Source : Le Nouvel Obs, Marie Limonier, 06-04-2016

(Illustrations Adrià Fruitós)

(Illustrations Adrià Fruitós)

Depuis que le politologue, spécialiste de l’islam, a émis l’hypothèse d’une révolte nihiliste générationnelle à l’origine du djihadisme européen, le débat fait rage. Dans “L’Obs”, il répond à la polémique.

« Islamisation de la radicalité » ou «radicalisation de l’islam»? C’est pour avoir soutenu que la radicalité des jeunes Occidentaux candidats au djihad préexiste à leur islamisation, qu’Olivier Roy est l’objet d’une âpre controverse. Gilles Kepel lui a en effet récemment consacré dans «Libération» une tribune assassine ironiquement titrée «“Radicalisations” et “islamophobie” : le roi est nu». Dans un grand entretien accordé à «L’Obs», Olivier Roy lui répond. Et livre ses analyses sur le salafisme, les quartiers, la laïcité, la sexualité sous Daech, la polémique Kamel Daoud… Extraits.

Kepel – Roy, le clash

« Visiblement, Gilles Kepel s’est lancé dans un combat pour l’hégémonie sur l’islamologie française et la recherche sur le radicalisme. Il me fait un très grand honneur en me désignant comme son rival numéro un. Seulement, il se déconsidère en menant une guerre d’ego, alors qu’un tel champ d’étude ne peut être abordé qu’en travaillant de manière collective et multidisciplinaire. L’humilité s’impose […] Cependant, vous ne comprendrez rien à la dureté actuelle du monde de la recherche si vous n’avez pas en tête les enjeux financiers et de pouvoir qui s’y jouent. Les derniers attentats ont amené gouvernements et fondations à débloquer des sommes considérables. Il y a un marché concurrentiel. De ce point de vue, Kepel est un Rastignac professionnel de très haut niveau. […]»

“Radicalisation de l’islam” ou “islamisation de la radicalité”?

Liere la suite sur : Le Nouvel Obs, Marie Limonier, 06-04-2016

Olivier Roy: “La plupart des djihadistes sont des born again”

Source : La Libre, 19-04-2016

L’islamologue Olivier Roy a dressé lundi soir à l’Institut Royal des Relations Internationales (IRRI-Egmont) le profil type des djihadistes de Daech. Selon lui, “la plupart sont des born again, qui font un retour brutal au religieux. On ne trouve pas de piliers de mosquées, sauf chez certains convertis qui ont passé un an dans une madrassa au Yémen”.

Olivier Roy était à Bruxelles à l’invitation du Palais, où il a eu un entretien avec le roi Philippe.

L’islamologue français s’inscrit en faux contre la théorie selon laquelle les djihadistes seraient en rupture pour des raisons sociales ou par vengeance contre la politique de colonisation menée par les grandes puissances européennes jusque dans les années 60. Il est pour cette raison souvent opposé à l’autre islamologue, Gilles Kepel, avec qui il croise le fer volontiers.

« Beaucoup de jeunes radicaux sont très bien intégrés », dit-il. “Le facteur de paupérisation n’est pas dominant ». Il note que le département français qui a exporté le plus de djihadistes en 2015, en chiffres absolus, n’est pas Marseille, malgré sa forte concentration de Français d’origine maghrébine, mais… les Alpes-Maritimes, « c’est-à-dire Nice », puis en second, Paris. « A ma connaissance, aucun terroriste ne vient de Marseille”, ajoute-t-il.

Depuis les attentats du GIA algérien dans les années 80, le profil type des djihadistes a peu évolué. Mais la vague Daech comporte aussi des traits particuliers : l’attentat suicide (autrefois utilisé par le Hezbollah chiite ou les Tigres Tamouls), l’enrôlement des jeunes femmes (40 % des départs vers la Syrie actuellement, selon lui), la présence assez importante de convertis et des jeunes issus de départements d’Outre-Mer (comme les frères Clain, originaires de La Réunion), le rôle dominant des fratries (comme les frères Abdeslam).

Ce qui frappe Olivier Roy, c’est que cette génération n’est pas inspirée principalement par le salafisme mais se trouve “dans une perspective suicidaire, nihiliste, non utopiste », qui ne fait aucune référence à un conflit particulier. Sa violence est mise en scène par Daech. « On a appris que les exécutions sont répétées (…), qu’il y a un metteur en scène, que les textes sont répétés”, dit-il à propos des macabres vidéos d’exécutions que l’organisation diffuse sur la Toile.

En quelque sorte, Daech serait venu puiser “dans un réservoir existant” dans les pays européens, enrôlant des jeunes issus de l’immigration qui se donnent un rôle de « héros vengeur » dans un monde quasi-virtuel et qui se sont rebellés contre la religion de leurs parents.

Ce qui fait dire au professeur de l’Institut européen de Florence qu’il ne sert à rien de vouloir fermer en Europe les mosquées salafistes pour combattre le terrorisme. Le problème est selon lui ailleurs.

