Source : La Croix, Adrien de Volontat, 24/06/2016

Dans un nouveau documentaire, le réalisateur américain aux multiples oscars pointe du doigt l’implication des Américains dans la guerre d’Ukraine. Oliver Stone a dévoilé une bande-annonce lundi 20 juin, avec au casting Vladimir Poutine.

capture-ecran-bande-annonce-documentaire-Ukraine-fire_0_730_344

Oliver Stone provoque l’Amérique depuis 40 ans, et son documentaire « Ukraine on fire » va encore faire mouche. Les sujets changent, l’engagement reste le même. Il y avait eu Platoon contre la guerre du Viet Nam, le très controversé JFK sur l’assassinat du président Kennedy. Nixon, Georges W. Bush, et cette année Snowden ont eux aussi eu droit à leur biopic.

Dans ce nouveau documentaire, le réalisateur met en avant l’implication des États-Unis et de la CIA dans la révolution de Kiev, puis dans le conflit entre les forces ukrainiennes et russes dans l’Est du pays. Alors que la version la plus répandue est celle d’un soulèvement populaire, Oliver Stone prend le contre-pied, écarte tout mainstreming, plonge dans la polémique. Il donne la parole à Vladimir Poutine ainsi qu’à l’ancien président ukrainien Viktor Ianoukovitch, déchu après les affrontements de Maïdan et désormais réfugié en Russie.

Comme toujours Oliver Stone ne fait pas dans la demi-mesure, et n’hésite pas à se mettre lui-même en scène, en entretien avec les deux dirigeants. On remarquera la présence du célèbre journaliste d’investigation Robert Perry, qui avait révélé l’Irangate pour l’Associated Press lors du second mandat de Ronald Reagan.

Oliver Stone n’en finit plus de déranger ; déjà critiqué pour sa proximité avec les FARCS, s’afficher ainsi avec le leader russe ne risque pas de le réconcilier avec l’establishement.

Aucune date de sortie n’est encore officiellement prévue pour « Ukraine on fire ». Le film « Snowden », aussi réalisé par Oliver Stone, sortira lui en salle le 2 novembre prochain.

Adrien de Volontat
Source : La Croix, Adrien de Volontat, 24/06/2016

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

28 réponses à Le nouveau film d’Oliver Stone s’attaque à la guerre en Ukraine

Commentaires recommandés

Ailleret Le 17 août 2016 à 01h20

Quand on sait combien l’establishment hait Oliver Stone pour son film JFK, on peut être sûr qu’il va descendre en flammes son documentaire sur l’Ukraine.
http://prorev.com/stone.htm

Je vois d’ici les gros titres : « Stone, Putin’s Conspiracy Theorist ».

Quand on ment depuis 1963, on peut bien mentir aujourd’hui, non ? Finalement, tout se met en place pour une grande confrontation – peut-être militaire, mais d’abord une confrontation entre le mensonge et la vérité. Si seulement ce documentaire pouvait sortir avant la présidentielle américaine…

  1. Ailleret Le 17 août 2016 à 01h20
    Afficher/Masquer

    Quand on sait combien l’establishment hait Oliver Stone pour son film JFK, on peut être sûr qu’il va descendre en flammes son documentaire sur l’Ukraine.
    http://prorev.com/stone.htm

    Je vois d’ici les gros titres : « Stone, Putin’s Conspiracy Theorist ».

    Quand on ment depuis 1963, on peut bien mentir aujourd’hui, non ? Finalement, tout se met en place pour une grande confrontation – peut-être militaire, mais d’abord une confrontation entre le mensonge et la vérité. Si seulement ce documentaire pouvait sortir avant la présidentielle américaine…


    • RGT Le 17 août 2016 à 10h48
      Afficher/Masquer

      Quand on ment depuis 1963“.

      Vous vous trompez de deux siècles : En fait les “élites” US mentent depuis 1763…
      Pas une seule fois elles ont dit la vérité au peuple depuis “l’indépendance”.

      Ce pays est passé de la dépendance à la couronne d’Angleterre à la dépendance à ses ploutocrates sans passer par la phase “défense du peuple”.

      En France, on a au moins eu Maximilien Robespierre et la Commune de Paris pour “sauver l’honneur”.

      Bon aujourd’hui nous sommes au même point que les USA, mais au moins on aura essayé.


      • Papagateau Le 17 août 2016 à 22h03
        Afficher/Masquer

        site commercial malgré l’habillage conspirationniste.


