre froide, tout en identifiant où concentrer nos efforts pour travailler à la fois avec et contre le gouvernement chinois. »….
    Bref, quand les États Unis arrêteront avec leur complexe de supériorité, les autres puissances pourront se mettre autour d’une table pour discuter D’ÉGAL à ÉGAL….. Mais malheureusement, ce n’est pas prêt d’arriver. Cette suffisance est un signe de faiblesse manifeste…..

      +13

    Alerter
  • Grd-mère Michelle // 17.04.2021 à 13h25

    Chine ou USA, les grandes puissances ne pensent qu’à s’agrandir encore, par crainte de diminuer(exactement comme les entreprises capitalistes).
    Ce qui est complètement vicieux (vice=défaut) dans ce processus, ce ne sont pas les caractéristiques de tel ou tel État, c’est leur volonté de puissance, qui conduit irrémédiablement à l’affrontement, à la guerre et à la destruction.
    L’enjeu du futur, pour l’humanité, sera de nourrir et d’abreuver TOUT LE MONDE, PARTOUT.
    Et si nous ne nous en préoccupons pas, il n’y aura plus RIEN.
    Le continent européen, privilégié par son climat tempéré, a toutes les chances de se ré-organiser en ce sens, à condition de se passer des miroirs aux alouettes et des gadgets qui l’aliènent en le déshumanisant(comme, par exemple, la grotesque « conquête spatiale », ou la « numérisation » à tout crin).

      +3

    Alerter
  • moshedayan // 17.04.2021 à 19h33

    Hallucinant votre media LCI « Révolution Biden »… du 17 avril 2021 entre 19 h et 20 h l’animatrice est aux Anges …!!! Et vive la Bidenmania en France etc
    Un Français Cayrol « un président rêvé pour les Européens » …… Faites une analyse de cette émission.
    Oui, vos journalistes déroulent le tapis …nettoie la poussière sur le costume de leur maître…
    Oui, comme je l’ai déjà dit, votre pays est bien un/le vassal des Etats-Unis
    A vous d’arrêter toute critique et de demander votre adhésion comme 52e ou 53 Etat des USA ou tout simplement officialiser clairement votre statut de protectorat …
    Etudier le Français ne me semble plus d’un grand intérêt à l’avenir…

      +7

    Alerter
  • Lju // 19.04.2021 à 05h45

    Cette impression d’être au supermarché partout, choisir entre deux paquets de nouilles (je souligne :l) dont seule la marque se differencie, entre huawei ou iphone… Chacun sortant les meilleures arguments pour choisir si nos futures chaînes seront capitalistes ou capitalistes… Du diffu ou du bureaucratique? Du fétichisme de la marchandise à la mode occidentale ou asiatique?
    De manière générale quand deux gredins se battent dans la cour de récréation, je m’éloigne.

      +1

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications