Source : Romandie, 11.08.2016

Nouvelle escalade entre Moscou et Kiev suite à de supposés attentats. Le président ukrainien a demandé jeudi la mise en alerte des unités militaires proches de la Crimée et du Donbass, alors que le président russe a annoncé un renforcement de la sécurité en Crimée.

“J’ai ordonné à toutes les unités dans les régions situées au niveau de la frontière administrative avec la Crimée et le long de la ligne de front dans le Donbass (est de l’Ukraine) de se mettre en état d’alerte”, a annoncé le président ukrainien Petro Porochenko sur le réseau social Twitter. Il sortait d’une réunion avec des représentants des forces armées et du ministère ukrainien des Affaires étrangères.

“Nous nous préparons à tout”, a indiqué un haut responsable au sein des services de sécurité ukrainiens. Il juge “possible” une invasion russe. “C’est une escalade, bien sûr”.

Le président ukrainien a également réclamé la tenue d’un entretien téléphonique avec le président russe Vladimir Poutine et plusieurs dirigeants occidentaux, dont François Hollande et Angela Merkel. Ces derniers ont négocié avec Kiev et Moscou les accords de Minsk. Il a également affirmé vouloir s’entretenir avec le vice-président américain Joe Biden et le président du Conseil européen Donald Tusk.

Sécurité renforcée
La déclaration de M. Porochenko intervient peu après l’annonce, le même jour, par M. Poutine du renforcement de la sécurité dans la péninsule de Crimée. La région avait été annexée par Moscou en mars 2014.

Selon le Kremlin, le président russe a réuni son Conseil de sécurité et “des mesures supplémentaires ont été discutées pour assurer la sécurité des citoyens et les infrastructures vitales de Crimée”. Les membres du conseil ont “étudié en détail les scénarios concernant les mesures antiterroristes pour protéger la frontière terrestre, les eaux territoriales et l’espace aérien de Crimée”.

Saboteurs-terroristes
Ces échanges constituent la plus forte montée de fièvre entre Moscou et Kiev, à couteaux tirés depuis l’arrivée au pouvoir de pro-occidentaux en Ukraine, début 2014. Ils ont été provoqués par une annonce des services secrets russes, qui affirmaient mercredi avoir déjoué des “attentats” préparés par l’Ukraine.

Selon eux, des incursions, menées par des “saboteurs-terroristes”, ont coûté la vie à un agent du FSB et un militaire russe. M. Poutine avait alors accusé les autorités ukrainiennes d’être “passées à la terreur”.

Le président ukrainien a dénoncé des accusations “absurdes et cyniques”. Elles sont, d’après lui, utilisées comme “prétexte pour de nouvelles menaces militaires à l’égard de l’Ukraine”.

Les Etats-Unis, via leur ambassadeur en Ukraine Geoffrey Pyatt, ont indiqué n’avoir “rien vu corroborant les allégations russes”. Ils ont accusé Moscou d’utiliser “fréquemment de fausses accusations pour détourner l’attention de ses actes illégaux”.

Exercices militaires
Le regain de tension entre l’Ukraine et la Russie sera discuté ce jeudi au Conseil de sécurité des Nations unies. Kiev en a fait la demande.

L’état-major des forces armées ukrainiennes a par ailleurs indiqué que des exercices militaires étaient en cours depuis mercredi soir dans le sud de l’Ukraine. Il s’agit de manoeuvres qui avaient été programmées avant les accusations de Moscou, a précisé un porte-parole.

(ats / 11.08.2016 16h51)

Source : Romandie, 11.08.2016

=======================================

Ukraine-Russie: Washington extrêmement inquiet, appelle à éviter l’escalade

Source : Romandie, 11-08-2016

Washington – Les Etats-Unis se sont déclarés jeudi extrêmement inquiets du regain de tensions entre la Russie et l’Ukraine le long de la ligne de démarcation de la Crimée et ont appelé les deux camps à éviter toute escalade.

Il est maintenant temps de réduire les tensions (…) et de retourner aux discussions, a mis en garde la porte-parole du département d’Etat Elizabeth Trudeau, après que Kiev eut placé ses troupes en état d’alerte le long de la ligne de démarcation de la Crimée annexée par la Russie en 2014.

L’Ukraine et la Russie ont connu ces jours-ci un brusque regain de tension, Moscou ayant affirmé avoir déjoué des attentats fomentés selon elle par Kiev sur la péninsule de Crimée.

Plus de deux ans après le rattachement de ce territoire ukrainien à l’issue d’un référendum jugé illégal par les Occidentaux, les accusations russes ont poussé les deux pays à muscler leurs dispositifs militaires dans la zone, au risque de faire dérailler les efforts de résolution pacifique de la crise ukrainienne.

Nous appelons à éviter toutes les actions qui provoqueraient une escalade de la situation, a réclamé Mme Trudeau.

La Crimée fait partie de l’Ukraine et elle est reconnue comme telle par la communauté internationale, a réaffirmé la porte-parole de la diplomatie américaine, Washington ayant soutenu depuis plus de deux ans le pouvoir à Kiev contre Moscou.

Le département d’Etat a toutefois pris soin de renvoyer Russes et Ukrainiens dos à dos dans ce nouvel accès de tensions, en appelant toutes les parties à faire baisser la température.