    • madake Le 18 août 2016 à 11h01
      Afficher/Masquer

      Je dirai même que ça commence fort, dès le sous-titrage de la bande annonce, qui transforme les 5 milliards de $ dépensés pour le changement de régime, dans la phrase de V Nuland en 5 millions de dollars.
      Excusez du peu!! juste 1000 fois moins.


      • Dominique Le 18 août 2016 à 18h34
        Afficher/Masquer

        Ce n’est qu’un sous-titrage vite fait, mal fait pour Youtube, comme ils le sont tous Derrière, on entend bien Nuland prononcer « Five bilion dollars », ce qui signifie en effet cinq milliards de dollars, les américains utilisant “l’échelle courte” de notation des nombres.
        Tu te focalises donc sur un non événement.


  2. Silk Le 17 août 2016 à 03h06
    Afficher/Masquer

    Ça va dépoter côté médiatique : j’ai déjà vu RT reprendre l’information, pas de doute que quand les médias vont se lâcher on va voir les crocs des éditocrates (encore pire que pour Moreira) et ils vont flinguer à tout va …
    Mediapart ayant déjà commencé à titrer “Assange, trop près de la Russie de Poutine ?”. Heureusement qu’ils ont mis un point d’interrogation au titre car le contenu est affirmatif.
    Tout comme leur “Ukraine, La Russie relance la crise en utilisant la Crimée”.
    Stone sera considéré comme un traitre à la nation …


    • Silk Le 17 août 2016 à 03h17
      Afficher/Masquer

      Pour information, dans les documents du Sorosleaks, il y a une page parlant de Mediapart.
      Information accessible ici :
      http://soros.dcleaks.com/view/?q=mediapart&div=europe
      (J’ai mis un filtre sur “Europe” et “Mediapart”)
      Le site web est accessible ici :
      http://soros.dcleaks.com/


    • silk Le 17 août 2016 à 03h39
      Afficher/Masquer

      Ce document parle de la stratégie de propagande à mettre en place.

      En gros, Soros a déjà mis le grappin sur Hromadske (un media ukrainien) et veut mettre en place une relation entre ce média et médiapart. Les mails interceptés seraient de la période 2008 à 2016.
      On ne sait pas de quand datent ces mail.

      N’ayant aucunement la place de mettre le contenu du document (même s’il ne fait qu’une page), voici la fin (traduction par un lecteur de mediapart) :

      Les prochaines étapes seraient les suivantes:

      1. Pour en savoir plus sur Hromadske, leur style, leur capacité actuelle, etc.

      2. Approcher Mediapart pour évaluer leur intérêt pour la proposition.

      3. Formaliser les détails de la phase I du projet, basé sur le partenariat entre Hromadske et Mediapart.

      4. Faciliter la rencontre entre Hromadske et Mediapart pour développer davantage le concept – un certain degré de flexibilité sera nécessaire dans le concept pour permettre aux deux entités de participer pleinement et de respecter l’indépendance journalistique.”


      • RGT Le 17 août 2016 à 11h02
        Afficher/Masquer

        Mediapart est un excellent journal si on souhaite connaître les turpitudes de la “droite” franco-française.

        Par contre, si on souhaite une information objective sur la “plus sublime des démocraties du monde” ou sur un de ses amis ou ennemis il est préférable de se renseigner ailleurs.

        Je ne m’intéresse à Mediapart que pour connaître le “nouveau scandale à la mode” de la droite française.

        Ce sont bien les seuls articles qui ne soient pas trop “orientés”.

        Par contre, si vous cherchez un article critique sur la “gôôche”, cherchez ailleurs, même dans Valeurs Actuelles, Minute ou le Fig à Rot.
        Ils seront largement plus “objectifs”.


      • laurent Le 17 août 2016 à 15h06
        Afficher/Masquer
        • fanfan Le 17 août 2016 à 18h49
          Afficher/Masquer

          Avec parmi les commentaires

          Miroreur (—.—.—.73) 1er août 2014 20:24
          Appel signé par le Président du Syndicat indépendant des mineurs de Donietsk, Mikhaïl Krylov

          Miroreur (—.—.—.73) 2 août 2014 16:48
          Mgr Yousif Thomas (évêque de Kirkouk / Iraq) s’adresse à la délégation française au dernier jour de sa visite et commente


    • Fabrice Le 17 août 2016 à 10h17
      Afficher/Masquer

      Quand on voit qu’en plus il fait des gains monstrueux sans que personne ne se pose de questions, même si c’est un investisseur avertis :

      http://news-edito.lesechos.fr/finance-marches/marches-financiers/0211206532275-barrick-gold-la-medaille-dor-de-georges-soros-2020929.php?xtor=EREC-141-%5Bam%5D

      Son interventionnisme n’est pas près dans l’état actuel de s’achever sur le plan géopolitique, car il en a les moyens et à toutes les cartes pour continuer ainsi longtemps.


    • fanfan Le 17 août 2016 à 14h53
      Afficher/Masquer

      Dcleaks, fondation Soros, plus connue sous le nom d’Open Society Foundations :
      Dans les documents de cette fondation piratés, on trouve des projets du financement détaillés, selon lesquels la fondation cherche à investir ses fonds dans une couverture “juste” (du point de vue de Washington) des évènements en Crimée et dans le Donbass.
      Se trouve ciblé le site français Mediapart qui est considéré par la fondation comme un “partenaire média potentiel”.
      “Une bonne synergie potentielle entre Hromadske (télévision ukrainienne par Internet lancée en 2013, ndlr) et Mediapart offre l’opportunité de lancer ce projet de l’Open Society Foundations en rendant possible un partenariat entre Hromadske et Mediapart. Cela offrirait à Hromadske une bonne insertion en France et l’opportunité de lancer rapidement le partenariat dans un pays d’Europe de l’Ouest pour aider à informer la stratégie de contenu de la rédaction”.
      “Nous espérons que Hromadsake élargira son réseau de partenaires en France au-delà de Mediapart qui serait une étape”.
      Lien https://fr.sputniknews.com/international/201608161027316130-soros-fonds-europe/


  3. Louis Robert Le 17 août 2016 à 04h01
    Afficher/Masquer

    “Dans ce nouveau documentaire, le réalisateur met en avant l’implication des États-Unis et de la CIA dans la révolution de Kiev, puis dans le conflit entre les forces ukrainiennes et russes dans l’Est du pays…”

    _________

    Cela ne se peut pas, Oliver Stone étant l’homme que l’on sait.

    1. Il n’y a pas eu de “révolution de Kiev”… seulement subversion par l’Empire et la CIA du gouvernement ukrainien légitime et de Maidan… un coup d’état, et non pas une “révolution”. Voilà tout ce que Stone peut présenter au public.

    2. De même, Stone ne peut pas mettre en avant un conflit entre “forces ukrainiennes et russes” qui n’a pas existé, seulement ce conflit qui existe encore entre l’armée des Ukrainiens de Kiev et les milices néo-nazies qui ont attaqué le Donbass d’une part, et les Ukrainiens du Donbass (“Est du pays”) d’autre part, conflit qui a fait des milliers de victimes civiles que les médias occidentaux ont choisi d’ignorer. D’où la confusion et l’embarras qui sont les leurs aujourd’hui.

    À part cela, tout baigne…


  4. Pierre Bacara Le 17 août 2016 à 05h25
    Afficher/Masquer

    OLIVER STONE ET LE PRESIDENT DECHU VIKTOR IANOUKOVITCH
    1ère PARTIE : L’ARRIERE-GRAND-PERE

    Je n’ai pas encore visionné le film, aussi mon commentaire est-il probablement prématuré. Néanmoins, il peut être éventuellement utile.

    Oliver Stone bras dessus-bras dessous avec Viktor Ianoukovitch… Viktor Ianoukovitch, président ukrainien naguère chassé du pouvoir par des snipers, est l’ex- dauphin de Leonid Koutchma, l’arrière-grand-père des oligarques ukrainiens.

    Ledit arrière-grand-père a pris le pouvoir en Ukraine en 1994, trois ans après la déclaration d’indépendance de cette dernière en 1991, à la chute de l’Union soviétique, donc. A cette époque, tous les anciens aparatchiks soviétiques s’entre-déchirent pour dépecer l’URSS de ce qu’elle avait construit au prix fort – pour dire les choses poliment. Le favori du western est alors Viktor Ioutchenko (http://www.europarl.europa.eu/resources/library/images/20090713PHT58075/20090713PHT58075_original.jpg), président de la Gosbank (banque d’Etat) de l’ex-République socialiste soviétique d’Ukraine ; bien placé, donc (les réunions arrosées de son « club 55 », en Crimée, sont restées dans les annales).


  5. Pierre Bacara Le 17 août 2016 à 05h28
    Afficher/Masquer

    OLIVER STONE ET LE PRESIDENT DECHU VIKTOR IANOUKOVITCH
    2eme PARTIE : LA REVOLUTION ORANGE

    Dix ans plus tard, à l’hiver 2004, sous les caméras du monde entier, ledit dauphin Viktor Ianoukovitch, devenu premier ministre de l’arrière-grand-père, est vaincu électoralement à l’issue d’un troisième tour législatif réclamé par… le président des Etats-Unis d’alors, George W. Bush. Montent donc au pouvoir le nouveau président Viktor Ioutchenko (le « dioxiné par le FSB ») et sa complice Ioulia Timochenko (http://referentiel.nouvelobs.com/file/6988028-ukraine-le-parlement-vote-la-liberation-de-ioulia-timochenko.jpg), la « blonde passionaria », ou encore la “Jeanne d’Arc” ukrainienne des médias français, nommée premier ministre.

    Le 25 janvier 2005, le nouveau président Ioutchenko, déjà pilotée par Washington (ceux qui ont participé à sa victoire me l’ont dit), prête serment. Onze jours plus tard, le 5 février, il est déjà à Washington, où il rencontre le vice-président américain d’alors, Dick Cheney. Le surlendemain, il est avec Richard Armitage, le sous-secrétaire d’état américain. Il est invité à une réception organisée par le NED, l’IRI et le NDI (« ONG » déjà mainte fois présentées sur les-crises).


  6. Pierre Bacara Le 17 août 2016 à 05h32
    Afficher/Masquer

    OLIVER STONE ET LE PRESIDENT DECHU VIKTOR IANOUKOVITCH
    3eme PARTIE : BUSINESS IS BUSINESS

    Sept mois plus tard, en septembre 2005, le nouveau président Ioutchenko est déjà assommé par l’agressivité de Ioulia, qui n’a pas l’intention de laisser Viktor le Dioxiné manger toute l’industrie « ukrainienne » (trois mille entreprises sur eBay avant la lettre), au premier rang desquelles la société sidérurgique Krivarojstal. Le président Iouthchenko souhaite écarter sa pesante alliée. Il propose un nouveau premier ministre, sur lequel je ne m’étendrai pas.

    A trois voix près à la Rada, ce dernier ne passe pas. C’est là qu’intervient… Viktor Ianoukovitch, ex-vaincu de la révolution orange et futur « ami » d’Oliver Stone. En effet, Ianoukovitch est menacé de poursuite judiciaires par le président Dioxine – c’est de bonne guerre, à Kiev. En échange d’un arrêt des poursuites contre son parti des Régions (celui des « tentes bleues » des fameuses cités des tentes de Kiev), Ianoukovitch promet son soutien à la Rada en faveur du candidat du président Dioxine contre Jeanne d’Arc ; avec succès : le 22 septembre 2005, le président orange re-présente son candidat anti-Timochenko : « Je vous demande pour la deuxième fois en trois jours de voter pour la stabilité de l’Ukraine ». Viktor Ianoukovitch, assuré du blanc-seing juridique du président Dioxine, tient parole : le candidat anti-Jeanne d’Arc passe haut la main.


  7. Pierre Bacara Le 17 août 2016 à 05h36
    Afficher/Masquer

    OLIVER STONE ET LE PRESIDENT DECHU VIKTOR IANOUKOVITCH
    4eme PARTIE : OLIVER STONE ET L’EMPIRE

    Le succès politique du président étant assuré, la société sidérurgique ukrainienne Krivarojstal, fleuron de l’industrie ukrainienne ex-soviétique, est vendue… à Lakshi Mittal, le sidérurgiste indien, à l’époque l’homme le plus riche du monde.

    Le combat de chiens entre le président Dioxine et Jeanne d’Arc finira par ouvrir un boulevard à Ianoukovtich, élu président en 2010. Le nouveau président finira liquidé politiquement, quatre ans plus tard, en février 2014, par les snipers de Praviy Sektor avec, effectivement, le soutien de Geoffrey Pyatt, ambassadeur des USA à Kiev (info connue en direct heure par heure à l’époque cf. le blog d’Andreï Vadjra).

    L’empire américain existe. Zbigniew Brzezinski et George Friedman (Stratfor) l’ont dit, et d’autres grands manitous états-uniens l’avaient prédit, dès 1942.

    Ce n’est pas une raison pour conférer à chaque victime de cet empire l’envergure – ou tout au moins le statut – d’un Che Guevara (dont le CV est une autre histoire).

    Lorsque l’on veut tuer son chien, on dit qu’il a la rage.

    P.B.


  8. Sebastienc Le 17 août 2016 à 08h31
    Afficher/Masquer

    Il le fait déjà dans son documentaire “Une Autre Histoire de l’Amerique”, et quand on regarde JFK, on se rend compte qu’il a déjà tout dit et que son film sur le 9/11 ne serait qu’une pâle recopie de son chef d’œuvre.