Source : La Libre, 19-04-2016

 

Olivier Roy sur le djihadisme : “C’est un grand réseau d’une remarquable continuité”

Source : Europe 1, Olivier Roy, 26-03-2016

Olivier Roy.@ JEAN-PIERRE MULLER / AFP

Olivier Roy.@ JEAN-PIERRE MULLER / AFP

Olivier Roy, politologue et spécialiste de l’islam, était l’invité de David Abiker, samedi. Selon lui, les djihadistes sont tous liées par des liens étroits.

INTERVIEW -Quelles leçons tirer des arrestations en série survenues à Paris et Bruxelles après les attentats de mardi et de la somme d’informations collectées depuis le 13-Novembre ? Pour y répondre, Olivier Roy, politologue et spécialiste de l’Islam, était l’invité de David Abiker dans C’est arrivé cette semaine.

Vaste réseau, vastes ramifications. Le principal enseignement des diverses arrestations est, selon le politologue, la démonstration que les attentats de Bruxelles “sont liés par leurs auteurs et complices à ceux de Paris.” Il n’y a pas tant de réseaux radicaux et de cellules dormantes. C’est un grand réseau d’une remarquable continuité. Toutes les personnes qui ont agi se connaissent.” Le politologue rappelle qu’il y a quand même quatre fratries parmi les terroristes. Mais “tous se connaissent depuis la petite enfance ou ont fait de la prison ensemble”. Ils sont aussi liés à d’autres réseaux qui ont commis d’autres attentats.

Phénomène nouveau dans le terrorisme. Ce phénomène de réseau imbriqué est nouveau. “Dans les groupes terroristes, on trouve en général des gens qui ont des motivations personnelles de radicalisation et qui se mettent ensemble parce qu’ils partagent les mêmes idées, mais qui peuvent venir de milieux différents. Là, on a l’impression que c’est une bande de copains, voire la fratrie, qui se radicalise toute seule ou via un intermédiaire, en général l’un des frères qui est allé en Syrie. Cette proximité va de pair avec un genre de transmission du flambeau d’anciens terroristes.”

A la fois une bonne et une mauvaise nouvelle. On s’éloigne ainsi de la “théorie de la 5e colonne”, qui veut que le djihadisme peut se réveiller partout en France. “Ces jeunes sont à la marge de la société mais aussi de la population musulmane elle-même. Ils sont très peu socialisés, aucun d’entre eux n’est un pilier de mosquée. On ne les retrouve pas dans les mouvements pro-palestiniens, ni dans les émeutes de 2005. Ils vivent dans leur petit monde fermé.” Pour Olivier Roy, c’est à la fois une bonne nouvelle – dans le sens où l’on n’assiste pas à une radicalisation de la population musulmane en Europe- mais c’est aussi une mauvaise nouvelle sur le plan technique parce que ces réseaux de frères et de copains sont très difficiles à pénétrer pour la police.

“La France pas spécialement visée”. Pour le politologue, il ne s’agit pas d’un problème franco-belge. Il rappelle les attentats de Madrid en 2004, en Grande-Bretagne en 2005 et 2007. Si, pour lui, les attentats se déroulent en France en ce moment, c’est parce qu’il y a dans le territoire “une surreprésentation des jeunes de seconde génération d’origine du Maghreb dans les volontaires qui rejoignent le djihad”. Sur 15 ans, le politologue indique qu’il y a eu des attentats partout en Europe. “La France n’est pas particulièrement visée”.

“Molenbeek, quartier un peu laissé à lui-même”. Que dire alors du quartier belge de Molenbeek, qui concentre les attentions ? “Ce quartier est à très forte population musulmane. Mais ces jeunes ne sont pas des poissons dans l’eau. Ils bénéficient de leurs réseaux de jeunes délinquants. On est pas dut tout sur des réseaux militants, les mosquées et croyants ne les protègent pas. C’est aussi un problème structurel de la Belgique, avec les divisions entre administrations, avec la régions flamande, francophone, bruxelloise, les différentes polices, etc. Moleenbeck est un quartier que l’Etat a laissé un peu à lui-même.”

Les attentats, signes “d’affaiblissement”. Pour le politologue, Daech est passé au djihad global en réaction à son affaiblissement et aux frustrations sur le terrain. “On en a l’illustration avec la reprise de Palmyre“. L’état n’est plus en expansion conformément à ce que veut le califat. Il recule même.

Source : Europe 1, Olivier Roy, 26-03-2016

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

43 réponses à Djihadisme : Olivier Roy répond à Gilles Kepel

Commentaires recommandés

RGT Le 20 août 2016 à 10h00

Mon épouse est enseignante dans un quartier “difficile”.

Depuis peu, des jeunes filles viennent en classe avec le “foulard” ou des tenues “strictes”.
Quand elle a rencontré leurs parents elle s’est aperçue qu’ils n’étaient pas particulièrement pointilleux sur la religion et qu’ils s’habillaient comme “tout le monde”.
Et surtout quand ces filles étaient en présence de leurs parents elle ne portaient pas ces accoutrements.

Mon épouse les a donc questionnées et il s’est avéré que c’était des petits loubards du quartier qui leur fournissaient ces “accessoires” et les contraignaient à les porter par la force ou la menace.

Ça a même “chauffé” quand les parents d’une jeune fille chrétienne ont appris qu’elle avait été forcée de s’accoutrer de la sorte.

Plainte au commissariat qui a été classée sans suite à la demande du parquet…
Tous les parents étaient furieux (en particulier les musulmans), et les petits loubards ont continué de plus belle compte-tenu de leur impunité.

Ces “loulous” utilisent la “religion” juste pour “montrer leurs muscles”.
Question de mode.

  1. jplchrm Le 20 août 2016 à 09h23
    Afficher/Masquer

    Olivier Roy est un invité régulier du comité Bilderberg. Ce fait donne tout de même obligatoirement une petite coloration politique aux idées qu’il défend.


  2. sergeat Le 20 août 2016 à 09h25
    Afficher/Masquer

    Discussion typiquement française,bizantine,égo contre égo…..soyons plus pragmatique :dans la cocotte minute multiculturelle non assumée :Quelle décision politique , économique et de controle des espaces de non droit permétra à la soupape de sécurité de dégager la vapeur,puis de refroidir la bouilloire ?.Quel projet historique,culturel,spirituel ressoudra la nation?


  3. Didier Bous Le 20 août 2016 à 09h53
    Afficher/Masquer

    Il est intéressant de comprendre ce qui se passe mais la politique étant l’absolu du conformisme, les attentats confortent chacun dans ses préjugés. Les racistes et les islamophobes sont simplement davantage en colère, la gauche antifrançaise est un peu déstabilisée et attend avec impatience que des Français tuent des musulmans pour reprendre son refrain de haine antifrançaise et peut-être instaurer une dictature.


  4. RGT Le 20 août 2016 à 09h57
    Afficher/Masquer

    La majorité silencieuse des musulmans considère le salafisme (et surtout leur “clone” saoudien le wahhabisme) comme des sectes hérétiques et très dangereuses.

    Quand Hollande, Vals, Narkozy ou d’autres politiciens “démocrates” vont faire des “gâteries” aux princes saoudiens cette majorité silencieuse de musulmans se sent insultée et trahie par ces sinistres individus.

    Ensuite on vient s’étonner que des loubards de quartiers se prétendent de cette idéologie. C’est juste de la provoc’ contre leurs parents.


    • RGT Le 20 août 2016 à 10h00
      Afficher/Masquer

      Mon épouse est enseignante dans un quartier “difficile”.

      Depuis peu, des jeunes filles viennent en classe avec le “foulard” ou des tenues “strictes”.
      Quand elle a rencontré leurs parents elle s’est aperçue qu’ils n’étaient pas particulièrement pointilleux sur la religion et qu’ils s’habillaient comme “tout le monde”.
      Et surtout quand ces filles étaient en présence de leurs parents elle ne portaient pas ces accoutrements.

      Mon épouse les a donc questionnées et il s’est avéré que c’était des petits loubards du quartier qui leur fournissaient ces “accessoires” et les contraignaient à les porter par la force ou la menace.

      Ça a même “chauffé” quand les parents d’une jeune fille chrétienne ont appris qu’elle avait été forcée de s’accoutrer de la sorte.

      Plainte au commissariat qui a été classée sans suite à la demande du parquet…
      Tous les parents étaient furieux (en particulier les musulmans), et les petits loubards ont continué de plus belle compte-tenu de leur impunité.

      Ces “loulous” utilisent la “religion” juste pour “montrer leurs muscles”.
      Question de mode.


      • Joséphine Le 22 août 2016 à 13h41
        Afficher/Masquer

        Exactement le constat du procureur en Corse, pour qui la rixe de Sisco était partie de la manifestation de force de caids du coin, qui font de l’occupation du territoire.


  5. georges glise Le 20 août 2016 à 10h02
    Afficher/Masquer

    il semble qu’olivier roy ait raison, car la majorité des djihadistes français me semble âgée, pour l’essentiel, de 20 à 35 ans. il s’agit donc de jeunes nés entre 1980 et 1995; et pour ceux d’entre eux originaires de l’immigration, il ne s’agit pas de la deuxième, mais de la troisième génération.


    • Stratopoulos Le 20 août 2016 à 19h31
      Afficher/Masquer

      Les djihadistes du gang de Roubaix étaient tous nés dans les années 70 et même 69 pour Christophe Case. Le fait que le gouvernement Juppé les aient classés en “criminels de droits communs” fait peut-être oublier cette réalité.

      En Bosnie (92-95), les européens (et français) des brigades internationales djihadistes étaient majoritairement nés entre la fin des années 60 et la première moitié des années 70.

      En France, les “Trabendo” (filières de financement – Contrebande) du FIS (Front Islamique du Salut) algérien (89-92) étaient largement pilotées par la génération des années 60 et même 50. (issus du banditisme/grand banditisme).


    • Papagateau Le 20 août 2016 à 22h50
      Afficher/Masquer

      il s’agit donc de jeunes nés entre 1980 et 1995; … troisième génération.

      1980-1995 =Génération “touche pas à mon pote” , association victimaire fondé par Julien Dray et Arlem Désir, deux individus “apolitiques” qui sont devenus par la suite des hommes politiques en vu puisqu’ils sont devenus comme par hasard secrétaires nationaux du PS.

      De là à penser qu’ils ont plus agit pour l’intérêt du PS que pour l’intérêt à long terme de la cause, et que diffuser pendant 15 ans les messages : “tout les français sont racistes (sauf au PS)” , et “vous devez vous montrer/militer” ont fini par laisser des traces.


  6. philbrasov Le 20 août 2016 à 10h15
    Afficher/Masquer

    je me méfie des “islamologues” européens de souche… comme le dit très bien sergeat, ces deux polémistes, sont très franco français dans leurs approches , et il suffit que l’un dise blanc pour que l’autre lui rétorque noir et inversement. Exit les ouigours, Exit les caucasiens, etc…Exit la mondialisation de ce terrorisme islamiste.
    Si ces terroristes ne sont pas salafistes, ils sont TOUS musulmans et Tous se referent a leur Allah.
    je préfère lire des gens de confession musulmane qui savent de quoi ils parlent.. Des gens comme Gamal al Banna, ( frere de Hassan al Banna, fondateur des freres musulmans), qui dit ce qu’il pense du voile de la burka du terrorisme islamiste… Nous accordons bien trop de place a notre humanité pour des gens qui n’en ont aucune, et ou l’immense majorité de la Omma ne trouve rien a redire, et fait dire a leurs intellectuels, que le christianisme, c’est bien pire ( ce ne conteste meme pas le pape). Et dans ce monde musulman que nous ne comprenons pas, seul compte l’excuse.


  7. kelkun Le 20 août 2016 à 11h41
    Afficher/Masquer

    Le problème n’est pas double, il a bien plus de dimensions.

    Aux 2 dimensions que vous évoquez, il faut à minima rajouter

    1.la stupidité bêlante de la majorité des politiciens et des soi disant journalistes sur la question “djihadiste”, qui jettent de facto de l’huile sur le feu ;

    2.l’ordurerie de certains politiciens qui instrumentalisent ce phénomène à des fins très louches…;

    3.l’incurie multi-décennale de la caste politicienne concernant le politique nationale au sens très large vis à vis des anciens immigrés et leurs descendants, venus du maghreb et machrek et afrique noire, qui ne se sentent pas français voire détestent le pays pour les plus jeunes générations ;

    etc…

    Désignons clairement les responsables!


    • RGT Le 21 août 2016 à 14h32
      Afficher/Masquer

      anciens immigrés et leurs descendants, venus du maghreb et machrek et afrique noire, qui ne se sentent pas français voire détestent le pays pour les plus jeunes générations

      Certes, il existe quelques aigris qui retournent contre leur pays d’accueil la honte qu’ils ont d’eux-mêmes, mais il existe aussi une majorité (silencieuse hélas) d’immigrés qui se sentent 100% français et qui sont fiers de l’être.

      Il ne faut pas généraliser en se focalisant sur les quartiers les plus déshérités qui posent certes un réel problème.

      Mais il ne faut pas non plus négliger de très nombreuses personnes très honorables qui sont aussi les premières à souffrir de cette situation.

      Un homme n’est pas le produit de son origine ethnique.
      Il est le produit de sa vie passée et des choix qu’il a faits.
      Choix volontaires, ce qui exclut toutes circonstances atténuantes.

      Du côté des causes de la présence d’une population immigrée, marginalisée et paupérisée, veuillez vous adresser au MEDEF (héritier du CNPF) qui a incité les gouvernements depuis le début des années 70 à faire venir des bateaux entiers de main d’œuvre à bas prix pour la mettre en concurrence avec la main d’œuvre “locale” qualifiée.


  8. yoananda Le 20 août 2016 à 13h17
    Afficher/Masquer

    “Non, il a mangé son McDo comme tout le monde”
    Ce n’est pas un critère. L’état islamique lui même recommande à ses “loups” de se fondre dans la masse. L’état islamique n’est d’ailleurs pas qu’un repère de soldats, mais dispose aussi de médecins, ingénieurs, publicitaires, etc… (il a la prétention d’être un état !!!)

    Ils sont pénibles ces “experts” qui n’ont même pas de bonnes bases.

    La radicalité de l’Islam ou l’islamisation de la radicalité …
    vous croyez que les gens à Nice face au camion ont eu le temps de se poser la question pour savoir comment résoudre leur situation.
    De toute manière la réponse est simple et évident : les deux. Dans quelle proportion ? ça dépends des gens.

    Trouver la cause des causes c’est bien (à supposer qu’il en existe une seule, à supposer qu’on puisse se mettre d’accord dessus), mais à un moment, il faut simplement agir au lieu de discuter du sexe des anges.


  9. DocteurGrodois Le 20 août 2016 à 14h02
    Afficher/Masquer

    Roy et Kepel ont tous les deux raison, et leurs analyses se chevauchent.

    En gros la synthèse c’est:

    Il y a d’un coté ceux qui avaient des prédispositions violentes et narcissiques qui, mis au contact de l’islam radical (en prison ou ailleurs), y trouvent un statut d’homme supérieur et un permis de tuer qu’ils cherchaient depuis toujours. Et ces gens seraient tout aussi heureux de tuer au nom de Jésus, Buddha, ou de Michael Jackson du moment qu’il y ait moyen de tuer et/ou de mourir.[Roy]

    D’un autre coté, il y a ceux qui étaient plus ou moins sans histoire et qui souvent par ignorance, se (re)convertissent à l’islam radical par le biais de sectes comme les Tablighs (non-violents, mais aux pratiques très strictes), ou d’une secte salafi, et qui de là cheminent vers la violence dont l’islam radical est porteur à sa racine.[Kepel]

    Seulement, quand on y regarde de près, il s’agit souvent d’un savant mélange des deux. Par exemple Caze, le chef du gang de Roubaix. Etait-il fou, ou l’islam radical l’a rendu fou?


    • yoananda Le 20 août 2016 à 17h31
      Afficher/Masquer

      C’est quand même plus compliqué de tuer des femmes, enfants et personnes désarmées qui ne vous ont rien fait personnellement, au nom de Jésus et Bouddha.


      • Clèm Le 20 août 2016 à 17h49
        Afficher/Masquer

        Non. Les catholiques ont tué bien plus que les musulmans :
        Entre 25 et 75 millions d’amérindiens, nombres d’africains, nombre de musulmans pendant les croisades.
        et voir
        https://fr.wikipedia.org/wiki/Bouddhisme_et_violence
        pour les bouddhistes.


        • yann Le 20 août 2016 à 19h26
          Afficher/Masquer

          Faux. L’islam a pratiqué des exterminations de masse notamment en Inde . Je ne parlerai pas de la prise de Constantinople et des guerres constantes qu’elle menait contre les peuples non musulmans. C’est simple, la seule région du monde que l’islam a envahi “pacifiquement” c’est l’Indonésie, je vous laisse imaginer la quantité de massacre pour qu’une religion partie d’un bout de l’Arabie ait pu s’étendre comme elle l’a fait par les armes. L’islam a également pratiqué pendant bien plus longtemps l’esclavage de masse y compris de nombreux Européens. Avec la très grande particularité d’émasculer régulièrement ses esclaves hommes, ce qui produisait un taux très élevé de mortalité chez leurs esclaves.


          • Clèm Le 20 août 2016 à 19h40
            Afficher/Masquer

            Le bien plus était peut-être exagéré, parce que c’est difficile à quantifier, mais ça n’enlève rien à l’idée qu’il est aussi facile de prendre comme prétexte un dieu ou un autre pour justifier des exterminations. Musulmans et chrétiens ont créé des guerres contre les autres.
            En plus, les musulmans passent plus de temps à s’entre-tuer à cause des différentes ramifications de l’islam qu’à massacrer les autres religions (je ne sais pas si ça a toujours été vrai). Exemple, Daech tue plus de musulmans que de chrétiens.


            • RGT Le 21 août 2016 à 15h00
              Afficher/Masquer

              Réponse aussi à de nombreux commentaires suivants…

              Il ne faut pas confondre religion et instrumentalisation de la religion à des fins politiques (souvent expansionnistes ou colonialistes).

              La religion est un moyen très pratique pour justifier “au nom de dieu” d’aller “péter la gueule de ses voisins” car ils sont “impies”, “mécréants”, “suppôts de Satan”, “invertis”, etc. (rayer les mentions inutiles).

              Si on observe le monde actuel, la “démocratie” a remplacé la religion et au prétexte de “libérer les peuples opprimés” on organise des expéditions militaires sanglantes qui ont pour cibles les populations civiles.

              Que ce soit au nom de “Dieu”, “Allah”, “Bouddha”, “la démocratie”, le résultat est systématiquement le même

              Entre-nous, les irakiens, les syriens, les libyens, les musulmans, les chrétiens, les bouddhistes ou les pastafariens se foutent royalement de la raison pour laquelle ils sont massacrés.

              Ils souhaitent seulement qu’on leur foute la paix et qu’on les laisse régler leurs problèmes entre eux.
              Ils vivaient à peu près en paix dans un équilibre qui n’était pas idéal (du point de vue occidental), mais au moins ils ne risquaient pas leur peau pour simplement aller chercher de quoi se nourrir.


          • J Le 20 août 2016 à 22h59
            Afficher/Masquer

            Et depuis le tout début cette expansion de l’Islam par ce moyen a pour nom “djihad”.
            C’est d’ailleurs un peu moins simple pour l’Indonésie. Elle n’a pas été envahie de l’extérieur au nom d’Allah, mais des potentats locaux se sont fait musulmans après avoir compris que c’était très pratique pour envahir leurs voisins.


          • politzer Le 21 août 2016 à 01h23
            Afficher/Masquer

            oui 15 millions de jeunes noirs castrés cf le “génocide voilé”de tidiane ndiaye

            comparer le “machisme” de Trump avec la civilisation patriarcale musulmane qui autorise à vitrioler et égorger des femmes qui se refuse à un prétendant est particulièrement imbécile !


        • J Le 20 août 2016 à 22h27
          Afficher/Masquer

          Le bilan au nom d’Allah est bien plus élevé. 80 millions rien que pour l’Inde (en plusieurs siècles). La traite trans-saharienne a été bien plus cruelle et meurtrière que la traite transatlantique (les victimes de la seconde ne devenaient pas eunuques et ont laissé plus de descendants pour se plaindre en leur nom).


        • yoananda Le 20 août 2016 à 23h02
          Afficher/Masquer

          Non ?
          Examinons vos arguments …

          * Les croisades étaient des guerres défensives.
          * Que les bouddhistes tuent oui, qu’ils participent à des guerres … oui bien sûr, qu’ils le fassent au nom de Bouddha sur des personnes sans défense ? Il va falloir le démontrer.
          * les amériendiens ont en grande partie été tué par le “choc viral” (la variole, coqueluche et rougeole). Je ne nie pas les nettoyages. Je n’ai pas souvenir qu’ils aient été fait au nom du christ.


          • Clèm Le 20 août 2016 à 23h58
            Afficher/Masquer

            * Les croisades était simplement pour rétablir l’accès à un lieu de culte. Ce n’est pas défensive. En ce sens, le djihad est plus défensif quand il attaque la France car pour le coup, on les attaque vraiment.

            * Le christianisme fut à l’origine une religion qui prônait la paix, ça n’a pas empêché qu’elle fut utilisée pour faire la guerre. On peut imaginer la même chose avec le bouddhisme. Ça prendra encore quelques siècles, mais ça viendra probablement.

            * Alors si, c’était bien au nom de la religion. La mission des européens était d’évangéliser les amérindiens. Voir la controverse de Valladolid qui en parle assez bien.


            • yoananda Le 21 août 2016 à 01h34
              Afficher/Masquer

              Donc pour vous, évangéliser veut dire génocider au nom du christ ?

              On peut imaginer tout ce qu’on veut pour le bouddhisme, ça n’en fait pas une démonstration, ni une réalité.

              Le croisades était pour rétablir l’accès … et d’après vous, qui avait coupé l’accès donc ?
              De plus, non, les croisades c’était pour se protéger des velléité de conquêtes musulmanes à l’appel de Constantinople (il fallait un prétexte “catholique” pour y aller).


            • Clèm Le 21 août 2016 à 01h59
              Afficher/Masquer

              “Donc pour vous, évangéliser veut dire génocider au nom du christ ?”
              Oui. C’était comme ça dans la pratique.

              Pour les croisades, je vais faire une analogie. On t’empêche l’accès à un territoire qui n’est pas le tien, c’est leur droit. Se battre pour avoir accès à un endroit chez quelqu’un, c’est une attaque pas une défense. Si tu regardes le vocabulaire utilisé dans les articles traitants du sujet, on parle de massacres perpétrés par les croisés.


            • J Le 21 août 2016 à 11h29
              Afficher/Masquer

              Comment ça “un territoire qui n’est pas le tien” ? Il avait été conquis au nom d’Allah, du temps d’Omar, avec forces massacres. La première générations de musulmans, celle qui a connu le Prophète, a conquis avec lui, puis sous l’impulsion qu’il avait lancée, de l’Atlantique à l’Afghanistan, en faisant déjà des millions de morts.


    • Stratopoulos Le 20 août 2016 à 17h58
      Afficher/Masquer

      Christophe Caze est passé par la case Bosnie. Là, comme pas mal de gens (de jeunes ?) en recherche “extrême” de sens et quelque soit le camp choisi, il s’est retrouvé confronté dans cette guerre à l’injustice, l’arbitraire et surtout l’horreur et le néant, autant de facteurs désespérants et déshumanisants, pourtant, propices à une intime camaraderie, une fraternité (une famille ?).

      Cette recherche “extrême” de sens en a conduit d’autres (à d’autres époques) vers la RAF (Rote Armee Fraction), les BR (Brigate Rosse) ou le NAR (Nuclei Armati revoluzionari). J’allais oublier Action Directe.

      Donc, pour en revenir à l’article et au commentaire de DocteurGrodois, un peu des deux !
      Radicalisation de l’islam et islamisation de la radicalité, même combat.

      Jusqu’à la fin des années 80, deux idéologies dominaient; le Libéralisme et le Communisme. depuis, une des deux a disparue et, que ce soit manipulé ou pas, la nature a horreur du vide.