(©AFP / 11 août 2016 21h54)

Source : Romandie, 11-08-2016

=======================================

L’Ukraine accuse la Russie de fomenter des troubles

L’Ukraine a accusé vendredi la Russie de fomenter des troubles sur son territoire. La communauté internationale s’inquiète de la tension entre les deux voisins, ravivée autour de la Crimée.

“L’ennemi prévoit des provocations de masse le long de la ligne de front dans l’Est de l’Ukraine, qui seront suivies d’accusations selon lesquelles la partie ukrainienne ne respecte pas les accords de Minsk”, a déclaré l’antenne spécialisée dans le renseignement du ministère de la Défense ukrainien, sur sa page Facebook.

L’Ukraine a placé ses troupes en état d’alerte rouge le long de la ligne de démarcation avec la Crimée et dans l’Est du pays, après que la Russie a affirmé avoir déjoué des “attentats” fomentés selon elle par Kiev dans la péninsule annexée en 2014 à l’issue d’un référendum jugé illégal par les Occidentaux.

Les services de renseignements russes accusent Kiev d’avoir organisé plusieurs incursions de “saboteurs-terroristes” qui se sont soldées par des affrontements armés et ont coûté la vie, selon Moscou, à un agent du FSB (ex-KGB) et à un militaire russe.

Face à ce regain de tension, les Etats-Unis se sont déclarés “extrêmement inquiets” et ont appelé les deux camps à éviter toute “escalade”.

Vers un affrontement militaire

Le ministre français des Affaires étrangères Jean-Marc Ayrault a également souligné jeudi “l’importance pour l’Ukraine et la Russie de résoudre, par le dialogue, les récentes tensions au sujet de la situation en Crimée”.

C’est “un nouveau pas vers la sortie de la logique du processus politique et un pas vers la logique d’un affrontement militaire”, avait déclaré pour sa part jeudi le représentant spécial du gouvernement allemand pour la Russie Gernort Erler. “Tout cela est très alarmant”, avait-il ajouté.

Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov avait lui appelé les Occidentaux à mettre en garde Kiev “contre des mesures dangereuses qui pourraient avoir les conséquences les plus négatives”, selon son ministère.

Autre version

L’Ukraine dément fermement les accusations russes. Au cours d’une séance à huis clos du Conseil de sécurité de l’ONU, elle a demandé à la Russie de fournir des preuves pour étayer ses accusations, également mises en doute par les Etats-Unis et l’OTAN.

Vendredi, le secrétaire du Conseil de sécurité nationale ukrainien, Olexandre Tourtchinov, a exposé une toute autre version des faits, affirmant que Moscou cherchait à “couvrir” des fusillades au sein des forces russes “qui traditionnellement abusent de l’alcool”.

(ats / 12.08.2016 13h50)

====================================

La Russie a déployé en Crimée des systèmes antimissiles S-400

Moscou – La Russie a annoncé vendredi avoir déployé le système de défense antiaérienne et antimissile dernier cri S-400 en Crimée, péninsule ukrainienne annexée par Moscou en 2014 où la tension est montée ces derniers jours.

Un régiment russe basé en Crimée a reçu le système de défense antiaérienne +Triumph+, selon un communiqué militaire, cité par les agences de presse russes, qui ne précise pas la localisation du déploiement du S-400.

En juillet, un haut responsable russe avait annoncé l’installation du S-400 de manière permanente dès août dans l’est de la péninsule.

Depuis mercredi, la Crimée est au coeur d’un brusque regain de tension entre l’Ukraine et la Russie.

L’Ukraine a placé jeudi ses troupes en état d’alerte rouge le long de la ligne de démarcation avec la Crimée et dans l’Est du pays, après que la Russie a affirmé avoir déjoué des attentats fomentés selon elle par Kiev.

Les services de renseignement russes accusent l’Ukraine d’avoir organisé plusieurs incursions de saboteurs-terroristes qui se sont soldées par des affrontements armés et ont coûté la vie, selon Moscou, à un agent du FSB (ex-KGB) et à un militaire russe.

Le président Vladimir Poutine avait réuni jeudi le Conseil de sécurité russe pour discuter de mesures supplémentaires visant à assurer la sécurité des citoyens et les infrastructures vitales de la Crimée, selon le Kremlin.

La Crimée, dont l’annexion par la Russie est dénoncée comme illégale par Kiev et les Occidentaux, abrite plusieurs bases militaires et navales russes.

Moscou a déjà renforcé à plusieurs reprises sa présence militaire dans la péninsule, notamment en y déployant des avions de chasse.

D’une portée théorique de 400 kilomètres, le S-400 est un système de défense antiaérienne et antimissile ultramoderne.

Outre ceux installés sur son territoire, la Russie a notamment déployé des S-400 sur sa base aérienne de Hmeimim en Syrie. D’autres devraient également être déployés sur les principales bases navales de la marine russe dans l’Extrême-Orient à Vladivostok et à Vilioutchinsk, dans la région du Kamtchatka.

(AFP / 12 août 2016 16h30)

Lire aussi : Courrier International

ukraine-08

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie nullement que nous "soutenons" Vladimir Poutine. Par principe, nous ne "soutenons" aucun gouvernement nulle part sur la planète. Nous sommes au contraire vigilants, tout gouvernement devant, pour nous, justifier en permanence qu'il ne franchit aucune ligne jaune. Mais nous sommes évidemment également attachés à lutter contre le deux poids 2 mesures, et à présenter tous les faits.

47 réponses à Relations de plus en plus tendues entre la Russie et l’Ukraine

Commentaires recommandés

Didier Le 16 août 2016 à 05h36

[Les États-Unis] ont accusé Moscou d’utiliser “fréquemment de fausses accusations pour détourner l’attention de ses actes illégaux”.

Venant des É-U… comme c’est mignon.

  1. Didier Le 16 août 2016 à 05h36
    Afficher/Masquer

    [Les États-Unis] ont accusé Moscou d’utiliser “fréquemment de fausses accusations pour détourner l’attention de ses actes illégaux”.

    Venant des É-U… comme c’est mignon.


  2. Astatruc Le 16 août 2016 à 06h21
    Afficher/Masquer

    ” Pourtant selon les témoignages des détenus, le groupe de saboteurs détecté dans les alentours de la ville d’Armiansk, en Crimée, comprenait le commandant du renseignement du 37e bataillon de la 56e brigade du Bureau général de renseignement du ministère ukrainien de la Défense Alexeï Sandoul, l’officier Oleg Dmitrienko et le patrouilleur Alexander Kirillov. Evgueni Panov, qui avait déjà plaidé coupable, était le coordinateur du groupe et devait assurer sa retraite.”

    https://fr.sputniknews.com/international/201608131027276734-ukraine-attaque-crimee-saboteurs-refus/


  3. Astatruc Le 16 août 2016 à 06h26
    Afficher/Masquer

    et ça continue dans le n’importe nawak, et oui, la Russie fait monter les tensions , c’est sûr, c’est elle qui a demandé à Kiev de tuer deux de ses soldats??d’agresser la Crimée?
    Prenons un exemple, si Paris est agressée par la Belgique, alors, c’est Paris qui fait monter les tensions, loi, ça me fait penser à ces pauvres femmes violées contre lesquelles l’agresseur à le droit de porter plainte, on nage en plein délirium…
    Perso, cette stratégie enfantine du ” c’est pas moi c’est toi ” me fatigue au plus haut point ainsi que les mensonges us dont tout le monde sait aujourd’hui qu’ils remplacent en permanence la réalité.


    • willie Le 16 août 2016 à 21h28
      Afficher/Masquer

      Avec tous les médias à leurs bottes ,ils ne pensent même plus à cacher leurs manipulations.Ils ont raison,et ils fabriquent de la réalité.Sauf que de moins en moins de citoyens tombent dans le piège.


  4. Ovuef2r Le 16 août 2016 à 06h55
    Afficher/Masquer

    On pourrait aussi ajouter au panorama que la Russie a rappelé son ambassadeur en Ukraine, bizarrement toujours en poste depuis le Maïdan, et que cette dernière a refusé d’accréditer celui proposé.
    Enfin la Russie a également déclaré qu’elle n’irait pas à une rencontre du format “Normandie” initialement prévue à l’issue du prochain G20. N’oublions pas que les accords de Minsk n’ont jamais été implémentés du côté ukrainien qui réclame le contrôle de sa frontière en préliminaire alors que c’est la dernière étape du protocole..
    PS il semble qu’on cite désormais les occidentaux plutôt que “la communauté internationale”…


    • Roman Garev Le 16 août 2016 à 07h55
      Afficher/Masquer

      1) Mikhaïl Zourabov a été nommé ambassadeur en Ukraine en 2009, mais n’a déposé ses lettres de créance qu’à Ianoukovitch qui est devenu président de l’Ukraine en 2010. Donc pas “depuis le Maïdan”. D’ailleurs il a été connu pour servir un compagnon de table à Porochenko (longtemps avant la présidence de celui-ci). De sorte que ce lien personnel ne sert plus à rien, aurait-t-on décidé au Kremlin.

      2) Les paroles exactes de Poutine ont été : “Dans ces conditions se rencontrer en format normand, d’autant plus en Chine, est privé de sens.” Pas “n’irait pas à une rencontre”, car cette présumée rencontre évidemment ne peut pas se passer sans la Russie. (C’est un peu comme l’Ukraine qui mène une guerre contre la Russie, tandis que cette dernière jusque-là ne s’est toujours pas présentée à cette guerre.) Donc Porochenko n’a plus rien à faire au prochain G20.


      • Ovuef2r Le 17 août 2016 à 06h33
        Afficher/Masquer

        desole je ne comprends pas ce que vous me reprochez : il était en place avant le Maïdan mais, oui, il n’a pas travaillé pour son pays ni avant (le voir venir et prévenir) ni pendant, ni après. Probable admirateur des ‘valeurs” occidentales, son maintien était, pour certains, une bizarrerie. Au plus l’Ukraine devenait agressive au moins il avait sa place car sa présence cautionnait cette agressivité.
        Et je n’ai pas dit que Poutine n’irait pas à Pékin, il y va, mais pas à la réunion prévue au format Normandie puisqu’il a dit qu’elle n’avait plus de sens.


  5. Roman Garev Le 16 août 2016 à 07h29
    Afficher/Masquer

    Porochenko, tout comme Erdogan en 2015 (après le Su-24 abbatu), a essayé de donner un coup de téléphone à Potine, mais également sans succès.
    Cette provocation organisée par on sait qui avait justement le but de pousser la Russie à une guerre. Mais cela n’a pas marché, une fois de plus.
    Le tournant décisif est dans les mots de Poutine. Pour la première fois il a nommé des chats des chats :
    1) “ceux qui ont usurpé le pouvoir à Kiev” (jusque-là ils étaient “nos partenaires de Kiev”) ;
    2) “le dirigeant de la République populaire de Lougansk” sans le mot habituel “autoproclamée” (en parlant dans ce même discours de l’attentat contre Plotnitsky qui venait d’avoir lieu juste avant).

    Poutine a d’autres leviers qu’une intervention stupide. Erdogan s’en est déjà rendu compte. Pourtant l’économie de l’Ukraine dépend de la Russie d’une façon de loin plus dramatique que celle de la Turquie.
    En autres mots, on laisse désormais ce cadavre d’Ukraine pourrir et se décomposer d’elle-même.


  6. BELLEMAIN Serge Le 16 août 2016 à 07h33
    Afficher/Masquer

    Délicieux, isn’t it? : “Les Etats-Unis, via leur ambassadeur en Ukraine Geoffrey Pyatt, ont indiqué n’avoir “rien vu corroborant les allégations russes”. Ils ont accusé Moscou d’utiliser “fréquemment de fausses accusations pour détourner l’attention de ses actes illégaux”.” J’ai lu…relu…rerelu et à chaque fois j’étais toujours plus saisi par un rire irrépressible! Monsieur Pyatt, modèle de vertu diplomatique n’a donc rien vu….mais peut-être a-t-il senti, ou même entendu, voire goûté…s’il possède toutes ses facultés? Peut-être même que les services spéciaux de son ambassade de Kiev ont participé à l’élaboration du scénario des attaques terroristes dénoncées par la méchante Russie,… et qu’il a oublié ses lunettes quand le scénario est entré en application? Il n’a donc pas menti, il n’a rien vu. Quant aux “fausses accusations…actes illégaux”, les étatsuniens, peuple et régime politique confondu, modèles de Vertu divine n’ont jamais, et n’utiliseront jamais, de telles méthodes qu’on qualifie d’ailleurs de “poutiniennes” depuis au moins 1945, tant les étatsuniens on un sens aïgu de l’Histoire! Monsieur Pyatt, merci de m’avoir offert de si bon matin un tel moment de pur bonheur. Olivier, il pourrait être judicieux un jour de faire une analyse du langage diplomatique…il doit être proche, et modèle?, de la novlangue de 1984, non?


    • fanfan Le 16 août 2016 à 10h24
      Afficher/Masquer

      Karine Bechet-Golovko …. “Les réactions sont intéressantes. Poroshenko parle de coup monté par la Russie, l’on pouvait s’y attendre. Mais la réaction la plus violente vient de l’ambassadeur américain à Kiev qui affirme qu’il n’y a aucune preuve de l’intervention de Kiev en Crimée, que les Etats Unis soutiennent Kiev, que la Crimée est un territoire occupé et que jamais ils ne lèveront les sanctions contre la Russie. Un déferlement de hargne et de rage. Celle des vaincus en l’occurence.
      http://russiepolitics.blogspot.fr/2016/08/pourquoi-lukraine-tente-dattaquer-la.html


  7. Pepin Lecourt Le 16 août 2016 à 08h17
    Afficher/Masquer

    Le voleur qui crie ” au voleur ” est un classique largement pratiqué par les petites frappes !


  8. openmind Le 16 août 2016 à 08h28
    Afficher/Masquer

    Je me demandais au bout de combien de temps le blog relaierait cette provocation de plus de la part des soudards de Kiev. Une semaine c’est juste le temps pour Vladimir de faire retomber le soufflet et avec un Etat profond américain de plus en plus résigné qui aboie un peu au début en disant qu’il refuserait toute discussion sur ce sujet tant que la Russie ne redonnerait pas la Crimée…et puis ensuite demande à M.Chocolat d’éviter toute escalade, après le fiasco en Géorgie, la méfiance est de mise. Bref des pieds nickelés qui se font surprendre par un FSB très bien renseigné sur des agissements terroristes de la part d’un état qui fait une guerre dans le Donbass contre…”des terroristes” ou dit autrement, une preuve de plus sur l’occident et ses monstres schizophrènes. Quand va-t-on sortir de cette folie et de l’escalade engendrée avec la Russie? Parfois une grande baffe dans la gueule ça remet d’aplomb….mais ça fait mal aussi…


  9. Eric83 Le 16 août 2016 à 08h33
    Afficher/Masquer

    Devinez de quel journal est tiré ce titre d’article qu’il faut relire pour être sûr qu’on l’a bien lu.
    “Ukraine: la Russie relance la crise, en utilisant la Crimée” – 15 août 2016 | Par Sébastien Gobert.
    And the winner is…..l’article en UNE de MDP !

    Sinon, vous avez des articles qui tentent de réellement nous éclairer sur la situation :

    http://www.chroniquesdugrandjeu.com/2016/08/l-ukraine-repartie-pour-un-tour.html

    http://www.dedefensa.org/article/october-surprise-en-ukraine


    • Caliban Le 16 août 2016 à 09h56
      Afficher/Masquer

      Mediapart est un journal très bon dès qu’il s’agit de lever des lièvres financiers. Mais par contre, concernant les explications géopolitiques, c’est sur la ligne du Monde. Ce qui est assez logique car les “journalistes” en charge de ce dossier viennent du journal de révérence (Plenel, Bonnet, …). C’est la voix de l’Amérique, rien d’autre.

      Ah si… c’est un media “participatif”. Dit autrement, les articles écrits par les abonnés sont sélectionnés et mis en avant pour la conformité de leur point de vue avec la ligne du journal. Ce qui permet aux “journalistes” concernés de se défausser sur les contributeurs pour véhiculer des opinions encore plus subjectives.

      Donc Mediapart, ne vaut pas beaucoup mieux que le Monde : il s’agit d’un organe de propagande atlantiste sans aucune déontologie mais avec beaucoup d’hypocrisie. Comme quoi la pression publicitaire des annonceurs n’explique pas tout.


    • fanfan Le 16 août 2016 à 12h23
      Afficher/Masquer

      A propos des Chroniques du grand jeu, le billet du jour est savoureux :
      http://www.chroniquesdugrandjeu.com/2016/08/histoires-aeriennes.html
      Les alliances se renforces en prévision de l’hypothétique élection de Clinton


    • XYZT Le 16 août 2016 à 19h17
      Afficher/Masquer

      pour se faire une idée de qui est Sébastien Gobert, allez à

      http://www.doyoubuzz.com/sebastien-gobert

      C’est tout un programme


  10. Arcousan09 Le 16 août 2016 à 09h37
    Afficher/Masquer

    Mon commentaire sur médiapart sur le sujet:
    “Ukraine: la Russie relance la crise”

    De quelles preuves objectives disposez vous pour être aussi affirmatif ?????

    Je prends pour suspecte de manipulation ce type “d’information” dans le contexte de russophobie ambiante dictée et orchestrée par NSA,CIA,FBI et autres agences occultes et relayées par des médias aux ordres ….

    J’ose espérer que médiapart ne fait pas partie de cette presse dont l’unique but n’est pas une information objective mais le formatage de cervelles

    En outre ce titre:
    Ukraine-Russie: Washington extrêmement inquiet, appelle à éviter l’escalade
    Alors que les USA et ses faucons font tout et organisent tout pour que la planète explose Russie comprise


  11. Volodia Le 16 août 2016 à 09h53
    Afficher/Masquer

    J’étais en vacances en Crimée mi-juillet. Tout y était parfaitement calme et détendu.
    Enormément de touristes russes et des milliers d’Ukrainiens, qui commençaient à revenir en masse dans leurs stations balnéaires habituelles, en bravant les accusations de “trahison”, voire les menaces (on m’a dit que les noms des Ukrainiens qui se rendent en Crimée sont notés à la frontière et inscrit par la Police sur une “liste ad hoc”…).
    Bref, comment un pouvoir nationaliste en ruine économique totale peut-il laisser ses gens se rendre tranquillement en Crimée pour y constater de visu que -contrairement à sa propagande obsessionnelle – tout y va très bien, merci?
    S’il n’y a pas de troubles et encore moins de bombes ni de panique, autant en créer… Cela confirmera à posteriori que “sous le joug de Poutine” c’est vraiment l’enfer.

    D’ailleurs, pourquoi se gêneraient-ils, en sachant que quoi qu’ils fassent, pour les Occidentaux bailleurs de fonds c’est TOUJOURS la faute de la Russie? Ils ont bien détruit la moitié du Donbass en toute impunité!


  12. Pegaz Le 16 août 2016 à 09h54
    Afficher/Masquer

    Quel que soient les réalités de cette intrusion, outre les accusations russes, leur réaction est sécuritaire. Le déni ukrainien et la volonté de faire passer cette réaction russe pour une possible agression et le suivisme aveugle des médias est de l’enfumage pur. Ne me dites pas qu’il n’était pas possible d’investiguer sur l’intrusion ( 2 morts, des hommes arrêtés, du matériel saisi), cette passivité des médias est un soutien et un passe droit pour Kiev.
    Prémédité ou pas, Kiev s’est servi du prétexte d’agression pour mettre en état d’alerte ses troupes ce qui a pour effet de couvrir, de dissimuler tous les mouvements de troupes et de matériel entrepris depuis juin (rapport de l’OSCE)
    Par ses soutiens inconditionnels US, OTAN, Kiev peut continuer sa politique guerrière d’agression et de provocation. En contrepartie à l’entretien de la stigmatisation russe quelques point bonus pour de l’aide US.


  13. openmind Le 16 août 2016 à 10h07
    Afficher/Masquer

    Pour les plus motivés d’entre vous, voici la version finale de la TV russe (propagande d’état pour les plus sceptiques) sur cette “Ukrainskaya diversia”:provocation ukrainienne.
    Des images du matériel qui aurait été intercepté, les gens interpellés, leur témoignage “libre” et le plan d’action ainsi que toutes les cibles envisagées: aéroport de Simféropol notamment.
    Le sujet commence à la 7eme minute.
    https://russia.tv/video/show/brand_id/58500/episode_id/1323835/video_id/1506644/viewtype/picture/


  14. RGT Le 16 août 2016 à 10h19
    Afficher/Masquer

    Cette “agression russe” 😉 est une aubaine pour Washington qui n’a toujours pas digéré “l’annexion de la Crimée par les vilains russes“.

    Comme de plus leurs “petits protégés si modérés” se prennent un branlée mémorable en Syrie (au prix de combien de victimes innocentes… Ils s’en foutent) ils ont vraiment la rage contre la Russie.
    L’actuelle “danse du ventre” d’Erdogan pour séduire Poutine vient encore ajouter à leur courroux.

    Ils vont enfin atteindre leur objectif : l’explosion en plein vol (comme le MH17) des accords de Minsk que les USA ne voulaient pas.

    Un bon prétexte pour faire monter la tension et surtout fourguer une quantité impressionnante de matériel militaire (souvent obsolète d’ailleurs, on liquide les stocks) qui permettra de renflouer l’industrie de l’armement US.

    Quand les russes se décideront-ils enfin à faire des alliances avec le Mexique et le Canada pour installer des bases à quelques encablures de la frontière US ?

    Tant qu’ils ne le feront pas le monde ne vivra pas en paix.


  15. DocteurGrodois Le 16 août 2016 à 10h39
    Afficher/Masquer

    Les Russes sont responsables de tout dans les media US depuis quelques semaines.

    Le camp Clinton accusait Trump d’être un agent du Kremlin parce qu’il veut une politique de détente avec la Russie. Et récemment des livres de compte secrets découverts en Ukraine indiqueraient que Yanoukovich aurait versé des millions en cash à l’actuel directeur de campagne de Trump. Il est intéressant de noter que pas mal de républicains neo-con en rajoutent sur tweeter.

    On accuse aussi les Russes d’être à l’origine du hack des emails du parti démocrate, et tout récemment des Soros leaks…

    C’est certain, la paix mondiale n’aura pas lieu.


  16. Jean Marc Le 16 août 2016 à 11h27
    Afficher/Masquer

    Je ne résiste pas au plaisir de vous faire lire cet article du Point qui résume à lui seul tous les autres titres de la presse système, à se demander si ce n’est pas une commande de la CIA que le journaliste aura placé sous son nom ….

    http://www.lepoint.fr/editos-du-point/michel-colomes/l-ete-d-enfer-de-vladimir-poutine-15-08-2016-2061348_55.php

    En fait il suffit de lire l’exact contraire de ce que dit l’article pour se faire une assez bonne idée de la situation, une sorte de Pravda des temps modernes.


    • Ailleret Le 16 août 2016 à 12h11
      Afficher/Masquer

      Merci, Jean Marc, la lecture de l’article du sieur Colomès m’a bien amusé.

      Dans ce magnifique collier, je me contenterai de relever deux perles :

      « En 2014 les Jeux de Sotchi avaient constitué un paravent pour détourner l’attention de son annexion de la Crimée. »
      Paravent pour dissimuler l’action de qui ? Ces jeux ont pris fin le dimanche 23 février 2014. La veille au matin, à Kiev, les protégés de Mme Nuland venaient d’accomplir leur coup d’État en faisant fuir le président élu de l’Ukraine, Viktor Ianoukovitch. Ce n’est qu’après la clôture des Jeux de Sotchi que les Russes ont réagi.

      « la chute du rideau de fer » (fin du premier §).
      Expression inexacte et paresseuse. Un rideau de fer ne tombe pas, pas plus qu’un mur (sauf si la région est sismique, auquel cas le mur s’écroule). Les commerçants descendent leur rideau de fer le soir et ils le relèvent le matin. En 1989, c’est la Hongrie qui a levé le rideau de fer, à la frontière autrichienne.


      • RGT Le 16 août 2016 à 13h01
        Afficher/Masquer

        En 1989, c’est la Hongrie qui a levé le rideau de fer, à la frontière autrichienne.

        Les hongrois sont totalement “ingérables” et se contentent de faire ce qui est dans leur intérêt.

        Ayant été bernés par la “grande fraternité de l’UE” ils se sont rendus compte qu’ils avaient quitté le giron de l’URSS pour passer dans celui de l’UERSS, et c’est la seule raison de l’élection de Viktor Orban.

        Aujourd’hui ce ne sont pas les apparatchiks de Moscou qui s’arrachent les cheveux de la tête, ce sont bien ceux de Bruxelles.

        Le “rideau de fer” de l’UE et de l’OTAN tombera, et je prédis que ce sera les hongrois qui de nouveau le feront tomber.

        A moins que ce ne soient les Tchèques qui eux aussi nourrissent une profonde rancœur contre la “liberté” de se faire exploiter, en particulier par l’Allemagne. D’ailleurs la manif du 29 mars 2015 contre la présence d’un convoi militaire US montre que ça commence à bouger.
        https://francais.rt.com/lemonde/1397-arretez-larmee-us–manifestants

        La fin de l’UE ne viendra ni du brexit ni de la “vieille europe occidentale”, elle viendra des anciens satellites de l’URSS qui se souviennent bien de ce qu’ils ont vécu et qui en ont marre d’être pris pour des “übermenschen”.


        • jean Le 16 août 2016 à 20h48
          Afficher/Masquer

          Peut-être voulez-vous dire “Untermensch” (en français sous-homme) est un terme introduit par l’idéologie nazie par opposition au concept introduit par Friedrich Nietzsche d’Übermensch …

          “übermenschen” c’est plutôt un ‘superman’

          cordialement


  17. Piotr Le 16 août 2016 à 14h15
    Afficher/Masquer

    Cette tension est peut-être liée à l’importante manifestation pour la paix qui a eu lieu fin juillet à Kiev à l’invitation du Patriarche de Kiev. Poutine peut-être veut pousser son avantage en “médiatisant” une opération de sabotages de Kiev (de telles opérations ont eu lieu ou ont été déjouées déjà avant). En plein été : l’objectif reste le même -paralyser l’économie de la Crimée et freiner les touristes… Plus inquiétant est le fait que, pour l’instant, Kiev n’a plus aucune perspective économique, même en s’intégrant dans l’OTAN. Du reste dans l’état du pays, si ceci était réalisé, en tant que stratége -ne pourrait-on pas penser que ce serait l’annonce d’une confrontation directe avec la Russie ? En parallèle, cela reste minoritaire, mais certaines personnes des Etats voisins se souviennent du passé et, face à l’état de l’Ukraine, se demandent si une dislocation de cette “région” ne serait pas une solution préférable. ?


  18. Cyrène Le 16 août 2016 à 15h38
    Afficher/Masquer

    Les états-nazis, pardon les états-unis, font montre d’un culot proprement stupéfiant. Alimenter la machine à propagande russophobe en alléguant fallacieusement des pratiques qui sont celles des néo-fascistes de Washington, ce qui est dans ici largement avéré et documenté, depuis maintenant plus de 70 ans sans discontinuer, voilà qui mériterait un Goebbels d’Or à la grande cérémonie des escroqueries politiciennes. Autant de duplicité, d’hypocrisie, de mensonges, de manipulation, de cynisme, eh bien on a beau être habitué ça donne toujours un haut-le-coeur quand on y est à nouveau confronté.


  19. Louis Robert Le 16 août 2016 à 15h40
    Afficher/Masquer

    1. Ce texte de Romandie (et des autres) c’est le monde à l’envers, parfaitement orwellien. En fait, le provocateur (PP), commet des actes de guerre contre son voisin pour ensuite se réfugier précipitamment dans les jupes de l’Empire (qui n’a rien vu…) et de ses vassaux en pleurnichant, disant craindre une invasion imminente par celui-ci. Voilà qui signale, si nécessaire, l’envergure du bonhomme, de Romandie et de tous ses pareils.

    2. De son côté, l’Empire joue hypocritement au jeu de l’âme inquiète, ainsi que de l’émissaire de la neutralité et de la paix, à faire éclater les dieux de leur rire (homérique) “inextinguible”.

    3. Pendant ce temps, la Russie affirme s’en tenir à Minsk, demande aux parties à l’entente de respecter chacun sa signature et renforce d’un cran la défense de la patrie contre toute attaque, non seulement en provenance de l’Ouest mais sur plusieurs fronts, au sud comme à l’extrême est. Le sérieux de la réponse russe atteste que la menace de guerre s’amplifie et que la Russie n’a aucune intention de reculer, ni devant le chantage, ni devant la force. Devant le monde entier, le président Poutine demande à ses “partenaires” de choisir clairement entre la paix et la guerre.


  20. Pierre Bacara Le 16 août 2016 à 17h03
    Afficher/Masquer

    UKRAINE : SITUATION MILITAIRE

    2/2 : l’armée de la DNR

    Quant à l’armée de la DNR, si elle a les moyens de lancer victorieusement une offensive militaire d’envergure réduite, elle n’a ni les moyens ni les compétences logistiques de lancer une offensive plus ambitieuse. Enfin, quelque offensive militaire que ce soit serait contraire aux intérêts politiques de la DNR ou de la LNR.

    Seuls deux cas de figures sont donc possibles :

    1) le moins probable : l’échec d’une offensive de Kiev.
    2) le plus probable : le status que ante.


  21. Pierre Bacara Le 16 août 2016 à 17h11
    Afficher/Masquer

    UKRAINE : SITUATION POLITIQUE

    1/2 : Kiev

    Militairement, Kiev a perdu la guerre. Son seul espace de navigation est le champ politique. Or, le “pouvoir” politique de Kiev est la résultante de deux composantes :

    – des oligarques qui sont peu ou prou au pouvoir depuis des décennies, qui s’entredéchirent pour des intérêts financiers et économiques, et qui ne possèdent pas la moindre compétence en matière politique.

    – des nationalistes instrumentalisés par les ci-devant oligarques mais qui ont échappé à leur contrôle. Ces gens-là n’ont plus n’ont aucune compétence politique.

    Tout ce qui détient quelque pouvoir que ce soit à Kiev et dans ses provinces navigue donc à vue, dans un contexte


  22. Pierre Bacara Le 16 août 2016 à 17h17
    Afficher/Masquer

    UKRAINE : SITUATION POLITIQUE

    1/2 : Kiev

    Militairement, Kiev a perdu la guerre. Son seul espace d’action est donc le champ politique. Or, le “pouvoir” politique de Kiev est la résultante de deux composantes :

    – des oligarques qui sont peu ou prou au pouvoir depuis des décennies, qui s’entredéchirent pour des intérêts financiers et économiques, et qui ne possèdent pas la moindre compétence en matière politique.