  9. nulnestpropheteensonpays Le 17 août 2016 à 08h52
    Afficher/Masquer

    oh qu’est ce que vous avez aujourd’hui a nous lancer en pâture des sujets optimistes?


  10. nulnestpropheteensonpays Le 17 août 2016 à 09h02
    Afficher/Masquer

    la différence entre poutine et obama ,c’est que poutine est capable de prendre un milliardaire par l’oreille si il le juge nécessaire , tandis que chez obama c’est le milliardaire qui prend obama par l’oreille …..


  11. sergeat Le 17 août 2016 à 09h16
    Afficher/Masquer

    Merci à Pierre Bacara pour le rappel historique.
    “les forces ukrainiennes et russes”,Poroshenko a parlé des centaines de fois de l’invasion russe.Notez que l’ex-URSS était comme “notre”UE,plusieurs millions de russes travaillaient et vivaient en Ukraine,et les ukrainiens en Russie,…..après la chute de l’URSS des dizaines de millions de soviétiques ont eu un statut d’étranger,c’est cette situation inconnue dans le reste du monde qui a favorisé la propagande de la présence russe en Ukraine,Stone devrait le savoir.


    • RGT Le 19 août 2016 à 21h52
      Afficher/Masquer

      Pas tout à fait…
      En fait, l’Ukraine est un pays qui a été construit de toutes pièces par les Soviets à partir de 1920…

      Et comme les soviets détestaient les russes (aussi incroyable que ça puisse paraître, c’est vrai), ils ont littéralement “ukrainisé” les populations pour créer de toutes pièces une nation “virtuelle” au “passé riche et glorieux”.

      L’Ukraine est en fait composée de régions qui étaient lituaniennes, polonaises, hongroises, roumaines et russes (plus quelques minorités).
      Les soviets ont rassemblé tout ce beau monde et l’ont mis sous un nouveau drapeau, les linguistes ont créé une nouvelle langue et c’est parti !!!
      Seul problème, si les anciens lituaniens ou polonais n’ont pas trop hésité à s’ukrainiser, ce ne fut pas le cas pour les russes ni pour les hongrois qui n’ont pas voulu abandonner leurs langue et leurs traditions (tiens encore un “truc” qui rapproche les hongrois et les russes)…

      Quand le “Maïdan” a eu lieu et que les “libérateurs” ont voulu forcer ces peuples à venir les rejoindre, ça a commencé à péter…

      Côté hongrois c’est pas la guerre, mais ça n’est pas loin. Moukatchevo nous prouve que le problème est bien présent.


  12. Nicolas D. Le 17 août 2016 à 13h47
    Afficher/Masquer

    Dans la presse, ça va être Paul Moreira le retour, mais puissance 10. Rien ne les fera jamais douter.


  13. Eric83 Le 17 août 2016 à 14h24
    Afficher/Masquer

    Un article du jour concernant l’Ukraine…pour dénoncer la lutte anti anti-corruption du pouvoir en place. Même la presse MSM se met à sortir des infos contre la clique de Poroclown.
    L’occident serait-il en train de lâcher l’Ukraine ? Le cas échéant, cela expliquerait peut-être le regain de tensions en Crimée.

    http://www.romandie.com/news/Ukraine-manifestation-devant-le-Parquet-accuse-de-museler-le-Bureau-/729222.rom


  14. Hellebora Le 20 août 2016 à 01h42
    Afficher/Masquer

    Pour toutes celles et tous ceux qui s’intéressent à la situation en Ukraine, je vous invite à suivre Ivan Katchanovski. Ce chercheur canadien d’origine ukrainienne mène sans relâche ses recherches sur le Maidan, traquant les moindres détails, étudiant les vidéos, les documents et les témoignages. Cerise sur le gâteau, il répond toujours aux questions sur sa page Facebook (contrairement à Oliver Stone !). Je lui avais demandé si le cinéaste s’était rapproché de lui pour son film et la réponse avait été négative…


  15. vas Le 21 août 2016 à 15h24
    Afficher/Masquer

    ET on a aussi depuis quelques jours les informations concernant les manipulations de Soros pour l’Ukraine. Tout a été pensé par ce (mauvais) génie de la manipulation.

    http://www.fitsnews.com/2016/08/20/george-soros-pimping-world-war-iii/

    Au moins cela permettra aux scénaristes Hollywoodiens de mettre enfin en place des scénarios de + de 2 pages.


  16. Chantal Le 22 août 2016 à 01h05
    Afficher/Masquer

    La stratégie de l’occident contre la Russie
    https://www.youtube.com/watch?v=nBCHXhvaWWs


Charte de modérations des commentaires