      • bluerider Le 20 août 2016 à 22h26
        Afficher/Masquer

        RAF BR et NAR sont 3 organisations de gauche radicale passées sous contrôle OTAN via les fascistes du réseau Gladio en Italie, ou l’armée de l’ombre Gehlen en Allemagne. Les groupes politiques extrémistes sont plus facilement “polarisables” que la masse des citoyens encartés ou indécis que les mass-medias manipulent avec de gros moyens. Aujourd’hui, si les medias commencaient à expliquer que la racine du mal ce sont les “conflits d’intérêts gaziers”, faciles à identifier et à prouver puisque nous avons affaire à des protagonistes qui ont l’esprit et le raisonnement “ultra-libéral”, la baudruche extrémiste se dégonflerait tout de suite lorsqu’elle comprendrait que envoyer des décervelés combattre Assad c’est faire le jeu des intérêts occidentaux qui une fois leurs accords gaziers sécurisés (je rappelle que la seule raison de la guerre en Syrie, la raison mère de toutes les autres, c’est le couloir gazier syrien que le Qatar veut récupérer pour ainsi contrer l’Iran avec qui Assad a fait affaire en premier) , ne feraient qu’une bouchée des jihadistes qui s’imaginent construire un Califat… même pas en rêve les mecs… et de toute façon ces “égorgeurs opportunistes” seraient vitre démobilisés et renvoyés chez eux avec des “zakat” saoudiennes pour les faire taire, et les récalcitrants seraient liquidés point barre…


  10. amer Le 20 août 2016 à 18h30
    Afficher/Masquer

    Le djihadisme moderne est juste un instrument mis à la disposition des intérêts occidentaux et des pays du golfe par ces derniers pour faire aboutir leur plan commun de domination du Moyen Orient, détenteur de plus grandes ressources d’énergies fossiles qu’il faut absolument maîtriser pour le 3ème millénaire.
    Tout comme l’Occident utilise les concepts de démocratie et de droit de l’Homme pour détruire les pays qui lui résistent et dont il convoite les matières premières, les pays du golfe l’Arabie Saoudite en tête, à travers les prêcheurs du djihad tous azimuts comme Qaradawi, utilise le concept du djihad pour ses intérêts et pour nuire aux pays musulmans qui leur résistent considérant que le rôle de leader du monde musulman leur revient de droit au vu de leur puissance économique dans la région. Ce n’est ni plus ni moins qu’un instrument, qui a déjà été utilisé en Afghanistan pour affaiblir l’Union Soviétique avec Al-Qaïda et les talibans.

    suite..


    • Rémi Le 22 août 2016 à 12h30
      Afficher/Masquer

      “détenteur de plus grandes ressources d’énergies fossiles qu’il faut absolument maîtriser pour le 3ème millénaire.”

      Que d’ambition, tout un millénaire avec une seule forme d’énergie.
      En deux siécles nous avons eu: Le charbon, le pétrole, le nucléaire, mais maintenant plus rien ne va bouger dans le prochain millénaire.
      De vous à mois je crains que ce ne soit exactement la raison pour laquelle nous mettons le souk au moyen orient: Peur de manquer car nous imaginos que nous devrons vivre sur els ressources fossiles.
      Nous ferrions mieux de chercher une solution technique.


  11. amer Le 20 août 2016 à 18h31
    Afficher/Masquer

    …suite…

    A partir de là, tous les débats autour de l’Islam et du djihad n’ont aucun sens car il faudra aussi se poser des questions sur la volonté de l’Occident d’imposer la démocratie à coup de canon, et se demander si la démocratie n’est pas plus destructrice que la dictature dans les pays qui l’ont été par les occidentaux avec le slogan de la démocratie.
    Par ailleurs, les musulmans qui soutiennent ces mouvements djihadistes sont très minoritaires et cela ne justifie donc pas l’ampleur qu’on lui donne dans le monde musulman.
    Je vous invite à regarder cette dernière vidéo (très bon résumé sur la question syrienne) et voir sur la question du djihad à partir de 57’11 jusqu’à 1h01
    Lien :
    https://www.youtube.com/watch?v=ZKrv4Z6TtKs


    • J Le 20 août 2016 à 22h49
      Afficher/Masquer

      La “volonté de l’Occident d’imposer la démocratie” n’a pas si mal réussi ailleurs. C’est surtout dans le monde musulman qu’elle capote. Il faut peut-être en chercher les causes aussi dans l’Islam.
      Et d’après tous les sondages que j’ai pu voir les musulmans qui souhaitent le triomphe à terme de la Charia (qu’ils jugent le djihad opportun ou pas) est loin d’être faible. Et d’ailleurs, si vraiment c’était une immense majorité qui s’y opposait, ce serait une majorité bien timorée.


      • amer Le 21 août 2016 à 14h22
        Afficher/Masquer

        J, la réponse de Catalina est très juste concernant votre réaction à mon post; je rajouterai juste que vos interventions en général portent la marque de la manipulation des esprits simples mais sur ce site les gens ne sont pas dupes alors vaut mieux pour vous migrer sur des sites comme yahoo pour laisser ce genre de commentaires aussi niais.

        Apparemment vous ne connaissez rien du monde musulman et c’est la raison pour laquelle vous racontez vos propres fantasmes et phobies sur lui.