    – des nationalistes instrumentalisés depuis 2013 par les ci-devant oligarques mais qui ont échappé à leur contrôle. Ces gens-là n’ont plus n’ont aucune compétence politique.

    Tout ce qui détient quelque pouvoir politique que ce soit à Kiev ou, sur le terrain, dans ses provinces, navigue donc à vue, dans un contexte où ils sont progressivement tous lâchés par l’Occident qui commence à se demander, bien tardivement, ce qu’il est possible de tirer géopolitiquement de ces gens-là. Toute initiative de la part d’un tel “pouvoir” relève donc de l’improvisation et restera sans lendemain – du moins si l’on fait abstraction des morts, des blessés des orphelins, comme toujours…


  23. Pierre Bacara Le 16 août 2016 à 17h27
    Afficher/Masquer

    UKRAINE : SITUATION POLITIQUE

    2/2 : Donetsk

    Au yeux des Républiques du Donbass, la nature de la guerre est politique. Culturellement, les gens du Donbass sont de rudes travailleurs de tradition industrielle et socialiste. Habitués, comme tous les Ukrainiens, aux turpitudes des oligarques – y compris les leurs, ils sont longtemps restés fatalistes face aux gesticulations kiéviennes.

    Ce n’est que lorsqu’ils ont fait l’object d’une agression militaire de la part d’un ennemi inattendu, empreint, entre autres, de valeurs nationalistes rurales héritées des manoeuvres géopolitiques de l’empire austro-hongrois au XIXe siècle, que leur sang n’a fait qu’un tour.

    A leurs yeux, deux options seulement s’offraient : la négociation ou la guerre. Ils ont très rapidement compris que la première était exclue. Ils ont donc fait la guerre et, après les premières défaites, l’ont gagnée.

    Leur intérêt politique consiste maintenant à profiter de leur indépendance et à normaliser patiemment leurs relations politiques internationales.


    • Ailleret Le 16 août 2016 à 17h46
      Afficher/Masquer

      Si les antifas étaient sincères dans leur antifascisme, ils auraient soutenu la résistance du Donbass contre l’agression des fascistes de Kiev…
      On dirait que les antifas sont les gardes rouges du mondialisme américain.


  24. Jean-Paul B. Le 16 août 2016 à 18h35
    Afficher/Masquer

    Coucou! revoilà la Fondation Soros, la fameuse Open Society Foundations (OSF), qui veut nous aider à mieux comprendre la tension russo-ukrainienne: pour cela elle sort son gros chéquier et “arrose” certains de nos médias pour mieux nous expliquer le pourquoi du comment.
    Edwy Plenel , si tu nous écoutes…
    https://fr.sputniknews.com/international/201608161027316130-soros-fonds-europe/


  25. Sébastien Le 16 août 2016 à 19h17
    Afficher/Masquer

    Il y a une erreur dans la dépêche de l’AFP (qui est déjà une erreur en soi): “Washington extrêmement inquiet, appelle à éviter l’escalade”.
    La traduction exacte est: “Washington extrêmement heureux, espère une escalade.”.


  26. Krokodilo Le 16 août 2016 à 21h04
    Afficher/Masquer

    Il était étonnant que L’Obs ne se fende pas de son article “Russie-bashing”, retard sur leurs collègues qui vient d’être rattrapé de belle manière :
    http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20160816.OBS6348/pourquoi-poutine-fait-monter-la-tension-avec-l-ukraine.html


  27. fanfan Le 16 août 2016 à 21h51
    Afficher/Masquer

    Une intéressante analyse de la situation reprise par Russia Insider :
    “Russian Military Options In Syria and The Ukraine”
    Invaluable insight from one of the best analysts out there
    http://russia-insider.com/en/politics/russian-military-options-syria-and-ukraine/ri16040


  28. fanfan Le 16 août 2016 à 22h15
    Afficher/Masquer

    Vidéo : “EMPIRE SOROS” – Conférence de Maurice Gendre et Thibault Philippe – Partie 1
    https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=a03w5Asy_-0


  29. Naz Le 17 août 2016 à 12h01
    Afficher/Masquer

    À lire ces nouvelles il y a quelques temps, j’avais pensé que Kiev se sentant abandonné par l’occident, trouvait une bonne idée pour se remettre sur la scène et, qui sait, obtenir une aide quelconque de la part des US.
    Quand on est faible on agit en lâche, la ruse, pourtant grosse ficelle, en est l’outil.
    Pourtant, à y regarder de plus près il semble bien que l’Ukraine soit vraiment mal placée géographiquement pour subir sans dommage le moindre échauffement avec la Russie. Aussi le bon sens voudrait que Kiev applique enfin Minsk II , se mette à faire de la politique pour sauver son pays!
    Le fait qu’il n’y ait aucune volonté dans ce sens laisse songeur.


  30. Anthony Le 18 août 2016 à 19h17
    Afficher/Masquer

    Bonjour,

    @ Cyrene ” ..voilà qui mériterait un Goebbels d’Or…”

    Cette expression est parfaite à quand un prix officiel ?


Charte de modérations des commentaires