  12. Catalina Le 21 août 2016 à 08h34
    Afficher/Masquer

    “La “volonté de l’Occident d’imposer la démocratie” n’a pas si mal réussi ailleurs. ”

    quels sont donc ces pays non-musulmans où “la démocratie” imposée par les armes, les coups d’état, les assassinats, “a pas si mal réussit” ?

    Vous avez une drôle de définition de ” démocratie”, plutôt américaine, non ?


    • J Le 21 août 2016 à 11h34
      Afficher/Masquer

      Le Japon, par exemple. L’Europe de l’Est si on considère qu’elle a été arrachée à l’emprise soviétique à l’issue de la guerre froide. La démocratie, jamais totale nulle part certes, ne se porte pas si mal en Amérique Latine. Moins mal en tout cas que dans la grande majorité des pays islamiques.


      • Clèm Le 21 août 2016 à 13h33
        Afficher/Masquer

        J’ai pu lire une théorie intéressante qui considère que le problème dans ces pays à culture musulmane, on va surtout considéré le proche et moyen orient ainsi que l’Afrique, n’est pas la religion, mais qu’il n’ont pas traversé les périodes telles que les lumière ou la renaissance car pas assez développés économiquement (ça je pense que c’est à cause du développement naval) et n’ont donc pas eu l’imprimerie.
        Je pense qu’en plus ces pays sont maintenant piégés car subissant un impérialisme, étatique ou économique, ils n’ont pas la liberté d’agir pour se développer convenablement de manière durable. On n’a donc les pays occidentaux qui vont là bas pour soit disant apporter la démocratie (alors que c’est clairement faux, c’est pour des raisons économiques et imposer le néolibéralisme qui n’est pas durable) et vont ruiner ces pays en créant des guerres civiles (Irak, Syrie, Libye, Liban, Iran, etc.). Les pays qui s’en sortent souvent le mieux sont ceux qui sont des états-nations car c’est le modèle qu’on essaie d’imposer (une exception notable étant la Turquie qui a deux nations). Un bon exemple étant l’Iran (perse) qui s’en sort pas trop mal malgré une régression, mais ce n’est pas toujours le pas, comme le montre le cas de l’Égypte.


        • J Le 21 août 2016 à 14h52
          Afficher/Masquer

          Pour l’Iran, le chef tout-puissant de l’état, Ali Khamenei, n’est pas élu par le peuple. Par contre il choisit les candidats à la présidence (un coup un modéré, un coup un dur, mais qui savent tous qui est le patron). Drôle (enfin, façon de parler) de démocratie.

          Quant aux haines donc aux violences entre branches rivales de l’Islam, elles sont aussi vieilles que l’Islam et forcément se réveillent avec lui, tout comme le djihadisme.


          • Clèm Le 22 août 2016 à 10h31
            Afficher/Masquer

            Je suis d’accord avec le fait que les rivalité entres branche de l’islam sont presque aussi vieille que son existence (il doit y avoir environ 30ans de différence).

            Pour l’Iran, ce que je veux dire par le fait qu’ils s’en sortent pas trop mal, ce n’est pas tant une question de démocratie, bien qu’il y ait des élections (doit des femmes élues) mais que la vie quotidienne n’est pas si terrible. Les hommes et les femmes doivent être un peu couvert en public (manches longues et pantalon pour les hommes, foulard pour les femmes, pas même le hidjab) et qu’en théorie il ne peuvent plus acheter d’alcool (dans la pratique, ils ne se gênent pas trop ^^). J’ai rencontré pas mal d’iranien (et je suis même sortie avec une iranienne) et la vie qu’ils m’ont décrit n’est pas celui d’une vie dure d’un gouvernement ultra autoritaire comme on pourrait le penser en occident.
            Il faut comprendre que ce n’est pas un régime présidentiel (au contraire de la France) donc le président iranien a plus une valeur symbolique qu’autre chose.


  13. amer Le 21 août 2016 à 15h18
    Afficher/Masquer

    Pas si hors-sujet que ça, voici une vidéo pour comprendre certains aspects des problèmes du Moyen Orient à travers l’entretien d’Emile Lahoud, ancien président du Liban de 1998 à 2007.

    lien

    https://www.youtube.com/watch?v=_dzexXYD0vI

    pour ceux qui veulent comprendre les dessous de la politique internationale.


  14. juliette des esprits Le 21 août 2016 à 16h20
    Afficher/Masquer

    Je suis d accord avec vous Amer. En effet sous les oripeaux de la démocratie ou du djihadisme , seule la “géopolitique de tubes ” est importante. Qui réussira à passer son gazoduc ou son oléoduc par la Syrie …des monarchies du golfe? Des turcs? Des Iraniens ? Des russes? Tout ce petit monde se bat pour cela (américains et français sont alliés de qui nous savons). D autre part on a identifié dans le sous sol syrien d immenses réserves d énergie fossile.
    Malheur au pays qui a un embarras de richesses … Tous nos petits et grands djihadistes qui se font sauter devaient comprendre qu ils sont instrumentalises pour permettre aux pétroliers de gagner beaucoup plus d argent.


Charte de modérations des commentaires